Soutenez le forum !
1234
-50%
Le deal à ne pas rater :
JBL Xtreme 2 – Enceinte Bluetooth portable
149.99 € 299.99 €
Voir le deal

Partagez

Gone with the wind [Yasei Reikan]

Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Mer 14 Oct 2020 - 21:34

« VOUS NOUS AUREZ JAMAIS, ENCULES ! »

De la grande poésie, toujours.

« Ils … Vont … Nous … Rattraper … !

-Parle moins et cours plus ! Si t’avais un peu plus la forme on serait déjà loin devant ! »

Et vlan, vas-y que j’te balance une poignée de makibishis par-dessus l’épaule. Et de l’autre main, j’t’attrape machin par le col et j’te le tire dans une ruelle.

 « On peut souffler cinq secondes.

-C … Cinq ?! Tu t’fous de moi ? J’ai ... les poumons … qui vont ex- … exploser !

-Pas mon problème. T’avais qu’à être plus endurant.

-T’avais dit … Qu’on en reparlerait pas !

-J’te parle pas de cette endurance, triple couille. »

Tokage scruta l’autre bout de la ruelle. Désert comme un désert. Il attrapa son acolyte par le col, et le tira derrière lui. Au passage, il sema sur ses pas les quelques derniers makibishis qui lui restaient en poche. De quoi retarder un peu leurs poursuivants, ou leur donner mal aux pattes.

 « Ils sont là chef ! »

Il se retourna d’un coup d’un seul. Ils étaient à l’autre bout de la ruelle.

 « Peste ! »

Il reprit sa course, tirant d’abord l’autre à bout de bras.

« Bouge ton p’tit cul, ou j’te jure que j’le laisse là, et toi avec !

-N … Non ! »

Il se décida enfin à se remuer, et remit ses jambes en mouvement. Tous deux déboulèrent alors dans une allée plus large, plus exposée, mais bien vide de passants. Ils la remontèrent au pas de charge, Tokage jetant par instants quelques regards derrière lui pour surveiller l’avancée de leur « escorte ». Apparemment, les petits pièges qu’il avait laissé à leur attention ne les avaient pas vraiment émus. Ils galopaient encore comme des chevaux fougueux, ceux-là. Diable. C’est qu’elle était bien entrâinée, la police de Kiri.

Il tourna à un angle. Et ils se retrouvèrent face à un mur. Littéralement.

Le cliquetis des armes ne tarda pas à les rattraper, et bientôt ils firent face à une brigade d’une demi-douzaine d’hommes qui les menaçaient de leurs kunaïs. Tokage leva aussitôt les mains, et fut imité par son coreligionnaire immédiatement.

« Hop, hop ! Pas d’affolement messieurs ! On n’est pas armés, regardez !

-Toi tu la fermes ou j’t’en colle une. »

Pas bien aimable le roquet dis donc. Tokage prit un air offensé, et pinça les lèvres.

 « Vous allez nous suivre bien gentiment, et nous expliquer ce que vous avez fait autour d’une table. Allez-y les gars, attachez-les. »

Tokage réagit alors au quart de tour. On ne pouvait pas dire qu’il avait tout prévu, mais il y pensait sérieusement depuis un p’tit moment.

« Commencez par lui ! »

Et il donna une grande tape dans le dos de son acolyte. Celui-ci, n’y comprenant rien, tomba la tête la première dans la mêlée des soldats. Tokage, lui, avait déjà bondi avec l’agilité d’un chat sur le sommet du mur qui bloquait l’impasse, et de là sur un toit voisin.

 « A … ARRÊTEZ-LE !

-Bon baisers de mon cul, GROS NAZES ! »

Et avec un geste du doigt bien senti, il fila sur la cime urbaine, son rire narquois raisonnant dans la nuit comme le cri d’un hibou hystérique.

Il se balada ainsi pendant cinq bonnes minutes, jusqu’à ce qu’il soit sûr de ne pas avoir été suivi. Alors, il ralentit, et finit par s’arrêter complètement sur un toit orné d’une charmante tourelle, vide à une heure si avancée. Il s’adossa à la tourelle, et se laissa glisser contre ses pierres, jusqu’à être assis à même les tuiles. Là il put reprendre sa respiration. Il avait la lune face à lui, et l’immensité liquide de la mer.

 « On se sent vivant putain ... »

D’une poche de son pantalon, il tira deux morceaux de tissu, qu’il enroula autour de son bras gauche, en brassard. Deux bandeaux frappés aux armes de Kiri. Exactement le genre de chose qu’il ne pouvait pas se permettre d’exhiber en pleine course poursuite. Surtout quand c’était lui qu’on poursuivait. Et surtout quand c’était la police de Kiri qui le poursuivait. Du reste, il n’avait aucun scrupule à avoir abandonné son complice de ce soir. C’était un idiot, qui l’avait lassé de toute façon. Il trouverait bien de quoi le remplacer tôt ou tard (et sans doute plutôt tôt que tard).

Il poussa un long soupir. L’adrénaline commençait à retomber un peu. Son coeur dansait toujours la java, cela dit.

Une brise passa …

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Mer 28 Oct 2020 - 14:56
[invisible_edit]➜ Été de l'An 204, Village de Kiri

« Yasei Rrreikan dans mon rrestaurant tout frrais, quel doux rrêve qui se rrréalise!! »

Au lendemain de la tempête de déités, Kiri continuait d'abriter repos et félicité. Et notre Fille du Lion avait ouvert cet avenir paradisiaque à bon nombre de changeformes, habitués à l'âpreté du Désert et ses tourments, qui s'étaient empressées d'apporter leur harmonieuse folie animale à la vie de la Cité Brumeuse pour tourner la page et mieux s'intégrer. C'était le cas de Kumogiko*, propriétaire de la naissante maison de bouche Neko no Rakuen* élevée à juste une poignée de pas des vagues abritées par la zone portuaire de Kiri. À l'aube de ce nouveau départ pour le maître culinaire, quelle ne fut donc pas sa surprise lorsqu'il entrevit la significative silhouette de sa cheffe de clan et de son héroïne, au détour de son coin aux mille délices? Si émoustillé par sa présence, le Yasei aux pâles atours de félin se tordit autour de sa canne et grommela de plaisir, face à la jeune femme qui avait marqué un arrêt au milieu de la ruelle de pavés.

kumogiko (oui j'ai pris maître karin):
 

« Bonsoir, Kumogiko. Tu as l'air de te plaire, ici.
Mrrohhhh que oui!! Il y a du poisson frais à seulement deux pas de l'enseigne, te rends-tu compte? »

Les traits de la fascinante métamorphe à la peau satinée par le soleil du Vent s'apaisèrent, à la vue de l'intérieur de restauration en plein essor. Embellie par la quiétude après toute la violence criblée sur le champ de bataille, Reikan fit preuve d'une sérénité à outrance, presque contagieuse ; car voir l'un des siens s'épanouir aussi vite au creux de son village adoptif ne pouvait la laisser indifférente. L'enfant des Bêtes espérait montrer Kiri sous son plus beau jour ‒ même pluvieux et embrumé ‒ à ses pairs, avec l'espoir qu'ils puissent apprendre à l'aimer comme elle l'avait fait avec le temps. Les pupilles d'azur de la prédatrice s'enlisèrent sur le minois du chat au pelage farinacé, tandis que son dos se courbait avec élégance afin de rejoindre une telle petitesse. Bien des mèches de sa crinière de jais tombèrent pour encadrer son visage d'ange aux éphélides, en même temps que la dague de cristal pendante à son cou qui se balançait de droite à gauche dans le vide.

Un sourire ambitieux s'accrocha à ses lèvres charnues, éclairées par les lanternes de papier rouge.

« Dis RrrRreikan-nēsan tu sais, tu peux venirrr manger quand tu veux!
Ah oui? Eh bien... pourquoi p-...
Capitaine! »

La colonne arquée de l'Éclair de la Brume retrouva sa droiture et ses yeux céruléens, leur rigueur. La tête tournée sur le côté afin de jeter un œil à ses arrières, elle décrypta la silhouette éreintée et essoufflée du soldat de la Main de la Justice venu jusqu'à elle, que les paumes avaient supplié de prendre appui sur ses genoux après une telle course. Sous des perles ébahies du chat farineux, le jeune homme s'obligea à imposer une marque de respect pour sa supérieure hiérarchique avant de daigner se redresser entièrement à son encontre, pour lui faire part de son appel à l'aide. Mais en plongeant son regard dans celui de la féline, il fut la proie d'une maigre hésitation qu'il s'empressa de chasser, afin de s'exprimer correctement.

« Reikan-sama, mes excuses pour vous avoir dérangé pendant un tel moment mais je crains que la Police de Kiri requière votre patte... ou plutôt votre nez.
Je passerai plus tard, Kumogiko. En attendant, montre à la Brume à quel point tu peux sublimer ses produits.
Alorrrs ça! Tu peux en être sûrrRRre! »

Reikan tourna les talons et s'éloigna du lieu de repos, s'approchant du soldat qui souriait à l'idée de recevoir son aide. Malgré son ahanement, la Fille du Lion tint à s'entretenir avec lui dès le premier d'une série de bonds enchainés entre les bâtiments, dans le but d'obtenir les informations sur la situation pour laquelle ses talents avaient été rendus nécessaires et de caresser du bout des griffes l'efficacité maladive. Après s'en être imprégnée, elle remercia son camarade et lui intima l'ordre de lui laisser prendre le relais. Ni une ni deux, la Fille du Désert décolla vers les hauteurs et rejoignit les toits de Kiri, desquels elle put entrevoir et atteindre les quelques soldats mis en recherche du fuyard. Grâce à la présence de l'individu laissé sur place et l'odeur qu'il portait de son acolyte, ce fut un jeu d'enfant pour la prédatrice de le retrouver ; si bien qu'il ne lui fallut qu'un pauvre moment afin de retracer sa piste et le suivre. Avalée par l'ombre d'une charpente, elle l'observa reprendre son souffle, fixer l'immensité marine et s'habiller de la marque de la Brume comme si de rien n'était.

Au moment où la brise agressa les tuiles, les yeux de la changeforme se plissèrent.

Et ses pieds, comme si faits de velours, l'aidèrent à bondir discrètement sur la tourelle de guet.

« À ton avis, c'est enfreindre les règles qui te fait te sentir aussi vivant ou bien l'idée qu'à n'importe quel instant tu puisses trépasser du haut de ces toits, sans qu'aucune brise ne puisse t'aider? »

*Kumogiko (小麦粉, litt: Farine de blé)
*Neko no Rakuen (猫の楽園, litt: Paradis des chats)

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Ven 6 Nov 2020 - 15:40

« OH FILS DE PUTE DE TES MORTS ! »

Et son coeur était reparti de plus belle. Damn, pile quand il avait réussi à se calmer un peu. Il sauta sur ses pieds comme un ressort, le regard errant à droite et à gauche, paniqué. Rien. Personne. Il était seul sur le toit. A moins que …

Il leva les yeux, et la vit.

« Ca va pas bien de me faire des coups comme ça, oui ? Heureusement que j’suis pas cardiaque … »

Il porta la main à sa poitrine, et se pencha, s’appuyant sur ses genoux. Il reprenait sa respiration par à-coups.

« Damn, damn, damn ... »

Il ne se préoccupait pas du tout de savoir qui était cette mystérieuse inconnue – qui n’était pas moche, d’ailleurs. Pour l’instant, il était simplement inquiet des battements frénétiques de son palpitant. Décidément, c’était la soirée des montagnes russes. Il commençait à retrouver son calme, ceci dit.

Et à mesure que ses idées s’éclaircissaient, il se rendait compte que quelque chose clochait. Que, peut être, il n’était pas si en sécurité que ça. Qu’il avait fini par foirer, et se faire repérer. Comme ces pensées s’insinuaient dans son esprit, l’angoisse faisait de même dans ses veines, et glaçait son sang. Il n’était pas du genre à avoir peur des conséquences de ses actes parfois douteux. Mais c’était parce qu’il était toujours convaincu qu’il pouvait s’en tirer sans se faire repérer, ou attraper. Apparemment, le vent avait tourné, cette fois …

Alors quoi ? Il allait être mis à pied ? Il se fichait d’être rétrogradé, d’être placé au dernier échelon de la hiérarchie des soldats de la Brume. Mais être complètement exclu des rangs de Kiri, c’était plus embêtant. C’était perdre un statut enviable. Une situation pas si mal que ça. Un certain confort de vie. Et surtout le charme viril et autoritaire de se balader avec un bandeau frappé du symbole qui inspirait le plus la crainte et le respect dans tout l’archipel. Ca, c’était badass.

Il releva le regard vers l’inconnue, et et prit son air le plus ignorant.

« Bon, sinon … Je vois pas vraiment de quoi vous parlez. Enfreindre les règles ? J’suis un shinobi parfaitement réglo moi m’dame. Z’avez qu’à voir mon bandeau. Mes bandeaux, d’ailleurs, puisque j’en ai deux tiens. C’est pas une preuve de probité, ça ? Et puis j’ai le droit de me balader sur les toits si j’veux, nan ? Y’a plein de collègues qui le font, alors bon … »

Diable. Il avait fait mieux en terme de mensonges. Si la donzelle croyait en celui-ci, c’était qu’elle n’était pas la plus vive du tas. Et à en croire son assurance et la discrétion dont elle avait fait preuve, elle devait être plutôt douée, quand même. Peut être une de ces grosses pointures qui avaient la côte en ce moment. Ca n’améliorait pas vraiment les choses pour lui.

« Et en ce qui concerne le fait de tomber du toit et de casser ma pipe … Laissez-moi vous dire que je suis parfaitement capable de prendre soin de moi. »

Il prit un air légèrement suffisant : sourire narquois, regard hautain, mains dans les poches. Le topo complet.

« Je maîtrise le Fûton, moi. Une chute, pas de problème : j’ai qu’à faire deux-trois p’tits mudras, un jutsu des familles, et j’atterris en douceur, comme une plume. »

Ce qu’il ne disait pas, c’était que le jutsu en question impliquait un pet monstre.

« Alors laissez-moi vous dire, chère demoiselle de la nuit, que je sais pas du tout de quoi vous m’causez ! »

Finalement, il s’en tirait pas si mal avec son mensonge. Il avait usé de sa technique habituelle – tellement habituelle qu’elle en devenait presque naturelle : noyer la cible sous un flot de paroles, sans lui laisser assez de répit pour qu’elle puisse discerner le vrai du faux. Typical Tokard.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Lun 9 Nov 2020 - 13:43
[invisible_edit]Surprendre autrui, Yasei Reikan était une maîtresse dans cet art. Même sans le réellement vouloir, la bellissime féline ébouriffait l'intérêt et la curiosité de ses confrères et consœurs, les stupéfiait et captivait l'attention. Ce drôle d'apanage, à l'origine d'admirations à son égard, elle savait le mettre à profit à côté de sa délicatesse, sa furtivité presque caractéristiques de son élégance mais aussi de sa bestialité. À travers le temps et en grandissant, cette qualité avait su lui servir dans bon nombre de situations comme celle-ci ; et visiblement, elle n'avait pas manqué sa cible sur les toits, ce soir-là. Du coin de son œil le plus minutieux, l'Éclair de la Brume analysa le comportement outrecuidant et excessif du shinobi qui apportait un véritable culte à la démesure. Cet homme, dont l'identité lui restait encore indéterminée, se trouvait aux antipodes de ce qu'elle incarnait derrière son visage de marbre. Parce qu'après avoir fait état de sa poignante surprise par ces moultes insultes et réactions gestuelles dépassées, il se colla sur le front la chiante étiquette d'un moulin à paroles sans frein ni bouton d'arrêt ; une pipelette à qui la métamorphe aurait bien voulu tordre le cou pour la faire taire, dans un autre monde.

D'abord amusée par son effarement puis titillée par son débit de propos vif et pompeux à en crever, dans lequel il essayait par tous les moyens de la noyer, la Tigresse blanche sortit lentement de son antre dans cette tourelle de guet. Les ombres laissèrent place à la révélation de sa crinière de nuit, de ses épaulières dorées et de ses somptueux voiles orientaux ; mais surtout, elle autorisa la lune à porter sa lumière sur le brassard de la Kenpei accroché à son bras. A contrario de cette vague de propos que cet individu pensait être salvatrice et favorable à son sort, l'enfant des Bêtes demeura particulièrement silencieuse, si bien que son flegme ne tardait pas à en devenir pesant, si ce n'est étouffant. Sans franchir cette barrière de l'intimité, la féline aux éphélides s'approchait de lui au fur et à mesure que les mots s'écoulaient de sa bouche. Et là, elle inspira discrètement, sans tambour ni trompette sur le fond sonore torturé par les vagues des côtes.

C'était bel et bien lui.

technique utilisée:
 

Derrière l'illusion d'un nez encore humain à l'extérieur, son odorat de Yasei lui cria la culpabilité de celui qui se tenait devant elle, sur ces tuiles. Malgré son attitude impudente et ses vaines tentatives pour brasser de l'air, il sentait le mensonge sous toutes ses coutures, tous ses rictus. Et en plus de tout ce petit constat déjà bien fourni, il se voulait provocateur à souhait. La patience de l'Héroïne de l'Eau avait atteint ses limites ; le temps était venu pour elle de lui choisir une sentence appropriée, une punition qui pourrait s'allier avec son impatience de le voir à l'œuvre une fois mis en déroute – ou plutôt, en chute libre.

« Comme une plume, hein? J'espère que ton aisance à retenir une chute se révélera plus aiguisée que ton habilité à mentir, sinon j'ai bien peur que ta carrière de guerrier ne s'arrête au détour d'une chambre d'hôpital. »

Une frayeur, il allait s'en payer une bonne. Car dès son dernier mot, la Tigresse blanche avait déjà empoigné son joli petit col pour user de sa puissance bestiale et l'envoyer rejoindre le vaste vide de la ruelle – un désert d'appuis plutôt conséquent depuis la tour de guet, dont un pauvre bond shinobi ne pouvait pas vraiment venir à bout. Même si elle resta au bord des tuiles et porta un œil attentif au jeune homme en train de tomber, au cas où les choses tournaient mal, la Fille du Désert restait empressée de voir sa réaction. Qui sait, peut-être allait-elle tomber sur un prodige du Vent?


_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Ven 13 Nov 2020 - 18:37

Peste. La diablesse était maligne. Peut être autant qu’élégante. Une adversaire redoutable, à n’en pas douter. Fort heureusement, elle était dans son camp. Une soldate, elle aussi. Elle n’oserait donc jamais lui faire de mal.

Si ?

Si.

Le temps d’une pensée, et Tokage se voyait projeté, le cul botté bien proprement, par-dessus les tuiles et droit vers le pavé. Alors, ce fut un nouveau pic d’adrénaline. Le genre qui fait tout aller au ralenti. Comme si les aiguilles de l’horloge prenaient bien leur temps pour compter chaque seconde. Parce que chaque seconde rapprochait inexorablement de la dernière. Et à la dernière … Crac.

Alors les idées s’enchaînèrent à la vitesse de l’éclair. Son instinct lui criait évidemment de faire quelque chose pour rester en vie. Parce que bon, être vivant, c’était plutôt chouette. Plus qu’être mort, en tout cas. Et, à n’en pas douter, s’il ne faisait rien pour amortir sa chute, c’était bel et bien la mort qui l’attendait sur la chaussée, catin des mauvais jours. Pas exactement ce qu’il avait imaginé pour ses derniers instants. Il s’était plutôt figuré qu’il mourrait avec les honneurs, en mission, à défendre la veuve et l’orphelin. Ou alors dans son lit, en plein ébat, tellement jouissif qu’il en perdrait la tête, et la vie avec. Au choix.

Mais rapidement, la raison reprit le dessus, le sentimentalisme lyrique cédant la place. Il avait en fait deux options. Soit il donnait satisfaction à cette inconnue, et il se sauvait. Soit il décidait de l’embêter au maximum, quitte à mettre sa propre vie en jeu … Car, quoi de plus emmerdant pour elle que de constater qu’elle avait bien tué un des soldats de la Brume ? Pour sûr, ça aurait sacrément entaché sa carrière. Mais le prix à payer était conséquent …

Le voilà donc face à un dilemme. Et le pavé qui se rapprochait dangereusement ne lui donnait pas vraiment le luxe de s’attarder dessus. Sur le dilemme hein, pas sur le pavé. Il était taraudé. Plus que tout il aimait faire chier ceux qui le contrariaient. Mais … Il était avant toute chose un lâche, qui tenait à sa vie plus qu’à son honneur.

« Et merde ! »

Ses doigts s’activèrent avec la dextérité du shinobi expérimenté. Les quelques mudras simples qu’il forma révélaient toute son expérience. Car, s’il était un grand guignol, il n’en restait pas moins un élément exceptionnel des rangs de Kiri. Il avait combattu depuis sa plus tendre enfance. S’était forgé dans le sang. Il avait vu les crimes les plus terribles, et les jutsus les plus meurtriers. Et celui qu’il s’apprêtait à utiliser n’était pas moins dévastateur que les pires Kinjutsus.

Ses doigts se figèrent dans un ultime symbole. Son ventre se gonfla de manière grotesque, comme le goitre d’un crapaud. Et, alors qu’il n’était plus qu’à un mètre ou deux du sol, il déclencha la technique. Un bruit de pet monstrueux résonna à travers les ruelles alentours. Le chakra, expulsé en grande quantité, faisait son office. Car, dans cette flatulence de tous les dieux, Tokage avait réussi à atterrir sans trop de mal, comme une plume sur un coussin d'air. Il fit même une petite révérence.



A n’en pas douter, il en avait bouché un coin à la mystérieuse justicière de la nuit. Il aurait très bien pu prendre la fuite, à présent. Mais, d’une part, quelque chose lui disait que ç’aurait été inutile, qu’elle n’aurait pas eu de mal à retrouver sa trace, une fois de plus. Et d’autre part, il était tout même assez curieux de connaître l’identité de celle qui avait voulu mettre fin à ses – merveilleux – jours.

Il leva donc son regard arrogant, et plein d’assurance, vers le toit où il se tenait encore un instant auparavant. Là était encore la femme. Il la défiait de le mettre une nouvelle fois à l’épreuve. Car, dans son esprit, il avait démontré – et avec une habileté toute particulière – qu’il était bel et bien un maître dans la manipulation du vent. Du vent.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Dim 22 Nov 2020 - 20:41
[invisible_edit]Fascinante avait été la série de mudrās de cette proie, dans la pénombre ; car peut-être révélatrice d'un talent caché parmi les rangs du Brouillard. Mais quelle ne fut pas le profond choc ressenti par Yasei Reikan, à l'entente de cette lamentation abandonnée par le cul de ce confrère? Le tintamarre balaya le silence des rues d'une Kiri endormie par la nuit, sans prévenir. Et avec lui, le flegme de la Tigresse blanche. Oser une telle flatulence avait sauvé ce shinobi, qui s'estimait libre comme l'air, d'une chute qui aurait pu lui être mortelle ou handicapante pour le restant de ses pauvres jours. En bataille contre le ridicule, il avait mis de côté une bonne partie de son estime pour lui-même afin de mettre au point cette technique très déroutante, pas pour le moins repoussante. Défier de la sorte son autorité pour préserver sa vie à coup de souffle du fessier ou de goret, comme aurait pu le faire n'importe quel autre petit porcelet habitué à la boue et aux pets ; la féline avait du mal à y croire.

Mais pas à en rire.

Sitôt que le jeune homme eut relevé son visage vers sa silhouette qui obstruait le ciel étoilé, la Fille du Vent perdit son sérieux. Pour une fois, un maigre rire étouffé s'échappa de ses lèvres. L'absurde de la scène venait de trouer la rigidité d'un marbre que l'Éclair de la Brume s'efforçait d'entretenir, de nourrir afin de conserver son efficacité en tout temps, de jour comme de nuit, dans les bras de la Brume comme au bout du globe. Rares étaient les occasions où Gineko* se laissait aller d'une telle manière devant les inconnus ; pour autant, cela prouvait qu'elle restait une vivante même si muselée par ses principes, vagabonde. Sa franchise l'empêcha de remonter une main à son visage afin de restreindre l'égaiement de ses doux traits. Même les plaques d'or de ses épaulières se laissaient secouer, au rythme de ses clavicules balancées par amusement. La féline prit quelques instants à se remettre d'une telle loufoque réaction, à laquelle elle aurait pu facilement s'arrêter si son ouverture d'esprit et sa perspicacité n'étaient pas ce qu'elles étaient. Car au-delà de ce jutsu dérisoire, la minutie de la métamorphe l'avait poussée à voir d'un œil pointilleux les mudrās de ce combattant. Des signes qui, en tant que reine dans la maîtrise du Fūton, n'auraient jamais pu passer inaperçus en sa présence.

Des signes qui, par le potentiel qu'ils cachaient, avaient creusé l'intérêt de Reikan.

« J'en ai vu, des rigolos. Mais toi... »

Brusquement, la Fille du Désert effectua quelques bonds entre les toitures pour descendre jusqu'à la ruelle et celui qu'elle avait balancé dans le vide, juste avant. Elle se retrouva sitôt à sa hauteur, à même les pavés de la Cité Brumeuse, s'approchant sans la moindre crainte, sans une quelconque gêne typiquement peinte au cœur même du genre humain. Cette femme, mi-humaine mi-animale, avait beau porter son bandeau de Kiri aussi bien que sa crinière de charbon ses parures exotiques, sa gestuelle et ses yeux restaient ceux d'un prédateur beau d'élégance, d'un caractère indomptable et imprévisible. Ses boucles d'oreilles griffues ne purent s'empêcher de jouer leur mélodie quand elle pencha la tête sur le côté à la manière d'une mimique féline, à quelques centimètres de la tronche de ce bluffeur, incapable de tromper son nez.

Dans son regard brûlait la flamme d'une curiosité presque maladive.

« Tu m'intéresses. Et je doute que tu sois juste en mesure d'user du Vent par ton seul séant, pas vrai? »

Plus de ce jeu du chat et de la souris ; seul le Vent comptait, dorénavant.

*Gineko (銀猫, litt: Félin d'argent)

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Mer 25 Nov 2020 - 18:09

Un rire ? Un compliment ? C’en était assez pour que Tokage salue l’atterrissage en douceur de la royale inconnue d’une légère révérence.

« Prince des rigolos, pour vous servir. »

Et il faut dire qu’il dégageait une certaine prestance, le bougre. Couillon jusqu’au bout des ongles, mais quelle classe ! Si l’on exceptait, bien sûr, sa dernière flatulence qui, disait-on, avait fait vibrer des vitres à des kilomètres à la ronde. Ca, c’était un coup d’éclat. Mais pour le reste … Un prince incontestable (et incontesté).

En un instant, le rapport entre les deux individus avait changé du tout au tout, passant d’une domination tacite à une curiosité mutuelle. Car si Tokage pouvait intéresser cette anonyme, elle aussi avait de quoi intriguer. Quelque chose d’un charme sauvage, un peu mystique, qui l’enveloppait. Chacun dégageait son aura de fière excentricité.

« En fait, mam’zelle, tu m’intéresses aussi. T’as pas l’air d’être une nana comme les autres. J’veux dire, c’est assez évident ... »

D’un geste éloquent du menton, il la désigna de la tête aux pieds.

« Une kunoichi, élégante comme pas deux, et avec des pouvoirs bien particuliers. Comment est-ce que t’as retrouvé ma trace ? Simple curiosité professionnelle : je pense qu’on sait tous les deux qu’il peut être dans mon intérêt d’apprendre à cacher mes traces. Pour le bien de la Brume, bien sûr ... »

Un petit sourire narquois s’étira sur ses fines lèvres. Sa loyauté était sans faille. Mais ce n’était pas pour Kiri en premier lieu qu’il voulait apprendre là où il avait failli, il fallait bien l’admettre …

« Quant à moâ qui te cause, je suis capable de faire bien plus avec le Fûton que de simples prouts. Enfin, simples … On s’entend. Je mets au défi le premier péquenaud venu de faire aussi bien que moi. »

Combien d’autres, dans les rangs de Kiri la Sanglante, se seraient tant enorgueillis d’avoir les meilleurs gaz de la région, hm ? Pas beaucoup, j’peux vous le dire.

« Tiens, démonstration ... »

Parce qu’elle était en bord de mer, Kiri pullulait de tous ces volatiles, mouettes et autres goélands typiques des littoraux. C’était une infection, d’autant que ces gros rats blancs emplumés pouvaient être bien agressifs, quand ils voulaient. Il en volait justement toute une troupe, à cette heure pourtant fort tardive, au-dessus de leur tête. Et l’un d’eux eut la mauvaise idée de se détacher du vol …

Tokage composa ses mudras, avec une rapidité décuplée par son envie d’impressionner, cette fois. Il n’agissait plus seulement pour sauver son – beau – postérieur, mais surtout pour épater la galerie. Un instant plus tard, il fit le geste de lancer quelque chose. Bien qu’il n’ait rien pris dans ses poches, ce fut bien une volée d’une dizaine d’aiguilles reluisantes de chakra qui filèrent jusqu’au piaf égaré, et qui le lacérèrent au passage. L’oiseau sembla tituber dans le vent, avant de se poser avec maladresse sur le toit le plus proche, visiblement bien estourbi.



« Hm. »

Tokage avait visé pour tuer. Tant pis. Y’avait qu’à faire passer ça pour un acte de bonté suprême.

« Il s’en remettra. »

Et il reposa son regard, qui avait retrouvé cette pétillante étincelle de malice, sur l’inconnue.

« Et toi alors, qu’est-ce que tu sais faire ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Dim 10 Jan 2021 - 17:48
[invisible_edit]Face à la révérence du roi des couillons, Yasei Reikan haussa un sourcil. Non pas parce qu'il avait réussi à la choquer après avoir obtenu d'elle un rire sincère, mais pour témoigner de ce sentiment d'intrigue encore naissant qui voulait l'investir. Cet homme avait l'air d'être d'une bêtise sans nom et son squelette ne semblait pas porteur d'autant de valeurs. Pourtant, il était parvenu à susciter son intérêt, à piquer sa curiosité. Outre les compliments remis sur son apparence, ce combattant qui ne voulait pas accorder une trop lourde importance aux règles en société était débordé par l'envie d'en apprendre plus sur les capacités de cette femme à la crinière de jais ; c'était là une avidité de savoir qui aurait pu être perçue comme étant mal placée, aux yeux d'une autre personne que la Tigresse blanche qui, elle-même, avait parfois du mal à résister à son irrésistible appétit de découvertes. Car même habituée aux coutumes des Hommes, elle n'en restait pas moins une enfant des Bêtes qui avait appris à écouter ses instincts bestiaux, en marge de ces vices dont pouvait se tacher l'esprit humain.

Toutefois, l'Héroïne de l'Eau chercha à se terrer dans le mutisme au sujet de cette interrogation ; de toute manière, elle n'avait pas eu le temps d'en placer une que d'ores et déjà, ce fou furieux voulait faire l'étalage de sa domination sur les vents, nés de son séant ou des cieux eux-mêmes. Bien plus encore, elle ne parvint pas à trouver de mots assez respectueux pour être au niveau de ces actes à l'encontre d'un pauvre piaf qui n'avait rien demandé, si ce n'était se laisser bercer par la vie animée du Port de Kiri. S'il avait placé toute son attention sur la Yasei aux éphélides, cette dernière gardait délibérément ses pupilles éthérées tournées vers la bestiole incapable de reprendre son envol. Se moquer de la valeur du souffle de la vie de la sorte, il n'y avait que des individus atteints pour agir aussi détestablement pour elle. Mais cela pouvait reposer tant sur de l'ignorance que sur un fonds de méchanceté délibérée. Le temps d'un instant, la féline se demanda à quelle catégorie appartenait celui qui se tenait devant elle, tout fier et crâneur de sa prestation.

Une prestation qui paraissait piètre, pour l'Éclair de la Brume.

« Qu'est-ce que je sais faire? D'autres choses que m'en prendre à un des bestiaux dix fois plus petits que moi, j'imagine. Tes aiguilles sont être utiles dans certaines situations, certes. Mais si c'est à une attaque pareille et à des flatulences criminelles pour nos seules oreilles que se résume ton potentiel dans la maîtrise du Vent, je ne donne pas cher de ta peau sur un champ de bataille. »

Les traits de Yasei Reikan se firent plus durs et moins chaleureux que ceux tirés par amusement, juste avant. Doucement, ses yeux bifurquèrent du volatile jusqu'aux contours de son petit bourreau, qui avait besoin d'en prendre de la graine s'il voulait faire honneur à ses bandeaux. Lentement, sa dextre se détacha de ses voiles orientaux et sortit de sa longue manche de satin noir. D'une seule main, la métamorphe effectua une série de signes incantatoires pour répondre à cette demande un peu trop curieuse du shinobi aux pépites d'or. Et d'un coup, l'air à côté de ses doigts se mit à vibrer, comme s'il était sur le point de prendre forme, prendre vie. Un mur de brises sacrément vibrantes naquit aussitôt près d'elle, brouillant les contours de sa silhouette, de ses mèches charbonneuses et des préciosités qui y étaient nichées. Un bruit sourd de vibration intense avait pris place, comme témoin de la solidité d'un vent aussi efficace que celle du roc, telle une défense que peu arrivaient à percer. Pendant quelques secondes, la Fille du Vent maintint cette barrière sans la moindre trace de labeur, de pénibilité. Avant de la laisser s'évanouir et de retrouver l'invisibilité de l'air ambiant.

« C'est une technique comme celle-ci, qui sauvera tes fesses quand tu auras besoin. Pas un jutsu de pacotille comme tu viens de me montrer et qui ne pourrait rien, face à un tel mur.»

technique à apprendre:
 



_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Lun 18 Jan 2021 - 16:28

« Oh ? »

Le sourire du roi des couillons, qui devrait désormais porter ce titre avec la fierté outrageante qui convenait, s’affaissa légèrement lorsque ledit roi ouït et vit la réaction de la Princesse des Gros Matous. Il avait peut être un peu trop forcé sa chance, sur ce coup-là. Mais comment aurait-il pu deviner, sans le moindre indice, que celle à qui il avait affaire était sans doute la plus fervente protectrice de la faune à poil, plume et écaille ? Celle que certains n’hésitaient pas à nommer, quand ils étaient sûrs que ses oreilles poilues ne traînaient pas dans le coin, la Protectrice Extraordinaire des Trucs Animaux.

Sa démonstration de force suffit cependant pour transformer ce sourire affaissé en un « o » parfait, exécuté du bout des lèvres. La diablesse était aussi puissante que son aura le suggérait. Semblait-il, en tout cas.

Son audition sélective passa sous silence les piques lancées à son encontre concernant les faiblesses de ses propres performances. Il avait trop peu d’honneur pour vouloir chercher à se défendre convenablement de tels assauts, et dans la mesure où on lui avait en plus mis sous le nez la preuve flagrante qu’il ne pourrait pas s’en tirer par une pirouette ou un artifice de chakra quelconque, la meilleure chose à faire était encore d’ignorer l’offense, et de garder l’air demeuré.

Rien de bien nouveau sous le soleil, quoi.

A voir la technique de Catwoman en action, Tokage avait rempli ses mirettes d’étoiles. Il était vrai que la perspective de ne pas mourir en combat était quelque chose d’assez intéressant. Il était vrai également que, s’il se retrouvait à devoir un jour faire face à un des fléaux auxquels Kiri était habituée, du type apparition impromptue d’une divinité sur la place du marché aux poules, il aurait très peu de chances de s’en sortir sans passer l’arme à gauche. A moins que quelqu’un ne se charge expressément de le protéger, mais il n’était pas sûr de s’être fait encore un ami aussi loyal …

« Eh, dites ! Vous voulez pas les sauver, mes fesses, du coup ? »

S’ensuivit un léger blanc, pendant lequel il eut l’air ahuri, et passablement con. Il comprit la gêne :

« Enfin, j’veux dire, m’apprendre votre truc, là ! C’est méga-stylé, et pis ça a l’air efficace, mais aussi foutrement compliqué, et vous savez moi j’suis une tête de linotte, alors ça sera sans doute pas facile de m’apprendre quoi que ce soit, mais j’aimerais essayer, et pis j’suis sûr que vous êtes une super prof, et vous avez des jolies oreilles, et des orteils magnifiques à n’en pas douter et … »

Il reprit sa respiration.

« … j’ai pas d’autre compliment à vous faire pour essayer de vous persuader, mais vous êtes une gradée, alors vous avez le souci de vos ouailles, et donc vous allez pas laisser un couillon dans mon genre partir la fleur au fusil – Dieu sait c’que c’est un fusil – surtout par les temps qui courent avec les dangers qu’y a à habiter à Kiri. Du coup c’est un deal conclu, j’imagine, alors perdons pas de temps. »

Il se fit craquer les doigts, le cou, et expulsa avec vigueur une crotte de nez un peu trop présente à son goût.

« On commence par quoi ? »

Son argumentaire avait été irréprochable. Il n’était pas même envisageable que la dam’zelle refuse son offre – qui n’en était pas une, du coup. C’était échec et mat.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Lun 1 Fév 2021 - 16:58
[invisible_edit]Un instant, l'Héroïne de l'Eau hésita à sortir de la ruelle où plus rien ne retenait son esprit d'enfant des Bêtes. Car après avoir assisté à ce spectacle d'indifférence et d'insouciance à l'égard même de la valeur d'une existence qui était inestimable, aussi insignifiante celle-ci pouvait paraître, elle ne put s'empêcher d'à nouveau contempler sa détestation envers cette partie de l'être humain, cette facette de l'Homme qui l'autorisait à croire qu'il était au-dessus de tout et de tous. Un maigre moment, durant lequel elle se résigna toutefois à ne pas aller plus loin et plus profond encore dans une rancœur qui ne lui servirait à rien, même entre les si terribles griffes qui habillaient parfois ses mains de temps à autre. Si elle n'avait pas été autant ouverte d'esprit qu'aujourd'hui, la féline aurait sûrement déjà rebroussé chemin pour retourner apporter la force de sa patte à ses collègues de la Kenpei. Mais au fond elle ne put faire autrement que nourrir un espoir de découvrir une trace d'intelligence, jugeotte ou bienfaisance dans les propos de son vis-à-vis. Ses yeux pouvaient porter des œillères, à l'inverse de ses oreilles qui n'avaient pas une moindre solution à disposition pour éponger le discours qu'il proférait. Nul autre choix que d'entendre ses stupidités jusqu'au bout.

Jusqu'à ce qu'il lui donne l'inévitable envie de lui tordre le cou, une bonne fois pour toutes.

Emballé par son trop-plein d'ambitions, dévoré par sa bêtise la plus pure, il semblait convaincu que la Tigresse blanche allait être assez bonne pour l'aider sans râle. C'était là un jeu trop facile pour ce combattant à la connerie sans nom, un jeu que Yasei Reikan ne paraissait pas apprécier plus que lui. Mais, en le voyant prendre cette pose et en se remémorant les secondes tout juste écoulées, la Meneuse des changeformes autorisa l'émotion trahir le marbre de ses traits en lui arrachant un peu de sa rigueur, de sa rigidité. Eh, dites! Vous voulez pas les sauver mes fesses, du coup? Une brise balaya les fines mèches d'ébène qui dansaient aux coins de son visage, alors même que celui de Jirō revenait parasiter cette nébulosité de ses pensées. Un goût de regret revint investir aussitôt les papilles de la changeuse de peau qui, si elle avait encaissé cette perte comme toutes les autres, ne restait jamais insensible à la protection des enfants de la Brume et de l'Eau, cette nation d'accueil pour son peuple et elle. Sans réfléchir plus longtemps, la jeune femme détourna ses pupilles sur le côté afin d'entrevoir le corps de l'oiseau, quitté par le souffle de la vie. Loin d'être gênée, elle se permit de faire attendre celui qui voulait apprendre d'elle.

Celui dont, pourtant, elle ne connaissait pas même le nom.

Du rire à la peine, Yasei Reikan aurait pu y passer en un rien de temps. Mais à la place, il lui fallait garder la tête haute et montrer à un tel inconnu à quel point il se fourvoyait en se conduisant de la sorte. À quel point il pouvait être faible, face à notre monde qui n'attendait qu'une chose ; ne faire qu'une bouchée de lui et de son âme. Sans le prévenir, la Yasei aux éphélides dressa sa main gauche en réalisant des signes à elle seule, épargnée par l'aide de sa sœur. Une maîtrise extrême du domaine trahie, elle découvrit sa paume menaçante vers le drôle d'individu pendant que le bras tout entier s'illuminait d'une lueur immaculée, chaude d'une vibration à en faire croire qu'elle pouvait presque en être chatoyante. Alors même qu'elle n'avait rien d'une tendre caresse.

« Par voir ce dont un homme comme toi est capable face à la paisible Yasei Reikan. »

Et de sa sénestre, nombre d'aiguilles acérées de Vent fusèrent de concert vers lui afin d'aller tester sa défense.

technique utilisée:
 



_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:23, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Ven 5 Fév 2021 - 18:39

« Qué ? »

Il avait demandé de l’action, certes. Mais de là à voir la belle inconnue passer directement à une attaque frontale … C’était … inattendu ? Trop pour qu’il puisse anticiper correctement, et faire ce qu’il fallait pour se protéger adéquatement.

« AaaaaaAAAAAAAAH ! »

Il avait crié de panique en voyant la main de la donzelle vibrer de chakra, et avait maladroitement, cette fois, commencé à emmêler ses doigts pour former des semblants de mudras. Il avançait à l’aveugle, se laissant guider par l’instinct et l’expérience de tout l’éventail de techniques qu’il avait dans sa poche. Finalement, il finit par inspirer un grand coup, concentrant son chakra dans ses poumons, avant de souffler le tout, espérant que ça érigerait, d’une façon ou d’une autre, une barrière de quelque sorte que ce soit devant lui.

Plot twist : ça foira.

Il fit un très peu ragoutant bruit de bouche en soufflant, comme un son de pet mouillé, mais aucun mur ne se constitua. Aucun vent divin ne se déchaîna pour assurer sa défense. Aucune brise bienveillante ne s’interposa entre son doux minois et les griffes de chakra, vilement projetées dans sa direction.

L’attaque de Reikan finit par avoir le même effet qu’une griffure de chat : elle laissa cinq traces qui ne tardèrent pas à se teinter de sang sur chacune des joues de Tokage.

« AAAAAAAAAAÏEUH ! »

C’était un cri du coeur. S’il y avait quelque badaud qui errait dans les ruelles adjacentes, il devait bien se demander ce qui se tramait. C’était, à vrai dire, un lieu bien insolite pour un rendez-vous en tête à tête. Enfin, en apprentissage. Le résultat était le même, de toute façon : Tokage se retrouvait les larmes aux yeux, et son joli visage taché de dix petites rigoles de sang qui commençaient lentement à couler le long de ses joues.

« MAIS C’EST ULTRA MECHANT ! »

C’était vrai. C’était pas très gentil.

« J’PEUX PAS AVOIR UN INDICE AU MOINS AVANT QU’ON ME JETTE DU HAUT DE LA FALAISE ? »

C’était l’adrénaline qui le faisait beugler comme un cochon. Mais pour le coup, il était un peu chafouinou. C’est vrai quoi : ça mettait pas de bonne humeur de se faire attaquer sans sommation. Enfin, techniquement, il y avait une sommation. Mais bon. Tu parles d’une sommation quoi.

D’un revers de manche, il s’essuya le visage, laissant des traces rougeâtres sur le tissu de son vêtement. Il fit une moue. Il aimait bien ce vêtement. Et le sang, ça tache.

« Je sais que ça se passe pas comme ça sur le champ de bataille, mais merde quoi. C’est pas la foire d’empoigne non, personne me tient un couteau sous la gorge pour l’instant … Et passer de lâcher des gros prouts à créer des murs de vent, c’est pas de la tarte mine de rien ! »

Il avait dit tout ça sur un ton boudeur. Une attitude dont il ne s’attendait pas à ce qu’elle plaise particulièrement à sa vis-à-vis. Mais quelle importance, à présent qu’elle avait accédé à sa requête ?

« Bon. J’demande pas à ce qu’on me crache le gâteau tout cuit dans l’assiette, mais au moins un p’tit quelque chose de début d’indice. J’sais pas moi, la séquence de mudras ou un truc comme ça … »

C’était légitime comme demande. Mais quelque chose lui disait que Reikan n’était pas ce genre de professeur complaisant … Quelque chose de l’ordre du mauvais pressentiment.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Dim 7 Fév 2021 - 21:24
[invisible_edit]Cette fois, c'était sûr. Yasei Reikan en était certaine. Elle faisait face au plus gros abruti de tout Kiri. En l'apercevant essayer de recracher son dîner au lieu de se défendre et surtout, en l'observant se prendre comme un faiblard ses aiguilles, elle ressentit une pointe de pitié en son sein. Mais au-delà de cette minuscule peine, la féline avait surtout compris qu'elle avait affaire à un shinobi pas tout à fait fini dès lors qu'il s'était mis à quémander des conseils et grapiller des indices, dans l'espoir que la guerrière ait assez indulgence pour lui mâcher son labeur. À sa place, la métamorphe aurait déjà retenu plus d'une fois la série de signes incantatoires qui était nécessaire pour ériger cette fameuse défense. À sa place, elle n'aurait même pas osé piailler comme il s'amusait à le faire en portant les plaintes de ses blessures si mortelles à la lumière de notre lune. Devant la légèreté de son attitude égoïste, elle n'apparut pourtant pas plus désemparée que cela, ni attendrie comme il espérait tant qu'elle le devienne après son petit cirque dans la ruelle.

La Tigresse blanche s'avança afin de se retrouver à sa hauteur, en le fixant d'un regard glacial. Elle avait beau être sûrement plus petite que lui par la taille, son approche avait été faite de sorte à ce qu'il ne puisse rien faire d'autre que se courber en arrière, tant elle menaçait de déposer empreinte sur son périmètre de sécurité. Mais seuls ses yeux l'épluchèrent avant que ses mots ne cherchent à le casser.

« Il me semble que tu étais capable de faire bien plus avec le Fūton que de simples prouts. M'aurais-tu menti? Entre les mains d'un illettré, une plume et son encrier ne serviront jamais à rien. Pour les mudrās, c'est exactement la même chose. »

Tranquillement, à sa seule sénestre, la Yasei aux éphélides se permit de réitérer les fameux signes qui aidaient à la malaxation de son chakra, sans le faire ressortir pour ne pas en gâcher davantage. Courte, elle pouvait l'être. Mais ces incantations n'en demeuraient pas moins complexes, même si forcées à se dérouler au ralenti en vue de convenir aux besoins d'un idiot pareil. Une légère brise naturelle vint parcourir sa crinière charbonneuse, lorsqu'elle scella le signe du Tigre devant son propre poitrail.

« Si tu es incapable de les mémoriser, ils ne te seront d'aucune utilité. Merci pour ce soir, j'ai bien rigolé. Tu ferais mieux de rentrer te plaindre chez toi, car la Brume n'a pas besoin de petits pleurnichards dans ses pattes et encore moins de boulets, sur son champ de bataille. »

Aussitôt, la Tigresse blanche tourna le dos à cet individu qui ne semblait plus satisfaire son intérêt ni sa curiosité. Trop plaintif et gémissant pour ne serait-ce que voir en face sa propre impuissance ou bêtise. La bestiale ne lui avait pas demandé son nom, qu'elle avait déjà eu envie de lui botter le cul plus que ses aiguilles n'avaient entaillé son minois. Pour autant, en lui répétant à nouveau et de manière plus lente la suite de signes incantatoires, elle avait trahi ce tout maigre espoir qui grésillait encore derrière ses côtes ; celui de le voir se dépasser pour l'étonner et pour grossir ses chances futures de survie en travaillant plutôt qu'en chouinant. Malgré tout, son visage demeura inflexible et elle ne daigna pas lui adresser un dernier regard. Pas tant qu'il braillait comme un animal agonisant et pas avant qu'il ne se mette à faire du Vent son allié le plus fidèle.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Lun 8 Fév 2021 - 18:32

Tokage s’était assis en tailleur sur le pavé, et regardait d’un air boudeur le sol. Enfin, assis … Après la nouvelle démonstration de Reikan, il s’était plutôt laissé tomber par terre. Lassitude, détresse, simple caprice enfantin … Tout un faisceau de possibilités s’offrait à l’interprétation. Il n’en restait pas moins que la Princesse des Vents prenait le large, après une dernière réplique cinglante. Plus cinglante que ce qu’elle avait espéré, peut être.

Sa dernière insulte, en particulier, avait touché Tokage en plein coeur. Un boulet au champ de bataille … C’était une conclusion à laquelle il était déjà arrivé lui-même, par le passé. A un moment où il était sur un lit d’hôpital, plus précisément. A peine réveillé d’un coma profond. Et seul. Terriblement seul. Précisément à cause de sa maladresse, de son incompétence, de tout son manque de talent et de son indolence.

Parce qu’il avait la conviction intime que, s’il n’avait pas été ce qu’il est, il y aurait encore aujourd’hui un être de chair et d’os pour porter le bandeau qui enlaçait le sien, autour de son bras gauche.

D’un revers de la main, il essuya la larme qui menaçait de s’écraser sur ses genoux, et renifla un bon coup. Ses doigts tremblaient légèrement, mais ça valait le coup de faire un essai, quand même. Un mudra après l’autre. Oiseau. Mouton. Cheval. Non, pas comme ça celui-ci … Oiseau. Mouton. Cheval. Tigre.

Rien.

Encore : oiseau, mouton, cheval, tigre. Oiseau, mouton, cheval, tigre. Oiseau, mouton, cheval, tigre.

L’agacement commençait à se mêler à la détresse. Il commençait à devenir une sorte de cocktail Molotov d’émotions qui n’allaient pas forcément très bien ensemble. Il était prêt à exploser. Il enchaînait les séries de mudras sans même faire attention à ce qu’il faisait. Les larmes qui perlaient au coin de ses yeux étaient devenues des larmes de rage et de frustration. Tout cela ne faisait qu’attiser un feu qui, silencieusement, pour l’instant, se changeait en brasier, n’attendant que la petite étincelle pour révéler toute l’étendue de sa combustion.

Son chakra sembla éclater comme une bombe. Il emplit l’air, se fit le maître des vents, et vibra à une fréquence brusque. C’était devenu un essaim d’abeilles en colère, une ruche agitée par le prédateur. Etaient-ce les larmes qui trompaient sa vue, ou l’air devant lui était-il vraiment troublé, agité de vibrations étranges, comme s’il prenait consistance ?

Il brisa son dernier mudra, cligna des paupières, et le charme fut rompu. L’air ne frémissait plus d’excitation, pas plus qu’il ne feulait à ses oreilles comme un chat furieux. Tokage releva la tête. Il ne distinguait plus la silhouette de Reikan devant lui. Son ombre, dans la nuit, avait dû s’échapper dans quelque ruelle, et partir loin, déjà, sans qu’elle ait rien pu voir de son exploit. Un exploit brut, cependant. Un début de prémisse d’apprentissage sérieux, seulement. Mais un début quand même … Quelque chose qui aurait pu être pétri pour prendre une forme plus agréable, plus régulière.

C’était perdu. Il laissa retomber ses mains sur ses genoux, et se mordit la joue. Il avait bien foiré. Pas seulement ce soir-là. En règle générale. Sa vie, il l’avait bien foirée. Un océan de vide, une mer de vanités. Sans valeur.

Ces pensées-là ne le mèneraient pas bien loin. Mais sans doute les avait-il scellées trop longtemps quelque part dans le fatras que lui servait d’âme pour ne pas ressentir leur poids décuplé, maintenant qu’elles rejaillissaient en pleine lumière du soir. La couardise a ses limites, que les sentiments ignorent.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Mer 17 Fév 2021 - 20:43
[invisible_edit]Yasei Reikan s'était arrêtée à l'entente de cette pulsation, dans la pénombre.

Il chialait comme une madeleine, dans la ruelle obscurcie par la nuit et plus encore par son chagrin. Contrairement à elle, qui souriait après être parvenue à ses fins. Dans son dos, les pas de velours de l'enfant des Bêtes se laissèrent volontiers entendre par celui qui regrettait déjà son départ, sans même se douter un seul moment de son retard. Et déjà, l'une de ses mains avait rejoint l'épaule de cet homme qui, malgré toutes les apparences, entendait bien donner du sien pour rendre honneur aux nobles bandeaux que son corps supportait au jour le jour. En cet instant charnier, ce contact physique eut la chance d'en paraître chaleureux, d'autant plus qu'il était accompagné par un sourire serein qui habillait les lèvres charnues de la changeforme. Dans cette nébulosité, ce farfelu guerrier n'avait pas abandonné toute chance de stagner et de ne pas progresser. Et cet effort, qui n'était – peut-être hélas pour lui – que le premier à ses côtés, la Tigresse blanche n'y était visiblement pas demeurée indifférente. Si bien qu'au bout de quelques secondes, elle daigna se séparer de ce lien charnel pour faire un pas en avant et lui adresser à nouveau la parole.

« Mais elle a besoin de gens qui veulent à tout prix éviter l'abandon. Visiblement, tu n'es pas que bon à seulement déambuler et livrer tes flatulences au peuple. Dans ce cas, j'espère que tu es prêt... parce qu'il va te falloir redoubler d'efforts si tu ne veux pas que ta prouesse tombe aux oubliettes et vienne garnir ton panel de techniques. Cette vie que tu as volé, tu vas la rembourser en apprenant de moi. Et tu ne quitteras pas la ruelle avant d'y être parvenu. »

La nature du rictus de l'Héroïne de l'Eau venait de changer, devenant plus malicieux et de ce fait, bien moins conciliant. L'index de la dextre dressé vers le corps sans vie du volatile qui gisait encore ici-bas, elle appuyait particulièrement sur la fin de cette argumentation qui justifiait son retour pour témoigner de l'ampleur de cette tâche à laquelle le shinobi venait de se livrer. Mais le pire, c'était probablement qu'avant même de commencer l'apprentissage auprès de la cheffe du clan Yasei, les larmes s'étaient déjà écoulées sur ses joues sans se faire désirer. Il ne restait plus qu'à prier pour son cas, s'il ne voulait pas, lui-même, s'écrouler dès les prochaines secondes. À défaut de soupirer face à une réaction aussi puérile qui l'avait peut-être attendrie au fond, l'enfant des Bêtes dressa l'un de ses avant-bras sur le côté en vue de le laisser se couvrir d'une épaisse couverte de brises bleutées, qui vibraient sous l'air ambiant et grésillaient comme des pétillements secoués par une harmonie pourtant si dangereuse qui rôdait à même la peau de la métamorphe. Cette maîtrise de l'affinité restait le témoin de sa puissance, qui livrait à cœur joie à la vue du combattant qui avait encore tout à apprendre du Vent. Comme il avait tenté de le faire précédemment, en expulsant de son carcan de chair son lien le plus cher avec ce qui sortait habituellement de son séant, la Yasei aux éphélides s'armait de cette même force – en moins putride et repoussante à l'évidence – afin de lui montrer toute l'étendue de ce que le chakra pouvait lui offrir, rien que par la voie des cieux.

Très vite, le spectacle prit fin et la lueur immaculée qui avait caressé les murs et les tuiles s'envola, sous la mélodie de ses boucles d'oreilles griffues repoussées par sa disparition.

« Ce que le Vent a à t'offrir, bien d'autres éléments en sont incapables. Il n'y a que lui qui peut faire fouler les arbres sur son spectre, faire batifoler n'importe quelle fumée pour en faire de pauvres souvenirs. Il n'y a que lui qui peut te faire sentir aussi lourd qu'un titan protecteur et aussi léger qu'un nuage secouriste. Le Vent est présent tout autour de nous et ce, à chaque instant. Il souffle, s'engouffre et se faufile partout où tu souhaites qu'il le fasse. Même pour te défendre des pires assauts, il se trouvera à tes côtés afin de t'épauler. Mais c'est à toi de savoir l'apprivoiser pour qu'il réponde à une telle attente, si tu en as la force. »

La crinière de jais plissa les paupières, avant de continuer.

« Retenir cette série de signes incantatoires t'a mis sur la bonne voie, alors tâche de ne pas t'en détacher stupidement. Maintenant, voyons voir si le danger est vraiment le seul paramètre déterminant pour te pousser à bout et te forcer à faire appel à lui. »

Shiroitora avait rabaissé son bras dominant le long de ses voiles typiquement orientaux, le temps d'une brise passagère. Puis son pied gauche, en proie à l'envie de se placer avant de s'autoriser à attaquer, recula en arrière dans le but d'annoncer sa préparation. Pendant quelques secondes, elle retint son agressivité pour le laisser formuler une éventuelle série de mudrās. Et une fois que trop de temps venait de se consumer à son goût, la guerrière aux épaulières dorées effectua un bond en étendant sa jambe droite bien vers l'avant, histoire de viser le point de chute et d'en faire avec exactitude l'emplacement de Yamanaka Tokage. Pour peu qu'il eut trouvé son moyen d'opposer à son coup de talon un mur de brises protectrices à temps, encore fallait-il que ce dernier soit assez résistant afin de le retenir. Et pour cause, la féline ne venait pas de miser sur un coup destructeur mais seulement puissant, pour s'assurer de la bonne volonté de son élève d'un soir.

technique utilisée:
 



_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Jeu 18 Fév 2021 - 16:51

Apparition mariale dans la nuit, lumière au bout du tunnel, elle avait reparu. Elle l’avait écouté. Et elle acceptait de lui offrir son aide. Tokage renifla un bon coup, dans un bruit absolument ignoble. Et avec ce ravalement de sinus, c’était comme s’il s’efforçait de mettre de côté toutes les émotions trop violentes qui avaient parasité son esprit. D’un reniflement, il refoulait la tristesse, le découragement, l’abandon, et renforçait son coeur de toute la détermination qu’il avait fait jaillir de lui dans son dernier élan de courage.

Il se remit sur ses pieds, et écouta d’une oreille certes un peu distraite, mais reconnaissante, les paroles de la Tigresse. Il émanait d’elle une aura particulière. Peut être était-ce simplement une vision de l’illuminé temporaire qu’était devenu Tokage, en la voyant reparaître devant lui comme l’ange qu’il n’espérait plus. Ou peut être débordait-elle simplement d’un charisme fou, allez savoir. Dans son état, le visage trempé de ses propres larmes, encore tout chamboulé, il aurait été bien incapable de dire laquelle de ces deux réponses était la meilleure. Et de toute façon, il s’en moquait bien. Même la technique qu’il était en voie d’apprendre, en elle-même, lui importait peu : ce qui comptait, c’était qu’il l’apprenne. Car il avait le sentiment que, s’il devait échouer dans cette tâche, alors ce serait la fin de tout. Il serait à jamais un déchet, un poids mort, et Daiki serait mort en vain.

Et ça, c’était un big no-no.

Il se tint prêt à parer l’assaut qui ne tarderait pas à arriver, il le savait. Les mudras étaient tellement ancrés dans son esprit qu’il n’avait plus l’impression que de savoir faire qu’eux : on aurait très bien pu lui demander de faire un autre jutsu, quel qu’il soit, qu’il aurait ressorti la même séquence. Oiseau, mouton, cheval, tigre. La difficulté résidait dans le fait de réussir à reproduire le jutsu, ensuite. Le pouvait-il seulement sans être la proie d’un débordement d’émotions ? Il en doutait. Mais il ne tarderait pas à le savoir, de toute façon.

Il composa ses mudras avec expertise, cette fois. Le timing était parfait : le coup de Reikan partait, sa jambe commençait à s’allonger alors qu’il exhalait son chakra, de son côté. Les vents répondirent à son appel. Ils vibrèrent devant lui, et ce fut alors comme si un voile translucide s’était déposé entre la Tigresse et le Tocard. Mais ce n’était pas assez, hélas : le bouclier qu’il avait réussi à ériger manquait cruellement de consistance, et le coup de Reikan le traversa presque aussi facilement que s’il n’avait été qu’éther.

Tokage se mangea donc un bon gros coup de pied. Un filet de sang jaillit d’entre ses lèvres, alors qu’il voyait sa tête percutée comme au ralenti par la semelle. La douleur était bien là, pas de problème. Diable. Elle savait ce qu’elle faisait, la bougresse. Mais ce n’était pas assez pour l’arrêter, cette fois, que ce petit peu de blessure.

D’un revers de la manche, il s’essuya la bouche. Il ravala sa salive, qui avait un horrible goût de fer. Son regard était resté le même : embrasé d’une détermination qui ne lui était pas coutumière, fiché droit sur Reikan. Il avait déjà joint ses mains, à nouveau, et semblait prêt. Prêt à reprendre une nouvelle fois.

« On recommence. »

Et dès lors, ce fut comme si l’ecchymose qui ne tarderait pas à apparaître sur sa joue n’existait même pas. Il n’était plus mu que par la seule force de sa volonté. Une volonté mille fois plus dure, mille fois plus formidable que son habituelle puérilité. Une volonté de Kirijin.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Ven 19 Fév 2021 - 21:32
[invisible_edit]Yasei Reikan haïssait les pleurnicheuses de tout son être. Fabriquée par les mains de la violence en personne, dorée d'une indifférence presque cruelle à l'égard de ces larmes seulement pesantes et inutiles qu'elle ne voulait plus retrouver à même ses yeux, force était de constater que regarder autrui se morfondre sur son propre sort demeurait une chose capable de la mettre hors d'elle et de lui faire perdre pied, au grand dam de ceux qui entendaient rester à ses côtés pour progresser à la vitesse de la lumière. C'était un fait de sa plus naturelle rigueur, qui d'une manière plutôt indirecte se voulait protecteur envers les personnes qui dissimulaient en elles une volonté à en terrasser les plus monstrueux. Ses méthodes s'avéraient farouches et torrentielles, à l'image de la merveilleuse bestialité qui l'animait de temps à autre et qui lui avait valu ce titre de Tigresse blanche à travers le Yuukan. Mais elles n'en restaient pas moins révélatrices auprès de certaines pépites qui gravitaient autour d'elle et, auxquelles la féline avait tant de choses à offrir. C'était le cas de cet homme, dont elle ne connaissait même pas encore l'identité.

Un tel heurt entre son coup de talon et le semblant défensif qui lui avait fait obstacle recracha une légère brise dans les environs. Mais hélas, aussitôt, la supériorité de son corps-à-corps s'empressa de prendre le dessus afin de réduire à néant ce tout premier effort qui, pourtant, était le témoin d'un bon départ. Sans vergogne ni pitié pour retenir la fin de son assaut, la Tigresse blanche frappa de plein fouet le visage du shinobi qui ne put retenir à des tâches cramoisies de joncher les pavés de cette veine abritée de Kiri la Grande. En reposant sa semelle sur le parterre, la crinière de jais ne fit que se redresser au-devant d'une telle défaite. Elle refusait à son dos de s'incliner, à ses mains de s'approcher afin d'aller réconforter ce combattant qui devait s'efforcer de puiser en lui pour trouver la force de ne pas céder à l'abandon, à la relâche désespérée. Parce que lui apporter son aide ne serait qu'une insulte à son bandeau, une amputation à toute la fierté qui pourrait dégouliner de son âme, dans l'optique de la réussite de cet apprentissage. Ainsi, la changeforme s'obligea à demeurer stoïque et à la reluquer de ses deux yeux prédateurs qui transgressaient la pénombre par leur azur, jusqu'à ce qu'il veuille bien assassiner son attente.

Jusqu'à ce qu'il entende bien lui faire preuve de sa détermination pour se remettre au travail.

La lueur éthérée d'un espoir venait de refaire surface à même les prunelles de l'enfant des Bêtes, à la vue et à l'ouïe du regain d'opiniâtreté de son camarade de la Brume. En gommant le sang de ses lèvres et en rejoignant ses mains l'une à l'autre, il lui intima la fermeté de sa témérité, sa ténacité. Une réponse parfaite aux moyens insensibles et presque tyranniques employés par la Capitaine de la Kenpei pour faire de lui un guerrier légitime et capable de se défendre aussi bien lui qu'un autre de leurs frères et sœurs d'armes, sur le champ de bataille. Mais avant de partir de plus belle dans ce bras de fer avec l'effort, Yasei Reikan leva un index pour lui faire part d'un dernier conseil.

« Tu ferais mieux de garder bien en tête que c'est d'abord par ton corps que le Vent doit s'exprimer, pour trouver la force d'en franchir la frontière. À l'extérieur, l'air que nous respirons te facilitera les choses. Mais tu dois lui donner la chance de faire de toi son impulsion. Conscient de tes limites, tu peux désormais penser à les repousser. »

Son dessein transmis, la Yasei aux éphélides courba d'abord l'échine puis l'entièreté de sa colonne vertébrale afin d'adopter une posture un peu plus bestiale. Tranquillement, elle attendit encore une poignée de secondes pour laisser une occasion à son homologue de se préparer. Et une fois que ce fut chose faite, les fins doigts de sa dextre s'imprégnèrent du roc terrestre en vue de renforcer les appuis de ses deux pieds déjà bien stables. La métamorphe se détacha de la surface d'un bond spectaculaire et se mit à tournoyer, à travers un élan bien plus engagé que le coup précédent. Comme une toupie, elle s'empressa d'atterrir sur la position directe et sans détours de son apprenti de nuit pour faire retomber sur lui une ruée de coups de pieds donnés l'un après l'autre.

techniques utilisées:
 



_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Ven 26 Fév 2021 - 14:53

Utiliser d’abord l’air qui venait de son corps ? Capiche. Rien d’impossible à mettre en place. Il suffisait juste d’un petit ajustement, voilà tout. Le conseil de la Tigresse n’entamait donc en rien la flamme de la détermination qui continuait de brûler dans les yeux de Tokage.

Il était prêt.

Oiseau, mouton, cheval, tigre.

Et la voilà repartie dans les airs. Quand bien même son attention à lui se devait d’être concentrée sur la défense qu’il tentait d’ériger, il ne pouvait s’empêcher de constater combien la dame était gracieuse. Ses mouvements de combat n’étaient pas ceux d’une humaine, ni d’un animal. Ils étaient à mi-chemin entre ces deux mondes, quelque part où ils ne ressemblaient à rien d’autre. Et c’était peut être pour cette raison-là qu’ils étaient si beaux. Si naturels. Sauvages et calculés tout à la fois. Comme une danse de guerre.

Tokage inspira à pleins poumons, gonflant sa poitrine au maximum. Si c’était l’air qui provenait de son corps qu’il devait utiliser, qu’à cela ne tienne : il en emmagasinerait le plus possible. Il souffla toutes ses réserves d’un coup, avec en tête la nette image de ce mur de vents si particulier qu’avait créé Reikan.

L’écran transparent des vents furieux se forma à nouveau. D’abord hésitant, un simple voile qui rendait la réalité un peu floue. Mais très rapidement, alors que Tokage finissait d’exhaler le contenu de ses poumons, l’air s’agita, et devint fou. Contrôlés par un courant mystérieux, les vents devenaient frénétiques. Ils tourbillonnaient, s’entremêlaient, virevoltaient les uns autour des autres pour former une maille épaisse et sans faille. Une véritable grille de protection impénétrable parce que solidement entrelacée. Le premier coup de Reikan fut arrêté net par ce mur d’éther.

Pas le deuxième.

La barrière céda alors que la belle frappait à nouveau. La mécanique des vents, trop jeune encore, sans doute, pour parer deux assauts consécutifs, même de faible ampleur, avait cassé. Le tissage aérien éclata lorsque Reikan le frappa. Ce fut alors comme un éclatement. Tokage fut poussé plusieurs pas en arrière par la force de l’explosion invisible, et évita ainsi de recevoir le coup qui lui était destiné. C’était le but recherché. Mais pas la bonne méthode. Et elle était bien trop bancale pour être pérennisée.

L’exercice commençait à être frustrant. Toute sa détermination, toute sa bonne volonté, toute sa rage, surtout, n’étaient pas assez grandes pour faire jaillir ce coup d’éclat qu’il espérait secrètement. Il y avait du positif, toutefois. Il avait réussi à ériger quelque chose qui pouvait prétendre au nom de mur. Il avait bloqué une attaque.

Mais comment rendre la barrière plus forte ? Comment la faire durer ?

Il n’avait pas besoin des conseils de Reikan, cette fois. Renouant avec ses premiers instincts de manipulateur du chakra entraîné à quelques-unes des techniques les plus complexes, il fit la déduction tout seul. Il avait bien observé le processus de sa technique. La résistance de son mur résidait dans le mouvement du vent qu’il imprimait. Il fallait qu’il soit unique, et assez puissant pour pouvoir bloquer des attaques plus fortes que celle-ci. Un courant trop faible pouvait être traversé par n’importe quel assaut. Des courants qui se contredisaient ne faisaient que fragiliser tout l’édifice. Voilà les deux piliers qu’il devait consolider. Après, ce n’était qu’une question de visualisation, et d’utilisation de ses acquis.

Il se remit en position. Cette fois, il était déterminé à ne pas échouer. Quelque part, il y mettait une pointe d’orgueil. S’il réussissait, il prouverait à cette femme, qui l’avait méprisé, que ses capacités étaient au-delà de ce qu’elle estimait. Du moins, de ce qu’il pensait qu’elle estimait.

« Allez-y à fond cette fois. »

Ca serait quitte ou double.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Dim 28 Fév 2021 - 13:45
[invisible_edit]Malgré les efforts, malgré toute la bonne hargne du monde qu'il avait employé, ce shinobi ne put se vanter de retenir l'entier enchaînement de sa consœur de la Cité Brumeuse. Ses traits et gestes, de concert, témoignaient de cette envie de bien faire et de tirer un trait sur cette maudite réputation de moins-que-rien avec laquelle Yasei Reikan avait entendu l'entacher d'inutilité, à contre-courant des bandeaux qu'il voulait bien porter. Cet homme venait de passer des larmes aux dents serrées, de la caresse d'un souvenir épineux à une douce mais ferme ambition qu'il souhaitait entretenir afin de changer son image et, peut-être, son avenir sur un champ de bataille. Le labeur d'ahans ne restait finalement que le fruit des agissements de la Tigresse blanche qui, dès le départ, avait fait preuve de robustesse, de rigueur en dépit de toute la féminité qui l'enveloppait. En effet. Ses mots avaient permis de lui fournir les armes pour combattre toutes ses peines et l'empêcher de se morfondre sur son fichu sort. Et ses coups, eux, contribuaient encore à raffermir la plus belle de ses volontés pour la dompter.

La dompter comme elle avait appris à le faire avec le Vent, dès son plus jeune âge.

Les pavés de la ruelle retrouvés, l'Héroïne de l'Eau gomma la courbe de sa colonne vertébrale pour mieux se redresser. Cette crinière de jais se mêlait à la pénombre environnante, au point qu'elle en paraissait plus majestueuse encore qu'elle ne l'était déjà au travers de toutes ces lumières qui s'y écoulaient, comme de spectaculaires filons de pierres précieuses courant parmi les roches les plus profondes. Au fond d'elle, la métamorphe savait qu'elle n'avait pas mâché ses propos. Mais le poids de ces frappes, jusqu'à lors, n'avait été qu'un échauffement de pacotille pour celle qui faisait partie de l'élite de la Main de la Justice, au sein du Brouillard. Et à cet instant précis, quelle ne fut pas sa satisfaction lorsqu'elle eut ouïe de la témérité de son camarade de la Brume, de vive voix? Pour le moment, si le timing pouvait s'avérer satisfaisant, sa défense manquait cruellement de résistance et d'épaisseur. C'était là un fait que la changeforme ne pouvait nier ni même réfuter, que ce soit pour le brosser dans le sens du poil ou s'en servir pour l'encourager à persévérer et ne plus céder face à la voix de l'abandon qui pouvait parasiter son esprit.

Il était vrai que la retenue s'était rendue maîtresse de ses actes, face à un tel Genin. Mais plus que quiconque, Yasei Reikan connaissait la perte de temps qui pouvait naître d'un tempérament si sage et réservé, par une modération un peu trop croupissante et devenue stérile de toute efficacité. Celle qui n'avait jamais pu bénéficier de l'indulgence de son père et maître, lorsqu'il fallait faire preuve de courage, réfutait désormais tout décorum de bienséance et de tolérance trop aimables, trop lourdes dans la vie d'un guerrier pour ne pas l'entraver. Il lui demandait d'y aller à fond, malgré la terrifiante relativité et le gouffre de logique dans lesquels ses propos plongeaient au vu de leur différence de niveau.

Cela n'empêcherait pas la féline d'y mettre du sien sans faire s'envoler ses limites.

« N'oublie pas que seuls les Dieux se permettent d'y aller de front. Les Hommes, eux, chercheront toujours à te mettre à mal avant de porter le coup de grâce. »

Ses remarques pouvaient paraître creuses de sens. Mais avec le peu de jugeotte dont il disposait, son vis-à-vis comprendrait sûrement son intention au moment même où elle ne se rapprochait que d'un pas vers lui, avant d'abattre avec brutalité l'un de ses poings fermés contre les dalles de cette veine obscure du quartier mercantile. Ni une, ni deux, la Terre se mit à relâcher son râle, à frémir et à retransmettre toute la force bestiale investie par la Tigresse blanche à celui qui devait désormais prier sa bonne étoile pour que son appel à l'aide au Vent soit suffisamment fort, suffisamment loyal. Sauvagement, la Yasei aux éphélides avait voulu le faire décoller du sol et rompre tout appui qui pouvait faciliter sa concentration et la malaxation de son énergie. Et, sans pitié, ses jambes lui permirent d'ores et déjà de se rapprocher au plus près de sa position, sur un de ses côtés.

Les voiles orientaux flottants, les parures exotiques brillantes, tout chez Yasei Reikan appelait à la mysticité et avait un goût de curiosité, de quelque chose de fascinant. Mais cette diversion, couplée à une perte d'équilibre que la Terre avait subi pour mieux la relayer à son élève d'une nuit, tranchait cruellement avec ce qu'elle s'apprêtait à lui infliger. Avec le martèlement et le battement bestiaux de ses poings, qui allaient résonner en échos sur l'entière silhouette du combattant de la Brume.

techniques utilisées:
 

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Dim 28 Fév 2021 - 17:26

Une phrase pleine de sens. Chargée de sagesse. Lourde d’une philosophie soigneusement ciselée. Trop, sans doute, pour l’esprit d’un navet comme Tokage. Car il n’y bita rien du tout.

Il retint cependant un « Gneh ? » emprunt d’une certaine classe – n’est-ce pas ? - aux portes de ses lèvres. Il fallait qu’il reste concentré, un maximum. Il avait appréhendé, à présent toute la complexité de la technique qu’il s’efforçait de maîtriser. Il savait les facteurs sur lesquels il lui faudrait jouer, quels seraient leurs points d’entrecroisement, et à quel niveau devaient se situer les jauges, à peu près. Mais tout ça était trop compliqué pour être improvisé, et donc pour relâcher son attention ne serait-ce qu’une micro-seconde.

En résumé, il avait passé sa vie entière à être un benêt, il pouvait donc bien laisser passer une opportunité de le montrer.

Le nouvel assaut était lancé. Mais il n’était pas frontal, cette fois. Tokage fut un peu pris au dépourvu : il s’attendait à ce que Reikan revienne à la charge avec quelque mouvement tourbillonnant digne des meilleurs cirques ambulants du Yuukan. Une technique comme la Toupie furieuse, le Manège enchanté ou le Mixeur de l’Enfer, quelque chose comme ça … Mais non. Elle avait frappé directement la terre. Et Tokage n’était pas assez stupide – en même temps, il aurait fallu être sacrément con - pour croire qu’elle avait manqué sa cible. Quelque chose de plus grand se préparait …

Et ça ne tarda pas à arriver. La terre gronda. C’était un mugissement furieux, qui semblait provenir des entrailles mêmes du sol. Les abysses du monde rugissaient leur douleur, alors que l’écorce se fendait et se soulevait d’un coup.

Par réflexe, à présent, plus que par véritable volonté, Tokage avait effectué la séquence de mudras – qui était devenue habituelle. Il savait qu’il devait ériger sa défense, il ne savait seulement pas quand. Cette diversion lui avait fait perdre ses repères, en plus de ses appuis. Il chancela un instant sur le sol devenu instable, mais ne tomba pas. Son regard n’avait pas cillé : il était toujours fiché sur la Tigresse, comme une flèche sur sa cible.

Et le coup arriva. Les coups, plutôt, portés d’une main – ou plutôt, d’une patte – d’expert. C’était le feu vert (oui, la patte de l’expert) : Tokage réagit au quart de tour. L’adrénaline prit le dessus sur la réflexion. Alors, ce fut comme si tout ce qu’il avait expérimenté, tout ce qu’il avait visualisé et tout ce qu’il avait déduit s’imbriquait parfaitement, comme les pièces d’un puzzle qui, soudainement, prenait tout son sens. Il exhala toute la puissance des vents dans un unique souffle. Et les vents répondirent à son appel.

Le mur d’éther s’érigea comme un bouclier sans couleur. Cette fois, l’air ondoyait avec un mouvement qui témoignait des progrès du Genin. Une véritable paroi s’était formée, entre Tokage et Reikan, faite d’une myriade de brises au souffle puissant, entrelacées comme les mailles d’un bon pull de laine. Mais pas le pull de laine tricoté par mamie pour Noël : on parlait bien d’un pull de laine capable d’encaisser certains des assauts les plus puissants du Yuukan. Un pull de laine du feu de dieu. Même si, au final, ce n’était pas un pull. Et il n’était pas en laine, aussi.

Une comparaison bien miteuse, donc.

Le résultat était là, toujours : Tokage avait réussi. Il avait paré l’assaut qui le ciblait avec brio. Les vents frémirent un instant encore, avant de retrouver leurs courants familiers, laissant s’évanouir dans l’atmosphère le bouclier qu’ils avaient constitué, l’espace d’un instant. Tokage tituba, ses mains toujours jointes dans un mudra inutile. Il finit par trébucher, et par tomber sur le pavé.

Il était épuisé. Epuisé, mais content. Le sourire benêt était revenu sur ses lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Mar 2 Mar 2021 - 20:22
[invisible_edit]La Terre avait tremblé, frissonné de terreur sous le coup de la Tigresse blanche. Mais malgré cela, la réussite pendait au nez et à la barbe – seulement imaginaire – de son apprenti temporaire. Son équilibre perdu ne demeura en rien le témoin d'un échec, le présage d'un énième essai rendu vain par son manque de courage et d'entrain. Il avait vacillé, mais n'était pas tombé. Il avait pleuré, mais n'était pas parti en courant suite au retour de cette cruelle leçon de Yasei Reikan qui ne voulait pas l'épargner ou le laisser filer. Avec brio, il avait formulé une telle série de signes incantatoires ayant investi sa mémoire et chaque parcelle de sa maigre intelligence. Les coups de la féline, s'ils étaient d'une force conséquente et cherchaient à percer la défense fraîchement déléguée à cet individu, ne parvenaient toutefois pas à atteindre cet objectif. Ses poings rendus bestiaux et cruels frappèrent sans remords cette couche vibrante, sans que ses griffes ne réussissent à y enfanter une brèche, y creuser la naissance d'une amputation qui aurait pu trahir la volonté avec laquelle la barrière avait été créée. Sa solidité n'était plus à sous-estimer, au même titre que sa détermination à protéger le garçon n'avait pas démérité à l'instant le plus crucial ; celui où la métamorphe avait monté d'un cran la puissance de son assaut.

D'un pet venteux ridicule, il était passé à des brises salvatrices d'une étonnante épaisseur.

Une dernière frappe lui permit de déterminer avec quelle intensité le combattant de la Brume s'était investi dans l'édification de cette protection, dans cet ultime effort qui n'allait pas tarder à brider ses forces et son souffle par la suite. Une onde de choc parcourut le mur entier, le sol, les murs de la ruelle, chassant les rares feuilles mortes qui dormaient à l'ombrage des pavés. Un petit nuage de poussière fut même relâchée au sein de la rue mercantile principale, où la lumière battait l'obscurité à plate couture contrairement à cette veine qui les accueillait. Cette petite muraille de Vent vint finalement céder, après avoir épongé brillamment l'entièreté de son enchaînement bestial. Libérée du joug de son utilisateur, elle avait fièrement rempli sa tâche, si bien que notre jeune homme ne présentait la moindre blessure hormis celles déjà éprouvées, avant qu'il ne dresse la barrière, en dépit de toute stabilité. Lentement, les yeux azurés de l'Héroïne de l'Eau descendirent sur sa silhouette qui s'était écroulée sur elle-même, harassée par la perte d'énergie conséquente et le trop-plein de pénibilité. Quelques secondes furent nécessaires pour analyser à quel point sa prouesse demeurait notable et surtout, suffisante aux yeux de l'exigeante et intransigeante Jōnin. Parce que si tel mur pouvait s'élever à une vitesse inouïe, celui de son élève d'un soir n'en demeurait pas moins aussi résistant que le sien.[invisible_edit]

Ainsi, la Tigresse blanche courba l'échine et le dos pour arriver à sa hauteur.

« Nous sommes loin du pleurnichard ou du boulet, désormais. Tu ne trouves pas? »

Yasei Reikan laissa poindre un sourire sur ses lèvres charnues, alors empreinte de sincérité et de satisfaction. Ses paupières s'étaient plissées comme ses traits s'étaient rendus plus doux envers celui qui se trouvait en la ruelle. D'un homme traqué, il était passé à un de ces guerriers auxquels l'enfant des Bêtes avait bien voulu laissé une partie de son savoir, de sa force. Même si elle avait dû creuser, la métamorphe avait trouvé une de ces personnes qu'elle pouvait estimer sans détours, sans doutes ni craintes ; désormais, cette dernière avait appris à se rendre utile pour Kiri la Grande, bien plus que si elle n'avait pas croisé le chemin de Shiroitora. Notre Yasei aux éphélides laissa la brise estivale faire danser ses mèches charbonneuses autour de son visage et ses boucles griffues au-dessus de ses épaules. Mais un détail vint déranger ses bonnes pensées et titiller de plus belle sa curiosité, l'autorisant à créer une étincelle dans son regard myosotis.

La combattante aux épaulières dorées se redressa et tendit une main à cet homme.

« Puis-je au moins avoir le nom d'un homme qui contribuera au bien de la Brume, au creux des prochaines catastrophes qui nous guetteront? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Lun 8 Mar 2021 - 18:41

Tokage attrapa la main que lui tendait Reikan. Mais la sienne était moite. Il glissa, et retomba sur le pavé alors qu’il était à mi-chemin pour se relever.

« Ouïe ! Ca fait mal au popotin. »

Quelque chose était très vite redevenu gamin dans sa façon d’être. Comme si le succès qu’il venait de conquérir à grosses suées avait éclipsé d’un coup tous les tracas par lesquels il était passé. Une brise avait soufflé dans son esprit (il y avait la place, il faut dire) qui avait suffi pour chasser les tourments pourtant si ravageurs qui, quelques instants auparavant, semaient encore un joyeux désordre là-haut.

Il rebondit néanmoins sur la remarque de Reikan, à défaut de rebondir sur le sol.

« Un homme qui … contribuera au bien de la Brume … ? »

Il resta une seconde hébété, le regard aussi vide que la calebasse qui lui servait de crâne.

« Bah j’sais pas. Vous pouvez demander à un shinobi, si vous êtes gentille il vous dira peut être son- »

Il s’interrompit tout à coup, la bouche ouverte entre deux mots. Il y avait une vacuité immense dans son regard. C’était comme si, là-dedans, tout l’univers se reflétait. Un espace infini de vide, d’éther. Et, çà-et-là brillaient quelques lueurs astrales, pâles lucioles dans un océan noir, sombre, glauque. Des mondes de plaines rases, de vents insignifiants, qui étaient autant de pensées sans queue ni tête. Des univers entiers de rien. Nada. Que tchi. Tout ça dans un seul regard de cocker en plein trip sous acides.

« Vous vouliez dire moi, c’est ça ? »

Il rougit – ce qui lui allait très bien, d’ailleurs – en se relevant – tout seule cette fois, la perspective d’une seconde chute l’avait refroidi. Il s’épousseta le pantalon.

« J’m’appelle Tokage. Yamanaka Tokage. »

Et il eut soudainement très envie de boire un vodka martini, même sans avoir aucune idée de ce que pouvaient bien être la vodka et le martini – encore que le nom de ce dernier item lui sembla très joli. Presque aussitôt, il s’empressa d’ajouter :

« Mais c’est pas la peine de me demander de faire des trucs de Yamanaka, hein. J’ai tout perdu avec la Résonance. J’le dis au cas où ... »

Enorme bobard, qu’il n’avait aucune honte à ressortir à toutes les sauces aux personnes qui avaient la grâce d’entendre son nom. Inutile de revenir sur les motivations qui l’avaient poussé à mettre en place ce stratagème.

« Et moi … J’peux connaître le nom d’une femme qui contribue au bien de la Brume ? Quand j’dis contribuer au bien je pense qu’à des trucs propre hein, pas à … Enfin, vous m’comprenez quoi. J’veux pas dire ... »

Et avec ses mains, il fit des gestes plus que clairs sur les intentions qu’il n’avait pas, mais qu’il illustrait quand même avec grand soin.

Il avait quelque chose de touchant. Parce qu’au fond, on a toujours cette tendre pitié pour l’idiot du village.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Mer 10 Mar 2021 - 22:05
[invisible_edit]Voir autant de conneries en un seul carcan de chair et en si peu de temps manqua de faire vaciller Yasei Reikan, qui néanmoins resta bien ancrée dans ses appuis. Au su et au vu de cet individu qui venait de lui faire part de son identité parmi la nuit noire, la métamorphe ne put s'empêcher de lui abandonner un sourire en l'étirant au coin de ses lèvres charnues. Yamanaka Tokage. Tel guerrier, si d'aucuns pouvaient peut-être douter de cette qualité tant il lui faisait parfois honte par son attitude et sa bêtise, cachait bien des ressources pour avoir réussi à suivre sans plus rechigner que cela les traces de l'enfant des Bêtes, même le temps d'un soir comme celui-là. Sous une lune bouffée par l'espace dans lequel elle baignait, il était parvenu à enrichir son panel de techniques avec un jutsu redoutable et maître dans l'art de la protection par les vents. De roi des pets, il était passé à roi des brises pour assurer un peu plus la fermeté et légitimité de ceux qui contribuaient à la préservation de la Cité Brumeuse et ses intérêts. Malgré ses actes qui lui avaient voulu cette poursuite par la Tigresse blanche, il n'en demeurait pas moins un enfant de la Brume, même abruti, qui portait deux de ses bandeaux avec fierté.

Ce mal-aimé de l'Esprit avait beau avoir insinué ses arrière-pensées trop outrecuidantes à chaque commissure de ses mots, la féline avait redressé son dos d'une noble droiture face à lui, qui venait à peine de se relevé. Ses perles céruléennes s'étaient échoués sur le Yamanaka, alors qu'un autre petit rire menaçait de résonner dans sa gorge avant d'en ressortir à l'entente de ses idioties. Mais le cliquetis de telles épaulières tranchées, autant que ses boucles d'oreilles griffues la rendaient plus bestiale que n'importe qui d'autre, trahissaient ses qualités de combattante qui se trouvaient à mille lieues des parades nuptiales exercées dans certaines maisons. Au bras de la pénombre, nul astre ne savait mieux luire qu'elle et ses parures exotiques sorties d'un autre monde, d'une autre terre. Et au même titre que son aisance avec le Vent, la mysticité qui enveloppait Reikan n'en demeurait pas moins marquante pour ceux qui croisaient sa route. Mais sans laisser s'étendre plus longtemps le suspens, elle ramena sa dextre jusqu'à elle avant de lever la voix pour se faire entendre auprès de son élève d'une nuit et peut-être, son ami pour l'avenir.

Du moins, pour l'heure, le plus grand con qu'elle avait croisé dans le Yuukan.

« Yasei Reikan, la Tigresse blanche. Enchantée d'enfin savoir le nom de celui qui m'a échappé un rire et une colère en une soirée seulement. Et un jutsu aussi, j'oubliais. »

Les pupilles de la changeforme s'en allèrent sur le côté, auprès du peu de luminosité que libérait la sortie de la veine vers cette artère mercantile. Puis, son minois se délivra de cette lumière tamisée pour se vouer à la voûte étoilée, encerclée par toutes les toitures qui les avaient entourés tout au long de cet apprentissage. Alors qu'une idée lui traversa l'esprit au même moment où elle aperçut la chute d'une étoile filante, sa nuque se pencha légèrement sur le côté pour exercer une mimique féline et intrigante, berçant le silence avec une mélodie du magatama pendant à ses lobes. Après quelques secondes de réflexion, une brise estivale l'obligea à courber l'échine et à faire retomber son regard d'éther sur la silhouette du Yamanaka, qui n'avait hérité de ce clan que le nom. Loin d'être plissées, ses paupières affichèrent la même douceur que l'ensemble des traits de son faciès, détendu par la nouvelle tournure que cette rencontre pouvait bien prendre au gré de leurs envies.

« Je ne peux que te féliciter d'avoir réussi, d'ailleurs. Je pensais que nous pouvions récompenser ces efforts autour d'un bol de nouilles, chez un ami à moi qui se trouve à deux pas d'ici. Qu'en dis-tu? »


_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 28 Juin 2021 - 10:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Dim 21 Mar 2021 - 16:55

Tokage crut d’abord qu’elle parlait de lui, en évoquant « un bol de nouilles ». Mais force était de constater que – pour une fois – il n’était pas le centre de la conversation. Toujours est-il qu’il avait fourni un effort conséquent, et que ça se ressentait à la fois sur son moral et sur son estomac. Celui-ci ne manqua d’ailleurs pas se manifester par un gargouillement particulièrement sonore. Un nouvel éveil de Sanbi n’aurait pas été plus bruyant.

« Eh bah pourquoi pas, tiens. »

Et, cahin-caha, il suivit la Yasei dans les ruelles, plus guidé par l’appel des nouilles que par la véritable envie de passer plus de temps avec elle. Il faut dire qu’elle l’avait poussé à bout, tout de même. Et même si le résultat final justifiait tous ces efforts, il ne pouvait s’empêcher de ressentir une once de ressentiment à son égard.

Un ressentiment qu’un bon traitement en bouffe finirait bien par effacer.

Quelqu’un de plus vif que Tokage aurait vite fait d’enregistrer les maigres informations que Reikan lui avait données et de les exploiter pour déduire un certain nombre de choses au sujet de la dame. Son patronyme, par exemple, qui faisait d’elle une personnalité particulière au sein de la Brume. Ou encore le titre avec lequel elle s’était présentée à lui, et qui aurait, normalement, dû faire écho dans sa mémoire aux murmures impressionnés de toute la population du village. La Tigresse Blanche. Sans doute, s’il avait porté plus d’intérêt à la vie de ses semblables et aux hauts faits de ses camarades, il aurait compris qu’il était en présence d’une des élites de Kiri.

Mais il n’en savait rien. Bienheureux les simples d’esprit, hm ?

« J’espère que vous m’emmenez pas dans un trou miteux. Vous savez, j’ai p’tetre l’air du dernier des pégus, mais j’ai du goût, quand même ! Et les restaus de Kiri, j’les ai tous faits ! »

C’était un bobard, mais pas méchant cette fois. Il était cependant normal que, vivant à Kiri depuis la prime jeunesse du village, il ait eu l’occasion de goûter à la plupart de ses offres culinaires. C’est qu’il aimait bien manger, le bougre. Pour ce qui était de payer ses repas, il trouvait toujours une façon de s’arranger. Plus ou moins honnêtement …

Mais en lieu et place du trou miteux qu’il s’attendait à découvrir – oui, il n’avait pas de très grandes espérances quant aux goûts de Reikan – il se trouva face à ce qui ressemblait plus à un palais de l’alimentation qu’à autre chose. La plupart des lieux de bouche de Kiri étaient des étals, des échoppes, à la limite de petites boutiques dans lesquelles on s’installait sur un haut tabouret pour quelques minutes, mais rarement des heures. Oh, bien sûr il y avait toujours ces lieux plus extravagants, où quelques noms de la « haute » se retrouvaient, en cercle fermé, pour goûter à des plaisirs qui ne regardaient qu’eux. Mais là …

« Bordel de … »

Un chat qui passait par là eut la bonne idée de miauler au moment opportun, censurant du même coup la fin de cette auguste phrase.

Et à vrai dire, les chats ce n’était pas ce qu’il manquait dans le coin. Il y en avait de toutes les couleurs, tailles et corpulences qui traînaient aux abords de l’établissement. Enfin, de toutes les corpulences … La plupart étaient plutôt bien nourris, pour tout dire. Quelques-uns marchaient même sur leurs pattes arrières. Quelle classe.

L’un d’eux portait même un collier. Dessus était gravé son nom : « Rucky ».

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Mer 30 Juin 2021 - 21:30
[invisible_edit]La crinière de jais, elle dansa déjà au nez et à la barbe de Yamanaka Tokage pour prendre les devants.

De l'ombre de leur nid d'apprentissage, ils passèrent à la lumière tamisée des ruelles de Kiri la Grande. Là où l'été battait son plein, même dans une nuit noire que la civilisation combattait à feu et à sang, les enfants de notre Brume donnaient du leur en vue de continuer le marchandage, pour alimenter la vie nocturne du cœur d'azur du Pays de l'Eau. Sans se retourner sur ces pavés écharpés de brumaille et souvent lavés par les pluies, Yasei Reikan se mit en avant de manière à guider le Genin qui, en l'espace d'une pauvre soirée, avait peut-être abandonné ses médiocres flatulences pour libérer son village de ses ignominies. Si sa fragilité avait déplu au premier abord, à tel point qu'elle avait poussé la guerrière aux épaulières dorées dans ses petits retranchements, force restait de constater que les efforts de son émule avaient su la charmer et l'obliger à demeurer à ses côtés pour ne pas laisser un camarade du Brouillard à la dérive. Cet homme paraissait foutrement con. C'était un fait. Mais il existait de ces cons que la Meneuse du clan Yasei tendait à affectionner et à apprécier, si ce n'était pas les envier pour leur faiblesse d'esprit qui les éloignait des responsabilités et des sentiers les plus sinueux. Afin de devenir un combattant reconnu et méritant, celui-là n'avait plus qu'à apprendre auprès des deux célèbres sœurs qui terrassaient les esprits les plus fiers, les plus imbus d'eux-mêmes ; l'humilité et la modestie.

Pour l'heure, les estomacs s'étaient bien creusés sous le poids du Vent.

Et il fallait les remplir.

De l'agitation des Hommes au calme des Bêtes, il y eut une folle transition. Plus mystique. Mais pas moins brutale. Le visage désormais peint d'un discret sourire, la démarche assurée, la Tigresse blanche ne prévint même pas son apprenti du soir lorsqu'elle eut changé de direction pour emprunter des veines moins denses, moins larges pour rejoindre le quartier de fortune des enfants des Bêtes. Nul doute que ce restaurant dont elle s'apprêtait à lui faire grignoter le pas n'avait jamais subi son jugement, dans les ombres de la Cité Brumeuse. Car à mille lieues des ergs du Désert, au creux même de l'Archipel de l'Eau, des dizaines de changeformes avaient garni d'efforts leur séjour pour se construire le semblant d'une petite renaissance. Libérés des barreaux de leurs chairs humaines, qui les muselaient parfois au silence et à la honte au sein de la Cité des dunes, ces changeurs de peau n'hésitaient désormais plus à se montrer, se révéler. Si bien qu'à leur passage, il ne fut pas rare de croiser ces quelques animaux aréiques ou ces autres plus banals auprès de qui beaucoup d'Hommes risquaient de se méprendre, tant la virtuosité de leur changement de peau n'était plus à remettre en doute, à pointer du doigt. Arrêtée au milieu de la rue, décorée de voiles orientaux et de lampes de papier, la féline ne put s'empêcher de s'accroupir près du petit chat noir qui venait de se présenter à ses chevilles. Ses fins doigts glissés entre ses oreilles bien pointues, il se mit à frémir de satisfaction avant de lui adresser un miaulement gratifiant et de s'en aller.

Sitôt présentée à l'entrée d'une adorable enseigne au symbole de poisson, la féline tendit sa main vers la maison de bouche pour intimer à l'enfant de l'Esprit de s'y engouffrer.

Mais elle fut vite gobée par une immaculée et énorme bouche, sous le cri d'un affamé.

GWARP.

Sur l'instant, l'Héroïne de l'Eau n'eut pas vraiment de réaction si ce ne fut celle de la passivité. De la patience, en attendant que le gros chat qui voulait la goûter ne finisse par la lâcher de lui-même.

« R-...REIKAN-NĒSAN!! PARDONNE-MOI... je n'avais pas vu que c'était toi!
Ce n'est rien. Je vous ramène un nouveau client, Kumogiko. Tâche d'en prendre soin.
UN NOUVEAU QUOI? »

Immédiatement, la dense et touffue boule de poils de neige se mit à frétiller, pour mieux se frayer un chemin sournois jusqu'à Yamanaka Tokage. En grimpant sur ses chaussures, ses vêtements puis ses cheveux en pétard ou en palmier, il se permit de le renifler avant même qu'il n'ait le temps de parler. Sous toutes ses coutures, l'apprenti du Vent fut investi et épié avant de mettre les pieds sous la table de cette mignonne maison de bouche. Ce chat sans yeux ou aux paupières trop fermées pour les donner au monde, il se releva même sur ses pattes arrières en demeurant sur le crâne de leur invité, en se servant de lui comme nouveau moyen de transport. La voix plus grave et moins cagneuse, après avoir osé saisir de ses petits crocs la douce main de la Cheffe du clan, il adopta presque une posture militaire.

« Il a l'air gentil et inoffensif. Vous pouvez entrer!
Merci. »

Loin d'être gênée par la situation, Yasei Reikan reprit le sourire qui l'avait sublimée à son arrivée dans le hameau des changeurs de peau venus de loin. Et alors que les voiles ruisselaient sur les préciosités de ses mèches d'ébène, elle entraîna le jeune homme dans cette tentation qui ne tenait qu'aux entrailles, qui ne guidait que les papilles même des plus féroces guerriers.

Car à l'intérieur, se cachait un véritable festival culinaire où toutes sortes d'enfants des Bêtes prenait du bon temps.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Contenu sponsorisé

Gone with the wind [Yasei Reikan] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Gone with the wind [Yasei Reikan]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: