Soutenez le forum !
1234
Partagez

Il était temps

Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Il était temps Empty
Mar 13 Oct 2020 - 11:08
Voici désormais plusieurs jours que le combat titanesque avait eu lieu. Ce combat qui avait décidé de l’avenir d’une partie du Yuukan, ce combat qui avait vu Kazejins et Kumojins agir de concert pour défendre des idéaux qui leur étaient propres. Si certaines personnes auraient directement suivi le mode d’emploi en tentant de sceller le Dieu, comme on le leur avait appris, d’autres avaient décidé de braver le danger pour mettre fin aux jours de cette abomination que certains appelaient « Dieu ».

Hiko faisait partie de ceux-là. Principalement épaulé par deux inconnus, ils s’étaient alors lancé à l’assaut de la bête et avaient, finalement, grâce à la puissance phénoménale d’un de ses deux partenaires, réussi à se débarrasser de cet immondice du désert. Et ainsi, ils avaient marqué l’histoire du Yuukan à tout jamais, en devenant les premiers humains à tuer un Dieu. Un exploit qui pouvait paraître exceptionnel, mais qui ne l’était pas tant que ça aux regards du journal qui était déposé près de son lit d’hopital. Leurs noms n’y étaient même pas cités, on parlait seulement de Sharrkan et de quelques autres.

Cela fit sourire Hiko. La reconnaissance, ce n’était pas ce qu’il recherchait. Sinon il n’aurait sûrement pas gardé son identité de chef de la Résistance secrète, il n’aurait pas agi contre les Capitaines du Teikoku au risque de se faire rejeter par ses propres « frères », il n’aurait pas proposé à l’Homme au Chapeau lorsqu’il l’avait rencontré de le rejoindre afin de protéger sa patrie, Kumo. Tout ce que notre jeune héros souhaitait, c’était protéger Kumo. Depuis le premier jour où il avait pris les armes, où il avait entamé sa formation de shinobi il n’avait jamais eu qu’une seule priorité, protéger celles et ceux qui partageaient son quotidien.

Tuer un « Dieu » avait aidé, il le savait. Mais il ne pourrait pas s’arrêter là. Aux vues de l’état de son corps après le combat, il apparaissait encore évident que notre jeune héros aux cheveux blancs était loin d’avoir assez de puissance pour se hisser au même rang que ceux qui trônaient en haut du Yuukan. Il n’y était pas encore, mais il n’y avait aucun doute qu’il ne s’arrêterait pas avant d’y être arrivé. Mais avant cela, il devait retrouver son honneur au sein d’un village dont il avait été le principal défenseur durant de longs mois.

Car oui, suite à l’accession de Meikyu Raizen au poste de Raikage, il avait été convoqué plusieurs fois pour répondre de ses actes. Par Sendai Anzu, une jeune femme à la langue un peu trop pendue au goût du Sairyo. Puis par le néo-Raikage lui-même, souhaitant un entretien avec l’enfant sûrement pour qu’il s’explique de ses choix. Hiko souhaitait bien s’y rendre, mais une mission avait fait qu’il avait été retenu plus longtemps que prévu dans un village reculé du pays de la Foudre pour régler le compte d’un bandit plus prudent que prévu.

Mais aujourd’hui, ils allaient remédier à cette absence, et finalement avoir cette discussion qui était si importante pour les deux hommes.

« Salut Raizen, comment ça va depuis Kaze ? »
En prenant ce ton là, le jeune garçon aux cheveux blancs qui avait toujours des bandages partout sur le corps pour lui éviter de faire des faux mouvements, se reposa sur ses béquilles. Il parlait au Raikage comme s’ils étaient amis de longue date alors qu’ils ne se connaissaient quasiment pas.
« Mais j’imagine que si je suis ici ce n’est pas pour prendre des nouvelles, pas vrai ? »
Son approche directe n’était pas un manque de respect, mais plutôt une preuve de respect de notre jeune héros envers le Raikage. Il aimait quand les intentions étaient claires, et faisait donc preuve de courtoisie en arrivant au sujet-même de sa présence ici.

Du moins, c’était de la courtoisie vu du prisme de notre jeune héros.

_________________
Il était temps X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il était temps Empty
Dim 18 Oct 2020 - 22:39

Depuis leur retour à Kumo, Raizen avait passé le plus clair de son temps à prendre le pouls de toutes les informations nécessaires pour comprendre l’état géopolitique dans lequel se trouvait le Yuukan. Traitant rapport après rapport, sa vision, ses appréhensions, mais surtout son intuition se consolidait au fur et à mesure qu’il obtenait une idée claire de tout ce qui avait bouleversé le Yuukan récemment.

Pourtant, par chance, Kumo n’avait pas été affecté. Lui permettant ainsi de prendre de la hauteur par rapport à tous ses événements et de creuser davantage tandis que les autres s’affairaient à rebâtir et reconstruire. Malheureusement, il lui manquait une multitude d’informations afin qu’il puisse y déceler certaines pistes spécifiques.

Ainsi, il s’était contenté de faire ce qu’il faisait de mieux : développer les éléments internes pour les faire croître, le temps qu’ils aient une piste qui permettrait à la faction d’être dirigée sous des objectifs assez clairs.

Ayant passé une quantité importante de temps avec certains hommes de confiance, à son retour, plusieurs éléments venaient d’être annoncés, ce qui annonçait un changement de cap important pour la faction qui avait terminé sa reconstruction initiale. Repartant sur des piliers importants et nouveaux, certains éléments demeuraient en attente dont l'entrevue auprès de : Sairyo Hiko.

Suite à la mission s’étant produite à Kaze, le Chef de Village n’avait pu s’empêcher de le convoquer après l’échec des dernières convocations. Faute de temps et concours de circonstances, ceux-ci n’avaient pu se rencontrer. Pourtant, ils avaient tant à se dire.

Ainsi, après tant de temps, le fameux Hiko se présentait devant lui avec un charisme plus sourd que jamais. À peine perceptible pour les moins accoutumés, le fait d’avoir tué un Dieu ajoutait un niveau de prestige assez important à cette variable imprévisible qu’il représentait.

Plusieurs se seraient laissés aller dans le vice de la prétention. Pourtant, ce n’était pas ce qu’il percevait aux premiers abords malgré sa manière familière de lui adresser la parole.

Faisant partie de ceux qui voyaient au-delà des artifices, Raizen n’attribuait aucune valeur au rang ni même au grade. Bien qu’il se tenait au-dessus de ce qu’on pouvait considérer comme une pyramide, il se considérait plutôt à la plus basse échelle, agissant à titre de base sachant que son rôle d’ombre le poussait à interagir avec une multitude de personnes, de personnalités et de talents différents.

Ainsi, il accueillit l’ancien Capitaine du Teikoku avec calme et sérénité. Après tout, cette discussion risquait d’être assez intéressante au regard du temps qui avait fait mûrir les sujets, tout en les rendant un peu plus complexes.

-Bonjour Hiko.

L’observant, il l’invita d’un geste assez bref de la main à s’asseoir puisque la conversation allait possiblement être longue. Qui plus est, être parsemé de bandages et devoir rester debout ne devait pas être agréable.
-J’imagine que tu t’en doutes, mais les événements qui ont plus ou moins bouleversé tout le Yuukan et l’annonce de Sakaze Tosen causent beaucoup de turbulence au sein du Yuukan. Autrement, je garde une mince satisfaction au regard des Kumojines qui ont été déployés en mission. Malgré tout, comme tu peux t’en douter, les pertes ne sont jamais agréables et rendent lourds les différents bilans.

Raizen était certes pragmatique, mais il ne considérait pas du tout les shinobis comme étant des pions qu’il avait utilisés comme il le voulait. Bien qu’il en était capable avec un peu de volonté, chaque perte représentait un échec quelconque pour l’ombre qui se devait de porter le poids de leur vie sur sa conscience. Après tout, ses actions avaient des conséquences comme les actions de tout le monde.

-Pour ta part, comment te rétablis-tu suite aux événements de Kaze ?

L’observant, Raizen n’avait même pas parlé de ses doigts entourés de bandages. Ayant perdu deux doigts lors de l’affrontement, on ne pouvait déceler si ceux-ci étaient bel et bien en processus de guérison ou pas. Pourtant, il n’en parlait pas, comme si cette blessure n’avait jamais réellement existé.

-Évidemment, ta présence n’est pas uniquement pour prendre de tes nouvelles. Je tenais avant tout à te féliciter pour avoir vaincu un Dieu. Je pense que c’est bel et bien une première dans l’histoire et je considère que cet élément est important à souligner.

Le regardant dans les yeux alors qu’il venait de remplir deux coupes d’un thé qui n’attendait que le début de leur conversation, il lui tendit une coupe avant de prendre l’autre.

-Par contre, avant que nous entrions davantage dans les détails, sache que nous sommes là pour parler de toi puisque nous devons statuer sur ton grade, ton possible rôle pour Kumo et tes objectifs. Si tu désires ajouter certains éléments, n’hésite pas à le faire, mais je pense qu’en ordre, il serait intéressant que tu me fasses part des motifs qui t’ont jadis fait agir contre les différents Capitaines du Teikoku tout comme ce qu’il s’est réellement produit lors de ton kidnapping et la manière dont tu as pu être libéré. Ensuite, j’aimerais avoir ton ressenti et ta perception des événements s’étant produits à Kaze, les motifs pour lesquels le scellement n'a pas été initié suivi de la manière dont tu veux t’impliquer pour le village.

Demeurant sérieux, Raizen se permit d’ajouter une précision :

-Je tiens aussi à souligner que je ne pose pas des questions sur le passé pour vivre dans le passé. Simplement, je pense qu’il est important de s’assurer de mettre à plat la situation si nous voulons établir de bonnes fondations.

Tout comme il venait de le faire en annonçant les nouveaux piliers du village et la refonte des unités, Sairyo Hiko pouvait possiblement comprendre que Raizen essayait de comprendre les actions du passé pour mieux diriger le futur, sans pour autant être l’unique variable qui influencerait ses décisions. Autrement, il n’aurait pas fait mention du reste.

Ainsi, le corbeau lui céda la parole, sachant pertinemment que les sujets qu’il venait de poser sur la table n’étaient pas les plus simples. Pourtant, tout comme HIko avait été direct, il comptait l'être aussi.

_________________
Il était temps J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Il était temps Empty
Lun 19 Oct 2020 - 22:51
Être dans le bureau du kage, cela n’arrivait pas tous les jours. Du moins, pas lorsqu’on s’appelait Sairyo Hiko. C’était la première fois qu’il rentrait dans ce bureau qui n’avait d’impressionnant que le nom. De simples chaises, un bureau suffisamment large pour traiter plusieurs dossiers à la fois, mais pas de choses exubérantes comme on aurait pu s’y attendre.

En regardant le mobilier, Hiko laissa son esprit se promener et il se demanda alors si la décoration avait été refaite récemment, ou s’il avait toujours été ainsi, aussi sobre que ne pouvait l’être le Kage actuel du village caché des Nuages. Et c’est tout aussi sobrement que notre jeune héros accepta son invitation à s’assoir, croisant les jambes à la façon des adultes avant de poser ses mains sur ses genoux, prêt à avoir la discussion que Raizen espérait tant.

« Eh bien écoute, tout va plutôt bien. Les médecins m’ont dit de rester tranquille, mais j’ai pu sortir de l’hôpital hier donc c’est que ça va pas si mal. Et toi, tes doigts vont mieux ? »
Fit notre jeune héros en désignant du menton les doigts encore bandés de son interlocuteur. On lui avait narré ce qui s’était déroulé, et comment le Raikage avait réussi à dévier une flèche extrêmement puissante, faite par un ennemi tout au moins dangereux. On parlait beaucoup des fameux « Tueurs de Dieu », mais la performance des autres membres présents ce jour-là était toute aussi spectaculaire.

Et tandis que le Meikyu reprenait la parole pour féliciter Hiko, ce dernier se contenta d’un simple mouvement de la tête, comme pour le remercier de son attention. Mais il savait que son rôle n’avait pas été primordial, c’était l’explosif qui avait vaincu la bête, et sans lui, Hiko n’aurait rien su faire. Tout ce qu’il avait fait, c’était privé le Démon de l’accès à ses forces vives. Mais ce n’était pas le plus important, car Hiko savait bien qu’il n’avait pas été convoqué pour recevoir quelques louanges qui gonfleraient un égo mal placé.

Et nous y voilà, les vraies questions, les vraies « peur » du nouveau chef du village.

« Je me doutais que ce n’était pas pour me féliciter ah ah ! Et je pense qu’il était temps que je fasse entendre mes motivations, cependant je veux juste préciser quelque chose… »
Plongeant son regard azuré dans les yeux de son interlocuteur, il précisa alors le fond de sa pensée, sans aucune trace d’animosité, évidemment.
« Je n’ai pas à me justifier de mes choix passés devant toi, ni personne ici. Tu n’étais pas là à l’époque, et j’ai dû… Moi genin de 15 ans qui avait décidé de rester à Kumo plutôt que fuir, prendre des décisions difficiles et… Que certains s’amusent à questionner après coup. Cet entretien ne sera pas un procès. »
Fit-il les yeux dans les yeux. Il n’était pas menaçant, il ne prenait pas Raizen de haut, mais il lui témoignait son respect en lui affirmant qu’il ne voulait pas que tout cela ne soit un procès… Aussi directement qu’il le put.
« Maintenant que tout ceci est clair, je vais même me permettre de remonter un peu plus loin… Et à mon accession au grade de Capitaine. Pour ce faire, j’ai dû me mettre au service du Teikoku, j’ai dû renier en apparence mes principes et être meilleur que chacun d’eux. Et cela a finalement payé, et j’ai pu atteindre le grade de Capitaine de l’Unité Territoriale. Un grade, qui même si honorifique, m’a alors placé sous le feu des projecteurs. Une exposition qui a rendu assez difficile mon rôle de chef de la Résistance… Mais qui a aussi permis de venir à ce fameux matin… »
Fit-il tout en prenant sa tasse de thé qu’il porta à ses lèvres. Le contact de sa bouche avec le liquide brûlant le refroidit directement, le faisant ainsi reposer le récipient en porcelaine là où il l’avait pris.
« Ce matin où la réunion des Capitaines a eu lieu. Mais à ma grande surprise, j’étais le seul Capitaine présent, accompagné de la Régente de Kumo, du porte-parole de l’Empire du Feu ainsi que l’ancienne Capitaine de la Territoriale, Chôkoku Tomoe… Aussi appelée « l’Explosive »… »
Fit le Tueur de Dieu avec son regard qui s’assombrit…
« Et je me permets de m’arrêter un instant là-dessus… Pourquoi une Capitaine, destituée de son grade publiquement pour son comportement trop excessif et brutal, qui a détruit de nombreux bâtiments de Kumo… Était-elle invitée à une réunion secrète dont personne n’avait entendu ? Voici les questions que je me suis posé ce matin-même. »
Il ne rigolait plus, on rentrait désormais dans le concret.
« Et c’est donc pour cela que j’ai pris la décision de les attaquer tous les trois, sachant pertinemment que mes chances étaient très faibles face à trois adversaires de ce niveau. Ce n’était pas un choix facile, pas une action préméditée, mais c’était la bonne chose à faire. J’en étais persuadé à l’époque, et je le suis tout autant aujourd’hui ! »
Raizen pouvait alors voir que Hiko ne rigolait pas, il tenait fermement à sa version, car il parlait à cœur ouvert.
« Tu sais, tout ce que j’ai fait… Je l’ai toujours fait dans les meilleurs intérêts de Kumo. Infiltrer le Teikoku, attaquer les figures emblématiques de l’Empire… Tuer ce Démon à Kaze plutôt que de l’enfermer et de retarder l’échéance d’une nouvelle explosion… Tout cela, je le fais dans l’intérêt de mon village, je le fais pour ces gens à qui je tiens. Et ce fut pareil lorsque le fameux terroriste mondial, l'Homme au Chapeau, m'a kidnappé en même temps que Medyusa et l'ancienne Régente. Il a laissé partir la traître, et je suis resté, entravé, avec le serpent. Il nous a fait choisir, et je l'ai alors intimé à épargner Kumo, en échange de quoi je le servirai corps et âme. Mais finalement, ce n'était qu'un piège, il souhaitait savoir où se trouvait une prophétie des trois amis... Aucune idée de ce que c'est, mais j'ai dit ce que j'avais à dire pour survivre... Et si tu veux vraiment savoir, je l'aurai aidé s'il avait promis d'épargner Kumo. Quant à mon implication pour Kumo... Je ferai toujours tout mon possible pour que Kumo reste le village que j'ai connu dans mon enfance ! »
Pas besoin d’être devin pour voir que Hiko livrait ici, sa vérité.

_________________
Il était temps X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il était temps Empty
Dim 25 Oct 2020 - 19:09

Écoutant les motivations du Sairyo, Raizen s’arrêta dès sa première phrase sachant qu’il tenait sincèrement à le féliciter pour son exploit à Kaze. Après tout, sans sa présence, le trio dont il avait fait partie n’aurait peut-être pas pu se rendre jusqu’à cette conclusion, ce qui aurait plus ou moins mené Kaze à sa perte. Ainsi, il ne pouvait qu’être satisfait que cette option risquée se soit terminée adéquatement.

Ainsi, avant même de répondre, il demeura patient, le laissant parler de manière à être très attentif à ce qu’il lui disait. Bien que le réflexe de parler sans écouter était clairement visible chez de nombreux shinobis, l’écoute avait toujours été quelque chose de très important pour Raizen. Après tout, comment voir au-delà des perceptions s’il n’était pas ouvert ? À titre d’ombre et de messager, cette qualité était donc très importante.

Loin d’être déçu, on pouvait lire une concentration des plus intenses dans le regard du corbeau qui se délectait de chacune des paroles qu’avait à lui livrer Hiko. Comprenant de mieux en mieux qui il était et les principes mêmes qui le consolidaient à titre d’individus, Raizen pouvait voir une facette assez patriotique. Plus que ce qu’il ne pourrait être dans la totalité de sa vie, les éléments clés et importants résonnaient avec beaucoup plus d’insistance.

Comprenant davantage le poids important que le jeune homme avait eu à porter, il savait aussi que l’absence d’information lui avait possiblement joué des tours. Or, même en ayant l’information concernant ce qu’il s’était passé à la réunion de la Coalition, il y avait fort à parier qu’il n’aurait dévié de trajectoire, car à ce moment précis, il n’avait vu rien d’autre qu’un danger imminent et son aptitude à agir.

Comprenant mieux le Teikoku de l’interne que quiconque pouvait prétendre le connaître, contrairement à Raizen qui ne voyait que la surface, on pouvait déterminer que les actions posées par le jeune homme étaient très grises. Loin d’être dénué de danger ou d'être totalement sombre, poser un jugement n’était pas forcément son objectif bien qu’il devait arriver à une conclusion sur la suite.

Ainsi, prenant le lot complet des éléments qu’il avait clarifié, sans même se soucier de la forme, le Meikyû venait de déconstruire toutes ses paroles pour y déterminer les zones de flous, mais aussi les zones significatives de convictions.

-Mes doigts se portent bien si l’on veut. Les dégâts que j'ai subi sont très mineurs par rapport à ceux que les autres ont encaissés,notamment les tiens. Toutefois j'aimerais qu’on mette les choses au clair. Je ne suis pas juge, sinon tu ne serais pas dans mon bureau à l’heure actuelle. Je ne peux pas dire si ce serait le cas sous une autre ombre sachant que nous demeurons dans un régime militaire ou les gens sont bien souvent coupable jusqu’à preuve du contraire même par mesure de sécurité. Par contre, j’aimerais comprendre davantage que ce que la façade de tes actions laisse deviner d’où le fait que j’ai quelques questions. Je ne te promets pas qu’elles ne te rendront pas inconfortable, mais je pense qu’elles sont pertinentes.

Bien que ce n’était pas forcément un rôle qu’il était obligé d’adopter, sa curiosité était beaucoup trop vive pour qu’il laisse passer ce genre d’occasions :

-Je connais bien peu de gens qui auraient pu faire ce que tu as fait au sein de la résistance, mais aussi au sein du Teikoku pour veiller au bien-être du village. Ton sacrifice à ce sujet a dû être pesant. Je pense donc que tu comprends autant que moi que certaines actions pourraient faire de toi un Héros de Guerre tout comme tout l’inverse en fonction des interprétations ce qui m’amène justement à poser des questions contextuelles :

Sachant que vous étiez en réunion avec les différents membres que tu as citée, as-tu attendu de savoir quels étaient leur objectif et leur plan ? Si c’était le cas, quel était ce fameux plan ?

Lui posant une question relativement difficile, en fonction de ses paroles, Raizen avait bel et bien l’impression que l’attaque s’était passée avant qu’ils n’évoquent les motifs de la réunion ce qui serait relativement triste sachant qu’il était très curieux du champ décisionnel du Teikoku… Lui demandant par le fait même indirectement s’il n’avait pas réagi impulsivement sans pour autant attendre de collecter suffisamment d’information, Raizen établissait indirectement son profil de risque, mais aussi son niveau de sang froid face à de tels événements. Malgré tout, le niveau de danger qu’Hiko avait pris était assez notable au regard des chances qu’il avait de réussir. S’était-il toutefois tiré dans le pied en agissant trop rapidement ? L'histoire jouait en sa faveur, mais ce ne serait pas forcément toujours le cas si c'était une habitude assez récurrente.

-En fonction de ta réponse, toi qui étais très longtemps au sein du Teikoku, au vu du fait que la Capitaine du Teikoku était justement destituée pour son comportement excessif et brutal, as-tu vu des signes de la part de l’Empire qui démontraient des signes de maltraitance de la population Kumojine ou autre ?

Tentant de connecter les points, Raizen savait déjà la réponse après avoir discuté avec Suzuri Takara, une ancienne connaissance de Kumo. Pourtant, il était curieux de savoir quelle était la perception du Sairyo à cet égard… Mieux encore, c’était aussi un moyen de mettre les différents éléments en perspective qu’il tentait de déterminer et comprendre.

-Concernant l’homme au chapeau et la fameuse prophétie dont tu fais mention, c’est justement le genre d’éléments importants sur lequel nous allons devoir enquêter, donc merci de m’avoir remonté l’information.

Démontrant clairement qu’il réfléchissait, Raizen apporta confortablement sa tasse de thé à ses lèvres, le temps de réfléchir signe qu’il prenait vraiment le temps de prendre en considération le pouls des éléments que lui mentionnait le Chef de la résistance interne.

-J’aimerais aussi prendre le temps de conclure certains faits tangibles sur ta rencontre avec Sakaze Tosen. Peu de gens ont eu l’opportunité de le rencontrer et bien que nous n’ayons discuté que très brièvement lors des événements s’étant produits à Hayashi, je sais qu’il ne fait jamais rien pour rien….

Se faisant soudainement beaucoup plus précis, on pouvait voir que Raizen posait des questions pour illuminer les zones de flous :

-As-tu formé une alliance avec l’homme au chapeau pour protéger Kumo ?
-De quelle manière vous a-t-il piégé si tu n’étais pas au courant de l’emplacement de la prophétie ?
-Que s’est-il passé avec la Régente et a-t-elle elle proposé une alliance à l’homme au chapeau ?
-Sais-tu s’il a mis la main sur cette fameuse prophétie ?


Tentant d’évaluer les nombreuses zones de danger potentiel, Raizen n’aimait pas ce qu’il entendait, car plus il y pensait et plus sa théorie était véridique : Sakaze Tosen s’était servi du Teikoku depuis le début sans qu'ils s'en rendent un moindrement compte... Kidnapper la régente après la libération de Kumo n'était qu'un autre moyen de possiblement mettre des tensions constantes entre les différents acteurs qui devaient pourtant s'unir pour le défaire...jusqu'à preuve du contraire...

-Dans tous les cas, s’il y a bien une chose qui est claire, c’est que tu portes un sens patriotique à la nation Kumojine assez important et incontestable. Par contre, j’aimerais aussi que tu élabores sur ce que tu voulais dire par retarder l’échéance d’une nouvelle explosion en scellant le Dieu ? Était-ce réellement quelque chose dont nous pouvions nous permettre sachant que la moitié de Taiyo a été rasée ? Votre réussite à tous les trois est dignes de mention voire même légendaire, un autre fait qui fait de toi un Héros des temps modernes. Simplement, j’aimerais savoir pour quel motif tu as préféré suivre ta propre raison au lieu de suivre les ordres au regard des risques qui étaient associés.

L’observant, Raizen pouvait paraître dur dans ses propos, mais il était très calme. Laissant parler son esprit analytique, il avait déjà saisi que Hiko était une personne beaucoup plus intuitive qu’autre chose. Simplement, il était important qu’il clarifie tous les axes sur lesquelles il avait des questions plausibles à poser avant de parler du futur. Après tout, on ne pouvait pas améliorer le futur si on ne comprenait ni le passé ni le présent.

-Qu’est qui t’a fait dire qu’il était mieux de le tuer plutôt que d’utiliser la barrière pour le contenir et tenter de le tuer ou même de le sceller compte tenu du niveau des risques et de l'efficacité qui était associée à ces trois possibilités distinctes ?

En effet, encore une fois, la prise de risque était notable. Toutefois, les risques n’étaient pas tout à fait personnels. Bien que pour la collectivité, celle-ci était aussi affectée par ce genre de prises de risques. Ainsi, Raizen tentait de déterminer de quelle manière réfléchissait le jeune homme, surtout qu’au regard des événements, il avait lui-même fait l’arbitrage qu’il était plus intéressant de les laisser mener le front plutôt que d’aborder un débat d’idée en plein milieu de l’action pour éviter la moindre hésitation couteuse. Acceptant qu’ils soient le glaive qui triompherait ou serait défait, il avait agi quant à lui de bouclier en compagnie des autres pour garantir la survie des gens sur place sachant qu’ils avaient tous frôlé l’échec critique collectivement… Hiko avait-il compris avant lui que lever la barrière ou le scellement serait impossible ?

-D’ailleurs, si tu as des questions pour moi, sens-toi à l’aise de les poser à ton tour si certains éléments t'intriguent.

Précisant qu’il était important qu’il n’ait pas l’impression que c’était une discussion à sens unique, bien que Hiko était le principal objet du jour, il préférait souligner à nouveau le fait que rien de ce qu’il faisait ou gérait n’était pensé pour être à sens unique. Nécessitant un équilibre à toute chose, il était important qu’il ne se sente pas acculer contre un mur.

S’arrêtant là pour le moment, Raizen avait plus ou moins une autre série de questions à lui poser, mais il allait devoir attendre d’avoir des réponses avant tout. Une fois fait, il aurait les cartes suffisantes pour qu’ils puissent parler du futur.

_________________
Il était temps J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Il était temps Empty
Dim 25 Oct 2020 - 22:17
L’entretien se déroulait plutôt bien pour le moment. Certes, Hiko pouvait paraître sur la défensive, mais il aurait pu faire bien pire, et Raizen devait sans doute le savoir car il restait calme et laissait au jeune garçon le temps de s’exprimer. Savoir écouter, c’était l’un des atouts principaux d’un bon chef. Du moins, c’était l’expérience que s’en était fait notre jeune héros lorsqu’il avait tenté de fédérer les forces résistantes du village caché de Kumo.

Et alors qu’il eut terminé de parler, notre jeune héros attendait la contre-offensive de la part de l’Ombre. Il préféra rester silencieux à regarder la fumée s’échapper de sa tasse de thé qu’il ne comptait clairement pas boire, ne portant pas un grand intérêt à ce genre de breuvage. Et tandis qu’il s’attendait à des reproches, voire des questionnements de ses actes, les premiers mots qui franchirent la bouche du Meikyu furent de nouvelles louanges. Si Hiko y avait été sensible, alors il aurait certainement rougi, et bien qu’il apprécie à sa juste valeur ces compliments venant d’un shinobi aussi puissant que Raizen, il n’était clairement pas là pour ça, et le Meikyu le savait bien.

Et ainsi les questions arrivèrent.

« Leur objectif et leur plan ? Le porte-parole nous avait réunis pour que nous discussions du fameux tract du Fukkatsu et de la Résistance. Tract qu’on m’a accusé de ne pas avoir respecté par la suite… Tu te souviens ? Et c’était bien là tout le problème, car ils voyaient cela comme une déclaration de guerre. Et si tu veux vraiment tout savoir, le porte-parole a même sorti ces mots : « Tomoe, si tel est le cas… Tu pourras faire ce que tu sais faire de mieux »… Je pense que cela devrait suffire à justifier mes actes, si tel était le besoin… Et comme le contexte s’y prêtait, j’ai juste pris ma décision pour agir au moment le plus opportun, là où mes chances seraient les meilleures. Un jugement pris dans l’action, mais pas hâtivement, je te rassure. »
Dit dans la même intonation, le même franc parler que les autres mots, seule une phrase avait été un pur mensonge pour le moment… Cette phrase rapportée du porte-parole. Hiko le savait, Raizen l’aurait sûrement cru, aurait sûrement jugé qu’il était sincère dans sa manière de faire, mais l’enfant avait une haine envers ces gens qu’il avait si longtemps côtoyé, et il jugeait qu’un petit mensonge ne faisait pas de mal…

Mais passons, car les prochaines questions étaient déjà arrivées, et il fallait y répondre.

« Pour ce qui est de la maltraitance, en apparence pas vraiment. Les règles étaient claires, il fallait « cohabiter ». Donc les seuls débordements étaient des actes isolés de soldats peu scrupuleux, mais cela n’enlève rien aux crimes que cet Empire a effectué, aux morts dont les tombes ont servi de support aux couronnes de fleurs pour les survivants… Que cela soit clair. »
Certes, ils n’étaient pas de parfaits abrutis une fois à Kumo, mais n’oublions pas le chemin emprunté pour y arriver.
« Concernant l’alliance avec l’Homme au Chapeau… Je ne sais pas si l’on peut parler d’alliance, mais il m’a laissé partir, ce qui veut dire que mes mots on trouvé un certain écho chez lui, malgré toute la haine qu’il semblait me porter. Il nous a piégé en utilisant son pouvoir, nous ne bougions bouger. La Régente n’a rien proposé à cet homme et a raillé le fait qu’on puisse le rejoindre, dans la pure démence elle ne semblait plus en état de réfléchir correctement… Si l’on juge qu’elle l’ait jamais été, bien entendu. »
Il prit une petite pause, puis reprit.
« Ses derniers mots furent qu’il faudrait que je me souvienne du service qu’il m’a rendu en me laissant revenir, et en ne me tuant pas ah ah ! Comme si, moi, j’allais plier le genou devant qui que ce soit ! »
Fit-il avec un sourire arrogant sur le visage, mais des yeux montrant une petite hésitation. Car oui, il n’était pas assez fou pour ignorer le danger que représentait cet homme, la puissance incompréhensible qu’il dégageait.
« Pour ce qui est de la Régente, je ne sais pas ce qu’il est advenu d’elle. Il m’a renvoyé moi et moi seul au petit village d’où il m’avait kidnappé. Mais vu ses paroles face à son geôlier, je ne donne pas cher de sa peau. »
Dans une autre vie, une autre fille avait tenu des propos aussi méchants à son kidnappeur, elle avait fini avec la tête désolidarisée de ses épaules. Nuls doutes que Rei avait dû connaître le même sort. Du moins, cela ne faisait pas de doute aux yeux de notre jeune héros.
« Pour ce qui est du Dieu, j’avoue avoir été surpris et terrifié par ce qu’il était au final. Je ne m’attendais pas à un tel déversement de haine. C’est sûrement cela qui m’a fait réagir ainsi, à vouloir m’en débarrasser plutôt que de le sceller. Ce genre d’abominations ne devrait pas exister dans le Yuukan, et les sceller dans un individu n’apportera rien de bon. Car aussi juste et pur se revendiquent-ils, chacun possède en lui une part d’ombre… Et même en voulant faire le bien, il se retrouverait à léser certains… Mais cette fois, avec la puissance du désert dans le creux de sa main. Terrifiant, n’est-ce pas ? »
Il était clair pour notre jeune héros que ces « Dieux » n’avaient rien à faire dans le Yuukan, et s’il en recroisait un… Alors il lui ferait subir le même sort qu’à Ichibi.
« Alors oui, j’ai désobéi à un ordre, et j’en assumerai les conséquences. Cependant, je ne prendrai aucune responsabilité sur ce qui est arrivé à Tayio, cela n’a rien à voir avec ma décision. Car cela est simplement arrivé car les Kazejins étaient trop faibles pour ériger une défense suffisante, voilà tout. Leur propre faiblesse a causé leur perte… Malheureusement. »
Un constat dur, froid… Qui n’avait rien à faire dans la bouche d’un adolescent qui n’avait toujours pas atteint la majorité, mais qui avait déjà vu et fait plus que la plupart des adultes le jour de leur mort.

Voilà qui était Hiko, ou du moins qui il était devenu.

_________________
Il était temps X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il était temps Empty
Dim 1 Nov 2020 - 0:26

Écoutant attentivement les réponses de Hiko qui faisaient suite aux nombreuses questions qu’il avait posées, Raizen ne pouvait s’empêcher d'être profondément curieux de voir de quelle manière il allait réagir. Commençant graduellement à avoir une meilleure compréhension de l’individu, quelques possibilités lui trottaient à l’esprit, mais il se gardait tout de même une marge de créativité ou plutôt de surprise assez grande. Après tout, il était important d’anticiper sans pour autant tenter d’imposer une réponse précise au point d’en être déçu.

S’arrêtant ainsi sur quelques mots, il était intéressant pour lui de constater que ce jeune homme avait cru que ses chances de freiner le Teikoku seraient les meilleures en attaquant trois individus haut placés, en même temps. Relativement suicidaire sur papier, cette prise de risque était tout de même notable. Or, de là à juger que c’était la meilleure opportunité était relativement précoce surtout que rien ne l’empêchait de neutraliser spécifiquement Tomoe...ou d’influencer différemment leur prise de position.

Continuant sur la même ligne, Raizen souligna à nouveau l’interprétation qu’Hiko avait d’évaluer le comportement de la Régente qui s’était affirmée. Or, y avait-il quelque chose qu’il ne savait pas au regard de la démence qu’il décrivait ?

Ressentant plus ou moins une incertitude face au manque flagrant d’information qu’il avait, Raizen afficha un sourire, se contentant d’écouter et de faire des liens afin d’absorber le plus de contenu possible.

Ainsi, il poursuivit, connotant son analyse des informations accessibles. Y ajoutant ainsi un soupçon d’excès de confiance, il ne pouvait savoir si c’était de la fierté ou quelque chose de plus intense. Toutefois, au regard de son profil de risque, de sa manière de s’exprimer, mais aussi le fait qu’il considérait ne pas forcément avoir de compte à rendre sur certains éléments du passé ou faveur informelle auquel autrui s’attendait, il devenait clair que Hiko était confiant en ses moyens et considérait sa personne comme étant tout à fait importante, ce qui était cohérent et normal. Toutefois, se pouvait-il que ce degré l’empêche de voir les nuances des perceptions externes tout comme la nécessité de pouvoir dissocier les différents types de gens affectés par l'impact de certaines actions?

Rehaussant par le fait même les prémisses de ce qu’il percevait en catégorisant un fait qui était plus que réel en la faiblesse perçue des Kazejines, Raizen se manifesta afin de faire suite à la discussion…

Sachant que l’âge n’avait pas forcément un réel poids en dehors de l’expérience dont elle était porteuse, ce jeune garçon avait visiblement vécu des éléments ayant radicalisé sa manière de voir les choses. Toutefois, s’il pouvait aborder ce genre de phénomènes d’une telle nature, cela voulait dire qu’il était prêt à être traité, considéré et jugé comme étant quelqu’un ayant le plein contrôle de ses moyens. N’ayant aucunement plaidé la carte du traumatisme pour le moment, le tout n’était pas forcément pertinent, mais cela signifiait à Raizen qu’il n’avait pas besoin d’adapter sa réponse pour qu’elle soit mieux digérée. L'essentiel était qu'il partage ses interrogations pour nourrir la discussion.

-Prendre des responsabilités n’est pas quelque chose d’aussi simple Hiko, ce que je pense que tu sais déjà. Tout comme autrui a pu juger une situation qui semblait pour toi être la meilleure des possibilités pour sauver Kumo, on ne peut pas empêcher la divergence de perception par rapport à notre comportement. Si on prend l'exemple de Kaze, au-delà d’avoir désobéit, je pense que tu peux aussi comprendre que le tout aurait pu être vu comme un Kumojine qui sommait à la population en panique d’affronter un Dieu, une histoire qui aurait fort probablement fait écho si les pertes avaient été plus grandes sachant que l’ordre ou plutôt l’encouragement qui venait d’être donné n’était pas forcément logique dans la normalité. En cas d’échec, la mort de plusieurs dus à l’influence que tu aurais eue aurait très bien pu causer la perte de plusieurs personnes tout comme le tout peut encore à ce jour affecter Kumo. Ainsi, le sens de responsabilité n’est pas quelque chose d’aussi léger ou facile à écarter… Étais-tu totalement confiant en tes moyens de réussite au point d'inviter tous les gens à te joindre dans cet ultime effort ?

Souriant légèrement, il nuança tout de même ses propos :

-Ensuite, est-ce qu’on doit vivre en prenant en considération comment autrui ou autre considéra nos actions? Pas forcément, autrement ce ne serait pas vivre. Toutefois, il est important d’assumer que notre comportement peut parfois aller aux antipodes de ce qui semble être l’option de prédilection, la plus efficace ou autre et que tant que nos actions portent le symbole d’un village ou d’un groupe, que nous représentons à titre d'individu quelque chose qui pourrait, à tort ou à raison avoir des répercussions sur nous et notre entourage…

Le sens des responsabilités étant totalement important pour lui, ce n’était pas forcément quelque chose qu’il considérait uniquement sous l’angle de la masturbation intellectuelle. Au contraire, pour Raizen, c’était un facteur qui permettait d’exprimer la maturité et le potentiel de croissance, d’amélioration ou plutôt de changement qu’un individu pouvait connaître., un peu comme un indicateur de remise en question puisque les certitudes n'existaient pas toujours.

-Le tout me pousse justement à me poser certaines questions qui au-delà de paraître rhétorique sont pertinentes à se poser…

Laissant trahir une étincelle visible dans son regard, Raizen n’était pas là pour le sermonner ou quoique ce soit. Simplement, il était important pour lui de souligner la réalité dans laquelle ils vivaient et l’impact que cela pouvait avoir. Loin de faire partie de ceux qui voulaient des soldats n’utilisant pas leur cerveau au point de suivre à la lettre, même lorsque stupides, les demandes en provenance des supérieurs, il avait lui aussi fait partie de ceux qui à tout moment, pouvaient prendre la décision d’agir en concordance avec leurs valeurs personnelles ou logiques. Simplement, il assumait les conséquences que cela pouvait avoir sur autrui et le poids de la décision qu’il devait porter ainsi que les jugements qui pouvaient suivre.

-Il est clair par tes actions et ce que tu dis que Kumo passe avant tout. Toutefois, une grande partie de tes actions mettent aussi de l’avant certaines valeurs ou jugements personnels que tu considères comme étant importants.

Ne passant pas en revue les exemples, il aurait pu lister le fait qu’il ne considérait pas que les Dieux devaient exister, qu’il n’avait aucunement à plier le genou devant qui que ce soit et bien d’autres situations.

-Cependant, si un jour ces abominations deviennent la solution la plus importante pour permettre à Kumo de survivre dans un contexte précis, considéras-tu que ces abominations devraient être tuées au point de réagir de la même manière la prochaine fois qu’un tel événement se produira pour éviter qu’elles puissent exister au sein du Yuukan ?

Reprenant par le fait même ses mots, le Meikyû poursuivait dans sa ligne directrice qui semblait approcher :

-Pour ta part à titre d’individus et de shinobis, quelle est ta part d’ombre ? Considères-tu qu’elle peut affecter ton champ décisionnel en fonction de tes propres intérêts par rapport à tes choix et influencer la gestion et perception des conséquences… ?

Puis, il laissa tonner sa dernière question :

-Au final, pourquoi te bats-tu réellement ? Pour toi-même et ce que tu considères important, pour les intérêts de Kumo ou pour le Yuukan ?

S’arrêtant à la dernière seconde, il poursuivit :

-Avant de répondre et en fonction de ta réponse, si je te disais que mourir en refusant toute collaboration avec l’homme au chapeau aurait été le meilleur moyen de sauver Kumo et de se battre son futur, l’aurais-tu fait au regard de ce qui est le plus important et ce pour quoi tu te bats ?


Cette fois-ci, il ne précisa aucunement de nouveau le fait qu’il ne cherchait pas à le blesser ou autre au travers de ses paroles. Acceptant le fait que le tout soit mal reçu ou plutôt perçu comme un moyen de l’acculer contre le mur, Raizen cherchait plutôt des réponses en établissant un portrait tout aussi réel que fictif qui visait à dépeindre l’ordre des priorités du jeune Sairyo.

Bien qu’il semblait aisé de croire en l'existence d'une meilleure réponse, était-ce pour autant que Raizen la considérait réaliste? Au regard de la manière dont il agençait certaines questions et effectuait certains liens, on pouvait croire tout l’inverse sachant qu'il prendrait en considération le réalisme derrière.

La situation était donc assez intéressante, bien que chargée. Toutefois, ce genre de questionnements et de mises au point étaient nécessaires s’ils espéraient d’une manière ou d’une autre parler du futur.

Fort intéressant, cette discussion et ses questions lui rappelaient énormément un long débat qu’il avait partagé avec Sazuka à Hayashi. N’étant pas d’accord sur de nombreux angles, de réels conflits de valeurs pouvaient subsister en fonction des réponses et c’est ce qui rendait cette situation aussi particulière, mais riche.


_________________
Il était temps J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Il était temps Empty
Ven 13 Nov 2020 - 19:43
S’il avait été confiant lorsqu’il avait mené la charge face à Ichibi ? Répondre par l’affirmative à cette question aurait été un pur mensonge, et Hiko ne pouvait pas se permettre de mentir aussi ouvertement à une personne comme Raizen. Le bougre possédait de l’expérience dans la manière de poser des questions, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Ainsi, s’il ne voulait pas perdre le peu de crédit qu’il avait réussi à avoir aux yeux de l’actuel Raikage, notre jeune héros devait tenir sa langue et répondre de façon sincère à ses questions, tout comme le Meikyu semblait user de sincérité dans son approche.
« Non, je n’étais pas aussi confiant que cela je dois l’avouer. Et je comprends ton point de vue, cela aurait pu être désastreux… Si l’on considère le verre à moitié vide. Mais prenons le problème dans l’autre sens. »
Fit le manieur de cristal en mimant le fait de renverser un verre la tête en bas. Oui, il aimait bien les images représentées grâce aux gestes.
« Désormais tu es à la tête du seul village ayant réalisé l’impensable, le seul village ayant réussi à défaire un Dieu, en association avec des bédouins du désert. La réputation du village au sein de Kaze a sûrement grimpé en flèche, tout comme les craintes des autres villages de venir retenter quoi que ce soit contre Kumo. C’était un risque, je te l’accorde, mais un risque bel et bien payant. »
Il reconnaissait ici à demi-mots avoir été trop téméraire. Cependant, on ne pouvait pas lui enlever que le résultat était là. Hiko n’était pas un shinobi ordinaire qui s’attachait aux moyens. Lui, ce qu’il souhaitait, c’était les résultats… Et ils étaient là.

Vinrent ensuite des questions plus qu’intéressantes. Raizen avait clairement mis le doigt sur les réelles motivations de notre jeune héros et il posait ses questions à voix haute, alors que Hiko en était sûr, il connaissait déjà les réponses à ses questions. Mais l’enfant aux cheveux blancs ne put qu’admirer la perspicacité et la vivacité d’esprit dont faisait preuve le Raikage. Lui qui maniait aussi bien le chakra que la parole venait une nouvelle fois de prouver l’écart qu’il existait entre lui et le reste des shinobis. Il était un shinobi accompli, celui qui était allé le plus loin sur la voie du shinobi, du moins aux yeux de notre jeune héros aux cheveux blancs qui ne put s’empêcher de ressentir un frisson d’excitation. Ce genre de discussion n’était pas sa tasse de thé d’ordinaire, et pourtant, son cœur battait la chamade suite aux dernières questions posées. Ils y étaient, là, dans le cœur de la discussion, là où tout allait se jouer suite aux échauffements verbaux échangés auparavant.

Hiko prit alors la peine de prendre son thé qui était désormais froid et le porta à ses lèvres. Il avait besoin d’humidifier sa trachée avant de prononcer les réponses aux questions de Raizen.

« La vérité d’aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain, un homme comme toi doit le savoir. Donc oui, si demain je juge que ces abominations vont dans le sens de Kumo, eh bien j’agirai en conséquence. Bien sûr, il y a Kumo, mais Kumo fait aussi partie intégrante du Yuukan. Sans Yuukan, pas de Kumo… Tout est donc question de situation, et il m’apparaît difficile de répondre dans ce cas si abstrait. »
De par cette première réponse, il avait déjà apporté de vraies indications à Raizen.
« Ma part d’ombre ? C’est une question marrante ça… Et difficile. Il n’est pas facile de reconnaître ses torts… Mais je dirai que je suis quelqu’un qui agit par ce qu’il croit juste, qu’importent les conséquences. Si je pense que tu es néfaste pour Kumo un jour, eh bien je ferai tout pour t’évincer… De gré ou de force. Tout comme, un jour, je réduirai en cendres cet Empire de pacotille. »
Il ne mâchait pas ses mots, fidèle à ce qu’il montrait depuis qu’il avait reçu son bandeau shinobi. Et si cela pouvait sembler être une menace, ce n’en était absolument pas une. Ce que certains verraient comme un avertissement, était plutôt une preuve de franchise et d’honnêteté de la part du Sairyo.

Bien sûr, en disant cela, il donnait une image « dangereuse » à Raizen. Un élément qui agissait à sa guise, sur lequel il ne semblait pas avoir de poigne. Pourtant, Hiko ne se rebellait pas contre toutes les idées qui n’étaient pas les siennes, juste contre celles qu’il trouvait « dangereuses » pour Kumo.

« Concernant ta dernière question, je n’ai malheureusement pas de réponse à te donner. Je pourrai jouer le valeureux, affirmer que ma vie serait un sacrifice bien faible pour toutes ces vies sauvées. Mais malheureusement, on ne peut réellement savoir que lorsqu’on y est véritablement confronté. Et je ne suis pas assez « joueurs » pour me baser sur des spéculations, surtout quand ma vie entre en jeu. Mais comme tu as pu l’observer, je n’ai pas peur de risquer ma vie pour ce que je considère comme « juste ».
Fit-il tout en laissant son corps retomber sur le dossier de sa chaise ; il était fatigué de toutes ces questions, que sa vie soit passée au crible. Il avait répondu, il attendait désormais que le couperet tombe.

_________________
Il était temps X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il était temps Empty
Dim 15 Nov 2020 - 23:34

Alors que Raizen venait de livrer sur un plateau d’argent un piège excessivement dangereux pour le jeune Hiko tout comme une porte de sortie, c’était si l’on veut un test assez intéressant et ultime compte tenu du fait que plusieurs variables étaient en cours de test sur l’instant précis.

Admirant la manière dont le jeune homme semblait répondre avec franchise, Raizen devait avouer être impressionné par l’aisance à laquelle il maniait le langage à cet âge, signe d’une certaine maturité quelconque. Pourtant, il ne pouvait en oublier les moments dans lesquels il laissait parler ses émotions au-delà de la raison même lorsque le tout pouvait aller, sous certains angles, en sens inverse de ses réels objectifs.

Forçant ainsi Raizen à demeurer concentrer, il ne manquait rien, prenant le temps d’analyser les nombreux éléments avec lesquels il devait jongler pour rendre une décision à l’égard du Sairyo.

Ne pouvant s’empêcher d’étirer un sourire lié à la mention qu’il était prêt si nécessaire de s’en prendre à lui de gré ou de force s’il se rendait compte que Raizen était néfaste pour Kumo, il ne pouvait s’empêcher d’y voir une partie de lui sachant qu’il avait proféré des paroles plus que similaires à l’égard de Reiko. Étant allé jusqu’à développer des techniques spécifiques allant dans cette direction, il ne l’avait jamais caché, ayant ainsi le mérite d’être clair. Toutefois, derrière ces intentions qu’il comprenait, Hiko saurait-il faire la différence entre être en désaccord par rapport à certaines décisions et faire tomber une sentence prématurée ? Après tout, la personne jugée pouvait-elle réellement prétendre être suffisamment adéquate pour adopter le rôle de juge ? Saurait-il d’ailleurs tempérer ses actions par rapport à l’Empire ? Tels étaient tous les axes de réflexion auxquels devait penser l'ombre du village.

Tant de questions demeuraient et peu de réponses. Pourtant, il devait trancher comme son rôle le demandait.

-La carte de l’abstraction est tout aussi légitime que particulière puisqu’elle s’approche de la réalité, mais décrit possiblement le fait de laisser un libre arbitre à sa volonté sur un moment précis qu’il soit influencé ou non par son contexte.

Se permettant de contextualiser certains éléments, Raizen avait tout de même suffisamment de points positifs et négatifs en tête pour savoir que cette réunion approchait dangereusement la fin.

-Si je peux me permettre, il sera important de déterminer par quel moyen tu comptes déterminer ce qui est bien ou non pour Kumo et l’ensemble de l’impact que tes actions peuvent avoir sur le village, mais aussi sur le Yuukan, c’est important. D’ailleurs, le moyen le plus efficace afin d’avoir un impact voire même un droit de décision sur cela, sans forcément semer l’émoi est de réitérer le fait que tu es prêt à porter les objectifs de Kumo et par conséquent de Kaminari dans le contexte actuel du Yuukan tout en respectant ses engagements.

Souriant légèrement, il poursuivit :

-Ce qui implique le fait de démentir les possibles doutes sur ta loyauté et tes motivations pour possiblement dans un futur quelconque te tailler une place au sein du conseil en te faisant accepter par la population et ses partis prenants.

Lui donnant ainsi le chemin le plus efficace afin d'avoir ce genre d’impact, c’était aussi un moyen pour Raizen de lui signifier le fait qu’à ce jour, il ne pouvait prétendre à un tel rôle au regard des doutes sur sa situation, mais que ce n’était pas impossible s’il faisait le travail nécessaire pour le prouver dans le futur et cela passait par quelques conditions :

-Mon but n’est pas de prolonger davantage cette réunion ou de semer des divisions. Par conséquent, je vais te poser mes dernières questions avant de statuer demain à la même heure sur ton cas afin de prendre le temps d’y réfléchir, mais aussi de consulter le conseil actuel.

Après tout, bien que Raizen avait déjà une décision en tête, il devait la faire valider valider par le conseil pour garantir n’avoir omis aucun élément était important. Le tout risquait de se faire de manière prompte sachant que la décision devait être chapeautée des différents piliers du village.

-Quel rôle te vois-tu occuper dans la nouvelle Kumo au regard des différents piliers et infrastructures ayant été annoncées afin de contribuer à ton village ? Dans le cas dans lequel nous accepterions de trancher en t’accordant un grade qui sera représentatif de l’ensemble des décisions positives et négatives que tu as eues pour le village et Kaze, serais-tu prêt à prêter de nouveau allégeance au code éthique qui te lie en tant que Kumojine et représenter le village de manière adéquate et ce, même si cela signifie possiblement de devoir collaborer avec le Teikoku dans le contexte actuel de la coalition tout en mettant de côté ta rage contre l’Empire et ses partisans ?

Étant très clair dans ce qu’impliquait cette question, Raizen laissait de nouveau place à l’honnêteté, demandant par conséquent à Hiko de s’investir concrètement sur le sujet afin qu’il prenne conscience qu’affronter l’Empire ne faisait pour le moment pas parti des enjeux réels.

-Que l’on soit honnête, l’Empire et son rapport à Kumo sont pour le moment incertains bien. Toutefois, dans le contexte actuel qui nous menace respectivement et malgré leurs actes, ils ont été juste en acceptant nos conditions même s'ils y étaient contraints. Par le fait même, nous devons être tout aussi juste en ne mettant pas l’huile sur le feu dans l’objectif de se venger inutilement et de déclarer une guerre par désir personnel alors que nous avons plus ou moins une entente de non-agression soutenue par la Coalition.

Marquant une pause pour le laisser mijoter un peu sur la question, il poursuivit :

-Soit honnête, es-tu prêt à prêter serment à ce sujet sachant qu’en acceptant que tu représentes Kumo, l’ensemble de tes décisions et de tes actions, comme ceux des autres shinobis pourraient avoir des répercussions ? Es-tu prêt à prendre l'ownership de tes actions et prendre le pouls de l'envergure de tes choix futurs ?

Jouant cartes sur table, Raizen n’avait sincèrement aucun intérêt à priver Kumo d’un tel talent. Toutefois, il devait faire de la gestion de risque sachant que si le Teikoku continuait de les diviser même en n’étant plus sur leur territoire, ceux-ci auraient réussi à impacter Kumo de la pire manière qui soit, c'est-à-dire en causant une division au sein de la population et leurs objectifs.

Ainsi, Raizen se voulait rassembleur à condition que tous soient prêts à mettre la main à la pâte quitte à mettre leur égo, orgueil et souffrance de côté pour contribuer au bien collectif de la nation. Après tout, panser des blessures était certainement difficile et demander à tout le monde d’avancer sans regarder en arrière pouvait même paraître cruel. Toutefois, il ne leur demandait pas d’aliéner leurs sentiments, simplement de les canaliser dans l’accomplissement de quelque chose de plus grand : le progrès de la faction Kumojine…

-Si je peux me permettre, l’identité et le lien que tu entretiens avec Kumo ne doit pas vivre par le Teikoku. La haine que tu ressens ne pourra jamais t’être enlevée par quiconque autre que toi-même. Par contre, ce n’est pas pour autant que tu ne peux la convertir pour l’investir dans ce qui compte réellement pour toi : contribuer à l’avancement de Kumo sans pour autant la mettre davantage à risque.

C’était là tout le pari qu’il avait pris en déclarant le cessé le feu auprès du Teikoku à la condition que Kumo leur soit redonné. Après tout, Kumo existait avant et existerait dans le futur. Ainsi, le Teikoku n’avait plus sa place dans leur histoire et ne devait plus influencer les décisions du présent jusqu’à nouvel ordre.

-Le cas échéant, si je peux me le permettre, qu'est qui serait le plus juste comme décision à ton égard en prenant en considération tout cela ?

Posant finalement une nouvelle question, elle demeurait simple et efficace. Elle marquait d'ailleurs la fin de cette discussion jusqu’au lendemain, jour dans lequel il rendrait sa décision.

Dans tous les cas, les conditions de succès étaient réunies pour prendre une bonne décision. Après tout, Raizen devait faire ce qui convenait le mieux pour le village. Ainsi, permettre à Hiko de se réinvestir sous le symbole Kumojine devait être fait adéquatement au regard des risques associés à cette décision. Ainsi, il devait évaluer que la volonté était partagée pour sécuriser ou infirmer sa décision du moment sur les facteurs de son retour.

Spoiler:
 

_________________
Il était temps J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Il était temps Empty
Lun 16 Nov 2020 - 16:35
La discussion pouvait sembler se diriger vers sa fin, mais il restait quelques questions au Raikage. Ce dernier se montrait précautionneux, méticuleux dans sa façon de diriger l’entretien et prenait le temps entre chacune des prises de paroles de l’adolescent pour être sûr de bien avoir ingérer l’ensemble des éléments transmis par l’enfant, qu’ils soient verbaux ou non, d’ailleurs.

Et c’est donc dans le même calme et la même application que le Meikyu reprit une dernière fois la parole, rebondissant sur les dires de notre jeune héros. Usant de mots assez compliqués, Hiko était quasiment largué, même s’il réussissait à comprendre l’essence même du message. Et ce fut alors à ce moment là que vinrent les ultimes questions ; Hiko le savait, Raizen en avait déjà assez vu pour pouvoir prendre sa décision.

Ou pour que le conseil prenne la décision à sa place s’il n’était pas capable de la prendre lui-même.

« J’ai eu vent de la nouvelle organisation que tu souhaites développer. Elle semble plutôt prometteuse, même si j’ai personnellement certains doutes sur les personnes nommées à plusieurs postes… Mais cela ne regarde que moi. Quant au rôle que je pourrai tenir dans cette organisation… »
Il marqua une légère pause, puis, avec un sourire, il lâcha ces quelques mots.
« Je n’en vois aucun. Mon profil est trop particulier pour appartenir à l’une ou l’autre des divisions, et je t’avoue que j’aurai du mal avec le fait d’être sous l’autorité directe d’une personne dont je ne suis pas sûr de la valeur. »
La bombe était lancée, mais cela voulait-il dire que l’histoire d’amour entre notre impétueux héros et le village caché de Kumo était terminée pour autant ? Peut-être que oui, ou peut-être que non… Tout dépendrait de ce que Raizen allait décider, après tout… C’était lui, le Raikage censé représenter Kumo.
« Quant au conseil… Je me passerais volontiers le jugement de ces poules mouillées qui n’agissent que dans l’ombre lorsque les villageois ont besoin de lumière pour espérer. Alors non, je ne ferai aucun serment visant à réitérer ma loyauté envers Kumo, tout simplement car celui qui a le plus fait pour Kumo durant ces deux dernières années se trouve devant toi… Et je n’ai donc pas à me justifier une nouvelle fois devant ces gens là. »
Fit-il avec une certaine forme de mépris dans la voix. Il avait du mal à ce qu’on le juge sans le connaître comme l’avait fait la gamine au parapluie en le prenant à part lors de l’élection du nouveau Kage. Une simple passante qui n’avait jamais rien fait, du moins pas aux yeux de Hiko. Il se sentait incompris, les actes qu’il avait effectués pour Kumo n’étaient pas bien interprêtés, et tous lui jetaient la pierre… Alors qu’il avait été le ciment permettant au mur « Kumo » de ne pas s’écrouler lors de l’oppression Teikokujine.

Et maintenant que sa bombe était lancée, Hiko prit alors le temps de s’expliquer un peu plus.

« Laisse-moi cependant être plus clair. Je ne tiens pas à faire partie de cette nouvelle organisation, mais ce n’est pas pour autant que je suis contre. Comme tu l’as dit, qui suis-je pour juger et tenter de détruire quelque chose que je ne comprends pas ? Pour le moment, tu as ma confiance en tant que Raikage. Je vois que tu essaies de faire les choses de la bonne façon, qu’importe si nos avis divergent certaines fois. »
Précisa-t-il dans un premier temps.
« Mais aujourd’hui, j’ai l’impression que je serai plus utile à Kumo en dehors des murs de la Cité. Et vu les doutes qui pèsent sur ma personne, je n’ai aucune envie de rester dans un village dirigé par des personnes qui peuvent douter de mes intentions. C’est donc pour cela que j’ai pris la décision de quitter le village, dès que les dernières… Affaires que j’ai sur le feu seront mises en ordre. »
Même si Raizen n’était pas télépathe, il pouvait lire toute la sincérité de notre jeune héros dans ses paroles. Son temps à Kumo était désormais révolu, c’était un fait. Mais il restait encore une chose que l’enfant souhaitait déclarer à Raizen. Mais avant de le faire, le Sairyo prit alors la peine de composer quelques mudras et de sonder les environs, car cette partie de la conversation ne devait pas sortir de la pièce… En aucun cas.

Une fois assuré qu’aucune source de chakra n’était présente dans les environs, le jeune garçon reprit la parole tout en plongeant son regard azuréen dans les yeux ténébreux de son interlocuteur. Une flamme crépitait sous cette alliage de cristal.

« Bien, personne n’est présent pour écouter aux portes, je peux donc te dire ce que je compte faire par la suite… Je m’en vais rejoindre le camp de l’Homme au Chapeau. »
La bombe était lancée, mais quelles en étaient les raisons ?
« Si je partage cela avec toi, c’est parce que tu sembles être un homme de confiance. Et je veux que tu comprennes que si je le fais, je le fais uniquement pour Kumo. Connaître la plus grande menace que connaît Kumo est un avantage et je suis une personne ayant de l’expérience dans ce domaine. »
Il faisait évidemment mention de son intégration plus que réussie dans le camp ennemi qu’était le Teikoku.
« Maintenant que tu connais ma volonté, il te reste plusieurs choix possibles. Me soutenir en simulant une défection ou refuser, et tenter de m’arrêter par les moyens dont tu disposes… Mais saches une chose, qu’importe où je sois dans le Yuukan, ma priorité sera toujours Kumo et ses habitants. »
De l’assurance, il en avait indéniablement, surtout face à un interlocuteur tel que Meikyu Raizen. Mais Hiko connaissait, lui aussi, le pouvoir des mots. Et agir avec assurance était sa façon de montrer toute sa détermination au Salvateur.

Mais il y avait aussi un détail qui n’avait sûrement pas échapper à Raizen, Hiko serait toujours là pour Kumo et ses habitants… Mais cela incluait-il le régime mis en place actuellement ? Rien n’était moins sûr.

Le Sairyo n’était plus un shinobi de Kumo dans sa tête, et ce depuis un moment déjà. Et cela n’était plus qu’une question de temps avant qu’il ne le soit plus officiellement. La seule inconnue désormais était de savoir s’il obtiendrait le soutien du Kage, ou s’il irait, une nouvelle, à contre-courant de tous.

_________________
Il était temps X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il était temps Empty
Ven 20 Nov 2020 - 7:51

Étant très attentif, si Raizen s’attendait à une possible prolongation de leur discussion, il comprenait dorénavant ce qui rendait ce jeune homme aussi imprévisible. Ainsi, au fur et à mesure qu’Hiko prenait la parole, les sens du Meikyû s’aiguisaient. Allant de l’écoute à l’observation, il ne le quittait pas du regard, comme s’il était soudainement possédé par un crave. Digne de la concentration d’un corbeau sur un objet brillant, il prenait le temps de détecter le moindre message autant verbal que non verbal…

Ne réagissant que très peu, c’était le genre de contexte dans lequel il était clé de laisser autrui s’exprimer et relâcher ce qui semblait le démanger. Proférant ainsi des propos qui sous-entendaient une prise de décision assez importante, certaines paroles faisant visiblement écho à l’imposition d’une décision. Malheureusement, tout ne pouvait être unilatéral, surtout pas dans ce genre de situations avec autant de partis prenants. Réalisait-il que cela allait bien au-delà de sa personne et de la sienne ?

Prenant une légère respiration, Raizen prit quelques secondes de silence pour prendre le pouls sur les nouvelles informations qu’il venait de recevoir. En dialogue, s’il était clé d’apporter les bons mots de la bonne manière, l’écoute demeurait tout de même la pièce maîtresse de toute chose. Ainsi, les moments de silence s'avéraient très révélateurs. C’est d’ailleurs pour cette raison que seul un silence de quelques secondes eut lieu. Donnant ainsi l’impression qu’il devait prendre le temps de digérer ses propos, la soudaine transition et vitesse de réaction laissait sous-entendre qu’il avait déjà la réponse. Du moins, ce serait le cas si ses propos n’avaient pas eu un but précis :

-Avant de sauter aux conclusions et décisions, permet moi de clarifier certains éléments et te poser certaines questions si tu le veux bien. Par contre, je risque de parler beaucoup, je t'avertis :

Le considérant visiblement agité, Raizen aurait pu croire à une pièce théâtrale ayant pour but de rendre la situation beaucoup plus crédible. Pourtant, bien qu’il n’était pas le plus empathique, il pouvait tout de même pressentir l’authenticité de la manière dont il se sentait sur certains de ses propos. Ainsi, si son doute sur les nouvelles autorités Kumojines lui paraissait sincère tout comme son analyse de sa propre personne, la couche de jugement qu’il ajouta masquait un fond de vérité bien qu’il avait l’impression qu’il tentait indirectement d’aller chercher une corde sensible inexistante chez lui.

Demeurant ainsi stoic et dur à lire, le fait de ne pas prêter serment à Kumo était intéressant. Dans les faits, il semblait dédié à aider cette nation en qui il avait sacrifié plus que les gens n’osaient le voir. Toutefois, sa perception de la supposée ‘’autorité’’ et sa vision des choses étaient beaucoup trop directives pour être en quelque sorte influencés d'une quelconque manière.

Trouvant cela dommage, Hiko avait tout d’une personne ayant un potentiel phénoménal. Pourtant, son parcours l’avait poussé à faire des choix et prendre des décisions qui semblaient avoir tracé un chemin sur lequel il avait du mal à bifurquer, un peu comme s'il suivait une pente fatale.

Sur le coup, Raizen le comprenait dans un sens. Étant aussi du genre à aller là où il se sentait le plus utile et à ne pas rester si sa plus-value n’était pas totalement nécessaire, il voyait d’où il venait et ne pouvait réellement lui reprocher cela. Bien qu’il ne semblait vouloir combattre les identités préconçues que certains avaient de lui, le Meikyû se demandait si l’angle de sa décision était majoritairement influencé par son égo ou son désir sincère de faire la différence.

Possiblement influencé par les deux, il était intéressant pour lui d’observer de nombreux phénomènes dont ils avaient discuté à plusieurs reprises en compagnie de son alliée : Uzumaki Sazuka.

Déviant ainsi les fioritures pour se concentrer sur le fond de ses paroles, Raizen commença par rétablir les fondements mêmes de leur discussion.

-Je dois t’avouer que je serais curieux de savoir en quoi certaines des personnes choisies ne sont pas en bonne posture et bien que sache qu’aucun d’entre eux n’est réellement parfait et que le but soit qu’ils progressent en initiative, tu dois comprendre qu’à tout chose il y a plusieurs côtés de la médaille, autrement notre discussion aurait pris des angles bien différents.

Lui servant ainsi plus ou moins un reflet de sa propre situation, Raizen ne comptait débattre à nouveau sur qui avait fait le plus ou le moins concernant une situation. Sachant que poser un jugement nécessitait une omniscience ou une entente collective pour avoir un bon jugement, poursuivre ce débat était une perte d’énergie pour les deux Kumojines qui avaient bien plus important à gérer. Ainsi, il poursuivit le dialogue vers ce qui importait le plus, délaissant ainsi toute remarque supplémentaire à ce sujet.

-En tant qu'ancien Capitaine du Teikoku, tu connais mieux que quiconque les politiques sur la désertion qui représente un sujet délicat dont je n’aurais aucun mal à aborder. Il est toutefois important de faire attention aux mots que tu emploieras même si personne n’épie cette discussion puisque le tout influencera certaines décisions.

En effet, il ne fallait pas oublier que Raizen n’était pas un interlocuteur lambda qui pouvait ignorer tout bonnement certaines informations qui pouvaient influencer l’avenir du village. En prêtant serment d'agir comme ombre, il devait constamment mettre les enjeux du village en prenant compte de son écosystème de l'avant.

-Tenter de rejoindre le camp de l’homme au chapeau pour comprendre ce qu’il planifie et ce qui pourrait menacer le village n’est pas rien. À vrai dire, j’y aurais surement pensé si j’étais un shinobi du village. Toutefois, bien que je sois conscient que tes aptitudes en matière d’espionnage et d’infiltration sont hors norme, je tiens à te faire part de certaines de mes observations ou plutôt questions à ce sujet…

Si son rythme de conversation était très calme, il n’était pourtant pas aussi calculé qu’accoutumé, comme si une autre facette de Raizen prenait le dessus. En effet, l’être calme, froid et calculé qu’il était laissait soudainement place à une partie beaucoup plus folle et euphorique de lui : l’aspect créatif de sa personne. Pourtant, elle ne se manifestait pas de manière apparente, signe comme quoi il ne fallait pas se fier aux apparences…

-Si j’étais l’homme au chapeau et que tu rejoignais mon camp, connaissant ton historique, j’aurais de grands doutes sur tes ambitions et convictions, surtout si vous vous êtes déjà parlé. Je ne dis pas qu’il a la science infuse, mais il ne faut pas sous-estimer ses aptitudes de stratège sachant qu'il est très ingénieux et calcule chacune de ses actions. De plus, le fait que tu m’en parles créer plus ou moins un souvenir permanent dans ta mémoire laissant présager tes intentions réelles. Ainsi, en cas de doute, il pourrait très bien demander à n’importe quel expert mental comme un Yamanaka ou un expert en détection de mensonge de sonder tes intentions…

Soupirant, Raizen avait plus ou moins l’impression d’être dans un dilemme du prisonnier qui aurait pu être évité. En effet, en jouant la carte du fidèle soldat, si Hiko désirait pousser le tout jusqu’à ses limites, il aurait pris sur lui pour jouer le scénario parfait…

-Qui plus est, pour rendre le tout le plus réaliste possible, ton infiltration aurait très bien pu commencer par l’acceptation d’une mission assez banale dans laquelle tu aurais tout bonnement déserté le village en laissant des signaux quelconques sur tes intentions sans forcément les communiquer directement...

Après tout, les fragments de souvenirs comme ceux-ci étaient bien souvent plus simples à effacer, brouiller ou bloquer que les fragments d’une conversation marquante comme celle-ci.

-Donc, même si l’objectif est honorable, voire même intéressant, sachant que nous faisons partie d’une équipe comme la Coalition, il aurait fallu la collaboration des différents partis pour rendre celle-ci la plus plausible possible pour t’aider, ce qui nécessiterait du temps. Toutefois, la Coalition n’est qu’une bride parmi tant d’autres et en aucun cas ce qui m’inquiète le plus.

Soupirant légèrement comme signe de préoccupation, il eut un léger sourire en coin avant de laisser une pleine liberté à son esprit.

-Je ne peux m’empêcher certaines réserves au regard du fait que tu devras visiblement prouver que tu es digne de confiance au regard de ton historique. Qui plus est, un moindrement certain Teikojins t’ayant connu te verrait, tu serais confronté à un jugement constant voire même une oppression qui pourrait devenir de l’acharnement allant bien au-delà que les quelques commentaires que tu peux entendre sur tes gestes passés au sein du village. Que leur diras-tu à ce moment que tu n'as rien à leur prouver?

Se mettant soudainement dans la peau d’un conseiller de l’homme au chapeau, Raizen visualisait les différents moyens par lesquels il serait possiblement menés à prouver sa loyauté...

-Pour prouver ton innocence, tu pourrais être amené à faire des crimes de guerre ce qui dans un sens te donnerait un motif de pouvoir te venger sur les Hijines à travers cette couverture puisque tu sembles vouloir te venger, mais entre toi et moi, le meilleur moyen de tester ta loyauté serait bien évidemment de te forcer à te retourner contre le village que tu as déserté voire même à tuer des Kumojines.

Si certains sacrifices étaient nécessaires, les dégâts qui pouvaient découler de tout cela pouvaient être beaucoup plus importants. Dès lors, sans le savoir, Hiko prenait indirectement le chemin du martyr, un rôle qui n’avait que des aspects négatifs mis à part la possible réalisation de la mission. Étant même apte à le détruire, c’était notamment ce genre de rôle qui avaient fondé les criminels les plus dangereux du Yuukan dont ceux de Wasure no Kuni.

-Et bien que certains sacrifices soient parfois nécessaires, ne serait-ce pas aller à l’encontre de tes valeurs de protéger Kumo par-dessus tout ?

Lui laissant un moment de silence, Raizen poursuivit :

-Il faudrait aussi que tu aies un mécanisme te permettant de te défendre contre n’importe quelle prise de contrôle sachant qu’en aucun cas tu ne peux être à l’abri de ce genre de manipulation au regard des lieutenants qui font partie de son équipe, chose qui encore une fois tu ne pourras totalement prévoir…

Voyant forcément où il venait en venir, Raizen trancha :

-Ainsi, devant la présence de beaucoup trop de conditions de succès pour être viable, t’envoyer dans ce genre de situations serait une façon de te sacrifier en t’envoyant possiblement à l’abattoir comme sacrifice humain… À la limite, tu finirais possiblement par t’en sortir, mais tu pourrais t’y perdre au regard de tout ce que tu auras à sacrifier voire même tes réels objectifs et ton village.

Lui faisant prendre le pouls de sa proposition, le meikyû n’entendait pas le ménager. Après tout, bien qu’il était l’ombre du village, son rôle ne pouvait toujours être positif. Il devait savoir dire les choses de la manière la plus réaliste possible :

-Ce serait aussi sans oublier le fait qu’en risque d’échec, le fait de cacher une telle mission affecterait nettement le degré de confiance possible envers Kumo tout comme sa perception sachant que l’avenir du Yuukan en entier est un jeu et ne peut reposer entre les mains d’une personne ce qui rend difficile la moindre solidarisation jusqu'à preuve du contraire de ma part sur une mission qui semble aussi réaliste qu'un miracle.

Aussi triste soit-il, il fallait parfois jouer en équipe au risque de perdre en équipe. Toutefois, prendre l’initiative de jouer le sort de l’humanité seul pouvait sincèrement avoir des effets pervers…

-Tout comme le fait que tu finirais tôt ou tard par devoir nous affronter et que tu serais considéré par la population Kumojine comme un renégat à chasser, capturer voire même tuer en cas de nécessité compte tenu du fait que nous n'aurions aucune garantie de confirmer que tu n'as pas retourné ta veste… ce qui pourrait encore une fois te causer ta vie et rendre ton sacrifice plus ou moins vain… À bien y penser, étant l'homme au chapeau, je te transformerais même en agent double, te renvoyant dans le but de réintégrer sagement ta faction pour la trahir à la dernière seconde après avoir simulé une quelconque fuite...

Laissant ainsi fuser de part et d’autre de nombreux scénarios dont la malice possible dont son esprit pouvait faire preuve, Raizen espérait qu’il ne le prenne pas mal sachant qu’il cherchait surtout à valider certains éléments avant de rendre son verdict bien qu’il avait déjà une idée en tête qui ne tombait pas forcément dans les choix proposés...qui sait.

-Donc, une fois infiltrée, quels seraient tes objectifs réels et comment compterais-tu t’y prendre afin de démanteler le groupuscule de l’homme au chapeau ? Est-ce que ton objectif réel serait de tuer l’homme au chapeau pour abattre cette menace une bonne fois pour toutes et serais-tu réellement apte à le faire ?

Voyant dans le futur, dans une situation rhétorique dans laquelle Hiko arrivait à s’infiltrer, Raizen se demandait quels seraient ses objectifs clair, net et précis. Après tout, au regard de son historique et de son jugement, il était clair que même s’il ne voulait pas l’admettre qu’il n’était pas forcément la personne la plus apte à se contenir pour agir forcément de la bonne manière aux bons moments. Bien que le seul cas réel était composé de trop de variables pour agir à titre d’arguments, cette fois-ci, il y avait plus que sa vie ou la vie de Kumo en jeu. Celle du futur se jouait et bien que chaque joueur avait son rôle à jouer, en sacrifier certains ne faisait pas partie du désir sincère que Raizen avait à voir les gens progresser afin d'atteindre leur plein potentiel…

-En ce moment, rien ne nous indique que tuer l’homme au chapeau nous donnerait la victoire. Au contraire, peut-être que cela nous divisera encore plus tout comme le fait d’affronter tête première les gens l’ayant rejoint… S'il est vrai qu'il existe une dualité actuelle, ce serait l'accepter au niveau du conflit, faisant ainsi du Yuukan une civilisation plus divisée que jamais.

Lui exposant ainsi un nouveau degré au conflit, le Meikyû désirait lui faire ce passage d’information avant qu’il y ait la moindre décision sachant qu’elle était riche en complexité, une complexité qui ne méritait pas forcément de prendre des décisions hâtives et impulsives à grands enjeux. Cette complexité était aussi le genre de réflexions qu'il ne prendrait le temps de partager à tout le monde. Ainsi, c'était une manière pour lui de dévoiler tout le sérieux qu'il attribuait à cette proposition.

-Devons-nous réellement abattre des gens qui tentent de nous empêcher d’atteindre leur idéal visant à faire disparaître le chakra pour de possibles intentions malicieuses non dévoilées ? Ne serait-ce pas qu’une manière supplémentaire de prouver à Sakaze Tosen qu’il a raison et d'accepter ses moyens comme étant une solution ?

Bien que Raizen avait déjà une ébauche d’idées face aux nombreuses questions qu’il posait, elles demeuraient importantes à partager selon lui.

-Qui plus est, moyennant le fait que Sakaze Tosen élimine réellement le chakra, Kumo ne serait-il pas le premier pays à en bénéficier scientifiquement et grâce à sa forge ?

Cette fois-ci, Raizen venait soudainement d’amener une nouvelle possibilité qui mettait plus ou moins au porte à faux son désir sincère de protéger Kumo et ses habitants.

Ainsi, devant une telle dualité, il tentait d’exprimer à quel point une infiltration non soutenue et aussi fragile pouvait se retourner contre lui, mais aussi contre ses objectifs.

-Et sache que je pose mes questions sans malice, mais ce sont tous les facteurs sur lesquels il faut statuer avant même d’émettre une décision ou un plan constructif à cet égard. D’ailleurs, si la réflexion paralyse l’action, l’action sans réflexion donne des résultats qui sont beaucoup trop imprévisibles pour qu’ils soient tolérés dans une situation où tout le Yuukan serait à risque...dont Kumo pour ne mentionner que nous.

Terminant finalement après son long monologue, il conclut :

-Qu’en penses-tu ?

Marquant une pause, il précisa :

-Avant même que tu répondes, je tiens à préciser que tu as un potentiel phénoménal à titre de shinobis et que quoique tu fasses, que ce soit à la maison ou à l’étranger que tu devras constamment justifier la raison pour laquelle tu agis d’une certaine manière ou que tu mérites certaines choses pour la simple et bonne raison que la seule variable que tu contrôles dans cet écosystème est représentée par tes actions qui influencent les autres. Ainsi, bien que je ne puisse remettre en question la sincérité derrière tes actions passées et du future, je pense que l’endroit sur lequel tu as le plus de contrôle est la manière dont tu reçois ce type de remise en question et la réponse que tu créer jusqu’à possiblement arriver à un moment ou personne ne remettra en question ton apport ....


...

ou que personne ne t’atteindra en remettant en doute celui-ci…car jusqu’à preuve du contraire, même en étant Kage, j’ai des comptes à rendre, des doutes et à prouver chaque jour mon désir de faire de ce village un meilleur endroit et ce, même lorsque je dois prendre le temps d’aborder des sujets comme ceux-ci dans lesquels bien des Kage ne t’auraient pas cédé la parole après avoir prononcé de tels mots. Donc, si je te comprends, c'est le meilleur conseil que je puisse te donner.

Toutefois, Raizen ne se comparait pas aux autres Kage, il précisait cela à vocation contextuelle…

-Donc, fais-moi savoir ce que tu penses de tout cela Sairyo Hiko, penses-tu que la meilleure chose que tu puisses faire pour Kumo soit de partir ? Prends le temps qu’il te faut pour répondre à cette question sachant que ça influencera bien des éléments…tant dans la forme que dans la résultante.

Bien que Raizen avait l’impression que son idée était déjà faite, il se demandait si à travers cela, des variables inconnues lui seraient rapportées comme ce qu’il pouvait bel et bien avoir sur le feu.

Ainsi, en fonction de son aptitude à répondre aux nombreux questionnements du Meikyû, mais aussi la direction que prendrait sa volonté, le Meikyû était possiblement prêt à statuer. Après tout, même lorsque les possibilités pouvaient paraître cartésiennes, au risque de décevoir, il ne comptait pas forcément choisir parmi des choix qui ne convenaient pas à Kumo ou qui le forçaient à se compromettre lorsque d’autres possibilités existaient. Toutefois, moyennant le fait qu’il y soit forcé, ils s’en sortiraient fort probablement tous perdant à condition qu’il arrive à poser un geste pour en collecter les fruits dans une stratégie lointaine…

Renvoyant dès lors les nombreuses prises de danger que Sairyo Hiko avait prises, le Meikyû ne pouvait s'empêcher de comprendre le rôle dangereux qu'il avait eu à supporter tout comme le crédit qui lui était accordé. Or, une partie de lui ne pouvait s'empêcher d'y lire quelque chose qu'il ne connaissait que trop bien : la mort. Bien qu'il n'osait y croire totalement, une partie de sa personne sentait des vibrations sur lesquelles la mort ne serait pour lui pas une finalité si insatisfaisante, un peu comme ce que vivaient bien des enfants soldats, une des raisons parmi tant d'autres qui justifiait son désir d'arrêter l'homme au chapeau. Après tout, en enlevant le chakra et mettant en perspective les dualités entre les nations à travers cela, il ouvrait la porte vers la première réelle guerre du Yuukan, un conflit international qui creuserait les écarts et minimiserait l'impact d'un conflit aussi général , y masquant ainsi un possible génocide national. Après tout, si le chakra et les Jinchurikis représentaient une menace pouvant détruire bien des choses d'un claquement de doigts, à force égale, elles représentaient un élément de calibre qui agissait aussi à titre de dissuasion, chose qui ne serait plus possiblement si le tout était effacé, masquant ainsi l'envergure de certains conflits jusqu'à en détruire le monde dans lequel ils étaient, un lieu dans lequel personne n'était apte à cohabiter avec les différences d'autrui.

Quoiqu’il en soi, il ne pouvait s’empêcher de repenser aux discussions qu’il avait eu avec Sazuka sur le sujet et sur la possibilité qu’il ait de nouveau à réitérer son point de vue ou changer pour celui de Sazuka… Or, imprévisible comme il était, il était fort possible qu’encore une fois, Raizen perçoive une possibilité subsistant au-delà des perceptions. Ainsi, paré aux nombreuses éventualités, Raizen guettait la suite avec attention...

Shambles, les dés étaient lancés.


_________________
Il était temps J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Il était temps Empty
Ven 20 Nov 2020 - 19:10
Raizen semblait sentir que l’atmosphère avait légèrement changé. Les deux garçons se regardaient désormais, jaugeaient leurs intentions… Mais à la fin, Hiko savait bien qu’il aurait fort à faire pour convaincre le maître des sceaux, mais il comptait bien sur sa détermination sans faille pour cela. Et c’est alors que Raizen entama une série de réponses et de nouvelles questions, prenant, à son tour, son temps entre chaque pour être sûr que l’enfant face à lui réussisse à capter l’information importante dans chacune de ses paroles, de capter aussi l’importance que Raizen y accordait.

Hiko sourit lorsque Raizen commença par les choix qu’il avait fait pour nommer des personnes à leurs postes. Hiko avait certes placé quelques réflexions, mais il ne développerait pas plus ce sujet, cela n’était pas l’important ici, lui comme le Salvateur, le savaient. Et c’est alors que Raizen entra ensuite dans le vif du sujet, respectant l’avertissement qu’il avait donné à notre jeune héros, cela serait long.

Il se permit d’abord de rappeler que même s’il était tolérant, sa patience pouvait avoir des limites, et Hiko devait faire attention au choix de ses mots. Un sourire s’afficha alors sur le visage de l’enfant, il s’en doutait, Raizen était gentil mais il n’était pas bête. Cependant, ce n’était pas l’intention du Tueur de Dieu de l’offenser, il lui prouvait, au contraire, son respect en étant aussi franc qu’il pouvait l’être.

Et vinrent alors les remarques et les réflexions que Raizen avait en tête en rapport au plan proposé par notre jeune héros. Il était plutôt clairvoyant, il réussissait à parfaitement analyser le nid de vipères dans lequel notre jeune héros allait s’introduire dans quelques temps. Accueillant cet « exercice » à bras ouverts, notre jeune héros buvait chaque parole avec une intensité qui lui était rare dans ce genre de discussions.

Et une fois la première salve de réflexions passées, Hiko prit alors le temps de bien ingérer ces informations avant de reprendre la parole, prêt à son tour à défendre ses idées, ses convictions… Comme il l’avait toujours fait depuis maintenant des années.

« Je respecte ton avis sur la question. Cependant, ne crois-tu pas que si un Yamanaka avait voulu sonder mon esprit… Comme… Rei par exemple ? Il ne l’aurait pas fait lorsqu’il m’a élu Capitaine de la Territoriale alors que j’étais un Kumojin de source ? Je suis d’accord avec toi, et je pense être plus testé que n’importe laquelle des nouvelles recrues, et c’est bien pourquoi j’ai besoin d’une couverture. »
Couverture qu’il lui avait déjà demandée, mais ce n’était pas encore le point pour le moment ; il restait encore des points à couvrir avant d’arriver sur la ligne d’arrivée. Et si Hiko voulait maximiser ses chances de réussite, il se devait alors d’être plus convaincant, et de répondre à Raizen de la meilleure des façons.
« Tu parles de la coalition, cependant, je ne pense pas que cela soit une bonne idée que je sois associé à Kumo. Comme tu l’as sûrement compris, comme les gens parlent beaucoup dans ce village… Je suis classifié comme un « indépendant », comme une personne n’en faisant qu’à sa tête… Même si peu semblent comprendre les réelles motivations qui m’animent… »
Il marqua une petite pause, car ce qui allait arriver ne risquerait sûrement pas de plaire au nouveau Raikage, ou peut-être que si ? Car qui ici pouvait se vanter de comprendre les réelles intentions du Salvateur ?
« Tu parlais tout à l’heure de coalition… Je ne te propose pas d’agir au nom de Kumo, mais plutôt d’agir en mon nom, en tant que Sairyo Hiko. Car ce que je ferai, cela n’engagera que moi. Personne d’autre. Ni la coalition, ni Kumo… Seulement un gamin qui aurait perdu l’esprit s’il se faisait prendre. C’est donc pour cela que tu dois me décrédibiliser aux yeux de tout le monde shinobi, que tu dois jeter les chiens à ma poursuite si je le fais. Car Tôsen ne mordra à l’hameçon que si tout cela fait… « réel ». Maintenant, concernant Kumo… Je ne dis pas que cela facile, cependant, comme tu l’as bien dit, nous faisons face à la plus grande menace que le Yuukan n’ait jamais connue. Avoir un infiltré est un atout exceptionnel pour lutter face à cet homme regorgeant de pouvoirs. Et je compte bien sur le fait qu’il ait aussi des espions dans la coalition pour venir lui rapporter que tu m’as excommunié comme un vulgaire déserteur, et que ma tête est mise à prix. »
Le voilà son plan, pour pouvoir intégrer les rangs ennemis, il devait faire un choix, et tourner le dos à tous ceux qui avaient partagé sa vie jusqu’alors. Un sacrifice qu’il pensait être prêt à prendre, mais l’était-il vraiment ?
« Concernant les mécanismes, je ne peux t’affirmer à 100% que je serai capable de les déjouer. Mais comme tu l’as dit, j’ai de l’expérience dans ce domaine. Qui a, au sein de Kumo ou même ailleurs, autant d’expérience que moi dans ce domaine ? J’ai berné un Yamanaka, je serai ravi de recommencer et pour être honnête Raizen… »
Il plongea désormais son regard azuré dans celui de son partenaire pour lui démontrer une nouvelle fois sa détermination.
« J’ai les épaules assez larges pour cette nouvelle responsabilité.
Il était calme, semblait sûr de lui, mais cela serait-il suffisant pour convaincre l’Ombre de la Foudre ? Rien n’était moins sûr, car il enchaînait déjà sur de nouvelles questions, remettant maintenant en doute les capacités de notre jeune héros à réussir ce qu’il prétendait pouvoir faire.
« Je n’ai jamais dit que je souhaitais le tuer ou démanteler son organisation à moi seul. Comme tu l’as souligné, je serai entouré de personnes dont la puissance sera souvent supérieure à la mienne. Cependant, et je suis sûr que tu partages mon point de vue, l’information est parfois une arme suffisante pour vaincre un adversaire. Ainsi, rien qu’en prenant position dans « l’autre camp », je serai un atout que tu auras dans ta manche et qu’il faudra jouer de la meilleure façon possible. »
Hiko prit une petite pause, car ses prochaines paroles allaient désormais répondre à la dernière interrogation de celui qui était à la tête de son village. Car ces derniers mots seraient capitaux pour la prise de décision de Raizen, Hiko n’en doutait pas.
« Pour finir, je te répondrai que oui, Raizen. J’ai l’intime conviction que je serai plus utile à Kumo en dehors de ses murs à rejoindre ce nouveau camp dirigé par l’Homme au Chapeau. C’est un risque que je suis prêt à prendre, et qui pourrait s’avérer crucial pour l’avenir. Cependant, comme tu l’as bien souligné, il faut que cela soit fait de la bonne façon pour maximiser les chances de réussite. Et c’est donc pourquoi je souhaite passer un marché avec toi, et uniquement toi, Meikyu Raizen. Nous serons les seuls à savoir ce qui se passe réellement, seulement nous. C’est un pacte que je fais pour Kumo, mais que nous passerons dans l’ombre des regards des curieux, et il faudra que cela le reste jusqu’à la fin… Tu devras me chasser, faire de moi un pestiféré aux yeux de tout le Yuukan, me décrire comme le traître que certains voient déjà. Mon nom sera sûrement sali, mais au final… C’est bien là notre meilleure chance d’avoir un espion dans le camp de celui qui s’affirme comme l’ennemi des shinobis. »
Un coup risqué qui pourrait s’avérer être un tournant dans la lutte contre l’Homme au Chapeau. Hiko pensait avoir les épaules assez larges pour réussir, et était prêt à sacrifier sa vie pour cela. Même s’il ne réussissait pas, sa décision était prise. Sa vie ne tiendra qu’à un fil pendant les prochaines semaines, voire les prochains mois…

Mais peut-être détiendra-t-il l’information clé, au final, qui décidera de l’avenir du Yuukan.

Un risque que Raizen pouvait être prêt à prendre… Mais faisait-il assez confiance en notre jeune héros pour lui laisser une chance, aussi infime soit-elle, d’influencer massivement le destin de Yuukan ?

_________________
Il était temps X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il était temps Empty
Dim 22 Nov 2020 - 5:24

Au fur et à mesure que Sairyo Hiko élaborait ses propos, Raizen comprenait de plus en plus les motifs pour lesquels il croyait avoir autant de confiance en sa réussite, les zones sur lesquels ils étaient respectivement en accord ainsi que les lieux de divergences. Or, s’il y avait bel et bien un élément qui l’avait marqué, c’était vraiment le fait que quoi qu’il fasse, la décision du Sairyo semblait déjà prise.

Ne pouvant s’empêcher d’y voir certains arguments de convenance qui sonnaient beaucoup trop l’alarme constante de la commodité, le jeune homme sous-estimait fort probablement l’homme au chapeau. Or, bien que son aptitude à avoir infiltré le Teikoku laissait rêver et croire à l’impression, il y avait beaucoup trop d’éléments ayant facilité le tout pour que ce soit un minimum réaliste. Toutefois, pouvait-il réellement le freiner sans qu'ils soient tous perdants ? En dehors d’une collaboration maximale de sa part, ce qui n’était pour le moment pas un choix, le tout semblait visiblement impossible.

Ainsi, il prolongea son écoute, percevant les nuances que le Tueur de Dieu tentait d’apporter. En se désolidarisant de Kumo, il optait pour la bonne solution. Toutefois, serait-ce suffisant pour berner le fameux Tosen ? Raizen était loin d’en être certain, surtout aux regards des aptitudes relativement inconnues de l’homme en question.

Or, au moment où le tout semblait atteindre son rythme de croisière, Raizen ne put s’empêcher de hausser un sourcil en lien avec le fait que la Coalition possédait possiblement des traîtres. Ne pouvant s’empêcher de dévoiler un sourire face à ses paroles, son esprit créatif admirait l’ingéniosité dont le jeune homme faisait preuve, comme quoi le tout pouvait rapidement se retourner contre les traîtres s'il arrivait à les déjouer de l'intérieur. Comprenant ainsi que Hiko était en pleine possession des aspects positifs de sa mission personnelle, un peu comme son affrontement contre le Dieu du désert, il prenait de nouveau des risques surdimensionnés, fort probablement plus importants que son affront contre Ichibi…

Malheureusement pour lui, ce scénario impliquait bien plus que de la puissance, mais beaucoup plus d’intellect auprès de beaucoup trop de partis prenants pour n’être qu’éphémère… Or, Raizen demeurait patient, s’assurant de ne pas perdre une seule bribe d’information, et ce, même lorsque Sairyo Hiko déclara en quelque sorte avoir besoin de son aide pour ternir son nom le plus possible, ce à quoi il divergeait totalement…

Face à une telle situation, il était très aisé, voire même naturel, de prendre une décision précipitée ou de faire une erreur coûteuse. Entre le fait de prendre un risque seul, le fait de faire un pacte et de devoir avoir les épaules assez larges pour porter de nombreuses responsabilités, sans même y ajouter le degré de confiance nécessaire qui était demandé, seule une dissonance totale du tout résonnait à l’esprit du Meikyû qui était à l'affût de ce genre de vibrations.

Résonant ainsi dans son esprit sous ses nombreuses formes et variantes, s’il était sérieux avec ses idéaux, les choix de Raizen étaient assez restreints, ce qui le força à prendre un court moment de silence alors qu’il ne lâchait pas du regard l’entéléchie elle-même de l’ambition.

-Je pense sincèrement que tu sous-estimes en totalité ce dans quoi tu t’embarques sachant que l’Empire ne semblait pas le plus organisé au regard des quelques failles qu’elle a laissées transparaître. Rien que les lieutenants de l’homme au chapeau représentent un danger assez fort si tu veux mon avis tout comme Sakaze Tosen lui-même, mais à ce stade, tout dépend du niveau de risque auquel tu prétends pouvoir faire face, et ce, même si les chances de réussites s’apparentent au miracle. Dans le pire des scénarios, tu finiras même mort à affronter ton village, chose qui je pense que tu désires éviter.

Fronçant légèrement les sourcils en guise de concentration plutôt qu’en mécontentement, Raizen hésitait à rendre un verdict sur le champ ou à poser une dernière et ultime question. Toutefois, il savait mieux que quiconque comment approcher le tout. Après tout, la parole était son réel et ultime atout.

Ainsi, il fit ce qui était attendu de lui. Statuant dès lors sur la situation de Sairyo Hiko, il ne comptait aucunement suivre les demandes de celui-ci. Les ignorant totalement, ce n’était pas pour autant qu’il pouvait faire quelque chose s'apparentant à son emprisonnement sachant qu’ils avaient parlé d’une situation de manière rhétorique. Qui plus est, enfermer un soldat qui comptait possiblement rejoindre l’homme au chapeau s’apparentait plus ou moins à de la tyrannie surtout au regard des objectifs masqués derrière. Ainsi, le fait d'enfermer Hiko ne semblait pas être une bonne idée sauf s’il prenait des moyens démesurés ou faisait quelque chose qui allait à l’encontre de Kumo même si dans les fondements mêmes, une véritable confrontation pouvait visiblement affecter le village malgré l’état dans lequel il était suite à l’affrontement contre le Dieu du désert. Or, ce n’était pas pour autant que Raizen comptait céder au chantage, et ce, même si cela voulait dire d’abandonner une carte de sa manche. Après tout, le Meikyû considérait en partie que tout ce qui était en son contrôle pouvait être maîtrisé et prévu par l’ennemi collectif, tout comme il prévoyait certains des comportements de l’homme au chapeau, notamment son aptitude à monter les pays indépendants contre les institutions shinobi.

Puis, devant les inconnus résidant sur le Sairyo, Raizen se devait de suivre son instinct dans le cas actuel.

-Toutefois, je pense que suite à cette décision qui sera rendue que tu auras le temps de mesurer le fait que cette situation est visiblement suicidaire et qu’en aucun cas je ne suis prêt à envoyer un homme à la mort dans une infiltration qui de mes yeux semble tout de même impossible, pour ton propre bien et le bien de Kumo.

Alors que ses propos relataient les brides d’un orchestre soudainement très divergent, Raizen avait tout de même cette lueur dans son regard qui décrivait un éclat et une possibilité quelconque qu’il masquait possiblement des éléments derrière son discours. Pourtant, il comptait être honnête.

-Par conséquent, devant ton refus de prêter allégeance à Kumo, pour avoir désobéi aux règlements concernant le scellement du Dieu du désert ce qui aurait pu mettre à risque davantage de personnes, si je ne me permettais pas de te reprocher ta désobéissance face aux règles qu’avait communiqué Sazuka lors de sa lettre, devant l’impossibilité de suivre le cadre hiérarchique, mais aussi l’inaptitude à se plier aux règlements, je déclare ta mise à pied immédiate à titre de shinobi de Kumo jusqu’à une période indéterminée. Bien que l'emprisonnement aurait très bien pu être un choix raisonnable si le combat contre le Dieu s’était soldé en échec, devant la réussite, mais aussi pour ta participation lors de la rébellion de Kumo, le mieux pour Kumo, mais aussi pour toi serait de te libérer de tes responsabilités de shinobi et te considérer comme un déserteur sans pour autant te mettre à mort afin d'atteindre un certain équilibre.

Concentré, Raizen attendit de voir de quelle manière il réagissait avant de poursuive calmement :

-Par conséquent, ta présence au sein du village de Kumo ne sera plus possible jusqu’à nouvel ordre.

Poursuivant le tout, le Meikyû n’eut aucune hésitation :

-Ainsi, tu seras libre de retourner à une vie normale. Toutefois, ton statut à titre de Kaminarijine sera implicite. À la moindre infraction, signe de danger ou menace qui sera posé contre le village ou l’international, tu seras déclaré comme un dangereux criminel et nous prendrons les mesures nécessaires, chose qui j’espère n’arrivera pas , tout comme la situation rhétorique dont nous venons tout juste de discuter. Lors des missions, tu seras aussi perçu comme une menace possible en cas de rencontre sauf ultime soumission devant les autorités que tu affronteras.

Ne lui donnant aucune échappatoire moyennant son départ de reprendre son affiliation avec Kumo, Raizen comptait tout de même lui offrir une chance dans la situation actuelle.

-Par conséquent, ton nom ne sera pas sali de ma part au-delà des réelles actions que tu as commise et le fait que tu aies fait preuve de désobéissance à beaucoup trop de moments pour être un élément que supporterait et encouragerait Kumo. De ce fait, je ne peux que décliner ton pacte ayant pour objectif de faire de toi un bouc émissaire sachant que les justifications mentionnées plus tôt sont suffisantes pour qu’une telle désolidarisation ait lieu. À titre d’ombre, mais surtout en mon nom personnel, la mise à pied d’un Kumojine ayant ton potentiel représente un échec. Toutefois, j’ai confiance que cela te permettra de réfléchir au poids de tes actions. Par conséquent, je ne peux que te souhaiter beaucoup de chance dans tes nouvelles entreprise tout en te rappelant qu’à la moindre intervention contre les intérêts de la Coalition et de Kumo que tu seras considéré comme un déserteur hostile qui devra être capturé pour être mené en justice, que l’on soit clair. J’espère que ce moment te permettra aussi d’apprendre à ...

Étant beaucoup plus dure que prévu, si le discours de Raizen pouvait donner l’impression qu’il venait tout juste de retourner sa veste et briser la discussion cordiale qu’ils avaient jusqu’à présent, la situation était tout autre. Pourtant, il fallait savoir :

Voir au-delà des perceptions et considérer tous les facteurs à prendre en considération en portant le symbole de Kumo…

Dès lors, une flamme aussi sombre que sourde transperçait les iris du corbeau qui statuait d’une main de fer alors qu’il indiquait à Hiko qu’il devrait prendre la responsabilité qui découlait de ses propres actions.

-J’ose croire que le poids des jugements qui découleront de cette mise à pied te fera réfléchir et considérer l’étendue de tes actions Sairyo Hiko.

Cette situation étant loin d’être aisée, une carte avait été offerte à Raizen. Porteuse d’une solution clé en main, il venait de la refuser, évitant la première erreur que pouvait avoir une situation aussi prédictible que de faire quelque chose avec lequel il n'était pas à l'aise ni naturel pour lui de faire. Marquant ainsi dans l’esprit du jeune homme quelques paroles qui visaient à marquer une réelle rupture, elle était prononcée, dite et actée. De ce fait, le Meikyû poussait cette scène quasi théâtrale aux allures cauchemardesques jusqu’au bout des vérités.

-Encore une fois, je te permets de revenir sur tes paroles et prêter allégeance à Kumo , ses intérêts, ce qui inclus ceux de la Coalition. Autrement, je te demanderais de me faire savoir tes dernières paroles avant que tu sois escorté en dehors du village…

Jouant ainsi sa pièce maîtresse depuis le début de cette réunion, si le Sairyo avait été attentif, il saurait voir que Raizen ne cherchait aucunement le contrôle d’une possible filature ou de sa possible filature. Derrière ses paroles, seule la vérité transparaissait bien qu’il évoquait certains éléments dans une suite qui pouvait être remise en considération. Toutefois, il ne pouvait se permettre d’effectuer un pacte dans la forme mettant possiblement Kumo en porte-à-faux quitte à ce que même en infiltrant le camp de l’homme au chapeau, Hiko n’ait plus aucun lien.

À ses yeux, c’était le seul moyen réel, sincère et réaliste s’il désirait aller au bout de ses ambitions même si en réalité, Raizen considérait que le jeune homme était mieux de profiter de cette période salutaire pour prendre le temps de remettre en perspective certaines choses, prendre une pause et possiblement demander une demande de pardon à titre de soldats dans un futur lointain. Après tout, s’il servait les intérêts de Kumo, la meilleure chose qu’il pouvait faire pour lui-même était de s’accorder à lui-même cette chance, chose qu’il devrait décider de lui-même.

-Sache qu’au-delà du fait d’être exclus du village que j’espère sincèrement que tu profiteras de ce moment pour prendre soin de toi et mettre derrière toi la haine que tu détiens sur certains aspects. À titre d’ombre du village, je te remercie pour tes services, mais je pense que tu peux comprendre que malgré notre ouverture d’esprit, Kumo ne peut s’allier avec des gens ne suivant pas les directives et allant possiblement à l’encontre des objectifs et des enjeux du village quitte à mettre plusieurs vies en danger. Encore une fois, Kumo a pour objectif de travailler en équipe et en aucun cas, agir comme électron libre ne se sentant pas à sa place fonctionnera sachant que comme tout endroit, il faut persévérer malgré le regard d'autrui. À titre de Kumojine, au-delà de tes actions, j’espère que tu te remémoras les valeurs qui te lient à Kumo et qu’en temps opportun, tu sauras t’accrocher à celle-ci pour refaire ta vie de manière adéquate et te donner une chance de repartir à zéro sans pour autant te transformer en martyr. Il te faudra toutefois être prudent en refaisant ta ville à titre de civil sachant que tu ne t'es pas forcément fait des alliés partout au sein du Yuukan tout comme même dans ton propre pays natal, tu seras considéré comme étant une personne à surveiller jusqu'à preuve du contraire.


Derrière la sévérité de ses paroles se cachait une sécurité déconcertante qui lui permettait, au-delà des apparences d’envoyer un message que le jeune homme comprendrait fort probablement. Après tout, ils avaient trouvé une manière de discuter sur une longueur d’onde assez similaire. Ainsi, Raizen venait de communiquer quelques informations qui ne pliait en aucun cas au chantage du Sairyo tout en sécurisant, pour le moment un affront quelconque non nécessaire au sein du village.

Sachant que cette éventualité lui avait traversé l’esprit avant même le début de cette réunion, bien que ce n’était pas pour autant sa première ni sa seconde proposition, elle faisait tout de même partie des éléments, à plusieurs différence prête qui composait une troisième alternative auquel il avait songé.

-Désires-tu retourner sur tes paroles ou dire autre chose avant que je demande à ce que tu sois escorté du village et confirme que les paroles que je viens tout juste de mentionner sont actés ? Encore une fois, le tout peut être sujet à changement en fonction de la décision que tu prendras.

Sachant qu'encore une fois, tout pouvait changer en fonction de ce qu'il disait, le Meikyû portait une attention particulière à ce qui suivrait. À travers toutes ses paroles, rien ne laissait transparaître une certaine pression en provenance du Meikyû si ce n’était d’un regard mi inquisiteur, mi-désappointé de voir une telle situation prendre une tournure qui serait possiblement déterminante pour le jeune homme en fonction des décisions qu’il prendrait dans le futur. Simplement, il espérait qu’il se resaisirait et comprendrait la portée de ses paroles et de ses mots sachant qu’un moindrement, ils se retrouvaient en confrontation qu’il serait catégorisé comme un ennemi jusqu’à preuve du contraire. Après tout, lorsque Raizen annoncerait que Kumo s'était désolidarisé de lui, il était fort probable que des hommes du Teikoku se mettent à sa poursuite sachant qu'il ne serait plus sous la protection du lien international entre Kumo et le Teikoku, qui malgré lui le protégeait d'une certaine manière...

Ainsi, bien qu’un pacte était inexistant, le maître des esprits ne pouvait espérer que les ancêtres dont il avait hérité les convictions puissent se synchroniser avec les siens pour le guider dans le bon chemin, tant pour lui que pour Kumo. Quant au village, Sairyo Hiko ne détenait aucune information confidentielle risquée sur les éléments cachés de la nouvelle structure qui pouvaient être utiles ou un moindrement pertinentes sachant qu'il n'avait ni pas forcément reçu un grade tout comme il n'avait pas été mis au courant des nouveaux protocoles de sécurité ou tout autre élément pouvant nuire au village ou même à la Coalition. Ses connaissances actuelles se limitaient à celle d'un genin, tout simplement.

Étrange voire conceptuel, le tout faisait de nouveau appel aux thématiques en lien avec la prise de responsabilité et le désir sincère d'améliorer les choses, car contrairement à ce que proférait l'homme au chapeau, le chakra n'était pas la source des problématiques actuelles. La société en elle-même et la philosophie qui causaient autant d'écart l'était. Ainsi, ingénieux comme il l'était, l'homme au chapeau tentait de prendre les grands moyens pour déclarer ce qui s'apparenterait forcément à une guerre, qui mettrait ce que la Coalition tentait de protéger en péril. Après tout, fallait-il faire couler le sang pour protéger une idée incongrus ou était-il mieux de ne pas faire couler de sang et prendre le risque de laisser l'homme au chapeau défaire le monde du chakra pour possiblement en abuser ou créer une source de conflits encore plus catastrophique ?

Aucune des deux possibilités ne semblant viable, comme toujours, il fallait savoir voir au-delà des ultimatums et voir la troisième dimension qui se cachait derrière les éléments qui n'étaient perceptibles que par l'oeil... Autrement, ils tomberaient tous dans le même piège.


_________________
Il était temps J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

Il était temps

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: