Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

L'Être et le Néant ✢ Yamanaka Tokage

Kaguya Shitekka
Kaguya ShitekkaEn ligne

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Dim 25 Oct 2020 - 19:55
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Xhvf

Des jours, des semaines peut-être, que l'enfant de Saroruncasi avait quitté l'hôpital. Il ne savait plus trop. Cela lui importait peu, à vrai dire. En revanche, rattraper le temps perdu à se reposer mobilisa toute son attention. Si son état le pénalisait, au point de le priver de s'aventurer sur la route pour quelconque mission, le balafré se tourna naturellement vers les pavés du Complexe shinobi.

Des mois durant il s'était réfugié dans la bibliothèque pour en écumer le contenu relatif à la sensorialité. Aujourd'hui, il y venait non pas pour emprunter du savoir, mais pour en apporter. Toujours dans la perspective de protéger l'Archipel et ses habitants - pour ne pas dire son peuple - Shitekka avait entrepris de développer tout un réseau de communication à partir d'altération de signature de chakra. Au-delà de cette ambition approuvée par son supérieur suprême, le Nanadaime Mizukage Nobuatsu Saji, il avait choisi de s'efforcer d'aider son prochain pour maîtriser la sensorialité.

Curieusement, lui-même empruntait dorénavant en permanence cette voie de l'amélioration. Après une réflexion personnelle dont il avait le secret, il s'était mis en tête de faire l'effort de maintenir en continu des techniques de détection. L'objectif était simple : rendre aussi naturel que possible la perception du chakra d'autrui, au même titre que sa vue, son ouïe. Les premiers jours furent compliqués, bien entendu. Le tribut en chakra épuisa considérablement le guerrier balafré, au point d'écourter ses journées. Mais au prix d'une endurance mentale à toute épreuve, le Kirijin du nord parvint à stabiliser sa consommation en chakra. Dorénavant, il apprenait à ressentir le chakra autour de lui en toute situation. En mangeant, en buvant, en se reposant. Il n'y avait pas d'exception possible, si ce n'est un affrontement qui exige de préserver ses forces.

L'espace du Complexe shinobi s'affichait curieusement aux sens de Kaguya Shitekka.
Dans cette zone, où se concentrait aussi bien des aspirants que des vétérans, l'énergie fusait à tout va. Un véritable océan, où les courants variaient en permanence, tant en nombre qu'en intensité. Cette sensation donnait au prime abord le tournis auprès du balafré. Sa propre existence s'écroulait littéralement sous le poids de toutes ses âmes réunies en un point. Mais cette mobilisation d'énergie locale offrait un challenge de poids pour celui qui souhaitait dépasser ses limites. Si bien que malgré la migraine qui l'accablait, il décida de rester sur place autant que son corps le lui permettait.

Comme une récompense pour son acharnement, Shitekka apprit à anticiper son environnement. Alors qu'il rédigeait en silence ses observations sur ces récentes perceptions prolongées, il ressentit à proximité une présence qui s'approchait de lui. Presque naturellement, il la suivait de l'esprit. Un bruit qu'il sondait du coin de l'oreille, une silhouette qu'il lorgnait du coin de l’œil, mais ici avec son chakra. Le traqueur faisait son office avec une grande spontanéité, si bien que lorsque la présence - un homme, à peu près de sa taille, dont le chakra évoquait celui d'un shinobi, lui soufflait son don - s'approcha de la pièce où il étudiait, il se leva instinctivement.

Il n'y avait personne d'autres aux alentours, et le couloir conduisant à la salle d'étude s'arrêtait ici. La conclusion s'imposait comme une évidence pour le balafré. Spontanément, il se retourna alors, et interpella le jeune homme qui lui faisait face. Au moment même où il se stoppa devant l'entrée.

« Oui, vous cherchez ? »
Tout c'était enchainé si rapidement, si étrangement même, que le Kaguya métissé hésita quant à son approche. Si bien qu'il resta légèrement gêné par son accueil anticipé, au point de laisser s'échapper un discret…
« …hum, pardon. »

_________________
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Mer 4 Nov 2020 - 16:33

Etonnant dédale, celui du Complexe Shinobi. On s’y perdait sans mal, quand on ne savait pas exactement où aller. Il était facile, à celui qui avait l’esprit aventureux, de bifurquer, ça-et-là, et d’aller trouver quelque recoin secret, quelque salle cachée, quelque couloir oublié. Le bâtiment, tout comme la myriade de ses élèves, avait ses mystères. Et il en gardait certains celés au plus profond de ses entrailles …

Un baiser langoureux. Ou lascif ? Une étreinte, de plus en plus forte. Tokage sentait ces mains qui s’égaraient dans son dos, le parcouraient frénétiquement, comme si elles cherchaient à caresser jusqu’à la dernière fibre de peau de son échine.

« Arrête ... »

Les caresses, loin de se calmer, ne firent que redoubler d’intensité. Il repoussa la jeune femme.

« Arrête ! »

Le ton de sa voix aurait sans doute provoqué un émoi dans la vaste salle, si tout le monde n’était pas déjà suffisamment occupé. La fille le regarda d’un air de sotte. Ses yeux trop gros, et noyés dans le khôl, transpiraient le néant. Elle tendit la main, à nouveau.

« Allez ... »

Il la repoussa d’un geste sec, la mine dégoûtée.

Il tourna les talons, et chercha à tâtons la sortie. La faible lueur de quelques chandelles vacillantes éclairait parfois, dans un tressautement, le baiser de deux corps, le nœud des chairs, l’étreinte de souffles mêlés. Il enjambait ces amants d’un instant à la hâte, presque avec panique. C’était l’enfer des sens, dans ce lupanar de fortune. Le goût du vin collait à son palais. Ses mains étaient poisseuses de toutes leurs langueurs sans amour. L’air empestait la sueur et hurlait ses soupirs vains.

Enfin la porte. Le grand escalier sombre et étroit. La remontée vers la surface. La catabase enfin finie. Le retour parmi les vivants.

Il déboula dans le couloir le souffle court, comme s’il venait de courir. Il referma derrière lui la porte qui l’avait libéré, et s’y appuya. Il ferma les yeux. Sentit sa respiration précipitée, d’animal blessé. Il déglutit. Essaya de se calmer. Se laissa couler contre la paroi de bois de la porte, et finit assis sur le parquet. La tête entre les mains.

Le couloir était désert. Le monde semblait si calme, maintenant. Il s’était calmé. Il rouvrit les yeux, tira sa tête de ses mains, et en passa une dans son épaisse crinière de cheveux.

« Bordel ... »

Comme il était fort, l’appel de la chair. Ca, il le savait depuis longtemps. Et ce constat ne suffisait généralement pas à l’arrêter. La pureté du corps, du coeur ? L’amour propre, passionné, sans tache ? Ce n’était pas sa doctrine. Ne se donner qu’à l’être aimé ? Pas de chance. L’être aimé croupissait six pieds sous terre, à donner à bouffer aux asticots. Et lui, il était toujours là. .

Il y eut un bruit au bout du couloir. Il redressa la tête, ses sens soudainement en alerte. Il ne pouvait pas vraiment rester là. Même s’il n’était pas spécialement préoccupé par ce qu’on pourrait penser de lui, il préférait s’épargner la douleur d’une conversation inutile s’il le pouvait. Il se releva, et se dirigea vers la porte à l’autre bout du corridor. Il hésita un instant devant.

Un instant de trop, apparemment.

Une voix l’interpella depuis le vide. Une voix pas vraiment amicale. Pas exactement le genre de ton qu’on appréciait, surtout quand on s’imaginait être seul. Immédiatement sur la défensive, Tokage fronça les sourcils.

« Relax mec, pas besoin d’être désagréable. »

Son propre ton n’était pas le plus sympathique qui soit. Mais il avait une excuse, lui. On l’avait à moitié agressé verbalement. Il avait bien le droit de répliquer avec au moins autant d’acidité, non ? Il considéra d’un coup d’oeil l’inconnu. Pas moche. Pas moche du tout, même. C’était une consolation. Mais il n’avait pas vraiment le coeur à jouer à la dînette avec de beaux anonymes. Il n’avait pas le coeur à rien, d’ailleurs.

« Je cherche rien, sinon à avoir la paix. Mais ce foutu Complexe grouille de monde. Des fois on a juste envie de pouvoir disparaître, non ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage
Kaguya Shitekka
Kaguya ShitekkaEn ligne

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Sam 14 Nov 2020 - 11:05
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Xhvf

Malgré l'aura de chakra claire qui émanait de cette silhouette, Shitekka apprécia que ses autres sens prennent le relais pour dévisager l'anonyme. C'était un jeune homme. Probablement d'âge similaire au Kaguya. Aux atours négligés, sa voix désagréable rappelait à Shitekka un certain personnage. Lui-même. Il se reconnaissait dans son regard mordoré, malgré l'épaisse chevelure qui s'écoulait confusément de son crâne. La ressemblance avec le farouche sauvageon s'arrêtait là. Des mois d'existence au sein de la Brume permirent au Genin de grandir, de s'assagir, pour mieux accepter son sort.

Il hésita à l'inviter à repartir sèchement, avec le même aplomb que l'anonyme. Après tout, le Kaguya n'était pas là pour tailler une bavette avec le premier venu. Bien au contraire, son objectif était de s'isoler dans l'érudition, pour poursuivre ses travaux dans le calme. La simple présence de cet inconnu constituait une nuisance. Pour autant, son apparition fut l'occasion pour le ninja senseur de mettre en pratique ses exercices de sensorialité poussés à l'extrême. Aussi, lorsque le quidam daigna révéler la raison de sa présence, le lien fut vite fait pour le Sans-Visage.

« Disparaître, oui… C'est bien pour ça que je m'étais isolé ici, à l'origine. »
Il avait répondu avec moins d'aigreur qu'il l'avait prévu, mais Shitekka insistait bien sur l'apparition de son interlocuteur. Le Jōnin ne voyait aucune raison à s'abaisser à faire preuve de douceur. Après tout, c'était cet homme qui vint le déranger, et non l'inverse. Néanmoins, il ne cherchait pas à insister sur cette agression. Il sentit que cela ne mènerait nul part. Alors, plutôt que créer le conflit, il se ravisa.
« Je travaille justement sur des techniques de sensorialité, pour disparaître de différentes manières. A l’œil nu, à l'oreille… mais surtout avec le chakra. Je sais pas si ça peut t'aider d'une quelconque manière. Sinon… tu trouveras bien un endroit tranquille où personne viendra t'emmerder. »
L'offre, bien qu'implicite, était à prendre ou à laisser. Mais le message était clair : si cela ne concernait pas l'objet de son étude, Shitekka n'était pas d'humeur à perdre davantage de temps ici en compagnie de cet homme.

_________________
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Sam 14 Nov 2020 - 17:37

« Euh, ben … C’est-à-dire que je disais ça comme une expression mais ... »

Là pour le coup, il se sentait con. Enfin, mal à l’aise plutôt. Dans le genre : tu dis quelque chose pour déconner, et le mec d’en face te prend au pied de la lettre. D’habitude, c’était lui qui était dans la position du débilos qui fait semblait de pas comprendre. Voir son propre jeu lui être retourné ainsi était pour le moins … déconcertant. Car, si Tokage avait une certaine expérience pour faire chier les gens et les déstabiliser, il était nettement moins à l’aise lorsqu’il s’agissait de faire face au problème par lui-même.

Mais, à bien y réfléchir, ce n’était pas tout à fait inintéressant, ce qu’il avait entendu. C’était peut être même tout à fait intéressant. Il s’avança un peu plus, rentrant pour de bon dans la pièce, vers ce bel inconnu.

« De la sensorialité, hein ? J’ai touché ma bille dans ce domaine, un peu, fut un temps. C’est bien pratique dans les missions d’infiltration, mais ça fait un moment qu’on m’a pas envoyé sur le terrain pour un truc aussi sérieux. »

Il se garda bien de préciser que c’était pour son plus grand bonheur. Rester à Kiri, bien au chaud dans ses pénates, c’était tout ce qu’il demandait.

« J’raconte ma vie là, non ? Désolé. »

Son ton n’avait pas l’air désolé du tout. Tout juste habituel.

Il repensa à ce qu’avait mentionné l’inconnu. Des techniques pour disparaître ? Se faire oublier des sens, et donc, des autres. A moins bien sûr qu’un shinobi passe par là pour lever le voile de l’illusion d’un jutsu, mais … Il y avait quelque chose de très très intéressant là-dessous. Une possibilité rare. Un trésor en soi : celui du savoir précieux, inestimable, de l’invisibilité. Ou quelque chose comme ça en tout cas. Et pour la tanche intergalactique qu’était Tokage, cela représentait des heures, des jours, des semaines, même, de tranquillité, s’il parvenait à maîtriser une arcane du genre. Le rêve, en somme.

« Tu dis que tu veux mettre au point une technique pour disparaître, si j’ai bien compris ? C’est intéressant comme tout, ça. »

Comment s’immiscer dans le projet sans se faire complètement jeter par un individu avec lequel il avait eu une première approche pour le moins agressive ? Il allait devoir jouer, une fois de plus, de ses talents de comédien. Et s’il n’arrivait pas à le persuader avec de solides arguments, alors il l’aurait à l’usure. C’était ça, sa méthode : une guerre mentale, qu’il gagnait souvent à l’épuisement. Belle mentalité s’il en est.

« A vrai dire, ça fait un moment que j’me dis qu’il faudrait que je me remette à la sensorialité … Pour me dérouiller un peu, tu vois ? Et puis, si jamais on me rebalance en mission à perpète-les-guedins, il s’agirait que je sois capable de me rappeler quelques petits trucs de ma jeunesse. »

Le grand numéro du vieux soldat qui a de la bouteille, mais qui s’est laissé aller. Mouais. Il avait fait mieux, mais sur un malentendu, ça pouvait passer. Il suffisait qu’il garde sous silence certains épisodes qui pouvaient lui attirer l’antipathie, ou la méfiance du zigue. Sa mission échouée, par exemple. Ses conséquences plutôt dramatiques. Son loooooooong coma, sa mauvaise volonté affichée devant les ordres officiels, sa flemmardise crasse … Bref, tout ce qui pouvait repousser le soldat intègre. Le but était de s’en faire un allié, pour lui soutirer les secrets de son savoir. Et grâce à ces secrets … C’étaient les portes du paradis qui s’ouvraient à lui. Un paradis de paresse et d’oubli de toutes ses responsabilités. La belle vie, quoi.

« J’m’appelle Tokage, au fait. »

Bonne idée d’éviter de mentionner son nom de famille. Ca attirait généralement plus de questions qu’autre chose. Et s’il pouvait éviter d’avoir à se justifier sur le fait qu’il avait perdu ses pouvoirs héréditaires … Il aimait autant s’accorder ce soulagement. D’autant que c’était un gros mensonge. Et donc, un potentiel autre danger face à un soldat droit dans ses bottes.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage
Kaguya Shitekka
Kaguya ShitekkaEn ligne

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Sam 14 Nov 2020 - 23:04
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Xhvf

« … Tokage, c'est ça ? »
À vrai dire, Shitekka ne l'avait pas vraiment écouté jusqu'au bout. D'où le besoin de vérifier qu'il avait au moins bien retenu son prénom. Concrètement, le Kaguya de sang-mêlé s'était contenté de suivre la discussion avec une seule oreille, préférant se concentrer sur ses autres sens, notamment la vue sur ses écrits, et son chakra pour percevoir le monde d'une manière nouvelle.

L'histoire de cet inconnu, à priori désireux de fuir les autres et surtout la réalité, ne l'intéressait pas spécialement. Shitekka n'avait pas spécialement vocation à être misanthrope. Mais son premier contact avec ce Tokage, et son intérêt flagrant pour la sensorialité lui rappelèrent clairement ses priorités. Aussi, malgré ces mêmes priorités, il décida de faire un léger effort pour celui qui s'efforça de louer les bienfaits de la dissimulation.

« Effectivement, j'ai déjà commencé à mettre au point quelques techniques de dissimulation, Tokage. J'en maîtrise certaines, oui. Mais d'autres n'existent que sur le papier, ou sont encore à l'état expérimental. »
Bien entendu, Shitekka se garda de révéler lesquelles demeuraient à l'étape théorique. Plutôt que de s'évertuer à materner le quidam sur l'art de la sensorialité, le Kaguya décida de joindre l'utile à l'agréable. Il s'arrêta un instant dans sa lecture, puis fouilla dans ses affaires. Quelques instants plus tard, il lança sans prévenir un livre relié à la main sur Tokage, comptant sur ses réflexes pour le saisir sans l'endommager.
« Tiens, voilà mes notes. Lis les premières pages. Elles t'aideront à comprendre, puis à apprendre une technique pour masquer son chakra. Assimile les concepts, puis entraine toi. Je suivrai ta progression en temps réel. Des questions ? »
Comprendre : pose tes questions maintenant car après je ne ferai que suivre ton émission de chakra, rien de plus. Shitekka tourna aussitôt sa tête et se plongea à nouveau sur ses études, en attendant que Tokage daigne lui répondre, ou non, ce qui l'arrangeait tout aussi bien. Il désirait, en outre, s'assurer de la pertinence de son savoir, retranscrit à travers ses notes. Si le premier venu pouvait se former simplement grâce à ses écrits, alors ce serait une belle réussite personnelle pour le Jōnin du Kyōi.

L'ouvrage prêté à Tokage contenait tout le nécessaire pour saisir les notions élémentaires de dissimulation de chakra. Le concept était simple : effacer son chakra pour être indétectable à toute technique se basant sur l'émission de chakra d'autrui. Pour se faire, il fallait disposer d'un contrôle poussé de sa circulation de chakra. Puis influer sur l'émission de chakra pour l'atténuer progressivement, jusqu'à la rendre quasi-inexistante. Et devenir, en quelque sorte, comme invisible. Quelques schémas accompagnaient les quelques explications des pages rédigées par Shitekka, en plus de plusieurs notes dans une langue indéchiffrable : la sienne.

_________________
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Lun 16 Nov 2020 - 19:08

HA ! Et bah il avait pas perdu la main dis donc. Un brin de causette, un battement de paupières et voilà qu’on lui servait ce qu’il voulait sur un plateau d’argent. S’il avait su, il aurait essayé de lui faire du rentre-dedans. Qui sait ? Sur un malentendu, tout pouvait passer. Enfin, on s’entend, hein.

Evidemment, il se mangea les notes que lui balança l’inconnu – il aurait pu lui dire son nom tout de même, le bougre – en pleine poire.

« Eh bien eh bien ! Merci ! J’vais me potasser tout ça, hmm ... »

Il examina d’un regard rapide le reste de la pièce, à la recherche d’un endroit où s’installer. Pas le moindre bout de table, ou de chaise à grappiller.

« Disons, là-bas. »

Il avait fini par montrer un coin de la salle. Il s’y rendit de ce pas, les notes sous le bras, et s’assit en tailleur contre le mur, à même le sol. Il tira un dorayaki d’une poche intérieure de son vêtement – toujours avoir une sucrerie sous la main, règle n°1 – et s’attela à sa lecture.

Commencer par la théorie, voilà une approche bien différente de ce dont il avait l'habitude. Il était plutôt du genre à foncer dans le tas, à faire des tentatives, et à trouver lui-même ce qui n’allait pas, et comment l’améliorer. Enfin, maintenant qu’il y réfléchissait – miracle, il réfléchissait – ce n’était pas tant sa méthode à lui, ça, que celle des différentes personnes qui avaient eu l’occasion de lui enseigner. Ses parents, d’abord, qui n’avaient jamais eu le temps ni la place de s’encombrer de tout un tas d’ouvrages théoriques sur les bases de la manipulation du chakra et tout le tin-tsoin. Puis Daiki … Daiki … Lui non plus, ce n’était pas trop son style de commencer par une bonne petite lecture. Mais maintenant ils étaient tous partis, et il n’avait plus que lui-même pour s’apprendre des trucs. Si ça c’était pas l’occasion de s’ouvrir à de nouvelles possibilités …

Du premier coup d’oeil, il comprit qu’il aurait quelques difficultés à déchiffrer l’écriture de … Diable, il aurait pu lui dire son nom, quand même. Il y avait de tout dans ces notes : des paragraphes dans une langue qui paraissait être lisibles, des schémas, et puis … tout un bordel de signes qu’il était parfaitement incapable de saisir.

« Eh bah … C’est sympa tout ça … Bon ... »

Une p’tite bouchée de dorayaki, et c’était parti.

La première étape du processus était claire : il s’agissait d’acquérir la pleine maîtrise de la circulation de son chakra. C’était très basique comme exercice. N’importe quel shinobi devait en être capable. Et, même s’il avait un peu perdu, c’est vrai, de son panache d’antan, Tokage se savait détenteur d’un tel savoir. Mais on n’est jamais trop prudent, n’est-ce pas ? Un petit exercice de vérification ne pouvait pas faire de mal.

Il posa les notes pour un temps, et se concentra un peu. Inspira un bon coup. Ferma les yeux. Et composa un unique mudra. Il sentit alors le chakra bouger dans son corps, comme une colonie de fourmis particulièrement agitées. Il eut un sourire amusé. Ca faisait bien longtemps qu’il n’avait pas eu ce genre de petit moment d’introspection. Fut un temps, c’était un exercice qui lui était plus que coutumier. Mais quel intérêt pouvait-il avoir, s'il n’avait pas vocation à accomplir sa tâche correctement ?

Mais il pouvait aller plus loin que ça. Il sentait naître en lui le germe d’une fougue renouvelée. Un relent de souvenir … Il accéléra le flux. Son chakra s’écoula dans son corps comme un magma bouillonnant. Une colonne d’énergie nouvelle, furieuse, rugissante. Et avec elle, c’était aussi les battements de son coeur qui s’intensifiaient. Plus, plus. Il pouvait le faire aller plus vite encore. Plus vite. PLUS VITE !

Il finit par lâcher un pet qui résonna comme un coup de tonnerre dans la petite salle.

« Welp. J’imagine que c’est ça ma limite. »

Pas embarrassé pour un sou, il avait rouvert les yeux.

« Dis donc, elles sont bien complètes tes notes. Ca s’voit que tu t’appliques. Par contre y’en a une partie où j’pige que dalle. C’est des jolis caractères, mais pas top pour l’apprentissage … »

Il n’osa demander quel langage ils étaient censés retranscrire. Il avait eu le net sentiment que son professeur du jour n’était pas du genre causeur. Et surtout, pas du genre à se confier facilement … Meh. Il voulait juste un peu de discussion. C’était toujours plus marrant que d’apprendre en silence.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage
Kaguya Shitekka
Kaguya ShitekkaEn ligne

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Dim 6 Déc 2020 - 23:08
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Xhvf

En donnant à ce Tokage un os à ronger, Shitekka comptait bien se plonger à nouveau dans sa lecture. Le calme reprit, le jeune homme s'installa à l'autre bout de la salle. Soulagé, le Kaguya poursuivit son étude. Il feuilletait un ouvrage sur le système circulatoire, et l'étude des tenketsus. Jusqu'à présent, l'enfant de Saroruncasi n'avait fait qu'explorer le chakra à une échelle macroscopique. Il détectait l'énergie d'un être humain, un animal, une créature. Il ressentait l'aura d'un être tout entier, mais jamais ne se focalisait sur un point particulier. Si dans un avenir proche, il aspirait à sonder le chakra à une échelle plus intime encore, il désirait aujourd'hui se renseigner avant de faire le grand pas.

Mais pour le Kaguya, aujourd'hui, le destin semblait faire tout son possible pour l'en empêcher.
Côtoyer, même séparé de plusieurs mètres, l'énergumène nommé Yamanaka Tokage, était une expérience pour tous les sens. Si l'aura nuisible du Yamanaka continuait de pulluler à proximité de Shitekka, c'était surtout sa simple présence qui irritait le Kaguya. Lorsqu'il ne parlait pas tout seul, dérangeant automatiquement le lecteur, ses silences incitaient Shitekka à lorgner vers le jeune homme. Impossible de se soustraire à sa présence, le balafré s'assurant en permanence qu'il ne risquait pas de le troubler davantage. Au final, le serpent se mordait la queue : à craindre une nuisance, le Kaguya se nuisait à lui-même en surveillant, par le chakra comme la vision, cet invité surprise.

Kaguya Shitekka ne s'attendait probablement pas à étendre son expérience sensorielle jusqu'à l'odorat. L'orage organique gronda dans la salle. Dans un long soupir, il s'exaspéra d'avoir laissé le quidam sur place. Il aurait aimé relativiser, se dire que plus il était bruyant, moins il serait odorant. Mais c'en était trop. La nuisance sonore de la voix de Tokage l'avait déjà irrité. Ses flatulences constituèrent le coup d'éclat. Il se tourna vers le Yamanaka, avec un regard noir lui envoyant des éclairs à toute allure. Au même moment, le parasite terminait d'accomplir sa méditation expérimentale, en vue de maîtriser son chakra. L'exercice fut intégralement suivi par Shitekka qui s'efforça malgré les conditions désastreuses à sonder la moindre fluctuation de son chakra.

L'apprentissage aurait pu s'en tenir là si dans un sursaut d'abnégation, le balafré n'avait pas décidé de répondre à son vis-à-vis. Ce dernier s'accrocha à une ultime réflexion, avant de sombrer dans l'ire : plus vite il avait aidé Tokage, plus vite il serait libéré. Bien que n'ayant aucune garantie de cette idée, il préféra se rassurer au mieux et répondit sèchement au shinobi.

« Merci. J'ai fait au mieux.

Les notes, c'est un langage écrit pour mon peuple, que j'essaie de créer. Rien d'important pour toi.

Tu contrôles plutôt bien ton chakra, c'est un bon début. Maintenant tu peux passer à la prochaine étape : atténuer l'émission de ton chakra, pour te rendre indétectable. Tu dois faire le silence en toi, en quelque sorte.
»
Le silence. Shitekka aurait été tant aimé qu'il se produise également au sein de la pièce. L'emploi de ce mot n'était pas anodin, à cet égard. Après avoir guidé son élève d'un jour, le Kaguya s'emmura à nouveau dans le silence, et retourna son attention auprès des ouvrages qu'il consultait, et auprès desquels il rédigeait encore quelques notes appliquées.

_________________
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Dim 13 Déc 2020 - 16:26

Le ton était pas vraiment cordial, mais Tokage s’en fichait pas mal. Il avait agacé suffisamment de gens dans sa vie pour ne plus prêter attention à ce genre de menu détail : quand il avait envie de compagnie, le consentement des autres lui importait peu. Tout ce qui comptait, c’était que l’autre réponde. Et pour l’instant, il ne semblait pas avoir dégoûté Shitekka au point qu’il reste parfaitement muet à ses amorces de conversation.

« Faire le silence, hm ... »

Ca, ça serait sans doute l’étape la plus difficile de l’apprentissage. Le silence …

Tokage n’était pas habitué au silence. Ni au vide. Il vivait dans un monde de trop plein, de vacarme incessant et de chamboulement de pensées diverses qui s’entrechoquaient pour donner un formidable tohu-bohu sans queue ni tête. Cette atmosphère mentale de foule de cirque déchaînée avait son charme. Elle chassait la solitude. Ou la remplaçait, en tout cas, par une belle illusion qui gardait l’esprit occupé. Mais c’était plutôt fatiguant, à vrai dire …

Comment s’en débarrasser, cependant ? Comme une mauvaise habitude qui colle à la peau, comme le chewing-gum qui s’attache à la semelle, un bruit ne pouvait pas disparaître d’un esprit comme ça. Tokage, toujours en tailleur, fit une moue. Bah, ça servait à rien de trop philosopher sans rien tenter. Et il avait jamais été très bon pour la théorie. Il se redressa, secoua la tête un bon coup comme pour chasser des pensées parasites, et ferma les yeux.

C’était loin d’être le silence. Déjà, il entendait le grondement de son estomac. Il avait faim. Puis il y avait les battements de son coeur. Peste, qu’est-ce qu’il était bruyant celui-là. Une caisse claire frappée directement devant le pavillon de son esprit n’aurait pas fait plus de bruit. Et puis, toutes ces idées virevoltantes comme des papillons de nuit n’aidaient en rien. Elles ne produisaient pas vraiment du bruit, mais elles existaient comme autant de minuscules petites distractions vers lesquelles il ne pouvait faire autrement que dériver.

Il rouvrit les yeux. Une pointe d’agacement naissant en lui. Faire le vide en soi, c’était plus facile à dire qu’à faire. Il se rappela ses anciens exercices d’introspection, de méditation. Il y avait peut être quelque chose à aller chercher de ce côté-là. Il se reconcentra. Ferma les yeux.

Et il prit une grande inspiration.

Les idées parasites étaient toujours là. Mais il s’efforça de les ignorer, pour se contrer sur une seule chose : son palpitant, qui faisait son office, avec un calme surprenant. Ses battements étaient comme un mantra qui se récitait automatiquement dans son torse. Une litanie que son esprit n’avait pas besoin de formuler, parce que son corps la répétait de lui-même. Il ne les comptait pas. Il laissait simplement le coup sourd de chaque battement l’envahir. Perpétrer son écho, de moins en moins fort … Jusqu’à ce que le suivant retentisse. Puis s’affaiblisse à son tour … Avant de laisser la place à un autre. Et un autre. Et encore un …

C’était un état de parfait apaisement. Un apaisement comme Tokage n’en avait pas connu depuis longtemps. Sa vie se vivait au pas de course, sans qu’il prenne jamais le temps de s’arrêter au bivouac pour recharger les batteries. Un tel apaisement ne pouvait avoir qu’un seul effet.

Il se réveilla en sursaut en heurtant le sol. Il s’était endormi et, invariablement, était tombé en avant et avait percuté le parquet. Il rouvrit les yeux en papillonnant des paupières. Il se sentait toujours étrangement calme. Mais avait-il seulement réussi à effacer sa présence ? Ca, il pouvait pas le savoir tout seul.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage
Kaguya Shitekka
Kaguya ShitekkaEn ligne

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Dim 24 Jan 2021 - 16:12
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Xhvf

Chacun s'adonna bientôt à ses propres activités, après les quelques explications du Kaguya. En invitant le dénommé Tokage à faire le silence, Shitekka s'était octroyé un moment de répit supplémentaire. Calmer les ardeurs de ce trublion de l'académie tout en lui enseignant une technique sonnait comme un plan parfait. Et ainsi, le Kaguya se replongea naturellement dans ses lectures.

Au loin, il veillait néanmoins aux progrès de son disciple de circonstance. Au gré des pages, il ressentait les fluctuations de l'aura de Tokage. Cette fois-ci, les explications, tant orales que manuscrites, du guerrier de la horde d'ivoire, parurent fructueuses. Le silence n'était plus uniquement sonore. Autour des deux Kirijins, la vie grouillait d'énergie, parmi les multiples couloirs du Complexe shinobi. Plus loin encore, on ressentait les balbutiements du chakra de la foule qui résonnaient jusqu'ici. Mais au sein de cette pièce, la vacuité s'exprimait progressivement.

Tokage s'accoutumait à faire disparaitre son existence. Dans cet espace clos où le vide se propageait, il ne restait plus de son chakra que quelques gouttes, qui se manifestaient comme l'ondée suintant d'une stalactite au cœur d'une grotte inhabitée. Shitekka se garda bien de récolter les fruits de cette réussite naissante. Préoccupé par l'avancée de ses recherches, il réalisa finalement que ses lectures ne le menaient nul part. Il tournait en rond, en plus de perdre patience. Quelques minutes supplémentaires le persuadèrent de cesser son entreprise délétère, et de porter son dévolu sur son apprenti du jour.

Néanmoins, lorsque le balafré détourna son regard vers l'hurluberlu, ce fut dérangé par un réveil en sursaut de sa part. Impossible de s'y tromper : le quidam s'était endormi à force de se calmer. Shitekka laissa naturellement s'échapper un soupir, alors que le Kirijin se relevait péniblement de cette micro-sieste. Le Jōnin balaya de l'autre côté de la table les parchemins qu'il avait consulté avant de se relever pour observer Tokage.

« C'est pas mal pour un premier essai, tu progresses on dirait. Veille juste à pas disparaître aussi dans le processus, c'est plus pratique, surtout en mission. »
L'enfant des os croisa les bras, alors qu'il toisait de haut son élève.
« Recommence. Cette fois sans pioncer, de préférence. Tu as compris comment fonctionner, mais ton émission de chakra est encore perceptible. C'est pas grand chose, mais pour un ninja senseur, ça fera toute la différence pour te débusquer. »
Malgré le verbe acerbe de Shitekka, il était à noter que l'homme avait abandonné ses lectures pour se consacrer au quidam. Véritable main tendue altruiste, ou simple calcul pour accéder à la tranquillité plus rapidement, c'était au principal concerné d'en juger.

_________________
L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

L'Être et le Néant  ✢ Yamanaka Tokage Empty
Hier à 16:49

Tokage se massait toujours le front, pour faire disparaître cette douleur résiduelle due à sa chute en avant.

« Oh ? »

Son professeur anonyme – il faudrait bien qu’il pense à lui demander son nom, à un moment – avait finalement décidé de se tirer de ses bouquins pour venir assister en personne à la progression de son élève du jour. A croire que Tokage était un sujet particulièrement intéressant. Ou que sa lecture était particulièrement chiante, au choix.

« J’vais essayer, j’vais essayer. Si j’commence à piquer du nez, pince-moi. »

Il était sérieux.

Il ferma les yeux une énième fois. Il sentait bien qu’il lui serait facile, cette fois, d’atteindre l’état de calme dont il avait découvert l’existence. La difficulté résiderait dans sa capacité à ne pas se plonger trop profondément dans la sérénité. En fait, il s’agissait simplement de faire la part des choses, d’équilibrer tout ce qu’il avait appris jusque-là. Cet apprentissage suivait les règles de l’art, finalement.

Il ne mit pas longtemps, en effet, à retrouver le calme absolu. L’atmosphère de la pièce y aidait pas mal, à vrai dire. Il n’y avait pas un chat, à part eux deux. Et son enseignant du jour n’était pas tout à fait du genre à foutre le boxon. Si Tokage avait été à sa place, il aurait sans doute gaffé à de multiples reprises, renversé quelques livres, voire même essayé de déstabiliser son élève volontairement, sous couvert de tester sa concentration, alors qu’il cherchait juste à l’embêter. Cet homme devait donc être un grand sage, pour supporter ainsi les échecs et les nouvelles tentatives de son élève sans broncher. Il y en avait quelques-uns, des shinobis comme ça. Ce n’étaient pas nécessairement ceux qui attiraient le plus la sympathie de Tokage, d’ailleurs. Il avait l’impression qu’on ne pouvait pas rigoler avec eux.

Mais c’était ça, les pensées parasites qu’il devait encore chasser. Celles qui l’empêchaient de boucher cette dernière canalisation de son chakra, et qui laissaient encore un frisson de mouvement dans la masse de son énergie. Ce frisson-là qu’il lui fallait éliminer, selon son maître, pour devenir indétectable. Chasser les derniers parasites, alors …

Rester concentré. Même ça c’était une pensée. Et se dire que c’était une pensée était aussi une pensée. Penser à rien, alors. Eliminer les pensées. Prendre une grosse tapette à mouches et éclater ces vilaines pensées pour … Non, ça c’était une pensée. Chut alors, silence radio. Silence radio. Silence … radio. Si … lence … ra …

NON, il s’était pas endormi. Il avait commencé à piquer du nez, mais il s’était rattrapé au dernier moment. Le réveil le perturba un peu, évidemment. Mais il se reprit facilement. Il se serait donné une claque, s’il n’avait pas craint d’occasionner une pensée. D’ailleurs, la pensée de se donner une claque était en elle-même nocive. Pas de claque alors. Pas de pensée de claque. Nada.

Rien.

Que tchi.



Il rouvrit les yeux. L’étrange état de calme qui l’habitait faisait qu’il ne craignait même pas de polluer sa concentration avec des signaux visuels. Il était sûr d’avoir atteint son objectif. Il le sentait plus qu’il ne le savait, mais c’était une sensation qui ne trompait pas. Il avait le sentiment absolu d’avoir atteint un objectif. D’avoir passé un cap. Il tourna le regard vers Shitekka, et eut un léger sourire.

Puis il éternua, et cette fois-ci il rompit sa concentration.

S’essuyant le nez d’un revers de main – oh le dégoûtant – il demanda :

« Ca a marché cette fois, pas vrai ? Chuis sûr que ça a marché. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage

L'Être et le Néant ✢ Yamanaka Tokage

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Complexe Shinobi
Sauter vers: