Soutenez le forum !
1234
Partagez

Voyage n°2 du Marchand de guerre

Le Marchand de Guerre
Le Marchand de Guerre

Voyage n°2 du Marchand de guerre Empty
Jeu 5 Nov 2020 - 20:10
Le marchand des terres enneigées venait de quitter le Pays du Feu pour explorer le pays du commerce où fleurissaient moults opportunités. Il avait ouï dire qu’un développement maritime était en cours et que le pays était destiné à s’ouvrir à l’extérieur grâce au support des ninjas de la Roche, il était intéressé d’en savoir plus afin de vendre certains de ses articles de choix qu’il avait forgé de lui-même, des armes dont le savoir-faire lui était transmis en affinant ses compétences au fil de ses voyages.

Traversant le fameux canyon de Tôkuhama, point de passage obligé pour les caravanes marchands, il fut d’abord frappé par la profondeur du creux sédimentaire dans lequel coulait la rivière. Il fit étape au village du nom de Valicca, afin de s’y poser quelques jours et proposer ses services aux citadins qui seraient intéressés par des armes plus exotiques que celles que l’on propose généralement à Tsuchi. C’était aussi là l’une des richesses du commerce ambulant, de pouvoir découvrir des choses nouvelles mais aussi de proposer des armes venues d’ailleurs.

L’attractivité du village commerçant lui permettait de bénéficier d’une certaine visibilité qu’il n’aurait jamais espéré avoir dans le désert glacial de Yuki, il n’avait jamais vu un tel afflux de clientèle devant sa forge, ce qui lui demandait bien plus d’effort pour compléter ses commandes. Malgré la forte sollicitation de ses services, il put faire de bonnes affaires, acheter et vendre des armes en tous genres, quoique le négoce n’était pas vraiment sa tasse de thé. Il avait l’oeil pour reproduire les armes à l’oeil nu, et à la quasi-perfection, c’était un talent qu’il avait découvert après avoir pris sa retraite des champs de bataille…

Ce jour-là était le dernier avant que l’aveugle ne plie bagage et poursuive son voyage dans un autre pays, comme chaque jour il avait étalé les armes invendues de la veille ainsi que celles qu’il venait de forger… Des épées particulièrement courbées qui avaient l’air d’intriguer bon nombre de visiteurs, ainsi que des arcs yumi qu’il avait acheté auprès d’un marchand de Tsuchi. Plus récemment, il s’était procuré une arme rare, un katana rangée dans son fourreau et délicatement posé sur son présentoir, attirant la curiosité de beaucoup: la lame brillait à l'approche des ninjas.

Si d’aucuns s’attendaient à une arme banale, il s’agissait en vérité d’une arme capable de ressentir le chakra. Même si c’était quelque qui pouvait sembler presque anecdotique dans le monde shinobi qui ne cessait de gagner en ampleur, les âmes solitaires et les rônins pourraient y trouver leur bonheur.


Choses à savoir:
 

Ce que propose Le Marchand de Guerre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Voyage n°2 du Marchand de guerre Empty
Jeu 5 Nov 2020 - 20:40
Valicca. Un village insignifiant pour certain - pas pour Toph qui avait autrefois mené une mission dans ce coin. Une mission pour pacifier des brigands. Elle les avait pacifier... et les avaient tous embauchés à Iwa. Elle y avait gardé de bons contacts, et lorsqu'elle ouï dire qu'un forgeron d'une rare maitrise était dans les parages... elle s'autorisa une petite virée shopping.

L'Homme était aveugle. Pourtant, ses armes étaient d'une facture excellente, et l'une, en particulier, lui faisait de l'oeil. Un katana dont se dégageait une aura mystique. Elle brillait quand la kage s'en approchait. Etrange matériau, pour une bien étrange réaction. Mais ce n'était pas tout. L'Arme avait tout d'une création passionnée... d'un passionné et véritable maitre en la matière. Il n'y aurait pas de question supplémentaire.

Une bien belle arme. Je n'en connais pas le métal mais je reconnais un travail passionné. Je vous la prends.

Ses yeux brillaient d'un intérêt rare. Tout dans cette arme lui plaisait. Elle y ressentait une maitrise et quelque chose de plus... s'en dégageait. Quelque chose qui appelait la Godaime Tsuchikage. Et puis après tout, pourquoi pas ? Avoir un sabre de cette qualité était quelque chose que quelqu'un de son grade pouvait prétendre, malgré ses faibles compétences en kenjutsu.

Oui, cela le ferait.

Elle avança la somme requise - capable même de donner plus que cela. Elle avait été riche depuis sa naissance, mais la capture de Deku et les quelques contrats qu'elle avait effectuée l'avait mis hors du besoin depuis bien longtemps. Il n'y avait manqué qu'une occasion pour dépenser tout ces ryos accumulé. Et l'occasion se présentait maintenant. La Hyûga n'avait néanmoins pas terminée avec ce marchand de guerre. Elle le toisa de ses yeux perlés.

A tout hasard, seriez-vous intéressé par un partenariat avec Iwa pour reforger... un artefact ? Ou pour faire des affaires avec iwa de manière plus régulière ? Notre pays est doté de nombreux marchands qui pourraient vous relayer des achats par correspondance.

Si l'Homme était forgeron, elle serait intéressé par ses capacités. S'il était surtout marchand... elle était aussi intéressé, et sans doute que ses iwajins le seraient aussi. Les siens avaient tous des talents de négociateurs né, un apprentissage forcé par les marchand sauvage d'Iwa et de tout Tsuchi. Tout le monde avait cela dans le sang, dans le coin. Acquérir des biens à distance était presque une seconde nature.

Alors pourquoi pas en profiter pour tout son pays ? Ils en auraient bien besoin contre l'Homme au Chapeau.
Spoiler:
 

_________________
Voyage n°2 du Marchand de guerre Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

Voyage n°2 du Marchand de guerre Empty
Jeu 5 Nov 2020 - 20:51
Le Hyûga comme à son habitude ces jours-ci, parcourait parfois les terres de Tsuchi no Kuni afin de se rendre vers les lieux où se tenaient les entreprises Hyûga de son père. L’une d’elle fonctionnait depuis des années et offrait des débouchés dans le village de Valicca. Ce village était une nouvelle plaque tournante du business tsuchijin, un véritable havre du commerce et de l’import-export. Là, la famille avait à sa disposition une boutique contact. Elle servait surtout à des négociations commerciales avec les autres entreprises ou commerçants itinérants de la place.

Tsuyoshi y était arrivé tôt le matin. Il était bien entendu allé faire un tour « chez lui » afin de constater que tout allait bien. Les remous du déplacement de bien avaient ralenti légèrement leur activité de prime abord, mais en ayant trouvé refuge entre autre à Valicca, les affaires se portaient à nouveau de mieux en mieux. Seule ombre au tableau, la situation critique entre le pays de la Terre et celui du Fer. Mais ce ne serait que partie remise avant qu’un terrain d’entente ne soit trouvé. Tsuyoshi ferait de son mieux pour apaiser la tension dès qu’il en aurait l’opportunité. Après tout, il jouissait d’une position intéressante au conseil iwajin quand bien même sa liberté et ses prises de positions parfois différentes de la Godaime pouvait lui valoir de ne pas être suivi.

Dans Valicca régnait une atmosphère particulière. Rapidement, dans ce hameau marchand, après les premières salutations, l’information selon laquelle un étranger était présent parvint à ses oreilles. On lui raconta que ce dernier vendait des armes intéressantes, en plus d’être un voyageur itinérant. Une mine d’information donc, peut-être quelqu’un qui en saurait beaucoup sur ce qui pouvait se passer en dehors des frontières de la Terre.

Tsuyoshi se rendit chez le marchand sans tarder. Activant son Byakugan, il put le repérer sans mal d’après les indications qui lui furent données. Dès qu’il arriva il ne put s'empêcher d'exprimer sa surprise. Devant lui, se tenait la Godaime en personne. Il eut un rictus... Rien n'échappait à la gosse.

_ Godaime... Je suis surpris, que faîtes vous ici ? Puis son Byakugan aidant, il put lorgner quels achats la Hyûga avait pu faire. A priori, elle avait payé une lame dôté de chakra. Le Hyûga regretta de n'être pas arrivé plus tôt. Alors oui, il n'était pas samouraï, mais il n'était pas nécessairement nul en maniement de lame. Eh oui !

_ Salutations vieil homme ! Je m’appelle Hyûga Tsuyoshi, membre du conseil iwajin… Il marqua une courte pause laissant éventuellement le temps à l’inconnu de se présenter pour peu que son caractère ou que son côté commercial le dicte de le faire, autrement, il poursuivit :

_ Je vois que vous avez de bien belles armes dont une avec du chakra… Mais je me suis fait doublé par plus rapide que moi finit-il par dire en rigolant sincèrement. Son regard s'intéressa aux autres lames présentes sur l'étalage. Il en prit une au hasard et l'observa dans le détail tout en semblant s'intéresser à sa nature ou plutôt à son alliage.

_ Vous les forgez vous-même ces lames ?

Intrigué, il attendit les premières réactions du marchand.

_________________
Spoiler:
 


Voyage n°2 du Marchand de guerre 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Le Marchand de Guerre
Le Marchand de Guerre

Voyage n°2 du Marchand de guerre Empty
Mar 17 Nov 2020 - 22:15
Parmi les stands de marchandises allant de produits de luxe à outils ninja qui se trouvaient à Valicca, celui du Marchand de Guerre se démarquait par la qualité de l’ouvrage et la diversité des armes inspirés des artisans de tous les pays, ce qui lui permettait finalement d’être un forgeron capable de proposer aussi bien des lames de grande finesse que des armes lourdes d’une grande robustesse. Il ne fut pas déçu par la clientèle locale de Tsuchi puisque le canyon de Tôkuhama était un lieu de rencontre très fréquenté par les marchands et visiteurs traversant le pays, il n’était donc pas rare de tomber sur des acheteurs à la bourse bien rebondie et à l’affût des meilleures affaires. Car si ce marché réputé attirait beaucoup de clients riches, il était aussi le lieu de visite d’experts tels que des shinobis du village de la Roche.

Frappant de plusieurs coups de massue la lame rougeoyante qu’il venait de porter sur l’enclume, le forgeron semblait extrêmement concentré dans son travail si bien qu’il ne semblait pas intéressé au premier abord par la venue des nombreux clients devant son comptoir. Tandis que certains se décourageaient ou tentaient d’interpeller le géant tatoué aussi baraqué qu’un gorille, d’autres attendaient patiemment que celui-ci mette finalement de côté l’arme qu’il était en train de concevoir et vienne à leur rencontre, dévoilant alors des pupilles privées de toute vision. Une fois à la hauteur des deux nouveaux clients dont l’un n’était autre que la Godaime Tsuchikage, il observa une pause de quelques instants avant de lui répondre simplement:

« 3 millions de ryôs. »

Après quoi il ouvrit la paume de son autre main afin d’accueillir les billets et céder sa précieuse épée à la gamine. Cette dernière ne s’arrête pas à cette transaction et fut curieuse de savoir si le marchand était intéressé de travailler pour le compte d’Iwa dans la fabrication d’armes. Une mue réflexive se dessina sur le visage du forgeron qui considéra la proposition l’espace de quelques secondes, mais il décida finalement de refuser:

« Non. Je suis indépendant et je voyage dans le monde pour améliorer ma technique. Pas de matériel ni connaissance pour reforger ce type d’arme. Arme trop puissante. Mais frais de fabrication suffisants, je peux essayer pour 5 000 000 de ryôs. Pas de garantie. »

Il ne maîtrisait pas vraiment bien la langue commune, pour avoir vécu au pays des barbares où les hommes parlaient davantage avec les poings qu’autre chose. Néanmoins, son ouverture d’esprit et ses voyages lui avaient permis de s’acclimater à chacune des cultures, passant de guerrier barbare à marchand ambulant. L’autre Hyûga, portant les mêmes pupilles blanches parut intrigué par l’expertise du forgeron lequel ne semblait pas impressionné par son titre mais seulement intéressé par son porte-monnaie:

« Certaines, oui. D’autres j’achète et je vends. Tu achètes? »




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Voyage n°2 du Marchand de guerre Empty
Ven 20 Nov 2020 - 21:58
Tsuyoshi était étrangement également intéressé par les armes du forgeron. Etrangement, car le Hyûga était considéré comme excellent Taijutsuka, mais de mémoire n'avait aucune réputation en tant que manieur de lame. Les deux domaines n'étaient à proprement parlé pas des existantes contredictoires, mais elles demandaient néanmoins suffisamment d'implication et de dévotion pour que cela soit l'exception plutôt que la règle.

Toph avait fait ce choix, elle-même.

Le forgeron refusa une association avec Iwa. C'était dommage mais elle ne pouvait pas lui en voulait. Elle n'était pas du genre à exercer sa volonté de manière tyrannique, quoi qu'en disait certains. Il était libre de ses propres choix et décisions, et quelque part, c'était déjà une bonne opportunité pour Tsuchi qu'il se soit décidé à venir dans le coin. Une bonne opportunité pour Toph aussi, même si sa bourse semblait déjà plus légère, et qu'elle risquait complètement de se vider.

Le Forgeron proposait en effet de faire une tentative de reforger l'Artefact pour cinq millions de Ryos. C'était une somme colossale, pour le commun des mortels. Toph pouvait néanmoins se le permettre. Et si cela pouvait permettre à ses ninja déjà forts occupés de se passer d'un voyage à Kumo... Et bien, cela n'était pas un prix si cher à payer, malgré toute l'incertitude. Un prix qu'elle était prête à payer à Iwa, car cet artefact pouvait donner un avantage non négligeable, surtout si sa puissante était aussi promettante que le Forgeron avait l'air de prédire.

Elle sortit sa bourse, en garda qu'une maigre portion, avant de tendre le reste à l'avide marchant.

Hmm très bien. Voici le paiement. Je te ferais venir l'artefact aussitôt que possible.

Toph s'inclina respectueusement devant l'Artisan. Elle jetta un coup d'oeil à son cousin, et le salua à son tour, avant de partir, un nouveau sabre à sa ceinture. Le cinquième de sa collection. Il était intriguant, même si sa capacité n'était pas extraordinaire en soi, elle était belle et bien rare, et serait sans doute une bonne façon de ne pas toujours devoir garder son Byakugan activé. En voyage, ou lors de moment de repos, cela serait une précaution supplémentaire contre des tentatives d'assassinat.

Des Yokaï, elle en trouverait bien sur sa route.

Una. Ketten. Le Chapelier. C'étaient là ses trois cibles prioritaires.
Spoiler:
 

_________________
Voyage n°2 du Marchand de guerre Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Le Marchand de Guerre
Le Marchand de Guerre

Voyage n°2 du Marchand de guerre Empty
Sam 19 Déc 2020 - 0:47
La femme aux yeux argentés lui répondit sans sourciller à la proposition du marchand qui ne lui offrait aucune garantie quant à la réussite de la réparation de l’artefact, mais qui acceptait tout de même de prendre ce pari risqué. Cinq millions de ryôs quittèrent donc la bourse de la jeune cheffe du village de la Roche pour partir dans la main du négociant d’armes dont le talent n’avait que d’égal que son sens des affaires, il ferme alors ses gros doigts noircies à force de forger sur les billets avant de les ranger avidement dans sa poche, laissant apparaître un mince sourire en coin sous sa barbe grise. Il se tourne en silence en prenant les deux parties de l’épée tendues par son interlocutrice avec bien plus de précaution cette fois, et en les inspectant avec ses doigts méticuleux — à défaut de pouvoir l’examiner de ses yeux privés de lumière, analysant la matière aussi bien que les dimensions de l’arme. Il ne faisait aucun commentaire quant au travail fourni par le fabricant de l’artefact mais on pouvait tout de même apercevoir dans son silence et dans son visage décrispé une certaine admiration d’avoir entre ses mains une telle œuvre d’art. Il était rare pour un forgeron, même aussi talentueux que lui d’avoir affaire à une arme aussi exceptionnelle et composé d’une matière aussi précieuse, complimentée par un savoir-faire unique au monde.

« Arme vivante. Âme brisée. Je vais réparer l’épée mais pas sûr que l’âme soit complètement restaurée. »

Glissant une dernière fois ses doigts sur la lame du katana séparée de son manche, son index touche les contours de l’arme en essayant de le visualiser dans ses moindres détails pour finalement déposer délicatement l’épée sur son plan de travail, sortant ses outils un à un comme pour procéder à une opération chirurgicale. Il commence par sortir un chiffon de sorte à nettoyer la lame jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement étincelante, puis à l’aide d’une pierre se met à polir l’acier de sorte que l’arme retrouve son tranchant. Il se tourne ensuite vers les braises de sa forge qui commencent à s’éteindre et ranime la flamme à l’aide d’un éventail, après quoi avec une pince il place l’acier à l’intérieur de manière à la chauffer et permettre à l’arme de retrouver une forme plus droite et enlever le reste des impuretés.

Refroidissant la métal après l’avoir chauffé, il procède à l’étape de la reconstitution où il tapote ses doigts sur le pommeau aux losanges dorés, soufflant sur les scories qui se sont accumulées autour du morceau de métal brisé dépassant du manche et le chauffe également dans les braises avant de le sortir, place ensemble des deux pièces et commence à user d’un marteau. Frappant à plusieurs reprise sur les deux parties de l’épée collées l’une à l’autre, des étincelles et un bruit de tonnerre se produisent à chaque coup, les personnes présentes constatent avec stupéfaction la lame retrouver sa forme originelle, presque comme par magie, tandis que les shinobis témoins du phémonène pourront ressentir une énergie familière émaner lors de l’opération: du chakra. Qu’il se dégage du corps de l’artisan ou de l’arme sur laquelle il travaillait, votre corps était parcouru de frissons.

Comme si vous assistiez à la résurrection d’une force mystérieuse et supérieure, des heures paraissant des journées s’enchaînent jusqu’à ce qu’enfin, la sueur dégoulinant de tout sa peau tatouée, son regard quelque peu absorbé de sa vitalité après avoir dépensé autant d’énergie à reconstituer l’arme, il la dévoile à son client avec une pointe de fierté logée dans le fond de ses pupilles brunâtres. Sa musculature engourdie par les mille coups de marteau donnés, il restitue l’épée dans un état insoupçonné, l’arme avait retrouvé une apparence neuve et brillait au reflet du soleil. Vous remarquez aussi au niveau des doigts du forgeron quelques brûlures qui ne semblent pas vraiment le déranger, mais qui n’étaient pas encore présentes lorsque l’épée lui fut remise. Il ne peut donc s’agir que de brûlures reçues lorsqu’il a tenté de réparer l’arme de laquelle émane une aura électrique.

« Fini. J’ai fait ce que j’ai pu. Faites attention quand vous touchez à la lame. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voyage n°2 du Marchand de guerre

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre :: Canyon Tôkuhama
Sauter vers: