Soutenez le forum !
1234
Partagez

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako]

Asaara Ôji
Asaara Ôji

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Ven 13 Nov 2020 - 5:27
L’Âme de l’Orphelin nageait dans les Sables, se déplaçant dans ce qui était son Berceau.

Ignorant toute barrière physique, il était entré dans la Porte du Vent du Nord, cette Cité Frontière de Taiyô. Les Lueurs du Crépuscules s’étaient éteintes et malgré le début de la nuit, les soirées d’été ne semblaient pas plus calmes que les journées, ici.

Il pouvait l’entendre.

Mais il n’était pas question, à ce moment précis, de se laisser distraire. Il était ici pour une raison précise : retrouver celle qui eut jadis enseigné à l’Organisation l’Art des Techniques Interdites. La Dernière Gardienne de Kaze no Kuni.

Meikyû Manako était beaucoup de chose, mais ce n’était pas pour son statut au sein du Pays qu’Asaara Ôji s’était rendu à la Porte Nord. C’était tout simplement pour son nom. Plus précisément pour son surnom, celui de l’Œil.

Il savait qu’elle serait la Clé qui lui permettrait de débloquer ce Pouvoir de la Vision, qui lui était beaucoup plus inaccessible que celui de la Guérison. Comme l’avait suggéré Raizen, Ôji avait d’abord éveillé son Ancêtre Primaire avant d’aller à la rencontre de la Meikyû, dont il savait cependant qu’il serait plus facile d’approcher étant donné son lien nouveau avec l’Organisation.

Grâce aux informations de la Princesse Fuu, il put retrouver la maison qu’elle avait infiltré pour y trouver Manako. Le corps du Sang-Mêlé se matérialisa au seuil de la porte, qu’il frappa de trois coups secs.

Malgré les doutes qui auraient pu l’assaillir, il était totalement calme. De cette potentielle rencontre pouvait se dessiner son futur, tant il savait que ce Pouvoir Oculaire qui sommeillait était ce qui lui manquait pour voir à travers le Brouillard qui entourait son existence.

Voyons ce que ces Pupilles de la Vérité étaient réellement.

- Asaara Ôji, Représentant de son Clan.

Tels furent les mots qui glissèrent sous la porte.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Narrateur
Narrateur

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Lun 30 Nov 2020 - 23:25
Naviguant au gré des dunes de sable jusqu’à la façade d’une maison qui se fondait parfaitement au milieu des autres blocs résidentiels de la Cité du Nord, les informations données par Fuu te permettent finalement de retrouver ton chemin au milieu du dédale de ruelles. Après avoir confirmé que la description de l’endroit corresponde bel et bien au tuyau qui t’avait été fourni, tu t’empresses de montrer patte blanche à celle qui se trouve potentiellement de l’autre côté de la porte afin de montrer que tu n’es point son ennemi et qu’elle accédera à te demande d’audience, si tant est qu’elle se montre encore encline à rencontrer des confrères Meikyû, à l’occasion de retrouvailles chaleureuses peut-être, qui sait. La porte finit par s’ouvrir lentement et derrière elle, un homme de plus de deux mètres et aux épaules larges t’accueille avec une certaine défiance dans la voix et un regard mauvais.

« Que voulez-vous? Je ne vous connais pas. »

A peine s’apprête-t-il à fermer la porte que soudainement, une autre voix l’arrête à l’intérieur. La carrure du portier dissimule le champ de vision mais tu devines derrière lui une présence féminine qui s’attarde sur tes paroles, à la fois curieuse et méfiante, elle ne semble guère fermée à la conversation mais t’accorde une chance d’expliquer la raison de ta venue si tardive et surtout, compte tenu du fait que rares sont les personnes censées connaître son adresse, si ce n’est un réseau très restreint incluant le Suna no Fukaku-Sha. Elle se douta donc que c’est au nom de ceux-ci que tu souhaitais lui parler, afin de lui rappeler l’alliance passée avec le Premier Cercle.

« Mes condoléances pour votre chef, Représentant Asaara. Quel vent vous amène à la Porte du Nord? »
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Mer 2 Déc 2020 - 0:18
Un court instant s'effila après que le Silencieux se soit présenté à la porte de la Demeure. Et avant même qu'il n'eut le temps de douter de la véracité des informations dont il bénéficiait, celle-ci s'ouvrit. Un homme de grande taille l'apostropha avec méfiance avant de refermer la porte.

Mais une Voix féminine, porteuse d'une assurance singulière, l'en empêcha. Cette même Voix s'insinua ensuite jusqu'à l'Asaara.

Sans même l'avoir vu, celui-ci confirma une remarque qui lui avait été relayée : elle était imposante.

- Mille mercis, Manako du clan Meikyû. Cela me prouve donc que vous êtes au courant des récents évènement qui ont bouleversé le Désert et qui ont plongé celui-ci dans un flou que nous nous efforçons de dissiper. Je ne vous apprends rien en vous disant que la Porte du Nord est une Cité essentielle à notre Pays et il m'importe de pouvoir discuter de son futur avec vous.

Ôji observa longuement l'homme de grande taille, fixé sur ses appuis et qui ne semblait guère disposé à le faire entrer. De ce qui lui avait été expliqué, rituels et cérémonies s'y déroulaient. Peut-être pourra-t-il en savoir plus sur ce qu'était advenu de l'Oeil depuis la Chute du Premier Cercle, elle qui en était l'élite et représentait même Kaze no Kuni en dehors de ses frontières. Pourvue de Pouvoirs Uniques et du Titre de Dernière Gardienne, comment cette Kunoichi de la Légende avait-elle pu se terrer dans l'Ombre au point d'y rester lorsque tous s'attendaient à la voir lors du Dernier Éveil de Shukaku ?

- Mais la raison première de ma vue est d'un ordre plus personnel. J'ai récemment découvert une chose...

Il posa un doigt sur la paume de sa main gauche, avant d'en montrer le contenu à ses deux interlocuteurs. Un sceau couleur rubis y scintillait, qu'elle pouvait reconnaître comme étant la marque de la Déesse du Renouveau.


- ...du sang Ancestral coule également dans mes veines. Alors que le Dieu du Désert, dont je suis le descendant, se transformait en amas de sable et qu'une partie de mes pouvoirs s'en allèrent avec lui, d'autres furent éveillés lorsque je fis la rencontre du Patriarche Meikyû et du Yondaime Raikage.

Une flamme intense brillait dans le regard du Sang-Mêlé, là où résidait le Pouvoir qu'il semblait partager avec l'Archère.

- Lorsque je vis ce dernier, des Larmes de Sang coulèrent de mon oeil gauche. Comme si le Pouvoir qui y résidait semblait s'être partiellement activé, sans pour autant se montrer à son grand jour.

Le Prince des Sables pouvait toutefois sentir, dans l'air, cette même aura surpuissante qu'il ressentait lorsqu'il était aux côtés de Raizen ou Jotaro. Cette aura tangible et frivole qui densifiait l'énergie naturelle et résonnait avec l'Âme du Silencieux et semblait la galvaniser.

Elle aussi avait atteint un niveau de synchronisation quasi parfait avec ce Dieu de l'Adresse, que le Silencieux pouvait sentir. Les trois aînés Meikyû avaient le point commun d'avoir haussé leurs longueurs d'onde à un niveau où ils étaient continuellement en contact avec leurs Ancêtres Primaires, chose que le Patriarche avait poussé encore plus loin en le faisant naturellement avec les Dieux du Renouveau et de l'élévation, au point où Ôji n'avait pas été capable de discerner leur ordre.

De son côté, l'Enfant du Désert était à présent capable d'appeler à volonté la Déesse du Renouveau à chaque fois qu'il activait son Sceau. Le lien qui le menait à elle était fort, très fort, mais la portée de son Âme était encore trop faible pour le maintenir continuellement actif. Ce que le Patriarche était capable de faire et ce qui avait sûrement permis de le maintenir en vie lors du Dernier Éveil de Shukaku. Et quant à cet Ancêtre de l'Adresse, le Sang-Mêlé pouvait sentir que le lien qui l'unissait à lui était profond, mais il lui le fallait le déterrer. Le Pouvoir était enfoui au point où le Sceau Oculaire n'était même pas visible, contrairement à celui du Renouveau qui ornait sa main depuis sa naissance.

Mais aujourd'hui et plus que jamais, il pouvait sentir cette Présence Divine aux travers de la Kunoichi.

- Offrez à ma Vue, s'il vous plaît, le Tatouage Ambré qui orne votre regard. Celui qui aura contribué à votre renommée par-delà les Dunes. Offrez à mon Âme, s'il vous plaît, votre Savoir de ces Arcanes Secrètes. Celles dont nous partageons l'Ascendance...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Meikyû Manako
Meikyû Manako

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Mar 15 Déc 2020 - 19:36
Approchant avec confiance le repaire connu par son organisation comme étant le lieu de rencontre des partisans du Premier Cercle, l’enfant du Désert ne semblait nullement reculer devant la peur de se voir refuser une faveur d’une personne aussi impressionnante que Meikyû Manako, connue pour avoir servi dans les hautes instances du gouvernement de la Prêtresse Rouge, elle n’était désormais que le chef d’un groupe travaillant dans l’ombre à exécuter la justice de son ancienne maîtresse pour qui elle continue à servir avec ferveur, même après la mort. D’une certaine manière, l’esprit de l’Impératrice vivait encore à travers elle et dans ses actions, cela se reflétait également dans le regard des personnes suivant encore la voie du Premier Cercle malgré leur bannissement par le reste de la population. Seulement à la Porte du Nord étaient-ils plutôt bien vus par les habitants qui continuaient à vivre religieusement et de manière nostalgique en repensant à l’ère qui datait d’avant le Yoake, tandis que les autorités continuaient à traquer les excommuniés afin de les placer sous la justice de Kaze.

L’homme à la larme de sang présenta la raison de sa venue à la demande de la maîtresse de maison, accordant une audience à cet inconnu qui avait eu le courage de venir seul sans s’annoncer et qui pouvait tout aussi bien être un espion, d’où la défiance du gorille à la porte d’entrée prêt à passer aux mains au moindre geste suspect. Toutefois, c’est sans la moindre once de tremblement dans la voix que l’Asaara souhaitait discuter avec la Meikyû des récents événements qui venaient de transformer le pays mais aussi de choses d’ordre plus personnel. La mention de “personnel” fit hausser le sourcil puisqu’elle ne comprenait pas ce qu’il pouvait bien lui vouloir si ce n’est pour intégrer les rangs du Premier Cercle. Ce n’est qu’en apercevant le miroitement dans la paume de l’homme à la larme de sang qu’elle comprit pourquoi celui-ci requérait son assistance.

Intriguée de faire la connaissance d’un Asaara maîtrisant les arcanes de son clan, elle fit signe à son acolyte de baisser son arme et de le laisser entrer à l’intérieur de la modeste maison plutôt rustique et qui n’avait rien à envier à celles des gens du commun. Vivant dans une certaine austérité, il s’agissait davantage d’un style de vie qu’une simple couverture pour ne pas se faire repérer par les autorités, la fugitive de l’ancien gouvernement avait fait de cet endroit le quartier général des partisans. Elle invita le représentant Asaara à s’assoir autour d’une table où elle était déjà installée, une table sur laquelle était déposée un panier de fruits et des décorations mineures entretenant l’illusion.

« En effet, l’Ancêtre de l’Adresse ne t’est pas étranger, je peux sentir une certaine connexion avec mon propre tatouage à l'œil. Quand as-tu reçu la bénédiction des Ancêtres? Sii celle-ci s’est réveillée plus tard, c’est que ces tatouages devaient déjà exister sur ton corps. »

Elle doutait que ces sceaux lui aient été prodiguées par Jotaro lequel avait une politique très stricte quant au partage des connaissances avec les personnes extérieures au clan. C’est qu’il a dû les recevoir avant, ou encore… sans que le patriarche ne soit au courant.

« Pendant que tu es là, as-tu des informations particulières à m’apporter de la capitale hormis ce que je sais déjà? »

Profitant de son passage pour s’enquérir de l’actualité à Taiyô qui se situait au moins à une demi-journée de marche de la Porte du Nord, elle était pour l’instant restée en marge des événements, attendant le bon moment pour agir. Il était malheureusement impossible pour elle d’arriver à tant pour défendre la capitale contre le Dieu du Désert, le temps que la nouvelle arrive, il était déjà trop tard.

« Je peux t’aider à faire le premier pas, mais la suite ne dépend pas vraiment de moi. La seule manière pour toi de te faire accepter par un Ancêtre est de t’illustrer dans son domaine, de te montrer digne de son pouvoir. Au sein du clan nous avons un rituel qui permet de passer cette étape à condition que l’élu soit préparé à passer l’épreuve propre à l’Ancêtre. »




Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Dim 20 Déc 2020 - 0:07
La Porte, gardée par l’Homme à la Grande Taille, s’ouvrit alors complètement. Devant Asaara Ôji qui s’engageait sur la Voie de son Destin.

Il put sentir, peut-être mieux que quiconque ayant foulé le sol de l’Humble Demeure, la présence du Chakra qui émanait de Manako l’Oeil. Il n’eut pas besoin de poser les yeux sur l’Imposante Femme pour sentir qu’il s’agissait d’une kunoichi particulièrement redoutable et maîtresse de ses Arcanes Claniques. Il comprit ainsi comment, malgré son jeune âge, elle avait su s’imposer dans les rangs du Premier Cercle.

Et pourquoi elle avait été choisie pour hériter des Secrets du Désert.

Chose rare, peut-être pour la première fois de son existence, fut-il particulièrement impressionné par une présence étrangère. Lorsque le Dieu du Désert eut connu son Dernier Éveil, l’irréelle puissance qu’il dégageait, aussi inimaginable fut-elle, restait pour l’Asaara une présence qu’il avait toujours ressenti et qui l’habitait. Et bien que les Dunes du Pays entier tremblèrent, il ne put s’écraser face à une force si familière. Et quant au Yondaime Raikage, son attitude bienveillante parvenait à tamiser la colossale quantité de chakra qu’il avait déployé ce jour-là.

Mais Aujourd’hui, le cas de Manako était bien différent.

- Il semblerait que je ne sois né qu’avec un seul Tatouage, et n’ait jamais su si cela était normal pour un membre du clan. De nombreuses zones d’ombres m’empêchent de déceler ce qui constitue mon passé et mes seules certitudes sont que je suis un ancien esclave et un héritier des deux plus anciens clans du Désert. Quand bien même j’ai eu la possibilité d’en apprendre plus sur qui étaient les Asaara et ait eu depuis très longtemps la faculté à maîtriser le sable, je n’en sais que très peu sur mes capacités ancestrales. Mais je présume que le fait que je ne sois pas un Pur Meikyû ait altéré l’apparition de mes pouvoirs, qui durent attendre d'entrer en résonance avec d'autres Ancêtres. Je n'en sais encore que très peux sur qui ils étaient réellement et si je serai capable de développer un lien avec un troisième.

Le Sang-Mêlé prit place à la table où l’invita l’Archère après qu’elle lui fit découvrir l’intérieur de son Repère. Bien que modeste, ce dernier habitait plus de personnes, si Ôji se fiait aux dires des membres de l’organisation. Ils l’eurent mis au courant des activités que menait la Dernière Gardienne.

- Tu sais déjà tout de la situation actuelle de Taiyô, comme le reste de la population de Kaze. Le Yoake est tombé et le pays est actuellement sans régence officielle. En revanche, tu étais l’une des seules à savoir qu’une organisation secrète agissait depuis quelque temps déjà pour reprendre les rênes du Désert.

Son regard se plongea dans le Tatouage de la Pur Meikyû, elle à qui rien ne devait manquer. Il se demandait, elles, quelles étaient ses réelles intentions et ambitions. Pour une kunoichi aussi puissante et réputée, il était étrange qu’elle soit aussi éloignée du centre de l’activité actuelle de Kaze.

- Tu as dit autrefois à mes confrères et consoeurs que ton intérêt était la défaite du Yoake et que tu étais prête à t’allier à nous si cet objectif était possible. Au final, cela fut chose faite sans que nous ayons employé la force et nous voilà en marche pour prendre le contrôle du pays et le relever enfin. En tant que futur successeur d’Asaara Kuuli, dont la mort a précipité l'activation de mon Ancêtre du Renouveau, j’ai à cœur de défendre le Désert en le guérissant de ses maux. Je ne sais pas quelles sont tes motivations actuelles, mais je me doute bien que tu sois dans la même optique. Si cela est bien le cas, aide-nous à rétablir de l’ordre dans notre terre natale en prenant la Gouvernance de la Porte du Nord, qui est l’une des cités les plus importantes et le Coeur de notre Héritage. Ta réputation te précède et ta capacité à unir nous permettra de bâtir une Nouvelle Kaze... Nous avons besoin que des personnes comme toi et moi s'illustrent et prennent leurs responsabilités envers le Pays tout entier.

Le ton de sa voix monta graduellement à mesure que ses desseins prenaient vie sur la table. Il reprit ensuite contenance à la fin de ses paroles lourdes d’importance pour lui.

Particulièrement intrigué par les explications que sa donc cousine lui livraient, il put en apprendre encore un peu plus sur les traditions du clan Meikyû. Il espérait qu'elle pouvait lui en parler encore un peu plus et semblait bien moins mystérieuse que Jotaro l'était.

- Initie-moi donc à ce rituel. Je ne me suis jamais autant senti prêt à embrasser mon Destin...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Meikyû Manako
Meikyû Manako

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Lun 28 Déc 2020 - 1:30
L’homme de sang-mêlé présentait un tatouage similaire à celui des Meikyû, prouvant son appartenance au clan des gardiens divins de Kaze, la femme le questionna alors sur ses origine pendant que celui-ci s’installait à la table où elle l’invitait à siéger afin de poursuivre la conversation sous une lumière tamisée et à l’abri des regards indiscrets. La forme se referma lentement derrière lui, avant que l’homme de main de Manako ne se positionne dans le vestibule, coupant toute possibilité d’entrée ou de sortie comme le leur imposait leur condition de parias. Vivant dans l’obscurité depuis la destitution de l’Impératrice, ils rassemblaient leurs forces dans l’espoir d’un jour faire renaître la flamme sacrée du Premier Cercle et peut-être un jour se faire reconnaître de nouveau au sein de la société.

L’émissaire du Suna no Fukaku-Sha venait à la fois pour demander une faveur personnelle en tant que semblables claniques mais aussi afin de transmettre l’actualité de la capitale, sachant que la Porte du Vent du Nord ne connaît pas la même animation qu’à Taiyô où un Dieu du Désert avait été réveillé de sa stèle, décimant la moitié de la ville. Des nouvelles qui furent donc confirmées de la bouche de l’Asaara, ce qui provoqua immédiatement un frisson dans le dos de son interlocutrice, se voulant de ne pas avoir pu assister ses confrères du Vent face à un tel péril. Elle marque un temps de pause afin de prendre le temps de réfléchir à la meilleure marche à suivre, tandis que l’enfant à la larme de sang lui proposait d’honorer l’alliance qui les liait à son organisation.

« C’était donc bien vrai. Je n’osais pas croire que le Yoake tombe aussi… abruptement. J’ai peur que les intérêts du responsable ne soient pas alignés avec les nôtres, mais nous aurions tort de ne pas saisir cette opportunité. Le peuple est de votre côté grâce au coup d’éclat face au Dieu du Désert, mais ces rumeurs sur un complot de votre part dans l’assassinat des instances de Taiyô ne sont pas nées par hasard je pense. Quelqu’un doit être en train de chercher à vous décrédibiliser et a encore trop peur de se montrer dans un conflit armé qu’il aurait des chances de perdre. Cela ressemble beaucoup à une stratégie d’attrition. Il se peut que vous soyez la prochaine cible maintenant que le Yoake a été écarté du paysage politique. Non pas que je m’inquiète vraiment pour vous. »

Alors qu’elle termina son constat sur la situation, elle se saisit d’une carafe et se versa un verre de ce qui ressemblait à une boisson fermentée couramment produite à Kaze, elle en but une gorgée avant de reprendre la parole.

« C’est entendu, vous pouvez me confier la surveillance de la Porte du Nord, ce qui vous laisse à planifier le contrôle de Taiyô, du Colisée ainsi que de la Porte de l'Est, qui présentera certainement le plus de difficulté en raison de la présence d’un clan rival. Si une guerre civile venait à éclater — ce que j’espère n’arrivera pas, nous ferons le nécessaire pour vous venir en aide. »

Lorsque l’exalté protecteur du désert lui demanda de l’aider à passer le fameux rituel qui lui permettrait de former son lien avec l’Ancêtre de l’Adresse, Manako afficha un mince sourire, apparemment réceptive à la fougue du novice qui souhaitait avidement approfondir sa maîtrise des arcanes Meikyû. Elle se redressa et quitta sa chaise pour faire signe à l’initié de la suivre dans le sous-sol, où il découvrirait un immense hall creusé dans la terre supporté par des piliers de chaque côté. Il s’agissait d’un lieu de rituel pour les sacrifices du Premier Cercle mais aussi pour les entraînements, c’était donc l’endroit idéal pour elle de lui faire passer l’épreuve pour acquérir la bénédiction de l’Ancêtre. Elle avança vers Ôji et approcha doucement la paume de sa main sur l'œil de l’apprenti Meikyû, tandis que de l’autre main elle composait un mudrâ et murmurait des incantations, avant de lui dispenser un dernier conseil.

« Surtout, ne panique pas, reste calme et essaye d’habituer tes yeux à ton environnement. »

Une lueur intense parcourut la paume de sa main en contact de l'œil de l’Asaara, une douleur atroce semblable à une brûlure à la rétine l’empêchait complètement de voir et finit par affecter son deuxième œil également. En l’espace d’un instant, il était plongé dans l’obscurité, privé complètement de la vue, isolé de tout repère alors que toute sa vie il avait le réconfort de voir vers où il marchait. Le rituel avait-il donc échoué?
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Jeu 31 Déc 2020 - 22:14
Ôji observa attentivement la réaction de Manako, dont il tentait de percevoir le point de vue quant à la situation actuelle du pays. Saurait-elle être prête à se réinvester activement dans son pays de naissance ? Telle était la volonté de l’Asaara qui souhaitait voir le Désert tendre vers son plein potentiel, ce qui passait par l’illustration de ses plus talentueux Filles et Fils.

La réponse de la Dernière Gardienne fut pleinement satisfaisante et prouvait sa volonté de faire avancer les choses, dans la continuité de ce qu’elle avait annoncé lorsque les Hérauts du Désert eurent appris l’un des Kinjutsu Divin. “Nous aurions tort de ne pas saisir cette opportunité” : elle avait totalement raison.

Le Silencieux prit bien note des paroles de la Meikyû et s’inclina légèrement lorsqu’elle accepta sa requête. Suite à quoi elle se leva, après s’être rafraîchie, pour ainsi débuter l’Épreuve qu’elle avait mentionné quelques instants plus tôt.

- Très bien. Nous avons planifié plusieurs actions sur Taiyô et le Colisée dans les semaines à venir. Une fois que nous aurons consolidé nos positions et apaisé la population, nous pourrons alors nous aventurer sur des pentes relativement plus glissantes.

Il se garda plusieurs questions, notamment sur le clan établi à la Porte de l’Est ainsi que sur la mission ayant échoué à la Cité du Nord et qui avait vu l’organisation se faire subtiliser un document important. Il était toutefois temps pour le Sang-Mêlé de faire ce pour quoi il était venu : éveiller son Ancêtre de l’Adresse.

Un mélange d’appréhension et d’excitation jaillit de ses entrailles, alors qu’ils pénétraient la partie souterraine de la bâtisse dont lui avait parlé Mukoro. Une très large pièce cernée de pierre, dans laquelle ils avaient gagné autrefois la possibilité d’apprendre la technique interdite du Scellement Divin.

L’Héritière Ancestrale vint alors poser sa main sur l’oeil gauche et murmurer une suite d’incantations, tandis qu’elle maintenait un signe incantatoire de sa main libre. Le rituel pouvait alors commencer. L’Asaara se laissa faire et prit une longue respiration, avant de se laisser tomber dans l’Inconnu. Il faisait confiance à la Meikyû et se libéra d’éventuels doutes, qui surgirent toutefois lorsqu’une douleur aigûe surgit et qu’un voile de Ténèbres s’enveloppa autour de lui.

Une Larme de Sang, de nouveau, jaillit de son oeil marqué. Mais cette fois-ci, il sombra dans l’inconscience la plus totale.


Ses yeux se rouvrirent dans le noir. Ou tout du moins, il avait l’impression de voir du noir. Incapable ne serait-ce que de distinguer son propre corps, c’est à ce moment qu’il se rappela comment il s’était retrouvé dans cette position aveugle. Il se remémora Manako et ses paroles, “essaye d’habituer tes yeux à ton nouvel environnement”. Et tandis qu’un semblant de panique s’empara de ses tréfonds, il put voir, loin au-dessus de lui, sept sources de lumière difficilement distinguables qui trônaient au-dessus des Limbes de l’Infini.

Il tenta vainement de plisser les yeux, mais difficile de mieux les voir. Elles semblaient loin, très loin. Comme si elles regardaient d’un autre Monde et veillaient sur celui-ci.

Doucement, il put voir comme un fil de Rubis sortir de là où aurait dû se trouver son coeur et qui partit à la conquête des Sept Lumières. À mi-chemin, il rencontra un flux Émeraude qui le relia à l’une des formes qui, soudainement, parut plus distinguable et de laquelle émanait la même couleur que celle qui caractérisait le Sceau de Meikyû Jotaro, le chef de clan. On aurait dit, de loin, une Femme de Grande Taille. Loin d’être inconnue pour Ôji, il comprit alors ceux qu’il avait devant lui.

Il comprit également le but de l’Épreuve. Qui se ferait sous l’oeil de Juges Divins dont il avait l’honneur et le privilège de sentir aussi intensément la présence. Car quand bien même il ne pouvait les voir tels qu’ils étaient réellement, leur présence était bel et bien réelle.

"La seule manière pour toi de te faire accepter par un Ancêtre est de t’illustrer dans son domaine, de te montrer digne de son pouvoir."

Le Sang-Mêlé avait d’ores et déjà compris que ses yeux étaient la clé de cette épreuve. Pour montrer au Dieu de l’Adresse qu’il était à la hauteur de son pouvoir, il devra le distinguer parmi les six et surtout, hausser sa longueur d’onde pour ainsi l’atteindre. De la même manière qu’il le faisait naturellement avec la Déesse du Renouveau.

Des six formes, qui semblaient toutes pareilles à première vue, le temps permit à Ôji de distinguer certains détails : l’un semblait en retrait des autres, l’un était proche de la Déesse et un autre paraissait plus imposant. Tout du moins, était beaucoup plus dense que ses confrères. En se concentrant sur celui-ci, l’Asaara put sentir la même aura écrasante et destructrice que celle qu’avait déployé le Yondaime Raikage face à Shukaku. Il s’agissait là du Dieu de la Guerre.

Se remémorant sa discussion avec le Fils Meikyû, qui lui avait listé les Ancêtres dont il connaissait l’existence, il lui avait paru étrange qu’il ne lui en cite que six, tandis que les plus anciens livres parlaient de Sept Maîtres des Sceaux. Était-ce celui qui se trouvait en retrait ? Sur le moment, Ôji se demanda les raisons d’une telle rareté d’apparition chez les Héritiers Ancestraux et le pouvoir qu’il détenait…

Voilà deux certitudes sur lesquelles il se reposa. Ensuite, sa première réflexion fut d’associer l’Ancêtre de Putréfaction, qui détruisait les cellules, au Renouveau et qui la complétait donc. Il s’agissait là du lien le plus évident, mais encore fallait-il que cela soit le bon raisonnement. Il décida de suivre son instinct et de réduire l’équation aux trois Divinités restantes : Adresse, Insatiabilité et Élévation.

Incapable de les distinguer, l’Enfant du Désert s’y prit différemment. Comme lorsqu’il avait tenté de joindre l’Ancêtre du Renouveau, il tenta de rehausser la portée de sa longueur d’âme en joignant ses énergies spirituelles et physiques à celles de la nature. Se faisant, il pouvait ainsi faire transiter beaucoup plus facilement ce même fil rouge dans l’Espace et briser les barrières du Temps en se liant à des Êtres ayant vécu à l’Aube du Désert.

Il fallut un long moment, inquantifiable, et de nombreuses tentatives pour que l’Asaara puisse réussir sa prouesse. Car cette fois-ci, c’était à lui seul d’atteindre le bon Ancêtre, contrairement à sa relation réciproque avec la Déesse du Renouveau. Mais l’incroyable arriva lorsque lien se divisa en deux et vint s’accrocher à deux des trois sources lumineuses. À ce moment précis, une sensation particulièrement intense sembla aspirer son coeur et son âme. Ses pieds perdirent appui et son corps se déroba tout entier, alors que sa respiration fut comprimée et son souffle coupé.

- Que..!

L’instant qui suivit, peut-être, lui sauva la vie. De manière beaucoup plus légère, il put sentir, ou plutôt voir, des marques qu’avaient laissé Meikyû Manako et Meikyû Raizen sur chacun des deux Ancêtres auxquels il venait de se rattacher, de manière quelque peu surnaturelle.

On disait que le hasard était la signature des Dieux...venaient-ils de parapher la fin de l'Illustration ?

Dans un ultime réflexe, Ôji se délia de celui qu’il comprenait être son Troisième Ancêtre, celui de l’Insatiabilité, qui habitait également le Raikage, et se raccrocha entièrement à celui de l’Adresse tandis que son corps sombrait dans les Profondeur de ses Ténèbres.

Le lien, qui arborait une couleur ambrée, l’empêcha de s’enfoncer dans ses Dernières.

Et avant de perdre de nouveau connaissance, des Mains rassurantes vinrent le retenir. Ses yeux en croisèrent d’autres et, au fond de ceux-ci, il put voir l’Infini.

Les Pupilles de la Vérité.


Dans la Réalité, on pouvait voir l'Enfant du Désert mener un combat qui prenait lieu dans son for intérieur, au coeur même de ce qui relie Fils et Filles Meikyû à leurs ancêtres. C'est le front suant, après de longues heures de bataille mentale, que son corps se déroba, inerte. Plusieurs jours de léthargie passèrent durant lesquels Manako ne sut savoir si il avait réussi l'Épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Meikyû Manako
Meikyû Manako

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Dim 17 Jan 2021 - 21:49
Dans ce hall sous-terrain dans lequel la Meikyû avait convié son invité à une épreuve clanique destinée à recevoir la bénédiction de l’Ancêtre de l’Adresse, bien qu’elle ne lui ait dispensé aucun conseil explicite, elle savait la peur panique qui saisirait ceux qui pour la première fois seraient privés de leur sens le plus indispensable qui soit, la vue. Personne n’était mieux placée que l’Oeil pour savoir le rituel qui permettrait aux disciples n’ayant pas encore éveillé leur relation avec cet Ancêtre relativement abscons de par le fait qu’il était relativement difficile de communiquer avec lui, ou encore de l’impressionner suffisamment pour recevoir son don. Cette épreuve était donc toute trouvée pour le novice Meikyû qui parcourait les limbes à la recherche de ces monolithes ancestraux parmi lesquels il reconnut ceux qu’il avait déjà apprivoisé. Happé dans un monde sur lequel il n’avait aucun contrôle, l’Enfant du Désert se rappelait des enseignements du Raikage, s’appuyant sur son expérience pour se rapprocher de la vérité.

De l’extérieur, le visage grimaçant et transpirant de l’Oeil larmoyant avait soudainement changé, l’expression se détendait et sa respiration reprenait un rythme apaisé, des signes qui permirent à Manako de comprendre que l’épreuve se déroulait de manière prometteuse. Elle savait aussi qu’il ne s’agissait qu’une étape dans le pèlerinage mental et qu’il lui restait encore à prouver qu’il méritait de recevoir le pouvoir de l’Adresse des Meikyû. Contrairement aux membres du clan qui étaient nés et formés parmi leurs condisciples, celui-ci était né sous une étoile étrangère, découvrant à peine son lien de sang avec les maîtres du scellement. Il ne tenait qu’à lui de prouver qu’il n’était pas pour autant dénué de potentiel et qu’il était en capacité de réussir une épreuve dont il ignorait complètement la nature, plongeant avec résolution dans un monde nébuleux où il était facile de se perdre.

La transe spirituelle arriva à son terme quand il fut frappé de nouveau par l’inconscience, tombant inerte sur le sol calcaire du hall des partisans. Le temps vécu dans cet au-delà onirique était multiplié par rapport à la réalité, quelques jours d’alitement pouvaient être ressentis comme plusieurs semaines de songe. Mais l’expérience avait évidemment une variance qui dépendait forcément des personnes, ainsi il arrivait que certains soient à tout jamais piégés dans l’obscurité, privés de la vue, tandis que d’autres se voyaient octroyer la bénédiction de l’adresse après un court moment, voire immédiatement. Il n’était pas surprenant pour la Meikyû de constater que celui-ci était tombé dans un coma profond, une période pendant laquelle elle chargea ses camarades de veiller sur lui dans l’une des chambres qui leur restait. Heureusement, l’un des membres de leur organisation avait les compétences médicales pour maintenir la condition de leur hôte, jusqu’à ce qu’il se réveille enfin, jusqu’à ce qu’il parvienne à surmonter ce que l’Ancêtre lui réservait.

Ce n’est qu’après cette longue attente que le fils de sang-mêlé se réveillerait comme d’un mauvais songe qu’il finirait par oublier, dans une pièce humblement décorée, une fenêtre laissait passer les rayons de l’astre doré à son zénith, au milieu de la journée. Les bras croisés contre la fenêtre, le dernier visage de profil qu’il avait aperçu (du côté de l’oeil tatoué) avant de s’évanouir était celui qui l’accueillait à son retour. Elle se tourna légèrement, quelque peu curieuse de savoir comment s’était passé son épreuve. Elle parut afficher un mince sourire, mais toujours empreint de son habituelle formalité.

« Bon retour parmi les vivants, confrère. »


Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Mar 19 Jan 2021 - 20:51


Les jours défilèrent, tandis que l'esprit du Silencieux basculaient entre rêves et semi-réalités. Des images flous, des souvenirs perdus et des cauchemars onirique se succédaient, tandis que ses yeux demeuraient clos. Et pourtant, ils semblaient ouverts et pointés vers le ciel, vers une Lumière éclatante qui lui permettaient de garder une vision claire lorsque les ténèbres envahissaient son coma.

Au fur et à mesure que le temps s'écoulait, la Lumière semblait plus proche. Impossible de dire si son corps s'élevait vers les cieux ou s'il s'agissait de ces derniers qui s'approchaient de l'Enfant du Désert.

Et si cette Lumière était le Dieu de l'Adresse ?

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] 210119073847284581

Le Sang-Mêlé se redressa brutalement, soudainement rattrapé par le Présent qui le rappela à la Réalité. Il pouvait sentir un semblant de picotement sur son oeil gauche, qu'il pressa contre la paume de sa main. L'esprit embrumé, il n'avait pas remarqué qu'une jeune femme se tenait à ses côtés, le regard mi-inquiet mi-curieux. Il sursauta légèrement lorsqu'il put distinguer clairement, au milieu de ses entrailles et se déversant dans tout son corps, la colossale source de chakra dont elle disposait.

- Comment se fait-il que...

A peine le début de cette phrase fut prononcée que les récents évènements lui revinrent en mémoire. La Porte du Nord, l'Épreuve,... lorsque ses yeux quittèrent le coeur de la jeune femme, il put voir qu'il s'agissait en réalité de Manako. Une fatigue certaine s'étant emparée de lui, amoindrissant ses réflexes et sa vivacité d'esprit, le forçant à prendre quelques secondes avant de formuler sa prochaine phrase.

Son sourire, cependant, était bel et bien réel. Une impression d'accomplissement et de fierté transpirait de son corps, au même titre que la gratitude infinie qu'il éprouvait envers la Dernière Gardienne de Kaze.

- On dirait bien que j'ai réussi. À un moment, j'ai pensé que mon esprit allait sombrer mais...j'ai été rattrapé par quelqu'un. Dans cet Au-Delà, j'ai vu sept Lumières qui me jugeaient et jaugeaient. Penses-tu qu'il est possible que j'ai pu faire face à nos Ancêtres ? Comment font ces Dieux, si je peux les appeler ainsi, pour continuer à résonner en nous à travers le Temps et l'Espace ? Un jour, je l'espère, je pourrais moi aussi atteindre une certaine de maîtrise de nos arcanes claniques en continuant à sonder mon Âme. En attendant, je pense que tu devrais songer à prendre la tête du clan et accompagner d'autres Héritiers Meikyû comme tu l'as fais avec moi. N'est-ce pas ton maître qui est à l'origine de ce déclin qui frappe actuellement notre Clan ?

Il fixa de nouveau le plafond. Cependant, son regard s'élançait bien plus loin, bien plus haut. De nombreuses choses l'avaient percuté, lors de cette épreuve spirituelle. Malgré la découverte tardive de ses pouvoirs, il voyait à quel points la relation entre Ancêtres et Descendants était profonde. Et plus il apprenait, plus il comprenait qu'il ne savait rien...

- Oh et avant que j'oublie ou que je ne m'évanouisse subitement, commença-t-il en se redressant avec difficulté, il faut que tu saches qu'ici, à la Porte Nord, un document hautement important ayant pour sujet une zone inexplorée à Kaze nous a été subtilisé par une marionnette, alors que nous étions partis à la rencontre de l'Antiquaire. La personne qui contrôlait ce pantin l'avait au préalable attaqué, avant de nous tendre une embuscade. As-tu entendu le moindre écho à ce sujet ? Celle qui, avant d'être vaincue, a provoqué la libération du Dieu du Désert était une marionnettiste de haut niveau, je ne peux m'empêcher de faire le lien avec elle...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Meikyû Manako
Meikyû Manako

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako] Empty
Mar 26 Jan 2021 - 21:23
Une renaissance venait d’avoir lieu sous ses yeux bienveillants, un nouvel héritier de l’Ancêtre de l’adresse était né et récupérait encore de cette expérience transitoire entre le monde spirituel et la réalité. La marque qu’elle avait tamponné sur l’oeil de son comparse avant qu’il ne perde conscience s’était illuminée, réagissant au nouveau pouvoir qui bouillait à présent dans son corps, lui-même semblait s’en rendre compte alors qu’il reprenait ses esprits, encore secoué par cette expérience à l’article de la mort. A la fois enthousiasmé et illuminé par la révélation dont il a été le témoin privilégié, le Meikyû à la larme de sang tentait de mettre des mots sur ce qu’il a vu, ou du moins croit avoir vu. Des silhouettes qui semblaient représenter les Ancêtres et qui l’observaient tandis qu’il naviguait dans l’obscurité, l’une de ces entités avait tracé un chemin pour qu’il puisse retrouver son chemin. Lui-même n’était pas sûr d’avoir affaire aux Ancêtres, pouvaient-ils vraiment se manifester à l’intelligence humaine de cette façon, ou était-ce simplement le fruit de son imagination? Tant de questions qui tournaient et se retournaient dans sa tête, espérant trouver des réponses auprès de son interlocutrice qui avait bien plus d’expérience que lui dans le domaine.

« C’est fort probable. Les Ancêtres se manifestent sous plusieurs formes à notre entendement lors que l’on se lance dans ce voyage spirituel, tout dépend du réceptacle et de la force de la connexion qui les lie à toi. C’est déjà bon signe si tu as pu les voir, et si l’Adresse a répondu à ton appel, c’est qu’il t’a jugé digne de porter son pouvoir dans le monde des mortels. »

Elle-même se souvenait à peine de sa propre expérience avec les Ancêtres, la première fois où elle avait fait cette épreuve pour espérer recevoir leur bénédiction. En la voyant exceller au tir à l’arc, les anciens du clan dont Meikyû Jotaro avaient remarqué chez elle un talent inné presque divin, ils avaient alors deviné le lien secret et tout puissant qu’elle entretenait avec l’Ancêtre de l’Adresse, bien supérieur à sa connexion avec les autres Ancêtres. Certains avaient une relation égale avec l’ensemble des Sept, tandis que d’autres étaient prédisposés à une discipline en particulier. Elle se demandait donc si le Sang-Mêlé appartenait à l’une de ces catégories. Il évoqua la situation du clan, et lui suggéra de prendre la succession de Jotaro dont la politique avait donné lieu à un “déclin” d’après ses mots. Il semblait au courant de la relation de maître et élève qui avait autrefois défini son rapport avec le chef de clan, mais tout cela appartenait au passé et elle avait depuis complètement coupé les ponts.

« Je n’ai pas pour ambition de devenir chef de clan. Cela fait un moment que les affaires du clan ne m’intéressent plus et ne me concernent plus. A leurs yeux je ne suis qu’une rénégate… Ce n’est pas si loin de la réalité, même si ma réputation me précède encore et semble me suivre inlassablement. J’ai servi le Premier Cercle avec fierté et loyauté, et je continue à le faire encore. »

Son regard devint plus grave quand elle apprit ce qui s’était passé ici-même à la Porte Nord, à la boutique de l’Antiquaire où l’organisation avait tenté de découvrir des informations sur une zone inexplorée de Kaze. Un marionnettiste les aura attaqué par surprise et subtilisé les précieux papiers qui leur aurait permis de découvrir la localisation de ce lieu légendaire.

« Cela me dit quelque chose oui. Mes hommes ont découvert la boutique en ruines, c’était donc vous… et ce marionnettiste. Si je devais deviner de qui il s’agit, je dirais que cet homme travaillait pour le clan Kurogo à la Porte du Vent de l’Est. Ils se sont complètement effacés sous l’autorité du Premier Cercle, l’Impératrice avait réussi à limiter leur influence ainsi que leurs manigances. Je ne suis pas vraiment surprise de savoir qu’ils reviennent en force. J’étais personnellement chargée de débusquer leurs agents infiltrés, ils sont souvent là où on s’y attend le moins. Je vais me renseigner sur leurs récents agissements et la marionnettiste que vous avez affrontée lors du réveil du Dieu du Désert, et je vous recontacterai dès que j’ai du nouveau. »

Elle s’approcha ensuite d’un porte-manteau où était accrochée une cape permettant de recouvrir son visage (même si son tatouage à l'œil restait à moitié visible sous l’ombre de la capuche) et marcher discrètement dans les rues, elle accorda une dernière parole à son frère de clan avant de le quitter.

« Sur ce, je dois me rendre quelque part. Je te souhaite donc bonne route, et que les Ancêtres veillent sur toi. Asaara Ôji. »
Revenir en haut Aller en bas

Les Pupilles de la Vérité [Meikyû Manako]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Porte du Vent du Nord
Sauter vers: