Soutenez le forum !
1234
-49%
Le deal à ne pas rater :
Roborock S5 max
274 € 542 €
Voir le deal

Partagez

Mort, vie, renaissance [Sharrkan]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Sharrkan
Sharrkan

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Sam 28 Nov 2020 - 5:24

Lorsque Sharrkan essayait de faire le malin avec Raizen, il arrivait parfois qu'il se fasse avoir à son propre jeu. Mais en règle générale, il essayait toujours de sauver la face, même si cela signifiait pousser la blague un peu trop loin.

« Peut-être que si. Qui sait ? »

Cachant ses réelles motivations pour revenir à Kumo, l'argenté retourna son sourire en coin au Meikyû. Mais ce moment fut de courte durée car très vite, il se retrouvait à lever les yeux au ciel en entendant la suite de ses paroles. Le retour du fameux ton paternaliste, hmm ? Raizen ne pouvait vraiment pas s'empêcher. "Proactif", gnagnagna. Et si ses objectifs étaient simplement de se laisser porter par le courant ? De vivre au jour le jour sans faire de grands projets, de réfléchir aux occasions seulement lorsqu'elles passaient sous ses yeux ? Ce n'était pas un but moins louable qu'un autre.

« C'est bien pour ça qu'on négocie, non ? Parce qu'à défaut de savoir exactement ce que je veux, je sais exactement ce que je ne veux pas. Donc, j'attends de voir ce que tu as à me proposer et je rajouterai mes conditions, et si ça ne me convient pas, j'irai voir ailleurs... Pas besoin de rendre les choses compliquées. »

De la même façon qu'il n'avait pas de besoins spécifiques. S'il voyait une situation qui lui plaisait, il y restait jusqu'à en trouver une encore meilleure. Pas besoin de planifier sa vie de A à Z quand on connaissait le nombre de chances que ces plans soient foutus en l'air. Ainsi, pas besoin de se prendre la tête.

Suite à sa remarque sur les avantages d'un tel poste, Sharrkan fixa Raizen d'un air sérieux avant de lâcher :

« N'oublie pas que je suis devenu mercenaire. »

Laissant passer quelques secondes de flottement, il finit par afficher un sourire presque condescendant. Ils ne devaient pas se voiler la face, peu de gens travaillaient uniquement par passion. Encore pire dans un cadre militaire où la vie pouvait être en danger à chaque moment. Chacun avait ses propres motifs : l'argent, la reconnaissance, le pouvoir, la gloire... la liste pouvait être longue. Inutile de se prétendre vertueux ; la dévotion n'était pas suffisante pour faire vivre un homme.

« C'est peut-être loin pour toi mais moi, je me souviens très bien de quand j'étais Genin et je n'ai absolument pas envie de retourner à ce genre de vie. Je suis déjà sceptique à l'idée de revenir à la botte d'un Village. Donc oui... c'est important. »

Même si la prise de Kumo avait été un désastre, cela avait au moins eu le mérite de délivrer Sharrkan de sa prison, des pires années de son existence. Revenir à ce mode de vie était impensable. Autant devenir Gladiateur au Colisée... Histoire de gagner un peu de réputation avant d'accéder au paradis. Car dans le fond, ça revenait presque au même : privé de liberté, se battre et mettre sa vie en danger quand la hiérarchie l'ordonne. La définition correspondait aussi bien à un esclave qu'à un Genin.

« Voyager hein... Peut-être. »

L'argenté ne comptait de toute façon pas prendre une décision sur un coup de tête, ce soir encore moins. Avant ça, il devait d'abord voir ce qui se passait à Kaze et aller éventuellement jusqu'au bout des choses ; ce qui lui accordait d'office un bon moment de réflexion. Mais voyager ne semblait pas être une si mauvaise idée, même s'il avait déjà parcouru le Yuukan de nombreuses fois. Après tout, il n'était jamais allé sur l'archipel de Mizu. Ou alors voir ce qui se tramait à ce fameux Pays de la Griffe ?

Lâchant finalement un soupir de satisfaction en entendant que son ancien grade n'était de toute façon pas sur la liste, Sharrkan sut d'avance que la prochaine question n'allait pas lui plaire. Et quand elle vint, passé la seconde de surprise, le manieur de chaleur éclata d'un rire sonore.

« Je ne m'attendais pas à passer un entretien d'embauche. Je te demande de me vendre Kumo et tu essayes de tourner la situation dans l'autre sens. Incroyable... »

Son sourire s'effaça et une expression beaucoup plus dure s'afficha sur son visage. Son ton se fit plus froid, plus tranchant.

« Donc pour te répondre et comme tu m'as si bien dit tout à l'heure, je n'ai pas besoin de te dire ce que je suis, tu sais déjà à quoi t'attendre. Mais peut-être que tu estimes que je n'ai pas assez prouvé ma loyauté au Village, si tu me demandes encore de me vendre comme si j'étais un inconnu. »

Sans mentionner le fait que c'était certainement le pire jour possible pour lui demander de vanter ses qualités. Des plateformes tout juste solides pour ne pas se faire engloutir par le sable en une seconde, ce n'était pas vraiment une fierté. Donc non, Sharrkan ne comptait pas répondre à cette question ; il n'avait même pas envie d'y réfléchir. Peut-être n'était-il simplement pas fait pour être shinobi, après tout.

Pour autant, ce n'était pas une possibilité qu'il effaçait totalement. Il y avait aussi une envie de voir ce qu'il réussirait à obtenir.

« Des permissions pour sortir du pays sans que ce soit relié aux affaires de Kumo, par exemple. Être au courant de ce qui se passe entre Kumo et Kaze. Et hmm... Il faudrait que j'y réflechisse plus calmement. Ah ! Si tu devais quitter le poste de Raikage pour une raison ou une autre, me libérer de mes fonctions avant. »

L'air pensif, le Kazejin fut subitement prit d'une idée lumineuse. C'est avec un excès de confiance qu'il lança :

« Mais j'y pense, tu parlais d'un élément forgé de toute pièce : le voilà. Un mix entre mercenaire et chien de village, mais qu'avec les bons côtés des deux situations. Boom ! Solution ultime. »

Mimant l'explosion avec ses mains, il se réinstalla dans son siège avec un sourire arrogant ; sûrement pour cacher que cette discussion commençait à lui taper sur les nerfs.

_________________

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Sam 5 Déc 2020 - 18:45

Relativement stoïque, Raizen suivait attentivement Sharrkan, voyant dès lors certaines facettes qu’il n’avait pas vraiment vues chez lui.

Réalisant par le fait même que celui-ci tentait d’avoir le plus gros bout ou bâton ou tâtonnait plus ou moins sur tous les angles pour savoir ce qui passerait de ce qui ne passerait pas, il devenait de plus en plus clair pour Raizen que cette discussion ou plutôt négociation avait quelque chose de malsain. Ne pouvant mettre le doigt sur ce qui le perturbait autant, il avait la vague impression que certaines de ses paroles semblaient relativement fausses.

Était-il trop tôt pour avoir ce genre de discussion ?

Soupirant, il observa calmement Sharrkan, perplexe. Voulait-il dominer ses décisions et ses choix à travers de l’évitement? Était-il réellement au stade dans lequel il n’avait pour certitude que ce qu’il ne voulait pas faire ?

Ne s’attendant pas forcément à cela ni à la catégorisation pure du mot mercenaire, semblait-il que celui-ci avait changé plus qu’il ne l’aurait pensé ? Lui faisant vaguement penser à Sazuka à ses débuts en rejoignant Kumo, il ne pouvait toutefois pas dire ne pas connaître Kumo. C’est d’ailleurs ce qui rendait la situation aussi particulière. Pourquoi devrait-il vendre une nation qu’il connaissait fort probablement autant que lui ? Tout ça était...étrange.

N’empêche, il avait raison sur une chose : Raizen connaissait Sharrkan bien qu’il y avait quelques facettes qu’il commençait de plus en plus à découvrir. Toutefois, ce n’était pas pour autant que sa connaissance de l’individu était totalement nulle.

-La loyauté n’est pas forcément ce que je questionne Sharrkan, toutefois elle est volatile. À titre d’exemple, le fait de me demander de te libérer de tes fonctions si j’en venais à quitter mon poste de Raikage m’indique que tu voudrais plutôt être loyal à moi et pas forcément à Kumo à moins que ce soit juste pour avoir la flexibilité de décider un peu plus tard pour éviter d’être sous la gouverne de quelqu’un que tu ne respectes pas.

Lui partageant ainsi la manière dont il voyait les choses, Raizen avait trop souvent négocié et géré des enjeux diplomatiques pour ne pas comprendre pourquoi cette situation était aussi particulière. Accoutumé à gérer les différents éléments de manière purement rationnelle, un soupçon d’émotions semblait influencer positivement et négativement cette discussion.

On pourrait le lui reprocher un peu plus tard, mais il n’était pas en position de laisser son jugement être inhibé d’une quelconque manière dans ses choix et décisions.

-Je te propose qu’on aille respectivement dormir, je pense qu’il est tard. Nous aurons le temps d’en discuter à un autre moment et après une catastrophe aussi importante, je pense qu’il est important de récupérer des forces.

Coupant dès lors les négociations, il boucla tout de même la boucle en précisant certains éléments avant de poursuivre cette discussion à un autre moment :

-Pour information, ce n’est pas forcément un entretien d’embauche. Au final, je sais ce que tu vaux et connais tes aptitudes. Toutefois, ce n’est pas pour autant que je connais la totalité de ce qui te traverse l’esprit, d'où la nécessité pour moi de te faire part des éléments importants pour te guider dans ta réflexion. Finalement, Kumo ou non, ton bien-être et le fait de résonner dans l’écosystème que tu choisiras sont tous les deux importants… Donc, bien que ce soit facile et peut-être utopique, il est important de prendre une décision par choix et pas pour éviter d’autres éléments qu’on apprécie pas forcément, c’est là toute la subtilité entre être à la botte d’un village et faire partie d’un village puisqu’en réalité, nous faisons tous partie d’un noyau, aussi éclectique soit-il…

Souriant pour une des rares fois, il observa de nouveau Sharrkan :

-Par contre, je n’ai pas l’impression que tu sais réellement si tu veux refaire partir d’un village bien que tu saches que rejoindre Kumo, c’est d’accepter de suivre les objectifs de la nation tout en la représentant ce qui implique l’impossibilité de changer de cape quand bon te semblera pour poursuivre des enjeux divers qui pourraient mettre à risque la nation. Je te dis cela, car tôt ou tard, tu seras confronté à un litige qui pourra autant t’affecter que le reste du village. Ainsi, bien que tu pourras sortir du village comme n'importe quel gradé, ce n'est pas pour autant que tu ne représenteras plus un shinobi des nuages quand bon te semblera.

Marquant une pause, il ajouta :

-Sans oublier qu’à part si ton objectif était spécifiquement d’oeuvrer à la préservation de Kaze et son évolution, en théorie, je n’aurais aucune raison de te tenir au courant de ce qui se passe entre Kumo et Kaze de manière politique à part si tu te tailles une place parmi les conseillers ou si j’ai besoin d’un conseil sur une situation que tu connais mieux que moi ou pour une mission… Au final, tu auras le même niveau et grade qu’un chunin sous le point de passer Jonin au niveau des conditions de vie. La réelle différence entre les deux dépendra véritablement du type de position que tu désires occuper puisque tu as les compétences d’être les deux. Tout est une question de spécialisation si l’on veut et de te positionner en tant qu'atout pour le village. Après , devenir un partenaire sans porter le bandeau du village est possible, mais très différent.

Alors qu’il s’apprêtait à souligner certains propos sur l’histoire de devoir le mettre à pied s’il quittait ses fonctions, Raizen se retint à la dernière seconde, préférant éviter d’en parler.

-Si un jour Kaze et Kumo se font attaquer en même temps et que tu as le choix, que feras-tu, de même si leurs enjeux deviennent contraires par je ne sais quelle infortune ?

C’était bref et simple. Autant il appréciait le jeune homme, autant il ne trouvait pas forcément cela agréable de le voir tomber dans le même piège qu’il avait jadis évité malgré lui. Toutefois, aussi bien intentionné soit Raizen, seul Sharrkan pouvait s’aider de cette situation.

-On discutera ou statuera après une bonne nuit de sommeil.

Évidemment, Raizen savait qu’il n’arriverait pas à dormir. Toutefois, en méditant, il pourrait réfléchir à tout cela, mettre de l’ordre dans ses idées et surtout reprendre sa vigueur.

_________________
Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Dim 13 Déc 2020 - 3:54

Cette conversation aurait dû être terminée depuis bien longtemps. A partir du moment où le ton était monté, ils auraient dû changer de sujet ou tout simplement mettre fin à la discussion... ce qui était impossible lorsque les deux tenaient absolument à avoir le dernier mot. Au final, ce moment avait été plus néfaste que positif ; beaucoup de paroles avaient été échangée, dont certaines qui auraient mieux fait de ne pas être prononcées à voix haute. Mais c'était trop tard pour revenir en arrière et ça, il le réaliserait certainement trop tard.

Car pour l'instant, Sharrkan arrivait à peine à contenir sa colère.

« Donc tu comprends ça, mais... Non, tu sais quoi ? Laisse tomber. »

Trouver que Raizen fonctionnait étrangement n'était pas une nouveauté mais là, il ne le comprenait tout simplement pas. Ce qui était certainement réciproque - la seule chose qui pouvait bien l'être, ha - mais là, il n'avait vraiment pas envie de s'expliquer plus. Ils ne s'entendraient pas, point : inutile de continuer cette conversation, pour ce soir au moins.

Mais alors que les deux Kazejins semblaient d'accord pour jeter l'éponge, il fallut bien évidemment que le Meikyû rajoute une couche avec un de ses fameux monologues. A ce stade, c'était presque à se demander s'il n'aimait pas simplement entendre le son de sa propre voix. Bien-être, blablabla, tout un tas de conneries. Comme si Sharrkan n'était pas capable de reconnaître seul ce qui faisait son bien-être. S'il était vraiment à la recherche d'un guide, il aurait rejoint une secte, comme tout le monde.

Et s'il avait demandé son avis (est-ce qu'il l'avait vraiment fait cependant ?), ce n'était en tout cas pas pour entendre les règles des villages cachés. En trois ans de service, il avait eu largement le temps de les apprendre par cœur. Quel intérêt de les énoncer... ? Réciter le dictionnaire aurait eu le même effet.

« Et moi, je n’ai pas l’impression que tu sais réellement ce que je dois déjà encaisser ce soir pour en plus me prendre la tête avec ça. Bien sûr que je n'ai aucune idée de ce que je veux faire, Raizen ! J'ai perdu presque tout mes plus proches alliés il y a seulement quelques heures. Dont certains sous mes yeux. Alors non : je ne suis pas dans le bon état d'esprit pour réfléchir à ça. Je pensais que de tous, tu serais celui qui comprendrait le mieux, vu les mois entiers que tu as passé replié sur toi-même après la prise de Kumo. »

Une période dont il n'aimait certainement pas se rappeler, mais les faits étaient bien là. Ce qui pouvait sonner comme un reproche était plutôt de... la déception, à vrai dire. Déçu de tout ce qui s'était passé ce soir. La colère laissait une nouvelle fois sa place à la tristesse, le contrecoup de parler à nouveau de ses amis tombés au combat.

« Néanmoins, tout ça m'a éclairé sur un point : il serait sûrement mieux pour moi que je me tienne à distance. »

Soupirant, il détourna le regard. Rien ne se passait de façon simple. Jamais.

« Oui, c'est mieux. Bonne nuit. »

Sharrkan s'installa un peu plus confortablement dans le canapé qu'il ne comptait pas quitter, même avant que Raizen soit parti. Il pouvait presque entendre la voix de sa mère lui reprocher "On ne doit jamais partir fâchés !" - est-ce qu'ils étaient vraiment fâchés ? Pour l'instant, il ne pouvait pas le savoir.

Mais presque une heure après son départ, l'argenté n'avait toujours pas fermé l'œil. La mâchoire et les poings serrés, il n'arrivait pas à trouver le sommeil qu'il attendait tant. Lorsqu'il chassait les souvenirs horribles de la journée, c'était ceux de la soirée qui prenaient leur place, et inversément. Bien sûr qu'il n'arriverait pas à dormir, pas ici. Trop grand. Trop vide. Trop calme. Il s'en était douté, mais avait espérer pouvoir compter sur son état de fatigue extrême... Perdu.

Sur un dernier excès de colère, il se releva. D'un coup de pied, la table basse traversa la pièce pour s'écraser contre le mur opposé, les tasses et la théière explosant à l'impact.

« BORDEL ! »

Ce n'est que lorsque toute la pièce fut retournée et tous les objets explosés qu'il se calma. Peut-être que c'était ça, cette émotion qu'il devait laisser sortir. Mais même dans cet état-là, il avait fait attention de ne toucher à rien appartenant à Bogi. Entrant dans sa chambre avec fracas, Sharrkan attrapa un sac et le fourra de toutes les affaires qu'il pouvait ; il ne comptait pas revenir ici de sitôt. Et il n'y avait qu'un seul endroit où il pouvait aller à ce moment-là...

_________________

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Ven 18 Déc 2020 - 21:57

Si la conversation avait pris des tournures tantôt houleuses, tantôt intenses, le Meikyû venait pour la première fois d’être légèrement surpris par les propos de Sharrkan. Démontrant la déception notable qu’il ressentait en faisant appel à une parcelle du passé, la référence employée pouvait aisément passer pour une attaque personnelle.

Pourtant, Raizen n’en fit rien, se contentant de ne pas forcément réagir sur le coup. Résilient, ce n’était pas le genre d’éléments qui le blessaient sachant qu’il assumait en totalité ce qu’il avait traversé ou dégagé pendant cette période de sa vie.

Représentant plus ou moins un moment où la culpabilité s’était liée au surmenage jusqu'à envahir son esprit de réflexion infinie, il s’en était graduellement sorti en rétablissant l’équilibre et en apprenant à prendre conscience de son état, ni plus ni moins.

Au final, le plus dérangeant dans tout cela restait l’état d’esprit actuel de Sharrkan sachant qu’au-delà d’être blessé, il donnait l’impression de se sentir trahi et il avait raison sur certains aspects.

Si l’on veut, chaque personne vivait ses deuils à sa manière. En abordant un sujet ou plutôt en alimentant une discussion alors qu’il pouvait voir que Sharrkan n'était pas en bon état, Raizen avait été maladroit. Se concentrant uniquement sur ce qu'il pouvait changer et sur les éléments qui lui appartenaient, cela lui permettait ainsi d'apprendre pour éviter de reproduire de tels scénarios une prochaine fois.

Ainsi, alors qu’il était sorti pour calmer la situation qui avait pris de plus en plus d’ampleur, le Meikyû s’était posé en hauteur sur le toit des habitations de Sharrkan. Représentant une coutume assez commune pour les habitants du désert désirant profiter de la lune et des étoiles, le Meikyû était en quête de ce genre de moments lorsque les choses n’allaient pas forcément aussi bien qu’il le désirait. Se posant ainsi pour réfléchir afin de mettre de l’ordre dans ses pensées, il lâcha un long soupir tandis qu’il faisait les pour et les contres de ce qu’il s’était passé.

Faisant une rétrospection relativement courte, il bifurqua par la suite sur d’autres sujets qu’il ne s’était pas encore permis de trier au regard des pertes humaines que Kumo et Kaze venaient de subir. Tout ceci étant relativement lourd, il n’espérait qu’une chose : pouvoir contribuer positivement à cette remise sur pied. Toutefois, comme tout individu, il devait aussi prendre le temps de jauger les pour et les contres qui l’habitaient.

Dès lors, après un bref moment, il aperçut Sharrkan quitter son habitation avec un sac sur le dos. Ou allait il pensa-t-il ? Hésitant, le Meikyû se rapprocha légèrement de la frontière qui composait le toit sans faire attention à sa discrétion.

Faisant sentir sa présence, il ne prononça pas un seul mot, observant le jeune homme de manière à lui demander du regard où il allait. Respectueux de son désir de prendre du recul et avoir la distance nécessaire qu’il avait surement besoin pour réfléchir, il glissa simplement :

-Toutes mes excuses Sharrkan, je n’avais pas de mauvaises intentions, mais je comprends que j’ai été maladroit un peu plus tôt.

Désirant ne pas le déranger plus que cela, il descendit du toit d’un seul geste alors que ses mains étaient enfouies dans les proches de sa veste. N’ajoutant rien de plus, bien qu’il pouvait paraître étrange de voir le Meikyû s’excuser, aussi froid, semblait-il, Raizen demeurait tout de même quelqu’un qui n’avait aucun mal à reconnaître ses torts. Pouvant parfois paraître même trop froid ou nonchalant à ce sujet, s’il en irritait plusieurs, il demeurait tout de même honnête d’où le motif pour lequel il n’eut aucun mal à prononcer ses paroles. Sans se soucier des conséquences, son message avait toujours primé sur tout le reste et bien qu'on puisse en critiquer la forme ou plutôt le moment ou il avait été véhiculé, celui-ci demeurait honnête et ça, Sharrkan devait le savoir. Du moins, il l'espérait...

Se faisant donc bref et concis, il n’ajouta rien, laissant le champ libre au shinobi maîtrisant la chaleur de faire ce que bon lui semblait. Après tout, en prenant du temps pour lui comme Raizen l’avait jadis fait, Sharrkan découvrirait possiblement de quelle manière il voulait rebondir de son deuil une fois fait. Toutefois, pour le moment, il devait prendre le temps qu’il lui fallait et Raizen ne comptait pas répéter la même erreur.

_________________
Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Dim 3 Jan 2021 - 2:41
Au moment de passer la porte, Sharrkan était dans un état d'esprit totalement différent de ce qu'il avait pu ressentir depuis qu'il avait quitté la Capitale. Apaisé ou épuisé, la limite était mince. Mais il allait mieux. Comme si claquer la porte l'autorisait à laisser toutes ces émotions derrière lui. Comme si exploser tous ces trucs lui avait permis de ne pas tomber lui-même en morceaux.

L'air glacé des nuits de Kaze griffa son visage une nouvelle fois, mais il se garda pourtant d'augmenter la température. Le froid était justement le détail qui manquait pour finir de l'anesthésier de ses ressentis. Et alors qu'il s'éloignait de son foyer, la toiture craqua sous des pas, au-dessus de sa tête. Même éclairé seulement par la faible intensité de la lune, l'argenté reconnu la silhouette qui se tenait au bord du toit. Il aurait dû se douter que Raizen n'était pas vraiment parti mais même en sachant cela, il se fichait bien de savoir s'il avait entendu le déchaînement qui avait eu lieu à l'intérieur. Le Meikyû l'avait bien aidé, finalement : s'il ne lui avait pas autant tapé sur les nerfs, peut-être que Sharrkan aurait épargné son mobilier, gardant les émotions néfastes dans ses entrailles. Au final, il avait eu ce qu'il voulait, comme d'habitude.

Se fixant sans parler pendant quelques secondes, c'est finalement le corbeau qui brisa le silence en premier. Il s'excusait... pour la deuxième fois cette nuit. La première fois ne l'avait cependant pas empêché de recommencer seulement quelques minutes après. Mais c'était passé. L'animosité à son égard ayant totalement disparue, Sharrkan répondit à son tour.

« Je sais, Raizen. Je suis désolé aussi. »

Quelques secondes de plus s'écoulèrent avant qu'il ne reprenne la parole.

« Je vais rester avec ma famille un moment. Si jamais... hum, tu me cherches. Même si apparemment, tu n'as pas de problème à me trouver. »

Il lui adressa un sourire, peut-être le premier vraiment sincère de la nuit.

« À plus. »

___________________________________________________________


« Sharrkouneeeet ? »

Outch. Le manieur de chaleur connaissait sa mère depuis assez longtemps pour savoir qu'en général, ce qui suivait ce ton et ce surnom n'était pas agréable.

« Hmm ? »

Elle entra dans la grande tente qui servait de pièce familiale, un sourire aux lèvres un peu trop grand pour que ce soit naturel. Ugh, elle allait forcément lui demander de faire un truc chiant.

« Le Raïkage est là. »

Oh, ce n'était pas du tout ce que Sharrkan avait redouté. Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis leur dernière rencontre ; cela voulait sûrement dire que le retour au Village approchait pour l'escouade Kumojine. Enormément de choses s'étaient passées dans ce cours laps de temps. Mais ça n'expliquait pas l'expression presque narquoise que sa mère portait sur le visage.

« Oh en fait, il est arrivé il y a trente minutes, mais on a un peu discuté pendant ce temps. C'est vrai qu'il parle beaucoup ! »

« QUOI ? »

C'était donc ça. Et honnêtement, l'argenté n'était pas sûr de vouloir savoir ce qu'elle avait bien pu raconter à Raizen. De toute façon, il n'eut pas le temps de demander que la petite femme s'était dressée sur la pointe des pieds pour agripper fermement la joue de son fils et le ramener à sa hauteur. Son air taquin avait totalement disparu, laissant la place à quelque chose de beaucoup plus sérieux.

« Souviens-toi de ce qu'on a parlé. »

Bien sûr, Sharrkan savait exactement à quoi elle faisait référence. Ils avaient beaucoup discuté... après tout ça. Ces trois années passées à Kumo n'avaient pas altéré leur relation et comme avant, elle était au courant de tout ce qui se passait dans sa vie - ou presque - et n'hésitait jamais à donner son avis. Si elle ne mâchait pas ses mots en tout cas, c'était toujours efficace pour remettre les idées du manieur de chaleur en place.

« Pff. »

La salle qui accueillait les invités était certainement la plus richement décorée de tout le campement. Des meubles recouverts d'or et d'étoffes de luxe, des tapisseries, des bibelots tous plus chers les uns que les autres, des sièges qui pouvaient rivaliser avec les trônes des rois... C'en était presque ridicule, même pour eux. Mais c'était apparemment pour montrer que chaque invité était hautement estimé et le clan de nomades tenait absolument à conserver cette tradition.

« Salut. »

L'argenté se glissa sur un fauteuil en face du corbeau. Est-ce que c'était l'ambiance qui était embarrassante ou est-ce que c'était le seul à se sentir comme ça ? Ils s'étaient pourtant quittés en bon termes, la dernière fois. Peut-être que c'était parce qu'il n'avait aucune idée de ce que sa mère lui avait raconté, ou pour ce qu'il s'apprêtait à dire, ou juste que... c'était étrange de voir Raizen ici. Sharrkan prit une inspiration.

« Avant que tu dises quoi que ce soit, j'ai plusieurs choses à te dire. Déjà, mhmm... »

Il se força à garder le contact visuel, malgré la gêne. Il devait avoir l'air lui-même convaincu de ce qu'il disait s'il voulait convaincre le Meikyû.

« Merci de m'avoir sauvé la vie pendant l'attaque. Merci de m'avoir cherché après et d'être resté. Et... »

Le Kazejin s'arrêta de parler quelques secondes, puis fronça les sourcils. Il leva ensuite les yeux au ciel dans un air exagéré puis continua, un peu plus fort qu'avant :

« ... de m'avoir tenu la main jusqu'à ce que je m'endorme. »

Des hoquets de surprise, des gloussements ainsi que d'autres "chuuuut" se firent entendre à l'extérieur et Sharrkan se leva brusquement pour aller chasser les oreilles indiscrètes qui s'étaient réunies devant la porte, marmonnant "j'en étais sûr". Il ne fut même pas surpris de trouver quelques moins jeunes au milieu du groupe de gamins. Avec un soupir sonore, il revint s'asseoir.

« Désolé, on peut jamais être tranquille ici. Bref. C'était une chose. La deuxième c'est que... »

A cet instant, il était toujours temps de réviser son choix. Tant qu'il ne l'avait pas prononcé, il pouvait toujours faire marche arrière. Mais au fond, il savait qu'il n'avait pas besoin de réfléchir plus. La décision n'avait pas été la plus facile mais depuis qu'il l'avait prise, il en était certain : c'était la bonne. Il avait réfléchi des heures et des heures. Considéré toutes les possibilités. Mais au final, il revenait toujours à la même conclusion.

« Je veux revenir à Kumo. Pas en tant que "partenaire de Kaze" ou je ne sais quoi, mais en tant que Shinobi de la Foudre. Je veux être présent pour ce qui va arriver. »

Une pointe d'adrénaline accéléra son rythme cardiaque. C'était dit. Et heureusement, Sharrkan ne ressentait pas la moindre once de regret. Il laissa passer quelques secondes avant de continuer.

« Je prendrai le... rôle que tu me donneras. Même si ça ne signifie pas que je ne vais pas me battre pour obtenir plus. » Finit-il avec un sourire confiant. « Enfin, si acceptes. Je suppose que c'est à toi que revient le choix final. »


_________________

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Dim 3 Jan 2021 - 20:43

Alors que Kumo comptait quitter le territoire, quelques jours s'étaient écoulés depuis la discussion qu’il avait eue avec Sharrkan. N’étant pas forcément du genre à courir après les gens pour les convaincre à tout prix, Raizen ne pouvait s’empêcher d’émettre une certaine inquiétude au sujet du comportement que celui-ci avait eu en quittant. Généralement très calme, voire cynique, semblait-il que la situation l’avait affecté davantage qu’il ne l’aurait cru.

Comprenant visiblement le tout au regard des enjeux importants qui découlaient de tout cela, il se remémorait les dernières paroles que celui-ci avait prononcées entre les moments où il ne discutait pas avec sa famille.

Quelque peu soulagé que certains membres de sa famille aient été épargnés par l’importante tempête qui avait balayé Kaze, il fut patient, attendant de revoir son compatriote du Fukkatsu pour possiblement une dernière fois avant longtemps.

Or, contre toute attente, celui-ci prit les devants, occupant la parole avant même que Raizen ait prononcé quoique ce soit.

Ne pouvant s’empêcher de sourire brièvement au regard de cette annonce, mais aussi de cette décision, le Meikyû fut soulagé de le voir aborder le tout avec un ton plus calme. Malgré tout, il ne put s’empêcher d’arquer un sourcil lorsqu’il fit mention de lui avoir tenu la main jusqu’à ce qu’il s’endorme. Était-ce arrivé ?

N’en ayant pas souvenir, le Meikyû se concentra sur le vif du sujet en penchant la tête sur le côté : il voulait revenir à Kumo.

Appréciant que celui-ci ait pris le temps nécessaire pour y réfléchir malgré leur dernière interaction, il appréciait d’autant plus la prise de position que celui-ci venait de prendre en lien avec son village.

-Merci d’avoir pris le temps de m'accueillir et d’avoir pris le temps d’y réfléchir. Je venais justement t’annoncer que nous comptions partir en direction de Kumo, mais je suis content d’apprendre que tu seras de la partie.

N’ayant aucun souci, bien que Raizen aurait pu lui faire passer un protocole rigoureux, voire très difficile. Pourtant il le connaissait. Après tout, Sharrkan avait fait partie de ceux qui étaient revenus à Kumo quand le village avait été repris. Retournant à Kaze pour poursuivre ses engagements, une décision revenait entre les mains du Meikyû. S’il était clair que celui-ci serait accepté de nouveau dans la faction Kumojine, Raizen se demandait s’il serait mieux placé à titre de chunin ou de jonin.

Bien que la quasi-totalité des membres du Fukkatsu avait plutôt le niveau d’un chunin voire de jonin au regard des implications qu’ils avaient eu, le grade importait peu au regard des circonstances. L’essentiel était le message derrière.

Libérant un sceau portant le symbole du village de la foudre, il lui tendit gentiment.

-Rebienvenue parmi nous. Si ça te rassure, tu ne seras pas genin si c’est ce qui te faisait peur. Pour moi, tu as tout le potentiel d’un jonin d’ici le moment où tu te seras établi au sein du village et tu auras trouvé ta spécialisation. Pour le moment, tu récupéreras le grade de chunin, mais je suis certain que ce n'est qu'une question de temps avant que tu deviennes jonin. Entre toi et moi, ton potentiel va bien au-delà de tout cela et j'ai confiance en tes aptitudes.

En profitant dès lors pour lui présenter les différentes infrastructures du village, bien que Raizen se doutait de ce qui conviendrait forcément au profil de Sharrkan, il lui laissait le temps d’y réfléchir. En attendant, il pensait vraiment les paroles qu'il avait prononcé à l'égard de son grade. Après tout, Sharrkan avait beau avoir un parcours atypique, il demeurait quelqu'un qui s'était donné corps et âme pour son village. Dans les faits, il représentait déjà un atout pour Kumo. Or, il était important pour Raizen que celui-ci décide la voie vers laquelle il voulait se spécialiser avant qu'il ait le grade de spécialiste à titre de Jonin.

-Dans tous les cas, ce n’est pas urgent que tu me parles de tes intérêts pour le moment, si tu veux plus de temps pour y penser et rencontrer les gens en charge à Kumo. L’essentiel pour le moment est que tu aies pris la décision qui te convient le mieux.

Gardant sa main tendue avec son nouveau bandeau, il attendait que celui-ci scelle le tout si cela lui convenait. Trahissant son regard d’une lueur bienfaisante, Raizen avait hâte de voir Sharrkan brûler de tout son potentiel.

-Si tu as fini tout ce que tu devais entreprendre à Kaze, tu peux d'ailleurs rentrer avec nous. Autrement, tu pourras revenir au village quand tu auras stabilisé les choses auprès de ta famille si jamais ils désirent rester à Kaze. Tu auras certainement des formalités et des papiers à remplir une fois arrivé à Kumo, mais bon, ce n'est rien d'alarmant. De plus, si ta famille souhaite s'établir à Kaminari, ils sont plus que bienvenue.

Terminant, il décida de conclure :

-As-tu des questions ou des engagements que tu souhaiterais terminer avant d'officialiser le tout ?

Souriant, Raizen attendait de voir sa réaction. L'espace d'un instant, il eut un court flash, lui rappelant Sazuka qui était aussi passée de mercenaire à une kumojine s'étant établie à titre de pilier pour Kumo, un pilier qui était devenu son chef l'espace d'un moment.

Au final, le tout réitérait certains éléments importants concernant Kumo et Kaminari. Si pour plusieurs le lien du sang était le seul élément à prendre en considération, pour Raizen, être Kumojine et représenter Kaminari allait au-delà de tout cela. C'était une question de convictions et de valeurs, des éléments que Sharrkan avait pour représenter la fougue de la nation.



_________________
Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Lun 18 Jan 2021 - 3:28
Pour une fois, Raizen était resté silencieux et c'était Sharrkan qui avait monopolisé la parole, bien que son monologue faisait pâle figure à côté de ceux du Meikyû. Il avait dit ce qu'il avait à dire de façon nette et concise et maintenant qu'il avait terminé, il attendait la réponse du corbeau. Il ne pensait pas être refusé mais... à vrai dire, il ne pensait pas non plus entendre que Raizen était content de cette décision. Lors de leur dernière discussion, l'argenté avait même eu l'impression étrange qu'il ne souhaitait pas qu'il revienne à Kumo et cela avait bien faillit faire pencher la balance de l'autre côté. Donc oui... il était un peu surpris de cette réaction, mais en bien.

L'apparition soudaine du bandeau lui arracha un sourire.

« Toujours paré à toutes les situations, ça n'a pas changé. Je n'avais pas jeté l'ancien, mais merci. »

A son tour, Sharrkan tendit son bras et accepta de recevoir le symbole de Kumo. Peut-être qu'il donnerait l'ancien à Madame Ka'roza ; même si elle s'en fichait très certainement. Ou pas. Malgré le temps passé ensemble, il y avait encore des moments où il n'arrivait pas à anticiper les réactions du scorpion géant.

Le grade n'avait pas tant d'importance que cela, malgré ce qu'il avait laissé croire lors de cette fameuse discussion. Sur le coup de la colère et de toutes les émotions négatives qui l'avaient envahi cette nuit-là, Sharrkan avait dit pas mal de choses qu'il ne pensait pas ; principalement par provocation pour susciter une réaction, même si Raizen n'avait pas su capter le message.

« Chunin, ce sera très bien. Ça laisse plus de marge pour progresser, hm ? »

Le manieur de chaleur ignora volontairement le compliment, malgré le fait de l'avoir très bien entendu. Il commençait à saisir le fait que lorsque Raizen disait quelque chose, il n'y avait rien de plus à deviner que ce qui était dit explicitement. Comme lors de leur discussion, sur les arguments en défaveur de Kumo : il avait seulement annoncé des faits, ne donnant en rien son avis personnel.

Soupirant légèrement, il se recula dans son siège.

« C'est celle qui me convient le mieux. Est-ce que c'est le bonne ? Je suppose qu'on le saura avec le temps. »

Et il était sûr de cette décision, tout en n'étant pas certain que ce soit la plus sage ni la plus rationnelle. La légende du félin lui occupait souvent l'esprit, ces jours-ci. A nouveau, il n'y avait plus lieu de se torturer l'esprit. Qu'il soit bon ou mauvais, le choix était fait et ce serait avec le temps qu'il verrait réellement la portée de celui-ci. Mais sortant abruptement de ses pensées, Sharrkan s'esclaffa en entendant la possibilité de voir sa famille s'établir à Kaminari.

« Merci pour la proposition, mais je risquerais de me prendre une claque juste pour avoir évoqué l'idée de partir définitivement de Kaze. La roche, c'est pas très pratique pour planter les tentes et il fait beaucoup trop froid. »

Pourtant, il n'était pas contre le fait d'avoir sa famille plus près de lui et il mentirait s'il disait que cette proximité n'avait pas été pris en compte dans sa décision. Mais il savait aussi qu'il devait assumer seul ce choix et que ce serait bien égoïste de demander à ses proches de choisir, en plus d'être sûr de perdre. Reprenant son sourire provocateur, il répliqua.

« Non, pas de questions. Mais arrête d'être aussi formel avec moi Raizen, ça me brise le cœur. Sauf si tu y tiens vraiment... alors je serais obligé de t'appeler Raikage-sama. »

Connaissant l'aversion du Meikyû pour les titres, l'argenté était presque sûr que sa menace ferait mouche. Mais ce n'était pas dit en l'air. C'était sûrement le trait de personnalité de Raizen que Sharrkan appréciait le moins ; la façon qu'il avait de le faire se sentir spécial pendant un moment, puis avoir l'impression d'être un étranger la seconde suivante.

Revenant à un sujet beaucoup plus sérieux, Sharrkan utilisa une détection pour être sûr que personne n'espionnait leur conversation - un moyen beaucoup plus pratique que celui utilisé quelques minutes avant, bien que beaucoup moins fun. Malgré cette précaution, il baissa sa voix, chuchotant presque.

« Par contre oui, j'ai encore des engagements, je ne peux donc pas rentrer avec vous à Kumo. Pour être honnête... le futur de Kaze va se jouer dans les jours qui arrivent et je compte bien participer. »

Son regard se perdit un moment dans le vide. La finalité était plus qu'incertaine, mais la stratégie avait déjà été établie. Dès le lendemain, les survivants du Suna no Fukaku-Sha iraient confronter le Yoake actuellement en place.

« Où est-ce que ça me mènera ? Qui sait. Peut-être à la gloire, peut-être en prison... Je pourrais me faire exécuter, tu crois ? Si c'est le cas, j'espère qu'ils me laisseront t'écrire une dernière lettre, ce serait dommage que tu m'attendes pour rien. »

C'était risqué de dévoiler ne serait-ce qu'une miette du plan à une personne extérieure, encore plus en connaissant ses attaches avec le Yoake. Mais Sharrkan avait confiance en Raizen et peut-être que quelque part, il avait besoin de confier ses inquiétudes, même si c'était par un moyen aussi détourné que l'était l'humour.

« Mais si tout se passe bien, je viendrais frapper à la porte de l'Arche Grise avec mon nouveau bandeau affiché bien en évidence sur mon front. »

"Comme un idiot" avait-il faillit ajouter.

_________________

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Dim 24 Jan 2021 - 18:35

Observant Sharrkan, le Meikyû était soulagé par la fluidité de ce qui suivit. Dénués de colères ou d’émotions négatives comme leur précédente discussion, tous les deux étaient dans un bien meilleur état de discussion ce qui était normal, mais rafraichissant.

Malgré tout, Raizen demeurait très formel, peut-être un peu trop au goût de l’argenter qui se permit d’attaquer une zone relativement sensible. Ne pouvant s’empêcher d’émettre un sourire, il était clair et net que le Meikyû n’aimait pas les formalités. Or, il lui arrivait par moment de ne pas réaliser qu’il élevait une façade imprenable. Pour tout dire, le Meikyû était formel sans forcément l’être, un paradoxe réel et vivant.

Or, c’était peut-être sa manière de s’assurer de vaquer correctement à ses tâches. Adoptant parfois un personnage un peu plus strict de sa personne, il ne se rendait bien souvent pas compte du fait qu’il pouvait devenir trop strict malgré son aptitude assez innée à faire de l’introversion…

Si l’on veut, il faisait partie de ceux qui préféraient traiter les éléments un peu plus formels de manière formelle pour ensuite traiter les points relationnels de manière un peu plus détendue. Pourtant moins simple que ça en avait l’air, il lui arrivait par moment d’adopter une position hybride face au tout.

-Je tâcherais de faire plus attention à mon côté formel Sharrkan… si ça peut m’empêcher d’entendre une autre personne supplémentaire m’appeler Raikage-Sama… Dans tous les cas, sache que ce n'est pas forcément contre toi même si c'est peut-être ma vengeance pour le coup de poing datant de Joheki... qui sait ?

Serrant des dents, un sourire d’apaisement transperça son faciès tandis qu’il posa sa main sur l’épaule de son frère d’armes.

-Par contre, si je ne te connaissais pas, je croirais que tu n'es pas inquiet concernant tes derniers engagements…

Ne pouvant s’empêcher de le sonder du regard afin d’établir si sa perception était réelle et comprendre un peu plus le type de mission que celui-ci devait accomplir, le Meikyû soupira doucement.

-En quoi consiste ce dernier engagement ? T’attendre n’est pas un souci. Au-delà du fait que je vais surement devoir gérer l’impatience de Anzu, je veux plutôt savoir s’il est possible que j’ai à devoir venir te sortir de prison si jamais ça tourne mal…

Penchant sa tête sur le côté, un mi-sourire s’affichait sur ses lèvres. Bien que c’était bref, Raizen était beaucoup moins formel malgré la gravité des événements. Or, il ne pouvait masquer sa curiosité sachant qu’il pouvait ressentir l’appréhension de l’argenter. Plus fort que lui, son intuition était presque connectée à la sienne, comme s’il commençait de plus en plus à comprendre sous quelle longueur d’onde celui-ci résonnait.

-Si tu es à l'aise à le partager évidemment...

Malgré lui, Raizen avait beau ne pas être la personne la plus expressive émotionnellement, mais il demeurait quelqu'un de soucieux et de décontracté. Simplement, il était possible que la façade de son personnage exprime un côté plus glacial et plus froid qu'il ne l'était vraiment. Agissant comme miroir direct sur l'ombre existante qui sommeillait en lui, il était évident qu'à tout moment, il pouvait devenir un être sombre, froid, glacial et calculateur. Pourtant, il arrivait grâce à son expérience à garder cette facette de lui en joug. Or, quelque part, il était possible que son côté plutôt protecteur se manifeste sous la forme d'une distance qu'il prenait, car avoir du recul sur une situation était toujours une bonne chose. Or, plus cela avançait et plus il réalisait qu'il fallait par moment accepter de ne pas être en contrôle de tout. Par moment, il ne fallait pas réfléchir, mais bien agir. Pourtant, sa zone de confort semblait à première vue s'être établie dans la distance et dans le calcul. Aussi vrai que faux, c'était simplement une façade qui était beaucoup plus amenée à être manifestée dans la flamme du moment. Après tout, au-delà de tout ce qui était perçu chez lui, Raizen était une personne chaotique, apte du pire comme du meilleur. La seule constante résidait ainsi dans son intensité, la véritable arme à double tranchant qui faisait de lui un être aussi dissonant, imprévisible et difficile à cerner... Or, comme toute chose, il fallait savoir voir au-delà des apparences. Ainsi, il préférait laisser parler ses actions tout comme lorsqu'il s'était positionné devant le Titan au sabre. En ce jour, il avait décidé de protéger les êtres qu'il considérait comme étant sa famille au risque de sa vie, parce que quoiqu'il en soit, ils avaient tous un avenir qui méritait d'être protégé notamment Sharrkan.

Bien qu'il ne le manifestait pas, il était imprésionné par le charisme et la passion du jeune homme, des qualités qui le rendaient unique et risquaient de l'amener loin s'il apprenait à libérer ce potentiel.

Au-delà de tout cela, il appréciait aussi sincèrement le jeune homme même s'il lui arrivait par moment de provoquer Raizen. Lui faisant penser à certaines facettes de lui lorsqu'il était plus jeune, le Meikyû ne pouvait que trouver le tout comique quitte à renchérir de manière froide, mais réelle. Après tout, il demeurait l'ainé et provoquer les gens restait l'une de ses forces. Ainsi, Sharrkan était né des millénaires en retard s'il espérait un jour susciter une réaction colorée auprès du Meikyû.

_________________
Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Mer 27 Jan 2021 - 3:21

S'il était normal que ces sujets soient discutés sur un ton sérieux au vu des implications et conséquences, Raizen accepta néanmoins de prendre la suite de façon beaucoup plus détendue. Prenant donc un tournant radical, la conversation changea pour passer sur un ton que les deux Kazejins maîtrisaient bien : le sarcasme.

« Oh... C'est donc une punition, Raikage-sama ? Je ne pensais pas que vous seriez capable de tomber si bas... »

Il semblait que leurs discussions tombaient toujours obligatoirement dans ces deux catégories : très sérieuses ou le total opposé. N'étant pas le plus à l'aise avec la première, Sharrkan tentait souvent de détourner le dialogue en utilisant l'humour, sautant alors d'une ambiance à l'autre dans la même minute.

Mais contrairement à lui, Raizen avait l'air d'évoluer parfaitement dans ces deux schémas. Il semblait aussi avoir de plus en plus de facilité à comprendre ce que l'argenté n'exprimait pas à voix haute ; alors que l'inverse n'était pas réciproque. Ou plutôt... il arrivait encore que Sharrkan soit surpris par certaines réactions du Meikyû. Le manieur de chaleur se rendait parfois compte qu'il y avait un écart entre les actions de Raizen et leurs réelles significations. Est-ce que c'était pour cette raison qu'il répétait sans cesse qu'il fallait "voir au-delà les apparences ?"

« Tu... viendrais ? »

Dans ce cas, à quoi pensait-il en disant ça ? Est-ce qu'il réalisait vraiment ce qu'il impliquait ? Était-ce encore une phrase avec une signification tout autre ou comme parfois, l'énonciation d'un simple fait ? Ou encore... du sarcasme ? Le fixant d'abord avec intensité, comme s'il s'apprêtait à comprendre d'un coup tout le personnage de Raizen, Sharrkan finit par se laisser tomber contre le dossier de son siège, passant une main sur son visage en soupirant.

« Haa... »

Toujours aussi déstabilisant et imprévisible. Mais sachant que la réponse ne viendrait de toute façon pas, il était inutile de se prendre la tête dessus. Et s'il était aussi facile de deviner ses pensées... l'argenté devrait sûrement faire attention de ne pas avoir de réactions aussi ostentatoire que celle-ci. Il remplaça la main sur son visage par un sourire, ramenant la conversation sur un terrain qu'il contrôlait mieux.

« C'est bien possible. N'oublie pas de vérifier le Colisée aussi, on sait jamais. »

Car oui, Sharrkan était inquiet. Mais c'était la voie sur laquelle il avait décidé de s'engager, de son propre gré. L'inquiétude n'empêchait pas le danger, mais peut-être qu'elle l'empêcherait de faire de mauvais choix une fois le moment venu, sous couvert d'insouciance. Car il n'y avait vraiment aucun moyen de déterminer ce qui se passerait réellement à ce moment-là. Peut-être qu'il y aurait une simple discussion et que chacun y trouverait contentement. C'était peu probable ; mais pas impossible. Et s'il pouvait se préparer au pire, il pouvait aussi envisager le meilleur.

« En réalité, il n'y a plus d'engagement officiel. C'est plutôt... une valeur personnelle : finir ce qui a été commencé. »

Le manieur de chaleur était resté volontairement vague sur la situation, ne sachant pas ce qu'il pouvait vraiment révéler à Raizen ; non pas par manque de confiance, mais plutôt par respect par ses confrères qui étaient tout aussi impliqués dans l'histoire. Mais avec ce qu'il savait déjà, le Meikyû arriverait certainement à deviner les grandes lignes du plan.

« Mais ne t'en fais pas. On dirait bien que peu importe le caractère désespéré d'une situation, j'arrive toujours à m'en sortir d'une façon ou d'une autre. Peu importe comment ça tourne, celle-ci ne fera pas exception. »

Étrangement habité par une assurance nouvelle, les doutes du Kazejin semblaient s'être dissipés. Ils allaient le faire ; ils allaient écrire l'histoire du Désert. Après tous les obstacles qu'ils avaient dû surmonter, ceci n'était plus qu'un détail, la dernière pierre de leur projet. Et si Sharrkan se brûlait les ailes en s'approchant trop près du soleil... il aurait quelqu'un pour le rattraper dans sa chute.

_________________

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Dim 7 Fév 2021 - 21:17

Ne pouvant s’empêcher d’afficher un sourire en coin à peine masquer, Sharrkan avait le don de trouver le talon d’Achille des gens avec qui il s’entendait bien. Cet art de la taquinerie était une force malgré les apparences, car elle pouvait autant incendier les opposants qu’apaiser les maux de son entourage, une réelle arme à double tranchant, la spécialité de Sharrkan.

Incarnant toutefois le calme avant la tempête, le Meikyû put tout de même y lire une certaine inquiétude qui était connotée d’un noeud incarnant la pression du moment. Finir ce qui avait été commencé hein ?...

N’étant pas quelqu’un de superstitieux, il ne pouvait pas s’empêcher de se demander si les probabilités joueraient pour la première fois en défaveur de l’argenté. Après tout, celui-ci avait souvent eu le vent dans les voiles. Même dans la catastrophe, il semblait être doté d’une aura chanceuse qui était aux limites d’un porte-bonheur. Pouvant tout de même être perçu comme de la malchance puisqu’il avait survécu là où ses camarades avaient succombé, le Meikyû espérait tout de même qu’il réalisait la chance qu’il avait d’être encore en vie. Que ce soit lors de son affrontement contre le fanatique ou même lors de son intervention contre Ichibi, Sharrkan avait fait partie de ceux qui avaient survécu malgré tout. Il portait ainsi sur les épaules une chance inouïe qui à tout moment pouvait être perçue comme de la malchance.

Posant dès lors une main sur l’épaule de son confrère, le visage détendu du Meikyû se résorba tandis qu’une inquiétude sincère se lisait soudainement sur son visage. Mutant graduellement pour faire place à une expression soudainement plus pure et ...visionnaire, il prononça quelques paroles.

-Fait attention à toi Sharrkan, j’ai confiance en tes aptitudes et je sais que quoiqu’il arrive, tu arriveras toujours à t’en sortir, mais ne sous-estimes pas tes opposants, qui qu'ils soient.

Le fixant soudainement, le Meikyu s’arrêta avant de poursuivre son dialogue.

-S’il venait à t’arriver quoique ce soit, dépendant la situation et les instances, je ferais mon possible pour te sortir de là directement ou indirectement.

Laissant de nouveau un silence pesant prendre forme, il dédramatisa la situation en lâchant son épaule de la main.

-Par contre, dépendant les motifs de ton emprisonnement, il se peut que rester en prison soit mieux pour toi que d’être libéré par moi.

Ricanant légèrement, Raizen employait de nouveau son imprévisibilité à bon escient. Lui permettant dès lors de communiquer bien plus qu’aux premières apparences, c’était un moyen de partager à son frère d’armes qu’il ne devait pas faire n’importe quoi tout en lui faisant confiance sur la suite. Certes passif agressif d’une manière ou d’une autre, n’était-ce pas une belle manière d’approcher le tout ? Qui sait ? Dans tous les cas, Raizen préférait exprimer son inquiétude de cette manière. Après tout, dépendant dans quelle situation Sharrkan se retrouverait, il allait devoir faire très attention à la manière dont il devrait s’y prendre sachant que cela pouvait possiblement créer un conflit politique.

-Fais attention d’accord et reviens en un morceau...

Lui faisant un de ses fameux clin d’oeil, le meikyû finit par lâcher un imposant soupir, espérant ainsi qu'il revienne sain et sauf alors qu'il venait de lui communiquer ce qui semblait être son premier ordre...

_________________
Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Mer 10 Fév 2021 - 4:02

Malgré tout ce qui était arrivé dans sa vie, Sharrkan avait toujours réussi à sortir vivant des situations les plus périlleuses, alors même que les cadavres s'entassaient à ses côtés. Et si ce n'était pas particulièrement grâce à ses talents qu'il avait survécu... tout portait à croire que c'était grâce à la chance, une bonne étoile qui gardait ses pas. Mais qu'arriverait-il lorsque l'argenté aurait épuisé toute sa bonne fortune ? Est-ce que la Mort viendrait le chercher subitement, l'ayant enfin rattrapé après toutes ces occasions où il l'avait esquivée ?

Rien n'était jamais sûr et la vie était si fragile. Tout pouvait changer d'une seconde à l'autre, sans que l'Humain ne puisse y faire quoi que ce soit. La notion de destin elle-même était très floue. Est-ce que tout était vraiment écrit à l'avance, chaque fait noté soigneusement dans un carnet invisible ? Immuable ? Ou est-ce que chacun avait le pouvoir de changer sa propre destinée, d'influencer celle des autres ?

Sharrkan aimait croire à la deuxième solution ; la première était bien trop déprimante. Si c'était le cas, alors il ne servait à rien de vivre. Si tout était écrit, à quoi bon faire des efforts ? Se démener pour réussir ? C'était tout simplement impossible de croire que la volonté ne changeait rien ; impossible de croire que tout ce qu'il avait accompli n'était pas de son propre fait.

Mais son chemin ne s'arrêterait pas après la prise de Kaze. Il avait des projets pour la suite, des choses à faire, des personnes à voir, des endroits à découvrir. Et si la Faucheuse s'approchait de trop près... l'argenté lui échapperait d'une pirouette, levant son majeur devant sa face.

Par contre, l'inquiétude qu'il voyait sur le visage de Raizen était bien réelle et cela le touchait bien plus qu'il n'aurait pu l'admettre. Et si l'idée de faire marche arrière lui avait effleuré l'esprit, il l'avait bien vite balayée. Il avait beau être égoïste ; il respectait toujours ses engagements, que ce soit des contrats écrits et rémunérés ou une promesse faite à des amis.

Leur dynamique habituelle se réinstalla rapidement grâce à la blague du Meikyû, même si Sharrkan se doutait bien qu'il y avait une part de vérité dans ces paroles... un avertissement. S'esclaffant, l'argenté lui rétorqua :

« Tu te sous-estime, Raizen. Je n'ai jamais goûté la nourriture de prison, mais je suis sûr que ta cuisine est quand même meilleure. »

Il lui adressa un de ses sourires signature, que le Meikyû devait bien connaître depuis le temps. Mais malgré le changement de ton, il semblait que l'inquiétude était toujours présente dans l'air... Prenant d'un coup un air très sérieux, Sharrkan pris la main de Raizen dans la sienne, celle qui se trouvait sur son épaule quelques secondes auparavant.

« C'est une promesse. »

Il planta son regard dans le sien, montrant toute sa résolution. C'était sûrement la première fois que Sharrkan faisait une promesse sans être sûr de pouvoir la tenir. Mais maintenant que les paroles avaient été prononcées, il n'avait plus le choix que de se montrer à la hauteur.

_________________

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Lun 15 Fév 2021 - 7:13

Ne pouvant s’empêcher d’étirer un sourire face à la remarque de Sharrkan, celui-ci semblait toujours avoir une réplique digne de ce nom qui venait le surprendre là ou il s’y attendait le moins. Représentant un mélange éclectique de surprise et d’impact, encore une fois, il ne l’avait pas raté. Or, pour une fois, il s’était peut-être trompé…

Si Raizen était un homme de bien des talents, la nourriture n’avait jamais réellement fait partie de ses aptitudes les plus intéressantes. Ainsi, il s’était surtout concentré à réaliser à merveille quelques recettes qu’il reproduisait encore et encore puisqu’elles étaient riches en nutriment. Quant à la variété, il laissait le tout à d'autres personnes.

Ainsi, devant cette remarque, le Meikyû préféra garder le plaisir personnel de ne pas répondre à ce compliment déguisé. Après tout, il avait autant de chances d’avoir raison que tort dans la situation actuelle.

Préférant laisser l’avenir dicter la suite, il se concentra plutôt sur les derniers mots proférés par l’argenté. Devant l’importance d’une promesse se trouvaient une richesse et un désir sincère de respecter ses engagements. Sharrkan n’en faisait pas exception. Lui faisant confiance, il ne pouvait s’empêcher de ressentir une légère appréhension quant au futur. Toutefois, tout comme Sharrkan lui faisait confiance, il devait lui aussi lui faire confiance.

Ainsi, durant ce court moment durant lequel leurs mains furent liées par le destin, le Meikyû ne put s’empêcher de lui envoyer une vague de courage et meilleurs voeux. Subtile et imperceptible, cette onde de bienveillance et de bonne fortune était similaire à un message, comme si l'espace d'un instant, le Meikyû avait demandé aux ancêtres du jeune homme de veiller sur lui dans ses entreprises futures.

-Je te fais confiance dans ce cas.

Ainsi, devant l’avenir incertainqui s’annonçait, Raizen comptait entreprendre le retour vers Kumo en attendant patiemment de revoir ce visage cogner aux portes du village. Ainsi, il allait se concentrer sur les éléments visant à préparer son intégration, attendant patiemment le retour de l'argenté au sein du village de la Foudre.



_________________
Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Contenu sponsorisé

Mort, vie, renaissance [Sharrkan] - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas

Mort, vie, renaissance [Sharrkan]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: