Soutenez le forum !
1234
Partagez

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru]

Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Lun 12 Oct 2020 - 1:27
Cela faisait maintenant quelques heures que je m'étais séparé de mon petit groupe. J'avais besoin de me retrouver seul, de me ressourcer dans le silence après avoir passé autant de temps à supporter des bruits on ne peut plus anxiogènes. La rencontre précédente avec Medyusa et ma meilleure amie Sendai Hanae avait eu beau me faire énormément de bien, j'avais besoin de me concerter avec moi-même. J'avais bien des choses à songer, après tout. Mes plans pour redorer l'allure du Teikoku auprès de la Coalition principalement, qui entraient énormément en résonance avec ce qui venait de nous arriver à tous.

La trahison de Chokoku Tomoe n'était pas un fait isolé. Je ne l'interprétais pas vraiment comme ça. Elle avait montré avec ce comportement qu'au Teikoku, nous étions suffisamment fiers et puissants pour penser être supérieur à tout le monde. C'était bien loin de tout l'idéal de paix qui était présenté lorsque j'avais intégré les rangs. Je me rappelais cette époque, où Rei vendait sa patrie comme une troupe recherchant la justice par la paix. Ca m'avait charmé, mais j'avais tenu tête en étant persuadé que Kumo n'avait pas besoin de ça, qu'il ne s'agissait que d'un cycle de haine qu'il fallait stopper.

Au final, je l'avais rejoins. Je me disais qu'il fallait lui donner une chance, que toutes les complications de la Foudre dû au Fukkatsu, à la Résistance et à tous les autres flux opposants de ninjas n'aidaient pas à obtenir cet objectif. Je m'étais résigné à déserter Kumo pour l'Empire, persuadé que le Feu saurait mieux correspondre à mes valeurs.

Ils me montraient tout le contraire.

Ils exhibaient avec fierté une certaine arrogance, un sentiment on ne peut plus patriote qui n'était plus vraiment adapté. Combien étaient-ils dans l'empire à vouloir véritablement de la paix ? Etait-elle obligatoirement imposable aux autres patries ? Maintenant qu'il y avait la Coalition, nous avions la paix à portée de main, tout était à notre disposition pour que nous puissions enfin nous entendre. Kaguya Kôsuke avait même tenté un pari risqué pour que nous puissions nous réconcilier avec Kumo, nos ennemis de toujours. Il était hors de question que tout soit foiré à cause de ces sentiments patriotiques.

Egoïstement, je me mettais en tête de vouloir réformer tout ça. Il n'allait plus qu'être question de suivre des ordres, pour une fois dans ma vie... j'allais prendre des responsabilités. Combattre le Teikoku du mieux que je pouvais, tenter d'imposer de mes capacités ma façon de voir les choses. Et surtout, cela passait par une réconciliation avec les autres villages, qui ne devaient pas avoir une image très propre de l'Empire...

Dans ma marche infinie, ne comptant même pas la distance qui me séparait d'Urahi, ma vision périphérique fut perturbée. Il y avait quelqu'un, une silhouette brûlante qui se dessinait au loin. Je n'arrivais pas à la distinguer, étant parfaitement alignée avec le soleil couchant. En me concentrant un peu, mes doigts servant de visière pour cacher quelque peu l'aveuglement du soleil, je pus reconnaître un déserteur de renom pour nous. Mais aussi une personne qui ne m'avait strictement rien fait personnellement.

Je m'assis devant elle, sans un mot, un petit sourire dessiné sur les lèvres. J'étais persuadé qu'il l'avait comprit autant que moi : je n'étais pas là avec de quelconques intentions hostiles.

-"Dans un autre contexte, je t'aurai probablement attaqué pour te tuer", commençais-je. Un petit soupire sortit de mes lèvres, suivit d'un haussement d'épaule typique de l'homme qui n'en avait plus rien à faire. Il n'était pas l'heure pour ce genre de prise de tête. "Peut-être as-tu eu raison à l'époque de déserter le système actuel, finalement. N'est-ce pas... Hokazuka Minoru ?"

L'apparence de ma tenue devait clairement lui montrer que j'étais de retour d'un combat acharné, qui avait indubitablement impacté ma conscience. Peut-être avait-il entendu parler de moi, comme j'étais de ceux qui avaient pu trouver le pays de l'Homme au Chapeau, aidé par le cristal de Byakuren Yume. Mais une chose était sûre : je n'avais aucune idée qu'il y avait quelques heures de cela, il s'était confronté à mon ancien Empereur.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Hokazuka Minoru
Hokazuka Minoru

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Mer 14 Oct 2020 - 0:13
L’échec était généralement un événement qui marquait ceux qui y faisait face, le degré d’impact sur l’esprit de l’un ou de l’autre variant selon la gravité de la situation ou l’individu avait échouer.

Malheureusement pour Hokazuka Minoru, déserteur de l’Empire du Feu, les marques de ça, ou plutôt ses, défaites s’empilaient sans cesse sur son esprit et maintenant, il en avait même des traces sur son corps.

Le tier gauche du visage du dresseur avait été complètement brûlé, lui laissant une cicatrice hideuse affichant au monde l’événement désastreux qu’avait été son incursion avec la coalition a Tsume No Kuni. Sur son torse, ses bras, ses hanches et ses jambes, des plaques de peau brûlées apparaissaient, témoignant du fait qu’il avait marché dans les flammes même de l’inferno de l’ancien empereur du Teikoku. Que son adversaire du moment ait seulement eu besoin de deux techniques et d’une manipulation mentale pour le vaincre avait, non sans raison, détruit une grande partie de l’estime qu’avait développé l’Hokazuka. Sans oublier que son Kuchiyose, Zakata, était en convalescence pendant trois semaines, les brûlures du Katon du Yamanaka l’ayant frappé de plein fouet.

Heureusement pour Minoru, il avait trouvé, dans un vieux village abandonné aux frontières de Tsume, des vêtements de qualité acceptable dont il s’était servi pour se couvrir et préserver sa chaleur. Avec le reste des tissus qu’il avait trouvé, il avait bandé ses brûlures après les avoir frottés d’une herbe aidant à la douleur dont il avait pris connaissance dans sa jeunesse passé dans le pays des forêts. De cette façon, quelques heures seulement après le combat contre Rei, le déserteur avait pu s’étendre sous le tronc d’un arbre et prendre plusieurs heures de repos.

Plus que jamais, l’esprit du dresseur brûlait. Il n’avait plus comme seul objectif de mieux se connaître ou d’échapper au Teikoku. Il désirait maintenant mettre fin aux plans de l’Homme au Chapeau et de ses lieutenants, ces derniers désirants, indirectement, mettre fin au lien profond d’amitié unissant Tsuki et le Hijin en coupant le chakra. L’amitié complexe entre homme et animal ne pouvait s’appliquer ou se maintenir sans l’énergie interne caractéristique des shinobis et le panda ne serait plus qu’un vulgaire animal de compagnie sans l’aide de pouvoirs mystiques. Mais dans l’état pathétiquement faible dans lequel Minoru se trouvait par rapport aux grandes puissances du Yuukan, il n’avait aucune chance d’accomplir ce si simple mais si difficile objectif. Il devait impérativement gagner en puissance.

Mais avant qu’il ait pu laisser ses pensées voguer dans cette direction plus en détail, des sons et odeurs attirèrent les sens de ce dernier et de son fidèle compagnon, qui grignotait des bambous, ses plaies étant couvertes des mêmes bandages que son ami. Un individu, a la présence puissante et a l’odeur familière, s’approchait de leur refuge de fortune dans la clairière.

Sendai Yahiko, un soldat de l’Empire a qui le déserteur avait menti, l’ayant croisé aux frontières de Hi No Kuni durant son acte même de désertion. Et pourtant, le manipulateur de chakra pur ne semblait pas dégager d’intentions agressives à son égard et si c’était le cas, il le cachait très bien. Alors, se sachant trop faible de toute façon pour le combattre, l’Hokazuka décida simplement de l’écouter et d’offrir une réponse a ses paroles.

« A tes habits, j’en déduit que je ne suis pas le seul qui arrive de ce maudit pays a l’ouest. Après tout, a quel autre endroit quelqu’un d’aussi fort que toi aurait subi autant de dégâts? »

Minoru s’arrêta un instant, prenant une gorgée d’eau dans un bol de bois qu’il avait façonné a la main plus tôt.

« Tu es probablement un des seuls soldats du Teikoku envers qui je n’éprouve pas d’hostilité. Je suis agréablement surpris de voir que le sentiment est réciproque. Alors, qu’est-ce qui t’amène a mon camp de fortune? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7903-hokazuka-minoru-presentation-fini https://www.ascentofshinobi.com/u1248
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Mer 14 Oct 2020 - 0:53
Le visage brûlé et quelque peu défiguré du garçon que j'avais rencontré il y avait de ça quelques mois montrait un passé douloureux, cette fois plus physiquement que moralement. On pouvait constater des brûlures clairement marquées sur sa peau et ce à de nombreux endroits, signifiant un combat compliqué contre un manipulateur du Katon. Son compagnon n'avait pas l'air non plus au meilleur de sa forme, et sa première intervention confirmait quelque chose que je ne souhaitais pas vraiment entendre, venant d'un camarade. Lui aussi avait connu l'enfer, et s'il se reposait maintenant, je pouvais parier que c'était parce qu'il avait du être torturé par ce dernier.

Malgré ça, il fut parfaitement sympathique. Je fus surpris de la douceur avec laquelle il m'abordait malgré mon appartenance. Malgré son mensonge lors de notre première rencontre, malgré le conflit qui devait normalement nous opposer, il avait comprit qu'il n'y avait rien de tout ça. Après tout, lui comme moi avions un point commun : nous nous sentions trahis par l'Empire et nous étions en recherche d'un accès certain à la paix. La seule différence devait être dans le fait qu'il avait dû fuir le Teikoku, tandis que j'avais la force, les contacts et le soutien nécessaire pour pouvoir tenter ma chance.

-"Ce n'est pas volontaire, pour être honnête. Mais c'est une occasion parfaite pour prendre un peu de repos", dis-je d'un sourire qui montrait un sentiment apaisé, confiant. Je savais avec lui que je ne craignais rien.

Assez calmement, je m'assis sur un des rondins de bois situé non loin de mon interlocuteur et de son partenaire. Il y avait de nombreuses choses que je pouvais évoquer avec lui, surtout maintenant que je savais qu'il était aussi là lors de la mission à Tsume. Contre qui s'était-il battu ? Que lui était-il arrivé ? Et pour ce qui concernait sa vie... avait-il trouvé une Maison ? Quelque part où il pouvait se sentir à l'aise, quelque part où quelqu'un qu'il aimait l'attendait. Je comprenais ce sentiment de traîtrise qui menait à ce besoin de retrouver des repères, comme je pouvais en avoir besoin en ces temps difficiles.

Alors décidant à mon tour d'embrayer sur ce qui me concernait, quitte à crever l'abcès, je me lançais directement dans le thème de Tsume.

-"Ouais, il faut croire qu'il faille un insecte géant, un robot ainsi que l'ennemi le plus puissant du Yuukan pour m'affaiblir, haha."

Je ricanai doucement, sans excitation. Cette petite blague mimant un air hautain venait apaiser mon mental bien agité. Je pouvais le faire ici, je savais que Minoru pourrait l'entendre. Après avoir un peu ri, je reprenais une voix sérieuse et calme, comme à mon habitude.

-"Je plaisante, contrairement à toi, je n'ai pas vraiment souffert physiquement. La difficulté était surtout psychologique, j'ai été confronté à des réflexions bien trop profondes dans des intervalles trop courts... c'est pas bon pour mon crâne."

Dans une intention cette fois bien plus amicale, je décidai de me soucier un peu du sort du déserteur. Si je pouvais m'assurer de sa bonne santé tout en glanant des informations que je ne possédais pas, c'était tout à fait bénéfique. Mon regard fatigué se pencha sur son corps endolori, et d'une curiosité professionnelle et cordiale en même temps, je me permis de tenter d'en apprendre plus sur lui.

-"Qu'est-il arrivé à ton visage ? Les brûlures ont l'air importantes."

Plus que ça, les brûlures étaient récentes, cela pouvait se voir. J'étais persuadé qu'elles provenaient d'un de ses affrontements contre un ninja de Tsume. Mais à part l'homme au chapeau, le grand insecte, le vieillard dont m'avait parlé Hanae et Medyusa et le robot, qui avait-il en plus ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Hokazuka Minoru
Hokazuka Minoru

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Jeu 15 Oct 2020 - 18:48
“Effectivement, c’est un bien bel endroit. Le vent ne passe pas, la canopée couvre nos crânes de la pluie et une rivière coule doucement à proximité. Comparé aux atrocités de la terre de l’ouest, cet endroit est magnifique.”

Une autre gorgée d’eau pour calmer le désert brûlant régnant dans le climat sec de la gorge du déserteur. On dirait qu’il avait bien fait de ne pas provoquer ou attaquer le soldat du camp désirant son emprisonnement ou sa mort. De toute façon, il était trop faible pour être capable de le combattre dans son état actuel, alors la diplomatie était la bonne option.

Minoru ne put que ricaner à la réponse de Yahiko. Il avait bien entendu vu le Dieu du Ciel ayant apparut à l’horizon au-dessus des arbres décrépit de Tsume, mais il n’avait pas entendu parler de robots à d’autres moments que dans des songes ou des légendes technologiques. Le Sendai avait donc, en plus de cela, affronter l’Homme au Chapeau? Et bien, on dirait que les deux avaient en commun des combats contre des adversaires beaucoup plus forts qu’eux. Son interlocuteur enchaîna rapidement en confirmant ce dont l’Hokazuka se doutait ; les paroles de l’ennemi public du Yuukan avaient touchés l’esprit de tous.

“Les réflexions entraînés par ce cher Tozen sont naturels je pense. Si je n’avais pas été un Hokazuka, je ne pense pas que j’aurais refusé son invitation.” Il fit un signe vers Tsuki, qui observait la scène en grignotant lentement un morceau de bambou, mettant en évidence sa puissante dentition. “C’est Tsuki qui m’a sauvé, en quelque sorte. Notre lien est plus puissant que tout. Et il est chakratique. Alors l’Homme au Chapeau est mon ennemi. C’est aussi simple que ça.”

Et puis, Yahiko adressa l’éléphant dans la clairière ; les brûlures et blessures de Minoru. L’interlocuteur de ce dernier avait depuis longtemps compris qu’ils arrivaient de la même mission de la coalition, mais il ne semblait pas encore avoir compris le degré de puissance du groupe de lieutenants entourant l’entité qu’était le Jinchuriki de Gobi.

“Yamanaka Rei est de retour du côté de l’Homme au Chapeau. Sa légendaire technique, l’Inferno… fut responsable de mes brûlures ainsi que de la mort d’un Kumojin qui s’est sacrifié pour nous permettre de survivre. Poison, coups, ninjutsu… Rien n’a marché. Les Iroujutsu et les manipulation mentales de notre ancien empereur sont dans un autre monde. Encore une fois, ma faiblesse est venu cogner à la porte de mes yeux.”

Le dresseur afficha un triste sourire avant de se désaltérer à nouveau. Puis, prenant un autre bol d’eau, il l’offrit au Sendai avant de se remettre à parler, une de ses mains se grattant les cheveux qui lui restait.

“Mais je vois que tu as gagné en puissance depuis ma désertion. Tu es presque au niveau de celui qui a causé ma désertion, ce qui n’est pas rien. Que comptes-tu faire, une fois de retour au Teikoku? Tu sembles légèrement… Désabusé.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7903-hokazuka-minoru-presentation-fini https://www.ascentofshinobi.com/u1248
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Jeu 15 Oct 2020 - 23:25
Il avait raison. Nous nuancions parfaitement bien le paysage qui nous entourait. Un environnement de calme, de paix, où nous pouvions lui et moi prendre tout notre temps pour nous reposer et nous remettre de nos traumatismes. A l'inverse, nos corps rappelaient l'horreur, la sueur et le sang causés par le combat. Ces mêmes corps qui reposaient sur une souche abimée, maintenant las de tout mouvement, avec pour seule raison de bouger la conversation qui les reliait. Tandis que Minoru parlait, c'était à mon tour d'accepter volontiers de boire un breuvage tout à fait désaltérant. Je ne pouvais rêver mieux. Une situation de calme, qui ne nécessitait aucune concentration et dans laquelle je pouvais subvenir à mes besoins les plus primaires.

Mais la conversation prenait une tournure assez curieuse. Mon regard se tourna presque automatiquement vers le brûlé alors qu'il parlait de son choix vis à vis du dilemme de l'Homme au Chapeau. Si j'étais déjà agréablement surpris qu'il soit bel et bien du côté de ceux qui voulaient préserver le chakra, c'était avec intérêt que j'appris que son choix s'était principalement fait à partir de son compagnon. Une logique assez étonnante tant elle n'était pas fréquente, mais qui rappelait aussi par la même occasion les bénéfices du chakra : ils ne pouvaient pas seulement lier les Hommes entre eux, ils pouvaient aussi lier à l'humain à l'animal. Et ce, d'une manière qui dépassait de loin le lien que pouvait avoir un être humain avec son animal de compagnie.

Un sourire se traça sur mes lèvres alors que je l'écoutai. Un sourire amusé de la simplicité et de la tendresse de la situation.

-"Je comprends", me contentais-je de dire.

J'en étais presque pris d'envie de rire. Un tel lien d'amour, aussi simple soit-il, qui s'opposait fermement à toute la complexité du dilemme de Sakaze Tosen. S'il pensait apporter la paix en supprimant le chakra, Minoru devait s'en moquer : il l'avait déjà. C'était presque comme si le débat ne le concernait pas, tant il vivait simplement avec son compagnon, loin de toutes les guerres et de tous les désirs de conquête.

Hélas, la suite de la conversation devint un peu plus sérieuse. En très peu de temps, j'appris plusieurs choses qui ne me réjouissaient pas vraiment. Apprendre que Yamanaka Rei était vivant était une belle nouvelle, comme nous n'avions plus de nouvelles de lui suite à sa mission suicide contre les Edo Tensei. Cependant, la même phrase vint briser cette joie pour rappeler qu'il n'était plus du côté de l'Empire, c'était même pire que ça. Il était notre ennemi de demain, un mastodonte contre lequel les villages ninjas devraient se battre. Nous n'en avions pas la moindre envie, mais la situation ne permettait pas le choix. Nous devions le faire.

Mon sourire disparut très rapidement et subissait la gravité des informations. Mon dos se courba un peu plus, ma tête se reposant sur ma main pour prendre une posture plus réfléchie. La première phrase avait presque fait de l'ombre à toutes les autres. Il était évidemment intéressant de connaître les techniques de l'ancien Empereur, triste d'apprendre la mort d'un ninja de Kumo et important de réaliser que ses aptitudes dominaient probablement la plupart des nôtres... mais ces nouvelles étaient encore plus graves. Perdu dans mes pensées, c'était ma bonne éducation qui répondit plutôt que ma tête.

-"Je suppose que même si la blessure est grave, tu peux au moins te satisfaire d'être en vie, mh."

Et ce n'était pas faux. Même si cette intervention n'avait pas vraiment de quoi redonner le morale, elle avait au moins l'honneur de poser une vérité inévitable : s'il était là à me parler, c'est qu'il l'avait vaincu. D'ailleurs, comment avait-il survécu ?

-"Mais attend, comment t'en es-tu sorti contre Rei...? Ne me dis pas que vous avez réussi à le tuer ?"

Si c'était le cas, c'était une bonne nouvelle. Un sentiment étrange au fond de moi, presque pessimiste, me disait de ne pas rêver plus que nécessaire, mais ça restait possible. Après tout, s'il était suffisamment bien accompagné, l'on pouvait tout de même se faire à l'idée que Yamanaka Rei était tombé au combat... il ne suffisait que d'un bon combo de technique, d'un bel enchaînement... ou d'un sacrifice nécessaire pour porter le coup fatal.

Mais Minoru embraya sur un autre sujet, se questionnant cette fois plus sur mon état d'esprit. Il mit en avant les efforts que j'avais pu faire dans mon entraînement, et m'interrogea directement sur mes nouveaux objectifs et probablement sur ceux de l'Empire. Après tout, il devait être curieux de savoir le choix qu'allait faire ceux qui lui avaient donné envie de fuir le pays.

-"Mmmh... ce n'est pas Enma Gozen, qui a causé ta désertion ? J'espère qu'il va bien", laissais-je échapper.

Loin de moi l'idée de manquer de respect à Minoru, mais Gozen et moi étions devenus de vrais camarades de combat. Indirectement, nous nous étions reconnus nos valeurs notamment par nos entraînements en duel, et je ne pouvais m'empêcher d'éprouver une certaine estime envers lui.

-"Oh, excuse-moi, je ne devrais pas dire ça devant toi. Pour être honnête, je compte tenter de devenir Empereur. J'ai décidé de prendre les choses en main, de me faire confiance pour faire cesser tout ressentiment entre l'Empire et les grands villages ninjas. Je pense que pour le chakra, nous devons passer outre tous nos caprices, et nous devons nous allier contre les plans de ce Sakaze Tosen."

J'étais persuadé de ne pas être vraiment crédible, en disant vouloir devenir Empereur. Surtout si je n'étais pas aussi puissant que Gozen, cela signifiait que je n'étais pas le plus puissant de l'Empire. Hélas, il y avait bien une règle d'or au sein de celui-ci : la loi du plus fort, qui déterminait de loin qui pouvait bien diriger. Je ne pouvais ainsi compter que sur mes plans avec les villages et sur le soutien de mes camarades pour tenter de tenir tête aux opposants.

-"Je me sens trahis, pour être honnête. Au moment de rejoindre l'Empire, je gardais en tête les objectifs que défendaient Rei : ceux de la paix. Mais il y a de ça quelques heures, une kunoichi du Teikoku a effectué une tentative de meurtre sur une kunoichi de la Coalition. Ce n'est pas de la paix ça, n'est-ce pas ? Rompre des accords préalablement établis pour son propre intérêt... en réalisant les mentalités des soldats de l'Empire, je me dis qu'elle ne doit pas être la seule à agir seulement pour les intérêts du Feu."

Je grimaçais légèrement à cette idée. J'avais des plans qui m'étaient venus en tête pour penser réformer l'Empire, mais allaient-ils fonctionner ? Allais-je avoir le soutien nécessaire ? Allait-on m'accepter pour ce que j'allais proposer, avec toute la volonté de bien faire qui m'animait ? Au fond de moi, je sentais que tout le monde se moquerait bien des sentiments que je pouvais éprouver. Peut-être que la seule chose qui leur parlerait... c'était la violence.

-"Alors je doute beaucoup. Je veux devenir Empereur, mais qui sait si je vais être écouté ? Je veux rallier les villages, mais qui sait si je vais être suivi ? Qu'est-ce que tu en penses... tu penses que je peux réussir ?"

Un appel à l'aide à un ami, tandis que ma conscience se laissait porter par le désespoir. Malgré le paradis qui nous entourait, je ne pouvais m'empêcher de ressentir tout le stress qui m'entourait. Au fond de moi, j'espérais qu'il trouve les mots pour me redonner courage, le courage dont j'allais avoir besoin pour me battre pour mes idéaux. Et ce, jusqu'à ma mort.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Hokazuka Minoru
Hokazuka Minoru

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Sam 17 Oct 2020 - 21:56
Être en vie. Survivre. Des choses qui semblaient si simple, si naturels. Après tout, la majorité des habitants du Yuukan vivaient dans des villes et villages défendus par ninjas, soldats et, dans certains cas, leur propre environnement. La mort était résultat d’épidémie, de vieillesse ou des rares bêtes sauvages. Pour les malchanceux, des bandits, des nukenins ou des guerres pouvaient venir mettre à terre les existences qu’ils avaient mis autant de temps à raffiner et à entretenir. Ame en était un bon exemple, l’exception qui confirmait la règle du continent géré par le chakra.

Le visage de Yahiko changeait au fur et à mesure que la conversation progressait vers une gravité plus sérieuse. Quand la discussion bascula au sujet de l’Homme au Chapeau et de ses lieutenants, en particulier Rei, le Sendai sembla montrer un visage qui semblait beaucoup plus caractéristique d’un soldat du feu comme lui. Il prenait la situation avec le sérieux approprié, même s’il ne s’en rendait sûrement pas compte. Minoru ne put s’empêcher de sourire. Il était normal de croire que s’il avait survécu face à un lieutenant, c’était qu’il était sorti vainqueur d’un affrontement face à ce dernier. Mais la réalité était aussi triste que le sourire qu’affichait l’Hokazuka.

“Le message mentale de l’Homme au Chapeau est arrivé et Rei nous as simplement… abandonné. La vie humaine importe très peu à cet homme. Qu’on vive ou non, pour lui, ça n’avait aucune importance. Des moustiques, voilà ce que sont les hommes, shinobis ou non, pour lui.”

La réponse du Kaminarijin au questionnement sur la puissance de ce dernier fit froncer les restants de sourcils brûlés de l’Hokazuka. Enma Gozen. Un nom qui, malgré lui, n’avait jamais réellement quitté son esprit traumatisé par les événements de la nuit de la réunion secrète. La dernière nuit où il avait été lieutenant du Teikoku. Le soir ou sa vision de l’Empire avait été définitivement brisé, les murs des mensonges qu’on se raconte à soi brisés par les manigances et intrigues de l’entité maîtresse d’Hi no Kuni.

“C’est bien lui.”

Mais les réminiscences du passé embrouillé du déserteur ne purent continuer plus longtemps, puisque l’ancien ninja de Kumo lui présenta son plan dans un monologue plein d’émotion et confidence ; il souhaitait devenir l’Empereur du Feu. Outre la surprise qui prit Minoru de savoir qu’un individu originaire d’une autre contrée que celle du feu voulait endosser l’âme et la volonté du feu sur ses jeunes épaules, il réalisa à quel point son interlocuteur était plus fort, mentalement et physiquement que lui. Les doutes et le ressentiment qu’il éprouvait envers l’Empire, il voulait les détruire non pas en s’en éloignant mais en en prenant la tête.

Un homme désabusé par les idéaux de Yamanaka Rei, confronté au patriotisme aveugle de ses camarades de combat, aux aveuglements volontaires des Teikokujins dans le seul but de faire de leur entité politique la plus puissante… Le dresseur ne pouvait que sentir un sens de camaraderie avec Yahiko. Il avait passé par les mêmes étapes psychologiques que lui, bien qu'à l’époque il était moins fort en tout point qu’il l’était en ce moment. En plus, il errait sans réel but autre que de gagner en puissance. Sa piste avait été brouillé à Ame, alors il considérait qu’il était dans la véritable ombre de l’Empire jusqu’aux dernière nouvelles… Ce qui voulait dire….

“Ce que j’en penses? L’Empire n’a pas besoin d’homme aveuglés par le pouvoir, la vengeance ou l’idéalisme sans questionnement. Le fait que tu remet en question le Teikoku lui-même ferait de toi un Empereur supérieur à tout autre candidat. Tu sais que Hi no Kuni a des problèmes. Et l’Empire a besoin de quelqu’un qui veut le faire changer malgré ses doutes et ses peurs. Tu dois le devenir. Et je vais t’y aider.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7903-hokazuka-minoru-presentation-fini https://www.ascentofshinobi.com/u1248
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Lun 19 Oct 2020 - 10:53
Face à toutes ces révélations, il y avait un sentiment d'échec à ce que Rei ne soit pas mort. S'il avait bel et bien rejoint l'ennemi, malgré toutes ses intentions au sein de l'Empire, il était maintenant du côté de ceux qui combattaient le chakra. C'était alors un miracle que l'Hokazuka soit en vie, finalement libéré par celui qui était supposé le faire brûler vif sous ses flammes et par celui qui se révélait être l'ennemi des shinobis. Un visage légèrement défiguré, voilà quelle était la sentence pour s'être mesuré à un des lieutenants de l'antagoniste principal.

Etrangement, je souriais. Il n'y avait pas vraiment d'amusement, ni quoi que ce soit de marrant dans les faits. Pourtant, la situation me dépassait tant qu'elle en devenait hallucinante, tellement hallucinante que je n'osais pas y croire. Des moustiques, voilà ce à quoi nous étions réduits. Même l'Homme au Chapeau lui-même semblait nous considérer un peu plus que ça.

-"Tellement puissant, hein..."

Mon regard se perdait dans la clarté d'un des ruisseaux qui coulait non loin d'ici. Il rappelait quelque part que la vie continuait, que malgré les Flammes qui semblaient s'abattre sur nous il y avait toujours un espoir de réussir. Un espoir de le tuer, lui, si nécessaire, même s'il était celui qui avait bâti l'Empire en lequel je croyais... ou en lequel j'avais cru. Mais je voulais quelque part me tirer vers le haut, me faire retrouver le sourire et l'espoir. C'était probablement la chose immatérielle la plus importante pour que nous ayons envie de continuer à nous battre.

D'un coup, mon regard se tourna vers Minoru. Mes deux poings se serrèrent fort, et une espèce de sourire apparut sur mon visage devenu étrangement plus confiant. Je devais lui demander, je devais récupérer des informations sur le Yamanaka... ça pouvait représenter un avantage certain dans la prochaine guerre qui se préparait déjà.

-"Hé, Rei... il se bat comment ? Il a réussi à vous battre, mais est-ce que tu penses que personne ne peut faire le poids ? Tu penses qu'il faudrait quoi pour gagner ?"

Au delà d'une détermination, c'était un message d'espoir que je voulais créer. Je voulais certes pouvoir avoir des informations qui aideraient la Coalition à se battre et à vaincre, mais j'en profitai même pour faire comprendre au déserteur que sa survie n'était pas un échec : elle pouvait devenir une victoire en soi. Le véritable échec aurait été que tous soient morts sans informations, et là était la défaite de Rei. Je me persuadais qu'il avait beau être puissant, il avait dû avoir une sacré bonne raison de déserter le combat sans les tuer.

Le fil de la discussion continuait, et je voulais cette fois rebondir sur le message de soutien qu'il venait de m'apporter. Sans le savoir, il décrivait quelque part la manière avec laquelle je voyais les choses. L'Empire avait besoin de se remettre en question, d'oublier ses peines passées et de réaliser que le combat le plus dur était celui du pardon. Pardonner aux Kumojins, pardonner aux Kirijins, pardonner aux Iwajin, réaliser que nous nous battions tous pour la même chose : le chakra, et tout le message d'espoir qui allait avec. Alors dans l'enthousiasme que j'avais crée, je regardais avec curiosité mon interlocuteur. Au delà du soutien dont il me faisait part et qui était sûrement dû au fait que ça l'arrangeait dans sa situation vis à vis du Teikoku, il me proposa bien plus : il me proposa de l'aide.

J'avais son soutien moral et ce qu'il pouvait en faire. Je m'imaginais différents scénarios, dans lesquels il aurait des contacts qu'il pourrait influencer pour m'aider dans mon objectif. Je m'imaginais que cela m'aiderait à convaincre les troupes du Feu malgré leur haine contre les villages shinobis, que s'ils voulaient lever les armes contre mes ambitions, tous les autres villages et moi aurions la puissance nécessaire pour tous les arrêter... Quitte à les tuer. L'Empire avait de quoi devenir le deuxième ennemi principal du Yuukan, et je pouvais d'ors et déjà imaginer devoir déserter, dans le pire des cas, pour me battre contre l'Homme au Chapeau.

-"Tu plaisantes ?", commençais-je avec un petit rire amusé, presque fier de la situation. "Dis-moi comment tu peux m'aider. Je vais avoir besoin du soutien moral d'autant de personnes que possible pour légitimer ma place sur le Trône. Je me suis déjà arrangé pour envoyer des lettres à Kumo, Iwa et Kiri, pour tenter d'avoir leur soutien à eux aussi, il m'en faut autant que possible."

Je croyais en notre alliance. Je croyais en le karma, celui qui me revenait dessus après avoir choisi de ne pas le tuer malgré son statut de déserteur. Mais avais-je véritablement choisi de ne pas le tuer ? Non, ce n'était tout simplement pas dans ma personnalité. Un ninja raté.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Hokazuka Minoru
Hokazuka Minoru

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Mer 21 Oct 2020 - 0:35
La description de la philosophie de force suprême et d’ignorance de la valeur de la vie humaine de Yamanaka Rei sembla faire un coup d’eau froide a Yahiko, qui ne put que se contenter d’un sourire qui ne pouvait que faire de la peine, montrant la compréhension de l’homme face au désillusionnement, non seulement sur le continument de l’existence de Rei, mais aussi de sa philosophie destructrice, lui qui avait un jour été admiré par les deux hommes assis dans la clairière.

Mais le Sendai ne semblait malgré tout pas si désespéré qu’il aurait pu l’être, puisque son corps sembla parcourir d’une étincelle, son regard s’allumé comme une torche brisant les ténèbres, et une question franchit la barrière de ses dents. Comment l’ancien empereur combattait-il et de quelle façon quelqu’un pourrait le battre? Tout ceci n’était définitivement pas une question a laquelle il était aisé de répondre, principalement par la brièveté du combat et le fait que le Yamanaka n’avait pas semblé avoir beaucoup de difficultés à se débarrasser de l’Hokazuka et des Kumojins. Sans oublier que la seule faiblesse de l’homme durant le combat, le poison utilisé par Kyohei, avait été neutralisé par les arts de médecines ninjas du lieutenant.

« Du Fuinjutsu, pour commencer. C’est la première chose nécessaire pour le vaincre. Non seulement ça permettrait de l’immobiliser, mais aussi de neutraliser ses arts de soins, qui vont neutraliser tout dégâts qui lui seront fait, qu’on le veuille ou non. Il maîtrise le Katon et n’a besoin que d’un bras pour ses mudras. Ses arts Yamanaka lui permette de rediriger les dégâts qu’il subit sur ses adversaires et il doit sûrement pouvoir prendre contrôler de quelqu’un, d’où l’utilité de pouvoir immobiliser même ses compagnons. Deux utilisateurs de Fuinjutsu, un combattant a distance et quelqu’un pouvant détruire ses membres. Sans ces quatre éléments, je ne vois pas Rei perdre. »

Tout ce qui venait d’être dit était la pure vérité et c’était ainsi que se sentait Minoru. Personne, a sa connaissance, ne pouvait vaincre Rei seul ou a deux. Un trio était risqué et certains mourraient, certainement. Un quatuor était la façon comportant le moins de risque de combattre le bras droit de l’Homme au Chapeau, bien que des pertes seraient certainement inévitables. Si ses suggestions et hypothèses pouvaient permettre au Sendai d’organiser une équipe pour vaincre Rei, il serait déjà assez content puisque, personnellement, il ne pensait pas qu’il avait une chance de jamais vaincre ce dangereux lieutenant.

Mais la conversation se concentra ensuite sur l’offre d’aide que le déserteur avait offert au candidat au poste d’empereur dans la foulée. Bien entendu, si le Teikoku avait quelqu’un qu’il estimait à sa tête, il aurait beaucoup moins de problèmes a surveiller ses arrières, puisqu’il pourrait s’attendre a une annulation de sa prime, dans le meilleur des cas. Mais comment pourrait-il l’aider?

« Je prévois continuer de voyager à travers le monde. Je sais bien que des lettres peuvent être assez utiles pour faire passer des messages, mais je pourrais aussi agir comme diplomate, si tu le désirais, et te rapporter des infos sur lesquels je tombe à travers le Yuukan. En échange, tu pourrais t’assurer que le Teikoku ne m’envoie pas de chasseurs de primes. Qu’en dis-tu? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7903-hokazuka-minoru-presentation-fini https://www.ascentofshinobi.com/u1248
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Mar 27 Oct 2020 - 11:50
-"Effrayant", commençais-je.

Avait-il aussi peu de points faibles que ça ? Avions-nous vraiment besoin d'autant de monde pour pouvoir neutraliser le lieutenant de l'Homme au Chapeau ? Il était certes une victoire que d'apprendre qu'il était en vie et d'apprendre ses capacités que nous ne connaissions tous au final que très peu, mais il fallait faire maintenant tout ce que nous pouvions pour pouvoir l'éliminer. En sachant qu'il y avait de fortes chances pour qu'il soit accompagné par d'autres personnes tout aussi puissantes voire plus puissantes, ce qui ne nous laissait que très peu d'espoir ainsi qu'une solution très importante : pouvoir l'isoler.

Avec des espions, ça aurait été beaucoup plus simple. Mais il ne s'agissait pas seulement que d'infiltrer un village, dans lequel il n'était pas trop compliqué de passer incognito, il s'agissait d'infiltrer les rangs de l'homme le plus craint de tous les shinobis. D'un homme potentiellement capable des pires tortures, en plus du châtiment funeste. Il fallait un courage hors du commun pour y aller, et ne pas craindre la mort. Cela dit, sans ça... je trouvais on ne peut plus difficile d'isoler Yamanaka Rei, sans savoir quelles allaient être ses prochaines occupations.

-"Mais je note tout ça, je transmettrai ces informations à ceux qui seront tentés de le combattre."

Il fallait toutefois prendre du recul sur ce que pouvait me dire Minoru : toutes ses informations étaient très intéressantes, mais il pouvait se tromper comme tout le monde. Cela dit, j'avais beaucoup d'indications de très grande valeur qui pouvaient largement peser leur poids au sein de la Coalition, et je comptais bien en profiter.

Au delà de ça, j'écoutais sa dernière intervention, celle dans laquelle nous concluions notre marché. J'étais sincèrement curieux de voir à quel point il voulait m'aider, mais surtout à quel point il pouvait m'aider. Le plan était assez intéressant : des informations contre sa tranquillité morale... ça me paraissait très largement viable. Même si c'était à mes yeux incomplet, je pouvais pousser l'accord un peu plus loin.

-"J'aimerai que tu me crois sur parole. Quel genre d'humain serais-je pour envoyer des chasseurs de prime tuer un ami ?"

Je lui souris légèrement. Il y avait un véritable aveu de confiance, malgré le peu que nous avions échangé. Le constat était assez simple : le feeling passait bien, lui et moi savions que nous pouvions nous faire confiance. Cela dit, si je comptais bien répandre mes idéaux de paix, peut-être que d'autres ninjas de l'Empire ne seraient pas de cet avis. Je me devais de prendre des précautions, comme pour le sauver.

-"Le marché me plait, mais je ne peux pas m'arrêter à ça. Je serais très satisfait de recevoir tes informations, mais j'aimerai aussi obtenir autant de soutien que possible pour devenir Empereur. Je ne veux pas qu'être un symbole pour l'Empire, je veux être un symbole pour le monde entier. Si vos clans de déserteurs et si les villages me soutiennent, nous ne serons que plus fort contre l'Homme au Chapeau et ses hommes."

Et enfin, le dernier avertissement. Pas en tant que ninja de l'Empire, mais en tant qu'ami.

-"Je ne peux pas m'assurer que qui que ce soit ne te chasse pas. Mais si quelqu'un vient pour te tuer, ce ne sera jamais sous mes ordres, et tu peux être certain qu'il sera puni gravement. Par contre, si tout se passe bien, je ne ferai pas qu'enlever la prime sur ta tête : je tenterai de te donner la reconnaissance de la Coalition pour avoir su nous prêter des informations essentielles. J'espère sincèrement que cela t'aidera dans tes projets."

Je pouvais déjà imaginer l'incompréhension dans les rangs de l'Empire, qui ne comprendrait peut-être pas comment il était possible de laisser tranquille un déserteur. Il fallait pourtant réaliser que les temps avaient changé, et qu'il n'avait strictement rien fait pour nuire au Teikoku malgré sa désertion. Quelque part, je pouvais très certainement manipuler le peuple en leur disant qu'il pouvait nous aider à conquérir certaines zones afin de les rallier à la Coalition. Enfin, encore fallait-il que je puisse accéder au statut d'Empereur.

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mer 23 Déc 2020 - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Hokazuka Minoru
Hokazuka Minoru

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Mer 28 Oct 2020 - 22:31
Un ami.

Quel était la dernière fois que quelqu’un l’avait considéré ainsi? Ceux qui l’avaient appelé ainsi avaient sûrement commencer à entretenir une haine de lui quand il avait déserté le Teikoku. Après tout, il avait déserté les idéaux pour lesquels ses proches combattaient. Depuis son départ de Hi, sa route avait été celle de solitude. Tsuki était peut-être l’âme d’un ami, mais il restait un panda et ne pouvait partager et comprendre l’existence humaine, la politique et la pression social pesant sur les épaules de l’Hokazuka.

Mais voilà que celui qui voulait accéder au trône du Teikoku l’avait appelé son ami. Un contraste, une amitiée entre déserteur et prétendant. Yahiko avait toute l’âme d’un être bon, Minoru en était maintenant sûr. Il avait un amour profond pour sa patrie mais comprenait plus que quiconque les problèmes qui la rongeait… Et il n’en voulait nullement à quelqu’un qui n’avait pu supporter cette corruption interne et qui l’avait fui.

“Merci… Ça faisait longtemps que personne ne m’avait appelé ami…”

Il répondit au sourire du Sendai par un sourire épuisé, témoin de la tristesse et de l'isolation qui avaient occupé le coeur et l’esprit du déserteur durant les dernières longues semaines.

“Si le support que je peux t’apporter depuis l’extérieur du pays n’est pas suffisant, il me fera un plaisir de venir t’aider… une seule fois a Hi. Plus que ça et je deviendrais suspect et je mettrais ma vie en danger un peu trop. Mais je ne suis ni un bon orateur, ni un manipulateur. Si tu requiert mon aide, ca sera pour mes poings. Après tout, si ca en vient à une guerre civile, tu as des adversaires beaucoup plus puissants que moi à affronter.”

Cela lui faisait du bien, de parler avec honnêteté, sans mentir. Chaque discussion qu’il avait, il devait mesurer ses moindres mots pour ne pas trop en révéler sans être en désavantage, ne pas dire la mauvaise chose, ne pas risquer de voir sa tête décollé de ses épaules en échange de la prime posé sur cette dernière. Mais ici, dans cette clairière, il pouvait laisser la vérité quitter sa bouche, allégeant le poids colossale alourdissant son coeur. Tel la lumière qui brise le feuillage obscur de la canopée, les mots d’un ami et la confidence brisait la coquille de solitude du dresseur.

“Je te remercie. Ta confiance et ta détermination me touchent au plus profond de mon être. Juste… Fais attention. Je ne pense pas que le trône te sera accessible sans embûche.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7903-hokazuka-minoru-presentation-fini https://www.ascentofshinobi.com/u1248
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Jeu 29 Oct 2020 - 22:08
Mon regard s'écarquilla légèrement, laissant apparaître un autre sourire assez fier, amusé et touché à la fois. Je ne m'attendais pas à toucher d'une telle manière mon camarade, mais je pouvais imaginer quelques instants ce que pouvait être un instant de répit et de paix dans un contexte de fuite, de peur et de guerre. Ce moment devait étrangement ressembler à un espèce d'asile dans lequel Minoru pouvait se détendre, sans craindre de se faire tuer à tout moment. Et je pouvais même me représenter la situation... depuis combien de temps ne m'étais-je pas posé dans le calme, sans avoir à me préoccuper de quelque chose d'important ?

Cela faisait trop longtemps. L'Enfer était passé, et juste avant, j'avais eu à vivre au sein du pandémonium lui-même. Sauver ma peau et celle de mes camarades, tenter de protéger le monde autant que possible, c'était devenu des situations qui paraissaient si clichés mais qui devenaient un quotidien pour tout ninja. Mais aujourd'hui, il n'y avait plus rien de ça. Cela faisait maintenant quelques minutes que je pouvais respirer, ne penser à rien. Je pouvais me le permettre, cette fois, maintenant, avant de retourner au combat qui mènerait probablement à ma mort. Après tout, seul pour la paix contre un Empire entier... avais-je une seule chance de survivre ?

-"Ca me paraît important de poser ce genre de bases avant de retourner affronter la mort."

Il me fallait réaliser ce que je vivais. J'avais des frères d'armes, des amis sur lesquels je bâtissais une confiance professionnelle indiscutable, mais je n'avais eu que trop rarement l'occasion de respirer un moment. Chose amusante, lorsque je réalisais que la personne avec qui je pouvais me reposer était nulle autre que celle que ma patrie recherchait à tuer. Ce monde était définitivement aussi surprenant qu'incompréhensible.

-"Je risque d'avoir besoin de poings assez vite. Si je recherche dès maintenant à prendre le pouvoir, on peut s'imaginer que peu de jours après ma rentrée à Urahi, il y ai déjà une espèce de guerre civile... Entre tous les soldats qui veulent lutter contre l'Homme au Chapeau, et ceux qui refusent l'aide des autres villages ninjas."

Je voulais soupirer si fort que mes entrailles se videraient de tout l'air qui pouvait les composer. Comment pouvait-on imaginer que rester accroché au passé pouvait aider à affronter le futur ? Et pourtant, il fallait se faire à l'idée. Si les soldats du Teikoku éprouvaient une haine sans merci pour le fonctionnement des villages ninjas, on pouvait déjà s'imaginer qu'ils refuseraient l'aide d'Iwa, de Kiri et de Kumo pour aller lutter contre Sakase Tozen. Et pourtant, au fond de moi, j'espérais me tromper. J'espérais que malgré les différences entre tous, nous puissions nous mettre d'accord contre l'ennemi commun. N'était-ce pas un adage connu, celui qui racontait que l'humanité pouvait enfin se souder et ignorer ce qui faisait leurs différences en se confrontant à un ennemi commun ?

Stupide naïveté.

-"Je vais être honnête avec toi. Je n'ai aucun plan d'action précis, aucune stratégie que je pourrais mettre en oeuvre afin de renverser les tendances de l'Empire. Je dois d'abord attendre de voir ce qui motive les soldats, et ensuite j'aviserai. Par contre, il y a deux choses que je dois te dire. La première, c'est qu'une des meilleures manières de m'aider, c'est de montrer à l'Empire que j'ai du soutien extérieur : le Feu aurait raison de craindre que le monde lui tombe dessus, il n'aurait aucune manière d'y échapper. La deuxième, c'est un message que tu peux faire passer. Tu connais mes intentions, tu sais ce pourquoi je lutte. Sauver le chakra, rallier les villages ninjas entre eux, voyager pour rallier d'autres villages à la Coalition et rassembler nos forces contre Sakaze Tosen. Ainsi, tu peux t'imaginer que si je ne grimpe pas au pouvoir, ce sera probablement quelqu'un de bien différent de mes idéaux... Et tu pourras aisément te méfier de l'Empire comme tu le ferais d'un assassin."

Minoru se trompait, quelque part. S'il voulait prendre du pouvoir et espérer devenir impactant, il allait devoir être un bon orateur qui sait manipuler. Après tout, à partir du moment où l'on parlait avec quelqu'un, on tentait plus ou moins consciemment de le manipuler, la seule différence étant de s'en rendre compte pour mieux choisir ses mots. Pour revenir à quelque chose de plus gai, je m'étirai quelques peu en buvant un peu d'eau.

-"J'aimerai bien que nous puissions bâtir ensemble, avec toi, Kiri, Iwa et Kumo, un monde shinobi dans lequel il ferait bon vivre. Un endroit dans lequel nous nous focaliserions sur la bonne éducation, pour lutter plus efficacement contre les cycles de haine. Un endroit dans lequel nous pourrions voyager paisiblement sans devoir rendre des comptes à qui que ce soit. Un endroit dans lequel nous nous aimerions tous suffisamment pour ne pas avoir envie de nous trahir."

Voilà quel était mon rêve. Un monde qui n'avait que très peu de chances de se réaliser, mais qui donnait un réel sens à mon existence. Je ne voyais aucun intérêt à me battre si ce n'était pas pour cet objectif.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Hokazuka Minoru
Hokazuka Minoru

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Lun 2 Nov 2020 - 20:10
Quand Minoru avait quitté le Teikoku, il avait été convaincu que beaucoup de ses soldats et officiers étaient, bien que loyaux, à l’image de Yahiko. Voulant faire le bien et maintenir la paix sous le drapeau du Feu, étant déterminés à changer l’Empire de l’intérieur a tout prix en balançant leurs valeurs et idéaux avec ceux de l’Empereur. Mais, si l’Hokazuka écoutait attentivement le Sendai, il semblait croire qu’il était seul face à Hi, le seul croyant en des valeurs qui semblaient pourtant fondatrices pour l’établissement du Teikoku.

Était-ce vrai? Es-ce que la perception de la mentalité et de la personnalité de ses proches de l’époque, de ses cousines Inuzuka, des autres conspirateurs rassemblés la terrible nuit de sa désertion par Sakka, avait été fausse, malgré la sincérité qu’il avait cru si palpable chez ses alliés? Avait-il été naïf à ce point? Une partie de son être semblait le croire. Mais la partie de lui qui avait grandi après avoir quitté Hi, ayant parcouru tant de chemins, combattu Yamanaka Rei, lui criait qu’il n’avait pas eu tort.

“Crois en toi. J’ai connu des ninjas du Teikoku a mon époque de service qui étaient similaires à nous deux. Même s’ils sont silencieux, même s’ils ne se prononcent que rarement, ils sont toujours là, j’en suis sûr. Tes forces et tes mots doivent les faire sortir de leur trou, les faire se lever pour créer un empire meilleur. C’est ton rôle, je pense. Car les individus comme toi ont besoin de quelqu’un de fort pour leur montrer le chemin.”

Il se sentait comme un banal leader spirituel de culte de bas étage et pourtant, il n’avait rien à changer dans ce qu’il venait de dire. C’était la vérité, simple et dur. Yahiko était nécessaire à l’Empire si ce dernier ne voulait pas sombrer dans un cycle éternel de haine guerrière. Détester les villages cachés, leur vouloir du mal et vouloir s’en isoler dans un monde politiquement dominer par les Shinobis était un véritable suicide politique, sans compter les multiples nations qui s’allieraient rapidement aux trois autres pays majeurs quand ils verraient les volontés de conquête renouvelée par un nouvel empereur aussi pire que le dernier.

Car il l’avait vu, l’ancien empereur. La haine dans ses yeux quand il avait contemplé les Kumojins, quand il avait brûlé Tengoku. Tout ce qu’il avait été capable de contempler, ça avait été le massacre d’il y a plus d’un an. Des actions violentes et barbares qui avaient lancé un cycle de haine qui n’était toujours pas terminé. Shinpachi y avait été emmené lui aussi, sachant très bien les actions commises par Iwa et Kumo et supportant la vengeance de Yamanaka Rei. Combien d’autres ninjas qui avaient été si loyaux envers le lieutenant de l’Homme au Chapeau supportait toujours les actions de leur ancien dirigeant, ne réalisant pas que de continuer dans ses traces les transformerait en ennemi numéro 1 du Yuukan après la défaite de l’Homme au Chapeau?

Quant à devoir combattre a Hi dans une potentiel guerre civil… Minoru avait peur. Cela équivaudrait à se jeter dans la gueule d’un tigre affamé. Et sa présence risquait même de diminuer les efforts d’accession au trône de Hi du Sendai. Agir en diplomate auprès des villages cachés serait sans aucun doute beaucoup plus utile à son ami… et l’emmenerait plus loin du Teikoku que jamais, ce qui lui plaisait.

“Très bien. Je serais ton diplomate auprès des villages cachés… Mais si mes doutes sont fondés, je ne pourrais pas t’aider à accéder au trône ainsi. Tout ce que cette entreprise fera, ca sera t’aider a y rester. Alors je te ferais confiance, d’aller a Urahi, de survivre et d’accéder au titre d’Empereur. Et si tu ne réussis pas, je serais a Tsuchi et tu pourras te réfugier à mes côtés.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7903-hokazuka-minoru-presentation-fini https://www.ascentofshinobi.com/u1248
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru] Empty
Mar 3 Nov 2020 - 0:02
Je devais croire qu'il existait d'autres personnes, en plus de moi, qui voulaient la paix. Minoru venait de me glisser cette agréable idée à mes oreilles et à ma conscience devenue trop fermée, et je prenais plaisir à réaliser qu'Hanae, Medyusa et moi n'étions pas seuls à imaginer un monde basé sur la confiance. Peut-être que les envies de conquêtes de l'Empire engendraient indubitablement une peur des représailles, peut-être que leur haine pour les villages ne provenait que d'une peur bleue de ressembler à un système qui les avait déçu, après avoir porté de nombreux espoirs sur ce dernier. Je pouvais imaginer que des soldats en avaient marre du ton rebelle que prenait le Feu, le différenciant de manière bien trop marquée d'Iwa, de Kiri et de Kumo.

Non, je devais l'imaginer. Je devais me faire à l'idée que cela existait sans trop en faire, sans me créer une fausse image de la réalité. J'étais persuadé que si je me jetais dans la gueule du loup, appelant de vive voix du soutien, je n'obtiendrai qu'un nombre forcément décevant. Alors je devais trouver le juste milieu, l'émotion qui ne me décevrait pas comme elle ne me surprendrait pas agréablement. Une lutte pour le réalisme, qui m'aiderait dans mes plans tant je pouvais les concevoir sans risquer de me faire manipuler par mes propres sentiments.

-"Je te remercie de ton soutien. Tu dois avoir raison, il doit exister des soldats qui n'espèrent que par la Coalition, soumis à la peur qu'impose Sakaze Tosen. Je n'ai plus qu'à tenter de me faire une image réaliste du nombre de soldats qui peuvent penser comme ça... Je vais faire de mon mieux pour les diriger."

L'Hokazuka me donnait un soutien et une confiance en moi dont j'avais besoin. Lui comme moi nous raccrochions au mince espoir qu'il était possible de pouvoir créer un monde de paix, et il paraissait presque étrange de défendre ce genre d'idéal dans une guerre morale constante. Comme si cela convenait à tout le monde de rester en conflit, comme si cela plaisait à tous ces shinobis de maintenir du ressenti les uns contre les autres. Comment arrivaient-ils à dormir, eux qui paniquaient à cause de leur haine qui brûlaient dans leur coeur. Je ne pouvais pas le comprendre, j'étais bien trop sensible à ça. Je devais me sentir en paix pour pouvoir exceller, il n'y avait pas la place pour ces mauvais sentiments.

Alors je le voyais prendre place dans ce plan de conquête mondiale que j'avais. Plus exactement, une conquête des coeurs et des esprits de chacun des dirigeants, de chacun des états. Le déserteur s'était décidé à prendre un rôle de diplomate qu'il semblait craindre à sa juste valeur, et s'établissait de manière stratégique afin que je puisse obtenir du repli si nécessaire. Essentiel, surtout lorsqu'on savait qu'au delà de l'aspect défensif, il était disposé sur un lieu de la carte qui se différenciait de la localisation des quatre grandes villes ninjas. Autrement dit, avec un peu de chance et de détermination, si je pouvais atteindre le statut d'Empereur, je risquais d'avoir un impact sur un territoire aussi grand que possible.

Je me donnai quelques tapes sur le pantalon, visant à le dépoussiérer quelques peu avant de me lever. Je pris appui sur mes cuisses avec mes mains, me faisant me lever de mon tronc, et je regardai une dernière fois mon nouvel acolyte et ami. Avant de remettre mon masque délicatement sur mon visage, il me fallait donner un dernier message à Minoru.

-"C'est entendu. Tout me va, je ne te demanderai rien de plus. Mon avenir m'appelle à présent. Je ne saurai comment te remercier pour toutes ses informations, tu entendras parler de moi si je passe Empereur. D'ici là, reste sur tes gardes. J'espère te revoir, mon ami. Au revoir... ou adieu."

Toujours orienté vers lui, mon masque sur mon visage, je lui adressais un salut on ne peut plus respectueux. Et dans un dernier signe de main, je démarrai ma dernière route vers Urahi. Là où un autre Enfer m'attendait.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363

Sur la route vers le pays du Feu, entre deux horizons [Pv : Hokazuka Minoru]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: