Soutenez le forum !
1234
Partagez

Un miracle sans saveur

Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Un miracle sans saveur Empty
Jeu 29 Oct 2020 - 0:09


Shinpachi se trouvait au beau milieu du ciel, volant par une curieuse loi de gravité qui lui parût anormale dans un premier temps. Mais bientôt, tout l’univers autour de lui se mît à se mettre en mouvement jusqu’à former un maelström tourbillonnant autour de sa personne. Prisonnier de ce cataclysme, il fut contraint d’être spectateur de son propre sortilège. Bientôt, derrière les débris volants et les vents, qui dans leur fureur, avaient emmenés avec eux leur lot de brumes et de nappes vaporeuses, il discerna deux énormes yeux luminescents, le guettant depuis les ombres du déluge, comme s’ils étaient tapis derrière l’orage.

Il s’attarda à les contempler, entendant au demeurant le bruit vrombissant d’un bourdonnement qui lui parût particulièrement tonitruant, d’une telle ampleur que cela lui sembla…

…. Divin. Bientôt, la chose commença à prendre forme et des ombres des nuages noires dansant autour de son corps suspendu émergèrent des mandibules géantes, si énormes qu’elles le dépassaient plus de deux en taille. Une gueule étrange s’ouvrît, puis fonça vers lui, dans le tonnerre lugubre de ces élytres battant à tout rompre ; il poussa un hurlement, mais fut tout entier englouti par ce monstre des azurs cachés.

Une voix, pourtant, s’insinua en lui tandis qu’il s’enfonçait dans les ténèbres d’un estomac qui faisait fondre sur lui ses sucs digestifs. Et tandis que son corps baignait dans l’acide, rongé par le liquide brûlant, il se souvint de ces mots :

« Le réveil du Dieu Renard libérera la plus grosse Résonance possible.
Sa libération fera disparaître le chakra et de fait, les Shinobis
. »


Il se réveilla en sursaut, levant son buste et se découvrant dans une position d’assise, le corps couvert de branchages et de bandages. L’espace d’une seconde, l’univers autour de lui tourna à une vitesse ahurissante, et l’obligea à se recoucher pour se rétablir. Il referma les yeux, tentant de faire le vide. Tout son corps le démangeait, le brûlait. La douleur lui parût insoutenable. Il se crispa, referma ses doigts dans le tapis de paille sur lequel il reposait. Puis, par instinct, il commença à vouloir déchirer les bandes qui entouraient ses membres et le reste de son squelette ; il les crut responsables de son supplice. Dans une sorte d’agitation, il ne put contenir une fièvre meurtrière et, presque en s’automutilant, il hurla :

« Huuuuaaaaaaah ! »

Revenir dans le monde des vivants fut l’une de ses plus pénibles expériences.

@Shinrin Funka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Invité
avatar

Un miracle sans saveur Empty
Jeu 29 Oct 2020 - 1:20




Un miracle sans saveur
ft. Shinrin Shinpachi

« Funka ? J'ai entendu un cri.
On dirait que je réveille quelqu'un d'entre les morts.
»

Le soigner était une tâche impossible, du moins pour Funka qui venait d'attraper les mains de Shinpachi alors qu'il poussait un hurlement à en glacer le sang en tentant de se défaire de ces différents bandages. Funka maintient ses mains dans les siennes, plongeant ses deux bourgeons émeraudes dans ses pupilles de braises rempli d'un effroi certains. Elle avait déjà fait face à diverses situations aussi horrible les unes des autres, des autopsies de corps massacrés au point de devenir méconnaissable, des malades dans une phase de décomposition alors même qu'ils étaient en vie, mais jamais elle n'avait vraiment ressenti cette sensation d'être impuissante face à une douleur aussi forte que celle que pouvait ressentir son cousin en face d'elle. Elle se doutait qu'il allait sûrement tenter de lui faire relâcher ses mains, elle lui empêchait de subvenir à ces multiples démangeaisons, de retirer ces bandages qui agissaient comme une vrai geôle sur lui. En premier lieu, sa mauvaise conscience lui disait de tout lâcher, de le laisser succomber à ses blessures sans rien y faire et sans même essayer quoi que ce soit, mais quelque chose au fond d'elle venait contredire cette idée. C'était ce quelque chose qui forçait la princesse à garder les mains de cet homme entre les siennes pour lui empêcher de s'infliger de plus grosses blessures, c'était ce quelque chose qui lui disait d'aider Shinpachi pour une raison qu'elle ignorait encore. Peut-être qu'elle était prise d'empathie en le voyant dans cet état? Peut-être que voir le frère de son amant et qui plus est, son cousin, dans un état proche de la mort avait réveillé son instinct familial qui lui disait de le sauver avant tout les autres?

« La douleur est insoutenable, je le sais. Tu aimerais que tout cela se termine ici et maintenant, mais je ne peux pas me permettre ça. Je ne souhaite pas être responsable de ta mort. Je.. »

Lui demander comment il allait aurait été semblable à un grand manque de respect, ce que ses pulsions lui disait de faire. Elle avait besoin de simplement voir son regard pour comprendre, comprendre qu'il brûlait intérieurement et sûrement pour toujours. Si le problème physique était déjà très compliqué à soigner, alors personne n'avait idée de l'état psychologique du chapardeur, même Funka ne pouvait pas savoir exactement ce qu'il se passait. Mais alors qu'elle relie les deux mains du Monarque entre elles pour pouvoir en libérer une des siennes et frôler la joue de l'homme, elle aussi couverte de bandages, elle comprend qu'elle fait face à un miracle. Shinpachi, destiné à mourir mais ayant surmonté la mort et ayant réussi a être réanimé de lui même. Mais, dans cet état là, la vie méritait-elle véritablement d'être vécue? N'aurait-il pas juste voulu mourir en paix et éviter de souffrir de la sorte? Était-il alors destiné à souffrir et hurler de douleur à chaque fois que sa cousine n'était pas là pour venir calmer ces douleurs ? Cette cousine qui ne savait même pas pourquoi elle le faisait, ou peut-être que si, elle le savait. Dans la volonté de faire passer les envies de son amant avant les siennes, de faire table rase d'un passé dont elle ne veut se souvenir, elle avait décidé d'elle même de s'occuper personnellement du cas du Monarque Sylvestre.

Et alors, dans une ultime volonté de vouloir le rassurer, un comportement bien inexpliqué de la part de Funka, elle dépose cette main contre sa joue en gardant le regard rivé dans le tien et gardant sa main dans la sienne, se voulant rassurante à son égard, pour peut-être la première fois de toute sa vie.



Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Un miracle sans saveur Empty
Jeu 29 Oct 2020 - 9:12


Il écouta les paroles de Funka avec une attention accrue. Il la connaissait parce qu’elle faisait partie de son clan, et elle devait sans doute le connaître parce qu’il avait en quelque sorte répudié les siens, qu’il accusait de leur immobilisme. Pourtant, il n’avait que rarement eu l’occasion de pouvoir tenir une réelle conversation avec elle, tant il avait été absorbé par ses missions de toutes sortes, par ses péripéties multiples, par ses voyages incessants. Dans le lot de ses départs en pagaille, de ses combats engagés, de ses complots divers, Shinpachi n’avait eu somme toute que peu de temps à consacrer aux siens ; tout comme il n’avait eu que peu de temps à se consacrer à lui-même. Il s’était impliqué plus que de mesure dans la grandeur de l’Empire du Feu ; avait, parmi tous les dévoués, fait grossir la flamme de ce feu dévorant.

Et il en avait payé le prix. Malgré la main douce et réconfortante de sa cousine, il ne put s’empêcher de se crisper et de raidir tous ses membres comme si ce geste allait appuyer sur une plaie douloureuse, ou comme si cette main était celle de Sakaze Tôsen, son némésis le plus terrible. Mais le velours de cette caresse ne lui causa aucune souffrance, et l’apaisa même un peu. Il tenta, pour attraper cette main qu’il envisagea comme un ultime secours, de lever son bras : c’est là qu’il vit qu’il était couvert de bandages. Il ne put le soulever que d’une vingtaine de centimètres, et sitôt qu’il retomba sur son tapis de sol, il décidât de relever sa tête. Il eut alors une rapide vision de son corps : complet, mais complètement bandé. La foudre dévastatrice de l’Homme au Chapeau avait obligé ses soignants à momifier son corps ; aucun bout de chair n’avait pu être laissé à l’air libre.

Il laissa retomber sa tête, incapable de la maintenir en l’air plus longtemps. Il fut soudainement atteint de vertiges, de troubles intérieurs, et son cœur pour répondre à cette sorte de crise se mît à pulser en cadence.

« A-achève-moi… »

Une larme mouilla le bandage sur ses joues. Ses yeux rutilants, à moitié tapis sous ses compresses, se figèrent dans l’iris de Funka. Il voulait vivre, oui, mais pas dans ces conditions.

« Je t’en conjure… j-je ne veux pas vivre cette fin… »

En plein désespoir, il tenta d’avaler sa propre langue.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Invité
avatar

Un miracle sans saveur Empty
Jeu 29 Oct 2020 - 13:13




Un miracle sans saveur
ft. Shinrin Shinpachi

Chaque efforts qu'il entreprenait était vain. Avoir avoir été rassuré d'un regard par Funka, Hirose Yui avait laissé les deux cousins seuls dans cette pièce qui ne se voulait pas plus chaleureuse que l'état de Shinpachi. Et lui, constatait que son corps n'allait plus jamais être le même, qu'il était couvert de bandage, méconnaissable. Mais tout cela n'avait pas été fait pour rien, Funka avait elle même vu son corps dépourvu de tout artifice, son corps de la couleur du carbone, son corps couverte de divers ecchymoses et de lésions un peu partout le rendant extrêmement faible, aux portes de la mort. Alors oui, il agonisait à petit feu, malgré les soins constant des médecins de Hi qui se voulaient incompétent face à cette situation. D'un geste de la main en le voyant d'attraper la sienne, elle lui intime de ne pas bouger bien qu'il continue de vouloir se mouvoir normalement, chamboulant son mental au point de, de nouveau, faire vriller son coeur. Elle le fixait, les iris tremblantes, pourquoi son agonie était si longue? Pourquoi devait-il osciller entre mort et vie tout le temps? A quoi était-il destiné? Mais lorsqu'il prononça enfin quelques mots en libérant une simple perle salée sur sa joue bandée, que Funka sentit contre son doigt.

« Je ne peux pas. »

Sa voix tremblait légèrement. Elle refusait de l'achever, pour une raison qui échappait à tous. Il souffrait, son état était irrécupérable et elle le sentait. Et au risque de perdre sa propre main et en le remarquant tenter le tout pour le tout, elle tente de lui empêcher le pire en faisant glisser cette main présente sur sa joue vers ses lèvres, lui intimant de tenter quoi que ce soit de force, même si la sensation d'avoir la langue entravée par un étranger pouvait lui offrir comme reflex de mordre, d'arracher cette chose qui lui empêchait de mettre fin à ses souffrances.

« Je refuse de te laisser mourir Shinpachi. Je ferai tout ce que je peux pour que ta vie ne se termine pas de cette façon et que tu ne vives pas dans cette souffrance constante. Je te promet à toi, je..je promet à Hanzo que.. que je ferai en sorte que tout s'arrange, même si tu dois encore souffrir le martyr, cela ne sera que passager. » Une promesse dangereuse, elle ne savait pas dans quoi elle se lançait en disant ça. Peut-être allait il ne pas la croire et encore tenter de mettre fin à ses souffrances seuls. « Je refuse que mon.. que Hanzo perdre son frère. »

Elle paraissait sincère dans ses élucubrations, une promesse de le sauver alors qu'elle ne savait même pas comment faire. Sa main normalement présente dans cette de Shinpachi ne l'avait pas quitté, peut-être pour qu'il puisse se sentir rassurer par ce contact bien qu'ils n'avaient aucun lien tout les deux. En ces moments là, elle ne pouvait que lui apporter un soutien moral, tenter de lui faire comprendre qu'il ne mourra pas et qu'il ne vivra pas ça indéfiniment, et d'un autre coté, les médecins cherchaient une solution à tout ça. Funka avait sûrement une idée mais encore émergente. Tout autant que lui, elle était perdue mentalement, ne sachant quoi faire, ne sachant quoi dire de plus, préférant continuer de lui caresser cette main bandée en plongeant son regard dans le sien.




Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Un miracle sans saveur Empty
Sam 31 Oct 2020 - 20:30


Serrant la main de sa cousine clanique, le Shinrin tenta de mettre un terme à ses jours, fustigé par des douleurs persistantes et intenses ; pourtant, un simple geste de cette dernière vint clore ses espoirs de fin. Presque docilement, il cessa de tenter d’avaler sa propre langue pour mourir ; et se contenta, prostré, de l’observer en silence et d’écouter ses paroles. Son corps tout entier le jetait en enfer ; il avait l’impression de rôtir dans les flammes, d’être électrocuté constamment. Ce supplice s’accompagnait de flashs de mémoire, réminiscences anarchiques et sauvages qui le remettaient face au Seigneur du Temps, dans un déluge de chaos tiré de ses propres cauchemars.

Des sursauts musculaires le firent trembler de toutes parts, au moment où Funka lui parla de son frère Hanzo. Frère qui avait refusé de le suivre pour lutter contre l’Homme au Chapeau ; et qui avait même tenté de jeter l’opprobre sur lui, sans qu’il n’ait pu savoir, au demeurant, s’il l’avait fait parce qu’il avait compris la stratégie de Shinpachi…

… ou s’il l’avait fait parce qu’il lui voulait vraiment du mal.

Faisant fi de toutes ces réflexions, Shinpachi se contorsionna pour tenter de trouver une position plus confortable ; il fit alors frémir le lit de paille sur lequel il se rétablissait. Ou plutôt, sur lequel il survivait, tant bien que mal. Des troubles continuaient d’assiéger son esprit et la souffrance le harcelait toujours ; au ban de la vie, il voyait la mort s’élargir de plus en plus en face de lui.

« La mort ne serait-elle pas plus douce ? Je souffre. J’ai mal à en crever. En m’interdisant de mourir, tu m’infliges de vivre, Funka : à quel point es-tu sadique pour continuer de me torturer en ce monde ? »

La chose était dite. D’une certaine façon, puisqu’elle le poussait à survivre, elle l’obligeait à endurer cette douleur. D’un certain point de vue, elle devenait sa tortionnaire, même sans le vouloir.

« M-mais… si je dois vivre, j-je le ferais. J’ai souvenir… oui, souvenir… »

Les visions revinrent en myriades, multiples et confuses, brèves et bouleversantes. Il était là, trônant sur ses pendules, défiant les contours du réel. Il refermait sa main sur sa gorge et le faisait suffoquer.

Mais lui, valeureux, chassait cet être empli de noirceur.

« Le Dieu Renard. La Coalition. L’Homme au Chapeau. Ma mission dans ce monde n-n’est pas terminée. »

Il survivrait. Coûte que coûte. Mais que pouvait encore faire Funka pour lui permettre cela ? Par chance, elle l’avait vu s’éveiller.

Désormais, elle pouvait en témoigner à tous : le Monarque des Bois était réveillé, et bien vivant.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Invité
avatar

Un miracle sans saveur Empty
Sam 31 Oct 2020 - 21:28




Un miracle sans saveur
ft. Shinrin Shinpachi

Sa souffrance, elle la sentait à travers sa poigne, cette pression qu'il exerçait sur sa main toujours présente dans la sienne. Replaçant sa main sur sa joue tandis qu'il avait cessé de vouloir mettre fin à ses jours contre son gré, elle sentait bien que ses paroles avaient eut un impact sur le Monarque. Mais était-il véritablement positif pour lui? De lui rappeler un frère qui l'avait plongé dans un déshonneur total? Mais Funka ne savait pas tout ces détails, ce qui s'était passé à Tsume est resté à Tsume et même si elle était curieuse, Funka ne voulait pas savoir le détail des événements.

Le voyant bouger, elle tente de l'aider à se mettre dans une position un peu plus confortable, sûrement pour atténuer les douleurs qui le bombardaient de toute part. Douleurs qu'elle n'était pas capable, en l'état, de soigner. Alors, de nouveau, il lui parlait, retrouvant la force de prononcer des mots malgré son état critique, et ces mots, ils étaient à la fois fort et véridique. Car oui, en forçant Shinpachi à vivre et à croire en sa survie, elle le condamnait à une longue et terrible torture qui ne pourra être terminée avant longtemps, avant qu'ils aient trouvés une quelconque solution pour soigner cet état.

« Me penses-tu horrible au point de vouloir volontairement te faire endurer tout cela? Sincèrement? Si je voulais véritablement te faire souffrir, alors je n'aurais même pas daigner venir te voir ou même te prendre en charge lorsque j'ai eu le choix de choisir mon patient. Je t'inflige ce fléau qu'est la vie, car la vie a besoin de toi Shinpachi, que tu le veuilles ou non. »

Peut-être avait elle enfin accompli sa mission? Celle de tirer Shinpachi d'entre les morts pour le faire revenir parmi les vivants? Non, pas encore. Sa volonté était elle présente, mais son corps n'allait pas pouvoir suivre plus longtemps.

« L'Empire ne peut se permettre de perdre un homme comme toi, un lieutenant ayant survécu de justesse à l'Homme au Chapeau. Un homme ayant vaincu la mort, ce qui fait de sa survie un miracle. Tu n'es pas vivant par hasard, n'importe quel individu dans ton cas serai mort avant même que je puisse faire quoi que ce soit pour l'aider, mais toi, quelque chose te retiens dans le monde et tu ne pourras partir qu'après avoir accompli ta mission, Shinpachi. »

Accroupie à coté de lui, sa cousine tenait un discours se voulant aux premiers abords, assez élogieux, même si en vérité, derrière tout cela se cache surtout une pensée patriotique, car l'Empire avait besoin d'éléments comme Shinpachi pour survivre à la situation à laquelle il faisait face. Plongé dans ce gouffre vermeil que lui offrait le regard de Shinpachi, Funka arborait un air à la fois sérieux et réconfortant. Alors au fond d'elle, en voyant son cousin dans cet état chaotique, la Princesse espérait que cette expérience fasse comprendre certaines choses et éveille de nouveaux horizons chez le Monarque des Bois.

« Je tiendrai ma promesse. Tu vivras. Et dans de meilleure conditions. Ne doute jamais de ma parole. »





Revenir en haut Aller en bas

Un miracle sans saveur

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier Shinobi ▬ Ozuki Rei, sans coeur et sans reproche [uc].
» Le miracle de la vie [feat Ryûjii Ashitaka]
» Sans once de discrétion | Mu
» Sans discernement
» Le bar sans nom (Kaedlin)

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: