Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Sur la Voie du Bushido part.1 : Respect [Solo]

Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Sur la Voie du Bushido part.1 : Respect [Solo] Empty
Dim 15 Nov 2020 - 20:04




Sur la Voie du Bushido part.1 : Respect



Comme bien des autres jours, j'avais passé la matinée à m'entraîner aux arts samouraïs. Toutefois, aujourd'hui j'avais décidé de laisser de côté mon katana pour me consacrer à une pratique qui m'était bien plus difficile à assimiler : le Bushido. S'il était vrai que ma nature et mon caractère s'accordaient parfaitement à mes capacités, à croire que l'une avait influencé sur l'autre, le contraire était tout aussi vrai concernant le Bushido. J'avais toujours vu les samouraïs comme étant des êtres bien trop sérieux, bien trop accrochés à leur règle, et pour cette raison, cette partie de mon apprentissage m'avait longtemps rebuté. Il allait sans dire que depuis mon arrivée au Pays de la Foudre et plus précisément à Kumo, j'avais énormément progressé sur le plan de mes capacités d'assimilateur plutôt que ma maîtrise à l'épée. Et pourtant, cela n'était pas tant une question de manque de volonté plutôt que...d'affinité. Tout simplement. Et c'était peut-être la raison pour laquelle j'avais encore tant de choses à rattraper de ce côté là, malgré mes longues semaines voir mois d'entraînement. Je parvenais à présent à maîtriser pas mal d'aspects des arts samouraï, tout du moins le côté pratique consistant à la méditation, au zen, au maniement du chakra neutre ainsi que la capacité à le trancher ainsi que de dégainer dans le même mouvement. Mon éducation spirituelle tendait toutefois à passer à la trappe.

Qu'est-ce que le Bushido, c'était peut-être par là que je devais commencer non ? Et si j'en croyais mes vagues souvenirs du Pays du Fer, il y avait bien trois choses que j'avais retenu de cette "voie" qui guidait la lame de mes compatriotes. Le respect, la loyauté et le stoïcisme. Ces trois notions étaient d'ailleurs intriquées les unes entre les autres dans ma communauté. Le respect faisait référence à une forme de déférence envers nos aînés et nos "maîtres", qui prenaient souvent la forme du chef de famille, du village, ou du pays. La loyauté conduisait par la suite à une servitude quasi-aveugle envers ces derniers, ne remettant jamais en question à voix haute ce que les dirigeants décidaient de mettre en pratique. Certains étaient même capable de mettre fin à leur lignée suite à un simple ordre...en étais-je moi-même capable...? Concernant le stoïcisme, c'était ce qui m'exaspérait le plus chez mes congénères de Tetsu no Kuni, c'était leur rigidité si exaspérante. Même le combat semblait pour eux aussi ennuyeux que de lire des bouquins. Comme vous le saviez sûrement, je n'étais certainement pas le Kumojin le plus respectueux de la hiérarchie, j'étais une tête brûlée qui agissait souvent un peu comme elle l'entendait, et par dessus le marché j'étais loin d'être stoïque. Mon excitation et ma joie de combattre étaient aussi électriques que le bleu de mes yeux. Alors j'avais encore certainement pas mal de chemin à faire de ces côtés là. Peut-être.

S'il y avait bien une chose que je respectais cependant, c'était la puissance. En témoignait l'évolution de ma manière de parler avec le Raikage. Si au début, je l'appelais "M'sieur le Raikage", j'en étais venu à le nommer par un nom bien plus respectueux et qui lui revenait certainement de droit : Raikage-sama. C'était la preuve tangible et réelle que j'apportais une grande importance à ce genre de choses. D'un autre côté, l'Ombre m'avait battu à plates coutures, et sans même transpirer. La différence de niveau entre lui et moi était si grande que j'avais presque du mal à l'appréhender. Et par-dessus le marché, mon instinct me disait qu'il n'avait utilisé qu'une infime partie de ses capacités face à moi. Tant en puissance, en expérience, en diversité et en contrôle, il avait un niveau bien au-dessus du mien. Bien loin au-dessus. Cela ne me donnait que plus envie de continuer à progresser et à m'entraîner. Maintenant que je repensais à notre combat, l'envie de prendre Thunderbird et d'aller sur un terrain d'entraînement me démangeait. Me laissant tomber au sol en me tenant la tête de frustration et en me secouant partout, je laissai un peu de ma soudaine frustration s'exprimer.

-Raaah j'veux m'battre moi !

Mais ce n'était pas le but du jour ! Il fallait que je réussisse à contrôler mes pulsions. Et cela allait s'avérer difficile si je continuais à rester aux côtés de mon katana et à miroiter tous ces beaux souvenirs. Sur un coup de tête, je finis par me lever et par passer par ma fenêtre. J'avais besoin d'air, j'avais besoin de...discuter ? Me divertir l'esprit. Et peut-être parler un peu de cette philosophie avec laquelle j'avais tant de mal. Je m'étais rendu compte que discuter avec Aizen de ces arts pour lesquels je n'avais aucun interlocuteur n'avait fait que me motiver encore plus tout en me soulageant d'un poids. Peut-être que quelqu'un serait en mesure de faire pareil pour le Bushido...?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Sur la Voie du Bushido part.1 : Respect [Solo] Empty
Mer 18 Nov 2020 - 17:20




Sur la voie du Bushido : Respect



Je marchais dans les rues du village des Nuages, sans réellement savoir où j'allais et pourquoi je marchais. D'un autre côté, je ne savais pas où chercher quelqu'un qui pourrait m'aider à mieux comprendre cette notion de respect qui, sous certains angles, m'échappaient. Mais je savais que ce n'était pas entre mes quatre murs que j'allais trouver cette réponse, et c'était la raison de ma présence dans la rue. Et j'y étais seul. Au dehors, la pluie battait son plein, les gouttes frappant assez fort pour pouvoir en sentir le poids sur nos épaules. Quelques éclairs zébraient le ciel, suivi par le grondement du tonnerre qui avait tendance à m'apaiser contrairement aux autres. D'un autre côté, j'étais né dans cette atmosphère et c'était peut-être la nostalgie qui me faisait sentir ce bien être face à ce temps orageux. Une raison de plus pour les habitants de Kumo de trouver que j'étais un jeune homme étrange, marchant seul sous la pluie sans chercher à m'abriter. Mes cheveux blonds étaient devenus plus sombres en raison de l'hydratation inattendue prodiguée par le temps, et me collaient au visage. Toutefois, les mains dans les poches, je continuais à avancer.

Chaque habitation était fermée, les rideaux souvent tirés pour s'épargner la vue d'un temps que beaucoup trouvaient moche. Seuls quelques bars étaient encore ouverts à cette heure matinale, mais je ne m'attendais pas à trouver mes réponses auprès d'ivrognes prenant ces établissements pour leurs appartement. N'y voyez rien de personnelle, je ne critiquais nullement la sagacité de ceux qui buvaient de l'alcool. Mais je n'étais tout de même pas prêt à me risquer à essayer de tenir une conversation avec eux, baigné dans leurs effluves œnoliques et leur articulation plus que douteuse. Je continuai donc mon chemin sans m'arrêter. Puis quelques dizaines de mètres plus tard, je finis par tomber sur...un vieil homme. Un vieil homme sous la pluie, devant la façade d'une maison qui tentait tant bien que mal de reboucher un trou avec un marteau et des clous. Il faisait au moins une tête de moins que moi, à vue d'oeil, et c'était déjà quelque chose étant donné que j'étais moi-même petit. Par la fenêtre, j'aperçus une petite dame, tout aussi âgée que lui, recouverte d'un plaid et une mine inquiète sur le visage. Quant au papi, il semblait fatigué, et un peu dépassé par les évènements, toutefois sa détermination et les petits grommellements me firent rire et j'accourus vers ce dernier pour l'aider.

-Haha ! Z'êtes courageux ôji-san ! J'peux vous aider ?

Il tourna la tête vers moi, d'un regard un peu méfiant et perplexe, avant d'aviser mon bandeau sur mon bras et le signe de Kumo. Il retourna alors sa tête vers son entreprise tout en continuant à grommeler.

-Ces jeunes d'aujourd'hui, plus aucun respect pour leurs aînés ! Prenez un marteau et des clous dans ma boîte, et venez m'aider chenapan !

Devant les paroles du vieux, loin de m'en offenser bien au contraire, j'éclatai de rire et m'attelai à la tâche immédiatement. Je repérai une petite boîte à outil noire rectangulaire non loin des pieds du citoyen âgé. Le manche d'un second marteau dépassait de la boîte, et je le saisis rapidement et plongeai ma main à l'aveugle pour récupérer quelques clous par la suite. Je récupérai à la suite une des planches de bois humides qui traînait elle aussi au sol et je m'activai pour reboucher les trous dans la maison du p'tit bonhomme. Et alors que nous étions en train de travailler tous les deux sous la pluie depuis quelques minutes, rythmés par le son du marteau frappant sur le clou et le bois, je revins sur les paroles du vieil homme.

-Huum, pourquoi est-ce si important de respect nos aînés, ôji-san ?

-Oh oh ! Tu te poses de drôle de questions gamin, tu penses pas que tu devrais ?

-Eh bien...j'sais pas trop. Pour moi, c'est quelque chose qui s'mérite. Oh bien sûr, j'reste toujours un minimum poli, mais l'vrai respect...

-Haha, j'comprends mieux maintenant. Eh bien...T'as plutôt raison. Mais d'un autre côté, qu'est ce qui fait qu'il mériterait ton respect ?

-Eh bien le fait qu'il soit fort ! J'respecte ceux qui sont forts, moi.

-Huuum je vois. Personnellement, je ne suis pas fort, donc tu ne me respecterais pas ?

Je fronçai les sourcils et réfléchis à ces derniers mots. De prime à bord, j'aurais répondu non. Mais une petite pointe de sympathie et de respect émergeait dans mon petit coeur. Et pourtant, en effet, ce papi ne me renvoyait aucune impression de puissance comme j'avais l'habitude. Mais le voir sous la pluie, voir sa détermination à lutter contre les intempéries pour préserver son foyer et sa bien aimée alors qu'il était si petit et si frêle m'avaient touché. Il représentait...une autre forme de grandeur. Il n'avait aucun pouvoir, mais il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour protéger son cocon, et ne rechignait pas à la tâche.

-Eh bien, j'vous aime bien, ôji-san. J'respecte votre détermination et votre courage malgré votre p'tite taille.

-Haha ! Eh bien tu m'en vois heureux, mon p'tit gars. Mais j'comprends mieux ton point de vue maintenant. Du coup je vais te dire pourquoi les gens ont tendance à respecter les vieux. C'est tout simplement parce que ceux-ci ont bien souvent aidé à développer le village pour les générations futures, qu'ils sont souvent sages et porteurs d'enseignements basés sur l'expérience, et aussi parce qu'ils protègent les plus jeunes.

Il était vrai que je n'avais pas vu les choses ainsi, et je pris le temps d'y réfléchir...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Sur la Voie du Bushido part.1 : Respect [Solo] Empty
Jeu 19 Nov 2020 - 19:42




Sur la voie du Bushido : Respect



C'était donc pour cela que tout le monde respectait tant les aînés, parce que ces derniers agissaient pour le bien des générations à venir. Ils agissaient un peu en protecteur de cet avenir si précieux que nous chérissions tous, transmettant leur savoir et leur expérience pour nous permettre d'avancer. Si je n'avais jamais considéré les choses dans cet angle là, la vision du vieil homme parvenait à m'ouvrir les yeux sur pas mal de choses. Si j'avais initialement pensé devoir respecter seulement la puissance, je m'étais en fait rendu compte avec cette discussion que ce n'était pas tout à fait exact. Je respectais sincèrement Sad et Raizen, qui avaient non seulement pu me prouver leur valeur mais aussi leur désir de m'apprendre et de me transmettre leur savoir. Même si le premier était légèrement antipathique. Outre leur puissance écrasante, ils avaient su m'apporter dans ce combat plus que je n'avais espéré de prime à bord.

A contrario, j'avais affronté Anzu, une jonin du village qui était certes puissante mais dont le manque d'enthousiasme m'avait...soufflé. Presque littéralement au final. Peut-être ne représentais-je pas encore suffisamment d'intérêt pour la demoiselle et c'était la raison de son acte, mais en attendant je comptais bien m'améliorer pour un jour se faire. J'avais perdu, mais j'allais devenir assez fort pour remporter tous mes combats ! C'était la promesse que j'avais faite silencieusement à mes parents, un fardeau qui me pesait sur la conscience...mais je savais que pour gagner plus tard, il fallait que je perde d'abord. Toutefois, je m'écartais de mes pensées initiales. Le respect pouvait revêtir bien des formes et avoir bien des raisons, mais s'il y avait bien une chose que je savais pour sûr, c'était que je ne vouerais jamais un respect aveugle à quiconque. Cela ne m'empêchait pas de rester courtois et poli, mais révérencieux ? Il fallait se lever tôt pour voir cette facette de moi.

Terminant d'aider le papi à réparer sa baraque dans un silence tout relatif, perturbé par le son décroissant de la pluie s'abattant de moins en moins sur le village, nous finîmes notre boulot quelques minutes plus tard. Ôji-san avait remarqué que j'étais parti dans mes pensées et n'avait pas essayé de me rattraper pour me ramener les pieds sur terre. Il avait l'air bien plus sage qu'il n'y paraissait de prime à bord, et je pouvais me sentir reconnaissant d'avoir fait sa rencontre. Avec un sourire, une fois le labeur finit, je me relevai en m'étirant avant de saluer le vieux.

-Merci pour cette petite discussion, Jiji ! Je reviens vous voir pour m'assurer qu'ça tienne bien !

Ce dernier rit aux éclats, avant de m'adresser un signe de la main avec un mince sourire.

-Ce fut un plaisir, gamin ! C'est quand tu veux.

Et alors que je m'apprêtais à reprendre le chemin, mon coeur plus léger, j'aperçus la petite dame âgée qui devait être la femme de Jiji se présenter à la porte avec un petit panier. Ses lèvres toutes fripées étaient étirées en un sourire, mais elle ne dit pas un mot. Lui rendant donc son sourire, je la remerciai chaleureusement avant de continuer ma route. J'avais eu quelques réponses à mes questions, et j'avais d'ores et déjà décidé que je vouerais un véritable respect à ceux qui étaient forts, mais aussi bienveillants.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Sur la Voie du Bushido part.1 : Respect [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: