Soutenez le forum !
1234
Partagez

Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères

Kazama Ishin
Kazama Ishin

Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères  Empty
Dim 8 Nov 2020 - 17:48
Quelque part dans le domaine du clan Nara.
En cette journée ensoleillé, des cris d’enfants en train de jouer se faisaient entendre, les bambins étaient bien évidemment les tiens. Les voir s’amuser dans le jardin te fit décrocher un sourire, puisque tu descellais en eux une certaine malice qui te rappela celle de ta cadette. Avaient-ils hérité du même tempérament de leur tente ? Il était fort possible, et tu savais que ce n’était pas de très bon augure pour ton épouse et toi, parce que par le passé la petite Iroha t’en avais fait voir de toutes les couleurs. D’ailleurs que devenait-elle depuis le temps ? Cela faisait bien longtemps que vous n’étiez plus en contact, en tant qu’aîné de la famille tu te faisais du souci pour cette dernière.
« Bon sang… Cette petite chipie ne prend plus de nouvelles ou quoi ? », exprimas-tu pensivement.
Pendant que les enfants et toi profitiez du temps clément, Inoe ton épouse, s’apprêtait tranquillement dans la chambre parentale. Eh bien oui, elle n’avait pas la chance de se prélasser, du fait qu’elle devait travailler dans l’établissement que vous possédiez conjointement. En ce jour, c’était elle qui était chargé de l’ouverture et toi de la fermeture. Une fois apprêté, celle-ci fit un léger détour dans le jardin pour embrasser la petite famille avant de se diriger vers la sortie.
Au moment d’ouvrir la porte elle fut extrêmement surprise et choquée de tomber nez-à-nez devant cette vieille connaissance. Par réflexe, la Nara se frotta les yeux pour être certaine qu’elle n’était pas victime d’hallucination, surtout que la personne qui lui faisait face n’était pas censé s’y trouver. Comment était-ce possible ? Ce moment de flottant ne dura que quelques instants mais semblait si long pour la jeune femme qui n’en revenait toujours pas.
« Est-ce…Est-ce bien toi ? » fit-elle à l’intéressé.
Le doute n’était plus possible, malgré les deux années passées l’homme qui se tenait devant la porte n’avait en aucun cas changé, exactement le même. La brune le prit dans ses bras avant de le scruter de bas en haut.
« C’est véritablement un miracle… On pensait tous que tu étais… Tu vois quoi… ça fait plaisir de te revoir parmi nous. Vas-y, entre. » dit-elle avec enthousiasme.
Inoue avait bien compris que l’homme ici présent était là pour son époux, alors, c’est tout naturellement qu’elle le conduisit auprès de celui-ci. Lorsque ta femme et le curieux invité firent irruption dans le jardin, ton regard perçant se déposa sur cet inconnu et toi non plus tu n’en croyais pas tes yeux. Au premier à bord moins chaleureux que ta compagne, tu restas fermement campé sur la chaise sur laquelle tu étais assieds, énormément de questions te traversaient l’esprit pour essayer d’expliquer le mystère qui venait de se produire, mais en vain.
« Vous avez certainement beaucoup de choses à vous dire, je vais vous laisser. A ce soir, chéri. A plus tard Shuu. »
Shuu était le diminutif de Shuuhei, le Nidaime Raikage, alias l’homme statue. Les probabilités étaient maigres pour le retrouver vivant après la transformation subit il y a deux ans, mais cet homme semblait défier tous les pronostics. Inoue s’en alla travailler et laissa donc les deux camarades de longues dates se retrouver. Pour démarrer la conversation, tu lui lanças une légère pique comme tu en avais l’habitude lorsque vous vous côtoyiez.
« Tu en as mis du temps, vieille branche ! Tu t’es sans doute rincé l’œil sur le trajet. Hahahah » déclaras-tu avec le sourire. 


Spoiler :
 

_________________
Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères  Unknown
(En attente d'une meilleure signature)
Revenir en haut Aller en bas
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères  Empty
Lun 9 Nov 2020 - 20:52
Alcool, médecin, pervers : retrouvailles de deux frères


- « Ah bah, c’est vrai qu’Inoue se bonifie avec le temps, mais je respecte bien trop les femmes mariées pour m’abaisser à les mater ! »

J’eus un petit rire lorsqu’il me taquina sur sa propre femme. C’était bien son genre à ce foutu toubib ! Aussi caustique que joueur ! Et des comme lui, on en voyait pas souvent. Ça me rappelait du reste ma relation avec mon ex-fiancée, Nora. Il m’arrivait moi aussi de plaisanter sur sa joliesse et ses formes, ce qui avait l’art de décontenancer mes invités qui ne comprenaient pas comment je pouvais être autant ouvert d’esprit sur le sujet. Si je savais qu’Ishin était un type sérieux et droit dans ses bottes, j’avais pour ma part connu tellement de femmes que j’étais incapable d’éprouver une réelle jalousie si d’autres hommes venaient à laisser trainer leurs regards sur ma promise. Au contraire, j’pense bien même que ce serait pour moi une source de fierté sans nom. Avoir une très belle femme n’était pas donné à tout le monde. Malheureusement, la mienne avait disparu après ma transformation et n’avait donné aucune nouvelle en deux ans. Cette pensée récurrente me rendait quelque peu triste, mais son départ était compréhensif. Après tout, comme me l’avait dit Inoue (et beaucoup d’autres d’ailleurs), tous me croyaient six pieds sous terre. Pouvais-je leur en vouloir en pareilles circonstances ? Absolument pas…

- « Par contre, toi, t’as toujours cette sale tronche… Crois pas que ça m’fait plaisir de te revoir, saligaud ! »

J’eus un sourire franc en le regardant et en voyant qu’il avait bonne mine. Dire que je n’étais pas heureux de revoir un visage familier serait un mensonge. A l’image des Metaru, je considérais Ishin comme un véritable frère sur qui je pouvais compter, et ce malgré ses origines et son statut particulier au sein du clan Nara. Je dirais même qu’il était certainement la personne avec laquelle je m’entendais le mieux dans cette demeure clanique, surtout après l’emprisonnement du Shodaime Raikage, des années auparavant. J’entretenais également de bons rapports avec Inoue, même si elle me réprimandait souvent sur ma propension à vouloir dévergonder son coincé d’mari ! C’était à se demander comment il avait pu emballer une pareille beauté ! Certainement pour son intellect et pas grâce à sa tronche. Les Nara avaient des gouts spéciaux, faut dire. Qu’Inoue soit sapiosexuelle ne m’étonnerait absolument pas ! Mis à part l’esprit critique et posé de ce type, qu’est-ce qu’une jolie femme lui trouverait, hein ?! C’était d’ailleurs ce que je lui avais maintes et maintes fois rabâché, mais il était de toute évidence mieux loti que moi. Être fidèle et ne courir derrière aucune autre femme lui avait assuré un foyer stable.

Un idéal auquel j’avais longtemps aspiré…

- « Wow ! Doucement les enfants, hahaha ! »

Mais alors que je comptais ouvrir une nouvelle fois la bouche, les gosses d’ishin me sautèrent dessus ! Pas de quoi me faire perdre l’équilibre, certes, mais l’assaut fut assez brusque pour bien me surprendre. C’est sous un rire amusé que je me tournai vers eux avant de prendre ces deux anges dans mes bras. Ils n’hésitèrent pas à me câliner et à me couvrir de baisers, ce que je leur rendis avec bon cœur ! De véritables amours ! Deux ans, ça passait vraiment vite et les voir aussi grands me faisait vraiment plaisir. C’était aussi pour ces boutchous que je devais reprendre le train en marche. Redevenir qui j’étais et même plus. Aspirer à un meilleur niveau pour titiller une nouvelle fois les sommets et peser sur le terrain. Les batailles qui se profilaient s’avéreraient périlleuses, meurtrières. Quitte à assurer un avenir à cette génération, il n’y avait plus de temps à perdre. « J’espère que papa s’occupe bien de vous, heh ! S’il est méchant, appelez-moi et j’viendrai à la rescousse ! » Ces petits moments de gaité et de douceur m’avaient également manqué. Ils me rappelèrent même que je devais passer un peu plus de temps avec ma propre fille. Elle avait beaucoup à apprendre de moi et je me devais également de l’aider à progresser !

- « Alors, papounet Ishin ? On est même pas venir voir si les rumeurs sur le réveil de son pote étaient vraies ? Me dis pas que t’en as pas eu vent hein… J’te croirais pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Kazama Ishin
Kazama Ishin

Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères  Empty
Lun 16 Nov 2020 - 20:51
Qui aurait cru que cet homme anciennement statufié avait conservé son humour d’antan, certainement pas toi, ce qui te fit sourire lors de sa remarque au sujet de ton épouse, Inoue. Le temps vous avait séparé mais vous gardiez tout de même cette complicité qui vous caractérisait tant, à quelques détails près. L’un d’entre vous était plus louche que l’autre mais cela ne vous empêchait pas de bien vous entendre, au point de vous considérer comme des frères, chose que tu n’avais pas avec la petite chipie qui te servait de sœur. L’heure était donc aux retrouvailles avec ce vieux lubrique de Shuuhei.
« Ma sale tronche dis-tu? Le matériau dans lequel tu vivais, t’a bien amoché a vue mon vieux. Comme je t’apprécie bien, je vais t’offrir une consultation parce que Monsieur dépense tout son argent chez les...»
Heureusement que la fin de cette phrase fut interrompue par la présence de tes deux bambins, cela aurait été fâcheux de sortir des grossièretés devant eux, sinon tu aurais eu directement des ennuis avec ta chère et tendre. Et c’était hors de question de se disputer avec elle, parce que tu savais que ça allait être interminable. Les enfants étaient plutôt heureux de retrouver leur “Tonton” après toutes ses années, ce qui était étonnant, ils se souvenaient encore de lui malgré leur jeune âge. La mémoire chez les enfants était une chose qui te surprenait régulièrement sans pour autant réussir à élucider ce mystère. 
Un grand “OUI” se fit entendre par les deux marmots à la suite de la question posée par l’homme de métal.
« T’as des cadeaux pour nous Tonton Shuushuu ? Prononça l’aînée en faisant des yeux de biches, avant de constater que ce dernier ne possédait aucun objet sur lui qui ressemblait de près ou de loin à un emballage.T’es devenu pauvre depuis que t’es plus chef du village ? » 
Le cadet quant à lui tira la manche du Nidaime afin de l’interpeller.
« Dis, t-tu peux nous montrer comment tu fais pour.... Ne trouvant pas les mots, celui-ci essayait de mimer une émanation de chakra autour de lui, comme s’il faisait allusion à une technique de ce rinceur d’oeil. Mais à quel jutsu faisait-il référence ? Est-ce que Shuuhei comprendrait avec cette gestuelle approximative ? Parce que papa y dit qu’il sait faire mais je suis sûr que c’est pas vrai. Et que toi seul peut faire ça. »
Whaouh. Ta fille ne semblait être intéressée que par l’apport de cadeau, pendant que ton lui, venait de te discréditer devant ce bougre qui n’hésiterait pas à s’en servir contre toi. Qu’est-ce qui était le plus humiliant ? Tu poussas seulement un léger soupire face à cette scène inattendue et tu esquivas volontairement les questionnements du Metaru.
« Allez les enfants, votre oncle est certainement fatigué à cause son long périple, vous allez jouer avec lui un peu plus tard. D’accord ? Si vous voulez, vous pouvez aller jouer dans le salon. » 
Mécontents de la décision que tu venais de prendre à leur égard, les enfants s’en allèrent en boudant puisqu’ils n’avaient pas eu ce qu’ils désiraient, quel père indigne. En parlant de cela, tu portas de nouveau ton attention sur ce visiteur inopiné.
« Ne fait pas trop attention à eux, ce ne sont encore que des enfants... Et toi alors ? Comment tu te sens depuis ce qui t’es arrivé ? T’as pu revoir ta fille ?» Un sourire malicieux se lisait sur ton visage mais pour quelle raison ? Arriverait-il à comprendre le sous-entendu de ta dernière phrase ? 

_________________
Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères  Unknown
(En attente d'une meilleure signature)
Revenir en haut Aller en bas
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères  Empty
Mar 17 Nov 2020 - 11:53
Alcool, médecin, pervers : retrouvailles de deux frères


- « C’est de l’histoire ancienne tu sais, alors remballe-moi ce sale sourire de gros con ! Mais oui, j’ai pu revoir ma fille. Elle a bien failli me péter les os avec un câlin trop appuyé, d’ailleurs… »

J’eus un soupir amusé en repensant à la réception forcée que j’avais dû accomplir ! Kuu n’y était pas allé de mains mortes et c’était peu d’le dire ! Ce qui m’avait marqué était non seulement sa force mais aussi sa poussée de croissance en seulement deux ans. Elle allait bientôt devenir une adulte qui surement serait convoitée par de nombreux hommes comme l’avait été sa mère. Était-ce une situation que j’allais bien vivre ? Certainement pas, sachant que je ferai en sorte de préserver sa dignité jusqu’au bout en remballant ses prétendants, surtout ceux que je sentirais pas ! J’avais d’ailleurs peur qu’elle finisse par ressembler à sa mère en la matière. Vu le caractère délurée d’Itagami, je n’osais pas imaginer ce qu’elle allait devenir pour le plus grand plaisir des sadiques qui croiseraient son chemin… D’ailleurs, c’est en pensant à sa mère que j’avais convié l’autre zouave qui me faisait face à arrêter de sourire comme un débile profond ! Je ne savais pas si j’avais juste vu qu’il lui arrivait également de bien délirer comme un abruti, mais je ne voyais que ça puisqu’on parlait de ma chère et tendre gamine.

- « Enfin, quand tu la vois, tu sais qu’elle a hérité de la force de ses parents. Je suis sûr qu’elle fera une bonne kunoichi et qu’elle finira peut-être raikage un jour ! Comme son papounet d’amour ! »

Là-dessus, je posai mes poings sur mes hanches, non sans bomber légèrement le torse, adoptant ainsi une pose à la fois fière mais ridicule. Ladite pose eut pour effet d’arracher un gros éclat de rire aux gosses d’Ishin qui s’étaient planqués derrière un battant de la porte coulissante qui donnait au salon de leurs parents. Toutefois, ils réalisèrent lorsque mon regard (et probablement celui de leur paternel) se tourna vers eux que leur position était grillée, ce pourquoi ils ne tardèrent pas à s’enfuir au pas de course qui trahissaient bien qu’ils avaient pris enfin leur distance : « Sur ce point-là, on sait au moins de qui ils ont hérité hein ! » Sur cette phrase, j’éclatai de rire à mon tour ! Ils étaient définitivement mignons ! De véritables petits chenapans, pour sûr ! Impossible de ne pas les adorer ! D’ailleurs, en repensant à la phrase sur mon statut financier, mon rire s’aggrava sur le coup, si bien que je pris un bon moment pour me calmer. Allez ! Une bonne trentaine de secondes… Voire même le double. Sans doute. Après quoi, je repris contenance en prenant le temps de bien respirer et retrouver mes esprits.

Venir ici fut finalement une très bonne idée. Avec le recul, je me fis la réflexion que j’aurai pu embarquer Kuu avec moi.

Quoique, l’idée n’était pas forcément bonne, avec ce que nous allions aborder comme sujet…

- « Mais pour être franc avec toi… »

Sur cette phrase elliptique, j’eus un petit soupir. Maintenant qu’on s’était bien marrés et qu’il fallait passer à un sujet plus important, l’heure n’était à la rigolade. S’il y avait bien une personne à qui je ne pouvais pas mentir, c’était bien mon toubib. Il me connaissait bien. Évidemment, Itagami et mes parents étaient également des gens qui arrivaient facilement à me cerner, mais avec le docteur, on était dans une toute autre dimension : « Je saurai pas comment décrire ma situation en vrai. Je suis revenu à moi, c’est une bonne nouvelle, mais derrière, qu’est-ce que j’apprends ? Que pas mal de gens sont morts. Dont Reiko. Et j’ai beau ne pas pleurer, j’ai beau faire genre que je suis au-dessus de tout ça, que ça m’affecte quand même… » Ma mine commença à s’assombrir. J’étais bien content que les enfants et la femme d’Ishin ne soient pas présents à cet instant précis. Bien sûr, je pris le soin de faire usage de ma détection pour m’en assurer, puis je renchéris : « J’ai également perdu des forces. Beaucoup de force. Voir la nouvelle génération me dépasser ainsi, ça me fout un coup au moral, à l’égo… » Le raikage qui faisait peur n’était plus.

- « C’est con, mais je me sens plus à la hauteur. Je vais taffer pour retrouver mon niveau d’antan, j’dis pas, mais je vais pas faire genre avec toi : Ma fierté en a pris un sacré coup. Autant je suis content pour Kumo de voir qu’il y a une bonne relève, autant constater que je suis à ce point dépassé m’effraie. Qu’est-ce que je pourrai apporter au village si je stagne dans cet état ? Je réfléchis pas mal dessus et ça a tendance à me miner même si j’en montre rien… »

J’eus un soupir. Depuis mon réveil, le toubib était surement le premier chez qui je vidais mon sac.

Et bordel que ça faisait du bien…
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465

Alcool, médecin, pervers : Retrouvaille de deux frères

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: