Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu

Sharrkan
SharrkanEn ligne

Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu Empty
Lun 28 Sep 2020 - 23:06
Vingt-quatre heures s'étaient écoulées depuis l'apparition du Dieu du Désert. Vingt-quatre heures que le chaos s'était abattu sur le Pays du Vent, ravageant sa face pour le transformer en enfer sur terre. Un peu moins d'une journée entière depuis que tant de personnes avaient perdu la vie... bon nombre de leurs camarades compris.

Sharrkan s'était réveillé avec des courbatures atroces. Tout son corps souffrait et sa tête lui donnait l'impression qu'elle pouvait exploser à tout moment. S'il était plutôt familier à cette sensation, la raison n'était absolument pas la même que celle de d'habitude. Il eut un moment de tranquillité pendant une seconde, mais les événements de la veille vinrent rapidement s'imprimer avec force dans son esprit.

______________________________________________

Comme depuis ce jour-là, Sharrkan répétait le même rituel. Il n'y avait pas vraiment d'endroit où il voulait être, ni de personne qu'il voulait voir, mais il pouvait toujours veiller sur ceux qui étaient restés inconscients. Il se dirigea donc vers l'hôpital où il avait laissé Mitsuhide, Hiko, Mukuro. Mukuro... s'il y avait bien quelqu'un qui pouvait s'en sortir vu la situation, c'était elle. Leur relation avait été étrange depuis le début ; partenaire de crime, ennemis, coéquipiers... Ils s'étaient retrouvés ensemble dans ses situations qu'il n'aurait même pas osé imaginer. Et si la mercenaire lui tapait souvent sur les nerfs - ce qui était sûrement réciproque -, Sharrkan ne pouvait nier qu'il s'était finalement attaché à cette cinglée.

Comme d'habitude, il commença par visiter sa chambre. Et en entrant dans la pièce, il fut assez surpris de voir que quelqu'un se trouvait déjà là.

« Oh, Mitsuhide ! Je suis content de te voir réveillé ! Tu vas mieux ? »

Si à la base Sharrkan espérait ne croiser personne, il était finalement soulagé de voir son confrère des Shidan. Ce jour-là, il avait dû faire un choix... et avait décidé de finalement l'abandonner. Donc évidemment, il était plus qu'heureux de voir que le manieur de lumière était toujours parmi les vivants.

Le Kazejin tira une chaise et s'installa de l'autre côté du lit d'hôpital.

« Pas d'amélioration pour elle... ? »

C'était très difficile de poser le regard sur la mercenaire inconsciente, encore plus avec tous les tuyaux qui sortaient de son corps gravement brûlé. Néanmoins, il y avait déjà eu de l'amélioration, en tout cas visuellement ; preuve qu'un ninja médecin s'était penché sur son cas. Mais l'odeur de chair humaine brûlée... était difficile à oublier.



_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Ashina Mitsuhide
Ashina Mitsuhide

Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu Empty
Lun 12 Oct 2020 - 2:04
Une respiration haletante ponctuée de quelques gémissements de douleur venait briser le silence imposé dans cette chambre bien vide. Vide de sens, vide d'âme, vide d'émotion. Seule la douleur régnait en maître incontesté et incontestable. Le supplice de tous ces êtres qui survivent. Combien de conscience se sont éteintes, ici dans ces lieux, en tentant vainement de lutter dans ce royaume indépendant, exilé du temps ? Combien d'êtres ont contemplé de leurs yeux meurtris l'abîme que représentait leur existence ? Comment se sortir de ce gouffre sans fond, lorsque la douleur vous rappelle à l'ordre à chaque instant ?

Les médecins se succèdent, prodiguent des soins, administrent des médicaments, mais la situation n'évolue pas. Plus les choses, soi-disant, changent, plus elles restent les mêmes. Anesthésié, le corps l'était. Brisé, l'esprit le demeurait. La vie, s'accrochant désespérément, peignait un tableau aux teintes fades. Des soleils noirs et des nuits blanches. Des regards tristes et dangereux. Un monde qui gronde sous l'obscurité journalière. Celle qui rendit son esprit sombre, au point d'avoir peur quand s'éteint la lumière.

Et puis, une grande respiration. Une bouffée d'air inespérée et salvatrice venant apaiser tous les maux du corps et de l'esprit. La fin d'un cauchemar qui s'était éternisé au point de devenir réel. Tout se bouscula brusquement face à ce bombardement de bourrasque de bonnes énergies. Les bienveillantes bribes de paroles balançaient sans baratin par les médecins apportent bienfaits et bonheurs à l'esprit bouillonnant du bougre qu'est l'Ashina.

Placé sur un fauteuil de fortune, le déicide pouvait s'exiler de son tombeau pour rejoindre la réalité qui ne l'avait pas attendu pour continuer son œuvre. Malgré des mouvements limités et blessures toujours douloureuses, l'ancien esclave se hâta de prendre des nouvelles de ses homologues des hérauts du désert. Une fois quelques informations récupérées, il se dirigea vers la chambre de Mukuro, toujours piégé dans ce royaume hors du temps. Les récits disaient donc vrai. La chair à vif, le visage brûlé, l'éclatante mercenaire faisait peine à voir. L'installation mise en place pour accélérer la récupération de la jeune femme était mirobolante, mais insuffisante. Combien de temps encore avant que sa conscience remonte à la surface ?

La mine basse et l'œil humide, le manipulateur de la lumière contempla l'arrivée de Kan, membre du Shidan si ce dernier pouvait encore être maintenu. Adressant un sourire sympathique, celui que l'on surnomme maintenant le Tueur de Dieu s'attela à répondre.

« Je t'avais bien dit que je survivrai à tout ceci ! Content de voir que tu es en un seul morceau Kan. Tu as de la chance, comparé aux autres... »

Serrant son poing avec difficulté et douleur, l'ancien marchand reprit.

« Je me sens un peu mieux oui, même si je ne suis pas dans ce fauteuil par choix, comme tu peux t'en douter. Les médecins estiment que j'en ai encore pour quelques semaines avant de pouvoir retrouver un usage fonctionnel de mon corps, mais au moins, je suis enfin éveillé ! »

Ses yeux écarlates se tournèrent vers ce corps inanimé portant le nom de Mukuro.

« Non, toujours pas hélas. J'ai parlé un peu avec les médecins, ils ne sont sûrs de rien à propos d'elle... »

_________________
Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu Lnwa
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9121-une-nouvelle-lueur-ashina-mitsuhide-u-c https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t9742-ashina-mitsuhide#82731 https://www.ascentofshinobi.com/u1305
Mukuro
Mukuro

Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu Empty
Lun 12 Oct 2020 - 9:06

« Tiens, c'est marrant comment est-ce qu'il fait noir ici... »

Ouvrant les paupières, je lançai un regard circulaire autour de moi. Mais bizarrement, je ne voyais rien d'autre que noir... Un peu comme quand on allait au cinéma et que toutes les lumières étaient éteintes... Bah, c'était la même chose. J'étais là, seule au milieu de tout et de rien à la fois, plongée dans le noir le plus complet, attendant avec impatience le début de la séance...

« D'ailleurs... Qu'est-ce que je suis venue voir ? »

Pas un mélodrame à la con ou une histoire à l'eau de rose j'espère... Je détestais ça. Je préférais les films d'action avec de la violence, du drame et de la tragédie ! Mais... Chose étrange, le film ne semblait pas vouloir débuter... Peut-être était-ce un bug dû à une mauvaise pub qui avait fait crashé l'ampoule du projecteur ? Ou peut-être était-ce une maladresse du personnel qui avait oublié de cliquer sur le bouton départ ? Malgré le temps qui défilait, il ne se passait toujours rien... Aucun bruit... Aucune lumière...

« Ashura ? Oroshi ? ...Kuuli ? Oy, vous êtes où ?? Bon, ça suffit là de jouer à cache-cache là ! C'est pourri comme jeu et démodé en plus ! Sortez de votre cachette là bandes d'enfoirés ! » Hurlai-je d'un ton clairement agacé.

Mais... Aucune réponse. Après quelques instants de silence, je repris la parole d'un ton plus conciliant...

« Oy ! ...Les copains ? S'il vous plait... Sortez de votre cachette... Je.. Je n'aime pas le noir... Même si cette couleur est plutôt à la mode et passe partout, elle fait un peu peur quand elle est omniprésente comme ça... Et c'est chiant de rester seule là, comme ça, dans le noir... Envoyez moi quelqu'un, au moins pour me tenir compagnie... »

Mais... Toujours rien. Seul le silence me répondit par son absence de réponse... C'était à cet instant que je compris que ce n'était nullement une salle de cinéma qui m'entourait, mais une prison - appelée la solitude... J'attrapai une cigarette que je vins coincer entre mes lèvres.

« La solitude... Que suis-je bête. On se connait bien pourtant. Mais il faut croire que durant ces derniers mois avec toutes ces personnes que j'ai rencontré, j'ai commencé à t'oublier... C'est pour ça que tu es revenu me le rappeler... N'est-ce pas ? Ma meilleure amie d'enfance... »

Née dans un village perdu au milieu du pays du vent, orpheline sans père et sans mère, je vivais en volant et en tuant les voyageurs qui avaient le malheur de rencontrer mon chemin... Le quotidien était une survie et la faiblesse était synonyme de mort. Ce fut dans cet environnement rude que je fus formée et que je te rencontrai - toi - solitude. Ensemble, nous errions comme un grain de sable au milieu du désert... Misérables. Pathétiques. Ridicules.

« Une salle de cinéma ? Qu'est-ce que j'ai fumé moi... Ça n'existe pas de nos jours... »

Mais une voix familière me tira de mes pensées.

Mais que racontes-tu Nobume ? Bien évidemment que c'est une salle de cinéma ! »

C'était... Sensei. Ébahie, surprise, je demeurai bouche bée alors qu'il se rapprochait doucement de moi, tout souriant, tout naturel... Je ne comprenais plus rien à ce qu'il se passait sous mes yeux... L'air de rien, il prit place comme ça, à côté de moi, et commença à taper la discute...

Encore à fumer ces cochonneries hein... Tu ne penseras donc jamais à ta santé ? Et quelle indignité pour une gardienne de Gobi que de se présenter ainsi vêtue... Décidément, toujours aussi rebelle malgré les années qui passent...
Oy Oy Oy ! Attends attends... Qu'est-ce que tu fous là toi ? t'es pas supposé être mort toi ? Genre, dead, K.O, angel, dis-je tout en imitant les ailes.
Oui. Mais je ne supportais plus de te voir fumer à longueur de journée. Tu ne peux pas savoir en tant que maître à quel point j'ai envie de te flanquer une bonne raclée pour te remettre en place... Hahaha !


Instinctivement, je reculai de cinq mètres en arrière.

Oy Oy Oy ! Je sais que t'étais un peu fou durant ta jeunesse - et c'est d'ailleurs comme ça que tu m'as pris sous ton aile... Mais maintenant t'es mort ! Il ne faut plus jouer au fou ! - Surtout avec tout ce qui est la mort et la vie... Tout ça tout ça... C'est toi même qui me l'a dit !
Mh... Effectivement... Mais je suis venu pour regarder avec toi le film..
Quel film ?


Tout à coup, l'écran face à nous vint s'allumer...

Pendant ce temps, dans le monde que l'on pourrait appeler le 'vrai', mon corps inerte allongé sur le lit d'hôpital voyait sa tension baisser... Petit à petit...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Sharrkan
SharrkanEn ligne

Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu Empty
Lun 12 Oct 2020 - 23:30
Peu importe où se trouvait l'esprit de la mercenaire à ce moment-là, car c'était en tout cas très loin de ce lit d'hôpital. La jeune femme était totalement immobile, comme chaque fois depuis le jour où elle avait été admise ici. C'était parfois à se demander si elle était encore... là, ou si c'était déjà trop tard. Si le lien entre son corps et son esprit était trop brisé pour pouvoir être réparé. Pendant combien de temps étaient-ils autorisés à garder espoir avant de devoir la laisser partir ?

« Heureusement que tu as survécu, parce que je ne t'aurais jamais pardonné de ne pas avoir tenu promesse sinon ! » lança Sharrkan à son collègue avec un sourire.

Son expression se renfrogna à la deuxième partie de la phrase de Mitsuhide et il détourna le regard. Il s'en tirait effectivement mieux que la plupart de ses collègues et ce n'était même pas de son fait. A chaque fois, le manieur de chaleur avait été protégé par les autres... et il ressentait une certaine culpabilité pour ça. Il avait failli à ses devoirs sur bien des points.

« C'est rassurant de te voir comme ça en tout cas, même dans un fauteuil. Parce qu'il n'y a pas si longtemps... Tu étais dans le même état qu'elle. »

Même si les médecins avaient été beaucoup plus confiants sur le sort du Tueur de Dieu que sur celui de La Traqueuse, il y avait toujours une part de doute qui subsistait. Pour chaque patient, le corps ne pouvait guérir si l'esprit ne le voulait pas. Et c'était sûrement là le plus inquiétant. Tentant de chasser ces pensées, Sharrkan se pencha un peu plus vers la mercenaire.

« Hé, Mukuro. C'est vraiment dommage que tu dormes encore, parce que tu sais ce que j'ai mangé aujourd'hui ? Des /////. Et il y en avait tellement que je n'ai même pas réussi à finir. Alors que si t'avais été là... j'aurais même payé ta part. Vraiment dommage, pas vrai ? Mais maintenant que Mitsuhide est réveillé, j'en apporterai et on les mangera exactement à cet endroit, juste à côté de ton lit. Peut-être qu'à ce moment-là, tu daigneras enfin nous honorer de ta présence, hm ? »

Le Kazejin recula dans sa chaise, assez fier de sa tentative. Si de la nourriture gratuite n'était pas un argument suffisant pour convaincre Mukuro de se réveiller, il ne savait pas ce qu'il faudrait. Son regard croisa celui écarlate du manieur de lumière, de l'autre côté du lit.

« Tu... entendais, quand je te parlais comme ça ? Ou pas du tout ? »

Peut-être qu'il était effectivement inutile d'essayer de communiquer avec ceux qui se retrouvaient dans un sommeil si profond, mais Sharrkan aimait à croire que ce n'était pas le cas. Que même s'ils ne comprenaient pas forcément, ils savaient au moins qu'ils n'étaient pas seuls. Et il devait bien l'avouer ; c'était aussi un moyen pour lui de digérer tout ce qui s'était passé.

Mais soudain, une des machines reliées au corps de Mukuro produisit un bruit strident. Le Kazejin ne savait pas vraiment à quoi cela correspondait, mais une chose était sûre : ce n'était pas de bonnes nouvelles. Passé la seconde de stupeur, il bondit de sa chaise et se précipita vers le couloir, ouvrant la porte de la chambre à la volée.

« ON A BESOIN D'AIDE ICI ! VITE ! »

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Ashina Mitsuhide
Ashina Mitsuhide

Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu Empty
Hier à 3:18
« Ce qui ne te tue pas te rend plus fort ».

Ce vieux dicton que la populace ressasse encore et toujours.

Je n’y crois pas. Je penses que les choses qui essaient de te tuer te mettent en colère et triste. La force vient des bonnes choses… La famille, les amis, la satisfaction du travail accompli. Ce sont les choses qui te maintiendront ensemble. Ce sont les choses auxquelles il faudra s’accrocher quand tu seras brisé, n’est-ce pas, Mitsuhide ?

Face à cette scène macabre, comment ne pas sombrer dans la folie ? Une grande brûlée d’un côté, un estropié de l’autre. L’un conscient du supplice qu’il subit, l’autre plongé dans un abîme anesthésiant. Deux personnes qui partagèrent il n’y a pas si longtemps quelques passes d’armes entre allié, des rires et quelques bouteilles de ce liquide qui altère les sens. La dérive de la situation échappe totalement au blondinet à la mine basse. Comment tout peut basculer en si peu de temps ? Pourquoi l’existence est-elle aussi malléable par le temps et l’espace ? Des questions bien futiles de par leur impossibilité à y répondre.

La présence et les paroles de Sharrkan firent l’effet d’un baume apaisant sur les blessures psychiques de l’ancien esclave. Sans lui et ses invocations, il serait probablement mort et l’Ashina ne l’avait même pas remercier.

« J’aurais bien aimé te voir venir dans l’au-delà pour m’engueuler ! Au fait… Avant de tomber dans le coma, j’ai vu que j’étais transporté par un scorpion. Ce sont tes invocations non ? Je vois que tu as toujours gardé un oeil sur moi… Merci, Sharrkan. »

Malgré le contexte, l’Ashina se rappela des paroles de la Kumojin au don métallique. Elle avait appelé son homologue du Shidan par ce prénom qui dérivait légèrement de celui donné par le manipulateur de la chaleur il y a de cela quelques saisons. Un faux prénom donné dans un contexte de réunification d’inconnu. Il avait prit ses précautions et il avait bien raison. Hélas, la situation a bien évolué depuis et le déicide se permet d’appeler son ami par son véritable prénom.

« Le plus dur est passé pour moi, ne t’en fais pas. Maintenant que je suis réveillé, je suis déterminé à retrouver l’usage de mon corps et reprendre rapidement du service. »

Affichant un sourire sincère, le marchand déplaça son corps par le biais du fauteuil de fortune pour s’orienter vers la fenêtre, laissant un peu d’intimité à Sharrkan pour échanger avec le corps inanimé de Mukuro. La manipulateur de la lumière prit quelques secondes avant de répondre à la question complexe de Kan.

« Difficile de te répondre avec exactitude. Tout était flou, confus et chaotique. Je me souviens surtout revoir la mort d’Ashura, mais au-delà de cela, je ne sais pas quoi te répondre... »

Très rapidement, la conversation des deux hommes se fit interrompre par un bruit alarmant provenant de l'appareil branché sur Mukuro. Le bras armé de l’organisation semblait sombrer un peu plus vers le côté des morts. Le Kazejin aux cheveux argentés appela vite et fort de l’aide qui ne tarda pas à arriver. Le groupuscule de soignant s'agglutina devant la Traqueuse, tentant de percer les mystères se cachant derrière cette alarme. Sur le côté, le déicide observa la main de la jeune femme tressaillir. Il concentra son regard sur les paupières de son ancienne instructrice qui semblait bouger de façon anormale.

« Elle… Elle est en train de réveiller ? »

_________________
Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu Lnwa
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9121-une-nouvelle-lueur-ashina-mitsuhide-u-c https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t9742-ashina-mitsuhide#82731 https://www.ascentofshinobi.com/u1305

Au chevet des grands brûlés | Mitsu & Bubu

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: