Soutenez le forum !
1234
Partagez

Politesse élémentaire [PV Okiko]

Nō

Politesse élémentaire [PV Okiko] Empty
Dim 25 Oct 2020 - 22:02
Le froid du métal, la chaleur des corps en ébullition alors qu'ils se lançaient, déchaînés, à la bataille, les cris et les pleurs, le sang qui coulait. C'était en connaissance des affres du combat que l'on s'y préparait. Lui avait connu la violence d'Ame et d'un pays de l'Eau qui n'était pas encore pacifié, il avait grandi avec l'image de ces chevaliers sauveurs qui empoignaient leurs sabres et partaient faire le ménage auprès des malveillants. La croisade des Sabreurs lors de la stabilisation de Mizu no Kuni, voilà sa seule expérience de la guerre. C'était à l'époque un spectateur impuissant des coups, du fracas de l'acier et des pleurs des mères et des veuves. Aujourd'hui, il héritait de ce devoir. Le plus grand sacrifice n'était en définitive pas celui du corps, mais bien celui de l'âme. Jusqu'où pouvait-on aller par dévotion ? Persuadé que rien de grand ne naissait sans fanatisme, que la folie était l'exception de l'individu et la règle des groupes, Nō avançait dans un brouillard à-demi éclairci de certitudes aigries. Et toujours, cet air nonchalant et cet éternel sourire en coin. Il s'élargissait et montrait toute son étendue carnassière à mesure que l'intensité de l'effort augmentait, qu'il se poussait dans ses retranchements les plus frontaliers à l'épuisement.

Hiramekarei n'aura jamais été aussi lourde à porter. Intégrant les Sabreurs, il savait le poids physique que pesait le grand hachoir à deux lames, mais jamais sa masse symbolique ne lui avait paru si lourde que maintenant, le conflit final approchant. Ce monde inintelligible était en définitive pleinement, terriblement logique. Le souffle court après la réalisation de la technique qu'il travaillait depuis déjà plusieurs semaines, Narotama observait le résultat de son œuvre, trouvant en cet instant une beauté étrange dans la vision de la cible de tir pulvérisée par l'attaque. Vivait-on pour être pareil à l'écume ? Bouillonnante, vivante et presque prophétique, jusqu'à-ce que l'on ne se brise sur les rocs de plages plus sereines. Bien sage était celui qui sortait de cette souricière immense pour s'étendre, en paix, sur le sable chaud. Le cycle de la violence devait recommencer, comme s'il s'était un jour seulement jamais éteint. Des feux les plus grands que l'Humanité ait embrasés, c'était le premier et le plus beau. Un brasier dionysiaque, dans lequel les primates intelligents se jetaient à la bataille, les bras vaillants et le cœur sûr de leur utilité métaphysique. Comme les flammes, l'homme s'y déchirait et tentait de gravir les sommets pour mieux y arracher un peu plus d'oxygène.

Une cigarette au bec, Nō contemplait les messages des Cieux impalpables, peut-être juste absents. Les nuages défilaient au-dessus du Xanthe et de sa partenaire de métal, dénudée de ses bandelettes comme après une nuit d'amour qui se serait exprimée par la violence d'un entraînement destiné à parfaire la mort. N'était-ce pas ça, être shinobi ? Façonner l'art du meurtre comme le forgeron travaillait l'acier, peindre sa plus belle œuvre dans l'accomplissement ultime de la mort portée ? Il devait y avoir autre chose, sans doute, mais le numéro trois des Sept Épéistes peinait à se débarrasser des considérations pragmatiques de sa condition de sabreur.


" Peu importe ", laissait s'échapper le propriétaire des jumelles mortelles, celles qui avait fait couler tant de sang. Les bouffées de tabac brûlé s'évaporaient, ophidiennes et nonchalantes, à son image, et rejoignaient l'éther invisible dans lequel certains charlatans prétendaient voir des présages. Diseuses de bonne aventure, prophètes de l'infini vide du destin, ces gens faisaient commerce de l'incertitude. Lui, ce qu'il cherchait finalement, chez les guerriers, c'était la certitude de l'incertain.

_________________
Thème
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura
Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Politesse élémentaire [PV Okiko] Empty
Lun 26 Oct 2020 - 14:22
Petit à petit, le Balafré reprenait du poil de la bête. Il le fallait, les paroles de son ami lui revenaient encore en tête. Il ne devait pas se morfondre et se plonger tête la première dans une vengeance inutile, il devait protéger ceux qui lui étaient chers : le village, le pays dans son entier même.

Pour cela, il n'y avait qu'une chose à penser : devenir plus fort, plus qu'il ne l'était déjà, se surpasser encore et encore. Le Yamazaki s'équipa, se rendant par la suite au majestueux Grand Dojo du village, situé au coeur de celui-ci. L'architecture était toujours aussi grandiose, il appréciait pouvoir s'entraîner ici, se rappelant de ses derniers moment dans ce bâtiment d'entraînement.

Déjà pas mal de monde s'entraînait, Okiko regarda tout autour de lui à la recherche d'un partenaire d'entraînement. De nature solitaire, il désirait changer de cap en s'entraînant face à d'autre, pour pouvoir s'adapter. Connaître également les ressources de ceux qui seront ses futurs coéquipiers.

Son regard s'arrêta sur un homme, une cigarette au bec. S'y approchant, le Brûlé analysa cet homme qui portait une épée conséquente. Un Sabreur ? Fort possible...

— Bien le bonjour... Seras-tu partant pour un entraînement ? Je vois que tu es seul, et j'ai besoin d'une remise en forme.

Ses propos étaient attestés par les différents bandages visibles qui parcourait son corps après avoir pris une offensive foudroyant du Chapelier...

_________________
Politesse élémentaire [PV Okiko] J6f2

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons https://www.ascentofshinobi.com/t9700-les-quatre-saisons-yamazaki-okiko#82395 https://www.ascentofshinobi.com/u1017

Politesse élémentaire [PV Okiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: