Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE].

Otsuki Mizuao
Otsuki MizuaoEn ligne

Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. Empty
Dim 23 Aoû 2020 - 18:49


Le ciel était clément, peut être un peu trop pour la jeune dame de Kaze ; Elle portait encore une fourrure, une capuche, ses petons couverts de lourdes bottes alors que l'on se trouvât au mois d'Avril, mais elle respectait l'adage qui voulait qu'on ne se découvre pas d'un fil. Le seul fil que l'on pouvait découvrir chez Nae, c'était celui de son Kunaï, ou bien de son Ninjatô, sur le côté vulnerable de sa carotide, et encore. Elle était dédaigneuse, la fière guerrière des sables. Elle jugeait tout et tout le monde d'un oeil mauvais, consciente que sa chance pouvait tourner, et qu'un jour, oui, un jour, son karma négatif la rattraperait. Il ne pouvait pas lui arriver de bonne choses bien longtemps, c'était une leçon qu'elle avait apprise durement en vingt et une année de vie à déambuler sur cette planète.

Et l'on enlevait rien à la puissance d'un traumatisme en étant gentil, courtois et serviable.

Alors ils avaient beau vouloir lui "laver le cerveau", comme elle disait à tout ceux qui aurait pû l'écouter. Ils avaient beau l’accueillir à bras ouverts, collier de fleurs et petite danse clanique à la clef, elle se méfierait toujours. Quand est-ce que tout cela allait cesser ? Les beaux vêtements, les beaux repas, les bonnes manières, et le sourire sur le coin des lèvres quand elle passait ? Quand la traiterait-on à nouveau de "Monstre", et qu'on la traiterait de nouveau comme une bête ? Elle avançait à reculons depuis près d'une demie heure, essayant de ruser en faisant le tour du quartier, pour voir si on le suivait pas.

Mais non, il h'y avait aucune ombre sur les toits, et aucune ombre au tableau.

C'est bien trop beau pour être vrais, j'me demande ou est l'arnaque. Elle remarqua ensuite l'état du village. Elle était là, l'arnaque ; Tout était en débâcle, et l'assemblée calcinée qui faisait face à de nouveaux bureaux en constructions, qu'on lui avait indiqué comme étant sa destination future, sans lui dire ni le pourquoi, ni le comment, étaient sûrement l'indicateur le plus fiable de la précarité de la situation Kamirajine.

Ils étaient sympas, mais ils étaient faible, presque à l'agonie. Elle ne connaissait pas la situation économique, ni sociale, ni le contexte exacte de Kumo. Mais elle savait reconnaître un pays prit à la gorge quand elle en voyait un. Il y'avait une certaine anxiété dans les regards, une certaine mesure dans les gestes. Et puis, Nae était très observatrice, à défaut d'être causante.

Elle bouscula un jeune homme qui portait de lourdes poutres sur ses épaules, et le tout se retrouva par terre, dans un bruit de ferraille qui passa inaperçu dans le boucan ambiant. Par contre, les cris de cochons que poussa son homologue de la foudre, eux, ne passèrent pas pour choses habituelles dans le coin. Il beugla : MAIS C'EST PAS POSSIBLE D'ÊTRE AUSSI EMPOTÉE ? T'AS PAS VU QUE J'ETAIS SUR TA ROUTE ?!!! Mais une main sur son épaule, puissante mais pas agressive, le fit taire, ainsi que le regard morne et éteint de sa propriétaire. Elle attrapa les poutres à deux doigts, grâce à un petit tour de passe passe que lui permettait ses capacités extraordinaires de Kunoichi. Il fit des yeux ronds et ferma sa bouche, qui était restée ouverte, et lui pantois. Elle déposa son fardeau sur ses épaules, et continua sa route comme si de rien n'était, tandis que ses camarades le raillait en bonne et due forme. Il se souviendrait de cette journée. Il se souviendrait qu'il ne fallait jamais sous estimer personne, et encore moins juger sur les apparences. Car sous ses guenilles, elle portait un jolie kimono au couleur rouge sang, et noir de la nuit.

Elle passa par une entrée couverte d'une tenture, et s'avança dans le bâtiment, si neuf qu'il en avait encore l'odeur. Elle fit attention à ne bousculer plus personne. Elle posa la question à l’accueil, et on lui fit signe de la suivre jusqu'à un couleur qui semblait mieux aménager que les autres. Elle attendit dans de solide et confortables fauteuil dans une sorte de petit salon aménagée dans le couloir. Une jeune femme bien sapée vint lui faire signe de la suivre.

On la lâcha devant le bureau, et on lui dit de frapper à la porte. Habituée à obéir aux ordres, c'est ce qu'elle fit.


_________________
Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. Gs30

L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10391-hinai-nae-le-monstre-de-kaminari
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. Empty
Lun 31 Aoû 2020 - 1:09

Alors que la construction de ses locaux commençait de plus en plus à s’améliorer, Raizen était déçu de constater qu’il lui fallait quelqu’un pour gérer les nombreuses demandes de rencontre qu’il y avait. Après tout, beaucoup de citoyens ressentaient l’envie de parler au chef du village, lui rapportant ainsi leurs moindres soucis ou inquiétudes, le Meikyû avait tenté de les gérer en personne au début, puis avaient décidé d’établir un protocole pour l’optimisation des procédés.

Calquant ainsi son approche sur ce qu’il avait pu voir lorsqu’il faisait partie du Kyuubu, les nombreuses expériences qu’il avait vécues lui permettaient de s’en sortir même si ce n’était pas toujours facile.

Ainsi, en ce jour, une jeune femme venait de se présenter dans ses locaux. Dotée d’un teint hâlé qui lui rappelait sa terre natale, du peu qu’il savait d’elle, elle avait été plus ou moins recrutée par un Kaminarijine lors d’une visite en territoire Kazejine.

Représentant ainsi plus ou moins le symbole du lien qu’ils entretenaient avec Kaze, Raizen avait hâte d’officialiser les choses. Toutefois, chaque chose devait se passer en son temps et pour le moment, cette priorité devrait malheureusement attendre bien qu’il espérait pouvoir encourager les Kazejines à solidifier leurs défenses autour du sceau. Après tout, chaque instant comptait et le leur était le plus à même d’être mis en péril…

-Hinari Nae, ravi de faire ta connaissance. J’espère que la différence entre Kaminari et Kaze est méliorative même si la température est totalement différente.

Relevant son regard sur celle-ci pour l’observer, il remarqua assez rapidement les cicatrices qu’elle avait, dont celle à l’oeil. Ayant fort probablement été marqué d’un passé assez lourd, il avait hâte de découvrir ses intentions et objectifs à travers cette rencontre.

_________________
Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Otsuki Mizuao
Otsuki MizuaoEn ligne

Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. Empty
Lun 31 Aoû 2020 - 11:52
On la fit pénétrer dans le saint des saint, le bureau de l'homme le plus puissant de Kumogakure no Sato. Plus que la carrure, ou bien le regard intense, c'est surtout son aura qui frappa la jeune femme. Des tatouages marquait son corps, et il semblait plus à craindre de ses marques tribales que de tout autre chose en ce bas monde, pour le moment. Nae était une jeune femme assez particulière, qui bien que limité en tout domaine, avait l'avantage de traiter les choses une par une, à chaque fois qu'une problématique se soulevait, elle était là pour répondre de la meilleure des façons possible, sans jamais juger de ce qui s'était passé, ou de ce qui se passera.

Une femme n''est pas forcément espiègle, elle en était la preuve vivante, brute de décoffrage, mais pas bête pour autant, elle fit un petit salut de la tête à son nouveau maître.

La seule appréhension qu'elle avait était de savoir, si elle dormirait dans une nouvelle cage ce soir, ou bien si on la laisserait libre de circuler dans ce monde sans jamais empêcher ses objectifs. Et elle n'en avait qu'un seul, finalement. Mais bien malin serait celui qui pourrait les deviner. Que se cachait-il derrière la pellicule de blanc qui recouvrait son œil gauche ? Que se cachait-il derrière ses cicatrices, conséquence d'une vie gâchée, qu'on avait eut à l'usure. Car si la jeune femme continuait de se battre, s'était simplement par habitude, comme une sorte de mémoire physique qui l'empêchait de tomber, un réflexe qui la tenait debout. Son instinct de survie, à l'instar de tout les hommes, était plus puissant que tout le reste. Même son désespoir semblait moins grand, moins fort et moins important que sa vie.

Et pourtant, quelle était-elle sa vie ? Une existence pourrie passée à obéir aux ordres, une existence à rester prisonnière dans son propre pays, une simple existence d'esclave, rien de plus. Elle avait une chance, ici et maintenant, de changer les choses, et de reprendre les rênes de son futur. Bien qu'elle n'y pensait pas, elle réfléchissait. Son cerveau continuait de fonctionner, malgré qu'elle ait depuis longtemps arrêté de vouloir tirer des conclusions, et d'affirmer ses idées, avis et autres.

Pour autant, l'idée du discours qui allait suivre ne l'enchantait pas, alors elle fit une grimace qui bougea ses cicatrices de manière significative, tout autant que singulière.

- Bonjour, Raikage-Raizen-Sama. Elle releva la tête, et fixa un instant le regard de son hôte du jour. Son oeil vert semblait crier qu'elle souhaitait plus que la vie ne lui avait offert, et ce depuis le début de sa vie. Elle eut un sourire amère en pensant à la température. Elle repoussa ses vieilles guenilles qu'elle installa sur le dos de la chaise, dévoilant le kimono assez simple qu'elle s'était faite prêté pour l'occasion. Rouge sang, et noir de nuit. Deux choses qu'elle connaissait bien, elle qui avait passé son existence ballottée entre l'obscurité d'un cachot, et le carmin des champs de batailles. Il faut avouer que vous savez recevoir, bien que je me gêle les miches, la différence est en effet bénéfique à mon existence. Je suppose que vous vouliez me parler pour tenter de deviner quelles sont mes intentions à l'égard du village qui m'a sauvé de l'Arène du Colisée ? Elle posa les mains sur les accoudoirs de son siège, avant de fixer de nouveau le sol, par respect autant que par crainte d'être renvoyée à une vie de combats, de sueur, de sang et de mort.

_________________
Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. Gs30

L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10391-hinai-nae-le-monstre-de-kaminari
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. Empty
Dim 6 Sep 2020 - 5:10

Observant la jeune femme, généralement la manière de s’exprimer des gens, leur comportement, leurs gestes , leurs réflexes, instincts et pensées en disaient long sur qui ils étaient. Bien que nécessitant parfois une analyse approfondie, les premiers signes étaient toujours de bons indicateurs moyennant un côté observateur et un bon flair.

Ainsi, en cet instinct, Raizen voyait une jeune femme qui était assez franche et directe, mais qui n’avait pourtant aucun filtre réel. Que ce soit sur son passé ou sa personnalité, elle semblait ouverte à la discussion, ne témoignant en aucun cas une certaine fermeture. Elle semblait même assez ouverte, ce qui étonna plus ou moins le Meikyû. Or, même si son analyse s’avérait réelle et véridique, il ne préférait pas s’y attarder. S’il n’avait eu que quelques minutes pour découvrir celle-ci, il se serait probablement arrêté à un tel constant. Pourtant, il passa outre, changeant soudainement de page pour laisser leurs échanges décrire sa perception de celle-ci.

-Touché.

Souriant, il leva un doigt, puis un second afin de faire un geste assez prompt, mais pertinent. Utilisant dès lors un mudra, un jeu de thé apparut quasi instantanément dans la pièce tandis qu’il observait Nae. Or, comme s’il n’était pas préoccupé par celle-ci, il commença calmement à préparer du thé grâce à tous les éléments qu’il venait de faire apparaître, mais aussi une similibouilloire qu’il porta à ébullition d’une brève infusion de chakra. Fonctionnant grâce à des pierres thermales dont il s’était accaparé lors d’un de ses voyages, elles lui servaient de chauffe-eau en cas de besoin. Assez pratique pour chauffer de faibles quantités d’eau pour les porter rapidement à haute température, il était fier de cette acquisition.

-J’espère que tu aimes le thé

Dit-il calmement alors qu’il ne leva toujours pas le regard vers celle-ci. Étant Kazejine, il était très possible que le tout fasse partie de ses habitudes. Or, Raizen ne pouvait vraiment généraliser le tout sachant que de famille en famille, ce genre de coutumes ne résonnaient pas forcément avec tout le monde. Bien que populaire chez les Meikyûs, il ne s’était pas attardé aux Asaara et autres de manière à y générer une science exacte. Or, qui avait réellement besoin d’autant de détails ? Dans tous les cas, elle avait toujours le choix de refuser. Qui plus est, au regard de l’arôme assez frais qui se dégageait soudainement dans la pièce, peut-être que sa curiosité aurait raison de ses goûts.

Ainsi, il servit deux tasses, assez modestes et aucunement ornées d’artifices. Bien qu’il avait des jeux de tasse assez variés, il n’avait pas l’impression qu’elle apprécierait autant le moment s’il se mettait à la traiter comme une invitée politique. Au contraire, elle était techniquement doublement un membre de sa nation…

-Ça devrait t’aider à te réchauffer, en espérant que tu apprécies ce thé à base d’herbes.

Laissant ses narines s’inhiber du délice olfactif qu’offrait son thé, il sirota calmement celui-ci avant de nourrir la discussion de manière très détendue.

-Le Colisée n’étant pas un endroit simple ni facile, s’en sortir est déjà une bonne chose, mais au-delà du fait d’être libre, j’aimerais savoir quels sont tes objectifs et ce que tu désires accomplir en tant que personne et en tant que shinobi…

Légèrement curieux, il pencha soudainement sa tête d’un côté avant d’ajouter :

-Et à vrai dire, au-delà de cela, je serai curieux d’en apprendre davantage sur toi si tu le permets Nae-san.

L’adressant avec respect même s’il la tutoyait, le Meikyû n’était pas du genre à créer une barrière hiérarchique avec les gens. Le tout avait de nombreux avantages tout comme de nombreux désavantages. Or, les quelques rares qui osaient profiter de ce genre de situations pour faire les fous ne faisait généralement pas long feu… quitte à se ridiculiser eux-mêmes en perdant de précieuses opportunités.

_________________
Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE]. J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

Les pions frappent toujours en premier ... [PRIVATE].

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: