Soutenez le forum !
1234
Partagez

Echos du futur [Teruyo]

Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Echos du futur [Teruyo] Empty
Lun 28 Sep 2020 - 5:09
En pareilles moments, il aurait été prêt à sacrifier beaucoup de choses pour être capable d’utiliser le chakra médical comme le faisait Aimi, sa coéquipière la plus ancienne depuis son réveil de son coma. Celle qui était devenue la cheffe de l’hôpital avait eu fort à faire depuis la bataille contre le Yonbi, plus encore que d’ordinaire, en sus d devoir elle-même récupérer de ses blessures. Peu surprenant donc dans ces conditions que ce soit ce jour-là un eiseinin encore relativement peu rôdé qui se soit occupé du simple suivi de la cicatrisation de l’Oterashi, dont les brûlures avaient marqué son corps à jamais. Le jeune homme, à peine moins âgé que le guerrier consumé, avait bien tenté de le convaincre d’accepter des greffes de peau pour contribuer à un « meilleur rendu » selon ses termes, mais il n’avait pas eu les nerfs d’insister lorsque Yanosa avait commencé à montrer les dents.

Hors de question pour lui de tenter d’effacer ou de camoufler les traces de cette journée fatidique. De fierté, il n’en aurait aucune à les porter, mais en dépit des douleurs, en dépit de son apparence qui frôlait à présent le tout à fait repoussant, ne jamais fuir la réalité, la garder aussi vivement que possible à l’esprit faisait partie de ses prérogatives. A cette fin, au sortir de son rendez-vous, il prit d’ailleurs le temps d’arpenter les couloirs de l’hôpital, lorgnant du côté des chambres et de leurs occupants, s’imprégnant de leurs souffrances tant physiques que morales. Il y avait bien peu de choses, si ce n’était aucune, qu’il pouvait faire pour eux à présent, hormis redoubler d’ardeur au travail et de continuer à réfléchir à leur plan d’action. Le temps jouait plus que jamais contre eux désormais dans la quête effrénée au Dieu Renard qui avait dors et déjà commencé, et si Yanosa ignorait quand les blessés pourraient espérer être remis sur pieds, littéralement, il espérait bien pouvoir compter sur leur implication à tous le moment venu.

Car, malheureusement, Tôsen avait aisément porté un coup sévère à l’unité qui avait tenté de naître entre tous ceux qui maniaient le chakra : les dissensions et les traîtrises pouvaient pointer le bout de leur nez n’importe quand et de la part de n’importe qui. Oscillant dans l’aile ouest, l’Oterashi tâcha de transformer la peine et le désarroi qu’il captait par tous les pores de son être en énergie et en détermination, se faisant peu à peu l’avatar même de la hargne et de la colère sous le couvert calme et abîmé de son corps.

C’est alors qu’il le vit, là à quelques mètres près d’un angle, sa bedaine intacte et reconnaissable entre toutes. Instinctivement son regard ne quitta pas l’abdomen du Chûnin, croyant un bref instant ressentir à nouveau la morsure du feu et de la lave dans chaque parcelle de son corps. Il marqua un temps d’arrêt, laissant ses yeux rejoindre ceux du père de famille avant de faire lentement quelques pas de plus vers lui. Avec le temps, les deux hommes avaient appris à s’apprivoiser l’un l’autre, se comprenant sans vraiment cesser à la fois de s’opposer et de coopérer. Deux variables nouvelles cependant venaient de redistribuer les cartes. Des variables mouvantes et difficiles à discerner, qui imposaient au guerrier calciné de saisir ce moment de calme pour tenter de dissiper une part de cette brume opaque.

« Teruyo. Des nouvelles… de ta famille ? »

Il marqua une pause, visiblement distrait par sa proximité avec l’énergie condensée et scellée du Yonbi, comme si il avait craint de se retrouver à nouveau plongé dans ses entrailles magmatiques et d’y rester piégé à tout jamais.

« … Désolé, pour ça. J’étais si près du but, j’aurais pu... » Il déglutit avec peine, douloureusement, sans pour autant se défiler ou baisser le menton.

« J’aurais du y arriver, t’épargner… tout ça. Je suis désolé, Teruyo. »

Il avait éprouvé, senti de première main la mortalité de la bête à quatre queues. Si il avait réussi à convaincre les siens, si ils avaient joint leurs forces et focalisé leurs efforts sur la défaite finale et absolue du Yonbi, il n’avait à présent aucun doute quant au triomphe qui les aurait alors attendu. Une occasion manquée et à présent… A présent, de tout autres problèmes allaient se poser.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Echos du futur [Teruyo] Empty
Mar 29 Sep 2020 - 15:43

Enfin libre de mes mouvements, je ne savais pas pour autant à quelle sauce j’allais être réellement mangé. Je n’avais pas encore eu réellement le temps de me poser la question que déjà les tengus me surveillaient. Je comprenais parfaitement la situation, j’aurais sûrement prôné la même chose si je n’étais pas dans mon cas, et même en étant qui j’étais aujourd’hui, je prônais cette solution. Après tout, cette situation était nouvelle et nous n’avions aucune information sur le devenir des shinobis possédés par les démons. L’exemple de l’homme au chapeau n’en était sûrement pas un tant ses pouvoirs étaient au-delà du commun des mortels. De fait, je ne pouvais pour l’heure, qu’attendre, réfléchir, me préparer, et être prêt à lutter si nécessaire.

Après quelques échanges avec qui de droit, voilà que je pouvais enfin quitter les lieux après avoir été alité si longtemps. Quant à ma garde, si elle n’était plus visible, je ne doutais pas un seul instant qu’elle était toujours là. J’avais de quoi les repérer avec une facilité déconcertante, pour autant, je décidais de ne pas le faire. Savoir ne changerait rien, l’important pour moi étant de reprendre une vie des plus normale, autant que possible en tout cas.

Si je n’avais pas vraiment de souvenir depuis le sacrifice de Bersekyr, se remémorer son acte me faisant sombrer un peu plus dans la mélancolie qui m’habitait, je ne savais finalement pas trop ce qu’il était advenu de tout le monde. Si certains avaient été affreusement mutilés, au final, je n’avais, de mémoire, croisé que deux ou trois de mes pairs avant de sombrer dans un état comateux. Mais, désormais, j’étais là, à l’hôpital, comme sûrement tant d’autres. Désireux de prendre des nouvelles de chacun, et plus encore, mes pas me portaient difficilement vers l’accueil de la clinique. D’un tempérament las, j’avais l’impression de me traîner, que mes jambes pesaient plusieurs tonnes chacune, comme si je redouter de me retrouver devant cette secrétaire, d’avoir les réponses aux questions que personne ne voulait avoir à se poser un jour, et qu’aujourd’hui, je me posais pour un nombre incalculable de mes partenaires. Etaient-ils vivants ?

C’est la boule au ventre, la tête toujours prise dans un étau, la douleur n’ayant pas l’air de vouloir s’estomper qu’un visage connu, partiellement connu du moins, je le croyais en tout cas, fit son apparition devant moi. Oterashi Yanosa. Le manipulateur incontesté du Doton, titre qu’il devait sûrement partager avec Toph d’ailleurs. Et si au premier abord, il m’avait été difficile de le reconnaître, le ton de sa voix ne faisait que confirmer son identité. Levant les yeux se le grand brûlé, je ne parvenais pas à soutenir le regard du shinobi, non pas à cause de son faciès blessé, mais plutôt à cause de la honte qui m’envahissait. Pourtant, c’était une voix calme qui s’adressait à moi, contrairement à ce que j’aurais pu imaginer. Levant finalement les yeux, j’adressais quelques paroles à l’assimilateur.

« Je … non. Je suis pas encore sorti d’ici. Je suppose qu’ils vont bien. On me l’aurait dit sinon. Et surtout, on m’aurait sûrement ménagé pour m’annoncer une mauvaise nouvelle. »

Puis, écoutant avec attention les paroles qui fusaient, je fus pris d’un certain remord incontrôlé, une peine profonde qui alourdissait mon cœur. M’approchant d’un mur du couloir, je me laissais glisser doucement dessus jusqu’à ce que je sois assis par terre, à côté d’un banc usé, mais sûrement plus confortable. Resserrant mes jambes sur moi, j’adressais quelques mots à la suite des paroles de mon pair. Lui étaient-elles destinées ? Étaient-elles pour moi ? Pour chacun des iwajins ? Je ne savais pas trop. Presque chuchotant, Yanosa pouvait cependant entendre ce qui était sûrement une réponse à ses propres paroles, la voix tremblante.

« Tu n’aurais rien pu faire. Personne. Aditya nous l’avait dit. »

Levant finalement les yeux, le regard embrumé, je poursuivais enfin.

« M’épargner ? Je doute que l’on ait pu faire autrement. Et puis … je m’y été préparé … Toph avait prévenu ceux chargés du scellement. Mais … qui pourrait être prêt à ça ? Qu’est-ce qui serait arrivé si tu ne t’étais pas échappé ? Si tu avais été encore à l’intérieur de ça, de lui, de moi, je sais pas trop comment dire. Tu aurais pu mourir … par ma faute. »

Une main sur le visage, je poursuivais.

« Pardon, pour ça, pour tout ça, pour toi. D’ailleurs, comment tu vas ? Tu es déjà d’attaque ? »

_________________
Echos du futur [Teruyo] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Echos du futur [Teruyo] Empty
Ven 2 Oct 2020 - 4:17
Comme beaucoup d’entre eux, Teruyo semblait dans le flou, et si chacun avec ses propres raisons, celle du maître de la lumière à l’embonpoint certain ne pouvaient pas souffrir la moindre concurrence. Le Chûnin était physiquement indemne, mais était devenu le réceptacle d’une bête à la puissance démesurée, capable de raser des cités entières : rien de franchement rassurant pour le père d’une fillette qui n’avait pas encore dix ans. Dans son regard, Yanosa lut un profond chagrin chargé de culpabilité, des émotions qui se faisaient le reflet des siennes, de ses propres regrets et de la sourde colère qui l’habitait.

Le Miyamoto, visiblement désemparé, alla trouver le soutien d’un mur tout proche, au pied duquel il se laissa échouer lentement. Totalement et tristement résigné, Teruyo acceptait son sort avec un degré de fatalisme qui n’échappa aucunement au Tellurique, qui alla lentement s’installer sur le banc à côté duquel son coéquipier s’était échoué. Les dents serrées, il l’écouta sans un mot, le regard se perdant sans doute comme le sien au fond du couloir. Les coudes appuyés sur les genoux, l’Oterashi expira profondément, profitant presque de ses douleurs chroniques appuyées par le tiraillement de ses nouvelles blessures pour s’octroyer la concentration nécssaire.

« … A peu près. Traverser le Yonbi… m’a affecté. Mais, monter à l’assaut… c’était mon choix, Teruyo, et j’étais prêt à en accepter les conséquences. Pour moi… et pour les autres. »

Sa voix éraillée par les flammes se perdit dans le couloir de l’hôpital, tandis qu’il se redressait pour appuyer son dos contre le mur à la manière de son comparse.

« ...Ce n’était pas en vain, tu sais. Cet Aditya… Je n’ai pas de raison… de douter de lui, des informations qu’il nous a fourni. Et pourtant… je suis à présent convaincu… qu’il avait tort. »

Il tourna lentement la tête sur le côté, cherchant à capter le regard du maître de la lumière. Évoquer le fruit de son expérience remuait encore beaucoup de maux en lui, mais c’était néanmoins nécessaire.

« Ce que tu as dans les entrailles… cette bête. Elle n’a rien d’un Dieu, et si moi j’ai pu la blesser... »

Et de là, réalisa-t-il, découlait la nouvelle problématique à laquelle il faisait face. A laquelle il devaient tous faire face.

« Sakaze Tôsen… Sa solution pour nous débarrasser de ces créatures est tellement simple. Tellement facile… Mais le prix à payer... »

Il marqua une pause, surmontant son appréhension et bravant ces sentiments défaitistes qui tentaient de s’insinuer dans son esprit.

« Qu’est-ce que tu en penses, Teruyo. Un monde sans chakra.. te paraîtrait vraiment plus équitable ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Echos du futur [Teruyo] Empty
Lun 12 Oct 2020 - 17:54

Si physiquement cela se passait plutôt bien pour moi, le moral lui, n’était pas encore là. Pour autant, j’avais quelque part honte de ce que j’étais en l’instant. Depuis mon réveil, depuis qu’Aimi m’avait libéré et que Toph et moi avions échangé quelques mots, je m’étais apitoyé sur mon sort, sans une seule fois, pas un instant, penser réellement à ce qu’avaient vécus mes partenaires d’infortune meurtris dans leur chair. Yanosa avec son nouveau visage me rappelait à cette réalité. Me relevant malgré la volonté de me recroqueviller sur moi-même.

« Affecté ? En effet, je vois que tu as subi bien plus que beaucoup n’auraient supportés. Je suis en tout cas heureux de te voir debout. Mais … je ne sais pas comment te poser la question autrement. Sincèrement, je ne sais même pas si j’ai le droit de te demander ça, mais … pourquoi avoir agi ainsi ? »

Yanosa avait participé aux échanges avec Toph et Tsuyoshi lors de la visite d’Aditiya au retour de notre entraînement visant à apprendre le kinjutsu. Nos échanges avaient été riches en renseignement, notamment sur la force supposée des Dieux et de leur impossibilité de les tuer. Ainsi, sachant cela, pourquoi le clairvoyant s’était-il mis en danger de cette manière ? Était-ce là un désir ardent de briller ? Une volonté de s’affirmer au-delà de ses camarades qu’il avait potentiellement mis en danger par son absence ? Avec sa présence, son groupe aurait-il pu s’en sortir autrement ? Ego, folie ou inconscience, si je m’en voulais pour ce que le démon avait fait, il m’apparaissait indéniable que ce qui était arrivé à l’assimilateur de terre était de sa propre faute. Pour autant, je ne pouvais lui en vouloir, lui qui portait désormais ces stigmates, par ma faute en quelque sorte.

« Tester ta théorie était un pari risqué et qui malheureusement n’a pas pu être prouvé. Payer un tel prix pour si peu. Iwa aurait pu perdre un shinobi de valeur, un de plus. Cela en valait-il le coup ? »

Puis, conscient de ce que j’étais en train de faire, je me redressais, baissant les yeux, continuant d’un ton plus amical, compatissant même.

« Excuse moi … je ne devrais pas. Il est plus facile de blâmer les autres plutôt que de regarder ses propres échecs. Et pour te répondre, je pense que l’homme au chapeau fait erreur. Un monde sans chakra ne sera pas meilleur pour autant. La médecine ferait un bon en arrière. Quant aux guerres, elles ne cesseraient pas, au contraire. Aujourd’hui, seuls les shinobis combattent réellement, les mercenaires ne sont que des pantins en général. Mais dans un monde sans chakra, tout le monde pourrait se battre. Qu’est-ce qui empêcherait donc un Daimyo ou autre de lever une armée avec les anciens shinobis, mais aussi avec des civils armés. Il n’y aurait pas de différence à les utiliser du coup. Et toi ? T’en penses quoi ? »



_________________
Echos du futur [Teruyo] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Echos du futur [Teruyo] Empty
Jeu 15 Oct 2020 - 7:40
« Pourquoi ». La question était tellement légitime et naturelle que le guerrier tellurique ne sourcilla pas en l’entendant de la bouche de Teruyo. Il se demanda même, finalement, ce qui avait poussé l’hôte de Yonbi à prendre autant de pincettes pour la poser, même si il était vrai que les ramifications de la réponse étaient loin d’être simples. Le Miyamoto relevé devant lui, Yanosa releva les yeux dans sa direction, notant la pointe de profonde incompréhension dans son regard. Il comprenait d’où venait sa perplexité, même si le maître de la lumière le connaissait certainement assez bien à présent pour déduire ce qui avait pu motiver ses actes.

« ...Je te mentirais si je disais que c’était avant tout pour t’épargner cette… condition, même si… ça n’aurait vraiment rien gâché. Non, si je l’ai fait… c’est pour essayer de créer un futur où les Hommes seraient… libérés du mysticisme. De la tyrannie de Dieux qui n’en sont pas, de leur pouvoir qui n’a plus rien à faire sur cette Terre.

Notre plan était ce qu’il était, et sans pour autant le saboter… je devais essayer.
 »

Il marqua une pause, déglutissant avec peine en affichant un rictus.

« Les dieux cardinaux de Ketten, la chute de la barrière... »

Il ne termina pas sa phrase, les deux hommes sachant de toute façon pertinemment comment s’était déroulée la suite. Si la barrière n’avait pas cédé, ne cessait-il de se dire, il ne pouvait plus qu’imaginer quel genre de dégâts il aurait pu provoquer à la tête du singe. Sans honte ni fierté, il garda ses yeux cerclés de chair meurtrie relevés vers Teruyo. Il ne parvenait pas réellement à imaginer quelle nature avaient adopté ses tourments, lui qui avait du sacrifier son ours Bersekyr pour sauver son unité, et qui avait par ailleurs tant de choses à perdre, une fille à élever. Ces sentiments le traversaient, tout comme la sollicitude du manieur de lumière à son égard, sans vraiment s’accrocher. Il comprenait, sans vraiment les éprouver, les liens à vif et les émotions, mais comme le lui avait dit Taishi… ce n’était plus de ce côté de la barrière qu’il se trouvait à présent.

« … Nous sommes bien d’accord. Réduire une équation à sa plus simple expression… n’a jamais changé sa résultante. La solution au problème que nous pose Tôsen, cependant… est encore nébuleuse. »

A ces mots, il se releva à son tour, non sans grimacer sous le coup des tiraillements et douleurs en tout genre. D’un pas lent mais ample, il se rapprocha alors du Chûnin, face à face, et étendit une main lourde et ferme qu’il plaqua sur son épaule.

« ...Je ne sais pas ce que ton invité te réserve de mauvaises surprises. Mais si un jour tu as besoin de quelqu’un pour gérer ses ardeurs… je serai là. »

La main se départit de l’épaule du père de famille, puis sans grande hâte, l’Oterashi dépassa celui-ci pour s’en retourner dans le couloir
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Echos du futur [Teruyo] Empty
Ven 23 Oct 2020 - 11:28

J’avais peu côtoyé Yanosa finalement. Une mission en collaboration, quelques échanges ici et là, la préparation des défenses de la cité également et voilà qu’il articulait sa « défense » sur un désir de protection. Pouvais-je le blâmer ? Moi qui désirais avant tout sauver tout le monde, sauver les autres, éviter les conflits. Pouvais-je lui en vouloir d’avoir essayé ? Déformé par ses erreurs, il porterait à jamais sur lui les traces de son échec. N’était-ce pas là une punition suffisante pour lui, pour peu qu’il faille vraiment punir son acte insensé. Écoutant avec attention le grand brûlé, je ne parvenais pas à adhérer à ses paroles, bien que je comprenne partiellement son point de vue.

« Rien n’aurait pu m’épargner tout cela. S’il y avait eu une autre solution, nous l’aurions sûrement su. Mokko, le Saint-Père, personne n’a parlé d’une autre option. Aditya non plus. Tu étais là, comme moi quand il nous a fait par de son expérience. Pourquoi avoir pensé pouvoir agir autrement ? Sans même savoir si c’était possible ou des conséquences que cela aurait pu avoir… »

Soufflant légèrement, je regardais quelques patients passer ici et là. Blessés plus ou moins gravement, chacun des visages que je connaissais de prêt ou de loin me laissait comme une plaie au cœur, ressentant leur douleur comme si c’était la mienne, comme si quelque part, j’étais fautif de tout ça.

« Ce qui est fait, est fait, tu as pris un risque. À mes yeux, jamais tu n’aurais dû le prendre. Lâcher ton équipe, comme ça, une équipe qui comptait sur toit pour la défendre, pour l’aider. Peu importe la chute de la barrière ou Ketten. Qui sait ce qui aurait pu se passer si tu étais resté avec eux, les aider, les protéger… »

Frappant un chariot médical à côté de moi, quelques fournitures tombèrent au sol avant que je ne m’adosse au mur, regardant le foutoir que je venais de provoquer avec un certain dépit avant de me laisser à un petit rire nerveux.

« Il est tellement plus facile de blâmer les autres au lieu de se remettre en question. On cherche toujours des réponses, savoir ce que l’on aurait pu faire pour sauver tout le monde. T’as fait ce que je pensais juste … et t’en a payé le prix fort. On en a tous payé le prix d’autres bien plus que moi et regarde moi justement à râler et pleurnicher. »

Relevant la tête, j’essayais d’afficher une mine déterminée. J’essayais du moins, sans réellement savoir si j’y parvenais et si j’étais crédible dans ce rôle.

« L’homme au chapeau, ce Tosen, n’est qu’un illuminé de plus. Il est convaincu de la justesse de sa croisade pour des motifs que lui seul est sensé connaître. Je n’appelle pas ça être une solution, encore moins quand elle est imposée de cette manière. Pour quelqu’un qui soi-disant a vu le futur, il agit d’une manière qui n’est en rien clairvoyante. »

Subitement, Yanosa apposa sa main brûlée sur mon épaule. Un léger soubresaut. Que dire de cette main tendue ? Sincère marque d’amitié ou tentative quelconque ? L’esprit encore embrumé, je marmonnais quelque chose d’incompréhensible en guise d’acquiescement avant de poursuivre.

« Ses ardeurs ? Si ce mal de crâne est de son fait, alors pour l’heure, c’est lui qui est en train de se jouer de moi. Quant aux mauvaises surprises possibles, aucune idée de ce qu’il pourrait advenir. Me transformer en monstre, exploser en une boule de magma, suinter de la lave, que sais-je … et si jamais … enfin, si j’ai besoin d’extérioriser… merci. »

_________________
Echos du futur [Teruyo] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Echos du futur [Teruyo] Empty
Sam 24 Oct 2020 - 8:39
Teruyo n’était pas en mesure de comprendre ce qui l’avait motivé, ce qui l’avait poussé à agir. Ce n’était pas grave : le guerrier brûlé s’était fait une raison, avant les événements qui avaient vu la cité ravagée par l’irruption de Yonbi. Il avait vu le plan se dessiner, ses acteurs se décider, et rien qu’il n’eut pu faire n’aurait pu faire changer les décisions de la hiérarchie. Il avait du prévoir son propre plan, en marge de l’officiel, en accepter les risques tant pour lui que pour les autres, et si le Miyamoto voyait juste quant aux conséquences de ses actes, Yanosa n’en restait pas moins persuadés du bien fondé de ceux-ci. Car si il y avait bien une chose qu’il refusait de croire, c’était qu’une entité quelle qu’elle soit puisse dicter non seulement son destin à lui, mais aussi celui de tout son village ou de tout son pays.

Sauver ses camarades… Oui, cela lui aurait sans doute été possible, à en juger par la lecture des rapports préliminaires qu’il avait pu consulter. Yonbi avait balayé une grande part de la cité et ses shinobis avec : un peu de sa magie Mitsudo aurait certainement fait merveille, pour permettre à Senken, Shuhei et Taishi de prendre la hauteur suffisante. Mais tout comme le fait d’avoir fini gobé par la bête ancestrale sans avoir le temps de mettre son plan à exécution, le fait que ses coéquipiers se montreraient incapables de gérer un assaut aussi redoutable que linéaire que celui-ci n’était pas entré dans ses calculs. Et comme finit par le résumer Teruyo après un excès de colère et de frustration dont l’Oterashi était peu coutumier de sa part, faire ce qui paraissait juste avait finalement été la doctrine de chacun.

Quels qu’en soient les coûts, le guerrier tellurique était d’ailleurs bien décidé à continuer de le faire, et ne pouvait pas s’empêcher de penser au rapport oral qu’il mûrissait déjà depuis quelques temps dans son esprit avant d’aller le délivrer à Toph. Ce rapport, songeait-il, soulèverait bien des non-dits et il doutait fortement de pouvoir recevoir de la part de l’Intendante le retour qu’il espérait vraiment. Après ce bref moment d’échange et d’ouverture en compagnie du nouvel hôte du Yonbi, Yanosa devait se préparer à gérer la friction du conflit et les étincelles des idées qui s’entrechoquent, un environnement où il demeurait finalement plus à l’aise que la plupart. Face à la résignation du maître de la lumière, il ne pouvait finalement que botter en touche pour cette fois, et rester comme à son habitude fixé vers l’avenir qui les attendait.

« Pas de quoi, Teruyo. En attendant le retour de Tenzin, il faudra bien un assimilateur aguerri pour te servir de punching ball… et pouvoir épargner le matériel de l’hôpital. »

Saya, sa fille. Comment allait-il lui annoncer ce qu’il était devenu ? Sa vie de famille pourrait-elle se poursuivre, avec cet obstacle supplémentaire érigé entre Teruyo et les siens ? Allait-il seulement avoir le droit de leur en parler ? Toutes ces questions et ces problèmes n’étaient pas les siens, et l’Oterashi se les évoquait mentalement comme il l’aurait fait des inconnues d’une grille de sudoku. Malgré tout… il y pensa, avant de finalement continuer dans le couloir pour définitivement disparaître de la vue du Miyamoto.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Echos du futur [Teruyo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: