Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui]

Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Dim 18 Oct 2020 - 19:03





Meurtre en coulisses
ft. Damahara Kamui


Meurtre en coulissesAlors que clan Yamanaka se rassemblait au théâtre pour assister à la pièce "Le périple du demi-dieu ignescent", un effroyable drame se trame en coulisse. Un meurtre a été commis, l'un des acteurs est mort et les accusations se portent sur un acteur, cadet du clan Yamanaka, qui clame en vain son innocence. Le théâtre est verrouillé et deux soldats sont investis afin de faire le clair sur cette affaire.

Vous rendre au théâtre Komazō Ichikawa.
Interroger les témoins.
Mener l'enquête et déterminer le meurtrier et ses intentions


Domaine Shinrin, Nuit

De la chance. C'est ce qu'elle avait eu ce jour là car n'était pas l'actrice principale de la pièce qui s'était déroulée et n'avait donc pas été victime du tragique accident qui lui était parvenu aux oreilles ce jour là. Si elle était en repos de son travail de comédienne, celui de soldat lui venait d'être exploité, car qui de mieux qu'une employée du théâtre pour enquêter sur un crime s'y déroulant. Il sera donc plus simple d'accéder à des informations un peu plus..compromettante, après tout elle était leurs plus grande actrice et aussi la compagne du réalisateur en chef, alors autant dire que pour ce cas là, elle n'était pas n'importe qui. Elle lisait une nouvelle fois la missive, alors assise sur le siège de sa chambre et presque prête à s'en aller pour relever le nom du suspect, membre du clan Yamanaka, autant dire que lorsque cela touche aux clans, tout cela peut partir loin.

Son partenaire de mission était quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. Du moins pour le moment. Un certains Damahara Kamui, soldat du Teikoku lui aussi mais elle n'en avait jamais véritablement entendu parlé, sûrement vu sur des registres simples sans y prêter attention, peut-être que cette mission sera l'occasion de faire connaissance avec une nouvelle tête de l'Empire, en espérant qu'ils partagent les même ideaux, auquel cas tout cela deviendrait plus compliqué. La Shinrin s'observe dans la glace après avoir plié soigneusement la missive et s'être redressé pour quitter le domaine, il fallait d'abord rejoindre son coéquipier avant toute chose, après tout la mission devait être réalisée à deux et le point de rendez vous donné était le théâtre.

La particularité de cette mission était qu'elle se déroulait de nuit, alors elle ésperait que son coéquipier n'allait pas ce plaindre de ce détail, de plus, l'ambiance que la nuit procurera ne sera que plus sympathique pour accomplir ce genre de mission d'après Funka.

Théâtre du Komazo Ichikawa, Milieu de la Nuit

Les lueurs des lanternes et de la lune éclairait la devanture du théâtre condamné pour la soirée après le meurtre, il était devenu une scène de crime à part entière et seuls les deux soldats pouvaient s'y aventurer. Funka se tenait présente face à l'entrée dans sa tenue habituelle aux couleurs de l'Empire et portant son maquillage très inspiré du Kabuki et des Geisha, un peu représentatif de sa personne. Peut-être pensait-elle être la première arrivée, alors elle ne faisait rien, après tout elle ne connaissait pas véritablement à quoi pouvait ressembler son interlocuteur alors elle espère qu'il vienne à elle.





_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Dim 18 Oct 2020 - 23:16



L'ironie, un grand amour pour le Damahara. S'il n'était pas du genre bon public, il appréciait tout de même les subtilités de cet art ô combien traîné dans la boue par ses pratiquants les moins habiles. Celle qu'il préférait, c'était celle du sort - car son auteur, le destin, ne manquait jamais de lui tirer un bon vieux rictus. Parfois, c'était amer. Parfois, c'était franchement cocasse.

Lorsqu'il reçut donc l'ordre de mission - urgent ! - de se rendre au théâtre Komazo Ishikawa afin d'enquêter sur un meurtre, il ne pût réprimer un petit rire sournois. Pour traquer un assassin, les instances impériales en avaient missionné un autre... au théâtre, en plus. Sans avoir eu besoin d'y mettre les pieds, Kamui pouvait déjà ressentir l'ambiance électrique et occulte des lieux, scellés sans laisser d'âme en réchapper. Me voilà plongé au beau milieu d'un récit d'enquête, s'était-il dit en se préparant à rejoindre la scène de crime.

———


Quelques minutes plus tard...

La main portée à la garde de son katana, le Damahara fit halte en face de l'imposante bâtisse qui lui avait été indiquée. Bien qu'il soit fortuné et qu'il ait jadis eu du temps à perdre, il n'avait jamais mis les pieds au théâtre de sa vie, et découvrait les lieux à l'occasion de cette macabre invitation. Cependant, tandis qu'il scrutait la structure à la recherche d'une quelconque issue délaissée par ceux qui avaient condamné l'endroit, Kamui remarqua la silhouette d'une femme, postée là.

Nul doute qu'il s'agissait de la Shinrin mentionnée dans l'ordre de mission. Un détail piqua cependant son intérêt, tandis qu'il s'approchait pour s'annoncer convenablement ; le maquillage de la demoiselle.

« Damahara Kamui, enchanté. Seriez-vous Shinrin Funka ? »

En se dévoilant, le soldat ne manqua pas de laisser sa sénestre peser sur le manche ouvragé de son arme, faisant cliqueter l'acier dans son fourreau. Un détail, certes, mais qui aurait tôt fait de jouer sur les nerfs d'une personne ayant quelque chose à se reprocher. Après tout...

« C'est un maquillage assez caractéristique que voilà. Essayeriez-vous de vous fondre dans la masse ? Ou au contraire, seriez-vous liée à ces lieux ? »

Dans sa dernière phrase, même le plus demeurés des hommes percevrait la pointe de suspicion et de menace. Était-elle seulement la personne qu'il attendait ? Puis, quand bien même ce fut elle, ce grimage n'était pas du meilleur des goûts pour quelqu'un étant chargé d'enquêter sur un meurtre ayant eu lieu au sein d'un théâtre. Pourtant, le profanateur sentait qu'il lui manquait un élément de compréhension quant à cette excentricité que cette Funka - ou qu'importe qui elle était - ne manquerait probablement pas de lui fournir. Après tout, c'était dans son intérêt personnel.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Lun 19 Oct 2020 - 9:45





Meurtre en coulisses
ft. Damahara Kamui

Attendre que son partenaire la trouve était une initiative à succès visiblement, puisqu'il ne fallut pas plus de temps que ça pour qu'une voix masculine s'élève derrière la comédienne. Le regard orienté vers lui en coin, ses émeraudes entourés de ce grotesque maquillage vermeil le fixait dans la nuit alors qu'aucune réponse n'était donnée, bien trop occupée par l'analyse qu'elle faisait de l'individu. Il devait faire peut-être une ou deux têtes de plus qu'elle, forçant la Polymnie à lever le regard vers l'homme, ce qu'elle détestait faire en temps normal, une carrure de soldat basique, bien qu'assez costaud par rapport à la moyenne, serait-il doué d'un art de pugilat? Il a le physique parfait pour. Mais l'ascendance qu'il avait sur elle avec sa taille ne la décourageait pas, elle ne faisait aucune distinction entre lui ou une autre vermine de l'Empire, ils étaient au même niveau pour le moment.

« Quel beau talent de déduction, il est vrai que je ne suis pas si difficile à reconnaître lorsqu'on fait ma description. Enchantée de vous connaître, Damahara-san. » Elle esquisse un petit sourire mesquin. « Si actuellement je travaille en tant que soldat, mon loisir principal est le théâtre et je fais partie de la troupe théâtrale du Teikoku, néanmoins, il semblerait que mon jour de repos au théâtre soit tragique et que je dois y retourner malgré moi pour régler cette morbide affaire. »

Elle tourne le regard vers la devanture du théâtre qui avait été confiné pour la soirée à cause de l'affaire de meurtre, s'approchant de l'entrée avec un air assez intrigué, elle se stoppe en pleine course avant de tourner ses yeux vers Kamui.

« Nous avons un avantage considérable, car normalement, personne n'a pu entrer ou sortir du théâtre après le drame. Néanmoins, nous devrions rester vigilant, si il était un habitué, alors il aurait peut-être pu.. arriver à s'échapper. »

Elle se présente devant l'entrée qui était déjà bloquée par certains gardes placés là pour éviter une certaines affluence, les spectateurs avaient eux bien tenté de s'enfuir mais personne ne les laisserait s'échapper, par peur de perdre des témoins ou un potentiel responsable.

« J'imagine que cette mission nous permettras d'en apprendre plus sur nous mutuellement. Si l'on vous a assigné avec moi, c'est que vous devez être doué. »




_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Lun 19 Oct 2020 - 21:45



L'immaculé n'était pas bien avancé, finalement. Il avait très certainement affaire à la bonne personne, mais ses véritables doutes n'étaient guère portés sur son identité. Une actrice était en quelque sorte une habituée, et connaissait très certainement les issues dérobées de son lieu de travail - elle restait donc, d'une certaine façon, suspecte. Une suspicion que le Damahara décida de laisser de côté, puisqu'il aurait de toute façon la demoiselle à l'oeil tout au long de cette enquête. Nul doute que si elle était impliquée, ou qu'elle tentait de s'enfuir, il saurait la rattraper. Ils se trouvaient à Urahi, après tout...

Un lieu qu'il avait mis un point d'honneur à connaître comme le fond de sa propre poche.

« Enfin. Entrons, ne les laissons pas mariner plus longtemps. Si c'est bien le clan Yamanaka qui se trouve là-dedans, des personnes importantes risquent de nous en vouloir. »

Puis, après avoir glissé son ordre de mission sous le nez des gardes pour leur sommer de lui faire place, le bourreau s'engouffra dans le théâtre.

Évidemment, tous les regards se tournèrent vers le nouvel arrivant. Autour de lui, une belle marée humaine s'était naturellement formée à partir de ceux qui attendaient d'ores et déjà en face des lourdes portes barrées dans l'espoir de quitter les lieux. La mine sévère du Damahara découragea un jeune homme de se faufiler dans son dos et de prendre la poudre d'escampette, tandis que la lame rengainée à son flanc renforçait sa figure d'autorité. Armé et autorisé à outrepasser la limite sacrée de l'enceinte des lieux, il avait un ascendant naturel sur la foule ainsi cloîtrée - et il comptait bien jouer là-dessus.

« Je suis Damahara Kamui, et j'ai été mandaté par les autorités impériales pour tirer cette sordide affaire au clair. Toute résistance est futile et répréhensible, soyez-en assurés. Regagnez vos sièges et patientez dans le calme, et vous serez ainsi assurés de pouvoir regagner vos domiciles avant l'aube. »

Si l'affaire l'enthousiasmait, la gestion humaine impliquée par la présence de tant de potentiels témoins promettait de lui faire perdre patience. Comme s'ils s'étaient concertés pour le pousser à bout, certains membres de l'illustre clan des spiritualistes se mirent à élever la voix, visiblement agacés d'être ainsi retenus sans raison. Face à un clan important, il devait faire preuve de tact, afin d'éviter le tollé. Pourtant...

Shliiiiing... Le bruit d'une lame tirée de son fourreau, de quelques centimètres. La clameur s'apaisa sitôt, mais nombre de regards s'enflammèrent.

« Que ceux d'entre vous qui pensent pouvoir contribuer au bon déroulement de cette enquête s'approchent, s'il vous plaît. »

Puis d'un signe de la main, Kamui signifia aux deux gardes d'à nouveau barrer l'issue, tandis qu'il s'écartait lui-même vers un lieu coin calme pour s'adresser à sa coéquipière, tandis que les potentiels témoins présents commençaient tout juste à s'approcher.

« J'aurais besoin de deux pièces isolées. L'une d'elle servira à détenir les témoins ainsi que la troupe du théâtre, tandis que l'autre me servira de pièce d'interrogatoire. Vous pouvez commencer à en interroger quelques uns, pendant que j'examine le cadavre. Je vous rejoindrai d'ici là. Cela vous va ? »

Nul doute qu'il était plus qu'habilité à s'occuper des analyses, au vu de ses compétences particulières. Prenant les rennes de l'enquête instinctivement, il espéra l'espace d'un instant qu'il n'avait pas chiffonné la dénommée Funka. L'affaire était déjà assez délicate en son état actuel.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Lun 19 Oct 2020 - 23:03





Meurtre en coulisses
Ft. Damahara Kamui

Aussi étrange soit elle, Funka s’efforçait de paraître amicale vis à vis du Damahara, bien que son dédain habituel et son excentricité monstre prennent le dessus très souvent dans ses manières de faire. Et volontairement, bien que cela puisse renforcer les suspicions que l'homme avait sur elle, elle se plaçait derrière lui, dans son dos pour qu'il la camoufle directement avec sa carrure imposante. Peut-être n'avait elle pas envie d'être vue, quelque chose que l'on pouvait comprendre lorsqu'un bruit métallique très particulier pouvait se faire entendre dans le dos de l'homme, elle venait de détacher un masque assez spécial, un masque représentant le Yokai Bakeneko qu'elle vient mettre sur son visage pour le cacher. Même si la plupart des regards étaient tournés vers Kamui qui s'était approché, elle, elle était restée dans l'ombre de l'antichambre bien que certains aient déjà remarqué sa présence au vu des divers noms que l'on pouvait entendre dans la foule entre ceux qui protestaient pour sortir et les autres tentant de fuir. " Funka ", " Polymnie ", " Nekomata ", divers noms aussi différents les uns des autres qui ne décrivait qu'un seul individu en vérité.

Entre autre, l'acte de supériorité que venait de faire Kamui, un acte qui l'aurait irrité en temps normal était là bien perçu par la femme qui déglutissait en observant cette foule en furie. Elle savait que parmi tout ces gens, se trouvait le clan Yamanaka, le clan du principal suspect qui devait encore se trouver présent dans le bâtiment et alors que les menaces de Kamui venait d'être faites à l'égard de tout le monde et qu'il revint vers elle.

« Deux pièces? Je pense que nous pouvons mobiliser les loges pour cela. Si vous voulez vous occuper de l'analyse du corps, alors faites, mais si cela ne vous dérange pas, Kamui, j'aimerai en avoir un rapport complet après auscultation, si possibilité de récupérer le corps pour une autopsie sauf si vous voulez la pratiquer ici, peut-être avez vous les qualifications nécessaire pour en pratiquer une. Je m'occupe des principaux témoins, les employés se chargeront de surveiller le reste et ils m'alerteront en cas de problèmes. »

Alors la Polymnie se dévoile en observant les principaux témoins qu'elle zieute en plissant ses paupières.

« Vous tous. Suivez moi, et j'aimerai que la troupe théâtrale me rejoigne dans ma loge s'il vous plait, et que personne ne manque à l'appel.
Tu nous traites comme tout les autres Funka?
C'est une affaire impériale, qui que vous soyez pour moi, vous subirez le même traitement que les autres.
»

Elle zieute l'individu qui avait osé rouspéter vis à vis de son ordre, tandis qu'elle fait signe aux divers individus de la suivre vers les loges du bâtiment. Puisque tout était figé, elle pouvait se servir des différentes loges pour les salles d'interrogatoire, mais une fois arrivée dans la sienne et une fois tout le monde installé, elle reprend son air sérieux.

« Le moindre bien disparaissant de cet endroit comme par magie sera objet d'un mandat de perquisition et d'arrestation contre quiconque se trouvant ici, que je sois claire. » Elle zieute tout le monde un instant avant de faire signe à une jeune femme présente non loin d'elle, éloignée du groupe. « Nozomi, surveille les un instant s'il te plait. Je vais commencer les interrogatoires et mon partenaire s'occupe de tout autre chose, il serait facheux que notre coupable s'enfuit du groupe ou commette de nouveau un acte impardonnable s'il se trouve parmi nous. »

Elle s'approche du tas avant de tirer avec elle un premier individu qu'elle conduira avec elle hors de la loge, un fin sourire aux lèvres tandis que la salle d'interrogatoire allait être une loge voisine à la sienne, sûrement pour éviter les oreilles curieuses d'entendre la conversation qui allait se dérouler ici bas. Funka prenait ses précautions les plus grandes en ce genre de situation.




_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Mar 20 Oct 2020 - 2:26




L'examen du cadavre lui était accordé. L'actrice-soldate ne lui avait demandé qu'un rapport d'analyse, et avait même mentionné une autopsie. Un mal qu'il ne se donnerait qu'en dernier recours. S'il avait affaire à un meurtrier chevronné, il devrait y recourir ; mais il doutait d'avoir affaire à un collègue. Exécuter un acteur au sein même du théâtre où il devait se produire le soir même était un acte lourd de symbolisme et d'intention. Il ne s'agissait pas d'un contrat, mais bien d'un message fracassant.

Restait à savoir qui en était arrivé à ces extrêmes, au beau milieu d'Urahi. Un cadet du clan Yamanaka, lors d'une représentation à laquelle le clan entier assistait ? C'était trop simple. Le suspect le plus évident d'un meurtre impliquant l'un des plus importants clans du pays n'avait que peu de chances d'être le meurtrier. Aucune conclusion n'était à tirer, cependant, tant que le principal intéressé n'était pas passé à la casserole.

Kamui n'eût pas besoin qu'on le mène jusqu'au corps. Au bout du hanamichi, les rideaux menant aux coulisses étaient grand ouverts sur la silhouette étalée du malheureux. Sous les yeux de l'assemblée, accompagné par le bruissement des chuchotements, il traversa la scène et l'allée ; le chemin inverse de celui qu'aurait dû emprunter l'acteur ce soir-là. La fatalité en avait décidé autrement.

Autant par décence que par désir de se soustraire à la vue des Yamanaka, le profanateur tira le rideau derrière lui. Ainsi isolé, il posa le genoux au sol, et dressa sa main au-dessus du corps de la victime dorénavant plongé dans la pénombre. Entre ses doigts, un courant électrique se mit à passer, continu - de quoi l'éclairer, tandis qu'il procédait à l'analyse préliminaire. Une analyse qui s'annonçait simple, au vu de l'entaille bien visible et auréolée de sang ornant le côté de la nuque de l'acteur.

De sa main libre, le Damahara étira doucement la plaie. La coupure était nette, rectiligne, et n'avait vraisemblablement été étirée que par le sursaut du damné lors du coup. Un couteau ensanglanté reposait juste à côté, laissé là par le meurtrier qui n'avait donc pas tenter de le cacher. En l'examinant de plus près, Kamui parvint sans surprise à la conclusion qu'il s'agissait bien de l'arme du crime - les dimensions semblaient toutes concorder avec celles de la plaie, avec une très faible marge d'erreur. L'attaque visait très clairement à tuer une personne par surprise, avec le moins d'efforts possibles. Restait à confirmer qu'il s'agissait bien là d'un assassinat, et pas d'un affrontement ayant dérappé.

Les traces sanglante souillant le visage de l'acteur allaient dans ce sens. Une main avait très manifestement couvert sa bouche et maintenu sa tête basculée vers l'arrière, s'offrant un bel angle d'attaque sur la gorge laissée à découvert ; le sang qu'il avait essayé de cracher se retrouvait à même ses joues, strié, trahissant la présence des doigts de l'assaillant.

Le profanateur avait vu assez de cadavres et tué assez de fois dans sa vie pour visualiser la scène mentalement. Sans plus de cérémonie, il referma le poing, étouffant de la sorte le courant électrique lui ayant servi à éclairer le corps de la victime. Il déroula un simple parchemin à même le sol auprès du cadavre, avant d'exécuter une série de mudrâs simples pour l'y sceller, ne laissant que la trace de sang comme témoignage de sa présence. Voyons voir ce que cette Shinrin a à m'apprendre, maintenant, se dit-il en rangeant son matériel à l'abri de sa veste.

———

Pas besoin de chercher longtemps dans les corridors anciens du théâtre Komazo Ishikawa pour retrouver les « captifs » qu'il lui avait demandé d'isoler. Un silence de mort pesait sur les lieux, et il n'était troublé que par les bruissements provenant de l'une des pièces. Les suspects du moment ne communiquaient que par murmures, comme si le droit de s'exprimer à voix haute leur avait été retiré en vertu de la situation, quand bien même une large majorité d'entre eux était de toute façon innocente. L'instinct humain, qui leur dictait de se faire tout petits, fascinait à nouveau le soldat.

Il se contenta d'y frapper deux fois. Une demoiselle lui ouvrit presque sans attendre, comme si elle attendait sa venue.

« Où se trouve Shinrin Funka ?
Dans la pièce d'à côté. Elle a commencé l'interrogatoire de l'un des témoins. »

Kamui acquiesça simplement, avant de se diriger vers la pièce indiquée par la femme, qui referma la porte derrière elle. Cette fois sans s'annoncer, le Damahara s'introduit dans la salle d'interrogatoire improvisée. Il tendit immédiatement son parchemin à la Shinrin, en lançant une oeillade distraite à son témoin.

« Voilà le corps. Un coup de couteau dans la gorge, par derrière, visant certainement l'artère carotide. Le moyen le plus simple de tuer quelqu'un avec les moyens du bord. »

D'un petit geste dédaigneux du menton, il désigna l'homme qu'elle avait interrogé jusqu'à lors.

« Qu'est-ce qu'il a eu à dire ? »

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Mar 20 Oct 2020 - 8:38





Meurtre en coulisses
Ft. Damahara Kamui

Il était rare que l'on lui confie les interrogatoires, peut-être parce que ses méthodes sont plutôt répréhensible? Personne ne le sait, mais on peut se douter qu'un individu comme elle qui n’apprécie pas lorsqu'on ne lui donne pas ce qu'elle veut ne soit pas tendre lorsqu'elle est chargée d'enquête. Remarque, cette particularité connue dissuadait souvent quiconque de lui mentir volontairement sous peine de risquer gros. Ayant placé le premier témoin sur une chaise, un jeune homme à la touffe blonde prouvant bien son appartenance au clan de l'Empereur, Funka se tenait debout face à lui, en le fixant à travers son masque de félin. Elle marchait dans la loge en observant l'homme du clan Yamanaka qui ne semblait pas véritablement suspecte à première vue, plutôt effrayée par la situation, elle n'avait que peu de choses à dire mais Funka avait besoin de tout savoir.

« Tout ce que vous direz ou ne direz pas pourra être retenu contre vous. Bien, désormais, avez vous quelque chose à dire sur la situation avant que je pose des questions? »

L'homme fit non de la tête en relevant son regard vers la soldate masquée, cette dernière tirant une autre chaise vers elle pour la placer face à celle du Yamanaka, mais à l'envers, s'asseyant dessus en s'accoudant sur le dossier tout en fixant son témoin.

« Avez vous remarqué un comportement étrange de la part de votre cadet?
Il était très intéressé par le spectacle en premier lieu, avant de quitter soudainement nos emplacements privatisés sans raison, je pense que la plupart ne l'avais pas remarqué, il a réussi à passer inaperçu.
Et vous l'avez vu? Sans même lui poser de question sur pourquoi il quitte la salle de spectacle sans prévenir quiconque?
Il avait sûrement une envie pressante, c'est ce que je me suis dis, loin de mon esprit d'imaginer qu'un tel drame aurait pu se produire.
Vous confirmez donc qu'il est le potentiel coupable.
»

Elle affiche un sourire mesquin derrière son masque alors que le Yamanaka ecarquille les yeux, bien évidemment qu'il ne voulait pas incriminer son cadet si facilement, qu'il le soit ou non, bien que Funka se doutait bien qu'il n'avait rien à voir avec le meurtre, elle avait réussi à percer l'esprit d'un de ceux qui les manipulent à merveilles pour la faire dire contre sa volonté que son cadet était un coupable. Entendant le verrou de la porte s'ouvrir derrière elle, elle se doutait que son partenaire était de retour et elle visait juste, tendant son bras en arrière pour réceptionner le parchemin contenant le corps, la Shinrin gardait l'oeil sur le témoin avant de tourner son visage masqué vers le Damahara.

« Rien de très important à première vue, le suspect se serait éloigné du groupe au bout d'un moment alors qu'il était "très captivé" par la pièce. Néanmoins, j'ai comme l'impression que malgré eux, ce clan est capable d'accuser leurs sang pour ce tragique incident. Celui ci n'aura plus rien à nous dire mais il reste un témoin visuel du comportement étrange qu'avait notre jeune Yamanaka. »

Elle observe le parchemin avant de l'attacher à sa hanche, se redressant doucement de la chaise avant de la faire glisser sur le coté en empoignant le haut du dossier.

« Si tu souhaites me relayer, d'autres témoins attendent. Mais bien que déjà interrogé, notre ami devra rester dans l'enceinte de ma loge et avec moi, personne n'a le droit de sortir du bâtiment. »




_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Mar 20 Oct 2020 - 22:35



Ainsi, le suspect principal avait eu un comportement étrange - ce que l'on attendait en effet d'une personne sur le point de commettre un meurtre. D'un geste de la main, le soldat à quitter la pièce, avant de rapidement se pencher vers la Shinrin pour lui glisser quelques mots à l'abri des oreilles indiscrètes.

« N'oublions pas à qui nous avons affaire. Ils ne sont peut-être pas tous aussi maladroits qu'ils en ont l'air, en témoignant à l'encontre le suspect principal. À partir de maintenant, le mot de passe sera "kagemusha". »

Un cran plus haut, il poursuivit, de sorte à ce que l'autre l'entende dans le couloir.

« Raccompagnez-le dans l'autre pièce, s'il vous plaît, et faites moi parvenir le suspect. »

Ces messes basses, le Damahara regrettait presque de ne pas les avoir tenues avant d'entrer - mais là encore, il avait été distrait par sa propre méfiance. Le clan à qui ils étaient confrontés était reconnu pour ses techniques de manipulation de l'esprit, et si le meurtrier désirait saboter leur entreprise, il le ferait très certainement sans jamais agir directement.

Avec un peu de malchance, c'était d'ores et déjà le cas, et il venait de confier ses suspicions à l'ennemi. Il trouverait néanmoins une façon d'exploiter son erreur, si tel était le cas - l'esprit retors de l'assassin n'était pas à prendre à la légère.

———

La porte s'ouvrit à nouveau, quelques secondes suivant le départ du précédent témoin. Cette fois, trois hommes entrèrent ; deux employés du théâtre cernaient un jeune garçon qui devait avoir à peine une quinzaine d'année. Le soulevant presque, ils le larguèrent sans ménagement sur la chaise vide dispensée en face de celle occupée par le soldat impérial. Il était aussi terrifié qu'il pouvait l'être, pris dans les engrenages d'un crime qui pourrait lui coûter sa vie. Nerveusement, il se fit aussi petit qu'il le pût, agité de soubresauts incontrôlables.

Il était couvert de sang. Sa tunique blanche était souillée du col jusqu'à la ceinture, et sa manche droite était mouchetée de très larges taches écarlates. Sa main gauche elle-même était sale, couverte de sang séché. Celui de la victime, sans aucun doute - l'état de son bras droit coïncidait avec la blessure mortelle identifiée par le Damahara, tandis que celui de sa main gauche allait dans le sens de la scène qu'il avait visualisée.

Il avait porté le coup fatal, c'était certain, et il le savait aussi bien que Kamui. L'incompréhension avait pourtant traversé son regard. Pourquoi était-il interrogé, alors qu'il avait littéralement du sang sur les mains ?

« Prénom.
Harunobu, mons-...
Qu'as-tu fait ? »

Cette question rhétorique, mais pas vraiment, avait été lancée avec une fermeté qui n'appelait à aucune hésitation. Kamui savait pertinemment ce qu'il avait fait. Le cadet se demanda s'il voulait lui faire avouer son crime, lui faire prendre conscience de son acte. Il se mura dans le silence, transi par la peur.

« N'as-tu pas honte ? Tous te pointent du doigt, ta culpabilité n'est plus à établir. Je veux que tu formules, de ta bouche de meurtrier, tes actes. Que tu avoues ton crime, et que tu mettes des mots sur cet immonde acte. Tes parents doivent comprendre - et tu dois te comporter avec dignité, s'il t'en reste. »

D'un geste calculé, le Damahara ramena sa main droite à sa bouche, en soutenant son bras de sa sénestre.

« Le sort des lâches est peu enviable, au sein de l'empire ; et dans l'au-delà, ton châtiment sera éternel. Je réitère... Qu'as-tu fait ? »

La sentence était semble-t-il prononcée. Le damné n'avait d'autre choix que d'abdiquer, dans l'espoir de sauver son honneur et son âme. Pourtant, c'est une réponse surprenante qui quitta ses lèvres, tandis qu'il se roulait en boule sur sa chaise.

C'est dans une explosion de larmes, produites par un mélange de terreur et de honte, qu'il brisa son voeu de silence.

« Je... je ne s-sais pas... »

Loin d'apprécier ce qu'il voyait, le soldat esquissa pourtant un sourire en coin, qui échappa évidemment au garnement à l'honneur aussi entaché que son accoutrement.

La liste des suspects venait de s'étendre à plusieurs dizaines de personnes - toutes celles qui portaient le même patronyme que le jeune Harunobu.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX




Dernière édition par Damahara Kamui le Jeu 22 Oct 2020 - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Mer 21 Oct 2020 - 12:00





Meurtre en coulisses
Ft. Damahara Kamui

Le Damahara semblait prendre la situation en main, s'étant stoppée dans son mouvement lorsqu'il s'abaissa vers elle pour lui glisser ces quelques mots, elle esquisse un sourire satisfait derrière son masque avant d'acquiescer d'un geste vertical du visage et de quitter la pièce, laissant ainsi Kamui gérer les interrogatoires. Croisant le principal suspect accompagné des employés, elle affiche un air étrange que personne ne pouvait remarquer alors qu'elle empoigne le parchemin qu'elle avait à la ceinture, s'approchant de sa loge pour glisser quelques messes basses à l'un des employés présent pour garder la pièce.

« J'ai besoin des clés.
Mais...
En temps normal il aurait été naturel que vous refusiez, or je suis en mission pour le compte de l'Empire. Personne ne m'en voudra.
»

L'homme déglutit lorsqu'elle lui rappelle son travail, la proximité entre les deux individus pouvait faire peur et Funka attrapait ce trousseau dont elle avait besoin pour ouvrir une troisième loge un peu plus loin. Si les interrogatoires étaient prit en charge par son collègue, elle pouvait désormais se concentrer sur autre chose, le corps de la victime. Ouvrant une loge habituellement close, elle pénètre à l'intérieur en prenant soin de ne pas se faire voir. Attrapant de quoi allumer la petite lampe à huile pour éclairer la pièce assez luxueuse, c'était la table centrale qui l’intéressait. Déposant le parchemin sur cette dernière, elle libère le cadavre mutilé afin de pouvoir l'étudier en profondeur, mais avant ça, elle préfère retirer le masque qu'elle portait sur le visage, le déposant non loin du corps, sur l'un des coins de la table. Pauvre âme. Ses doigts dépourvus de gants, elle les fait glisser sur la gorge ouverte, celle qui avait été tranchée, transpercée pour créer une hémorragie violente et surtout mortelle. Le cadavre étant encore frais, il n'était pas étonnant de voir les doigts de Funka se teinter d'un rouge vermeil, ce liquide encore chaud qui figea un instant la Shinrin en observant ce macabre spectacle.

« Ça n'est pas anodin. Comment un enfant pourrait commettre un meurtre si..parfait? Tout est calculé au.. millimètre près. »

Ainsi, elle observe cette carotide perforée, celle dans laquelle elle avait les doigts, un meurtre puéril aurait eu besoin de plusieurs coups. Cet enfant qu'elle avait croisé dans ce couloir, ce pauvre adolescent couvert du sang de la victime ne semblait pas si professionnel bien qu'il faut se méfier des apparences, il n'avait pas le profil d'un meurtrier hors-pair.

Ne prenant même pas soin de nettoyer ses mains couvertes de sang, elle farfouille dans son hakama afin d'attraper quelques outillages médicaux, tachant ainsi ce dernier de ce liquide écarlate.

« Néanmoins, quelque chose cloche. » Elle dépose les quelques scalpels et aiguilles non loin du corps avant de frôler les lèvres du mort avec le bout de ses doigts. « Le meurtre a bien été commit par le jeune. Mais.. »

Elle ne comprenait pas. Il était le parfait suspect, il avait tout d'un coupable, mais il ne semblait pas être capable de commettre un meurtre si élaboré, ni même de tuer en vérité. Lorsqu'elle avait croisé son regard, son état mental semblait fortement perturbé mais pas parce qu'il venait de tuer, pour autre chose.

« Je dois rejoindre Kamui. »

Mais alors qu'elle tentait de ranger toute ses affaires et de re-sceller le corps, la lampe à huile s'était éteinte, plongeant la salle dans un noir complet, mettant alors Funka sur ses gardes, peut-être aurait-elle du éviter de tout commenter à voix haute...




_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Jeu 22 Oct 2020 - 2:24



« Remettez-le avec les autres, et surveillez-le bien. Que personne ne touche à un seul cheveux de ce gamin. »

Sa voix avait tonné dans la pièce, assez forte pour arracher un hoquet au garçon et parvenir jusqu'à la pièce voisine où se trouvait la demoiselle missionnée par Funka pour tenir les témoins - et depuis tout récemment, suspects - à l'oeil. Kamui en avait fini pour l'instant avec l'adolescent, qu'il ne désirait pas tourmenter autre mesure. Il était évidemment loin d'être tiré d'affaire, même aux yeux du soldat. Il ne pouvait l'innocenter sur la seule base d'une interprétation. Il avait du sang sur les mains, après tout.

Le seul espoir du jeune homme, en somme, reposait en l'existence d'un autre suspect, qui aurait pu lui faire faire commettre ces actes. Un suspect qu'il n'aurait pas osé balancer, car la méthode lui semblait étrangement familière. Si Kamui pouvait le trouver et l'accabler de preuves, l'adolescent pourrait souffler. Sachant que le profanateur pourrait se contenter de le livrer lui et abandonner ses recherches, ses chances de s'en tirer s'apparentaient aux lumières qui éclairaient la pièce où il venait d'être interrogé. Elles étaient vacillantes.

La dénommée Nozomi entra dans la pièce en silence, confortant maladroitement le petit Harunobu avant de l'aider à se lever. Alors qu'elle s'apprêtait à quitter la loge, la voix du Damahara s'éleva à nouveau, inquisitrice.

« Où en est Shinrin Funka ? »

Sur le pas de la porte, l'employée se retourna à moitié. Elle l'avait simplement vue s'adresser à l'un de ses collègues avant de s'éclipser à nouveau, sans savoir où exactement elle s'était rendue. C'est donc un poil gênée qu'elle répondit, appréhendant la réaction de l'homme chargé de l'enquête - d'autant plus qu'il s'était déjà montré plus qu'intimidant dès son arrivée, dépeignant un portrait peu commode.

« Je ne sais pas, monsieur. Elle est partie après avoir parlé à l'un des employés... Vous voulez que je l'appelle ?
Non, ça ira, merci. »

Étonnée, mais pas mécontente, Nozomi s'éclipsa sans se faire prier en emportant le garçon. Dorénavant seul, le profanateur resta pensif quelques instants, les graines de inquiétude commençant à doucement germer en lui. S'isoler en présence d'un tel clan... si mes suspicions sont fondée, nous voilà dans une drôle de situation, pensa-t-il en se délestant d'un lourd soupir. Il devait retrouver la Shinrin, et vite.

Sans plus attendre, il se leva, et quitta la pièce dorénavant vide. Une rapide inspection du couloir lui indiqua que toutes les portes étaient bien fermées, et qu'aucun signe de vie ne trahissait la présence de son imprudente acolyte. Aucun qui ne soit visible, cela dit. Ses mains se lièrent en un unique mudrâ, qui eût pour effet de raffiner ses facultés sensorielles au point de maintenant pouvoir ressentir les sources de chakra de tous les êtres vivants présents dans le bâtiment. Deux énormes masses prédominaient, représentant la salle de spectacle et la loge abritant les témoins. En se concentrant un peu plus, il les ressentit néanmoins.

Les, car il n'y en avait pas qu'une - un fait alarmant, puisqu'il avait ordonné que nul ne quitte la loge ou la salle de spectacle si ce n'était pas sur son ordre. La phrase de Nozomi lui revint même, ne laissant planer aucun doute sur le fait que Funka se soit éclipsée seule.

Ses pas s'accélérèrent, et il se retrouva vite à fondre vers la porte de la pièce d'où émanaient les sources de chakra comme un véritable rapace, les lumières vacillant et s'éteignant à son passage.

Sans s'annoncer, Kamui envoya un violent coup de pied sur le verrou de la porte, pour l'ouvrir avec grand fracas. Il n'avait que faire de l'état des lieux - l'Empire se chargerait probablement des quelques menus dédommagements. Une porte se réparait, une vie, non.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Jeu 22 Oct 2020 - 12:35





Meurtre en coulisses
Ft. Damahara Kamui

« Et il semblerait que nous ayons notre..
Coupable, n'est-ce pas, Dame Funka?
Quoi?
»

Elle n'avait pas pu voir le visage de l'individu dans la pénombre, mais alors qu'il avait tenté de lui attraper le poignet pour sûrement l'emporter avec lui, les bruits à l'extérieur de la porte l'avait poussé à fuir d'une quelconque manière, de toutes façon, elle n'avait ni vu qui elle était, ni comment elle était partie. Une chose était sûre, c'était une femme et elle connaissait le théâtre, de quoi apaiser les soupçons sur sa propre personne si Kamui venait à l'apprendre. D'ailleurs, la lueur du couloir prit place dans la pièce alors que Funka était de nouveau seule, immobile et cherchant comme l'endroit par lequel la personne s'était enfuie. Kss, comment? Une chance pour elle que le timing avec son partenaire eut été parfait, qui sait ce qu'il aurait pu advenir de le Shinrin si personne ne l'avait trouvé ici.

« Le bon point, c'est que nous avons désormais une piste bien plus claire. Le mauvais, c'est que c'est tout un clan au complet qui est suspecté, et qui en plus de ça, est un clan capable de manipuler les esprits comme bon leurs semble. »

Glisse t'elle à Kamui sans même se retourner, observant le reste de la loge avec attention. Accrochant le parchemin à sa ceinture en ne manquant pas de le tacher du sang qu'elle avait encore sur les mains, elle indique l'envie de quitter la pièce. Son visage découvert affichait un air intrigué et légèrement perturbé, comme si elle cherchait encore à savoir qui était cette femme. Se placant devant le porte précédemment enfoncée, elle observe de nouveau ses mains tâchées de sang.

« Mais si elle a fuit de la sorte au lieu de m'accuser du meurtre, c'est qu'elle avait comprit qu'on savait que les suspects sont membres du clan Yamanaka et que tenter de m'accuser aurait été une erreur fatale. Néanmoins, si elle a pu s'enfuir si facilement de la loge, c'est qu'elle connait un minimum le théâtre. Cette loge est directement reliée à la salle de spectacle par des conduits considérés comme secret, je ne t'apprend rien en te disant que les théâtres de ce genre sont truffés de ce genre de passage. C'est à l'origine un secret que nous devons garder mais dans le cadre de notre enquête, je dois outrepasser les conditions de mon contrat ici. Néanmoins, il faut vérifier que personne n'a pu s'éclipser de ma loge et confiner le clan Yamanaka afin d'empêcher toute fuite de leurs part. »

Elle s'approche de l'un des murs du couleur sur les cotés de la loge dont elle venait de sortir, comme si elle cherchait quelque chose, comme si elle tentait de suivre une piste.

« Je pense que nous devrions nos fournir le plans des divers passages de ce théâtre afin de tenter de localiser notre cible. Peut-être pouvons nous en apprendre plus sur cette dernière si nous interrogeons les Yamanaka. Néanmoins, si cette personne est douée dans son aptitude clanique, j'ai bien peur qu'elle ait pu manipuler d'autres individus parmi les siens. » Elle pivote finalement son regard vers Kamui en affichant un léger sourire, sa main ensanglantée posée à plat contre le mur. « J'espère que jouer à la chasse à l'homme ne te dérange pas. J'ai bien peur que si cette personne croise des témoins, elle les abatte et pour la sécurité de tous ici, il vaut mieux l'arrêter au plus vite. »





_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Dim 25 Oct 2020 - 0:34



La Shinrin était donc parvenue au même postulat que lui, sans doute grâce à son étude de la blessure et du mode opératoire qu'elle suggérait. Le Damahara, silencieux depuis son intrusion musclée, était soulagé. Soulagé de ne pas se retrouver avec un second cadavre sur les bras, et surtout d'avoir quelqu'un d'assez compétent à ses côtés. Sa mine, pourtant, ne laissait point transparaître cela.

La trace chakratique de l'autre individu s'était volatilisée des radars du soldat dès lors qu'il avait fait voler la porte en éclats. En agissant dans la hâte, il avait communiqué une information critique à ce suspect. Il savait maintenant que le teikokujin était doué de dons sensoriels pointus, et agissait désormais en conséquence. Il n'aurait pas le loisir de le suivre à l'aide de son simple chakra, surtout dans les multiples passages secrets évoqués par la Shinrin. Ils étaient littéralement pris dans la maison des horreurs d'un autre, capable de s'y déplacer à l'insu de ses captifs.

Tandis que Funka s'approchait de l'un des murs de la pièce, Kamui s'éclaircit la gorge, son regard jusque là perdu dans le décor se recentrant sur sa collègue. Un détail, peut-être insignifiant, venait de tiquer dans l'esprit du nécromancien.

« Peu importe nos connaissances supposées, vous accuser alors qu'un coupable était tout désigné aurait été suspect. Je pense cependant que nous ne nous avancerions point en considérant qu'à partir de maintenant, cette énigmatique personne sait sur qui nos soupçons se portent. »

Le regard aiguisé du soldat était fixé sur la femme, écoutant ce qu'elle avait à proposer sans piper mot. Attentif, il l'était probablement plus que de raison; son instinct lui dictait de rester sur le fil, bien qu'il n'en ferait pas part à la Shinrin. Après tout, elle était la source de ses doutes.

« Si cette personne veut éliminer les preuves, j'ai ma petite idée. Trouvez-moi une pièce isolée, où le jeune Yamanaka sera tenu captif sous votre étroite surveillance - après tout, il s'agit du plus grand témoin. Je vous l'enverrai moi-même après l'avoir cuisiné un peu plus, même si je doute qu'il finisse par trahir les siens. Je saurai vous retrouver grâce à ceci. »

De sa veste, l'immaculé tira un simple bout de parchemin rectangulaire tenant dans le creux d'une main, et marqué d'un unique sceau. Une sorte de charme, en quelque sorte, qu'il lança à la femme.

« C'est un sceau mouchard contenant une portion de mon propre chakra, de quoi me permettre de vous rejoindre là-bas peu importe les circonstances... et si jamais cet intrus se décide à vous attaquer à nouveau, n'hésitez pas à causer un peu de raffut. Je serai là en un instant. »

Les rouages du plan du bourreau étaient disposés, et il ne lui restait plus qu'à les actionner. Il était dorénavant question de vérifier s'il était simplement paranoïaque, ou au contraire clairvoyant. Sur ces instructions, il se retira en laissant le soin d'étudier les passages secrets du théâtre à Funka. Sa destination : la salle d'interrogatoire, dorénavant vide.

Pour les sensoriels en présence, il venait de disparaître. Il était dorénavant lui aussi devenu l'un des fantômes de cet opéra.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Dim 25 Oct 2020 - 2:16





Meurtre en coulisses
ft. Damahara Kamui

Le regard rivé sur le mur tâché du sang de la pauvre victime désormais, Funka écoutait les dires de son coéquipiers. Soudainement elle referme son poing et dépose son front contre ce dernier, fermant les paupières dans son silence de mort. Il voulait l'isoler avec le Yamanaka, le placer sous sa surveillance, avait-il un plan derrière la tête? Très sûrement, mais peut-être que tout cela était risqué. Après quelques longues secondes à rester planter contre le mur, Funka reprend un air à peu près normal en se tournant vers Kamui qui lui lançait le bout de parchemin, l'attrapant entre deux doigts, elle l'observe attentivement tandis qu'il dicte les propriétés de cette chose. Pour une fois, la Shinrin était dans la situation de celle qui écoute et non celle qui entreprend, un sentiment assez étrange pour Funka qui n'avait jamais véritablement eu cette occasion avec quelqu'un du même grade.

Rangeant ce petit bout papier dans un pan de son kimono, elle observe de nouveau ses mains avec ce même regard étrange que plus tôt avant de s'avancer dans les couloirs du théâtre.

« Vous savez donc où me rejoindre lorsque vous en aurez fini avec le jeune Yamanaka. »

Lance t'elle alors que le sourire s'entend dans sa voix, elle laisse le Damahara s’éclipser, la laissant dorénavant seule. Ainsi, elle peut rejoindre une autre pièce parmi ce long couloir de loge, celle ci ressemblant plus à un grand bureau plutôt qu'une véritable loge, mais elle semblait faire l'affaire puisqu'elle était isolée des autres et accessible que par un comité réduit. Et alors, assise sur la table principale, elle inspectait simplement les alentours.

*

Une attente pas particulièrement longue visiblement puisque le Damahara et le Yamanaka firent surface quelques minutes après, surprenant la Shinrin assise sur une table où elle attendait patiemment. Les deux soldats avaient déjà discuter avant et ils n'avaient qu'à croiser leurs regards pour se comprendre, désormais il laissait le jeune Yamanaka Harunobu entre les mains de la Sylphide. Une fois seuls, uniquement à deux, le Yamanaka avait été placé sur une chaise de laquelle il n'oserait pas bouger par peur de se faire attaquer par celle qui le surveillait de près. Un long moment de silence régnait alors que Funka le fixait, les pupilles tremblantes, les mains déposées sur ses genoux, son dos légèrement penché en avant.

« Mon pauvre Harunobu.
— ...Madame?
Tu ne sais pas pourquoi tu as fais cela n'est-ce pas? Ou peut-être sais-tu plus de choses que tu oses le prétendre, et tu refuses de nous l'avouer.
»

Il la fixait avec un air perdu tandis qu'elle lui souriait, approchant ses fins doigts du menton du Yamanaka comme si c'était un signe pour lui. Elle savait sûrement qu'il aurait peur de parler mais elle pouvait toujours tenter de lui faire penser, il était doué des aptitudes Yamanaka et donc il n'était pas compliqué pour lui de simplement lui communiquer par pensée si elle le mettait en confiance, néanmoins, cela cachait aussi un second plan de la part de la Shinrin qui esquisse un leger sourire alors que certains bruits métalliques se font entendre derrière elle.

« Je n'ai pas choisi cette pièce par hasard, et visiblement on a de la visite. »

Elle rompt le contact physique avec Harunobu avant de former un mûdra simple qui fera recouvrir son bras d'une couche de bois, prenant la forme d'un épieu acéré qui couvrait sa derme. Si Kamui lui avait demander de causer du grabuge, elle allait le faire et ces mouvements étranges derrière elle trahissait la présence de cette même femme présente quelques temps plus tôt dans l'autre loge. Mais pour le moment, tant qu'elle ne se dévoilait pas totalement à elle, Funka n'allait pas attaquer volontairement de peur de sacrifier le jeune Harunobu qu'elle se devait de garder à l'oeil, se rapprochant de lui comme pour le protéger d'une potentielle menace imminente...

Spoiler:
 




_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Lun 26 Oct 2020 - 1:18



Il n'y avait pas un, ni deux, mais trois fantômes pour hanter le théâtre en cette soirée.

———

Après avoir quitté la Shinrin, le Damahara s'était évanoui de tous les radars volontairement. Sa salle d'interrogatoire, havre de ses manigances pour l'occasion, l'accueillit dans son linceul de silence - lui, et lui seul. Il n'y avait aucun Yamanaka, contrairement à ce qu'il avait indiqué à la femme au maquillage théâtral. Tout n'était qu'un vaste tissu de mensonges qu'il avait assemblé avec minutie, à l'adresse de deux personnes: Funka elle-même, et son suspect. La raison ? Il avait fini par soupçonner que les deux n'étaient en fait qu'un, et désirait en avoir le coeur net une bonne fois pour toutes.

Après tout, il n'avait pas vu ce qu'il s'était passé avant son irruption dans la salle d'autopsie improvisée. Le clan Yamanaka et ses manipulations étaient assez renommés pour semer un doute dévorant en lui, et il n'avait pu contenir sa quasi-paranoïa. Il devait être sûr, et ne perdait rien à mener son test. Au contraire, il y gagnait. Son appât était trop appétissant pour être ignoré.

En s'effaçant, il s'assurait de quitter les radars de la Yamanaka embusquée, qui devait éviter la pièce où elle venait d'être découverte comme la peste. Peu de chance qu'elle se soit également embusquée à proximité de la pièce où tous les témoins étaient détenus, elle n'avait rien à y gagner puisque le jeune Harunobu était sous étroite surveillance, ordre de Kamui. Il était quasiment sûr d'être seul, et son oreille ne décelait pas le moindre craquement dans le bois composant la bâtisse - un bruit qui ne lui échapperait probablement pas dans le silence de mort qui pesait sur les lieux.

Ses mains se lièrent en un unique signe, caractéristique et reconnaissable d'entre tous: celui du Clonage de l'Ombre. Une unique copie de lui surgit, déjà assise sur la chaise de l'interrogé. Elle signa une fois, et se transforma en une nouvelle copie conforme: celle de Yamanaka Harunobu.

Le piège était confectionné, il ne restait plus qu'à le disposer. Après quelques minutes de simulacre d'interrogatoire, consistant surtout en des pleurs feints et à des questions insistantes, le Damahara et son faux-suspect se mirent en route vers la trace chakratique de son sceau mouchard. Il fit exprès de laisser son chakra fluctuer à nouveau en cet instant précis. Harunobu était, pendant ce temps, en sécurité. Il n'y avait point d'endroit plus sûr que la foule. La suspecte ne pouvait l'y rejoindre, ni l'atteindre sans risquer d'être vue.

Si elle ne mordait pas à l'hameçon, ils n'auraient perdu que du temps, et gagné la certitude que Funka était bien en pleine possession de ses moyens. Tout ça pour une histoire de mot de passe...

———

La pièce était cernée, au vu des bruits provenant des murs autour de la Shinrin et du faux Yamanaka. Un ennemi invisible s'y terrait, faisant usage des quelques galeries et tunnels pour choisir son angle d'approche. Si les passages secrets étaient concentrés autour de la scène, force était de constater que certains donnaient accès aux loges - permettant aux acteurs de passer d'un endroit à l'autre, suscitant la surprise des spectateurs émerveillés. Cette fois, cependant, nul émerveillement.

L'une des armoires factices glissa subitement sur le parquet de bois, derrière la Shinrin qui s'était pourtant retournée vers la source initiale des bruissements. Aussitôt, un couteau fusa, fendant l'air jusqu'à se ficher dans la nuque de l'adolescent effarouché. Une effusion de sang, un cri soudain et déchirant...

« Une bonne chose de... »

... et une explosion de fumée. Le dernier regard de l'adolescent, qui avait tout juste eu le temps de lancer une oeillade à la meurtrière, était d'un éclat bleu métallique qui ne lui appartenait pas. La jubilation qu'il exprimée par ses prunelles, malgré le semblant de douleur qui avait précédé sa disparition soudaine, était glaçante. La meurtrière avait été leurrée.

La porte de sortie était toute désignée, pour l'assaillante. Elle fit un pas pour regagner ses galeries, espérant échapper à la Shinrin encore bien présente. La porte d'entrée s'ouvrit en même temps sur la silhouette de Kamui, quatre kunaïs en main. Les projectiles fusèrent jusqu'à la porte dérobée alors que l'intruse s'y introduisait, exsudant d'une aura foudroyante bien visible. Un courant électrique relia les armes entre elles dès lors qu'elles se plantèrent dans le bois constituant les murs de la galerie, le coup de jus forçant la femme à revenir dans la pièce, sous peine d'être piégée dans l'étroite alcôve délimitée par les quatre lames.

Le courant, cependant, ne serait pas éternel. Il durerait une poignée de secondes tout au plus. Dès lors, elle pourrait à nouveau s'enfuir - il fallait impérativement la cueillir dans les instants suivants, ou condamner sa porte dérobée. La vermine avait été appâtée, il ne restait qu'à la piéger.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Lun 26 Oct 2020 - 3:06





Meurtre en coulisses
ft. Damahara Kamui

Le bruit de l'air qui siffle au passage d'un kunai intrigue la Shinrin qui observe celui qu'elle pensait être Harunobu éclater en fumée. Et là, elle venait de comprendre le plan du Damahara alors qu'elle fusait vers la Yamanaka pour l'intercepter dans son envie de quitter la pièce, néanmoins, le bruit sourd causé par l'arrivé du Damahara la freina dans son élan tandis qu'il se chargeait de la neutraliser pour le moment. C'était ingénieux de vouloir enfermer Harunobu seul avec elle pour permettre à la coupable de venir tenter son meurtre, mais visiblement elle s'était faite leurrée. Son arme de sylve s'était rétracté tandis que l'assaillante était piégée dans ce rectangle électrique qui n'allait pas duré longtemps.

Alors peut-être que la blonde attendait la fin du courant pour s'échapper, peut-être qu'au final elle n'était que très proche de s'enfuir de nouveau, après tout, s'ils ne faisaient rien elle était totalement libre.

Mais la Yamanaka avait oublié une chose importante, elle avait oublié que...

« ... C'est mon théâtre. »

Funka observe la pièce autour d'elle avant de rejoindre un mur adjacent, cognant brusquement son poing sur l'un des motifs alors que le passage emprunté par la Yamanaka venait de se sceller sous ses yeux ébahit. Désormais, coincées entre quatre murs, elle pouvait tenter de se battre contre les deux soldats ou alors de se rendre, mais la pièce truffée de piège et les soldats surentraîné le choix est censé être plutôt rapide lorsqu'on tient à la vie...

Formant divers signes incantatoires, la Shinrin en plus d'avoir scellé la pièce, laisse émerger du sol diverses racines entourant la Yamanaka dans un but précis : l'entraver. Ces liens sylvestres s'enroulaient doucement autour de ses chevilles pour l'empêcher de bouger à travers la pièce et ainsi de se battre, néanmoins ils n'étaient pas non plus éternel et il fallait aussi éviter de la sous estimer. Ses mains étaient libre, et elle était membre du clan Yamanaka, elle pouvait à tout moment faire part de son don héréditaire, elle aussi.

Récapitulatif:
 





_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Lun 26 Oct 2020 - 23:45



Qu'avait-elle comme cartes dans sa manche, pour se tirer du traquenard qui venait de se refermer sur elle ? Elle ignorait tout de la puissance de ses deux opposants, et connaissait pertinemment ses propres limites. Son visage émacié traduisait la détresse et la colère qui l'habitaient. Ses yeux fous passaient d'un soldat à l'autre, tandis qu'elle restait figée, comme si elle craignait de déchirer le fin voile de l'accalmie qui garantissait encore sa survie. Aucun geste brusque, aucune tentative désespérée...

« Rendez vous et vous aurez droit à un jugement plus clément. »

C'était aussi simple que cela, d'apparence du moins. Même si cet engagement ne tenait qu'à la parole d'un simple soldat, il plantait les graines de l'hésitation et de la discorde. La Yamanaka découverte n'avait pas besoin d'y croire pour être tiraillée. Elle n'avait plus les moyens de s'en tirer indemne. C'était soit la mort, soit la prison, pour une peine encore incertaine. Combattre, ou se rendre sans faire d'histoires. L'aura que dégageait le Damahara en cet instant précis ne laissait pas la place à l'hésitation. Assuré, il ne tremblait pas d'un millimètre - c'était un message très clair, pour celle qui s'était essayée au meurtre.

Il lui restait une dernière façon de s'en aller. Devait-elle s'y résoudre ?

« Mon mari est mort à cause de leurs histoires de guerre...
La guerre civile n'a épargné personne. »

Du tac au tac, la réponse était venue couper court aux jérémiades de la femme. Pourtant, Kamui n'était pas insensible à la peine qu'elle pouvait ressentir. Il avait vu, et même provoqué, certaines séparations déchirantes. Il n'avait jamais été dans cette situation, malgré le trépas de ses parents suite au massacre de Yugure - il avait eu la (mal)chance d'avoir une famille peu aimante, à laquelle il ne s'était pas attaché.

Mais rien n'effacerait le crime de cette veuve. Elle avait pris une vie innocente, et essayé de détruire celle d'un garçon qui découvrait tout juste le monde.

« Pourquoi cet acteur ? Il n'avait rien à voir avec le clan Yamanaka, que je sache.
C'est... c'est le prix du déshonneur... »

Le déshonneur qu'elle avait tenté, en vain, de jeter sur son propre clan. Ses yeux, humides, se détournèrent vers la Shinrin qui avait annihilé sa seule et unique chance de s'en tirer. Dans ses prunelles, colère et tristesse s'étaient mêlés.

« Je suis désolée, Dame Funka... Je m'étais exilée, et les voir ici... L'occasion... »

Puis elle se tût, couvrant sa bouche de ses deux mains pour étouffer quelques sanglots. Après tout, elle avait passé quelques mois au sein de la troupe du théâtre, s'y mêlant sans jamais se lier explicitement au clan Yamanaka - ce qui était compréhensible, au vu de sa situation. Cela expliquait entre autre sa connaissance des multiples passages dérobés du théâtre Komazō Ichikawa.

Néanmoins, ils tournaient désormais en rond. Le Damahara avait ses aveux. La femme aurait tout le temps de s'exprimer face aux instances supposées la juger. Alors, il s'avança vers la Yamanaka, tirant de la sacoche planquée sous sa longue veste une bobine de fil de fer qu'il comptait bien utiliser pour lier la meurtrière.

D'un coup d'un seul, elle tira un autre kunai de sa manche, le dardant vers Kamui avec la force du désespoir. Sa poigne tremblante, elle se contentait de le brandir, pour tenir l'agent éloigné d'elle, ce qui eut l'effet de le forcer à s'arrêter à une distance respectable. Dans sa tête, plus rien ne faisait de sens. Elle était acculée, faite comme un rat, et son avenir était désormais entre les mains des juges. Si elle venait à quitter la captivité en vie, elle risquait d'être poursuivie par le clan.

Il lui restait une dernière façon de s'en aller. De rejoindre son mari. Là-bas, personne ne pourrait la tourmenter. Animée par la folie suicidaire, elle dirigea son arme vers sa propre gorge. Elle allait mettre fin à ses jours, comme elle avait mis fin à ceux du pauvre acteur qu'elle avait pourtant côtoyé.

Une nouvelle explosion de fumée l'aveugla soudainement, suivie d'une vive douleur au niveau de l'épaule droite - celle du bras qui était supposé lui ouvrir la gorge. Une douleur insupportable, qui lui tira un hurlement inhumain et déchiré. Puis elle s'effondra, plongée dans l'inconscience, terrassée.

Pour Funka, la scène était on ne peut plus claire. La violence inouïe du Damahara avait été démontrée, au moins autant que sa vivacité d'esprit. Le nuage de fumée avait simplement accompagné l'invocation d'un large shuriken fūma dépliable, qui avait été lancé sur la Yamanaka avec force et précision pour lui sectionner le bras juste sous l'épaule et finir sa course dans le mur derrière elle. La boucherie avait causé une violente effusion de sang, qui avait éclaboussé la pièce et le profanateur lui-même.

Son visage parsemé de longues trainées de sang se détourna vers la Shinrin, figé dans une expression de stoïcisme encore plus marquée qu'à l'accoutumée.

« Je ne sais pas si je saurai la sauver moi-même. Vous pouvez arrêter le saignement ? Nous ne pouvons la laisser fuir ses actes par la petite porte. J'irai chercher un médecin, s'il le faut. »

C'était la seule solution qui était apparue au bourreau. Il ne maniait pas le bois, n'était pas adepte du Genjutsu. Tout ce qu'il savait faire, c'était tuer et poursuivre. Il ne restait plus qu'à espérer qu'il ait, cette fois, raté son coup.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Mar 27 Oct 2020 - 1:02




Meurtre en coulisse
ft. Damahara Kamui

La voici coincée entre ces quatre murs face à deux soldats qu'elle ne connaissait pas. La main toujours appuyée sur le mécanisme qui scellait la pièce, la Shinrin observait la coupable de tout ce grabuge, celle qui était à l'origine de toutes ces horreurs, alors là, le Damahara lui posait son ultimatum. Même si elle était infime, elle laissait là sa confiance en lui jouer et elle ne disait rien pour le moment, observant cette scène en gardant l'oeil sur le moindre mouvement de la part de la Yamanaka. Alors, elle faisait tout ça car elle avait perdu son mari? Dans un sens, Funka pouvait la comprendre, elle même ne savait pas ce qu'elle serait capable de faire si l'on venait à ôter la vie de son bien aimé, mais c'est une vision qu'elle refuse d'avoir. Si elle avait eu plus de compassion, elle aurait peut-être laissé passer un acte aussi impardonnable, mais le fait qu'elle ait voulu abattre un enfant rappelait à Funka qu'elle n'en valait pas la peine. La rétorque de Kamui la fit grincer des dents, elle avait presque oublié que la victime était l'un de ses collègues, alors, elle fixait la Yamanaka avec des yeux écarquillés et un regard noir, le temps d'un instant, elle avait totalement laissé de coté le fait que le meurtre concernait l'un de ses proches collègues. Les pupilles mouillées de la Yamanaka confrontaient celle de la Shinrin qui ne semblait même pas avoir la moindre pitié pour elle, la jugeant, prenant un air presque hautain avant de la voir fondre en sanglots.

« Vous avez lâchement assassiné l'un de vos collègues, l'un de mes collègues. Et c'est un acte impardonnable, en plus de vouloir faire porter le poids votre crime à un enfant. Inutile de vous excusez, vous vous doutez que je ne vous accorderai pas ce pardon. »

Kamui qui s'approchait d'elle pour la menotter fit face à un terrifiant geste. Le geste de celle qui voulait se suicider afin d'éviter le jugement, un acte qui aurait pu être une bonne idée si le Damahara n'avait pas réussi à lui trancher le bras. Et ce cri, ce cri perçant le silence du théâtre, ce cri de douleur qui pourrait faire glacer le sang de quiconque n'y étant pas préparé. Ainsi, en la voyant s'effondrer, Funka relâche simplement le mécanisme avant de s'approcher du corps inconscient se vidant doucement de son sang. Elle avait assisté à cette boucherie, observant le visage de son coéquipier couvert de sang sans pour autant le juger pour son acte.

« Je m'en charge. Une chance pour elle que je sois là. »

Alors, elle arrache en premier lieu un morceau de sa manche qu'elle ira enrouler autour du reste de bras de la femme, le serrant avec une puissante t'elle que tout vaisseau sanguin se voit compresser au point de ne plus pouvoir faire passer de sang, un garrot sans aucun doute. Un reflex assez normal pour toute personne initiée au soin, ce qui n'était visiblement pas le cas du Damahara. Si à l'origine elle ne devait pas se salir les mains durant cette mission, la voilà couverte de nouveau du sang d'un autre, observant le bras arraché, une personne normale aurait simplement une envie de vomir, mais pas elle. Arrachant un autre morceau de sa robe, elle forme maintenant un sorte de pansement qu'elle placera autour du garrot pour éviter à la plaie de s'infecter, une chance pour la Yamanaka d'avoir été secourue à temps, sans quoi, elle serait morte.

« J'ai stoppé l'hémorragie. Elle est simplement tombée inconsciente sous le choc, après tout, elle ne s'attendait sûrement pas à se faire arracher le bras. Elle n'aurait pas été capable de se suicider si une simple amputation la met dans un état comme ça. »

Elle se redresse doucement, observant Kamui en reprenant un air plus calme, frottant ses mains entre elle après avoir appliqué les premiers soins.

« Le jeune Harunobu pourra dormir en paix ce soir. »




_________________
[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Image0
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10458-shinrin-funka-dossier-shinobi#90039 https://www.ascentofshinobi.com/u1384
Damahara Kamui
Damahara Kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui] Empty
Mar 27 Oct 2020 - 2:34



Un simple garrot. La mine renfrognée de l'homme, couverte de sang, illustrait sa perplexité. Cela suffirait probablement à la transporter jusqu'à l'hôpital, mais il devrait se dépêcher. Sans plus attendre, il s'approcha de la femme évanouie, et lui fit les poches sans gêne. À mesure qu'il fouillait, il lançait çà et là ses effets personnels et les quelques armes cachées sur elle. Ceci fait, il fit enfin usage de sa fidèle bobine.

L'absence d'une des deux mains pour le contraria un peu dans son oeuvre, mais il ne se plaignit pas et fixa l'unique bras de la Yamanaka à son dos en enroulant le fil de fer autour de son tronc. Après tout, c'était sa faute.

Une fois relevé, la captive jetée par-dessus son épaule comme un sac de pommes de terre, il fit face à la Shinrin à nouveau. Du revers de son gant, il essuya le sang qui commençait déjà à sécher à même la peau de son visage, comme s'il venait de se rendre compte qu'il avait été aspergé.

« Je me charge de la faire soigner, sous étroite surveillance. Je rédigerai aussi le rapport sur place. Vous aurez l'insigne honneur de libérer toutes ces bonnes gens, et d'apprendre au jeune Harunobu qu'il est libéré de toute suspicion, si tout cela vous convient. »

———

Hôpital militaire d'Urahi, quelques heures plus tard

Attablé aux côtés du lit où la Yamanaka avait été alitée après le passage de ninjas médecins, le profanateur était penché sur la feuille encore vierge d'encre de son rapport. Dans la pièce, deux autres soldats étaient postés, armés et prêts à intervenir au cas où la dame décidait de tenter un dernier coup d'éclat. Chose peu probable, au vu de son état affaibli, et de l'absence de sa deuxième main qui l'empêcherait probablement à vie de faire usage de ses dons claniques.

Sa plume s'anima enfin, étalant sur le papier les mots suivants:


Été 204,
Hôpital militaire d'Urahi,

Suite à l'ordre de mission de rang C concernant le meurtre au théâtre Komazō Ichikawa, Damahara Kamui et Shinrin Funka se sont rendus sur les lieux et ont mené l'enquête. Quelques dommages sont à déplorer du côté matériel (une porte défoncée et un mur ébréché), mais les soldats et civils sont sains et saufs. Le suspect initial, Yamanaka Harunobu, était sous emprise lors des faits qui lui étaient reprochés, et l'auteure des faits a été découverte.

L'usage de la force a été nécessaire, et Yamanaka Tashinami (dont l'identité a été établie grâce à la coopération de la branche du clan ayant assisté à la pièce "Le périple du demi-dieu ignescent") a été amputée d'un bras par Damahara Kamui, l'empêchant ainsi de se suicider pour échapper à son jugement. Les premiers soins ont été prodigués par Shinrin Funka, puis la criminelle a été acheminée jusqu'à l'hôpital militaire dans les plus brefs délais, où elle est actuellement sous surveillance, dans un état stable.

Le théâtre a été libéré, et l'ordre y règne à nouveau. Le corps de la victime, disposé dans l'une des loges pour être examiné, reste à évacuer.


D. Kamui



En se relisant, le profanateur ressentit une once de peine poindre en lui. Les circonstances ayant poussé Tashinami à agir de la sorte ne figuraient nulle part sur le document officiel, puisqu'elles n'avaient rien à y faire, mais il trouvait presque cela injuste. Injuste, puisqu'il se savait capable de bien pire que cette femme. Ce qui les différenciait, c'était qu'il était capable de se contenir assez pour agir la tête froide et éviter les représailles inhérentes à l'échec.

Soit, pensa-t-il, en pliant le papier en deux pour le glisser dans l'une des poches intérieures de sa veste. Il se leva enfin, et s'en alla sans se retourner, un simple « bonne soirée » lui échappant à l'adresse des deux gardes lorsqu'il les dépassa. Il n'y avait pas lieu de s'apitoyer sur le sort de cette femme, qui avait mêlé un innocent et un enfant à sa vengeance. Justice avait été rendue.

Une histoire tragique de plus, dont la scène était à nouveau le Pays du Feu et son passé. Il était plus que temps que cela cesse.



Fin.

_________________

« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »
THÈME VOIX


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10723-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui

[MISSION C] Meurtre en coulisses — [Damahara Kamui]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: