Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose)

Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Empty
Dim 25 Oct 2020 - 2:33
Début de l’été 204

Presqu’une demi-année déjà...Otsuge ne s’était pas rendu compte à quel point le temps s’était vite éclipsé depuis son retour à Kiri. L’épreuve des lames, son assermentation en tant que Sabreur, les missions, la reconstruction, sa disciple...Le temps lui avait filé entre les doigts à une vitesse folle si bien qu’au bout d’un certain temps, le jeune noble était tombé dans une routine galvanisante et si envoutante qu’il en oublia même la promesse qu’il avait faite à son défunt maître. Mais lorsque cette vérité le frappa, Otsuge décida de prendre un temps d’arrêt, un congé bien mérité, afin de l’honorer. Son maître lui avait tant apporté, il avait transformé l’adolescent rebel et un être discipliné et droit, il ne pouvait donc pas le laisser tomber en oubliant sa dernière volonté.

Après avoir reçu une permission spéciale de la part du Chef des Sabreurs et du Mizukage, celui qui arborait le septième rang de la Confrérie pu quitter l’enceinte du village de la brume en compagnie de sa disciple. La jeune Yuki ne s’était pas du tout objecté à un tel voyage et Otsuge pensa même que le changement d’air ferait du plus grand bien à son apprentie.

Accompagnant leurs pas, le duo s’était aventuré dans la brume naissante de l’aurore vers le sud de l’île centrale de l’archipel mizujine. Une fois la côte rejointe, ils devaient embarquer pour l’île d’Ue en compagnie des érudits qui la gardait. La route avait été longue et silencieuse, le duo ne faisant que quelques arrêts rapides pour se ravitailler, ici et là. Lorsque la côte commença à se dessiner à l’horizon, Harumi brisa le silence pour questionner son mentor.

¬ Otsuge-sensei...Je sais que vous n’aimez pas en parler mais...Comment est-il mort? Pourquoi n’avons nous pas ses cendres à disperser?

¬

¬ Désolé sensei, je ne voulais pas v… débuta la jeune Yuki devant le mutisme de son mentor.

¬ Nous étions déjà en direction de Mizu, l'interrompit le Naragasa. Ichimaru-sensei voulait absolument rentrer avant la cérémonie d’ouverture de la fête de l’hiver. Il était peut-être vieux, mais au fond c’était un grand gamin...Il s’arrêta là, une pointe de mélancolie et de nostalgie s’installant dans sa voix.

¬ En chemin, nous avons croisé la route d’une rumeur...reprit-il après une courte pause. Celle d’un trafic d’objets rares quittant Tetsu pour rejoindre le marché noir de Murashigure. Soupçonnant que l’auteur de ce trafic soit un homme qu’il recherchait depuis plusieurs années, Maître Ichimaru a insisté pour que nous faisons le détour avant de rentrer pour le festival. Une nouvelle pause, un chagrin plus que audible.

¬ Nous avons été mené dans une embuscade, le trafiquant voulait nous tendre un piège. Et…

¬ Vous n’avez pas besoin de continuer, je comprends. Je vois que cela vous fait mal d’en parler. Je suis désolé.

L’histoire n’était pas terminée, sa fin tragique manquait. Mais Otsuge était content de ne pas avoir à la raconter. Il n’aurait pas aimé mentir à son élève. La véritable histoire, personne ne la connaissait, pas même les autres Sabreurs qui l’avaient questionné à son retour. Lui seul devait porter ce fardeau. Il était rentré seul à Kiri, le sabre d’ivoire de son maître en main, et une simple histoire tragique à raconter.

Le Sabreur et sa disciple arrivèrent enfin à l’embarcation qui les attendait au bout du quai boisé. À son bord, une silhouette encapuchonné les attendait silencieusement pour leur faire traverser le brouillard jusqu’à l’île d’Ue. L’embarcation n’avait rien de rassurant, la qualifier de chaloupe était même un bien grand mot, mais Otsuge ne prit pas le temps de se montrer nerveux et monta à son bord tout en faisant signe à sa jeune disciple de faire de même. Cette dernière hésita sur le quai quelques instants avant de le rejoindre en fermant les yeux. Toujours dans le plus grand des silences, l’érudit voilé s’empara des pagets et tira la petite bicoque vers le large, vers le brouillard.

Silence. Mystère. Tranquillité.

Mais ce qu’ils n’avaient pas encore remarqué, c’est qu’une ombre planait au-dessus d’eux.
Revenir en haut Aller en bas
Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Empty
Dim 10 Jan 2021 - 19:39
Début de l’été 204 - Île d’Ue

¬ Nous sommes arrivés, leur indiqua finalement le moine silencieux tout en attachant la petite barque au quai chambranlant où il s’était arrêté. Vous avez une heure. Après quoi je rentre sans vous.

Ces premières paroles étaient tranchantes, tout autant que ne l'étaient les armes que portaient les deux sabreurs à leur ceinture. Le moine avait été silencieux tout au long de la traversée, ne prononçant pas un seul mot avant d’offrir son avertissement au Naragasa et à sa disciple. S’exécutant en silence, Otsuge mit pied sur le quai de fortune et invita Harumi à faire de même avant de l’entraîner plus loin sur l’île. Étant encore novice, la jeune Yuki n’avait pas encore le droit de passer l’épreuve des lames et de communier avec l’esprit de son sabre. C’était sa première visite de ce lieu sacré, mais pas sa dernière. Elle devrait y revenir lorsqu’elle serait prête. Lorsque Otsuge, son mentor, la jugerait prête. La Yuki portait le sabre blanc de son ancien maître, celui-là même dont ils allaient disposer des cendres aujourd’hui. Le jeune Sabreur avait donc cru bon d’amener son élève avec lui, peut-être que cette communion avec l’essence d’Ichimaru l’aiderait à comprendre l’âme de son sabre.

Le duo longea la côte pendant un certain temps avant de bifurquer vers l’intérieur des terres. Le chemin aurait été beaucoup plus rapide et direct s’ils avaient pu couper à travers le centre de l’île, mais comme il s’agissait de l’emplacement du cercle rituel de l’Épreuve, le Naragasa n’avait pas osé s’en approcher, surtout pas en présence d’une non-initiée. La longue route fut donc son choix. Ils montèrent un escarpement rocheux qui se fit de plus en plus abrupt jusqu’à ce qu’ils atteignent ce qui semblait être le point le plus élevé de l’île : un promontoir rocheux entouré par la forêt.

Après avoir pris quelques instants avec Harumi pour se reposer et reprendre son souffle, Otsuge s’agenouilla au sommet du promontoir et déposa devant lui le paquet qu’il trimbalait avec lui depuis leur départ de Kiri. Il déplia soigneusement l’emballage de velour écarlate du paquet pour révéler une petite urne d’or blanc. Le Naragasa récita une prière silencieuse avant de dévisser délicatement le couvercle du réceptacle et de le reverser bien haut devant lui. Aussitôt, le vent et ses courants s’emparèrent des cendres blanches de son ancien maître et les amenèrent jusqu’à l’horizon, vers l’océan.

¬ Puisse ton âme trouver la paix dans l’autre monde sensei...

En prononçant ces paroles, Otsuge sentit son sabre à sa ceinture vibrer. Il n’y porta pas attention et déposa plutôt l’urne dorée sur le sommet pour la laisser reposer sur son nid d’étoffes écarlates. Le Sabreur se releva alors subitement et se tourna vers son apprenti dont il croisa aussitôt le regard.

¬ Sensei je...Je crois qu’on a été suivi.

¬ Je sais...Reste sur tes gardes Harumi.

Se concentrant alors sur le bruit qui venait du boisée délimitant le promontoir, Otsuge dégaine son sabre et d’un seul geste vif envoya une lame d’eau de la pointe de son arme en direction du buisson qui venait tout juste de bruisseler. Mais avant même que le croissant aqueux ne l'atteigne, une ombre en sortie à toute vitesse et vint à sa rencontre. D’un flash, d’un éclair sonore et lumineux, le croissant fut scindé en deux et l’eau se dissipa aussitôt. Devant les yeux ébahis d’Otsuge et d’Harumi, une grande silhouette élancée et encapuchonnée leur barrait maintenant la route. À priori humaine de part sa taille, la silhouette avait pourtant des proportions étranges, comme si cette personne, ou plutôt cette créature, possédait des jambes nettement trop longues et des bras trop courts pour la taille de son corps.

¬ Oh oh pas mal pour un voleur, croassa le créature encapuchonnée.

Avant qu’elle ne puisse prononcer un autre mot ou faire un seul geste, Otsuge s’élança vers elle. Sans qu’il n’ait eu besoin de prononcer un quelconque ordre, la Yuki courut à son tour également en suivant l’exemple de son maître. Le duo chargea donc la créature à toute vitesse, en croisée, pour l’atteindre des deux côtés en simultanés. Cette dernière demeura immobile jusqu’au dernier instant, où elle bloqua l’arme de l’Ébène d’un geste vif et imperceptible à l’aide d’une courte lame sortie tout droit de sa manche, probablement un tantô. Tout en maintenant la parade, elle s’abaissa en s’appuyant sur son bras libre et donna à pleine vélocité un coup de ses deux jambes directement sous la garde de la Yuki qui avait été moins rapide que son mentor pour atteindre leur cible. Sous l’impact, les pieds de la jeune fille quittèrent le sol, et elle se retrouva à rouler dans la poussière quelques mètres plus loin.

¬ Ce n’est pas l’heure de jouer-croa. Rejoins-moi à la prochaine lune sur l’île d’Uka. Et viens seul-croa, n’amène pas la petite peste avec toi.

Sur ces paroles, l’ombre bondit et après un salto de haute voltige disparut derrière l’orée du bois qui bordait leur position. Otsuge se lança aussitôt vers Harumi qui était toujours au sol, sur le dos, pour s’assurer qu’elle allait bien. Il l’aida à se relever, heureusement, elle était en un seul morceau et rien d'autre que quelques ecchymoses ne l’accompagneraient vers le lendemain. Perplexe, elle plongea ses grands yeux de biches innocentes dans le regard de son mentor, à la recherche d’une explication, de quelque chose.

¬ Sensei…

¬ Rentrons...rétorqua sèchement Otsuge.

Quelque chose tracassait le jeune Naragasa, Harumi pouvait le sentir. Ce n’était pas seulement la défaite et l’humiliation qu’il venait de se prendre, mais quelque chose d’autre. L’Ébène était silencieux et quittait déjà le promontoir pour retrouver la côte. La Yuki se lança donc à sa poursuite sans dire mot, elle savait mieux que d’embêter son maître lorsqu’il était ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Empty
Jeu 21 Jan 2021 - 3:33
Deux semaines plus tard - Île d’Uka

- Ohh il est vraiment venu, croaa!

- Vite, qurwa, allons prévenir le chef!

- Kroa, vite vite!

Tapis dans la marre qui bordait le sinueux chemin qui menait à la clairière des ombres, les trois petites créatures fixaient la silhouette du Naragasa en marche à travers les bois denses. Alors que ce dernier s’arrêta pour trouver l’origine des croassements, les trois crapauds s’enfoncèrent dans les eaux de la mare pour disparaître de sa vue.

Comment était-il arrivé jusqu’ici? Otsuge se le demandait encore. Ce soir aurait lieu la prochaine pleine lune, et avec elle l’heure de son rendez-vous avec l’inconnu qui l’avait abordé sur Ue. Il s’était questionné longuement dans les deux dernières semaines, depuis son retour à Kiri, à savoir s’il devait réellement accepter l’invitation de la créature. C’est un vent de familiarité qui l’avait poussé jusqu’ici. Sans connaître le lieu de rendez-vous exact, le jeune Épéiste s’était laissé conduire par son instinct jusqu’ici, dans les tréfonds de la forêt et des marécages qui couvraient cette île maudite. Harumi s’était farouchement opposé à ce que son maître ne vienne seul au rendez-vous, mais ce dernier avait essuyé du revers de la main ses mécontentements. Quelque chose l’interpellait.

Guidé par l’approche de la nouvelle lune, porté par ses pas et les signes de la nature, Otsuge s’était enfoncé sans carte ni indication dans la brousse de l’île d’Uka. C’est après plusieurs jours d’errance qu’il pénétra finalement dans la Clairières des Ombres. L’endroit était à la fois majestueux et terrifiant. La forêt avoisinante, pourtant dense sur des kilomètres à la ronde, s'éclaircissait mystérieusement, pour laisser place à une clairière rocailleuse et marécageuse où une brume pesante flottait en permanence à ras le sol. On aurait dit un lieu en dehors du temps et de l’espace, un endroit où ni le jour ni la nuit n’avait d’impact.

De la brume au sol émergèrent de nombreuses silhouettes accroupies, de petites créatures de toutes les tailles. Brisant le silence, elles se mirent à croasser à l'unisson, éveillant une mélodie vibrante qui atteint Otsuge jusque dans ses tripes. L’un des petits crapauds qui l’avaient accueilli à l’entrée de la clairière bondit hors de la brume et atterrit sur son épaule.

- La folie ne t’a pas fait oublier le chemin, croa, fils de l’Eau et de l’Épée.

Sursautant, le Naragasa tenta de chasser le crapaud de son épaule, mais un deuxième sauta à son tour. Cette fois-ci pour atterrir sur son crâne.

- Tu as l’air surpris. Kroaaa. Ne te souviens-tu pas d'être déjà venu ici...Gamako.

Fils du Crapaud...Gamako...Le nom résonna dans l’esprit de l’Épéiste. Comme un vieux souvenir enfoui, comme une mémoire oubliée, il se remémora...Le chemin jusqu’ici, le long sentier à travers la brume et la jungle...La Clairière des Ombres...Et les exilés du clan des Crapauds. Droit devant lui, l’une des silhouettes se redressa au-dessus des autres. Presque humanoïde, le grand crapaud s’avança d’un pas dans le champ de vision d’Otsuge, se révélant être le mystérieux inconnu de l’île d’Ue.

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Vignet10

- Ce nom…Il s’arrêta, confus. Dokunobi?

- Héhé voilà...Tu te souviens maintenant.

Le grand crapaud laissa échapper un croassement titanesque, faisant trembler le Naragasa jusque dans ses entrailles. La clairière s’éclaircit subitement et la brume se dissipa mystérieusement. Dès lors, Otsuge pu clairement distinguer et observer au moins une vingtaine de crapauds de toutes les tailles, formes et couleurs tout autour de lui. Tous et toutes le fixaient intensément de leurs yeux globuleux en croassant périodiquement. Les deux petits crapauds perchés sur lui bondirent pour aller se poser aux côtés d’un immense crapaud qui baignait dans le marais, endormi derrière tous les autres.

- Kenji t’a amené ici alors que tu étais tout petit. Avant que la malédiction du sabre ne s’empare de lui...Tu sais, Ichimaru a tenté de l’aider, à la contrôler, l’affaiblir…

- Ichimaru connaissait mon père ?! l’interrompit subitement le Kirijin.

- Héhé mais bien sûr Gamako. Il était son élève.

Otsuge ne comprenait pas ce qu’il venait d’entendre. Jamais, durant toutes les années où il avait voyagé et appris auprès de son maître, ce dernier ne lui avait mentionné avoir connu son père...Et encore moins avoir été son mentor au sein de la confrérie des Épéistes. Pourquoi lui avait-il caché cette information pendant tout ce temps? Planifiait-il un jour lui révéler ce lien? Le jeune homme était confus, les émotions l’envahissaient. Certes il savait que son père, le cadet des Naragasa, avait été Sabreur avant sa disparition. Et même qu’il avait possédé le sabre maudit avant lui. Mais jamais il n’avait suspecté ce lien.

Devant le regard inquiet et confus du jeune homme, le crapaud nommé Dokunobi s'élança d’un bond sur le crâne du crapaud géant endormi. Il y atterrit tout doucement, comme une plume, puis toqua ridiculement sur sa tête comme l’on toque à une simple porte. Le géant croassa alors longuement, puis déroula son énorme langue pour déposer au sol un grand rouleau de parchemin. Sans même réveiller la créature, Dokunobi bondit de nouveau pour rejoindre Otsuge.

- Ce pacte appartenait à ton père...Et à Ichimaru avant lui. Étant l’héritier de l’Eau et de l’Épée, tu devrais être leur successeur. Le crapaud marqua une pause inconfortable, longue et pesante, avant de relâcher un intimidant croassement. Mais tu as trahi leur héritage. Et pour cet affront, tu devras mourir, Gamako.

_________________
Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) 112
Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) 210
Revenir en haut Aller en bas
Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Empty
Lun 25 Jan 2021 - 4:09
Clairière des Ombres - Île d’Uka

- Dokunobi, attend, qu…

Otsuge ne savait que trop bien ce que le crapaud humanoïde voulait dire par “avoir trahi leur héritage”. Mais ce qu’il ne comprenait pas, c’était pourquoi était-il au courant? Il était seul avec son maître lors de l’incident...Comment pouvait-il savoir? Parlait-il seulement de cet événement ou d’une autre circonstance dont il ignorait l’existence?

Toutes ces nouvelles informations se bousculaient dans son esprit embrouillé par les émotions. Titubant vers l’arrière à l’apparition de la menace de Dokunobi, le Naragasa porta nerveusement sa main vers son sabre pour tenter de le dégainer et se préparer à un affrontement qu’il préférerait éviter. Mais alors que son arme glissait hors de son fourreau, il fut percuté à la tête par un projectile. Non, pas un projectile, mais plutôt l’un des petits crapauds.

- Nous étions là, croassa le premier en l'atteignant à la tête.

- Nous avons tout vu, rétorqua le deuxième en bondissant contre son ventre.

- Ce que tu as fait d’Ichimaru, termina le troisième en l’attaquant de sa langue tout en sautant pour rejoindre ses frères.

- Coupable.

- Coupable.

- Coupable.

Leurs croassements s’amplifiaient les uns les autres, leurs échos gutturaux se réverbèrent dans le moindre recoin du marécage. Bientôt, les autres créatures se joignirent à eux pour créer une terrifiante mélodie à l’unisson. Prisonnier au centre de cette nouvelle menace, Otsuge parvint finalement à dégainer complètement Shusui et fit face au grand crapaud humanoïde qui s’opposait à lui ardemment.

- Je t’ai vu tirer ta lame maudite. Je t’ai vu l’enfoncer dans la poitrine de maître Ichimaru.

- Non, ce n’est pas ce que tu crois.

- Silence, traître!

C’est bel et bien ce que le Naragasa craignait. Les Crapauds étaient persuadés qu’il avait tué maître Ichimaru. Mais la vérité n’était pas si simple, il ne savait pas ce qu’ils croyaient avoir vu exactement, mais leur perception de la réalité était altérée. Mais il n’était plus question de discuter, Dokunobi ne lui en laissera pas l’occasion et, surtout, il n’avait visiblement aucune envie de l’écouter. Otsuge devait se ressaisir s’il voulait survivre à cet affrontement. Le crapaud azur s’élança vers lui d’un puissant bond de ses pattes arrières de batraciens tout en brandissant un énorme shuriken fuma. Otsuge eut à peine le temps de dresser sa propre arme pour s’interposer afin de bloquer l’attaque. La créature se propulsa de plus belle en maintenant le contact entre les deux armes, faisant ainsi reculer avec force le Sabreur qui dut se dégager rapidement à l’aide du parade rapide pour ne pas finir renversé sur le dos. Une fois dégagé sur le côté, l’Ébène enchaîna d’une contre-attaque rapide afin de déstabiliser son adversaire. Mais Dokunobi n’était pas dupe, loin de là. Il se libéra de cette nouvelle attaque de sa propre parade, avec facilité, s’en sortant donc indemne à son tour.

Les deux continuèrent d’échanger à répétition les attaques et les parades. Leur vitesse, leur endurance et leur force étaient identiques. Ni le Crapaud, ni le Sabreur ne parvenaient à prendre le dessus sur son adversaire. Au bout d’un instant, Otsuge réalisa ce fait et décida de passer à autre chose. D’un signe incantatoire, il activa le sceau se trouvant dans la paume de sa main et instantanément, son sabre disparu, scellé à l’intérieur. Avec ses deux mains maintenant libres, alors qu’il était à bonne distance du Crapaud, le Kirijin enchaîna les mudras. Son chakra se malaxa au sein de son abdomen, puis il recracha une grande quantité d’eau qui forma immédiatement un requin aqueux qui fonça droit sur Dokunobi alors que ce dernier s’apprêtait à le charger à pleine vitesse. Il fut percuté de plein fouet par la technique ce qui s’envoya valser au loin. Le Crapaud s’équilibra sur ses pattes, mais de par la main qu’il porta à ses côtes, Otsuge comprit qu’il devait lui avoit fêlé, voir même brisée une côte. Mais son adversaire ne démordait pas un seul instant, malgré la douleur qui devait l’envahir, il bondit haut dans les airs tout en enchaînant à son tour les mudras. Dans ses deux mains se forma alors d’énormes shurikens d’eau qu’il envoya valser à toute vitesse vers l’Épéiste. Voyant l’attaque fondre vers lui, il déploya devant lui un rouleau de parchemin qu’il venait d’extirper de sa poche et en posant sa paume sur ce dernier, une énorme porte métallique apparut soudainement. Il entendit l’impact des projectiles suiton contre la paroie de métal qui le protégeait...Mais alors qu’il se croyait à l'abri de son adversaire, Dokunobi surgit au-dessus de sa protection tout en donnant un violent coup de son arme vers l’Ébène. N’ayant plus son sabre en main, et étant acculé contre sa propre défense, Otsuge était pris au piège. Par réflexe, ses mains se dressèrent pour se défendre, mais bien évidemment, elles ne purent rien contre le tranchant du shuriken fuma. Tandis que ses mains étaient lacérées, il poussa un cri de douleur qui vint faire écho aux chants des autres crapauds toujours spectateurs de l’affrontement.

Expiant les derniers souffles de son cri, Otsuge se redressa et usa de sa position acculée pour se projeter à l’aide de ses jambes et de son chakra contre la paroi de métal derrière lui. Au même instant, tandis qu’il chargeait à grande vitesse, il conjura entre ses doigts son arme. Il tendit son arme d’un coup d’escot tout en recouvrant sa pointe d’un petit torrent d’eau tournoyant afin d’offrir à Shuisui une perforation décuplée. Le Crapaud interposa tant bien que mal son grand shuriken entre la pointe de l’épée et son corps, mais cela ne fit pas le poids du tout. Le shuriken fuma se craqua autour du point d’impact et l’estoc atteint le corps du batracien de plein fouet.

- Arrête Dokunobi!

- Ferme la traitre!

Il ne voulait rien écouter. L'humanoïde poussa un cri de douleur à son tour et s’apprêta à répliquer malgré son corps meurtri. Mais Otsuge n’allait pas se laisser faire. S’il devait se battre jusqu’à la mort avec son ancien ami, il le ferait. L’Ébène planta alors son sabre au sol et il invoqua à lui les pouvoirs du Seigneur de l’Automne. Les rires de ce dernier résonnèrent dans son esprit alors qu’il déversa son chakra à l’intérieur de l’arme, puis du sol, afin de conjurer l’une de ses âmes. Entre lui et le Crapaud, un cercueil de pierre et d’os émergea du sol. Le couvercle du tombeau se redressa de lui-même et un cadavre humain en sortit.

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Vignet11

Alors que le corps en habit bleuté émergea du cercueil, la chorale des crapauds se tue complètement d’un seul coup, laissant place à un silence de mort sur toute la clairière et le marécage. Les murmures remplacèrent peu à peu le silence. Dokunobi tomba sur ses genoux, complètement las.

- Maître Ichimaru…

- M’écouteras-tu maintenant?

Le Naragasa vint se placer aux côtés de son invocation, sabre toujours pointé vers le batracien. Ce dernier releva son regard à la fois effrayé et empli de colère. Il se redressa en titubant tout en dévisageant le Nécromancien. Il plaqua ses mains l’une contre l’autre, canalisant probablement ses dernières forces et son corps gonfla subitement en se décuplant. Pris au dépourvu, Otsuge bondit vers l’arrière. Il ne savait pas ce que Dokunobi préparait, mais il s’agissait là probablement de son ultime frappe. À l’aide de son chakra, il donna l’ordre au corps réanimé de son ancien maître de charger, alors que lui faisait de même, afin qu’ils puissent donner le coup fatal à son adversaire. Mais à mi parcours, alors que le Crapaud continuait de gagner en taille et que de la fumée mauvâtre s’échappait maintenant de ses narines, le sol se mit à trembler. Et un cri gargantuesque résonna de nouveau dans tout le marais, paralysant aussitôt Otsuge et Dokunobi. La musique du puissant chant batracien résonna dans son esprit, venant provoquer une vive douleur paralysante qui le figea instantanément sur place.

Le gigantesque crapaud endormie s’était relevé et avait entonné l’un des célèbres chants batraciens. Tous les autres petits crapauds s’échapèrent aussitôt des environs, retournant se terrer dans l’eau des marais ou à l’orée des bois.

- ASSEZ ! hurla la créature.


_________________
Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) 112
Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) 210
Revenir en haut Aller en bas
Naragasa Otsuge
Naragasa Otsuge

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Empty
Sam 30 Jan 2021 - 4:49
Clairière des Ombres - Île d’Uka

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) Vignet12

De sa torpeur profonde, le crapaud géant s'était relevé. Son immense tête, qui accueillait toujours les trois petits batraciens miniatures qui avaient interpelé le Naragasa lors de son arrivé, s'était hissé au-dessus du marais et son ombre imposante assombrissait Otsuge et son adversaire qui le regardaient tout deux avec ahurissement.

- Dokunobi comme oses-tu t'en prendre ainsi à l'héritier de l'Eau et de l'Épée.

- Daiougama, je...

- SILENCE.

L'écho de sa terrible voix batracienne résonna tel un chant cauchemardesque dans tout le marais, faisant fuir de nouveau les oiseaux et les derniers crapauds à demi terré qui les observaient toujours.

- Et toi...Naragasa Yuki Otsuge. Pourquoi avoir mis aussi longtemps à nous retrouver? As-tu oublié ton destin en tant que Prince de l'Eau et de l'Épée?

- Je...

L'Ébène était des plus confus. Il ne comprenait pas du tout la tournure qu'était entrain de prendre les évènements. Les idées et les paroles du roi batracien se bousculaient dans son esprit, se mélangeant pour faire resurgir de vieilles pensées, comme des souvenirs enfouis lointainement en lui. Un à un, ces souvenirs refoulés refaisaient surfaces. Il se souvint des visites de Maître Ichimaru au domaine des Naragasa...De son premier bokken offert par lui alors qu'il était encore gamin...D'un long voyage jusque dans les marais en compagnie de son père et d'Ichimaru...Il se revit alors, tout jeune et à peine bambin, jouer dans une marre boueuse avec un grand crapaud azure, alors que derrière lui discutait Maître Ichimaru et son père. Tel un mur, ce souvenir le frappa de plein fouet. Dokunobi disait donc vrai, il s'en souvenait maintenant...Comment avait-il pu oublier tous ces souvenirs? Soudainement, Otsuge avait l'impression de retrouver une partie de lui-même, un morceau de son âme qui lui avait été arraché il y a si longtemps qui revenait enfin.

- Je...

- Le disque est rayé Gamako?! se bidonna le roi crapaud en se frappant le gosier. Tu es rentré, c'est tout ce qui importe...Maintenant, appose ton sang sur le parchemin et notre pacte sera enfin à toi, héritier de l'Eau et de l'Épée.

Il ouvrit alors grand la gueule et avec sa langue en sortie de nouveau l'imposant parchemin qui rescellait le pacte de son clan.

- QUOI ?!
- QUOI !?

Dokunobi et Otsuge s'exclamèrent à l'unisson, tous les deux autant surpris l'un que l'autre par cette déclaration du crapaud géant. Alors que le jeune Kirijin regardait d'un air hébété Dokunobi, ce dernier se releva péniblement, une patte toujours sur ses côtes meurtries et il tituba en direction de son roi pour s'opposer farouchement à cette décision.

- Mais il a tué maître Ichimaru. Il a brisé le pacte. Comment pouvez-vous lui faire confiance ?! Comment pouvez-vous accepter cela !?

- Mais quel baka...soupira longuement le crapaud géant. Tu ne connais rien Dokunobi.

Tout en composant quelques mudras avec ses pattes géantes, Daiougama produisit de nouveau un croassement volubile et terrifiant. La surface du marais se mit alors à s'agité comme une mer houleuse par une nuit de tempête. L'eau tourbillonna rapidement pour former un siphon gigantesque duquel émergea une grande perle ivoire. Supportée par une colonne d'eau, cette dernière fut amenée jusqu'au creux de l'imposante paume du roi crapaud qui la tendit alors vers Otsuge et Dokunobi. Puis, d'autre autre croassement ténébreux, il prononça alors longue incantation qui fit apparaître à la surface de la perle une vision ombragé du passé.

Sa surface lisse et blanche s'obscurcit et dans cette ombre se forma une image. D'abord trouble et sombre, elle s'éclaircit peu à peu pour former une véritable vision tout aussi claire que de l'eau de roche. Un vieil homme au masque rouge se tenait devant un véritable géant armé faisant deux fois sa taille. Ce dernier, d'un violent coup de hache, voulut achevé le vieil homme mais un jeune homme à la chevelure foncé s'interposa alors et bloqua le coup à l'aide de son sabre avant de transpercer le colosse de part en part avec son arme. Il se jeta ensuite à genoux aux côtés du vieil homme qui s'était écroulé. Autour d'eux, un véritable champ de bataille parsemé de sang et de feu. Un affrontement violent avait fait rage et seul le jeune homme d'ébène semblait en être ressorti vivant. Le visage crispé par la colère et la peine, il hurlait des paroles qu'il était maintenant impossible d'entendre au-delà de la perle blanche. Il agrippa le corps meurtrit du vieil homme entre ses bras et le serra contre son corps. D'une main tremblante, l'homme masqué retira son masque et murmura quelques paroles à l'oreille du jeune homme. Alors que sur ses joues coulaient de longues larmes silencieuses, l'Ébène se releva et déposa délicatement au sol la dépouille. D'un geste de la main, il ferme les yeux du défunt et il prit un peu de recul. Il contempla le corps sans bouger pendant quelques longues minutes, avant de dégainer son arme et de la planter dans l'abdomen du vieil homme. La lame s'illumina d'une lumière écarlate et un typhon de chakra bleuté dissolu le corps qui sembla être aspiré par l'arme elle-même. La surface de la perle redevint alors aussi lisse et parfaite qu'elle ne l'était en sortant de l'eau.

Le roi crapaud referma sa paume, puis regarda Otsuge et Dokunobi en attendant une réaction de leur part. La vérité avait été exposé.

- Comprends-tu maintenant, Dokunobi? Otsuge a exaucé les dernières volontés de son maître qui voulait pouvoir l'accompagner, même dans la mort. La responsabilité du porteur de Shusui, la lame maudite, est non seulement de garder prisonnier le Seigneur de l'Automne, mais également de garder les âmes. Ichimaru voulait pouvoir accompagner son disciple dans cette lourde tâche, c'est pourquoi il lui a demandé de capturer son âme à l'intérieur de sa lame.

Le crapaud azure, sous le choc de cette révélation et le poids de ses blessures, s'écroula. Otsuge s'élança alors vers lui pour le rattraper et l'aider à s'allonger sur le sol froid et boueux du marais. Les deux rivaux s'échangèrent un long regard silencieux. Subitement, leur combat semblait maintenant puéril. La douleur empêchait le crapaud de parler, mais le Naragasa comprit dans son regard qu'il se trouvait maintenant idiot pour avoir douté de lui.

- Je suis désolé Dokunobi...dit simplement le Kirijin avant que le crapaud ne sombre dans l'inconsience.

- Il s'en remettra ne t'inquiète pas...Il lui faudra peut-être du temps pour digérer ces nouvelles informations, mais il te pardonnera. Maintenant, appose ta signature.

Le roi des crapauds déroula alors l'imposant rouleau devant le jeune Otsuge. Sur la surface de ce dernier se trouvait une longue série de noms. Il s'agenouilla tout en se mordant l'index et du bout de celui-ci il inscrit son nom en lettres ensanglantés à la toute fin de la liste. Juste avant la sienne se trouvait parmi les plus récentes signature celle de son père et de Maître Ichimaru. Mais en observant ces autres signatures, Otsuge demeura perplexe. Alors que celle de son mentor était maintenant rayé, probablement depuis l'instant de sa mort, celle de son père était toujours intact. Surpris, il se releva d'un bond, ne sachant trop comment interpréter cette découverte.

- Mon père...murmura-t-il. Savez-vous où il se trouve?

- Je ne peux te le dire. Si tu souhaites le retrouver, tu devras le faire par toi-même, Gamako.

Otsuge attrapa le rouleau dont il était maintenant le gardien et il le fit disparaître à l'aide d'un sceau de scellement. Sans dire un moindre mot de plus, il s'inclina humblement devant le roi des crapauds. Puis il quitta la Clairière des Ombres. Il reprenait la route de Kiri non seulement avec de nouveaux alliés, mais également avec un espoir nouveau et une information plus précieuse que tout l'or du Yuukan : son père était toujours en vie, quelque part...Et le Naragasa comptait bien le retrouver.

_________________
Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) 112
Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose) 210
Revenir en haut Aller en bas

Le croassement du crapaud maudit (Solo / Kuchyose)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: