Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest

Aller à la page : Précédent  1, 2
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Lun 1 Mar 2021 - 20:28

Higuma, voyageur en
provenance de Kaze


Vous pouviez voir aisément que les paroles de Yamanaka Yuna avaient provoqué une vague d'agacement dans les traits du voyageur ; les sourcils froncés au fur et à mesure de ses paroles, la mâchoire serrée, il était l'antithèse parfaite du calme qu'elle arborait. Son regard s'abaissa gravement sur l'arme de jet qu'elle avait projeté à ses pieds sous l'image d'une piètre menace, et il vous était devenu clair que le dégoût et la déception s'était ajoutée à la colère.

« Je pense que nous nous sommes mal compris. »

Vous le virent abaisser sa lourde échine vers le sol pour s'emparer de l'arme dans le creux de sa paume, sous le poids du bois qui cernait ses épaules. Une fois cela fait, il darda à nouveau la Teikokujin d'un regard grondant d'un courroux qu'il tentait de contenir.

Pendant un bref instant, ses sourcils se foncèrent d'avantage et une grimace traversa son visage, comme s'il ressentait un quelconque mal-être. Mais cette sensation était passée aussi vite qu'elle vous était apparue, à vous en demander si votre esprit ne vous avait pas joué des tours.

Peut-être était-ce là la raison pour laquelle il était si pressé. Peut-être était-ce simplement un tic musculaire qui le rendait inutilement suspect, et qui pourrait vous faire perdre davantage de temps sur les pistes de l'ours qui se refroidissait si vous décidiez de prendre le parti de l'interroger à ce sujet.

« Les fondements de votre Empire étaient ceux de la liberté et de la révolte contre une guerre qui massacrait ses enfants, et non pas de revenir à un nouvel assujettissement de ses habitants ou des voyageurs qui ne font que le traverser. Les origines mêmes de l'ordre que vous servez sont à des années lumières de l'usage que vous faites de votre grade et de votre rôle que vous utilisez comme jouet pour forcer autrui à votre bon vouloir, poussé par une jeunesse qui trahit votre ignorance. Quelle honte. »

La colère redoubla dans le ton de sa voix, et vous compreniez que vous veniez de déclarer des paroles qui avaient touché ce voyageur dans sa rancœur envers ceux et celles qui n'avaient aucune autre arme que celle d'un respect qu'ils prétextaient avoir du fait d'un quelconque fait d'arme, mais incapable de l'obtenir par leur personne. Ce qu'il pensait que vous étiez, vraisemblablement. Vous pouviez voir sa poigne se raffermir davantage sur l'objet, qui commençait à lacérer sa peau légèrement.

« Vous vous tenez là devant moi à porter des accusations sans fondement, malgré le fait que je me suis plié à vos demandes, non, vos exigences et en vous répondant honnêtement. Et vous osez me menacer de mort, alors que je ne viens même pas de ces terres. Vous ne connaissez rien ni de moi, ni de ce que je désire, et je ne suis dans aucune obligation de vous répondre ; alors hormis si vous voulez vous expliquer auprès de Kaze sur le fait que vous avez menacé et tué l'un de ses ressortissants, je vous conseille de me laisser partir tranquillement jusqu'à la côte où je suis attendu pour prendre un navire partant ce soir. Peut-être aimez-vous perdre votre temps alors vous êtes censé traquer une bête, rappelons-le, mais ce n'est certainement pas mon cas. J'ai d'autres choses à faire que de me mêler des histoires d'un pays qui n'est pas le mien. »

Et d'un seul coup, sa main se referma sur l'objet, broyant le métal entre ses doigts sans éprouver aucun intérêt pour son tranchant, qui laissait s'écouler quelques gouttes de sang le long de son poignet.

« Maintenant, soldate, hors de mon chemin. Et puissiez-vous retrouver cet ours qui sévit ici, en espérant que votre attitude ne lui ait pas donné plus de temps pour massacrer des innocents. »

Vous pouviez décider d'éprouver davantage la colère de ce voyageur à vos risques et péril en pensant qu'il détient une information clef. Mais sur quel fondement vous baser pour réclamer de telle chose ? Sans arguments valables, il se pourrait que vos tentatives vous mènent à l'inverse de la conclusion que vous espériez, en envenimant les choses.

Vous pouviez aussi décider de le laisser partir pour observer votre environnement, et tenter d'obtenir des indices, voir retrouver la trace de l'ours qui semblait vous avoir échappé.

Ou tout autre choix qui vous semblerait approprié.

information:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Yuna
Yamanaka Yuna

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Mar 2 Mar 2021 - 10:23
Un géant à l’Ouest de Hi

Yuna avait créé deux clones afin de rejoindre Hanae pendant qu’elle allait s’occuper de rattraper le géant. Ce dernier s’était permis de partir, en colère, de l’interrogatoire. Dommage, car s'il avait répondu à toutes les questions sans résister ou avec le comportement qu’il venait d’avoir, il n’aurait pas eu de souci. Or, Yuyu a trouvé son comportement assez suspect pour le stopper à nouveau, tout en lui balançant un kunai à ses pieds et en le menaçant de l’attaquer s'il fuit encore. Il y a eu un mort et des marchands qui ont été attaqué. La Yamanaka n’était pas là pour embêter gratuitement tous ceux qui passaient par-là. Il lui faut des indices, un moyen d’innocenter les gens et de trouver l’ours en question, voire un coupable si c’est un Yasei ou un Hokazuka. La violâtre n’est pas là pour rire ou se prendre inutilement la tête avec quelqu’un refusant d’obtempérer. Face à ce géant, où elle s’était préparée à se défendre, en cas d’attaque de Higuma. Cela dit, l’homme ne fait rien et montre son mécontentement sur le comportement et les agissements de la soldate. Yuna ne dit rien du tout, elle l’écoute. Tandis qu’à côté, les clones étaient au côté de la rubiconde et obtiennent des informations. Apparemment, des empreintes d’ours étaient vues se dirigeant à cet endroit, tout en devenant celle d’un homme, au fur et à mesure des déplacements. Le clone A regarde Hanae. « Le mieux est que vous rejoigniez notre originale pour gérer le cas du géant. De notre côté, on va fouiller la zone pour trouver des indices. » Dit-elle. Elle fait signe au second clone et lui explique l’objectif : trouver des indices dans la zone. Les deux clones fouillent la zone, en quête d’indice par rapport à l’ours ou à des empreintes et autres qui pourraient être suspect.

Yuna, l’originale, écoute attentivement le géant qui semble lui faire la morale. Ce dernier était franchement loin d’être celui qui pourrait lui en faire une, à l’instant. Lorsqu’il se tait et arrête de parler, la jeune femme soupire en stoppant se mûdras et ainsi, annulant toute action de défense. La soldate le regarde dans les yeux. « Désolée si mon comportement vous a énervé ou frustré. Cependant, vous le dites si bien, il y a un ours qui risque de s’en prendre à des innocents. Il est en mon devoir de trouver des indices et un suspect. Oui, l’ours peut être un simple animal, mais je viens du clan Yasei et je connais leur technique de transformation. Un Yasei nomade, ce n’est pas ce qui manque en ce monde, malgré le départ des Yasei de Taiyo pour Kiri, en rejoignant la fille de Ragna. » Dit-elle en regardant Hanae se diriger vers sa position. « De plus, si vous aurez répondu à toutes mes questions, qui sont légitimes vues la menace, et si vous êtes honnêtes. À l’heure actuelle, vous serez déjà parti pour la côte Est et sans m’avoir sur votre dos. C’est de votre faute si on en est là, car vous n’avez pas obtempéré jusqu’au bout donc à mes yeux, votre comportement a été suspect. Vous pourrez dire ce que vous voulez, ça ne changera rien. » Lui disait-elle d’un ton neutre et calme. La Sendai arrive pour informer Yuna et Higuma qu’il n’y avait pas d’ours de là où elle venait, tout en informant Yuna de la procédure à prendre. « Hum… En êtes-vous sûre, Fukutaishô ? Même s'il semble suspect, il n’a pas eu le moindre geste vraiment suspect suite à mon lancé de kunai et à mes menaces. » Informa-t-elle la rousse. Yuna fait un mûdra et enregistre le chakra de l’homme dans son esprit, de manière discrète.

Yuna fait un mûdra, créant à nouveau un lien entre elle et l’homme pour détecter si il y a mensonge. « Bien, je ferai comme si rien de n’était par rapport à ce qui viens de se passer. Vous avez dit avoir vu l’ours partir là-bas. » Elle pointe la direction qu’il lui avait donné, il y a peu. « Ma cheffe ne l’a pas croisé ni moi lorsqu’on s’est dirigé vers le lieu du massacre. Il y a combien de temps que vous l’avez vu ? S’il vous plaît. Et pitié, il y a des innocents en danger, j’ai besoin de cette information, même si ce n’est pas votre pays, donnez-nous des indices et ensuite, je vous laisserai partir. Vous avez ma parole. » Dit-elle à l’homme.

Résumé:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10705-yamanaka-yuna https://www.ascentofshinobi.com/t10738-yamanaka-yuna#92037 https://www.ascentofshinobi.com/u1428
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Mar 2 Mar 2021 - 21:35







Le monstre venu de l'ouest



Hanae se hâte de rejoindre la vraie Yuna, au cas où l’homme imposant deviendrait violent. Si combat il doit y avoir, la plus gradée se doit de protéger ses soldats. Elle ne remarque pas l’absence du petit chat, car elle n’avait pas remarqué sa présence dans un premier temps. La disparition de Seiun est néanmoins inquiétante, à mesure que l’enquête avance, et la rougeoyante se dit que si ce gaillard est responsable de la possible mésaventure de leur alliée, alors il a fait vite pour se débarrasser du corps. Cela pourrait tendre à l’innocenter, au moins pour cette dernière, mais pas pour les autres crimes.

Prenant du temps à arriver, du fait de son retard initial, la Sendai entend cependant les derniers mots qui se disent, puis écoute la Yamanaka lui poser une question. Les intentions de la rubiconde sont tout sauf hostiles. Si Higuma est coupable, il en sera autrement, mais pour elle, toute personne est innocente jusqu’à preuve du contraire. Ainsi, son mécontentement est assez logique, s’il est pressé de poursuivre sa route, mais n’en reste pas moins suspect.

« Comme le dit ce soldat, nous n’avons aucune mauvaise intention à votre égard, tant que vous ne représentez pas un danger pour ce pays. Répondez simplement, et vous serez libre. Dans le cas contraire, vous ne ferez qu’entraver une enquête en cours, et nous serons obligés de vous demander de nous suivre jusqu’à Urahi pour vous interroger jusqu’à ce que vous parliez. »

La Sendai n’a aucune certitude. S’il est imposant, et qu’il est un Yasei, cela ne prouve en rien qu’il a un lien avec les ours, mais le coupable est forcément un change-forme, alors cet inconnu est tout indiqué pour correspondre.

« Des personnes ont été tuées, et nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’aurons pas trouvé le responsable. Vous semblez nous avoir transmis des informations importantes, concernant la direction de la bête, alors pourquoi vous agacer et vous arrêter en si bon chemin ? »

Sans aucune once de sarcasme, la jeune femme se contente de tenter de l’apaiser. Après tout, ce métamorphe n’a pas l’air mauvais – du moins veut-il le faire croire – et devrait pouvoir répondre aux dernières questions de Yuna, avant de reprendre sa route. De son côté, Hanae pourrait ensuite repartir sur la piste des traces de pas humaines, qui ne se sont finalement peut-être pas arrêtées exactement à l’endroit où Higuma se trouvait. Son panda reste quant à lui solidement fixé au sol, en retrait sur ses deux pattes, les yeux rivés sur l’interrogé.




résumé:
 

_________________
[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Mar 2 Mar 2021 - 22:34
Lorsque la seconde envoyée de l'Empire s'adjoint à la première, vous purent voir que l'attention de votre vis-à-vis s'échoua quelques instants sur elle ainsi que sur les paroles qu'elle avait prononcées pour ajouter à l'argumentaire de sa soldate. Les sourcils froncés, il semblât, néanmoins, vous accorder assez de crédit pour ne pas partir derechef en n'ayant que faire de vos demandes. Au lieu de cela, il laissa retomber l'arme de jet broyée sur le sol, et essuya le sang sur le pli de son large vêtement.

Mais tandis qu'il délaissait un lourd soupir, vous pouviez entrevoir au cœur de son poitrail un bijoux particulier, forgé d'une émeraude cernées de courbes en métal précieux. Au premier regard, il ne vous apparaissait pas nécessairement connu, ni familier, mais il semblait qu'une certaine aura s'en échappait. Sûrement un joyau que chérissait ce voyageur. Il disparut bien assez tôt sous les plis de tissu ; et en un sens, cela valait mieux pour vous, peut-être. Fixer trop longtemps un bien qui ne nous appartenait pas pouvait provoquer le courroux de son porteur, après tout. Pour peu qu'il soit d'ores et déjà agacé.


Collier lourd

« M'arrêter en si bon chemin ? Je ne pensais pas avoir à continuer pour commencer. Si j'avais su que croiser le chemin de l'Empire pouvait se révéler aussi contraignant, j'aurai pris la mer par le port de la Roche. Votre comparse m'est apparue sortant de nulle part, je lui ai simplem– »

Un râle sourd s'échappa de la gorge du voyageur, qui dû plier légèrement son échine en pressant l'une de ses paumes contre son buste, les sourcils froncés sous la douleur. Vous compreniez désormais, pour la Yamanaka, que ce « tic » de plus tôt n'en était pas un, et que cette réaction soudaine n'en était que la continuité.

Un soupir s'échappa de ses lèvres avant qu'il ne relève son regard sur vos deux silhouettes, tentant de détendre les traits de son visage. Vous pouviez voir à quel point ils étaient tirés par un mélange de colère... et d'un autre sentiment que vous ne parveniez pas tout à fait à déchiffrer.

« ...Simplement dit ce que je savais. »

Il appuya son attention sur Yuna, ainsi que les signes qu'elle formula à nouveau, et il se douta qu'elle testait à nouveau la véracité de ses propos, s'il en jugeait la similitude de ses mudrās avec ceux qu'elle avait fait précédemment. Qu'importe, cela ne changerait pas ce qu'il s'apprêtait à dire.

« Quant à votre histoire d'ours, je ne l'ai pas vu à proprement parlé. Je me suis réveillé ici après un somme, et en avançant jusqu'ici, j'ai vu que tout le flanc de la forêt avait été balayé. Des branches cassées, des herbes piétinées, appelez-ça comme vous le voulez. Cela m'avait semblé évident qu'un large animal était passé par là, et précipitamment. »

Il fit mine de réfléchir, comme pour rassembler toutes les informations qu'il disposait à ce sujet, puis poursuivit.

« Il y avait bien un petit chien noir comme l'encre qui me tenait aux pas, mais je doute que ce soit la bête que vous cherchiez. Je n'ai marché que quelques minutes avant de vous croiser, mais si l'on ajoute le temps de notre rencontre, cela doit bien ajouter deux ou trois dizaines à celles qui se sont écoulées désormais. »

Vous pouviez voir l'une des lourdes paumes du voyageur venir enserrer l'un de ses bras, comme s'il en massait la chair, a priori. Mais lorsque sa poigne se resserra davantage, à la limite du grattage frénétique ou du propre broiement, cela sembla vous alarmer. Lorsqu'il s'en rendit compte à son tour, il fronça les sourcils, comme si son membre lui semblait étranger, avant de dénouer ses doigts.

« Je ne me souviens pas combien de temps j'ai pu dormir, si cela vous intéresse. Ni même quand ai-je décidé de me reposer. Tout ce que je sais depuis que j'ai quitté Kaze, c'est que je dois impérativement prendre ce bateau. »

Il vous jaugea l'une, puis l'autre, et lorsqu'un silence pesant s'était installé face à ses réponses que vous pouviez attesté de la plus profonde des véracités, il racla sa gorge et déclara sur un ton lourd de sens ;

« Encore une fois, je vous ai répondu honnêtement. Maintenant, si vous n'avez rien de plus à me dire, j'ai un voyage qui m'attend. »

Il dépassa la Yamanaka sans plus de sommation, ancrant chacun de ses pas sur son chemin, sa silhouette gravée dans le sol par la lourdeur des fondations de bois qui cernaient ses épaules.

Pourtant, si Hanae décidait de le suivre du regard, elle pourrait aisément remarquer, grâce à sa longue étude de la scène de crime en détail, que les empreintes de pas qu'il laissait derrière lui ressemblaient à s'y méprendre à celles humaines que l'ours avait laissé dans son sillage. Vous pouviez voir sa main enserrer de nouveau son bras, comme s'il était souffrant alors qu'aucune coupure ne cisaillait sa peau ou ses vêtements, et que le seul sang qui s'écoulait n'était que celui pressé par l'arme de jet de plus tôt. Il semblait partir, sans vous écouter, sourd au monde extérieur qui l'entourait, comme une coquille vide focalisée sur un unique but : la côte Est.

Dès à présent, il vous apparaissait évident que ces traces étaient les siennes, ou tout du moins, suffisamment semblables pour vous faire éprouver un doute des plus sérieux.

Toutefois, Yuna pouvait aussi affirmer, grâce à l’usage de sa technique lui permettant de voir à travers mensonges et faussetés, qu’il avait été on-ne-peut-plus franc lorsqu’il s’était adressé à elle. Il n'avait vu ni ours, ni bête, ni carnage, et avait passé le seul temps précédant votre rencontre dans les bras de Morphé. Il semblait donc impossible qu'il ait pu commettre ce crime, fut-il un Yasei – et cela, vous n'en aviez aucune certitude.

Une seule question demeurait : quelle décision prendrez-vous ?

Ce choix aura une incidence cruciale sur la suite, ainsi que la fin de votre Alerte. Vous ne pouvez choisir qu’une seule option.

Retenir le voyageur définitivement

Le laisser partir


Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Yuna
Yamanaka Yuna

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Mer 3 Mar 2021 - 14:41
Un géant à l’Ouest de Hi


Yuna se retrouvait encore face à Higuma, cherchant à s’excuser pour son comportement menaçant, mais sans oublier les raisons qui l’ont poussé jusque-là. Après tout, le géant a eu un comportement suspect et il n’avait pas obtempéré lorsqu’elle lui avait posé des questions. La Yamanaka se montre bien plus bavarde que d’habitude, à croire que cette nouvelle vie la rend moins taciturne. En tout cas, Hanae la rejoint assez rapidement, laissant les clones de la violâtre chercher des indices. La jeune femme avait tout donné dans les explications et les raisons de ses agissements à l’encontre de l’homme. Du coup, elle laisse la lieutenante gérer pour voir ce que ça peut donner. De plus, il fallait chercher à vérifier ses dires. Du coup, rebelote pour réutiliser sa technique de détection de mensonge, en lisant dans son esprit. La Sendai lui rappelle les faits et leur objectif, en plus de celle de soldat/shinobi lors d’une enquête. En réalité, elle répétait ce que disait Yuyu depuis tout à l’heure, mais au moins, le géant comprendra, peut-être qu’il n’y a rien de personnel. Lorsqu’il soigne sa main avec un tissu, la soldate peut voir un médaillon sur le torse de l’homme. C’est la première fois qu’elle voit cela et ça lui paraît étrange. Peut-être que c’était personnel. Or, ça n’intéressait pas Yuna, elle n’était pas une experte en bijou ni même chiant pour lui en parler. Il se remet à parler, se plaignant encore, mais il s’arrête, comme si quelque chose lui faisait mal. Plissant des yeux, cette grimace, il l’a déjà sorti. Un problème de santé, qui sait. Suite à cela, il disait avoir raconté tout ce qu’il savait, ni plus ni moins.

Selon lui, il n’a pas vu l’ours à proprement parler. Ce dernier piquait un somme, mais à son réveiller et en venant dans cette zone, il a pu voir un décor ravager, comme si une bête imposante était passée. De plus, il parle à présent du temps qu’il a pu voir ça jusqu’à maintenant, entre 20 et 30 minutes. La jeune femme ne dit rien et réfléchit. De toute façon, Hanae était là pour la suite, cela permet donc à Yuyu d’écouter attentivement et à méditer sur les paroles, sincères de l’homme. En effet, sa détection de mensonge ne repère aucun souci dans les propos du géant. Il ne mentait pas au duo. La soldate l’observe bien, son comportement et ses gestes ne semblent pas anodins. Quelque chose cloche chez lui, mais rien de suspect par rapport à leur affaire. Il devait souffrir d’une maladie provenant de Kaze ou autre chose. Il n’était pas intéressant ou poli de lui demander ce qu’il avait, déjà qu’il ne semble pas ravi de leur parler. La violâtre aimerait éviter de perdre encore plus de temps avec lui. Sa prise de parole est terminée et le voilà, décider à partir vers l’Est pour prendre son bateau. La Yamanaka le regarde partir. « Bon voyage, Higuma. » Dit-elle avant de se tourner vers Hanae. « Il a dit que la vérité sur nos questionnements et avant sa rencontre avec nous. Je ne pense pas qu’il soit suspect. Si seulement, il avait obtempéré depuis le début, on aurait été tranquille. D’ailleurs, Seiun n’est pas là. Enfin bref, on a assez perdu de temps comme cela. Je vais me rendre à la direction où il pense que l’ours est parti. On a peut-être raté quelque chose, Fukutaishô. Je propose qu’on se sépare pour trouver plus d’indice.»

Yuna fait un signe à l’un de ses clones. « Suis-moi, on va se rendre là-bas. » Ordonne-t-elle. « Bien. » Yuna demande à son second clone de continuer à enquêter dans cette zone en gardant les informations sur les traces du pas que Hanae lui avait données. L’originale attend la confirmation de sa supérieure avant de se diriger vers la zone où il y a des branches cassées, des herbes piétinées ou autres permettant de croire qu’une large bête aurait pu passer, partant en courant vers cette direction. Si Hanae refuse, Yuna restera auprès d'elle.

Résumé:
 





Dernière édition par Yamanaka Yuna le Mer 3 Mar 2021 - 19:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10705-yamanaka-yuna https://www.ascentofshinobi.com/t10738-yamanaka-yuna#92037 https://www.ascentofshinobi.com/u1428
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Mer 3 Mar 2021 - 19:15







Le monstre venu de l'ouest



Le bijou qui se trouve au cou de l’homme interrogé, même s’il ne passe que brièvement dans le champ de vision d’Hanae, ne dit rien à la jeune femme, et pourtant, ce genre d’ouvrage précieux n’est pas si rare, pour la rubiconde. La troupe de Yasei qui l’a élevée était composée de plusieurs change-formes dotés de pareilles parures. Cela doit avoir une importance, chez eux, qui échappe à la rougeoyante. De son côté, tout attachement matériel lui est inconnu, à l’exception de quelques reliques sentimentales d’un passé bien lointain. Quoi qu’il en soit, la première intention de la Sendai est de laisser partir cet Higuma une fois qu’il aura décidé de répondre avec honnêteté aux questions de la Yamanaka, et tandis qu’il s’exécute, la Kazejine bloque sur un détail.

Un léger grognement de son compagnon panda laisse penser que cela n’est pas un élément qu’elle est la seule à avoir remarqué. Des géants de sa taille, il ne doit pas y en avoir tant que cela au mètre carré, à Hi, et une taille de pieds équivalente à celle des empreintes que la flamboyante a suivies depuis le lieu du massacre, cela fait naître une suspicion réelle à l’encontre de ce présumé Yasei. Ce qu’il dit ne semble pas faux, il doit au moins savoir manipuler les gens, si toutefois il ne dit pas la vérité. Cependant, Yuna vient rapidement corroborer sa version des faits. Si les empreintes correspondent, à priori, mais qu’il n’a en effet pas croisé l’animal, et qu’il dormait, qu’elle est la probabilité qu’il soit réellement le coupable ?

Alors que la violacée fait un rapport à sa supérieure, et que le voyageur recommence sa route, moins pressé qu’auparavant, la Lieutenante quant à elle tente de démêler les informations recueillies jusqu’ici. Un ours a abattu des marchands, avant de reprendre forme humaine et se diriger vers cette route. Suite à cela, il y a eu la rencontre avec Higuma, qui, bien qu’il soit de carrure imposante, n’est pas forcément un Yasei, même si son collier tend à faire penser aux bijoux propres au clan des bêtes. Mais le point le plus important est la correspondance probable des empreintes. Alors comment aurait-il pu dire la vérité tout en étant le fameux monstre… ? D’une voix sans doute à peine audible de la soldate, Hanae rompt finalement le silence :

« Je vais appréhender cet Higuma. Il est pour moi le principal suspect, et pour ce qui est de la raison, j’ignore s’il est possible qu’il ait été manipulé par quelqu’un ou qu’il ait subi une sorte de transe, ou de phase de somnambulisme, mais il y a de fortes chances qu’il soit le responsable, même s’il l’ignore lui-même. Dans le doute, je vous laisse enquêter sur la direction qu’il a désignée pour ne pas perdre plus de temps, et de mon côté, je vais lui annoncer une mauvaise nouvelle. »

Toujours parée de son compagnon ursin, la Sendai rattrape rapidement Higuma, et l’interpelle d’un ton se voulant aussi diplomatique et posé que possible. Son intime conviction est que, bien que coupable, cet homme ne serait pas forcément conscient ni responsable de ses actes, alors il n’est pas question de le brusquer ou de l’accuser avec virulence :

« Je me permets de vous interrompre de nouveau. Il y a quelques derniers détails que j’aimerais éclaircir avec vous, quitte à vous importuner une nouvelle fois. »

Gardant une distance raisonnable, suffisante pour ne pas risquer une attaque éclair, mais pas assez pour l’empêcher de fuir à grande vitesse, elle enchaine :

« J’ai suivi les traces de la bête jusqu’à l’endroit où cette soldate vous a rencontré. Les traces en question ont commencé par celle d’un ours, avant de devenir celles d’un homme… Par ailleurs, ces empreintes semblaient étrangement correspondre à vos propres pieds. Comment dire… oui, d’imposants pieds, qui sont ceux de notre cible, semblent être identiques aux vôtres. Je ne vous accuse certes de rien, mais j’aimerais vous présenter une théorie, car je crois à vos propos précédents… Mais cela ne vous innocente pas, à mes yeux. »

La rougeoyante tente de déceler une réaction quelconque, un changement dans son attitude suite à ces mots :

« Vous n’avez pas vu le monstre, car vous dormiez, en effet. Néanmoins, il se peut que vous soyez tout de même ce monstre. Agir dans son sommeil n’est pas une pratique très répandue, mais cela existe. Avez-vous déjà eu des épisodes que l’on pourrait qualifier de… somnambules ? Et si ce n’est pas le cas, mon autre possibilité serait une sorte de contrôle mental, mais cela impliquerait que vous ayez rencontré une personne avant de vous « endormir », ce à quoi vous êtes le seul à pouvoir me répondre. »

Une dernière pause avant le grand final…

« Je me permets d’émettre cette hypothèse, probablement farfelue, car un détail m’échappe : comment auriez-vous pu dormir sans être réveillé alors qu’un monstre s’est déchainé autour de vous ? Pourquoi êtes-vous en vie, contrairement aux marchands assassinés ? Et pourquoi vous trouvez vous précisément où les traces de l’homme-ours se sont estompées… ? Si vous ne savez me répondre de manière claire, je crains de devoir vous demander de coopérer, et de me suivre à la capitale, où nous pourrons probablement trouver de meilleures réponses. Mais croyez-moi, l’Empire n’a aucune envie de déranger un homme innocent. »

Alors, il l’aura compris, dès à présent, il se place dans la maigre liste des suspects, et tant qu’il n’aura pas répondu, il ne pourra pas continuer son voyage.





résumé:
 

_________________
[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Mer 3 Mar 2021 - 23:14
En s'excentrant ainsi de sa partenaire, Yuna pouvait observer le même spectacle que ce voyageur lui avait décrit quelques instants plus tôt ; une faune complètement écrasée sous le passage d'une silhouette imposante, piste qu'elle avait choisi de remonter afin d'obtenir plus d'information sur une situation encore bien trop trouble et incertaine.

Lorsqu'elle arriva sur place, elle put être témoin d'un feu de camp éteint, dont les braises semblaient être refroidies depuis plusieurs heures. Sur le flanc, des traces animales paraissaient entourer ce vestige de campement, comme allant et venant, sans qu'aucune bête ne soit visible a priori.

Malgré tout, les branchages brisés se poursuivaient encore face à vous, donnant l'impression que quelqu'un, ou quelque chose, s'y était engouffré comme l'avait supposé Higuma.

Peut-être était-ce seulement une perte de temps qui vous écartait d'une chose bien plus cruciale.
Peut-être était-ce là la piste que vous recherchiez depuis toujours, cachée par l'ironie d'un concours de circonstance.

Vous pouviez décider de la suivre et de l'étudier en espérant que vos efforts allaient payer, ou faire demi-tour dès maintenant.


***


Vous pouviez voir à quel point l'échine du voyageur s'était raidie en entendant la Sendai le héler à nouveau, quémandant d'avantage de détails qu'il n'en avait d'ores et déjà offert aux oreilles de sa partenaire. L'agacement se mua en colère sourde, révoltant ses muscles sous des tremblements qu'il tentait de contrôler. Ses poings serrés à l'extrême forçaient à s'en méprendre la blancheur de ses jointures, comme s'il ne leur fallait qu'une impulsion de plus pour que sa peau ne se rompe sous la tension.

Il ne se retourna même pas lorsqu'il l'entendit, se contentant de stopper sa marche. Vous ne pouviez ni voir son visage, ni son expression, mais il vous semblait évident que désormais, son agressivité de plus tôt avait quitté sa voix pour diriger son corps tel un pantin.

Ce ne fut que lorsqu'elle termina son argumentaire qu'il vous semblât enfin se détacher de sa vraisemblance avec le marbre d'une statue, élevant le ton lourd de ses paroles dans un grondement menaçant.

« Du somnambulisme ? Est-ce encore une de ces folies que les médecins pensent pouvoir inventer pour expliquer leur ignorance ? Une de vos excuses pour me retenir plus que nécessaire ? »

Alors qu'il vous tournait toujours le dos, vous pouviez voir sa carrure s'élargir, son dos se révolter de colère et ses paumes s'ouvrir, tétanisées et tremblantes. Un son fin et strident vous parvint, adjoint d'une faible lueur verdâtre qui filtrait à l'avant de sa silhouette, que vous ne perceviez qu'à peine du fait de la lumière du soleil s'échouant sur la forêt.

Son ton sembla se rapprocher d'un grognement animal, tandis qu'une fine fourrure vous paraissait transparaître sur le dos de ses mains ; et il ne s'agissait plus là de simples poils humains, mais d'une véritable pelage brun qui s'étendait graduellement, jusqu'à enserrer le flanc de son visage.

« Vous osez m'accuser encore une fois, alors que je n'ai fait que répondre à vos questions sans fondement, à vos injonctions de pauvres insectes pensant avoir autorité en ces terres ? »

L'une de ses paumes s'éleva face à lui, sous le signe d'un mudrā unique ; et ainsi, le bois cernant ses épaules se mit à bouger au rythme de chacun de frissons de rage qui animait son corps, de l'arc que formait désormais son dos, des mouvements de ses paumes.

Comme si son corps tout entier prenait part à une lutte sans merci contre cette énergie qui souhaitait le posséder. Lorsque vous l'entendîtent à nouveau, son timbre n'avait plus rien d'humain. Il était devenu à la lisière de celui d'un monstre, fendu par des canines poussant douloureusement au-delà de ses lèvres.

« Pour qui vous prenez vous ? »

Ses épaules roulèrent vers l'avant, provoquant un nouveau sursaut du bois qui se mit à grincer de plus en plus fort ; un son, qui devint impossible à ignorer pour la Sendai, dont la proximité évidente faisait d'elle la première âme à pouvoir en être pleinement témoin.

« Je... ne suis pas... la BÊTE INFÂME QUE VOUS CHERCHEZ ! »

Dès l'instant où son écho se répétait dans l'air tel un mantrā, ses pas se dénouèrent du chemin qu'il avait entreprit pour se retourner vers la porte-parole de l'Empire. Son regard, emplit d'une rage naissance au creux de ses pupilles, l'écrasait de toute sa stature de géant. Sa respiration erratique se mélangeait au crissement de la sylve entourant son torse : et tandis qu'il s'approchait d'elle en enfouissant ses traces dans le sol de la forêt, Hanae fut pris de vertiges. Ce fut comme si elle était transportée du cœur de ce bosquet jusqu'au plus haut mont du Feu, les poumons assaillis par la fraicheur d'un air devenu bien trop pur, jusqu'au point de lui faire tourner la tête, incapable de ressentir son environnement ou l'ancrage de ses pieds sur les feuilles mortes.

La bête, elle, avait pris le dessus sur cette coquille humaine qui se dressait face à elle, ses ongles changés en griffes acérées, sa chair muée sous la caresse âcre d'un pelage brun qui recouvrait ses quatre membres. Higuma darda son regard sur elle comme si elle fut la seule qui existait en ce monde ; la seule qui l'avait retenue, une fois encore, de rejoindre cette côte qui détenait son salut. Il semblait comme aveugle et sourd aux êtres qui l'entourait, quand bien même la présence d'un double de la Yamanaka ou celle un compagnon ursidé ne lui avait pas échappé – et trônant au creux de son torse, vous pouviez voir le collier pulser d'une lumière acerbe, malgré le joyau précieux qui l'avait forgé.

Un dernier râle trahit l'animalité qui courait dans ses veines – et d'un hurlement, ce fut à lui d'ordonner à l'Empire pour lui faire respecter sa volonté, doive le monde en périr.

« HORS DE MON CHEMIN ! »

Sa silhouette fondit sur celle de la Sendai, élevant ses deux lourds membres au-dessus de son visage plongé dans son ombre ; et de deux coups puissants, ses griffes vinrent entailler sa chair jusqu'à la moëlle, lacérant sa peau et ses muscles sous leur passage avide de vengeance, dans le seul espoir de rompre son corps, purement et simplement.

Là, était le prix à payer pour son orgueil.

informations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Yuna
Yamanaka Yuna

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 10:15
L'ours maudit

Yuna avait eu l’autorisation de la Sendai pour enquêter sur cette piste. Sa supérieure allait s’occuper de cet homme, apparemment, elle avait encore des choses à lui dire. Difficile de le savoir, elle ne lit pas dans l’esprit de sa partenaire et si elle pouvait, elle irait surtout lire dans l’esprit d’Higuma. Lorsqu’elle sera revenue à Urahi, elle développera cette capacité clanique de son côté. Pour le moment, elle laisse un clone sur place en compagnie d'Hanae afin d’enquêter à ses côtés. Ainsi, elle pourrait obtenir des informations si quelque chose se passe ou si la lieutenante obtient des informations cruciales. Cela dit, Higuma, même s’il a répondu honnêtement à aux questions et que son détecteur de mensonges n’a rien signalé, il a été un peu bizarre. Or, si elles arrêtaient tous ceux qui étaient bizarres, ça n’en finirait jamais. La Yamanaka avait pris l’autre clone avec elle pour se diriger vers l’endroit que l’homme lui avait indiqué. Ainsi, Hanae était seule face à lui, en compagnie de son clone et du panda. La jeune femme arrive dans un campement, demandant à son clone de surveiller les lieux depuis les hauteurs. Cela pourrait éviter les attaques surprises. L'ancien assassin examine les lieux, découvrant que le feu de camp est éteint depuis un moment. En effet, les braises sont bien froides et ça devait l’être depuis plusieurs heures. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Higuma avait dit avoir vu ça depuis presque vingt à trente minutes. Or, les indices laissent à croire que ça a été plus long. Est-ce qu’elle a raté quelque chose ? Ou a-t-elle posé les mauvaises questions ? Pour le moment, elle continue de regarder autour d’elle.

Yuna observe les flancs et remarque des empreintes d’animaux, tous différents que celui de l’ours. Elle se demandait ce qui avait bien pu se passer et il n’y a pas de trace de sang. Aucun animal dans les environ lorsque la soldate lève les yeux. Qu’est-ce que ça veut bien dire tout cela ? Il y avait effectivement eu un passage d’une large bête, il n’y a pas de doute en observant les feuillages et branches brisés. Mais quelque chose manquait ? Il y a un camp, mais aucun corps ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce là où Higuma a dormi ? Ou est-ce que les civils ont eu le temps de fuir ? La jeune femme commence à avoir des doutes. L’ours a provoqué pas mal de chaos en s’attaquant à tout ce qui bouge. Si il y avait eu des humains ici, l’un d’eux aurait pu être blessé ou qu’il y ait au moins des traces de luttes. En regardant en face d’elle, il semblerait que le chemin créé par quelque chose d’imposant s’est dirigé par-là, mais ça semble étrange pour Yuna. Quelque chose manque dans cette scène. Un truc évident, qui doit être sous ses yeux, car là, il ne semble que rien n’a été déplacé volontairement ou involontairement.

***

Plus loin, le clone de Yuna se trouvant avec Hanae cherche des indices avant d’apercevoir la discussion entre la Sendai et le géant devenir un peu bruyant. Ce type fait encore des siennes, au lieu de répondre clairement aux questions de la lieutenante. A-t-elle besoin d’une aide pour savoir si ses réponses sont vérités ou que de mensonge ? La violâtre se rapproche du duo, mais passant sur le flanc droit. Si elle se tient au côté d’Hanae, elle pourrait être une cible facile, même si ça serait l’idéal pour alerter l’originale d’une attaque. Marchant un peu, il semblerait que quelque chose se passe avec l’homme, elle a un mauvais pressentiment, mais elle n’en fait rien. Le clone reste sur ses gardes et observe la scène. Les yeux de la Yamanaka s’écarquillent de surprise, voyant le géant se transformait petit à petit en animal enfin là, son originale était partie pour rien. Il va attaquer, c’est obligé. C’est donc lui le meurtrier, l’ours. Un Yasei ours, il a bien failli échapper au soldat si Hanae n’avait pas insisté. Rien qu’en sachant ça, le clone se maudit un peu d’avoir failli à le deviner.

Il a la rage envers Hanae, son regard et ses paroles semblent ne tourner qu’envers elle. Donc s'il attaque, c’est dans sa direction, mais elle ne peut pas la laisser se faire attaquer. Cela dit, elle est lieutenante et elle pourrait gérer l’affaire. Cependant, le clone se doit d’être détruit pour alerter la vraie Yuna. Et si elle peut faire gagner un peu de temps à la Sendai ainsi qu’à son panda, ça sera déjà ça se fait. La violâtre s’approche un peu, mais voit quelque chose d’étrange se réaliser chez Higuma, mais ne comprend pas sur le moment. S’avançant, elle peut voir que le Yasei part s’attaquer à la Fukutaishô avec ses grosses pattes et ses griffes acérées. Ce n’était pas bon et Hanae ne semble pas trop réagir, que fit-elle ? Elle tente d’agir à la dernière minute peut-être, afin de le prendre part surprise, qui sait. Inutile d’hésiter, un risque inutile et sans fondement. Concentrant du chakra à ses yeux, elle charge pour s’interposer entre l’ours et Hanae. C’est elle qui se prend l’attaque et se fait détruit, laissant juste un léger nuage blanc entre les deux. À présent, c’est à la rousse de jouer, en espérant qu’elle reprenne ses esprits.

***

Yuna soupire et fait signe à son clone de la rejoindre. « On va continuer un peu par-là. Il n’y a plus rien à voir ici…et moi qui pensais trouver autre chose que des empreintes ou des branchages cassés. » Elle soupire et fait deux pas avant de recevoir l’expérience de son clone détruit, il y a quelques instants. La Yamanaka s’arrête et d’un air terrifié, elle serre les poings. « Merde…ce n’est pas possible d’avoir fait une telle erreur. » Elle se retourne et se mord la lèvre inférieure. « On fait demi-tour, Hanae est en danger. L’ours était bel et bien Higuma. Et dire qu’il a su me duper, comment est-ce possible ? Personne en ce monde ne peut tromper un Yamanaka. » Dit Yuna tandis que son clone prend la parole. « …sauf s'il est des troubles de la personnalité. S'il ne se souvient pas d’avoir un truc, mais qu’on parle à une autre personnalité, ça peut nous fausser, c’est sûr. Mais, on n’a pas le temps de parler de cela. Allons-y. » Dit son clone. « Oui, je passe par les hauteurs et toi, par la voie terrestre. Il faut le neutraliser rapidement. » Fit-elle avant qu’elles hochent la tête en comprenant ce qu’il fallait faire. Yuna et son clone repartent en direction de l’endroit où se trouvent Hanae et Higuma. Il fallait faire discret pour user de la technique qu’elle usera quand elle sera là-bas. Yuna camoufle ses bruits de pas, tout en sautant d’arbre en arbre rapidement. Tandis que son clone court à toute allure, par chance, elles n’étaient pas trop loin de la zone de combat.

Résumé du tour:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10705-yamanaka-yuna https://www.ascentofshinobi.com/t10738-yamanaka-yuna#92037 https://www.ascentofshinobi.com/u1428
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 12:59







Le monstre venu de l'ouest



Les questions sont envoyées de manière anodine, de la part d’Hanae, qui ne se contente que d’enquêter de la plus simple des manières. Il ne faut écarter aucune piste, voilà comment elle voit les choses, au cours d’une mission. Rater un élément, n’importe lequel, peut parfois faire échouer une mission, et dans son cas, se tromper n’est pas une option. Cependant, la réaction est un peu différente de celle attendue par la rougeoyante. Si elle s’attendait à du doute, de la part de son interlocuteur, ou un démenti, voilà que ce-dernier se met à s’énerver de plus belle, et également à… changer. Esquissant un pas de recul en voyant le corps d’Higuma devenir celui d’un autre, la jeune femme se retrouve alors stoppé net par des sensations étranges.

Son corps est assailli par diverses réactions, des vertiges pour commencer, avant d’être totalement propulsé au sommet d’une montagne où l’environnement lui paraît inconnu. Cela est déstabilisant, et le premier à comprendre que quelque chose cloche est Zan’nin’na, qui s’approche de son invocatrice pour assurer sa protection. Alors que l’ours se met à se mouvoir, le clone de Yuna tente de s’interposer, ce qui, aux yeux du panda, ne suffira pas à protéger sa maîtresse.

« J’ignore par quel maléfice il t’empêche de bouger, mais je te protègerai aussi longtemps qu’il le faudra, jeune Sendai. »

Alors que la situation de la jeune femme semble désespérée, celle-ci réfléchit néanmoins au caractère illogique de la situation, et tente de libérer un sceau sur sa peau pour contrer une possible illusion. A moins d’utiliser une technique manipulant l’espace et le temps, il n’y a aucun moyen pour son nouvel adversaire de l’envoyer dans un tout autre endroit comme il l’a fait. Alors que le sceau de Kai fait effet, la réalité revient aux yeux de la rubiconde, qui voit alors une scène des plus effrayantes. L’homme devenu ours se rue sur elle, ne lui laissant que peu de temps pour réagir à la situation. D’une série de signes, Hanae prépare un jutsu, tandis qu’en usant de chakra sous ses pieds, elle dévie de sa position très rapidement pour laisser les coups – certes très rapides – de son opposant la manquer. Cela est dû à l’intervention du clone qui a pu, un bref instant, ralentir la course de la bête sauvage.

Ayant achevé ses signes durant ce laps de temps, la Lieutenante vient placer sa main dans le dos de l’imposante bête, à un endroit probablement inaccessible par les mains – ou les pattes – de ce-dernier. Un sceau s’y forme, venant bloquer purement et simplement tout son chakra. De cette façon, il devrait reprendre forme humaine, incapable de maintenir sa transformation.

Par précaution, Zan’nin’na se met devant la rougeoyante, au cas où le sceau ne suffirait pas…




résumé:
 

_________________
[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 18:42
Les griffes de l'ours vous semblèrent pourfendre la chair du clone comme s'il n'était composé que de la plus malléable des argiles, provoquant dans son passage les traces de la fumée rémanente de son explosion qui permit à la Sendai d'éviter la première frappe du voyageur ; mais c'était-là votre erreur, de ne pas avoir considéré qu'il s'était jeté sur vous en vous assourdissant de plusieurs coups, et soudainement, la chair du bras et des côtes d'Hanae fut cisaillée sur le second passage de ses ongles acérés. Et bien que recouverts du sang giclant de cette plaie ouverte, cela ne sembla ni apaiser la colère de cet homme, ni le rassasier.

Vous purent voir son regard gorgé de colère s'écraser sur les mouvements de son adversaire qui tenta de le prendre à revers, la paume tendue vers son dos. Mais fusant sur le côté en raclant le sol du bout de ses griffes, le dos courbé, le métamorphe s'était substitué à son assaut qui ne trouva que le vide comme réponse.

Pour la première fois, Yuna put être témoin de la rage qui animait le corps décharné de ce voyageur, l'échine courbée vers le sol et plus proche d'une bête qu'il ne l'avait été d'un homme. Ses yeux injectés de sang l'observèrent d’une avidité malsaine, comme s'il avait besoin d'une poignée de secondes pour la reconnaître ; et en un instant, son dos se redressa dans un grondement sourd.

Vous purent voir à quel point le collier lourd trônant sur son poitrail pulsait de plus en plus, jusqu'à irradier la totalité de son torse d'une lueur d'émeraude. Et dans son ombre, ce fut l'égide d'un mudrā unique qui vint capter votre attention...

...avant qu'une myriade de sphères aqueuses ne fende ses lèvres pour baigner le terrain de leur présence erratique, chacune d'entre elles tournoyant selon un arc courbe pour prendre en tenaille chacune de ces âmes folles qui s'étaient dressées sur son chemin, soient-elles humaines ou animales. Elles vinrent heurter vos corps les unes à la suite des autres, comme attirées par votre contact : et dès cet instant, vous comprirent qu'il ne s'agissait-là pas seulement d'eau, mais d'une substance visqueuse, collante, qui, au fur et à mesure qu'elle se répandait sur votre corps à chaque fois que ces bulles n'éclataient, pressait davantage vos membres contre votre propre corps, jusqu'à immobiliser totalement vos bras et vos mains, pris dans ce typhon aqueux.

Vous purent voir qu'une nouvelle fois, le pelage brun qui avait recouvert son corps semblât se répandre davantage sur sa peau, comme s'il gagnait du terrain ; et dans un râle de colère, ses griffes autrefois pointues s'élargirent davantage, devant plus longues, plus tranchantes. Celles d'un ours, purement et simplement, prête à déchiqueter tout être qui se trouverait sur son chemin.

Un hurlement fendit l'air : et en un instant, sa silhouette fusait sur chacune des vôtres, tailladant vos chairs de ces lames organiques au rythme de coups répétés, cherchant à pourfendre vos abdomens, trancher vos membres. N'importe quoi qui pourrait faire taire la folie qui dominait son être, incapable de la combattre.

Ses lourdes paumes s'écrasaient sur vous avec la puissance d'un tonnerre, et qu'il s'agisse de ce compagnon animal ou de vos deux corps humains, il ne semblait faire aucune exception.

Peut-être profiterait-il même des défenses que vous érigerez, si toutefois vous le faisiez, pour vous prendre par surprise une fois qu'elles ne seraient rompues sous son assaut. Mais cela, était un pari que vous devrez prendre.


informations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 19:49







Le monstre venu de l'ouest



Sa tentative d’évitement ne passe pas aussi bien que l’aurait voulu la jeune femme. Alors qu’elle parvient à ne pas être touchée par le premier coup rapide, le second quant à lui vient la heurter, lui entaille une partie du bras et de la hanche. Si la vitesse est importante, les dégâts reçus, eux, ne sont pas une fatalité, bien que prendre les deux frappes aurait pu compromettre la capture de l’individu, voire la survie de la rougeoyante. Son enchainement est alors facilement déjoué par l’adversaire, qui ne se laisse décidément pas surprendre par une attaque pourtant au contact, placée dans la foulée de son propre coup. Il semblerait que la Sendai ait à faire à un adversaire capable d’esquiver tout en frappant, ceux-ci sont assez rares.

La distance n’étant pas très grande, entre eux – même si la dérobade de l’opposant semble créer une brève marge, c’est lorsque la Lieutenante perçoit l’eau créée par son opposant qu’elle prépare ses propres signes. Protégeant à la fois son invocation et elle-même, la Teikokujine absorbe le chakra – et fait donc disparaître l’élément créé par ce-dernier – tout autour d’elle. Elle ignore tout des résultats que cela aurait pu engendrer, et préfère s’en garder. Cependant, il ne faut pas rester vulnérable aux assauts prochains de cette bête, dont le pendentif semble briller un peu trop pour un simple objet décoratif. Serait-il enchanté par un quelconque fuinjutsu ? S’armant d’un kunai, Hanae souhaite bien découvrir s’il a un lien avec la rage déclenchée chez Higuma. Mais vient ensuite l’assaut suivant. Alors que les mudras de la demoiselle lui permettent de créer une armure résistante, elle voit tout d’abord son invocation recevoir des coups sérieux, le laissant dans une position douloureuse.

Mais cela ne s’arrête pas là, et l’ennemi se jette sur elle. Eh bien, qu’il vienne… Assumant d’encaisser le choc – les coups rapides rendant une esquive impossible – elle laisse son armure prendre ce qu’il lui revient : celle-ci cèdera au terme de l’enchainement. Mais il a beau être rapide, il n’est pas encore assez vif pour placer trois ou quatre coups sans laisser le temps à la possible future porte-parole de tenter quelque chose. D’un mouvement de son kunai, elle tente de couper le collier, si toutefois celui-ci a un rapport avec son état. S’il est détaché de lui, elle le saura aussitôt, et il lui est bien impossible de protéger son bien au milieu d’un enchainement que la flamboyante prend presque de bon cœur.

A la sortie de cela, elle voit que l’animal fond sur Yuna, ou qui que ce soit d’autre qui vient de revenir sur le terrain de l’affrontement. Accusant le coup des attaques précédentes – qui ont eu raison de sa protection, mais ne lui ont laissé au mieux que quelques bleus, elle en profite pour s’éloigner et reprendre ses esprits. Reste à voir si l’ennemi du jour va redevenir normal ou non… Quoi qu’il en soit, le manque de chakra tend à se faire sentir, et si le panda met sa patte à l’ouvrage en changeant le sol du terrain de combat en boue épaisse, il ne pourra pas rester présent s’il reçoit un nouveau coup de ce Yasei.


résumé:
 

_________________
[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yamanaka Yuna
Yamanaka Yuna

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 20:54
Un géant à l’Ouest de Hi

Yuna se déplaçait d’arbre en arbre, masquant ses pas pour ne pas attirer trop l’attention lorsqu’elle arrivera sur les lieux. Quant à son clone, elle court depuis le sol, du coup, il sera logique qu’elle soit celle qui sera prise pour cible ou se fera voir par le Yasei. En tout cas, la Yamanaka ne pouvait pas savoir ni prédire l’avenir de ce qui pouvait se passer. Elle a déjà fait une erreur et ça pouvait recommencer, qui sait. En espérant que cette erreur ne soit pas fatale pour la Sendai, car elle s’en voudra pour ne pas avoir vu ce problème. La soldate se prépare toujours au pire, la vie de militaire et même de Shinobi est identique, car elles représentent la même menace, la même issue pour ceux faisant des erreurs : la mort. La violâtre arrivée sur les lieux, elle aperçoit sa camarade prise d’assaut part. Il fallait agir rapidement, mais de haut de son arbre, cherchant à faire des mûdra, il semblerait qu’Higuma agit plus rapidement qu’elle. Ce dernier envoie une tempête aqueuse sur la zone, problématique pour la kunoichi. Dans une telle situation, Yuyu ne peut pas utiliser Shintenshin ni une autre attaque. Son clone ne peut pas utiliser d’un Genjutsu pour l’immobiliser, voire le gêner un peu pour le piéger dans sa technique héréditaire. Rien de plus à faire, Yuna fait un bond, après avoir concentré du chakra dans ses pieds. Elle voit son clone pris au piège par des bulles collantes avant de faire un salto et concentrer son chakra à ses pieds.

Yuna atterrit sur la zone aqueuse, par chance, elle n’y est pas collée en ayant usé d’une technique. Se tournant vers son clone, il semblerait que si elle n’aurait pas usé de ce jutsu, ça aurait été compliqué. Cela dit, Yuna a besoin de son clone pour mettre en place sa technique. La soldate part dans sa direction pour la décoincer avant que son clone prenne un ait surpris avant que l’originale remarque une ombre imposante derrière elle. Sortant un kunai, elle le jette instinctivement vers l’arrière, cherchant à blesser son ennemi. Higuma était là, immense et obscur, un monstre à l’état pur. Que peut-elle faire ? Elle n’aurait pas cru que ça puisse y arriver ni même qu’Hanae n’aurait pas pu le retirer un peu. La Yamanaka ne peut rien faire face à lui. Un mûdra, un geste, vu sa carrure, elle avait l’impression qu’il bloquait tout accès à une quelconque sortie. Des lourdes pattes et ses griffes acérées frappent rapidement et violemment la soldate, se faisant grièvement blesser au niveau du torse et de la gorge, alors qu’elle avait essayé de reculer. Pas assez rapide, comment un tel géant peut être aussi rapide, ce n’est pas normal. Son clone subit la même chose avant de disparaître à cause des dégâts encaisser. Yuna tombe au sol et coule dans l’eau, qui s’imprègne de son sang. Se laissant couler, difficile d’y voir une larme, mais elle ne sait pas si elle survivre à ça. En tout cas, elle a l’impression que son aventure en ce monde se termine aujourd’hui. Elle regrette de ne pas avoir la chance de revoir Inuzuka Ayuu pour mieux la connaître.


Résumé du tour:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10705-yamanaka-yuna https://www.ascentofshinobi.com/t10738-yamanaka-yuna#92037 https://www.ascentofshinobi.com/u1428
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Ven 5 Mar 2021 - 11:13
Lorsque vous tentèrent de frapper le bijou de ce voyageur, il vous semblât que son regard changea du tout au tout. À peine redressé du corps de votre partenaire dont il avait esquivé la tentative d'assaut en ployant sa nuque, ses griffes ensanglantées à l'image d'une bête avide, les yeux noircis par la rage, il dardait toute son attention malsaine sur la Sendai dont l'orgueil s'était ravivé par ce seul geste.

Une chose qu'elle allait regretter. Amèrement.

L'arme de jet s'était plantée faiblement dans le bois et le métal couplés les uns entre les autres sur son torse, fruit de la mutation animale qui avait débuté depuis déjà plusieurs minutes ; et ainsi, il était devenu impossible d'atteindre ce lourd collier, ancré petit à petit entre fourrure et vêtements.

« Tu penses pouvoir t'emparer de mon joyau ? Est-ce pour cela que vous m'avez retenu ? POUR ME LE PRENDRE ? »

Lorsque vous observâmes votre opposant, sa chair semblât se décupler de nouveau, absorbant ses habits dans l'ombre d'un pelage devenu de plus en plus dense au fur et à mesure qu'il avançait, péniblement, à travers la boue qui tapissait le sol pour rejoindre la Sendai. Ses crocs et ses griffes, eux, subirent la dure métamorphose de la réalité, perçant la barrière de ses lèvres humaines sans qu'il ne puisse l'empêcher. Son dos s'arc-bouta, comme s'il ne pouvait plus supporter d'avantage cette marche bipède, le bout de ses paumes raclant la surface du sol.

Et malgré leur apparence hybride, entre deux natures d'être, l'une d'entre elle s'éleva sous le joug d'un mudrā unique avant de trembler, et de n'être totalement prise dans l'étau de cette bestialité qui s'imposait à son corps.

Quant au joyau qui trônait en maître sur son torse, vous purent le voir pulser d'une lumière sombre, et bien plus intense qu'auparavant : muée en une teinte violacée à votre vue, il vous semblât battre tel un cœur dans sa poitrine alors qu'il n'était qu'un objet inanimé.

Et dès cet instant, Hanae fut frappée d'une intense douleur ravageant son esprit, faisant bouillir ses sens comme si son crâne était compressé à l'extrême entre deux parois, et il n'était pas impossible que des filets de sang s'échappent de ses orifices, tant cette souffrance paraissant grande, insupportable à s'en trouver consumer.

...Car lorsqu'elle rouvrirait les yeux, elle serai devenue aveugle, incapable de contempler un objet dont elle ne pourrait jamais, jamais, tenter d’accaparer à nouveau.

Un hurlement perça le silence, grondant de toute la colère qui gisant au creux de cette coquille vide, n'étant devenue qu'une ire intense. C'était là tout ce qu'il était capable de penser, de ressentir, de connaître.

« IL M'APPARTIENT ! »

Son poitrail se souleva d'un seul coup, élevant l'une de ses lourdes pattes l'une après l'autre : et lorsqu'elles s'écrasèrent sur votre corps dépourvu de défenses à cause de son précédent assaut, vous purent sentir les os de vos hanches se briser sous l'impact conjugué de ses coups, d'un craquement résonnant dans l'ensemble de ce chemin sinueux.

Vous purent voir son regard imploser sur la silhouette de votre Kuchiyose ; et tel un animal cherchant sa proie, ses griffes se refermèrent dans la tétanie de son geste pour venir pourfendre le poitrail de ce panda, une fois, deux fois, jusqu'à ce que ne reste plus de son corps qu’un trou béant de viscères sanguinolentes, hurlant à la mort la seule vérité que son esprit binaire pouvait encore comprendre.

« IL EST À MOI ! À MOI ! »

Et lorsque vous l'observâmes à nouveau, il vous semblât que ce qui se tenait devant vous n'était plus une âme hybride de ce qui fût autrefois humain, mais une bête pure et simple dont la fourrure sanguinolente ne semblait qu'exacerber la violence qui dansait dans ses yeux sauvages.

« IL ME REVIENT DE DROIT ! »

Et du pelage qui enfermait petit à petit sa gueule et son crâne, vous réalisiez que se tenait devant vous non plus un voyageur inoffensif, mais un ours prêt à vous faire payer votre insolence par le prix du sang.


informations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Ven 5 Mar 2021 - 12:58







Le monstre venu de l'ouest



La tentative quasiment désespérée d’Hanae pour arrêter Higuma, en le libérant du collier qu’il arbore autour du coup, se solde par un lamentable échec. Si elle ne peut pas spécialement sentir son chakra ou sa force physique d’une quelconque façon que ce soit, la rougeoyante comprend néanmoins qu’il devient de plus en plus bestial, et qu’elle ne possède pas les attributs nécessaires pour arrêter sa force indéfiniment. Mais ce qui la fait sérieusement douter, c’est l’observation de son assaut contre Yuna. Cette dernière ne peut pas se défendre de l’attaque, et les yeux de la Lieutenante s’écarquille lors de ce constat :

« YUNA ! »

Son alliée tombe, probablement inconsciente, ou du moins incapable de continuer à se battre, plus ou moins. Mais ce qui fait froid dans le dos à la Sendai, c’est les hurlements de son adversaire. La faible fenêtre vers une victoire semble s’effacer, et tandis qu’elle fait naître du chakra sous la plante de ses pieds pour ne pas risquer d’être gênée par la technique de son panda, elle reforme son armure, voyant que l’opposant reprend difficilement sa course vers elle. Alors qu’elle espère pouvoir se battre encore, et peut-être le vaincre, la rubiconde ressent une vive douleur à la tête, du genre qui pourrait donner envie de se l’arracher simplement. Lorsque ses yeux – fermés instinctivement à cause de la douleur – se rouvrent, l’espace autour d’elle est terriblement sombre : elle ne voit plus rien. Son cœur bat plus rapidement, alors que les bruits de pas dans la boue, provoqués par l’ours en devenir, annoncent une nouvelle attaque.

Le heurt des pattes contre la cage thoracique – heureusement de nouveau protégée – d’Hanae ne la laisse pas indifférente. Si sa protection est suffisante pour que ses os soient indemnes, l’étreinte quant à elle comprime légèrement sa poitrine, provoquant une expulsion de sang par sa bouche. Ne pouvant qu’utiliser son ouïe pour deviner les actions de son opposant, la Sendai se rend compte qu’il semble s’éloigner, légèrement, pour venir frapper ailleurs. Une seule chose intéresse la Kazejine, à cet instant : rejoindre la dernière position connue de Yuna, pour lui porter secours. En marchant aussi vite que possible, elle rejoint donc la violacée, toujours étant privée de sa vue, et tâtonne jusqu’à pouvoir la saisir dans ses bras. C’est alors qu’un terrible bruit d’os broyés et de chair déchirées, suivi d’un cri de douleur abominable semble presque faire cesser son cœur de battre.

Le constat est clair et net, la victoire revient à Higuma.

Les larmes coulent le long des yeux privés de lumière de la jeune femme, qui ne peut que laisser son orgueil de côté. Il faut abandonner, c’est la seule et unique solution. Poussant ses mots au plus haut, au plus fort…

« Partez, Higuma ! Vous avez gagné, et à moins que prendre la vie de personnes qui se sont résignées dans leur défaite ne soit plus important pour vous que d’attraper ce bateau que vous semblez tant vouloir atteindre, alors vous n’avez plus rien à faire ici. »

Le corps de la Yamanaka étant encore animé de vie, la Sendai ne peut se permettre de perdre une seule seconde. Ignorant si son adversaire écoutera ses mots ou non, elle achève une série de signes visant à invoquer une bête plus imposante encore que Zan'nin'na. Celle-ci vide Hanae de son chakra, la rendant vulnérable, mais elle peut tout de même lui glisser ses instructions :

"Éloigne-nous de lui, il ne faut pas qu'il nous rattrape."

S'éloigner de lui est le mieux à faire, quitte à laisser la dépouille du panda à sa merci. De toute façon, il n'y a déjà plus rien à faire pour lui... Le mastodonte de dix mètres ne prend pas le temps de pleurer le sort de son camarade, car son but est de sauver son invocatrice avant tout. Prenant chacune des femmes dans une patte, il s'éloigne à la hâte, ses pas de géant n'étant pas affecté par la profondeur du marécage, et leur espacement lui donnant une grande vitesse, au final. Il prend la direction d'Urahi, sans s'intéresser à celui qui, l'espère-t-il, trouvera quelqu'un pour mettre fin à son massacre.



résumé:
 

_________________
[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest - Page 2 Empty
Ven 5 Mar 2021 - 15:45
Le cri de la Sendai ne parvint pas aux oreilles de l'ours, pleinement consumé par la folie bestiale qui avait ravagé son corps. Ployant sous le poids du bois qui cernait ses épaules, il fut forcé d'arborer les mouvement quadripèdes de cette race, ses pattes fermement plantées dans la chair de l'ursidé dont le hurlement avait été avorté par son trépas face à deux yeux fulminant d'une rage muette.

Il n'entendit pas les mots qu'elle lui adressa, ni même ne remarqua l'apparition du géant qui surplombait l'ensemble du bois de par sa taille.

Son museau, devenu celui d'une bête, huma l'odeur de l'invocation dont l'abdomen s'était ouvert jusqu'aux entrailles, avant que d'un seul coup, il ne le redresse face à cette esplanade, comme s'il réalisait au-delà de l'ombre de ces instincts farouches que ses adversaires, et proies, s'étaient échappés.

Un grondement sourd de colère s'échappa de sa gueule animale, dont l'écho se réverbéra dans l'ensemble du bois ; et par ce seul fait, submergé par le chakra sauvage qui imbibait ses veines au rythme des lueurs qu'émettaient le lourd collier cernant son poitrail, son crâne se mit à changer, à se transformer à son tour.

Et ce qui ne fut au début que deux simples bosses percèrent sa chair, pour se dévoiler sous toute la noblesse de deux bois s'étendant sur les flancs de ses tempes, aussi lourds que ne l'était la malédiction qui pesait sur lui.

Un mugissement retentit à nouveau tandis que sa silhouette fusait à travers la forêt, suivant l'odeur que d'autres humains avaient laissée derrière eux – et lorsqu'il perçut celle de la nourriture, ses membres redoublèrent de vitesse, jusqu'à ce que le sang de marchands menant une entière cargaison jusqu'au cœur de l'Empire ne rassasie la rage qui imprégnait ses griffes, encore et encore, jusqu'à ce que cette ire ne prenne fin dans son esprit.

Quand bien même vous aviez découvert son identité, vous n'étiez pas parvenu à stopper le monstre venu de l'Ouest.


[...]


Bien des heures plus tard, lorsque le crépuscule trônait dans le ciel en révérence à la lune, on raconta qu'une âme dotée d'un joyau précieux se présenta au large d'un port, face à un navire qui lui avait semblé si lointain, et si attendu. Si dans sa mémoire ne s'incrustait que le maigre souvenir de la rencontre de deux femmes l'ayant retardé, le sommeil avait effacé leurs présences de ses souvenirs, et surtout, de ses côtés. Seul, face à cette étendue océanique, il semblait aux passants qui se montraient sur son chemin comme tiraillé, entre un désir d'apaisement et les frissons de l'incertitude.

« La côte Est… »

Ce fut le seul soupir qui traversa ses lèvres, avant qu'il n'embarque pour les terres de l'Eau, où l'appel lointain de son clan criait son nom à pleins poumons.


informations:
 
Revenir en haut Aller en bas

[Alerte] Le monstre venu de l'ouest

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: