Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Jiki Masami
Jiki Masami

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Mar 5 Jan 2021 - 16:56
Yanosa réussit à défendre contre les flèches, ce qui lui permit de se débarrasser de deux des ennemis en quelques secondes. En même temps, à trois, il était difficile de garder quatre ennemis en mouvement. Un ou plusieurs étaient des shinobis, alors pas de quartier. De toute façon, cela n’allait pas être la châtaigne qui allait verser une larme sur un type tué à droite ou à gauche. Les faibles devaient courber l’échine, s’entrainer et peut-être un jour pouvoir prendre leur revanche et diriger. Tel un cycle immuable, la violence ne s’arrêtait pas, elle changeait de mains. Quoi qu’il en soit, l’effet escompté était présent, celui qui devait être le chef ou tout comme commença à parler à une vitesse ahurissante. Même pas besoin de le torturer, les gens de l’extérieur étaient tout de même particulièrement faibles. Elle n’allait évidemment pas le tuer, sinon comment avoir des informations ? Surtout que ce n’était pas parce qu’il sortait cela comme ça qu’il disait toute la vérité.

Jiki Masami • « Des braconniers hein … Je me moque de tes femmes et tes enfants, mais par contre … »

L’adolescente s’arrêta dans ses paroles lorsque Yanosa lui parla de tuer devant témoins. Elle ne comprenait pas tellement le souci pour le coup, et elle jeta un coup d’œil sur les gardes.

Jiki Masami • « Et alors ? Qu’est-ce que ça peut faire de tuer deux ennemis sur quatre ? Je ne vais pas prendre de gants alors qu’ils savent utiliser le chakra. Perso, je trouve ça étrange des braconniers qui savent utiliser du chakra. »

Expliqua alors Masami en gardant toujours le garde si bavard sous la menace de son kunai. Cependant, Yanosa lança sur les gardes des armes de roches pour tous les tuer. Elle leva un sourcil perplexe en penchant la tête. Pour le coup, la Jiki ne l’avait vraiment pas vu venir.

Jiki Masami • « C’est toi qui les a tuer en même temps avec une technique ninja … »

Répliqua simplement Masami, peu marquée par la mort de huit personnes incapables de se défendre. D’autant plus que les paramètres de mission demandaient la sécurité pour le convoi en entier avec le personnel. Yanosa avait disparu, ou en tout cas le clone, peu décidé à rester et à assumer visiblement. Un brin surprise, elle regarda autour d’elle et prit son temps avant de répondre à Teruyo qui semblait être fâché. Ce n’était pas très étonnant lorsque l’on le connaissait bien.

Jiki Masami • « Non mais … moi, j’en avais tué que deux, les deux autres étaient là pour parler hein … Je suis certaine qu’ils ne sont pas ce qu’ils disent être …. Mais là maintenant … »

Masami se contenta de hausser les épaules, après tout, ce n’était pas son problème. Ce n’était pas son pays, pas ses actes, elle se moquait bien de ce que l’on pouvait dire sur elle. La châtaigne récupéra tout de même ses différents projectiles. Elle n’était pas prête à laisser ces traces-là ici. Les impacts étaient clairs et un spécialiste comprendrait bien ce qu’il venait de se passer.

Jiki Masami • « Par contre … On fait quoi de tous ces corps maintenant ? Si quelqu’un les regarde, ils devineront qu’ils ont été tués par des shinobis. On peut les enterrer, les brûler, mais ça va prendre du temps. »

Nonobstant, pendant ce temps-là du côté de l’ours, Masami observa la scène sans rien faire de particulier. Les ouvriers semblaient être très heureux d’être en vie, ce qui lui semblait normal après tout. Qui n’apprécierait pas !?

Jiki Masami • « Pourquoi on le récupère le mort ? Vous voulez en faire quoi de toute façon … »

Demanda un peu perplexe l’adolescente, peu au fait ou compréhensive face aux sentiments des autres. Elle ne préféra rien dire pour le coup, au sujet des gardes. Quoi qu’il en soit, elle était prête à dépecer en morceaux l’ours si jamais il faisait son malin. Elle prit un de ses javelots en main. C’était l’occasion de tester sa nouvelle technique non ? Surement que l’ours n’allait pas demander son reste après pareil traitement.


Résumé : Masami récupère ses armes sur les braconniers, et ne fait rien de spécial côté ouvriers à part prendre en main un javelot en surveillant la réaction de l’ours.
santé : ok
chakra : 4B 1C 6D

techniques :


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Narrateur
Narrateur

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Ven 15 Jan 2021 - 1:01
Du côté des gardes, tous sont morts, aucun n'a pu en réchapper, étant tous totalement immobilisés d'une manière ou d'une autre.

De l'autre côté, l'ours ne semble pas parvenir à se libérer immédiatement. Sans doute la puissance de la technique est-elle encore trop grande bien qu'elle ne soit plus maintenue, et sa cohésion tout comme l'impossibilité pour l'ours de faire le moindre mouvement rendent la tâche de libération bien complexe pour ce dernier.

Les ouvriers se rassemblent donc rapidement et certains viennent vers le mort, confirmant vite à tous qu'il n'a pas pu survivre à sa blessure bien trop grande. Alors que Teruyo commence à les questionner, l'un d'entre eux prend les devant et se gratte la tête, l'air embêté.

- À vrai dire... On a pas trop réfléchi sur le moment... Les loups étaient partout, on a juste couru le plus vite possible en essayant de rester grouper. On a pas suivi les gardes, on a même pas fait attention à eux. C'est juste quand on s'est arrêtés ici qu'on s'est rendu compte qu'ils n'étaient pas là. Puis de toute façon... Excusez-moi hein, mais c'était des amateurs au mieux... On les avait embauché pour avancer et vous faire perdre un minimum de temps et commencer au plus vite les réparations d'Iwa... On a été servis. On a foutrement mal choisi. Vous les avez retrouvé au moins ?.. Ils étaient peut-être nuls, mais ils étaient pas foncièrement méchants je pense. Ce serait dommage qu'ils se soient fait attrapés. Pour la caravane...

Il prit quelques secondes à réfléchir, les yeux relevés par réflexe pour fouiller sa mémoire, avant de répondre.

- Si j'me souviens bien, ils ont vu des trucs bouger, yen a un qui a prit son arc et qui l'a armé, quelques loups sont sortis des fourrés. Le mec a paniqué, il a tiré et à partir de là c'est devenu n'importe quoi. Nous on a fui jusqu'ici, on s'est arrêtés et alors qu'on discutait de quoi faire et qu'on comptait combien on était, l'ours a débarqué et il a choppé Sato... On a juste eu le temps de grimper, on a attendu, et vous êtes arrivés.

Alors que tout le monde commence à s'activer pour rejoindre le convoi maintenant que vous êtes là, la question de Masami arrête la plupart des mouvements, l'homme qui avait prit la parole pour le groupe revenant vers elle, les sourcils froncés.

- Vous voulez qu'on le laisse pourrir là, c'est ça ? Il n'est pas moins respectable qu'un shinobi, lui aussi il a le droit à une tombe correcte où sa famille pourra venir le voir.

Visiblement secoué par la remarque de la jeune fille, l'homme fit signe à ses camarades de reprendre le travail. S'il avait eu un premier bon appriori, cette phrase l'avait touché sans doute plus que l'adolescente ne pouvait se l'imaginer.

Suite à cet intermède, vous terminez rapidement les préparatifs du départ. Les ouvriers réorganisent les chariots pour pouvoir faire le transport jusqu'à Iwa, mais le plus gros du problème semble désormais derrière vous.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Ven 15 Jan 2021 - 12:56
Tandis que le véritable Yanosa s’affairait pour charger les corps des caravaniers et préparer au mieux le convoi au départ, il fut envahi d’un seul coup par les expériences de son clone et le profond désarroi qu’il avait tâché d’enterrer sous le poids de son devoir. D’une traite, il emmagasina les réactions de ses coéquipiers, n’en éprouvant aucune surprise quoi que ressentant un brin de déception quant au manichéisme et la naïveté de leurs réponses à ses actes. Expirant longuement, il se prépara à accueillir la colère du Miyamoto, s’éloignant du survivant isolé qui récupérait à une extrémité du convoi pour éviter qu’il ne soit témoin de la scène qui allait certainement suivre. Et assurément, lorsqu’il aperçut la silhouette bedonnante du maître de la lumière, il put lire dans son regard tout le ressentiment sous pression, prêt à lui exploser à la figure.

Une main dans une poche, nota l’Oterashi. Posture peu courante pour un homme dans un tel état de colère. Le guerrier de pierre quoi qu’il en soit ne le jugea pas, conscient de leurs divergences et du fait que ses actes étaient voués à provoquer ce genre de réaction chez un homme comme Teruyo. Immobile, Yanosa le laissa venir à lui, puis repoussa sèchement la tentative du Chuunin d’attraper ses bandages avant de promptement intercepter la main soudainement sortie de sa poche, saisissant le poignet avec fermeté.

« ...Ce qu’on va faire, pour commencer, c’est se calmer. Ensuite, une fois les ouvriers revenus, nous nous préparerons au départ, et apporterons toutes ces ressources et ce personnel à Iwa comme prévu. »

Il relâcha son emprise sur le poignet en le repoussant sèchement sur le côté, prêt à réagir au cas où le Miyamoto tentait de récidiver. Pour la première fois, songea-t-il, lui incarnait le calme et l’apaisement, tandis que Teruyo se laissait posséder par ses émotions. Une ironie dont il ne pouvait pas vraiment profiter, impacté malgré lui par la décision qu’il avait du prendre.

« Ce genre de scène… n’est jamais facile à digérer. Tâchons de faire en sorte… que leur sacrifice ne soit pas vain »acheva-t-il tandis que des bruits de pas dans les fourrés semblaient indiquer l’arrivée du groupe d’ouvriers.

Le regard que le Tellurique adressa alors à Teruyo, en apparence d’une froideur inhumaine, véhicula alors en dépit de cela l’injonction solennelle, la supplique implicite de ne pas rendre caduque le sacrifice en question. Celui des hommes innocents qui étaient morts, d’une part, mais aussi le sien, celui de cette part d’humanité, encore une, qu’il avait exécuté sur l’autel de sa mission. Bientôt, si l’ambiance pouvait s’y prêter, ils pourraient enfin mettre les voiles et retourner à leur cité pour lui rendre un semblant d’habitabilité. Yanosa espérait bien, après de pareils contre-temps, ne pas avoir à gérer de nouveaux écueils sur la route qui les y mènerait, mais dans un monde où six gardes se trouvaient incapables de garder leur sang froid face à autant de loups, tout était possible.


Spoiler:
 

_________________
[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Mer 20 Jan 2021 - 18:53

Agissant bien plus sous l’effet de la colère que pas réelle envie de nuire, Yanosa ne se laissa pour autant pas berner par ma misérable tentative de l’immobiliser et esquiva sans le moindre mal la main tendue, non pas pour lui venir en aide, mais pour éviter qu’il ne s’en prenne à d’autres par la suite. Retenu sans mal, le tellurique relâcha son étreinte, tentant une vaine tentative de calmer les choses. Pour autant, même si ses actes ne pouvaient être pardonnés, il n’en restait qu’il avait raison sur un point et qu’il fallait ramener au village les artisans qui venaient nous aider à reconstruire notre citée. Pour autant, le prix à payer était celui du sang, celui des innocents. Iwa serait reconstruit sur des cadavres, mais ce ne serait pas la faute de l’ennemi. Dégageant ma main, je regardais le calciné d’un œil dur.

« Je ne me calmerai pas ainsi. Et même si nous raccompagnons sains et saufs les artisans, cela ne règlera pas tout. »

Face au désarroi qui pouvait surement habiter notre blessé à la caravane et qui pouvait nous entendre, je préférais ne pas en dire trop, voire même occulter une partie de la vérité afin de ne pas l’effrayer et de ne pas envenimer les choses vis-à-vis des survivants qui devaient nous rejoindre. Je me tournais finalement vers lui, baissant d’un ton et prenant une allure plus rassurante.

« Vos gardes sont malheureusement morts, nous avons tardé à les retrouver et nous sommes arrivés trop tard. »

Finalement, me tournant à nouveau vers l’assimilateur, je ne démordais pas et enchainais suite à ses dernières remarques qui avaient le don de me révulser. Fort heureusement, j’essayais de me contenir

« Garde tes paroles. Nous n’en avons pas terminé. En attendant, Masami et moi allons récupérer les corps, nous ne pouvons pas les laisser ainsi. »

La genin et moi savions maitriser le fuinjutsu et elle comme moi étions en mesure de sceller des objets dans un contenant. Il nous faudrait du temps, mais dans la mesure où les hommes n’étaient plus que des cadavres, cela ne devrait pas poser de problèmes.

Attendant le retour de mon clone et des ouvriers, j’en profitais pour lui expliquer la situation et m’assurer que lui aussi raccompagne les artisans à bon port. S’il venait à lui arriver quelque chose, j’en serais averti immédiatement, mais en attendant, ni le convoi, ni les preuves de notre forfait ne pouvaient attendre. Mon rapport, lui, devra attendre un peu.

Spoiler:
 

_________________
[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki Masami

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Sam 23 Jan 2021 - 17:24
Masami écouta alors ce que les ouvriers avaient à dire, mais rien de très intéressants ne sortit de leurs bouches. A quoi devait-elle s’attendre de toute manière ? Ce n’était que des civiles, heureux imbéciles qui vivent dans un monde idyllique et qui ne demandait rien de mieux ! La Jiki avait eu les yeux ouverts de force quasiment depuis la naissance, et elle ne comptait pas les refermer aujourd’hui.

Jiki Masami • « Ninja ou pas, mes mots auraient été les mêmes. »

Répliqua toute aussi cinglante la jeune fille au pauvre ouvrier. Elle n’avait en effet aucun tact, aucune envie d’en avoir ni aucun respect pour les morts. Il fallait la connaitre aussi pour bien comprendre, mais elle ne faisait rien pour cela. Qui voudrait vraiment s’échiner à se rapprocher d’une adolescente pareille. Une famille ? Quelle bonne blague ?! C’était quoi ça ? Des gens prenaient le temps de retourner devant une pierre où on avait enterré quelqu’un ? C’était drôlement tordu. Yanosa et Teruyo semblaient se mettre d’accord avec un petit peu trop de passion, mais Masami s’en moquait. Elle restait éloignée de tout cela, des morts, cela arrivait et c’était comme ça. Evidemment là, même elle trouvait que c’était de trop, mais la châtaigne n’allait pas pleurer non plus sur leur sort plus que … ben voilà, c’était déjà passé. Cependant, la petite phrase sur le sacrifice non vain la fit presque pouffée de rire, mais elle se contenta de sourire en coin en croisant les bras derrière la tête.

Masami put admirer la manière assez à l’aise de mentir de Teruyo sur le sort des gardes. De son côté, elle n’ajouta rien de significatif qui méritait que cela finisse par noircir un quelconque morceau de papier ou d’écran. Quoi qu’il en soit, la Masami qui était chargée de sceller les corps dans des sceaux de fuinjutsu s’exécuta. Il n’était pas possible de laisser les corps ainsi, surtout avec de telles preuves évidentes sur ce qui leur étaient arrivés. Elle verrait bien combien de techniques elle devrait utiliser, elle avait encore largement de quoi au niveau chakra, mais surtout ce qu’elle allait en faire par la suite à Iwa. Une fois le travail effectué, toutes les Masami se retrouvèrent alors au convoi afin de repartir. Surement que tout était prêt et qu’ils allaient enfin pouvoir rentrer au village suite à ces attaques. Il était temps, tout cela pour des fichus loups.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Narrateur
Narrateur

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Mer 27 Jan 2021 - 0:12
Alors que vous rassemblez les cadavres et les scellez, les ouvriers s'activent pour remettre les chariots en état. Malheureusement, l'absence de chevaux vous gènera. Ou du moins, elle aurait dû vous gêner. Fort heureusement pour vous, la caravane qui est partie il y a quelques jours malgré tout a croisé un village à trois kilomètres de là qui renferme des écuries. Il ne vous faut donc qu'une heure à peine pour faire l'aller-retour avec des chevaux tout frais, payés par le coffre du groupe d'artisans en attendant un futur remboursement par Iwa.

Vous revoilà donc partis sur les routes calmes de Tsuchi no Kuni. Sans plus de problèmes, les ouvriers restant très silencieux à votre égard mais surtout vis-à-vis de Masami -pas la moindre parole ne lui est adressée au cours du voyage suite à ses réactions pour le mort- et vous arrivez finalement quelques jours plus tard à Iwa où vous êtes accueillis avec une certaine joie puisque grâce à cette mission, les travaux vont pouvoir reprendre, les matériaux ayant commencé à manquer.

Il ne vous reste donc qu'à faire votre rapport tandis que vous vous séparez des ouvriers qui eux vont rejoindre les gérants des travaux de la cité pour savoir où ils seront logés et où ils commenceront à travailler dès demain.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Mer 27 Jan 2021 - 14:17
Ce ne fut certainement pas de gaieté de coeur, mais le maître de la lumière consentit à récupérer un semblant de calme et à jouer le jeu appelé par le regard insistant de l’Oterashi. Il n’en avait pas attendu moins, à vrai dire, considérant la mesure et la logique par lesquelles Teruyo était habité, et si le guerrier sans visage ne pouvait pas regretter les actes qu’il avait eu à perpétrer pour une foultitude de raisons, il se surprit malgré tout à faire le deuil, en un sens, total et définitif de toute relation passablement neutre qu’il aurait pu entretenir avec son coéquipier.

Avec l’arrivée sains et saufs des ouvriers, en dépit des circonstances, un certain regain d’enthousiasme se fit sentir et tous les esprits furent en mesure de se tourner vers la résolution des quelques problèmes restants. Adeptes tous deux du Fuuinjutsu, Masami et Teruyo prirent sur eux de sceller les corps laissés en arrière ; sur les indications des caravaniers et avec leur aide, Yanosa se rendit quant à lui au village le plus proche, où ils purent louer suffisamment de montures pour pouvoir tracter l’intégralité du convoi. Tout le monde affairé sur une tâche ou une autre, partagés entre la joie d’être en vie et l’amertume de leurs pertes, le départ se fit peu de temps après, et que ce fut le fruit de la chance ou d’un retour de karma bienvenu, aucune autre péripétie ne vint perturber leur voyage.

Au terme de celui-ci aux environs des Crocs Rocheux désormais bien en vue, une liesse palpable tant des ouvriers que des habitants de la Roche naquit au milieu de toute la morosité. Les matières premières étaient arrivées ainsi qu’une nouvelle force vive pour en faire usage. Et avec elles, l’espoir de rebâtir la cité balafrée par la bête. Poliment, Yanosa renvoya quelques sourires à ces civils qu’ils avaient arraché aux griffes du trépas, mais que ce fut à cause de ce qu’il avait du faire dans cette forêt ou de son seul tempérament, le coeur n’y était pas. Passée les effusions, les différents lots de matériaux alloués aux différents chantiers, le Tellurique profita d’un bref aparté avec ses coéquipiers.

« ...La construction d’un mémorial lié au cataclysme est prévue en marge de ce qui reste du cimetière… Enterrer ces gens là-bas aurait du sens… Je te laisse seul juge, Teruyo. Masami » acheva-t-il avec un bref hochement de tête à l’attention de l’adolescente.

L’heure n’était pas aux explications, dans un sens comme dans l’autre, et chacun ruminerait certainement son lot de déceptions, de frustrations et de colère dans son coin. Sauf Masami, paria intérieurement l’Oterashi, qui s’éloigna alors promptement pour se rendre dans les ruines du Dojo Assimilateur. Là, dans ce qui restait de ses quartiers, il passa alors une main ferme sur son visage, appuyant sur ses orbites en serrant la mâchoire. Pourquoi lui ? Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui qui ait eu à prendre cette décision ? Ne devait-il donc plus rien rester de lui en tant qu’être humain, pour arriver à ses fins ? Pouvait-ce être le prix de son succès ? Lentement, il s’écroula sur sa couche de pierre modelée et abandonna toute tension pour s’offrir au sommeil.

_________________
[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Dim 31 Jan 2021 - 18:59

Finalement, la suite des évènements se passa sur deux fronts différents. Le premier concernait l’escorte que nous devions accomplir malgré tous les ressentiments que je pouvais avoir envers Yanosa. Pour cette raison et pour que mes sentiments n’altèrent pas la réussite de nos objectifs, ce fut le clone qui était parti à l’aide des artisans qui se chargea de l’escorte, lui qui n’était au courant de rien, ou du moins à qui je n’avais donné que quelques bribes d’informations nécessaires pour la suite. Dans ces conditions, mon double avait pris la décision de marché en retrait, laissant les artisans seuls avec leurs compagnons esseulés que nous avions trouvé. Ils semblaient chuchoter entre eux et je n’avais aucun doute quant aux sujets qui devaient les animer. Leur ami mort face à un ours déterminé à se nourrir, un compagnon qui avait dû œuvrer avec eux bon nombre de temps à en juger par les visages meurtris que je voyais. Je ne doutais pas un seul instant que sa mémoire serait dignement honorée par ses pairs autour de saké dans l’une des quelques tavernes encore debout à Iwa. L’autre sujet de discussion était potentiellement le plus problématique, touchant à la disparition de leurs gardes. Bien que le groupe soit désormais en sécurité, il n’en restait pas moins qu’il n’y avait aucun survivant de ceux sensés les aider à franchir la distance entre leur demeure et la cité de la Roche. Certains comme Yanosa pensaient que ce n’étaient « que » des gardes, des bons à rien qui n’avaient pas su faire leur travail, mais il oubliait qu’ils étaient des civils, tous comme les artisans. Ils se connaissaient peut-être, étaient potentiellement des connaissances, de bons amis, voire de la famille et nous n’avons pas su les ramener sains et sauf chez eux. Cette pensée me renfrogna d’autant plus. Pour autant, je n’intervenais pas dans leurs échanges, attendant que l’on m’adresse la parole, chose qui arriva finalement tardivement lorsque le village était en vue. Ce fut finalement Yanosa qui brisa ce silence.

« Bien sur que nous allons les enterrer, ils méritent une sépulture digne de ce nom. Nous n’allons pas laisser leurs corps dans des parchemins. »

Enfin, une fois sur place et en sécurité derrières les remparts de la ville, présentant mes excuses une nouvelle fois aux survivants, je prenais congés de notre groupe le clone que j’étais disparaissant dans un nuage de fumée.

Quant à l’original que j’étais, ce fut sur le chemin du retour que je reçus l’expérience de mon clone.

« C’est bon, ils sont bien arrivés … et sans encombre. »

Pour autant avant cela, Masami et moi avions dut œuvrer pour nettoyer les meurtrissures que le tellurique nous avait imposé en massacrant tant de vies innocentes. Un par un, parchemin après parchemin, les corps étaient scellés ainsi que tous les objets laissés par leurs possesseurs. Pièges, armes, vêtements et tout autre, tout cela était récupéré afin que ne subsiste aucune preuve de ce carnage digne d’un psychopathe. Seul le sang des morts marquait encore le sol. Pour autant, l’humidité de la forêt ne tarderait pas à faire disparaitre tout cela. Et au-delà de ça, des traces de sang ne suffiraient pas à remonter au massacre qui avait eut lieux. Dans le doute, il me semblait nécessaire de faire disparaitre les preuves et dans cette optique, je m’attelais à remodeler le sol quelque peu pour disperser les dernières traces de nos exactions.

Sur la route du retour, après quelques temps de silence, je m’adressais à ma jeune amie.

« Malgré tout ce que tu as vécu par le passé, tu as su t’élever au-dessus de la barbarie. Aujourd’hui, nous avons été témoins d’une barbarie. Même si vous œuvrez dans la même unité spéciale, ne devient jamais comme lui. Ce qu’il a fait ce n’était pas ta faute, seulement la sienne. Bien que j’aurais préféré agir autrement et tu le sais, tes actes étaient justifiés et justifiables. Pas les siens. »

Dans tous les cas, compte tenu des circonstances, une fois de retour à Iwa, il me semblerait compliqué de venir en aide aux artisans. La mission serait partiellement un échec, mais les évènements inattendus sauraient surement justifier cet écart, du moins je l’espérais.


_________________
[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki Masami

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami] - Page 2 Empty
Mar 2 Fév 2021 - 17:00
Malgré des soucis de logistiques afin de faire mouvement avec les chariots, tout finit par se régler. Le petit groupe allégé de quelques personnes put alors voyager le long des routes en direction d’Iwa. Masami était plutôt satisfaite de ce silence, au moins, elle aurait la paix. Toujours aussi concentrée, elle observait les alentours avec soin, non sans utiliser des techniques de localisation à l’occasion. On ne savait jamais. Les travaux allaient pouvoir reprendre grâce à leur mission, qui contre toute attente avait révélée davantage d’importance qu’initialement prévu.

Restant totalement neutre à l’arrivée d’Iwa, l’adolescente n’était pas du genre à s’extasier car elle revenait dans sa prison dorée. Elle n’avait toujours pas le droit de sortir, mais de toute manière, pour aller où ? Pour le moment, elle n’avait pas de buts d’escapades, pas encore. Très perplexe lorsque Yanosa lui parla d’un mémorial pour les victimes lié à Yonbi, la châtaigne leva un sourcil perplexe avant de lever les yeux au ciel.

Jiki Masami • « Mais qu’est-ce que vous n’allez pas inventé encore … C’est quoi cette lubie avec la mort les extérieurs franchement … »

Décidemment, Masami ne comprenait pas du tout. Elle l’avait déjà dit, un trou, des cadavres dedans et tout est réglé. On n’allait pas forger des symboles en métaux, des pierres avec des gravures, des prières aussi tant qu’à faire ? Ah oui, et une petite chanson aussi ! Ce qu’il ne fallait pas imaginer alors pour se faire plaisir sur le dos des morts ! Pour l’heure, elle se moquait éperdument des morts, de ce geste et le reste également. Elle ne savait pas trop quoi en faire des cadavres, et elle pouvait toujours les garder dans des sceaux. Ce n’était pas vraiment gênant après tout. Quoi ? La morale ? La bonne blague, il valait mieux passer votre chemin si vous vouliez lire quelque chose à ce propos. Ce n’était vraiment pas la bonne adresse. Circulez ! Il n’y a vraiment rien à voir !

Teruyo en rajouta une couche, visiblement, il voulait les enterrer ! Qu’elle surprise ! Il avait une passion pour les pelles dés qu’un cadavre se trouvait dans les environs. Masami haussa les épaules en soupirant légèrement.

Jiki Masami • « Ce n’est pas que je suis de la fabrication provenant de Wasure no Kuni, que je dois être une crétine qui tue tout ce qui bouge. C’est fatiguant, une perte de temps et un risque pour rien du tout. Je ne tue que ceux qui le méritent. Bon, j’ai encore assez d’énergie pour un petit entrainement, je vous laisse. »

Fut alors les derniers mots de la Jiki, tandis qu’elle quittait le groupe pour le dojo qu’elle squattait depuis un moment maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467

[MB] Un coeur à restaurer [Teruyo/Masami]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: