Soutenez le forum !
1234
Partagez

A la lisière de la vérité [Medyûsa]

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

A la lisière de la vérité [Medyûsa] Empty
Mar 8 Déc 2020 - 13:44
L’entrevue qu’il était parvenu à mener avec la princesse Byakuren, par bien des aspects, avait soulevé bien davantage de questions et de mystères qu’elles n’en avait résolu. L’Oterashi avait d’abord pris la jeune femme pour une kunoichi tout juste capable, au mental fragile et à la détermination faillible, mais avait volontiers révisé son jugement compte tenu des épreuves qu’elle avait récemment traversé. Il s’était projeté à sa place, avait usé de son empathie pragmatique, et avait bien du reconnaître que recevoir de plein fouet ce genre de révélation avant de se faire violemment assaillir, le tout après avoir pris une vie innocente par accident, avait de quoi secouer n’importe qui. Lui-même avait eu bien du grain à moudre suite à leur discussion, mûrissant à la fois de possibles solutions pour mettre fin au conflit et envisageant les nouveaux risques qui allaient de paire avec elles. Plus le jeu de Tôsen se dévoilait, plus les issues se polarisaient aux extrêmes, et si la perspective d’une victoire éclatante était enthousiasmante, celle d’une défaite totale était quant à elle source d’angoisse dans des proportions inimaginables.

Soucieux et méthodique, le Tellurique était en tout cas allé se renseigner sur ce qu’avait pu apporter d’éclaircissements la jeune femme du Teikoku qui avait aidé à rapatrier Yume.Tsuyoshi comme à son habitude avait fait de l’excellent travail en menant l’interrogatoire de façon civilisée et avait donc pu apporter son lot d’informations à la Godaime, et indirectement au reste de sa section, incorporé dans la boucle par la jeune Hyûga. Tout ce qui avait été consigné ne reflétait pas nécessairement la stricte vérité, cependant : Yanosa avait appris à prendre les données non recoupées avec des pincettes lorsque leur source n’était pas digne d’une confiance aveugle, et il s’y tiendrait en dépit de l’apparente bonne volonté de cette Medyûsa.

La soldate de l’Empire, d’ailleurs, était déjà sur pieds et « libre » d’évoluer dans la cité sous la supervision du Shishiza. Coalition ou pas, Iwa accompagnait en effet toujours son hospitalité d’un sens aigu de la sécurité, surtout par les temps qui couraient. Lorsque le temps fut inévitablement venu pour l’Oterashi de s’entretenir en personne avec la jeune femme, il ne rencontra de ce fait aucune difficulté à la localiser au coeur des quartiers dévastés qu’elle semblait avoir tenu à contempler de ses propres yeux. Non loin, le large gouffre aux profondeurs insondables que Yonbi avait laissé derrière lui s’étendait, balafre indélébile au coeur de la cité. A sa vue, le coeur du guerrier calciné pulsa momentanément plus fort, rappelant à ses veines la morsure du magma qui avait corrompu son chakra suite à son face à face avec la bête. Il se départit promptement de ces souvenirs, recentrant son attention sur la silhouette verrouillée au loin, et ferma la distance avec elle en atterrissant subitement à quelques mètres d’elle sur son flanc.

« Bonjour, Medyûsa Gôgon Yasei Kiriyama. Vous avez l’air en forme. »

L’Oterashi n’avait pas pour habitude d’employer des noms à rallonge pour s’adresser à qui que ce soit, mais l’exercice revêtait cette fois un certain intérêt : en quelques mots, il venait en effet de faire comprendre à la soldate qu’il était « au courant ». Il n’avait pas le temps pour les redites, et si son apparence, ainsi recouvert de bandages des pieds à la tête, pouvait laisser planer quelques questionnements, ce n’était pas pour y répondre qu’il était venu la trouver.

« Pas grand-chose à voir ici, j’en ai peur. Rien qui justifie de prolonger son séjour, en tout cas. »

Faisant mine d’observer le paysage encore marqué par la désolation, le guerrier tellurique braqua ensuite son regard de braise, dur et intransigeant, sur la jeune soldate.

« Dites-moi, pourquoi rester. Pour récolter les fruits de vos bonnes actions et de votre collaboration ? Pour vous assurer que vos mensonges… atterrissent dans les bonnes oreilles ? »

Allié à ses propos tranchants, le ton oscillant entre l’inquisiteur et le provocateur employé par Yanosa avait de quoi provoquer des réactions très variées. Ce qui, en l’occurrence, était précisément le but.


@Medyûsa

_________________
A la lisière de la vérité [Medyûsa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Medyūsa
Medyūsa

A la lisière de la vérité [Medyûsa] Empty
Mar 8 Déc 2020 - 14:58
À la lisière de la vérité


En meilleur forme, soigner de ses blessures à Tsume, même s’ils n’étaient pas trop graves. Medyûsa avait été interrogé par un Hyûga Tsuyoshi et elle avait répondu à ses questions avec honnêteté. De la transparence, ni plus ni moins. De toute façon, elle n’avait rien à se rapprocher et elle avait fait tout ce qu’on lui avait demandé jusqu’à maintenant. À présent, l’impériale était libre de pouvoir partir si elle le souhaite enfin, ça a l’air évident de ce point de vue-là. Or, Med ne savait pas si elle était autorisée à quitter Iwa si aisément et sans rien dire à qui ce soit. Cela dit, sa mission prioritaire était terminée en ayant ramené Byakuren Yume à son village et vivante. Du coup, elle avait toutes les raisons du monde pour partir et retourner à Urahi. Enfin cela dit, elle avait une autre destination à parcourir avant de retourner auprès d’Hanae. Mizu no Kuni est son futur voyage, sa nouvelle destination, son lieu de pèlerinage afin de tourner la page au passé. Mais, la Yasei devait faire une dernière chose à Iwa et elle devait voir la Tsuchikage pour lui parler. Évidemment, Yahiko ne lui a pas demandé quelque chose de simple et ce n’était pas réellement son domaine de prédilection. La politique, ce n’était pas son idéal en soi, même si elle a pu lire quelques livres sur ce sujet. Sa petite amie aurait été une meilleure candidate pour cette mission, elle semblait être à l’aise pour discuter de ce genre de sujet. Et un projet attend la blonde à Hi no Kuni, son bébé. Pour le moment, elle devra se contenter de faire cela, même si elle ne connaît pas trop ce Yahiko. Or, Hanae le connaît très bien et elle lui fait confiance alors autant le faire pour elle.

Pour le moment, Medyûsa n’a pas eu de nouvelle de la part d’une quelconque convocation pour aller voir la Tsuchikage. Ils devaient traiter les informations que la blonde avait dû leur donner et ensuite, ils prendront une décision. Ce genre d’affaire pouvant prendre quelques jours, mais la Yasei espérait qu’elle pourrait la voir assez rapidement. Iwa semble avoir vécu bien des choses en si peu de temps et elle aimerait ne pas les gêner en restant dans le village. Et par ailleurs, la Gôgon aimerait pour sa part, partir la plus vite possible pour aller à Mizu et voir à quoi ressemble aussi, ce clan Yasei à Kiri. Elle en avait entendu parler grâce au Kunai Émoussé, mais elle était trop occupée entre Kumo, le Teikoku et son apprentissage avec l’Iroujutsu, même avec ses expériences scientifiques. L’impériale avait décidé de quitter l’hôpital pour prendre l’air et visiter de ce qui rester d’Iwa. Comme dit avec Tsuyoshi, un Dieu avait fait des ravages au sein de la cité et ce n’était pas surprenant. La Hebi avait été face à un Dieu, le Dieu du vent et connue sous le nom de Nanabi. Difficile de ne pas se rappeler de son puissant Futon qui a balayé toute une forêt et qui aurait pu tous les tuer en un instant si Hanae et d’autres ne disposaient pas d’excellente défense. Cela dit, tout cela est derrière elle à présent, à présent, il faut se tourner vers le futur, car un grand combat va les attendre. Une dernière bataille pour sauver le chakra et le monde du chaos. La blonde reste tout de même inquiète et se demande combien de ninja a pu rejoindre Tsume et donc, les rangs de Sakaze Tôsen.

Même si elle peut se déplacer dans Iwa afin de visiter la cité et autres, la blonde était surveillée. Tsuyoshi l’avait mis en garde et même si ce n’était pas le cas, Med n’était pas stupide pour qu’on la laisse seule dans Iwa. Leur village a été attaqué et si ça se sait, n’importe qui pourrait tenter quelque chose, afin de profiter du moment de faiblesse d’Iwa et de ses ninjas. Ses gardes n’étaient pas loin, ils étaient proches, son instinct pouvait les sentir qui rôdait autour d’elle. La Yasei ne s’en préoccupe pas du tout, car ils ne pouvaient pas l’attaquer. Or, ce qui l’inquiétait, c’était ce trou béant au milieu de la zone. Alors, le Dieu Singe est sorti de cet endroit et il était clair qu’Iwa était au courant de sa localisation pour avoir vidé le village à temps. Comment pouvait-elle le savoir ? Il y a très peu de blessés dans l’hôpital et aucun signe de cercueil autour de l'établissement médical. Les uniques pleurs provenaient du fait que le village a perdu de sa superbe et que beaucoup ont perdu bien des souvenirs et des belles choses. Croisant les bras, Med ne savait pas comment ils avaient su pour Yonbi. Peut-être qu’ils ont trouvé par divers moyens : Informations, un ancien, des documents anciens ou bien d’autres choses. En tout cas, ça devait être un sacré combat auquel certains Shinobi a dû participer. Soudain, une présence apparaît à ses côtés, à quelques mètres sur son flanc droit. Le regard de la blonde se tourne vers lui, tout en restant calme et sérieuse. « Bonjour. Eh oui, je vais mieux à présent. Apparemment, Hyûga Tsuyoshi a dû montrer le dossier de mon interrogatoire à certains de ses collègues. » Dit-elle vu que ce dernier connaissait ses noms de famille.

En le regardant bien, elle ne le connaissait pas et son accoutrement en disait long sur son état physique. Des bandages sur tout le long du corps, il avait dû être sacrément blessé durant l’attaque Yonbi ou ça devait peut-être autre chose. En tout cas, elle ne s’attendait pas à ce qu’on vienne lui parler. Depuis qu’elle est là, peu de personnes sont venu lui adresser la parole. Et pour une momie, il avait l’air de tenir debout et d’avoir la langue bien pendue. « Malheureusement, ça devait être un beau quartier avant l’attaque du Dieu Singe. » Dit-elle en regardant le paysage dévasté. Cela dit, la suite semble être moins agréable. Le ninja demande à la soldate pourquoi elle restait à Iwa. Il avait de bonnes raisons de le lui demander, même si le ton employé ne plaisait guère à la soldate. Cela dit, il ne semble pas être le genre d’homme à vouloir tourner autour du pot et d’aller droit au but avec sa manière de parler. La blonde se met à soupirer dès qu’il finit de lui adresser la parole, ne connaissant pas ses intuitions, elle garde son sang-froid et montre un regard rempli de sévérité. « Avant de me poser ce genre de questions et de telles accusations sur ma sincérité énoncée à Hyûga Tsuyoshi, présentez-vous, Shinobi. Pour ma part, il me semble être inutile de me présenter vu que vous connaissez déjà mon identité. Cela dit, appelez-moi tout simplement Medyûsa. » Demande-t-elle à cet homme. Une légère pause avant de reprendre la parole. « Et en quoi aurais-je menti ? Il est facile de stipuler ce genre de propos, mais j’aimerai que vous développiez vos propos, monsieur. » Demande-t-elle à ce propos avant de répondre à sa première question. « Et tout d’abord, si je reste, c’est parce qu’on m’a confié une mission qui ne regarde que moi et votre Tsuchikage. N’y voyez rien de personnel, mais sachez que dès que j’aurais pu m’adresser à votre Kage, je m’en irai d’Iwa. J’ai un autre voyage qui m’attend. Satisfait ? » Dit-elle en les regardant fixement dans les yeux.



@Oterashi Yanosa

_________________
A la lisière de la vérité [Medyûsa] Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

A la lisière de la vérité [Medyûsa] Empty
Mar 8 Déc 2020 - 22:26
« Loin s’en faut, Medyûsa. »

Il se détourna un instant de la jeune soldate aux cheveux blonds, les bras ballants le long de son corps imposant mais évoquant davantage celui d’une momie très bien conservée que celui d’un homme tout ce qu’il y avait de plus vivant. Yanosa avait dans un premier temps été surpris par l’apparente candeur des propos tenus par leur invitée : de visu, elle lui avait en effet semblé plus bourrue et directe qu’elle ne s’était révélée être, mais l’illusion, pour ainsi dire, n’avait pas tenu longtemps sous l’agression verbale à peine voilée que lui avait adressé le guerrier tellurique. Pendant un instant, il observa l’horizon, vidé de tout par la destruction, enseveli sur lui-même par l’irruption de la bête simiesque contre laquelle ils s’étaient battus.

« Qui pourrait se satisfaire d’une telle réponse, hm ? Vous, vous en seriez contentée ? » lâcha-t-il en même temps qu’un regard volontairement presque amusé.

Il pivota à nouveau sur ses pieds, se retournant vers la jeune femme en se rapprochant d’elle, un pas après l’autre, aussi lentement que sûrement.

« Une affaire qui regarde la Tsuchikage… regarde tout Iwa, sachez-le, dit-il en s’arrêtant à moins d’un mètre de Medyûsa. Votre aplomb pour suggérer le contraire… laisse à entendre que vous pensez traiter d’égale à égale avec la Godaime. De votre propre aveu, vous n’êtes cependant qu’un simple soldat, ce qui vous relègue donc au rang d’intermédiaire. Hm. Je saurai me contenter de ça… d’ici à ce que Hyûga Toph me fasse parvenir le fruit de votre entretient... »

Il se détourna à nouveau lentement. Elle lui avait demandé de décliner son identité : cela, il n’en ferait absolument rien. En revanche, pour ce qui était de son insurrection en réaction à ses accusations de mensonge, il pouvait bien prendre le temps de justifier sa position.

« Il est facile d’accuser n’importe qui de n’importe quoi, c’est vrai. A peine plus facile, cela dit, que de concocter de savants mensonges destinés à tromper, à duper...à tuer. »

Son regard se fit soudain plus dur, toute trace de modération ou de retenue envolée.

« Votre parole de simple soldat de l’Empire. C’est tout ce que nous avons. Les mots d’un pion sacrifiable sur l’échiquier d’un Empereur fantôme de mèche avec Sakaze Tôsen. Yume Byakuren a été attaquée dans le dos, et sera sans doute incapable de révéler davantage d’éléments sur cette agression. De votre propre aveu, un aveu forcé par la présence de l’Invocation de la princesse et le témoignage qu’elle pourra apporter, seuls des soldats de l’Empire étaient présents…

Et quelle coïncidence heureuse… que Chôkoku Tomoe ait été là, pour faire office de bouc-émissaire…. N’est-ce pas ?
 »

Son regard embrasé se figea un instant, puis dans un renâclement subite, il sembla, toute proportion gardée, s’adoucir quelque peu.

« Entendons-nous bien, Medyûsa : j’ai envie de penser que votre témoignage est le simple reflet de la réalité. Mais, si la vie nous apprend bien une chose, c’est que nos envies se voient souvent contrariées… »

_________________
A la lisière de la vérité [Medyûsa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Medyūsa
Medyūsa

A la lisière de la vérité [Medyûsa] Empty
Mer 9 Déc 2020 - 10:17
À la lisière de la vérité

Medyûsa était dans la zone dévasté d’Iwa où un trou béant avait fait office de demeure ou plutôt, où Yonbi par le passé avait pu passer pour sortir de sa demeure. Cela dit, la Yasei n’était plus seule à présent, car en effet, elle était rejointe par un homme avec des bandages. Or, soit, la Gôgon n’a jamais été seuls vu qu’elle est surveillé par des shinobi d’Iwa durant son séjour au sein de la cité de la Roche. En revenant vers cet inconnu, il ne s’était pas présenté et disons que cela embêtait l’impériale de devoir parler à quelqu’un, incapable de se présenter comme il se doit. Est-ce qu’Iwa est partagé entre les bonnes manières et l’irrespect ? Hyûga Tsuyoshi avait lui pris la peine de se présenter convenablement avant de poser ses questions. Alors que lui, la momie n’avait pas fait cela, ce n’était qu’une simple formalité pour savoir à qui Med s’adressait. Mais soit, au vu de son accoutrement, elle n’aura pas de mal à obtenir son identité si elle souhaite se renseigner sur ce dernier. Ce n’est pas tout le monde qui se retrouve enrouler dans des bandages. Enfin, elle le fera s’il continue à refuser de lui donner son prénom et nom. De toute façon, ça n’allait pas le tuer de le faire. Pour ce qui était de la suite, il posait de drôles de questions et ses propos étaient plutôt osé ainsi qu’irrespectueux. En l’écoutant bien, il semblait avoir de la rancœur ou un sentiment peu aimable à l’égard de la soldate. Que lui a-t-elle fait qu’il ait un tel comportement à son égard ? La blonde n’en savait rien.

Apparemment, malgré les réponses de la Yasei à ses questions et propos, il ne semblait pas satisfait de ses réponses. La kunoichi le regarde avec ses yeux dorés. « Hum… Quelqu’un qui n’est pas trop curieux. Je serais m’en contenter tant qu’on ne m’apporte pas la preuve du contraire. » Dit-elle calmement. Cela dit, il ne semble pas en finir et apparemment, il devait chercher quelque chose en empruntant cette voie. La soldate n’a aucune idée où il veut en venir ou ce qu’il cherche à provoquer, mais il perdait son temps. L’impériale n’était pas là pour jouer à la manipulatrice ni aux menteuses pour obtenir quelque chose. On lui avait demandé d’être transparente sur ce qui s’est passé à Tsume et avec Yume, ni plus ni moins. La blonde avait juste obéi à la demande de Yahiko et à Hanae, après tout, si Hanae aurait été contre, ça ferait bien longtemps qu’elle serait déjà partie. Du coup, le fait que sa bien-aimée n’a rien dit pour l’idée de son cousin, ça voulait dire que Med a obtenu l’autorisation d’un Lieutenant pour aller à Iwa et tenter d’obtenir du soutien pour l’envie de Yahi à devenir Empereur. Du coup, elle n’avait pas besoin de mentir à qui ce soit. Le voilà en train de parler du Tsuchikage et du fait qu’il ne comprenait pas pourquoi elle devait lui parler en tête à tête, car Iwa le saura tout de même. « Hum…Je ne cherche pas à être égal à égal avec votre Tsuchikage. J’ai obtenu une mission qui me demande de parler avec votre Kage, ni plus ni moins. Il est alors logique que je dois lui parler personnellement à propos d’un sujet qui doit la concerner. Je doute que si vous recevez une mission avec un message en particulier, vous irez la dire à la première personne que vous croisez alors qu’elle était destinée à une personne en particulier, n’est-ce pas ? Et si la Godaime estime qu’elle doit transmettre le message à Iwa ou à certains ninjas, qu’elle le fasse, dans tous les cas, ma mission sera terminée. » Finit-elle sur ce sujet.

Il daigne à ne toujours pas se présenter et là, il force Medyûsa à lui donner un surnom pour le plaisir de l’embêter ou de la forcer à se présenter. Or, ce n’était pas le plus important, car là, vient le sujet qui intéresse la blonde. Ce dernier s’amuse à continuer sur sa voie, celle de croire que la Yasei mentait et s’amuser à accuser quelqu’un en inventant ou cherchant un bouc émissaire. D’ailleurs, la momie apprend à Medyûsa que Yamanaka Rei est un traitre de l’Empire en ayant rejoint Sakaze Tôsen. Du coup, ça pouvait expliquer la raison de sa disparition d’Urahi et que personne n'avait de nouvelle de ce dernier depuis un moment déjà. Du coup, si les Capitaines sont au courant, ils ne vont pas tarder à choisir un nouvel Empereur pour succéder à Rei. Du coup, Sendai Yahiko allait sans doute en profiter pour monter sur le trône en faisant face à des prétendants. La blonde se met à regarder l’horizon en face d’elle, regardant ce désastre tout en écoutant l’inconnu lui parler. Il disait des choses insensées, mais bon, il n’était pas à Tsume ni rien, il parlait de chose qu’il ne connaissait pas du tout. Cela dit, Si Yume s’est réveillé et qu’elle ne se rappelle pas ce qui s’est passé ou ni vu l’attaque contre elle, seul le paon pouvait en savoir plus. La blonde soupire lorsqu’il termine de parler. « Déjà, je vous remercie de m’avoir informé de la trahison de Yamanaka Rei. Si les Capitaines se trouvant à Urahi sont au courant de cela alors ils vont devoir élire un nouvel Empereur très rapidement. Cela risque d’être mouvementé à Hi no Kuni. Et je comprends mieux pourquoi il était absent depuis un long moment m’enfin, les choses vont changer à présent. » Dit-elle.

Elle espérait que Yahiko et Hanae allaient bien de leur côté. Inutile de penser à eux pour le moment, il fallait continuer à parler avec lui et ne pas fuir la conversation actuelle. « Ce n’est que ma parole dans les faits, en effet. Si Byakuren Yume s’est réveillé et a dit qu’elle n’a pas vu son assaillant l’ayant été attaqué de dos, soit. Cela dit, je ne vois pas l’intérêt de vous mentir, en sachant que le paon a vu ce qui s’est passé avec le varan de Chôkoku Tomoe. Et il n’y a pas de bouc émissaire, la momie. Il faut savoir que je n’ai rien contre la lieutenante Tomoe avant son acte contre votre Princesse. Or, l’attaque gratuite de ce genre est inacceptable surtout contre une alliée de la Coalition. On était face au Dieu du Vent, sans savoir si Sakaze Tôsen était sincère dans son envie qu’on scelle Nanabi et si son jutsu d’immobilisation temporelle allait tenir jusqu’à la fin et non être limité. Attaquer une alliée était totalement stupide et d’une grande inconscience. Il est facile pour vous de tenter de dénigrer mon témoignage, vous n’y étiez pas et depuis que vous êtes là, vous avez une certaine haine à mes égards. Je peux comprendre que voir Byakuren Yume dans un tel état vous a choqué et mis en colère, mais je n’ai pas pratiquement vidé mon chakra en dénigrant mes propres blessures pour jouer à un jeu ou tenter de répandre mensonge ou tenter quoi ce soit de stupide pour donner une bonne image à l’Empire en accusant une personne en particulier. » Dit-elle d'une ferme avant de souffler un peu et reprendre la parole. « Il y avait une majorité de soldats de l’Empire de présent, certes, mais l’unique personne qui n’était pas occupée à ce moment-là par le scellement du Dieu et proche de Yume, était Chôkoku Tomoe et je l’ai vu invoqué son varan et cette chose s’est approché de Byakuren Yume. Il ne m’a pas fallu longtemps en voyant le paon dans le ciel quelque temps plus tard, tenant le corps blessé de la Princesse dans ses serres pour savoir ce qui s’est passé. Surtout que ce dernier s’est montré hostile à notre égard, car on était des soldats de l’Empire. » Croise-t-elle les bras en soupirant. « Je m’en contre-fiche si vous me croyez ou non après ce que je viens de vous dire. Je n’ai pas à perdre mon temps à devoir passer un interrogatoire avec une personne incapable de se présenter ni se montrer correct à mon égard en portant des accusations si puériles. Hyûga Tsuyoshi était bien plus agréable et respectueux. Prenez exemple sur votre camarade. » Finit-elle là-dessus.




_________________
A la lisière de la vérité [Medyûsa] Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

A la lisière de la vérité [Medyûsa] Empty
Mer 9 Déc 2020 - 23:08
Bien malgré lui, Yanosa sourit. Ses lèvres n’étaient que finement étirées, son rictus subtile, son expression soumise à interprétation, mais il était bien obligé de se l’avouer : cette jeune femme avait du coeur. Le bon coeur, celui qui porte la passion, qui force le respect, qui sait faire transparaître la volonté et la détermination de celui qui le porte : en aucun cas celui qui fait de vous la marionnette autant des gens que des événements qui vous entouraient. Elle avait, en un sens, parfaitement raison : les accusations qu’il avait formulé pouvaient sembler grotesques, puériles et futiles. Un autre versant de la vérité, malheureusement, un aspect des choses qu’il se devait de toujours observer, de toujours envisager, était que les mensonges les plus simples et éhontés pouvaient s’avérer les plus difficiles à démêler, et que mentir… était à la portée de tout le monde.

Il expira subitement par le nez, l’air presque amusé. Loin de lui l’idée ou le début d’un ersatz de plaisir dans cette conversation, mais à compter de maintenant, seul le temps, accompagné par de nouveaux faits et preuves, pourrait recouper une bonne fois pour toute le récit de la soldate. Pour l’heure, il se tiendrait à ce dernier, sans pour autant oublier son devoir de réserve.

« Tsuyoshi est un shinobi exemplaire, c’est vrai. Mais l’amabilité et le respect ne stopperont pas nos ennemis. »

Il s’éloigna de quelques pas, sautant sur un bloc de pierre brute pour observer l’horizon sous un angle nouveau. Chaque centimètre de plus laissait entrevoir davantage l’énormité du gouffre qui balafrait à présent Iwa, et l’Oterashi oscillait toujours entre ce sentiment d’être insulté par cette « blessure » et la fierté d’avoir pu, avec ses pairs, reléguer la bête à l’état de masse d’énergie à priori inoffensive et sous contrôle.

« Par chance, vous ne perdrez pas plus de temps avec moi que si vous faisiez le piquet devant le bureau de la Godaime. Je vous l’ai dit, Medyûsa, je ne demande qu’à vous croire. Le temps et les faits, espérons, m’y aideront. Avant que je vous laisse à votre petite promenade « solitaire », il y a toutefois un point que je dois éclaircir pour vous. »

Il se retourna tout à fait vers la soldat du Teikoku du haut de son modeste perchoir, le soleil derrière lui créant un contre-jour inconfortable le faisant passer pour une ombre en pleine journée.

« Ma haine… Si vous en faisiez l’objet, je peux vous assurer… que nous ne serions pas là à en parler. L’un de nous, à vrai dire, aurait probablement déjà fini là, dans ce trou, dans un état ou un autre…, fit-il en désignant le gouffre gargantuesque. Prenez garde, Medyûsa. Votre Empire… va subir des mutations, des changements qui pourraient impacter l’issue même de ce conflit. Lorsque vous vous entretiendrez avec Toph, vous n’aurez aucune autorité à mettre sur la table : pour promettre, pour recueillir des informations sensibles,… Il ne serait même pas étonnant que la Godaime émette les mêmes réserves que moi sur votre rapport.

Mais.. faites votre travail. C’est finalement, comme vous l’avez dit… tout ce qui importe. 
»

Son regard se détacha d’elle, flirtant une fois de plus avec l’horizon. Sans autre questionnement ou réflexions méritant une réponse de sa part, l’Oterashi s’en irait alors d’un bond. Il doutait que sa « compagnie » soit souhaitée par la jeune femme, mais après tout, des échanges houleux naissaient parfois les liens les plus forts.

_________________
A la lisière de la vérité [Medyûsa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Medyūsa
Medyūsa

A la lisière de la vérité [Medyûsa] Empty
Dim 13 Déc 2020 - 11:25
À la lisière de la vérité

La discussion ne semble pas des plus agréables pour la femme, en effet, depuis le début, ce type s’amusait à démentir ses propos. Il ne croyait pas à sa version à propos du sort qui a été réservé à Yume des griffes de Tomoe et de son varan. De toute façon, Medyûsa ne pouvait pas dire autre chose ou s’amuser cinquante fois la même chose pour que ça monte dans sa tête. La Hebi avait dit ce qu’elle a pu voir et ce qui a conclu à ce qui a pu arriver à la princesse avec les indices qui lui étaient donnés avant de partir de la zone de combat à Tsume. Si cette momie ne voulait pas croire à en version, il avait le droit, là-dessus, Med ne pouvait pas le forcer. Il pouvait avoir des doutes, des réserves sur ce qu’il a pu entendre. Cependant, la blonde ne pouvait pas admettre qu’on la traitre de menteuse et qu’on tente de la discréditer de la sorte, sans apporter une quelconque preuve contre elle. Cela dit, il ne trouvera rien qui pourra contredire sa version, vu qu’elle a dit la vérité et qu’elle a été transparente dans tout ce qu’elle a dit. La soldate n’a pas cherché à en dire moins ou trop à propos de cette affaire ni chercher un quelconque suspect pour clore cette affaire. C’était inutile et au contraire, si ça avait été le cas, l’Iwajin aurait eu raison, mais pour le prouver, il aurait fallu un détecteur de mensonges sensoriels ou un Yamanaka. Malgré tout, la Gôgon a dit la vérité et elle ne pouvait pas s’amuser à lui donner raison pour son plaisir. Mentir pour donner raison à ce type, ça aurait été stupide. En soi, elle aurait pu jouer sur le sarcasme et l’ironie pour l’embêter, mais elle est à Iwa et donc, sur le terrain de son interlocuteur.

Selon lui, il donnait raison sur le fait que Tsuyoshi est un shinobi exemplaire et en effet, comparer à lui le Hyûga n’a pas été désagréable ni irrespectueux. Or, il semble excuser son comportement envers Medyûsa en disant que l’amabilité et le respect ne stopperont pas leur ennemi. « En effet, tu as raison sur ce point. Cependant, je peux admettre que tu peux avoir des doutes ou des réserves sur mes propos. Or, il y a une différence avec le fait de me prendre pour une menteuse, sans chercher à réellement m’écouter. Tu ne peux avoir confiance en moi après ce qui s’est passé avec Yume, mais un ennemi n’aurait pas cherché à tout faire pour sauver votre amie ni à se tuer en vidant son chakra comme j’ai fait. Enfin bref, je suppose avec ce qui s’est passé avec le Dieu Singe, vous êtes un peu à cran, ça peut s’expliquer. » Dit-elle en soupirant, cherchant tout de même à lui trouver des excuses. Si le Dieu du Vent avait gravement blessé Hanae ou attaque Urahi et que la situation a été inversé, elle aurait eu bien des doutes aussi. Le voilà qu’il s’éloigne un peu pour monter sur un bloc de pierre pour regarder un peu plus le désastre de ce quartier et le trou béant au milieu. Cette attaque ou affrontement ne disparaîtra pas de sitôt, on ne peut pas oublier un tel événement dans son village. La reconstruction d’Iwa va mettre beaucoup de temps à se finaliser et ça va les retarder sur pas mal de choses. En espérant qu’ils arriveront à se reconstruire et à aller de l’avant. Ce dernier reprend la parole, espérant pouvoir la croire, en espérant que le temps puisse l’aider à la suivre dans ses accusations. « Hum…Laissons le temps faire son travail. Et quel est ce point à régler ? » Demande-t-elle à la momie.

Sa haine, en effet, Medyûsa avait exprimé son mécontentement en disant que ce dernier exprimer de la haine qu’autre chose à son égard. Et cela ne l’avait guère plus dans le sens, où elle ne lui avait jamais rien fait de mal. « En effet, si vous étiez montré hostile à mon égard en m’attaquant, je me serais défendu, même si je suis dans Iwa. » Dit-elle d’un air sérieux tout en écoutant la suite. Ce dernier parle de l’Empire, d’un risque de changement et du fait que la Godaime pouvait émettre des réserves sur ce qu’elle ira lui dire plus tard. « Le fait que Yamanaka Rei est perçu comme un traître et si cela a atteint les oreilles des hauts gradés à Urahi, en effet, il va y avoir des changements. Changement qui pourrait perturber le conflit actuel selon le nouvel Empereur ou pas, ça reste à voir. Et pour la Godaime, elle pensera comme elle veut, je suis là pour délivrer un message et non pour la forcer à croire quoi ce soit ou à prendre parti pour moi. Le libre arbitre est important et j’espère juste que je pourrais la voir assez rapidement pour partir et retourner à la Capitale pour voir de mes yeux, ces fameux changements. » Dit-elle. Elle soupire et regarde à l’horizon. « Iwa a subi bien des dégâts et il vous fera bien des semaines et des mois pour reconstruire votre village, mais également vous-même, récupérer de vos blessures physiques et votre moral. Concentrez-vous sur votre cité et ses habitants, au lieu de l’Empire. Même si vos inquiétudes sur ses mutations et changements peuvent être véridique selon qui prendra le pouvoir qu’avait Yamanaka Rei autrefois. » Dit-elle en croisant les bras. « Les Hijins n’ont pas oublié le massacre sur leur territoire. Je suis une ancienne Kumojine et je sais que ma présence à Urahi peut gêner par moment. Ils sont rancuniers, mais les gens peuvent changer si on manie bien les mots pour prouver que le monde peut devenir meilleur en mettant de côté, vengeance et rancœurs pour aller de l’avant. Vous ne croyez pas ? » Dit-elle avant de terminer sur une autre phrase. « Et je connais quelqu’un qui a l’ambition de devenir Empereur, un Sendai qui a le cœur pur et dont une personne en qui j’ai extrêmement confiance le soutien. Je suppose que je peux lui faire confiance pour instaurer un idéal de paix lorsqu’il deviendra Empereur, si le destin le souhaite. »



_________________
A la lisière de la vérité [Medyûsa] Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

A la lisière de la vérité [Medyûsa] Empty
Mar 22 Déc 2020 - 14:06
« Un coeur pur et des mots sincères… Une bien belle recette. Malheureusement pour changer le monde, on ne peut pas s’en contenter. »

L’Oterashi n’avait pas pris la peine de regarder en direction de la soldate du Teikoku, ses pensées un instant absorbées par l’horizon, par l’avenir de sa cité, celui de leur capacité à engendrer des merveilles à l’aide du chakra. Ce moment passé, toutefois, il tiqua à rebours sur les propos de la dénommée Medyûsa.

« Ne te sens pas offensée par ma méfiance. Ne sois pas assez naïve pour croire que tes mots peuvent avoir tant d’importance… Un ennemi avisé, qui verrait plus loin que les apparences, anticiperait au-delà du prévisible et verrait un intérêt tout particulier à se faire passer pour un agneau auprès de ses… « nouveaux alliés ». Présume toujours du pire, Medyûsa, car c’est bien de ça que sont capables les Autres autours de toi. »

Dans le genre, la trahison de Ketten était encore vive dans bien des esprits à Iwa. Peut-être sans son intervention n’auraient-ils pas été en mesure d’éveiller le Yonbi, certes, mais des shinobis parmi les plus méritants et efficaces en avaient payé le prix

« ...Ne t’en fais pas pour nous. Nous sommes capables de gérer nos problèmes et de garder un œil sur nos voisins. Quant à ton ami et hypothétique futur Empereur… j’espère pour lui qu’il a conscience des priorités. La paix est une chimère : seul compte l’équilibre. Et pour le rétablir, on a actuellement besoin de bien autre chose que de la bien-pensance et de l’apaisement général. Shinobis, civils… tous doivent avoir envie de se battre, avec toute la hargne dont ils sont capables, si nous voulons espérer sortir la tête haute de ce conflit. »

Le colosse enrubanné inspira longuement, détaillant les senteurs rustiques et naturelles qui les entouraient. Le chakra déjà commençait à gorger ses jambes, tandis que ses genoux commençaient à peine à fléchir.

« Au revoir, Medyûsa. Et bonne chance. »

D’un saut puissant qui le hissa loin et haut dans le ciel, l’Oterashi se propulsa alors à un autre endroit de la cité balafrée, où l’attendait certainement d’autres obligations, certaines plus formelles que d’autres.

_________________
A la lisière de la vérité [Medyûsa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

A la lisière de la vérité [Medyûsa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: