Soutenez le forum !
1234
Partagez

Impressions indélébiles — ft. Seiun

Damahara Kamui
Damahara Kamui

Impressions indélébiles — ft. Seiun Empty
Dim 27 Déc 2020 - 23:31



Fin de l'Été de l'an 204, quelques jours avant le triomphe de Sendai Yahiko à l'Épreuve de l'Ignition.

Le soleil commençait son inexorable chute vers l'horizon, gratifiant les rues de la capitale impériale de ses derniers pleins éclats. De part et d'autre, les quelques soldats en permission et les badauds se croisaient sur le chemin du retour au foyer ; le profanateur était, en quelque sorte, l'un d'entre eux. Un énorme rouleau porté en bandoulière, il ne fendait cependant pas la foule hétéroclite pour retrouver l'atmosphère reposante de son foyer, à la différence de ses très chers compatriotes.

Voilà un temps qu'il avait été amené à rejoindre les rangs de l'Unité Impériale, sous l'impulsion du Lieutenant Gozen ; on pouvait donc se laisser aller à penser qu'il se retrouverait baigné dans les affaires les plus secrètes de l'empire, qu'il aurait saisi toutes ces occasions de s'introduire dans le coeur vacillant et flamboyant du pouvoir de pleine main. La route la plus sinueuse, mais inexorable, vers le sommet.

Il n'en était rien. Il n'y avait aucun empereur à servir, et les ordres ne venaient pas à lui ; il n'était qu'un soldat glorifié, qui n'avait encore jamais rencontré le moindre de ses comparses. L'afflux de missions qu'il qualifierait de « classiques » n'avait pas bougé d'un iota. Que ce soit aux côtés de Funka de l'Unité de Recherche, d'Akira de l'Unité Coloniale, il se retrouvait baladé comme le commun des forces teikokujines, colmatant les brèches ou apportant son soutien ça et là. Du temps libre, il n'en manquait donc pas vraiment ; ce train de vie était le sien depuis plus d'un an.

Le temps de mettre à profit ce statut de soldat désoeuvré était donc venu. Ses pas le menaient vers l'un des rares endroits où il n'avait pas encore fourré son nez de fouine au sein de la capitale : le siège de l'Unité de Recherche. Pas d'entraînement au menu, cette fois. Il s'y rendait afin de partager son savoir, et de s'y faire un petit nom. De sa dextre, il soupesait sous ses yeux l'Encyclopédie qui lui avait été confiée, merveille de cette même unité ; c'était cet ouvrage, et l'éminent Shinrin Hanzo, qui l'avaient poussé à prendre cette subdivision de l'Empire plus au sérieux.

Sans doute y croiserait-il d'autres grands esprits, serions-nous en droit d'imaginer. Rien n'était moins sûr.

Sa large paume poussa délicatement le battant de la grande porte, livrant à ses mires d'acier le rez-de-chaussée de l'édifice, où une poignée de soldats - ou scientifiques, bien que la plupart cumule les deux casquettes - s'affairaient comme un véritable essaim d'abeilles, sans le bourdonnement désagréable. Immanquablement, il s'attira une belle part de l'attention de la ruche, tandis qu'il s'avançait jusqu'à l'un des individus qui lui semblait le plus à même de le guider.

« Je me présente, Damahara Kamui, simple soldat au service de l'Empire. »

De son pouce levé, il désigna l'énorme rouleau qu'il avait transporté à la sueur de son front, en prévision.

« Je suis venu voir s'il m'était éventuellement possible de partager mes quelques savoirs avec l'Empire, par votre biais, en matière de Fūinjutsu. »



_________________
THÈME VOIX
« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12390-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-reprise-du-personnage#108061 https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Seiun
Seiun

Impressions indélébiles — ft. Seiun Empty
Lun 28 Déc 2020 - 0:04
Impressions indélébiles — ft. Seiun 3gMv2Ce

Les journées se faisaient longues au sein de l'Empire. Ce pays t'avait fait transpirer comme rarement en t'envoyant à une mort promise par les démons de Kaze. Mais tu en étais revenue en un morceau, pas dans le meilleur des états, mais assez sainement pour en gagner un nom qui ne faisait aucun sens. Pour autant, pas de prime. Pas de promotion. Juste cette putain de table à rallonge ou des personnes qui se croyaient intelligentes passaient leur temps à parler.

Migraineuse à en crever, tu comptais les secondes qui te séparaient d'une liberté de jadis. Rejoindre ce pays t'avait assuré une rente mensuelle.. Mais au prix de devoirs chiants à mourir, et d'une reconnaissance beaucoup trop maigre à ton goût. Avant, quand des exploits étaient grandioses, on te payait le prix fort. Ici, tout le monde était logé à la même enseigne, et ça avait le don te faire rager.

Ton poing s'explose sur la table, rompant avec le silence ou la monotonie des échanges d'intellectuels. Un brin de silence, de surprise générée, bien vite rattrapée par l'ouverture des portes qui t'enfermaient ici.

Quelle que soit la personne qui serait entrée maintenant, elle serait ta garantie pour une sortie bien méritée, avant que ton esprit n'implose et réduise à néant toute forme de vie dans ce laboratoire.

La personne se présente, déblatère un argumentaire que tu n'écoutes que de moitié ;

- Ah te voilà enfin, j'ai failli attendre !

Tu te lèves et harponne le nouvel arrivant par l'épaule avant de l'embarquer vers la sortie. Une poigne forte, une réaction assez vive qui devait surprendre l'intéressé comme les spectateurs hagards qui ne comprenaient rien à rien. Certains auraient bien haussé le ton pour te faire changer d'avis, mais les portes se refermaient déjà dans votre dos, et tu étais sauvée de ce piège à rat.

Ton sourire disparaît au profil d'un air blasé. Ta paume quitte son épaule pour venir se croiser sur ton buste. Enfin, tes prunelles englobent les siennes et cherchent à comprendre ce qu'il venait vraiment quérir en ces lieux maudits.

- Oh crois moi tu ne veux rien partager avec eux...

Tes paupières se plissent, à mi chemin entre l'intérêt et le vice.

- Mais je suis toute ouïe sur ce que tu peux m'apporter d'intéressant.

Ta curiosité serait peut-être de courte durée ; tout dépendrait de ce que l'homme avait à te faire gagner... ou non.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10147-seiun-fichee-terminee#86391
Damahara Kamui
Damahara Kamui

Impressions indélébiles — ft. Seiun Empty
Lun 28 Déc 2020 - 1:33



S'il s'attendait à quelque chose en se confrontant pour la première fois aux scientifiques de l'Empire, ce n'était certainement pas à cela. Entrainé par la poigne de cette femme encrée jusqu'au visage qui semblait l'avoir attendu, il ne put que constater la foultitude de mines aussi déconfites que marquées de ses collègues. Le profanateur crût même percevoir un regard compatissant, aspiré dans l'élan de sa ravisseuse.

Retour à la case départ. Les raisons de ce quasi-kidnapping ne tardèrent pas à se dévoiler à Kamui, à demi-mot ; les paroles de la tatouée étaient nébuleuses, mais en laissaient deviner juste assez pour que l'intérêt du patriote soit piqué au vif. Face à cette vipère vivace, le Damahara laissa son masque de détachement se morceler pour révéler un petit sourire amusé, presque condescendant. Le reptile saisissait l'oisillon, habituellement ; cette fois, il était tombé sur un semblant de concurrence.

« Ne rien partager avec eux... voilà des propos qui méritent un petit éclaircissement. »

D'un geste désintéressé, le grand souleva l'épais rouleau en glissant sa main sous la lanière de cuir qui le maintenait à son dos, avant de le laisser retomber à la verticale entre lui et l'intrigante. D'une main, disposée à son sommet, il le maintenait en équilibre.

« Il y a là dedans quelques unes de mes créations en matière de Fūinjutsu, bien qu'il s'agisse en général de remaniements des principes basiques. »

D'un geste de la paluche, il épousseta sa veste de jais, là où la patte de sa prise l'avait touché ; s'il ne dégagea pas grande crasse, le geste était symbolique, provocateur. Ses mains s'assemblèrent ensuite, laissant le parchemin tenir en équilibre l'espace des quelques instants qui seraient nécessaires à l'emploi de la technique du Damahara : de la détection. Dans sa vigilance presque paranoïaque, il vérifiait s'ils étaient écoutés - et en profitait pour sonder son épaule, là où la femme l'avait saisi.

« Cela dit, j'ai beau y réfléchir, mais je ne vois pas la moindre raison qui devrait me pousser à vous "apporter" quoi que ce soit. Si vous voulez quelque chose, il va falloir vous expliquer... et éventuellement vous présenter, aussi. »

Concluant sur une note suffisante, il retint tout de même quelques autres remarques plus acides. À trop abuser de son pseudo-ascendant, il risquait de vexer l'impulsive créature. Pour une fois qu'il avait affaire à ce genre de spécimen, il n'allait clairement pas cracher sur l'occasion. Assez de soldats sans saveurs, pensa-t-il en reposant sa grande main sur le sommet de son parchemin, ce steak tartare m'a l'air bien plus appétissant.

_________________
THÈME VOIX
« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12390-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-reprise-du-personnage#108061 https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Seiun
Seiun

Impressions indélébiles — ft. Seiun Empty
Lun 28 Déc 2020 - 2:22
Impressions indélébiles — ft. Seiun 3gMv2Ce

- J'ai pas la rage tu sais

Ton regard avait suivi ses mouvements de main avec un léger agacement. A plusieurs reprises, le coincé avait montré qu'un simple contact l'avait dérangé au point de se dépoussiérer l'épaulette comme un prince capricieux l'aurait fait. Des manières très vite interprétées sous ton regard ambré, les jugeant avec un sourcil arqué, l'autre froncé.

- Crois moi je viens de te sauver la mise... Sinon on était partis pour des heures de questionnement, peut-être même des jours de théorisation. Non vraiment...

Cette fois-ci, une moue de dédain anime tes traits, te faisant aussi légèrement hausser les épaules comme s'il s'agissait d'une évidence :

- ... Ces gens sont chiants à mourir

Ta main vint alors caresser ton menton alors que l'homme avait fait tomber au sol un outil peu conventionnel. Il se disait amateur de Fuinjutsu, ce qui avait de suite piqué ton intérêt, pourtant si rare à capter. En dehors de l'argent, peu de choses t'importaient. Et le Fuinjutsu faisait partie des exceptions... Puis qu'il était ton atout majeur.... Justement pour dérober ton intérêt numéro un.

- Du Fuinjutsu hein...

Tu ne savais pas mentir, ni masquer ta cupidité naissante alors qu'il venait à peine de remettre en question ta légitimé pour acquérir ses savoirs. Cette fois-ci, ta paume se tend en avant comme en attente d'un poignée de main, mais tu te ravises à mi chemin. T'essuyant grassement sur un rideau à portée de main, tu ré-itère l'action aussi lentement que possible, comme pour provoquer la jouvencelle en face de toi qui craignait la saleté, ou qui aimait à le faire croire.

- Seiun, membre de l'unité de recherche, et grande amatrice des arts Fuinjutsu.

La main reste plantée dans les airs, en attente de sollicitation.

- Le deal est simple, tu peux rentrer et passer le reste de ta soirée à subir toutes leurs incessantes remarques d'intello, ou tu peux simplement me montrer ce qui se cache derrière ces manières de guindé refoulé.

Ton plus grand sourire dévoile une dentition opaline, carnassière. Le genre de signe qui en disait long sur ton impertinence et ta provocation naturelle.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10147-seiun-fichee-terminee#86391
Damahara Kamui
Damahara Kamui

Impressions indélébiles — ft. Seiun Empty
Lun 28 Déc 2020 - 4:42



Naturellement, il l'avait piquée. Il sentit une forme de satisfaction poindre en lui face à ce fait accompli, à cette maigre vengeance puérile qu'il avait assouvie pour punir la rudesse des gestes de la tatouée. Juste assez caustique pour être ressenti, mais pas assez pour se retrouver chassé comme un malpropre.

À l'agacement se succéda le dédain, visiblement adressé aux autres petites mains qui s'agitaient naguère dans la pièce à laquelle elle avait arraché le Damahara. Lui-même n'était pas friand des procédures litaniques et soporifiques, bien qu'il s'y soit toujours conformé par souci d'être bien vu. Force était de constater que celle qui se présentait sous le simple nom de Seiun ne s'encombrait pas de ce même fardeau, qui lui révélait un intérêt pour son art qu'il n'aurait su ignorer, tout comme cette main à demi tendue, puis essuyée.

Cette fois, Kamui ne se garda pas de rire. Plus que provoqué, il était véritablement amusé par cette rétorque muette à son propre geste provocateur. Sans réserve, il saisit la main tendue de son interlocutrice dans sa propre poigne. Solide, stable, elle était à l'image qu'il renvoyait de lui-même en cet instant précis. Confronté à cette femme sans fioritures, il laissait tomber les faux-semblants ; primale dans sa curiosité et sa franchise, elle forçait son respect, au moins pour le moment.

« Enchanté, Seiun, mais fais attention à ce que tu souhaites - et à comment tu le formules. »

Loin de réserver un cours d'expression à l'intrigante tatouée, il laissa planer sa remarque sans y donner suite. Il était trop fin pour se mettre à expliquer les sous-entendus qu'un esprit vicié aurait pu relever dans son invitation. Il lâcha enfin sa main, laissant la sienne regagner la lanière de son énorme parchemin.

« Si tu veux que j'accepte ton offre, il va falloir y mettre une contrepartie. Je peux te dire qui je suis, et te révéler une once de mon art, mais je n'ai rien à y gagner. »

Le regard perçant de Kamui soutint celui de Seiun. Au jeu des marchands, il n'était pas le dernier ; il était fils de noble, et avait côtoyé les vipères les plus doucereuses que les terres du Feu aient portées pendant presque toute sa vie.

« Vois-tu, le savoir, c'est le pouvoir. Je ne viens pas offrir mes services par pure charité ; mes alliés d'aujourd'hui seront peut-être mes poursuivants de demain, et les renforcer ne m'avance pas plus que cela. »

Du plat de sa paume, il tapota la surface de son codex aux mille et un sceaux, pour rapporter l'attention de l'encrée sur l'objet de ses convoitises, si tant était qu'elle l'ait même omis l'espace d'une seconde - ce dont le Damahara doutait lui-même.

« Ce que je recherche, c'est à créer un lien avec cette unité. Symbiotique, plus que parasitaire ; j'offre quelques savoirs, en échange d'autres. »

Ainsi se profilait le « deal » du profanateur. Se murant dans le silence, il laissait à Seiun le soin de sceller leur accord : des savoirs, contre son appui pour s'abreuver de ceux de l'unité ; sous le sceau de l'équivalence, ce qui allait sans dire.

_________________
THÈME VOIX
« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12390-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-reprise-du-personnage#108061 https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui
Seiun
Seiun

Impressions indélébiles — ft. Seiun Empty
Mar 12 Jan 2021 - 22:50
Impressions indélébiles — ft. Seiun 3gMv2Ce

L’albâtre avait enfin lâché prise et s'était détaché d'une partie ennuyante de lui même. Sa politesse, ses mots ; envolés. Il se permettait une petite correction, te prenant pour une adolescente à qui l'on devait expliquer les mœurs actuels, ce qui t'arracha une légère moue suspicieuse. Sa paume avait conclu un accord hâtif alors qu'il commençait à peine sa négociation. Cette poigne était précoce, dénuée de sens, et elle t'enlevait déjà un sourire cupide.

De ton corps naissent des vipères que l’œil ne voit pas ; elles longent ton bras, se nichent dans ta paume, mordent la sienne. Une décharge de chakra réveille leurs ardeurs... Et leur poison. Si le sceau fonctionnait bien ; alors il serait prisonnier de toute sa hauteur dans une position ni familière, ni hostile. Paralysé ainsi, devant ta gourmandise grandissante et ton regard baladeur.

Une ancienne version de toi même aurait simplement confisqué son jouet au prétendu négociateur, et l'aurait laissé ainsi, incrédule. Mais l'Empire avait des règles qui t'interdisaient cette liberté presque frivole. Tu avais trop à perdre pour le peu que pouvait valoir ce shinobi et son rouleau.

Alors tu te contente de le scruter, à mi chemin entre la pénombre et la lumière.

- C'est culotté d'essayer de négocier avec moi alors que je viens de te sauver d'une bande de bipolaires chroniques.

Sourire ardent, enflammé comme un astre prêt à dévorer la terre.

- Mais soit, tu m'as en théorie aussi servi d'excuse pour en sortir alors...

Cette fois ci, ta paume se tend vers la porte et la frôle d'une étonnante caresse. Un mur de grande envergure germe alors comme par magie et en recouvre toute la superficie. Intérieurement, tu jubilais ; tu venais de bloquer la seule entrée (et donc sortie) de la pièce ou les rats de la Recherche se réunissaient. Ton seul regret était de ne pas avoir le courage d'attendre de voir leurs visages crispés à la découverte de ta petite surprise.

- Tu peux choisir...

Ta main désigne tantôt Kamui, tantôt le mur qui venait d'être invoqué.

- La paralysie ou la défense ?

Un pas de côté te rapproche de lui et de ses trésors de papier. Tu cherchais à trouver quelque chose de plaisant, un indice sur ce qu'il pouvait avoir à offrir, mais ne trouva rien.

- Enfin... A condition que ma part soit intéressante elle aussi

Tu ne caches plus ta malice, qui transpirait dans tes prunelles et même dans ton attitude, mais tu avais au moins le mérite de jouer franc jeu. Un banal apport de connaissances ne t'intéressait pas ; il en faudrait plus pour piquer ton intérêt.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10147-seiun-fichee-terminee#86391
Damahara Kamui
Damahara Kamui

Impressions indélébiles — ft. Seiun Empty
Jeu 14 Jan 2021 - 3:16



S'il y avait quelque chose pour déplaire à Kamui, c'était bien qu'on se joue de lui avec succès. Une question d'égo, qu'il ne comptait pas adresser, jamais. Il abordait le problème à l'envers : il oeuvrait à toujours se prémunir des entourloupes, d'où son petit scan sensoriel précédent. Il avait baissé sa garde, et la poignée de main qu'il avait acceptée trop vite lui fut fatale.

« Il y a méprise. Tu sembles avoir pris l'expression "sceller un accord" trop à coeur. »

Amer, il l'était assurément, en dépit de cette apparente pointe d'humour pince-sans-rire. Tétanisé de la main jusqu'à une bonne moitié de son tronc, il ne pouvait même plus composer le moindre signe incantatoire pour se tirer de cette mauvaise passe. La nuque raidie, il suivit les mouvements de Seiun du regard sans pouvoir vraiment bouger la tête. Ainsi, elle lui faisait une démonstration : une démonstration de ce qu'elle pourrait lui offrir, mais surtout de force. Condamner une issue, le paralyser - aux yeux du profanateur, elle essayait de l'intimider, peut-être même de le tourner en ridicule pour prendre l'ascendant.

Son sourire, s'il aurait pu le trouver charmant dans d'autres circonstances, ne faisait qu'attiser un feu qui ne demandait qu'à jaillir pour l'embraser toute entière.

D'un geste mesuré de son autre main, il tira difficilement la manche couvrant son bras figé. Si elle pensait pouvoir se jouer de sa vigilance, le prenant pour un maraud et une victime facile, elle se trompait.

Sur l'intérieur de son avant-bras dévoilé, une série de sceaux étaient inscrits. D'un simple coup d'oeil, on devinait qu'il s'agissait là de marques d'invocation rapide adaptées au combat ; en revanche, les runes les ceinturant étaient parfaitement ésotériques, uniques en leur genre. Plus qu'une bête tentative d'intimidation, il s'agissait là d'une première exposition de son ouvrage. Certes, il s'agissait là de sceaux qu'il n'enseignerait jamais à qui que ce soit, mais ils témoignaient d'une maîtrise de l'art sigillaire que les érudits eux-mêmes n'atteignaient pas toujours de leur vivant.

Son doigt laissa retomber sa manche sur son poignet, faisant tomber le rideau sur son aperçu. Son bras regagna son flanc avec lenteur, et sa main tremblante d'avoir lutté contre le maléfice se stabilisa enfin. S'il n'en menait pas large, il gardait la face. Il avait fauté une fois, et on ne l'y reprendrait plus. Si son visage était crispé par l'étrange maléfice de la tatouée, son regard avait lui redoublé d'intensité. En l'espace de quelques instants, Seiun avait fait passer le Damahara de la froideur à l'amusement, puis enfin à la colère.

Pourtant, bien qu'il soit remonté, Kamui reprit sur un ton posé. Son ressentiment passager et son égo ne l'empêcheraient pas d'être d'autant plus intéressé par l'étrange personnage qu'il venait de rencontrer, ni de rester maître de ses émotions.

« Cette paralysie m'intrigue. Je n'ai perçu aucun signe incantatoire. »

Un détail qu'il n'avait pas manqué de relever. Ses prunelles dérivèrent cependant de côté, cessant de scruter la silhouette de Seiun pour se déposer sur le mur de pierre qu'elle avait convoqué naguère. Une technique qui se rapprochait nettement plus de ce qu'il connaissait. Lui, qui abhorrait la mêlée, y trouverait bien plus son compte.

« Néanmoins, c'est ce mur qui m'intéresse. Je n'ai pas encore orné mon corps de sceaux d'invocation défensifs... purs. »

Si cela constituait le b.a-ba de l'art des sceaux d'espace-temps, l'invocation d'objets inanimés n'avait jamais été sa priorité. Ou plutôt, pas dans cet usage précis ; car s'il qualifiait son mur d'invocation défensive « pure », c'était pour le dissocier ses propres sceaux à vocation protectrice. Il n'y avait rien de pur dans son art, de toute façon. Ni la forme, ni le fond.

« Libère moi, et tu pourras jeter un oeil au rouleau. »

Intraitable, il attendit. Son regard aux teintes froides ne lâchait plus celui de l'impertinente. Il consentait à faire affaire, malgré le départ houleux de leur collaboration ; mais elle se ferait en ses termes, à son rythme.

_________________
THÈME VOIX
« En ce monde, nous marchons sur la voûte de l'enfer en contemplant les fleurs. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12390-le-vent-putride-qui-fit-fletrir-une-montagne-damahara-kamui-reprise-du-personnage#108061 https://www.ascentofshinobi.com/t10735-damahara-kamui

Impressions indélébiles — ft. Seiun

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 無節操 L'opportuniste ─ Seiun
» I dare you [Seiun]
» Dossier de Seiun
» Le grand silence [Seiun]
» Pôles opposés — ft. Seiun

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: