Soutenez le forum !
1234
Partagez

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa

Invité
avatar

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa  Empty
Dim 27 Sep 2020 - 11:23




Quand le reptile et le félin deviennent amis
ft. @'Medyûsa':






Suite de ce rp

Malgré les premiers soins apportés par Hirose Yui, les deux femmes avaient fini par tomber à court d'énergie et s'était toute deux effondrée presque en même temps. Aussi entêtée l'une que l'autre, Yui n'avait qu'à bien se tenir avec ces deux là comme future ninja-médecin. Deux femmes qui ne se connaissaient pas pas plus tard que la veille mais qui avaient rapidement tissé un lien d'amitié au delà du lien que devrait avoir un mentor avec son élève. En quelques sortes, les deux femmes se ressemblaient mis à part que l'une possédait les attraits d'un serpent et l'autre portait magnifiquement bien son surnom de chat fourchu, sa paresse visible qu'en dehors des combats, son acharnement lorsqu'elle souhaite attraper une proie, ses réflexes et son agilités féline et son visage tracé et maquillé comme nos animaux à poil, il n'était pas véritablement compliqué de comprendre d'où venait ce surnom. Funka n'avait jamais été formée. Mis à part par elle même durant ses années hors du clan et par son bien aimé dès que le clan fut réuni à Hi, néanmoins elle n'était pas pour autant une adversaire à sous estimer bien qu'elle ne sache pas trop jauger sa quantité de chakra à son désavantage. En parlant d'être aimé, il est naturel que Funka ait bel et bien comprit que sa mentor en pinçait pour quelqu'un et semblait avoir comprit la personne dès la première réunion au vu de ses sous entendus au niveau des divers plans pour enfanter malgré l'incapacité naturelle de deux femmes pour en avoir naturellement. Alors, Medyûsa pourrait-elle envier Funka pour ce donc qu'elle possédait? Un don de fécondité et un partenaire mâle bien qu'il soit de son sang? Funka ne voulait pas y penser, révéler ce genre d'informations serait bien trop compromettant pour la Shinrin qui se décida à simplement se redresser dans le lit d’hôpital dans lequel on l'avait installée, dans la même chambre que sa mentor par ailleurs.

« Tu es réveillée, Fun-chan? Comment te sens-tu?
Agréablement bien.
»

Hirose Yui était elle aussi toujours présente visiblement puisqu'elle venait prendre des nouvelles de la soldate tandis que leurs regards se tournèrent vers la reptile. Funka allait effectivement mieux, les soins offert par les médecins et par Yui semblaient fonctionner à merveille. La main serrant un morceau de son drap, elle était pensive un petit moment quand à la situation actuelle. Me suis-je vraiment dépensée à ce point? Même contre Hanzo je n'avais pas dépassé mes limites comme cela... Alors elle dépose son crane contre l'oreiller de son lit, laissant ses longs cheveux bruns détachés s'étaler sur toute la largeur de ce dernier tandis que son visage démaquillé zieutait le plafond de l'hospice. Elle ramène l'une de ses mains contre son visage, se caressant le front et la joue d'elle même comme si elle était perdue dans ses pensées, visiblement tant que sa mentor n'était pas reveillée, la Shinrin ne pouvait rien faire et Yui, épuisée par les soins qu'elle avait du offrir s'était elle aussi retirée de la pièce. Alors c'était un moment de solitude pour Funka, un moment qu'elle a connu pendant bien des années avant de retrouver Hanzo et de maintenant connaître Medyûsa. Elle expire une grande quantité d'air, déposant ses mains liée contre son ventre, maintenant, il ne fallait qu'attendre.





Revenir en haut Aller en bas
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa  Empty
Lun 28 Sep 2020 - 9:40
Hôpital

L’entraînement pour maîtriser l’hyperforce en compagnie de Funka s’était un peu mal terminée. En effet, les deux femmes ont donné leur maximum pour tenter de maîtriser une technique liée à l’iroujutsu. Si en réalité, elles avaient su y parvenir après au moins, trois essais. Cela s’était tout de même conclus à une perte de connaissance entre les deux, pour causer de leurs blessures qu’elles s’étaient infligé. Medyûsa avait été la dernière debout, au point d’amener la Shinrin sur un terrain sûr avant de la laisser au soin de Yui. Cela dit, la blonde n’avait fait que cinq mètres assez difficiles avant de tomber au sol, s’évanouissant. Elle ne pouvait pas lutter mentalement face à ses blessures, a son envie de se reposer surtout qu’elle savait que son élève était saine et sauve entre les mains de la Hirose. La dernière chose qu’elle a pu voir, c’était l’hôpital au loin depuis le camp d’entraînement avant que tout devienne noir. Difficile de savoir ce qui s’était passé par la suite, elle n’a plus rien senti ni entendu. Un Blackout total, le néant, elle s’est retrouvée perdu dans son esprit, son monde des rêves et impossible de connaître le temps qui s’est écoulé entre son évanouissement et son arrivée à l’hôpital ni même jusqu’à son futur réveil dans un lit en chambre de repos. Qu’allait-elle avoir comme surpris à son réveil ? Seule dans une chambre ? Avec Funka ? Yui de présente ? Ou bien autre chose ? Tant qu’elle n’aura pas ouvert les yeux, la blonde ne pourra jamais le savoir.

Ouvrant, petit à petit les yeux, son regard se fixait vers un plafond blanc et son ouïe était à la recherche de bruit, mais, l’endroit semblait tellement calme. Pendant quelques secondes, Med ne bouge pas d’un poil, elle reste immobile en train d’essayer de reprendre ses esprits. Fermant pendant quelques secondes les yeux, elle les rouvre en souriant légèrement. « Hum… Suis-je au paradis ? » Dit-elle ironiquement avant de tourner sa tête sur la gauche, apercevant de la sorte, Shinrin Funka allongé sur un autre lit. « Apparemment non, mais presque. » Dit-elle. Elle soupire et tente de se redresser avant de sentir une légère douleur un peu partout, mais surtout à la tête. Posant délicatement sa main droite sur son front, elle sentit qu’il y avait un bandage. La kunoichi retire un peu les draps pour tenter de se regarder. Apparemment, elle était dans une tenue de patient d’où le fait qu’elle a un peu froid en dessous. Des bandages à sa cuisse et au niveau de son abdomen enfin pour l’abdomen, elle pouvait sentir quelque chose lui serrait à ce niveau-là. Regardant son poignet droit, elle peut voir un bracelet avec son identité. Pensive, elle n’aimait pas être dans cette situation-là, être dans un lit d’hôpital, être la patiente, ça lui rappelait de mauvais souvenir. La Yasei se tourne vers la brune, tout en restant allongé sur son lit et lui adresse un faux sourire. « Salut, Funka-chan. Est-ce que ça va mieux princesse ? » Demande-t-elle alors qu’au fond, Med se sentait coupable de son état. De plus, son air ne trompe pas, mais la blonde ne se sentait pas bien ou à l’aise dans le lit. En réalité, elle a hâte de pouvoir en sortir.

Difficile de ne pas y repenser, le jour où elle a été retrouvée sur le chemin vers Kumo, abandonné et sauvage, en plus d’être sale, malade, puante bref un véritable animal, mais affaiblit à ce moment-là. Être transporté à l’hôpital de Kumo pour y être soigné, éduquer et suivre une thérapie avec une psychologue pour la rendre apte à la vie sociale ainsi que plus tard, à une vie de Shinobi. Passé une année dans une chambre d’hôpital, à rendre visite à une psychologue et pour finir, être adopté par la famille qui la retrouvait sur la route. Medyûsa a toujours prétendu que les aides ne lui avaient jamais permis de guérir très vite, que c’était juste l’amour et la patiente de la famille Kiriyama, en particulier, Nozomi, sa petite sœur de sa famille adoptive. Aujourd’hui, elle lui manquait beaucoup et elle espérait qu’elle allait bien ainsi que son père et sa mère adoptive. En parlant de sœur, est-ce que Mizuchi était vivante depuis toutes ces années ? Et si oui, comment allait-elle ? En y repensant, Med se sentait honteux de ne pas être encore allé à Mizu no uni pour la retrouver. Et là, elle se retrouvait bloquée à l’hôpital en tant que patiente, une chose qu’elle n’appréciait pas. « J'suis en Enfer… » Dit-elle à voix basse en ayant un air un peu triste.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Invité
avatar

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa  Empty
Mar 29 Sep 2020 - 20:36




Quand le reptile et le félin deviennent amis
ft. @"Medyûsa"






La solitude de Funka avait été légèrement apaisée lorsque son regard s'était tourné vers la jolie blonde qui partageait sa chambre. Dans une vision plus paradisiaque, c'était quelqu'un d'autre qu'elle imaginait mais elle pouvait se contenter de sa mentor qui s'en rapprochait presque. Et alors, la jolie brune redressait doucement son buste lorsqu'elle entendit quelques petits échos de voix provenant du lit de la blonde, ce qui la fit même sourire lorsqu'elle comprit ses mots. La fraîcheur du printemps venait faire frissonner la Shinrin alors qu'elle remontait doucement ses draps sur elle, déposant son dos contre le mur auquel son lit était situé. Elle regardait ses mains pâles liées entre elles sur son ventre, ce dernier qui était entouré d'un léger bandage suite au coup offert par sa mentor.

« Yui-san semble avoir du talent, véritablement. Alors pour ma part, je pense aller mieux, mais toi? J'ai ouïe dire que tu t'étais effondrée peu après ma perte de connaissance. Je te pensais pourtant plus.. »

Ne terminant pas sa phrase, elle cherchait visiblement un mot mais Medyûsa pouvait facilement comprendre ce qu'elle voulait dire par là. Elle ne pensait pas Medyûsa plus épuisée qu'elle et pourtant, les deux femmes sont tombées à quelques minutes d'intervalles, comme quoi, élève comme professeur, les deux sont de véritables têtes brûlées qui ne veulent pas lâcher l'affaire. En effet, il était rare qu'elle s'avoue vaincue et même lorsqu'elle le faisait, elle n'hésitait pas à rabaisser son adversaire comme elle l'avait déjà fait de nombreuses fois. Funka remarquait bien que sa partenaire n'était pas à l'aise, véritablement pas à l'aise, tout se voyait et Funka avait l'oeil analytique pour bien le voir.

« Je ne pensais pas finir à l'hôpital... Puis, son ton descend drastiquement comme si elle se parlait à elle même en voulant que Medyûsa n'entende pas. Qu'est-ce que je vais lui dire. »

Pendant un court instant, elle était aux prémices de la catatonie, comme si elle était inquiète pour un rien. Se touchant les mains comme le ferait quelqu'un d'anxiogène, Funka s'est tût pendant un moment, comme si elle cherchait quelque chose à dire, zieutant en coin la blonde à ses cotés, avant de faire une remarque sur son état.

« L'hôpital ne semble pas être ton endroit préféré lorsque tu es patiente. Tout va bien Medyûsa? »




Revenir en haut Aller en bas
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa  Empty
Jeu 1 Oct 2020 - 11:39
Sur le lit d’hôpital

De mauvais souvenir, être sur un lit d’hôpital, ça ne plaisait pas à la blonde. Cela lui rappelait son passé, sa première année à Kumo et les nombreuses heures à être seule ou à tenter de communiquer avec une psychologue. Par chance, sa situation était différente, elle était là que pour être soigné de ses blessures dû à un entraînement un peu trop violent. De plus, la Yasei n’était pas toute seule, elle ne connaîtra pas la solitude pendant une journée ou deux, voire plus. Funka était aussi dans la chambre et dans un sens, ça rassurait Medyûsa de la savoir à ses côtés. Se regardant, elle avait pas mal de bandages et elle pouvait quelques douleurs, mais apparemment atténuer avec le temps qu’elle a passé dans son état d’inconscience et via les soins prodigués à son encontre. Inutile de se préoccuper d’elle à tout bout de champ, après tout, elle n’était pas toute seule. Son élève était présente, sur un autre lit et il fallait savoir si la Shinrin allait mieux. Malgré son faux sourire à cause du fait qu’elle se sentait coupable de l’état de la brune, mais aussi, du fait qu’elle n’aimait pas être une patiente, elle lui demandait si tout allait bien. La brune lui répondit sans détourner. Fun complimentait le talent de Yui dans le domaine médical et elle n’avait pas tort ? Hirose est une brillante médecin qui a passé le plus clair de son temps à travailler dans ce domaine. Et de plus, elle est la Sensei de Med et la blonde a pu la voir à maintes reprises bosser avec acharnement. Funka avait eu vent à propos de l’évanouissement de la Hebi et elle la pensait, enfin elle n’a pas fini sa phrase, cherchant sans doute le mot.

Medyûsa sourit et finit la phrase de son amie en ayant compris ce qu’elle voulait dire. « Robuste ? Désolée que tu es appris cela. On peut dire que j’ai un peu trop encaissé tes assauts et je pense que c’est la blessure à la tête qui m’a fait tomber. » Dit-elle en souriant. « En tout cas, je suis heureuse que tu ailles mieux, Funka-san. » Finit là-dessus en la regardant tendrement. La blonde se remet à regarder le plafond, se remémorant encore le passé et à croire que cela la hantait beaucoup. La Yasei avait tellement hâte de pouvoir sortir de cette chambre et retrouver une vie normale. Ne plus se souvenir de son elle du passé, de tout ce qu’elle a dû faire pour être apte à vivre en société. Un an de malheur, son enfance n’était pas que joyeuse, entre la mort de sa famille, la disparition ou mort de sa jumelle, décès de celui qui l’avait sauvé et une année à l’hôpital pour la guérir et l’aider psychologiquement. Honnêtement, la blonde préfère éviter d’être allongé sur un lit d’hôpital, car ça lui faisait avoir des idées sombres. En ne faisant rien, elle a toujours tendance à se remémorer son passé. La voix de Funka la fait sortir de ses pensées, elle qui ne pensait pas finir à l’hôpital, mais la suite de sa prise de parole était faible. Regardant un peu la brune, elle n’allait pas la déranger et se concentrer à nouveau sur le plafond. Med ne se sentait pas à l’aise et ça pouvait clairement se voir. Elle avait peur qu’à tout moment, on vienne l’emmener voir une psychologue, ça lui rappellera des souvenirs douloureux. En réalité, elle priait pour que ce soit Hanae qui vienne la voir et la ramène à la maison pour la câliner, la rassurer ou partager un doux moment d’échange charnel dans leur lit.

La voix de Funka la sort encore de ses pensées et cette fois-ci, la Shinrin s’adresse directement à sa sensei. En effet, la brune lui fait remarquer qu’elle a pigé que l’hôpital en tant que patiente ne semblait pas mettre Med à l’aise. Du coup, elle lui demande si elle va bien. Une gentille intention de la part de son élève. La blonde se tourne vers Fun et la regarde d’un air un peu triste, cherchant un minimum à essayer d’être forte devant son élève. « Je…je n’aime pas être patiente…ça me rappelle de mauvais souvenirs et…ça peut aller, merci de t’inquiéter, Funka-san, tu es adorable. » Dit-elle avant de lui tourner le dos et se met en boule en cherchant à se réconforter. Larme à l’œil, elle n’arrivait pas à retirer ses mauvais souvenirs de ses pensées, tremblant un peu. Elle ne ferme pas les yeux, de peur que les images du passé soient plus fortes. « Je veux juste rentrer à la maison, auprès de ma petite amie. Je…désolée, je ne veux pas que tu me croies faible, Funka-san. Mais je n’aime pas être ici comme patiente, pas du tout. Je ne veux pas être seule. » Dit-elle en soupirant et regardant le mur blanc. « Pardon de t’inquiéter. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Invité
avatar

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa  Empty
Jeu 1 Oct 2020 - 20:13




Quand le reptile et le félin deviennent amis
ft. @"Medyûsa"






L'état de Medyûsa empirait et ça n'était plus d'ordre physique mais bien psychologique. Pas besoin d'être un grand psychologue pour comprendre que quelque chose n'allait pas, et si Funka n'était pas véritablement habituée à ce genre de situation, elle se sentait un peu concernée par la situation de celle qu'elle considérait comme une amie et souhaitait faire de son mieux pour l'aider. Mais jamais, ô grand jamais elle aurait pu prévoir que le mental de Medyûsa allait tomber aussi bas dès lors qu'elle lui tourne le dos avec un air empli de mélancolie et de tristesse après l'avoir complimenté sur son attitude vis à vis d'elle. Un petit moment durant lequel la Yasei parle suffira à Funka pour se figer et tenter de comprendre la situation, être patiente dans un hospice peut provoquer de si grosse réaction dans la psyché d'individu? Elle aussi, sa passion avait surmonté sa raison et sa volonté de paraître forte et la poussa à se renfermer sur elle même, comme si elle était honteuse, Funka n'avait jamais fait face à une situation de ce genre, Medyûsa lui parlait de sa petite amie, de son envie de retourner dans ses bras sûrement empli d'une chaleur qui lui ferait du bien, mais tout comme elle, elle savait qu'elle ne pourrait jamais lui offrir le même réconfort que l'amour peut offrir et ça, elle en avait pleinement conscience.

Rester planté sur son lit était un geste bien trop irrespectueux à ses yeux et alors que Medyûsa était de dos, Funka s'était relevée doucement, replaçant correctement son drap alors qu'elle s'observait une fois debout, portant cette blouse blanche d'hôpital qui ne la mettait pas véritablement en valeur bien qu'elle était bien trop légère. S'approchant de sa sensei, elle dépose une main dans son dos comme pour la rassurer, frottant ce dernier pour tenter de la réchauffer du mieux qu'elle le pouvait. Elle ne savait pas comment s'y prendre, même avec celui qu'elle aime plus que tout elle n'avait jamais osé faire cela et n'avait jamais été exposé à ça bien que certaines situations étaient assez critique parfois. Prenant place sur son lit, assise et caressant le dos de sa sensei pour la reconforter, Funka prit la parole d'une voix plutôt douce et calme.

« Seuls les faibles cachent leurs sentiments. Or toi, tu n'es pas faible et jamais je ne t'en voudrais car tes sentiments t'on consumé. Nous serons bientôt rétablie et dès que le diagnostic nous qualifiera de positive à la sortie, alors nous partirons. Mais même si moi j'en ai l'autorisation mais pas toi, sache que je resterais avec toi Medyûsa-chan. Après tout, tu es mon amie, et n'est-ce pas normal de la part d'une amie de rester auprès de toi ? Je ne pourrais pas remplacer le réconfort que t'apporterais ta partenaire, mais je peux tenter de l'imiter pour te faire aller mieux. »

Au final, moi aussi je meurs d'envie de fondre dans ses bras pour qu'il me réconforte après ce combat. Sa voix tremblait légèrement et ses pensées étaient tournée vers Hanzo le temps d'un instant avant de revenir vers sa sensei qu'elle enlacera doucement pour tenter de lui faire comprendre qu'elle était là pour elle malgré ses approches et termes parfois un peu.. déplacés. Funka n'était pas du genre à s'occuper des autres avant elle et même lorsqu'elle le faisait, elle ne pouvait pas s'empêcher de parler d'elle au bout d'un instant. Face à ce mur blanc, ses songes se mélangeaient tandis que ses pensées oscillaient entre son cousin et la situation actuelle. Tout ira bien Medyûsa, je te le promet.

« Nos partenaires ne sont point là, mais lorsque nous rentrerons ils nous réconforteront comme je le fais avec toi. Si ta psyché a été si endommagée par un évènement passé, alors maintenant il faut faire en sorte que tout cela se répare et j'aimerais faire en sorte que ma mentor et amie aille aussi bien physiquement que mentalement. Même si j'imagine que ta petite amie s'en préoccupe encore plus que moi, j'aimerais t'aider sur ce point. »



Revenir en haut Aller en bas
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa  Empty
Lun 5 Oct 2020 - 10:36
Sur le lit d’hôpital

En boule sur son lit d’hôpital, Medyûsa ne savait pas se gérer psychologiquement dans ce genre de situation et elle avait hâte de rentrer chez elle. Après tout, elle ressentait juste quelques petites douleurs. Or, le fait d’être là, dans cette situation, ça la mettait mal à l’aise et ça lui donnait des idées noires. Le pire, c’est que son élève était présente et la Yasei culpabilisait un peu de l’état de son élève, mais surtout, de se montrer faible devant la brune. La jeune femme ne voulait pas avoir une mauvaise image envers la Shinrin et ça la rendait mal également. Cela dit, malgré ses paroles et ses excuses, une main se fait ressentir dans son dos avant de la caresser à ce niveau-là. C’était comme si on venait la rassurer avec tendresse et douceur. Les propos de Funka réconfortent la blonde et l’aide à s’apaiser, elle était si gentille et adorable comme femme. Pour elle, Medyûsa n’était pas faible, car seuls les faibles cachent leur sentiment, émotions. Se laisser consumer par ses émotions n’a donc rien de faible, mais ça permet de voir qu’on est humains. Son élève ne lui en veut pas du tout, au contraire, elle semble heureuse. De plus, elle la rassure sur le fait que si Med ne peut pas sortir, la brune ne la laissera pas toute seule et restera à ses côtés jusqu’à sa sortie. Med est son amie tout comme Funka est son amie et rien que d’entendre ses mots réchauffe le cœur de la blonde. En réalité, hormis Hanae et Hirose, la Yasei n’avait pas réellement d’amis au sein d’Urahi. La dernière phrase de Fun semble un peu étrange, parlant d’imiter Hanae pour la réconforter, mais c’était gentil de sa part de vouloir aider la scientifique. Se mettant à genoux sur son lit, elle se retourne vers son amie et Med se met à l’enlacer tendrement.

« Merci Funka, tu es une amie admirable et gentille. Tes mots me réconfortent beaucoup et t’avoir à mes côtés est apaisant. Je ne suis pas habituée à exprimer mes émotions, mes sentiments ni quoi ce soient d’autres si facilement. Ma petite amie est la seule à qui je parviens à me confier par moments. » Dit-elle en restant blotti contre la Shinrin. « Cela dit, je sens que je peux te faire confiance et me confier à toi, enfin si ça ne te dérange pas. Après tout, tu es mon amie et j’ai envie que tu sois plus qu’une simple amie, je veux développer notre relation, je veux te considérer comme une sœur. » Dit-elle en plaçant son visage devant son amie et lui sourit tendrement. « Si tu devais rester une nuit de plus ici alors qu’on m’autoriserait à sortir, je ferai comme toi, je resterai auprès de toi pour te tenir compagnie, ma jolie. » Elle lui adresse un bisou sur la joue. Medyûsa se sentait déjà un peu mieux psychologiquement en parlant avec son amie et la savoir proche d’elle, à ses côtés et en cas de souci, avec elle pour l’aider à supporter ce moment qui lui semblait interminable. Travailler dans un hôpital, ça ne la dérangeait pas du tout. Or, être une patiente et se trouver dans un lit d’hôpital, elle n’aimait pas cela et elle espérait tout simplement de partir rapidement afin d’aller chez elle et d’être dans son lit avec Hanae ou retourner à son laboratoire pour travailler. Il y avait tant de possibilités de lieux où elle voudrait se trouver que dans ce lit d’hôpital, même si la compagnie de Fun était agréable et rassurante. Funka la serre dans ses bras également, acceptant leur rapprochement physique qui n’était que réconfortante et amicale. Cela changeait un peu de Natsumi, qui elle, l’avait embrassé et voulait aller loin dans leurs relations. Au moins, Funka savait calmer ses envies ou du moins, elle savait faire la différence entre amitiés ou plus.

La suite de la reprise de parole de Funka est touchante aussi et d’ailleurs, Medyûsa venait d’apprendre que son amie avait un partenaire dans la vie, c’était intéressant. Il est clair que leur partenaire les réconfortera, surtout Hanae si elle l’apprend. Pour ce qui était du compagnon de son élève, elle ne le connaissait pas, mais au vu de la mentalité de son amie, il y a des chances qui aident la brune. En tout cas, elle voulait que son mentor et amie aille mieux que ce soit psychologiquement et physiquement, en plus, de vouloir l’aider pour lutter contre ce traumatisme du passé. Medyûsa pose sa tête contre l’épaule droite de la brune. « Hum… Tu n’as pas tort, je sais que ma partenaire me réconfortera. Cela dit, je ne dis pas non pour tu deviennes ma confidente et que tu puisses m’aider à surmonter certains traumatismes si de mon côté, je peux t’aider pour n’importe quoi, Onee-san. » Dit-elle avant de redresse son corps et pouvoir regarder Funka dans les yeux. « Mais si ça ne te dérange pas, j’aimerais te parler de mon malaise et mon passé…euh…quand j’irai mieux, d’ici quelques jours, si ça te va. » Demande-t-elle en prenant les mains de la Shinrin dans les siennes et les caresses avec tendresse. « Tu as su te montrer gentille, amicale et attentionnée envers moi, je te rendrai tout cela en retour jusqu’à la mort. À mes yeux, tu es ma meilleure amie, car au fond de moi, je sais que je peux te faire confiance et que je peux tout te dire. » Dit-elle avant de l’embrasser sur le front. « Merci, Onee-san et d’ailleurs, si tu es patiente, dans quelque temps, je te montrerai quelque chose, une surprise. » Dit-elle avant de regarder l’heure et espérant pouvoir sortir avec Funka et continuer à discuter à l’extérieur de l’hôpital.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Invité
avatar

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa  Empty
Dim 18 Oct 2020 - 15:41





Quand le reptile et le félin deviennent amis
ft. Medyûsa


L'ironie était palpable. Qui pourrait croire que la sylphide du feu se lierait si facilement et si profondément avec une femme originaire du pays de la foudre, de la cité des nuages qu'elle déteste tant? Mais la première impression qu'elle eut sur Medyûsa fut positive et ainsi, naquit une amitié solide entre les deux femmes malgré ses origines douteuses aux yeux de la Shinrin. En ces moments que Funka n'a pas l'habitudes d'avoir, on peut penser qu'elle agit par pulsion et non sans véritablement réfléchir, ses seuls moments de tendresses sont avec Hanzo et jamais elle n'avait droit à une véritable amitié si ce n'est avec sa mère pendant un court instant durant sa jeunesse avant qu'elle devienne quelqu'un qu'elle déteste comme tout les autres. Ainsi, cet instant faisait du bien à la Shinrin, peut-être que sa solitude était finalement effacée par la présence de celle qui la considérait comme une soeur qu'elle n'a jamais eu, en plus d'être devenue une élève et une amie, elle était devenue une figure fraternelle pour la belle Yasei.

Vient la question de la confidence, alors encore enlacée dans les bras de la Yasei, elle l'observe avec un petit sourire se voulant chaleureux, elle se doutait bien que quelque chose ne tournait pas rond dans la tête de Medyûsa et que son passé impactait beaucoup sur elle, un peu comme pour Funka en vérité.

Elle tient les mains de la blonde entre les siennes en écoutant sa demande.

« Si mon oreille peut t'être utile, alors je serai là pour toi, Medyûsa. Tu n'as pas besoin de me remercier, c'est normal. »

Elle n'avait plus parlé depuis un moment et se voulait amicale envers sa petite soeur. Lorsqu'elle évoqua la surprise, alors elle prit un air intéréssé.

« J'ai hâte de découvrir tout ça. »

Peut-être quelques minutes passeront avant que Yui refasse surface pour annoncer aux deux soldates qu'elles pouvaient enfin sortir de l'hôpital, aux yeux des médecins elle était rétablie, bien que l'échange de regard entre Yui et Funka assez étrange voulait signifier que quelque chose restait encore irrésolu.

Fin.



Revenir en haut Aller en bas

Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La joute du reptile et de la blanche colombe. [Pv : Medyusa]
» Mission libre C - Avant que les vendanges ne deviennent floues
» Le Journal d'un félin
» Un Félin sauvage apparaît ?
» La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya]

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: