Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe]

Sendai Yahiko
Sendai YahikoEn ligne

Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] Empty
Dim 11 Oct 2020 - 19:30
Ma marche lente, mon corps courbé vers l'avant et mon regard perdu dans le sol illustraient parfaitement mon émotion. Celle d'un jeune homme qui ne savait pas s'il avait gagné ou perdu, celle d'un shinobi dont la complexité du monde remettait en question ses idéaux, ses objectifs et ses valeurs. Il n'y avait rien en moi qui savait quelle solution était la bonne. Vivre avec ou sans chakra ? Avec les différences qu'il imposait au monde, ou sur un faux pied d'égalité ? L'homme au Chapeau gagnait un respect certain, et une considération bien différente à celle que je m'étais faite de lui. Il n'était plus un simple méchant aux objectifs égoïstes, malsains et reposant sur des défauts qu'il avait entretenu comme des valeurs. Il était un être humain qui avait trop souffert, et qui s'était forgé d'une telle manière qu'il était maintenant capable de se rendre justice. Et il ne comptait pas rendre justice qu'à lui-même, il comptait aider le moindre humain qui avait été victime des shinobis, la moindre victime d'une personne pour qui seule la loi du plus fort fonctionnait.

Malgré le fait que la violence était le refuge de l'incompétence, malgré le fait que tous les problèmes du monde pouvaient être réglés par la discussion.

Chacun de mes pas résonnait comme un appel à l'aide. J'étais maintenant seul, confronté à moi-même. Mon ennemi actuel n'était plus un insecte géant à queue, il n'était plus une entité métallique étrange que l'on appelait « robot ». Mon ennemi... c'était moi. Avais-je raison d'avoir fui en laissant mes camarades derrière ? Avais-je vraiment fait tout ce qu'il était le plus sage de faire ? Pourtant, dans une situation telle que celle-ci, si j'avais voulu rassurer quelqu'un dans la même situation que moi, je lui aurai répondu que ce n'était pas lui le fautif : c'était l'homme au chapeau. C'était lui qui avait imposé toutes ces horreurs, persuadé qu'il n'y avait pas de changements sans sacrifices. C'était à ça qu'il fallait s'adapter : à toutes ces luttes incontournables et infernales, à ces morts inévitables, à ces dangers qui imposaient des choix cornéliens.

Il fallait se rendre à l'évidence : il était tout à fait impossible de sauver tout le monde. Lorsque l'ennemi prenait un avantage considérable, il était impossible de gagner sans effectuer nous-même des sacrifices.

A bout de forces, décidé à prendre une bonne pause, je me laissais tomber en arrière contre un arbre, m'adossant à celui-ci et glissant dessus doucement jusqu'à avoir les fesses au sol. Mon regard était toujours plongé sur l'herbe soufflée par la brise : je n'arrivais pas à me changer les idées. Ma respiration rapide et saccadée n'était pas causée par un effort physique intense, elle l'était par le stress que j'avais pu vivre pendant toute cette mission. De la confrontation contre le robot à l'appel de l'homme au chapeau, en passant par l'apparition du démon et à la peur que j'avais de me faire tuer à tout moment par un allié. L'insecte titanesque nous avait insolemment rappelé que nous ne représentions rien, que malgré toutes les limites que nous étions capable de franchir il y avait toujours plus puissant. Il était bien plus ami avec la Faucheuse que nous ne le serions jamais.

-"Le concept de la vie est amusant, lorsqu'on réalise que ceux qui souffrent le moins : ce sont les morts."

Perchée sur sa branche, la blanche colombe rappelait avec arrogance une évidence qui sonnait à mes oreilles comme une vérité absolue. Comme quelque chose que je réalisais alors que je le savais au plus profond de moi. Ce ton grave et féminin avait percé mon silence comme pour éloigner ma peine... et il avait partiellement réussi. Mais sans que je sois capable de voir de qui elle provenait, je l'interprétais plutôt comme une hallucination. Je ne pouvais que penser que mon corps me jouait un tour.

-"Allez Yahiko, c'est pas le moment de perdre la tête. Tu dois encore rentrer à Urahi."

Je me mis quelques petites claques sur les joues afin de me remettre les idées en place. Ce n'était certainement pas le moment de se laisser aller, j'avais encore tellement à faire. Je soufflais quelques instants, me concentrant pour ne pas hyperventiler. Je ne devais pas perdre le contrôle, je devais reprendre mes nerfs en main et me concentrer sur le calme qui m'entourait. Je fermais instantanément les yeux, luttant contre mon estime de moi, contre les mauvais choix que j'aurai pu faire pendant cette mission. Je mis mes mains en cercle au niveau de ma taille et je baissais la tête, inspirant et expirant profondément. Je devais relativiser, je devais réfléchir à tout ça plus calmement, sans repenser à toutes les ondes négatives qui tentaient d'atteindre mon esprit.

Un bruit de liquide entra en contact avec une surface inconnue, près de moi. Pleuvait-il ? Non, il y avait un beau ciel bleu avec un soleil éclatant, qui nuançait lui aussi l'horreur que nous avions vécue. J'ouvrais mes yeux doucement pour percevoir d'où cela pouvait provenir, et en bougeant la tête : je pus trouver l'origine. Sur mon pantalon de ninja, une trace blanche et noire faisait de moi l'homme le plus ridicule de toute la planète, pendant cette minute. En levant les yeux au ciel, je perçu un volatile blanc, si clair qu'il me paraissait comme un symbole de plénitude, de calme et de paix. Ce même oiseau, malgré sa beauté, venait de m'humilier et de m'insulter symboliquement.

Il ne fallait pas que j'oublie : je n'étais rien.

Nerveusement, je ricanais. Un sourire se dessina sur mon visage pour la première fois depuis quelques jours, et je riais pendant quelques secondes.

-"Enfoiré", commençais-je dans un sourire. "C'est pas ce dont j'ai besoin actuellement... de quelqu'un qui me rappelle que je ne vaux rien."

Mon sourire s'effaçait petit à petit, mais il n'y avait pas une once de haine contre cet oiseau. Je ne lui en voulais pas personnellement, non... c'était le destin qui me faisait passer un message, ce n'était pas lui. Enfin c'était comme ça que je le prenais.

-"Intéressant...", susurrait la colombe dans ses propres plumes.

_________________
Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] R1a8

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai YahikoEn ligne

Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] Empty
Dim 11 Oct 2020 - 19:31
L'espèce de clan auquel j'appartenais a souvent été persécuté par les shinobis. Plus ou moins directement, avec la construction des villages mais surtout avec les combats qui déstructuraient la flore. Mes parents s'étaient liés avec des ninjas sans savoir qu'il s'agissait de personnes avides de combats, de meurtres, de vols ou de pillages. Des intentions sombres enveloppées dans un somptueux coffre, une manipulation subtile qui contrôlait les moins attentifs, les plus naïfs... ceux qui croyaient encore que la paix était donnée et qu'elle ne se méritait pas. Et rapidement, ils se retrouvèrent au centre de nombreux conflits aussi malsains les uns que les autres. Ils furent souvent battus, reprochés d'erreurs, et le contexte était si mauvais qu'ils croyaient sincèrement que c'était de leur faute.

Ca ne l'était pas. Le principal fautif était la personne qui déclenchait les problèmes les plus sombres.

J'étais ainsi élevée dans une crainte du shinobi. Enfin, mes parents voulaient me faire croire que je devais les vaincre, mais j'ai toujours été persuadée que c'était stupide. Pourquoi tout le monde était dans le même sac ? Pourquoi tout le monde devait directement être considéré comme « mauvais » ? Au fond de moi, j'étais persuadé d'une chose : que dans tous les clans, dans toutes les tribus, dans toutes les espèces... il y avait du bon et du mauvais. Du manipulé et de l'innocent, du méchant et du gentil, du fourbe et du franc, du courageux et du lâche. La terre était façonnée de cette manière, non ? La richesse du Yuukan n'était-elle pas sa diversité ?

Dans mes premières années, j'osais tenir tête à mes deux parents. Je ne me souviens pas avoir gagné un seul débat. Avec l'âge, je comprenais pourquoi. Je n'avais aucune idée des horreurs qu'ils avaient traversées, je ne savais absolument pas à quel point l'humain pouvait être cruel. Si la vie leur avait apprit que toute confiance en eux était futile, que tout espoir de bonté était vain, ce n'était pas mon cas. Je me persuadais que peu importe le temps que cela prendrait, je finirai par rencontrer quelqu'un qui me comprendrait. Un raté, comme moi. Quelqu'un mangé par la vie, mais pas suffisamment pour continuer à croire en le bon, en la paix, en l'espoir.

Pour être honnête, il m'avait principalement attiré parce qu'il avait les cheveux blancs.

Je ne pouvais m'empêcher de vouloir en apprendre plus sur lui. Son état était assez pitoyable, comme quelqu'un qui venait de se faire battre. Venait-il de cet endroit, là bas, soumis à des vibrations de chakra intense ? Etait-il un rescapé de l'horreur ? Je devais en savoir plus. La branche sur laquelle je m'étais posée me permettait de le voir clairement s'avancer doucement, se laisser crouler sous son propre poids, l'arbre derrière lui comme support afin d'éviter que la chute ne soit trop violente. Je le voyais se renfermer, physiquement comme moralement. Ses jambes près de son corps me rappelait la position d'un bébé humain qui se réconfortait dans les bras de sa mère.

Il devait rechercher de l'attention. Il devait rechercher du réconfort. Mais comment faire ? Mes parents m'avaient toujours dit que je ne devais jamais m'adresser à un ninja. Ils étaient fourbes, ils étaient vicieux, ils ne voulaient que profiter de nos capacités pour arriver à leurs fins cruelles. Avais-je d'autres moyens que celui-ci pour l'aider ? Oui, je savais ce que je pouvais faire. Lui faire croire que quelqu'un d'autre était avec lui... de toutes façons, qui pouvait s'imaginer qu'une colombe pouvait parler ?

-"Le concept de la vie est amusant, lorsqu'on réalise que ceux qui souffrent le moins : ce sont les morts."

Avec un peu de chance, ça allait faire mouche. Je croyais fermement qu'il provenait de l'endroit où cette titanesque dose de chakra avait été libérée. J'avais anticipé le fait que des amis à lui avait dû mourir, qu'il avait dû fuir seul pour survivre comme un désespéré qui avait peur d'affronter la Faucheuse. Sa position, son regard, sa situation... tout me faisait penser qu'il avait vécu l'irréparable et qu'il allait avoir besoin d'aide.

Mais après avoir prononcé cette phrase, je tournais mon petit corps posé sur ma branche pour m'assurer qu'il ne comprenne pas. Je ne voulais pas qu'il me perce à jour, je voulais qu'il se dise que quelqu'un dans la forêt, un autre humain, voulait entrer en contact avec lui. Je le vis se renfermer sur lui-même, persuadé qu'il s'agissait d'un dysfonctionnement de son cerveau.

Trouver autre chose. Une autre idée pour lui faire comprendre qu'il n'était pas seul. Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi, mais son air m'intéressait. Il n'avait pas l'air de jouer l'homme, il n'avait pas la tête de celui qui voulait écraser les autres de sa puissance. J'étais persuadé qu'un être mauvais ne pouvait se retrouver seul, sans camarade, sans un objet de convoitise. Je le sondais du mieux que je pouvais avec mon chakra, cherchant un objet de valeur sur lui... mais il n'y avait rien. Et ça me plaisait, fantasmant à l'idée que la seule richesse qu'il exploitait était celle de son cœur.

Je devais encore vérifier quelque chose. Je devais vérifier son état d'esprit de différentes manières. Ma première épreuve avait été ridicule, bien qu'il m'ai surprise à ne pas paniquer à l'idée d'avoir un ennemi proche de lui. D'un autre côté, il ne devait y avoir probablement personne qui viendrait chercher un pauvre ninja sans défense dans une forêt perdue. Cet homme au chapeau dont j'avais entendu parler ne s'amuserait certainement pas à tuer n'importe qui... vu le message qu'il avait partagé auparavant.

J'aimais l'idée de tester l'orgueil de quelqu'un, la fierté d'un homme. Les ninjas avaient l'habitude de se pavaner, comme s'ils étaient supérieurs à qui que ce soit. Je voulais tester ça presque par honneur pour mes parents : je tenterai de rendre ridicule un des leurs pour voir s'il allait vouloir me faire du mal. Voletant tranquillement, une fois arrivé au dessus de lui, je me décidais à lui infliger la pire peine qu'un oiseau puisse appliquer à un être humain. Lui faire ressentir un sentiment d'insulte, de négligence, de saleté.

Comment allait-il réagir à l'idée que le monde veuille le rendre pathétique ?

_________________
Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] R1a8

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai YahikoEn ligne

Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] Empty
Dim 11 Oct 2020 - 19:34
Il y avait quelque chose d'amusant, dans le monde. Je m'étais persuadé que la vie avait accordé aux êtres les plus sages et les plus forts leur statut social après leur avoir montré qu'ils n'étaient que passagers... que mortels... qu'insignifiants. Comme si un rappel à la modestie et à la simplicité était nécessaire avant d'avoir affaire à la gloire et à la reconnaissance. Comme si la vie voulait aider à faire en sorte qu'ils gardent les pieds sur terre, sans se sentir supérieur, en gardant les valeurs qui leur permettraient ensuite de répandre le bien.

Était-ce ce qu'il m'arrivait à ce moment là ? Je me sentais parfaitement pathétique, après avoir fui contre une menace qui me dépassait, laissant d'autres camarades plus fous rester malgré l'autodestruction. Je n'avais même pas tenté de sauver qui que ce soit, je m'étais simplement dit que je n'avais pas les capacités, pas les techniques pour aider le moindre allié. Comment savoir si ce choix était bon ou non ? Je ne savais même plus qui était pour ou contre moi, je ne savais même pas ce qui pouvait attirer les autres à rester là bas. Il n'y avait que la mort, que la désolation, qu'un risque bien trop élevé de mourir pour strictement rien.

Cette fiente ne représentait finalement plus rien à mes yeux. Au contraire, plutôt que de m'achever dans un état de conscience négatif, elle me permit après quelques instants de me relever. Mes deux mains sur mes genoux marquaient toute la détermination que j'avais, et je m'efforçais par la même occasion de réunir toutes les pensées positives que j'avais. Des pensées orientées vers l'avenir, prenant certes en compte le passé mais qui ne le voyaient plus seulement comme de multiples couteaux qui s'étaient plantés dans mon dos. Mes erreurs n'étaient pas des finalités qui faisaient de moi un être minable, elles devaient être un moyen de devenir un être meilleur.

-"Merci, la colombe.", dis-je naturellement.

Je voulais le remercier sincèrement alors qu'il n'était qu'un animal. J'avais cette habitude de penser que le karma englobait tout. Tous les messages, toutes les intentions, tous les gestes. Si j'envoyais du bon à cet oiseau, il me reviendrait du bon. Si j'avais des pensées positives, elles me reviendraient elles aussi même si je ne savais pas comment. Alors en envoyant ce message à cette animal dépourvu de toute intelligence humaine, j'envoyais une demande à tous les esprits de cette planète, à toute conscience qui dépassait de loin ce que la science et la physique pouvaient accepter. « Aidez-moi à avancer. »

Et alors que j'avançais, le corps lourd mais la détermination certaine, j'entendis la même voix que celle de tout à l'heure. La même voix féminine qui venait percuter mon esprit comme pour me tester.

-"Inutile de retourner chez toi, jeune homme. L'Homme au Chapeau a raison : le chakra ne répand que la terreur, l'inégalité, l'injustice. Pourquoi ne te retournes-tu pas et ne vas-tu pas le rejoindre ? Moi je te le dis, le monde serait plus beau sans shinobis."

Au début, j'écoutais ces paroles sans broncher, immobile. Mais lorsqu'elle eu fini, je me retournai pour voir à qui j'avais à faire. Ce qu'elle venait de me dire ne m'énervait pas : je sentais qu'elle exprimait un avis sur le monde et qu'elle ne m'attaquait pas personnellement. Inutile de l'écraser de mes convictions, inutile d'anéantir ces pensées qui ne m'appartenaient pas. Elle pouvait bien penser ce qu'elle voulait... ce n'était pas moi, tout de suite, maintenant, qui allait régler ce problème.

Mais plutôt que de lui répondre sérieusement, je restais silencieux. Il fallait que je m'apprête à lui répondre d'une manière qui allait me plaire, d'une façon dont je pouvais être fier. Quelque chose qui me conviendrait. Je repensais à de nombreuses choses qui m'avaient traversé l'esprit après l'appel de l'Homme au Chapeau, à toutes les raisons pour lesquelles je m'étais naturellement mis du côté de ceux qui voulaient préserver le chakra.
Après avoir bien réfléchi, ce n'était même pas une réponse qui visait à débattre que je lui donnais. J'allais lui imposer mon point de vue, peu importe ce qu'il en pensait. Je ne lui devais rien, après tout.

En me retournant, je ne vis personne. Il n'y avait que la dite colombe perchée sur sa branche. Alors comme si le message venait d'elle, j'interprétai avec un peu de folie ce moment. Comme si le monde m'envoyait un messager et que j'avais à l'écouter.

-"En Juin 204, je suis parti en mission avec une bonne amie à moi. Une escorte de convoi qui pouvait être attaquée à tout moment par des clans de bandits. Elle l'a été... et parmi les assaillants, il n'y avait qu'un seul ninja. Tous les autres étaient de simples humains."

Je cherchais dans mes souvenirs, par rapport à mon propre vécu, mais le manque de missions effectuées ne me permettait pas de dire qu'il n'existait que des assaillants non ninja. Par contre, dans ce que je savais...

-"De manière générale, dans beaucoup de missions qu'on nous donne à faire, le risque prit est que des humains armés nous attaquent. Parfois par haine, parfois par vengeance... parfois par intérêt financier. Retire le chakra aux humains, ils s'attaqueront avec des lances. Retire les lances aux humains, ils s'attaqueront avec des poings. Retire les poings aux humains, ils se manipuleront."

Je disais cela et j'y croyais comme s'il s'agissait d'une vérité absolue. Et pourtant, je ne la détenais absolument pas, elle résonnait simplement dans mon esprit comme une position que j'appréciais tenir. Si je devais mourir un jour, ce serait avec fierté que je la défendrais.

"Je crois que la vie n'est qu'une question de point de vue. Si tu ne regardes que le négatif, le chakra est une horreur. Si tu ne regardes que le positif, le chakra est une aide divine... Je crois que la vérité se situe entre les deux, et que s'il fallait changer quelque chose... ce serait plutôt l'éducation."

Il n'y avait personne, que l'oiseau qui me regardait de ses pupilles vertes. Le vent me rappelait que mes paroles s'étaient perdues dans le néant. Elles n'avaient eu aucun impact, aucune réception. Encore une fois, c'était comme si j'envoyais un message à l'univers.

Et ce n'était pas vrai. Dans la petite tête blanche du volatile, c'était des pensées qui s'affolaient. Le test avait été concluant, et bien plus que ça, elles avaient réconforté Hatoka.

_________________
Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] R1a8

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai YahikoEn ligne

Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] Empty
Dim 11 Oct 2020 - 19:36
Un autre test, une espèce d'ultime épreuve dans laquelle je voulais sonder l'humain. Allait-il répondre à mon appel, ou m'ignorerait-il ? Devinerait-il que tous les messages provenaient de moi, ou penserait-il qu'un humain se cachait pour l'assaillir de questions. Je le vis se retourner et me regarder droit dans les yeux. Je ne savais pas ce qu'il pouvait bien se dire à ce moment, mais alors qu'il me répondait, son regard ne se détourna pas de moi. Avait-il comprit depuis tout ce temps ?

J'attendis la fin de sa réponse, l'ayant écouté avec une attention toute particulière. Au fond de moi, j'étais d'accord avec lui. Je ne croyais pas qu'il y avait de gentils ou de méchants, il y avait du blanc et du noir partout, les teintes de gris étaient multiples et infinies. Et dans tout ça, j'appréciais ceux qui tentaient d'être aussi blancs que possible... je devais m'assurer qu'il était de ceux là. Il était temps pour moi de me dévoiler, de lui montrer que j'étais bien un être vivant différent de la normale... que j'étais un animal qui avait hérité de chakra et d'une capacité à communiquer avec les humains.

-"Garçon... raconte moi ta vie de ninja."

Une question simple pour une réponse complexe. Evidemment, elle tombait comme un cheveux sur la soupe, il devait se dire que je faisais tout pour le tester et pour me mettre en lien avec lui. Pourtant, j'en avais besoin. J'avais besoin de me réconcilier avec l'être humain, de me venger à la place de mes parents qui eux n'avaient jamais eu la chance de rencontrer quelqu'un qui les respecterait. Ce garçon aux cheveux blancs faisaient parti de mes chances d'accomplir mon rêve.

-"Je n'étais pas fou depuis ce temps, il y avait bien quelqu'un qui me parlait...  Qu'est-ce que tu me veux ? Pourquoi est-ce que tu me suis depuis tout à l'heure ?"

Le ton jouait sur sa phrase. Son sourire et sa voix douce ne me faisaient pas sentir agressée, alors qu'une même phrase dans une autre bouche pouvaient diffuser un tout autre sentiment. Pour autant, je ne me sentais pas capable de lui répondre tout ce que j'avais en tête. Égoïstement, je voulais qu'il me dise tout et que je ne lui dise rien. Il était gênant pour moi d'ouvrir mon cœur à un inconnu après l'avoir abordé, mais lui avait l'air de s'en moquer.

-"Tu es comme mon Renard d'autrefois... non ? Euh... comment dire... j'avais un animal, dans le passé. Un animal qui savait parler, et qui avait accepté de combattre à mes côtés... Tu es comme lui ?"

La question était gênante, et la réflexion l'était tout autant. Il venait de tenter le tout pour le tout, comme s'il n'avait plus peur de rien. Sans le savoir, il m'avait percée à jour bien que je refuse de m'allier à n'importe qui. J'instaurai un moment de silence pendant quelques secondes, dans lequel je réfléchissais à ce que je pouvais bien répondre. Il était hors de question de lui avouer clairement ce que j'avais en tête, même si j'étais bien tentée.

-"Je n'y ai jamais réfléchi, humain. Mais il m'est hors de question de me lier à n'importe qui. Raconte moi ton histoire, je veux savoir quel type de personne tu es."

Il me regardait avec un air sincère, gentil, comme s'il comprenait au travers du regard ce qui me tracassait. De toutes manières, j'étais quelque part percée à jour : je l'avais suivi depuis tout à l'heure, persuadée qu'il était le ninja qui me réconcilierait avec les shinobis. Si le destin voulait que nous soyons liés lui et moi... alors nous le serions.

Il commença à s'asseoir en m'incitant à poser mes pattes, l'histoire étant longue. Il me raconta de nombreuses choses, commençant par son passé de garçon seul, ses origines de son clan, son père adoptif... Sa volonté de faire la paix, sa rencontre avec Hanae avec qui il partageait ce même objectif, ses nombreuses missions dans lesquelles il faisait de son mieux pour régler tous les soucis, toutes ses volontés de sauvetage, son respect envers l'autorité et envers ses camarades... mais surtout, sa fidélité envers sa définition de la paix, qu'il me décrivit en long en large et en travers. Tout était logique, tout était fidèle à lui, et j'étais capable de comprendre ses doutes, ses erreurs et ses culpabilités.

Et il finalisa son long monologue en me parlant du présent, de ce qu'il venait de vivre à Tsume, mais surtout de ce qu'il voulait faire à l'avenir.

-"Des objectifs aussi ambitieux... pour la paix, n'est-ce pas ?"

-"De ce que je pense être la paix, c'est ça."

...

-"Je l'entends, Yahiko. Honnêtement, ça me plait. Laisse moi me lier à toi, je voudrais vivre avec toi ce qui semble être le plus gros combat de l'humanité."

_____________________

L'oiseau m'avait menti. En croisant ses ailes d'une manière étrange, il fit apparaître un parchemin que je reconnaissais bien. Celui qui me lierait à lui, que je devais entacher de mon sang en inscrivant mon nom.

Le Renard était le symbole de la ruse et de l'intelligence. Lorsque l'on y réfléchissait bien, je préférais largement être l'hôte du symbole de la paix, en ayant la prétention de penser l'apporter.

_________________
Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe] R1a8

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363

Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Humanité :: Tsume no Kuni, Pays des Griffes
Sauter vers: