Soutenez le forum !
1234
Partagez

Voyage n°5 du Collectionneur

Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Jeu 5 Nov 2020 - 23:58
Dans la jungle d’Hayashi no kuni, l’albe chevelure ne fut pas discrète très longtemps au milieu des feuillages verts et résineux ; tant qu’on eut dit qu’une pâle luciole de neige flottait là elle n’avait aucune raison d’être. Devançant un âne qui tirait derrière lui toute une charrette de précieux objets, la splendide madone marchait en toisant un théâtre de verdure qui se trouvait être un carrefour important pour tous les vagabonds qui foulaient les sentiers du Pays du Bois. Vêtue d’une chemise froissée d’un blanc aussi pur que pouvaient l’être ses cheveux détachés tombant sur ses épaules, elle se figea en tentant de trouver deux troncs assez épais pour pouvoir y étendre ses banderoles et son campement de fortune.

Sur la route qu’elle avait parcourue, elle avait laissé traîner quelques écriteaux pour signaler sa présence mais elle se rendit compte que la chose ne suffirait sans doute pas à attirer une clientèle digne de ce nom ; heureusement, elle avait devancé son problème en précédent sa venue de plusieurs tracts publicitaires qui lui semblèrent de bon aloi, d’autant que ses recettes n’étaient au meilleur de leurs formes. Elle dût, une fois l’endroit propice choisi et pour s’emparer de son étalage, détacher son compagnon gris des lanières qui le maintenaient aux deux barres parallèles en avant de son magasin mobile ; elle l’attachât sur l’un des troncs qu’elle avait choisi pour installer son camp sommaire. La cale supérieure bâchée qui protégeait ses biens se révéla en fait être un vaste plateau qu’elle put rabattre de sorte à former une large étale.

S’emparant alors de plusieurs piqués, elle tendit des toiles depuis les deux arbres épais et formât ainsi une sorte de tenelle à l’intérieur de laquelle elle démarra un léger feu, depuis lequel elle fit bouiller de l’eau. Déballant tout son matériel, elle sortît un lot de tasse de thé ainsi que plusieurs récipients, des bijoux et des onguents de toutes sortes, et enfin, parmi ce qu’il y avait de plus précieux, ses rouleaux et ses armes ; ce qui se vendrait le plus facilement. Bientôt, terminant de dérouler de larges banderoles, elle donna l’impression d’avoir toujours vécu ici : l’étale était si bien élaborée qu’elle se dotait de plusieurs parties, la première concernant les objets de luxe, la seconde la maroquinerie et les philtres, la troisième les armes et les rouleaux, et enfin la quatrième qui donnait sur une sorte de maison de thé improvisée, avec trois tabourets qu’elle avait placé sur sa gauche. Tout un espace de collections diverses, pour une virtuose dans l’art du négoce.

Au loin, la foule commença à arriver ; des étrangers et des hayashijines arrivaient pas petits groupes pour venir découvrir les propositions du Collectionneur ; qui songea, l’espace de quelques secondes, aux dernières affaires qu’elle avait pu faire à Kumogakure.

« J’ai tout ce qu’il faut pour vous satisfaire, que vous soyez d’ici ou d’ailleurs, mais il existe une règle de convenance à bien respecter… »

Fit-il en montrant une mine menaçante.

« … on ne touche qu’avec les yeux. »


Choses à savoir:
 
Ce que propose le Collectionneur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shinkao Ryujin
Shinkao Ryujin

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Mar 2 Fév 2021 - 13:51
- Comme un air de parenté … C’est rare.

Rencontre bien intrigante que ce fut-ce là, nimbée dans une similarité physique des plus étonnantes entre les deux personnages, traits que l’on ne rencontrait pas si souvent à travers le Yuukan. Chevelure immaculée d’un blanc pur et des yeux investis d’un doré semblable au reflet du soleil sur le sable de Kaze. Tant pour Gyuren que pour cette marchande mystérieuse. Comme tous les autres Hayashijines, lui aussi avait reçu l’une de ces tracts avant de songer aux bénéfices qu’il pouvait en tirer.

Mais contrairement aux autres civiles et priants qui composaient ce petit regroupement exotique, le gardien sacré n’était pas vraiment là pour l’or ou les possessions charnelles, ni dans le but de s’enrichir d’ailleurs. Sa cause s’avérait plus noble et métaphysique, ancrée sur la moindre parcelle de sa tenue, loin des standards cardinaux de cette cité. Un genre de mercenaire plongé dans la pratique d’arcanes ancestrales voir ésotériques destinées à préserver l’équilibre de ce monde.

- Jolie boutique. Mais ma requête sera un peu différente, peut-être déroutante. Ni d’or, ni d'argent.

Un petit instant, investi d’un silence presque religieux, notre homme sortit rapidement un document avec un insigne particulier, justifiant son statut de gardien de l’ordre cardinal et de ses temples à travers le monde, si celle-ci connaissait. Cela prouvait en quelque sorte la bonne foi de sa quête, sa noblesse et éventuellement le bénéfice moral que ça impliquait.

- Aurais-tu quelconque document, livre, recette ou autre chose sur l’art des remèdes et le Rentanjutsu ? Ou plus précisément … Un remède pour guérir les effets de la Résonance ?

Cette évocation pouvait évidemment réveiller de vives douleurs enfouies quand à la perte de proches ou la simple vision de cette catastrophe qui avait ébranlé le monde. Depuis un moment déjà, Gyuren parcourait les pays pour dénicher la moindre piste ou la moindre connaissance à ce sujet, en vain. Trop complexe, trop fondamental comme principe. Peut-être qu’elle par contre, de ses voyages et transactions, disposerait d’une aide à ce sujet.

- Je ne m'attends pas à grand-chose. Mais beaucoup de personnes ont besoin de ce remède.

Le protecteur de l’ordre n’était pas du genre à épiloguer longuement ni apporter de grandes explications sur les projets qu’il poursuivait. Son regard et l’expression de son visage faisaient office de vecteur pour traduire l’importance et la nécessité de sa requête, bien que beaucoup avaient déjà tassé et assumé les dégâts produits par cet événement.

Saurait-elle lui apporter quelconque lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11865-shinkao-ryujin-the-beast-termine
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Ven 5 Fév 2021 - 14:12
Des heures, c'est ce qu'il fallut à l'exilé pour se frayer un chemin dans la jungle. A bras le corps, il avait dû escalader des crêtes, s'enfoncer dans la mousse, traverser des torrents et s'ouvrir des sentiers à coups de machette. Las de cette aventure, il avait enfin réussi à rejoindre le commun des mortels au travers de cette route dessinée à même les pas.

Son objectif ? Le collectionneur, le sujet du prospectus qu'il tenait entre les mains. Pourquoi ? Des histoires de ryôs et autres choses. Acclimaté au délicat touché des biffetons et au jaune morlingue de l'or, il savait que trop bien que la bonne ressource dans la bonne poche ouvrait bien des portes et orientait vers les bons chemins.

C'est donc anonyme sous l'ombre réconfortante de sa capuche qu'il rejoignait l'étalage de la nivéenne demoiselle, ne manquant pas de lorgner sur les râteliers et autres présentoirs tandis qu'il se positionnait un poil derrière celui qui semblait être son premier client.

D'un prompt et furtif regard, il identifiant les deux interlocuteurs, ne manquant pas de prêter également l'oreille au discours du Moine et à la réponse de la nivéenne.

Marquant d'un pas son intervention, son attitude, sa voix et sa politesse marquait là son respect à l'égard des deux protagonistes :
"Hajimémash'té, veuillez pardonner ma discourtoisie, Gardien. Il n'est pas simple de croiser votre route, Madame."
Dégoupillant une lourde besace qu'il tenait à sa taille, il la tendait à la demoiselle tout en tirant de plus belle le bout de son capuchon par précaution. D'un sceau, il laissait également apparaître sur un pan libre de l'étal une armure singulière inspirant la méfiance.
"J'ai là quelques articles qui, je pense, sauront trouver un intérêt pour la sagace marchande que vous semblez être."
S'approchant de la bourrique de la demoiselle abattue par le dur labeur de transporter autant de fret, il se laissait aller à quelques caresses sur son chanfrein et sa crinière avant de retourner son regard dissimulé sur la boutiquière.
"J'imagine que 29 millions de ryôs ne serait pas trop demandé pour tout ce lot. Sachez néanmoins que j'ai toujours préféré la négoce à la simple vente. Nous pouvons réduire de quelques millions la transaction si vous avez dans votre charrette un équipement rare qui pourrait correspondre à l'art du Kugutsu ou de l'infiltration, un artefact ou encore une information qui pourrait me mener à un d'eux."
Cajolant le baudet de quelques affections sur le bout du museau, il espérait bien que cette journée se montre fructueuse.
"Quant à vous Maître-Moine, je suis curieux de savoir qu'est-ce qui pourrait bien vous amener en ces contrées hostiles. Si je puis me montrer d'une quelconque aide en répondant à une interrogation qui vous taraude, n'hésitez pas."


Résumé:
 

_________________
Voyage n°5 du Collectionneur Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Dim 7 Fév 2021 - 14:01
Sous l’ombre de la tente planté au coeur de la luxuriante végétation d’Hayashi, la femme à l’ensorcelante beauté avisait les différents clients qui prirent le temps de s’arrêter devant son comptoir qui comptait entre autres toutes sortes d’objets négociés dans les quatre coins du Yuukan, du bric-à-broc au milieu duquel il était possible de dénicher de véritables raretés. Au-delà de ces richesses qu’elle proposait coutumièrement aux clients, elle faisait également le commerce des rumeurs et des on-dits, un commerce pour lequel elle avait acquis sa notoriété. Il n’était donc guère utile de faire les présentations pour l’éminente membre du Collectif, la plus puissante organisation d’Ame no Kuni, quoiqu’il lui arrivait parfois de passer inaperçue dans certaines régions reculées du Yuukan. Parmi la foule assemblée de prospects, la colportrice aux cheveux d’argent accorda une oeillade dans la direction d’un homme à l’allure austère et au visage marqué d’un certain âge et dont la crinière d’ivoire n’avait rien à envier à la sienne, loin de lui enlever de son charme, elle trouvait que cette allure sagace et mystérieuse l’embellissait.

Celui-ci vint à sa rencontre avec une requête des moins ordinaires, puisqu’il ne semblait guère considérer ses articles présents dans son étal mais plutôt, lui demanda si elle avait en sa possession des livres qui lui permettraient de s’instruire sur l’art des concoctions. L’index sur sa lèvre inférieure, elle se mit à réfléchir sur les livres qu’elle avait emmené avec elle au cours de son voyage, le titre de l’un de ses ouvrages pouvait effectivement correspondre à ce que son interlocuteur recherchait. Elle enjamba la charrette sur laquelle se trouvait encore toutes sortes d’accessoires en tous genres, scruta à l’intérieur de l’un de ses sacs en toile jusqu’à lâcher un “Aha!” quand elle tomba finalement sur le fameux livre dont l’état de la reliure témoignait de l’usure du temps tandis que les initiales indiquées sur sa couverture noire résonneraient peut-être familièrement dans l’esprit du moine vagabond. L’intérieur du livre de taille encyclopédique exhalait une très légère odeur de plante, des tâches laissées sur quelques pages après avoir été exposé à des expérimentations s’appuyant sur ce recueil de formules alchimiques datant de plusieurs décennies. Elle montra la marchandise en question à l’intéressé, avant de le reprendre dans les mains:

« Le livre est à vous pour 100 000 ryôs. »

Plutôt que de s’arrêter là, elle profita aussi pour lui proposer d’autres articles qui pourraient peut-être susciter son intérêt et l’aider dans sa quête du Rentanjutsu:

« Je peux aussi vous proposer un kit d’alchimie, quelques plantes médicinales si cela vous intéresse, à un bon prix. 10000 ryôs pour les outils et 3000 ryôs par plante, j’en ai une qui est plutôt rare et qui ne pousse qu’à Kaze, le reste provient avant tout de Hayashi et de Hi. A part cela, je pense que c’est tout. »

Son regard ambré se tourna ensuite vers un homme à l’apparence plus lugubre du fait de sa capuche masquant son visage, il n’empêche pas moins qu’il s’exprima avec galanterie à son égard, libérant de son sac tout un tas de rouleaux qui s’entassaient sur son comptoir et qui avaient de quoi intéresser la négociante, pour peu que le prix annoncé lui convienne. De quoi se demander où il avait dégoté autant d’articles, certains avaient même une étrange odeur de sang. Elle s’abstint de poser des questions sur la provenance de toute cette marchandise, ce n’était certainement pas la première fois que des bandits venaient lui revendre des objets trouvés sur des dépouilles de leurs victimes.

« Intéressant, intéressant. Non, les seuls objets ninja que je vous propose sont déjà présents sur le comptoir. Malheureusement, je n’ai pas besoin d’autant de rouleaux et je n’ai pas beaucoup d’argent sur moi donc... Je vous prends tout pour 15 millions et une information qui je suis sûre vous intéressera … »

Elle se mit à parler à voix plus basse, en s’assurant que les autres clients ne l’entendent pas.

« … enfin, ça c’est si vous avez le goût du risque et que vous n'avez pas peur de vous salir les mains. »








Revenir en haut Aller en bas
Shinkao Ryujin
Shinkao Ryujin

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Mar 9 Fév 2021 - 19:13
Rien au sujet de la résonance … Il s’y attendait malheureusement, comme ces milliers de rencontres qui n’avaient même pas idée de ce qu’était réellement ce fléau, dans sa nature. Mais le Gardien Sacré ne disposait plus du luxe de choisir ou juger parmi ses informateurs potentiels, surtout depuis l’annonce de l’homme au chapeau qui posait une épée de Damoclès sur l’humanité. Que le chakra disparaisse ne lui faisait pas peur en soi … Juste que cela instaurait un nouveau timing trop court entre la réparation des dégâts causés par les Bijuus et ce qu’ils ne pourraient plus faire après cela.

- C’est mieux que rien. Je prends le tout. Que les cardinaux vous préservent du mauvais sort.

Il n’allait cependant pas faire l’avare concernant ces biens précieux dans lesquels pouvaient se cacher certaines informations qu’aurait occulté involontairement la marchande. Les plantes quant à elle rejoindraient le stock assemblé avec le corbeau apothicaire en vue de son départ pour Kaze. Pourtant les transactions du guerrier vagabond ne s’avéraient pas encore closes, du moins pas avec cette femme. Un autre individu mystérieux venait de débarquer, dissimulé partiellement dans cet accoutrement de maraudeur et accompagné d’une monture assez étrangères aux shinobis.

Une longue liste de contradictions ornaient l’aura onirique de cet individu, tantôt doux, attentionné et doté d’une diction habile, tantôt nimbés des caractéristiques d’un truand ou d’un mercenaire sanguinaire comme le fut son passé avant de rejoindre l’ordre. Un paradoxe qui mettait naturellement les instincts du chasseur en éveils, non pas pour sa propre vie mais potentiellement celle de la marchande. Il était de son serment de protéger les gens dépourvu du chakra, supposé que cette errante le soit vraiment. Mais une proposition d’autant plus intéressante titillait sa curiosité.

- Gardien sacré. Les territoires hostiles sont ma demeure, tout autant que les tiennes, étranger.

Si la fin de sa phrase ressemblait à une affirmation, elle prenait pourtant la tonalité et l’évocation d’une question implicite, comme pour ne pas perdre plus de temps que nécessaire. Gyuren n’avait rien d’un Shinobi, ni de leurs protocoles craintifs, ni de leur manque de compréhension face aux règles du monde autour d’eux. Sa propre mort n’avait aucune influence sur ses actes et décisions, ne faisant partie que d’un élément du destin lui permettant d’avancer. Sans cette fermeté de caractère et cette volonté inébranlable, il serait surement de ceux ne s’occupant que de leurs villages et confrères.

- Et il finira bientôt par l’être pour nous tous. Je suis en quête d'un remède, une solution pour contrecarrer les effets de la résonance et l’impact de ces créatures géantes sur ce monde. Avant que nous n’ayons plus aucun moyen de le trouver. Si par un moyen ou un autre, tu possèdes une piste ou une information …

Cela pouvait paraître déstabilisant qu’il puisse parler de ces événements si ouvertement. Surtout avec la posture et l’expression adoptées, perdu entre la noblesse d’une telle quête et et les moyens même les plus profanes que sa personne était capable d’envisager. En dévisageant l’individu de son regard lourd et grave, il évoquait bien ce que ses paroles dévoilaient à moindre mesure devant la marchande et les civils ; Que ce soit d’une bonne façon ou par le biais d’un marché noir aux méthodes peu orthodoxes, tout lui conviendrait. L’urgence de sa bravoure exprimait parfaitement l’absence de jugement qu’il aurait naturellement sur l’origine de ce mystérieux personnage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11865-shinkao-ryujin-the-beast-termine
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Sam 13 Fév 2021 - 12:14
Mystique était l'ambiance qui pesait sur la scène, celle-ci se retrouvant tantôt empreinte de malice, tantôt de négoce et tantôt de bravades sur un jolie fond de politesse. Mais l'exilé n'était guère là pour la castagne, et à vrai dire lui qui était plutôt un amateur de la rixe se retrouvait bien pacifiste ces derniers temps ; était-ce là un trouble qui le guettait à la suite de sa lourde blessure ou simplement un désir de se préserver face aux chasseurs de tête ? Lui-même ne semblait guère avoir la réponse.

Bien décidé à commercer, il délaissait l'attention du moine pour se focaliser le temps d'un instant sur la gente dame et sa proposition qui, il en convient, n'était pas facile à avaler pour le jeune homme. S'avançant à son oreille, il se drapait dans le secret pour se dérobait aux curieuses oreilles.
"S'il est vrai que vos mots appétents trouvent écho en mon âme aventurière, une somme si considérable semble indue pour une simple information. Mais vous m'avez l'air d'une commerçante accomplie doublée d'une personnalité pétillante, alors je ferais un pas vers vous en vous proposant une contre-offre soignée : mes rouleaux, mon armure, contre 13 million de ryôs, votre rouleau de 'Secousse sismique' et votre renseignement."
Se désolidarisant de l'esgourde de la demoiselle, il lui tendit alors sa main comme le ferait tout bon mercanti.
"Avons-nous là une affaire, madame ?"
Sa voix était enjôlée à l'instar de la moitié de face que son capuchon laissait visible. Là, il se détournait alors vers l'homme nivéen, ne laissant guère son instinct commerçant le détourner de son envie de tailler une bavette avec le vagabond monial. Pour sûr, l'homme d'un certain âge était doté d'une franchise sans équivoque et d'un esprit rectiligne destiné à aller droit au but. En ce sens, Hanzo comptait bien lui rendre la pareille.
"Les créatures géantes de ce monde ? Hmmm… j'en conviens la terminologie que nous utilisons communément dans le Yuukan doit être discordante avec l'application de vos préceptes monacales. Mais pour en revenir au sujet de la résonance, je crains de ne pas pouvoir vous être d'une grande aide. Croyez-moi, j'ai moi-même eu la motivation d'en savoir plus à ce sujet, j'ai en quelque sorte un savoir enfoui qu'il m'est aujourd'hui impossible d'atteindre. J'ose espérais qu'un jour je puisse le décrocher et croyez-moi, si ce jour arrive, je ferais en sorte que vous soyez un des premiers avertis. "
Indirectement, il admirait ces gens-là et se montrait donc volontaire à tendre la main à l'un d'eux.
"Mais veuillez pardonner mon langage énigmatique, en ces temps qui courent, j'essaye comme je le peux de me dérober aux brigands de ce monde. Mais peut-être qu'une poignée de main sera plus éloquente que le simple son de ma voix ?"
Décrochant son gantelet, il tendait alors sa poigne au moine.
"Qu'en pensez-vous ? "
C'était là une invitation plus profonde que la simple cordialité.

Résumé:
 

_________________
Voyage n°5 du Collectionneur Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Jeu 18 Fév 2021 - 0:17
L’homme aux cheveux blancs accepta la proposition du Collectionneur qui lui répondit avec un sourire satisfait, récupérant la monnaie en échange des diverses articles d’alchimie qui semblaient l’intéresser en particulier. Le livre contenant les formules et les renseignements sur les plantes médicinales était relativement épais et encombrant, mais regorgeait de richesses scientifiques insoupçonnées, il offrirait en tous cas une introduction intéressante à la discipline du Rentanjutsu. Elle lui tendit également le reste de sa commande laquelle n’avait pas autant de valeur mais l’aiderait certainement dans sa formation, à savoir les herbes et les outils qui lui permettraient de pratiquer l’art des potions, dans un petit sac en tissu relativement léger et pratique à transporter. Parmi les herbes, il avait reçu une herbe relativement rare originaire de Kaze appelée la Fleur Somnifère (Nemuri no Ka) et dans certaines parties de Hi, qui une fois ingérée via une concoction adaptée pouvait avoir un effet dépressif sur le système nerveux central et soulager les douleurs, elle était donc surtout employée en médecine. Toutefois elle pouvait avoir un effet secondaire addictif si la plante était consommée directement telle quelle ou injectée dans le sang.

Elle tourna ensuite son attention vers l’homme à la capuche qui se montra plus difficile en affaires, puisqu’il émit une réserve sur le prix donné à l’information. Ne tarissant pas d’éloges sur son interlocutrice afin de la persuader d’accepter sa contre-proposition, il avait au moins le mérite d’essayer de négocier avec le Collectionneur, laquelle se mit à pondérer sur le prix donné par le mystérieux visiteur. Elle examina encore le lot d’articles à revendre par l’encapuchonné, puis reporta de nouveau son regard sur son client, avec une offre qui serait potentiellement plus intéressante cette fois. Il n’était pas fréquent pour elle de vendre plus d’une information par client lors de ses voyages, mais pour celui-ci pourquoi pas? Pour elle la valeur de l’information était bien supérieure à celle de simples rouleaux. Elle rétorqua donc:

« Ah, mais j’ai l’impression que vous sous-estimez la teneur de l’information que je vous propose mon cher. Mais soit, il semble que vous soyiez davantage intéressé par votre quête du Kugutsu, je vais donc vous proposer deux informations: la première concernant le Kugutsu et qui vous coûtera 7 millions de ryôs, et l’autre information, bien plus précieuse et qui pourrait vous amener à une arme d’une valeur inestimable… pour 13 millions de ryôs. Si vous prenez les deux informations, je vous offre le rouleau de “Secousse Sismique”. Ceci est ma dernière offre! »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Mar 9 Mar 2021 - 0:28
Intrigante était la demoiselle aux esgourdes du jeune Shinrin. Car si elle avait la désagréable envie de le dépecer de l'artiche qui lui était dû au profit de quelques informations au demeurant énigmatiques, elle restait une agréable donzelle dont l'âme marchande résonnait avec l'esprit opportuniste du marionnettiste. Tapotant du pied sur le sol comme réaction face à sa contre-offre, il se laissait aller à la réflexion tandis que son œil timide la scrutait avec attention, tentant de percer sa coque nivéenne et de grappiller quelques non-dits qui alimenteraient son recueillement.

L'or, l'oseille, la maille, les biftons, il les désirait avec une ardeur rare, et si l'on mettait de côté sa propre descendance, c'était peut-être là l'essence principale de son être… bien que sous certains angles l'on pouvait douter de cet ordre.

Alors finalement, épris par la pesanteur du risque et de la découverte, le jeune homme délibérait finalement, poigne aimable et délicate tendue vers la damoiselle comme symbole de son agrément et de la délicate attention qu'il lui portait :
"Fort bien, j'accepte. A n'en point douter, sous votre toilette vous fardez là un implacable sens du commerce."
Nulle autre mot n'était donc nécessaire pour conclure et entériner cette négociation. Si, bien entendu, il se préparait à la déception, pour sûr retiendrait-il un bon souvenir de cet échange de vues, bien qu'il pourrait lui coller un goût profondément désagréable et tenace au palais.

Résumé:
 

_________________
Voyage n°5 du Collectionneur Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°5 du Collectionneur Empty
Ven 19 Mar 2021 - 0:21
La ravissante colportrice se montra impitoyable avec son interlocuteur qui n’en démordait pas pour autant en matière de négociation, le dernier mot revint finalement au Collectionneur qui lui proposa un assortiment d’informations à des prix exorbitants mais dont la teneur était d’après elle suffisamment importante pour justifier une telle contribution de la poche du client. C’est non sans une pointe d’amertume que celui-ci accepta donc la proposition en réponse à son offre précédente, et qui l’incitait naturellement à lui acheter les deux informations plutôt qu’une seule: c’était évidemment une manoeuvre commerçante dont elle avait le secret pour cumuler plusieurs ventes mais pas seulement, elle était encline à partager plusieurs informations alors que d’habitude elle n’en proposait qu’une seule, simplement parce que cet individu avait largement le budget pour se les offrir, ainsi se permit-elle ce caprice au milieu de sa routine marchande.

Plutôt que de le faire mariner plus longtemps, elle ramassa les différents objets étalés sur son comptoir par son interlocuteur et les rangea dans une caisse, après quoi elle fit le décompte à partir de l’argent qu’elle sortit de sa poche. Billet après billet, elle finit par produire une liasse de 9 millions de ryôs qui équivaut à la différence qu’il lui doit pour les informations (à savoir 20 millions) et la totalité de la valeur des équipements (29 millions). Une fois l’argent liquide remis en main propre, elle se mit à passer à table, invitant son interlocuteur à s’approcher tandis qu’elle parlerait à voix basse:

« Il existe bien un clan de marionnettistes adeptes des Arcanes noires (Kurohigi), le clan Kurogo dont le nom évoque aussi les machinistes du théâtre qui sont habillés de noir, leur chef de clan n’est autre que Yoshifusa. S’ils étaient plutôt effacés sous l’ère du Premier Cercle, ils ont récemment refait surface, et sont probablement derrière certains des événements qui se sont produits à Kaze. Ils sont localisés à la Porte du Vent de l’Est, une des villes jumelles bordant la région taiyojine, leur repaire se trouve dans les quartiers les plus en périphérie des commerces. C’est une zone connue pour être dangereuse et lourdement surveillée par le clan, où sont formés des assassins aussi bien que des escrocs et des manipulateurs qui adoptent le plus souvent des déguisements du quotidien. Soyez sur vos gardes si vous marchez sur leurs plates bandes. »

Elle enchaîna ensuite sur la seconde information qui cette fois avait bien plus de valeur puisqu’il n’était vraiment pas facile de se la procurer, bien que l’individu en question ne s’était pas montré suffisamment discret pour échapper à la vigilance de l’un de ses informateurs.

« Pour ce qui est de l’autre information, il s’agit de la localisation d’un individu très dangereux et qui a récemment réussi à s’approprier le cadavre d’Araho Daiki dans les Ruines de Shîto. Son nom vous dira peut-être quelque chose: Ono Ryushi. S’il est peu probable qu’il soit toujours en possession du corps, je peux néanmoins vous confirmer qu’il a toujours sur lui un artefact d’une valeur inestimable: le Marteau du Créateur. Il est récemment retourné à Hi et je sais qu’il s’est réfugié quelque part dans les montagnes au nord-est du pays, probablement dans l’attente de nouvelles instructions. Si jamais vous souhaitez le “déposséder” de son arme, c’est le moment ou jamais car il est seul, mais je vous conseille d’être bien préparé, après tout c’est lui qui a tué le Porte-Parole du Teikoku. »

Maintenant que la transaction était terminée en bonne et due forme, la commerçante remercia ses clients pour leur échange et leur souhaita une bonne route tandis qu’elle préparerait ses affaires pour explorer d’autres horizons. Peut-être seraient-ils amenés à se revoir un jour, qui sait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voyage n°5 du Collectionneur

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: