Soutenez le forum !
1234
Partagez

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Lun 23 Nov 2020 - 11:30
Mission:
 

Katsuko fit un sourire à Taka et à son petit frère. Elle les avait certes retrouvé, mais sa requête avait reçu une réponse et désormais, elle avait rendez-vous au sein de l'Académie pour aller enquêter sur la mort de la journaliste qui avait été véritablement importante dans les derniers évènements. Aux yeux de Katsuko, il était totalement impossible que sa mort ne soit pas liée à l'Homme au Chapeau et à ses agissements. Autant pour l'implication qu'elle avait eu dans cette affaire que pour la manière dont elle avait tué, une manière qui ne laissait pas de doute quant à la puissance de celui qui s'en était prit à elle. Mais même si ses convictions allaient dans ce sens, il allait falloir prouver ce qu'elle croyait, car pour l'instant ce n'était basé sur rien de solide, juste ce que son instinct lui criait au vu des circonstances de sa mort et de sa position difficilement attaquable, d'autant plus dans le pays du Rempart.

Traversant les rues de la capitale, esquivant avec son habileté naturelle les marchands et leurs charettes, les badauds et les gens pressés, la féline informatrice se glissa ainsi jusqu'à son lieu de rendez-vous. Elle avait été convoquée par l'Académie pour rejoindre l'équipe d'enquête dans les alentours de dix heures afin sans doute de faire un premier point, ce qui leur permettrait ensuite une fois tous les membres de l'équipe sur la même longueur d'onde d'avancer plus vite et surtout dans la bonne direction avec toutes les informations accumulées jusque là.

Enfin, après quelques minutes, elle arriva là où elle devait être. Légèrement en avance par politesse, la vampirette se prit à observer les passants non loin, perdue dans ses pensées. Était-ce un meilleur lieu de vie pour eux ? Ou alors avait-elle raison et Iwa serait-elle plus sûre ? Certes la cité avait été attaqué et détruite en partie, mais aucune perte civile n'avait été à déplorer. Et surtout, elle était certaine que là-bas, les habitants ne se retourneraient pas contre les shinobis puisque c'était un village caché. Avec les tensions actuelles suite aux mensonges déblatérés par le vicieux, il n'était pas impossible que les shinobis deviennent la cible d'attaque ou d'insultes. Et même ceux qui n'en faisaient pas leur coeur de métier. Il suffisait dès lors d'être un manipulateur de chakra pour être perçu comme un "tricheur", la preuve était qu'on l'avait forcé à mettre un sceau de localiisation sur elle pour la retracer. Grattant un peu sa peau à l'endroit du marquage, la jeune femme aux fins traits soupira avant de remarquer des silhouettes arriver vers elle.

« Ohayo, Chinoike Katsuko, informatrice, pour vous servir. »

Un petit sourire sur les lèvres, la traqueuse était prête à retrouver le coupable qui avait osé s'en prendre à une telle figure du journalisme. Une telle figure de liberté.

_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 5m0g


Dernière édition par Chinoike Katsuko le Mar 24 Nov 2020 - 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Inuzuka Ayuu
Inuzuka Ayuu

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Lun 23 Nov 2020 - 18:11
ENQUÊTE SUR LA MORT D'OHANA

En déchirant l’enveloppe cachetée j’avais pu y découvrir une étonnante missive, le nom de Shinrin Funka et d’une certaine Chinoike Katsuko y figuraient. Le commanditaire n’était autre que l’Académie On nous avait assignés à une affaire de haute importance, la mission était directement liée au décès de la tristement célèbre rédactrice en chef du kunai émoussé. Il nous fallait mener l’enquête sur les lieux du tragique évènement pour déterminer le scénario qui avait mené Ohana à la mort. Il nous fallait nous rendre au pays du rempart qui est réputé pour sa sécurité, c’est en ce point que l’affaire avait rapidement fait parler d’elle. Les circonstances de sa mort étaient tachetés d’ombres, n’ayant aucune piste sur le ou les meurtriers de ce forfait. Autant dire que l’échec n’était pas une option, il nous fallait élucider ce mystère quoiqu’il nous en coûte.

Dans un sens, j’étais rassurée d’être accompagnée par un autre membre du feu en plus d’être une amie précieuse. Il m’était important de me sentir en sécurité avec mes partenaires et je pouvais compter sur l’appui de cette femme en cas de pépin. J’espérais néanmoins pouvoir me rendre utile avec mes talents claniques, j’avais conscience de ne pas être une grande combattante et de mon manque d’assurance. Je pouvais me reposer sur mon ninken, Ruth était un peu comme un phare pour le marin égaré que j’étais. Je cherchais encore ma voie, me faire une place dans ce monde qui m’est étranger. Je voulais devenir quelqu’un en qui mes parents éprouveraient de la fierté. Cette mission représentait une chance que l’on m’offrait pour faire mes preuves.

J’avais attendu Funka aux portes de la capitale, espérant pouvoir faire le trajet jusqu’à Jôheki ensemble. Elle n’avait pas tardé à pointer le bout de son nez, nous permettant de prendre la route. Le trajet allait durer plusieurs jours, mais sa compagnie était toujours divertissante. J’avais de quoi en garder un bon souvenir, espérant pouvoir renouveler cette expérience au retour. La position conjointe de Jôheki à Hi nous permettait de ne pas emprunter la mer, préférant les sentiers de terres.

Ce n’était qu’une fois arrivé sur place que l’on pouvait observer ce que l’on appelait les remparts du pays. Le contrôle des passages était scrupuleusement exécuté, apposant un sceau de localisation à même la peau. Il était impossible d’y entrer et d’y sortir incognito, un système de pointe à la hauteur de sa réputation. Je n’étais pas spécialement à l’aise avec cette idée, mais nous devions nous plier à ce petit inconfort pour poursuivre notre chemin dans la capitale. Notre longue traversée nous avait conduits jusqu'à l’académie, où se tenait une jeune femme à la chevelure rose. Il s’agissait bien de Chinoike Katsuko et elle s’était présentée comme une informatrice. Je m’étais alors rapidement présentée à mon tour, laissant à mon amie le plaisir d’en faire de même. Les présentations étaient importantes, il ne fallait pas négliger cette première approche.

Ayuu, formelle – Enchantée Katsuko, je suis Inuzuka Ayuu et voici mon ninken Ruth. Je laisse ma camarade se présenter, nous sommes là pour vous prêter main-forte.

Je sentais le coin de mes lèvres se relever comme pour accompagner la souriante Katsuko. Je la trouvais charmante et j’espérais pouvoir lui être utile dans cette quête aux indices.

_________________
Ayuu s'exprime en – #9999FF
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 414d15c02ac1002f47a59c9e2bd9cbf5ca8d3378r1-496-220_hq
avatars ©️ Aimi, ©️ Kathee, ©️ Aditya. ♡
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10136-yunde-ayuu-inuzuka-loading https://www.ascentofshinobi.com/t10170-inuzuka-ayuu-dossier-shinobi#86634 https://www.ascentofshinobi.com/u1393
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Lun 23 Nov 2020 - 21:04




Enquête sur la mort d'Ohana
ft. Chinoike Katsuko & Inuzuka Ayuu

ORDRE|TENUE
An 204, Pays du Feu

Les missions habituelles ne concernaient que des petites querelles au sein du pays du feu mais jamais bien loin et jamais trop importantes, du moins, pas assez importante pour passer en état d'alerte ou même être remarquée dans un quelconque journal. Mais aujourd'hui, elle avait été mandatée pour une mission un peu plus officielle. Sortir du pays était rare, et même si elle s'est souvent trouvée à la frontière avec certains pays comme Kaze, elle n'avait jamais osé franchir la frontière car elle n'en trouvait pas l'utilité, néanmoins, l'heure était venu de mettre les voiles, ou plutôt d'entamer quelques jours de marches et de transport pour un autre pays frontalier du Feu, le pays du Rempart. Et si la principale concernée par la mission se trouvait déjà sur place, l'autre camarade avec qui elle devait faire équipe se trouvait au sein même de Urahi et les deux femmes avaient convenus un rendez vous et s'étaient préparées à partir pour plusieurs jours.

Même si les temps qui courent sont difficiles, elles ne pouvaient décliner la demande d'aide de la part de Jôheki et après tout, ce cas ne semblait pas si étranger puisque la mort de Ohana avait été révélée et elle avait même eut droit à une mention dans le journal. Ainsi, elles œuvraient pour la communauté ninja aux cotés d'une femme qu'elles ne tarderaient sûrement pas à connaître.

Le voyage ne fut pas rapide, plutôt lent, le pays du Rempart n'étaient pas non plus la porte à coté et de long jours de marches et de transports étaient à prévoir tandis que certaines pauses devaient être faites pour pouvoir se nourrir. Une chance que le climat soit tempéré, elles n'avaient pas à supporter une chaleur ou un froid extrême qui aurait pu les mettre en difficulté, en fait, le voyage se passa sans embûches.

L'académie, Pays du Rempart

Enfin arrivées. Le regard de la Sylvestre se tourne vers l'Inuzuka avec qui elle avait fait ce voyage et vers son fidèle ninken qui semblait lui aussi de la partie tandis qu'elles approchaient des remparts du pays. Funka se doutait bien qu'elles n'allaient pas pouvoir passer librement la frontière et c'est en se munissant de l'ordre de mission que leurs laissez passer fut accepter. Evidemment, tout cela était bien simple pour rentrer mais les deux Hijines devaient se tenir à carreau si elles voulaient pouvoir ressortir de ce pays qu'elles ne connaissaient pas.

« Ayuu, voilà le pays du Rempart. La frontière entre Jôheki et Hi se trouve juste devant nous, en espérant qu'ils soient avenant envers nous. Ce pays porte bien son nom... »

Entrer dans le pays est une chose, rejoindre l'Académie en est une autre mais c'est sans mal que les deux Hijines l'avait trouvée et au passage, retrouvé leurs fameuse coéquipière. Elle laissait Ayuu se présentait alors qu'elles faisaient toutes deux face à la vampirette se voulant assez amicale ou du moins, formelle en première impression. La confiance de Funka n'était pas quelque chose qu'on obtenait si facilement donc elle restait néanmoins méfiante bien que les expressions de son visage ne le laisse pas spécialement paraître.

« Enchantée Katsuko, je suis Shinrin Funka du clan Shinrin de Urahi et soldate de l'Empire. Nous voici alors au sein de l'Académie... Heureuse d'être présente pour aider la Rempart dans cette triste affaire. »

Le regard de Funka se tourne sur Katsuko qu'elle fixe dans les yeux. Son visage grimé pouvait paraître comme assez particulier à première vue puisqu'elle ne portait pas spécialement sa tenue habituelle qu'elle avait troqué pour un ensemble noir et blanc et une cape rouge, mais les couleurs restaient harmonieuse dans toute la splendeur de la Princesse Shinrin.




_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Yuyuyu
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Un grand merci à Mimi pour le kit


TeikoQ:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee
Yashigare Masumi
Yashigare Masumi

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Lun 30 Nov 2020 - 4:56
«Madame, les gens mandatés pour la mission sont enfin arrivés.»

Un léger silence plana alors qu’une femme observait à travers la fenêtre l’extérieure de l’académie. De son regard aussi perçant qu’austère, on pouvait y lire une réflexion profonde combinée à une certaine angoisse devant l’incertitude et l’inconnue.

«Allons-y»

Se retournant finalement pour affronter du regard le jeune homme, tous deux entamèrent leur chemin en direction des invités.

Marchant dès lors dans les corridors de l’académie, pas un seul bruit ne se faisait entendre contrairement à son habitude. Seul le bruit de sa cape et de sa chevelure fine brisait silencieusement l’atmosphère particulièrement sourde qui régnait au sein de l’Académie.

Croisant par le fait même certains regards surpris et d’autres, gênés, tous étaient relativement confus de ne pas avoir entendu les pas de la Directrice de l’Académie. Pour les moins accoutumés, le bruit particulier du talon de sa botte était sa signature. Aussi omniprésent que rassurant, le tout résonnait bien souvent contre les parois de l’édifice. Pourtant, en ce jour, celle-ci avait préféré délaisser sa présence pour être beaucoup plus discrète. Signe relativement subtil de l’importance qu’elle accordait à un tel moment, tous pouvaient percevoir le sérieux qu’elle arborait depuis le décès d’Ohana. Si pour certains, le tout pouvait paraître anodin, les enjeux et l’impact d’une telle annonce sur le pays avaient été assez forts, voire radicaux, pour en changer l’usuelle bonne humeur de la dirigeante.

Commençant tout d’abord par entendre de nombreux murmures parcourir les puissants remparts qui dominaient le pays, l’incertitude était palpable. Bien que le train quotidien d'une majorité de la population ne semblait pas impacté, il y avait de grands enjeux derrière tout cela et quoiqu’il arrive, il était évident qu’elle comptait entreprendre les moyens nécessaires afin d’aller au bout des choses.

Arrivant dès lors au point de rendez-vous, trois individus étaient présents. S’ils étaient respectivement tous à l’heure, il était même probable qu’ils soient arrivés en avance, signe notable de professionnalisme. Après tout, dans un contexte comme celui-ci, ils ne pouvaient pas vraiment se permettre le moindre signe laissant sous-entendre qu’ils avaient recruté les mauvaises personnes pour cette mission. Si les affaires internes étaient bien souvent mieux gérées à l’interne, ce cas-ci était différent. Ainsi, elle était heureuse de ne pas regretter presque immédiatement la décision qu’ils avaient prise.

«Enchanté Chinoike Katsuko, Inuzuka Ayuu et Shinrin Funka. Je suis Yashigare Masumi, Directrice de l’Académie et je tenais à rencontrer brièvement ceux qui ont eu la bonté d’accepter de nous aider dans cette enquête primordiale.»

Alors qu’elle venait d’arriver, si ses accoutrements assez nobles laissaient transparaître son élégance plus que flagrante, son don pour la diplomatie et la parole laissait sous-entendre que les rumeurs à son sujet étaient fondées. Soigné tant dans les mots qu’en apparence, on pouvait comparer ses manies à l'aristocratie. Pourtant, elle demeurait légère dans son élégance et son professionnalisme.

«J’aimerais vous remercier d’avoir accepté cette requête et de vous être proposé pour nous aider. Nous comptons sur vous pour obtenir le plus d'informations possible concernant le décès d’Ohana. Sur ce, si vous voulez bien m’excuser, je vous laisse avec Genkishi, il vous partagera les détails de ce que nous savons et vous mènera sur les lieux du crime.»

Se courbant légèrement, elle tourna les talons avec autant d’élégance qu’à son arrivée. S’il paraissait intéressant de réinitier les flammes de la discussion qu’elle avait elle-même éteinte, on pouvait clairement voir qu’elle n’était pas là pour rester. Ainsi, elle entama le chemin pour retourner à son bureau, fièrement accompagnée par son katana à sa ceinture. Étrangement, elle semblait se déplacer beaucoup plus rapidement qu'au début, mais aucun son n'était audible...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Lun 30 Nov 2020 - 5:07

HRP:
 

Alors que la directrice de l’académie venait tout juste de tourner les talons, l’homme jusqu’à présent discret s’adressa finalement au groupe. Après tout, il avait été choisi par la directrice pour mener cette enquête. Toutefois, n’ayant pas la totalité des compétences nécessaires pour la mener à bout, il comptait tout de même agir de support pour ne pas décevoir sa cheffe.

«Ce n’est pas tous les jours que la directrice se déplace pour rencontrer des gens, vous savez. Bien qu'elle puisse paraître froide, elle est très sympathique. Simplement, les circonstances actuelles sont un peu tendues.»

Souriant de manière gênée, Genkishi était tout le contraire de Masumi. Très discret, l’homme n’avait clairement pas l’assurance de la Directrice, mais il avait sa confiance. Contrastant complètement avec celle-ci, on pouvait y déceler une certaine douceur dans ses moindres faits et gestes. En dehors de cela, seul son accoutrement très officiel et tout aussi conformiste était apparent. Drapé d’une longue cape bleutée qui camouflait un uniforme rouge et or. S’il était inconnu pour ceux-ci, il était clair qu’il représentait en quelque sorte son appartenance à l’Académie.

«Je me présente, je suis Genkishi, Hijikata Genkishi et je suis un ancien élève de l’académie qui s’occupe des enquêtes à l’interne.»

Posant sa main sur sa côte, on pouvait brièvement voir à l'intérieur de sa cape un badge d’un métal légèrement doré. D'un autre côté, on pouvait y voir pour les plus attentifs quelques fioles qui abritaient certains liquides inconnus. Évidemment, s’il n’était pas béni d’un sabre aussi resplendissant que celui de la Directrice, un lasso avec un manche en cuir trônait à sa ceinture.

«Si vous voulez bien me suivre, nous nous dirigerons vers l’emplacement de l’enquête. Ce sera d’ailleurs un bon moment pour vous briefer sachant que le tout s’est passé à son domicile…»

Se tournant en leur demandant leur approbation, il attendit d’avoir leur attention avant de se mettre à marcher d’un rythme assez soutenu. Contrastant déjà avec son calme et la douceur de sa voix, il passait dorénavant à l’action sans même se demander s'ils l'avaient suivi.

«Nous arriverons à ses appartements qui sont surveillés sous peu. Le lieu est plus ou moins sous haute sécurité en ce moment. C’est d’ailleurs à cet endroit que vous pourrez découvrir la pièce et le corps qui n'ont tous les deux pas été altérés pour mener à bien cette enquête. Le corps a d’ailleurs eu droit à une légère intervention visant à éviter d'entraîner le cadavre dans une décomposition avancée sans forcément en altérer les indices potentiels qui sont au-delà de nos compétences. Une personne s’assure donc maintenir au froid si on veut. Vous pourrez donc l’examiner si jamais vous pensez pouvoir trouver d’autres éléments notables tout comme l’ensemble de l’endroit évidemment. Vous verrez qu’elle n’a pas du tout été épargnée… Par chance, elle n’avait pas de mari puisque toute son énergie était déployée dans sa carrière.»

Avalant sa salive, un silence malaisant s'installa avant qu'il ne fasse une transition.

«Avez-vous des questions pour moi avant que l’on arrive ? Toutes les informations que je détiens pour le moment sont les vôtres.»

Leur cédant la main pour savoir s’ils désiraient qu’il approfondisse sur certains éléments ou si dès le début ils sauraient réfléchir en dehors du cadre, il espérait qu’ils soient à l’aise dans les environnements morbides puisque la scène qui allait venir risquait de ne pas être agréable.

Dès lors, le trajet serait court alors qu’ils n’allaient pas tarder à trouver les appartements d’Ohana situé dans un voisinage calme et paisible non loin de l’académie. Suffisamment éloigné, le volume restreint de maisonnée trahissait leur classe sociale. Loin d’être proche de la richesse exorbitante des grandes familles, le tout demeurait un quartier important, paisible et privé... rien qui s'apparentait au lieu logique d'un meurtre comme celui-ci...

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Mar 1 Déc 2020 - 22:06
Saluant l'une et l'autre des nouvelles arrivantes, Katsuko leur offrit un sourire aimable. Cependant, elle avait bien retenu les deux noms. Inuzuka, ce clan dont faisait partie la jeune Momohime qu'elle avait croisé à Hi il y a de cela plus de deux ans maintenant. D'ailleurs... Maintenant qu'elle y pensait, ce ninjen aux côtés de Ayuu ressemblait furieusement au compagnon de Momo. S'approchant de lui, elle lui gratta un peu la tête en guise de salutation.

« Hajimemashite Inuzuka-san, Shinrin-san. C'est marrant, votre compagnon me fait penser à un Ninken que j'ai rencontré il y a longtemps. Il accompagnait une jeune fille de votre clan. Momohime, vous la connaissez ? »

Toujours souriante, elle s'étira un peu, laissant le chien tranquille après ces gratouilles amicales.

« Votre clan m'a toujours intrigué, j'espère qu'on aura le temps d'en discuter un peu après l'enquête. Shinrin-san, je dois vous avouer que votre nom ne m'est pas inconnu non plus. J'ai rencontré Shinrin Hanzo lors de mon dernier passage à Hi no Kuni. Vous le connaissez ? Comment va-t-il depuis le temps ? »

Se montrant curieuse mais sans chercher à aller plus loin pour l'instant, elle préférait ne pas les mettre sur leur gardes, restant courtoise et non intrusive. Elle faisait simplement la discussion le temps d'attendre celui ou celle qui viendrait les accueillir et les mettre au fait de l'enquête et de son avancée. Cette dernière progressait depuis maintenant plusieurs semaines, elle espérait que ce ne serait qu'une histoire de déblocage, mais rien n'était moins sûr.

Cependant, alors qu'elle s'attendait à voir un banal officier de police ou un agent peut-être plus gradé, elle fut surprise de reconnaître la Directrice de l'Académie. Elle l'avait déjà vu en photo, mais elle ne s'attendait certainement pas à ce que cette dernière vienne à leur rencontre. L'affaire lui tenait donc à coeur... Si traitrise il y avait au sein de Joheki, elle ne venait sans doute pas d'elle.

« Hajimemashite, Yashigure-sama. C'est un honneur de vous rencontrer en personne. J'espère que nous serons à la hauteur de vos espérances. »

Hochant la tête à la dernière déclaration de la Daimyo, l'informatrice se tourna vers le dénommé Hijikata Genkishi, écoutant ce que ce dernier avait à leur dire. Sa démarche et sa manière de parler ne plaisaient pas beaucoup à Katsuko. Elle préférait les personnes directes et efficaces, comme la Directrice en somme. Mais elle s'accomoderait de ce collègue. Après tout, elle n'était pas là pour passer d'agréables moments mais pour parvenir à trouver celui qui avait osé faire ça, même si la vampire avait déjà sa propre idée solidement ancrée en elle quant au véritable responsable, le commanditaire de cette mort comme de celle de tant d'autres. Le coupable qui se clamait devant tous innocent.

Elle emboîta le pas du johekijin avec ses deux nouvelles camarades et l'écouta raconter ce qu'ils avaient comme éléments jusque là. C'était... Faible. Pour ne pas dire inexistant. C'en était presque grotesque après tant de temps. Tiquant un peu sur ce manque d'informations comme la date exacte du décès, l'arme supposée du crime, les témoignages du voisinage dans les jours précédants... Beaucoup de choses qui auraient dû être présentées là étaient absentes. Elle garda aussi en tête le fait que quelqu'un ici semblait capable de tenir un corps au froid, sans doute quelqu'un avec qui il lui serait intéressant de partager une discussion autour de cette capacité renfermée dans ses griffes qu'elle ne pouvait que très peu exploiter pour l'heure.

« Bien... J'ai effectivement quelques questions. La première, c'est à quand remonte exactement le crime ? Avez-vous des témoins qui auraient entendu ou vu quelque chose de suspect que ce soit le jour même ou les jours précédants et les jours suivants ? Les voisins ont-ils été interrogés ? Comment le coupable est-il venu dans l'appartement, si tant est que vous ayez eu des indices à ce propos ? Est-ce que l'appartement était fermé lorsque le corps a été découvert ? Avez-vous regardé si la porte avait été forcée ? Si oui, comment ? »

Lui laissant un peu de temps pour répondre, elle enchaîna ensuite.

« Le journal indiquait que vous n'avez rien trouvé sur place comme indices. Quels moyens avez-vous pu employer pour ces recherches ? Est-ce que vous avez de bons senseurs sur cette enquête par exemple ? Quels sont leurs domaines de prédilection si c'est le cas, leur élément affinitaire ? Vous avez employé le moyen de conservation dès que vous avez découvert le corps ou est-ce que le froid n'a été appliqué qu'au bout de quelques jours ? Avez-vous prélevé les insectes et vers nécrophages qui étaient là au moment de la découverte ? Est-ce que vous avez déjà fait pratiquer une autopsie par un irounin ou un utilisateur du rentanjutsu ? »

Nouvelle pause pour écouter les réponses. Si elle le mitraillait de questions, il fallait malgré tout qu'il puisse s'en souvenir pour y répondre, et elle ne lui facilitait pas la tâche. Mais il était sensé être sur l'enquête depuis un moment maintenant et l'absence d'avancée était peu flatteuse pour son niveau d'enquêteur, qu'importe son expérience sur d'autres affaires ou la confiance que semblait lui accorder Yashigure Masumi.

« D'ailleurs, qui a découvert le corps exactement ? Est-ce que vous avez consigné exactement ce qu'il a vu et entendu à ce moment ? Est-ce que vous avez la moindre idée de quel genre d'arme aurait pu causer une telle mort d'ailleurs ? Qui sont les dernières personnes à avoir vu Ohana vivante d'ailleurs ? Il faudra aussi les interroger si ce n'est pas déjà fait, sinon nous aurons besoin du rapport sur ces interrogatoires. Ah... Et vous venez de dire que le lieu était plus ou moins sou haute surveillance. Qu'est-ce que ça signifie exactement ? Qui surveille l'endroit, quelles sont les qualifications de ces personnes ? Je peux les voir ? »

Se retournant vers Ayuu et Funka, elle s'adressa au duo hijin toujours avec le même calme et le même sérieux que depuis que Genkishi avait commencer à leur expliquer les premiers détails de l'enquête.

« Je peux vous demander de vous occuper des relevés sur la pièce et sur le corps pendant que je commence les interrogatoires ? J'ai une idée en tête, mais je ne voudrais pas me précipiter sur une erreur. Je vous en ferai part si mes doutes se confirment avec les premiers éléments que nous obtiendrons sur place. »

Retournant son regard vers les maisons aux alentours, elle essaya d'observer les toits depuis le sol. Mais il faudrait sans doute s'y rendre pour vérifier qu'il n'y avait rien dessus qui pourrait les aider.

« Vous avez regardé l'état exact des fenêtres et du toit, d'une éventuelle cheminée ? Ça me semble facile de s'y déplacer discrètement. »

Cette enquête n'avait pas assez avancé au goût de Neiko, mais elle allait faire changer tout ceci. Des questions simples allaient obtenir des réponses simples et petit à petit, les pièces du puzzle s'assembleraient. C'était comme ça, avec un travail méthodique, qu'ils atteindraient la solution. Même si son appriori avait de grandes chances d'être vrai avec les éléments externes qu'elle possédait et que peu de gens savaient, comme la présence d'Ohana au rassemblement organisé par Mokko à Hikari.

HRP:
 

_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Inuzuka Ayuu
Inuzuka Ayuu

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Jeu 3 Déc 2020 - 16:54
La jeune femme à la chevelure rose semblait être assez à l’aise pour se permettre des familiarités. Elle s’était rapprochée pour cajoler la tête de mon ami à poils qui s’était alors lové tout contre sa main. L’apparence de Ruth semblait lui évoquer une vieille connaissance Inuzuka, une certaine Momohime. Le nom ne m’évoquait rien, j’étais attristée de devoir lui répondre par la négative. La lune de sang avait divisé le clan en petites meutes qui s’étaient éparpillées à travers le monde. Cette personne faisait peut-être partie d’une de ces meutes qui ont ignoré l’appel de Rei. Je m’étais alors contenté de lui répondre par un haussement des épaules, j’étais trop jeune pendant le drame pour me souvenir d’anciennes connaissances. Elle disait s’intéresser par nos talents claniques, tournés sur la sensorialité et la coopération avec un animal ninja.

Elle avait ensuite demandé des nouvelles d’Hanzo à Funka, ils étaient tous deux du clan Shinrin. Elle laissait donc entendre qu’elle connaissait déjà Shinrin Hanzo, ils s’étaient sans doute rencontrés dans une mission. Dans cette hypothèse, Katsuko serait habituée à coopérer avec les soldats de l’Empire. Je laissais ma camarade lui répondre, je n’avais pas mon mot à dire sur la question.

Mon attention avait été dérobé par le tintement des talons sur le sol, annonçant la venue de Yashigare Masumi, la Directrice de l’Académie. Elle tenait à nous rencontrer en personne pour pouvoir nous remercier notre collaboration dans cette affaire qui semblait lui tenir à cœur. J’avais témoigné mon respect après ceux de Katsuko.

Ayuu, formelle – Je suis également honorée de vous rencontrer directrice Yashigare, nous tâcherons de répondre à votre demande.

Elle s’était alors retournée vaquer à ses occupations, nous laissant avec une tête blonde pour guide. L’homme avait souligné l’exceptionnelle situation de rencontrer la directrice en personne. Elle devait être une personne très occupée pour ne pas pouvoir se présenter à tout va. Il n’avait pas manqué d’évoquer la situation délicate dans laquelle se trouvait le pays avec cette affaire de meurtre.

Après une courte introduction, il s’agissait donc d’un enquêteur gradué de l’Académie qui allait nous supporter dans la tâche. Profitant d’un instant d’inattention pour observer notre nouvel interlocuteur j’avais pu remarquer un détail surprenant. Il semblait s’être équipé d’un lasso en cuir, je trouvais cette arme assez singulière pour éveiller ma curiosité. C’est quand il avait repris la parole que mes yeux s’étaient mécaniquement relevés pour témoigner de mon écoute. Il nous invitait à le suivre jusqu’à la scène de crime, profitant de la marche pour nous briefer. J’avais emboité le pas pour suivre la cadence, espérant ne pas être trop distancé.

Le débit de parole semblait s’enchainer, laissant les informations remplir nos têtes. La scène s’était déroulée au sein même de l’appartement, le corps serait maintenu en stase par un sort de refroidissement. L’objectif étant de stopper la décomposition des tissus qui peuvent contenir des indices sur l’auteur de ce méfait. Les précisions sur l’état du corps me communiquait un certain malaise, qui s’était vu amplifié avec la dernière remarque. Il s’était alors raccroché sur un autre sujet, nous demandant si nous avions des questions à lui poser pour qu’ils puissent partager ses informations. Je n’avais même pas eu le temps d’y réfléchir sérieusement que Katsuko s’était élancé dans un interrogatoire, harcelant de questions notre jeune enquêteur. Toutes les questions de Katsuko nous apporteraient des réponses cruciales si le blondinet pouvait y répondre. Tant que je n’avais qu’un seul pont à aborder. Je voulais connaître l’emploi du temps de la journaliste de ces dernières semaines, voire mois. Ces dernières préoccupations pour écrire ses articles, peut-être avait-elle fouillé là où il ne fallait pas ? Dans cette hypothèse, avait-elle trouvé des informations compromettantes ? En fouillant dans son appartement, peut-être que je trouverais des indices à ce sujet. Autant, je m’orientais dans un cul-de-sac.

Ayuu, gênée d’en rajouter – J’ai également quelques questions… Connaissez-vous l’emploi du temps d’Ohana ? Et si vous connaissez le sujet de ses dernières recherches pour le journal ? Une journaliste de terrain doit traiter les sujets épineux de notre époque…

Katsuko semblait vouloir nous confier la tâche d’inspecter les lieux et… le cadavre. J’avais orienté mon regard en direction de mon amie Shinrin pour l’implorer de se charger du corps sans moi. Cependant, si mes sens olfactifs pouvaient lui être utile pour quelques raisons, je surmonterais ma réticence à affronter la vision de la mort pour pouvoir aider. La mission était plus importante que mes états d’âme, il me fallait laisser de côté ma sensibilité.

Ayuu, d’un ton assuré – Entendu, bon courage Katsuko ! Je peux m’occuper de relever les empreintes, je pourrais en profiter pour faire le tour des lieux. Peut-être que je pourrais trouver quelque chose d’intéressant… Funka, tu as des connaissances en médecine… tu penses tu peux t’occuper d’examiner le corps ? Si tu as besoin de mon flair pour quoi que ce soit, n’hésite pas…

J’attendais les instructions de l’enquêteur pour pouvoir commencer l’enquête, la scène de crime n’était plus très loin. Je sentais mon cœur tambouriner dans ma poitrine, il faut avouer que je n’avais jamais vu de cadavre de mes propres yeux. J’étais habituée aux fortes odeurs, mais ma vue n’était pas habituée à des visions de chocs.
HRP:
 

_________________
Ayuu s'exprime en – #9999FF
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 414d15c02ac1002f47a59c9e2bd9cbf5ca8d3378r1-496-220_hq
avatars ©️ Aimi, ©️ Kathee, ©️ Aditya. ♡
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10136-yunde-ayuu-inuzuka-loading https://www.ascentofshinobi.com/t10170-inuzuka-ayuu-dossier-shinobi#86634 https://www.ascentofshinobi.com/u1393
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Jeu 3 Déc 2020 - 17:52




Enquête sur la mort d'Ohana
ft. Inuzuka Ayuu & ChinoikE Katsuko

Le sourire de Funka restait ancré sur son visage tandis que ses prunelles de jades fixaient Katsuko tout le long de ses paroles, parlant visiblement du clan Inuzuka avant de passer à un sujet qui la concernait un peu plus personnellement; son clan & son compagnon. Ses mots ne montraient pas spécialement une quelconque tension entre la vampiresse et son cousin, ainsi elle pouvait se sentir quelque peu rassurée bien que méfiante à son égard, après tout, elles étaient en territoire étranger et en mission avec une femme qui n'inspirait rien de bon à l'origine. Plissant les paupières comme pour exprimer une sorte de fausse joie, elle relève doucement son bras et éclaire sa voix pour répondre;

« Hanzo? Je le connais bien. C'est l'un de mes proches. Il se porte assez bien, merci de prendre des nouvelles. Je lui passerai le bonjour si vous le souhaitez. »


Même si Katsuko ne le voulait pas, Funka allait forcément transmettre une lettre à Hanzo et mentionner cette femme. Bien que sa mission soit concentrée sur Ohana, elle se devait de récupérer un maximum d'informations sur un futur allié comme un futur ennemi sans trop se faire remarquer. Mais si les trois femmes auraient bien voulu discuter un peu plus longtemps, la venue de la fameuse directrice de l’académie perturba ce moment de présentation en intervenant. Sa prestance rattachait à elle une étiquette de noble à l'apparence, Funka l'observait, analysait sa tenue, sa posture, ses mots et les impacts qu'ils avaient avant de faire une simple révérence du visage en signe de respect avant de répondre avec un ton formel et approprié pour ce genre de personnage;

« C'est un honneur, Yashigare-sama. Heureuse de pouvoir venir en aide au pays du Rempart avec ma camarade. L'Empire du Feu n'hésite jamais à venir en aide à ses voisins dans le besoin si la maindoeuvre est nécessaire, vous pouvez compter sur nous. Nous tâcherons de résoudre cette enquête au mieux. Ohana est une personnalité connue de tout le Yuukan, alors son décès touche tout le monde. Que ce soit maintenant ou dans l'avenir, le Feu sera toujours présent pour aider le pays du Rempart, soyez en certains. »


Après avoir refait une légère courbette, la main déposée sur son coeur alors que ses paupièers étaient closes, un rictus naît dans le coin de ses lèvres alors qu'elle vantait la bonté de l'Empire de bien vouloir venir en aide à un Pays qui n'est pas le sien alors que le Feu est en plein conflit interne, Funka se faisait bien voir et adoptait un caractère de diplomate pour mettre en confiance la directrice de l'Academie. Se redressant, elle observe la femme tourner les talons et quitter la zone avec un pas bien plus rapide qu'à son arrivée, faisant naître des tas de questions à propos de cette mystérieuse personne qu'était Yashigare Masumi, mais pour l'heure, l'attention était tournée vers le fameux Genkishi. Elle semble touchée par cette affaire, son second aussi visiblement bien que lui paraît beaucoup plus à l'aise avec nous, sûrement car son travail était entièrement consacré à cette tâche contrairement à la directrice. Arquant un sourcil, elle prend soin de suivre les pas du blondinet lorsqu'il invite les femmes à le suivre vers la fameuse zone où l'enquête devait se tenir. Un bon point était vis à vis de la pièce et du corps qui n'avaient en aucun cas été altérés bien que les pratiques qu'il mentionne pour maintenir le corps semble intriguer la chercheuse qui se mord la lèvre inférieure. La mention de la vie sentimentale de Ohana semble néanmoins provoquer un malaise soudain que Funka tentera de camoufler en raclant sa gorge et que Genkishi utilisera pour poser son ultime question. Cette question provoquera chez Katsuko une envie de parler imminente puisqu'elle monopolisa la parole pendant un bon moment en bombardant le pauvre blond de ses questions et ne laissant que peu de répit aux deux Hijines bien que Funka réussit à en place une entre toutes ces paroles.

« Le meurtre s'est donc déroulé à même son appartement, intriguant. Le corps, bien qu'il ait été altéré par vos soins pour le maintenir stable, a-t-il été déplacé ou est-il exactement dans la même position que lorsqu'il a été trouvé? D'autres médecins sont-ils passés avant nous? Si oui, qui sont-ils? Pouvons nous avoir les rapports de leurs résultats si des analyses ont été faites? Cela peut être très utile pour mon travail à moi. »


Elle tourne son regard vers ses deux comparses qui commencent à indiquer la marche à suivre tandis que Funka sait déjà ce qu'elle compte faire. En tant que membre de l'unité de recherche de l'Empire, il est normal qu'on pense à elle si l'on demande une analyse de cadavre, de plus, ça ne sera en aucun cas sa première fois.

« J'aimerai me charger de l'analyse du corps. Pratiquer une autopsie si possible, si besoin je peux être disponible si l'analyse des lieux a besoin d'une personne de plus, mais je préfère me concentrer sur les indices visible sur le cadavre en premier lieu. Je ne voudrais pas te voir confrontée à l'horreur d'un cadavre Ayuu, je m'en charge. »


Funka sent le mal être de sa partenaire et se met d'accord avec les deux femmes pour s'occuper du corps, néanmoins elle se demande bien ce qu'elle peut trouver une fois ce dernier dévoilé à ses yeux. Elle peut à la fois ne rien trouver, comme trouver beaucoup de choses, après tout ce ne sera pas la première fois qu'elle sera confrontée à un meurtre. Étonnant qu'un pays aussi sécurisé que les Remparts laisse un meurtre se dérouler au sein même de son territoire, encore pire, au sein de l'appartement même de la victime. Comment se fait-il que personne n'ait remarqué quoi que ce soit? Une infraction?

Spoiler:
 




_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Yuyuyu
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Un grand merci à Mimi pour le kit


TeikoQ:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee
Narrateur
Narrateur

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Lun 14 Déc 2020 - 4:16
HRP:
 

Alors que Genkishi avait amorcé la discussion en leur faisant part de certains types d’informations qui frôlaient l’enquête en surface, bien que légèrement maladroit, voire gêné, le fait de ne partager qu’une brève partie de l’information était voulu. Après tout, en partageant un trop grand lot de pistes, peut-être qu’il se serait rendu compte qu’il y avait des zones qui n’avaient visiblement pas été explorées en comparaison à d’autres pistes. Ainsi, pour lui, tout comme pour le bien de l’enquête, il s’était permis de laisser les gens ayant un regard externe s’immiscer dans ce sujet qui était plus qu’intéressant.

Primordial, il fit preuve d’une écoute importante, demeurant concentré alors qu’ils étaient respectivement en déplacement.

Ne se laissant pas forcément être impressionné par le lot important de questions qui venaient d’être débités dans sa direction, il gardait l’oreille attentive sans prendre un moindre mal toutes les remises en question. Au contraire, les traits sur son visage semblaient même s’être apaisés, comme s’il avait l’impression qu’ils étaient entre de bonnes mains.

Lui permettant dès lors de valider les questionnements que la situation vague avait provoqués, beaucoup moins agressifs, deux d'entre eux avaient posées des questions pertinentes en plus faible quantité. Or, il était fort possible que leur première comparse ait fait preuve de beaucoup plus de perspicacité qu’eux ou de réactivité… dépendant les courants de pensée.

Retournant soudainement la tête pour les regarder un par un, son regard quelque peu niais, angélique et beaucoup trop sympathique était différent. Dévoilant une concentration hors norme, il semblait étrangement avoir pris de la confiance, comme s’il avait eu besoin de ce léger sentiment d’adrénaline pour se sentir à sa place…

-Vos questions sont très pertinentes.

Ciblant du regard les deux personnes les plus discrètes, il posa finalement ses iris sur celle qui n’avait pas forcément pris le temps de le saluer contrairement à sa supérieure…

-Nous n’avons pas forcément la date exacte, mais c’était cet été avant la parution du Kunai émoussé que vous semblez justement avoir consulté pour être plus précis... Au moment de la découverte du corps de celle-ci, nous supposons que quelques jours s’étaient déjà écoulés depuis que nous ne l’avions pas vu. Il faut savoir qu’elle voyage beaucoup dû à son travail donc ne pas la voir chaque jour n'est pas quelque chose auquel nous étions peu accoutumés. Sans la personne s'étant présentée à son domicile, son corps aurait peut-être atteint un niveau de décomposition très avancé. C’est à ce moment qu’avec l’odeur étrange , nous avons découvert qu’elle était morte dans ses appartements. Il y a d’ailleurs très peu de signes d’infraction en dehors de la pièce. Elles ne sont pas forcément visibles sur les premiers portiques, un peu comme si le ou les coupables avaient eu le loisir d’entrer dans les appartements sans être vus.

Soupirant légèrement, il poursuivit d’un ton qui semblait croître en confiance.

-Il n’y avait donc aucun témoin notable ayant vu Ohana entrer dans ses appartements, pas même le voisinage. En fait, personne ne l’a vu quitter l’académie cette journée-là, mais ils confirment l'avoir vu à l'académie. Nous avons donc pris le temps d’en discuter avec les gardes chargés de surveiller l’académie. Généralement, bien qu’elle travaille très tard, il y a constamment des rondes de nuit dans lesquelles sa sortie est observée, ce qui ne fut pas le cas cette fois-ci. Quant au garde du quartier, il n'a rien vu aux dernières nouvelles… Malheureusement, comme d’habitude, elle était la dernière à son bureau. De plus, elle ne travaillait sur rien de visiblement dangereux sachant que son plus récent projet était la parution du prochain Kunai émoussé.

Poursuivant sans se faire attendre, son expression se changea temporairement lorsqu'il fit mention du garde. Toutefois, regardant vers l'avant, le tout ne parut pas sur son visage. Hésitant avant de partager certaines informations, il opta pour la sincérité sachant que chaque détail comptait. Toutefois, il comptait transposer certains éléments à la fin sachant qu’il désirait suivre un ordre logique et faire le tri dans ses idées.

-Le froid a été appliqué dès que son corps a été trouvé pour éviter qu’il ne se décompose davantage, surtout au regard de certaines de ses blessures. Pour tout vous dire, je suis un nécromant, mais pour la peine, il était plus pertinent pour moi d’opter pour un moyen qui ne viendrait pas altérer les traces chakratiques sur le corps sachant que nous pensons bel et bien qu’un shinobi est à l’oeuvre de tout cela…

Étrangement, plus il avançait, plus son ton devenait cassant. Sans pour autant être assertif, on aurait plutôt dit qu’il entrait totalement dans son rôle d’enquêteur, un persona qui était totalement différent de ce qu’il dégageait aux premiers abords.

-Ainsi, la décomposition n’était pas suffisamment avancée et nous avons pu intervenir à temps… ou du moins avant que les larves ne fassent surface. Pour le moment, aucune autopsie n’a été pratiquée sachant que les médecins ne courent pas toutes les rues. Nos experts en rentanjutsu ont d'ailleurs jugé qu’il fallait des spécialistes pour éviter d’abîmer son corps… C’est d’ailleurs pour cela que nous discutions de la possibilité de demander de l’aide-externe. Savoir ses limites est important.

Ne lâchant pas du tout le pas alors qu’il marchait de plus en plus rapidement sans s’en rendre compte, il poursuivait d’un ton parfaitement neutre pour éviter que les oreilles impertinentes ne puissent entendre :

-La personne qui a découvert le corps est donc la seule témoin malgré elle...du moins... presque la seule. Le témoin dans l’article est une autre personne qui est venue dès qu’elle a entendu des cris en provenance de celle qui a découvert le corps. Jusqu’à présent, la femme qui a été retrouvée sur les lieux est si traumatisée que nous avons du mal à la faire parler pour en apprendre davantage… Les raisons de sa présence sur le lieu de l’habitation sont inconnues, mais au regard des indices trouvés sur le corps de Ohana et du fait qu’elle ne maîtrise pas le chakra, nous avons mis de côté l’éventualité qu’elle soit un moindrement coupable. Certaines personnes l’ont même vu sortir de ses appartements cette journée-là. Si elle semblait légèrement nerveuse, son premier réflexe a été de se diriger vers les appartements d’Ohana relate les voisins. Le cri a eu lieu quelques minutes plus tard… ce qui nous laisse croire qu’elle avait une bonne raison d'aller voir si tout allait bien. Malheureusement, elle ne parle plus et passe le plus clair de ses journées à dormir lorsqu’elle n’a pas le regard vide ce qui nous empêche pour le moment d'en savoir plus.


Alors qu’ils approchaient presque des lieux, Genkishi ne lâchait aucunement prise sur son devoir de communiquer le plus d'informations possible.

-La plupart de nos senseurs sont aux frontières. Toutefois, aucun d’entre eux n’avait un niveau suffisant pour déterminer la moindre information sur les possibles résidus chakratiques qu’il y a eu dans les environs et bien que j’admire votre désir de vouloir tout remettre en question, je ne peux répondre à la totalité de vos questions concernant les détails de leurs affinités puisque le tout ne me semble pas pertinent pour l’enquête. Tout ce que je sais, c’est que l’équipe d’enquête est composée de ma propre personne, nécromant. Je maîtrise l’électricité et l’air. Une équipe de gardes de l’académie sont attitrés à la surveillance du portail d’Ohana et font des rotations. Je pourrais vous partager le registre une fois sur place si vous le désirez, mais ils font partie des autorités de Joheki. Pour tout vous dire, leurs grades sont supérieurs à ceux qui vous ont arrêtés à la frontière pour vous accorder l’accès au pays. Cependant, ce sont plutôt des personnes douées en combat et en sensorialité préventive vu leur rôle. Après tout, les pisteurs ne courent pas toutes les rues et j’ose espérer que certaines de vos aptitudes sauront nous aider. Autrement, nous aurions déjà plié l'enquête...

Il marqua une pause avant de renchérir sous un ton un peu plus calme :

Par contre, si cela peut vous rassurer, sachez que seuls des gens de confiance ayant pu être innocentés ont été mis sur l’enquête. C’est notamment pour cette raison que je suis sur celle-ci…

Cela voulait-il dire que d’autres enquêteurs plus compétents auraient pu être sur l’enquête, mais par manque d’alibis, ils étaient tous des suspects ? Fort possible. Or, ce n’était qu’un détail jusqu'à preuve du contraire ?

-Si vous désirez interroger les dernières personnes l’ayant vu, vous le pourrez, mais tous ses collègues n’ont rien remarqué de significativement différent la dernière fois qu'ils l'ont vu comme je vous l’ai dit un peu plus tôt. Ensuite, si Ohana avait de nombreux ennemis dus à son rôle, rien ne laisse présager une haine provenant des Grandes Familles ou d’un quelconque membre de l’Académie. Malgré tout, par précaution, nous avons saisi l’ensemble des documents sur lesquels elle travaillait.

Ne les invitant pas forcément à consulter le tout, Genkishi n'y avait tellement rien vu d’intéressant qu’il préférait passer à autre chose. Or, s’ils le demandaient, il verrait pour un possible partage de ses articles bien qu’à ses yeux, ils étaient anodins et le tout demeurait confidentiel.

Prenant une courte pause de dialogue, plusieurs devaient se demander d'où il trouvait la salive pour parler autant, surtout qu'il le faisait de manière quelque peu déconstruite. Pourtant, cela faisait partie des risques du métier sachant qu’il était le mieux placé pour communiquer tous les détails sans avoir besoin de notes. Cette absence d'accessoire lui enlevait toutefois l'aptitude à rendre le tout plus fluide et linéaire. Or, il en était plus que conscient. Après tout, même s’il n’en donnait pas l’impression, Genkishi était talentueux, très talentueux.

-Le corps n’a pas été déplacé autrement. Nous l’avons maintenu le plus possible dans la position dans laquelle il était. Toutefois, sachant qu’elle était coupée en deux, il fallait que nous trouvions un moyen de la préserver sans effacer la moindre trace pertinente. Un duo de deux médecins a été dépêché sur les lieux. Bien qu’ils soient plus à l’aise dans le développement de remèdes, ils ont tout de même, sans pratiquer une autopsie complète pu déterminer qu’il y avait des traces de brûlures à l’endroit de la plaie, ce qui est assez étrange… En premier lieu, nous avons pensé à un katana excessivement chaud ou enflammé, mais la tranche n’était malheureusement pas… la plus droite… Certains éléments laissent même croire qu’elle aurait possiblement été torturée... Pour le reste, vous aurez l’autorisation de pratiquer une analyse plus poussée si vous le désirez...tout comme vous pourrez y examiner les lieux en quête d’indices. Je vous laisserais utiliser votre regard pour manifester votre expertise. Par moment, il vaut mieux être sur les lieux que répondre à certaines questions, une image vaut mille mots.

Ralentissant soudainement son rythme de course, ils arrivèrent finalement dans un coin relativement isolé qui semblait être un quartier idéal pour avoir son intimité. Relativement espacée, chaque habitation traditionnelle accueillait les gens d’un portail dont celui d’Ohana ne faisait pas exception.

Si celle-ci s’était donné la lourde tâche d’avoir un emploi difficile, elle s’était tout de même offert le luxe d’avoir une habitation confortable pour quelqu’un qui vivait seul. Or, on pouvait tout de même y dénoter une certaine simplicité alors qu'ils s'approchaient de l’entrée.

Gouvernés par deux gardes, ceux-ci se tenaient en position. Si leur attention fut portée sur les étrangers, ils baissèrent soudainement leur garde en voyant Genkishi les accompagner.

-Bonjour messieurs, ici Hijikata Genkishi. J’aimerais décliner la présence de Shinrin Funka, Inuzuka Ayuu et Chinoike Katsuko. Ceux-ci nous viendront en soutien pour cette enquête. J’aimerais par conséquent demander un droit de passage en compagnie de ceux-ci.

Ouvrant sa veste pour leur montrer un artefact métallique qui servait fort probablement de droit de passage, tous deux observèrent longuement le blondinet. À travers ce comportement anodin, on pouvait notamment voir qu’ils tentaient de lire l’empreinte chakratique de Genkishi afin de confirmer que c’était bel et bien lui.

-Merci pour la confirmation de votre identité ! Veuillez écrire vos noms sur les parchemins.

Courbant légèrement la tête en guise de remerciement, Genkishi adressa quelques paroles finales aux autres :

-Une fois que vous serez à l’intérieur, vous pourrez examiner les lieux et le corps. L’homme s’étant chargé de maintenir le corps au froid rompra sa technique pour vous laisser faire votre travail. S’il y a quoique ce soit, n’hésitez pas. Cependant, avant d’entrer, sachez que ce n’est pas très beau à voir, je vous aurais prévenu.

Se pliant aux consignes, l’un des gardes pointa le parchemin qui se tenait sur une table à environ 1 mètre de distance. Leur indiquant qu’ils devaient tous écrire leur nom, Genkishi ne se fit pas prier, montrant l’exemple avant d’être finalement admis derrière le portail.

Attendant que les autres fassent de même, il les attendait pour les guider vers la pièce dans laquelle se trouvait la victime.

Si deux portails ouverts en bon état les séparaient de ;eur destination, une fois dans le domaine, deux autres gardes les accueilleraient devant ce qui semblait être la scène de crime. S’assurant que rien d’étrange ne s’y passait, ceux-ci contrairement aux gardes à l’entrée n'étaient pas menaçants. Ils semblaient plutôt concentrés. Dès lors, ils pourraient voir un homme portant des habits similaires à ceux de Genkishi. Ayant été convoqué pour cette mission, il passait chaque jour afin de garantir que sa technique tenait toujours. Présent pour permettre aux autres de réaliser leurs missions, il était toutefois de nature silencieuse.

Nombreuses étaient les possibilités. Que ce soit en examinant le corps d’Ohana, en cherchant des indices au sein de la pièce ou tout autre élément pertinent, ils allaient rapidement voir que rien n’avait été altéré. La pièce dégageait encore une fois cette même violence. Les éclats de sang dispersés étaient encore visibles, éparpillés un peu partout même s’ils avaient légèrement bruni… sans oublier l’état relativement particulier dans lequel était Ohana… Figée, une importante marque de brûlure au sol l'accompagnait ce qui visait à corroborer la supposition qu'un shinobi était surement l'auteur d'un tel crime. Auraient-ils l'œil suffisant pour y déceler d'autres éléments permettant de faire avancer l'enquête ? Le tout restait à voir.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Mer 16 Déc 2020 - 16:07
Discutant un peu avec les deux hijines, la vampire eut un petit moment de nostalgie. Elle n'avait pas revu Momohime depuis fort longtemps, elle ne la reverrait peut-être même jamais. Ou alors peut-être n'avait-elle jamais quitté le village proche duquel elle était installé avec cette garce d'irounin. Kurai Aimi. Elle lui avait presque sauté à la gorge pour rien la peste, alors qu'ils étaient en position de force. Tout ça parce qu'elle avait attrapé une biche... Elle soupira après quelques instants et se retourna vers la Shinrin, continuant avec elle.

« Oh vous pouvez, mais je doute qu'il se souvienne de moi, on a juste discuté autour d'un verre. Enfin, s'il a une mémoire des gens, peut-être qu'il s'en souviendra. Il m'avait donné de bons conseils à l'époque, ils m'ont bien servi depuis. »

Offrant un sourire amical à la connaissance du traitre, la demoiselle aux yeux sanguins n'insista pas plus. Le sujet reviendrait plus tard, pour l'heure, il vallait mieux ne pas trop forcer le trait sans quoi ses collègues du moment pourraient la voir comme malveillante et ne se préoccuperaient plus autant de l'affaire principale qui les concernait, la mort d'Ohana.

Suite à la venue de la directrice, les discussions avec Genkishi s'entamèrent, ce dernier ne leur expliquant que trop brièvement au goût de l'informatrice ce qu'il savait jusque là. Heureusement, lorsque la jeune femme commença à le bombarder de questions, il sembla gagner en assurance et il se mit à parler, donnant réponse à à peu près toutes les questions qu'avait posé la chasseresse. Il devait être inquiet à l'idée de faire intervenir d'autres gens, ou peut-être était-ce qu'il s'était dit qu'il aurait à faire à des incompétents ?.. Toujours est-il qu'il semblait plus impliqué au fur et à mesure qu'il apportait des réponses aux questionnements de Neiko. Rassurée, elle eut un léger sourire et fit un petit salut vers lui lorsqu'il eut fini, un peu avant qu'ils arrivent à la demeure d'Ohana.

« Mes excuses si j'ai pu paraître désagréable ou peut-être trop directe. Le peu d'informations que vous nous avez donné en premier lieu m'avait dérangé, mais vous me voyez désormais rassurée. J'espère qu'ensemble nous parviendrons rapidement à trouver qui s'en est prit à Ohana. »

Se redressant, elle reprit son air de concentration accentuée, commençant déjà à s'imaginer la scène avec tous les éléments en place. Il lui manquait surement beaucoup de morceaux du puzzle encore, mais tout reconstruire ainsi juste à partir d'un flot de paroles n'était pas toujours évident. Avoir le support visuel du lieu aiderait grandement, une fois à l'intérieur. Elle avait d'ailleurs certainement oublié des éléments pour l'instant, mais ça viendrait rapidement sur place, elle n'en doutait pas.

« Pour l'affinité des senseurs, ça a son importance car cela peut aider à connaître certaines techniques particulières, notamment s'ils sont liés au doton. Puisqu'ils ne le sont pas, je suppose que personne n'a pu relever d'empreintes dans les alentours, n'est-ce pas ? C'est quelque chose de très complexe quand ce n'est pas simplement quelqu'un qui a marché dans de la boue fraîche malheureusement... Et mis à part une connaissance poussée de la chose ou une capacité comme notre chère Inuzuka, il n'y a que peu de manières de pouvoir trouver une piste comme ça. Et maintenant, c'est certainement trop tard avec le passage général. Je ferai quand même un tour de la propriété pour m'assurer qu'il n'y a rien à trouver, si vous le permettez, enfin, sauf si vous voulez bien vous en occuper Inuzuka-san. »

Après avoir décroché un sourire amical à la jeune fille, elle se retourna vers Genkishi pour écouter sa réponse. Lorsqu'ils arrivèrent sur place, ils durent inscrire leur nom sur une liste, ce qui agaça un peu la vampire. Elle était venue ici en forçant un peu la main des autorités à l'accepter, et voilà qu'elle devait continuer avec une formalité administrative. Elle s'y plia bien évidemment et ne montra pas trop son irritation, mais elle dépréciait ce genre d'accueil.

Pensive, Katsuko alla d'abord jeter un oeil au cadavre et à la pièce du crime pour bien s'imprégner de ce qui avait pu se passer. Elle devait régler ceci, elle en avait fait une affaire personnelle, puisqu'elle souhaitait jusque là travailler à nouveau avec elle, même si cette fois-ci ça aurait plus été en terme d'informations. Elle avait besoin de s'étendre si elle voulait être au fait d'un maximum de choses, ce qui ne pouvait pas être possible si ses futurs collègues étaient ainsi lâchement assassinés. Elle salua au passage l'utilisateur de Rinton. Après tout, le pouvoir de ses griffes ressemblait très fortement à ce dont il était capable. Pouvoir échanger un peu avec lui serait sans doute formateur pour la manipulatrice de sang.

« Hajimemashite, j'espère que nous aurons le temps de discuter plus amplement plus tard, votre faculté m'intéresse beaucoup. »

Se retournant vers l'Hijikata après quelques instants à observer le lieu, elle prit une nouvelle respiration pour se donner du courage après la vue sordide qu'elle venait d'affronter.

« J'aimerais interroger quelques personnes donc... Les collègues d'Ohana pour pour savoir quels étaient les sujets qu'elle couvrait, s'il y avait la moindre mention d'un dossier autour d'Hayashi no Kuni ou de la Coalition Shinobi dans son travail ou même ici. À moins que vous n'ayez déjà la réponse à cette question bien sûr ! Et j'aimerais aussi rencontrer cette témoin dont vous nous avez parlé, qui ne s'est pas remise depuis. Seule à seule bien sûr. Ce genre de trauma, il vaut mieux les approcher avec douceur et être trop brusque risquerait juste de la braquer plus encore. J'irais voir les journalistes après elle d'ailleurs, je pense que son cas est plus important. »

Gardant les autres éléments pour plus tard, laissant également ses deux nouvelles collègues hijines s'occuper des lieux et du corps, elle commencerait par ces deux interrogatoires qui lui permettraient sans doute d'avoir quelques éléments supplémentaires si jamais la traumatisée parlait.

Lorsqu'enfin elle put se retrouver dans la même pièce que la femme qui avait découvert le corps sans être capable de le signaler aux autorités, Katsuko la salua d'abord avec politesse, gardant d'abord une certaine distance. Elle ne voulait pas la brusquer. Prenant une voix douce et posée, elle lui fit un sourire amical lorsqu'elle parvint à accrocher son regard, ne serait-ce qu'un instant, puis elle ouvrit sa main vers elle, paume vers le haut, comme elle l'aurait fait avec un petit animal effrayé.

« Hajimemashite, madame. Je suis Chinoike Katsuko, je suis venue pour discuter un peu avec vous. Comment est-ce que vous vous sentez ? N'hésitez pas à me dire tout ce que vous avez sur le coeur, je suis là pour vous écouter. »

Gardant d'abord ses distances, elle se montrait paisible et ouverte à tout dialogue.

_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Inuzuka Ayuu
Inuzuka Ayuu

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Sam 19 Déc 2020 - 14:13
Genkishi saluait la pertinence de nos interrogations avant de songer à y répondre, il faut dire que flot de questions de la mèche rose avait de quoi déboussoler. Les informations fusaient, dans son démarchage, Katsuko avait fait mouche. La découverte du corps n’avait pas été immédiate, quelques jours s’était écoulé sans que personne ne déplore sa disparition. Ce qui avait permis à l’odeur de décomposition de se propager. Ce manquement était justifié par ses habitudes de travail, fréquemment en déplacement à la recherche d’inspiration pour le journal. Un tiers aurait découvert le corps, il s’agissait d’une simple civile sans arts ninja. L’appartement ne semblait pas avoir été forcé, comme si la porte leur avait été ouverte. Le ou les coupables étaient-ils des connaissances de la victime ? C’était la première suspicion qui me venait à l’esprit, mais elle était rapidement balayée par les nouveaux éléments révélés. Les rondes de nuit n’avaient rien donné, le garde en charge ne semblait pas avoir aperçu Ohana ce soir-là, le dernier jour où elle avait été aperçue. Enfin, personne n’avait aperçu Ohana sortir de l’académie, mais le cadavre était bien dans l’appartement de la victime. Je n’avais pas remarqué les changements opérer sur le visage du guide, je n’étais pas formée à cela.

En réponse à ma question, Genkishi m’avait confié que son travail le plus récent était porté sur la parution du Kunai émoussé. Toutefois… peut être avait-elle travaillé sur un sujet épineux avant ou en parallèle à cela. Comme précisé, c’était une jeune femme célibataire qui passait le plus clair de son temps au bureau ou en déplacement pour le travail. Elle devait se donner corps et âme à son boulot. Aussitôt le corps découvert, un artifice avait été opéré pour garder le corps en stase. L’objectif était de garder le corps intact, à l’abris des vers pour assurer l’expertise. Je me sentais un peu aurifié à l’idée de voir la scène, mais il me fallait bien m’endurcir un jour ou l’autre. Funka insistait pour maintenir l’exclusivité sur la dépouille, ce qui m’arrangeait en somme. Je n’avais pas les tripes pour m’occuper de ça, explorer l’appartement me semblait parfaitement adapté à ma sensibilité. C’était un véritable soulagement, heureusement qu’il s’agissait de la princesse Shinrin, d’autres n’auraient pas été si arrangeant. Je faisais preuve de faiblesse, mais je comptais bien me rattraper. Je n’avais pas l’intention d’être un boulet attaché à leurs pieds.

Ayuu, s’avançant timidement – J’y serais confrontée un jour ou l’autre, alors si tu as besoin… je prendrais sur moi. Je reste une soldate de l’Empire, je ne veux pas nous faire honte. J’ai toujours un train de retard sur les autres… mais je ne veux pas que ça te pénalise aussi. Alors… je te fais confiance pour la suite.

Funka sera donc la première à pratiqué l’autopsie sur la dépouille, c’était une chance amère, mais elle pourra y faire ses preuves. Elle avait appris aux côtés de Medyûsa et elle était du genre méticuleux, il n’y avait donc pas à s’en faire pour sa réussite. L’implication du seul témoin dans l’affaire avait été rapidement écartée, les stigmates laissaient sur le corps ne pouvait pas être l’œuvre d’une étrangère au chakra. Son comportement alerte à la découverte du corps semblait avoir appuyé son innocence. Il était difficile de lui soutirer des informations, elle devait être sous le choc. Toutefois, elle avait peut-être pu aperçu quelque chose… que d’autres n’avaient pas pu voir. Un message, un indice, quelque chose qui avait été laissé là, mais qui n’y est plus. Il était toujours intéressant de l’interroger sur le sujet même si cela peut éveiller quelques traumatismes, l’affaire en dépendait. Je n’étais humainement pas capable de le faire, je ne m’estimais pas capable de me charger de l’aspect relationnel.

La partie sur les senseurs semblait ne pas convenir à Katsuko, qui portait une importance particulière aux affinités. Là où notre guide n’y prêtait pas tant intérêt, c’était un contraste assez cocasse. Je m’étais jamais réellement intéressé à cet aspect, mais je trouvais le raisonnement de Katsuko intéressant. Je pouvais tout autant prendre en compte ses remarques, elle semblait s’y connaître. J’étais toujours autant flattée de la voir s’intéresser aux Inuzukas, bien que je lui trouvais plus de qualités dans le domaine. J’étais née avec ses atouts pour la sensorialité, je ne m’étais alors jamais posé ses questions. C’était la première fois que j’étais éprise d’admiration dans ce domaine, c’était assez similaire à ce que j’éprouvais pour la maîtrise du fuinjutsu d’Hanae.

Ayuu, avec quelques paillettes dans les yeux – Je peux m’en charger, mais je suis encore en apprentissage pour parfaire mon flair, alors il sera peut-être nécessaire de passer derrière moi… Ruth est dans un cas similaire, mais il s’agit d’un chien ninja alors… c’est un peu différent. M’enfin, je préfère commencer par fouiller l’appartement, pour pouvoir soutenir dame Funka, si nécessaire. Enfin… si ça convient à tous. Ah… et pour mon affinité… c’est le Suiton.

Genkishi avait apporté quelques précisions sur l’état du corps, torturé et tranché en deux. La coupe maladroite ne semblait pas avoir été faite à l’aide d’une arme blanche. L’intervention du katon restait une possibilité, mais Funka devrait en apprendre plus avec l’expertise. Alors que le pas ralentissait, je me sentais de plus en plus mal à l’aise au fur et à mesure de notre avancé. La présence de mon compagnon m’apaisait quelque peu. Il y avait de quoi se sentir nerveuse ou éprise de crainte, il s’agissait d’une véritable scène de crime dont le dénouement dépendait de nos jeunes têtes. Le poids des responsabilités n’était pas des plus légers, les regrets pouvaient restaient sur les épaules, il nous fallait réussir.

L’entrée nous avait été accordé, il nous fallait griffer notre identité sur un parchemin. Une simple formalité, mais qui devait participer à former un registre des entrés. Katsuko-san pouvait alors le consulter pour obtenir le nom des senseurs et par expansion se renseigner sur leurs affinités. Genkishi avait parlé d’un tel document plus tôt, il était donc assez aisé d’en faire cette conclusion.

Ayuu, un peu gênée – Il s’agit bien de ce registre ? On pourrait y consulter les précédents senseurs…

Le guide alertait une nouvelle fois de l’horreur de la scène, ce qui me donnait très sérieusement envie de renoncer à l’ouverture de cette porte, mais le devoir était immuable à mes états d’âmes. Le lieu du crime semblait intact, empestant l’odeur de sang éparpillé. Il avait eu le temps de sécher et de perdre de son éclat, mais je pouvais encore y sentir l’odeur, mais il pouvait très bien s’agir de mon imagination. Le corps d’Ohana était dans un état assez particulier, lui donnant un aspect presque irréel. J’avais rapidement détourné l’œil pour me concentrer sur le mobilier, les livres, tout ce qui pouvait appartenir à Ohana se trouvait en ces lieux.

Ayuu, d’un ton solennel – Je voudrais m’occuper de fouiller la pièce si vous me le permettez...

De son côté Katsuko semblait avoir une idée bien précise sur la suite des évènements, voulant interroger nombre de personnes. Je la trouvais assez professionnelle, j’avais l’impression d’être une enfant perdue dans un troupeau d’adulte. Je devais me ressaisir et prendre confiance en moi. J’avais tout autant ma place dans cette mission et je comptais bien le prouver.

HRP:
 
Techniques utilisées:
 


_________________
Ayuu s'exprime en – #9999FF
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 414d15c02ac1002f47a59c9e2bd9cbf5ca8d3378r1-496-220_hq
avatars ©️ Aimi, ©️ Kathee, ©️ Aditya. ♡
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10136-yunde-ayuu-inuzuka-loading https://www.ascentofshinobi.com/t10170-inuzuka-ayuu-dossier-shinobi#86634 https://www.ascentofshinobi.com/u1393
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Sam 19 Déc 2020 - 20:47




Enquête sur la mort d'Ohana
ft. Inuzuka Ayuu & ChinoikE Katsuko

La route les menait vers les appartements de la défunte Ohana, avant même d'avoir été confrontée à un choix, les trois femmes savaient déjà vers quels domaines se tourner et c'était un gros avantage, la mission pouvait avancer plutôt vite. Elle esquisse un petit sourire vers Ayuu alors qu'elle marchait à ses cotés, comprenant son envie d'apporter son aide malgré l'horreur que pouvait être un cadavre. Après tout elle avait raison, elle allait y être confrontée tôt ou tard de gré ou de force et à ce moment là, elle ne pourra pas se défiler ou perdre ses moyens, car tel était son destin en tant que soldate de confronter la mort de très près.

« N'ai crainte, je ne pense pas avoir besoin d'accompagnant pour l'autopsie, mais si jamais, j'y penserais. »


Plongeant ses pupilles désormais dans celles de Genkishi lorsqu'il se retourne vers elles, elle esquisse un petit sourire en écoutant les diverses réponses à ses questions. Si pour la plupart des questions, elle se contentait de hocher la tête en prenant connaissance des mots qui étaient dit sans plus de réflexion, la question de la conservation du corps via le gel et son état actuel l'intrigua de peu. Coupée en deux et brûlée à cet endroit là, mais la tranche est bien trop imparfaite pour être celle d'un katana en fusion ou d'un samouraï, cela retirait une piste principale de la cause de la mort.

La sécurité était de mise à Jôheki et alors que le quatuor arrivait enfin aux portes du bâtiment, les gardes les arrêtèrent afin de confirmer leurs identités pour plus de.. précaution. Arquant un sourcil et s'approchant des dit-parchemins, Funka décide de le signer pour montrer sa coopération, inscrivant donc son empreinte chakratique pour éviter tout problème avec l'administration Jôhekijine. Une fois fait, la voilà autorisée à faire ce qu'elle souhaitait pour avancer dans l'enquête, rejoignant la scène de crime figée, rien ne manquait, rien n'avait bougé, sauf les coupables. Mais peut-être avaient-ils laissés des indices? Ayuu pouvait elle trouver de son coté au niveau des appartements, Katsuko dans les témoignages et Funka elle.. sur ce corps. Rejoignant cet homme qui semblait le fameux "congélateur" de Ohana, elle lui adresse un signe de tête en guise de respect.

« Je me nomme Shinrin Funka, ninja-médecin et chercheuse de l'Empire. Présente pour vous prêtez main forte. Si vous me le permettez, j'aimerais autopsier le corps afin d'en apprendre plus sur ce qu'il s'est passé et sur les blessures occasionnées. »


C'est avec un simple sourire qu'elle s'adresse à l'homme avant de s'accroupir près du corps encore maintenu à une température glaciale pour ralentir la décomposition. Un corps scindé en deux ayant éclaboussé la salle de liquide vermeil, elle avait du souffrir les quelques secondes avant sa mort. Frôlant son visage figé dans la mort avec ses mains, Funka fronce les sourcils lorsqu'elle descend peu à peu vers l'endroit de la section, observant ce trait imparfait et ce corps visiblement meurtris, du moins c'est la première impression que cela lui procure lorsqu'elle voit ça. Elle analysera les traces de torture plus tard, pour le moment elle se devait de faire une première observation globale avant de s'attaquer au plus concret de l'autopsie. Elle n'était pas à sa première autopsie, mais cette fois elle se devait de faire très attention à ne perdre aucune miettes d'informations qu'elle pourrait trouver.

Même si la scène était répugnante, Funka se contentait de garder un visage sérieux et ferme, comme si elle ne ressentait rien à la vue d'un tel meurtre. Ohana était une personnalité connue du Yuukan qui avait été retrouvée morte et elle et ses deux camarades avaient désormais entre leurs mains l'enquête et la révélation du nom du potentiel coupable de cette horreur. Mais un frisson parcouru Funka au dernier moment, lorsque l'appréhension de mener cette enquête vers un succès et au moment de dévoiler le coupable ce dernier se révèle être plus proche. Si jamais elles trouvaient véritablement, que pouvait il arriver? La piste que le meurtre soit interne n'est pas écartée et peut-être qu'au final, tout cela est un piège. Beaucoup de possibilités, beaucoup de risques probables même s'ils ne sont pas avérés, Funka tâchera de faire attention à ce qu'elle découvre et de ne pas exprimer tout ses soupçons pour éviter ce genre de malentendu, après tout.. elle savait bien faire.


« Quelle cruauté. Pas étonnant que l'individu l'ayant retrouvée soit traumatisée. »


Elle touche la joue gelée de Ohana du bout des doigts en faisant une petite moue, elle aurait aimé être présente lorsque le corps était encore chaud mais soit, elle pourra trouver des informations auprès d'autres médecins, mais tout cela sera fait plus tard...

Un moment d'évasion alors qu'elle touchait cette joue froide, un souvenir horrible qui refaisait surface dans sa tête, elle repensait à la découverte de son cousin et aux mots qu'elle lui avait confié dans le plus grand secret alors qu'il était endormi à jamais devant elle. « Ainsi, tu as préféré nous laisser, Shinpachi. Préféré mourir plutôt qu'affronter ton destin, et moi, je ne te laisse pas en paix dans ta mort. Jamais tu ne seras en paix tant que ton destin n'est pas accompli, désormais tu appartiens aux Shinrin, ou mieux, tu m'appartiens à moi car jamais Kanshisha n'aura le monopole sur ton corps. Tu rigolerais sûrement, tu n'as jamais aimé ce clan, tu étais un servant de l'Empire, pas des Shinrin. Peut-être que tu aurais fais un meilleur chef que lui, qui sait. » Le regard plongé dans le regard vide de Ohana, se rappeler de la découverte de son cousin lui tiraillait l'esprit, la figeant pendant quelques secondes. Si elle avait été capable de mentir autour de la mort de quelqu'un, alors tout le monde pouvait le faire et personne n'était digne de confiance autour d'elle.

« Bien. Je suis prête pour commencer l'opération, si vous me permettez... »


Spoiler:
 




_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Yuyuyu
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Un grand merci à Mimi pour le kit


TeikoQ:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee
Narrateur
Narrateur

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Sam 26 Déc 2020 - 6:40
HRP:
 

Se courbant devant l’introduction de la Chinoike, l’homme à la chevelure pâle se contenta d’une salutation assez polie et discrète. S’il n’était pas la personne la plus avenante aux premiers abords, son laconisme contribuait à supporter ce que les gens percevaient au premier regard.

-Enchanté. Ravi de collaborer avec vous pour cette enquête.

Ne demandant pas son reste, il était au courant que du renfort avait été demandé. Nullement inquiet, il retourna promptement à ses réflexions, comme s’il jonglait avec de nombreuses éventualités dans sa tête. Si d’une moindre manière un signe de scepticisme sur leur apport futur à cette enquête était naturel, l'aplomb dont ils firent preuve dès leur arrivée était plus que suffisant pour apaiser ses appréhensions les plus masquées. Émettant presque un sourire de réconfort en les voyant se mettre en action, il posa calmement son regard sur Genkishi comme s’il tentait de lui dire qu’ils avaient peut-être des chances d’avancer là où ils étaient bloqués. Anodin, pour les deux qui se connaissaient, même dans le silence, Genkishi pouvait pressentir que son collègue ne comptait pas être une nuisance pour ceux-ci. Au contraire, il préférait leur laisser le champ libre afin de maximiser leurs chances de succès.

-Très bien.

Contrastant visiblement avec la voix plus mûre de son collègue, Genkishi agissait comme s'il n’avait rien à envier malgré son air quelque peu niais. Au-delà de cela, il semblait au moins savoir ce qu’il faisait et son organisation en était la preuve.

-Concernant les documents, nous avons une liste assez exhaustive de ce sur quoi elle travaillait comme article pour le kunai émoussé, mais comme dit, la majorité des sujets étaient liés à la parution du prochain kunai émoussé. Même si la grande majorité de l’article qui est sortie a été remplacée par l’urgence des événements, ses derniers brouillons portaient sur les sujets que nous avons notés.

Se dirigeant vers son confrère, celui-ci ouvrit ce qui lui servait de veste avant de tendre un rouleau à Genkishi. Une fois entre ses mains, l'enquêteur ne tarda pas à le dérouler.

-Parmi les sujets, on y retrouvait : Quelques éléments sur l’assaut final de Seichi qui a été publié, un article visant à prendre le pouls de la situation à Kumo depuis l’élection de leur nouveau Kage, des brides possibles concernant l’évolution de la relation entre le Teikoku et Kumo au lendemain des hostilités, une couverture sur la bonne tenue de l’examen chunin s’étant déroulé à Kiri. Le reste représentait une liste non exhaustive d'éléments qui concernaient le reste des pays, mais rien de dramatique ou qui provoquerait des doutes quelconque. Si vous désirez tout de même parler à ses collègues, libre à vous bien que je n’ai pas l’impression que vous y trouverez quoique ce soit. Après, ce ne sont que les éléments officiels en lien avec le kunai émoussé et non ses recherches personnelles. Par contre, ça devra attendre bel et bien attendre.

Terminant sa tâche, il marqua une pause avant de poursuivre :

-Rien n’évoquait la présence d’une certaine Coalition dans ses plans ou même d’Hayashi no Kuni… Après, ils ont tout de même pris le temps de faire mention du fait qu’Ohana ne divulguait pas forcément à l’écrit les informations suffisamment sensibles. Par moment, en dehors des équipes qui étaient concernées, certaines informations restaient confidentielles et étaient même révélées lors de la parution du journal pour veiller à ce que l'information demeure inconnue et ne soit pas propagée avant la sortie du journal.

Fermant la page sur les écrits, notes et récits du Kunai Émoussé, Genkishi devait avouer être perplexe puisqu’il n’était pas forcément au fait avec tout le contexte historique dont les questions de Katsuko faisaient mention. Or, devant son désir de rencontrer la possible témoin, il replia le rouleau avant de le redonner à son collègue. Il poserait des questions à cet sujet plus tard.

-Je vais escorter Katsuko jusqu’à madame Miyaki. Bien que j’aimerais pouvoir vous permettre de la voir seule à seule, je pense qu’elle se verra rassurée de voir un visage qu’elle reconnaît. En attendant, je vous laisse entre les mains de Takeshi Ryuushi. Si vous avez la moindre question, il sera là pour vous aider bien qu’il est possible qu’il n’ait pas réponse à toutes vos questions. En attendant, Ryu, peux-tu fournir le document demandé par Ayuu ?

Acquiesçant de la tête, Ryuushi ne se fit pas prier. Ainsi, tandis que Genkishi venait de quitter la pièce et le domaine afin de guider Katsuko vers le domicile de la voisine, celui-ci quitta les lieux afin de demander aux gardes à l’avant l’autorisation d’emprunter le registre des visites. Sans attendre, ceux-ci lui accordèrent l’autorisation tandis qu’il revenait promptement dans la salle afin de le confier à l’Inuzuka.

-Vous y trouverez les noms, les grades et aussi les éléments significatifs en lien avec leur présence. Pour votre part Funka, vous pouvez dorénavant commencer l’autopsie.


Registre des visites:
 

Libérant par le fait même sa technique pour lui permettre de pratiquer son autopsie, Takeshi les observait tranquillement en suivant de très près leurs modes opératoires. Après tout, venant de différentes régions, ils devaient tous visiblement avoir un protocole assez différent qui pouvait être intéressant à observer. Les crimes étant assez minimes au sein de Joheki, peut-être avaient-ils à apprendre de l’extérieur. Après tout, en fonction de leur provenance, les autres pays semblaient beaucoup plus enclins à ce genre de turbulences, ce qui ne pouvait que mieux les préparer face à de tels événements.

Ainsi, alors que l’Inuzuka s’était mis à fouiller la pièce. Assez épurée, dans la pièce principale, on pouvait tout de même y voir une table en coin excentrée du centre sur laquelle reposaient quelques documents qui semblaient relativement éphémères. Composés de précédents kunai émoussés comme de quelques notes, en dehors du contenu, la première chose qu’on pouvait remarquer était les nombreux éclats de sang qui s'étaient éparpillés un peu partout. Teintant même la table qui était à un mètre du corps, les traces de sang continuaient leur trajet, s’étalant sur le sol, mais aussi sur les murs. Ayant séché depuis le temps, bien qu’elles étaient moins visibles, leur odeur était tout de même notable pour les gens ayant le flair sensible. Le nez permettant d’attirer le regard, il était dès lors plus facile de voir de nombreuses traces de sang éparpillées un peu partout, comme si elle avait été frappée à de nombreuses reprises ou suffisamment pour qu’il y ait des éclats de sang autour du corps...

Aperçu de la pièce et de la zone de crime:
 

En dehors de la chambre principale, une seconde chambre et une cuisine, seule une porte vers un bureau était présente. La porte étant entrouverte, on pouvait d'ailleurs y voir une table de travail en bois sur laquelle il y avait quelques feuilles suivies des prémisses d'une grande bibliothèque composés de nombreux rouleaux.. Toutefois, l’ensemble de l’action s’était visiblement produite dans la pièce dans laquelle ils étaient actuellement.

Plus on se rapprochait du corps sur lequel une autopsie n'allait pas tarder à être pratiquée, plus une odeur de brûlé était apparente. Contrastant nettement avec l’odeur du sang et rehaussant la prestance des traces de brûlures au sol, il était évident que ce qui l'avait traversé pour ensuite percuter le sol était très chaud. Sombres comme le charbon, les marques au sol révélaient l'intensité de la chaleur qui avait traversé le corps d'Ohana. Signe pertinent que le chakra avait fort possiblement été à l’oeuvre, on pouvait se demander si cette maîtrise dont avait fait preuve le ou les fautifs avait aussi permis à la maisonnée de ne pas prendre feu.

Au-delà de cela, bien qu’il y avait visiblement plusieurs odeurs qui laissaient sous-entendre qu’il serait très difficile de reconnaître avec précision l’odeur du ou des coupables, au-delà du sang et de l’odeur de brûlé, les plus sensibles aux odeurs dont l'Inuzuka pouvaient percevoir une odeur se distinguant des autres. Très métallique, le tout semblait s’intensifier lorsqu’on se rapprochait du corps. Quelque peu éparpillé à certains endroits de la pièce, cette odeur était très subtile, mais tout de même très présente… Étrangement, plus la couche de glace se dissipait et plus celle-ci devenait omniprésente.

Au même moment, alors que le corps venait de quitter son gel, on pouvait aisément voir de nombreuses ecchymoses parsemées le corps divisé de Ohana. Signe notable de torture et de violence, bien que son visage avait été percuté par ce qui semblait être de nombreuses frappes, ce qui lui avait été fatal semblait bien entendu être ce qui avait séparé son corps en deux. Or, plus précis qu’auparavant, on pouvait nettement voir la brûlure parcourir la plaie, signe possible que les deux avaient possiblement été effectués au même moment. Lorsqu’on s’y attardait, au-delà de simples brûlures, on aurait dit que la zone avait littéralement été désintégrée, ne laissant que de fragiles tissus à examiner. Pire que la lave en fusion ou des flammes usuelles, il y avait là la présence de quelque chose de très brûlant voire même de possiblement plus brûlant que bien des éléments dans ce monde. C'était du jamais vu.

Derrière sa tête pour ceux qui s’y aventuraient se trouvaient une ecchymose et une légère fracture au niveau du bas du crâne, comme si elle avait été frappée à cet endroit. Continuant sur la lignée du massacre, ses poignets comme ses chevilles étaient marqués de sang séché, soutenant dès lors le fait qu’elle avait été possiblement attachée au regard des marques affectant les quatre extrémités de son corps…

En dehors de la blessure, à travers le sang visible de part et d’autre, notamment au niveau de son visage, on pouvait nettement voir qu’elle aurait fort probablement rendu l’âme avant d’être achevée sans soin importants et immédiat… Plus l'étude du corps se poursuivrait et plus l’ensemble de ce qu'avait vécu Ohana ne pouvait qu'arracher de violents frissons d'effroi aux âmes les plus sensibles...

------------------------------------------------------

Pendant ce temps, les deux autres venaient d’arriver devant la maison de la voisine. Entrant dès lors dans le domaine de celle-ci, Genkishi cogna avant d’être accueilli par une autre diplômée de l’Académie.

-Genkishi...?

Marquant une pause, la femme eut un court moment d’hésitation avant d’en conclure que l’étrangère devait être présente pour aider son ami dans cette enquête.

-Bonjour Rin, est-ce qu’elle va mieux ? Nous aimerions voir si nous pouvons tenter de l’interroger de nouveau.

Hésitant un court moment, elle baissa légèrement le ton afin de n’être entendue que par eux.

-Son état mental semble s’être stabilisé, mais elle a encore du mal à parler. Elle se remettra fort probablement difficilement et lentement de son traumatisme, mais vous pouvez toujours essayer. En attendant, je vous amène du thé, ça semble l’apaiser. Par contre, je vous demanderais de ne pas trop la brusquer. Elle a tendance à trembler violemment lorsqu'elle est trop stressée.

Les faisant entrer, elle présenta calmement à la dame en question les nouveaux arrivants, dont Genkishi qu'elle connaissait déjà. Brève, elle se dirigea par la suite vers une pièce pour y préparer du thé. Laissant par le fait même Genkishi et Katsuko rencontrer Miyaki, Genkishi se contenta de laisser la Chinoike prendre les devants.

Malheureusement, sa première question ne fit aucunement mouche. Or, contrairement aux premières tentatives d'interrogatoires, cette fois-ci, elle tourna simplement le regard en sens opposé, baissant légèrement la tête avant de serrer sa robe. Assise en tailleur devant une petite table, pour les plus attentifs, on pouvait y voir une tentative d’évitement témoignant de son stress et de sa peur. Puis, comme si ce n’était pas assez, son rythme cardiaque commençait à s’accélérer jusqu’à ce que le thé soit servi.

-Buvez, ça vous fera du bien. Ne vous en faites pas madame Miyaki, ils ne vous veulent que du bien. Souvenez-vous que vous êtes en sécurité.

Arrivant au bon moment, Rin déposa une main réconfortante sur l’épaule de celle-ci, ce qui eut pour effet de la rassurer presque immédiatement. Leur faisant un sourire avant de remplir trois tasses de thé, elle quitta la pièce pour éviter de les déranger davantage. Leur faisant un bref signe de la tête pour leur souhaiter bonne chance dans leur entreprise, la psychologue de l’académie quitta tranquillement la pièce. Au même moment, la femme traumatisée attrapa calmement une tasse de ses mains nerveuses afin d'y boire une gorgée de thé. Lui brûlant la gorge, elle inspira profondément avant de déposer la tasse sur la table. Suivie de Genkishi, elle soupira de nouveau avant d'avaler sa salive.

-j...

Si aucun mot ne put sortir de ses lèvres, on put y voir des lèvres tremblotantes se mouvoir avant d’afficher de nouveau un regard quelque peu apeuré.

Intriguée, dans cette atmosphère quelque peu sinistre, seule la douceur des iris de Genkishi communiquait un certain espoir devant cette première tentative de communication. Pourtant, elle n’y arrivait pas, comme si elle était prise de panique chaque fois qu’elle tentait de parler...

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Sam 26 Déc 2020 - 11:39
Satisfaite de la réponse de l'homme, Neiko lui sourit, passant rapidement à autre chose. Elle pour qui le sang était une drogue puissante, l'odeur l'attirait fortement, lui mettant l'eau à la bouche. Seule l'odeur de brûlé parvenait à la calmer un peu, lui changeant les idées. Ce ne serait de toute façon pas elle qui s'occuperait du corps en précision, ce qui n'allait pas pour lui déplaire. Voir Ohana dans cet état la peinait, d'autant plus que si elle avait été visé, il n'était pas impossible qu'elle-même le soit aussi. Bien qu'elle demeure plus dans l'ombre, son travail d'informatrice la plaçait dans une situation similaire à Ohana. Que quelqu'un ait osé s'en prendre à elle n'était pas particulièrement rassurant.

Et puis elle avait apprécié la droiture et le direct de cette femme qui cherchait l'efficacité. Elle plaçait aussi la qualité de l'information et ses recoupages en haute importance, plus qu'une information d'une source obscure sans vérifications. Ce qui était important dans ce métier et avec un média d'une telle influence dans les mains.

Après un soupir, Katsuko se retourna sur Genkishi et lui fit sa requête, découvrant ainsi les sujets, hochant pensivement la tête. C'était certain qu'elle n'allait pas faire n'importe quoi avec un sujet sensible et le laissé écrit là à la portée de n'importe qui, même qui n'aurait pas été mal intentionné. Un de ses collègues qui aurait vu ou su l'information aurait pu souhaiter la dévoiler même si ça n'était pas encore souhaitable. Enfin, l'Homme au Chapeau savait de toute façon, il en avait lui-même parlé dans son discours. Et l'informatrice doutait très sincèrement qu'il l'ait appris en tuant Ohana. Non. Il le savait déjà. Après tout, si elle faisait confiance aux conclusions qui avaient abouti lors de cette réunion secrète, il maîtrisait le temps. Ce n'était pas comme s'ils pouvaient lui cacher quoi que ce soit... Mais est-ce qu'il viendrait intervenir pour autant ?..

Alors qu'ils se dirigeaient vers la demeure de la témoin, Neiko s'arrêta avant et commença à se désarmer. Il était important qu'elle ne montre rien d'offensif et de possiblement effrayant à la femme qui avait été témoin de cette atrocité qui pouvait même atteindre une tueuse comme Neiko, habituée aux tortures qu'elle avait elle-même subi depuis des années. Cela ne faisait même pas trois ans que ça s'était arrêté... Et cela lui semblait déjà si loin... Enlevant ainsi ses griffes, ses katanas, toutes ses armes, elle fit quelques mudras, enfermant le tout dans divers sceaux qui se mirent à se tracer sur sa peau sous ses vêtements, notamment sur son dos. Elle ne voulait pas non plus que ces derniers effraient la témoin aussi. Ses armes disparaîssant ainsi, la vampire reprit le chemin avec son collègue du moment, s'installant en silence devant cette Miyaki.

Elle observa donc la scène, demandant simplement à la témoin si elle voulait parler de comment elle se sentait. Pour l'heure, lui demander des informations précises n'était juste pas possible. Il fallait donc avancer par étapes. Et la première serait de l'aider à s'ouvrir. Le thé semblait l'aider, et la présence de Rin également. Le contact sembla notamment lui faire du bien, l'aider à se détendre. Maintenant qu'elle y pensait, pour elle aussi le contact avec autrui lui avait souvent permit de souffler un peu, lorsqu'elle était torturée régulièrement. Un contact différent de celui de ses oppresseurs bien sûr. Il ne devait pas être brusque ni violent. Il devait être amené paisiblement, sans forcer. Ce n'était pas chose aisé pour la prédatrice plutôt habituée à attraper ses proies avant de les broyer. Elle accorda un sourire doux à cette inconnue puis doucement, elle se rapprocha un peu de cette dernière, commençant à se mettre non plus en face à face mais sur le côté de la femme traumatisée.

« Miyaki-san, je suis heureuse de pouvoir vous rencontrer. »

Doucement, la Chinoike prit le temps de boire quelques gorgées de thé, fermant un peu les yeux. Elle reposa sa tasse avec attention, ne faisant presque pas de bruit lorsque le contact avec la table se fit.

« Soufflez, on a le temps de discuter. Le thé est très bon, c'est vous qui l'avez choisi ? »

Gardant son sourire, la demoiselle aux yeux rubis avait penché légèrement la tête sur le côté, attendant de voir si cette témoin pouvait se départir de cette phase de blocage qui semblait l'immobiliser totalement jusque là. Si elle pouvait se libérer de cette peur qui l'habitait. Ce qui était sûr, c'était qu'elle ne pouvait pas vivre normalement si elle restait ainsi. Pour l'heure, elle tentait l'approche douce, mais si elle n'obtenait aucun résultat, il n'était pas impossible qu'elle change d'attitude pour lui rentrer dedans plus directement. Enfin, gardant ces pensées pour elle pour l'heure, l'informatrice but une nouvelle gorgée avant de reposer la tasse et de glisser sa main jusqu'à celle de la témoin. Prenant cette dernière entre les siennes avec grande douceur, elle l'attira doucement à elle, l'invitant à se regarder yeux dans les yeux.

« Je suis là pour te protéger, Miyaki. Dis-moi ce qui te fait peur. »

HRP:
 

_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Inuzuka Ayuu
Inuzuka Ayuu

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Lun 28 Déc 2020 - 23:07
Funka insistait pour maintenir l’exclusivité sur la dépouille, ce qui m’arrangeait en somme. Je n’avais pas les tripes nécessaires pour faire face à l’horreur de la scène, explorer l’appartement en quête d’indices me semblait plus adapté à ma sensibilité. C’était un véritable soulagement, heureusement qu’il s’agissait de la princesse Shinrin en charge de l’autopsie, d’autres n’auraient pas été si arrangeants. Je faisais preuve de faiblesse, mais je comptais bien me rattraper. Dame Funka m’était précieuse, je me devais de pas lui faire honte avec mes caprices.

Ayuu, soulagée – Je te remercie pour ta sollicitude. Je reste à ta disposition.

En ces lieux, la présence de l’homme aux cheveux clairs permettait de maintenir le refroidissement sur le corps de la défunte Ohana. Katsuko semblait intéressée par les capacités de cet homme, l’intérêt pouvait être justifié par sa rareté. C’était bien la première fois que je voyais un manipulateur de gèle. Les deux hommes se portaient mutuellement une attention particulière, gage d’une belle complicité. Genkishi avait amorcé la suite avec entrain, apportant des précisions sur le travail d’Ohana. Il existait bien une liste répertoriant les projets de la journaliste, principalement liés au Kunai émoussé. Son collègue lui avait aussitôt tendu un rouleau contenant les différents thèmes traités. La variété des sujets ne semblait pas présenter de danger justifiant son assassinat. Toutefois, les informations sensibles n’étaient pas divulguées à l’écrit laissant des zones d’ombre sur ses dernières recherches. Il avait alors fermé l’écrit pour le confier de nouveau à son collègue, se concentrant sur la demande de Katsuko.

Genkishi tenait à accompagner Katsuko pendant l’interrogatoire, espérant la rassurer par sa présence. Il était préférable de ne pas l’exposer directement à une nouvelle tête pouvant la brusquer. Nous laissant, Funka et moi-même, aux mains de son collègue Takeshi Ryuushi. Il nous était alors possible d’échanger avec lui si une question nous parvenait à l’esprit. Il n’avait pas hésité à lui demander de récupérer le registre des entrées aux gardes. Alors, observant les deux hommes sortir de la pièce en compagnie de Katsuko. Je réorientais mon regard sur mon amie, lui adressant un sourire chaleureux. Le retour de Ryuushi fut rapide, me confiant le registre entre les pattes. De son côté Funka pouvait alors commencer l’autopsie, ce qui me mettait un peu mal en point d’y penser. Bonne chance avais-je envie de lui souffler, mais j’étais retenue par le dégout perceptible qu’affichait ma frimousse. J’avais alors adressé un bref remerciement de la tête avant d’ouvrir le document, exécuté avec maladresse traduisant mon état d’esprit du moment.

Je laissais mon doigt défiler sur la page, lissant un à un les noms indiqués. Sans surprise, ils m’étaient tous inconnus. Alors que j’arrivais sur les dernières lignes, j’avais pu apercevoir mon nom et ceux de mes camarades avec un détail troublant… une entrée refusée. Je relisais le nom, Nakada Tatsuya un expert sensoriel. Puis, dans un rapide questionnement je relevais mes yeux sur le haut de la page pour le lire de nouveau en en-tête. Il s’agissait de l’agent de surveillance du quartier, sans doute l’homme qui devait s’occuper de la ronde le soir du drame. Je ne pouvais qu’imaginer cette hypothèse, je manquais indéniablement d’informations. Mes iris se dirigèrent en direction du manieur de Rinton – information inscrite sur le registre, l’air interloqué.

Ayuu, timidement – Excusez-moi… ce nom, là. Nakada Tatsuya… s’agit-il du l’agent qui était en charge de la surveillance du quartier le soir du crime ? En-fin.. il a vraisemblablement tenté de rentrer après notre arrivée et son accès a été refusé. Il était prévu que nous enquêtions sur place, je suis simplement curieuse… pourquoi viendrait-il maintenant ? Après tous ces passages… je ne veux pas paraître méfiante !

Je tentais de mémoriser le plus de noms possible, particulièrement celui que je venais d’énoncer à l’oral. J’avais alors déposé l’ouvrage entre les mains de l’homme, espérant ne pas trop l’encombrer. Je ne voulais pas le prendre pour un porte bagage, mais je me voyais mal déposer un tel dossier sur une scène de crime. Aussitôt fait, j’étais fin prête à commencer les investigations. Il était temps de faire face à l’horreur, mes jambes semblaient tenir le coup. Le corps était positionné au centre de la pièce, contrastant avec les projections de sang qui repeignait présentement la pièce. La couleur était marquée par le temps écoulé, l’odeur me picotait légèrement le nez. Ruth semblait mal à l’aise, l’odeur devait lui être moins supportable. Orientant alors ma tête pour suivre les traces et imaginer la scène. Les emplacements distincts ne m’indiquaient que de la sauvagerie et la crainte d’une victime acculée. J’omettais d’attarder trop longtemps mon regard sur le cadavre tranché, quand mes yeux venaient à le croiser je lui donnais un aspect irréel, grotesque pour me convaincre de rester saine d’esprit. Si bien que je n'avais même pas remarqué le corps se dépêtrer de la glace. Je manquais de professionnalisme à ce niveau, je risquais de vomir à tout moment au risque d’entacher des indices. Je me tenais bien droite, me concentrant pleinement sur ma respiration pour ne pas succomber à ce genre de scénario.

Il y avait des bibliothèques garnies de livres, n’étant pas une grande lectrice il m’était difficilement envisageable d’en reconnaître les titres. La table, un peu excentrée du centre, était recouvertes de quelques notes et autres paperasses. Je m’orientais en sa direction, prenant soin d’éviter de déranger Funka dans son expertise. Je jetais alors un coup d’œil sur les écrits, voir si une chose pouvait attirer mon intérêt ou m’alerter d’une quelconque information. Un parfum fumé semblait se dégager de la position de Funka, mais je n’en faisais pour l’instant pas été. J’avais l’esprit occupé à fouiller dans les papiers, lisant quelques lignes. Je ne voulais pas tout déplacer, alors je prenais le temps et la précaution nécessaire à cet effet.

Puis, j’avais fait le tour de l’appartement pour faire le tour des lieux. Les autres pièces ne semblaient pas indiquer des traces de luttes, j’avais rapidement renoncé à y chercher des renseignements. De retour dans la salle principale, je sentais de nouveau cette épaisse odeur de cadavre. Faire le tour des pièces m’avait accordé un peu de répit, ce qui m’interpella sur la démarche à suivre. Je concentrais alors du chakra dans mes narines pour affiner mes sens olfactifs et là un miasme d’odeurs vint m’attaquer le nez. Je sentais une odeur métallique, que j’assimilais auparavant à l’odeur du sang. De nombreuses autres odeurs semblaient s’être imprégnés, mais je ne parvenais pas à les énumérer ni même à les différencier du reste. Mon nez était comme pris dans une réaction violente au quelle j’étais peu habituée. Orientant mon attention avec plus de précision sur les dégâts causés par l’attaque, observant le bois rongé par de hautes températures qui avaient laissé une trainée noirâtre se dessiner sur le sol. Je n’avais aucune connaissance sur cet aspect, peut-être l’utilisation du feu ou de la lave peut-être qu’il s’agissait de toute autre chose. Je n’en avais pas la moindre idée, possiblement une technique opposée à celle du Ryuushi et de son Rinton. Je m’étais abaissée pour me rapprocher du sol, glissant mon doigt sur les traces noires pour observer s’il s’agissait d’enduit, d’une quelconque poudre ou d’une « simple » recoloration du bois par la technique utilisée à cette fin. Ruth semblait de plus en plus peiné par les odeurs alentours, je lui adressais quelques caresses pour le rassurer.

Ayuu, alertée – Funka… tu n’as pas besoin de me regarder, tu peux rester concentrer sur ce que tu fais. Je sens une odeur métallique assez marquée en plus de celle du sang et du brulé. Je pense que tu dois sentir l’odeur échauffée en ayant le visage dessus. Le sol en est marqué dans les zones dégradées, la capacité de ou des agresseurs semblent s’apparenter à de la lave, du feu ou potentiellement à une technique opposée au Rinton de Ryuushi. D’ailleurs, Ryuushi… Qu’en pensez-vous ? Tu as des idées Funka, tu as pu voir quelque chose sur le corps à ce sujet qui pourrait nous aiguiller ? Et… Je peux m’approcher de toi sans risquer de te déconcentrer ? Je voudrais vérifier les odeurs que je peux détecter… sur le corps. Si tu me l’autorises… je viens à toi.

J’étais un peu hésitante, quoi de plus naturel : je n’avais aucune envie de toucher au corps. J’avais envie de me fermer les yeux et de m’orienter par la seule assistance de mon odorat. Je savais cette pensée puérile, alors… je l’avais chassé dans un coin de ma tête. J’attendais les réponses de mes interlocuteurs et de Funka pour pouvoir m’avancer. L’esprit embrumé, les pensées en panique j’attendais le moment fatidique pour pouvoir m’approcher du corps. J'attendais avec impatience le retour de Katsuko pour lui expliquer l'histoire du registre, elle semblait friande à l'idée de s'occuper des interrogatoires et... j'avais besoin de son aide pour détecter les odeurs que je peinais à discerner. Elle avait l'air de s'y connaître en sensorialité alors... j'espérais pouvoir compter là-dessus.

HRP:
 

_________________
Ayuu s'exprime en – #9999FF
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 414d15c02ac1002f47a59c9e2bd9cbf5ca8d3378r1-496-220_hq
avatars ©️ Aimi, ©️ Kathee, ©️ Aditya. ♡
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10136-yunde-ayuu-inuzuka-loading https://www.ascentofshinobi.com/t10170-inuzuka-ayuu-dossier-shinobi#86634 https://www.ascentofshinobi.com/u1393
Shinrin Funka
Shinrin Funka

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Mar 29 Déc 2020 - 0:06




Enquête sur la mort de Ohana
ft. Chinoike Katsuko & Inuzuka Ayuu

Recevant l'autorisation de pratiquer l'autopsie, Funka hoche le visage simplement en regardant le corps. Avant de procéder à un examen interne, elle commençait par l'analyse externe du corps, car oui, son épiderme en avait beaucoup à dire sur la cause de sa mort. Faisant passer la pudeur à coté, Funka se voit dans l'obligation de dévêtir le corps au fur et à mesure que le Rinton se dissipe, si elle n'est pas sensible à l'odeur de putréfaction qui habituellement se dégage des corps - bien que dans ce cas là, elle n'est pas présente puisque la glace l'a maintenue -, l'odeur métallique omniprésente bien qu'assez éphémère pour l'odorat simple de Funka vint titiller ses narines, l'odeur du sang dégageait déjà une odeur très faible de métal mais même en grande quantité, il était peu probable que l'odeur soit aussi présente et à différentes intensités. Mais l'odeur n'était pas son objectif principal et elle y reviendrait plus tard, sûrement pour en parler avec Ayuu. Les lèvres closes et le regard sérieux orienté sur le corps, elle défait avec délicatesse les atours de Ohana d'une manière à ce que le corps ne soit pa abîmé par ses gestes, après tout, elle ne devait manquer aucun détails.

La torture était visible sur ce corps, des ecchymoses, des lésions, un visage visiblement victime de plusieurs coups qui, bien qu'ils ne sont pas la cause de la mort initiale, auraient pu y contribuer si son corps n'avait pas été séparés en deux. En observant ce corps, elle espérait de tout coeur que Ayuu ne verrait pas cela, passant l'une de ses mains derrière la nuque de la journaliste afin d'inspecter ses cervicales, elle remarquait là aussi une blessure assez grave qui aurait causé sa mort dans tout les cas. Une chose était sûre, elle avait été torturée jusqu'à son dernier souffle et cette information en disait long sur la raison probable de son assassinat. Quittant sa nuque pour observer ses membres, elle remarque les marques aux poignets en premier temps, même marques qu'elle retrouvera au niveau des chevilles un peu plus tard, montrant qu'elle avait été très sûrement attachées et qu'elle s'était débattue à sang, enfonçant sûrement les chaînes qui la maintenait captive dans sa peau. Quelqu'un l'a torturé directement dans son appartement, qui aurait-pu être assez cruel pour faire ça? - Funka ravale sa salive avant de descendre au niveau de la section entre les deux parties de son corps, ce qui avait provoqué sa morte imminente après de longues heures de tortures.

« Que... »

Cette découverte la tira de son silence, elle observait les tissus brûlés comme si quelque chose n'allait pas. Elle avait été coupée en deux par quelque chose de très brûlant, mais clairement pas une lame chauffée, ni même du métal en fusion, ni rien de véritablement descriptible dans ce monde. Rien, rien n'était assimilable à ce genre de blessure. Ecarquillant doucement les yeux en parcourant la plaie, elle était perturbée à l'idée de comprendre qu'elle ne pouvait pas trouver l'arme du crime. Elle ne connaissait rien en ce monde capable d'infliger de telle blessure, elle ne pense pas le chakra faire des blessures aussi grave et l'autre hypothèse semble pour elle.. tirée par les cheveux. Elle observait de nouveau les tissus, cherchant à comprendre, cherchant à savoir comment tout cela avait pu se dérouler, pourquoi fallait-il que cette mort soit si énigmatique? Ne pouvait-elle pas mourir simplement? Jôheki savait ?

« Je comprend ton hypothèse.. Mais ça n'est ni de la lave, ni du feu, ni rien de brûlant que nous connaissons en notre ère. C'est.. du jamais vu. Tout cela semble tiré d'un autre temps, la tranche est imparfaite pour avoir été faites avec une lame ou des flammes mais bien trop parfaite pour être faite avec de la lave. L'odeur métallique omniprésente et cette tranche.. Non. Je délire. »

Et elle le savait. Elle ne le déclarait pas dans l'optique où elle pouvait peut-être chercher quelque chose s'y assimilant, mais les rapports de son unité et de son compagnon lui faisait penser à quelque chose qu'elle connaissait que trop bien. C'est dans ces moments là que tu serais utile à mes cotés Hanzo. Toujours agenouillée, elle tourne son regard vers Ayuu en affichant un air assez perturbé par la situation. Plusieurs questions défilaient dans sa tête, si ses suspicions s'avéraient vraies, alors les trois femmes étaient désormais dans une situation assez délicate si le potentiel coupable à ses yeux venait à savoir. Au final, sa plus grande crainte serait que les Jôhekijins arborent ce comportement étrange pour une bonne raison et que ce ne soit pas simplement un hasard ou un comportement post traumatique après la perte de Ohana.

« Il n'y a rien dans ses sujets qui.. serait compromettant? Ayuu, l'odeur que tu perçois, elle ne provient pas du sang, n'est-ce pas? Si tu veux vérifier, viens, tu peux ne pas regarder et simplement sentir, ce corps est difficile à observer sans éprouver de l'empathie pour la pauvre Ohana. »

Elle autorisait Ayuu à venir inspecter le corps, restant accroupie à coté en continuant de réfléchir sur la cause de la mort mais tout paraissait clair. Il ne manquait plus que des informations sur ce que Ohana avait pu projeter de publier ou sur ce que Katsuko sait pour confirmer ses doutes, mais pour l'instant...

« Un corps nous apprend beaucoup de choses. J'espère que Katsuko aura récupéré pas mal d'informations de son coté, je pense que tu peux aller inspecter d'autres zones de l'appartement Ayuu. Au cas où, un de mes clones t'accompagneras si besoin, je vais continuer d'étudier le corps. »

Formant des signes incantatoires, un double de Funka apparait non loin d'elle, chargé d'accompagner Ayuu.

La mission venait à peine de commencer... mais Funka trouvait ça trop simple, bien trop simple.

Spoiler:
 





_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Yuyuyu
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Un grand merci à Mimi pour le kit


TeikoQ:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee
Narrateur
Narrateur

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Mer 6 Jan 2021 - 5:45
HRP:
 

Patiente alors qu’elle tenait son thé maladroitement, Miyaki portrait une attention particulière à la dénommée Katsuko. Si ses réflexes initiaux visant à la mettre en confort eurent un effet positif, elle ne s’attendait visiblement pas à ce que celle-ci l’approche de cette manière. Légèrement craintive, elle ne bougea pas, laissant ainsi celle-ci s’installer à ses côtés alors qu’elle la suivait du regard de manière apeurée. Comme si elle avait plus ou moins peur d’être surprise par la moindre tentative désagréable visant à attenter à sa vie.

Ainsi, au fur et à mesure que Katsuko s’approchait, celle-ci baladait son regard de Katsuko pour en revenir à son thé et finalement poser l’oeil sur Genkishi. Étaient-ils des personnes de confiance ? Déposant son thé, elle fut surprise de voir celle-ci lui prendre les mains.

Nerveuse, malgré le ton doux de Katsuko, son coeur ne pouvait s’empêcher de battre plus vite, lui faisant revivre des palpitations qui lui rappelaient l’état dans lequel elle s’était réveillée cette nuit-là. Dès lors, optant de nouveau pour l’évitement, celle-ci lâcha calmement prise afin de reprendre son thé. Ainsi, elle plongea immédiatemment ses lèvres dans le liquide suffisamment chaud pour la réconforter sans pour autant lui infliger le doux péché d’une brûlure.

Laissant dès lors la substance calmer ses quelques tremblements, elle tourna de nouveau la tête en direction de Katsuko avant de simplement hocher la tête.

Pinçant ses lèvres avec beaucoup trop d’intensité pour que ce soit naturel, elle semblait mitigée dans son désir de communiquer. Toutefois, elle démontrait un signe de vie et de présence d’esprit, un élément positif dans le cas actuel.

Déposant finalement la tasse, elle porta soudainement ses mains à ses hanches, ne sachant à quel endroit les positionner. De sa position en tailleur, on pouvait la voir serrer le tissu de son vêtement avant d’y voir robotiquement ses lèvres se séparer.

-E..E...L...L.E.…

Ayant énormément de difficulté à parler, on pouvait entendre son souffle prendre de plus en prendre d’ampleur, comme si elle était nerveuse à l’idée de revivre un tel épisode.

-M...o...o...r...t...e

Posant soudainement sa main à ses lèvres, des larmes commencèrent à se former au niveau de ses iris tandis qu’elle avait excessivement du mal à communiquer. Naviguant entre le deuil et le traumatisme, ce n’était pas facile pour elle. Pourtant, dans ses iris, on pouvait y voir une lumière qui témoignait de sa présence et de sa lutte visant à sortir de cette cage…

-V...o...i..x...pl..pl...pl..u..sieurs

Puis, d’un seul coup, une voix résonna dans sa tête, lui rappelant cette même voix qui l’avait plus ou moins traumatisée. Entendant de manière incessante le même mot résonner dans son esprit, elle attrapa soudainement sa tête pour faire taire cette voix. Ne sachant plus ou donner de la tête, ni même si ce qu’elle disait était véridique, seule l’alarme que dégageait son corps et ses réactions laissait trahir un choc qui allait nécessiter plus que quelques mots doux pour passer au travers.

-Je...pas ...mourir...non…

À ce moment, ce fut au tour de Genkishi de s’approcher de celle-ci. Enlevant par le fait même sa veste de l’Académie pour la déposer sur ses épaules, il tenta du mieux qu’il le pouvait de la réconforter en signalant sa présence. Entre-temps, il venait de poser un regard à Katsuko. S’il était silencieux, on pouvait tout de même y lire une conviction : elle savait quelque chose… Toutefois, il allait falloir trouver le bon moyen de la mettre en confiance. Pour sa part, bien qu’il était enquêteur, son point fort n’avait jamais été de tirer des informations chez autrui ce qui pouvait être confirmé par le fait même que Katsuko était déjà mieux partie que lui. Saurait-elle conclure ?

------------------------------------

Dans la demeure d’Ohana…

-Nakada Tatsuya…

Laissant les deux femmes restant échangées avant de répondre à la question de l’Inuzuka, l’homme de peu de mots qu’était Ryuushi semblait étrangement avoir du mal à peser ses mots. L’espace d’un instant, on aurait dit qu’il réfléchissait à sa réponse. Pouvant signifier qu’il contestait la légitimité de celle-ci, il tentait plutôt de trouver la bonne manière de formuler sa réponse tout en s’assurant de rester concentrer à toutes les informations partagées.

Interrompant soudainement sa réflexion, il décida finalement de parler, prenant la décision de partager davantage d’informations sans la présence de Genkishi. Après tout, leur analyse s’était révélée intéressante pour le moment, leur permettant déjà d’avoir une analyse experte sur le sujet.

-Nakada Tatsuya est bel et bien la personne qui était chargée de veiller à la sécurité du territoire cette soirée-là. Il s’est présenté pour tenter de collaborer dans l’enquête, mais nous lui avons refusé l’accès. Genkishi a dû vous le dire, mais toutes personnes ayant été possiblement impliquées dans ce cas et n’ayant aucun alibi le soir du meurtre sont tenues loin de l’enquête. Par contre, puisque son entrée a été refusée, le tout est affiché plus loin dans le document afin de distinguer les visites autorisées des non autorisés, c’est pour cela que son nom paraît après les vôtres...

Songeurs, les traits relativement froids du diplômé semblaient s’accentuer, comme s’il était en pleine phase de réflexion.

-Nous avons d’ailleurs interrogé Tatsuya, mais il révèle étrangement n’avoir rien vu dans sa déposition et comme nous n’avions pas suffisamment d’indices, nous avons préféré le mettre sous surveillance pour le moment afin d’initier les discussions lorsque nous aurons plus d’information sachant qu’il a peut-être indirectement vu les coupables ou a peut-être des indices qu’il ne réalise pas encore...

Serrant les dents, on pouvait clairement voir que Ryuushi ne le portait pas dans son cœur. Joheki étant normalement très sécuritaire, se pouvait-il que l’expert sensoriel ait fait preuve de laxisme dans son travail ?

-Pour tout vous dire, j’ai plutôt tendance à croire qu’il a fait preuve de laxisme cette soirée-là, mais je me dois de ne pas laisser ma perception personnelle influencer mon jugement tant que nous n’avons pas davantage de preuves pouvant le lier à tout cela… surtout que comme votre collègue l’a si bien dit, c’est du jamais vu tant niveau torture que dans le type de dégâts qu'elle a subi...

Si les gens n’étaient pas toujours innocents jusqu’à preuve du contraire, Tatsuya ne correspondait pas au type de profil pouvant commettre un tel meurtre, comme quoi ce meurtre ne sentait pas bon.

Portant dès lors sa main à son nez pour calmer l’odeur nauséabonde qu’émanait le cadavre le temps d’un moment, son regard glacial se posa sur la pièce qui servait de bureau à Ohana. S’y dirigeant pour pousser la porte coulissante, mais aussi faire dos à la scène afin de respirer un peu, il poursuivit :

-Si jamais vous voulez jeter un coup d'œil à son bureau, c’est par ici. La pièce est intouchée et nous n’avons rien détecté signifiant un moindre signe d’infraction, mais sait-on jamais… Le reste des pièces est un peu plus vide, mais la salle de repas se trouve juste à droite, à l’opposé de sa chambre.

Leur accordant ainsi la permission de fouiller son bureau s’ils le désiraient, Ryuushi, leur souhaitait silencieusement bonne chance au regard du lot important d'éléments et de documents dans son bureau. Après tout, derrière la porte qui venait tout juste de s’ouvrir se trouvait un bureau avec quelques rouleaux entrouverts sur une table possédant un tiroir. Le bureau de qualité était aussi accompagné d’une plume ayant pour refuge un contenant d’encre ne rendant que le lieu plus officiel, voire solennel. Puis, comme si ce n’était pas suffisant, une panoplie d’étagères regroupant un lot impressionnant de documents étaient affichées sur le plus large mur de la pièce. Quant aux restes, ils servaient plutôt de décoration, un peu comme ce qui se trouvait sur la table de la pièce principale légèrement excentrée.

-En attendant que votre collègue et Genkishi reviennent, faites-moi savoir à quel moment je pourrais appliquer une couche de glace sur le corps afin d’éviter qu’il se décompose davantage.

Reprenant dès lors sa position initiale sur le mur, Ryuushi contrairement à son collègue était beaucoup plus confiant.Respirant le sérieux, bien qu’il ne bougeait pas beaucoup, on pouvait tout de même remarquer que son calme témoignait des possibles signes de réflexion profonde.

Malheureusement, il y avait entre trop d'inconnues dans son esprit pour qu’ils fassent les liens. Secrètement, il espérait ainsi que l’entrevue des deux autres porte ses fruits en l’honneur d’Ohana…

Cette icône silencieuse de Joheki avait tant fait pour faire avancer la situation du Yuukan, elle ne méritait pas un tel traitement... encore moins de mourir en important le secret de son assaillant avec elle.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Dim 10 Jan 2021 - 3:28
Alors qu'elle s'était progressivement rapproché de Miyaki et avait commencé avec grande douceur à lui offrir un contact qui se voulait aussi rassurant que possible, cette dernière commença à parler. Par mots entrecoupés, à peine compréhensibles. Mais elle paniquait déjà. Ça se sentait. Mais autre chose se sentait aussi. Ce traumatisme était bien trop grand pour le simple fait d'avoir trouvé un mort ici. Il devait y avoir autre chose. Elle devait encore avoir peur de ce qui s'en était prit à Ohana. Ce qui était plutôt logique dans les pensées de Katsuko qui avait déjà de fortes suspicions sur un sale vieillard portant un chapeau vissé sur sa tête au point où ce dernier devenait son symbole.

La voyant se débattre pour tenter de parler, Katsuko s'approcha encore un peu plus d'elle, lui passant une main autour des épaules, lui caressant avec tendresse le dos. Elle lui montrait qu'elle était là pour elle, pour l'aider, pour lui apporter une chaleur réconfortante. Directe. Une humanité à voir sans détours ni tactique. Une honnêteté simple pour l'aider à parler et à s'en sortir.

« Tout va bien, rien ne va t'arriver Miyaki, on est là pour te protéger. »

Alors qu'elle se mettait à paniquer plus encore, Genshiki s'approcha veste en main pour la remettre sur les épaules de la traumatisée qui ne semblait pas parvenir à se défaire de cette peur écrasante. Elle se prit la tête, démontrant une forte angoisse. Croisant le regard de l'enquêteur un instant, Neiko choisit finalement de faire doucement tourner sur le côté la femme pour qu'elle lui fasse directement face au lieu d'être côte à côte et elle la prit dans ses bras, lentement, avec douceur, lui faisant poser sa tête contre sa poitrine.

« Souffle, pleurs si tu en as besoin. Je suis là. »

La laissant longuement s'apaiser, ne la questionnant plus pour l'instant, elle lui caressait lentement le dos, cherchant à l'aider doucement à remettre les pieds sur terre, à évacuer ce qui la terrifiait. Elle en avait besoin, la vampire le sentait. Il aurait sans doute été plus facile de l'imobiliser et d'appeler un Yamanaka pour lui fouiller l'esprit, mais ce n'était pas la bonne solution. Ce ne serait pas celle qui lui permettrait de se remettre un jour. Et si les traces de torture sur le corps d'Ohana la rendaient folle de rage, il était hors de question qu'elle fasse quelque chose de similaire à une autre innocente.

Attendant ainsi de longues minutes, Katsuko la redressa doucement une fois qu'elle fut un peu calmée pour la regarder droit dans les yeux, une main sur l'épaule de Miyaki, la caressant doucement pour lui montrer que le contact était toujours là, tandis que de l'autre elle avait placé sa main sous celle de la témoin, lui donnant comme une estrade sur laquelle s'appuyer symboliquement. Pour lui montrer qu'elles étaient bien ensemble également.

« Ces voix Miyaki, tu les avais déjà entendu ? »

Elle patienta un peu, la laissant respirer, lui réoffrant la possibilité de se camoufler dans ses bras si jamais l'extérieur lui faisait encore trop peur.

« Répond juste d'un signe de tête par oui ou non si c'est trop dur. »

Lui laissant de nouveau quelques longues secondes, elle reprit à nouveau.

« Est-ce que tu les as réentendu depuis ? »

Lui caressant le dos de la main du pouce avec lenteur, la Chinoike attendait qu'elle se calme, et idéalement, qu'elle réponde, avant de voir quoi faire, si elle devait continuer ou si elle devait chercher à agir autrement. Mais pour l'instant, puisqu'elle avait obtenu des parcelles de réponses, elle était déjà très satisfaite. Et elle estimait avoir déjà fait un grand pas vers les réponses qu'elle voulait. Celles qui étaient les seules à avoir un sens à ses yeux. Que ce soit cet enfoiré au chapeau qui soit le responsable de ça aussi. Comme de tant d'autres massacres. Ce fou qui prétendait avoir la moindre raison valable n'amenait que chaos et destruction. C'était la cause de tous les derniers conflits du monde, directement ou indirectement. Elle en était persuadée. Peut-être exagérait-elle. Peut-être se trompait-elle sur toute la ligne. Mais la coïncidence entre sa connaissance de la Coalition Shinobi et la mort d'Ohana était juste trop grosse aux yeux de l'informatrice, d'autant plus qu'il ne semblait y avoir aucune piste fiaible depuis le cadavre. Ce qui était théoriquement impossible pour la plupart des êtres humains. Rares étaient les spécialistes de l'infiltration comme elle.

Qu'elle ait obtenu sa réponse ou non, elle comptait rester encore un peu avec Miyaki, pour lui prouver qu'elle était véritablement là pour elle. Elle ne la laisserait pas tomber à l'instant où elle savait.

_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Inuzuka Ayuu
Inuzuka Ayuu

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Sam 16 Jan 2021 - 1:28
Ryuushi semblait s’être plongé dans une courte réflexion, cherchant surement les mots adéquats pour répondre à ma fébrile interrogation. L’instant d’après, les réponses fusèrent tout en apportant les précisions nécessaires. Premièrement, Nakada Tatsuya était bien l’agent de sécurité en charge du quartier de cette triste soirée. Il avait tenté de collaborer pour faire avancer l’enquête, mais l’accès à la scène de crime lui avait été refusé. Il n’avait pas d’alibi assez solide pour le blanchir de toutes suspicions, alors il était maintenu à l’écart. Les accès refusés apparaissaient à la fin du registre pour mieux les séparer des autorisées. J’avais donc énoncé de fausses hypothèses, le registre n’était pas simplement une liste à lire de bas en haut.

L’homme avait été interrogé sur le sujet, sans apporter d’éléments pouvant servir à faire avancer l’enquête. Il ne semblait ne rien avoir à déclarer, il est placé sous surveillance depuis. Une mesure adaptée à la situation de crise que connait Johêki avec cette affaire. Ryuushi estimait que le garde avait été laxiste, preuve d’incompétence. L’homme semblait mettre un point d’honneur à ne pas sauter aux conclusions hâtives. L’instinct était une bonne base d’analyse pour les experts sensoriels, mais sans preuve il était difficile de s’avancer. L’homme avait peut-être simplement été utilisé ou hypnotisé par le biais d’un genjutsu ou d’autres artifices pouvant altérer la mémoire. L’hypothèse des menaces me semblaient compromise, le jeu d’acteur aurait été suspicieux venant d’un garde. Toutefois, je ne pouvais pas balayer cette piste aussi facilement. Je n’étais pas quelqu’un d’assez confiant, mais je trouvais cette histoire assez « bizarre ». Tout me paraissait un peu trop gros, seuls les petits mammifères de nature chapardeuse peuvent entrer et sortir avec discrétion… et encore, j’ignorais tout du système de sécurité. Je savais simplement que le pays était réputé pour cette raison.

Ayuu, songeuse – Si je reste sur votre intuition, présumant se garde plus négligeant que coupable. Vous ne pensez qu’il est possible de modeler la mémoire d’une personne ? Ou d’user d’un quelconque subterfuge pour dissimuler une zone aussi bien visuellement qu’auditivement ? Juste… ça me parait tout de même étrange qu’un meurtre ait pu se produire sans que personne ne s’en aperçoit, surtout au sein de Johêki et dans un des quartiers les plus sécurisés qui plus est. Le ou les coupables ne peuvent pas s’être simplement téléportés dans l’appartement et se volatiliser sans laisser de trace.

Je n’avais pas l’assurance de mes compères quand il s’agissait d’exprimer mes pensées, j’avais plutôt tendance à m’effacer pour ne pas dire d’absurdité. Mes suppositions étaient assez floues, mais j’étais simplement un peu perdue dans cette masse de mystère. Je n’avais pas le domaine de compétence médicale dont jouissait Funka ou la maitrise du Fuinjutsu d’Hanae, j’avais quelques attraits sensoriels étant donné mes racines… mais rien d’assez remarquable pour me faire sortir du lot.

Le reste des indications concernait l’organisation de l’appartement, indiquant l’emplacement des pièces de vie. La dernière allocution était adressée à mon amie Shinrin qui pratiquait l’autopsie du corps. La fouille de la pièce principale m’avait donné quelques pistes, les odeurs de sang mêlé aux effluves métalliques, les traces présentes sur le sol… tout prêtait à croire qu’il ne s’agissait pas de simples brulures. Funka semblait assez tendue quand je lui avais rapporté ses informations, pour elle cette affaire n’avait rien d’ordinaire. J’avais pensé à une arme métallique semblable à un canon, mais les dégâts seraient alors bien plus importants et l’absence de poudre... Je devais tout de même garder à l’idée que, d’après les suppositions de Funka, je ne pouvais pas connaitre cette chose qui ne venait pas de notre ère. Funka semblait assez curieuse sur l’avancée de mes recherches.

Ayuu, assez perplexe – Malheureusement… Je n’ai rien trouvé d’intéressant, des nouvelles concernant Johêki et des notes sur l’Académie. Pour ce qui est de l’odeur de métal, elle ne provient pas du sang en lui-même. C’est une odeur distincte et c’est bien la seule certitude que j’ai. Pour ce qui est de l’arme du crime, si ce n’est pas l’utilisation de ces capacités… j’ai du mal à imaginer quoique ce soit pouvant causer des dégâts similaires. Les odeurs, en plus des traces présentes dans la pièce, laisseraient penser à l’utilisation d’une arme à feu… plus précise qu’un canon ! Je me sens assez honteuse, mais je ne parviens pas à imaginer quelque chose dont je dois tout ignorer. Tout à l’heure… tu faisais référence à quoi quand tu disais que c’était du « jamais vu » ? Tu as une idée sur le sujet ? Tu… tu sembles assez troublée, il faut qu’on se partage nos informations pour avancer !

J’avais pris le temps de souffler un bon coup avant de me lancer à l’approche du corps, je voulais simplement vérifier si les odeurs proviennent belles et bien du corps ou si je pouvais en détecter de nouvelles en ayant le nez dedans. J’adressais un regard vif à ma camarade avant de m’avancer, tentant de regarder ailleurs pour ne pas empirer ma situation. Je me concentrais alors sur ce que je pouvais y déceler, me retirant assez pressamment quand la conclusion était faite.

Funka me proposait alors de continuer mon inspection des lieux. J’étais bien assez tentée de m’éloigner de cette vision d’horreur pour refuser, accompagnée de son clone. Je me sentais un peu plus en sécurité avec cette copie de la princesse sylvestre à mes côtés. J’étais assez tentée par le bureau, je n’avais pas accordé plus d’attention sur cette pièce. Le bureau semblait inondé sous la paperasse, entre les rouleaux déroulés et la collection d’étagères on pouvait s’imaginer une partie du quotidien de la défunte Ohana. Fouillant ce que je pouvais trouver, prenant le temps de lire quelques trouvailles pour me faire gagner du temps. Je n’avais aucune envie de retourner dans la pièce principale et Ruth non plus. L’animal se sentait bien mieux en s’éloignant de ses fortes odeurs. Puis, m’asseyant sur la chaise pour m’immiscer un peu plus dans la vie de la victime j’avais rapidement été interpellé par le tiroir du bureau. Je ne savais pas trop si la morale exigeait de ne pas fouiller dans les effets personnels. J’avais tout de même conscience que mon devoir était de ne rien laisser au hasard, je ne pouvais mettre de côté le moindre élément. J'indiquais du doigt les étagères pour permettre au clone de se concentrer sur cette zone avant de me concentrer sur l'ouverture du tiroir.

Résumé:
 

_________________
Ayuu s'exprime en – #9999FF
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 414d15c02ac1002f47a59c9e2bd9cbf5ca8d3378r1-496-220_hq
avatars ©️ Aimi, ©️ Kathee, ©️ Aditya. ♡
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10136-yunde-ayuu-inuzuka-loading https://www.ascentofshinobi.com/t10170-inuzuka-ayuu-dossier-shinobi#86634 https://www.ascentofshinobi.com/u1393
Narrateur
Narrateur

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Dim 24 Jan 2021 - 6:29
HRP:
 

Se calmant graduellement au fur et à mesure qu’elle était rassurée, Miyaki commençait tranquillement à reprendre son confiance alors que contre toute attente, l’informatrice se faisait rassurante. Lui permettant ainsi de se sentir plus ou moins en sécurité, elle regagna tranquillement la maîtrise de son souffle et de ses angoisses avant de balader son regard de Genkishi à Katsuko.

Tremblant légèrement, on pouvait dénoter des signes de lutte qui témoignait de sa bonne volonté et de son désir d’outrepasser son traumatisme. Pourtant, ce n’était pas forcément facile, d'autant plus que l’image du corps de Ohana revenait dans son esprit à intermittence.

-Nhh…non

Secouant la tête de droite à gauche pour répondre à la jeune femme aux cheveux rosés, elle devait avouer apprécier la patience et la compréhension dont les deux acolytes faisaient preuve. Pourtant, elle semblait continuer d’afficher une moue légèrement triste, comme si elle s’en voulait un peu ou avait certains regrets. Allant au-delà de la peur, son mal semblait beaucoup plus complexe qu’il ne le semblait. Pourtant, la seule manière pour elle d’avoir un impact quelconque sur la situation était de partager ce qu’elle savait.

Baladant ainsi son regard de droite à gauche comme pour vérifier qu’elle était bien en sécurité, ses lippes s’ouvrirent à nouveau. Entamant un nouveau tour de parole sous des mouvements à peine perceptibles et un silence significatif, elle réussit tout de même à mouler certains mots.

-Pas… publier…

Tremblant légèrement alors que ses premières vraies paroles franchissaient finalement ses lippes, celle-ci prononçait des mots qui pouvaient sembler anodins, mais qui ne l’étaient pas forcément.

-déjà... shino..bi…

Poursuivant sur sa lignée, plus elle parlait et plus les iris de celle-ci s’écarquillaient avec effroi.

-pas...laisser faire…

Fouillant dans sa mémoire, Miyaki avait été réveillée par ces intonations. Si en premier lieu, elle avait cru à un mauvais rêve, c’était bel et bien la voix d’Ohana qu’elle avait entendue hurler avant de la retrouver morte un peu plus tard.

-Plus… Voix… étrange...homme… deux ...autres...deux ...hommes

Puis, alors que ses paroles avaient de moins en moins de sens, son faciès perturbé se crispa légèrement tandis que ses paroles faisaient référence à des éléments à glacer le sang…

-Analyse… Cible… bruit... bruit... Verrouillée… Ex..Ex...Ex…EXÉCUTION

Répétant le tout de manière acharnée, sa respiration était soudainement devenue saccadée tandis qu'elle commençait à pleurer à chaudes larmes.

-Exécution ! Exécution ! Exécution !

Puis sans attendre son reste, elle tomba à la renverse, victime de ce qui semblait être une crise de panique. Dans sa chute, une tasse percuta violemment le sol, entraînant avec elle un bruit cristallin qui capta l’attention de Rin qui émergea dans la pièce avec urgence.

-... … ...


-Que se passe-t-il… ?

Réactif, elle tout comme Genkishi tentèrent de la soutenir en calmant son moment de crise. Pourtant, l’espace d’un instant, ses lèvres bougeaient encore, comme si elle tentait de prononcer un nouveau mot…

-Il faut la stabiliser, elle fait une crise beaucoup plus intense que d’habitude ! Je vais devoir l’endormir, sinon on va la perdre!

Ainsi, Miyaki tout comme Ohana luttaient. Si son combat était différent, il était clair qu’elle tentait de continuer de leur dire ce qu’elle avait entendu cette soirée-là. Pourtant, les tremblements se faisaient de plus en plus violents. Ainsi, le temps n’étant pas en leur faveur, il fallait agir maintenant.

-Aidez-nous à l’endormir Katsuko, tenez-lui les jambes s’il vous plaît

Devant cette situation d’urgence, bien que ses chances de survies n’étaient pas forcément claires, il était évident que s’ils réussissaient, elle ne se réveillerait pas avant un long moment… Pourtant, poursuivre les questions pour déterminer les derniers mots qu’elle désirait communiquer pouvait s’avérer bénéfique pour l’enquête sachant qu’il était possible que ceux-ci ne refassent plus jamais surface. Toutefois, elle semblait dans un état assez critique... sa vie était en danger.

-A...

Comment Katsuko allait-elle réagir devant cette scène… ?

---------------------------------------------

-En effet…

Répondant à la question de la jeune Inuzuka, Ryuushi semblait tout aussi perplexe qu’elle. N’étant pas forcément agréables de revoir les préceptes mêmes de leur sécurité interne et externe être remis en question, c’était justement ce phénomène qu’ils avaient tous du mal à identifier. Se pouvait-il que quelqu’un mentait ou pire encore, qu’il y avait une ou des taupes ?

-C’est d’ailleurs pour cela que nous avons pris des mesures intenses sachant qu’entre une témoin traumatisée et un garde étrange, nous ne trouvons aucun point ou indice nous permettant de faire un lien quelconque ou d’avancer sur cette enquête… Qui plus est, il n’y a aucun étranger particulier ayant pénétré dans le territoire qui a été détecté comme étant un danger potentiel… à moins que nous ayons une taupe parmi nous...ou des taupes…

Visiblement frustré, les traits sérieux du Ryuu se crispèrent tandis qu’il menait bel et bien un combat contre les sentiments négatifs qu’impliquaient l’absence de connaissances ou de soupçons solides, car en effet, un meurtre aussi dérangeant et perturbant ne pouvait pas survenir ainsi...surtout pas lorsque personne n’avait vu Ohana quitter son bureau. Pourtant, elle était bel et bien morte dans son salon… Quelqu’un devait forcément mentir… qu'est qui leur échappait?

-Dans tous les cas, il y a bel et bien quelque chose de louche et je pense qu’il faudra reparler à la garde et peut-être au fameux Tatsuya... à bien y réfléchir, quelqu’un doit forcément cacher quelque chose à ce stade... Un meurtre de cette envergure ne peut rester impuni!

Serrant son poing et ses dents, bien que sourde, la tension dont il faisait preuve devait fort probablement avoir fait écho aux oreilles les plus sensibles. Malgré tout, pour le moment, il ne pouvait rien faire, se contentant de reprendre contrôle sur ses moyens en espérant sincèrement que les deux autres aient trouvé autre chose.

Pendant ce temps, le bureau de Ohana se révélait bien organisé. Doté d'un bureau magnifique, ce n'était pas pour autant qu'il était en parfait état. En effet, si aux premiers abords, le tiroir donna l'impression d’être verrouillé, au regard de la patience et de la concentration déployée sur celui-ci, il ne fallut que très peu d’efforts pour comprendre qu’il fallait tirer un peu plus vers la droite afin de l'ouvrir.

Dès lors, un tiroir comportant un carnet se dévoila. Ouvert sur la première page, on pouvait y voir de nombreux écrits qui ressemblaient étrangement à une histoire ou plutôt un récit. Composé d’une reliure en cuir, il était rare de voir ce genre de composantes. Semblant plutôt personnel, on aurait dit un cahier de bord ou plutôt un journal intime sur lequel était écrit quelques notes. Ouvert sur la première page visible, on pouvait d’ailleurs y lire une date suivie d’un résumé relatant des bribes d’informations anodines avant de recommencer sur une nouvelle date qui reprenait le même concept.

En y portant davantage attention, on pouvait remarquer que la première page n'était pas réellement la première. En effet, plusieurs pages semblaient avoir été déchirées, offrant une visibilité sur une page qui ne semblait pas contenir la moindre information déterminante ou sensible mis à part les sentiments d’une professionnelle dans une journée quotidienne. Ainsi, bien que son vécu devait être riche en découverte, le plus grand mystère demeurait la rupture de certaines pages. Pour quels motifs ceux-ci avaient disparu ? Était-elle l'hôte de ces altérations ?

Tant de mystères et pourtant peu de réponses. Malgré tout,, une chose demeurait : pour lire et consulter un tel journal, beaucoup de temps allait être nécessaire, un élément qui n'était pas forcément à porter de mains pour le moment. Couteuse, chaque seconde qui s'écoulait jouait indirectement en leur défaveur, comme si un compteur invisible brouillait peu à peu les pistes. Phénomènes courants des enquêtes, ils devaient jongler avec cette inconnue pourtant décisive qui s'imposait à tous.

-Funka-San, je ne vais pas tarder à retourner le corps dans sa condition initiale si vous avez terminé. Du nouveau de votre côté Ayuu-san ? Je commence à avoir l’impression que vous êtes dorénavant au même stade d’analyse que nous et que nous atteignons une impasse...

Sortant d’un long silence, la voix de Ryuushi se faisait finalement entendre alors qu’il se faisait quelque peu impatient. En effet, il voulait éviter que le corps ne se décompose davantage et s’ils avaient terminé, il était important pour lui de conserver ce corps qui aurait dû être depuis longtemps en décomposition sous terre. Pourtant, cette enquête le maintenait contre nature dans ces lieux. Qui plus est, bien qu’il était très peu expressif, un certain agacement se lisait dans sa voix, dénaturant dès lors son côté formel alors qu’il se demandait pourquoi Genkishi et Katsuko étaient parties depuis aussi longtemps…

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Dim 24 Jan 2021 - 12:14
Alors qu'elle essayait une approche douce et patiente, essayant de déclancher des souvenirs de celle qui retenait les informations qu'elle désirait, la Chinoike remarqua rapidement qu'elle s'emballait. Elle reconnaissait les signes de ce qui pouvait devenir une crise cardiaque, le sang et son système étant son domaine. Elle connaissait les limites du coeur tout comme ses forces, mais là, celles de la témoin étaient particulièrement affaiblies.

Les informations délivrées étaient malgré tout de piètre qualité actuellement, du moins l'étaient-elles aux oreilles de l'informatrice aux yeux carmin, mais ce n'était, dans un sens, pas important. La priorité allait toujours à la vie de ses informateurs pour Katsuko. Donc elle n'hésita pas un seul instant lorsqu'il s'agit de déterminer le chemin à suivre.

Dès qu'elle l'avait vu entrer dans cet état qui pouvait la mener à la mort, la vampire lui avait saisi à nouveau la main et avait commencé à lui parler avec tendresse pour l'aider à se calmer, à retrouver pieds. Mais ça ne fonctionnait pas, pas pour l'instant en tous cas. Il fallait plus.

« Je suis là avec toi Miyaki, tout va bien ne t'en fais pas. Arrête d'y penser, tu nous as déjà énormément aidé. Repose-toi, je suis là. Je suis là pour te protéger, ça va aller ne t'en fais pas. Repose-toi. »

L'accompagnant en lui offrant une proximité et des mots apaisés d'une voix rassurante, Neiko fit un simple hochement de tête vers Rin lorsque cette dernière vint les aider pour la femme en pleine crise. Gardant la main de la patiente dans la sienne et continuant sa litanie, lui indiquant en boucle que tout allait bien, qu'elle était en sécurité, qu'elle n'avait pas à s'en faire, qu'elle pouvait se reposer et se détendre maintenant, qu'elle avait beaucoup aidé, qu'elle pouvait se reposer, qu'elle resterait proche pour la protéger, Katsuko se déplaça pour s'installer à califourchon sur les jambes de Miyaki pour l'empêcher de bouger. Bloquant ainsi ses mouvements de son mieux et lui tenant la main avec douceur, continuant de lui caresser le dos de la main de son pouce, la nukenin fit simplement tout pour que Rin puisse la sauver.

Lorsqu'enfin la crise de Miyaki s'arrêta, Katsuko resta encore quelques instants à la rassurer, attendant qu'elle bascule totalement dans l'inconscience ou qu'elle soit parfaitement calmée si par miracle ses mots avaient réussi à la faire sortir de la spirale de panique. Quoi qu'il en soit, il fallait lui laisser du temps, puisque la relancer directement si elle était toujours consciente n'aurait pas un bon effet.

« Tout va bien Miyaki, je suis là, repose-toi. »

Lui faisant un doux sourire, elle la laissa finalement après un petit moment pour se retourner vers Genshiki et Rin.

« Je suis d'avis de ne pas la solliciter plus pour l'instant. On verra demain au mieux, mais la vie des témoins passe avant tout. »

Se positionnant fermement sur ce point, la chasseresse se releva, soupirant un peu tout en cherchant dans sa sacoche un carnet sur lequel elle écrivit immédiatement chaque mot qu'avait prononcé la témoin. Tout détail pouvait être important.

« Je pense qu'il est temps que nous fassions un point avec les informations que nous avons pu récupérer avec Inuzuka-san et Shinrin-san. Pourrais-je repasser voir Miyaki plus tard ? Pas pour l'interroger bien sûr, juste pour lui apporter un peu de présence. »

Les paroles de la Chinoike n'étaient pas en l'air lorsqu'elle parlait de la protéger, de lui montrer qu'elle était en sécurité. Elle avait toujours accordé une grande importance à ses paroles, qu'elles ne soient pas dans le vent. Quand elle assurait quelque chose à quelqu'un, hors tentative de manipulation bien sûr, elle faisait toujours de son mieux pour le respecter. Et cette fois-ci n'y ferait pas défaut.

Se relevant alors, elle rejoignit Funka et Ayuu et attendit que les deux femmes eurent fini leurs tentatives actuelles avant d'élever la voix dans la pièce.

« Je vous propose de se regrouper pour faire une mise au point des informations qu'on a pour l'instant, de ce qu'on a pu trouver jusque là, que tout le monde ait toutes les pièces en notre possession. On aura plus de chances de repérer les pièces manquantes à ce moment et où est-ce qu'on pourrait les chercher. »

Les enquêtes de ce type étaient à n'en pas douter un travail de groupe, et chacun pouvait y apporter sa pierre. Rassemblant donc les gens fiables qui pouvaient être là et réfléchir avec elle, Funka et Ayuu notamment mais aussi Genshiki, Rin et Ryuushi si celui-ci pouvait s'écarter du corps une fois sa technique refaite, Katsuko commença par présenter ce qu'elle avait entendu, carnet dans les mains.

« Bien, les informations que nous avons récolté de notre côté au près de Miyaki-san sont peu nombreuses, mais elles pourront peut-être nous aider plus tard. Elle a pu nous dire très exactement "plusieurs voix", puis "pas publier", "déjà shinobi", "pas laisser faire", "plus voix étrange", "deux autres hommes", "Analyse cible bruit bruit verrouillée exécution". Voilà tout ce qu'elle a pu nous dire. Ce que j'en déduis, c'est qu'il y avait trois personnes dont celui ou celle à la voix étrange, qu'il s'agissait de shinobis ou que le sujet à ne pas publier tournait autour des shinobis. Ohana a du s'acharner à vouloir publier et en réponse ils l'ont tué. Si quelqu'un a une autre hypothèse, qu'il n'hésite pas, même si elle lui semble farfelue. Chaque idée peut en amener une nouvelle. »

C'était toujours ainsi qu'elle travaillait avec ses informateurs, préférant agir de concert plutôt que laisser chacun dans son coin se faire son idée sans jamais la partager. Ceci n'avançait à rien.

« Et vous, Inuzuka-san, Funka-san, qu'avez-vous trouvé ? Est-ce qu'avec ces informations, une idée vous vient ? »

Écoutant ainsi patiemment ses deux collègues du moment, Katsuko prenait des notes de chaque chose qui était prononcée dans son carnet, s'assurant de ne laisser aucun détail au hasard. Qu'une information lui paraisse importante ou non, elle la notait, puisque si dans un premier temps certaines petites choses pouvaient sembler inutiles ou de peu d'intérêt, elles pouvaient parfois se révéler plus tard capitales.

HRP:
 

_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Inuzuka Ayuu
Inuzuka Ayuu

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Dim 24 Jan 2021 - 21:38
La fouille de l’appartement d’Ohana ne m’avait pas apporté d’indices concrets, je n’avais pas de coupables ni de piste pouvant m’en mener à en trouver. L’horreur de la scène était quant à elle bien présente, le corps de la journaliste portait encore les stigmates de son ou ses agresseurs. Il était impossible d’entrer dans Johêki sans se faire remarquer, la sécurité de ce pays n’étant plus à prouver.

Les seuls témoins potentiels n’aidaient pas à faire avancer l’enquête, entre le garde laxiste et la jeune femme traumatisée par les évènements, il y avait de quoi se poser des questions. Ryuushi en était alors venu à penser une triste conclusion. Il y avait peut-être des taupes au sein même du système de sécurité du pays. Il y avait de quoi s’inquiéter sur l’absence prolongée du duo, si cette hypothèse s’avérait être vraie, nous n’étions plus en sécurité entre ces murs. Je n’osais pas faire de commentaire, n’ayant aucune piste à ce sujet. Ryuushi voulait interroger Tatsuya pour obtenir plus d’informations. Il semblait mettre un point d’honneur à coincer le ou les criminels responsables de ce massacre.

Ayuu, arborant une allure sérieuse – Je comprends. Une taupe… c’est possible. Je veux juste vérifier quelque chose avant de partir interroger Tatsuya. Je voudrais également fouiller le bureau, je ne voudrais pas négliger cette pièce. Je reviens dans un instant !

Observant mon amie shinrin avec intensité, j’espérais pouvoir trouver des réponses. Je m’étais approchée du corps pour vérifier la présence de fer. L’odeur de fer était alors confirmée, le corps en était imprégné. J’hochais la tête pour éloigner les doutes de Funka, m’éloignant aussitôt de quelques pas. Elle semblait assez absorbée par la tâche, je n’avais pas besoin de la déranger davantage dans son travail. Je m’orientais donc en compagnie de son clone dans le bureau et en scrutant les environs j’étais tombée sur un tiroir. La fermeture semblait endommagée, je devais forcer le mécanisme en jouant sur la position du tiroir pour réussir à l’ouvrir. A l’intérieur se trouvait un carnet, il semblait s’agir du journal intime de la victime.

Je feuilletais rapidement son contenu, il y était écrit des notes diverses. En observant avec attention la première page, on pouvait remarquer qu’il manquait quelques pages. Elles avaient sans doute été arrachées, celles qui étaient encore accrochées ne semblaient pas contenir d’informations capitales. J’observais l’intérieur de la poubelle, espérant trouver les pages manquantes. Je ne voulais néanmoins pas laisser le carnet derrière moi. Je retournais dans la pièce principale, carnet en main, pour rapporter la maigre découverte à Funka. Avant même que je puisse la partager, Ryuushi s’était adressé à l’assemblée. Il voulait réappliquer le gel pour maintenir la conservation du corps. Précisant son désarroi par mon manque d’informations, je n’avais rien trouvé d’incriminant. Il fallait se rendre à l’évidence, nous étions dans une impasse.

Funka : « J’ai terminé mon expertise de mon côté. Vous pouvez appliquer le gel. Je pense avoir trouvé quelque chose d’important, mais j’ai encore des doutes. Je préfère attendre le retour de Katsuko pour échanger nos informations… peut-être qu’elle pourra confirmer mes doutes. Je préfère attendre avant de vous relever les détails, si ça ne vous dérange pas. »

Je me sentais un peu lésée par les directives de Funka, mais je pouvais comprendre son point de vue. Je préférais attendre le retour de Katsuko pour en apprendre davantage. Je continuais donc sur ma lancée, révélant les informations que je récoltais à mes compairs.

Ayuu, assez mal à l’aise – Je n’ai trouvé qu’un carnet de notes. Il y a des pages arrachées et du peu que j’ai observé il n’y a rien d’alarmant sur les restantes… Je peux le garder quelque temps pour l’étudier ? Je doute que ce soit possible… Mais… je n’ai pas eu le temps de le feuilleter dans son intégralité. Peut-être que cela a déjà été fait ? De mon côté, je doute pouvoir apporter plus d’éléments. J’en suis désolée…

A peine avais-je fini ma phrase que la coéquipière manquante faisait son apparition. Sans perdre plus de temps, elle sollicitait un regroupement pour partager nos informations. Elle partageait ses trouvailles, l’interrogatoire semblait avoir été riche en rebondissements. Elle partageait quelques brides de la discussion, les bouts de phrase ressemblaient à un puzzle où il y manquait les pièces centrales. De ces informations, nous pouvions conclure qu’il n’y avait pas un, mais trois coupables. Un de ces malfrats semblait avoir une voix assez étrange, sans doute le responsable des phrases ayant le moins de sens. Ohana avait donc bel et bien travaillé sur un sujet sensible dont la publication gênait certaines personnes, elle avait été tuée pour s’assurer de son silence. J’étais assez estomaquée, Katsuko avait apporté de précieuses informations. Je m’empressais de prendre la parole en voyant que Funka semblait perdue dans ses pensées.

Ayuu, sérieuse – Je n’ai rien à ajouter de plus à ce que tu as dit. C’est du bon boulot, je ne peux pas en dire autant de mon côté… J’ai quand même plusieurs choses à te partager. J’ai réussi à obtenir le registre des entrées et il y avait un nom dont l’accès avait été refusé. Il s’agit d’un garde, un certain Tatsuya et c’est celui qui avait la charge de surveiller le quartier cette nuit-là. Il a été écarté de l’enquête puisqu’il n’y avait pas assez d’éléments pour l’innocenter. D’après les informations de Ryuushi, l’homme n’avait rien remarqué de suspect pendant ses rondes. Il faudrait qu’on aille l’interroger, c’est Ryuushi lui-même qui a suggéré cette idée ! On s’est dit qu’il y avait peut-être une taupe… il y a trop d’informations… alors… peut être qu’on apprendra quelque chose en l’interrogeant.

Je marquais une légère pause, pour laisser le temps de traiter l’information. Je n’avais pas beaucoup à partager, mais je ne voulais pas rendre ça indigeste. J’observais mes interlocuteurs avant de reprendre avec un sourire. Je ne voulais pas m’arrêter trop longtemps sur ma lancée, je sentais le courage me perdre peu à peu. Je n’aimais pas tellement m’exposer ainsi, mais il était important d’échanger nos informations même si le rapport semblait assez brouillon.

Ayuu, d’un ton monocorde – J’ai également trouvé un carnet, j’imagine qu’il s’agissait du journal intime d’Ohana. Il y a des pages manquantes, sans doute arrachées. Je n’ai pas encore eu le temps d’en lire l’intégralité, j’ai survolé quelques passages et je n’ai rien trouvé d’alarmant. Pour la sensorialité, je détecte plusieurs odeurs. C’était difficile de les identifier, j’ai principalement détecté une forte odeur de métal. Plus étonnant encore, la pièce est endommagée comme si on avait cramé certains endroits sans utiliser une quelconque forme de chaleur chakratique. Funka pense qu’il s’agit de quelque chose d’un autre temps, du jamais vu ! Je pensais plus à un canon, mais les dégâts ne sont pas aussi grossiers. Il n’y a pas d’éclat d’obus ni de poudres sur les zones touchées. J’ai fini mon rapport, si j’ai oublié quelque chose il y 2 personnes pour me reprendre !

Le teint de Funka semblait s’éclaircir peu à peu, laissant la jeune femme sortir de sa réflexion du moment. Elle avait observé les alentours, arrêtant son regard perçant sur chacun de nous avant de partager ses informations.

Funka : « Mes doutes se sont confirmés, je te remercie Katsuko. L’odeur de métal… et cette phrase sur l’analyse et l’exécution d’une cible… J’ai lu tout ça dans un rapport de l’unité de recherche à Urahi. Hanzo possède une marionnette qui prononce ces mêmes mots. C’est un robot qu’il a récupéré à Tsume pendant l’affrontement avec l’homme au chapeau. Le coupable est l’Homme au chapeau et plus précisément le robot en question. »

La révélation de Funka avait de quoi interloquer, je n’avais rien a dire à ce sujet. Le peu d’informations que j’avais sur l’homme au chapeau me venaient de Yahiko et des rapports de l’affrontement. Autant dire que je redoutais le pire, qu’avait trouvé qu’Ohana ? Il devait s’agir de quelque chose pouvant compromettre l’ennemi numéro un de la coalition. Il était important de découvrir ce sujet de recherches pour assurer notre victoire pendant l’affrontement. L’enquête prenait alors une tout autre tournure et nous étions surement en danger en continuant sur cette voie. Toutefois, il ne fallait pas oublier l’objectif de notre présence ici. Il nous fallait récolter le plus d’informations possible sur le décès de la journaliste. Il nous restait le garde à interroger et je ne voulais pas qu’on écarte cet élément.

Ayuu, perplexe – Je propose d’interroger Tatsuya pour tirer tout ça au clair. Genkishi, je suis désolée, vous venez à peine d’arriver. Pouvez vous nous organiser une entrevu avec ce garde ? Peut-être obtiendrons nous les informations manquantes, expliquant la présence de l’Homme au chapeau en ces lieux. Il est impossible que tout ceci soit passé inaperçu...


J’étais assez tendue, je ne savais pas quoi penser de ces révélations. J’étais mal l’aise à l’idée d’être mêlée à cette histoire qui me dépasse en tout point. Pour l’heure, il fallait être courageuse et continuer les investigations.

HRP:
 

_________________
Ayuu s'exprime en – #9999FF
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 414d15c02ac1002f47a59c9e2bd9cbf5ca8d3378r1-496-220_hq
avatars ©️ Aimi, ©️ Kathee, ©️ Aditya. ♡
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10136-yunde-ayuu-inuzuka-loading https://www.ascentofshinobi.com/t10170-inuzuka-ayuu-dossier-shinobi#86634 https://www.ascentofshinobi.com/u1393
Narrateur
Narrateur

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Ven 29 Jan 2021 - 7:05
HRP:
 

Sous l’agitation de la vieille femme, ce fut finalement l’effort supplémentaire de Katsuko qui leur permit de lui verser le contenu d’un flacon. Similaire à ceux que portait Genkishi à l’intérieur de sa robe, le tout eut un effet assez décisif. Faisant promptement effet, le corps et les gestes agités de celle-ci se calmèrent pour laisser place à un semblant de repos inspirant calme et réconfort.

Le temps d'un moment, bien que sa dernière parole s’était évanouie avec le reste de ses forces, le simple fait de voir son message s’épanouir après tant de turbulences était suffisant pour en amener les plus sceptiques à relativiser. En effet, malgré l’importance de cette information à tout jamais évanouie, prioriser la population et ses citoyens demeurait le mot d’ordre et justifiait l'arbitrage effectué.

Si Katsuko avait adhéré à leurs décisions et leurs valeurs, sur le coup, on pouvait nettement voir que Joheki était un lieu dans lequel la sécurité allait bien au-delà des murs. La solidarité était par conséquent importante tant chez les membres qui préservaient sa sécurité que pour les habitants. Or, c’était parfois dans ces murs et couches de sécurités qui pouvaient se cacher et se mouvoir la malice de certains, un peu comme ils avaient pu le voir en observant le corps de Ohana. C'était d'ailleurs pour cette raison que la trahison était très mal perçue au sein du pays voire gravement punie.

Soupirant, Genkishi tout comme Rin prirent le temps de déplacer celle-ci dans un lieu confortable. S’ils étaient tous les deux rassurés de l’intervention de l'étrangère, Genkishi plus que Rin ne pouvait s’empêcher d’en être quelque peu mal à l’aise. Après tout, adopter un comportement aussi attentionné, doux et tactile avec quelqu’un qu’on ne connaissait pas pouvait être légèrement déplacé, même dans les circonstances actuelles.

Observant Rin d’un coin de l’oeil, celle-ci ne semblait s’en faire, préférant clarifier certains éléments :

-Elle risque de dormir pendant un bon moment, mais sous surveillance vous pourrez évidemment passer si jamais elle se réveille après l’enquête, je suppose... Simplement, en temps normal, en dehors de son état de choc, elle n’est pas forcément à l’aise avec les étrangers ou plutôt les gens qu’elle ne connait pas, donc il se peut qu’il soit préférable d’attendre qu’elle soit remise si vous comprenez ce que je veux dire par la...

Lui souriant brièvement, celle-ci se retourna pour vaquer au nettoyage de la pièce. Lui répondant aussi positivement que négativement, Genkishi n’ajouta rien de particulier sachant qu’il était plus ou moins en accord avec ces mots qui étaient mieux dits qu’il n’aurait pu le faire.

Se contentant dès lors de suivre Katsuko pour rejoindre les autres, Genkishi avait assez hâte de voir ce que les autres avaient découvert et il ne fut aucunement déçu. Si le corps était encore découvert à ce moment précis, quelques secondes furent nécessaires pour que l’homme aux traits strict libère une fine couche de glace de ses mains. Suffisamment résistante pour maintenir le corps en état, celle-ci représentait le parfait équilibre nécessaire entre la conservation et la résistance.

Ainsi, alors que ce spectacle prenait naissance, les premières bribes de leurs échanges firent surface. Attentifs, les deux enquêteurs passèrent à travers une multitude d’émotions, à commencer par la présence de certains termes qu’ils ne connaissaient pas vraiment.

-Un Ca…- Non ?

Perplexes, ils n’avaient jamais entendu un tel mot. L’académie qui était pourtant riche en connaissances ne semblait pas forcément avoir le tout en librairie, comme quoi c’était possiblement un dialecte hijine ou ils devaient approfondir leurs cultures générales. Or, alors que les preuves continuaient de se consolider, trois pistes intéressantes semblaient s’illuminer : le carnet, Tatsuya et l’odeur de métal…

Or, au moment où Genkishi comptait intervenir pour poser une question, les paroles de Funka stimulèrent un certain réflexe relativement peu innocent pour quelqu’un d’aussi amical. Portant promptement sa main à sa ceinture à l’endroit où se situait son lasso, ses traits se crispèrent temporairement en entendant parler du présumé coupable du nom de Hanzo. Témoignant ainsi d’un signe de colère assez important, son rapport à Urahi ne sentait rien de bon, comme s'il avait des préjugés cachés sous son masque d'enfant saint.

Pris d’une impulsion, la suite des paroles eut toutefois le rôle de calmant alors qu’il aurait fort probablement procédé à une immobilisation immédiate de tous les acteurs en place par mesure de prévention.

Cependant, contre toute attente, leurs indices semblaient s’aligner vers un dénommé robot et l’homme au chapeau.

Dès lors, Ryuushi observa Genkishi qui l’observa de nouveau. Portant respectivement leurs mains à leurs mentons puis déviant leur regard vers des directions opposées, on aurait dit qu’ils tentaient de fuir la situation. Pourtant, c’était une méthode de réflexion quelque peu théâtrale sur laquelle s’était quelque peu calqué Genkishi à travers le temps…

-Les indices que vous avez trouvés me semblent très importants et me rassurent que nous avions raison de faire appel à de l’aide externe. Par contre, il faudra élaborer sur le fameux robot parce que...ce terme n’est pas connu à Joheki et pour avoir lu énormément, je ne l’ai non plus jamais croisé dans la moindre lecture. Est-ce une forme de shinobis?

Hochant la tête, Ryuushi confirma ses questionnements.

-J’ai un peu du mal à comprendre quel est le lien entre le robot récupéré par le dénommé Hanzo et le robot en question s'il n'est pas l'auteur de ce crime. Qui est ce Hanzo d’ailleurs ?

Paraissant légèrement confus, le jeune homme semblait aussi perplexe que dépassé. Agités, ses iris se déplaçaient de droite à gauche, comme s’il était plus ou moins surmené par la quantité d’information qu’il absorbait. Persécuté par un vif mal de tête, il demeurait tout de même concentré malgré lui. Or, tous les symptômes qu'il ressentait démontraient pertinemment qu'il ressentait une pression ne lui allant pas. Pourtant, la dirigeante en chef lui faisait confiance. Il devait ainsi aller au bout de ses engagements... Pour Joheki

-Dans tous les cas, je pense en effet qu’avec ce lot d'informations et les détails que vous ajouterez pendant le trajet que nous aurons suffisamment de matière a approfondir la discussion avec Tatsuya… Peut-être qu’il aura croisé sans s’en rendre compte le moindre élément qui pourrait nous aider…

Alors que Genkishi s’était calmé, la voix de Ryuushi tonna pour faire sentir son mécontentement :

-Ou l’amener au pied du mur… Soyez vigilants.

Étant une possibilité, le regard aussi incertain que niais du blondinet se décomposa avant qu’il ne reprenne son flegme.

-Si vous permettez, nous pourrions confier le livre de Ohana au centre de publication. Bien que je doute qu’elle aimerait que nous fouillions dans ses affaires, sachant que sa vie était ses publications, je pense qu’ils seront les mieux placés pour y voir la moindre anomalie… Entre-temps, si vous le voulez bien, expliquez-moi ce que vous insinuez et de quelle manière nous pouvons lier ce que vous décrivez à l’homme au chapeau… plutôt qu’à ce Hanzo qui serait en lien avec un ‘’Robot’’... ? Avant de porter des accusations, il est important d'être certain de ce qu'on avance sachant que pour le moment, je ne suis en rien convaincu. Je dirais même que c'est un choix facile au regard des circonstances mondiales...

Les observant tous du regard, Genkishi fit un signe à Ryuushi pour signifier qu’il comptait partir à la recherche de Tatsuya et qu’il était par conséquent de garde. Or, alors qu’il quittait les lieux pour prendre les devants, son aura semblait bien différente, comme s’il était un peu plus sur ses gardes.

En effet, si la créature qui avait fait cela était unique et hors de ce monde, mais qu’elle était détenue par un habitant de Urahi, ils allaient possiblement avoir des problèmes… De plus, qu'est qui leur indiquait que d'autres itérations de cette espèce n'existaient pas ailleurs ?

Or, pour éviter de s’auto-incendier, il préférait poursuivre la discussion en déplacement afin de possiblement mieux digérer le tout et avoir plus de marge de manœuvre en cas d’intervention nécessaire. Même s'il se séparait indirectement des autres autorités Johekijine en partant avec le trio, l'angélique saurait se débrouiller.

-Ne traînons pas, plus vite nous serons arrivés, le mieux ce sera. Par contre, ce serait intéressant d'en savoir davantage avant que nous arrivions pour m'assurer que nous sommes tous...sur la même longueur d 'onde.

Était-ce réellement possible de discuter calmement tout en se déplaçant rapidement ? Pas forcément. Toutefois, la pression et les doutes ne semblaient pas forcément faire bon ménage chez le gentillet qui témoignait certaines failles de son caractère. Le trio allait donc devoir prioriser l'entente à la vitesse dans une course contre la montre qui était plus que réelle.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Ven 29 Jan 2021 - 13:21
La vampire remarqua sans mal la gêne que les deux autres éprouvèrent à sa demande. Soupirant un peu à leur réponse, elle secoua négativement la tête.

« Pardonnez-moi, j'ai l'habitude d'agir ainsi avec toutes les personnes de mon réseau d'informations. Je les priorise toujours à tout ce qu'il se passe autour, et j'ai tendance à les soutenir plus que de raison. Je comprends que vous trouviez ça étrange ou déplacé, je n'insisterai pas. »

La vérité, c'était que plus qu'une personne retenant une information, c'était celle qui retenait les informations capables d'affirmer à tous qu'il s'agissait de l'Homme au Chapeau comme coupable. Elle avait donc une importance toute particulière. Puis elle avait donné sa parole, ce qui était aussi important. On ne fondait pas de bonne réputation en ne suivant pas ses promesses. Mais là, le cas était particulier, le malaise qu'elle avait senti chez les deux enquêteurs lui montrait qu'ils ne comprenaient pas. Et elle ne les y forcerai pas pour éviter de se les mettre à dos.

De retour avec le groupe, elle exposa ses informations et écouta avec attention ce qu'il y avait à savoir. Le carnet retint son attention notamment. Elle aurait voulu pouvoir l'avoir entre les mains, en faire une copie, tout apprendre, chaque détail qu'il était possible de découvrir. Mais l'option fut vite rejetée.

Lorsque Funka fit ses explications, Genkishi eut tôt fait de réagir... Sur la mauvaise personne. Il porta la main à son arme, semblait vouloir éviter d'affronter la réalité, que le criminel était celui le plus recherché par les shinobis. Si Katsuko perçut sans mal cette tension, elle ne fit mine de rien. Elle écoutait simplement les questions et les réponses, les nouvelles questions développées par Genkishi. Il voulait trouver le coupable. Mais il ne voulait pas le trouver en la personne du principal suspect. Ce qui était un peu compréhensible, il en avait certainement peur et il était plus facile de voir les hijins comme la source de leurs maux. Mais pourquoi leur demander de l'aide s'il était si prompt à les suspecter ?

Neiko avait quelques éléments à charge de son côté qui la poussaient à penser que c'était bien Tôsen, mais les autres n'étaient, semble-t-il, pas encore prêt à l'accepter. Il allait falloir plus d'éléments, ce qui l'énervait passablement. Mais faisant mine de rien une nouvelle fois, elle préféra conserver ses arguments pour l'instant. Ils viendraient conforter la vérité en temps voulu pour empêcher ces johekijins de détourner les yeux du seul et unique coupable.

« Je ne connais que très peu ce Hanzo pour l'avoir croisé une fois lors d'un voyage à Hi no Kuni. Il n'était pas particulièrement puissant dans mon souvenir. Et il n'était certainement pas capable de faire ceci, si ça ne vient d'aucune arme connue. À voir quand est-ce qu'il est entré en possession de ce robot comme vous dites Shinrin-san par rapport à la date de l'assassinat d'Ohana. Il sera facile de déterminer s'il l'avait déjà ou non puisque vous seuls connaissez la date précise de sa mort. »

En effet, à aucun moment ils n'avaient été précis sur la date de mort d'Ohana jusque là, ça pouvait donc être un bon point pour innocenter celui qui était sans doute à Ame au moment du crime. Mais ça, elle se garderait bien de le dire. Elle ne voulait pas trop se dévoiler devant Funka.

« Je suis aussi d'avis d'aller interroger ce Tatsuya. En tous cas, nous avançons bien. C'est plutôt agréable de voir que nos efforts ne sont pas vains. »

Faisant un sourire qui se voulait apaisant, la traqueuse se faisait plus médiatrice qu'autre chose, gardant ainsi une certaine neutralité dans l'échange bien que c'était complexe pour elle de ne pas se jeter sur l'information qui lui crevait les yeux. Ce fils de catin d'Homme au Chapeau était le coupable. Elle avait de forts doutes avant la déclaration de la Shinrin, maintenant, elle en était certaine. Hanzo n'était pas capable de ça, il suffisait d'un peu d'or à sa vue pour qu'il perde tout contrôle cet imbécile. Et eux qui ne voyaient rien... Elle aurait pu s'enflammer de rage, mais non. L'informatrice était dans le contrôle. Comme toujours.

Sortant donc avec le groupe en silence, la jeune femme ne savait ni à quoi l'homme ressemblait, ni quelle était sa signature chakratique. Autrement dit, elle n'avait rien pour savoir s'il était dans les parages ou s'il était loin. Après quelques temps de marche, elle se retourna vers Genkishi, calmement.

« Mais d'ailleurs, maintenant que nous sommes à sa recherche, vous savez où le trouver ce garde ? À quoi ressemble-t-il ? J'espère qu'il n'est pas parti pour fuir, ou qu'il ne va pas se cacher, sans aucune information sur lui, ça va être complexe de le retrouver. »

De son côté, Katsuko avait choisi de conserver ses cartouches puisque la plupart des informations sur cette accusation venaient de Funka qui avait globalement la plupart des éléments permettant d'assurer de manière certaine qu'il s'agissait bien de l'Homme au Chapeau. Mais cela ne durerait pas. Et alors, si Genkishi avait encore des doutes, ces derniers disparaîtraient.

_________________
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Inuzuka Ayuu
Inuzuka Ayuu

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] Empty
Dim 31 Jan 2021 - 12:03
La couche de glace fut rapidement appliquée sur le corps de la défunte Ohana. Il était temps de se regrouper pour partager les informations obtenues par les deux groupes. Dans mon discours il semblait y avoir un accrochage avec le mot « canon », perturbant ainsi les enquêteurs gradués de l’Académie. J’étais assez perplexe face à la réaction de nos hôtes, je ne pouvais pas connaitre quelque chose qu’ils ignoraient au sein de cette mine de connaissance. C’était dans une mission pour le compte du Teikoku que nous avions mis en place des canons dans le bateau de guerre. Je ne pouvais pas révéler cette information à un pays étranger, le bateau devait rester un bateau de complaisance pour l’extérieur. Il n’y avait donc pas état de s’étaler sur la question, cet élément n’apportait rien à l’enquête.

Ayuu, perplexe – Ce n’est rien d’important. Je voulais simplement faire une comparaison… Je suis désolée…

Je m’étais contenté d’éluder la question sans évoquer le sujet pour laisser ma partenaire embrayer sur les informations qu’avait révélées l’autopsie. Funka apportait plusieurs révélations, l’existence d’un robot qui était en possession du marionnettiste Hanzo et l’implication de l’Homme au chapeau dans cette affaire. Je n’avais pas beaucoup de précisions à apporter sur le sujet, je me contentais d’afficher un air interloquer pour laisser ma partenaire apporter les précisions nécessaires.

Les indices semblaient être importants aux yeux des enquêteurs, demandant des précisions sur le robot en question. Ils avaient rapidement fait le lien avec Hanzo, l’incriminant presque comme l’auteur du crime. Il y avait de quoi être chamboulé, je ne m’attendais pas moi-même à entendre le nom de l’ennemi numéro 1 de la coalition dans ce type d’enquête. Pourquoi avait-il tué une journaliste de terrain, qui plus est, une figure du kunai émoussé comme qu’Ohana ? Je me demandais quel message cet assassinat avait pour but de transmettre, sans grand succès. J’avais l’intime conviction qu’Ohana avait dû trouver quelque chose, mais il fallait trouver de quoi il s’agissait. Le journal contenait peut-être les informations en question, il était impossible d’effacer toutes les traces sans laisser malencontreusement des indices derrière soi. J’avais de là proposé d’interroger Tatsuya pour tirer toutes ses informations aux clairs, il était notre dernier élément pouvant apporter des informations. Je voulais comprendre le mobile de ce meurtre dans l’espoir d’honorer la mémoire de la journaliste.

Ayuu, timide – Ohana a du tomber sur quelque chose pouvant compromettre les plans de l’Homme au chapeau… sinon pourquoi l’avoir tué ? C’est impossible d’effacer toutes les traces de son travail après un meurtre de cette envergure, non ? Ils ont forcément dû oublier quelque chose… un indice ou autres… mais… je n’ai rien trouvé… peut être que le carnet détient des indices à ce sujet. Je fais peut-être fausse piste… tout cela est étrange.

Ils voulaient confier le carnet au centre de publication pour trouver les anomalies si anomalie y avait. Je lui avais donc tendu le carnet espérant ne pas commettre une erreur. Je n’étais pas une experte à ce niveau, autant laisser les professionnels faire leur travail. Toutefois, le sujet fut rapidement redirigé sur Hanzo et son lien avec le robot. Ils trouvaient cette accusation bien trop facile à l’égard des circonstances actuelles. Il y avait de quoi être effrayé d’enquêter sur une affaire directement liée à l’Homme au chapeau, mais Funka n’avait aucune raison de mentir sur un sujet aussi grave. Elle ne parlait que quand elle était certaine de ses informations, si bien que j’apprenais tout en même temps que le reste du groupe. Je la trouvais assez minutieuse dans son approche, elle devait attendre des confirmations pour confirmer ses doutes avant de nous les partager. Je connaissais suffisamment cette femme pour ne pas douter de ses propos ce qui rendait ses mots plus terrifiants encore. J’avais peur de la menace que représentait l’homme au chapeau depuis que Yahiko m’en avait parlé pendant ce fameux restaurant.

J’écoutais les précisions apportées par mes camarades, j’étais même surprise de voir Katsuko prendre la défense d’Hanzo. Elle avait dit le connaitre, mais je ne m’imaginais pas une amitié. Elle demandait même des précisions sur les dates à Funka pour permettre d’innocenter le marionnettiste. J’observais la shinrin prendre la parole avec son assurance habituelle. J’étais tant perturbé par ses révélations que je n’avais pas prêté attention à son état quelques instants plus tôt.

Funka : « L’acquisition du robot a été faites après les événements de Tsume, donc bien après le décès de notre très chère Ohana. Pour ce qui est de Hanzo, il est membre de mon clan bien que nous n’avons pas de lien particulier, entendez par là qu’il n’est pas quelqu’un que je défendrais en temps normal. Le propriétaire du robot avant le cadet Shinrin était L’Homme au Chapeau. C’est une sorte de marionnette avec sa propre conscience et couverte d’un sorte de métal et agissant avec une attitude assez soumise. Il semble provenir d’un autre temps, d’où.. l’inédit de ce meurtre. »

J’étais une nouvelle fois perturbée par les mots de la princesse Shinrin. Hanzo ne lui était pas étranger, c’était son cousin de sang et faisaient tout deux partis d’une troupe de théâtre. Elle avait délibérément maquillé la réalité sur leur liaison. J’imaginais qu’elle voulait le protéger ou ne pas éveiller les soupçons sur leur proximité. J’ignorais les intentions de Funka, mais je me devais de lui faire confiance pour la suite. Je m’efforçais de paraître le plus neutre possible aux yeux de nos interlocuteurs pour ne pas trahir son discours. Je me disais qu’elle finirait bien par m’apporter une explication à cet écart, elle devait avoir une raison valable pour faire ça. J’estimais suffisamment Hanzo pour ne pas vouloir douter de son innocence.

En résumant les propos de Funka, on pouvait déterminer que le meurtre d’Ohana daterait d’avant les évènements de Tsume et le scellement de Nanabi. Hanzo avait dû y récupérer le démon à sept queues et le robot dans des circonstances que j’ignorais. Le robot travaillait pour le compte de l’Homme au chapeau avant de changer de propriétaire, le robot était donc responsable de l’état du corps d’Ohana.

Alors que nous nous dirigions auprès de Tatsuya pour l’interroger, Katsuko demandait des informations sur cet homme pour mieux se le représenter. Je me sentais assez honteuse à l’idée de ne pas avoir posé ce type de question plus tôt. Ryuushi ne semblait pas porter le garde dans son cœur et devait en avoir une image bien précise, mais il était resté dans l’appartement. Il était impossible que le garde ait pu prendre la fuite, Ryuushi m’avait affirmé qu’il était surveillé depuis la découverte du corps. Je tentais de résumer les informations que j’avais pu obtenir à ce sujet. J’espérais ne pas déformer les choses, mais j’avais confiance en Genkishi pour réajuster si nécessaire.

Ayuu, se voulant rassurante – On m’a dit qu’il était surveillé, il ne devrait pas y avoir de problème à ce niveau. Il ne semblait pas avoir d’informations à partager pendant ses interrogatoires. Il témoignait n’avoir rien vu et rien entendu d’étrange cette nuit-là. Ryuushi estimait qu’il n’avait pas correctement effectué son travail, mais si tu as réussi à obtenir des informations de Miyaki on devrait pouvoir obtenir quelque chose avec Tatsuya.

J’observais Genkishi avec un large sourire pour lui permettre de me contredire. Je restais assez confiante à ce sujet, nous parviendrons à interroger le garde. Le souci, c’est qu’on ignorait les informations qu’il possédait.

Résumé:
 

_________________
Ayuu s'exprime en – #9999FF
[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu] 414d15c02ac1002f47a59c9e2bd9cbf5ca8d3378r1-496-220_hq
avatars ©️ Aimi, ©️ Kathee, ©️ Aditya. ♡
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10136-yunde-ayuu-inuzuka-loading https://www.ascentofshinobi.com/t10170-inuzuka-ayuu-dossier-shinobi#86634 https://www.ascentofshinobi.com/u1393

[A/Officielle] Enquête sur la mort d'Ohana [PV. Funka & Ayuu]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart
Sauter vers: