Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Sur la voie du Bushido : Loyauté et Stoïcisme [Solo]

Ten no Ikari
Ten no Ikari

Sur la voie du Bushido : Loyauté et Stoïcisme [Solo] Empty
Sam 21 Nov 2020 - 23:58




Bushido : Loyauté et Stoïcisme



Une nouvelle journée se présentait sur le chemin de la quête de mes compétences samouraï. Une journée qui avait commencé de manière un poil prématuré alors que je n'arrivais plus à dormir depuis de longues minutes. Pour une raison que j'ignorais, mon sommeil avait été perturbé, et malgré l'heure plus que matinale, je me sentais en pleine forme et désireux de bouger. Un peu comme de l'électricité statique qui stagnait quelque part, et qui avait besoin d'être déchargé. Et je ne connaissais qu'un seul moyen de décharger ce surplus d'énergie : l'entraînement. Le soleil ne s'était pas encore levé que j'étais sortis de chez moi par la fenêtre, comme à mon habitude, afin de prendre la direction d'un terrain d'entraînement. Une fois de plus, serti de ma lame, je m'entraînai sans relâche à la maîtrise de mon katana et à ne faire qu'un avec lui. Ce dernier représentait comme une extension de mon bras maintenant. Allonger sa lame, trancher le chakra, tout cela devenait presque instinctif. Je découpais des éclairs que je créais moi-même, usais du chakra neutre pour renforcer le tranchant de mon épée et découper des mannequins à distance.

La dernière partie qui me restait à maîtriser de manière pratique, c'était cette histoire de méditation et de zen. Cela pouvait permettre de faire bien des choses. J'avais entendu que certains samouraïs étaient capables d'endurer les pires souffrances et continuer à combattre grâce à leur esprit. Résister aux températures les plus extrêmes en maîtrisant leur souffle, leur corps et leur esprit. Le pouvoir de l'esprit avait un pouvoir formidable. Tout comme certains samouraïs pouvaient user de cette méditation pour étendre leur perception et détecter des dangers que d'autres ne pouvaient détecter. Pour ma part, je tentais de développer une faculté assez similaire, pouvoir ressentir le chakra. Mais les seules perceptions que j'avais reposaient sur des mouvements électriques. Je n'avais pas encore appris à les apprivoiser, et c'était encore un autre sujet. Toutefois, là nous parlions de mon apprentissage du Bushido, et lorsque le zénith était à son comble et mes cheveux trempés de sueurs, je décidai de faire une pause. Je passai par mon appartement pour prendre une douche avant de ressortir dans les rues de Kumo pour patrouiller un peu.

Alors que je déambulais dans les rues, je passai à côté d'un des bars dans lequel j'entendis du raffut. Un raffut qui semblait être le début d'une dispute et d'une bagarre généralisée. Un petit sourire étira mes lèvres alors que je bifurquai de mon chemin initial pour rentrer dans le barre. Très rapidement, alors que je n'avais nul besoin de baisser la tête pour rentrer dans l'établissement, j'avisai les deux parties qui se tenaient en joue. Deux hommes blonds, à la musculature bien définies, qui semblaient avoir une quarantaine d'années avec des barbes mal rasées semblaient se disputer pour une...bière. Une simple bière. Venant d'arriver, il était difficile de comprendre toute la teneur des propos et de la valeur de cette bière qui se trouvait entre eux. Toutefois, le ton était rapidement monté, et les deux hommes en vinrent au main. J'étais à deux doigts d'intervenir lorsque derrière le bar un vieil homme sortit pour arrêter les deux bagarreurs.

-Vous allez vous blesser, jeunes hommes, cette bière n'en vaut pas la peine.

-Pousse toi vieillard, te mêle pas de nos histoires !

-Je suis désolé, je me vois obligé de refuser, je ne peux me permettre de laisser deux citoyens des Nuages se battre et s'entre-tuer..

-Ça te regarde pas vieillard on t'a dit !

Et à ce moment là, il s'apprêtait à bousculer violemment le papi, sauf que je ne pouvais le laisser faire ça. Fonçant dans la direction de l'altercation, je me transformai en un éclair pour parcourir la distance qui me séparait d'eux en un clin d'oeil, et avec la garde mon katana au beau milieu de sa paume, j'arrêtai la main du belliqueux. Je n'avais pas dégainé, et je ne l'avais pas blessé, mais la surprise dans ses yeux fut suffisante pour parler à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Sur la voie du Bushido : Loyauté et Stoïcisme [Solo] Empty
Dim 22 Nov 2020 - 15:14




Bushido : Loyauté et Stoïcisme



Si la surprise avait pris de court nos deux protagonistes, affichant sur leur visage un air ahuri, je savais bien que le calme brusque apporté par mon action n'allait pas perduré. Rapidement, après que le choc soit passé, les esprits allaient s'échauffer à nouveau et le ton allait monter. C'était maintenant ou jamais qu'il fallait agir pour apaiser les tensions. Je ne pouvais pas me battre contre ces deux fauteurs de trouble du dimanche -oui, nous étions un samedi et alors ?- au risque de les blesser, mais je ne pouvais pas non plus les laisser taper un vieillard ou se blesser entre eux. Et le pacifisme ce n'était pas réellement mon fort, et je n'étais pas sûr qu'ils allaient bien répondre à un "faites l'amour et pas la guerre messieurs, le monde est si beau". Je n'y croyais pas moi-même, c'était pour dire. Mais alors, une idée me vint subitement, tandis que l'état de choc était en train de passer pour voir revenir les flammes du conflit dans les yeux des protagonistes. Et alors que l'un des deux s'apprêtait à ouvrir la bouche, je levai deux doigts en l'air de ma main libre, et mon index de ma main qui tenait encore mon katana rangé dans son fourreau.

-Je vous propose un deux contre un messieurs ! Vous allez m'affronter, ou du moins, tenter de me toucher. Celui qui y arrive en premier sera déclarer vainqueur et verra son adversaire lui payer une tournée. Par contre, si vous n'y arrivez pas, vous devrez faire la paix et me payer une tournée tous les deux ! Vous en dites quoi ?

Tous les deux surpris par mon offre, leur regard incrédule était limpide comme de l'eau de roche. Le seul que toute cette situation depuis le début n'avait pas semblé surprendre le moins du monde, c'était le vieux qui avait tenté d'interrompre les deux hommes plus tôt. Ces derniers semblaient se demander si j'étais réellement sérieux, ou si j'étais en train de me foutre de leur gueule. Mais mon sourire confiant et amusé donnait une réponse claire à cette hésitation : j'étais diablement sérieux. Et si cela fit éclater de rire l'un des deux blondinets, me prenant clairement de haut, le second s'énerva en ayant l'impression de se faire humilier. L'égo de l'homme était quelque chose, sa stupidité en était bien trop souvent le fruit. S'il y avait bien une chose que les hommes avaient du apprendre depuis ces deux-cent dernières années, c'était bien de ne pas se fier à l'âge et la taille de son adversaire, et pourtant on observait encore des remarques du genre :

-Petit insolent ! On va te montrer comment on traite les gamins irrespectueux dans ton genre.

-Parce que tu portes un bandeau, tu te crois grand ? On va te faire redescendre petit.

Toutefois, un rapide coup d'oeil m'indiqua que ces derniers n'étaient pas des shinobis. Cette fois, c'était un large sourire qui vint étirer mes lèvres, un sourire joyeux et impatient, que mes compatriotes considérèrent comme narquois. Le plus énervé des deux envoya sa main vers moi en tentant de m'agripper par le cou, toutefois un petit pas de recul prompt sans me départir de mon sourire suffit à faire passer sa main devant moi sans ne rien toucher. Cela ne fit que l'énerver d'avantage. Son visage devint rouge, de honte ou de colère, je ne savais pas trop. Mais il était encore bien trop tôt pour avoir honte. Tout en évitant chacune de leur tentative de m'attraper, je me dirigeai vers l'extérieur du bar. Que ce soit en évitant les tables, ou en passant au-dessus de ces dernières, je ne renversai pas la moindre bière contrairement à mes agresseurs. Nous finîmes dehors, où le résultat ne changea pas pour autant. Ils se mirent même à deux, tentant de profiter des tentatives de l'un et de l'autre pour essayer de me prendre par surprise. Mais leurs mouvements étaient linéaires, et facile à lire. Qui plus était, ils étaient lents. Je n'eus absolument aucun mal à esquiver tous leurs assauts avec le sourire, amusé par la situation et content de pouvoir m'entraîner un peu malgré moi.

Après de longues minutes de franc échec, mes deux adversaires finirent par jeter l'éponge, se laissant tomber au sol en sueur et essoufflé. Leur visage rougit par leurs efforts brillait d'un rouge si vif qu'on aurait presque cru qu'ils avaient mangé des piments, si ce n'était pour leur souffle court et leur air exténué. Pour ma part, ma respiration avait discrètement accélérée, mais pas au point de me faire ressentir une réelle fatigue. Une fois que je vis dans leur regard la reconnaissance de la défaite, je m'approchai des deux.

-J'ai gagné ! Maintenant serrez-vous la main, faites la paix, et buvons un verre !

Les deux hommes grommelèrent de mécontentement, mais finirent par s'exécuter. J'étais fier d'avoir pu protéger les citoyens de Kumo, même si c'était d'eux même. Et malgré le fait que je ne m'étais pas réellement battu, je me sentais vraiment content de moi. Peut-être que c'était ici que se trouvait ma loyauté ? Défendre les miens, défendre ceux qui ne pouvaient se défendre eux-même dans la cité des Nuages et dans le Pays de la Foudre. Je n'étais pas homme à juré loyauté à un seul homme, et de le suivre aveuglément. Mais si c'était aux habitants que je donnais ma loyauté...Alors peut-être que cela pourrait m'être plus acceptable... Et lorsque nous rentrâmes dans le bar, je croisai à nouveau le vieux qui avait tenté de les séparer. Son air était resté neutre, tout le long. Comme s'il avait tout prévu. Il ne semblait surpris de rien. Je penchai un peu la tête, intrigué, et je sus que je devais lui parler.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Sur la voie du Bushido : Loyauté et Stoïcisme [Solo] Empty
Dim 22 Nov 2020 - 16:43




Bushido : Loyauté et Stoïcisme



Stoïque. C'était le mot qui pouvait au mieux décrire le vieillard visiblement responsable du bar. J'étais pourtant sûr qu'il n'était pas un samouraï, et il maîtrisait cependant un des grands concepts du Bushido. Etait-ce courant chez les autres d'être aussi à l'aise avec ces notions, était-ce réellement moi qui avait un problème ? Peut-être il y avait-il quelque chose que je ne parvenais pas à comprendre dans cette facette du Bushido, tout comme les autres facettes, et qu'avoir une petite discussion avec le vieillard m'aiderait à mieux apprivoiser cet esprit du Bushido à ma manière. Comme je l'avais démontré auparavant, je n'avais jamais eu l'intention de changer profondément qui j'étais pour rejoindre tous ces coincés du Bushido. Toutefois, je comptais bien aiguiser mon esprit et comprendre ces valeurs pour ensuite mieux maîtriser l'art en question. Et pour se faire, j'avais remarqué que la discussion était certainement le point central de la philosophie, car après tout les idées naissaient de la rencontre d'idées.

Après avoir vider d'une traite mon breuvage et redéposer le verre avec entrain sur la table, je me levai avec tout autant de joie et me dirigeai alors vers le vieux pour m'asseoir face à lui. De son air fatigué mais neutre, il me regarda avec un petit sourire avant de hocher la tête.

-Merci mon garçon pour ton aide, elle était la bienvenue.

-Pas d'soucis, Ôji-san ! Mais vous auriez fait comment si je n'étais pas intervenu ?

-Eh bien j'aurais fait comme je peux mon garçon...

-Vous ne sembliez pourtant pas du tout surprit par mon intervention. Vous vous y attendiez ?

L'homme aux cheveux gris et éparses éclata de rire - si l'on pouvait dire éclater, pour un rire aussi faible. Mais certainement que dans sa jeunesse, ce rire devait être bien plus puissant. Peu importait. Ce fut un rire bref, mais sincère, après lequel il haussa les épaules.

-L'expérience nous apprend à anticiper ce qui va arriver, sans pour autant attendre sur elle. Quand je vous ai vu arrivé, à votre expression je savais que les choses allaient se résoudre. J'ai simplement gagné un peu de temps pour que vous interveniez.

-Vous n'aviez pas peur pour autant...? Si je n'étais pas intervenu, vous auriez pu vous faire blesser !

-Haha, ne t'inquiète pas pour moi, j'avais prévu un plan de secours. C'est le secret pour garder la face devant les évènements imprévus : toujours avoir un coup d'avance, et se préparer au pire. Ainsi tu seras toujours prêt à réagir, en toute circonstance.

Un coup d'avance hein ? C'était donc le secret de son air neutre et imperturbable. Il était clair que je ne pouvais cacher mes émotions aussi facilement. Toutefois, je n'en avais peut-être pas besoin. Car en effet, les samouraïs semblaient si sérieux et coincés parce qu'ils désiraient garder un contrôle parfait sur leurs corps et leurs émotions. Ce n'était pas mon fort. Mais être imperturbable, cela ne requérait pas pour autant de supprimer ses sentiments et ses réactions. Non. Il s'agissait aussi de ne pas se faire prendre par surprise. Et pour pouvoir contrôler ses réactions et ses émotions, peut-être que je n'avais pas besoin de les cacher...mais de les anticiper. Si je pouvais anticiper les choses à venir, et toujours me préparer au pire, peut-être pouvais-je moi aussi paraître "imperturbable". Mon sourire trahirait en permanence mon désir de combattre, mais peut-être pouvais-je me prémunir des mauvaises émotions.

Comme l'avait si bien dit mon interlocuteur sage, anticiper et se préparer au pire permettait de ne jamais être surprit. Et surtout, de pouvoir réagir à temps. Analyser, prévoir plusieurs issues, prévoir aussi que ces issues puissent être bloquées et ainsi se préparer toujours au pire. Ne jamais être pris de court, ou le moins possible. Et ainsi je n'avais pas besoin d'avoir l'air coincé, pas si j'anticipais toutes ces choses au mieux pour pouvoir réagir de la bonne manière. C'était par ailleurs aussi ce que l'on attendait de moi en tant que chunin et chef d'équipe non ? Une vision des choses élargie, analyser et anticiper, conduire mon équipe à son but du mieux que je le pouvais. Et le meilleur moyen, c'était d'avoir un plan de secours à son plan de secours. Essayer du mieux que je pouvais de ne pas me faire avoir, de ne pas rester figer par mes émotions, et toujours prêt à rentrer dans l'action. C'était là la vraie nature d'un samouraï. C'était là...ma Voie.

C'était là mon Bushido, ma Voie du Guerrier.

Respecter ceux qui étaient forts et s'évertuaient à apprendre, partager et protéger les siens.
Être loyal envers ceux que je défendais corps et âmes, Kumojin comme Kaminarijin, et leur prêter mon katana pour les voir vivre d'autres lendemains.
Ne pas me faire surprendre, toujours anticiper, voir plus loin que ce que mes yeux percevaient pour pouvoir mener à bien mes missions et mon équipe....

Je me sentais enfin plus...en paix. J'avais trouvé une voie à suivre, et je comptais bien m'y tenir avec toute l'énergie que j'y avais prêté jusqu'ici. C'était ainsi que je trouvais le plus juste le Bushido. Un sourire apaisé éclaira alors mon visage.

-Merci, Ôji-san. Vous êtes d'une grande sagesse. Je vais vous laisser, je dois encore m'entraîner !

Le vieux ne répondit rien, il semblait presque avoir suivi le chemin de mes pensées sans même les entendre. Il sourit sans plus de palabres, et hocha simplement de la tête. Je collai mon poing droit fermé contre la paume de ma main gauche, et m'inclinai en guise de respect, avant de reprendre un air bien plus enthousiaste et m'en allai du bar.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Sur la voie du Bushido : Loyauté et Stoïcisme [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: