Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle

Asaara Ôji
Asaara Ôji

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Dim 27 Déc 2020 - 20:01
Palais de Taiyô


- ...Donc pour résumer, j'adopterai l'apparence sous laquelle les autorités du Colisée me connaissent. Un vieil esclavagiste accompagné par Hiko, déguisé en Seigneur descendu de la Foudre. Ta contribution sera essentielle pour cette mission, je suis sûr que le Directeur aura à coeur de soigner ses relations avec d'autres nations. Le but sera de faire de ce combats de Gladiateurs un évènement qui attirera les habitants de Taiyo et les grands nobles du pays. Keijiro, Manami, lorsque vous regagnerez les geôles, ralliez un maximum de Gladiateurs et Esclaves à notre cause et les convaincre de se rebeller face à leurs oppresseurs. La plupart sont des Asaara, je vous autorise donc à parler en mon nom...

Sur la grande table, les quatre hérauts fixaient une ébauche de carte qu'avait réalisée Manami la Blanche et complétée par les informations du Guerrier Blond. Ainsi, ils pouvaient se mettre sur la même longueur d'onde et tous avoir une connaissance suffisante du terrain. L'opération s'annonçait délicate, mais l'Enfant du Désert ne doutait pas de la fiabilité de son plan. Pour avoir été un ancien esclave, il connaissait les manières et raisonnements de ces maîtres qui ne juraient que par le bénéfice et le plaisir.

Mais pour réussir, chacun de ceux présents à cette table se devaient de jouer leur rôle à la perfection. Tous avaient un rôle essentiel et devraient faire le possible pour s'y tenir. Pour tous, leur capacité de persuasion formeraient la clé qui ouvrira à l'organisation la porte vers son Destin. Cet Amphithéâtre des Martyrs se devait de tomber. Ces nobles se devaient de tomber. Et tous ces hommes et femmes, enchaînées à une existence inhumaine, se devaient d'être libérées.

- ...et celui de feu Asaara Kuuli, la Briseuse de Chaînes. En tant que son successeur, ce rôle m'incombe à présent. Et pour cela, ce Combat du Siècle doit avoir lieu.

...


Alentours du Colisée


Le quatuor s'avançait sur le sable chaud du Désert, cerné par le Soleil de Midi. Asaara Ôji menait le groupuscule, d'une démarche droite et assurée. Arborant une tenue de soie blanche de qualité qui renforçait son apparence et son âge, il comptait, comme d'habitude, jouer de ce dernier pour ainsi prendre de haut les gardes qui avaient pour habitude d'être relativement jeunes. Mais également pour paraître d'autant plus crédible aux yeux du Directeur du Colisée, qu'il n'avait pour le moment pas encore rencontré. Sera-t-il capable de le manipuler ?

Arrivant aux abords de l'Édifice, l'Esclavagiste, qui tenait dans l'une de ses mains le document qui certifiait sa propriété sur les deux gladiateurs, apostropha ceux qui en gardaient l'entrée de manière autoritaire :

- Gardes, veuillez ramener ces deux esclaves aux geôles et me mener au bureau du Directeur. Nous avons ici la visite d'un seigneur étranger et devons parler d'affaires urgentes qui ne sauraient tarder.

Mission:
 
Technique utilisée:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Dim 27 Déc 2020 - 22:12
Il était là, assis à cette table, entourés de ceux qui avaient combattu le Dieu du Désert, à ses côtés. Cela pouvait paraître étrange, mais en attendant, il s’efforçait de rester silencieux et d’écouter ce qu’on lui disait, ou ce qui était dit, d’un point de vue plus général.

C’était assez amusant. Il avait « fui » son village, d’une façon un peu particulière, même s’il aurait du prendre une autre direction. Raizen, cet homme que certains idolâtraient, l’avait profondément déçu. Certes, il lui avait donné ce qu’il voulait en le « chassant » de son village, mais il n’avait pas prêté attention à ce que lui proposait l’enfant, il n’avait même pas pris en considération la possibilité qu’il puisse réussir dans sa quête. Le lâchant, tout simplement, il s’était alors fait un nouvel ennemi. Et nul doute, qu’un jour ou l’autre, Raizen regretterait cet acte qui, bien que calculé, était la mauvaise chose à faire, assurément.

M’enfin, ne nous attardons pas là-dessus, et concentrons-nous sur la nouvelle tâche qui incombait à notre héros aux cheveux blancs. Il revenait dans un pays qu’il avait dompté, là où il avait marqué l’Histoire. Il n’était venu qu’une fois à Kaze, mais pourtant, c’était vers ce pays qu’il s’était tourné. Sûrement parce qu’il jouissait d’un potentiel statut ici-bas, ou peut-être parce que se trimballer dans des régions plus accueillantes que le désert augmenteraient ses chances de tomber nez à nez avec de potentiels ennemis. Car oui, des ennemis, il n’en manquait pas.

Il se ferait donc passer pour un Seigneur, descendu de Kaminari. Ce n’était pas un mauvais choix, et l’homme aux cheveux de charbon maniait bien les mots. Il ne semblait pas beaucoup plus âgé qu’Hiko d’apparence, mais pourtant on sentait chez lui un art du discours qui se faisait de plus en plus rare dans le Yuukan. Hiko n’eut donc rien à redire. Après tout, ce n’était pas le moment opportun pour faire entendre sa voix. Rejoindre un groupe, aussi petit soit-il, demandait des sacrifices dans un premier temps. Et il garda donc ses quelques paroles dans un coin de son esprit, préférant obéir plutôt que de challenger.

Et c’est ainsi qu’il arriva au niveau du Colisée.

La structure était gigantesque, digne des plus grands peplums, si jamais cela existait. Une foule s’amassait là, et ils durent se faufiler pour se frayer un chemin, même si le fait d’être un esclavagiste semblait donner certains privilèges. Les deux « esclaves » disposaient d’une puissance impressionnante. Aussi bien Manami que Keijiro, tous deux seraient de redoutables adversaires et Hiko se félicitait d’être de leur côté, du moins aujourd’hui. Il n’aurait pas aimé devoir faire couler le sang, même si, il le savait, le désert serait pourpre lorsque le soleil laissera sa place à la lune.

M’enfin, maintenant qu’ils étaient là, Hiko se contentait de jouer son rôle et fermait, une nouvelle fois, son clapet. Il prenait un air hautain, derrière son déguisement de Seigneur venu du pays de la Foudre et attendait que les gardes ne les laissent passer. Pour le moment, il se contentait d’observer, attentif, observateur, et surtout curieux de voir quelles sortes de bêtes de cirque seraient présentées dans l’enceinte du Colisée.

Peut-être trouvera-t-il un adversaire à sa hauteur ici ?

Technique:
 

_________________
[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle X2ek11


Dernière édition par Sairyo Hiko le Mer 20 Jan 2021 - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Keijiro
Keijiro

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Mar 29 Déc 2020 - 12:24
Une table. Trois hommes et une femme. Ôji, Manami et un Kumojin étaient à tes côtés. Tu écoutais l’Asaara, car même si tu ne souhaitais pas travailler pour eux, tu savais la réputation que ceux-ci avaient à travers le désert. Tu savais que le meilleur pour Kaze, pour toi et tes frères seraient d’écouter le jeune homme aux cheveux noirs.

Le plan était simple pour toi. Attendre. Donner de l’espoir aux esclaves enchaînés dans les geôles du grandiloquent Colisée. Celui-là même dans lequel tu avais été enfermée quelques mois plus tôt avant d’être sauvé par Ôji. Ce bâtiment, ces recoins et ces bruits de couloirs tu les connaissais par cœur.

« Très bien. »

Aux alentours du Colisée
Le Kumojin était un noble, Ôji était un esclavagiste. Manami et toi étiez devenus de simples esclaves pour le bien de cette mission. Le cliquetis des chaînes qui se trouvaient à tes chevilles te rappelaient bien des choses. La progression dans le sable du désert n’était vraiment pas facile lorsque tu portais des chaînes aux jambes.

Lorsque vous arriviez enfin devant les gardes du Colisée, Ôji prenait la parole, demandant aux gardes de t’amener, Manami et toi dans les geôles du bâtiment. Il était tout de même vraiment impressionnant, mais tu n’étais pas ici pour le visiter en étant libre. Tu te retournais vers Ôji, ne cachant pas la haine que tu éprouvais à son encontre. Bien sûr, tout ceci n’était qu’une supercherie afin de duper encore un peu plus les gardes.

Tu attendais, Manami et toi-même n’aviez que ça à faire. Attendre. Les gardes allaient arriver afin de vous amener dans vos nouveaux quartiers, mais pour le moment et comme pour encore quelques temps, tu allais attendre, encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9167-keijiro-terminee#77295 https://www.ascentofshinobi.com/t9480-keijiro#80020 https://www.ascentofshinobi.com/u876
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Jeu 14 Jan 2021 - 23:57
Votre accueil fut simple et rapide. Des quatre gardes qui restaient à l'entrée du Colisée de manière quasi permanente pour accueillir les visiteurs, les spectateurs et les combattants libres, car certains l'étaient bel et bien, deux s'avancèrent vers vous.

À l'écoute de vos requêtes, le premier hocha d'abord la tête avant de faire signe à son camarade.

- Emmène-les aux geôles.

Laissant son partenaire emmener Keijiro et Manami dans les entrailles de l'arène, il se retourna vers vous, prenant quelques instants pour réfléchir à sa réponse. Ce n'était après tout pas une demande courante.

- Pour recontrer le Directeur, il faut normalement faire parti de ses proches ou y être convié via une invitation. Je suppose que vous n'avez rien de tel, sinon vous me l'auriez directement présenté... Voilà ce qu'on va faire. Je vais vous mener à l'intendant et prévenir le Directeur de votre volonté de le rencontrer. Pourrais-je avoir vos nom pour les lui communiquer messires ?

Sortant de quoi écrire, l'homme affublé d'un turban pour se protéger des vents sabloneux restait le regard droit pour obtenir vos réponses. Une fois satisfait, il vous invita à le suivre, faisant signe à ses deux collègues qu'il leur enverrait des remplaçants rapidement tant qu'il s'occuperait de vous.

- Si vous avez une requête concernant vos esclaves, le mieux serait simplement d'en faire part à l'intendant. Il pourra y répondre lui-même normalement. Attendez là je vous prie, je vais l'avertir.

Toquant à une porte, le garde qui avait un sabre à la ceinture entra en premier puis en ressortit quelques instants après. Il vous salua brièvement.

- Je vais avertir le Directeur de votre volonté de le rencontrer. Je reviendrais vous apporter sa réponse d'ici un moment. Merci de ne pas vagabonder dans les couloirs en m'attendant, c'est un véritable labyrinthe et j'aurais bien du mal à vous retrouver.

En vérité, l'architecture était assez claire, la praticité du monument ayant été bien travaillée. Cependant, il était assez clair qu'il serait mal vu de s'y déplacer sans escorte n'importe où. Alors que vous pénétriez dans la pièce suite à un "Entrez !" assez faible, vous découvrez un homme d'une cinquantaine d'années mais qui semble particulièrement atteint par l'âge. Ce dernier est assit sur un fauteuil dont le dossier continue sur presque un mètre au dessus de sa tête. La pièce, assez petite, est couverte de bibliothèques dans lesquels sont entassés des dossiers en tout genre. Des lunettes sur le nez, le vieil homme vous détaille quelques instants avant de lâcher sa plume pour vous faire signe de vous installer sur les sièges face à lui.

- Là... Bienvenue... Pardonnez-moi de ne pas me lever, cela me fait diablement souffrir ces derniers temps. Installez-vous et dites-moi ce que je peux faire pour vous je vous prie.



Pendant ce temps, le garde qui avait embarqué les deux gladiateurs les emmena avec les autres. Il les sépara, laissant Manami avec les quelques femmes combattantes tandis qu'il menait ensuite Keijiro dans les prisons qui renfermaient les hommes. Quelques regards se levèrent alors sur lui, un peu étonnés de le voir de retour. Après tout, son combat avec Manami la Blanche avait été annulé parce qu'ils étaient absents le jour où ils auraient dû s'affronter et ils ne pensaient pas le voir revenir ici un jour. Mais aucun commentaire, aucune remarque ne fusa. Ce n'était pas leurs affaires, ils avaient déjà bien trop à faire à essayer de survivre dans ce cauchemar.

D'ailleurs, l'odeur qui y siégeait se montra une nouvelle fois particulièrement aggressive pour le pseudo-prisonnier. La liberté à laquelle il avait goûté ces derniers temps avait pu lui faire en partie oublier que l'odorat n'était pas le sens qu'il fallait le plus affûter sous peine de subir un calvaire plus important encore en ce lieu malfamé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara Ôji

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Lun 18 Jan 2021 - 3:30
- Shiyikuso Asura.

Ôji ne laissa pas transparaître sa légère grimace lorsque le garde le redirigea vers l'Intendant. Il aurait préféré pouvoir d'ores et déjà mettre un visage sur l'identité du Directeur, en plus d'en apprendre sur sa personne et sa manière de penser, qui saurait dicter comment il orienterait ses prochaines actions. Toutefois, l'incursion de Manami et Keijiro se fit sans problème, aux premiers abords. Il espérait que le dernier nommé puisse rallier les autres combattants à sa cause et ainsi provoquer un soulèvement de l'intérieur, couplé à cet assaut extérieur qui, il l'espérait, se déguiserait sans problème.

Suivi par le présent noble du Pays de la Foudre, il s'engagea à nouveau dans l'enceinte du Colisée dont il connaissait cette fois-ci beaucoup mieux l'intérieur, ce dont le garde n'avait pas connaissance. Cependant, l'Asaara se montra coopératif et ne dit mot, jusqu'à ce qu'ils entrèrent dans le bureau de l'Intendant.

Arborant une posture droite et croisant les mains derrière le bas du dos, il effectua une légère inclinaison lorsqu'ils se retrouvèrent dans la confortable Intendance, où régnait une odeur de parchemin provenant des nombreux entourages, afin de présenter ses salutations à l'homme, d'un âge avancé. Suivant son invitation, l'Enfant du Désert prit lentement place et capitalisa sur l'âge de son vis-à-vis, dont celui de sa couverture se rapprochait.

- Ne vous en faites pas, ce genre de douleurs ne me laissent guère de répit également...

Son visage resta de marbre derrière sa barbe presque blanche, dont il caressa le bout. Il ne prit pas la peine de se présenter étant donné que l'information lui avait déjà été transmise.

- Votre garde a dû vous prévenir, je viens à l'instant d'envoyer deux gladiateurs aux cachots du Colisée. Keijiro le Gladiateur et Manami la Blanche, que j'ai acquis récemment lors de ma dernière visite ici. Il sortit le document qui en attestait et le déposait sur la table. Vous êtes sans savoir qu'un combat entre ceux-ci avait été programmé. Malheureusement, les récents évènements qui ont bouleversé notre pays ont menacé ma sécurité, ce qui m'a poussé à utiliser les esclaves les plus puissants que j'avais en ma possession. Mieux encore, Keijiro s'est illustré face au Dieu du Désert et a fait partie de ceux ayant vaincu celui-ci, en compagnie des shinobis du Pays de la Foudre,...

Il prit une longue respiration, se tournant par la même occasion légèrement vers Hiko, amorçant son tour de parole.

- Il semblerait que l'un de ces derniers ait transporté jusqu'à la seigneurie locale des rumeurs concernant d'esclaves pouvant faire office de guerriers redoutables, ce qui a poussé notre ami ici présent à me contacter et confirmer ces rumeurs. Conscient de ne pas avoir pu respecter mes engagements envers le Colisée, malgré de conséquentes raisons, j'aimerai que ce manquement ne trouble pas mes nouvelles relations avec votre organisation, étant donné ma volonté de les voir perdurer sur le long terme. D'autant plus qu'avec l'instabilité politique régnant sur le Désert, vous êtes, avec la Banque Sabaku, les deux puissances du pays.

Il ouvrit alors grand les bras, énonçant alors sa proposition qui, si acceptée, marquerait un tournant dans l'Histoire de Kaze no Kuni :

- Afin de justifier ce titre, donnons au peuple de Taiyô une raison de se réunir et de se divertir après ces funestes évènements. Assurons notre position en réorganisant de Combat du Siècle, en mettant face à face l'un des nouveaux héros du Désert et l'une des guerrières les plus populaires du Colisée. Je profiterai de l'occasion pour transmettre l'information au reste du pays via le réseau de marchands avec lequel je collabore, ce qui ne manquerait pas d'amasser une foule le jour venu. Mais également, montrer à ce seigneur de la Foudre que Kaze est un marché intéressant pour le futur. Les relations diplomatique entre nos deux pays sont fortes, il serait dommage de ne pas pouvoir capitaliser dessus.



Dernière édition par Asaara Ôji le Lun 25 Jan 2021 - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Mer 20 Jan 2021 - 20:08
Arquant un sourcil, Hiko rentrait doucement dans la peau de son personnage. Il était un seigneur de la Foudre, se faire demander son identité devait relever d’un manque d’informations de la part du garde, ou tout simplement d’un manque de considération envers lui. M’enfin, était-ce vraiment important ? Ce qu’il fallait faire, c’était prendre l’air hautain, et ça, notre jeune héros aux cheveux blancs savait le faire, il avait été Capitaine de l’Empire du Feu… Autrefois.
Haruo Isugi.
Fit-il sobrement tout en emboîtant le pas de Ôji, celui qui avait les rennes de cette mission pour le moment.

Hiko connaissait son rôle, il savait quelle partition il devait jouer et il fallait admettre que cela ne l’enchantait pas vraiment. Lui, n’était pas un homme de paroles, mais plutôt d’actions. Et c’est bien pour cela qu’il avait pris part à cette mission, pour prévenir tout danger devant le Prince du désert. Mais niveau patience, il ne fallait pas s’attendre à des miracles. Il ne l’avait pas été avec le Teikoku, il ne l’avait pas été face à Raizen… Et il ne le serait sûrement pas plus ici, dans un Colisée rempli de personnes toutes plus détestables les unes que les autres.

Mais pour le moment, il tenait bon.

En arrivant dans le bureau de l’Intendant, il fut surpris de voir que ce dernier n’était plus que le fantôme de l’homme qu’il avait dû être auparavant. C’en était presque navrant et l’enfant aux cheveux blancs, toujours caché sous les traits d’un autre, fit une sorte de grimace. Dieu qu’il détestait les vieux qui se permettaient de donner des leçons de morale.

Cependant, l’intendant ne sembla pas aussi ramolli que son corps le laissait paraître et il s’adressa à eux avec courtoisie et sobriété. Et ce fut alors le moment que choisit Ôji pour prendre la parole et commença à déballer son speech. Qu’est ce qu’il parlait celui-là, Hiko en avait presque mal aux oreilles. Cependant, si l’on y prêtait un peu attention, ses paroles faisaient sens et il savait très bien manier les mots. Sans doute l’un des traits de personnalités communs aux Meikyu… En espérant qu’il réussisse aussi bien que Raizen à faire passer ses idées, aussi délirantes puissent-elles être.

C’est exact, nous tenons à garder au beau fixe les relations entre nos deux pays. Kaminari comme Kaze sont des pays regorgeant de surprises, de matières, mais aussi de culture. Comme l’a dit Asura, nous voulons voir ce qu’il y a de meilleur à Kaze. Et l’on m’a vanté les qualités de ces deux combattants, dont je ne me souviens plus le nom désolé, mais cela m’intéresserait fortement de les voir s’affronter.
L’œil vif et affûté, il n’avait pas lâché l’intendant du regard un seul instant. Il mettait beaucoup d’intensité dans sa façon de le regarder pour lui faire comprendre que tout ceci n’était pas vraiment une requête… Mais plutôt une condition sine qua none pour pouvoir continuer à faire affaire…

Mais le vieux était-il encore assez vif pour le comprendre ? Rien n’était moins sûr.

Toujours étant, Hiko commençait déjà à perdre patience… Tordant ses mains dans tous les sens, des premiers signes de nervosité apparaissaient… Il ne fallait pas que la discussion s’éternise.

HRP:
 

_________________
[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Keijiro
Keijiro

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Sam 23 Jan 2021 - 11:38
Tu étais escorté à travers les dédales de ce bâtiment que tu connaissais bien. Même si le temps que tu avais passé en son sein était plus court que certains autres combattants, tu connaissais les moindres recoins de celui-ci. Les moindres petites imperfections dans les pierres étaient tiennes. Manami avait été conduite dans les quartiers féminins des geôles pendant que toi tu prenais le chemin des quartiers des hommes. Cette odeur de sang séché, transpiration, selles humaines et autres liquides corporels ne t’avais vraiment pas manqué.

Tu remarquais à ton arrivée dans tes nouveaux quartiers que tu ne passais pas inaperçu. Ton physique et ta réputation te précédait, tu ne pourrais jamais être invisible ici. Ton escorte te lâchait là, au milieu de tous ces combattants. Tu passais ton regard dans les leurs et la plupart retournaient à leurs occupations, te laissant là où tu étais. Le silence était d’or dans un endroit pareil.

Tu choisissais ta prochaine « cible », celui avec qui tu allais échanger quelques mots. Un homme à la carrure imposante ou alors qui avait l’air d’être respecté par ses confrères. Tu repérais un homme qui avait à peine plus de place que ces congénères et tu allais donc t’asseoir à ses côtés, à même le sol.

« Tu permets ? »

Tu n’attendais même pas une réponse de sa part, tu t’asseyais à ses côtés.

« Keijiro. »

Tu marquais une petite pause, tu n’avais pas vraiment de temps à perdre. Tu ne savais pas quand est-ce que Ôji et le Kumojin réussirait à reprogrammer ton combat. Il ne faudrait pas se retrouver les mains vides le moment venu.

Heureusement pour toi, ces geôles étaient remplies d’Asaara en quête de liberté. Tu aurais très bien pu te tenir debout au milieu d’eux, les arranger de se retourner, qu’ils n’étaient pas seuls. Mais si tu faisais ça, tu ne tiendrais pas deux minutes sans que les gardes n’interviennent afin de stopper ta petite mutinerie. La discrétion était donc de mise.

« Vous n’êtes pas seuls tu sais… Les Asaara ne vous ont jamais abandonnés. » Tu plantais son regard vers cette personne. « Asaara Ôji, feu notre Impératrice Asaara Kuuli et j’en passe. Ils ont tous travaillé d’arrache-pied depuis des mois pour la libération du pays de ses chaînes. » Tu espérais avoir obtenu son attention. « Je suis venu vers toi, tu m’as l’air de confiance… Tu veux ta liberté ? »

Quelques secondes passèrent, tes yeux plantés dans les siens avant que tu ne prennes le temps de terminer ta tirade.

« Attends mon ordre, parle à tes frères pendant que j’en fais de même. Fais passer le mot et d’ici quelques jours vous serez tous dehors, libre et vers vos familles… Pour Kaze. »

Tu te levais tout en le regardant toujours, attendant un simple geste pour te dire s’il comprenait. Tu prenais des risques en lui disant ça, mais après tout, qui dans cette geôle ne rêvait pas de liberté ? Tu venais la leur offrir et sans contrat, sans droit de vie ou de mort, seulement la liberté.

Tu tentais ensuite ta chance vers un deuxième, puis un troisième et ainsi de suite. Gardant le même discours de l’un à l’autre, tu ajoutais parfois que tu étais libre depuis ton départ. Tu n’espérais maintenant plus qu’une seule chose, que tes paroles soient entendues et que ces geôles se libèrent de ses chaînes le moment venu.

Infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9167-keijiro-terminee#77295 https://www.ascentofshinobi.com/t9480-keijiro#80020 https://www.ascentofshinobi.com/u876
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Jeu 28 Jan 2021 - 19:40
Face à l'Intendant, vous expliquez vos raisons et vos demandes. Ce dernier écoute, acquiesce, mais ne dit rien dans un premier temps. Il note simplement. De longues secondes s'écoulent dans un silence étrange, une tension dans l'air. À tout instant, il peut décréter que ce n'est pas possible, que ces raisons ne sont pas valides. Il faut ainsi près d'une minute avant qu'il ne relève le nez de sa feuille qu'il avait bien prit le temps de relire.

- Je comprends bien vos raisons, elles sont normales. Si un esclave combattant ne nous protège pas lorsque nous sommes en danger, alors à quoi sert-il ? Cependant... Le Colisée a ses propres comptes à régler, et un combat d'une telle ampleur est un lourd tribu amputé à nos finances. Sans parler de la confiance brisée avec les spectateurs qui espéraient voir deux de nos meilleurs combattants s'affronter et qui, sans la moindre prévention, ont tout simplement disparu alors qu'ils devaient être là.

Attrapant faiblement une pipe qu'il bourra tranquillement, le vieil homme reprit.

- Je vais être direct avec vous, notre bon Directeur, Onajomi Sôto, n'aime pas être contrarié de la sorte. Je pense qu'une petite compensation de votre part, un petit geste bien sûr, rien de trop important, disons... Deux milions de Ryôs ? Voilà qui pourrait m'aider à convaincre Onajomi-sama de vous recevoir. Et d'oublier ce premier faux pas dans nos affaires ensemble. Soyez certains cependant que, quelque soit l'issue de ce combat, d'autant plus maintenant que Keijiro-san a gagné une certaine réputation en aidant à arrêter le Démon des Sables, vous verrez vos dépenses largement remboursées. Son gain de reconnaissance du public sera aussi un bon argument pour soutenir votre requête auprès de notre grand Directeur.

Un petit sourire de satisfaction nullement caché, l'Intendant alluma sa pipe en vous regardant.

- Si cela vous convient messieurs, veuillez signer ceci et me fournir dès maintenant la somme. Vous pouvez ensuite attendre le garde dans le couloir et lui montrer ce papier, il vous guidera auprès du Directeur. Sinon, il vous ramènera à la sortie.

Le papier qu'il vous montra était une lettre réexpliquant brièvement votre situation actuelle ainsi que vos noms. Ce que vous veniez d'échanger avec l'Intendant n'était pas noté, il vous faudrait donc probablement vous rejustifier devant le Directeur du Colisée, mais c'était déjà un bon premier pas.

En cas d'acceptation et de paiement, vous retrouvez donc le garde qui vous mène jusqu'à un salon d'attente où il vous demande de patienter, sinon, il vous ramène aux portes du Colisée.

***

L'homme releva les yeux, t'observant un instant.

- Fais comme chez toi. Entaro.

L'homme avait une brosse et semblait essayer de laver ses mollets pleins de terre et de sang. Mais avec juste un peu d'eau, ce n'était que peu efficace.

- Les Asaara ? Qu'est-ce que j'en ai à foutre des Asaara ? Je les connais pas tes gars, et encore moins ton impératrice d'opérette. T'es pas empereur quand personne sait que t'existe. Au mieux un chef d'une organisation souterraine bizarre. Mais ouais, la liberté, ça m'intéresse. Mais t'es qui pour proposer ça comme ça toi, Keijiro ?

Doutant profondément de celui qu'il avait en face de lui, la brute l'observait avec la plus grande attention. Ce n'aurait pas été la première fois que les maîtres envoient des esclaves faussement combattants pour soutirer des informations sur les débuts de rébellion pour les détruire dans l'oeuf.

- Ouais c'est ça. C'est beau d'rêver. Redescend sur terre gamin. J'en ai vu trop se faire transpercer par six lances après qu'ils aient cru pouvoir faire les malins et se rebeller comme ça en claquant des doigts. Moi, j'bouge pas.

Septique pour ne pas dire pessimiste, l'homme semblait ne pas accrocher à ton discours. Un problème de cible, de tactique, de mots choisis ? Quoi qu'il en soit, il allait falloir faire autrement, ça ne semblait pas prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara Ôji

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Sam 30 Jan 2021 - 19:05
L'Assara, dont les traits étaient toujours cachés par son Henge, patienta calmement durant la minute de silence et réflexion de l'Intendant. Sûr des premières étapes de son plan, il savait qu'il leur offrait là une opportunité savoureuse et qu'il serait mal avisé de la refuser. Pour des êtres privilégiant le bénéfice et l'enrichissement, ce combat leur permettait tout cela mais également de gonfler son emprise sur la Capitale des Vents. Seulement, ils ne savaient pas encore que cela les mènerait à leur perte...

- Très bien.

Après quelques secondes de réflexion, l'Enfant du Désert accepta la proposition de l'Intendant, sans oublier le même évènement qui s'était produit lors de la dernière mission. D'une manière similaire, une somme d'argent avait été déboursée dans le vide. Il avait alors compris que les arnaques étaient récurrentes, mais savait qu'il devait passer par là pour arriver à ses fins. Hors de question de contrarier l'Intendant, qui lui offrait une voie royale vers le Bureau du Directeur.

Il empoigna alors la bourse qu'il transportait sous son ample tenue, réglant le montant exact de la transaction. À présent, il lui faudrait être vif d'esprit et éviter les pièges qui l'attendaient...

Une fois l'échange effectué et le document signé, il s'inclina en guise de remerciement et attendit d'être congédié pour quitter la grande pièce.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Mer 3 Fév 2021 - 17:58
Restant silencieux et laissant Ôji prendre la main sur ce dossier, Hiko se positionnait en simple observateur. Et le moins que l’on puisse dire, c’était que ce qu’il voyait ne lui plaisait pas du tout. En effet, le vieux gâteux qui se trouvait face à eux n’avait que gâteux que l’apparence, son esprit semblait être vif et il avait tout de suite compris l’importance que cela pouvait avoir de voir les deux combattants cités dans l’arène.

Le prix avait été mûrement réfléchi, malgré son attitude un peu nonchalante. Et lorsqu’il le prononça, Hiko faillit s’égosiller. Cela ne représentait peut-être rien pour l’intendant, mais il demandait une sacrée somme. Une somme que notre jeune héros aux cheveux blancs aurait mis du temps à collecter s’il avait été encore shinobi du village caché de Kumo. Alors soit ils payaient extrêmement mal, soit la somme était aussi élevée que le pensait le Sairyo.

Mais comme précisé plus haut, il ne dit rien et laissa faire le Meikyu, qui semblait plutôt content des termes de l’accord vu qu’il déposa une grosse bourse de ryos sur le bureau avant de signer le papier proposé par l’intendant. Hiko y apposa aussi une signature fictive, puis ils furent emmenés en dehors par des gardes.

Profitant d’un moment où le garde était trop loin d’eux pour les entendre, le jeune garçon aux cheveux blancs glissa quelques mots à Ôji, comme pour lui faire comprendre qu’il n’était pas venu ici pour se faire traiter comme un porte-monnaie, ou encore se faire malmener par des profiteurs d’esclaves.

« J’espère que le directeur sera plus courtois, sinon sa tête risque bien d’être détachée de son corps plus rapidement qu’il ne le croit. Je déteste ce genre de personnalités, et ma patience a des limites. »
Bien que cela sonne comme une menace, ce n’en était pas une. C’était, au contraire, un avertissement pour Ôji. Car Hiko se connaissait, et il n’aimait pas le genre de personnes qu’il avait croisées jusqu’ici, sa patience allait donc bientôt arriver à sa limite. Et dans ce cas de figure…

Eh bien, le directeur risquerait de payer cher une avidité mal placée.

_________________
[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Keijiro
Keijiro

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Sam 6 Fév 2021 - 11:53
Ah, Entaro. Tu étais donc comme ça ? Tu me prenais vraiment pour un con, mais ne t’inquiète pas, je savais aussi le faire lorsque cela était nécessaire. Tu l’écoutais parler, ronchonner dans sa barbe et faire le gamin. Tu ne pensais pas avoir de temps à perdre avec ça, mais pourtant, tu pensais encore son aide pouvait t’être utile.

« Tu crois que tu vas faire partir la merde comme ça ? » Lui disais-tu en lui montrant sa brosse. « Mouille toi la jambe, fous du sable dessous et attends que ça sèche, ça devrait t’aider. »

Un petit conseil, peut-être comprendrait-il d’où tu venais. Une de ses phrases lancées à ton égard te donnait particulièrement envie de lui ôter la tête de son tronc, mais tu n’avais malheureusement pas le droit à une telle manœuvre, pas pour le moment.

Tu t’approchais de lui, très près de son visage, l’air menaçant avant de lui parler d’une voix à peine audible, que seul Entaro pourrait entendre.

« Gamin, moi ? Pourtant, le seul qui joue au gamin ici c’est toi, Monsieur Je Boude. »

Tu patientais quelques secondes avant de reprendre. Il en avait forcément entendu parler, même ici. Que ce soit durant un combat, un mot échappé des gardes ou quoi que ce soit, il le savait.

« Tu crois que je n’en ai pas vu, des gars se faire transpercer ? J’étais ici avant toi. Tu crois que le Dieu du Désert nous a laissé le buter tranquillement ? Laisse-moi rire. » À peine quelques secondes après, tu continuais. « Mes gars, comme tu dis, ce sont eux qui m’ont libéré, nous qui avons tué le Dieu du Désert. Pas quelqu’un d’autre. Si tu es là depuis assez longtemps, t’as dû entendre parler de l’annulation du combat entre Keijiro et Manami la Blanche, à ton avis, pourquoi nous n’étions pas là pour nous battre ? Nous étions libre, tout simplement. Tu doutes de nos capacités ? Très bien. Mais ne vient pas pleurer plus tard, lorsque tu te rendras compte de ton erreur. »

Tu te reculais de quelques centimètres et tu continuais d’une voix un peu plus forte, que seul quelques gars autour de vous pourraient entendre.

« Tu ne veux pas ta liberté Monsieur Je Bouge Pas Moi. Tant mieux, car des pleureuses en ton genre, on n’en a pas besoin. »

Tu laissais quelques secondes à Entaro d’avaler la longue tirade que tu venais de lui faire. Il pouvait encore se raviser, mais c’était le dernier moment, après cette occasion, il n’existera tout simplement plus à tes yeux.

Infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9167-keijiro-terminee#77295 https://www.ascentofshinobi.com/t9480-keijiro#80020 https://www.ascentofshinobi.com/u876
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Mar 9 Fév 2021 - 21:40
Vous quittez le bureau de l'Intendant et le garde vous accompagne. Lettre scellée en main, vous pouvez donc rejoindre la salle d'attente où l'on vous fait patienter un certain temps. Une double porte fermée est la seule autre issue de la pièce où vous vous trouvez. Richement décorée, vous pouvez vous installer dans de gros fauteuils des plus confortables ou dans un divan qui l'est tout autant. Une table basse sur laquelle a été déposée quelques tasses et une théière fumante vous attend, avec quelques carrés de sucre posés sur le côté dans un petit récipient. Toute cette vaisselle est faite en argent réhaussé d'or. Les rideaux de velour, les poignées des fenêtres feuilletées d'or, le lustre en cristal, le présentoir en bois exotique arrivé sans doute directement d'Hayashi... Tout dans cette pièce crie le luxe, un luxe qui en serait presque vomitif s'il n'était pas si merveilleux à la vue.

Vous patientez dans cette pièce ainsi pendant un bon moment jusqu'à ce qu'enfin les doubles portes s'ouvrent et trois hommes en sortent. Les deux premiers saluent le troisième qui fait une petite révérence de la tête puis les regarde partir de l'autre côté de la pièce.

- Messieurs, désolé pour l'attente. Je vous prie de me suivre pour que nous puissions discuter.

Vous tournant le dos, l'homme ne semblait absolument pas vous craindre. Il montrait tout les signes d'une grande confiance, vous n'étiez donc sans doute soupçonnés de rien. Vous rentrez donc dans un bureau lui aussi plutôt riche mais avec peu de décorations, ou du moins sont-elles plus sobres. bois noble pour le bureau, rideaux toujours de velour, mais il n'y a pas toutes les dorures et les peintures qui étaient visibles dans la salle d'attente. Il n'y avait pas tout ce qui pouvait distraire l'attention. Seuls quelques livres posés sur une étagère d'acajou confirmait bien qu'il s'agissait d'une pièce toute aussi riche que la précédente pour qui n'était pas connaisseur en tissus ou en bois, les livres restant toujours un bon marqueur de possession pécunière avancée.

- Je crois savoir que l'Intendant vous a remit une lettre pour moi, mais j'aimerais que vous me réexpliquiez votre situation avec vos mots. Désolé si cela vous semble répétitif, mais je sais qu'il se fait vieux et il se peut qu'il se montre parfois... un peu sénile, soyons franc. Enfin, vous voyez ce dont je veux parler. L'âge n'est pas toujours synonyme de sagesse.

Installé, l'homme vous regarde, attendant vos réponses.

***

Entaro relève les yeux. Il reste silencieux un instant puis soupire.

- Tu me vois demander du sable aux gardes pour me nettoyer ? Bien sûr que non. Déjà on a un peu d'eau c'est pas si mal.

Le sol en terre battue n'aidait effectivement pas, pas plus que le peu de matériel qui était disponible pour les combattants. Lui ne semblait pas avoir gagné un combat suffisamment important lors de sa dernière sortie pour avoir le droit de profiter des "loges". Il te regarda alors que tu semblais t'énerver à ses mots. Mais lui ne s'emballait pas.

- Tu sembles pas comprendre un truc. Toi t'as tes certitudes. Tu connais tes copains, tu as confiance en eux. Moi, je les connais pas, je sais même pas s'ils existent. Tu peux très bien être un de ces gars que les gardes s'amusent à envoyer pour voir qui a des idées de rébellion dans la tête. Maintenant si ça te fait bander de m'insulter parce que je me jette pas dans ton piège, tant mieux pour toi. Que j'ai entendu des trucs, des noms, signifie pas que t'es vraiment mon allié.

Les autres autour de vous semblaient tout aussi peu crédules pour l'instant. Un autre se rapprocha de toi, se raclant un peu la gorge au passage.

- C'est vrai qu'on a entendu que vous l'avez buté l'Dieu du Désert... Mais on sait même pas si t'es le seul survivant, combien vous êtes pour votre attaque. On sait même pas si c'est juste des conneries que nous ont rapporté les gardes en vrai. C'est quoi ton plan gars ? Explique un peu si tu veux qu'on tente le coup. Mais pas trop fort, les gardes y aiment pas quand on commence à trop causer. Donne ton idée, ça t'avancera plus que d'insulter le vieux.

Il jeta un oeil à Entaro qui, s'il était visiblement le plus costaud, il était aussi le plus âgé et le plus désabusé par le temps à subir ce système. S'il avait une âme de révolté, elle avait été tannée par le temps et il faudrait plus que ça pour la ramener de sous la terre et le sang qui bouchaient les trous menant à la lumière, à l'espoir.

- Elle est vivante d'ailleurs Manami ? Elle était sacrément belle celle là, ce serait dommage qu'elle s'en soit pas sortie face au Dieu.

Un petit sourire sur les lèvres, l'homme qui s'était rapproché de vous deux semblait plus à même de continuer la discussion tandis que Entaro reprenait son lavage de mollets. Dans un coin, un autre gladiateur a relevé un peu la tête pour t'observer mais il détourne le regard quand il a comprit que tu l'avais remarqué. Il reste alors silencieux, faisant comme si de rien n'était.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara Ôji

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Ven 12 Fév 2021 - 22:34
Ôji ne répondit guère au commentaire du Kumojin, bien qu'étant tout à fait d'accord avec lui. Qui sait s'il aurait réagi aussi calmement que l'Enfant du Désert lorsque, durant la dernière mission, un des Maîtres était parvenu à soutiré plus d'argent que convenu à l'organisation ? Le Vice régnait dans les couloirs du Colisée, il le savait. Sans ryôs, difficile de parvenir à ses fins avec de tels êtres abjects.

Toutefois, un sourire nerveux était à peine visible sous sa barbe blanche, lui qui se demandait comment se déroulait l'immersion de Keijiro le Gladiateur...

Les deux jeunes shinobis patientèrent alors sagement dans la salle d'attente, évitant le moindre commentaire qui pourrait les incriminer. Comme lui avait dit Manami, les murs avaient des oreilles et il serait bien regrettable de faire échouer la mission et perdre leur couverture. Pour le moment, tout se passait sans accroc. Encore faudrait-il convaincre le Directeur, qui ne tarda avant de se libérer suite à une précédente mission, dont l'Asaara ne manqua pas de garder en mémoire le visage de ceux qui quittèrent l'endroit.

Après s'être installés, il ne tarda pas à se lancer dans le vif du sujet :

- Bonjour, monsieur le Directeur. Comme cette note l'indique, je me nomme Shiyikuso Asura. Vous êtes sans savoir que j'ai récemment acquis deux de vos esclaves, Keijiro et Manami la Blanche. Comme je l'ai expliqué à votre Intendant, j'ai été dans l'obligation de garder auprès de moi ces deux gladiateurs pour assurer ma protection. Ma vie a été menacée à plusieurs reprises, lors de l'Eveil du Dieu du Désert et de l'agitation que cet évènement a engendré. La situation à Kaze est particulièrement instable et nous savons tous les deux que sa population a besoin de se divertir et oublier, le temps d'un jour, les malheurs qui ont plu sur le Désert. C'est pour cela que je vous propose de reprogrammer ce combat qui verra s'opposer une légende vivante du pays et l'une des meilleurs combattantes du Colisée. Lorsque j'ai vu Manami à l'oeuvre, j'ai pu observé à quel point elle possédait une capacité unique à faire lever les foules et savait qu'il s'agissait là d'un investissement intelligent. Nous avons là la possibilité d'affirmer la position forte de cette Arène, en faisant de ce combat un évènement national. Si vous êtes de cet avis et disposés à pardonner la précédente annulation, nous pourrions travailler ensemble pour réaliser un objectif qui bénéficierait à tous les deux. De plus, la réputation de vos guerriers ont amené ce Seigneur, venu tout droit du Pays de la Foudre, à venir visiter vos installations et voir de ses propres yeux le potentiel intéressant que notre pays à des dignitaires comme lui. Sans oublier les retombées économiques qui bénéficieront à tous...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Mer 17 Fév 2021 - 19:53
Ôji ne répondit pas à ses paroles. Il ne montra aucun signe d’adhésion ou de désaccord face à ce que venait de lui dire le jeune shinobi aux cheveux blancs. Ce qui, avouons-le, l’énerva encore plus. Il détestait perdre son temps à lécher les pieds de ceux qui se croyaient tout puissants dans ce monde qu’était le Yuukan. Lui avait prouvé beaucoup de choses, il avait frôlé la mort, s’était dressé face à la barbarie imposée par le Teikoku… Et pourtant, il n’appartenait pas à ce fameux « gang », sans doute car ses idées étaient bien trop ancrées d’un fond de vérité.

Ce fut donc dans cet état d’esprit que notre jeune héros pénétra dans le bureau du directeur. Ils allaient devoir recommencer le même manège qu’ils avaient fait avec l’intendant, mais cette fois en attendant une réponse qui s’avérerait sûrement finale. Car ils ne le feraient pas trois fois, ou alors Hiko s’en irait. Il n’avait pas que ça à faire, et il espérait vraiment que la prochaine entrevue serait la dernière, qu’elle serait la bonne !

S’installent dans son fauteuil, il se contenta d’écouter et d’observer ce que Ôji disait. Il maniait bien la langue, et lorsqu’il mentionna Hiko sous son pseudonyme de seigneur de la Foudre, ce dernier plongea alors ses yeux dans ceux du directeur, comme pour lui montrer qu’il n’avait pas fait tout ce chemin pour rien. Il espérait vraiment qu’ils réussiraient à trouver un terrain d’entente, car il en valait de l’ordre de la vie du directeur…

Ce fut donc silencieusement qu’il attendit que le couperet ne tombe, étant totalement impuissant dans ce jeu de négociations futiles qui, par ailleurs, ne ménerait à rien d’autre que la destitution du directeur, d’une façon ou d’une autre. Il ne tenait donc plus qu’à lui de savoir s’il voulait sortir du Colisée sur ses deux pieds, ou les deux pieds en avant…

_________________
[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle X2ek11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Keijiro
Keijiro

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Sam 20 Fév 2021 - 13:54
Écoutant toujours l’autre se plaindre de sa situation tandis que tu lui offrais une voie de sortie, tu ne pouvais pas le comprendre. Plantant ton regard plein de dégout dans celui du vieux, tu ne pouvais discuter deux secondes de plus avec lui. Tu n’aurais définitivement pas besoin d’une personne comme ça pour votre coup.

Tu te retournais lorsqu’un autre homme s’approchait de toi, se montrant bien plus intéressé. Pouvais-tu lui faire confiance ? Car malgré ce que le vieux pouvait dire, tu savais qu’il y avait des espions parmi les prisonniers, à l’affut de la moindre mutinerie afin de stopper celles-ci dans l’œuf. L’homme qui baissait les yeux lorsque ton regard croisait le sien te paraissait être une personne sur qui tu pourrais compter, mais pas forcément pour motiver des troupes.

Posant ton regard dans celui de ton nouvel interlocuteur, tu hésitais. Tu avais peut-être fait confiance à Entaro, mais il avait combattu, cela se voyait. Un espion à la solde du directeur ne se battrait jamais et ses traits, ne trompaient pas. Dommage qu’il soit juste très con.

— Le vieux à dit quelque chose de vrai quand même tu sais… T’es peut-être à la solde du directeur ? Enfin bref, viens approche.

Tu allais lui raconter, mais tu n’allais certainement pas le laisser partir. Ses mouvements, tu les contrôlerais tous, s’il s’approchait un peu trop des barreaux et des gardes, tu irais avec lui et s’il le fallait, tu le tuerais. Tout comme tu ne laisseras rien au hasard quant au déplacement des quelques gladiateurs qui avaient pu entendre tes paroles.

— J’suis pas le seul survivant, loin de là. Il y a eu deux-trois pertes dans les combattants et chez les civils, mais on a fait du mieux qu’on pouvait…

Reprenant ton souffle, ton regard passait sur les prisonniers alentours, à la recherche d’une oreille un peu trop indiscrète. Baissant encore plus la voix, tu expliquais à celui qui se trouvait en face de toi le plan.

— On va reprogrammer le combat entre Manami et moi afin d’attirer le plus de hauts dirigeants, esclavagistes et pourritures ici. Et avec votre aide et l’aide des centaines de soldats à notre solde, Asaara, mercenaires, étrangers, on va prendre le Colisée, par la force ou par la diplomatie, mais le jour du combat, le directeur ne sera plus, tout comme toi tu ne seras plus prisonnier. Que ce soit ici, dans la tribune présidentielle ou chez les gardes, on a des gars partout. Toutes ces personnes seront ici pour les mêmes raisons, la liberté et la fin de l’esclavagisme Kazejin.

Tu t’approchais ensuite encore plus de lui, posant une main sur son épaule.

— Manami est bien vivante et peut-être qu'elle aurait envie d'un peu de compagnie, si tu vois ce que je veux dire. Autre chose aussi, ne t’avise pas de répéter mes mots aux gardes… Tu le regretterais.

Infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9167-keijiro-terminee#77295 https://www.ascentofshinobi.com/t9480-keijiro#80020 https://www.ascentofshinobi.com/u876
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Mer 24 Fév 2021 - 22:03
Onajomi Sôto attrape une pipe alors l'Asaara commence à parler. Tranquillement, il la bourre avant de sortir un paquet d'allumettes. Il en craque une, allume tranquillement sa pipe en tirant dessus. Enfin, il commence à fumer alors que Ôji termine son récit. Il reste pensif quelques longues secondes avant de répondre.

- Bien. Shiyikuso-san, Haruo-san, je n'ai aucun problème avec le fait de reprogrammer ce combat. Ce sera une réussite, je sais donc que le peuple sera heureux de le voir et paiera le prix fort. Mais, si vous le permettez, j'aimerais vous poser une question.

Tirant une nouvelle fois sur sa pipe, il souffle la fumée vers le plafond. L'air pensif, il semble encore incertain de sa réponse.

- Vous êtes un homme d'affaire et vous avez, je pense, un minimum d'expérience. Vous savez que ce genre de combat va rapporter gros quelle qu'en soit l'issue. Mais vous savez aussi la valeur de ces combattants et vous savez que chacun d'entre eux peut vous rapporter beaucoup plus en combattant de son côté ne serait-ce que trois combats. Alors que là, vous allez obligatoirement en perdre un voire les deux selon la fin du duel. Pourquoi voulez-vous reprogrammer ce combat qui va plus vous coûter qu'il ne va vous rapporter en somme ? C'est cela que je ne saisis pas dans votre approche.

Toujours sûr de lui mais sans être agressif, l'homme semble avant tout curieux du calcul qui a pu être fait avec cette envie de relancer un combat qui va se solder par la mort d'un des deux combattants. S'il comprend très bien la haine de l'ancien propriétaire envers Manami la Blanche et comprend bien que ce dernier estimait qu'elle n'avait aucune chance contre Keijiro, et c'était donc un moyen de rendre sa vengeance un minimum rentable, cela n'a rien à voir avec la situation du kazejin face à lui désormais.

***

De ton côté Keijiro, Entaro détourne totalement son attention de toi. Il n'a pas confiance et n'est pas le seul. Mais le curieux quant à lui t'écoute plus attentivement.

- D'ailleurs, moi c'est Izumi. Merde pour les civils, mais quand y a une calamité pareille, on peut s'estimer heureux de pas avoir tous été engloutis j'suppose. C'est cool que vous vous en soyez sortis en tous cas.

Plutôt avenant, l'homme avait un certain espoir dans les yeux. Plus jeune que Entaro qui était usé par les combats, il avait sans doute vécu moins de désillusions et il était encore capable de croire en cette possibilité contrairement à son camarade. Pour lui, un soulèvement n'était pas impossible.

- J'sais pas si vous êtes courageux ou fous d'être revenus là dedans... Si jamais ils arrivent pas à se mettre d'accord avec le directeur ça va être compliqué pour vous.

Pensif, il se gratta le menton.

- D'ailleurs z'avez pensé à un plan B si jamais ils se font avoir et on leur arrache les infos de la bouche en haut ? Ou s'ils se plantent vous vous faites juste charcuter ? Parce que autant si les grilles sont ouvertes on pourra aider, mais si on est enfermés et qu'ils viennent te canarder à coup d'arbalète, désolé vieux mais on se mettra pas au milieu...

Izumi s'étira alors un peu avant de reprendre ses réponses.

- Pour le coup le Directeur j'trouve pas que ce soit un mauvais gars pour l'avoir déjà vu, mais j'suppose que c'est une figure importante. Disons que si on pouvait arrêter les massacres et faire en sorte que l'arène soit libre, ce serait sympa aussi. Offrir du spectacle sans que ça signifie forcément des exécutions, des esclaves et des morts quoi. Pour Manami, j'l'ai vu combattre, c'est elle qui la choisit sa compagnie ! J'ai pas envie d'me refaire faire le portrait si tu vois c'que j'veux dire !

Lâchant un rictus amusé et un peu désabusé, il n'aurait pas dit non à un moment en tête à tête avec la guerrière rousse.

- T'en fais pas pour ça, par contre, t'as toujours pas élaboré ? Ça se passe comment ? Et quand ?

Il y a quelques gladiateurs qui se sont légèrement approchés, l'oreille tendue, tâchant de paraître aussi naturels que possible. D'un autre côté, les autres s'éloignent, préférant rester ignorants. Tu as ainsi six gladiateurs à ton écoute sur la vingtaine présente dans les geôles autour de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Keijiro
Keijiro

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle Empty
Hier à 9:13
Décidément, il t’en posait des questions ce jeune homme. Tu voyais que lui était plus à même de t’écouter que le vieil Entaro, il te fallait donc continuer. Mais surtout ne pas relâcher ta surveillance des personnes alentour, car tu ne pouvais te permettre d’échouer, il vous fallait le maximum de gladiateurs. Pour le bien de Kaze, pour leur bien.

— Enchanté Izumi. Baissant les yeux en entendant sa deuxième partie de phrase, tu ajoutais. Ouais… on peut s’estimer heureux.

Tu savais pertinemment que vous auriez pu mieux faire, du mieux faire. Mais cela n’était pas la question. Aujourd’hui, même si son nom pouvait encore vous aider, Kuuli n’était plus. Ôji, Mitsuhide et Sharrkan étaient bien moins extrêmes dans leurs pensées et de plus, vous avanciez rapidement depuis quelques temps. L’attaque du Dieu du Désert avait accéléré les choses.

Tu l’écoutais parler avec attention, cherchant le moindre indice qui pourrait s’avérer important pour la suite des événements. La confiance que tu portais envers cet Izumi devenait de plus en plus grande, mais peut-être cela n’était-ce qu’une simple ruse ? Beaucoup d’informations, tu allais tâcher d’y répondre correctement, tu ne pouvais pas perdre ton seul soutient et ce même si tu pouvais voir que votre conversation commençait à attirer un peu plus de monde.

— Le plan B… C’est pas le plus sûr, mais il est plus ou moins semblable au premier. Le premier sera mieux préparer niveau timing, le deuxième est un peu plus guerrier si tu vois ce que je veux dire… Mais t’inquiète pas, on a des hommes prêts à intervenir en soutient dès les premiers coups d’épées.

Tu marquais une courte pause, ton regard se baladait sur tous les hommes alentours. Tu reprenais ensuite.

— Le directeur n’est peut-être pas un mauvais bougre, mais c’est à cause de lui que le Colisée existe, c’est à cause de lui que vous êtes forcés de vous battre aujourd’hui. Et ça, on ne le veut plus. Ce sera terminé une fois le Colisée reprit. Fini, libre, plus de chaînes. Pour être un peu plus précis…

Tu restais méfiant, mais tu n’avais malheureusement pas le choix face à l’insistance d’Izumi.

— Lors de mon combat contre Manami qui va être reprogrammé, la sécurité sera renforcée, mais surtout dispersée tant un tel combat va attirer la foule. Ce sera à ce moment qu’on passera à l’action. J’ai deux frères actuellement en train de remettre en place le combat. L’un des deux descendra ici, pour vous aider lors du soulèvement qu’on va mettre en place. C’est pas sans risque, mais c’est le prix de la liberté. Ce type qui viendra vous aider, c’est un ancien Kumojin avec qui on a tué le Dieu du Désert, ses aptitudes aux combats ne sont pas à prouver, le meilleur combattant de tout le Yuukan.

Encore une petite pause, tu reprenais ton souffle.

— En parallèle, le deuxième sera dans la tribune présidentielle, vous attendant. Lorsque vous aurez pris le dessus sur les gardes, vous entrerez tous sur l’arène. On fera face, tous ensemble, aux magnats de l’esclavagisme, aux riches venant se délecter de notre malheur, au président. Et c’est à ce moment-là que le gars dans la tribune agira… Il prendra le contrôle, annonçant les nouvelles perspectives pour vous et pour le Colisée.

En voilà une longue tirade, nécessaire. À mon tour de poser une question maintenant.

— C'est vrai que c'est souvent elle qui choisit ses partenaires. Disais-tu en rigolant avant de reprendre. J’ai aussi une question Izumi… Je sais que la plupart des cellules sont remplies d’Asaara, tu saurais lesquels d'entre vous en sont ?

Infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9167-keijiro-terminee#77295 https://www.ascentofshinobi.com/t9480-keijiro#80020 https://www.ascentofshinobi.com/u876

[Mission/A/Kaze] Le Combat du Siècle

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Colisée
Sauter vers: