Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Table ronde [PV Sabreurs]

Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Mer 30 Sep 2020 - 17:42
De nouveaux visages, de nouvelles épées. Le clan avait récemment accueilli en son sein de nouveaux membres que le Nobuatsu n’avait encore guère eu l’occasion de rencontrer en raison de ses responsabilités en tant que Mizukage et Chef du Kyôi. Il avait pu consulter les dossiers de ces confrères qui venaient d’entrer dans les rangs des épéistes de la Brume, des genins pour la plupart, aux parcours tout aussi atypiques les uns que les autres mais qui avaient pour point commun d’avoir un certain manque d’expérience, tandis que Miyuki continuait de prouver sa valeur grâce à son investissement dans la Kenpei et à mesure des missions qui lui étaient confiées. Il avait notamment pu lire le rapport sur la mission d’interrogatoire où le Conservateur s’est montré peu coopératif à livrer des informations sur les légendaires épées. Mais avec ce qui s’était passé avec l’attaque des lieutenants de l’Homme au Chapeau, peut-être qu’un semblant de confiance s’était tissé?

Arpentant le domaine des Sabreurs, le ninja masqué s’arrêta devant l’autel consacré à son prédécesseur, en y déposant quelques tiges d’encens, avant de se relever silencieusement et prendre la direction de la salle du conseil, où il les attendrait. Il était pour l’instant seul - à moins que la kunoichi ne soit de nouveau en train de dormir quelque part dans le Grand Dojo, il s’asseya à la table ronde, tapotant des doigts, son regard fixé sur l’entrée de la pièce où il verrait bientôt le reste des Sabreurs répondre à son ordre de rassemblement. L’oisiveté était quelque chose que le Nobuatsu abhorrait par-dessus-tout, ainsi que l’indiscipline, des choses qui n’avaient pas leur place au sein du clan. Il avait également envoyé chercher quelqu’un afin de participer exceptionnellement à cette réunion, en espérant que cela leur permettre d’avoir un regard plus éclairé sur leur prise de décision.

Son épée déposée sur la table, celle-ci reposait à l’intérieur de son fourreau dont l’éclat se reflétait sous l’effet de la lumière qui éclairait essentiellement la table et les chaises tandis que le reste était plongé dans la pénombre. Nombreuses sont les réunions qu’il avait déjà faites dans cette salle, autant de discussions fructueuses que stériles, il avait pour rôle de diriger le fil des discussions dans la direction qui s’imposait. Parmi les sujets qu’il leur fallait discuter, la direction du clan, l’épreuve des lames, l’entraînement des apprentis, et la recherche sur les origines des épées. Il était aussi curieux de mieux identifier les membres composant son clan, des jeunes Sabreurs au potentiel certain et à qui il restait encore des choses à prouver pour affirmer leur place en leur sein.

Même si au fond de lui, le Nobuatsu ne pouvait s’empêcher de douter que leur présence ne soit aussi fantomatique que les précédents, il pouvait toujours espérer qu’au moins un seul de ces nouveaux confrères ne devienne un élément sur lequel il pouvait se reposer, voire prendre sa succession le moment venu. Dorénavant, une nouvelle page se tournait pour le clan.

Spoiler:


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Mer 30 Sep 2020 - 19:36
Debout aux aurores, elle était devant son armoire, attrapant à l'intérieur ses vêtements légers et moulants pour sa sortie matinale. Comme toujours, elle allait courir une dizaine de kilomètres pour se lancer dans sa journée, à jeun. Une méthode qui faisait ses preuves jusque là puisqu'elle gardait une très bonne endurance qui lui était fort utile pour tous ses entraînements et ses missions. Et qui lui avait bien servi lors de l'attaque du Bijuu. Elle n'aurait peut-être pas tenu aussi bien avec une douleur pareille si elle n'avait eu des bases solides.

S'attachant les cheveux en queue de cheval, elle s'étira un peu et commença à échauffer ses muscles et ses chevilles dans son petit apartement qui avait été à peu près épargné grâce à sa position en hauteur, à l'étage de la bâtisse principale. En dessous, les propriétaires avaient eu moins de chance et leurs intérieurs avaient été sévèrement inondés. L'avantage de la hauteur.

La Mawehara descendit alors rapidement les escaliers et fit son tour habituel, arrivant de nouveau chez elle pour se laver rapidement puis manger un peu avant d'enfiler un kimono simple, d'un blanc cassé. Une double ceinture noire le tenait solidement autour des hanches de la jeune femme qui se coiffa sobrement avant de quitter à nouveau sa demeure pour rejoindre le Grand Dojo. C'était là que Saji-sama avait donné rendez-vous ce matin à tous les Sabreurs pour une nouvelle table ronde.

Sur le chemin, la jeune femme se prit à penser à ses anciens collègues présents lors de la première. La plupart avaient laissé leur lame. Déjà. Et ça ne faisait même pas un an. Était-ce donc cela, la famille des Sabreurs ? Des gens qui se succédaient à un rythme effréné, oubliant même que la durée était aussi importante pour mettre en place des projets ? Elle soupira un peu en passant devant le Gardien, le saluant avant de s'avancer plus loin dans les couloirs jusqu'à atteindre la salle de réunion du clan. Saji était déjà là, bien sûr. Elle était un peu en avance, mais lui l'était plus encore.

« Ohayo gozaimasu, Nobuatsu-sama. »

S'inclinant respectueusement, elle se demandait ce pourquoi l'homme avait décidé de les convoquer précisément. Les mots de la lettre parlaient d'un test, sans doute était-il dans l'optique de tester leurs réflexions de groupe comme l'avait été le premier, puisqu'elle pensait que le chef de clan était à peu près au fait des compétences personnelles de chacun, ou au moins des siennes puisqu'ils avaient déjà prit le temps de faire un entraînement.

Remarquant donc qu'elle était seule avec lui, la jeune femme hésita un peu puis pris la parole.

« Vous n'êtes pas sans savoir que le Conservateur était plutôt avare de renseignements au sujet du clan, il n'a mentionné que le fait que des âmes habitaient nos lames, ce dont j'étais déjà à peu près certaine personnellement. J'aimerais, avec votre permission, retourner l'interroger puisque nos camarades ont su le défendre de l'attaque du Nécromancien et de ses créatures. Sans doute sera-t-il plus coopératif maintenant que Kiri l'a sauvé d'un destin sans doute atroce. »

Et sans doute le serait-il plus encore vis-à-vis d'elle qui avait été plus à l'écoute que dans une recherche brutale d'informations comme l'avaient fait Haise et Atsumi. Mais ça, elle le garda pour elle. Pour l'instant.

S'installant alors à l'une des chaises de la table ronde, la jeune femme aux yeux bleu-gris patienta une fois la réponse première de l'Ombre reçue.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11574-mawehara-miyuki-la-danseuse
Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Dim 4 Oct 2020 - 2:44
Sa modeste chambre était plongée dans l’obscurité quasi-totale, seul les quelques bougies pratiquement éteintes reposant sur la petite table basse devant lui projetaient encore une faible lueur dans son environnement. Apposé sur la surface de bois se trouvait un long katana dans son fourreau, entièrement noir, à l’exemption de quelques gravures et ornures argentées et écarlates sur le pommeau, la tsuba et la pointe du fourreau. À genou devant cet autel improvisé, Otsuge, les yeux fermés, gesticulait ses mains comme s’il les faisait danser au son d’un rythme invisible. Le Sabreur s’adonnait à ce rituel privé de manière quotidienne, pour entrer en communion et apaiser les esprits contenus dans son arme. Il était le Gardien des mes, protecteur des esprits que contenaient Shusui. L’esprit qui donnait son pouvoir à l’épée qu’il maniait avait jeté son dévolu sur lui il y a bien des années déjà, bien avant qu’il ne devienne son propriétaire. Depuis, il était tourmenté par sa voix et celles des âmes prisonnières de la lame. Ce rituel lui permettait de les apaiser, de les comprendre. Sans cela, l’écho de leur voix grignotait son esprit et sa sanité petit à petit jusqu’à le rendre fou.

Brisant le silence de sa méditation, quelqu’un toqua gentiment et discrètement à la porte de son domaine. Bien rare était les visiteurs dans sa demeure. Il faut dire que cette dernière n’avait rien d’invitante et n’était pas facile à trouver. Elle n’avait certainement rien à voir avec ce à quoi l’on pourrait s’attendre pour un Naragasa : l’arrière boutique d’une boutique abandonnée dans l’un des quartiers les plus défavorisés de Kiri. Une porte isolée au fond d’une ruelle obscure. Il était bien difficile pour quiconque de croire que quelqu’un habitait dans un tel endroit, encore moins un sang noble.

Otsuge interrompit sa transe pour rejoindre silencieusement la porte de son unique pièce. Il la fit coulisser pour dévoiler un jeune garçon en uniforme.

¬ Maître Naragasa, une lettre pour vous, du chef de clan. dit le jeune disciple tout en inclinant la tête bien bas et tendant vers lui un rouleau cacheté.

Sans dire mot, Otsuge attrapa le parchemin et congédia le jeune homme d’un signe de la main et d’une simple politesse tout en le déroulant pour lire son contenu. Le Sabreur Muet convoquait les 7 pour discuter des affaires du clan à la lumière des derniers évènements qui avaient frappé le village. Il n’était officiellement sabreur que de depuis peu et cela serait sa première rencontre officielle avec les Septs Épéistes à la fois. Qui plus ait, comme il avait jusqu’à tout récemment passé la majeur partie de son temps à l’extérieur du village, le Naragasa ne connaissait que très peu les autres membres de la confrérie.

Otsuge attrapa son sabre et quitta immédiatement sa demeure pour prendre la direction du Grand Dojo. Dans les rues mouvementés du village, le jeune homme sentait les regards peser sur sa nuque lors de son passage. Bien peu ne le connaissait en tant que Naragasa, ayant abandonné sa famille pour rejoindre la confrérie. Mais il était reconnu en tant que Sabreur de la Brume. Sur son passage, les regards curieux dévisageaient l’arme d’ébène à sa ceinture, attisant la curiosité du plus grands nombres quant à la nature de ses pouvoirs. Si seulement ils savaient...Lui qui jusqu’à il y a quelques mois était un citoyen du monde davantage qu’un Kirijin était choqué par tout ce qui avait touché le village dernièrement. Ce dernier était si différent de ce qu’il avait connu lors de son arrivé...

Lorsqu’il arrive finalement au Dojo, le Naragasa salua humblement le Gardien avant de rejoindre immédiatement la salle du conseil. Sur place, seulement le #1 - Saji - et la #2 - Miyuki - étaient présents.

¬ Saji-dono, Miyuki-san. dit-il simplement pour saluer ses confrères alors qu’il prenait place à son siège tout en déposant son sabre sur la table devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Sam 10 Oct 2020 - 17:07
Ayant pris de l’avance sur ses confrères, le chef de clan dût attendre quelques minutes avant que Miyuki fasse son apparition dans la salle le saluant et entamant la conversation au sujet du Conservateur qu’elle eut pour mission d’interroger aux côtés de deux coéquipiers dont une gradée, elle lui fit part de la difficulté avec laquelle elle avait tenté de lui extraire des informations concernant les épées légendaires des Sabreurs. Hormis le fait qu’elles soient des armes contenant l’âme de personnes — ce qui était déjà une information importante en soit, le mystérieux prisonnier n’avait rien avoué de plus à leur sujet, puisqu’il révéla plus tard qu’il connaissait la localisation du Dieu du Chakra et que l’Homme au Chapeau le pourchasserait jusqu’à Kiri s’il le fallait. Il pouvait lire une certaine frustration de la part de sa sœur de lame, désireuse de l’interroger à nouveau afin de retenter sa chance et en savoir plus sur leur histoire, les origines de leur clan. Car ils avaient beau exister depuis l’origine du village, et même bien avant cela, il existait encore des zones d’ombre qu’il leur fallait éclaircir.

Atsumi m’a fait le rapport de votre interrogatoire, il est malencontreux que nous n’ayons pas pu en savoir plus sur le clan. Nous ignorions toujours comment s’effectue la création de ces épées, d’où elles proviennent... mais surtout pourquoi elles ont été forgées. Par qui? Depuis quand? Comment se fait-il que les épées choisissent leur maître? Sur quelles conditions? Autant de questions que nous résoudrons en temps et en heure, cela fait justement partie des sujets que nous allons aborder…

C’est à ce moment-là qu’Otsuge fait son entrée remarquée avant que le Nobuatsu ne poursuive son temps de parole, celui-ci s’interrompit en saluant son frère de lame qu’il rencontrait très rarement et qui ne s’était presque jamais fait remarquer jusque-là, pour des raisons que Saji connaissait… Il s’agissait après tout d’un autre fils caché du daimyô de l’Eau venu pour faire ses armes dans le village de la Brume et qui craignait que son identité soit ébruitée. Il avait donc tout intérêt à s’effacer autant que faire se peut, tout en étant présent dans les moments importants.

Il connaissait les grandes lignes de son dossier, à savoir qu’il maniait une épée permettant d’invoquer les âmes, et donc d’invoquer des cadavres réanimés. Outre cela, il était connu pour être un bretteur de talent, ayant le potentiel de devenir l’un des premiers. Et pourtant, il gardait constamment la position du 7ème Sabreur, refusant de monter dans le classement alors que ses confrères même les plus récents occupaient sans hésiter alors qu’ils le méritaient moins. Cela semblait justement arranger les affaires d’Otsuge.

Plusieurs minutes s’écoulèrent après l’heure fixée du Conseil. Le chef de clan décida de mettre fin à l’attente et de commencer dès à présent. Hormis Miyuki et Otsuge, les autres épéistes n’étaient pas disposés à participer, quelle que soit leur raison, mais que le Nobuatsu imputait principalement à un manque de discipline évident. Il était même rare de nos jours qu’un Sabreur soit toujours en place plusieurs mois d’affilée, tout simplement parce qu’ils finissaient par abandonner face à la difficulté de maîtriser leur épée… L’autre raison semblait moins connue par ses frères de lame. Il ne fit aucun commentaire là-dessus et annonça le début de la réunion.

Merci pour votre présence… Otsuge, Miyuki. Je ne vais pas perdre de temps en trivialités et vous informer de plusieurs jours sur lesquelles j’aimerais avoir votre opinion. Comme vous le savez, le clan des épéistes de la Brume existe depuis bien avant la fondation de Kiri, il s’agissait à l’origine d’un groupe de mercenaires spécialistes du maniement des épées légendaires qui ont fini par se faire un nom. Contrairement aux Yuki et aux Kaguya, leur légitimité ne s’est pas faite par le sang mais par leur notoriété, ce n’était qu’un regroupement de personnes sans lien de sang, leur expertise au combat qui a notamment aidé à conduire la grande Purge de l’Archipel en l’an 193, cinq ans avant que le ville ne soit construit. Aux yeux de Mizu, nous n’étions rien d’autres que de vulgaires mercenaires sans foi ni loi, mais la fondation de Kiri a légitimé les Sabreurs comme un clan officiel, et réputé dans tout le Yuukan.

Une synthèse historique qui lui permettait de faire la transition sur les sujets qu’il désirait aborder, bien qu’il soit certain que ses confrères aient déjà connaissance de cette période de leur histoire, il jugeait que cette piqûre de rappel fût nécessaire pour mettre en perspective la suite de son exposé.

Cette réputation, nous le devons au fait que nous n’avions aucun pouvoir à la naissance: on ne naît pas Sabreur, on le devient. On peut aussi très bien vous retirer cette place si l’on juge que vous ne la méritez plus. Alors que quand on est Yuki ou Kaguya, on aura beau l’exclure de la communauté, le paria garde toujours cette trace de son appartenance dans son sang. Je n’ai aucune sympathie pour ceux qui ignorent les règles et la discipline qui régissent le clan depuis plusieurs générations, ainsi je veille toujours à purger notre ordre de ceux qui n’ont plus leur place.

Cela expliquait notamment que la plupart des membres ne restaient jamais très longtemps au sein des Sabreurs malgré leur talent, tandis que les plus disciplinés et les plus matures demeuraient parmi leurs rangs.

Nous devons donc garder à l’esprit que seule l’élite peut demeurer à ce conseil. Que nous ne soyons pas sept importe peu, tant que le clan préserve ses meilleurs éléments.

Maintenant que la messe était dite, il était temps de passer aux choses sérieuses, une des raisons pour lesquelles il les avait convoqué:

Parmi mes devoirs de chef de clan, je dois m’assurer que chacun de vous avez le niveau pour progresser dans la maîtrise de votre épée, mais aussi veiller à ce que vous n’oubliez jamais ce pourquoi nous combattons. Je vous pose donc la question: quelles sont les valeurs et principes que nous défendons?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Jeu 15 Oct 2020 - 1:12
Pas de réponse à sa demande pour l'instant, mais la jeune femme hocha la tête. Elle allait avoir bientôt ce qu'elle était venu chercher, tant mieux. S'installant avec son chef de clan, elle patienta quelques instants avec lui, pensive, jusqu'à ce que Otsuge rentre dans la salle. Il était l'un des derniers a avoir passé l'épreuve des lames, et pourtant il était plus à l'heure que ses prédécesseurs. Lui faisant un sourire aimable, après tout, il faisait parti de cette étrange famille, Miyuki ne fit aucun commentaire, se contentant du silence présent jusqu'à ce que le Mizukage se décide à prendre la parole. Visiblement, leurs camarades avaient épuisé sa patience.

Il commença par les remercier avant de refaire un bref historique du clan. Ne comprenant pas immédiatement de là où il souhaitait en venir, la Mawehara l'écouta dérouler son exposé jusqu'à ce qu'il en vienne à la mention de la discipline et du mérite pour faire parti des Sabreurs. A mots à peine voilé, il expliquait qu'il n'hésiterait pas à sortir du clan ceux qui n'accordaient pas suffisamment d'importance aux éléments de base qui faisaient d'eux une sorte de fratrie unique dans le Yuukan, les Épéistes de la Brume.

Il termina ainsi son sermont sur le mérite en enchaînant immédiatement avec une question directement liée à ceci, adressée aux deux seuls guerriers qui avaient répondu présent à l'appel de leur chef de clan. Après un instant d'hésitation, la jeune femme au regard grisé choisit de prendre la parole en première, voyant que son camarade ne répondait pas du tac au tac à la question du Nobuatsu.

« À mes yeux, nos valeurs les plus importantes sont la discipline, la justice et la quête de l'amélioration de soi, en vue d'en apprendre plus sur notre propre origine, nos lames et leur unicité et d'assurer la protection de ces épées ainsi que celle du peuple kirijin. Et cela va de paire avec l'idée d'apprendre à ceux qui viennent dans le Grand Dojo l'art du kenjutsu. »

Elle n'avait aucune idée de si c'était ce que le cavalier de feu souhaitait entendre, mais la Mawehara l'avait dit ainsi et elle espérait ne pas le mettre plus en rogne qu'il ne l'était déjà au vu de l'absence de nombre d'entre eux. Laissant alors la parole à Otsuge pour qu'il puisse continuer ou exposer son propre avis sur la chose, qu'il soit similaire ou différent de celui de la blonde. Elle n'osa d'ailleurs pas lancer de sujet quelconque au vu de l'ambiance et de l'état d'esprit de son supérieur.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11574-mawehara-miyuki-la-danseuse
Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Dim 18 Oct 2020 - 21:35
Finalement, personne d’autres ne se présenta à la convocation du Mizukage. Otsuge en demeura plutôt surpris car pour la plupart ses collègues étaient généralement ponctuel et à l'affût de ce genre de rendez-vous. Manque de discipline ou étaient-ils pris ailleurs avec une mission d’importance? Le jeune homme ne connaissait pas la réponse et il ne pouvait certainement pas la lire dans le regard de son mentor et chef de clan, caché derrière sa visière impénétrable. Après avoir attendu d’éventuels retardataires quelques instants, Saji déclara la rencontre ouverte en se lançant dans un discours d’ouverture imbibé par l’histoire du clan et ses origines. Puis enchaîna avec quelques avertissements, visiblement une pique envers les absents, concernant la discipline et le devoir de la Confrérie, visant à affirmer que notre place n’était jamais garanti car notre pouvoir ne venait pas du sang, mais de nos épées.

Sur ce dernier point, le Naragasa était tout à fait d’accord. Ces derniers tant, les Numéros s’enchaînaient, non pas à cause de la mort, mais à cause du laxisme de ceux qui les occupait. On lui avait d’ailleurs proposé plusieurs fois depuis son ascension au rang de Septième de gravir les échelons, mais Otsuge se complaisent de sa dernière position. Et puis celle-ci, ne nous le cachons pas, lui permettait de conserver une part d’anonymité parmis le septuor.

Saji termina en renouant son devoir de chef de clan et en posant une question à ses coéquipiers : quelles sont les valeurs et les principes que la Confrérie défend?

Tandis que Miyuki répondait la première, Otsuge prit quelques instants pour réfléchir à sa réponse. Heureusement, celle-ci lui vint naturellement. Après tout, son défunt mentor, celui dont il occupait maintenant la place, avait axé une partie de son enseignement sur ce sujet, il ne s’était pas contenté de lui enseigner l’art du kenjutsu. Lorsque la jeune eu terminé, c’est donc naturellement que le Naragasa s’exprima à son tour.

¬ Les valeurs que nous défendons sont nombreuses. D’abord il y a les valeurs communes. La Confrérie est une famille et en tant que telle, nous devons faire sentir à tous et chacun qui en font partie ou qui désir la rejoindre que chacun à sa place, peu importe ses origines, soit-elle noble, modeste ou étrangère. La Confrérie se doit d’être unie, juste et bienveillante. Puis, viennent les valeurs plus personnelles. Un Sabreur se doit de véhiculer non seulement les valeurs de la Confrérie, mais également il doit laisser transparaître et être habité par la justice, la discipline et le dépassement de soi. Un Sabreur se doit d’être avant tout altruiste, penser aux autres, à Kiri et à la Confrérie avant ses objectifs et ses besoins égoïstes.

Il prit une courte pause, reprenant son souffle.

¬ Le Sabreur se doit d’être un maître de son art, le kenjutsu, mais également, et avant tout, le gardien de son arme. Le lien qui l’unit à cette dernière est indispensable, unique et sacré. Il doit tenir ce lien avec la plus haute des estimes et ne jamais le bafouer ou le négliger. Notre arme est non seulement une extension de notre corps, mais également de notre propre âme. De ce fait, la Confrérie se doit également d’avoir comme valeur la protection de son patrimoine, c’est-à-dire de toutes les armes légendaires.

Otsuge s’arrêta là, il se tue tout aussi rapidement qu’il n’avait prit la parole. Et son regard se mit à balayer ses compagnons, en attente de la suite de la réunion.

Revenir en haut Aller en bas
Nō

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Sam 24 Oct 2020 - 2:28
Poussée par la caresse du vent qui soufflait sur Kirigakure, pressée par la Damoclès du temps qui s'écoulait, une silhouette avançait, toute de vert et d'or, à une vitesse anormale au vu du poids qu'elle devait supporter. C'était l'un des Sept Épéistes de la Brume de Kiri, qui gardait ce hachoir momifié accroché dans son dos. Nō, comme on l'appelait, était déjà en retard pour la réunion du Conseil. C'était en véritable démocratie que le clan des Sabreurs était dirigé... Plus ou moins en tout cas. Le Xanthe - sobriquet faisant référence à sa crinière dorée - savait parfaitement ce que penserait le Mizukage de son retard. Et l'homme au bob n'avait absolument pas l'énergie nécessaire pour se confondre en excuse honteuses. Ce n'était pas grand-chose après tout. Il lui fallait affronter désormais la plèbe : les collisions avec des dizaines de badauds dans les rues étroites, les regards lancés par les guerriers reconnaissant le jeune homme moins par sa réputation que son statut, chose qui l'horrifiait, les cris des harangueurs de foule sur les marchés, et puis aussi cette vieille femme qui demandait son chemin et était en plus un peu dure de la feuille.

C'était comme si l'univers se liguait contre lui, l'empêchant de minimiser son retard pour le forcer à en maximiser la gravité.

Le "meilleur des hommes", poursuivait sa route par les toits. Quelques acrobaties habiles l'y propulsaient rapidement sous les observations de gamins envieux, tandis que le superorganisme de Kirigakure continuait de faire fonctionner chacun de ses organes, oubliant un temps ses cellules combattantes, tout son mécanisme de défense biologique qui assurait une protection contre les attaques extérieures, et un nettoyage pour les ennemis internes. On perdait facilement de vue l'existence de ces ouvriers de la mort, escadrons du sang qui faisaient usage d'une violence que l'on voulait seule légitime. C'était ça aussi, son travail de tōrikushi. Le cumul de sa fonction de sabreur et de son rang de soldat avait permis au blond jeune homme de connaître la ville comme sa poche désormais. Un saut par ci, une roulade par là, sans perdre de vue l'heure : c'était un exercice intense. D'autant plus que connaissant ses confrères, ils n'attendraient pas les retardataires bien longtemps.

Qu'allait-il pouvoir bien trouver comme excuse ? Saji-Sensei en demanderait seulement une ? S'il était de bonne humeur, il laisserait peut-être passer son manque de ponctualité pour cette fois et lui accorderait participer à cette table ronde autour de l'avenir du clan. Voilà que le Grand Dojo était visible, de plus en plus grand à mesure que Narotama avançait. Il se jetait presque en avant pour finir par atteindre la salle du Conseil réservée aux Sept Épéistes, frappant pour annoncer son entrée. Le jeune homme retirait maladroitement son chapeau en regardant ses trois confrères. Certains manquaient encore à l'appel, mais cela ne changeait rien à son retard. Dans son esprit, le propriétaire d'Hiramekarei tentait d'imaginer le regard dépité ou colérique du Mizukage, derrière son masque. Vision d'horreur digne d'un conte qui finissait mal - pour lui. Nō, gêné, finissait par fixer son regard sur le Nobuatsu.


" Veuillez excuser mon retard chers confrères. Ne vous coupez pas pour moi, poursuivez ", fit-il, mielleux, attendant un signe d'approbation ou du moins de non-désapprobation pour prendre un siège et écouter. Était-ce digne du numéro trois du clan de se pointer aussi tard ? Sans doute pas.

_________________
Thème
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura https://www.ascentofshinobi.com/t8507-raiden-narotama-dit-no#71224
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Dim 25 Oct 2020 - 19:20
Alors qu’un rappel sur la discipline était à l’ordre du jour pour le Nobuatsu, évoquant la nécessité pour les Sabreurs de faire preuve d’une exemplarité au quotidien pour montrer qu’ils méritaient leur place parmi l’élite, il était ironique qu’au milieu des réponses données par Miyuki et Otsuge déjà assis à la table ronde, le troisième larron fasse finalement son entrée, marquant quelques instants de silence de la part de ses confrères, un silence paraissant des heures. Sans prendre la peine de répondre à Nô, le chef de la Brume le laissa s’asseoir plutôt que de commenter son comportement, probablement car il lui réservait le sermon à la fin de la réunion afin de ne pas casser le rythme de la discussion. Il y avait suffisamment de sujets à aborder pour que le Nobuatsu ne puisse se permettre de perdre du temps sur le manque de ponctualité de son élève et sa nonchalance caractéristique qui lui donnaient un air d’insolence.

Appuyant les réponses de ses deux autres confrères d’un hochement de tête, l’homme au masque accusa un air satisfait, à moins que son faciès ne révélât autre chose, ils ne le sauraient jamais. La question des valeurs était un aspect sans laquelle un clan tel que celui des Sabreurs n’existerait jamais, il y avait évidemment un caractère moral à être détenteur d’une des armes légendaires passées de maître à disciple et qui impliquaient systématiquement le devoir de veiller à ce qu’elles ne tombent pas entre les mains de l’ennemi. Le maître d’Otsuge semblait l’avoir éduqué sur ces choses, alors que Miyuki égale à elle-même nourrissait ce sens du devoir qui la caractérisait dans ses actions et montrait qu’elle était digne d’être à la deuxième place des épéistes de la Brume.

Je n’en attendais pas moins de vous. Vous avez bien saisi l’esprit de la confrérie et notre mission qui est de montrer l’exemple. Quand on pense au clan, on a tendance à penser à l’élite qui la compose, mais on oublie souvent ceux qui s’inspirent de nous pour espérer atteindre le sommet. Si nous perdons ce lien moral qui nous unit, nous perdons ce qui fait de nous un clan.

Sans cela, ils n’étaient qu’un groupe hétéroclite sans lien de sang, des individus doués à l’épée qui n’avaient que pour seul point commun de posséder une épée à pouvoir. Au-delà de cela, des principes inspirées du Bushido étaient nécessaire afin de donner une véritable identité à leur clan, quoiqu’ils ne pouvaient se résumer au code moral des samouraïs pour se définir. Leurs pouvoirs étaient différents les uns des autres, on pouvait presque dire que rien ne les liait, si ce n’est le fait que chaque lame était habitée d’un esprit qu’ils apprenaient individuellement à dompter. Toutefois...

Nous avions évoqué la dernière fois la possibilité d’imaginer des techniques propres aux Sabreurs. Je voulais donc vous proposer de nous rencontrer prochainement en vue d’un séminaire où nous travaillerions sur cela, après un test de toutes vos compétences afin d’avoir une meilleure connaissance de vos pouvoirs, et vous du mien. Les chroniques n’ont jamais évoqué cette possibilité de combiner les esprits de nos lames et ce faisant leurs pouvoir, il nous faudra donc travailler dessus.

Il repensa à ce que lui avait dit Miyuki avant d’entamer la réunion, il avait aussi un dernier sujet à aborder et qui concernait la recherche perpétuelle du clan afin d’en savoir plus sur l’histoire des épées légendaires. Une information lui était parvenue après avoir eu un échange privé avec le Conservateur, qui comme toujours s’était montré aussi cryptique dans ses paroles. Il ne portait pas son nom pour rien.

Pour finir, j’ai eu une discussion avec celui qu’on appelle le Conservateur. Pour ceux qui ne le savent pas, il se tourna vers Otsuge et Nô, il s’agit d’un prisonnier à Kiri ayant apparemment connaissance des origines des Sabreurs: il nous a révélé que l’un de ces indices se trouverait à Asosan, une île au Sud-Est de Mizu. Je pense que c’est une occasion parfaite pour vous trois de partir en mission afin d’en savoir plus: peut-être connaissez-vous déjà le clan des Gladiateurs.

Plutôt que de monopoliser le temps de parole, il passa le relais à Miyuki qui est généralement bien renseignée sur les choses, peut-être pourrait-elle renseigner ses confrères ou bien faire part de ses questions à ce sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Mar 27 Oct 2020 - 14:04
Miyuki écouta en silence la réponse d'Otsuge, pensive. Globalement, ils avaient en tête des idées similaires, bie' que des détails diffèrent. Si le Nobuatsu n'eut pas de réaction vive allant à l'encontre d'eux, la Danseuse ne put s'empêcher de remarquer la légère tension qui s'installa à l'arrivée de No, qui visiblement n'avait pas su tout mettre en place pour arriver à temps. Ce sur quoi Saji venait d'insister à vrai dire, ce qui n'allait certainement pas lui plaire. Mais pour l'heure, il semblait prioriser le groupe et la discussion qu'il avait lancé à un futur sermont qui irait à l'encontre du retardataire.

Après ce premier échange, l'Ombre marqua son envie de rementionner une idée qui était apparut au précédent conseil, celle de forger une technique qui serait unique au clan. Une technique qu'ils feraient ensemble. Ils se retrouveraient donc plus tard pour avancer sur ce projet qui semblait beaucoup tenir à coeur à leur chef de clan. Un simple hochement de tête en guise de réponse vint de la part de la blonde pour qui venir à chaque occasion présentée par le clan était une évidence.

Cependant, alors qu'elle pensait qu'il allait simplement aborder les deux points auxquels elle avait envie de participer pour expliquer la démarche qu'il souhaitait qu'ils prennent, il choisit plutôt de l'impliquer directement et de lui demander de compléter ses dires. Gênée car ne s'attendant pas à cette demande impromptue, la Mawehara mit quelques instants à rassembler ses esprits pour rebondir sur ce qui venait de lui être demandé.

« Pour le clan des Gladiateurs, je n'en connais que deux membres si je ne me trompe pas. Tout d'abord, le plus évident, notre Rokudaime Mizukage, mais j'ignore où il se trouve à l'heure actuelle ni quels sont ses plans. L'autre est Gozan Arukisa avec qui j'ai fait une mission récemment pour trouver un meurtrier qui se plaisait à tuer des sans abris dans Kiri même. Elle manie une faux si je me souviens bien. C'est qu'un membre de ce clan se trouverait sur cette île et aurait des réponses à nos questions ? Vous pensez que leurs armes ont elles aussi des âmes enfermées en elles ? Qu'elles ont été créé par la même entité, la même personne ? »

Perturbée mais prête à partir pour cette mission à tout instant, Miyuki aurait cependant bien aimé discuter elle-même avec le Conservateur. Malheureusement, il semblerait qu'encore une fois, tout échange soit impossible pour elle. Sans doute à cause de son rang, on ne lui permettait pas de prendre des initiatives de ce genre. Tout ça pour un examen loupé, c'en était plutôt rageant, mais elle faisait en sorte de ne rien laisser transparaître de cette peine qui l'habitait. Elle ferait avec. Et elle montrerait qu'elle était largement digne d'obtenir ce grade qui lui offrirait une plus grande liberté.


Dernière édition par Mawehara Miyuki le Mar 3 Nov 2020 - 0:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11574-mawehara-miyuki-la-danseuse
Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Dim 1 Nov 2020 - 16:03
Tandis que son regard d’ébène balayait la table ronde du regard, la porte de la salle de réunion s’ouvrit grand après quelques “tocs” timides. De son embrasure émergea un blondinet au curieux chapeau qu’Otsuge reconnu au premier regard, car il s’agissait de Nô, le sabreur portant la marque du chiffre trois, une nouvelle recrue tout comme lui au sein de la Confrérie. Souriant à son approche alors que ce dernier se confondait en excuse tout en prenant sa place, Sept reporta toute son attention vers Saji qui analysait leur réponse. La concentration de ce dernier était de marbre, ou du moins c’est ce qu’il laissait paraître, puisqu’il fit fi du retard de Nô tout en continuant de parler.

Leur Chef enchaîna par la suite sur les deux sujets qui étaient la pièce maîtresse de cette rencontre : la création d’un répertoire de techniques combinées pour les Sabreurs et le Conservateur.

Si le groupe semblait avoir déjà entamé une discussion sur le premier sujet lors d’une précédente rencontre, comme Otsuge n’y était pas présent, il préféra garder le silence sur cette proposition. L’idée ne lui paraissait cependant pas bête, bien au contraire, puisque de devoir créer des techniques combinant les esprits et la force de chaque sabre leur demanderait une unité exemplaire et une coordination sans équivoque. Et pour arriver à une telle synergie, le groupe devrait s’entraîner avec acharnement...Et c’est tout ce qui comptait pour le jeune homme au sang noble.

Vint ensuite une sujet plus délicat : Le Conservateur. S’il n’avait jamais été réellement mis dans la confidence à son sujet, Otsuge savait tout de même de qui il s’agissait. Après tout, tout le monde à Kiri connaissait l’existence du mystérieux vieil homme qui s’était tout bonnement présenté aux portes du village il y a quelques années déjà pour se livrer à Kiri. D’après le Mizukage, ce dernier semblait en savoir beaucoup sur l’origine des sabres et de leur esprit. La piste qu’il lui avait donné se trouvait sur une île difficile d’accès au sud-ouest de l’archipel, une île réputé pour ses paris sportifs et ses arènes où se livrent des combats impitoyables.

¬ Les Gladiateurs...murmura-t-il tout bas. Outre le fait que le Rokudaime eût appartenu à ce clan, je ne connais que peu de détails sur eux. Par contre, lors de mes voyages avec maître Ichimaru, nous avons régulièrement rencontré et collecté leurs mystérieux Artéfacts. Leurs pouvoirs semblent tout aussi varié que ceux de nos épées, si ce n’est qu’ils peuvent prendre l’aspect de tout type d’armes, et parfois même d’armures…

¬ Si ces armes héritent leur pouvoir d’âmes enfermées en elles comme nos sabres, il serait grandement bénéfique pour la Confrérie de se rapprocher d’eux...il marqua une pause, portant son regard sombre directement vers Saji. Le Conservateur vous a-t-il révélé d’autres indices ou d’autres détails qui pourraient nous aider pour cette mission?

Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Table ronde [PV Sabreurs]  Empty
Lun 30 Nov 2020 - 23:14
Grâce à l’information donnée par le très laconique Conservateur, il était maintenant impératif pour les Sabreurs de donner suite à cet indice afin d’espérer de prolonger leur connaissance sur les armes légendaires en leur possession. Plusieurs coins d’ombre peuplaient leur héritage et il semblerait que comme on pouvait s’y attendre que la relation entre les Gladiateurs et les Sabreurs soit confirmée par leur histoire. De l’autre côté de la table ronde, ses trois interlocuteurs se montrèrent tout aussi intéressés de partir en mission, mais avant cela, il avait fait signe à Miyuki de prendre à son tour la parole afin de leur partager ce qu’elle savait sur l’île d’Asosan et les Gladiateurs. Elle évoqua le nom du Rokudaime Mizukage qui avait fait ses armes au sein de ce clan de combattants d’arène, avant de recevoir son titre honorifique de Kagai prouvant qu’il avait été reconnu comme digne membre des Gladiateurs. Venait ensuite le nom d’Arukisa, une actuelle jônin de la Brume qui faisait autrefois partie des Sabreurs, celle-ci possédait pourtant une arme qui n’était pas une épée. Elle était justement le signe qu’un lien existait entre eux et leurs homologues d’Asosan.

Il semblerait que vous vous connaissiez déjà, tant mieux. Comme je ne pourrais malheureusement pas vous accompagner à cause de mes fonctions, pour votre voyage j’ai demandé à Arukisa de vous épauler dans cette mission, elle a montré son intérêt vis-à-vis des guerriers d’Asosan et de leur culture, et désirait aussi approfondir sa connaissance de son arme à pouvoir. Étant donné son grade de jônin, vous devrez suivre ses instructions pour cette mission.

La Mawehara étaya ensuite ses propos avec des questions sur l’origine des armes et notamment celle que les épées partageaient avec celles des Gladiateurs. Car s’il était vrai qu’elles étaient faites pareilles, il était donc possible qu’elles aussi possèdent un esprit en elles, et qu’elles aient été créées par la même personne. C’était du moins des hypothèses qui paraissaient tout à fait plausibles pour le moment, et que partageaient aussi bien le chef de clan que ses confrères. Tandis que Nô se montrait complètement silencieux et ne faisait aucun commentaire, Otsuge évoqua sa recherche d’artefacts en compagnie de son maître. Une expérience qui pourrait peut-être s’avérer salvatrice dans leur enquête. Il se permet ensuite de questionner le Nobuatsu sur d’éventuels aspects que le Conservateur aurait peut-être renseigné afin de les aider à répondre à leurs éternelles questions.

Non, il nous a expliqué que notre réponse se trouverait sur Asosan. Comme toujours il s’est montré très économe sur l’information. Je compte donc sur vous pour en savoir plus là-bas. Des questions?

Auquel cas la réunion prendrait fin et ils pourraient alors partir en mission.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779

Table ronde [PV Sabreurs]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Confrérie des Sabreurs - Pv Sabreurs
» [Mission libre C] Ronde
» Iwa Shukusai | Entrons dans la ronde || ft. Maito Kaï
» A table [Solo]
» Cohésion [SABREURS]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: