Soutenez le forum !
1234
Partagez

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa]

Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Sam 14 Nov 2020 - 20:25




Premier contact



Les mains dans les poches, cela faisait maintenant de longues journées que je marchais dans la direction que je pensais être celle du village d'Iwa. Après tout, je n'y avais jamais été, et il fallait dire que mon sens de l'orientation n'était pas le meilleur qui existait en ce bas monde. J'avais pensé pouvoir user de mes capacités ninjas pour pouvoir débusquer ce village, mais la réalité m'avait rapidement rattrapé. Si jamais j'usais de jutsu de manière imprudente, je risquais de causer des dommages au terrain et aux vies alentours. Ce qui risquait de me coller une étiquette de criminelle sur le dos dont je pouvais très bien me passer. Soupirant, déçu de ne pas pouvoir vérifier si je prenais la bonne direction ou pas, je me résolus à avancer, faisant un pas après l'autre sur les routes dégagées du Pays de la Terre. Si au début il y avait eu de nombreuses forêts, le paysage c'était lentement vidé de sa verdure pour laisser place à une majorité de montagnes et d'une couleur argile. Après quelques instants de réflexion, je me fis la remarque que j'étais certainement dans la bonne direction.

Après encore de longues heures, j'étais finalement arrivé là où je comptais me rendre. Pendant bien longtemps, j'avais entendu parlé de ces grandes montagnes qui encerclaient l'entrée de la ville. Posant ma main au sol, je pris une petite inspiration, et sentis la terre vibrer sous ma paume. Dans la direction que j'inspectais, quelque part au nord de là où je me tenais, je sentais tout un tas de petites vibrations, des pas, m'indiquant qu'il y avait très certainement une ville dans la direction que j'escomptais. J'étais donc dans la bonne direction. Continuant à avancer, je me retrouvai rapidement entouré par les montagnes, et quelques mètres plus tard, je pus apercevoir sur les flancs rocheux des coulées noirâtres formant presque des visages sur la surface de ces dernières. Prenant un temps pour admirer le travail de celui qui avait fait ça, je reconnus là la signature d'une capacité shinobi bien connue à Iwa : Le Yoton. Un clan du village, les Borukan, semblait être capable de manier la lave, qui se trouvait être l'alliance du Doton et du Katon. Et malgré le fait que je maîtrisais chacune des cinq affinités primaires, j'étais incapable de les combiner comme le faisaient ces membres du clan volcanique d'Iwa. Mais je n'étais pas là pour ça.

Je finis mon chemin pour arriver devant les portes du village, si on pouvait les appeler ainsi. J'étais étonné une fois de plus que, malgré les récents évènements, Iwagakure no Sâto ne soit pas en pire état que cela. Ils avaient affronté le Yonbi, pour l'amour du ciel. J'avais été en contact avec la stèle du Gobi pendant assez longtemps pour en ressortir qu'une fraction de sa puissance, et cela avait été terrifiant. Insondable. Ces entités possédaient une puissance capable de raser des villages entiers. Et malgré le fait que j'avais cru comprendre que les puissances ninjas s'étaient vus gratifier de techniques anciennes que peu de gens connaissaient -et cela m'étonnait grandement de mes anciens compères-, j'étais toujours aussi surpris de voir la vitalité de cette ville. Je n'allais pas déblatérer sur le fait que les grandes puissances ninjas avaient pendant bien longtemps fait du n'importe quoi. Un n'importe quoi qui leur avait valu de s'aliéner ma sympathie. Toutefois, les choses avaient semblait-t-il lentement fini par rentrer dans l'ordre. Ils n'étaient pas parfaits, mais face à une plus grande et plus commune menace, ils avaient su s'allier. Etaient-ils pour autant capable de continuer sur cette voie ? Ce n'était pas maintenant que j'allais en juger. Arrivant devant les portes, j'attendis quelques courts instants avant que l'on notifie ma présence. Les mains toujours fourrés dans mes poches, j'attendis patiemment et finis par élever un peu la voix.

-Je me présente, Shizen Seiki, j'aimerais parlé à un haut gradé de votre village...

Je ne savais pas exactement comment s'organisait la hiérarchie dans u village shinobi, et j'imaginais qu'elle était très différente de la manière de faire de Hikari, mais ce dont j'étais sûr c'était qu'il y avait des chefs de ces villages. Et s'il y avait des chefs, il devait certainement il y avoir une quelconque hiérarchie. Je n'étais pas très loquace pour ma part, je n'aimais pas m'éterniser en paroles et me répéter plusieurs fois. Appelez-moi paresseux, j'en avais certains traits à coup sûrs, mais c'était ainsi que j'étais. Maintenant, allons voir ce que la Roche avait à m'offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Dim 15 Nov 2020 - 14:21

Cela faisait maintenant quelque temps que les choses s’étaient calmées pour moi, quelques temps que j’avais quitté l’hôpital et que j’avais su calmer cette colère sourde qui s’était tapie au fond de moi. Pour autant, même encore aujourd’hui, j’étais incapable de dire si cette ébullition qui m’avait fait agir de manière déraisonnée, notamment lors de mon dernier entraînement avec Meho, avec le résultat que l’on connaît, était une irritabilité personnelle ou une rage plus profonde, causée par le démon que j’hébergeais. Depuis que j’étais devenu le réceptacle et que je m’étais mis à réfléchir à nouveau normalement, j’avais plusieurs fois tenté de méditer sur ma situation, essayant de rencontrer en contact avec celui qui cohabitait avec moi, mais, mis à part quelques démonstrations physique de son chakra, je m’étais vite rendu à l’évidence qu’aucun échange ne semblait possible, du moins, pas maintenant, ou, pas dans les conditions que j’avais moi-même expérimentées.

De retour au village après une mission menée en collaboration avec Masami et Yanosa, malgré le manque flagrant d’effectif liés aux nombreux blessés graves que nous avions eu pendant l’attaque de Yonbi, je trouvais tout de même le temps de prendre un moment pour moi. Dans le village, les choses commençaient à se reconstruire tout doucement, pierre après pierre, et si malheureusement mes restaurants préférés n’étaient plus qu’un tas de gravas ou simplement fermés pour ceux n’ayant pas été balayés par la fureur du démon à quatre queues, il n’en restait pas moi qu’il fallait nourrir celles et ceux qui participaient à la reconstruction de notre cité. Finalement, si une sorte de cantine sans grande prétention, œuvrant plus pour la quantité que la qualité avait été mise en place par le Shishiza à n’en pas douter, quelques échoppes mobiles étaient revenues, proposant à nouveau quelques plats intéressants, bien que la diversité ne soit pas encore là. Ainsi, en cette période estivale, je jetais rapidement mon dévolu sur un vieil homme rabougri par le temps qui préparait sur un petit barbecue quelques brochettes de poulet. Rien ne bien complexe en ces temps difficile, sûrement impossible de trouver de l’anguille par exemple, mais l’odeur de la marinade qui se dégageait de ce fumet grillé venait emplir mes narines.

Marchand tranquillement dans les rues du village, plusieurs brochettes en mains, c’est au moment où je dégustais un morceau de poulet encore juteux, laissant une explosion de saveur en bouche que j’assistais à l’arrivée d’un inconnu aux crocs rocheux. Si cela n’avait rien de surprenant ou de rare compte tenu de la position commerciale du village, même encore aujourd’hui avec tous les artisans qui venaient aider à la reconstruction des lieux, l’homme à la chevelure blanche ne ressemblait absolument pas à un entrepreneur quelconque. Observant la scène avec curiosité, sa demande vint rapidement confirmer ce que je pensais. L’homme désirant parler à un haut gradé n’était donc sûrement pas là pour aider à déblayer les gravas ou à façonner de nouvelles habitations.

Alors que les gardes à l’entrée semblaient quelque peu surpris par cette demande pour le moins incongrue en l’état actuel des choses, finalement, je décidais d’intervenir rapidement, élevant légèrement la voie pour me faire entendre, se faisant retourner les protecteurs de l’entrée de la cité vers moi, l’un d’eux, le regard inquiet.

« Je prends le relais si vous voulez bien. » intervins-je envers les gardes.
« Enchanté. Je suis Miyamoto Teruyo. » en me tournant alors vers Seiki.

Finissant de déglutir une bouchée de poulet, je transférais mes deux brochettes dans ma main gauche, essuyant maladroitement la droite sur mon pantalon, laissant une petite tâche de gras avant de la tendre vers mon interlocuteur en guise de salutation.

« Que pouvons-nous faire pour vous ? Qu’est-ce qui vous amène chez nous en ces temps … compliqués ? Vous ne ressemblez pas à un marchand si je puis me permettre. »

Souriant, ayant depuis peu repris mon humeur et mes mimiques habituelles, acceptant mieux ma nouvelle condition que dans les premiers jours après ma sortie de l’hôpital, je regardais là notre invité avec un regard pétillant, attendant sagement sa poignée de main et son intervention.

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Dim 15 Nov 2020 - 15:58
« Je prends le relais. »

Les regards des deux Chûnin en poste en hauteur au niveau des Crocs Rocheux se tournèrent vivement vers lui, surpris par son arrivée silencieuse par la voie des airs. Le Tellurique, pourtant d’ordinaire plus familier des voyages souterrains, choisissait pour sa convalescence d’effectuer la plupart de ses trajets rapides en usant du Mitsudo, une façon d’épargner un maximum ses blessures et de faciliter leur cicatrisation. Sans un bruit, le corps recouvert de bandages sombres de l’Oterashi termina sa descente en douceur, son pied touchant finalement terre au moment où son poids retrouvait son état normal.

« Y-Yanosa-san ?
- Je reviens de l’hôpital et ma ronde commence dans quinze minutes, inutile que je me lance dans autre chose. Considérez-vous relevés. »

Leurs regards, remarqua-t-il, ne purent s’empêcher de le détailler des pieds à la tête. Son nom de Guerrier brûlé avait fait le tour du village, mais avoir sous les yeux cette masse de chair calcinée en cours de cicatrisation était autre chose que de simplement en entendre parler. Déglutissant, un premier Chûnin se retourna complètement et le dépassa sur le côté, bientôt suivi par le second.

« ...Okey, merci mec. »

Il ne leur répondit que par un bref hochement de tête, impassible, avant de prendre concrètement leur place en commençant à prendre la température, diffusant partout dans les Crocs et les montagnes environnantes les sens que lui conférait la Terre elle-même. L’après-midi avança dans le calme sous le soleil estival, pesant et impitoyable surtout en altitude. Plusieurs équipes passèrent l’entrée, que l’Oterashi reconnut sans peine grâce à leur chakra, rien qui ne sortait de l’ordinaire et de la routine qu’essayait doucement de récupérer la cité. Concentré, Yanosa finit cependant par sentir approcher une entité unique et, lorsqu’il en sonda le chakra pour tâcher de le reconnaître, n’y trouva aucun échos dans sa mémoire. Son degré de vigilance, instinctivement, monta d’un cran, alors même que l’individu en question n’était pas encore en vue. Aux alentours, aux positions clés en altitude occupées par d’autres équipes de surveillance, l’attention de ses collègues également finit par être attirée par celui qui finit par se présenter physiquement dans le passage.

Il s’agissait d’un homme grand, paré de rouge et aux cheveux blancs taillés court, et si rien dans son attitude, à cette distance en tout cas, ne pouvait laisser penser qu’il pouvait s’avérer hostile, le guerrier brûlé en avait fini depuis longtemps avec les présuppositions optimistes. Mais tandis qu’il s’apprêtait à intervenir suite à l’injonction de l’homme qui venait de se présenter comme étant Shizen Seiki, un autre chakra qu’il connaissait bien celui là fit irruption dans la scène que lui dépeignaient ses sens aux aguets. Teruyo. Un homme sûrement tout aussi alerte que lui, mais aux facultés diplomatiques certainement plus adaptées aux nouvelles rencontres. Yanosa lentement s’accroupit du haut de son perchoir rocheux, épiant la scène en calant son avant-bras sur le genou. Avec le maître de la lumière comme interlocuteur et son attention focalisée sur lui, ce Seiki aurait toutes les occasions de trahir d’éventuelles intentions cachées sous l’oeil affûté de l’Oterashi, qui s’assurerait comme lui imposaient à la fois son devoir et sa conscience de faire suivre à ce parfait inconnu les procédures en vigueur.

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Lun 16 Nov 2020 - 16:51




Premier Contact



Comme je m'y attendais, il devait très certainement il y avoir une hiérarchie dans ce village shinobi, car lorsque je m'annonçai, une troisième personne arriva presque en catastrophe. J'exagérais un peu, mais alors que les deux compères qui se trouvaient aux portes semblaient visiblement perdus et un brin perplexes par ma venue, ils accueillirent le troisième larron un peu tel un salvateur. Leur soulagement, bien que fin, me faisait penser que le dernier arrivant devait occuper un poste plus haut placé que ces derniers, l'habilitant à prendre en charge les choses. Un homme, visiblement brun qui devait avoir la trentaine d'années, mais qui se lisait plus sur la maturité de son expression plutôt que la présence de quelques poils. Je n'étais pas non plus un exemple de pilosité, je n'allais donc certainement pas critiquer. Pour revenir au fait, mon interlocuteur était un peu plus âgé que moi donc, mais j'avais cru comprendre que cela ne définissait pas forcément le rang chez eux, comme partout ailleurs.

Peu importait à vrai dire, j'accueillis donc la venue du shinobi avec un hochement de tête lorsqu'il se présenta à moi. Miyamoto...Je ne connaissais pas ce nom de famille, il ne sonnait absolument aucune cloche dans mon esprit. Il ne faisait pas parti des grandes familles connues d'Iwa comme les Borukan, les Chokoku ou encore les Hyûga. Comment je connaissais tout cela ? J'étais un curieux de la nature, mais aussi et surtout un curieux de nature. Ce n'était pas parce que je n'accordais que peu de crédits à ces grandes puissances que je n'avais pas pris le temps d'écouter et de me renseigner sur ces dernières. Et surtout sur leurs capacités. Mais je savais qu'un village shinobi n'était pas déterminé que par les noms des grandes familles qui le composaient. Il y avait bien d'autres capacités existant en ce bas monde, et croire que j'avais à faire à un incompétent ou à un gignole serait une grave erreur. J'eus un petit sourire pour la dernière remarque de mon interlocuteur qui visait certainement à apporter le sujet avec douceur, dans une manoeuvre diplomatique.

-Enchanté de même, Miyamoto-san. Eh bien...on peut dire que je viens prêter main forte.

C'était une manière bien légère de résumer la situation, et pour cause je préférais souvent économiser mes mots plutôt que de déblatérer de grands monologues qui, au final, ne servaient pas à grand chose. Toutefois il m'était d'avis que mes interlocuteurs ne se contenteraient pas d'une telle réponse, surtout dans ce genre de contexte. Reprenant alors la parole après une petite inspiration, j'enchaînai assez rapidement.

-J'ai entendu les mots de Sakaze Tôsen, et il faut dire que ses ambitions...ne me vont pas. J'ai aussi entendu parler d'une certaine Coalition, et bien que j'ai du mal à y croire, je suis prêt à accorder le bénéfice du doute.

Je ne savais pas si mes paroles étaient un peu abruptes ou peu équivoques malgré mon ton calme, toutefois je ne pouvais m'empêcher de dire ce que je pensais en tentant de mettre le plus de filtres possibles. Après tout, j'étais ici pour aider les villages cachées à arrêter l'Homme au Chapeau, car j'étais bien conscient que seul je ne tiendrais pas plus de quelques secondes contre lui. Et encore fallait-il m'estimer heureux si je parvenais à tenir ces quelques secondes. Dans bien des cas, le nombre ne faisait pas forcément la force, mais dans ce cas bien précis, et avec les personnes qu'il avait à ses côtés, nous ne serions pas de trop du reste du Yukan pour les affronter. Mais alors que je parlais avec le dénommé Teruyo, les poils de ma nuque se hérissèrent. J'avais l'impression d'être observé. Etait-ce par les guerriers derrière le shinobi ? Je ne pouvais m'en assurer maintenant au risque de pouvoir paraître hostile. Alors je fis comme si de rien était et continuai la conversation en cours d'un air détendu.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mar 24 Nov 2020 - 22:33

Le débonnaire en moi voyait là ma curiosité mise en avant face à cet inconnu qui se présentait comment un salvateur venu aider Iwa. Le shinobi en moi voyait l’étranger comme une potentielle menace suite à l’attaque de l’homme au chapeau sur le village, un danger qui serait susceptible de nous infiltrer sous de faux prétextes. Le membre du Manazuru voyait une opportunité de faire appel à une force nouvelle qui serait susceptible de nous aider après les pertes que nous avions subies. Quant au démon en moi, s’il voyait quelque chose, pour l’heure, il restait muet à mes tentatives d’appel. Finalement, c’est moi, Teruyo, un savant mélange de tous ces « moi » qui s’entremêlaient qui était là devant l’homme à la chevelure d’un autre âge. Toutes ces idées étaient bien ancrées dans ma tête et nécessairement mon approche devrait être un savant mélange de toutes ces pensées si particulières.

Sans trop de surprises, celui qui se faisait appeler Seiki semblait serait face à la situation à laquelle il était confronté. De toute manière, si cela ne prouvait pas réellement grand-chose, cela pouvait toutefois permettre d’émettre quelques hypothèses. La première, une force certaine que je corrélais à cette certaine dose de confiance qui émanait de lui, et qui signifiait donc qu’il devait être certain de ses capacités pour ainsi se présenter de cette manière. La deuxième chose que l’on pouvait déterminer était la connaissance de la situation du village. Même si cela n’était pas caché, arriver ainsi, de cette manière semblait démontrer un intérêt notable pour le village, et donc avoir eu par le passé une attention certaine pour les affaires de la cité. La question qui venait légitimement après était donc de savoir pourquoi maintenant et non avant. Cela, ses paroles suivant en apportèrent la réponse, ou du moins en partie. Ce sujet mériterait sûrement d’être approfondi avec plus de rigueur et de finesse.

« Prêter main forte ? Ma foi, c’est admirable. Nombreux sont celles et ceux à venir prêter main forte pour reconstruire le village. » indiquais-je en montrant quelques civils de divers métiers affairés à rebâtir notre cité.

Invitant le porteur du long manteau rouge à me suivre, après avoir englouti une nouvelle portion de ma brochette, je lui tendais une seconde avant de poursuivre la bouche pleine.

« Hum … Cha viens chuste d’être cuit, chait encore très chroustillant. T’en veux ? »

Finalement, déglutissant mon juteux bout de poulet, je poursuivais la marche, invitant notre « hôte » à déambuler dans la ville en reconstruction. Passant ici et là, les dégâts étaient encore manifestement visible et le travail à accomplir flagrant. C’est en m’arrêtant devant une zone encore sous les débris, quelques volontaires en train de dégager les décombres que je poursuivais notre discussion.

« Tout le monde a entendu les mots de celui qui se fait appeler Tôzen. Pour autant, tout le monde n’est pas venu prêter main forte pour autant. Je peux comprendre que ses ambitions ne te conviennent pas, mais pourquoi intervenir maintenant ? Pourquoi Iwa ? Pourquoi ne pas être intervenu plus tôt ? Surtout si comme tu le dis, tu as eu vent de la Coalition qui s’est élevée au sein des villages. C’est une première dans l’histoire de notre monde, l’information était connue de tous à travers les informations du kunai émoussé et pour autant, c’est aujourd’hui que tu décides de venir à notre rencontre, lorsque les villages cachés sont exsangues et affaiblis, lorsque les infiltrer sous couvert d’une aide providentielle serait la bienvenue. »


Tournant mon regard vers les ouvriers qui s’affairaient, je poursuivais mon discours.

« Tu comprendras sans mal qu’aujourd’hui, après tout ce qui s’est passé, la méfiance est de mise. Si tu affirmes vouloir nous aider, un but louable pour lequel tous les habitants du village te remercieront, que comptes-tu nous proposer exactement ? Quelle expertise nous apportes-tu donc qui puisse nous aider dans notre lutte contre l’homme au chapeau ? »


Le visage souriant, je fixais mon interlocuteur, attendant sagement une réponse de sa part.

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Jeu 26 Nov 2020 - 13:05




Premier Contact



Si mon langage corporel montrait une certaine détente, les mains dans les poches, j'étais bien conscient que ma venue pouvait poser pas mal de questions. Toutefois, il était assez clair que mon interlocuteur qui venait d'arriver était bien plus qualifié que les deux autres soldats à l'entrée pour prendre en compte un nouvel arrivant. Si les deux shinobis postés restaient globalement tendus, l'attitude du roux trentenaire se voulait aussi décontracté que la mienne. Toutefois, il semblait avoir mal interprété mes paroles. Si j'avais parlé d'aide, ce n'était non pas tant pour la cité de la Roche elle-même, mais plutôt pour le monde shinobi tel qu'on le connaissait aujourd'hui. Je ne m'amusai cependant pas à le contredire, et j'attendis patiemment la suite de son discours en jetant un coup d'oeil derrière lui pour observer quelques villageois s'atteler à la reconstruction. Et quelques instants plus tard, il se retournait en me faisant signe de le suivre sans clairement prononcer les mots. Partageant ce silence bienvenue, je le suivis d'un pas léger, les mains toujours dans les poches. Malgré des regards encore sur moi, je ne sentais aucune réelle menace, auquel cas mes mains dans mes poches n'étaient en rien un frein.

Je ne l'avais initialement pas remarqué, mais le shinobi d'Iwa qui avait pris en charge ma venue semblait être en train de manger...des brochettes de viandes ? A l'odeur presque alléchante qui s'en dégageaient, je devinai que c'était pas de la simple viande, mais du poulet. De quoi me mettre de l'eau à la bouche. Mais j'avais pris un repas juste avant d'arriver aux portes, et accepter la brochette de poulet qu'il me tendait reviendrait à de la pure gourmandise. Avec un petit sourire en coin et en fermant les yeux, je secouai la tête en signe de dénégation.

-Non merci, ça ira.

Entre temps, j'avais pénétré dans le village caché de la Roche, et sous la supervision de mon guide, nous marchions entre les décombres de la ville. Promenant mes yeux sur la scène qui se déroulait devant moi, j'étais encore surpris de voir autant de bâtiments debout. Cela pouvait s'avérer ironique de la part d'un étranger qui venait d'arriver, et c'était la raison pour laquelle je gardai cette réflexion pour moi, mais lorsqu'on savait ce dont était capable les Dieux...la prospérité de ce village restait à la fois un miracle et un mystère. Nous finîmes par nous arrêter devant des décombres où de multiples villageois s'attelaient à reconstruire ce qui était autrefois, et je fus un peu surpris de la confiance de mon interlocuteur. Les shinobis s'en moquaient-ils de leurs citoyens ? Pour me laisser être aussi proche d'eux, moi, un inconnu qui pouvait à tout moment décidé que ces vies n'étaient pas nécessaires, je ne savais pas si c'était de l'inconscience ou de la confiance. Se disait-il qu'il pouvait les défendre contre n'importe quelle menace ? Ou alors comptait-il sur mon bon sens pour ne pas déclencher d'esclandre au milieu d'un village shinobi ? Dans tous les cas, ce n'était pas la question du jour visiblement, et si Teruyo s'était vu décontracté, il ne perdait pas le nord pour autant. Je soupirai.

-Je ne suis pas un shinobi, loin de là. J'étais un gardien de la stèle des éléments. Jusque là, Tôsen ne semblait s'en prendre qu'aux puissances Shinobis, et ce n'était en rien mon problème. Le problème est...un peu différent à présent.

Je ne me targuais pas d'avoir des intentions louables envers les Shinobis, je ne ressentais pas particulièrement de compassion envers ces derniers, tout comme je ne ressentais pas forcément d'animosité. Si je n'étais pas intervenu plus tôt, c'était simplement que j'estimais les affaires du monde shinobi comme étant...leurs affaires. A eux seuls. La transparence à laquelle je m'adonnais pouvait paraître cruelle et insensible, mais je n'allais pas mentir pour autant. Sortant mes mains de mes poches, je plissai un peu les yeux en croisant mes bras sous mon torse.

-Toucher au chakra est totalement différent. J'y accorde beaucoup d'importances. Et je pense qu'il est assez évident que seul, je n'arriverai pas à grand chose. J'ai entendu parlé de la cité de la Roche, qui avait survécu à bien des catastrophes avec beaucoup...de panache. Je me suis dit que m'approcher de vous ne pourrait que m'être bénéfique, et à vous aussi je l'espère.

La dernière question de mon interlocuteur était, elle, plus embêtante. Mes expertises ? Je n'étais ni un constructeur, ni un boulanger ou un artisan...Aider la population n'était clairement pas mon fort, même s'il y avait certainement quelques petites choses que je pouvais réaliser dans ce but. Mais ce n'était pas mon intention.

-L'aide que je vous propose...est une aide militaire. Comme dit précédemment, je suis ancien Gardien de la stèle des éléments. J'ai reçu une formation à la maîtrise des affinités et au combat qui fait de moi...un guerrier qui se débrouille pas trop mal. En échange, je demande juste à participer avec la Coalition pour pouvoir arrêter cet homme.

Encore une fois, des paroles honnêtes et sincères qui ne s'embarrassaient pas de superflus. Je ne savais pas réellement comment mon interlocuteur allait réagir, mais s'il déclinait mon offre, je trouverais un autre moyen de faire les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Ven 27 Nov 2020 - 16:01
Du haut de son perchoir, dans l’anonymat que lui offrait le surplomb rocheux, le guerrier tellurique épia les moindres faits et gestes de celui qui s’était présenté comme Shizen Seiki. Notant mentalement son empreinte énergétique comme il l’avait fait pour tant d’autres individus auparavant, il salua également pour lui-même la décontraction du maître de la lumière, une approche parfois plus efficace et productive que la froideur et l’intransigeance que manifestait pour sa part l’Oterashi en pareilles circonstances. L’étranger aux cheveux blancs resta initialement assez vague, résumant ses intentions a leur plus simple expression : comme il se devait, le Miyamoto posa les questions adéquates pour creuser le sujet, invitant par la même occasion le Shizen à le suivre, brochette à la main, jusque dans l’enceinte proprement dite de leur cité meurtrie en pleine reconstruction.

De son propre avis, c’était là une largesse un peu trop ample que prenait Teruyo, mais c’était aussi très justement parce qu’il devait se savoir épaulé dans l’ombre qu’il devait se l’octroyer. En silence, Yanosa quitta son perchoir en lévitant dans les airs, camouflant par la même occasion son chakra pour prendre la suite du duo en toute discrétion. Que cet homme tente quoi que ce soit, et il finirait broyé sans sommation sous ne masse de roche, songea-t-il. Une façon brutale quoi que très efficace pour prévenir le moindre problème. L’Oterashi tendit en tout cas l’oreille pour ne rien louper des échanges entre les deux hommes, et à supposer que ce Seiki disait vrai, plusieurs choses apparurent de façon assez évidente le concernant.

La première, sans doute la plus importante, était l’animosité de l’ancien Gardien de la Stèle des éléments envers Tôsen. Une animosité qui avait cependant du attendre longtemps avant de pleinement se déclarer, en dépit de ce que le Sakaze avait fait subir à Hikari et ses occupants par le passé. Un éveil tardif, directement lié au second point le plus important que Yanosa dégagea de la réponse de Seiki, en apparence tout ce qu’il y avait de plus honnête : cet homme, au fond, n’avait que faire des shinobis, et par extension de leur mode de vie. Un point de vue difficile à assimiler pour le guerrier brûlé, même si il partageait à priori avec l’ancien gardien le besoin viscéral de garder intact on lien avec les éléments et le potentiel inouïe de création qui allait avec. Peu de chance, en tenant pareil discours, que le Shizen tente réellement de leur nuire, mais l’Oterashi mènerait malgré tout les vérifications qui s’imposaient.

Quant à l’aide que leur visiteur leur proposait, il allait leur appartenir de vérifier sa pertinence. Doucement, Yanosa laissa la gravité le rattraper, touchant délicatement le sol dans le dos de l’ancien gardien tout en levant le voile qu’il avait dressé entre son chakra et le monde extérieur.

« Des intentions louables que nous ne manquerons pas de mettre à l’épreuve, fit-il en donnant à voir son corps recouvert de bandages cicatriciels sombres. De même que ton identité, qui sera vérifiée. »

D’un mudra simple, l’Oterashi fit alors apparaître deux clones distincts, qui partirent chacun dans des directions opposées : l’un vers le coeur du village, l’autre vers les Crocs Rocheux.

« Mais ces choses-là prennent un certain temps, et le temps est un luxe que nous n’avons pas. Teruyo, j’aimerais emmener monsieur aux Hauts Plateaux si tu n’y vois pas d’objection. Si Seiki ici présent veut nous aider à faire échouer Tôsen, il faut qu’on sache ce qu’il vaut au plus vite... »


Spoiler:
 

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mar 1 Déc 2020 - 20:01

Souriant, j’attendais avec une curiosité non dissimulée les réponses de mon interlocuteur aux questions légitimes que je me posais. Debout face à moi, l’homme en rouge prenait le temps nécessaire à sa réponse, pesant certainement ses mots pour m’offrir ce que j’attendais sans trop en dévoiler. Ce n’était là qu’une supposition, mais si je l’imaginais ainsi, c’est que cela aurait été de cette manière que j’aurais sûrement cherché à répondre. Cependant, si les échanges étaient courtois, certaines réponses m’amenaient à bien d’autres questions par la suite. Ma curiosité pas encore rassasiée, j’allais me lancer dans une nouvelle vague d’interrogations lorsqu’une figure bien connue d’Iwa fit irruption dans la discussion conne si de rien n’était.

Comme à son habitude, Yanosa faisait là preuve d’autant de délicatesse qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Si de mon côté, je m’étais habitué malgré moi à ce comportement particulier, il n’en était sûrement pas le cas de notre invité qui pouvait, à juste titre, s’interroger sur cette entrée soudaine.

« Toutes mes excuses pour cette approche si peu orthodoxe. Je te présente Oterashi Yanosa. Disons qu’il a à cœur la sûreté du village et qu’il le montre à sa manière. » appuyais-je en direction du tellurique.

Si dans le fond le brûlé avait globalement raison, encore une fois, la méthode n’y était pas, arrivant de manière abrupte, sans diplomatie et en provoquant une certaine tension, à la fois dans son discours, mais aussi dans ses gestes lorsque ses clones firent leur soudaine apparition.

Usant de mes talents de détection, j’identifiais rapidement l’une des cibles qui m’épiait et la saluait rapidement, lui demandant de venir, insistant quelque peu dans ma gestuelle qui pourrait paraître étrange à mes deux interlocuteurs dans la mesure où j’étais en train de singer un salut grossier dans le vide.

« Oui, je sais, cela parait fou, mais ne vous inquiétez pas. »

Il ne fallu pas longtemps pour qu’un shinobi masqué fasse son apparition devant moi, sûrement quelque peu blasé. Amusé, je m’adressais à lui en souriant.

« Eh oui, que veux-tu. Je le sais, je sais que vous le savez, nous le savons tous. En tout cas, je suppose que tu as entendu nos échanges, le contraire me surprendrait. Bref, si tu pouvais rattraper les clones de Yanosa et t’occuper de faire lancer les vérifications nécessaires, ce serait parfait. »

Lui tendant une brochette, mon sourire se faisait encore plus grand.

« Pour ta peine ahaha. »

Ce dernier fit glisser un morceau sous son masque avant de me rendre la tige de bois entamée. Après quelques secondes à l’entendre mâchouiller et déglutir, le tengu s’en alla vaquer à ses nouvelles occupations. Me tournant finalement vers mes deux comparses du moment, j’avalais une nouvelle bouchée avant de poursuivre.

« Il y a bien des méthodes pour tester les gens, tout comme il y a bien d’autres domaines dans lesquels les gens peuvent nous aider sans avoir besoin de les affronter. Mais bon, je ne suis pas surpris. En tout cas, nous pouvons envisager un test d’une certaine manière. Les Hauts-Plateaux sont idéals pour ça, et notre sécurité garantie au cas où. »

Ces derniers mots étaient énoncés en regardant aux alentours, faisant ainsi comprendre à mes partenaires que nous n’étions pas seuls.

« Cependant, en attendant, j’aimerais tout de même que Seiki puisse répondre à d’autres questions que je me pose. »

Lâchant ce ton nonchalant, j’optais cette fois pour un discours bien plus diplomatique et sérieux.

« L’homme au chapeau ne semblait s’en prendre qu’aux shinobis ? Je crois pourtant savoir que les shinobis ne sont pas la seule victime. Rappelle-moi qui était sous la stèle dont toi et les tiens avaient la charge ? Qu’as-tu donc fait pendant tout ce temps ? Pourquoi ne pas t’être préoccupé du problème avant ? Pourquoi uniquement maintenant que l’existence même du chakra est directement menacée ? N’est pas là une volonté personnelle plutôt, voire égoïste pourraient penser certains, et utiliser les shinobis à tes desseins, en apportant certes ton aide, tes connaissances et ta force. »



_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mar 1 Déc 2020 - 23:21




Premier Contact



Alors que la discussion semblait avancé avec le shinobi de la Roche et que nous déambulions dans les rues du village, une troisième personne fit son apparition. Et de manière si discrète que je ne l'avais pas repéré de prime abord - si ce n'était peut-être lui la raison pour laquelle je m'étais senti épié. Je ne l'avais pas entendu approcher, et ce n'était qu'au dernier moment qu'un déplacement furtif d'air m'avait fait tourner la tête calmement dans sa direction pour que je puisse constater son atterrissage...un peu théâtral. Un atterrissage qui s'était fait bien plus en douceur que la normal, comme au ralenti, ce qui n'était normalement pas possible. C'était un ninja très certainement d'Iwa, probablement un haut gradé lui aussi, au vu de sa présence, de son ton presque autoritaire et du bandeau qu'il possédait. D'ailleurs, en parlant de bandeau, ce n'était clairement pas le seul attirail qui se pavanait sur son corps. Toute une ribambelle de bandes recouvrait son corps, et le peu de ce que je pouvais voir de sa peau semblait indiquer que ses blessures étaient relativement graves. Toutefois, rien dans sa posture ou dans son expression ne semblait laisser transparaître une quelconque souffrance. Il semblait être un morceau, celui-ci. Ou en morceau...tout dépendait du point de vue.

Ses paroles quant à elles recelaient l'intention plus que claire de protéger le village de la Roche, des intentions qui lui faisaient paraître un peu plus sévère que son collègue. Non pas que je doutais de la dévotion du premier, mais j'avais presque l'impression de me retrouver dans un numéro assez marrant de "Good shinobi/Bad shinobi". Et les rôles étaient plus que définis. Si l'un m'avait approché avec diplomatie, le second était bien plus direct. Et tous les deux avaient naturellement pris la liberté de me tutoyer sans même me connaître. Etait-ce là un trait propre aux shinobis d'Iwa, à tous les shinobis, ou juste ces deux compères ? Je supposais que j'allais avoir la réponse lorsque j'en rencontrerais un troisième. En attendant, je n'allais pas m'offusquer d'un si petit détail qui ne me faisait autrement ni chaud ni froid. J'avais toujours trouvé que ces marques de "respect" et de politesse étaient surfaites après tout. Dans tous les cas, si le nouvel arrivant comptait me dissuader de continuer ma démarche avec ses vérifications, il allait être déçu. Alors que deux clones du shinobi se dirigeaient déjà dans deux directions différentes, je hochai la tête dans sa direction. Avant que je n'ai le loisir de poser plus de questions sur l'identité du nouvel arrivant, le gentil shinobi finit par le présenter. Hochant la tête face à toutes ces nouvelles informations, je répliquai calmement.

-Très bien. Je m'y attendais.

Toutefois une des questions subsistait, mais je m'abstins de la poser car je savais qu'elle n'obtiendrait pas de réponses immédiates, voir que celle-ci pourrait paraître déplacée. Si ma curiosité quant à l'arrivée légère de mon nouvel interlocuteur, comme s'il flottait, je préférais ne pas brusquer mes hôtes. Mais tandis que je faisais ce petit bout de chemin de réflexion dans ma tête, Teruyo finit par se tourner dans une direction et à faire des signes. Cela pouvait ressembler pour des non-initiés à de la folie pure et simple, comme si le shinobi parlait à des amis imaginaires, mais dans ce monde nous savions tous ce que cela signifiait. Cela posait la question de savoir si au final la présence que j'avais sentie plus tôt était celle du méchant shinobi, ou celui de ce dernier arrivant qui apparut devant nous rapidement. Il accepta la brochette de Teruyo, ce qui me donna une image étrange en tête, mais je décidai de la chasser avant de reprendre part à la discussion.

-Cela ne me dérange pas de devoir montrer ce que je vaux. Je désire par ailleurs moi-même voir un peu le niveau des shinobis d'ici. Après tout, si je suis venu à Iwa ce n'est pas pour compter les fleurs.

Mais de ce que je comprenais, Teruyo avait encore quelques questions à me poser. Et ce dernier insistait finalement sur mon inactivité jusqu'à présent, prétendant que j'étais égoïste d'avoir agi ainsi. Ou plutôt de n'avoir pas agi. Il évoqua alors la stèle des éléments et le fait que l'Homme au Chapeau ne semblait pas s'en prendre qu'aux shinobis, présentant mon discours comme bancal. Je ne pus m'empêcher de sourire devant, à la fois l'information et la désinformation qui avait eu lieu. Quelque part, l'implication des moines et de mes comparses avaient donné l'impression que cette affaire était personnelle, qu'ils nous avaient directement touchés...La vérité était que notre devoir était de protéger la stèle, en effet, mais l'Homme au Chapeau n'en avait pas après nous mais bien le Dieu. Une fois fait, nous ne présentions plus aucun intérêt à ses yeux. Et il était assez clair que nous n'étions pas assez forts pour le vaincre. A vrai dire, j'avais même cru au départ que la Coalition n'y arriverait pas elle non plus...mais ce que je croyais n'avait plus tant d'importance, car maintenant cela nous touchait tous.

-Tôsen s'est emparé de Gobi, mais cela n'avait rien de personnel. Mon travail de Gardien de la stèle était dès lors terminé, et aucun d'entre nous n'était assez fort pour le vaincre. J'aurais voulu...mais ce n'était pas possible. Même si on se mettait tous ensemble. De plus, il n'y avait aucun moyen de lui retirer ce Dieu. Je n'ai pas pour habitude de m'attarder sur le passé, aussi frustrant et incommodant soit-il. Et en effet...on peut dire que la raison de ma présence ici est purement égoïste, mais est-ce important ? Ai-je besoin d'un grand but héroïque pour vouloir arrêter cet homme ?

Je n'étais pas un héro, un homme aux grands principes qui se précipitait au devant des dangers. Mais s'il y avait bien une chose que je savais faire, c'était m'entraîner et devenir plus fort. Je m'étais écarté des affaires du Monde car je pensais l'Homme au Chapeau inarrêtable au vu de la situation. Toutefois, depuis la Coalition, le tableau avait un peu changé. J'avais tout de même décidé de rester dans mon coin, mais la dernière annonce du Sakaze m'avait convaincu que son but n'était pas simplement de remettre les shinobis dans le droit chemin, mais tout simplement de supprimer le chakra.

-Ses méthodes n'ont jamais été mes favorites, et ses actions m'étaient bien controversées, mais jusqu'à présent une part en moi se disait qu'il n'avait peut-être pas tord sur toute la ligne. Il faut dire que les shinobis ont causé bien des tords par le passé...Pas que nous soyons blancs comme neige, nous non plus. Mais maintenant il est assez clair que son but risque de changer bien plus que le monde shinobi tel qu'il est...

Une fois de plus, les mots qui sortaient de ma bouche étaient spontanées. Après tout, je n'avais pas beaucoup de temps à perdre avec des mensonges et des faux-semblants. La première raison de ma présence ici était purement égoïste. Cependant, s'il fallait voir un peu plus loin, je voyais déjà une bonne quantité d'autres raisons pour contrecarrer ses plans.
Revenir en haut Aller en bas
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Ven 4 Déc 2020 - 13:29
Teruyo et Yanosa abordaient la plupart du temps chaque situation de façons très singulières l’un et l’autre, et si le guerrier calciné avait appris à percevoir et instrumentaliser les aspects définitivement et objectivement utiles des méthodes du Miyamoto afin qu’elles viennent compléter les siennes, il ne put réprimer un regard appuyé à son encontre lorsqu’il dévoila son nom à l’étranger. Cette information, il lui appartenait à lui de la dévoiler ou non, songea-t-il en se départant de toute animosité. Le « mal » était fait, et il ne servirait dès lors aucun intérêt de montrer le moindre signe de dissension à leur invité aux intentions presque trop claires pour se limiter à ce qu’il avait bien voulu leur exposer. Un flou à explorer que Teruyo prit sur lui de tenter de défricher, non sans avoir préalablement commissionné l’un des Tengu en charge de le surveiller pour seconder les clone de Yanosa dans leur entreprise.

Sa gestuelle pour le faire venir à eux ne l’interpela pas outre mesure, bien au courant qu’il était du niveau de surveillance qui était réservé au maître de la lumière du fait de sa « condition ». Yanosa lui-même n’avait pas encore eu à assumer cette fonction précise jusque là, et doutait même légèrement de sa pertinence, mais il demeurait légitime pour le village de vouloir être informé de la moindre anomalie quand une telle quantité d’énergie se trouvait concentrée et scellée dans un seul Homme. Impassible et attentif, le Tellurique écouta avec satisfaction les questions supplémentaires que Teruyo adressa au dénommé Seiki, des questions qui sauraient aisément soulever et mettre en évidence les incohérences qui pouvaient se terrer dans son discours, que ce dernier soit honnête ou non. Force fut de constater, que ce fut le fruit d’une préparation savamment orchestrée à l’avance ou d’une honnêteté tout en transparence, que sa réponse avait à ses yeux de quoi donner satisfaction. Le Shizen n’avait vraisemblablement rien d’un fanatique, et même si tout à son propos restait à prouver, le bénéfice du doute pouvait à minima lui être accordé.

« ...Hm. A supposer que tu dises la vérité, tu es dans le meilleur des cas un Homme égocentrique, doublé d’un hypocrite, asséna-t-il en faisant lentement deux pas vers Seiki pour le regarder droit dans les yeux. Des « qualités » auxquelles vient certainement s’ajouter une grande humilité… Il t’en aura fallu, après tout, pour venir ici et admettre que tu ne peux rien accomplir seul. »

Un pas de plus. Lentement, le guerrier enrubanné pencha la tête sur le côté, fixant toujours le Shizen comme pour l’étudier et le décortiquer de près.

« ...Tu as besoin d’infrastructures, de renseignements, d’alliés pour te couvrir.. Rien qu’une autruche, comme celle que tu as été jusque là, ne peut obtenir sans se faire violence. »

Il rompit le contact visuel, se retournant pour prendre de la distance avant de pivoter à nouveau vers Seiki.

« ...Mais te faire violence, tu vas devoir le faire encore un peu plus si tu veux espérer accéder à ces ressources. Viens, dit-il dans un mouvement de tête sur le côté. Suis-nous, on continuera en route. »

Et ainsi s’élança-t-il, sans doute talonné par le Shizen et Teruyo, en direction du Haut Plateau le plus proche. En son for intérieur, Yanosa était on ne peut plus conscient de la situation dans laquelle se trouvaient les effectifs du village : ils manquaient d’hommes – et de femmes -, et toute l’aide qu’ils pouvaient rassembler serait la bienvenue. C’était toutefois précisément car ce Seiki proposait exactement ce dont ils avaient besoin que l’Oterashi était méfiant. Ce qui paraissait trop facile, il s’en méfiait, quitte à passer pour un rustre.

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Dim 13 Déc 2020 - 20:49

Quel que soit finalement les réponses que notre invité nous apporterait, de manière sincère ou non, il y avait bien une chose qui jouait en sa faveur, son ouverture d’esprit et cette volonté affichée de répondre à nos interrogations, enfin, plutôt à mes questions et aux suspicions de Yanosa à son encontre. Pour autant, cela ne le dédouanait nullement des précautions que nous prenions le tellurique et moi, avec des méthodes bien différentes avouons-le. Quant au Shizen, s’il annonçait s’attendre à cette situation, cela ne pouvait dire qu’une seule chose, c’est qu’il avait préparé sa venue, mûri son projet. Dans cette optique, la balance penchée donc davantage vers cette aide providentielle que vers la menace qu’il faisait peser sur nous. Après tout, l’intervention de cet individu aurait sûrement été bien plus bénéfique au cours de l’assaut aux côtés du moine, de l’écorché et des autres si l’homme aux cheveux blancs avait été de leur côté. Après avoir écouté attentivement les réponses de mon interlocuteur, le calciné prit la parole et poursuivi nos échanges, à sa manière peu diplomatique.

« Avant tout, encore une fois, toutes mes excuses pour mon compagnon. Il y a l’art et la manière de dire les choses, et si le fond et juste, Yanosa n’a ni l’un ni l’autre. Le tact n’est pas son genre même s’il a les mêmes attentes que moi. »

En disant cela, je tournais légèrement la tête vers le tellurique, lui souriant légèrement et de manière amicale avant de poursuivre nos échanges.

« Permets-moi de revenir déjà sur une chose que tu as dite. Tu désires voir le niveau des shinobis du village. Devons-nous en comprendre que si cela ne te satisfait pas, tes pas te guideront jusqu’à une autre citée, Kumo ou Kiri ? Et puis, comment comptes-tu juger des forces du village en n’affrontant qu’une seule personne ? »

Continuant notre marche, guidant notre groupe vers les Hauts-Plateaux, je continuais mon discours, haletant un peu avec la montée qui se faisait et mon flot de paroles qui pompait mon oxygène.

« Ton rôle de gardien se termine car tu as échoué ? J’aurais pensé que ton devoir aurait été de tout faire pour récupérer Gobi et le sceller à nouveau. Mais rassure-toi, je ne te juge pas, je ne connais pas les coutumes de ton organisation. En tout cas, je suis heureux de voir que ton avis sur nous t’ait fait voir les choses de manière différente. À défaut de force si tu venais à en manque, bien que j’en doute, j’ai la conviction que tes connaissances pourraient nous aider à comprendre beaucoup de choses sur ces bijuus, sur notre ennemi et sur ce qu’il est capable d’en tirer. »

Potentielle source de savoir, l’homme en rouge était peut-être un atout finalement. Sans lui dévoiler les tenants et aboutissants concernant le démon scellé en moi, échanger sur notre ennemi qui était un bijuu pourrait peut-être m’aider à y voir plus clair et à dompter la force nouvelle qui m’habitait. Finalement, me tournant vers l’assimilateur, je lui offrais quelques conseils qu’il n’avait pas demandés et qu’il ne voulait sûrement pas. Mais à mes yeux, c’était sûrement nécessaire compte tenu de son comportement vis-à-vis de notre invité.

« Inutile de te rappeler que c’est un test que tu veux lui faire passer. Autant dire qu’il n’est pas nécessaire de risquer sa vis pour si peu, d’autant plus toi avec ta condition actuelle où calciné, tu es déjà debout. Je doute que tu sois en pleine possession de tes moyens et donc raison de plus pour faire attention et éviter d’aggraver ton état. Si Aimi était là, je pense même qu’elle t’interdirait de faire ça. »

Une fois sur place, dans une zone dégagée, je m’écartais, laissant place aux deux protagonistes principaux et à leur future démonstration, me préparant à intervenir si le besoin s’en faisait sentir.



_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mar 22 Déc 2020 - 0:33




Premier Contact



Si j'avais été un sanguin emporté par le feu et les émotions, il y avait longtemps que j'aurais quitté les terres de la Roche. Mais je n'étais pas venu ici pour faire un concours d'égo devant des rescapés d'une catastrophe qui avait de naturel que la théorie. Aurais-je été aussi clément si je n'avais pas été au courant des différentes attaques qu'avaient connu le village d'Iwa ainsi que sa plus récente mésaventure ? Je n'en étais pas si sûr, mais après tout, j'avais toujours fait preuve de patience et de diplomatie, aussi bien que de flegme lorsque les moments s'étaient montrés indispensables. L'homme aux multiples bandages reprit la parole, avec une arrogance qui semblait lui venir naturellement. Comme à son habitude, son camarade s'empressa de modérer les propos de son conjoint, dans cette éternelle joute verbale de "bon shinobi-méchant shinobi" qui me fit presque sourire. Mais si mes lèvres s'étirèrent, c'était d'avantage par rapport aux propos du blessé qu'à ce petit jeu. Comment s'appelait-il déjà ? Oterashi Yanosa hein...Ces shinobis...

-Ai-je vraiment à faire avec celui que l'on surnomme le "Clairvoyant" ? Où est-ce ces bandeaux qui obscurcissent ton jugement ? Je ne suis pas venu ici pour me faire insulter, mais pour apporter mon aide. A vrai dire, que vous pensiez que je sois égocentrique, aveugle ou stupide m'importe peu... vos jugements ne nous aideront pas pour les évènements à venir.

Puis j'eus un petit soupir avant de reprendre.

-Par ailleurs, je suis bien au courant des grandes lignes de ce qui se passe dans ce monde...Et si je puis me permettre un conseil, le nom des Shinobis recèlent bien des informations...vous devriez faire attention à les usiter avec précautions. Mais une fois de plus, ce n'est pas la raison de ma présence ici.

Mon expression restait sereine, malgré la proximité recherchée du Clarivoyant qui visait peut-être à me mettre mal à l'aise. Si mes paroles faisaient part d'une certaine lassitude, mon visage quant à lui ne montrait que peu de signes de conflits. Debout, sans sourciller, je laissai l'homme aux cheveux roux finir par se retourner et me guider vers le lieux qu'il m'avait décrit un peu plus tôt. Sur le chemin, Teruyo en profita pour continuer à poser ses questions. Ces dernières semblaient à la fois tenter de comprendre mon schéma de pensée tout en relevant ses prétendues incohérences. Bien plus calme que son partenaire, si je devais me fier à l'aperçu que j'avais de la situation en terme d'opération militaire, je dirais de manière simpliste que Teruyo était le cerveau là où Yanosa était les muscles. L'analyse, face à l'action. Mais je savais que le monde était rarement si manichéen, et je préférais ne pas me laisser emporter dans des préjugés avant d'avoir réellement vu ce que valait la Momie. Reportant donc mon regard sur le Diplomate, je finis pas répondre.

-Vous semblez être des hauts gradés. Et bien que cela ne soit pas une règle absolue, mais les élèves ont souvent une progression digne de leurs mentors. Evaluer votre niveau me permettra de me faire une petite représentation des générations passées et futures de ce village. Du moins, dans une très faible mesure, je te l'accorde. Cette méthode n'a rien de fiable bien évidemment, mais elle donne...un avant-goût souvent révélateur. Et en effet, si vous ne voulez pas de mon aide, j'irai la proposer à d'autres qui oeuvrent dans le même but.

Une autre question fusa alors, même si cette dernière ressemblait d'avantage à un reproche qu'à une réelle question. Malgré cette phrase qui voulait souvent dire son contraire : "je ne te juge pas d'avoir abandonné ta mission". Finalement, comme dans bien des cas, celui qui jouait le rôle du "gentil shinobi" avait des mots bien plus légers mais qui n'en piquaient pas moins. Une fois de plus néanmoins, je me fis à la remarque que leurs interrogations avaient une part de légitimité dans ce contexte, et je ne me fis pas prier pour répondre tout en regardant un peu le lieu vers lequel nous nous dirigions.

-Il est facile de persévérer lorsque l'on n'a pas conscience du gouffres qui nous séparent de ce genre de puissance...Une fois que c'est le cas toutefois, on se rend rapidement compte que foncer la tête baissée n'a rien d'une solution. Nous avons tenté de l'arrêter, et nous avons échoué. Les Shinobis ont tenté de l'arrêter, et ils ont échoué à maintes reprises. Je me suis entraîné de mon côté, mais je n'avais simplement aucune chance d'y arriver. Les choses ont changé aujourd'hui.

Nous finîmes par arriver aux sommets de ce qui semblaient être des pics rocheux. Si le vent était agréable ici-haut, je savais que je n'étais pas venu ici pour profiter de ses caresses. Je fis donc face à mes interlocuteurs, en attendant la suite. Et maintenant, qu'allait-il se passer ? Etait-ce l'heure du test ? Mais Teruyo semblait partager une certaine forme d'inquiétude vis-à-vis de son partenaire, ce qui confirma que ce dernier ne s'était pas recouvert de bandes pour l'effet de mode. Et c'était tant mieux, au vu du résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Jeu 24 Déc 2020 - 14:32
Dire que Yanosa était un homme aigri était un doux euphémisme, et c’était là un trait de caractère qui avait connu un boom particulièrement important depuis les récents événements qui s’étaient déroulés au Village de la Roche. L’homme tellurique savait, en théorie, faire preuve de mesure et de retenue lorsque cela s’imposait, quand une situation en appelait à plus de doigté : en dehors de pareilles circonstances, toutefois, il ne prenait pas cette peine, et peu lui importait de se faire apprécier ou de se faire passer pour ce qu’il n’était pas. En entendant son sobriquet de Clairvoyant être évoqué par le Shizen, tandis qu’il s’était éloigné de lui, il n’avait pu retenir un léger rictus, une forme de sourire tout sauf amical par lequel circulaient en lui les souvenirs de ce fameux jour où il avait aidé à mettre fin à la vie de Taira Fugaku. Il n’avait jamais vraiment été en phase avec ce surnom, vague reflet de la perspicacité d’un instant arraché au temps, mais que le dénommé Seiki s’en serve ainsi pour se défendre des piques qu’il lui avait adressé sans retenue restait pour lui un brin ironique.

Car si le guerrier de pierre se targuait d’être effectivement plutôt perspicace, ce qu’il était et demeurerait à présent fondamentalement, c’était avant tout un guerrier brûlé.

Aux remarques de l’ancien Gardien et de son propre collègue, qui jouait la tempérance face à ses propos ouvertement agressifs, il ne réagit donc pas, préférant écoute ce que le Shizen avait à répondre aux interrogations appuyées du manieur de lumière. Encore une fois, leur invité répondit de façon sensée, mais il n’y avait désormais plus de surprise à cela considérant l’aplomb et la confiance en lui de l’élémentaliste. Peu de chances qu’il puisse s’avérer être un agent double d’une quelconque autre grande puissance, mais l’Oterashi ne clôturerait le dossier de ses soupçons que lorsqu’il aurait en main les informations nécessaires. Mais avant cela…

« Nous y voilà. Je suis touché par ta sollicitude Teruyo, mais ne t’en fais pas pour moi, je sais me ménager... »

Machinalement, le guerrier tellurique roula des épaules, s’échauffant d’une part mais surtout noyant derechef son système nerveux sous des signaux de douleurs qui lui arrachèrent un rictus pincé et tendu. Ses bandages avaient beau être sombres, ils laissèrent malgré tout entrevoir à certaines zones articulaires des tâches de sang plus ou moins larges.

« Ce qui ne veut pas dire que je vais te, ménager, Seiki. Le temps nous dira si ton honnêteté est bien avérée, auquel cas je serai ravi de compter un nouveau soldat capable dans nos rangs. Pour ce qui est de ton aptitude… nous serons très rapidement fixés. »

Quelques pas de plus, et le Chûnin termina de se placer à une dizaine de mètres de leur invité, le fixant de ses yeux de braise sans une once d’animosité. Cet homme, songeait-il, partant du principe qu’il disait la vérité, avait été enfermé dans un dogme pendant des années, des décennies. Personne ne pouvait opérer de virage à cent quatre-vingt degré après ça, mais si Iwa pouvait recevoir du sang neuf et expérimenté, Yanosa lui-même était prêt à garder des œillères sur les aspects les plus fermés du caractère du Shizen. Fléchissant légèrement les genoux, le buste de deux-tiers et les bras pliés, le guerrier tellurique annonçait le début de ce petit test.

Dans sa main droite se forma alors rapidement une lance effilée et, dans un mouvement de tension et de relâchement maintes fois répétés, expédia le projectile à pleine vitesse en direction de Seiki. Si ce dernier ne parvenait pas à se défendre d’un assaut aussi simple, alors la joute risquait de couper court. Tout comme les espoirs de voir un guerrier capable joindre leurs rangs.



Spoiler:
 

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mar 29 Déc 2020 - 16:29




Premier Contact



Ma remarque semblait avoir fait mouche, et au surnom que le Yukan lui connaissait maintenant, un sourire un peu crispé apparut sur son visage. Je supposais que ce nom éveillait en lui des sentiments au mieux partagés, et il ne répondit rien de plus à ce que je venais de dire. Je n'insistai pas à mon tour, le but n'étant bien évidemment pas d'enfoncer le couteau dans la plaie. Le reste du chemin s'était voulu silencieux du côté de l'Oterashi, et de mon côté je laissai libre court à la conversation avec le dénommé Teruyo. Mais quelques minutes plus tard, nous finîmes par arriver à notre destination. Et cette fois-ci, ce fut au tour du Clairvoyant de se mettre en avant, mais cette fois-ci non pas par la parole. Il était temps de laisser place aux actes. Mais était-il vraiment sûr de lui ? Je me demandais pour quelle raison c'était celui qui était visiblement le plus blessé qui prenait part à ce combat. Derrière ses bandages, on pouvait apercevoir quelques tâches de sang, tandis que le premier à m'avoir accueilli -Teruyo- semblait neuf comme un sous. Etait-ce parce que la Momie était plus confiante et de par son caractère belliqueux mieux fait pour ce...test ? Je n'en étais pas si sûr...après tout, si les gardes aux devants des portes m'avait laissé en compagnie du Diplomate, c'était que ce dernier savait certainement se défendre. Alors pourquoi n'était-ce pas lui qui prenait les rennes de ce combat malgré la différence évidente de leur santé..?

Peut-être que je me prenais un peu trop la tête avec ces histoires et il n'y avait peut-être absolument rien derrière cela. D'ailleurs, cela ne me regardait certainement pas, même s'il y avait quelque chose. Comme prévu initialement, ce fut donc l'Oterashi qui prit place face à moi sur ces Hauts-Plateaux, un lieu qui semblait avoir spécialement était fait pour isoler le reste de la population des dangers d'un entraînement - ou de combats. Malgré les avertissements et les mises en garde de Teruyo, Yanosa semblait vouloir tester mes limites sans me ménager. Je ne savais pas pour ma part si je devais en faire de même, et si je pouvais en faire de même. Même si j'étais relativement confiant du niveau de mon adversaire, je me doutais qu'il ne serait clairement pas bienvenue si je blessais un des shinobis du village duquel je demandais "asile". Il allait donc falloir que je montre un peu ce que je savais faire, sans en faire trop, mais toutefois juste assez pour leur montrer clairement ce que je savais faire. Et j'avais ma petite idée dans ce sens. Contrairement à la non-chalance que j'affichais au début, je pris un air un peu plus sérieux alors que je faisais face à la Momie en retirant mes mains de mes poches. Il fit quelques pas en arrière jusqu'à instauré une distance d'une dizaine de mètres entre nous, et s'arrêta lorsqu'il estima la distance suffisante. Cela allait commencé.

Et c'est avec surprise que je le vis concentré...de la roche dans le creux de sa main. Et d'un geste, une lance de roche fusa dans ma direction. Sans le moindre mudras, ni rien. Oh ! Je vois...c'était donc cela. Un assimilateur. Cela pouvait en partie expliquer la raison pour laquelle ils avaient procédé ainsi. Il était de notoriété publique que les assimilateurs étaient particulièrement coriaces. Très bien, je n'en avais jamais affronté auparavant, c'était une nouvelle expérience à prendre avec beaucoup de considération. D'un mouvement du buste prompte, j'esquivai sans mal ce projectile de roche qui aurait pu m'être fatale si je n'avais pas bougé. Il ne rigolait pas lorsqu'il disait qu'il ne comptais pas me ménager après tout. Sans perdre de temps, à peine mon mouvement fini que je composai des mudras très rapidement. Puis je gonflai mes joues et sentit la chaleur m'envahir. Alors que je l'ouvris, je relâchai une grosse boule de feu sur mon adversaire.

-Katon : Gokyaku no Jutsu !

Je savais très bien que le katon n'était pas particulièrement fort contre le doton, et je possédais une affinité qui serait certainement bien plus utile face à un assimilateur de roche. Mais ce n'était que le début du combat, et il fallait que j'évalue les réactions de mon adversaire. Alors que cette boule de feu partait vers mon adversaire, je pris délibérément quelques pas de recul pour augmenter encore la distance entre nous. S'il y avait une chose qu'un adversaire tenterait d'éviter face à un assimilateur, c'était le combat rapproché. Ces derniers pouvaient user de ninjutsu sans faire de mudras, ce qui rendait le corps à corps dangereux pour quiconque ne possédait pas un don similaire. Et si je ne m'abusais pas trop...j'avais déjà une petite idée de la manière dont ce combat allait tourner. De ce fait, à peine ma technique lancée que je profitai de mes quelques bonds de recul pour composer de nouveaux mudras et malaxer mon chakra tout en étant en mouvement. Je préparais déjà ma prochaine technique.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Sam 2 Jan 2021 - 15:53

Alors que chaque protagoniste se préparait à ce combat qui n’avait à mes yeux aucun sens, pour ma part, préférant laisser les deux shinobis à leur concours pour savoir qui était meilleur que l’autre, je m’écartais quelque peu de ce qui serait bientôt et à n’en pas douter une zone de combat. Depuis le temps que le village existait, les lieux si élevés de nos montagnes avaient vu bon nombre de combats, des plus rudimentaires aux plus rudes, et à n’en pas douter, j’étais persuadé que malgré mes recommandations à la tempérance, personne ne prendrait ce fait en considération. M’écartant, j’écoutais également avec attention le discours de notre invité, non sans tiquer sur certaines remarques. Une fois à distance raisonnable, je me permettais une intervention avant que ne débute le combat entre eux.

« Il est vrai qu’un nom peut être important, mais il est tout aussi facile de l’usurper. Quant à moi, je n’ai rien à cacher pour ne pas le dévoiler. Quant au fait que tu penses que je suis un haut gradé du village, eh bien, navré de te décevoir, mais ce n’est pas le cas. Mais rassure-toi, cela n’enlève en rien l’autorité que j’ai pour t’accueillir dans notre cité. »

M’asseyant finalement sur un rocher, suffisamment loin pour ne pas être pris entre deux feux, mais également suffisamment proche pour intervenir le cas échéant, je souriais à ce fameux Seiki.

« Bonne chance à vous deux, et surtout, évitez d’aller trop loin. »

Remarque à mon avis fortement inutile connaissant le tempérament de Yanosa. Dans la foulée, les choses démarrèrent sur les chapeaux de roue où le tellurique opta par une technique similaire à celles que je possédais, une technique que j’avais enseignée à tant de personnes, une technique semblable à ma lance de vent. De plus à en juger par la vitesse de cette dernière, je devinais que sa version était tout aussi rapide que c’est que j’avais développée dans un second temps. Si j’étais quelque peu surpris au final, ce n’était pas par ce jutsu, mais par son possesseur, moi qui avais appris cela à Meho, Masami, Okuren, je ne pensais pas voir ma technique signature entre les mains du chunin calciné.

Quant à son adversaire, il fit ce qui était le plus simple en apparence. Esquiver rapidement et sans gestes superflus la longue pique rocheuse qui le visait tout en attaquant à son tour, optant pour une boule de feu. S’il y avait bien quelque chose avec lequel je n’étais pas familier, c’était bien le katon. Je n’avais que rarement rencontré des adversaires le maîtrisant et pour l’heure, je ne saurais encore trop évaluer correctement la puissance de cette attaque. Quoi qu’il en soit, si chacun démarrait calmement en apparence, j’étais persuadé que ce à quoi je venais d’assister n’était que de simples salutations d’usage et que la suite serait bien plus complexe, bien plus dangereuse, voire bien plus létale.



Spoiler:
 

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Dim 3 Jan 2021 - 14:56
Si un certain degré de surprise se lut sur le visage de Seiki, cela n’en fut pas pour autant synonyme d’incapacité à gérer l’assaut qui lui était destiné, loin de là. Avec la grâce et la rapidité propres aux combattants entraînés et rompus à l’exercice, l’ancien gardien de la stèle de Gobi s’élança en effet sur le côté, laissant filer loin derrière lui la lance de roche effilée qui lui aurait autrement transpercer la cage thoracique. Bien, se dit intérieurement Yanosa. Il n’aurait, au moins, pas de paperasse gênante à remplir suite au décès prématuré d’un voyageur un peu trop sûr de lui, ce qui était toujours un vrai plus quand sa réputation flirtait déjà le plus souvent avec l’ingérable.

Dans le même mouvement que son esquive, le Shizen ne perdit de surcroît pas une seconde, preuve s’il en était besoin qu’il était loin d’avoir perdu son sang froid, et commença à enchaîner très rapidement des signes incantatoires. La clé utilisée, cependant, le surprit quelque peu : il avait entendu parler des gardiens de la stèle, de leur chakra altéré capable de manier selon les rumeurs chacune des cinq affinités. Il s’était révélé, avait ostensiblement montré la vraie nature de son pouvoir, la question de savoir pourquoi le Shizen n’avait dès lors pas répliqué par la foudre pouvait donc se poser, mais de la même façon que l’hypothétique futur soldat d’Iwa, Yanosa ne comptait pas perdre de temps. Lorsque la boule de feu jaillit des poumons de l’homme aux cheveux blancs, large et aveuglante par son éclat brûlant, il sut dès lors comment mettre à l’épreuve une autre facette du combattant qu’était incontestablement son vis à vis.

De par le fait dissimulé par l’immense boule de feu, le guerrier tellurique joignit les mains, faisant apparaître sur son flanc un bunshin de l’ombre, qui disparut aussitôt dans les tréfonds de la terre pour s’y fondre totalement et commencer à progresser en direction du Shizen. L’Oterashi original, lui, bondit vers le haut en décrivant une diagonale destinée à le faire également avancer modérément en direction de l’élémentaliste, qui semblait quant à lui vouloir augmenter la distance qui les séparait. Peu étonnant, à présent que sa nature d’Assimilateur avait été révélée à son œil apparemment bien exercé. Perché à mi-distance dans les airs, Yanosa prévoyait donc la suite… tout comme l’ancien gardien, qui enchaînait déjà les mudra. Et si la douleur qui le parcourait de part en part ne lui était pas plus agréable que d’habitude, le guerrier de pierre devait bien avouer… que ça faisait un bien fou de la voir justifiée par une joute qui s’annonçait à présent sous les meilleurs auspices.


Spoiler:
 

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mer 6 Jan 2021 - 16:38




Premier Contact



Contrairement à son compère, le Miyamoto semblait avoir quelque chose à répliquer sur ma remarque vis-à-vis de leur noms. Et il n'avait pas tord sur bien des points. Un nom pouvait être usurper, sans nul doute, mais j'avais l'intime conviction au vu de la réaction de chacun que c'étaient bien leur noms respectifs. D'un autre côté, il n'y avait que le nom de l'Oterashi qui avait été mentionné dans le Kunai Emoussé, et cela ne reprenait pas grand chose de ses capacités. Mais comme je l'avais précisé, cela n'était qu'à titre informatif et qu'un vague conseil. Je ne comptais rien faire de ces informations, si ce n'était que mieux connaître mes interlocuteurs. D'un autre côté, je me doutais que je n'allais pas en apprendre beaucoup plus avant d'avoir passer ce test par Yanosa. Autrement, Teruyo revint aussi sur le fait que son compagnon et lui n'étaient pas des hauts-gradés, et même s'il avait l'air de quelqu'un de sincère, je me posais quelques questions. Soit il mentait, soit il devait y avoir une raison particulière pour que les gardes aux portes du village les laisse prendre la suite des opérations. Je ne connaissais pas l'agencement de la hiérarchie ici, mais je me doutais que cela ne voulait pas rien dire.

Dans tous les cas, je m'abstins de répondre et j'acceptai les pseudo-encouragements de Teruyo tandis qu'il se mettait à l'écart pour regarder le combat. Il s'était certes mis à l'écart, mais sa présence impliquait qu'il fallait certainement éviter des techniques de trop grandes ampleurs. Je me doutais qu'il était suffisamment fort pour pouvoir se défendre, cela ne m'autorisait pas pour autant à l'attaquer même par inadvertance. Soupirant intérieurement, je me fis à la réflexion que la diplomatie était vachement chiante au final. Mais s'il fallait passer par là pour arrêter l'Homme au Chapeau, je supposais qu'il allait falloir que je m'y plie et de manière consciencieuse. Le combat commençait par ailleurs contre l'assimilateur de roche, et après avoir éviter de me faire transpercer par une lance de roche, je lançai une grosse boule de feu sur mon adversaire. Tout en reculant, je m'attendais à ce qu'il fasse un mur, et me fonce dessus par la suite, mais ce ne fut pas du tout ce qui se passa. Il esquiva en faisant un bond vertical, l'emmenant dans les airs, et ce vraiment au dernier moment. Tant et si bien qu'il avait dû sentir la chaleur de la boule de feu sur son corps déjà en apparence calcinée. Il s'était déjà brûlé une fois, il n'avait visiblement pas peur de se faire brûler une seconde fois.

Par ailleurs, il se retrouvait à présent dans les airs, à ma merci. Quelque chose me disait que ce n'était pas pour rien qu'il avait décidé de prendre cette voie loin de son élément naturel, et que cela avait certainement à voir avec son atterrissage en toute légèreté un peu plus tôt. Mais j'étais curieux de voir ce que c'était. Et surtout, j'avais l'impression d'être sous-estimé. Il semblait penser qu'il avait tout le temps du monde pour exécuter ses techniques. C'était ce que nous allions voir. Je m'étais attendu à ce qu'il fonce sur moi, et j'avais déjà préparé les mudras pour l'affronter au corps-à-corps avec un avantage certain. Mais il semblait que c'était à moi de lui apporter ce combat, et cela ne changeait absolument rien à la technique que j'avais commencé à préparer. Laissant le chakra que j'avais déjà accumulé s'exprimer et jaillir de mon corps, une aura bleuté électrique vint m'entourer pour augmenter drastiquement ma vitesse. Et bien avant qu'il ne pose ses pieds au sol, je réduisis la distance entre nous à une vitesse folle.

-J'ai l'impression que tu me sous-estimes, le Clairvoyant, dis-je d'un ton grave alors que je commençais déjà à attaquer.

Ne lui laissant aucun répit, mes doigts se couvrir de foudre, et avec une célérité certaine, j'enchaînai dans les airs des coups de griffes qui viendraient lacérer mon adversaire en plus de sévèrement engourdir ses membres. Si je voyais qu'il n'était pas en mesure de se défendre, ou que celle-ci n'était pas adaptée, je me stopperais là. Je n'étais pas là pour ajouter de nouvelles blessures à mon adversaire. Mais je ne comptais pas laisser ce dernier me sous-estimer de la sorte. Esquiver au-dernier moment, et puis se laisser tranquillement à quelques mètres dans les airs ? Il était soit très sûr de lui, frôlant l'arrogance, soit il avait une stratégie bien précise, ou alors son arrogance s'était transformée en stupidité.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Ven 8 Jan 2021 - 22:12

J’avais encore du mal à qualifier cela de test entre les deux hommes. La question qui me trottait dans la tête en les voyant agir était aussi de savoir qui testait qui finalement. Les paroles de Yanosa étaient claires, et si sa première attaque semblait imposer un certain tempo, j’avais le sentiment que la seconde salve était elle plus modérée, reconnaissant en substance quelque chose que le tellurique avait déjà effectué lors de mon entraînement contre lui et Eishun, en collaboration avec Masami. Agir de manière dissimulée me semblait donc bien moins agressif que ce que j’avais donc pu voir avant. Notre invité avait-il compris la nature de son adversaire ? Si le clone et l’original du Clairvoyant jouaient tous deux leur propre danse martiale, le chunin, pour l’avoir confronté plusieurs fois préparant sûrement quelque chose de bien plus vaste et bien plus complexe, le Shizen n’était pas en reste non plus.

Si sa maîtrise du feu était actée, désormais, l’ancien gardien de Gobi semblait s’orienter vers la maîtrise de la foudre. À cet instant, une question me traversa l’esprit. Si Gobi était le maître des cinq éléments, ses gardiens se doivent-ils à leur tour de maîtriser eux aussi les cinq éléments ? Si c’était le cas, c’était une force toute redoutable qui se présentait à nous et qui pourrait apporter beaucoup de polyvalence dans nos futurs affrontements. Pour autant, sans connaître la réponse à cette interrogation, le peu que montrait le porteur du manteau rouge mettait Yanosa, à mon sens, dans une position de faiblesse. Que pourrait donc faire un assimilateur doton face à quelqu’un qui maîtrisait le raiton et d’autant plus encore quand ce dernier semblait bénéficier d’une vitesse d’action bien plus rapide que la normale. Si mes yeux ne me trompaient pas, le combat risquait de prendre une tournure bien trop létale à mon goût et en ces termes, bien que simple spectateur, j’avais le devoir d’intervenir avant qu’un drame ne se produise.

Dans cette optique, alors que j’étais installé tranquillement sur mon rocher, je me levais, à la fois curieux et inquiet de ce qui pouvait se passer, mais surtout prêt à intervenir sir la situation prenait une tournure bien plus dramatique. Malheureusement pour moi, mes défenses les plus efficaces étaient elles aussi du domaine terrestre, serais-je donc en mesure d’aider qui que ce soit si cela s’avérait nécessaire ?

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Ven 8 Jan 2021 - 22:15
* Ah… Ça n’aura pas mis beaucoup plus longtemps, finalement * songea Yanosa tandis qu’il se trouvait au point le plus haut de son saut.

Perché ainsi dans les airs, il faisait une cible facile, et n’importe quel professeur de l’Académie aurait crié à l’imprudence mortelle, à l’erreur fatale en étant témoin d’une telle manœuvre. L’orgueil de l’Oterashi n’allait cependant pas jusqu’à renier le bien fondé de ces principes de base, et si il se retrouvait dans cette position en apparence très délicate, c’était bien car il l’avait voulu et avait à présent d’autres atouts dans sa manche qu’il y avait de cela ne serait-ce qu’un an. En contrebas, Seiki abattait une autre de ses cartes, et révélait à présent sa maîtrise de la foudre, certainement en vue de contrecarrer le Doton qu’il avait vu employé par le guerrier tellurique.

Son corps, nimbé d’éclairs éparses, se faisait visiblement le vecteur du Raiton lui-même, et Yanosa sut dès lors qu’il n’aurait pas le droit à l’erreur dans les instants qui suivraient. Mais le temps qu’il eut pour mener la moindre réflexion, cependant, s’évanouit instantanément lorsque l’ancien gardien d’Hayashi bondit droit sur lui à une vitesse effarante en diagonal, de nouveaux éclairs parcourant ses membres. Les yeux écarquillés, Yanosa réagit à l’instinct, mobilisant d’un seul coup une quantité d’énergie phénoménale pour tâcher de mater l’assaut qui lui parvenait. D’un premier bras tendu jaillit en premier lieu un flux de roche très rapide qui alla faire opposition entre lui et les doigts électrisés du Shizen. A l’aide de son second bras, dans lequel il put prendre le temps de canaliser davantage d’attention au coeur de l’enchaînement méthodique et chirurgicale de l’homme aux cheveux blancs, il expédia dans la foulée dans la direction de ce dernier une masse de pierre plus dense et épaisse qui en dépit de sa faiblesse reconnue contre la foudre, aurait certainement de quoi enrayer la plus grande partie de l’assaut de l’ancien gardien.

La plus grande partie. La nuance était importante, car si le plus gros de l’assaut fulgurant du Shizen fut effectivement enrayée, ralentie ou stoppée par les deux murailles successives, un ultime coup de griffe parvint à passer outre ces défenses, balafrant le torse de l’Oterashi d’où éructa une gerbe de sang qui, si elle restait modérée, témoignait de la détermination de l’attaque initiale. En dépit de la douleur, en dépit de l’engourdissement qu’il sentit lui étreindre le poitrail tandis qu’il rejoignait le sol après cette passe d’arme intense en hauteur, le guerrier calciné afficha un franc sourire, et cela pour deux raisons bien précises. La première, la plus importante et universelle en ce qui le concernait, était la constatation claire et limpide que ce Seiki était, si ce n’était à la hauteur de ses revendications, un guerrier extrêmement capable qui saurait apporter une pierre solide à l’édifice d’Iwa, si son passé pouvait être corroboré. Il représentait un adversaire solide, contre lequel Yanosa éprouverait certainement beaucoup de plaisir à jouter à l’avenir, et en cela il venait déjà en partie de le conquérir.

La seconde raison, elle, était davantage ancrée dans l’instant présent. Car si le Tellurique venait de se voir touché par les griffes électriques du Shizen, la confiance en lui de ce dernier s’apprêtait peut-être à être mise en défaut. Au sol, en effet, le clone dissimulé auparavant à l’ombre de la boule de feu projetée par l’ancien gardien venait de refaire surface dans le dos de celui-ci. Repérant d’un coup d’oeil la position de sa cible, le bunshin à peine sorti des tréfonds de pierre créa un javelot dans sa main droite en position armée, et le décocha à toute vitesse en direction de Seiki tandis qu’il concluait son enchaînement en plein vol. Si prendre du plaisir à livrer cette joute était un bonus indéniable, l’Oterashi entendait bien mettre à l’épreuve tous les talents de leur potentiel nouvel allié.


Spoiler:
 

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Dim 10 Jan 2021 - 12:20




Premier Contact



Si mon opposant avait été surpris par ma nouvelle vitesse conférée par le manteau d'éclairs qui entourait mon corps, il avait toutefois été suffisamment rapide pour réagir. Etait-ce par réflexe, par habitude du combat ou autre ? Dans tous les cas, son bras se positionna entre nous deux et de la terre commença à en jaillir à grande vitesse. Mais sa résistance était moins solide qu'un mur classique très certainement, et mes griffes parsemées de foudre commençaient déjà à détruire le mur. Dans une impressionnante réflexion et réactivité, signe que Yanosa avait du voir maintes et maintes combat maintenant, mon adversaire érigea de sa peau un second mur bien plus résistant que le premier pour venir enrayé mon assaut qui se serait voulu dangereux en d'autres circonstances. Tch, avec ce nouveau mur, je doutais de pouvoir infliger des dégâts sérieux. Mais l'avantage de pouvoir créer un mur si rapidement entre son adversaire et soi était bien évidemment modéré par le fait que j'étais complètement caché par ce dernier. Alors que mes griffes de foudre réduisaient en morceau le mur, j'en profitai pour déposer discrètement sur un des morceaux de roches un parchemin explosif avant que le mur ne cède entièrement. Faisant voler en éclat des morceaux de roches un peu partout, je parvins toutefois à créer un sillon sanglant dans la chair du Clairvoyant, l'engourdissant par la même occasion. J'aurais pu continuer ainsi, mais il s'habituerait certainement à ma vitesse et les prochains assauts seraient certainement moins probant. Et à défaut d'aller plus vite, je désactivai les éclairs qui entouraient mon corps.

-Quelle vive réaction...

Mais je ne comptais pas m'arrêter là alors que nous entamions notre descente. Je pris appui sur l'un de ses morceaux de roches et me propulser de sorte à me retrouver derrière mon adversaire lorsque nous toucherions le sol. Un moyen de faire une double diversion : un parchemin caché par la roche tombante devant lui, et moi-même derrière lui dans deux directions totalement opposées. Mais alors que j'étais en plein salto avant pour mettre mon plan à exécution, derrière moi se trouvait un second Yanosa, et une lance de roche qui fusait à toute vitesse vers moi. Un clone ? Forcément. Mais à quel moment...? Surement lorsque j'avais lancé ma boule de feu. Le clone avait ensuite dû se cacher sous terre ou à ma vue, autrement je l'aurais perçu avant de foncer sur l'original. Pris par surprise, je n'eus le temps que de faire un rapide mouvement dans les airs, toutefois pas suffisant pour m'éviter de me prendre des blessures. La roche déchira mon flanc, écartelant mes chairs, et le sang gicla alors que je faisais une légère grimace. J'avais évité le gros de la blessure, toutefois cette blessure pouvait s'avérer problématique si d'autres du même genre venaient s'ajouter.

Atterrissant au sol avec un genou par terre, légèrement déséquilibré par mon esquive et la blessure qui s'en était suivi, je poursuivis toutefois mon plan. Levant deux doigts devant moi en formant un mudra, je fis exploser le parchemin qui se trouvait juste aux pieds de Yanosa sous une roche. Profitant de la confusion qu'elle créerait certainement, je sortis un parchemin sur lequel était apposé trois sceaux qui me faisaient face. Je touchai le premier pour faire sortir dans un petit nuage de fumée le premier shuriken fûma que je saisis en plein vol. En l'attrapant, je laissai un flux électrique le parcourir, et je l'envoyai d'un geste vif et précis sur l'original, en restant toutefois dans la trajectoire de son clone qui se trouvait derrière lui. S'il esquivait ce premier shuriken, ce dernier irait viser son clone. Toutefois, s'il se défendait une fois de plus avec un mur rapide de roche, il aurait du mal à percevoir les deux autres. Touchant donc les deux autres sceaux, je fis sortir les deux gros shurikens suivants, parsemés d'éclairs, et les lançai avec un effet courbé pour qu'ils fauchent mon adversaire sur sa droite et sur sa gauche.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mer 13 Jan 2021 - 0:09

L’entrainement entre les deux hommes prenait une tournure qui ne me convenait guère. Bien que ce soit un simple test, était-ce vraiment une nécessité d’agir avec tant de force ? Si je pouvais entrevoir l’empressement de Yanosa à tester les talents de notre nouveau venu, et ce, même si j’étais persuadé que la puissance brute d’une personne n’était pas le seul moyen pour aide de nous venir en aide, agir avec une certaine modération me semblait tout aussi important, d’autant plus quand on était aussi blessé que le tellurique et que nos forces actives étaient fortement diminuées. Pour autant, j’avais le sentiment que quoi que je puisse dire, mes paroles n’auraient que peu d’impact à ses oreilles. Peut-être devrais-je me tourner vers le porteur du long manteau rouge.

En attendant, debout, prêt à intervenir, j’assistais d’une certaine manière, impuissant à ce qui se passait devant moi. La vitesse d’action de ce Seiki était telle que son attaque atteignait une vivacité que je n’avais pas souvenir d’avoir rencontré jusqu’ici, même face à Tenzin. Était-ce là le pouvoir de la foudre ? Au-delà de sa supériorité face au doton que beaucoup affectionner, prendre ainsi l’ascendant sur son adversaire était un atout considérable. Heureusement pour lui, Yanosa se sortait admirablement de la situation dans laquelle il était, se défendant avec brio des griffes électriques qui le visaient. Avait-il compris en amont que son adversaire maitrisait un tel élément ? Surement. Sinon, pourquoi ne pas user directement de son assimilation comme il le faisait souvent ?

Chance pour l’un et malchance pour l’autre si l’on pouvait dire ainsi, le combat n’était pas terminé, loin de là, et à ma grande surprise, un second calciné fit son apparition dans le dos du gardien. Encore une fois, l’iwajin usait de subterfuges semblables à ceux déjà utilisés contre moi. Dans un coin de ma tête, je notais ce détail pour plus tard. Quoi qu’il en soit, l’attaque du clone était aussi rapide, létale et imprévue que ce que j’aurais pu faire moi-même avec mes propres facultés. Si déjà debout je m’étais avancé pour intervenir, estimant que le combat commençait à aller trop loin à mon gout, Seiki parvint tout de même à se sortir de cette périlleuse situation, repartant à l’assaut du clairvoyant malgré les blessures qui venaient de lui être infligées. Pour autant, blessés comme il l’était et à en juger par les attaques que se portaient les deux hommes, je doutais fortement d’une fin des plus sympathique. Dans cette optique, je me tenais là, préparé plus que jamais à intervenir pour séparer les deux combattant et mettre fin à cette lutte ridicule.

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Empty
Mer 13 Jan 2021 - 15:12
Avec une maestria qui ne devait rien au hasard, l’ancien Gardien d’Hikari manoeuvra dans les airs, exploitant pour son profit les blocs de pierre brisés en suspension momentanée dans l’air. Il y trouva un appui, se propulsant au-dessus de l’Oterashi qui accusait toujours le coup de l’engourdissement qui s’était propagé à partir de sa blessure : une aubaine pour lui, d’ailleurs, car il ne faisait aucun doute que si le Tellurique avait été en pleine possession de ses moyens, à si courte portée, le Shizen aurait pu faire les frais de sa stratégie. Mais alors qu’il se remettait des arcs électriques qui se dissipaient au niveau de son poitrail, tâchant de pivoter pendant sa chute pour garder leur invité dans son champ de vision, le guerrier de pierre eut le temps d’apercevoir l’initiative de son bunshin du coin de l’oeil.

La javeline fusa, trait de roche effilée et impitoyable. Le véritable test, en un sens, caché au milieu de cette passe d’arme intense, et une fois encore, le Shizen se montra à la hauteurs des espérances. Car si la javeline tutoya de facto les côtes de l’ancien Gardien, lui arrachant chair et lambeaux de peau, l’homme au manteau rouge parvint à limiter la casse en se contorsionnant dans les airs, preuve de sang froid, de réflexes aiguisés et de technique. Pour le moins contenté par ce qu’il venait de voir, Yanosa tâcha de se propulser en direction de leur invité avant de toucher le sol par le même biais que lui, laissant derrière lui les monceaux de roc résiduels résultant de ses précédentes défenses. Mais alors qu’il avisait sa future trajectoire, un bras plaqué dans son dos à la façon d’un patineur, une explosion caractéristique retentit derrière lui, propageant une dangereuse chaleur dans un souffle dont il était très coutumier.

Légèrement désarçonné, l’Oterashi chancela d’un appui en avant, animant rapidement ses doigts dans son dos pour se sortir du guêpier dans lequel Seiki cherchait à l’enfermer. Déjà, un premier fuuma électrisé fusait droit sur lui et aussi rompu au combat qu’il était, le guerrier tellurique savait que le timing serait à présent trop serré pour qu’il ne puisse éviter une nouvelle blessure. Deux autres projectiles entamaient tout juste une course circulaire sur les côtés : son mudra achevé, il bondit alors. Filant comme une torpille empruntant une trajectoire oblique en tournant sur lui-même, Yanosa sentit la morsure du premier fuuma lui entamer le côté de l’abdomen, tandis que son corps allégé à l’extrême parcourait rapidement une grande distance vers l’un des flancs du Shizen. Remettant en pratique ses nombreux entraînements, il reprit pied et s’élança de plus belle, se déplaçant à toute allure dans le dos de l’ancien Gardien.

Crochetant et se projetant en diagonal, Yanosa prit alors un dernier appui plus puissant que les précédents, chargeant droit sur Seiki, son bras armé en arrière. Puis, dans une levée de poussière rocheuse, il stoppa net en dérapant sèchement au sol, à quelques pas de leur invité au manteau rouge. L’instant se figea, comme suspendu dans le temps, jusqu’à ce que l’Oterashi rabaisse son poing armé.

« ...He..Tu bouges bien, Seiki. » lança-t-il alors en se redressant et en portant la main à sa blessure la plus profonde au flanc.

« De la technique, de la vitesse, du sang froid,… Tu n’usurpes pas tes prétentions. Parfait. Si tant est que tu es bien celui que tu prétends être, tu feras un soldat utile et efficace dans nos rangs. »

Si les chances que cet homme s’avère être un fieffé menteur existaient, elles étaient certainement très mince et Yanosa n’avait pas besoin de recevoir cette confirmation pour savoir apprécier la valeur d’un combattant et profiter du plaisir qu’il avait à jouter avec lui. Son expression toujours froide et impassible, il tendit donc son bras vers le Shizen, cherchant par ce geste une ferme et honnête poignée de bras.


Spoiler:
 

_________________
Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Premier contact [Ouvert à tous ceux présents à Iwa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: