Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Ekko Snow
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyAujourd'hui à 11:46 par Miyamoto Teruyo

» [Iwa] Daiki Iranos
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyAujourd'hui à 8:57 par Daiki Iranos

» Renaissance ✘ ft Akio et Ken
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyAujourd'hui à 8:22 par Zaiki Minako

» Tester ses pairs [Ft Sugimoto Kenzo]
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyAujourd'hui à 4:00 par Sugimoto Kenzo

» 果し合い Hatashiai [Miyuki]
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyAujourd'hui à 0:55 par Kogami Akira

» L'hégémonie de la violence
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyAujourd'hui à 0:43 par Kogami Akira

» 征服者 Le conquérant — Akira
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyAujourd'hui à 0:19 par Kogami Akira

» Barrière divine - 3eme édition
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyHier à 23:36 par Kentoku Akio

» Rendez-vous à O.K Iwa
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyHier à 22:59 par Oterashi Yanosa

» A l'aube d'une nouvelle ère
[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō EmptyHier à 22:26 par Han Musashi

-20%
Le deal à ne pas rater :
Platine vinyle HOUSE OF MARLEY SIMMER DOWN BLUETOOTH
199.99 € 249.99 €
Voir le deal

Partagez

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Lun 23 Nov 2020 - 13:09
Infiltrer le QG de la Coalition Grâce aux différentes informations recueillies par le Ningen auprès de ses membres, celui-ci a pu confirmer que le projet de construction du quartier général de la Coalition était bien en cours à Hi no Kuni. Bien que ce projet ne présente pas de dangers en lui-même, il s’agit là surtout d’une opportunité pour le Ningen d’en apprendre plus sur ceux qui se sont déclarés leurs ennemis. Votre rôle sera donc de vous rendre au pays du Feu et de vous infiltrer dans les lieux de construction du quartier général. Votre objectif est de récupérer le plus d’informations possibles sur ce lieu, sur la Coalition et sur ses projets.

Vous rendre à Hi no Kuni
Infilter le pays discrètement et trouver le chantier du quartier général
Obtenir le plus d’information possible
Rentrer au refuge sans se faire capturer


Surveiller l’ennemi


... avant les frontières de Hi no Kuni ; encore au Pays de la Pluie...

« ... dois avouer que j'ai failli perdre la vie ce jour-là. Raonaka Ao était une bête de foire – un monstre de puissance. Par chance, je n'étais pas l'élément phare de notre escouade, mais accompagnais seulement Nobuatsu Saji, celui qui allait devenir le Nanadaime Mizukage. Un conseil : si tu l'as en face de toi, prends tes jambes à ton cou, et fuis aussi loin que la terre domine les océans. Pas au-delà ; car un Mizujin aura toujours l'ascendant en mer. »

À force de voyager ensemble, un semblant d’amitié était né entre l’augure et son compagnon du Bois. Leur mission commune, qu’était d’explorer l’Est de Tsume no Kuni à la recherche de territoire fertile, avait porté ses fruits ; et ces nombreux jours vécus à deux, seuls au cœur des vastes paysages désolés du Pays de la Griffe, leur avaient laissé suffisamment de temps pour se rapprocher. Il y avait certes eu des moments de silence, lors de cette épopée, mais le plus souvent, les deux hérauts du Ningen avaient pu échanger en toute tranquillité – ne serait-ce que pour trouver le temps moins long.

« Nous vivons dans un drôle de monde, Eiichirō. J'ai appris plus tard que l'ex-daimyô de l'Eau, ce cher Raonaka Ao, était un Lieutenant de l'Homme au Chapeau. Autrement dit : j'ai rejoint l'organisation ayant façonné l'un des pires ennemis de Kiri la Grande. Je ne sais pas si son objectif, qu'était visiblement de recueillir le chakra de Sanbi, prévaut sur notre incompréhension. Après tout, à l'époque, nous pensions qu'il était venu semé la panique... »

Le binôme s'approcha à vue d’œil des frontières de l'Empire de Feu. Circulant entre les pics rocheux d'un sentier de montagne sinueux, les deux protecteurs de l'Humanité abandonnaient le paysage humide du Pays de la Pluie pour tenter de se frayer un chemin jusqu'aux vastes forêts du centre du monde : Hi no Kuni. Leur campagne, longue de plusieurs semaines, avait été semée d'embûches, les obligeant à agir avec intelligence et discrétion. Car ils n'étaient ni les bienvenus sur le territoire d'Hayashi ; ni en toute sécurité sur les routes du centre névralgique du crime au sein du Yuukan.

« Nous lui avons tranché les deux bras. C'était de bonne guerre, non ? »

Le Prédicateur sourit à s'en arracher les joues. Cet affrontement avait été la pierre angulaire de son évolution en tant que shinobi. Un duel de titans où il n'était rien, mais avait tout de même réussi à accomplir quelque chose. Sans relâche, il s'était jeté dans la gueule du loup, apposant assez de pression pour permettre au Cavalier de Feu de bouter l'ennemi.

« C'était une époque facile. Et puis, il y a eu cette infâme Résonance... »

L'enfant de l'os accusa un relent amer en bouche. La « Résonance » lui avait tout volé. Lui qui était attaché à la terre, tant en matière de puissance brute que de sensorialité, avait dû faire une croix sur son potentiel, et ce du jour au lendemain. Il avait failli mourir, cette semaine-là. Du moins, il s'était failli laissé mourir. Son monde s'était retourné, l'obligeant à renouer avec le Shikotsumyaku, alors que le Doton représentait la majorité de son arsenal. Yasei Reikan, sa moitié, ne le reconnaissait même plus. L'augure était enterré six pieds sous terre, incapable de se débattre, insensible aux visages meurtris de son entourage.

« Je dois être masochiste, pour aider l'homme m'ayant si longtemps lanciné. D'ailleurs, je suis curieux. À quel point déprécies-tu l'Homme au Chapeau, Eiichirō ? À quel point – à tes yeux – ses idéaux priment sur ses actes ? »

Le Ningen était loin d'être parfait. Le Prédicateur espérait simplement que les prouesses de l'organisation allaient éclipser les méfaits de Sakaze Tôsen aux yeux du monde. En tant qu'enfant de l'os, Sesshū avait une affinité toute particulière pour le don de soi. Du haut de ses vingt-neuf ans, il avait très certainement – au fin fond de son inconscience – assimilé tout projet de sacrifice comme autant de bénéfices pour la société. S'il fallait souffrir, cela ne pouvait être que pour la bonne cause.

« Attention, nous approchons des frontières. Nous devrions commencer à museler notre signature chakratique. »


_________________

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Lun 30 Nov 2020 - 5:16
Nous venions à peine d'achever notre précédente mission que nous voilà de nouveau envoyé sur une autre mission nettement plus importante. Il nous fallait infiltrer le QG de la coalition qui se trouvait à Hi no Kuni. Ayant prêté allégeance à Tosen devant deux Kumojin, il n'était pas exclu que si deux Shinobi de Kumo s'y trouverait, je pourrais être détecté. Cependant, je n'étais pas connu dans le Yuukan, cela facilite la mission.

Le Kaguya me raconta son histoire, vraiment très intéressante. Il avait vu et vécu beaucoup de choses, il avait beaucoup d'expériences. Je fus même surpris qu'il eut côtoyé le Nanadaime Mizukage et a même travaillé avec lui, c'est un honneur pour moi de collaborer et de voyager avec un Shinobi d'une telle puissance. Bien sûr, le fait qu'il ait été proche du Nanadaime ne garantit pas sa puissance, mais cela vous donne tout de même une idée de son histoire, voire de sa puissance. Ils avaient tout deux combattu ensemble, un puissant ennemi.

"As-tu revu ce Raonaka Ao ? Qu'est-il devenu ?"

"Le Nanadaime Mizukage, qu'as-tu à me dire sur lui ? Les informations que tu as sur lui sont précieuses, car c'est l'homme fort de Kiri. En le manipulant ou en le tuant, on s'appropriera la terre de l'eau."


Fait étrange, le daimyo lui-même, ce fameux Ao était un soldat de Tôsen que Sesshu avait combattu. Aujourd'hui, le Kaguya fait maintenant partie de la même organisation. C'est tout à fait ironique, mais c'est une nouvelle fois la preuve que tout est relatif, appréciatif et qu'il n'existe aucune justice, si ce n'est sa propre vision de la justice. Il s'était battu contre un idéal, il a failli y laisser sa vie et aujourd'hui, il embrasse le même idéal que son ancien adversaire et en est même devenu le prédicateur. C'est dire à quel point la vie peut nous réserver quelques surprises.

"Je ne te le fais pas dire. J'ai moi-même voulu éliminer l'Homme au chapeau, car il avait profané, pillé l'héritage des moines d'Hikari, voilà qu'aujourd'hui, je me bats pour lui. Il est vrai que Tôsen incarne quelque chose, il arrive à changer les gens, il a un pouvoir spécial, celui de toucher le coeur par les mots. J'ai toujours pensé que la plume est plus forte que l'épée, sauf que lui, son épée est aussi très forte. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'on ne pourra pas perdre, du moins tant qu'il est là."

"D'ailleurs, tu parles de Sanbi. Tu as une idée de la raison pour laquelle Tôsen souhaite se l'approprier et quels sont ses pouvoirs ? Je peux par exemple t'affirmer que Gobi confère la maîtrise des Cinq éléments et Kyuubi confère un chakra illimité, mais qu'en est-il de Sanbi ?"


Après plusieurs jours de marche, nous avions traversé d'ouest en est le pays du bois, puis nous venions à peine de quitter le pays de la pluie pour arriver à celui du feu. Nous étions cependant, encore loin d'arriver à leur QG. Le pays du feu est tout simplement immense, le traverser prendrait plusieurs jours. La mission était importante, nous avons donc tâché de nous déplacer lentement pour ne pas nous épuiser. De plus, nous devions voyager loin pour arriver au pays du feu. Plusieurs jours s'étaient donc écoulés depuis notre rencontre, nous avions eu le temps d'apprendre à nous connaître, de voyager, de découvrir de nouveaux lieux.

"Ah oui... la fameuse Résonnance, ça a fait ressortir tout un tas de mauvais souvenir." - Affirmais-je pensif en regardant le sol.

"C'est curieux comme phénomène d'ailleurs. Je me demande comment expliquer de manière scientifique le fonctionnement de la Résonnance. D'ailleurs, quel en a été les effets sur toi ?"

Sesshu renchérit avec une question très intéressante, elle avait pour vocation à mesurer ma loyauté. Je n'aimais pas répondre à ce genre de question, car j'avais l'impression qu'il s'agissait d'un test, d'autant que je n'aime pas parler de mes idéaux, car j'avais l'impression que je pouvais être trahi à tout moment. Comment réagirait-il s'il savait que j'étais venu par opportuniste et par quête de science, plutôt que par conviction ? Se mettrait-il à douter de moi, de mon implication et commencerait à comploter contre moi, voire à m'éliminer ? Je ne le connaissais pas, je ne savais pas de quoi il était capable pour Tôsen, ni même si ce qu'il me disait était vrai. Je n'avais aucun moyen de prouver la véracité de ses propos, je ne pouvais que le croire sur paroles. Il pouvait très bien me dire qu'il était le père de l'Homme au chapeau, je pourrais très bien le croire, à défaut d'avoir des éléments de preuves qui réfutent son affirmation.

"Je me pose moi-même la question. Qui sait ? Je suis simplement ce que ma conscience m'indique, rien de plus."

Nous pénétrâmes enfin au sein du pays du feu, nous ne pouvions le passer au peigne fin en raison de son immense taille. De plus, nous étions en territoire ennemi, en état d'alerte, qui plus est, dans une région très exposé, car les forces Hijines savaient que la menace viendrait sûrement de l'oyest, en raison de la présence de puissance étrangère qui ne leur est pas allié : Kaze, Hayashi, Tsume et Ame. Leur force devait sûrement être concentré vers le côté ouest.

"Très bien, on peut commencer l'opération. Où doit-on aller en premier ?"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Mar 1 Déc 2020 - 14:08
Le Pays du Feu. Bordé à l'Ouest et à l'Est par d'imposantes chaînes de montagnes, la contrée autrefois plongée dans la guerre civile avait depuis fait beaucoup de chemin sur la voie de la reconstruction. Les forêts s'étaient peuplées de villages souvent prospères, les petites métropoles s'étaient étendues et renforcées. Et aujourd'hui, Hi se faisait la terre d'accueil d'un tout nouveau bâtiment, imposant par sa taille et son importance: le Quartier Général de la Coalition Shinobi fraîchement formée.

La nouvelle avait fait le tour du pays. Source de quelques débats houleux mais aussi de fierté, la construction de ce QG n'était un secret pour personne et suscitait bien des discussions à travers le territoire. Une effervescence matérielle et médiatique qui, dans tous les cas, en plus du contexte particulièrement tendu suite au discours de Sakaze Tôsen, avait donné lieu à un large déploiement de force de la part d'Urahi et de tous les gouverneurs locaux. Pour quiconque désirait voyager incognito à travers le Pays du Feu, la prudence était donc plus que jamais de mise.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Mar 8 Déc 2020 - 10:45

Surveiller l’ennemi


... devant les frontières de l’Empire du Feu...

Les réponses d’Eiichirō, pour autant de questions renvoyées au visage du Prédicateur, ne laissa pas ce dernier de marbre. Il y avait eu, dans son discours, des remarques que l'ancien shinobi de la Brume n'appréciait guère, comme l'envie palpable de défaire le Nanadaime Mizukage, Nobuatsu Saji. L'enfant de l'os n'avait pas encore fait son deuil à ce point. L'idée de causer du tort à ses semblables l’horripilait au plus haut point. Pourtant, il laissa cela sur le compte de la maladresse, et essaya du mieux qu'il pût de rétablir la discussion sur une terre fertile. Lorsque vint la question de la Résonance, en revanche, l'augure ne pouvait plus rester muet. Le drame l'avait touché en plein cœur, le forçant à évoluer, décalant les couvertures de son lit de mort, pour ne pas se laisser choir. Une bien sombre époque où la dépression était son fidèle compagnon.

« Je ne jurais que par la maîtrise de la terre, à l'époque. La Résonance m'a tout pris. Je suis maintenant incapable de fait rouler le moindre caillou ; et ne ressens plus aucune vibration. J'ai failli me laisser mourir, ce jour-là. »

Une épreuve à marquer d'une pierre l'ayant subrepticement conduit jusqu'à l'adhésion au Ningen, l'organisme du responsable de ce fâcheux cataclysme chakratique. Le Kaguya cherchait encore une raison à cette drôle de tournure du destin. N'était-il que le pion d'une vaste trame visant à créer le drame entre des êtres unis par la fraternité et l'amour ?

« Ne ressassons pas trop le passé si ardemment. Avançons à pas feutré. »

Ce faisant, le maître du Shikotsumyaku passa une main devant son visage, à la manière d'un prestidigitateur. Le temps de la manœuvre, les traits de son visage, intrinsèquement squelettiques, avaient changé. L'homme était reconnaissable. Sans cette longue chevelure blanche et sa voix inchangée, on aurait pu le méprendre pour n'importe quel autre shinobi.


[Rang D] 素顔 — Sugao
Kaguya ─ Spéciale ─ Dissimulation ─ Simple

Sans le moindre mudrā, Sesshū déforme les os composant son visage afin de le rendre méconnaissable. Cette défiguration est éternelle, tant qu'il ne fait pas en sorte de retrouver son apparence d'antan via une nouvelle utilisation de cette technique.


« J'ai préféré ne pas te montrer le spectacle. Et non, ce n'est pas un Henge. »

Le faciès du Prédicateur était devenu rustre – grossier. Les traits fins conférés par ses parents biologiques avaient laissé la place à une mâchoire carrée, des pommettes en retrait, et un front légèrement plus saillant. Il n'était plus Sesshū, mais...

« Appelle-moi Jirô. Marchand shinobi à la solde du Rempart de Jôhêki, de mission pour récupérer du précieux papier de parchemin. Et tu es... ? »

HRP :
 

_________________

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Sam 19 Déc 2020 - 18:26
Perte de la maîtrise du Doton ? La grandeur du Dieu des éléments avait fait tellement de dégâts au point de pouvoir retirer la maîtrise des éléments de certains. Je fus très surpris d'entendre ça, il est vrai que cela faisait un choc sur le coup, mais très vite, je pus comprendre que ce n'était guère étonnant. Après tout, rien qu'en le protégeant, en lui vouant un culte, il avait réussi à altérer mon Chakra en me conférant l'habilité rare de pouvoir un jour maîtriser les cinq éléments. C'est stupéfiant sur le coup, mais guère étonnant avec du recul, voire tout à fait prévisible pour les esprits éclairés.

"Je comprends, la Résonnance a fait beaucoup de dégâts, après tout, il s'agit du Dieu des éléments lui-même."

Il avait omis de réagir à de nombreuses interrogations que je lui avais posé pour en savoir plus sur son histoire, sur Sanbi, sur son Mizukage et son village. Il ne rétorqua pas et préféra me parler de la résonnance plutôt que du reste comme s'il ne souhaitait pas en parler. Je fus certains de cela quand il répliqua en affirmant de pas vouloir ressasser le passé et d'avancer. Façon pour lui de clore la discussion qui évoluait vers quelque chose qu'il n'appréciait pas. J'avais peut-être posé les questions qui fâchaient ? Mis le doigt sur un traumatisme, une souffrance ? Des tabous sur un certain ou certains sujets ?

L'impossibilité de répondre pour des raisons qui m'échappent : sceau de mutisme ou quoi que ce soit ? Un attachement à son pays d'origine ? Peut-être était-il toujours attaché à son histoire, à l'ancien monde ? Ou peut-être qu'il s'agissait d'un simple espion qui n'arrive pas à se dissoudre son ancienne identité dans sa nouvelle identité ? Tellement de mystère et de questions, toujours est-il que quelque chose ne collaient pas et j'avais une très vague idée de qui pouvait en être à l'origine. Je n'eus donc pas réagis à ce qu'il disait, en continuant de l'observer. Son visage se transforma alors en quelque chose de vraiment répugnant et méconnaissable. Je fus surpris et dégouté face à ce spectacle. C'est donc ça la maîtrise des os du clan Kaguya, c'est tout à fait inquiétant, mais surtout incroyable.

"Impressionnant..."

Il changea complètement son identité, son visage se transforma complètement, je n'avais plus Kaguya Sesshu de Kiri en face de moi, mais Jiro, marchand de Joheki. C'était vraiment pratique comme technique, cependant, il avait toujours les mêmes habits et la même chevelure, il ne pouvait pas non plus changer la couleur de ses yeux, sa peau ou encore ses cheveux. Il était donc détectable par ceux qui le connaissaient ou qui l'avaient déjà vu et connaissaient ses capacités. Cependant, changer son visage cette façon était tout simplement exceptionnel et fort utile dans ces circonstances.

Nous continuâmes à marcher, tandis que nous approchions de la zone dit à risque, suffisamment proche des lieux à forts intérêts stratégiques pour la coalition ennemi notamment la zone où le supposé quartier général allait être construit. Nous avions tracé une zone volontairement très large qui s'avérait être la zone de détection maximale par des systèmes de détection très développé, une sorte de périmètre de sécurité que la coalition pouvait avoir dressé. Puisque nous ne connaissions pas ses capacités, nous avons pris le scénario où nous avons volontairement exagéré leur capacité de sorte à créer le pire des scénarios. Arrivé à l'entrée de cette dite zone, j'effectuais un mudras simple, celui de la Chèvre. J'eus donc changé d'apparence pour prendre l'apparence d'un simple marchand, il s'agissait d'un simple henge.

"Je n'ai pas ton habilité, certes mais ça nous sera très utile."

"Je suis donc un érudit, chercheur en philosophie, Gai Kotetsu, originaire du sud de Hi no Kuni. Je travaille actuellement sur l'écriture d'un livre qui narre le récit d'un ninja héroïque de la joug d'un tyran. Titre probable du livre : Le téméraire. Je voyage afin de découvrir le monde et de trouver l'inspiration, car oui, je suis encore en phase de recherche. L'originalité de ce livre, c'est que je compte trouver un objet rare ou un concept profond, mais symbolique dont l'essence et l'histoire seront l'allégorie du récit que je souhaite créer. Je sais ce que je veux, j'en cherche juste la représentation matériel ou culturel qui me permettra de donner une profondeur réaliste et mystique, tout en éduquant le lecteur sur quelque chose dont il ne connaît pas. L'alchimie du réalisme et du mysticisme, pourtant opposé, mais qui ne sont que deux faces d'une même pièce, car nés du fruit de la réflexion philosophique humaine sur le monde."

"Qui a envie d'interroger un philosophe parti dans un raisonnement abracadabrantesque ? Quelques mots bien placés, un discours profond et leur cerveau se retourne."

"Je te fais visiter le pays du feu, te raconte mes meilleurs anecdotes sur le pays, te parle de mes recherches, j'espère en échange que tu m'offres quelques anecdotes sur des produits intéressants et rares ou sur des lieux, des peuples qui pourrait correspondre à ce que je recherche."

"Oh et j'adore le feu, je voue un culte à la flamme. Symbole d'énergie, d'espoir, voire même d'amour. La flamme dans le coeur quand tu stress, tu aimes, ce coup de chaud lors d'une montée d'adrénaline, l'énergie émise par une flamme... Enfin bref, la flamme de la vie."

"Pour en revenir à la mission, tu as un plan pour l'infiltration ? Qu'est-ce qu'on sait sur les ennemis ? Il s'agit d'une coalition, on peut s'attendre à tout de leur part. Tout les capacités spéciales existantes peuvent s'y trouver, même celles qui défient l'imagination. On doit infiltrer un ennemi plus important en nombre, dont les capacités sont imprévisibles. On ne sait pas si des pouvoirs cachés, secrets sont dissimulés parmi les villages."

"L'effet de surprise, la désorganisation dû au caractère unique de cette coalition. Ils s'unissent pour la première fois de toute l'histoire, autrement dit, ils n'ont aucune référence, aucun repaire. Ils n'ont aucun intérêt en commun, ils se faisaient la guerre il y a quelques jours et pendant des années. Une mosaïque de peuple aux histoires conflictuelles, des victimes qui se trouveront alliés à leur bourreau. A la moindre friction, l'alliance est rompue. Ils sont sous tensions, entretueront pour un rien."

"J'ai rencontré les leaders de cette coalition lors d'un sommet à Hayashi. Aucune figure unificatrice depuis Uzumaki Sazuka, personne n'est capable de catalyser toute ce ressentiment, faire converger leur cause de manière unanime, effacer des siècles d'histoire de haine clanique, voire étatique . C'est donc là que réside notre principal avantage."

"Je peux me déplacer sans qu'il me détecte, mais j'ignore quel système de détection ils ont mis en place. Plutôt que d'être repéré en tentant de me dissimuler, je préfère ne pas me dissimuler afin d'être repéré. N'est suspect que celui qui se cache."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Lun 21 Déc 2020 - 11:44
Vous progressâtes au coeur des monts escarpés des frontières ouest du Pays du Feu. Pendant un long moment, que ce fut par chance ou grâce à une certaine expérience de ce genre d’excursion discrète, vous ne rencontrâtes pas âme qui vive, parvenant en dépit de l’état d’alerte très élevé dans lequel se trouvait le pays à éviter les bourgs montagnards, les rares nids de populations ainsi, plus heureusement encore, que les patrouilles qui quadrillaient inévitablement ces zones stratégiques de Hi.

Que ce fut la chance ou l’expérience, cependant, l’un des deux finit toutefois par vous faire défaut, alors que vous amorciez la descente des derniers sentiers de la chaîne de montagne en direction des paysages plus typiques et représentatifs de cette contrée, boisée à l’extrême. Car devant vous, à une petite cinquantaine de mètres, c’est une troupe complète de soldats de l’Empire en patrouille qui s’offrit à votre vue et vous vous doutâtes que si vous pouviez les voir, alors la réciproque était nécessairement vraie. Le contact, même distant, était fait, et la troupe composée d’une dizaine d’hommes et de femmes en armure semblait on ne peut plus décidée à s’enquérir de votre identité.

Tenteriez-vous de vous soustraire à l’obstacle que les soldats formaient devant vous, alors qu’ils approchaient toujours plus de votre position ? Avant même que vos routes se croisent tout à fait, le lieutenant de la section vous adressa un mouvement de menton, levant le bras autant à l’attention de ses soldats pour leur signifier d’amorcer la manœuvre en vigueur qu’à la vôtre, pour vous faire signe de vous arrêter. Sur le visage de tout à chacun dans la troupe se lisaient à la fois la décontraction et la résolution à accomplir son devoir, et si ce fut sans enthousiasme que les soldats se positionnèrent sur vos flancs, comme répétant une danse répétées maintes fois auparavant.

« Halte-là… Et d’où est-ce qu’on peut bien venir comme ça, hm ? Identité et destination, s’il vous plaît ? »
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
Maître du Jeu

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Mar 12 Jan 2021 - 12:06
Suite à un retard prolongé, le tour de @Kaguya Sesshū est sauté. Si cela se reproduit, il sera exclu de la mission. Au tour de @Hikari no Eiichirō, bon rp !
Revenir en haut Aller en bas
http://ascentofshinobi.forumactif.com
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Sam 16 Jan 2021 - 20:57
Nous nous enfoncions dans les profondeurs du pays du feu, nous commencions à pénétrer en son coeur quand nous fûmes abordés par des gardes. Ce n'était guère étonnant, après tout, nous ne cherchions pas à cacher notre présence. Il s'agit d'une coalition, d'une infiltration dans une zone surveillée d'un pays en état d'alerte, nous nous attendions donc à être repéré, mais nous avions pris soin de camoufler notre identité. Nous pensions que nous ne pouvions pas nous y infiltrer sans être repéré, même en utilisant des techniques de camouflage, il nous fallait donc nous montrer à eux. Nous voulions être coopératif, jouer le jeu afin d'être traité comme n'importe quel autre civil qui passerait par là.

"Hola hola ! Bonjour à vous tous ! Oui en effet, c'est tout à fait normal, je me présente je suis Gai Kotetsu, écrivain, chercheur et marchand. Je suis venu pour apprécier la culture du pays et me donner l'inspiration pour son livre. J'ai déjà visité plusieurs pays, Hi no kuni est l'un des pays qui me manque !"

"Voici, mon ami, Jirô, c'est un marchand, nous nous sommes rencontrés sur le chemin. Nous voulons aller à la ville la plus proche sur ce chemin, je ne sais plus quel est son nom d'ailleurs."

"D'ailleurs, tenez pour preuve, ce livre que je tiens. Il s'agit d'une de mes oeuvres. Je veux que mon prochain livre soit un roman, mais je n'en ai jamais écrit, donc je cherche un peu d'inspiration, des gens pour me raconter des histoires. En avez-vous d'ailleurs ? Des idées peut-être ? Je suis preneur."
- Disais-je en tenant un livre qui avait été écrit par un charlatan d'une contrée éloignée d'Hayashi dont peu de gens avaient connaissance.

"Je peux vous créditer, vous pourrez recevoir une partie de mes ventes et votre nom sera reconnu à l'internationale en tant que contributeur."

La transparence était pour nous la clé du succès, il ne fallait pas qu'ils se doutent de quoi que ce soit, donc en étant ouvert à eux, nous montrons que nous ne sommes pas hostiles. Pour ma part, je n'étais pas hostile à eux, de même que ce personnage, c'est aussi une facette de ma personnalité, simplement, c'est une facette que je souhaite leur montrer et mettre en avant au détriment d'une autre, qui pourrait ne pas les ravir.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Sam 16 Jan 2021 - 22:38
« Houwhaou… Sans déconner ? Hé Jyunba, c’est mon jour de chance on dirait ! » lança le chef de l’unité à une femme de son équipe, mis en joie par le prospect d’un gain d’argent facile.

Tout autours du duo de shinobis sous couverture, la troupe s’était mise en position, surveillant nonchalamment les alentours. L’un d’eux, visiblement un peu plus pressé que ses coéquipiers, mâchonnait visiblement quelque chose tandis que sa mâchoire ressortait par à-coups sous son casque. Son regard multiplia les allez retour entre les sentiers et les deux hommes qu’ils étaient en train de contrôler, et si le leader de la patrouille avait vite affiché un air débonnaire sitôt qu’il avait été question d’argent facile, celui-là ne démordait pas de sa morosité.

« Hin hin, super, et elle te servira à quoi, ta petite fortune, quand Izuma t’aura foutu au cachot pour avoir bavardé avec un voyageur sur ton temps de service, hein ?
- Tssss, t’as pas l’esprit d’entreprise, qu’est-ce tu veux que j’te dises. »

D’un geste de la main, le chef de l’escouade rappela ses hommes et entama un demi-tour, invitant amplement les deux voyageurs à le suivre tandis que l’escouade se reformait autours d’eux pour repartir sur leurs pas en compagnie du duo.

« On a tout le temps de bavarder sur la route, et puis, Okusen est pas loin. On a juste… qu’à y aller lentement, et… on sera pile à l’heure pour la fin du quart !
- A toujours tout faire pour en foutre le moins possible tu vas finir par te faire gauler…
- Hé, j’ai confiance en vous les gars, me le faites pas regretter ok ? J’pourrais p’tetre partager mes gains, qui sait… D’ailleurs, Môsieur Kotetsu, on parle de combien là exactement. Parce que j’en ai, des histoires à raconter, ça oui ! Avec moi c’est le best-seller garanti votre truc, alors faudra pas être timide sur le pourcentage, hm ?
- Vous venez d’où ? Lança soudainement l’homme qui mastiquait sans relâche, situé à l’arrière de la formation.
- Mais ils l’ont diiit, d’où ils venaient… Fais pas chier Kuzui.
- Hmmm, non, pas vraiment non. Ils voyagent, c’est établi, mais d’où ils viennent, on en sait rien.
- Quoi, tu veux leur état civil aussi, le livret de famille ? On a le temps pour faire connaissance, d’ici à Okusen, t’inquiète pas, adressa-t-il à Eiichirô en lui accordant un sourire très intéressé. Et euhm… ton copain, là, il a plus sa langue ou bien… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Jeu 21 Jan 2021 - 14:56
Suite à un retard prolongé, le tour de @Kaguya Sesshū est sauté et ce dernier est exclu de la mission. Au tour de @Hikari no Eiichirō, bon Rp !
Revenir en haut Aller en bas
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Lun 25 Jan 2021 - 2:05
J'étais peut-être un peu trop sur mes gardes. J'avais tendance à l'oublier, mais à leurs yeux, je n'étais qu'un vulgaire écrivain sans grande défense. Je fus quand même étonné de leur légèreté au vue du contexte actuel, mais je pense que c'est un moyen pour eux de relativiser. Surtout que lorsqu'on rapporte le nombre d'intrusion au volume d'entrée au sein de la région, il est nul, voire très proche de zéro. Jusqu'à preuve du contraire, j'étais le seul à avoir entrepris cette quête périlleuse et risquée. De ce fait, les gardes étaient peut-être habitué à une vie un peu trop tranquille et avait tendance à baisser leur garde assez facilement, ce qui a tout à fait humain d'ailleurs. Mais cela reste peu professionnel pour une organisation dont le dessein est de sauver le monde du joug d'un tyran.

Ils étaient forts appréciable, je commençais à les apprécier, d'ailleurs, je ne les avais jamais détesté en réalité. J'en venais même à me poser la question : pour quelle raison j'avais accepté de faire cela ? Je n'avais strictement aucun intérêt là-dedans. Je ne comptais rien faire de mal de toute façon, ce sont mes frères d'humanité, je n'ai aucun business dans cette affaire, si ce n'est découvrir un peu plus le pays. J'avais vécu de longues années à Kumo, j'ai également fait partie du Fukkatsu, j'ai donc été endoctriné dans une espèce de haine du vert. Les stéréotypes ne sont qu'un exemple d'ignorance et d'étroitesse d'esprit, je ne suis pas de ceux dont la pensée est borné par des biais. Au contraire, je perçois la lumière à son état brute, ma pensée est claire, car je suis métaphysicien.

L'appât du gain, toujours l'appât du gain... même en temps de guerre, l'homme ne peut s'empêcher de grimper aux rideaux dès qu'il est question d'argent. Nous fûmes même escortés par des soldats du pays du feu, ils semblaient ouverts à la discussion, accueillants, ce qui me réjouissait. Je ne devais qu'obtenir des informations sur le chantier, découvrir la zone, voire la cartographier si possible, donc au final, je pouvais très bien le faire avec eux dans mes pattes. J'étais vu comme un écrivain cherchant l'inspiration, donc naturellement je pose des questions, je communique, j'observe, mais surtout je prends des notes. Cela fait aussi partie du personnage, mais aussi de ma mission. Je faisais simplement, ce que j'aurais fait dans des conditions normales, sauf que cette fois, c'était un ordre et non une initiative personnelle.

"Et bien... merci pour cet accueil, je suis ravi ! J'ai besoin d'avis pour mon livre, plus il y a d'avis, mieux c'est !"

"Pour ce qui est de la somme, ça dépendra du volume de ventes. Vous pourrez recevoir un pourcentage, si je note parmi les contributeurs à cet ouvrage. Donc, plus il y a de vente, plus le montant sera important. D'où l'intérêt d'avoir une bonne idée !"

"Je me tue à voyager, à me remettre en question, à rencontrer des gens pour cette raison ! Je veux une idée révolutionnaire, un livre qui puisse toucher tout les coeurs, mais je veux surtout un concept derrière ça. Je veux faire une allégorie, que l'histoire que je compte soit une image, comme s'il y avait plusieurs degrés de compréhension ou de lecture en fonction de l'intelligence de la personne. Ce sera un livre intemporel, que petits et grands, idiots et sages puissent lire. Je veux que le petit enfant puisse le relire plus tard et découvrir de nouvelles choses et je veux que l'idiot redécouvre le livre au fur et à mesure qu'il acquiert de la sagesse. Vous comprenez mon projet ?"

"Mon livre sera alors tout publique, intemporel et universel. Ce sera alors... un montagne d'argent qui s'offrira à moi et à mes contributeurs bien entendu hahaha !"

"Et bien, Jirô a parfois des périodes d'absence comme ça, je ne sais pas ce qui lui arrive parfois je me pose la question. Il est pas très bavard par moment, heureusement que je suis tombé sur vous !"

"Okusen ? C'est le nom de la ville c'est ça ? Est-ce que vous pourrez m'accompagner aussi lorsque j'irais visiter d'autres villes ou lieux de la région ? Ou si vous connaissez des bons guides touristiques ou des lieux à visiter ? Je cherche le déclic qui se manifestera par une situation atypique ou des sensations fortes. Je prends inspiration dans la vie de tout les jours, dans des situations dans laquelle je suis comme celle-ci par exemple, mais là puisque je suis au début du roman, j'ai besoin d'un synopsis."

"En fait, j'écris sur des thèmes mystiques ou philosophie, vous comprenez bien que pour avoir l'inspiration, je dois être stimulé !"

"Désolé, je parle beaucoup, mais quand il s'agit de mon livre, je ne peux pas m'en empêcher !!"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Ven 29 Jan 2021 - 23:12
« Oooh t’inquiète pas, du révolutionnaire j’ai ça en stock garçon ! Faudra absolument que tu mettes dans ton bouquin cette fois là, où j’ai envoyé bouler l’Empereur en personne…. Rah ça Dieu que c’était épique !
- Hein ? Mais tu débites quoi là Gyoubu… T’as jamais croisé Rei de ta vie…
- J’ai pas toujours été à la tête de cette fière unité de patrouilleurs tu sais, Jyunba. Tu sais pas la moitié de ce que j’ai fait, dans mon temps de service à la Capitale… Une fois j’ai- »

Le bruit sec et sourd d’un choc retentit, interrompant les ambitions oratoires du leader de la patrouille. Assommé par le pommeau d’un sabre dégainé en silence, dans un mouvement rendu totalement silencieux par le semblant de dispute prenant place entre les différents membres de l’escouade, le corps du comparse d’Eiichirô tombe au sol, inerte. Comme un seul homme, la troupe se retourne alors, prenant acte de l’initiative de Kuzui qui, le sabre à la main, met en joue le dénommé Kotetsu, une froideur tranchante dans le regard.

« Bordel Kuzui tu fous quoi là ?! T’es malade !?
- Je veux bien admettre que je sois le plus discret, entre vous tous ici. Après tout, on m’adresse rarement la parole, et pas que je m’en plaigne bien au contraire… Mais quand un soldat s’adresse à un illustre inconnu et lui pose une question, il est en droit d’exiger une réponse… Surtout par les temps qui courent.

Or donc, Gai Kotetsu… Tu sembles plutôt doué pour parler, alors raconte-nous : ton pote marchand muet sans marchandise et toi, vous venez d’où ?
 »

Si le reste de l’unité de patrouilleurs restait interdite devant la scène, Gyoubu et les siens demeuraient indécis, partagés entre le geste extrême de leur coéquipier et l’éventualité que, peut-être, il pouvait avoir mis là le doigt sur une irrégularité tout à fait fondée. Tous pendus aux lèvres d’Eiichirô, l’un d’eux serait toutefois plus dur à convaincre, et il s’agissait, malheureusement, de celui qui avait déjà un sabre dégainé et prêt à frapper.
Revenir en haut Aller en bas
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Jeu 4 Fév 2021 - 23:13
Il disait avoir envoyé bouler l'Empereur ? De qui pouvait-il faire allusion ? Kaguya Kosuke ? Je ne connais pas réellement l'histoire du Teikoku. Il est vrai que je ne m'étais pas penché sur le sujet. C'était l'occasion d'en savoir plus sur ce sujet. J'avais affaire à de sacrés bavards, désireux d'échanger. Je voulais qu'ils se voient à travers moi, être le reflet de leur imagination, leur idéal. Je voulais être la personne qui les mets dans des situations agréables qui les pousseraient à baisser leur garde et donc à dévoiler des informations. Toujours de manière innocente, car j'étais réellement curieux d'en savoir plus sur ce qu'il se passe.

Toujours est-il que l'homme semblait parler de Yamanaka Rei, son nom revenait systématiquement à mes oreilles. Je ne l'avais jamais rencontré, ni même vu sur une photo, mais toujours est-il qu'il était un contemporain qui a eu un impact majeur sur le Yuukan. Il était bien trop puissant pour qu'un bleu comme le garde s'oppose à lui. Je fis mine d'être impressionné et d'être crédule à ce sujet. Après tout, je ne savais rien des affaires militaires, car j'étais écrivain et donc, il est tout à fait possible qu'un random puisse tenir tête à un des meilleurs shinobi de l'histoire, puisque je n'étais pas censé le connaître.

"Yamanaka Rei ? Son nom revient systématiquement, on dirait une référence, mais je sais pas qui c'est."

Le ton monte, l'étau se ressert. Un détail ne collait pas : Sesshu se présentait comme marchand, mais n'avait pas de marchandises. C'était normal, car il était venu pour acheter et non pour vendre. Ca, ils ne pouvaient pas le savoir, car il était subitement devenu muet. Puisqu'il ne parlait pas, il fut assommé, puis je fus ciblé par un certain Kuzui. Tout se passait bien jusqu'à que j'eus à gérer ce cas. Il est vrai qu'il y avait tellement de gardes qu'il m'était difficile de pouvoir plaire à eux tous en même temps, sans les connaître. Ce genre d'imprévus fait aussi partie de la mission, car c'est tout à fait naturel. On peut dire que l'imprévu était prévu dans un sens, car ce n'est guère étonnant en soit une telle réaction.

"Oula doucement, vous me faites peur là. Je comprends tout à fait votre réaction et je vous réponds tout de suite.

"Je suis né ici au sud de Hi no Kuni, d'une famille de marchands. Ils étaient nomades, nous n'avions donc pas de base fixe. Mon père est mort au cours d'un accident quand j'avais sept ans, ma mère m'a élevé seule. Elle n'avait pas de travail, c'était mon père qui subvenait à nos besoins. J'ai grandi dans l'itinérance, j'ai passé plusieurs années entre Kawa no Kuni, Kaze no Kuni, Taki no kuni puis je suis arrivé à Shimo no Kuni. Je me suis mis à écrire sur mes voyages, mes expériences, mes découvertes... J'ai décidé de voyager seul depuis plusieurs années. J'ai grandi comme ça, je reste pendant plusieurs mois dans un pays avant de le quitter. Avant d'arriver ici, j'étais à Jôheki no Kuni, havre de la connaissance, je voulais étudier avant de me lancer dans l'oeuvre d'une vie comme je vous ai déjà expliqué. Une fois prêt, je suis venu ici et c'est à ce moment-là que j'ai rencontré ce marchand sur le chemin, il s'appelle Jirô, il vient de Jôheki no Kuni. Il m'a dit être venu pour acheter des parchemins et les ramener à Joheki, ils en ont besoin pour leur livre. Moi aussi également, j'en aurais besoin pour mon livre, donc j'ai profité pour continuer le chemin avec lui. Il est marchand de métier, il a donc forcément des contacts pour obtenir des parchemins de bonnes qualités à bas prix. Voilà ce que je me suis dit."

"Après pourquoi n'a-t-il pas de marchandises ? C'est une bonne question, je n'avais pas remarqué. Je pense qu'il est là pour acheter donc il vient les mains vides sans marchandises, il doit avoir une bourse sur lui pour payer ou alors je sais pas comment il comptait régler."

"Je vous jure qu'il parlait, il était plutôt bavard, mais là je ne sais pas ce qui lui arrive. Il est stressé, impressionné ? Je ne sais pas du tout, je ne le connais pas assez, je l'ai croisé en chemin. Difficile de pouvoir parler en son nom, mais c'est ce qu'il m'a dit avant de devenir muet."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Mar 9 Fév 2021 - 0:18
La scène sembla se figer à l’issue du plaidoyer de Kotetsu, un silence de mort s’installant entre tous les protagonistes. De tous, seul Kuzui semblait d’une froideur et d’un calme olympien, ce qui était tout aussi encourageant que cela ne pouvait être angoissant. Un seul son perçait le silence, celui des sabots et du bois de la charrette qui arrivait depuis la route menant à Okusen, et qui se rapprochait à une cadence mesurée du regroupement sous tension. Le temps s’étira comme à l’infini, la menace d’un coup de katana pas encore levée. Puis, alors que la charrette n’était plus qu’à une petite quinzaine de mètres, la pointe du sabre se releva.

« ...Mec, t’es à l’ouest. Littéralement. »

Kuzui rengaina proprement son sabre, démontrant son expérience à le manier en faisant épouser le fourreau par la lame sans même avoir à les regarder.

« Enfin bon, c’est courant de paniquer, quand on a une arme sous le bec… »

Gyoubu sortit également de sa tétanie, mais loin de se soucier réellement de si Kotetsu avait dit ou non la vérité, il se pencha immédiatement au-dessus du corps inanimé de Jirô.

« Une bourse, hein... »

Il fouilla le corps du marchand inconscient à la recherche du pactole qu’il espérait à portée de main, mais ne tomba finalement que sur quelques babioles et des Ryos en quantité plus que modeste.

« ...Mouhé. Jyunba, aide-moi. »

La jeune soldate mit quelques secondes à réagir, mais voyant son chef d’unité empoigner le dessous des épaules de Jirô et en voyant son regard tourné vers la charrette qui était sur le point de les dépasser, elle comprit où il voulait en venir et se ressaisit en lui attrapant les jambes.

« Un… Deux… Trois ! »

Ils soulevèrent Jirô, puis l’expédièrent sans ménagement à l’arrière du modeste convoi, provoquant un regard courroucé de la part de son conducteur qui se retourna l’air de demander à quoi rimait ce cirque.

« Emmenez-moi ça à la frontière, l’air de Hi lui réussit pas. » lança Gyoubu en expédiant une piécette vers le conducteur d’une pichenette du doigt.

Se retournant vaguement en direction de Kotetsu et de Kuzui, le regard bas, le chef de l’unité ne semblait plus aussi enthousiaste qu’auparavant.

« ...Bref. Ça m’a asséché la gorge ces conneries. A Okusen et qu’ça saute, me faut un coup à boire.
- ...Vraiment ?
- Oué, vraiment, c’est pas pour rien que j’ai choisi d’être muté aux patrouilles, je veux être peinaaaaard, pigé ? »

La petite troupe se remit donc en route sans enthousiasme, à l’exception peut-être de Kuzui qui avait pu se satisfaire des réponses de l’écrivain en puissance, en direction de la ville la plus proche nommée Okusen. Sur place quelques heures plus tard, Gyoubu mena la charge à la taverne locale pour prendre d’assaut les débit de boisson, accompagné bon gré mal gré par sa petite troupe contractuellement obligée de le suivre. Sans parler de Kotetsu, auquel il tenait à tout prix à conter toutes ses histoires quand son humeur serait à nouveau au beau fixe.

Ce qui ne tarda pas, après quelques verres de liqueurs diverses, mais l’écrivain itinérant découvrit alors une chose, au fond de cette taverne : que contre toutes les lois de la physique et du monde connu, en ce temps et en ces lieux, la résilience à l’alcool de Gyoubu et la quantité d’histoires inintéressantes ou grotesques qu’il avait en stock… étaient inépuisables.
Revenir en haut Aller en bas
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Mar 16 Fév 2021 - 3:32
Nous avions fait une grave erreur en affirmant que nous venions de Joheki alors qu'on était clairement plein ouest. Il est vrai que j'avais trouvé cela étrange au début quand Sesshu qu'il prenait l'identité d'un Johekijin, mais lorsqu'il m'a mis le Katana sous la gorge, j'ai d'abord paniqué en sortant la version de Sesshu, sans réellement me rendre compte que c'était incohérent. L'homme m'avait d'ailleurs fait une réflexion sur ce sujet, mais il a décidé de me laisser passer, ce qui était étrange. Toujours est-il que Sesshu fut capturé et emmené loin de là à la frontière semble-t-il et moi je devais donc continuer cette mission seule. Dès que j'eus l'autorisation d'avancer avec les troupes, je me mis à partir, pressé d'arriver sur les lieux. Nous continuâmes donc le trajet jusqu'à atteindre Okusen.

Une fois arrivé, nous entrions dans un bar pour discuter. Des anecdotes, il en avait plein et c'était tant mieux. Cependant, ce qu'il disait ne m'intéressait guère, je ne savais pas s'il pouvait être l'homme de la situation, peut-être que je devrais me débarrasser de lui au plus vite et continuer ma route ou en profiter pour le questionner. Après tout, il était peut-être l'homme de la situation, bien qu'il semblait être un sous-fifre, il avait peut-être bien plus à proposer qu'il semblait. D'un côté, je me disais comment une personne comme lui pouvait avoir des informations sur les plans de la coalition, sur leur base secrète, les troupes...

Il était évident que je devais me séparer de lui ou bien l'amener à ce qu'il parle plus. L'effectif se réduisait petit à petit au fur et à mesure qu'ils commençaient à avoir confiance en moi. Ils ne pouvaient pas me suivre pendant tout mon périple, à un moment ou un autre, je finirais par les semer ou bien à gagner leur confiance pour qu'ils me laissent seuls. Cela me paraît inconcevable qu'un soldat soit chargé d'escorter et de surveiller un étranger.

"Et bien, parle moi un peu de toi. J'ai beaucoup parlé de moi, mais je t'ai pas entendu parler de toi. Ton histoire peut-être inspirante pour mon récit !"

"Et puis, quel lieu tu me conseillerais de visiter pendant mon séjour au pays ?"

"Aussi, quel lieu devrais-je éviter ? Cela va de soi."


Il s'agissait d'une façon pour moi de briser la glace et de l'amener à parler de ce qui m'intéressait tout en le mettant en confiance et en paraissant pour quelqu'un qui ne souhaitait pas nuire, qui est très curieux et désireux d'obéir aux règles.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Dim 21 Fév 2021 - 13:25
Les godets et les bouteilles s’amoncelaient et se trouvaient débarrassées dans la foulée par le personnel de la taverne, qui savait reconnaître les contingents de soldats dont les poches étaient assez pleines pour payer la juteuse addition qui s’annonçait. Dans un coin de la salle, seul le dénommé Kuzui s’était contenté d’un seul verre à leur entrée dans l’établissement, contrairement aux autres subordonnés de Gyoubu qui s’étaient tous laissés emporter par la relative euphorie.

« J’ai fait la guerre, mon garçon… Rien de moins ! Révolte, sur révolte, sur révolte… des conflits à n’en plus finir… Fallait être malin pour pas finir coupé en deux dans une escarmouche ou condamné pour trahison à l’époque, tellement que ça tirait dans tous les sens. J’suis un Hijin, comme toi : jamais été ailleurs, jamais voulu. Ce pays a pas eu ma peau jusque là et c’est pas près d’arriver. »

D’une traite, le chef de la troupe vida un énième godet, ses pensées visiblement troublées par sa très haute alcoolémie en dépit de sa haute tolérance à la boisson.

« Baaah… Les ruines de Shîto au sud c’est un peu surcoté, mais ça peut valoir le détour… Je sais pas à quoi leur nouveau machin au nord-est va ressembler, mais même si ils se donnent la peine de pondre un bâtiment décent, j’doute qu’un écrivain puisse aller y payer la visite. Ce « Quartier Général »… A tous les coups ça va être décoré avec les sous de fils à papa pressés de siéger quelque part, ça… c’est sûr…

En tout cas… T’emmerdes pas avec la capitale. Urahi… c’est un vrai nid de vipères
 », finit-il en vidant le reste d’une bouteille qui traînait sur le bord de la tablée.


Dernière édition par Narrateur le Dim 21 Mar 2021 - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Lun 1 Mar 2021 - 1:31
Le temps passait, les verres s'empilaient, mais les langues ne se déliaient pas. Kuzui restait modérer dans sa consommation, tandis que les autres n'y allaient pas de main morte. Je sentais une brèche, ils ne pourraient pas faire long feu saoul, je pourrais donc me débarrasser d'eux relativement facilement, il me restera ce Kuzui. Peut-être que je n'avais pas besoin d'avoir recours à la force, j'avais l'impression d'entrevoir une brèche, je sentais que le temps jouait en ma faveur, car les verres s'accumulent et le taux d'alcoolémie grimpe. Il commença à exprimer ses pensées enfouies un peu plus profondément. Il semblait être, ce qu'on pourrait qualifier d'anarchiste ou de révolutionnaire, voire même de mercenaire. Je ne savais pas s'il avait fait toutes ces révoltes par pure opportunisme ou par conviction politique, toujours est-il que j'avais affaire à un radical et à un expert dans ce domaine. Il fait partie des révolutionnaires de Hi et ne l'a jamais quitté.

"Et bien, c'est un honneur de rencontrer quelqu'un qui s'est toujours battu pour notre patrie. Mon personne pourrait en effet être un guerrier comme vous, mais j'ai besoin de lui octroyer une vision ou des idéaux. Quels sont les vôtres ? Pourquoi tant de révoltes et de guerres ?"

Le chef du groupe semblait complètement saoul, il finissait les restes d'alcool, continuait de boire à n'en plus finir, je sentais que c'était le moment. Spontanément, il se mit à parler du quartier générale et d'Urahi, les mots que j'attendais, mais son discours n'avait aucun sens. Il se perdait sûrement dans ses idées, je me suis dit qu'il valait mieux exploiter cette faille, mais comment l'amener à parler sans me griller tout en exploitant le peu de conscience qui lui restait.

c"Les ruines de Shîto ? Je ne connais pas, quel est leur histoire ? Je veux dire : elles abritaient quoi autrefois ?"

"Qu'est-ce que le quartier général ? Qu'est-ce que vous appelez les fils à papa, je comprends pas ?"

"Mais cela reste la capitale, c'est l'un des premiers lieu que vous visitez dans un pays. Sinon parlez moi un peu des lieux que vous avez citées, qu'est-ce que je pourrais y trouver ? J'imagine qu'il doit y avoir un site archéologique sur les ruines de Shîto, quelque chose comme ça ? Je pourrais peut-être y trouver des objets rares, quelque chose de précieux ?"

"Quant au Quartier Général ? Vu le nom, ça doit être un lieu politique ou militaire ? Ce serait peut-être l'occasion de connaître d'autres récits de guerre de soldat comme vous. Cependant, vous avez dit que c'est financé par des fils à papa, donc ça doit être un lieu culturel tel qu'un monument ?"[/color]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Lun 1 Mar 2021 - 14:07
Dans le regard de Gyoubu, on eut pu lire un certain regain de lucidité au travers de tout l’alcool ingurgité, lorsque le dénommé Kotetsu le questionna sur ses idéaux pour puiser de l’inspiration pour son personnage.

« ...Les conflits… c’était qu’un moyen de survivre, rien de plus, gamin. A l’époque, y avait autant d’idéaux que de camps prêts à s’étriper les uns les autres. Tous avec une bonne raison, soit-disant… Et tu pouvais toujours essayer de jouer les sainte-nitouche et prôner la neutralité, ça te menait souvent qu’au tombeau. Mon idéal à moi… c’était de survivre, rien de plus. »

Comme pour pouvoir replonger au plus vite dans les brumes de son ébriété qui avait bien failli totalement se dissiper, sous le coup des souvenirs âpres des batailles passées, Gyoubu se servit un nouveau godet avant de le boire promptement et cul-sec.

« Shîto… ? L’ancienne capitale… T’es jeune mais tu devrais quand même connaître, garçon. Le « gouvernement » siégeait là bas avant, mais c’était qu’une question d’temps avant que tout s’pète la gueule. Espère pas trouver quoi qu’ce soit là-bas, tout a été pillé et re-pillé déjà mille fois… »

Un nouveau godet, vidé cette fois plus lentement, passa entre les mains du chef de l’unité de patrouille. Sa lenteur n’avait toutefois rien à voir avec une quelconque délectation de l’alcool somme toute banal qui se trouvait dans le récipient. Le bonhomme corpulent et buriné, apparemment, arrivait à ses limites.

« Hups... ! La cloaltion… L’s’stalle là bas… hups ! Des mililitaires en c’stard… Grands pontes d’mes deux….Hooorph…. »

Le corps de Gyoubu sembla se tasser sur lui-même et glisser légèrement du siège en bois. Dans la lumière tamisée de la taverne, les silhouettes de plusieurs membres de l’unité se mirent en mouvement et se rapprochèrent.

« Et alleeez… Ça va encore être à nous de le traîner dans son pieu. Maruko, Hanshi, venez m’aider bordel avant qu’il s’évanouisse complètement… ! »

Ignorant totalement Kotetsu, les trois soldats vinrent passer leur bras sous les aisselles et à la taille de Gyoubu, le redressant pour le mener vers l’extérieur où la nuit noire était désormais tombée, direction les modestes baraquements de l'armée à la périphérie de la ville. Libre au jeune écrivain, dans ces conditions, de rester sur place pour entamer la discussion avec d’autres clients de la taverne, de passer la nuit à l’auberge d’Okusen ou de quitter les lieux sans tarder.

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
Maître du Jeu

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Dim 7 Mar 2021 - 17:10
Suite à un retard prolongé, ton tour devrait être sauté @Hikari no Eiichirō, mais comme tu es tout seul, c'est difficilement faisable. Tu disposes donc à nouveau d'un délai de 72h pour répondre, au delà du quel, tu seras également exclu.
Revenir en haut Aller en bas
http://ascentofshinobi.forumactif.com
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Dim 7 Mar 2021 - 22:14
Survivre, c'était son quotidien. Il est vrai que je le comprenais, l'utilisation de la violence est parfois nécessaire dans certaines situations. Après tout, les coups sont aussi un bon moyen de communication, la douleur est également un très bon moyen de compréhension. Je le comprenais donc très bien quand il m'affirmait cela. Il a dû s'ingérer dans ces conflits malgré lui, car il devait se protéger, c'était la pression de son environnement qui le poussait à faire cela. Il n'avait donc d'autres choix que d'avoir recours à ce genre de pratique pour faire valoir ses idéaux.

"Je comprends ce que tu veux dire. J'ai toujours considéré la violence comme un moyen de communication et la douleur comme une forme de compréhension. Parfois, il est nécessaire d'utiliser la violence pour se faire comprendre, encore plus quand tu dois suivre. Je compatis, beaucoup de gens sont dans ton cas." - Affirmais-je mélancoliquement.

Faire preuve de compréhension et de compassion pour mieux rebondir ensuite... Il avait eu un sursaut de lucidité, un espace d'éclat de lumière le temps d'un moment, cela semblait venir de ses trips. Tout d'un coup, ses idées étaient plus claires, sa parole plus censée. C'était peut-être le signe que j'avais éveillé quelque chose en lui.

"Mais pillé par qui ? Décidément, je ne connais rien de ce pays alors même que j'en suis originaire. J'ai envie de renouer avec Hi, apprendre son histoire. Le pays est au centre du monde après tout."

De nouveau, il continua à boire et le revoilà partit dans ses délires d'alcoolique. Le discours toujours trouble quand je mentionnais les mots clés qui m'intéressaient à croire qu'il faisait exprès. Mais à travers ce charabiât, j'ai quand même eu quelques informations à première vue inexploitable, mais peut-être utiles si je mène une bonne investigation. "Là-bas" m'a-t-il dit, cela signifiait que le QG était peut-être non loin d'ici. "Grands pontes" signifie peut-être grand pont ? Il y aurait peut-être un grand pont à proximité ou alors un pont important dans le coin par lequel transite des militaires ou quelque chose en rapport avec le QG. J'avais donc de nombreuses pistes, je pouvais espionner les soldats, suivre le moindre mouvement de troupes, observer un mouvement massif de travailleurs ou de constructeurs... Mais avant il fallait que je trouve ce grand pont et d'ailleurs le grand pont en question n'existe peut-être pas.

Les soldats se mirent donc à porter leur camarade pour le sortir de la taverne, j'étais donc seul. J'étais heureux et déçu, car je sentais que je tenais quelque chose et cela me donnait une raison et une crédibilité pour parler aux soldats. Je regardais donc autour de moi tout en buvant un verre, observant attentivement chaque personne, je devais trouver ma prochaine cible. Je souhaitais d'abord m'adressé à d'éventuels travailleurs du bâtiment qui pouvaient se positionner sur le chantier ou bien un architecte, ou encore écouter les conversations parmi le vacarme et détecter les mots clés qui m'intéressent. J'eus donc posé mon regard sur deux jeunes qui semblaient correspondre à mes critères.

"Bonjour. Excusez-moi de vous déranger, puis-je me joindre à vous ? Mes amis ont quelques difficultés avec l'alcool, ils n'ont pas pu rester longtemps et je suis tout seul. Je suis un voyageur et écrivain, mon nom est Gai Kotetsu. Je passe quelques temps dans la région pour découvrir et me donner de l'inspiration pour mon prochain livre."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Sam 13 Mar 2021 - 0:30
« ...Donc j’lui ai dit, « Hey, me refais pas le coup de la dernière fois ou je t’étripe », et ce connard a juste, genre… rigolé. Il en avait rien à cirer et- »

L’un des deux jeunes hommes, tout deux habillés de façon très modeste, fut interrompu par l’irruption du dénommé Gai Kotetsu. D’emblée, le regard qu’il lui adressa alors fut loin de laisser transparaître la moindre empathie ou ne serait-ce que la vague envie de bavasser avec lui, bien au contraire. Le second larron l’ignora pour ainsi dire presque totalement, ne lui accordant qu’une oeillade distraite. Dans sa posture, on pouvait aisément deviner qu’il laisserait bien volontiers le soin à son comparse plus bavard le loisir de dire le fond de leur pensée pour eux deux, quand bien même il semblait mieux bâti sous son large manteau beige.

« Euhm, écoute, on est tranquilles là, on se détend entre nous, et on a vraiment pas besoin d’un « ami » de ces types là pour nous tenir compagnie, donc tu vas être gentil et tu vas te barrer s’te plaît. »

Avec une insistance qui ne laissait aucune place à l’interprétation ou à une quelconque marge de manœuvre, le jeune homme d’une vingtaine d’années aux cheveux mi-long tombant sur les épaules fixa l’écrivain. Et il ne cessa de le regarder avec ce regard mêlant mépris et dédain qu’une fois que celui-ci se fut enfin écarté.

« ...Oué, comme j’te disais, Iza en avait vraiment rien à cirer. Il en a rien à foutre qu’on trime comme des malades pour assurer les quotas… Lui du moment qu’un convoi part pour la grand route du nord-est tous les deux jours, il est content, tout va bien… Et pendant ce temps, nous en guise de paiement on a quoi ? Des foutus papelards à la con ?! Les militaires nous baisent la gueule, et on doit juste la fermer et attendre de pouvoir les échanger contre des Ryos, des vrais… De la saloperie, cette Coalition, j’te le dis.
- …. Oué, c’est clair... »
Revenir en haut Aller en bas
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Mer 17 Mar 2021 - 23:30
Tout ne se déroulait pas comme espéré. J'avais usé de la mauvaise approche, ne sachant pas que les soldats étaient très peu aimés tout du moins par une partie du peuple de Hi. Ces deux là semblaient être des hommes du peuple, mais rien ne montrait chez eux une haine des militaires, pourtant c'était bien le cas. J'avais parlé d'ami alors que je ne les connaissais pas, mais je pensais qu'être soldat était bien vu chez les Hijines, j'ignorais que ce n'était pas le cas.

"Ce ne sont pas vraiment mes amis, c'est une façon de parler. Je ne viens pas d'ici, ils m'ont fouillé, puis amené jusqu'ici. Je n'ai rien à voir avec eux."

Je sentais une très forte animosité, j'avais bien compris que ma présence gênait et qu'ils ne comptaient pas continuer de parler tant que j'étais là, je décidais donc de partir un peu plus loin tout en continuant de prêter l'oreille. Il était question d'un convoi qui partait vers le nord est selon une fréquence bijournalière. Un convoi vers la grande route au nord-est à une fréquence aussi importante ? Cela peut sûrement être ce que je pense, mais pas assez pour en juger. D'autant qu'installer le QG d'une coalition sur une grande route, ce n'est pas très prudent.

J'avais également quelques informations sur leur coalition, visiblement, ils n'étaient pas directement rémunérés par des ryos mais par des... papiers ? Ces derniers pouvaient être ensuite échangés contre des ryos, mais il me paraît étrange d'utiliser ce genre de moyen de paiement peu pratique. Il y a visiblement un pouvoir militaire très puissant au sein de Hi no Kuni qui semble disposer du pouvoir bureaucratique et même économique.

"Excusez-moi, je n'ai pas pu m'empêcher de revenir, mais j'ai été choqué d'entendre que vous êtes payés de la sorte. J'ai vu ces militaires sortir une grosse bourse de ryos et se vanter de cela, mais j'ignorais de quelle infâme manière ils l'avaient gagné. Pourquoi font-ils cela ?"

Ca n'avait rien à voir avec la mission, mais je ne pouvais pas m'empêcher de m'intéresser à ce qu'il avait dit. En tant que scientifique, l'économie étrange du pays m'intéressait tout autant. De plus, cela faisait de nouvelles informations annexes que l'on pourrait exploiter.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Dim 21 Mar 2021 - 12:02
Les yeux du jeune homme roulèrent dans leurs orbites en voyant approcher à nouveau Kotetsu, sa main se crispant sur son verre à demi-plein comme si il résistait à l’envie de le lui briser sur le crâne.

« Oué c’est ça joue le révolté. Quand on sait pas avec qui on traîne on se la ferme, t’avais pas de menottes que j’sache. Des « lettres de marque impériales », voila comment ça s’appelle, et c’est pas moi qui vais perdre mon temps à t’expliquer comment ça marche le pisseux. Maintenant si tu pouvais arrêter de nous tourner autours comme un nuisible ce serait pas mal. J’suis patient mais j’ai mes limites. »

Dans le dos de l’écrivain, une silhouette survint alors en posant une main sur son épaule, l’attirant légèrement à lui pour lui faire face.

« Hey là, désolé pour mon ami, il a pas les manières. Par contre, gardez bien les vôtres si vous voulez pas finir au cachot, hm ? »

Le faciès déjà tendu du jeune homme se renfrogna davantage, portant un regard à la fois haineux et intimidé en direction de l’autre main du soldat, posée nonchalamment sur le pommeau de son sabre. Il ne pipa mot, préférant se voûter à nouveau contre le bar en compagnie de son compagnon très peu loquace en se concentrant sur sa boisson. Kuzui, car c’était bien de lui qu’il s’agissait, attira alors Kotetsu quelques mètres à l’écart.

« Si j’ai retenu ma lame c’est pas pour te voir finir étripé dans une allée mon gars. T’as pas l’air dans ton élément là donc si j’étais toi, j’irais me reposer un peu. »

D’une main ferme et recouverte de cals, le soldat tapota alors l’épaule de l’écrivain et sortit de l’établissement en le laissant apparemment à son sort. La nuit avançait, la taverne se vidait, et les possibilités pour celui qui se faisait appeler Kotetsu d’en apprendre davantage s’amenuisaient d’autant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hikari no Eiichirō
Hikari no Eiichirō

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Dim 21 Mar 2021 - 12:44
L'homme ne semblait pas être aimable, je ne voulais pas perdre mon temps avec moi, même s'il est vrai que j'avais eu déjà plusieurs informations, mais j'étais trop curieux, je voulais en savoir plus. Je ne pensais pas qu'il s'agissait d'un piège ou tout du moins, il semblait être très bien ficelé, donc je me suis dit que je pouvais très bien partir dès maintenant vers le nord-est. Je voulais cependant rester encore un peu de temps dans le coin pour étudier ce qu'il s'y passe.

Je n'étais cependant pas au bout de mes surprises, car voilà qu'un autre homme apparut dans mon dos, lui aussi peu aimable. Il me menaça de cachot, semble-t-il être un garde qui avait entendu mes critiques faites aux soldats, alors que je voulais simplement amadouer l'autre idiot. Il me prit à part et me demanda de partir toujours sous la menace. Il est vrai que je n'étais pas censé savoir me battre, donc j'ai simplement joué le jeu en m'excusant et suivit ses recommandations.

Je décidai donc de m'écarter dans un coin pour rompre ma technique de métamorphose, puis partis en reconnaissance vers le Nord-Est utilisant ma technique de camouflage en surface pour me déplacer sous terre discrètement vers la route du nord-est en prenant soin d'éviter les gardes avant de sortir de ma position. J'activai mes sens en alertes afin de rechercher les potentiels ennemis, leur présence, leur nombre et leur direction. J'essayais de rattraper un des convois, tout en camouflant mon Chakra, je restais en hauteur dans les arbres pour avoir un meilleur visu et être caché profitant de la sombre nuit pour ne pas me faire repérer. L'enquête pouvait commencer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Narrateur
Narrateur

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Jeu 25 Mar 2021 - 23:49
Dans les ombrages et les mouvements indistincts de la nuit, la ville d’Okusen semblait tranquillement s’endormir, ses artères encore parcourues par quelques groupes éméchés et de rares commerçants fermant seulement boutique. Pas de petits profits pour ces hommes et ces femmes, qui fermaient bien volontiers les yeux sur le nombre d’heures astronomique passées à servir leurs clients respectifs pour espérer glaner quelques liquidités supplémentaires. Dans cette obscurité mouvante, la silhouette du dénommé Gai Kotetsu se détacha au sortir de la taverne, son pas franc et décidé l’emmenant à l’écart tant des commerces que des hébergements modestes proposés par la petite ville.

Adossé au mur est de la taverne, Kuzui veillait au grain. Il avait averti cet écrivain des dangers qu’il y avait à parler de n’importe quoi à n’importe qui, et si cet hurluberlu lui avait semblé étrange dès les premiers instants, garantir qu’il ne lui arrive rien figurait malgré tout au rang de ses priorités en tant que soldat de l’Empire. Ses collègues pouvaient bien s’occuper de Gyoubu, lui avait un travail à assurer, et ce n’était pas un chef d’unité laxiste et négligeant qui allait lui dicter quand devait se relâcher sa vigilance, surtout après tout l’alcool que celui-ci avait assimilé.

Bien vite, la silhouette de Kotetsu avait donc paru dans la pénombre peu éclairée, attirant son regard. Enfin, se dit-il, il allait enfin l’écouter et se trouver une chambre où il pourrait crécher sans s’attirer plus d’ennui. Mais alors qu’il l’observait avec détachement en décollant son dos du mur pour se préparer à rejoindre la caserne, Kuzui s’immobilisa. Mais où allait-il, ce corniaud ? Pourquoi filait-il vers une allée qui ne pouvait le mener qu’à la périphérie d’Okusen ? Kuzui fronça les sourcils et, s’assurant que l’écrivain se dirigeait bel et bien dans un recoin isolé, se décida à lui emboîter le pas à grandes enjambées. Quoi il était en train de se perdre, en pleine nuit ? En avait-il si peu dans la caboche que son instinct de conservation ne lui soufflait pas d’aller au moins se reposer un peu ? Le soldat à la pilosité poivre et sel se hâta, passa le tournant où avait disparu Kotetsu et s’avança dans la périphérie peu aménagée. Là, devant lui à une vingtaine de mètres, il retrouva alors la silhouette indistincte du jeune écrivain… et la vit disparaître dans le sol.

« … !! Hey, Kotetsu !! »

Il courut vers l’endroit où il venait de voir disparaître l’itinérant. Les tourbières étaient courantes dans cette région, mais si proche des bâtisses, si profondes à pouvoir ainsi engloutir un homme entier en quelques secondes ? Il foula le sol du pied là où il venait de voir Kotetsu disparaître, paniqué d’abord, puis passablement inquiet, en constatant que le sol à cet endroit… était dur et ferme.

« Que… !! »

Il bondit rapidement en arrière, des hypothèses en pagaille bourdonnant dans son esprit. La plus probable, cependant, lui imposait de réagir, et vite. Il tourna les talons et se mit à courir le plus vite possible en direction de l’artère principale. Ce qu’il venait de voir, si c’était bien ce qu’il croyait, ne pouvait pas rester de son unique ressort. Au coeur de la nuit, il courut donc à toute jambe, direction la garnison.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō Empty
Revenir en haut Aller en bas

[A/Ningen] Surveiller l'ennemi | Ft. Hikari no Eiichirō

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: