Soutenez le forum !
1234
Partagez

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari)

Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Jeu 17 Sep 2020 - 23:05


Aizen, grâce aux nombreux écrits historiques de la grande bibliothèque de Kumo, avait pu comprendre que les Samurais s’étaient installés au pays du Fer. Le clan Nagamasa l’avait même dirigé et ce pays ne s’était jamais affilié aux shinobis. Ils n’en avaient pas besoin car le pays était protégé par leur importante armée de Samurai.
Aizen avait pu rencontrer des samurais quand il était plus jeune, à Yugure. C’est depuis ce jour qu’il savait qu’il aurait besoin de développer son maniement des armes jusqu’à apprendre l’art des samurais. Car oui, pour Aizen, le combat à l’épée était un art. Comparé au combat à mains nues qui lui semblait bien primaire et ridicule à côté.

Aizen aurait bien voulu accéder aux dossiers de tous les shinobis du village à la recherche de quelqu’un d’originaire de Tetsu ou alors un Nagamasa s’il y en avait. Mais Chûnin n’était pas un grade assez élevé pour avoir de tels accès. C’est pourquoi il avait envoyé une lettre à l’administration Kumojin. Il n’avait pas encore obtenu de réponse mais il savait que ce genre de chose pouvait prendre plusieurs jours voire plus. Dans tous les cas il ne doutait en aucun cas qu’il aurait une réponse positive et qu’il obtiendrait de bonnes informations.

En attendant, il profita de cette belle matinée dégagée et douce pour aller s’entrainer au katana sur le terrain d’entrainement. Tant qu’il ne trouvait pas quelqu’un pour lui enseigner l’art des samurais il continuait sans cesse à s’exercer au coté de son cher Kyoka Suigetsu.

Il se plaça au milieu du terrain d’entrainement encore vide, ferma les yeux et se concentra. Il était debout comme un piquet, une main sur le fourreau de son katana. Il essayait de ressentir la douce brise matinale lui caresser la peau à chaque passage. Il repensa à cette rencontre qu’il avait eu avec cet Akira, cet Hijin qui maitrisait assez bien le sabre. Plus il rencontrerait des personnes maniant le sabre plus il se rapprocherait de cet objectif. Un objectif qui n’était pas une fin en soi, c’était juste une marche vers la puissance sans défaut qu’il convoité. Cet art ne serait pour lui qu’un simple outil.

Il souffla, et dans un mouvement qui sembla se figer dans le temps il dégaina son arme tout en essayant de frapper aussi vite. Il ne s’arrêta pas pour juger si son mouvement avait été correct ou pas, il savait déjà que la réponse était non. Il fallait répéter et répéter sans relâche pour s’améliorer dans cette discipline. Alors il continua à s’exercer en mettant des coups de katana dans le vide en imaginant un terrible adversaire possédant également un sabre.



@Ten no Ikari

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Dim 20 Sep 2020 - 23:06

Le jour venait tout juste de se lever et j'étais dans une forme exceptionnelle. Je ne savais plus exactement quel jour nous étions, mais ce que je savais cependant c'était que je compter consacrer cette journée à l'entraînement. Avec un sourire, je me postai à la fenêtre de ma chambre et respirai l'air frais de la montagne. Puis je récupérai mes affaires, rangeai mon katana à ma ceinture, et je pris appui sur le cadre de ma fenêtre et je sautai en avant. Le village de Kumo était un village composé de nombreuses montagnes tutoyant les nuages. Et c'est en errant que j'avais appris à connaître les différentes parties du villages, les plateaux qui le composaient et les maisons qui les abritaient. Et comme vous vous en doutiez certainement, l'endroit que je préférais parmi tout ceci étaient les terrains d'entraînement qui étaient bien nombreux. On pouvait s'y entraîner librement, pouvait se laisser aller à la plupart de nos techniques sans soucis.

Mais alors que je m'approchais d'un des terrains d'entraînement à cette heure très matinale, je remarquai qu'un autre kumojin semblait déjà suer sur le terrain. Un jeune homme qui devait certainement avoir dans la vingtaine d'année, des cheveux bruns tirés en arrière en mèches raffinées. Tout, de sa tenue à sa coiffure, flairait le raffiné, ce qui était à l'exact opposé de mon style tout à fait désordonné. Mais ce qui m'interpella le plus, c'était le katana qu'il tenait et les mouvements qu'il exécutait. Ces derniers étaient énergétiques, répétitifs, et rapides. Parmi ces derniers, je reconnus sans peine une certaine tentative de se rapprocher des arts samouraïs que j'avais appris. Dégainer et frapper dans le même mouvement, des mouvements rapides et puissants...toutefois ils manquaient de la finesse et du raffinement de ma famille de naissance. Avec un sourire, je fléchis alors les jambes sur le toit d'un des bâtiments en périphérie du terrain et je sautai pour atterrir près de celui qui était en train de s'entraîner.

-Yo ! Moi c'est Ikari ! On dirait que tu t'entraînes, tu veux devenir samouraï c'est ça ?

Puis me reculant un peu pour laisser un peu d'espace et éviter d'être pris pour une menace par mon congénère, je dégainai mon katana à mon tour. Thunderbird fit un bruit fin et raffiné alors que je le sortais de son fourreau en frappant dans le même geste. Le mouvement n'était pas particulièrement rapide, mais il était fluide et j'avais frappé dans le même temps. C'était déjà un grand progrès par rapport à mes débuts. D'un autre côté, j'avais en tête les enseignements de mes aînés et de mes parents de Tetsu pour m'aider dans ma quête. Puis après l'avoir dégainé, je fis tourner mon épée dans ma main dans un mouvement pour échauffer mes poignets et prendre un peu le coup de main.

-Je cherche aussi à maîtriser les arts samouraïs...Si ça te dit, on pourrait s'entraîner ensemble. Qu'en dis-tu ?!

Comme on le disait souvent, plus on était de fou, et plus on riait. Travailler avec quelqu'un s'avérait très souvent bénéfique, surtout lorsqu'il s'agissait de corriger des erreurs. Il était bien plus évident de progresser à deux que seul. Et cela faisait longtemps que je n'avais pas eu un entraînement avec quelqu'un d'autre vis-à-vis des arts samouraïs. Peut-être même m'accorderait-il un petit combat, pensais-je en frémissant d'anticipation.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Mer 23 Sep 2020 - 10:14

Alors que le Nara tentait d’améliorer la finesse et la rapidité de ses coups tout en continuant ses enchaînements, il sentit quelqu’un sortir de presque nulle part et s’adresser à lui. Aizen fit mine de ne pas être étonné. Il s’arrêta et baissa son arme très calmement. Il aimait paraître imperturbable, comme si tout était minutieusement prévu. Cela dit, plus que son apparition, c’étaient les mots de ce jeune homme blond qui étonnèrent le Nara. A la vision de quelques mouvements il avait deviné les intentions du Nara d’apprendre les arts samouraïs. Soit les mouvements d’Aizen étaient très bien exécutés – ce dont il doutait fort – soit ce jeune Kumojin s’y connaissait dans le sujet. Dans les deux cas c’était une formidable nouvelle, une rencontre inattendue. Aizen ne laissa rien paraitre de son étonnement et enfila son masque chaleureux. Son sourire habituel en coin, il répondu à son interlocuteur.

« Bonjour, je me nomme Nara Aizen. Enchanté Ikari. »

Ce dernier n’avait pas donné de nom de famille, n’en avait-il pas ou alors souhaitait-il le garder secret ?

« Je suis étonné que tu me poses cette question. J’aimerais bien savoir ce qui a pu te laisser penser cela ? Cela dit tu as vu juste. J’aimerais apprivoiser ce vaste domaine qu’est le maniement du katana à la façon des samouraïs. Hélas, je n’y connais pas grand-chose. Pour le moment je ne m’exerce que d’après ce que j’ai pu voir étant enfant ou de ce que j’ai pu lire dans les livres de la bibliothèque. »

Aizen observa son interlocuteur de haut en bas. Il était loin de prendre soin de son image comme le faisait le Nara. Il possédait un katana lui aussi, d’où son intervention. Il de demandait bien quel pouvait être son niveau. Cet homme, sans doute plus jeune que lui, saurait lui être utile ?

« Mais tu dois le savoir tout autant que moi vu ce que tu portes à la taille. » Ajouta-t-il en montrant la lame de l’homme blond.
« La pratique surplombe la théorie. »

De lui-même, le Kumojin répondait déjà à une partie de ses questions. Il voulait lui aussi maîtriser les arts samouraïs. Aizen jubila, enfin il tombait peut-être sur quelqu’un qui maitrisait le sujet. Il le maitrisait forcément un peu pour avoir deviné ses intentions juste en observant quelques enchaînements. Et Aizen pu observer ce semblant de iaido de la part de son nouveau camarade de jeu. Ce dernier était bien plus réussi que tout ce qu’avait tenté Aizen jusqu’ici. Même s’il manquait de vitesse, il se rapprochait nettement plus de ce qu’avait pu observer Aizen chez des vrais samouraïs lorsqu’il était enfant. Ce souvenir résonnait encore dans son esprit comme si ça avait eu lieu la veille.

« J’accepte ton offre avec grand plaisir, cher Ikari. Je te propose de commencer pas un petit échange au katana afin de se jauger. Ensuite nous aviserons. »

Sur ces mots Aizen leva son épée devant lui puis l’abattit d’un coup sec en diagonale en guise de salut. Il prit l’initiative. Il commença à avancer doucement tout en faisant tournoyer son katana. Il accéléra le mouvement de poignet sans changer sa vitesse d’approche. Une fois assez proche il rejoignit Ikari au corps à corps d’un bon tout en donnant un coup partant du haut qui aurait eu pour but de lui ouvrir le crâne en deux dans un vrai combat. Ce coup un fois passé il commença à enchaîner des mouvements qu’il avait appris par cœur. Un kata de sa propre conception qui se voulait raffiné et chorégraphié. Ses gestes étaient souples et précis. Chaque coup visait un point vital. C’était la beauté de cet art pour Aizen. L’art de tuer proprement.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Ven 25 Sep 2020 - 21:15

Pas le moins du monde surpris par mon arrivée un peu soudaine, l'apprenti samouraï semblait garder un calme à toute épreuve. Peut-être avait-il remarqué ma présence avant que je n'arrive vers lui ? Dans tous les cas, qu'il m'ait repéré ou qu'il ait su garder son calme, il maîtrisait déjà au moins une partie du "zen" des samouraïs, pensais-je intérieurement avec un petit sourire. Se redressant avec une lenteur qui semblait maîtrisée, il me fit alors face en abaissant son arme avec un petit sourire en coin. Il se présenta alors d'une façon qui se voulait aussi protocolaire que le reste de sa personne, et j'en eus presque envie de rire.

-Enchanté m'sieur Aizen le sérieux !

Toutefois, outre son sérieux plus que son air tout rangé et tout propre, son nom me donnait des informations précieuses sur ses origines. Le clan Nara, un clan maîtrisant les ombres...Je n'en avais encore jamais vu à l'oeuvre, même s'ils faisaient parti des clans clés du village. Oui, en effet, même si je n'étais pas né à Kumo, j'avais bien appris ma leçon. J'étais curieux de voir ce qu'ils valaient en combat. Ils étaient aussi notamment réputés pour leur intelligence et leur sens stratège. Je ne savais pas très bien les raisons qui poussaient mon camarade à apprendre les arts samouraïs, mais cela semblait bien aller avec sa personnalité et l'idée que je me faisais des membres de ce clan. Il n'y avait peut-être là aucun hasard. Mais les paroles de mon interlocuteur finirent de me sortir de mes rêveries, et m'interpelèrent quelque peu.

-Eh bien, j'en ai beaucoup vu pratiquer, des arts samouraïs. Et j'sais en reconnaître leurs mouvements. Les katas, la concentration et la fluidité, l'art du iaido...Bref, tout c'la ne m'est pas du tout inconnu, fis-je avec un sourire. Puis curieux, je renchéris. Oh ! Je pensais au vu de ton nom que t'étais né ici, mais il ne me semble pas qu'il y ait beaucoup de samouraïs à Kumo je me trompe ? Tu les as vu où ?

Quant à sa dernière remarque, je ne pouvais qu'être d'accord avec elle. Avec un sourire, j'acquiesçai aux paroles de l'homme aux cheveux bruns en poussant un petit son d'approbation assez clair. Il n'y avait rien de mieux que la pratique pour faire rentrer les choses dans l'esprit et dans le corps. Toutefois, pour les arts samouraïs, cela voulait aussi dire préparer son esprit correctement. D'un autre côté, j'étais assez surpris qu'il y ait des livres à propos de la pratique des samouraïs, la plus part de leur enseignement se transmettaient à l'orale et ne faisaient montre que de quelques pistes pour maîtriser les arts samouraïs. Plus que des instructions, ce qui figuraient dans les livres du Bushido relevaient surtout de la philosophie plus que des arts eux-mêmes. Cela n'en restait pas moins intéressant pour comprendre le Bushido et comment l'utiliser. Dans tous les cas, il accepta mon offre de m'entraîner avec lui, et d'un geste vif et sec à la diagonale, il introduit les hostilités.

-C'est parti alors, m'sieur Aizen !

Il avança alors lentement vers moi, faisant tourner son katana dans sa main de plus en plus rapidement. De mon côté, je décontractai mes épaules d'avantage pour évacuer les dernières tensions résidant dans ces dernières avant de souffler. Alors avec un sourire, mes épaules s'affaissèrent et mon regard se couva d'un brin de sérieux et d'excitation. Puis soudainement, il sauta dans ma direction et asséna le premier coup. D'un geste fluide, je montai mon katana et parai son attaque en faisant glisser sa lame contre la mienne. S'en suivit un échange de coups pendant lesquels il visait à chaque fois mes points vitaux. Il n'était peut-être pas un samouraï, mais c'était un combattant à coup sûr en plus d'être un shinobi, et ses coups étaient dangereux. Mais c'était tant mieux. Avec le même entrain, je bloquai et déviai chacun des coups qu'il m'envoya dessus. Puis alors qu'il attaquait, de manière certes précises mais de manière bien prévisible, j'avançai alors.

-Et si on augmentait un peu la cadence ?

Me servant alors de mon fourreau que je gardais toujours en main quand je me battais, j'accélérai un peu le rythme des coups. Je cherchais un peu à mettre la pression à mon adversaire, alternant des feintes avec mon fourreau pour pouvoir mieux le frapper avec mon sabre, et inversement. Mon style semblait désordonné, mais mes frappes étaient aussi rapides que précises, et chacun de mes mouvements étaient faits pour dépenser le moins d'énergie possible. C'était là le fruit de mon entraînement et de mon long apprentissage à Tetsu no Kuni. Je n'avais pas perdu de temps depuis mon arrivée à Kumogakure no Sato pour parfaire ma maîtrise du Kenjutsu. Mais là n'était pas tout dans l'art des samouraïs...et au prix d'un enchaînement rapide, je donnai un coup d'estoc à mon adversaire en visant son épaule qui serait peut-être un poil trop court, mais que j'allongeai brièvement d'une pointe de chakra pour effleurer ma cible.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Dim 27 Sep 2020 - 20:20

"M’sieur Aizen le sérieux"

Aizen n’appréciait guerre ce genre de remarque. Lui qui s’évertuait à être respectueux envers tout le monde il espérait au minimum qu’on lui rende la pareille. Comment cette demie portion pouvait-elle se permettre de s’adresser de cette manière à quelqu’un qui était son aîné. Aizen se garda bien de réagir oralement ou physiquement, son mécontentement n’était que mental. Mais une preuve encore que tout était à refaire dans ce village en commençant par l’éducation des jeunes shinobis.

Aizen mit cette contrariété de côté afin de se concentrer sur la suite des paroles du blondinet qui étaient plutôt intéressantes cette fois. Il disait avoir vu beaucoup de pratique des arts samurais. Assez pour reconnaître quelqu’un qui essayait de les imiter maladroitement en tous cas. Soit cet homme avait vraiment l’œil soit il en connaissait bien plus que ce qu’il voulait laisser paraître. Aizen avait enfin quelqu’un qui semblait avoir plus d’informations que lui sur le sujet. Il comptait bien lui tirer les vers du nez pour en savoir plus. Mais le Nara savait que ce monde était fait d’intérêts. Alors il comptait donner les réponses que souhaitait le jeune garçon avant de poser ses questions. C’était donnant-donnant.

« Je suis né à Hi et j’y ai vécu une partie de mon enfance. C’est là-bas que j’ai vu des samurais pour la première fois, à Yugure très exactement. Je ne sais pas quelles étaient les relations entre Tetsu et Hi à cette époque mais ils semblaient être là de manière officielle. »


Une partie de la question avait étonné le Nara. Comment un Kumojin pouvait ignorer l’histoire du clan Nara au point de croire que le clan était implanté depuis si longtemps au village ? Ou alors peut-être que ce garçon avait mal jugé l’âge d’Aizen. Peut importait. Ce que Aizen voulait savoir c’est comment ce jeune kumojin avait tant de connaissance sur le sujet des samurais.

« Et toi dis-moi, comment en connais-tu autant sur les samurais ? A ton jeune âge tu aurais déjà voyagé en dehors de l’enceinte du village ? »


Ou alors… Tout en posant la question, Aizen réfléchissait. Soit du haut du jeune âge qu’il semblait il était déjà un ninja de rang supérieur soit il était issu d’un endroit où il y avait des samurais. Ou peut être même que sa famille… Il n’avait pas donné son nom, ce pouvait-il qu’il soit carrément un Nagamasa ? Ce serait une folle coïncidence qui aiguaierait sa journée si Aizen voyait juste.

Comme il s’y attendait les coups de Aizen ne touchaient pas. Même s’il n’aurait pas dit non au fait de voir jaillir le sang de son adversaire. Il se défendait drôlement bien et pas que. Malgré la pression constante du Nara il trouvait de multiple occasion pour riposter. Ce dernier se battait d’une façon assez atypique puisqu’il utilisait son fourreau en guise de seconde arme. Ce dernier était très gênant mais Aizen essayait de ne pas y faire trop attention. Il le parait même si parfois le fourreau de l’adversaire arrivait à traverser sa défense. Aizen encaissait les quelques coups de fourreaux tout en se concentrant sur l’arme tranchante. Valait mieux prendre un coup de fourreau qu’un coup de katana. Mais alors que Aizen commençait à s’habituer au rythme et qu’il allait commencer à augmenter ce dernier c’est son adversaire qui agit avant et n’hésitant pas à s’adresser à lui tout en combattant. Ce dernier était à l’aise, c’était une partie de plaisir pour lui comme le serait un jeu. Aizen bouillait au fond de lui, comment un encore presque enfant pouvait prendre le dessus sur lui, ile ne voulait pas l’accepter. Mais il avait beau vouloir ne pas se laisser faire, il était dépassé. Il se débattait corps et âme pour ne pas se faire toucher, il n’attaquait quasiment plus. Alors qu’il était sur la défensive il se surpris à reculer, de plus en plus le jeune kumojin le faisait aller où il voulait. Il était temps de réagir se dit Aizen. Il ne pouvait pas simplement se laisser battre aussi vite.

Il attendait, il voulait attendre le moment le plus opportun pour contre attaquer de façon féroce mais précise. Son adversaire devait sentir aussi qu’il avait l’avantage. Aizen attendait que ce dernier se sente en sécurité, pensant être intouchable ce serait là qu’Aizen trouverait la faille. Mais alors qu’il pensait esquiver un coup d’estoc basique de justesse il sentit la coupure. Aizen repoussa l’arme de son adversaire avec la sienne et porta sa main libre à l’épaule pour constater ce qu’il craignait. Il avait été touché. La blessure était légère mais assez pour avoir entaillé la tunique d’Aizen ainsi qu’avoir fait couler un peu de sang. Aizen, le regard stupéfait sur le sang qu’il avait maintenant sur ses doigts, se demandait bien ce qui avait pu se passer. Il était sûr de ne pas avoir été touché. Il regarda Ikari d’un regard noir de haine pendant une seconde mais se reprit rapidement. Sa raison le ramena à lui, il ne pouvait essayer de le tuer ici. En serait-il capable de toutes façons ? Dans tous les cas cet Ikari allait lui être utile alors il fallait qu’il développe de bonnes relations avec lui-même si cela devait le rebuter.

« Tu es impressionnant jeune Ikari. Où as-tu appris à te battre ainsi ? Mais… J’étais persuadé d’avoir esquivé tout coup à l’instant. As-tu utilisé une quelconque technique pour accélérer ton coup au dernier moment ? Était-ce une technique samurai ? Dis-moi tout. »


Aizen avait repris son sourire habituel et son visage chaleureux. Il était peut-être face à celui qui serait un tremplin vers son appréhension des arts samurais.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Mar 29 Sep 2020 - 23:35

C'était avec un regard et un sourire qui semblait presque convivial que mon interlocuteur écoutait ce que j'avais à dire, visiblement intéressé par mes paroles. Mais ma question quant à elle sembla quelque peu prendre par surprise le Nara. Et lorsqu'il répondit, je compris rapidement pourquoi cette dernière avait pu l'étonner. Contrairement à ce que je croyais, il n'était pas né à Kumo ou même à Kaminari, mais à Hi no Kuni, le pays du Feu. Mais il y avait une chose que je ne comprenais pas. Comment se faisait-il qu'il était né là-bas ? Ses parents étaient-ils restés à Hi après l'exode et n'avaient rejoint Kaminari qu'après ? Cela me semblait peu probable. A l'époque, il y avait de cela presque trente ans, le départ du clan des ombres avait fait éclater une guerre civile dans le pays. Cela voulait-il dire que...J'ouvris grand les yeux.

-Oooh ! Vous êtes vieux enfait, Aizen-jii-san ! Et j'savais pas qu'à l'époque y avait des samouraïs là-bas, fis-je en me grattant le menton.

D'un autre côté, à l'époque, j'avais été bien loin d'être le plus assidu aux cours d'histoires et de géopolitiques. Même ici, à Kumo, j'y avais prêté que peu attention. L'unique raison pour lesquelles j'avais retenu ce genre d'informations était à cause de la capacité spéciale du clan Nara, que je trouvais fascinante. Autrement, je n'aurais certainement absolument rien retenu. Mais bien évidemment, comme il fallait très certainement s'y attendre, ma curiosité quant aux origines de mon interlocuteur avait éveillé aussi celle de ce dernier. Etais-je déjà sorti en dehors de l'enceinte du village ? Comment en connaissais-je autant sur les samouraïs ? Des questions qui renvoyaient directement à ma famille et à mon nom...Un petit éclat sombre traversa mes pupilles alors que je réfléchissais à une réponse acceptable pour mon interlocuteur. Pouvais-je dire que je faisais parti du clan Nagamasa ?

Non. Impossible. Je n'étais pas encore assez fort. Pas assez pour revendiquer ce nom. Désormais je m'appelais Ten no Ikari...Et non pas Nagamasa Hikari. Offrant un sourire un peu désolé à Aizen, je lui répondis alors.

-Eh bien je suis né pas très loin de Tetsu...Ma famille avait à faire avec les samouraïs. J'en ai vu beaucoup de près haha...Alors je sais reconnaître leurs mouvement.

C'est alors que la confrontation au sabre commença. J'arrivais habilement à esquiver et parer tous les coups que mon adversaire me lançait. Certainement que mon éducation au Pays du Fer n'avait pas été vaine, car au bout de quelques secondes d'échanges, je parvins même à prendre le dessus. Usant de ma vitesse et de mon style un brin particulier, je parvenais à déborder mon aîné. Et alors que je sentais qu'il allait passer à la contre-attaque, c'est précisément à ce moment là que je décidai de lui montrer mon petit tour de passe-passe. Un coup d'estoc, un soupçon de chakra neutre, et une entaille plus tard le tour était joué. Mais alors que le liquide rouge volait dans les airs, fines gouttelettes inoffensives, l'aura du Nara changea du tout au tout en l'espace d'une fraction de seconde. Ses yeux sombres, son regard dégageait une telle pénombre que je croyais me retrouver face à...à quoi ? Je ne savais pas très bien. Dans un mouvement réflexe, je remontai immédiatement ma garde, éveillant tous mes sens pour parer à tout danger. Mon coeur fit un bond, me préparant au pire. Mais l'instant d'après, Aizen reprit ses esprits et d'un sourire, se redressa pour me faire face. Et avec cela quelques questions.

Je pris une demi-seconde de plus que nécessaire avant de souffler à mon tour et de me relever pour lui faire face avec mon habituel sourire jovial. Je ne savais pas ce qui s'était passé plus tôt, mais c'était peut-être son désir et sa volonté de combattre que j'avais senti ? Je n'en savais rien. Mais je préférais ne pas trop m'en soucier. Après tout, si ça arrivait à nouveau, j'étais curieux de voir ce qui se passerait. Peut-être se donnerait-il à fond et que j'aurais même droit à un combat, un vrai ? Rien qu'à cette pensée, un sourire apparut sur mon visage.

-Hai ! C'était bien les arts samouraïs. Ça fait un p'tit moment que j'm'entraîne, alors je peux faire quelques trucs sympas. Comme allonger mes frappes grâce au chakra...du chakra neutre. Et on peut faire plein d'autres trucs trop sympas comme ça ! Et puis...ça va ta blessure ? J't'ai pas trop fait mal ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Lun 12 Oct 2020 - 21:21

La remarque d’Ikari concernant l’âge de l’homme du clan des ombres aurait pu encore plus le vexer mais ce n’était pas une caractéristique qui le dérangeait. Au contraire l’âge était synonyme de sagesse pour lui, de connaissances, de maitrise et de tout autres choses. Aizen était persuadé que plus il vieillirait plus il serait performant dans tous les domaines qui soient. Le seul problème dans la vieillesse était la dégénérescence physique que cette dernière engendrée. Mais c’était un problème qui touchait plus rapidement les hommes normaux. Les shinobis grâce à leur maitrise du chakra pouvaient éviter ce problème pendant bien plus longtemps. L’énergie psychique pouvait compenser la perte d’énergie physique et ainsi faire reculer cette fatalité des contre coups de l’âge sur le corps humain. Il trouvait néanmoins que le petit Ikari exagérait ou alors il était encore plus jeune que ce que Aizen aurait cru d’où ce suffixe après son nom. Mais tout cela importait peu à Aizen pour le moment. Tout ce qu’il voulait c’était que ce jeune homme partage son savoir avec lui. Ce dernier semblait enclin à partager tout ce qu’il savait. Que ce soit de la simple naïveté ou autre chose n’était guère importante tant que Aizen avançait dans sa recherche sur les arts samouraïs. Aizen était alors plus enclin encore à paraître amical aux yeux du garçon afin qu’il se sente à l’aise pour tout lui révéler même s’il semblait déjà ne pas rechigner à parler.

Après un rire franc Aizen répondit.
« Je ne suis pas si vieux que ça Ikari, quel âge as-tu ? »

Il se gratta le menton en faisant mine de rechercher dans ses lointains souvenirs.
« Je pense qu’ils étaient seulement de passage, j’étais petit je ne pourrais donner de détails mais comme nous étions plusieurs enfants admiratifs ils ont fait une démonstration en pleine rue. C’est pour cela que ça m’étonnerait qu’ils étaient là de façon incognito car ils ne s’étaient pas montrés discrets. »

La question suivante ne sembla pas gêner Ikari mais il resta cette fois plutôt vague dans sa réponse. Lui qui n’avait pas donné son nom de famille restait flou sur les origines de sa famille. Néanmoins cela n’apportait aucune information significative car dans le Yuukan il y avait bien plus de clans inconnus que d’illustres clans comme les Nara. Et c’était encore plus vrais dans les régions les moins puissantes telles que celles adjacentes aux grandes nations. Aizen décida de ne pas insister sur ce point mais garda en tête que le jeune Ikari laissait un voile volontaire sur ses origines.
« Tu as quand même l’œil à ton jeune âge pour reconnaître de tels mouvements aussi vite. Ou alors suis-je assez doué pour laisser croire que je suis un samurai ? »

Aizen prononça sa question rhétorique avec une ironie forcée tout en ricanant. Il savait bien qu’il était loin de ressembler à un samurai dans ses mouvements mais si cela pouvait aussi participer à se lier d’amitié avec cet avorton il en profiterait.

C’était donc ça. Aizen était rassuré, il était persuadé qu’il avait esquivé le coup de justesse et effectivement le petit blond avait triché. Il avait allongé sa lame grâce à du chakra. Aizen n’y avait vu que du feu, c’était comme si une lame l’avait touché. Ikari était alors déjà bien plus avance que lui dans la maitrise des pouvoirs samurais. Des pouvoirs dont Aizen avaient encore méconnaissance pour la plupart. Aizen prit sur lui pour ne pas s’énerver face à la pitié d’Ikari. Il avait envie de le trancher en deux de haut en bas mais ce petit lui serait trop utile pour se permettre une telle chose.
« C’est incroyable Ikari ! » Dit Aizen en s’émerveillement faussement.

« C’était donc ça, j’étais sûr d’avoir esquivé. » Il monta sa main à sa blessure pour évaluer les dégâts.

« Ça va aller, rien m’empêchant de continuer. Qu’est-ce que tu peux faire d’autre grâce aux arts samurais ? Rien que cette capacité est impressionnante alors je n’imagine pas encore mieux. Dis-moi tout mais surtout apprends moi à le faire. Comment faire circuler du chakra dans son arme au point de le matérialiser ainsi ? Et montre-moi aussi, je n’ai rien pu voir pendant ton attaque. »

Aizen avait tellement d’interrogations, il voulait apprendre tout ce qu’était capable de faire Ikari. Alors qu’il l’interrogeait il était déjà en réalité en train de tenter d’allonger sa lame grâce à du chakra neutre. Il la tenait fermement à deux mains. Mais rien ne se passait, il jurait intérieurement et gardait son visage amical pour qu’Ikari ne soit pas témoin de son échec. Aizen pensait qu’il aurait été prédisposé à réussir facilement ce genre d’exercice. Mais il fixa son arme brièvement et il ne put que constater que même pas une once de lueur de son chakra apparaissait sur son arme. L’échec était total.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Mar 13 Oct 2020 - 13:26

Contrairement à la première fois où je m'étais laissé aller à faire des remarques typiques de mon caractère un peu atypique, cette fois mon interlocuteur rit de bon coeur. Il ne semblait pas avoir mal prit le fait que je le traite de vieux -ce qui, entre nous, était un peu vrai quand même ! Il avait vécu l'exil des Nara, et était alors assez vieux pour se souvenir de ce qui s'y passait. Même si la vieillesse était une affaire toute relative dans le monde dans lequel nous évoluions de nos jours. Après tout, l'expérience venait avec l'âge, et l'affinement de nos capacités aussi. Mais je ne comptais pas attendre que l'âge monte pour exceller dans ce que je comptais faire. La réponse de Aizen ne tarda pas à se faire entendre, et lorsqu'il dit qu'il n'était "pas si vieux que ça", je haussai un sourcil. Il devait avoir quasi trente-ans s'il était parti en même temps que la vague. Peut-être un peu moins si ses parents étaient restés au Pays du Feu malgré la guerre civile. Mais peu importait. Puis comme pour affirmer mon jeune âge, je hochai la tête face à sa question et répondit avec mon habituel entrain.

-Dix-huit ans m'sieur-Aizen ! Mais toi alors ?

Quand il me relata alors ce qu'il avait vu petit au sujet des samouraïs de par là où il était né, j'écoutai attentivement ses paroles. Je réfléchis un peu à ce qu'il venait de dire, et parvint à la conclusion qu'il s'agissait soit d'une époque très différente à la mienne, soit les samouraïs qu'il avait rencontré ne faisaient pas parti de mon clan. Ou alors, c'en était de particulièrement orgueilleux. Car mes instructeurs et tous les membres de mon clan avaient toujours brillé par leur sérieux, et leur semblant d'humilité. Montrer à tout va leurs capacités n'était pas chose habituelle chez les miens. Sauf s'il y avait derrière cela une bonne cause. Je finis donc par acquiescer distraitement aux paroles du Kumojin, qui de son côté me jaugeait aussi face à la légèreté de ma réponse sur mes origines. Bien heureusement, il ne posa pas plus de questions que cela, et changea de sujet, ce qui eut pour effet de détendre un peu mes épaules. Je ris alors de bon coeur et lui répondis.

-Y a encore un peu d'travail, mais moi aussi après tout. J'ai l'oeil c'est parce que j'observe bien, héhé ! Ça t'dirait qu'on s'entraîne à l'occasion ensemble ?! Qu'on s'montre nos progrès !

S'en suivit alors notre joute martiale, faisant résonner plus d'une fois le bruit de l'acier s'entrechoquant avec son compère. Le dernier mouvement que je sortis sembla prendre de court mon adversaire, et lorsque je lui expliquer que j'avais allongé ma lame avec du chakra, il sembla surpris. Plus que surpris, il avait presque l'air admiratif. Je lui souris alors tandis qu'il posait encore tout plein d'autres questions. A cet instant précis, malgré son air sérieux et sa prestance, il avait tout d'un enfant qui voyait des jouets pour la première fois. J'avais d'abord cru qu'il était diamétralement opposé à moi, tout dans le contrôle et dans la retenue, tout dans le sérieux et la classe. Ce que beaucoup de samouraïs visaient comme objectif, comme faisant parti de leur Bushido. Mais à cet instant précis, il me ressemblait plus que ce que j'avais d'abord cru au départ. Un petit sourire presque nostalgique étira mes lèvres, bref avant de reprendre mon habituel air jovial , et je m'attelai donc à satisfaire la curiosité de mon interlocutaire.

-Héhé ! J'suis pas encore tout à fait au point dans les arts samouraïs, et comme t'as vu on peut déjà étendre l'allonge de notre frappe. Mais tu peux aussi renforcer le tranchant de ta lame, projeter des croissants de chakra tranchants, modifier la forme de ton arme avec le chakra, et encore plus impressionnant, couper le chakra lui-même ! Après y a tout plein de trucs sympas, comme la méditation qui permet de mieux prendre conscience de son entourage ! Héhé, y a tout plein de choses à faire !

Comme il me le demanda alors, je lui montrai plus précisément ce que j'avais fait. Je mis alors ma lame à l'horizontal devant moi, une main tenant le pommeau tandis que la seconde reposait sur l'acier. Puis en laissant circuler mon chakra comme j'en avais l'habitude maintenant, je laissai le chakra s'immiscer dans mon arme et la recouvrir entièrement. Puis en signe de démonstration, je plantai la lame dans le sol dans un mouvement délibérément lent. Suffisamment lent pour qu'en temps normal, cette dernière ne puisse même pas traverser le sol, buttant contre ce dernier. Toutefois, grâce au manteau bleu qui le recouvrait, Thunderbird fendit le sol comme du beurre. Je retirai ensuite la lame et souris à mon interlocuteur.

-Pour apprendre à faire ça, faut d'abord ne faire qu'un avec son katana. Considérer son arme comme une extension de son propre corps. Une fois que ce sera réellement fait, il faudra simplement que tu concentres ton chakra dans ton arme, et que tu l'aiguises grâce à ce dernier ! Héhé ça m'a demandé du temps pour ne serait-ce que maîtriser cette partie ! Mais la méditation, ça aide.

Puis réfléchissant un peu, je pris à nouveau la parole.

-Si tu veux je peux te montrer aussi cette coupe de chakra. Mais tu aurais quelque chose fait principalement de chakra à trancher ? Quelque chose qu'on ne peut habituellement pas trancher ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Dim 18 Oct 2020 - 11:12

Ikari était plus vieux que ce qu’avait supputé Aizen via l’observation de son physique. Dix-huit ans, c’était rassurant dans un sens car le Nara aurait eu encore plus de mal à avaler qu’un enfant était plus fort que lui. Il avait au moins face à lui un jeune adulte. Il semblait persuadé de l’âge avancé du Nara sans doute à cause de l’histoire de son clan. Il était donc aussi un minimum cultivé en plus de ses capacités avancées au combat à l’épée. Il était donc temps pour Aizen d’élucider cette question sur son âge et de passer à autre chose car tout ça avait au final que très peu d’intérêt.
« Je suis sur ma vingt-quatrième année Ikari. Tu vois, je ne suis pas beaucoup plus vieux que toi. »
Aizen tentait-il de se rassurer à travers cette phrase ? Il ne supportait jamais de découvrir des personnes bien plus jeunes que lui mais pourtant bien plus fortes. Pourtant il y en avait plein et des encore plus jeunes que Ikari.

Malgré le fait que cette discussion agaçait intérieurement Aizen, il se prêtait au jeu afin de tisser des liens avec le jeune homme. Tout allié était bon à prendre surtout que celui-ci avait déjà prouvé son utilité. Il fallait que Aizen apprenne tout ce que savait Ikari sur le sujet des arts samurais afin de gagner du temps et de vite développer leurs capacités. Il aurait tout le temps d’élucider les origines de Ikari plus tard.
« Je serais ravi de m’entrainer avec toi mais malheureusement je ne pense pas que je pourrais t’être utile dans ta quête des arts samurais. Tu en sais déjà beaucoup plus que moi. Mais j’ai d’autres cordes à mon arc pour faire un redoutable adversaire. »
Sourire taquin, fausse vantardise, tout y était pour faire de cette discussion un moment agréable pour le jeune blond. Effectivement Aizen ne mentait pas, il n’aurait rien à apprendre à Ikari lui qui basait beaucoup son répertoire sur des techniques claniques.

Ikari était quant à lui très enclin à partager son savoir. Même s’il restait encore vague, il donnait beaucoup d’informations à Aizen concernant les possibilités des arts samurais. Elles allaient au-delà de ce que pouvait penser Aizen. Cela avait pour effet de le galvaniser d’autant plus dans la quête de ces pouvoirs. Alors qu’il semblait être possible de faire bien plus, Aizen était encore incapable de seulement étendre le tranchant de son arme avec son chakra. Il avait beau être perfectionniste il était quand même assez lucide pour ne pas s’en vouloir. Il venait à peine d’observer la chose, il ne pouvait pas décemment espérer réussir le même exploit quelques secondes après sans plus d’indications. Il s’avait s’armer de patiente quand nécessaire et pour ce genre d’apprentissage il en fallait beaucoup. L’entrainement initialement prévu ressemblait alors de plus en plus à une leçon dont le plus jeune des deux était le professeur. Aizen prenait sur lui, il lui fallait acquérir ces pouvoirs au plus vite.

Allonger le tranchant de sa lame, le renforcer, projeter des lames de chakra à distance, couper le chakra, augmenter la profondeur de ses sens… Aizen nota cette liste dans un coin de sa tête, il la rejouterai à ses notes une fois séparé du jeune homme.

« Tout ce que tu me dis là fait rêver Ikari. Ce sont des capacités incroyables, je n’en avais pas connaissance de la majeure partie. Les samurais que j’avais pu observer étant petit n’avaient rien fait de tout cela. Ils avaient surtout exhibé leur dextérité dans le maniement du katana mais ça avait déjà suffi à me conquérir. Sais tu faire tout ce que tu viens de citer ? Où en es-tu de ton apprentissage ? Je me rends compte que j’ai encore une longue route… »
Volontairement, Aizen laissa sa phrase en suspens et fit disparaitre son sourire pour laisser place à un visage de déception.

Comme demandé Ikari fit une nouvelle démonstration. Une couche de chakra visible à l’œil nu se matérialisa sur son arme et il la laissa glisser vers le sol de telle façon qu’elle aurait dû buter sur ce dernier. Mais la lame s’enfonça sans aucune once de difficulté comme si le sol était fait de coton. Aizen écouta en suite attentivement les explications d’Ikari. Aizen considérait déjà depuis longtemps son arme comme l’extension de lui-même, il ne faisait qu’un avec. Mais ce ne devait pas être suffisant. Encore une fois il nota ses indications dans un coin de sa tête. Il devrait s’exercer plus tard à ce talent car Ikari lui proposait déjà une autre démonstration et pas des moindres : couper le chakra. Aizen élargit son sourire à l’écoute de la demande d’Ikari. Quelle que chose fait de chakra normalement intranchable ? Aizen était curieux de voir ses ombres tranchées par une lame.

« Bien sûr. » Aizen rengaina son arme avant d’ajouter.
« Je vais réaliser une technique qui n’est pas à caractère offensive, tu peux donc prendre ton temps pour ta démonstration. Mais pas trop non plus, la technique est ponctuelle. »
Aizen avait exactement ce qu’il fallait pour ce genre de démonstration dans son répertoire. Il enchaina quelques signes et son ombre se mit à bouger et à se diriger vers Ikari. Une fois arrivée à son niveau l’ombre s’éleva devant Ikari puis prit des formes aléatoires avant de danser devant lui. Cette technique avait pour but de gêner la visibilité de la cible que prenait Aizen, c’était de l’ombre manipulait grâce au chakra et jamais Aizen aurait pu penser que ce serait tranchable par un katana.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Lun 19 Oct 2020 - 19:36

-Ving-quatre ans ?? Ooh ! Je vois ! En effet t'es pas si vieux qu'ça. Héhé gomen gomen !

Initialement j'avais pensé qu'il devait plus se rapprocher, voir dépasser la trentaine au vu de son histoire. Toutefois, comme je l'avais envisagé, il devait très certainement avoir quitté le Pays du Feu bien après l'exil de son clan. Ce qui expliquait son jeune âge. Je hochai la tête à plusieurs reprises pour moi-même, validant intérieurement l'une de mes théories sans pour autant donner plus d'informations que cela à mon interlocuteur. Il devait me trouver bien étrange, mais cela ne me dérangeait absolument pas. Je m'étais très souvent retrouvé confronté à ce genre de perceptions vis-à-vis de moi, et "étrange" faisait parti des plus gentilles. Alors que je proposais donc au Nara d'être mon partenaire d'entraînement, il semblait gêné d'accepter. Mon avance par rapport à lui dans les arts samouraïs semblaient le freiner, par peur de ne rien pouvoir m'amener dans cet échange. Toutefois, il m'informa qu'il avait bien d'autres atouts et cela suffit à me faire sourire.

-Héhé ! Même si j'ai l'air de connaître plus de choses que toi sur le sujet, s'entraîner à deux c'est toujours mieux non ?! Et puis j'ai hâte de voir ce que donne un membre du clan Nara !

Suite à cela, je répondis bien évidemment aux questions que ce posait Aizen en détaillant du mieux que je le pouvais les capacités de mes pairs. Il écoutait attentivement tout ce que je disais, et semblait presque émerveillé par toutes les possibilités que je venais de lui servir sur un plateau. Un petit sourire étira mes lèvres, toutefois un peu amère. Si je n'avais pas été si turbulent plus jeune, je saurais déjà faire toutes les choses que j'étais en train de décrire à mon camarade. A la place, j'étais ici, en train de refaire mon enseignement en grande partie par moi-m-même. Même à l'époque, je savais à quel point ces points étaient importants, mais aujourd'hui plus que jamais je désirais les maîtriser. J'avais cru, à tord visiblement, que je possédais tout le temps du monde pour pouvoir développer mon art au katana. Je m'en mordais les doigts aujourd'hui. Toutefois cet exil m'avait permis de développer autre chose, et cette chose était mon assimilation. Mon lien avec le Raiton. Sortant donc de mes pensées, j'acquiesçai donc aux dires du Nara.

-Les samouraïs sont surtout connu pour leur maniement du katana, leur dextérité et leur vitesse d'exécution. Leur maniement du chakra reste pour beaucoup plus...Mystérieux haha. Moi ? Bah je sais pour l'instant allonger ma lame, la rendre plus tranchante et couper le chakra. J'ai encore beaucoup de choses à apprendre pour pouvoir maîtriser mon art. Mais je continue à travailler dur !

Suite de ce fait à mes multiples démonstrations, je lui proposai donc de lui faire montre de la dernière faculté que je possédais dans l'attirail des samouraïs. Pour le reste, il allait falloir encore attendre un peu avant que je ne puisse l'utiliser de manière aussi décontractée. D'ailleurs, ces mêmes facultés que je venais de lui montrer, je ne savais les utiliser que lors d'entraînements comme ceux-ci. Pour des affrontements plus sérieux, j'étais encore incapable d'avoir la concentration et la maîtrise nécessaire pour les utiliser en situation réelle. Il était maintenant l'heure de passer à la dernière démonstration. Acceptant allègrement de me prêter main forte, Aizen rangea son sabre, et composa alors des mudras bien singuliers tout en me prévenant de la durée limitée de son aide. Et comme je m'y attendais, je vis avec un sourire s'élargir l'ombre de mon interlocuteur pour venir ensuite prendre l'apparence de formes dansantes devant moi. Pendant un instant, je fus émerveillé de voir ainsi les ombres bouger, avant de me rappeler des consignes. Alors, prenant une inspiration pour me concentrer, je finis après un petit instant à dégainer et à frapper les ombres de ma lame. Cette dernière trancha les ombres et ces dernières se délitèrent immédiatement. Un petit sourire satisfait étira alors mes lèvres, et je rangeai mon katana.

-Voilà ! C'est à peu près tout ce que je sais faire pour l'instant. Il me reste encore à m'améliorer sur beaucoup de points. Et à finaliser ce que je maîtrise déjà pour l'utiliser en situation réelle. Alors, t'en dis quoi ? T'as des questions Aizen-san ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari) Empty
Mer 21 Oct 2020 - 19:22

Au final le jeune Ikari semblait avoir mal jugé l’âge du Nara. Cela arrivait souvent qu’on lui donne plus que son âge. Peut-être était son caractère qui reflétait un âge plus avancé. Il ne le savait pas vraiment mais préférais les choses ainsi. Sans plus rebondir sur le sujet Aizen continua d’écouter les arguments du Kumojin concernant l’entraînement.

Il avait partiellement raison, avoir un partenaire d’entraînement pouvait être très bénéfique. Ça pouvait même permettre d’accélérer son apprentissage. Néanmoins, il avait aussi tort car un partenaire inutile pouvait nous faire stagner voire régresser. C’est pourquoi il fallait savoir choisir ses partenaires d’entrainement avec justesse. Chaque action dans la vie d’Aizen était réfléchie et intéressée. Ça ne changeait pas pour l’entrainement. S’il n’y avait rien à y gagner alors il ne perdait pas de temps à côtoyer la personne. Ici il était question d’un homme en connaissant plus que lui sur les techniques des samurais alors la question ne se posait même pas. Quant à Ikari il semblait enclin à s’entraîner avec n’importe quel adversaire mais avait aussi hâte d’observer l’art des ombres en action. Il serait servi.

Alors que des ombres aux formes aussi diverses qu’aléatoires dansaient, le jeune homme aux cheveux blonds les coupa net. En temps normal une telle tentative aurait eu pour résultat de voir son arme traverser les ombres sans qu’elles ne soient altérés mais c’était sans compter sur les arts samurais. Imbibé d’un chakra tranchant l’arme du Kumojin détacha toute l’ombre se trouvant au-dessus du passage de l’arme. Cette partie s’évapora immédiatement devant eux comme si elle n’avait jamais existé. Même si Aizen avait été prévenu et croyait son partenaire d’entrainement il ne pu s’empêcher d’être surpris intérieurement. De l’extérieur le tout se traduit simplement par un sourire satisfait. Une question lui vint évidemment à l’esprit : un samurai pouvait-il donc se défendre de ses attaques d’ombre en enchaînant les coups de katanas ? Il fallait qu’il en ait le cœur net.
« C’est impressionnant. Je n’ai jamais vu une telle chose. Je n’ai pas vraiment de question. Mes interrogations restent toutefois accès sur l’aspect technique de la chose. Mais comme tu l’as déjà dit si bien je vais devoir m’y exercer un long moment avant de maîtriser ce genre de capacité. Je me dois de méditer et de pratiquer, ça je l’ai compris. Permets-moi de tester encore tes capacités à couper le chakra, avec des techniques plus offensives. Cela te servira d’entraînement dans cette capacité que tu dis commencer à maîtriser. Tu me rendras la pareille lorsque j’en serais à ton niveau actuel, un autre jour. »
Aizen se mit en position de combat. Il avait aucun doute sur l’accord du jeune homme qui ne pourrait refuser une telle proposition. Ce n’était pas tous les jours qu’il pourrait s’entrainer à couper des ombres. En échange Aizen s’assurait d’avoir un partenaire futur pour s’entraîner à la découpe de chakra lorsqu’il en serait capable.
« Prépare-toi et sois concentré. Cette fois je vais t’attaquer avec l’intention de blesser. »
Il ne mentait pas.

Aizen enchaîna rapidement les mudras et son ombre s’étendit jusqu’à son adversaire avant de s’élever en une sorte de fouet qui vint viser les jambes du malheureux afin de le faucher. Qu’il soit touché ou pas Aizen enchaîna à la suite sans temps par d’autres mudra afin d’étendre son ombre de nouveau. La première technique n’avait qu’un unique but : déstabiliser. Qu’elle touche ou pas, son fouet des ombres avait pour objectif soit de distraire son adversaire avant la prochaine attaque soit de le faire tomber au sol en cas de réussite afin d’avoir encore plus de chance de toucher avec la technique suivante. L’ombre s’éleva cette fois en de multiples lames qui foncèrent vers Ikari afin de le lacérer en plusieurs endroits. Aizen cherchait à blesser mais il ne visait tout de même aucun point sensible comme les mains ou les yeux afin d’éviter de se priver d’un partenaire d’entraînement qui lui sera très utile.


Techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586

Trancher la douce brise d'un matin d'été (Ikari)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: