Soutenez le forum !
1234
Partagez

Au coeur du Creuset [Toph]

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Mar 13 Oct 2020 - 13:30
Les Hauts plateaux qui cerclaient la cité d’Iwa étaient de très vastes étendues rocailleuses de haute montagne plus ou moins escarpées qui offraient un environnement idéal pour l’entraînement de tous les shinobis du village, leur donnant l’espace et la liberté tout en assurant la sécurité de la ville. Cependant, en dépit de toutes leurs qualités, les Hauts Plateaux n’auraient jamais pu suffire pour accueillir le combat qui allait se tenir entre la Godaime fraîchement nommée et son Chûnin certainement le plus contrariant. Yanosa avait gardé en tête le duel formel qui s’était tenu entre Toph et Ashitaka des mois auparavant.

Plus que jamais, et malgré le chakra magmatique qui se promenait encore dans ses veines, le guerrier brûlé connaissait l’ampleur que pouvaient prendre ses techniques : devoir choisir dans le feu de l’action entre faire courir un risque au village déjà meurtri et exécuter une version amputée et moins puissante d’une combinaison de son cru n’était définitivement pas un dilemme auquel il voulait être confronté. Le pied des monts jumeaux, éloigné de tout, désert humain délaissé par la civilisation, lui était donc instinctivement venu à l’esprit au moment fatidique où il avait choisi de défier à son tour l’Amazone, désormais officiellement nommée à la tête des shinobis de Tsuchi par la parole de son Daimiyô, Masato Byakuren. Une promotion peu surprenante, pas plus qu’elle n’était en réalité vraiment nécessaire aux yeux de l’Oterashi, qui avait respecté bien avant cela la force et l’autorité de la jeune Hyûga.

L’ironie de la situation ne lui avait pas échappé : c’était alors que Toph venait d’obtenir un pouvoir officiel plus grand et légitime que jamais que leurs divergences avaient pour lui atteint leur point culminant, le forçant, l’intimant au plus profond de son âme à remettre son autorité en cause. Si elle l’emportait, si la force de ses choix et de ses conviction prévalaient, le Tellurique envisageait sérieusement d’avorter ses plans concernant le Palais Seigneurial, car il aurait alors certainement fort à faire pour réaliser en priorité les objectifs que sa Godaime aurait en magasin pour lui. Si au contraire il s’imposait… il espérait au plus profond de son coeur de pierre que Toph saurait faire les bons choix.

En milieu de matinée, l’Oterashi était en place, assis sur une protrusion rocheuse en marge du no man’s land qui s’étendait aux pieds des montagnes. Il n’aurait pas sur dire en cet instant précis, de l’air frais de la vallée ou de l’expectative du combat, ce qui lui faisait le plus de bien. Percevant l’Amazone approcher, certainement pas seule étant données ses « nouvelles » fonctions, il bondit de son promontoire pour aller lui faire face.

« ...Godaime. »

Plus aucun doute possible à présent : la confrontation imminente n’aurait rien d’un banal entraînement.


@Hyûga Toph
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Mar 13 Oct 2020 - 18:25
Elle avait prévenue son administration. Le duel aurait lieu, et une équipe de soin arriverait à son terme. On avait essayer de l'empêcher de faire ce duel, bien entendu. Mais c'était mal connaitre la Godaime Tsuchikage. Si l'Homme au Chapeau lui-même lui jettait un gant à la figure, elle partirait réparer cet affront seule. D'ailleurs, s'il pouvait véritablement voir tous les avenirs, il le saurait, ce qui était en soi une assurance qu'il n'était pas omniscient. Maigre consolation.

Yanosa avait une idée folle dans sa tête. Un cancer avait grandit et parasité ses pensées, jusqu'à même lui murmuré l'impensable. Il avait voulut tuer un Dieu. Entreprise folle - bien que Toph avait appris de source sûre qu'elle n'était pas impossible - mais quand bien même la Godaime Tsuchikage avait envie de tuer ces entités spirituelles, le Guerrier Brûlé avait abandonné son poste pour tenter sa folie et, pire encore, seul.

Il avait failli y laisser sa vie. Et ses alliés avaient du combler le vide laissé par son absence.

Toph arriva à distance de son dueliste du jour. Elle ne s'approcha pas plus, s'arrêtant et activant son Byakugan - son atout de prédilection. Elle était vêtue pour la guerre. A sa ceinture gisait deux daishos. Dans son dos, un carquois et un arc. A sa taille, une sacoche. Toph n'avait pas prit ses bokken. Elle frapperait de ses lames. Elle espérait que l'assimilateur était aussi puissant que ce qu'on en disait. Et elle userait de toutes les stratégies dont elle avait déjà fait éprouvé Tenzin. De tout le Yuukan, elle était sans doute celle qui avait le plus fréquemment affronté quelqu'un avec cette étrange capacité.

Montre-moi ta convicton, Homme de la Terre.

Toph déposa sa main sur son sabre. Sereine, et pourtant, un petit peu excitée malgré elle.

Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus fait de véritable duel, et celui-ci promettait d'être exceptionnel.
Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Mer 14 Oct 2020 - 0:50
Il ne pourrait pas lui reprocher de ne pas avoir pris son défi au sérieux. L’adolescente qu’il avait sous les yeux n’était ni une enfant, ni une jeune fille, ni un soldat, ni même véritablement la nouvelle Ombre de la Terre. Elle était, elle incarnait, ce que pouvait être un guerrier passé maître dans son art, une lame aiguisée tant et tant qu’elle en était presque arrivée à disparaître. Une Amazone qui défiait un nombre incroyable de conventions tant dans les milieux civils que militaires, et qui représentait un aboutissement sans cesse renouvelé de l’idéal du combattant que se faisait le guerrier tellurique.

Et aujourd’hui, si il voulait prouver que ses convictions à lui avaient plus de poids que les siennes, il devrait la vaincre.

Sans pour autant se noyer dans des recherches de dernière minute qui auraient été vouées à rester infructueuses, l’Oterashi avait visualisé maintes et maintes fois l’affrontement, se rappelant, extrapolant, anticipant. L’ancienne Intendante avait beaucoup de cordes à son arc, dont littéralement un arc et les flèches associées, et avait développé une maîtrise du Bukijutsu et du Ninjutsu effarante. Mais à mesure que le début de leur joute approchait, les considérations techniques avaient peu à peu quitté l’esprit du guerrier calciné, remplacées par une expectative qu’il n’avait que rarement connu auparavant. Il voulait gagner. Mais ce qu’il voulait encore plus et par-dessus tout, c’était éprouver et expérimenter les talents hors du commun de la Hyûga, qui faisait honneur à son clan en se montrant certainement toujours la plus perfectionniste et investie dans son art entre tous. Un enjeu dans l’enjeu s’était créé de lui-même à son corps défendant, mais rien ne pouvait plus, alors que les pupilles de Toph se mettaient enfin à scintiller au loin, faire changer la trajectoire qu’ils allaient tous les deux emprunter.

Son menton se baissa imperceptiblement, son regard se durcit encore d’un cran. C’était parti. Ses bras toujours le long du corps, resté en position neutre, Yanosa fit soudainement s’animer très rapidement les doigts de sa main gauche, canalisant une quantité mesurée mais suffisante de chakra Mitsudo. L’instant suivant, ses genoux se fléchirent, et d’un impulsion vive et concentrée, en dépit de ses muscles modérément engagés pour un guerrier de sa constitution… il s’envola littéralement droit en direction du ciel, décrivant une trajectoire qui devait l’amener rapidement loin au-dessus de l’Amazone qu’il s’était mis au défi de surpasser. Son corps lui faisait mal, et suite à ce simple mouvement, l’Oterashi perçut distinctement sans pour autant y prêter attention certaines plaies se rouvrir dans un craquement sanguinolent.

Mais peu importait. Il avait déjà connu pire. Bien pire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Mer 14 Oct 2020 - 10:43
Toph constata que son adversaire était capable de voler. C'était nouveau, bien que cela ne semblait pas être aussi maitrisée que d'autres techniques du style qu'elle avait observée. Un dépassement de sa capacité d'assimilateur ? Ou une nouvelle capacité recherchée ? Toph était curieuse, mais elle savait déjà comment répondre face à l'inconnu.

Puisqu'il lui laissait le tempo, elle composa des mudras, et invoqua l'artillerie lourde.

Quand son kuchyiose apparut à côté d'elle, elle lui dit simplement.

Duel sérieux. Assimilateur doton... ou lave. Force létale autorisée au deuxième niveau.

Iorek opina de la tête. Il avait déjà son propre plan. Il avait déjà affronté Tenzin à quelques reprises, il connaissait ces fameux assimilateur. Toph lui authorisait l'usage de la force pour tuer au deuxième niveau, ce qui se traduisait par une commande raccourcie pour "tant que ce n'était pas complètement sous l'effet de surprise". Il y avait donc encore des restrictions et des contraintes vis-à-vis de la force employée, mais c'était délimité par un protocol clair et déjà établis par la Godaime Tsuchikage.

Le colossal ours en armure pris son appui au sol, et sauta dans les airs. Sa masse colossale devint une forme floue de fourrure et d'armure noire tandis qu'il arriva précisément devant le Guerrier Brûlé.

L'invocation frappa de sa patte droite vers la gauche et de bas vers le haut pour frapper transversalement sur la majorité du corps de sa cible. Le tout avec une certaine rapidité. Pour autant, ce n'étaient pas des simples griffes d'ours particulièrement tranchantes qui avançaient vers le guerrier tellurique. C'était une patte énorme, deux fois plus grandes que celle d'un ours polaire, déjà réputé pour être les plus grands de tous les ursidés. Cette patte de presqu'un demi-mètre était munie de griffes plus long que des tantô et possédait derrière elle la puissance colossal du Roi du Nord.

L'objectif, en l'attaquant de face, était bien entendu de le repousser le plus loin possible. L'assimilateur doton semblait avoir trouvé un moyen de se déplacer dans les airs, mais ce n'était sans doute pas aussi flexible et maniable que ce que Tenzin lui avait déjà démontré de par le passé. Esquiver serait sans doute difficile. Et se défendre dans les airs l'empêcherait de rester aisément sur place par la fameuse loi de conservation du moment de force. Là où il était aisé de prendre appui sur terre pour contrer l'inertie d'une attaque adverse... Et bien, c'était plus dur dans le ciel.

Pendant ce temps, Toph recula quelques peu et dégaina son arc. Si elle reculait, c'était pour éviter de se trouver potentiellement sous des morceaux de Yanosa ou sous un bombardement de sa part. Tenzin avait déjà utilisé ces stratégies de par le passé, et leur affrontement tandis qu'il volait s'était soldé par une défaite de l'Amazone. Mais les enseignements avaient été importants. Elle se mettait donc en-dehors d'une zone d'action potentiellement dangereuse et surprenante tout préparant à supporter son invocation de loin, ou à canarder de flèches un adversaire qui se prenait pour un assimilateur futon sans véritablement l'être.

Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Mer 14 Oct 2020 - 15:49
Au point culminant de son saut, Yanosa aurait pu admirer bien des choses. De cette hauteur, les reliefs prenaient une autre dimension, devenaient aussi contemplatifs que mouvants et révélaient une beauté qu’il pensait parfois être le seul à pouvoir vraiment apprécier. Toutefois, dans un contexte tel que celui-ci, bien peu de place, si ce n’était aucune, ne restait pour autre chose dans son esprit que pour l’attention et la concentration dirigées vers Toph et vers ce combat d’idées dont il avait été l’instigateur. Un combat d’idées qui venait rapidement de prendre sa forme physique et tangible, tandis que chacun des deux combattants s’armait et se positionnait.

Durant ses projections mentales, le guerrier tellurique avait envisagé bien des scenarios. Il connaissait bien l’excellence des Hyûga au contact, pour l’avoir pratiquée contre Tsuyoshi, mais connaissait aussi un certain nombre des atouts que pouvait mettre en avant la jeune Godaime. L’un de ces atouts, justement, fit promptement son apparition en contrebas. L’ursidé géant que Yanosa avait déjà vu accompagner son invocatrice était difficile à rater, du haut de ses huit mètres, et offrait à Toph un support de choix tant du point de vue de l’offensive physique que du facteur d’intimidation qu’il portait invariablement avec lui. Lorsque, comme le guerrier calciné, vous vous étiez déjà attaqué à l’une des soit-disant divinités qui peuplaient le Yuukan, cette capacité innée à oppresser l’adversaire par sa seule prestance prenait toutefois du plomb dans l’aile, et c’est avec le même regard aiguisé et concentré que l’Oterashi se prépara donc à la suite.

La masse poilue et féroce se mit rapidement en mouvement. Le Chûnin à la peau brûlé en avait fini avec ses mésestimations, à présent, et avait déjà envisagé le cas le moins confortable où la bête aurait eu assez de puissance dans ses pattes arrières pour le propulser à sa hauteur. Aussi haut qu’il était, il ne se sentit donc pas à l’abri de l’assaut à venir. Un assaut qui se dirigea vers lui comme un boulet de canon, toutes griffes dehors, sous la forme d’un coup de patte qui aurait certainement pu lui décrocher la tête. Il ignorait ce que Toph avait bien pu dire à son Kuchiyose fétiche, mais une chose était sûre : elle ne lui avait pas intimé la moindre retenue.

Déjà arrivé à son climax auparavant, l’Oterashi avait commencé à chuter, en direction de Toph, en direction de l’ours géant qui l’assaillait. Prudente, la Hyûga avait cependant commencé à se déplacer. Prévisible de sa part de prévoir le pire, car si il y avait bien un trait qui ne définissait pas son style de combat, c’était la témérité. Ne tentant pas un instant d’infléchir sa course dictée par la gravité, Yanosa projeta à partir de son corps une masse de roche qui prit forme en opposition du coup de patte, utilisant le momentum offert par cette soudaine résistance en plein air pour se diriger vers le sommet du crâne de l’ursidé. D’une main, des mudras très rapides s’enchaînèrent alors, canalisant une masse de chakra Mitsudo plus importante qu’auparavant, et lorsqu’il en vint à entrer en contact avec la bête, ce fut pour y plaquer son autre main sur sa tête.

Alors que son chakra se diffusait dès lors en principe dans tous le corps de l’ursidé, rendant chaque parcelle de son être considérablement plus lourde, le guerrier brûlé sut qu’il était temps. Il avait « repoussé » l’échéance, mais devait se faire confiance sur sa capacité à gérer les interférences que Yonbi avait créé entre lui et son pouvoir d’assimilation. Son corps se changea alors en pierre, effaçant les douleurs liées à ses couches d’épiderme en pleine convalescence, laissant entrevoir ici et là quelques stries orangées qui semblaient pulser depuis un coeur de feu invisible. D’un façon ou d’une autre, pour lui et le Kuchiyose nommé Iorek, c’était la chute assurée. Et si l’un pouvait compter sur sa composition élémentaire et sur un hypothétique matelas de poils pour amortir l’impact...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Mer 14 Oct 2020 - 22:27
Spoiler:
 
La stratégie de Iorek était directe, droit au but. Puissante. Le Clairvoyant méritait néanmoins son surnom, car il fit apparaitre un mur de pierre devant lui pour le protéger de l'assaut de l'Ours et il posa la main sur le crâne du roi des ours. Son allié semblait ne pas se bouger pour se mettre en position d'atterrissage souple. Il aurait du réagir et lui foutre une baffe.

Une entrave par contact ?

Ils entamèrent leur descente. Elle n'avait que peu de temps.

Toph écouta son instinct. Elle avait heureusement déjà dégainée son arc, et sa main encocha et décocha sa flèche avec une fulgurance nette. Son projectile fila à toute vitesse en direction d'une zone bien précise - un diamètre centré sur l'épaule du Guerrier tellurique mais touchant le haut du buste, le bras et peut-être même le cou.

Ce n'était pas tout, car le projectile était infusé de chakra doton et prenait rapidement une apparence plus imposante et puissante - celle d'un trait de baliste en pierre. Le Guerrier tellurique était un maitre incontesté de l'affinité doton. Personne ne pouvait le nier. Mais avant qu'il ne se fasse connaitre pour ces dons, la jeune princesse Hyûga avait jouie de cette même réputation, et elle n'était pas professeur de l'Académie dans cette discipline pour des prunes.

Libéré d'une entrave ou d'une illusion, Iorek réussirerait certainement à s'en tirer d'une simple chute - les charges étaient conçues pour ces cas de figure, après tout. Le résultat final était néanmoins difficile à juger lorsqu'il s'effondra au sol dans un bruit imposant, retentissant de manière sourde sur tout le terrain.

Pour autant, les mains de Toph n'étaient pas immobiles. Aussitôt son trait tiré, elle avait composé des mudras de sa main gauche et s'était drapé d'une fière et robuste armure de pierre. Cela aussi, c'était un enseignement d'un duel avec Tenzin - ne jamais affronter un assimilateur au corps-à-corps sans support et protection secondaire sur lequel compter.

Puis, elle composa des mudras de ses deux mains, cette fois-ci, laissant son arc momentanément au sol pour invoquer un deuxième kuchyiose, de taille nettement plus raisonnable. Egalement un ours polaire, il ne portait pas d'armure bien que sa musculature sous sa fourrure étaient particulièrement développée.

Duel sérieux. Assimilateur doton. Restriction léthal au niveau deux.

La nouvelle invocation hocha de la tête. Elle était moins aguerrie au combat que son Roi, qui gisait au sol dans un état incertain. Mais elle connaissait au moins les protocols. Elle savait à quoi s'en tenir, et était prête.
Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Jeu 15 Oct 2020 - 22:05
Son visage de pierre fermé et concentré, le guerrier tellurique était parvenu à manoeuvrer au-dessus du crâne de l’ours géant pour y plaquer sa main, s’accrochant dans la foulée au pelage dru de la bête avec sa dextre pour s’assurer de lui prodiguer la chute la plus dure possible.

Conscient de chaque instant, percevant la férocité de l’animal qu’il tenait en respect sous ses doigts par la seule intensité du chakra qu’il diffusait en lui de force, Yanosa sentait distinctement son esprit glisser vers un tout autre état. Un état qu’il connaissait bien, avec lequel il était plus que familier, et dont il convoitait la compagnie jour après jour sans jamais ressentir de satiété. Au cours du combat, l’Oterashi accédait à sa véritable identité, touchait du doigt ce qui faisait son essence. Un Homme, violent et imparfait, un guerrier en quête de perfection, un garçon, qui n’avait jamais voulu que vivre sa vie comme il l’entendait.

En droite ligne, il braqua son regard iridescent vers Toph, qui tenait son arc en joue. Son geste se détendit, la flèche partit, sa cible claire et limpide. Dirigeant son chakra vers son bras gauche, que la Hyûga avait évidemment intelligemment identifié comme la source des tourments de son allié hors normes, Yanosa densifia et renforça cette zone de son corps. Le tir sur cible mouvante était un exercice particulièrement ardu, mais le Chûnin n’était pas prêt le moins du monde à parier sur un raté de la part de la jeune Godaime. A raison, puisque bien entendu le projectile toucha sa cible de plein fouet, laissant une large dépression au point d’impact avant de ricocher dans les airs. La chute se poursuivit, et à son terme arriva le choc, fracassant et tonitruant.

Son corps de pierre exempt de toute blessure, l’Oterashi tâcha de se redresse au plus vite sur la tête de l’ursidé mais se sentit tressaillir, chose normalement impossible pour lui sous cette forme. Et alors qu’il portait une main là où aurait normalement du être son coeur, il se rendit rapidement à l’évidence de ce qui le guettait, tout en notant sous ses pieds les grognements trop insistants à son goût de la bête blessée.

« ...Tsh, et merde ! »

Son corps regagna progressivement sa forme humaine, tandis que la roche semblait converger vers son bras droit levé pour y former une forme assassine. Celui-ci s’abattit alors sur la tête de l’ours dénommé Iorek, le regard froid et pragmatique du guerrier calciné se relevant dans la foulée en direction de sa véritable adversaire à présent recouverte d’une armure de terre. A son côté était apparu un autre ursidé aux proportions plus naturelles et dénué de protections corporelles. Il crut le reconnaître, se remémorant dans la foulée des capacités qu’il avait déjà vu employées par les ours de ce gabarit. Cette bretteuse experte, cette prodige descendante de l’un des clans les plus renommés du Yuukan tout entier, allait-elle donc ainsi continuer à se cacher derrière une armée animale ? Appréhendait-elle finalement plus qu’elle n’aurait bien voulu l’admettre d’engager un combat au contact contre lui ?

Sa détermination pas émaillée le moins du monde, l’Oterashi savait ce qu’il avait à faire : marchant à longues enjambées, il se dirigea vers le duo, son buste se déployant soudainement en même temps que ses bras pour projeter depuis son corps une myriade de gouttes de boue tout autours de lui, saturant la zone de son chakra en en imprégnant toutes les entités présentes. Dans les tréfonds de son esprit, Yanosa espérait que Toph n’ait pas relevé exactement ce qui lui était arrivé plus tôt. Il ne pouvait pas perdre le contrôle, pas après tout le temps passé à mater ce chakra parasite, pas au beau milieu de l’affrontement sans doute le plus technique qu’il ait eu à livrer jusqu’à ce jour. Et il ne pouvait pas, non plus, laisser à voir à la redoutable Amazone quelle faiblesse le frappait encore.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Jeu 15 Oct 2020 - 23:36
J'aurais du faire une technique samourai. Toph pesta. Sa flèche n'avait pas été assez puissante, ou la roche qui constituait Yanosa était plus solide que ce qu'elle ne pensait. Elle aurait sans doute dû utiliser sa flèche tranche-chakra, à bien y réfléchir. Son kyoujutsu était définitivement trop faible et trop peu expérimenté pour le moment. Yanosa poursuivit donc son plan et chuta au sol.

Iorek tomba comme une masse. Il tenta de se relever et d'esquiver le coup de Yanosa - mais le choc de la chute l'avait rendu groggy. Il ne put se défendre correctement de la technique. Il encaissa l'assaut sur son casque en fer météorite noir et tomba au sol; inconscient. Sa participation à ce combat n'avait pas été très importante malheureusement. Mais comment Toph aurait pu prévoir que le Guerrier tellurique était aussi habile dans le ciel ? Il s'approchait.

Yanosa lança un jutsu. Il n'était pas spécialement rapide. Pas spécialement puissant. De la boue. Son invocation se mit directement devant la trajectoire et se prépara à l'encaisser mais... ne ressentit rien comme dégâts. Il était étonné. La boue séchait déjà sur ses poils et sur le terrain, alors que Toph arriva et enfourcha son cou.

Yanosa était proche. Il s'avançait.

L'Amazone, sur l'ours, avait une flèche spéciale en main. Une flèche qui dégageait une fumée difficile à transpercer du regard. Elle décocha le trait en direction du pied de Yanosa. Il était notoirement difficile de se protéger les pieds en combat. C'était une des premières expérience dans la carrière shinobi de Toph, et elle avait souvent utiliser cette constatation avec des paumes du Hakke pour déstabiliser et renverser les jambes de ses adversaires.

L'un de ses duels avec Tenzin avait rêvelée sa supériorité sensorielle à son rival. Bien entendu, les techniques futon de l'assimilateur vent avait dissipé sa brume. Mais avant de se faire, il perdait l'initiative à essayer de localiser Toph, ce qui lui permettait de gagner un coup d'avance. Exactement un. La roche ne dissiperait pas aussi facilement le fumigène.


Son Byakugan, évidemment, voyait à la perfection les tenketsus de Yanosa, malgré la purée de poix qui faisait désormais écran. Que sa flèche touche ou non, la fumée se déployait et durerait un petit temps.

Changer le tempo. Première déstabilisation - passer au corps-à-corps après s'être focalisée à distance. Espérer lui couper l'herbe sous le pied.

Elle donna un coup de talon à son ours, lâcha son arc et dégaina son daisho. Le message avait bien été reçu et l'ours chargea droit devant lui, dans la direction où Yanosa avait été. Il arriva dans la purée de petit poix, bien qu'il ne distinguait rien lui-même.

Une fille sur un ours, chargeant dans une brume. Un tableau féérique. Il fallait donc porter un assaut décisif pour handicaper ou tuer un assimilateur pendant un laps de temps avec une surprise et une déstabilisation. Elle ne cherchait pas à tuer Yanosa, non. Mais il pouvait perdre un quart de sa réserve de chakra sans qu'elle ne sourcille, même s'il devait perdre un peu de sang.



Cela importait peu à Toph, qui voyait la myriade de constellations des tenketsus de Yanosa et qui sauta du haut de sa monture pour atterrir après une pirouette en hauteur derrière Yanosa, non sans avoir frappé seize fois de ses armes. Seize étoiles furent attaquées. Seize Tenketsu visés d'estoc.

Puis elle roula sur le côté, pour se relocaliser. Le combat n'allait certainement pas se finir là. Mais elle était protégée de son armure, avait le soutient de son kuchyiose, et ses yeux percevaient son environnement. Elle controllait encore la situation.

Pour le moment.
Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Ven 16 Oct 2020 - 13:50
Tel le fidèle serviteur et partenaire qu’il était sans l’ombre d’un doute, l’ursidé s’interposa entre la volée de gouttes de boue et son invocatrice, maculant son pelage du chakra du guerrier tellurique. Une occasion manquée, pensa-t-il, qui laissait ouverte une fenêtre d’attaque potentielle à la jeune Hyûga aguerrie. La chose était entendue depuis le départ, et Yanosa n’avait aucun doute sur la faculté et la volonté de la Godaime à employer tous les outils à sa disposition pour mater le conflit d’idées qui avait émergé entre eux. L’Oterashi avait requis ce jugement, et il en accepterait les conséquences. Il avait face à lui l’élite, à tout point de vue, et ne pouvait même pas quantifier le plaisir qu’il éprouvait en ce jour à s’y frotter, entouré de ce calme naturel, dans l’ombre des montagnes millénaires.

Toph enfourcha son ours, son arc à nouveau paré, une nouvelle flèche à l’embout particulier encochée et prête à tirer. Le guerrier calciné ne stoppa en rien son avancée, et lorsqu’il vit finalement le projectile filer, il fronça les sourcils. Cette flèche, se dit-il dans l’instant, n’était pas pour lui. Ou en tout cas, pas directement. Il s’arrêta en voyant la trajectoire empruntée par le trait, rétractant son pied pour tenter de l’éviter. Contrarié, il sentit malgré tout la piqûre de la tête de la flèche lui égratigner la cheville, mais dès lors que l’impact eut lieu, il sut que cette menue blessure serait le cadet de ses soucis. Un voile de fumée opaque venait en effet de se lever depuis l’embout du projectile, anéantissant virtuellement toute visibilité… pour tous ceux, du moins, n’étant pas dotés de Byakugan.

« Petite futée... »

Le danger pour lui venait de monter d’un cran. L’Oterashi savait ce qu’il se devait de faire en pareilles circonstances, et ne le savait que trop bien. Mais l’instabilité qu’il avait ressenti plus tôt le fit douter : pouvait-il vraiment se fier à sa transformation dans un moment aussi critique, au risque de se faire surprendre par une montée en puissance de ce chakra hérité malgré lui du Yonbi ? Le moindre faux pas signerait pour lui la fin de cette confrontation, et il ne pouvait pas le permettre.

Soudain, Yanosa perçut du mouvement devant lui. Elle arrivait. Mais comme il était de coutume avec les prédateurs expérimentés, l’assaut ne vint pas de la direction la plus évidente, et la piqûre de la lame provint d’abord du haut. Il grimaça. L’attaque se déplaça dans son dos, les piqûres ouvrant ses chairs… bloquant ses tenketsus. Il connaissait cette sensation, autant qu’il connaissait la position dans laquelle il se trouvait à présent : au plus près du danger. Au plus près de sa cible. Alors, il stabilisa ses appuis. Puis, lorsqu’il fut certain d’avoir pris en compte tous les paramètres, il bondit vers l’arrière, embrassant la morsure des lames, laissant la plus longue d’entre elles lui traverser l’épaule de part en part… et l’enfermant dans une prison de pierre.

Propulsé vers et contre son assaillante, vers la prodige du clan Hyûga, il extruda alors un large pieu de roche perforant depuis son dos. Et, à ce moment précis, dans le flou indistinct de l’instant, il se prit à espérer. Espérer qu’il avait vu juste, au sujet de cette armure. Espérer que du haut de son expérience et de son talent, Toph s’en sortirait.

Spoiler:
 


Dernière édition par Oterashi Yanosa le Ven 16 Oct 2020 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Ven 16 Oct 2020 - 16:02
Bord...

Elle dégaina et para l'assaut avec une vitesse folle. Sa lame était imprégnée de chakra neutre pour lui permettre de supporter la puissance de ce pieu et de le dévier sur le côté. Une technique de très haut niveau, pourtant insuffisante pour complètement en sortir indemne. L'armure à son épaule céda complètement. Elle avait dévié l'assaut suffisamment vite pour ne pas être transpercé dans sa chaire, mais la protection de pierre avait cédée.

Heureusement qu'elle avait eut plusieurs circonstances pour elle. Le fumigène qui rendait l'attaque un peu moins précise. Le pied de yanosa qui était très légèrement blessé. Sa propre relocalisation. Mais cela avait été une expérience assez difficile, elle recula de quelques pas tandis que son sabre fut rengainé, et que sa main composa des mudras à grande vitesse.

Une ombre, dans la fumée qui s'éclaircissait.

Un seul sabre à la main. Une silhouette qui parlait.Je dois avouer que tu m'as fait peur l'espace de quelques secondes là.

Une seconde silhouette se découpa dans la fumé. Maintenant que le fumigène se dissipait presque complètement, elle était visible et révêlait une tsuchikage, armurée comme son double à ses côtés. Une technique redoutable.

Et la dernière, pour compléter un trio. Comment ca va, le chakra ?

Trois Toph. Deux clones et la véritable. Une technique classique, mais qui n'était pas toujours facile à placer. Après tout, sous couvert d'un fumigène ou d'un mur, il était possible de distinguer qui était créé, qui ne l'était pas, au moment même de la composition des mudras. Ce n'était pas aussi aisé dans une nappe griseâtre.

Tout ceci était évidemment une petite diversion, le temps que la fumée se dissipa pour tout le monde, y compris le Traqueur Ursidé qui faucha d'un puissant coup de patte les jambes de l'assimilateur. Ou tenta, du moins. Attaquer par surprise de derrière était une stratégie valable une fois le duel commencé. Ensuite, deux Tophs s'écartèrent pour contourner Yanosa et prendre du recul à la situation tandis que la troisième faisait des mudras à une seule main...
Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Ven 16 Oct 2020 - 23:24
Dans son élan tout juste contrôlé, le soldat de la Roche sentit son attaque se frotter à une lame, avant de finalement heurter quelque chose en toute fin de course. Heurter, et non pas transpercer. Son esprit se scinda alors en deux parties, chacune alimentant dès lors des sentiments tout à fait opposés : l’une, bien sûre, se voyait surprise, presque outrée en un sens, qu’une technique de son cru aussi rapide, aussi imprévisible, se voit contrée de la sorte à l’aide, à en juger par la sensation qui lui était remontée le long du dos, d’un autre katana fraîchement dégainé. L’autre partie, en revanche, ne pouvait plus tarir d’éloges et de soulagement à l’encontre de la samouraï aux pupilles nacrées, qui venait de prouver une fois de plus à quel point ses années à combattre l’avaient modelée en une arme affûtée et versatile.

Mais tandis que Yanosa reprenait ses appuis, et que la voix de Toph résonnait derrière lui, la partie de son esprit qui s’accrochait à l’idée de victoire reprit rapidement le dessus. De son épaule, il laissa glisser le katana qui avait à priori promptement été remplacé au pied levé par l’une des autres lames qui siégeaient au ceinturon de l’Amazone, la zone auparavant changée en pierre retrouvant tant son apparence normale que son état. Le sang coulait, de cette blessure qu’il s’était en grande partie infligé de lui-même, et il ne fallait pas à l’Oterashi faire preuve de beaucoup de concentration pour percevoir dans quelle mesure cette perforation allait l’handicaper pour la suite. Il avait une fois encore arboré les traits du berserker, de la tête brûlée qui au détriment de sa santé, de sa vie, pouvait se rendre capable autant de toutes les folies que de tous les exploits. Là où d’autres battaient en retraite pour se regrouper, anticiper, éviter le danger, lui ne pouvait aller fondamentalement contre sa nature, une fois plongé au coeur du creuset ardent du combat. Son plus grand atout… et sa plus grande faiblesse.

La fumée se dissipa et, pivotant pour prendre la mesure de la situation, le guerrier brûlé aperçut alors les trois Toph. Intérieurement, dans l’intimité de son esprit, il jura. C’était précisément pour ce genre de situation qu’il avait élaboré le jutsu qu’il avait employé un peu plus tôt, mais il avait évidemment fallu que cet ours s’interpose. L’ours.

A peine la pensée l’effleura-t-il que le couperet tombait déjà. Son buste avait eu le temps de pivoter, son centre de gravité de s’abaisser pour amortir un coup qu’il n’avait senti venir que trop tard. La patte de la bête le frappa durement à la cuisse et au bas de la hanche, le projetant plusieurs mètres sur le côté en lui arrachant un râle enragé, tourné davantage envers lui-même que n’importe qui d’autre. Son pied valide fit le travail, stabilisant sa course, lui évitant l’humiliation d’un rouler-boulet hasardeux, mais la blessure elle n’allait pas disparaître pour autant. Son flanc saignait, et pulsait sous le coup du traumatisme. Le bilan s’alourdissait de seconde en seconde… et tout cela pour quoi ? Se demanda-t-il intérieurement. Ce maudit singe lui avait infligé un nouveau genre de calvaire, rôtissant ses chairs, le laissant presque à l’agonie sur la pierre chaude de son village en cendres. Et maintenant… Maintenant, il l’empêchait de livrer correctement ce combat. Son combat. Inacceptable.

« ...Pas question... » lança-t-il à voix basse entre ses dents serrées jusqu’au sang.

Son regard se releva, de même que son corps meurtri. La douleur, plus qu’une simple information, se mua en force, en carburant pour la détermination jamais faiblissante du Chûnin calciné. Ses yeux passèrent d’une Toph à l’autre, pensif et haletant. Puis, ils accrochèrent également les silhouettes de l’ours non loin, ainsi que de son congénère géant, inconscient. Ses partenaires. Ses armes. Sa responsabilité.

L’espace d’une seconde, Yanosa ferma les yeux. Lorsqu’il les rouvrit, ce fut pour donner à voir à la Godaime et son ursidé un corps totalement transformé en roche, d’où pulsaient des stries orangées qu’on aurait dit alimentées par un coeur de magma enterré en profondeur. Son regard, dur et implacable, balaya la zone, et débarrassé de tout handicap physique, l’Oterashi se redressa de toute sa hauteur, écarta les jambes. Ses bras s’écartèrent alors vivement de son corps, laissant une multitude de flux rocheux partir en piqué vers le ciel avant de se rassembler, de s’agglomérer, jusqu’à finalement former à eux tous un disque gigantesque de pierre brute voilant la lumière même du soleil. Sur le corps en pierre du Tellurique se lisaient les contraintes physiques extrêmes liées à la technique, son buste se craquelant, menaçant de se fissurer sous le poids du disque, tandis que ses appuis s’enfonçaient dans le sol pourtant dense et solide.

Un dernier regard chargé d’une intensité redoublé. Puis, de brefs et rapides mudras, exécutés à une main. Une secousse sismique se propagea alors vers le ciel, comme si les cieux eux-mêmes se décrochaient de la voûte céleste. Les flux rocheux expédièrent le disque géant vers le sol… et c’en fut fini de lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Dim 18 Oct 2020 - 14:25
Il s'était pris l'attaque rapide de l'ours sur ses jambes, mais restait malgré tout debout. Sans doute que son assimilation y était pour quelque chose. Et son assimilation était visible. On y voyait des stigmates flamboyants de son affrontement avec le Dieu Singe. Ne se laissant toutefois pas faire aussi facilement, et abandonner ne semblait point faire partie de son nindo, il expulsa dans les airs une énorme quantité de pierre gorgée de chakra dont l'origine n'était à proprement parler pas du doton.

Une telle masse allait inéxorablement leur tomber dessus. Toph claqua des doigts, et le Traqueur disparut dans un volume de fumée. Inaccessible pour le restant du combat, mais il n'y avait pas de raison de le faire souffrir outre-mesure. La véritable Toph se mit en position avant de se mettre à pivoter sur elle-même et d'expulser du chakra.

Le kaiten avait été synonyme de la défense ultime, avant que les assimilateurs ne viennent rafler ce prix. Et si l'on oubliait parfois cette petite anecdocte, il n'en restait pas moins qu'il s'agissait là certainement de la seule défense adaptée de la Tsuchikage face à cette masse tombante. La sphère doton tint bon le choc imposant.

Le sol sous ses pieds, un peu moins. Par effet de levier et le caractère garguantuesque de la technique, la pierre sous ses pieds se fissura et il y eu des projections de pierre, de fragments de rocher. Son armure était heureusement présente pour en absorber les chocs. Elle arrêta son pivôt et admira le champs de bataille saccagé.

Magnifique.

Elle esquissa une grimace et se tint l'épaule gauche. Douleur sourde, interne. Elle en retira un fragment de pierre qui avait lacéré sa chair. Son sang colorait désormais sa tunique. C'était chose rare dans ses duels, mais Yanosa avait réussit à la blesser.

Elle s'agrippa au rocher et se hissa au-dessus pour prendre de la hauteur. Ses deux mains s'agitaient, composant chacune des mudras pour des jutsus respectivement différents. Sa première technique fut de réparer son armure par une technique ninjutsu. Définitivement, c'était quelque chose d'utile à faire.

Ensuite, elle se drapa d'une volute de brûme. Une fois de plus, l'objectif était de se dissimuler de Yanosa. Tout clairvoyant qu'il était, il ne pouvait néanmoins pas diviner sa position aussi facilement. Et c'était sans doute la meilleure chose à faire pendant que son adversaire était en train de se reconstituer. L'attaquer en ce moment était une expérience vouée au gâchis. Mais une maitresse du doton savait profiter de ces temps morts à d'autre escient. Se préparer. Monter sa défense et tourner l'environnement à son avantage. Elle ne restait pas au même endroit, bien entendu. Rester statique n'était pas véritablement une bonne idée.

Sa respiration devenait lourde. Hmm. Ses dépenses de chakra commençaient à devenir conséquente, même si elle.
Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Lun 19 Oct 2020 - 1:05
Il avait beau ne pouvoir ressentir aucune espèce de douleur sous la forme qu’il avait finalement décidé d’adopter, le black out total imposé par la destruction sans commune mesure de sa technique avait eu de quoi le secouer. Pendant un bref instant, pas totalement convaincu d’avoir pu stabiliser suffisamment sa transformation pour la conserver jusqu’au bout, il s’était surpris à penser être passé dans l’au-delà, mais avait rapidement défaussé cette idée saugrenue. Il avait passé trop de temps, dépensé trop d’énergie, consenti trop d’efforts dans la perfection de son assimilation pour qu’une perturbation aussi insignifiante que celle d’un chakra soit-disant divin ne lui coûte ainsi la vie.

Toujours était-il que lorsqu’il commença instinctivement à se reformer, Yanosa éprouva quelques difficultés à se situer précisément sur le champ de bataille. Une main émergea finalement des décombres, extrudés de la Terre elle-même comme émanant de sa propre technique, et il se servit de cette prise pour se hisser d’un bond sur un promontoire de fortune tandis que l’extrémité de son autre bras terminait tout juste de se reformer jusqu’au bout. Partout autours de lui, la désolation et la preuve que le chaos pouvait bel et bien exister. Aucune trace de l’un ou l’autre des ours, mais bien loin de s’inquiéter pour eux, l’Oterashi les considéra alors pour ce qu’ils étaient : des variables en moins dans l’équation de ce combat.

Rapidement, il remarqua cependant une nouvelle variable : une petite zone drapée dans une brume épaisse, au milieu de ce qui pouvait évoquer un tracé circulaire dans les décombres. Toph, se dit-il immédiatement. Il ignorait tout de son état, de ses éventuelles blessures, de son état d’esprit, mais le fait même que la Godaime ait eut le temps, les ressources et l’idée de mettre cette technique Suiton à exécution voulait tout dire : elle était encore en état de se battre, et comptait bien essuyer coup après coup les assauts du guerrier calciné jusqu’à pouvoir prendre l’ascendant définitif sur lui. Il fit la moue, assemblant momentanément ses mains en un mudra unique afin de canaliser sa perception du chakra environnant. Celui de l’Amazone lui apparut alors clairement, là, en mouvement dans le nuage de particules d’eau. Mais ce qu’il sentit aussi, sans vouloir y accorder toute l’importance que cela revêtait pourtant, c’était le niveau de sa propre énergie. Elle avait décliné, à la suite de son dernier assaut, et ce de façon assez spectaculaire. Ses tenketsus, se rappela-t-il.

Se concentrant pour faire le meilleur usage du chakra qu’il lui restait, affinant au plus près la quantité qu’il injecta dans son bras, le guerrier tellurique fit apparaître au creux de sa main de pierre une javeline effilée et perforante parfaitement adaptée à sa prise. Il ajusta alors promptement son tir, son bras tendu en arrière… et expédia le projectile à une vitesse ahurissante, produit à la fois de sa force brute et de sa technique maîtrisée, vers la signature de chakra de l’ancienne Intendante. Toutefois, l’Oterashi n’eut pas le temps de constater ou non la réussite de son attaque. Son faciès de pierre se tordit sous le coup d’une douleur cinglante, étouffante, aveuglante. Il tomba à genoux, propulsant un râle inouï de sa gorge de roche tout en se tenant le ventre. Il tourna les yeux et vit son bras gauche, sur lequel les stries orangées s’étaient muées en larges sillons se rejoignant et formant de véritables petits torrents. Une lampée de magma en coula, s’écrasant au sol en faisant crépiter la roche.

Il hurla de plus belle, les sillons remontant toujours un peu plus vite, un peu plus fort, jusqu’à l’endroit où se trouvait hypothétiquement son coeur. Cette douleur, ce supplice… Ces sensations allaient au-delà de tout ce qu’il avait pu endurer, et le renvoyaient à ce moment fatidique au cours duquel il était ressorti des entrailles du Yonbi. Il plaqua sa main encore intacte au sol, haletant malgré sa condition élémentaire, hurlant sous le coup de la rage et de la souffrance. Puis, il comprit enfin. Il comprit ce qui lui restait à faire pour y mettre fin. Il devait rompre son lien avec la Terre. Redevenir un homme, frêle, fragile et blessé. Mais avant de s’y résoudre, son coeur saigna une dernière fois. Était-ce donc la fin ? Serait-ce là toute l’ampleur de sa défaite ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Lun 19 Oct 2020 - 14:34
Yanosa sortit difficilement de terre. Difficile de jauger de son état avec certitude, mais il semblait en souffrance. Il composa un mudra. Chose rare pour les assimilateurs. Ce qui allait suivre était donc potentiellement une illusion - mais son brouillard la protégeait des illusions visuelles - soit un sceau, soit de la sensorialité.

L'assaut tellurique partit dans sa direction, rapidement. Sensorialité, donc. Pas le temps de faire des mudras, mais tout le temps du monde pour le contrer par une parade rapide de son sabre renforcé de chakra neutre. Son art au sabre le lui permettrait. Ce qui fut imprévisible fut que le javelot se brisa et que des fragments arrosèrent et détruisirent la partie inférieure de son armure. Heureusement, elle en sortie indemne.

A part son épaule qui saignait toujours, sous son épaulière. Mais cela, le guerrier Tellurique ne pouvait le voir. Il ne verrait que Toph, l'invincible et invulnérable Tsuchikage.

Tu es un adversaire redoutable, Yanosa-san. Tu te hisses dans le haut des combattants iwajins.

Presque au niveau de Tenzin. Il n'était pas encore à proprement parlé aussi adepte que le kazejin dans l'assimilation. Mais il n'en était pas loin pour autant, et sa combinaison entre ses capacités mitsudo et son assimilation étaient excessivement puissantes. Il avait la puissance. Oui, il avait même plus de puissance que Toph, en terme brute. Elle doutait être capable de traverser un bijuu comme il l'avait fait, et encore moins en survivre.

Sa brume se dissipait.

Pourtant, tandis qu'elle exécutait des mudras de sa main libre, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'il était dommage qu'il se considérait avant tout comme un marteau, et agissait comme si le monde entier était un clou. Le doton était capable de générer de la boue solidifiante. Cela aurait pu empêcher le kaiten et gêner ses déviations. Meho avait utilisé un sceau mitsudo capable d'immobiliser tout le monde sur une zone. Son pieu et son javelot, et encore plus son météore divin étaient puissants, mais le kage regrettait leur aspect unidimensionel. Toph aurait eut nettement plus de mal à contrer une nuée de projectiles rapide qu'un unique javelot. Ou un crachat rapide de boue immobilisante.

Ses mudras finis, des chaines sortirent du sol pour l'immobiliser. Une technique d'entrave doton. C'était certainement orgeuilleux de sa part d'utiliser une telle affinité sur un assimilateur de cette nature. Oui. L'école Jishin qu'elle avait fondé avait commencé dans la maitrise de cette fantastique affinité. Toph était elle aussi une maitre du doton avant même d'être une samourai ou même une Hyuga accomplie. Qui s'en rappelait encore, à iwa ?

Tu m'as montré ta conviction, par tes efforts, ton ardeur et ton sang. Tout ceci je le reçois. Es-tu satisfait ?

La question tonna, car tout ceci n'était qu'un appel à la vanité, du début à la fin. A leur vanité. La sienne et celle de la Kage. Tous les deux étaient des guerriers. Mais le poids sur les épaules de Toph était autrement plus lourd, et de guerrière elle avait du évoluer vers un autre état. Une autre voie. Elle se devait d'être un exemple, tant que possible, et de diriger.
Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Mar 20 Oct 2020 - 0:44
Pris dans la tourmente de son incapacité à juguler le chakra maudit du Yonbi, Yanosa ne vit même pas venir à proprement parler les chaînes de terre que lui envoya la Godaime. Il perçut les secousses, au même titre qu’il sentait son corps tiraillé regagner peu à peu forme humaine, la douleur des blessures de chair reparaissant au même rythme dans un flot presque salvateur et réconfortant, mais fut incapable de trier les informations Non, l’Oterashi n’aimait pas la souffrance en tant que telle : passer d’un mal qui transcendant son existence même et s’attaquait à son essence à de « simples » douleurs issues de blessures de chair avait cependant de quoi le soulager dans les grandes largeurs. Un soulagement qui ne fut bien sûr que partiel, et de courte durée, lorsqu’il réalisa enfin d’où lui provenant cette soudaine sensation d’immobilité.

Soucieux de ne prendre aucun risque, d’affirmer sa domination et de clamer sa victoire ouvertement, Toph venait de le clouer au sol, où il se trouvait déjà, à l’aide de chaînes de roche qui avaient jailli du terrain ravagé, totalement détruit et retourné par la calamité que le Chûnin avait fait s’abattre dessus. Instinctivement, envers et contre tout, faisant fi de la douleur cinglante dans son épaule, des saignements multiples et des pulsations erratiques qui lui balayaient le flanc, il voulut se redresser, pousser sur ses appuis, se défaire de ces liens. Sous sa peau meurtrie tout juste cicatrisée, les muscles se dessinèrent avec une finition et une précision qui ne devait rien au hasard, fruit d’un entraînement de tous les instants des années durant. Mais aussi forte qu’était sa conviction qu’il était normalement tout à fait capable de se sortir de ce genre d’entrave,il dut se rendre à l’évidence : le chakra lui manquait.

Là où auraient du apparaître des zones de roche sur son corps, pour lui permettre d’exercer des pressions et torsions invraisemblables sur le matériaux qui le retenait, ne demeurèrent que ses seuls muscles et sa chair blessée. Son corps se raidit, une ultime fois, ses veines saillant sur son cou, ses bras, son torse… Puis, enfin, il fit face, avec un calme aussi tranchant qu’une lame samouraï, et qui contrastait de façon extrême avec son tempérament usuel. Toutes ces sensations, leur signification, il les accepta, et resta ainsi là, à genoux les mains au sol, le visage relevé vers les rayons de soleil qui parvenaient à percer à travers le nuage de poussière qui tardait encore à retomber. La silhouette de la jeune Godaime se détacha alors devant lui, et ses mots tintèrent aussi clairement que le cristal à ses oreilles pourtant saturées par le sang qui lui battait les tempes.

« ...Non » répondit-il de sa voix rauque mais étrangement calme.

Il aurait pu se trouver des excuses. Il y avait toujours, des excuses. A commencer par cette chose qui lui rongeait vraisemblablement encore les entrailles. Mais, il n’en fit rien, ne se souvenant que trop bien de son affrontement, qui semblait si lointain, contre Glouba le chasseur de primes.

« La satisfaction… signifie la fin. Et cet appétit là… ne sera jamais rassasié. Merci, Toph... »

Il resta muet un petit moment, pensif, se délectant presque en dépit de sa position et de sa condition de ces instants de calme après la tempête. Une pensée plus terre à terre fit cependant irruption, une pensée qu’il dut filtrer plusieurs fois pour n’en retenir que l’essentiel.

« ...Le Daimiyô pourrait être en danger. Son palais… peut être pris pour cible. Je ne sais pas… quel attachement, quelles valeurs tu accordes à cet homme qui n’a rien fait pour nous… Mais cette… forme de gouvernance, ce… système. Ça ne peut plus durer comme ça. »

Il reprit son souffle, rassemblant ses maigres forces pour ne pas flancher et pour permettre à sa gorge sèche et abîmée de se réhydrater un tant soit peu.

« ...Je sais le poids qui t’accable. Je le sais, maintenant… Je ne me priverai jamais de te dire… quand mes yeux te verront dans l’erreur. Mais, ce fardeau que tu portes, à présent… je le porterai avec toi. A travers les batailles… jusqu’à la ruine... »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Jeu 29 Oct 2020 - 10:25
Bien, je peux utiliser un affamé de ta trempe par les temps qui courrent.

Iwa était en guerre, après tout. Le sentiment anti-shinobi grandissait dans le Yuukan. Le Pays de la Griffe allait recruter massivement des shinobis, des cadavres, et lever une armée de fanatique. Il y aurait une intervention militaire à un moment, c'était certain. Et cette intervention devrait être décisive.

Yanosa sembla changer de sujet. Il parlait du Daimyo. Toph leva un sourcil. Elle se demandait d'où venait cette lignée de question. Elle avait eut ces soucis de sécurité également, pour une autre raison. Elle avait récemment receuillit des rebelle tetsujins. Tsume s'était rebellé. Ame aussi. Dans le contexte actuel, il était normal de s'en faire pour le voisin à ces trois pays. La Tsuchikage avait déjà prévenu son maitre, et il avait refusé son aide - mais après tout, il avait une garde royale, autrefois entrainé par Kyoshiro.

Elle soupira. Il fallait répondre honnêtement à cette question. Une question qui avait tourmenté à un moment la jeune dame.

Et pourtant, le peuple a décidé de le maintenir en place. S'il est un homme qui mérite ma vassalité, c'est bien Byakuren. Et puis, j'ai réfléchis à cela récemment. Le système actuel est fautif, oui. Je pense que sur certains points l'Homme au Chapeau a dit des vérités. Et c'est malheureux qu'il utilise ainsi les faiblesses de notre système pour instaurer le sien. Mais tu sais, si les shinobis de base étaient plus respectables et soumis correctement à leur seigneur... est-ce que ceci serait arrivé ? Là où je diverge foncièrement mon opinion de la sienne, Yanosa-san, c'est qu'un monde avec ou sans chakra m'importe peu. Mais ce que je sais, c'est qui lui ne mérite aucune allégiance. Il est responsable de tous les massacres qu'il nous impute, et se comporte comme un Tyran. Il a un pouvoir absolu, et impose sa vision du monde sans concertation. La rebellion est inéluctable.

Elle l'avait vu à Ame, à Tetsu, à Hi, à Tsume. Tsuchi y avait échappé de peu, selon son estimation, mais le vote de concertation avait été une alternative laissant le choix à la population, et cet acte - étrange et inattendu dans un monde féodale - rendait sa légitimité irréprochable. Légitime, il l'était de son sang. Légitime, il l'était aussi de son honneteté et sa transparence. Il était parfois un tantinet trop passif, mais Toph travaillerait à ce défaut.

La véritable solution, c'est la séparation des pouvoirs. Que le puissant n'ait pas à décider. Les shinobis sont puissants, mais le pouvoir corrompt. Se mettre au service de quelqu'un sans chakra est une solution pour empêcher cette corruption. Après, je ne dis pas d'en venir un pantin sans âme ni conscience, mais est-ce tellement mal de demander des conseils avisés à quelqu'un dont le métier est la gouvernance ?

Toph n'aurait peut-être pas offert sa vassalité à n'importe quel Daimyo. L'ancien de Ame avait été particulièrement malhonnête. Un tel homme à la tête de son pays... oui elle l'aurait considéré autrement. Peut-être aurait-elle pris les armes comme Neiko pour le renverser. C'était ce genre de personnage qui étaient détestable, et qu'il fallait affronter.

Jusqu'à la ruine des Tyrans, Yanosa-san. Tous les Tyrans du Yuukan devront tomber. Et si j'erre dans ma voie, et si mes pieds sortent du chemin de la vertu, vainc-moi, ou trépasse en l'essayant.

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Lun 2 Nov 2020 - 13:55
La roche autour de ses bras et de ses jambes, de son buste et de sa nuque, se morcela et se brisa, le chakra qui l’avait parcouru à présent tari. Yanosa sentit son corps irrémédiablement attiré vers le sol, et lutta instinctivement contre l’emprise de la gravité. Ses muscles fatigués et blessés sous sa peau meurtrie, tandis que son esprit regagnait sa pleine et entière stabilité. Il s’en était fallu de peu, se dit-il fugacement. A quelques gouttes de chakra près, il aurait sombré dans une dangereuse inconscience : ça ne lui ressemblait pas. Ou plutôt, cela lui ressemblait trop, à cet ancien lui qu’il avait tâché d’affûter au fil des mois et des années.

En dépit de ses efforts les plus sincères, sans qu’une quelconque excuse ne puisse tenir à ses yeux, il n’était pas parvenu à vaincre Toph, cette Amazone précoce et surentraînée, aidée de ses ours puissants et imposant. A présent, sans pour autant condamner son droit et don besoin de parole, l’Oterashi se voyait réengagé pleinement au côté de sa nouvelle Tsuchikage, lié par son honneur et par sa force aux efforts de la Hyûga allait déployer dans ce conflit sans précédent.

Lentement, très péniblement, il se redressant dans un râle guttural, jetant un œil presque distrait aux gerbes de lave fumantes et durcies sur le côté. Son épaule saignait, beaucoup, trop pour que la perte de sang ne devienne pas rapidement un problème. Puisant dans ses réserves, il se pencha et plaqua brièvement sa plaie contre la substance brûlante, faisant crépiter sa chair fumante rapidement cautérisé.

« La vassalité… la soumission… Des idées que j’ai de plus en plus de mal à accepter, quand les objectifs de notre Seigneur et les nôtres semblent… si divergents. Que chacun fasse ce qu’il sait faire de mieux, oui… mais encore faut-il… que chacun en ait quelque chose à foutre de l’autre, ponctua-t-il en crachant sur le côté un épais mollard de sang.

Le pouvoir… réside là où on décide qu’il importe le plus. Mais ne nous voilons pas la face… malgré nos prouesses… nos sacrifices… c’est la noblesse et la population qu’elle tient sous son joug… qui ont le denier mot. Et… entre tous les acteurs de cette guerre… c’est encore la noblesse, qui a le plus à gagner à voir les desseins de Tôsen s’accomplir. »

Il marqua une pause, déviant son regard de celui de Toph pour déglutir douloureusement avant de la regarder à nouveau droit dans les yeux.

« A la fin des Tyrans... » reprit-il en tendant le bras pour une empoignade brachiale.

Rester simplement debout requérait de lui un effort physique et mental intense, mais dans sa défaite, il se devait de garder la tête haute.

« … et à mon appétit. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Au coeur du Creuset [Toph] Empty
Ven 6 Nov 2020 - 13:21
L'Oterashi ne semblait pas porter le Daimyo dans son coeur. Du moins, le système féodale. Toph nota l'information. Elle devrait, à l'avenir, essayer de savoir exactement où sa loyauté résidait, si elle le mettait face à une mission de protection de Tsuchi. Elle n'avait pas oublié son information sur une potentielle tentative d'attenter à la vie du Daimyo - ou de destruction de son palais. Des éléments qu'elle avait déjà pris en compte, puisqu'elle avait informé son excellence des troubles possibles dans le pays, mais elle en comprenait maintenant un risque.

Le risque que ses propres soldats participaient à ce mouvement. Ce n'était que des doutes. Un enchainement d'idées particulier qui la laissait croire que s'il n'était pas responsable, il n'avait en tout cas pas cherché à remédier à la situation. Au mieux, il était coupable d'avoir fermé les yeux. Au pire, de complot.

Des accusations sérieuses qu'elle ne porterait pas sans preuve, et elle n'était pas sans penser que les personnes méritaient une seconde chance. Et on ne pouvait pas empêcher les iwajins d'avoir une opinion contraire au régime, bien entendu. Tant que cela restait une opinion. Mais comme elle l'avait expliqué à Luna, les iwajins pouvaient exprimer leur opinion et essayer de faire changer les choses publiquement. Du moins, ils en avaient eut la possibilité tant qu'elle avait été Intendant. Maintenant qu'elle était Tsuchikage, la situation était légèrement différente.

Si la noblesse avait tellement à gagner, crois-tu qu'il n'y aurait pas de tentatives de la part du Daimyo de nous rabaisser ? Crois-tu qu'ils ont intérêt à ce qu'un vent de rebellion contre le système en place prenne trop d'ampleur ? Crois-tu... qu'au lendemain de l'annonce de l'existence de Wasure, Byakuren-sama avait la nécessité légale de s'en remettre à un vote démocratique ?

Puis, Toph jeta un coup d'oeil à son interlocuteur qui semblait presque souffrir de la gravité. Il s'approcha du sol, perdit des morceaux de roches, et ne se redressa que bien lentement, avec difficulté.

L'Assimilateur n'allait pas bien. Elle était grandement responsable, évidemment. Elle n'avait ni retenu ses coups, ni utilisé un simple sabre d'entrainement. Elle l'avait affronté comme elle affrontait des ennemis dont elle ne souhaitait pas la mort. La Godaime Tsuchikage n'avait toutefois pas chercher à le tuer non plus - car l'une des stratégies qui existaient contre ces assimilateurs consistait à placer une frappe mortelle, rapide, imprévisible à un moment où ils n'étaient pas assimilés. Et Yanosa avait eut des moments où il était resté de chair et de sang.

Non, elle s'était contenté d'appliquer ses stratégies usuelles, mises au point contre Tenzin. Yanosa en avait souffert - surtout quand il avait subit ses coups du Hakke. Le point pivot de ce duel, sans conteste. Elle avait tranché sa chair, et vérouillé ses tenketsus. Il saignait, mais sous sa forme tellurique, c'était de la lave qui se répandait de ses blessures et c'était... inquiétant.

Inquiétant, car en lui coexistait deux éléments qui ne devaient point coexister, en un équilibre instable donc les dégâts collatéraux faisaient lentement fi de sa santé. Pierre et lave étaient des cousins.

Tu vas rire, mais j'ai plus pensé à organiser la venue d'eisenins que de nous préparer de quoi manger. D'ailleurs, ils ne devraient plus tarder. Evite de trop bouger, tu es clairement mal en point. Fais un check-up complet, et reviens-à moi plus tard lorsque nous pourrons discuter de ton avenir.

Une troupe de shinobis se dirigeaient à leur rencontre. Toph reconnaissait un des assistant d'Aimi dans le lot. Elle lâcha une longue respiration.

Nous nous reverrons d'ici peu. Deviens encore meilleur, le futur a besoin de toi comme pilier.

Elle salua son subordonné, puis s'en alla dignement, gardant toujours son armure sur elle pour garder ses apparences sur le chemin du retour. Elle fit signe à l'un des eisenins qui l'accompagnerait. Son épaule serait soignée, bien entendu, mais l'Histoire retiendrait d'elle qu'elle avait vaincu le guerrier tellurique sans perdre la moindre goutte de sang. C'était une illusion destinée à asseoir encore plus son autorité et son pouvoir. Maintenant qu'elle était légitimement

Spoiler:
 

_________________
Au coeur du Creuset [Toph] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Au coeur du Creuset [Toph]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: