Soutenez le forum !
1234
Partagez

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ]

Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Jeu 29 Oct 2020 - 21:20
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] En_tete_graveyard

Ces jours pluvieux m’avaient finalement laissé le temps de faire ce qui me trottait dans la tête depuis que j’étais revenue, mais avait passé mon temps à procrastiner encore… et encore. La blessure était encore fraiche dans mes pensées, mes sentiments, dans mon orgueil bafoué ce jour-là… dans la tristesse de cette journée qui n’avait cessé de croitre, stagner… me Hurter jour après jour alors que je croulais sous le poids de mes propres remords…
Ceci dit, depuis que Shuuhei était revenu d’entre les morts si l’on peut dire, depuis qu’un petit miracle avait su illuminer Kumo gakure, ce n’était non pas une lueur d’espoir, mais une fine forme de courage qui m’avait poussé à aujourd’hui passer le portail du cimetière du village des nuages. C’était depuis que son frère aîné nous était réapparu, propre à lui-même que je m’étais finalement fait suffisamment violence pour me tenir aujourd’hui devant la tombe de feux la Sandaime Raikage, Metaru Reiko.

La tombe n’était pas anonyme, mais c’était presque tout comme. Une pierre tombale des plus simples, dans le spot certes dédié au Metaru, mais les décorations accompagnant sa sépulture étaient si …. Spartiates qu’il était assez aisé de comprendre que c’était fort probablement un coup de Rei. Tout le ressenti qu’il avait contre elle avait suivi la jeune femme jusque dans la tombe… c’était à se demander s’il avait laissé kumo le temps de pleurer la mort de nombre de leurs ressortissants, chose dont bien sûr je doutais fort. C’était d’ailleurs probablement des Kumojin qui avaient décidé d’arracher le corps et la tête tranchée de Reiko à la rue et à la pourriture… c’était à se demander si elle avait un vrai cercueil là-dessous… mais, profaner sa tombe pour satisfaire cette simple curiosité était ABSOLUMENT hors de question. Mais la laissé ainsi … même sans savoir… était indigne de son statut.
Le regard sombre, vissé un bon moment sur la pierre tombale, je finis par le lever vers les cieux et nuages gris qui semblaient presque m’accompagner dans ce rappel de deuil. Je l’avais déjà pleurée, au même titre que Hisao, au même titre que Shuu, au même titre que ceux que j’avais perdus durant cette attaque, je les avais déjà pleurés… Des mois durant ; mais ça n’empêchait pas vraiment à la douleur d’être toujours… là.



- Désolée Reiko chan… si seulement à cette époque j’avais été plus forte… si seulement j’avais pu être aussi efficace que je pense l’être maintenant… tu ne serais probablement pas là-dessous… fis-je d’une voix brisée, malgré la totale absence de larmes. Vous … ne seriez probablement pas là-dessous … fis-je en dirigeant ma tête un peu plus loin, vers le secteur qu’ils avaient réservé pour les victimes impossibles à identifier ; secteur dans lequel j’étais certaine que se trouvait feux mon élève… Nobusuke Kun… … c’est à croire que d’une manière ou d’une autre, le baiser de la faucheuse me poursuit … finis-je en reposant le regard sur la tombe.
Me décidant enfin à poser sur cette dernière le bouquet de roses noires de jais que je tenais, une signature que je ne connaissais que trop bien venait d’entrer dans mon périmètre de détection. La personne qui était à l’origine de ma présence ici … Il faut croire que j’ai mal choisit mon timing pour venir te voir… haha Ceci dit… derrière ce rire nerveux, lourd et plein d’angoisse, s’était davantage assombri mon regard sur ladite sépulture…

Levant un peu mes yeux ambre vers la tombe un peu plus ancienne de Kahei, je ne pus que me mordre la lèvre inférieure en me demandant à quel point ça allait être dur pour Shuu, qui après son petit frère devait maintenant non pas enterrer, mais faire à son tour le deuil du dernier membre de sa fratrie… Qu’avions-nous, nous Metaru fait au monde pour mériter tout ça… … non… non, j’avais quelques idées finalement, lui comme moi, n’étions pas exactement … ce qu’on pouvait appeler des brebis sans taches.
Lorsqu’il arriva à mon niveau, je levai simplement vers lui un regard résigné, fatigué, coupable … triste… épuisé. Lentement redescendit mon visage vers ladite tombe. Pour être honnête, parfaitement honnête… je ne savais pas que lui dire. Je n’avais… simplement pas les mots pour ne serait-ce que véritablement lui faire parvenir le point auquel j’essayais de le soutenir dans ce moment. Je me doutais bien qu’il était plus fort que moi sur ce genre d’évènements… me doutais bien qu’il ne laisserait transparaitre que peu, tacherais certainement de glisser tout ça sous une blague malvenue… mais il n’empêchait… qu’il les aimait… son frère… et sa sœur. Je pouvais au moins… Pour le moment, essayer de silencieusement l’accompagner dans ce moment.



_________________
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] True_kuu

Ma Naïveté nous a perdu... ça ne se reproduira pas


Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Ica3

Mother of two beatiful Angels
Spoiler:
 


[ Merci pour les Kits Raikage Sama ! ]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Sam 31 Oct 2020 - 2:19
Une tombe parmi tant d'autres...


- « J’étais prêt à faire une blague sur son ton gros cul, mais avec la gueule que tu tires, autant dire que tu me ferais presque déprimer… »

Une fois à la hauteur de la belle blonde, je posai au pied de la sépulture de ma sœur toutes mes charges, puis j’eus un soupir amusé. Je me redressai ensuite, puis j’observai silencieusement la mine complètement défaite de la jeune femme qui n’avait de cesse de s’accabler encore et encore. Pour le coup, c’est presque à contrecœur que je me fis la réflexion qu’elle était définitivement une masochiste dans pratiquement tous les aspects de sa vie. On n’avait pas vraiment idée de patauger constamment dans un tel état d’esprit. J’inspirai un bon coup avant de secouer ma tête dans tous les sens, puis je me penchai vers la tombe pour retirer tous les ornements qui la décoraient. Les fleurs fraiches ? Je les avais immédiatement fourrés dans les mains de la blonde, en silence, sans même lui demander son avis, sa permission ou encore son aide. Ce n’était pas comme si elle pouvait refuser vu ce que je prévoyais de faire, ce qui relevait de l’évidence même. Les petites conceptions en métal ? Je les avais mis de côté, tranquillement. Pour ce qui était de la poussière, des fleurs fanées et autres débris végétaux ? Dans un sac poubelle que j’avais ramené. Et même aussi simplement, la pierre tombale avait déjà fière allure.

- « Et du coup… Ça fait combien de temps que tu te trimballes avec cette mine affreuse ? J’ai eu le temps de t’observer depuis ma… résurrection ? Ouais, on va dire ça comme ça… Et force est de constater que c’est pas joyeux tout ça. Même un gamin saurait qu’il y a un problème, rien qu’en observant attentivement ton visage. En parlant de gamin, d’ailleurs, comment vont les filles ? »

Je savais que cette mine de déterré ne datait pas d’hier. Si sa présence devant la dernière demeure des siens n’arrangeait rien à la chose, on ne pouvait pas tout imputer à ce fait. Il y avait d’autres choses qui la taraudaient très certainement, et je devinais plus ou moins ce que c’était après avoir été mis au courant de plus ou moins tout ce qui s’était passé durant mon « absence ». Je ne savais pas vraiment si je voulais la consoler, la réconforter ou trouver les mots juste, mais l’idée était d’abord de lui laisser la largesse de vider son sac sans faux semblants, ce qu’elle n’avait pas le loisir de faire avec n’importe quelle personne. Toutefois, l’une des phrases d’Anzu lorsque j’étais allé la voir m’arracha un petit sourire, avant que je m’empare d’une brosse souple pour balayer le peu de poussières qui restait encore sur le marbre du tombeau. Après avoir raclé toutes les saloperies qui enlaidissaient la stèle, je m’emparai d’une éponge souple et la plongeai dans le seau d’eau savonnée que le responsable du cimetière avait bien voulu me filer pour que je vienne prendre soin des sépultures de ma fratrie sur lesquelles j’étais venu me recueillir une trentaine de minutes auparavant… C’était après mon recueil que j’étais allé le voir pour.

Temps durant lequel la blonde avait débarqué. Coïncidence assez cocasse quand on y pensait.

- « On m’a dit qu’Hisao avait disparu. Ça date de quand ? On est sûr qu’il a clamsé ? T’as essayé de le chercher au moins ? »

Comme la jeune noble pouvait le constater, je tapai la discussion comme si de rien était, tout en récurant la stèle de ma défunte sœur. Il n’y avait pas une once de tristesse sur ma tronche. C’était à croire que mon état de stase avait altéré mon empathie et une bonne partie de mes sentiments, même si ce n’était pas le cas. J’avais bien entendu été choqué par toutes les pertes que nous avions essuyées, mais j’avais décidé depuis fort longtemps de ne plus pleurer. De toute façon, je n’avais plus de larmes pour, tant j’avais été confronté à la mort et autres destins plutôt tragiques dans le genre de nombreux proches. Qui plus est, l’euthanasie de Kahei avait été une délivrance pour lui, sans compter que Reiko elle-même m’aurait certainement cassé la gueule si je versais une seule larme pour elle. Elle était morte en raikage et il n’était pas question d’entacher son abnégation et sa dévotion à Kumo par des pleurs de fillette. C’était également la dure vie de shinobi. Tout ninja signait plus ou moins pour ça quand on y repensait. Ma vision des choses était peut-être bien fataliste, mais elle me permettait de relativiser, de passer à autre chose et surtout de ne pas me complaire dans le cycle éternel du désespoir et de la vengeance…

Même si j’me promettais une chose : Rei comme les hijins paieraient s’ils croisaient mon chemin…

- « Mais en vrai, on est d’accord que t’as encore pris du cul, non ?! »

Sérieux H24 ? Même dans ce moment quasi-solennel ? Naaaaan. Pas moyen !

Quelque part aussi, c’était pour moi une manière de revivre. De prendre le train en marche.

D’aller de l’avant sans faillir pour moi, mais aussi pour la jeune génération du pays.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Sam 31 Oct 2020 - 17:29
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] En_tete_graveyard


« Tu l’as déjà faite Shuu… » était ce que j’aurais voulu lui répondre sur le moment, mais mon visage se crispa en un sourire amusé certes, mais toujours quelque peu atterré par ce qu’il vivait. J’étais donc restée silencieuse alors qu’il remettait entre mes mains le bouquet de roses que j’ai apporté pour Reiko. Bien sûre j’étais surprise de le voir ainsi s’accroupir et faire l’équivalant de corvées pour nettoyer ladite tombe… mais c’était probablement la manière la plus Shuuesque qu’il avait trouvé pour lui exprimer une forme de respect, mais surtout de l’attention.
Dans un soupire silencieux un fin sourire se dessina sur mes lèvres, le regardant tranquillement travailler, me disant que c’était quand même plaisant de savoir que lui avait su revenir depuis l’autre côté… j’en étais presque au niveau de lui demander comment c’était l’autre monde ? Mais connaissant que trop bien le gus… il valait probablement mieux éviter, si je ne voulais pas être servie d’une autre blague bien grasse. Observant avec attention le sceau, mon regard se reposa un peu plus loin sur la tombe de Kahei, à bien y regarder, elle était un peu plus remarquable que le reste des sépultures, Plus… propre, mieux… entretenue, il venait donc de là-bas… c’était certainement pour refaire ses fournitures de nettoyage qu’il s’était absenté cette fois-ci pour Reiko.

Si sa première question me demandait un certain pour pouvoir lui répondre correctement, la seconde elle me tétanisa un moment. Mon regard s’assombrit quelque peu, mais sans grand plus. Le cas Hisao n’était pas foncièrement tabou, c’était quelque chose sur quoi j’avais réussi à faire la passe, que j’avais réussi à laisser derrière moi… pour le moment… mais à chaque fois que je voyais Seina, à chaque fois que le visage de la petite Akahoshi me traversait l’esprit, j’avais une pensée pour l’ex-détenu.
J’ouvris la bouche un instant, mais la refermai quelque instant après, sans un son, sans un bruit, sans un quelconque grognement… je me contentai de simplement profiter de ce silence pour me remettre les idées en place. Par ailleurs, le cimetière était-il vraiment le bon endroit pour avoir ce genre de convers…

- Non Shuu… je ne pense pas avoir pris du Cul… fis-je dans un soupire perdu entre exaspérations et une pointe d’amusement, c’est que ça m’avait presque manqué ce harcèlement sexuel constant… et puis… c’était beaucoup plus gênant de ne pas voir ses pieds que…… BREF ! Je vois que presque deux ans sous forme de statue n’auront pas réussi à changer ton angle d’approche sur les femmes… répondis-je sur un ton qui ressemblait presque au sien, avant de lentement reprendre du sérieux.

- Hisao et toi… avez disparut le même jour Shuu, lors de l’attaque du Teikoku, lors de la première résonnance, lorsque tu t’es retrouvé enchâssé dans le métal… repris-je enfin. … et il est le père d’une de mes filles Shuu… bien sure que j’ai cherché, chercher à en perdre toute énergie… la seule chose que j’ai trouvée, même après avoir parcouru tous les cadavres de la ville n’est qu’un de ses quatre bracelets d’acier… entacher de sang. Il devait probablement être en plein combat lorsque la résonnance a eu lieu… Si vraiment elle affecte les Kekkai, et vu comment elle t’a toi-même affecté… je pense aussi que son Kekkai s’est emballé et l’a transformé… mais contrairement à toi qu’on a retrouvé et conserver sous forme de solide… même s’il venait à revenir, il vendrait sous la forme de fumée… dispersé aux quatre vents… autant dire qu’il était purement et simple mort.
Une vérité… laquelle je m’étais difficilement résolue, mais n’eu été ça, sans faire le deuil de celui-ci, l’idée d’aller de l’avant aurait été des plus vaine… si pour Shuu il y avait encore de l’espoir… Mais pour Hisao… disons que je préférais… ne pas trop y penser.

- … depuis combien de temps je tire cette tête… me chuchotai-je finalement, le regard posé vers la pierre tombale, remontant lentement celui-ci vers les cieux à la recherche de mes souvenirs les plus sombres ; le jour où tout ça a commencé à me peser si lourd que j’ai à quelque reprise songée à lâcher prise…
Je pense que ce serait le jour ou nous avons perdu Kumo… le jour où Reiko est décédée en prenant ma place contre Rei… le jour om j’ai entendu le chant du signe de Nobusuke kun… le jour ou j’ai trouvé dans les ruines de Kumo toi… sous forme de statue, et le seul et unique bracelet d’Hisao… fis-je en me remémorant la bataille de Kumo, les ruelles en flammes, les combattants comme non combattants broyés sous les décombres, transpercés par des shurikens, déchirés par des jutsu…
Pivotant sur moi-même pour superposer mes souvenirs de cette kumo en ruine à la Kumo actuelle qui peinait à se reconstruire, entendant encore cris, hurlement en flames enragés à la place de ces quelques rumeurs de conversations, sentant à la place de cet air redevenu pur et frais l’odeur des cadavres calcinés, de l’hémoglobine et autres fluides corporels par-ci par-là. Je pense que c’est depuis l’apocalypse de Kumo… depuis que ce cimetière a prit bien plus de volume qui n’aurait dû que j’ai véritablement fini par revêtir le masque que tu vois aujourd’hui… m’enfin masque… ce n’était rien d’autre que mon véritable visage, mes véritables émotions… ce que je ressentais par-delà la lassitude née de mes décisions.

- J’ai passé tant de temps en colère, tant de temps à ressasser encore et encore ce jour, tant de temps à me revoir quitter kaminari avec Kuu chan et Seina en pleur dans mes bras, tant de temps à ruminer haine, rage et fureur en vers tout Teikokujin… j’en étais au point de me voir transformer n’importe quel vert en une simple pile de chaires difformes sur le sol… au point de me voir commencer une guerre même seule contre toute une nation et stupidement me consumer dans celle-ci… continuai-je en moment en observant le bouquet de roses sur lequel mon regard s’était de nouveau posé…
Tu me connais… je ne réfléchis pas toujours correctement lorsque je deviens trop sentimentale… Fis-je d’un rire moqueur envers ma propre personne il m’en a fallu du temps avant de comprendre que si je brulais cette vie… ce serait probablement la chose la plus débile que j’aurais faite jusqu’alors… et que simplement me venger sur n’importe quel civil ne ferait de moi qu’un tyrant au même titre qu’eux pour notre populace… ça… et bien d’autres encore. les véritables raisons n’étaient en rien ce que les gens diraient de moi… c’était quelque chose de beaucoup plus candide… Beaucoup plus… maternel ; je ne pouvais simplement pas laisser mes filles sans mère… surtout qu’à l’époque chacune d’entre elles était orpheline de père.

- Il s’en est passé des choses pendant que tu n’étais pas là Shuu… bien des choses… continuai-je simplement d’un ton las…

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Concerned_ita_2

_________________
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] True_kuu

Ma Naïveté nous a perdu... ça ne se reproduira pas


Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Ica3

Mother of two beatiful Angels
Spoiler:
 


[ Merci pour les Kits Raikage Sama ! ]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Sam 31 Oct 2020 - 20:04
Une tombe parmi tant d'autres...


- « Si t’as pas pris de fesses, ça veut dire que la plupart des postérieurs que j’ai vu sont… Petits ? Les temps ont bien changé… »

C’est en soupirant que je remuai ma tête de droit à gauche, comme si j’étais sincèrement dépité par la conclusion à laquelle j’avais moi-même abouti. Le pire dans tout ça, c’est que j’avais soufflé cette réponse quelques secondes après la longue tirade de mon interlocutrice qui m’avait plus ou moins confié ses tourments. On aurait pu croire que je m’en foutais, mais l’idée pour moi était de détendre quelque peu l’atmosphère… Pas la bonne façon de faire, ni le bon endroit pour, certes, mais l’intention était là. Je finis tout de même par avoir un sourire, avant de me redresser pour faire craquer mes vertèbres en m’étirant dans tous les sens. Puis, je m’emparai ensuite d’un gros chiffon propre pour sécher au mieux toute la tombe une dernière fois, maintenant que j’avais éliminé toute la crasse qui s’y était accumulé à l’aide de l’eau savonné. Du travail de pro quelque part et pas qu’un peu d’ailleurs. Ma sœur avait maintenant une demeure digne de ce nom et je pouvais l’abandonner pendant un bon moment pour me consacrer à mon nouvel axe d’évolution, au bien être de mes proches et au renouveau de Kumo. Il n’y avait que ça qui comptait et qui tournait en boucle dans ma tête : Aller de l’avant !

« Vivre ça doit être difficile en vérité, j’imagine bien. Ça a de quoi rendre fou. Il m’aura fallu bien peu de toute façon pour virer comme un… Tu as dis quoi déjà ? Un tyran ? Ouais. Un tyran ! J’ai fini par être un tyran, j’ai buté plein de monde et ça a engendré la suite que tu connais. Quelque part, c’est un peu de ma faute, non, même si j’ai également payé le prix fort. »

C’était quelque peu mesquin de ma part de ramener son cas au mien, mais il fallait après tout remonter aux origines de tous ces drames pour comprendre que le vrai coupable, c’était moi. Cela étant dit, le retour de bâton avait été énorme : Mort de ma fratrie et de nombreux proches, perte de mon kekkai genkai pendant un temps puis transformation en statue qui m’avait retardé deux années durant pour finir par une annexion temporaire et une destruction partielle de Kumo. Et dire que toute cette histoire avait commencé par l’enlèvement de mon frère par le soshikidan… Quelle vie, vraiment. Aussi avais-je rigolé amèrement pendant quelques petites secondes, puis stoppé mon nettoyage qui était bientôt terminé avant de relever ma gueule vers son sublime minois malheureusement assombrie par une grise mine : « Tout est parti de moi, Itagami. Quelque part, tout est parti de moi. Tu es certes responsable de tes actions, mais on aurait pas été là si j’avais pu me maitriser. » Là-dessus, je me remis à nettoyer tranquillement la sépulture de Reiko pendant encore une minute ou deux, jusqu’à me redresser une nouvelle fois en me tenant les reins ! C’est que je devenais un petit vieux. Dérouiller n’était pas aussi facile !

- « Pourtant, je ne regrette rien. Je t’avoue avoir été assommé par toutes les nouvelles que j’ai raté durant mes deux années de stase, mais je ne regrette absolument rien. J’ai fait ce qui m’a semblé le plus juste et j’assume les conséquences en tant qu’ex-raikage et surtout shinobi. Après tout, c’est ce que nous sommes non ? Des ninjas. Des armes humaines… Et la mort, ça fait partie de notre lot quotidien, qu’on le veuille ou non… »

Je haussai finalement mes épaules. Fataliste ? Assurément. Mais il fallait savoir encaisser les coups durs de la vie, s’en remettre et repartir vers l’avant. C’était ça, la principale leçon que je voulais faire ressortir d’une manière ou d’une autre ; ce que la jeune femme avait dû certainement comprendre. J’étais pleinement conscient qu’elle avait dû réfléchir sous cet angle, mais un avis extérieur dans ce genre de situation était toujours le bienvenu. Bien entendu, je n’allais pas tout régler d’un coup de baguette magique, mais j’étais prêt à l’accompagner petit à petit comme elle l’avait pu faire pour moi dans le passé -même si elle avait ensuite bien profité de la situation, tiens. « D’ailleurs, si t’as passé tout ce temps de la sorte, ça veut dire que tes filles ont eu à supporter cette gueule pendant deux années ? Encore que même si t’as fait semblant de leur faire croire que tout allait bien, Kuu est assez grande pour savoir que tu lui mens. Elle a dû vivre avec ça pendant… deux ans… ? » Sur cette phrase, je mimai une grimace d’incompréhension en l’observant, yeux écarquillés, sourcils relevés et bras ouverts dans le vide comme pour ponctuer l’absurdité de la situation. Non vraiment, il fallait qu’elle se reprenne d’urgence…

- « Tu as non seulement infligé ça à tes enfants, mais tu es allée jusqu’à déménager en pensant que quitter Kumo serait la meilleure solution. Y’a vraiment un endroit plus sûr que cette base militaire, à Kaminari, tu crois ? »

Sans attendre de réponse de sa part, je récupérai les fleurs dans ses mains pour les replacer ensuite sur la tombe de feu la troisième ombre. Ensuite, je replaçai également les autres fleurs et autres objets encore en état sur ladite tombe, avant de faire sortir des bâtonnets d’encens du kimono noir que j’avais porté, que j’embrasai et posai toujours sur la pierre tombale de ma cadette. Le tout avait fière allure dorénavant ! Souriant, je me tournai ensuite vers la blonde avant de passer sans trop d’hésitations mes mains sur ses joues pour mieux saisir son visage : « Les seules personnes que j’ai vu dans Kumo avec cette même gueule sont des civils pour la plupart. Les soldats de ton rang et même les nôtres sont déjà passés à autre chose alors qu’ils ont été autant éprouvés que toi… Mais comme dans la vie, on a toujours le choix, je pense peut-être qu’il vaudrait mieux que t’arrêtes d’être une shinobi et que tu vives une vie tranquille de civile avec tes filles. » Là-dessus, j’eus un regard doux pour la jeune femme. Je venais de lui assener une vérité cinglante de la plus douce des manières. Puisque personne ne l’avait faite, il fallait bien que quelqu’un si colle. Enfin… Cette fameuse vérité aurait eu du sens pour une personne « normale »…

Mais Itagami n’était pas une personne normale. Ni elle. Ni moi d’ailleurs.



Après tout, le monde partait à la dérive avec les ambitions de l’homme au chapeau…

Il n’était plus question de se brider. Plus question de faux semblants…
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Dim 1 Nov 2020 - 18:10
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] En_tete_graveyard

Si la première blague avait quelque part réussi à m’arracher un sourire, la seconde fit un flop monumental. Je ne pus consentir à y réagir, elle tombait vraiment au pire moment qui soit ; je savais bien que de sa manière un peu tordue bien à lui il essayait de me réconforter, mais après ça… après que j’ai parlé de ce qui me turlupinait depuis, bientôt deux ans… entre une autre blague de cul était vraiment le dernier de mes soucis.
Devant mon silence il continua simplement à s’occuper de la tombe, nettoyant celle-ci de font en comble malgré la tenue presque cérémonieuse qu’il avait revêtue non seulement pour marquer son deuil, mais aussi pour l’occasion de sa visite à sa sœur et son frère cadet. Le monde avait été bien trop peu clément avec nous pour que j’accepte simplement de rire à tout va à la première blague grasse mal placée… surtout après tout ça. Reprenant la conversation sur un timbre plus sérieux, ce fut cette fois-ci à son tour de vider son sac.

L’Ex-Kage expliqua que c’était à cause de la décision qu’il avait prise de massacrer autant de gens que possible, autant de civiles que possible après ce qui était arrivé à Kahei que nous avions eu ce violent retour de flammes. Ceci était une chose certes, mais certainement tout… si lui pouvait se reprocher d’être l’instigateur du mal qui avait frappé Kumo, ce dont moi je m’accablais portait ses racines sur une échelle tout autre que les simples alentours de Kaminari no Sato… à quoi bon jouer à savoir qui avait la plus grosse ici ?
Nous n’avions simplement pas été suffisamment forts pour repousser l’assaut du Teikoku lorsque nous le devions ; nous nous étions tant complais et vautré dans notre confort que nous en avions oublié que la guerre pouvait simplement nous frapper à n’importe quel moment. Et c’est ce qu’elle a fait… le jour ou nous nous y attendions le moins, le temps que nous nous en rendions compte, tel un chasseur dissimulé dans l’ombre de notre oisiveté, elle était devant notre porte… et emporta dans les ravages de son passage un nombre incalculable de personnes n’ayant rien fait, ni rien demandé. Mais justement, pouvions-nous nous en plaindre ? Après tout, c’était bel et bien nos couleurs sous les traits de notre représentant de l’époque qui avaient teinté de sang leur nation.

Ses actes passés, le prix que nous avons payé pour ceux-ci… il ne l’avait pas précisé, mais c’était dans le ton de sa voix, si c’était à refaire, il le referait ; même en sachant ce qui arriverait derrière. Il était vrai que nous Shinobis étions des armes, des objets de guerre, se forgeant et se raffinant pour ne devenir que des armes plus léthales encore… c’était vrai… oui, mais était-ce vraiment quelque chose que je pourrais répéter sans sourcilier devant Kuu ?
Parlant de mes filles lorsqu’il aborda le sujet, je manquai de peu de me mettre en colère… Il est des choses avec lesquelles ont ne plaisante pas Shuu… me contentai-je de rétorquer d’une voix glaciale alors que mon regard c’était beaucoup, beaucoup plus assombrit depuis le début de cette conversation. Parce que t’as l’air d’oublier qu’étant son père, ta fille a aussi dû faire ton deuil… nous nous supportions l’une l’autre et Anzu qui aidait du mieux qu’elle le pouvait malgré ses soucis de percevoir et lire les sentiments. Nous avions réussi à traverser cette situation parce que nous en soufrions ensemble…

Lorsqu’il aborda cette idée de déménagement, je marquai une pause, cherchant à quoi exactement le revenant pouvait bien faire allusion. J’allais demander plus de précision lorsque sa petite routine sembla enfin toucher à sa fin, me prenant le bouquet des mains, pour finalement faire volte-face et enfin correctement me regarder, il prit mon visage dans ses mains pour me sortir la pire des inepties qu’on ait osé me tartiner sur le visage depuis lors… Que je devienne une civile ? Que j’abandonne à jamais les chances que j’avais de pouvoir correctement subvenir au besoin de ce qu’il me restait dans ce monde pourrit ? Simplement devenir un pion sur l’échiquier lorsque je pouvais être une des joueuses de cette dite partie ? Que cherchait-il ? Voulait-il à ce point m’énerver ? Parce que si c’était le cas, il avait bien réussi son coup.


Poussant un soupir, les doigts de ma main droite coururent rapidement en une série de mudras qui dans la seconde qui suivit me rendit chaude, très chaude, beaucoup trop chaude pour qu’il puisse garder prise sans danger. Posant sur lui un regard redevenu finalement neutre, comprenant qu’il ne servait guère de converser avec une tête brûlée qui ne savait que foncer dans le tas tout en reconnaissant elle-même ne pas tout savoir… je préférai tirer ma révérence.
Massant légèrement mon cou, maintenant quand même la technique, je reposai sur lui mon regard ambré : comme je te l’ai déjà dit Shuu… beaucoup de choses se sont passées… et beaucoup ont changées poursuivis-je en fronçant le regard. comme tu le dis toi-même, tu n’as pas toutes les cartes en main, tu n’as aucune idée de tout ce qui tourne réellement là-dedans… mais comme tu t’en fous d’avoir le grand tableau, que tu préfères te contenter de bribes pour t’en faire ton portrait déforme de la réalité… je suppose que ça ne sert à rien que j’essaie de t’expliquer quoi que ce soit... fis-je d’un ton devenu beaucoup plus froid, cassant, sombre… ne permettant simplement pas d’être interrompu dans l’instant.

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Serious_relieved_Ita

Tu continu de me rabâcher la même rengaine qu’il y avait deux ans comme si j’étais resté la même… pour toi nous avons probablement eu cette conversation il y a deux à quatre semaines… moi j’ai eu largement le temps de me noyer dans ce monde pourrit comme tu le l'affirme si bien… d’en juger les conneries et admettre que ce que dis fais sens, mais n’est pas réalisable… alors, épargnez-moi vos déblatérations Shuuhei Sama… Continuai-je d’un air de plus en plus blasé, admettant simplement de parler à un ignare qui dans quelque temps allait se réfugier dans femmes et bouteilles… à l’heure actuelle j’avais mieux à faire.

- Bon… si tu as fini de me cracher ton venin insipide au visage… j’accordai un nouveau regard aux tombe de Reiko, comme Kahei, puis me mit à marcher vers la sortie du lieu de repos de bien trop de personnes non concernées.

_________________
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] True_kuu

Ma Naïveté nous a perdu... ça ne se reproduira pas


Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Ica3

Mother of two beatiful Angels
Spoiler:
 


[ Merci pour les Kits Raikage Sama ! ]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Lun 2 Nov 2020 - 19:04
Une tombe parmi tant d'autres...


- « Je le reconnais fort bien : tu as changé, Itagami. Du moins au niveau de ta force… »

Mais pour le reste, ce n’était pas forcément dans le bon sens, hélas…

J’eus tout d’même un sourire en regardant mes mains presque brulées qui se transformaient en métal liquide en fusion. Le phénomène était toujours aussi désarçonnant, mais faisait maintenant partie intégrante de mon être. J’avais perdu des aptitudes pour en gagner d’autres et ne faire qu’un avec mon kekkai genkai. Un peu comme si j’étais né pour, tiens. Quelque part, ne plus avoir d’affinités me faisait un petit quelque chose, mais comparé au fait d’être resté en vie en plus d’avoir retrouvé mon kinton, on pouvait dire que c’était absolument pas cher payé ! Mais plutôt que de me perdre en pensées futiles sur le moment, je m’abaissai rapidement et générai un trop plein de métal liquide qui en un instant forma un dôme moins grand que ce que j’avais l’habitude de faire, mais suffisant pour couvrir la zone dans laquelle nous étions… Et nous plonger dans une obscurité totale. De quoi la retenir un moment, parce que c’était là que tout commençait. Maintenant que nous étions isolés du monde, tout allait sortir pour le meilleur et pour le pire. C’était quitte ou double, mais il fallait bien ça pour avancer…

- « Ta technique n’était pas mal. Je vois que t’as pas lambiné depuis ces dernières années. C’est admirable Itagami. Fort admirable même. »

Je me mis à rigoler pendant que je sortis de mon kimono une boite de clopes et le zippo qui allait avec. Le fait d’actionner ledit zippo pour embraser la clope que j’avais fourré au coin de mon bec engendra une pénombre fugace, puisqu’elle s’évanouit complètement aussitôt que je refermai mon briquet en métal made in Metaru. Après quoi, je profitai d’une première bouffée avant de commencer à marcher. Si elle se retournait, elle pouvait constater qu’un tout petit point rouge se déplaçait aisément dans l’obscurité comme si de rien était. Bien entendu, je marchais un peu à l’aveugle, mais j’avais activé ma détection pour savoir non seulement où la jeune blonde se trouvait exactement, mais aussi pour pouvoir me repérer dans l’espace et ne pas me prendre une stèle. Bien heureusement, le vaste cimetière n’avait pas d’autres visiteurs, sans quoi ces derniers se demanderaient surement ce qui se passait : « Tu connais le dicton hein : cogne d’abord et pose les questions ensuite ! » Là-dessus, j’eus un petit rire et je continuai à marcher. Mes pas résonnaient d’ailleurs un peu en écho à l’intérieur du dôme imperméable.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Ven 6 Nov 2020 - 21:06
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] En_tete_graveyard

Je continuais ma progression vers l’extérieur du cimetière, les mains dans les poches de mon manteau, estimant ne plus rien à avoir à attendre de lui lorsqu’il reprit une fois de plus la parole ; forcément, c’était Shuuhei, il n’allait pas simplement me laisser m’échapper de la sorte. Si ses premières paroles ne me semblaient clairement pas suffisamment importantes pour que je me retourne, sentir, puis voir un dôme de métal nous englober, nous comme une partie du cimetière avait là réussi à arrêter ma marche. Poussant un bref soupir dans l’obscurité qui venait donc de s’abattre, je fis volte-face pour tâcher de comprendre à quoi il jouait, alors qu’un briquet se refermait, et qu’une loupiotte rougeoyante avançait lentement vers moi… je devais le lui reconnaître, il avait un don inné pour attirer l’attention.
Fronçant légèrement le regard en l’entendant parler de cogner avant tout, j’éveillai mes sens de senseuse, me préparant aux éventualités possibles qu’il s’amuserait à me lancer, j’en doutais légèrement, mais s’il y avait bien une chose dont j’étais certaine, c’était qu’il était aussi imprévisible que la mer… se déchainant sans prévenir, ou mimant un terrible orage pour finir par rester silencieuse… lequel donc allait-ce être cette fois… ?

Levant un sourcil vis-à-vis de l’évocation de mon outrage de la fois passée, je détournai légèrement le regard, encore heureux sous ce dôme seul régnait l’obscurité ; une obscurité au travers laquelle peu de senseurs pourraient réellement percevoir mes traits légèrement rosis par l’embarras lié à ma… réaction. Mais quelque part, c’était un bon point, être consciente de ceci était une preuve que j’avais muri.


- … … mais il est là le problème Shuu… avec quoi lances-tu cette attaque ? Kumo ? Demandai-je en étendant la main désignant le village derrière moi. avec les survivants encore ramollis par l’occupation ? En quittant cette ruine qu’est devenue notre nation avec des soldats sous entrainés depuis près de deux ans, pour se lancer contre ceux qui encore aujourd’hui pourrait aussi simplement reprendre le village vu l’état dans lequel ses défenses, comme nombre de ses shinobis sont ? Continuai-je en réalisant la masse de travail qu’il restait encore. les portiers ne savent plus garder une porte… nos genins sont pleins d’idées et enseignement faussés, nos chunins ne sont plus que l’ombre des jounin en devenir qu’ils étaient… sans même parlé des unités spéciale majoritairement disparues… et c’est avec ça que tu me dis de suivre mes instinct ? Avec ça que tu me dis de foncer dans le tas et laisser mes désirs de revanche exploser ? En sachant hormis la situation indicible dans laquelle se trouve Kumogakure et Kaminari no Kuni, ils comptent parmi leur rang le Jinchuriki de cette saleté de pseudo dieu à sept queues ? Fis-je dans mon énumération des nombreux problèmes concernant ce plan…
comment ne veux-tu pas que je désigne de venin insipide, une vérité aussi irréalisable que : tu dois agir étant fidèle à toi-même et foncer dans le tas… ? Continuai avant de marquer une courte pause alors que son être reprenait petit à petit entièrement forme.

- Mais… ! Pour le coup, sur un point tu n’as pas tords Shuuhei… je devrais effectivement agir comme la noble que je suis plus souvent… et reprendre les rênes du clan ; elles ont été laissées vacantes beaucoup trop longtemps… Fis-je en faisant de nouveau volte-face alors qu’il était à quatre-vingt-quinze pour cent lui-même… J’ai fini mon deuil d’Hisao après tout… fis-je dans un murmure, me confortant dans l’idée que je devais maintenant laisser sa demeure, comme devait le laisser partir…
Un dernier truc Shuu… Fis-je en levant l’index. … la prochaine fois que tu veux te prendre pour Jashin Sama, il est plus grand, décharné… et il faut du sang… … beaucoup de sang… mais le masque était fidèle… on reconnait bien l’ancien maitre de la forge… Finis-je d’un « Ok » des doigts.

Spoiler:
 

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Achievement_unlock_Shuuhei

_________________
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] True_kuu

Ma Naïveté nous a perdu... ça ne se reproduira pas


Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Ica3

Mother of two beatiful Angels
Spoiler:
 


[ Merci pour les Kits Raikage Sama ! ]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Sam 7 Nov 2020 - 10:06
Une tombe parmi tant d'autres...


- « Désolé pour la pâle imitation, mais je suis pas un fanatique comme toi, heh. Tu me connais et tu sais ce que je pense des réligions. De vastes blagues, tout simplement ! Les seules fois où j’me rendais dans des temples, c’était parce que les mikos étaient mignonnes… »

Un petit rire s’en suivit alors que je me reformais doucement. Lentement. Comme elle pouvait le voir, je n’avais pas encore la pleine maitrise de cette nouvelle forme de pouvoir qui allait me procurer beaucoup davantage, ce que je ressentais au plus profond de moi-même. Ceci dit, à l’instant T, je regrettai énormément le fait d’avoir perdu mon suiton ! Il m’aurait surement permis de la refroidir un peu, surtout avec cette nouvelle compétence qu’elle présentait et qui était tout à fait intéressante. Elle n’avait clairement pas chômé en deux ans, ce qui me confortait dans le fait qu’elle était dorénavant une figure dominante de la sphère politique et militaire de Kumo. De quoi me pousser à l’encourager à aller de l’avant, encore et encore, quitte à jouer le mauvais rôle. Et puis, que ne ferais-je pas pour ce regard qui brillait de mille feux ? Il m’émoustillait très salement, à un tel point que j’étais pas bien loin d’une érection. Son intensité nouvelle et son éclat la rendait plus magnifique que jamais ! L’âge aidait également. Elle semblait être à l’apogée de sa beauté mais aussi de sa force. D’ailleurs, c’était son port altier qui était bien plus intéressant et plus attirant que lorsqu’elle était en manque et troublée par ma seule présence. Plus elle s’avérait inaccessible et plus elle me plaisait. J’étais un gros playeur : avoir ce que je n’avais pas était l’un des dadas favoris. Une tension sexuelle forte et nourrie augurait une bonne récompense à l’arrivée. Aussi allais-je bien jouer avec elle. Petit à petit. Rien ne pressait…

- « Enfin… L’objectif est atteint. Tu as fière allure et tes résolutions sont les bonnes. Le changement ne sera pas totalement effectif du jour au lendemain, mais… »

Alors que je laissai ma phrase en suspens, mon corps reprit sa forme initiale. Plus de masque de jashin ou de parties manquantes… Tout était maintenant en place. Néanmoins, j’affichais quelques brulures à certaines parties de mon corps et ma peau était toute rouge comme écrevisse, preuve que je n’y avais pas rééchappé, malgré ma nouvelle forme. C’était la preuve qu’il allait falloir que je carbure lors de mes entrainements à venir pour retrouver un niveau décent. Là, j’étais faible. Très faible même. Face aux évènements à venir, je n’avais pas le droit d’être un boulet pour Kumo. Mon sens du patriotisme ne s’en remettrait pas. Mon amour propre encore moins. Surtout ça… Mon amour-propre… « Mais c’est déjà une bonne évolution… » Sur ces dires, je levai doucement mes paluches brulées, puis je les posai tranquillement de part et d’autre de son visage que je pris en coupe presque amoureusement. Mon ton était redevenu tranquille, calme, paisible. Il fallait que le plus gros sorte ! Qu’elle se rende compte de l’absurdité de sa stagnation et qu’elle valait mieux que ça. C’était chose faite et je n’en étais pas peu fier. C’est donc avec beaucoup de douceur que je caressai l’une de ses joues tout en détaillant son minois et ses yeux d’un jaune pur. On pourrait bien se poser la question de savoir comment est-ce que je la voyais dans l’obscurité, mais on parlait même plus de pénombre vu comment sa vague de jutsus avait fait logiquement fondre mon dôme du tout au tout. Une femme vraiment effrayante…

- « Pour ce qui est des effectifs de Kumo, j’ai eu l’occasion de voir de mes propres yeux. J’ai croisé un gamin… Yuga qu’il s’appelle. Il était particulièrement sonné par le fait d’avoir été le seul survivant de son unité. Là-dessus, tu marques un point. Un très gros point même… Raizen aura fort à faire, mais tout seul, c’est mission impossible pour lui. »

Sur ces dires, je lâchai son visage avant de me mettre à me fouiller pour trouver mon paquet de clopes, mais ce que je sortis de mes poches n’était plus qu’un truc difforme complètement calciné et couvert de cendres. Un gros soupir s’extirpa de mes lèvres. Elle avait vraiment pas fait les choses à moitié… Mais c’était comme ça à chaque fois qu’elle se débridait. La preuve qu’elle prenait trop sur elle et que des poids s’ôtaient de ses épaules à chaque fois. J’eus finalement un sourire avant de malaxer mon chakra, tranquillement. L’instant d’après, j’aspirai tout le métal autour de nous que j’avais engendré, histoire de ne pas laisser de traces qui inquiéteraient d’autres visiteurs. C’est à ce moment là je crois que j’eus un rictus lorsque je vis les dégâts qu’on avait causé. Ou plutôt qu’elle avait causé dans sa démence. La terre sous ses pieds ressemblait à un véritable brasier. Un moment durant lequel j’étais bien content d’être devenu assimilateur : « T’as du doton pour y remédier au moins ? » Je pointai le sol presque magmatique et la terre retourné dans tous les sens, puis je jetai un coup d’œil aux tombes. Par un curieux hasard, elles n’avaient pas fondu. Était-ce une magie d’itagami ou les matériaux qui avaient tout simplement tenu le coup ? Pour le coup, j’étais bien curieux. Aussi curieux que soulagé, tiens. Recouvrir les tombes environnantes de métal aurait été très chiant et surtout très compliqué à expliquer derrière ; bien que chercher deux ou trois excuses étaient très clairement à notre portée, on s’entend.

- « Mais pour en revenir à ce que tu disais, c’est une bonne chose que tu aies pris conscience de tes responsabilités envers le clan. Ce doit être aussi la même chose pour nos rangs décimés et ça rejoint ce que je disais sur l’exemplarité et le leadership dont tu dois faire preuve. Qui de mieux qu’une veuve temporairement éplorée pour encourager, enseigner et exalter les troupes ? Quand ils verront la détermination dans ton regard et l’effort que tu emploies pour les booster à se relever, crois-moi que tu seras une réelle source de motivation pour la jeune génération… Surtout pour les jeunes prépubères… »

Je pouffai alors de rire. On pourrait croire que je déconnais sur la dernière phrase, mais le pire, c’est que c’était vrai. Si un vioque comme moi était fortement attiré par elle, les jeunes eux, allaient être pâmés d’admiration devant Itagami. Elle était belle, bien foutue, forte, grande gueule quand elle le voulait… Autant de qualités qui faisait d’elle une figure de proue pour cette jeunesse. Mais bien évidemment, elle se faisait doucement challenger par Mairu de ce que j’avais pu entrevoir. Les futures confrontations sur la scène politique allaient beaucoup m’amuser, je le sentais. Un petit kif personnel bien à moi. Bien sûr, j’espérais que la concurrence serait saine puisqu’il en allait de l’unité de notre clan, mais je ne pouvais pas m’empêcher de trépigner à l’idée de voir un véritable choc de générations. Si cela s’était naturellement bien déroulé avec Reiko et moi par le passé, la suite entre ces deux femmes promettait d’être palpitante et pas qu’un peu ! « Bien entendu, je ne compte pas non plus rester les bras croisés, mais avant d’utiliser mon image pour remotiver quelques gamins, il me faut regagner un minimum de puissance. Je serai peut-être amené à quitter le village par moments. » Avais-je vraiment connu les joies de la retraite ? Non, pas du tout… Avais-je fais une croix définitive sur Nora ? Non plus… Mais la recherche de cette dernière était secondaire, bien loin dans ma liste de choses à accomplir. J’eus un pincement au cœur pour cette femme qui m’avait accepté dans mon entièreté. Elle avait été la seconde après la blonde…

- « Mais maintenant, je veux bien entendre ta version des faits et ce que tu sembles regretter. J’ai peut-être des choses à savoir venant de toi-même… ? »

Je pouvais de nouveau être l’oreille attentive. L’épaule sur laquelle elle pouvait se reposer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Dim 15 Nov 2020 - 19:11
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] En_tete_graveyard

À sa question concernant le doton, j’avais simplement détourné le regard, feignant de ne pas avoir entendu en constatant moi-même l’étendue des dégâts ; j’en étais certes une utilisatrice, mais était bien souvent la première surprise en constatant la violence dont pouvais faire preuve ce Kekkei… à force de le pratiquer il s’était mêlé à mes gènes pour lentement mais surement devenir mien et mien uniquement, seulement… vu que contrairement à kinton ce n’était pas quelque chose avec lequel j’étais née, mon contrôle dessus ripait parfois et mes émotions prenaient très facilement le dessus sur la température que je dégageais…
Pour ce sol… je ne pouvais faire grand-chose, me contentant de jeter des regards en biais sur celui-ci, constatant quelques fêlures ça et là sur certaines pierres tombales qui miraculeusement avaient survécus à la hausse de température, je continuai de feindre l’innocence en écoutant toutefois ce que Shuu avait à me dire concernant mon comportement et mes dires concernant l’état pitoyable du village. Ce sujet de nouveau sur le tapis, mon regard se posa sur le groupe de nouvelles tombes qui en un rien de temps avaient peupler ledit cimetière… tous ces gens partis avec what milliards de regrets, en en créant au moins autant d’autres de par leur départ… leurs familles, leurs proches, leurs amis…

- Hooooo non Shuuhei… toi comme moi savon très bien om seront vissés les yeux de cette fameuse armée de prépubères dont tu parles… fis-je en me retournant croisant les bras sou mon buste pour le désigné comme, un point d’attention… difficilement manquable… à la longue ce genre de regard devient pénible… on s’y habitue oui, d’autant que les gens finissent par se rendre compte de leur attitude… mais de jeunes ados… poussant un soupir en levant le regard vers le ciel, je remis mes mains en poches.
Lorsqu’il avait pris mes joues, j’avais baissé la température au possible, mais surtout détourné quelque peu le regard, Shuu me connaissait, il me connaissait mieux que quiconque, il existe encore des parties de moi que je lui cache, mais il n’en restait pas moins la personne qui avait passé de longs moments à mes côtés et appris à ne serait-ce que savoir comment mes chaires fonctionnaient et pour ça… je préférai éviter de lui laisser trop de marge de manœuvre. Tant que cette attention restait platonique, je jouai plus ou moins le jeu, mais j’avais déjà flanché une fois et ne voulais en aucun cas que cela se reproduise. M’enfin il avait beau être qui il était, il n’allait pas s’y essayer dans un cimetière quand même…

- Mais concernant le clan… oui, il faut que j’attèle à prendre les choses en main... En réalité, je gagnais du temps, je ne voulais pas vraiment encore avoir à parlé de l’élément dont je m’incriminais le plus, mais ne serait-ce que parce qu’il avait fait l’effort de demander malgré son je-m’en-foutisme général, je m’accepter à en parler… une fois de plus. Levant le regard au ciel, cherchant les mots qui saurait le mieux décrire ce que je ressentais.
tout à l’heure, tu me parlais de tes actions à Hi, de leurs conséquences et que quelque part tu te sentais cette part de responsabilité pour le nombre de corps qui étaient nés de ta vengeance personnelle… plusieurs centaines de personnes y ont perdu la vie, mais comme tu le dis, en tant que Shinobi c’est littéralement notre métier… faucher des vies… commençais-je le regard tourné vers le village. l’échelle s’arrête à ces deux villages, une partie de leur population… et les quelques malchanceux qui ne faisaient que passer, mais ont été pris dans ce carnage… c’est vrai, ça fait un sacré paquet de victimes, assez pour que tu te dises qu’il est difficile de faire pire… fis-je tranquillement en relevant le regard vers lui…

tu n’es pas sans savoir que la résonnance à frapper absolument tout le Yuukan ? Voir tout le globe… il n’y a pas une parcelle de ce monde qui a été épargner par cette chose… les victimes de cette onde se comptent en milliers Shuuhei, peut-être même en millions… continuai-je de cette voix certes beaucoup moins abattue et monocorde qu’il y avait deux ans, mais de clairs soupçons de mes actes étaient encore distinguables dans mon ton.
Tu y as fait ce que tu avais à faire en pleine connaissance de cause, ce n’est que sur ce plan-là que nous sommes tous deux différents, parce que de mon côté, même si c’était sans véritablement m’en rendre compte, j’ai grandement participé à la réalisation de ce plan de l’homme au chapeau… leur fournissant un élément essentiel dans al réalisation de ce projet morbide… finis-je enfin. et non, je ne peux pas me cacher derrière des je ne savais pas… om des « ce n’est pas de ma faute » le résultat reste bel et bien là… je fais partie des quelque individu qui t-on transformé en statue en on fait muter d’autre et tué bon nombre d’entre eux sur le coup… ton carnage est à l’échelle de deux villages Shuuhei… mon pêcher lui… à l’échelle mondiale… je crois bien pouvoir déprimer un peu sur le sujet… … … non ? Sachant que je suis tout aussi coupable de la mort d’Hisao que de la tienne présumer… je me rappelle encore de ce que j’avais ressenti le jour où je l’avais compris.

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Itagami_Yandere_eyes

Mon cœur s’était déchiré, j’avais voulu hurler, mais ne pouvais le faire, m’enrager, mais contre qui sinon ma propre stupidité, bruler une fois de plus ce monde dans ma hargne, mais me rendait compte que… d’une manière ou d’une autre c’était déjà fait. Me rendant compte que, mes mains étaient pleines du sang des pères de mes filles… comment diable pouvais-je même les regarder en face ? Bref… donne-moi encore un ou deux jours ; le temps que je finisse mon deuil… je devrais être totalement d’aplomb pour la seconde réunion de clan… Fis-je dans un léger soupir.
Spoiler:
 

_________________
Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] True_kuu

Ma Naïveté nous a perdu... ça ne se reproduira pas


Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Ica3

Mother of two beatiful Angels
Spoiler:
 


[ Merci pour les Kits Raikage Sama ! ]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ] Empty
Mar 17 Nov 2020 - 9:39
Une tombe parmi tant d'autres...


- « Mhh… Je vois. Personnellement je ne t’en veux pas. Et je ne pense pas non plus qu’Hisao t’en voudrait en vérité. Et puis c’est plus ou moins involontaire. M’enfin bon… »

Il y avait pas mal de points sur lesquels je voulais revenir. Le côté plus ou moins involontaire de sa fameuse gaffe, le fait que personne ne savait réellement si Hisao était vraiment mort etc… Mais il était inutile de vouloir avoir raison ou plutôt de remuer le couteau dans la plaie. Je ne pouvais plus rien faire en l’état. Plus rien. Et puis, maintenant que ma partition était jouée et que j’étais plus ou moins sûr qu’elle allait définitivement s’en remettre (elle s’était après tout donnée quelques jours pour définitivement passer à autre chose), je n’allais pas insister lourdement pour tout gâcher. Si elle reprenait contenance et des couleurs, c’était tant mieux. A la fois pour son épanouissement personnel et à la fois pour le village. Et puis, avec la puissance dont elle venait de faire preuve, il était clair qu’elle ferait surement des étincelles sur un champ de bataille ; et qu’elle devait être bien connue à l’international maintenant. On était loin de la jeune chunin qui avait encore des insécurités ou qui se laissait aller par ses mauvais penchants. Deux ans et quelques expériences traumatisantes, ça vous change clairement une personne, ce qui m’arracha alors un sourire. Un gros sourire bien moqueur comme il faut puisque…

- « Les gros nichons, c’est une sacrée source de motivation, même si j'ai jamais vraiment compris pourquoi… Enfin, où est le mal si tu t’en sers pour le bien de la plus grande génération ? »

Puisque je n’avais pas pu m’empêcher de rebondir sur ce point cocasse. Oui parce que motiver des gosses en chaleur pour qu’ils puissent se donner à fond et devenir des hommes, c’était pas une mauvaise idée en soit. Cela relevait bien évidemment d’une bonne dose de manipulation, mais était-elle à ça près, eu égard des péchés dont elle semblait se morfondre depuis bientôt deux ans ? Moi j’y voyais que du bon… Et évidemment un bon filon pour me marrer, on se refait pas ! Fallait avouer que j’avais jamais compris l’entrain des hommes pour les gros loloches, même si toutes mes compagnes, presque sans exception, avaient été pourvu de grosses paires. Nora et Itagami étaient les exemples les plus délirants en la matière ! « Mais plus sérieusement… J’pense pas que tous les gosses se focaliseront sur ça, si tu vois c’que tu veux dire. Le désir de progresser pour éviter que Kumo ne sombre encore surpassera tout chez beaucoup. Le tout est justement de savoir raviver la flamme… » Sur ce constat, j’arborai une mine non pas forcément sérieuse, mais plutôt réfléchie. Au-delà de se pâmer d’admiration devant les formes de la blonde… J’étais persuadé que pas mal de jeunes verraient autre chose de mieux. De plus flatteur…

- « Et c’est un peu une condition sine qua non si tu vises les sommets. Tu penses que faire de la politique, c’est seulement prendre des décisions de guerre ? Tu serais bien étonnée de voir tous les aspects que tu devrais gérer si jamais tu venais à remplir un rôle plus grand. Enfin… J’dis ça, mais t’as eu une vague idée de la gestion en étant à la tête de la raffinerie, non ? D’ailleurs, en parlant de ces deux sujets… »

Je marquai une pause. Une courte pause, un peu brusquement d’ailleurs. Cette fois-ci, mon air fut plus ou moins sérieux. C’était un sujet moins fâcheux que son erreur à l’échelle mondiale comme elle l’avait défini, mais un sujet tout aussi important, voire même épineux. Puisqu’on abordait les sujets qui fâchent, bien qu’on discutât dorénavant à tête reposée, notre entrevue ne pouvait se terminer sans cet autre point noir. Bien qu’on m’avait plus ou moins touché un mot sur l’histoire, je voulais très clairement connaitre sa version pour avoir une idée globale qui me permettrait d’évaluer objectivement le problème sans avoir à prendre parti. Je l’aurais fait si elle avait été en froid avec un étranger, mais il s’agissait bien d’un autre membre du clan, de notre famille… « Il s’est passé quoi avec Mairu en vérité ? Et même… Y’a pas mal de mal de jeunes qui la suivent il parait… » Il faut dire qu’en deux ans, il n’y avait pas eu qu’Itagami qui avait changé. La gamine à la peau mate avait également grandi dans tous les sens du terme. Son gain de pouvoir faisait d’elle une figure de choix chez les Metaru et le fait qu’elle ait intégré les hautes sphères du gouvernement de Raizen en disait long sur la dimension qu’elle prenait tout doucement…

- « Être chef de clan, ça s’improvise que peu, t’sais… Si t’arrives pas à fédérer la génération qui nous talonne, autant dire que t’es dans la merde, ma grande… »

Enoncer les évidences n’était parfois pas vain…
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465

Une tombe parmi tant d'autres ... [ PV Shuuhei ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: