Soutenez le forum !
1234
Partagez

En quête d'humanité.

Invité
avatar

En quête d'humanité. Empty
Ven 18 Déc 2020 - 15:21




En quête d'humanité.
SOLO

Peu après le retrait de Shinrin Kanshisha à l’Épreuve de l'Ignition.

Shinrin. Un nom et un clan qui ne signifiait plus grand chose pour la Sylphide. En quittant le pont Araho après la défaite et le déshonneur de Kanshisha, la grimée semblait profondément marquée par cet événement et même si elle mourrait d'envie de se confier à son amant dans les plus brefs délais, elle devait d'abord se ressourcer seule avant d'avoir une réaction trop hâtive de la situation et exprimer des idéaux pouvant se retourner contre elle. Mais même après une longue réflexion, si elle exprimait ses réelles pensées, elle ne serait sûrement déjà plus de ce monde. A qui pouvait-elle faire confiance au sein de cet empire si même à son partenaire de vie elle hésitait à dire certaines choses par peur qu'il se retourne contre elle? S'étant éloignée du groupuscule Shinrin tel une ombre, elle s'était réfugiée auprès des rempart afin d'observer l'étendue verdoyante qu'était le pays du feu, ses forêts entourées de montagne qui rappelait ses frontières avec le pays de la Terre bien que lointaine mais bien présente. Ses songes se mélangeaient, se rappelant de nombreuses choses qui s'étaient déroulées au sein de l'Empire, de ce qu'elle avait besoin d'accomplir avant d'être une femme libre de ses propres choix, ce qu'elle avait retenu de l'affrontement contre l'Homme au Chapeau, le pays des Griffes. Une myriade d'informations toutes mélangées qui lui faisait se poser des questions sur ce qu'elle comptait faire plus tard, après ces élections. Mais tout dépendra de l'issue de ces dernières au final, qu'allait-il advenir d'elle si Yahiko prenait le pouvoir? Les informations allaient vite dans l'Empire tandis que le nom des deux autres finalistes courraient déjà la capitale, si Gozen accédait au pouvoir, quel avantage Funka aurait à l'inculper? Laisser un trône vide pour créer de nouveaux conflits? Quant à l'Ange Noire, que pouvait elle bien apporter à l'Empire? Elle était une héroine, ayant combattu au nom de l'Empire dans le désert de Kaze au point de presque donner sa vie, peut-être était elle la plus raisonnable si elle n'avait pas autant de défaut.

Ayant trouvé un point d'eau afin d'effacer ce maquillage et laisser respirer son visage, Funka s'était agenouillée, les mains humidifiées par l'eau claire qui lui servait à faire couler ces couleurs qui faisait de son visage une oeuvre d'art. Peu après, elle retire sa couronne d'or et défait lentement ses cheveux pour les laisser tomber autour de son visage, zieutant ce bijou qu'elle ne saurait voir plus longtemps.

Assez.

Elle s'effondre sur ses propres genoux alors que l'eau continuait de couler depuis la simple pompe mise en place habituellement pour ceux réclamant un breuvage pour d'hydrater. Un épuisement conséquent suite aux événements récents et à sa situation assez difficile qui la rendait de plus en plus aliénée par ce qu'il se passe.

Une ultime question se pose dans le mental de Funka : l'Empire vaut-il vraiment la peine?

Abandonner maintenant ne lui irait pas, elle devait se concentrer sur les élections, sur Kanshisha, sur la future mission pour laquelle elle a été missionnée il y a peu qui devrait se dérouler dans peu de temps en compagnie de la jeune Ayuu. Beaucoup de choses la rattachait encore à l'Empire pendant encore quelques temps, bien que la seule personne qui la forçait à rester parmi les rangs était bien évidemment Hanzo. Elle n'était pas une lâche et ne voulait pas être considérée comme, elle était une fervente patriote du Feu, une collaboratrice de Yamanaka Rei depuis les débuts, et la seule personne qui le savait était l'un de ses compagnons au sein de cet empire, un certain Damahara Kamui auquel elle s'était confiée.

« Rei.. est quelqu'un que j'admire. Il a su montrer sa puissance et en est devenu un empereur charismatique. Bien qu'aujourd'hui, nous ne savons point ce qu'il est advenu de lui, je préfère ne pas imaginer le pire et rester camper sur mes opinions. »

Une phrase marquante dans son aveu, une phrase que le Damahara aurait pu retourner contre elle aisément s'il voulait se débarrasser de sa présence au sein de l'Empire du Feu. Une pensée qui prouvait encore une fois que cet Empire n'était qu'un ramassis de lâche et faisant émerger une toute autre question globale sur les institutions ninjas, sur la coalition : Faut-il croire en l'Homme ?

Tournant son regard sur les alentours, elle observait quelques enfants jouer innocemment dans les rues de la capitale impériale, sans même savoir qu'une menace aussi grande que l'Homme au Chapeau pesait sur eux. Mais ils n'étaient que des simples civils, ils étaient épargnés par la menace anti-chakra, que pouvait-il bien penser de ce qui les entoure?

« Madame? Vous allez bien? »

Une enfant s'était rapprochée de la Princesse en la voyant effondrée près de la source, elle était immobile depuis de nombreuses minutes et commençait à attirer l'attention, mais elle n'en avait rien à faire.

Devait elle jouer la comédie encore quelques temps? Boucler sa mission, en finir avec son chef de clan et ainsi être une femme libérée? Très sûrement, elle savait bien le faire et personne ne pourrait se douter de quoi que ce soit vis à vis du dérèglement qu'elle avait. Son esprit fut perturbé par une vision totalement différente à toutes celles qu'elle avait eu quelques minutes avant, elle revoyait son défunt cousin sur son lit de mort, tenant sa joue humidifiée par les larmes qu'il versait en lui implorant de mettre fin à ses jours. Sa promesse non tenue, cette amertume étrange qu'elle ressentait en sachant pertinemment qui était le tueur et sans pouvoir rien faire car cela ne lui apporterait rien.

Songeant à Hanzo, à Ayuu, à Kamui et même à sa très chère amie Medyûsa, c'est vers eux que son repenti ira si il venait à se passer un tragique événement pour Funka dans les prochaines semaines ou prochains mois, car elle seule savait qu'elle pouvait commettre des actes regrettables, et seuls eux auraient droit à son pardon sincère.

Alors elle relève son visage encore mouillé par l'eau fraîche qu'elle avait utilisé pour défaire son maquillage, observant le soleil dans le ciel bleu de Hi, les feuilles oranges annonçant l'automne qui commençaient déjà à toucher l'herbe en contrebas. Elle se redresse, remet correctement son kimono et expulse une grande bouffée d'air, désormais elle allait rejoindre Hanzo et le comité Shinrin, comme si elle ne s'était jamais éclipsée.

« Tout va bien et tout ira bien. »

Un dernier sourire est adressé à l'enfant qui était venue la voir, lui adressant un ultime regard se voulant agréable avant de quitter les remparts.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

En quête d'humanité. Empty
Dim 20 Déc 2020 - 3:03




En quête d'humanité.
SOLO

« J'espère que tu me pardonneras sincèrement de ne pas avoir tenu ma parole mon tendre cousin. Que tu me pardonneras aussi d'utiliser ton image à ma guise bien que je tente de te préserver de cet homme que toi, ton frère et moi détestons plus que tout. »

Une ambiance macabre régnait dans le temple dans lequel Shinrin Shinpachi s'était installé pour se reposer après les lourdes blessures qui lui avait été infligée par l'Homme au Chapeau en personne, Funka était seule avec un corps qu'elle avait prit soin de mettre dans une position convenable, observant les alentours pour bien faire attention à quiconque qui passait par là. Celle qui portait le faux titre de Princesse observait le défunt Monarque en éprouvant une amertume étrange suite à sa promesse non tenue. La femme dénuée de tout maquillage observait son reflet dans une flaque d'eau présente dans la pièce à cause de l'humidité, observant son buste couvert de ce kimono jaune marqué du symbole d'un clan qu'elle a longtemps renié. Alors, elle vint perturber cette image si parfaite que lui offrait son reflet dans l'eau en y posant un doigt, rendant son image trouble, floue, comme si elle était onirique et que désormais elle s’effaçait, aussi éphémère soit elle.

Mais il n'y avait pas que son reflet de brouillé, car voilà qu'elle n'était plus seule et seul un souffle vint la déranger alors que ses perles d'or se tournent vers celui qui anime la flamme de son cœur mais du mauvais coté, le coté de la haine. Dans toute l'hypocrisie qui bout dans Funka, elle se redresse en lui adressant un sourire respectueux. La comédie pouvait commencer, ou du moins continuer car elle était présente depuis un long moment.

« ...
Kanshisha, vous voilà.
»

***

« Vous êtes sûre Madame? »

La voix de l'enfant la retint, faisant pivoter son corps vers celui de la petite brune en kimono qui prenait en compte son état alors qu'elle ne souhaitait pas attirer l'attention sur elle. Cette voix si innocente qui la fit revenir à la réalité alors que ses yeux brillant confrontaient les iris de la Sylphide drôle intriguée par la situation. Elle croisait ce regard plein de vie, ce regard d'une enfant civile qui n'était pas destinée à devenir une shinobi et à combattre, une enfant qui n'aura pas à côtoyer la mort de gré lorsqu'elle grandira, une enfant libre car la vie a décidé de ne pas lui donner de chakra et de ne pas la confronter aux horreurs shinobis. Peut-être qu'au final, elle avait de la chance, de la chance d'être dénuée de capacité car même si le chakra est capable de faire beaucoup de chose, comme le don d'artisanat de Funka, il reste une arme bien trop dangereuse et une raison de ségrégation violente. En affichant un léger sourire, Funka se tourne vers le chérubin, s'accroupissant à sa hauteur et caressant doucement sa touffe de cheveux.

« Comment tu t'appelles?
Moi c'est Megumi, madame.
Shi-.. Appelle moi Funka, ça suffira.
M'dame Funka ! C'est compris.
Tes parents ne sont pas là?
J'en ai pas Madame Funka, je vis dans l'orphelinat d'Urahi depuis que je suis toute petite, ils ont été tués par des ninjas étrangers il y a longtemps.
»

Elle doutait de la durée, ses parents ont du être tué lors du massacre de Yugure et voici l'un des nourrisson orphelin maintenant devenu enfant et sans famille. Funka affichait un air empathique pour une fois en se rendant compte de la situation, une drôle d'envie torturait son esprit, une envie de... partir. Quelques mots résonnaient dans sa tête en observant la petite fille, une voix que le Yuukan entier connaissait, une voix qui figea Funka; « Venez me trouver à Tsume no Kuni. [ ... ] Et alors, comment faire croire aux peuples que vous souhaitez son bien, si vous vous refusez à redevenir comme eux ? » Une voix et des mots qu'elle ne connaissait que trop bien, assez pour qu'elle se rende compte que ses pensées devenaient de plus en plus sombre. Reprenant ses esprits, elle écoute les derniers mots de la petite qui semble s'en aller avec un petit signe de main.

[...] ...après vous savez, j'en veux pas aux shinobis Madame, moi je les pardonne. A bientôt Madame Funka ! »

Funka lui fait un signe, toujours perturbées par la voix qui avait refait surface dans son esprit, toujours perturbée par l'éventualité qu'elle avait imaginée dans son esprit pour régler tout les problèmes. Néanmoins, même si elle refuse de l'admettre, il se peut que ces réminiscences sur le sujet de l'homme au chapeau soient beaucoup plus sérieuse et que l'inconscient jouera un rôle clé chez la Shinrin.




Revenir en haut Aller en bas

En quête d'humanité.

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quête personnelle
» Un voleur en quête de RP. [0/1]
» En quête d'expertise
» En quête de vérité
» Quête d'origine (solo)

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: