Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

La mesure du futur [ Yanosa ]

Byakuren Yume
Byakuren Yume

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Lun 28 Déc 2020 - 19:35

La mesure du futur


Les jours étaient passés comme un courant d'air au coin d'une porte. Des journées entières à contempler une fenêtre sans vue, à écouter des médecins sans entendre. On t'avait expliqué en large et en travers ce que ton corps avait subit, d'où il revenait, pourquoi tes pensées pouvaient être décousues. Un cœur qui s'arrête réserve souvent son paquet de traumas, mais à défaut d'avoir des humeurs inconstantes, rien de ton corps ne semblait avoir été totalement parasité.

Il fallait simplement laisser le temps réparer ce qui avait été brisé. Des os se reforment, des muscles s'endurcissent, un cœur peut rebattre. Mais les humeurs, elles, ne revenaient pas.

Depuis Tsume, tu bataillais pour reconstruire un puzzle déjà terminé, pour le visualiser avec du recul. Mais les sentiments rendaient ce travail impossible. Tes ardeurs vacillaient de jour en jour, quelque part entre l'abandon et la conquête.

On t'autorisait désormais les sorties, ton corps ayant recouvert assez significativement pour que tes pieds te mènent au chavirement. Te perdre dans l'enceinte de l’hôpital ne marchait qu'une fois ; avant que ton cerveau s'y habitue, en apprenant les plans comme s'il s'agissait d'un énième foyer.

Pour la première fois depuis longtemps, tu avançais à visage découvert, encore meurtri ; loin de ce qu'il avait représenté jadis. Une simple blouse de patient, aucune tenue, un teint rappelant ceux des mourants qu'on force à rester en éveil. Cela était source à bien des ragots, on se demandait ce qu'il se passait réellement, ou pourquoi une héritière se faisait soigner au milieu de la plèbe et déambulait comme un fantôme hantant les lieux.

Peu osaient tenir une conversation ; car peu de silhouettes réveillaient ton regard, souvent perdu dans ses propres troubles.

Un matin, sur la fin de l'été, tu décides de rejoindre un refuge perché sur les toits des bâtiments. Une planque à la vue plongeante sur une cité aussi balafrée que toi. Tu reconnaissais à peine certains quartiers pendant que d'autres n'avaient pas changé.

Une bouffée d'air remplit des poumons encore endoloris, qui semblent ensuite recracher tout le poids du monde. Quand la douleur disparaissait, respirer... était un de tes nouveaux plaisirs simples.

@Oterashi Yanosa



_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled


Dernière édition par Byakuren Yume le Lun 11 Jan 2021 - 10:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc https://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Mar 29 Déc 2020 - 14:23
Perché à plusieurs centaines de mètres au-dessus du village caché de la Roche, au-dessus des montagnes qui l’encerclaient de leurs murailles millénaires et inébranlables, Yanosa laissait son regard divaguer en contrebas, vers l’horizon, vers le futur. A cette altitude, la pression des vents était telle que ses oreilles en étaient saturées, le faisant virevolter sans autre intervention de sa part que ce chakra qu’il faisait courir dans ses veines, celui que Mého lui avait appris à manipuler. L’ironie de la boucle ne lui avait pas échappé : l’éolien, maître des airs et des vents, avait entraîné le Nihito, et ce dernier à son tour avait entraîné le guerrier tellurique, lui permettant comme aujourd’hui d’aller tutoyer les cieux comme l’aurait fait son sensei. Un Sensei qui, aujourd’hui… avait irrémédiablement disparu.

Tenzin avait été l’un des premiers. Il avait compris l’Oterashi, peut-être plus que quiconque, l’avait accompagné sur la voie de l’Assimilation, avait été un mentor et un partenaire à la hauteur de l’excellence que promouvait la cité. Sans jamais le juger, sans jamais avoir à le dire, il avait certainement cerné exactement ce qui faisait à la fois du guerrier de pierre une variable dangereuse et l’un des plus fervent défenseur du village. Mais, comme tous ceux qui l’avaient connu, Yanosa allait devoir faire son deuil, car cet homme, ce soldat, il ne le reverrait plus jamais. A cette pensée, qui revenait et revenait sans cesse dans son esprit comme l’assaut d’un démon acharné, son corps enrubanné se tendait et se crispait. L’éolien avait été le bras droit officieux de la Godaime : Toph avait eu une foi complète en ses capacités, et avait remis pendant longtemps les clés du kagenat entre ses mains, et plutôt que du chagrin à proprement parler, l’Oterashi ressentait à cette pensée le poids de la responsabilité qui pouvait, qui devait échouer sur ses propres épaules.

Seul dans le ciel, il s’immobilisa soudain, stabilisant son corps jusque là bercé par les vents et poussa un hurlement dénué de toute retenu, sa voix gutturale retentissant à travers les cieux en allant se perdre dans l’immensité. Il s’en écorcha la gorge, un goût de sang ferreux prononcé lui remontant dans les narines, et ce fut seulement l’absence totale d’oxygène dans ses poumons qui le força finalement à mettre fin à son élan de fureur. L’instant suivant, vidé, purgé, le corps du Tellurique se mit à chuter à grande vitesse en direction du village. Les yeux fermés, ne subsistait pour l’Oterashi que la morsure de l’air sur son visage. Peu à peu, il étendit ses sens, percevant progressivement les signaux d’énergie caractéristiques de tous les être vivants en contrebas. De tous les soldats qui partageraient son sort en cas d’échec, de tous ceux qui pouvaient partager sa vision du futur.

Mais alors qu’il tombait et tombait toujours un peu plus vite, il infléchit imperceptiblement sa chute vers un point précis, un chakra qu’il avait reconnu sans même y penser et qui l’attirait à présent comme un aimant. Instinctivement, alors que sa vitesse se faisait dangereusement élevée, Yanosa laissa à nouveau le chakra Mitsudo le parcourir, la résistance de l’air se faisant alors assez forte pour le ralentir, et il pu amorcer un atterrissage tout en douceur, les yeux toujours fermés, sur l’un des toits desquels on pouvait aisément contempler toute la ville. Ses pieds touchant la pierre du toit, ses genoux fléchis, il expira alors longuement, canalisant à nouveau en lui tout le focus indispensable à l’exercice de sa tâche. Et ce ne fut que lorsqu’il rouvrit les yeux qu’il l’aperçut finalement et la reconnut explicitement, perchée là à observer dans le silence.

« ...Yume. »

Il fit quelques pas dans sa direction, regardant au-delà vers l’horizon dévasté qui s’offrait à eux en marge des quelques zones épargnées de la ville.

« Si Aimi t’as laissée sortir, c’est que tu dois t’être bien remise… Bien. Une kunoichi de plus prête à reprendre le travail. »

Il l’oeilla sur le côté, plongeant ses iris de feu dans les prunelles océan de la princesse.

« ...A moins que tes réflexions ne t’aient menées autre part, bien sûr. »

Il observa à nouveau la cité devant eux, dressant ce qui lui semblait être une millième fois le bilan de leurs pertes et des dégâts qu’ils avaient à déplorer.

« Toi comme moi pouvons douter de bien des choses… mais en ce qui me concerne, je sais que ta volonté de servir le pays est intacte, quoi que les événements de Tsume puissent te laisser à penser. Quelle que soit la voie que tu empruntes. »

Il marqua une pause, puis finit par s’asseoir à quelques mètres de la Byakuren sur le rebord du toit où ils se trouvaient.

La mesure du futur [ Yanosa ] Ghostb11

« ...Je me demande ce que va devenir son Dojo, maintenant », susurra-t-il faiblement pour lui-même, ses pensées encore une fois tractées vers Tenzin.

_________________
La mesure du futur [ Yanosa ] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Byakuren Yume
Byakuren Yume

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Lun 11 Jan 2021 - 23:15

La mesure du futur


Pendant un instant, ton regard se lève et questionne le ciel ; tu étais persuadée d'avoir entendu un grondement céleste, peut-être l'introduction d'une tempête, d'un nouveau cataclysme ? Mais les nuages, eux, nient cette théorie et balaient cette impression d'avoir été grondée par le divin.

Une voix, pas inconnue, réveille tes instincts sans pour autant te faire tourner le visage. Tu n'avais pas vraiment besoin de le voir pour connaître presque à la perfection ses traits ; vu qu'il n'en avait aucun. Yanosa, le sans-visage : dont les mots te questionnent tantôt sur ta condition, tantôt sur tes convictions.

Les semaines avaient dénoué quelque chose qui était pourtant une évidence ; et l'Ombre serait aujourd'hui ton allié, ton support et ton confident prêt à les entendre.

- J'imagine... Les jours sont passés à la fois comme des secondes et des mois tout entiers. Moi qui craignait le temps, ici au moins, il m'échappe complètement.

Un léger rictus fait plisser des traits encore fatigués, mais pour la première fois, tu savais rire de ton malheur, le regarder d'un angle nouveau. Apaisée par tes nouvelles ardeurs, réanimée à une vie que tu tentais trop d'expliquer au lieu de la vivre.

Sans le confronter, tu entends ses derniers mots et constate toute la gravité de l'état actuel du village. Il parlait d'un dojo, probablement d'un ami ; et en suivant son regard, tu en déduisais qu'il ne s'agissait pas du seul que tu aies jamais côtoyé, celui de Toph. Dans sa question ; il avouait une absence... éternelle. Les noms tombés au combat ne manquaient pas, et tous laissaient derrière eux une vie qui ne se résumait pas qu'à l'engagement militaire au sein de cette cité.

- Rien... Il ne deviendra rien...

Une introduction crue, sans artifices... Qui cachait pourtant une finalité bien plus concilient :

- Puisqu'il ne changera pas. Ceux qui restent doivent perpétuer les traditions.. non ?

Une question qui n'attendait pas vraiment de réponse ; au fond, chacun en pensait ce qu'il voulait.

Autour de vous, des lucioles qui fuyaient les lumières matinales dansaient et éclairaient vos regards. L'heure n'était plus aux aurores, et pourtant elles vous offraient un spectacle tardif, unique.. puisqu'en cohésion avec les marbrures tantôt saumonées, tantôt mordorées du ciel.

- A vrai dire, ma motivation va au delà d'une simple fidélité envers Tsuchi...

Tes yeux s'endorment presque sur les bêtes animées, hypnotisés par leurs lumières.

- Je suis née pour Tsuchi, pour l'écouter, le guider, le représenter. Pourtant je l'ai défié, en me joignant aux forces armées, en cherchant à marcher aux côtés d'hommes et de femmes sans noms. J'ai caché mon visage, mes origines. J'ai cherché à gagner du temps.. pire, à changer les choses, à dompter ma crainte d'un futur nébuleux. Mais il faut se rendre à l'évidence...

Pour la première fois, tes prunelles se joignent aux siennes, lucides :

- J'ai été dépassée. Tout ce qui est imprévisible rend le futur indomptable comme inéluctable. Alors...

Tu prend une pause, comme pour avouer quelque chose dont tu n'étais pas fière ; une boule amère et indigeste que le monde entier connaissait pourtant déjà.

- Je vais reprendre par le début ; revenir sur ce qui appartient à un passé qu'on a oublié, qu'on rejette. J'aime ce pays ; mais aujourd'hui j'en porte les erreurs... Et Wasure en fait partie. Je ne peux pas oublier le chaos que l'on y a créé ; ce que le désespoir y a engendré. Cette terre paradisiaque : Nous en avons fait le havre de l'horreur et... Je crois qu'à défaut de prétendre embellir Tsuchi... je peux au moins demander de suturer les plaies de son passé.

L'aveu était lourd de sens ; Tu ne comptais pas concentrer ton attention sur le village lui même. Quelque chose en toi t'attirait irrémédiablement vers Wasure ; vers ce que tu voulais faire pour sauver ce qu'il restait à sauver. Tu ne pouvais pas oublier l'ultime regard des embrasés, des corps entassés ; du seigneur cendré et de son autorité contestable.

Il te manquait certaines pièces pour réparer un pays brisé. Et pour cela, il te faudrait probablement retourner dans ses abysses et t'y noyer pour de bon.



_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc https://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Mar 12 Jan 2021 - 14:20
« Hm. Tu as raison. Un adepte du Fuuton pourra trouver ses marques là bas. Continuer le travail de Tenzin. Ce ne sont pas les experts qui manquent. »

C’était sans doute ce qui se produirait, et ce qui pouvait également arriver de mieux à ce temple de la connaissance que l’éolien avait fait bâtir. Les vies avançaient au rythme du temps et des événements, se chevauchaient parfois mais surtout, se suivaient l’une après l’autre, inexorablement. Sous réserve d’un cataclysme à l’ampleur totalement inimaginable qui placerait l’humanité au bord de l’extinction, ce cycle se perpétuerait indéfiniment : dans quelles conditions, c’était là tout l’enjeu du conflit qui se jouait à présent entre la Coalition et le Ningen de l’Homme au Chapeau. Mais pas que, cependant.

Car si l’Oterashi avait rendu une visite prolongée à la Byakuren sur son lit d’hôpital, ça n’avait pas été par pure bonté d’âme, plutôt au contraire pour étayer les fondations d’un plan dont les enjeux pouvaient s’avérer tout aussi importants. Et lorsque vint finalement le moment pour Yume d’apporter sa réponse au guerrier tellurique assis à son côté, celui-ci se contenta donc dans un premier temps d’écouter, et de le faire avec une attention toute particulière. Les lucioles dansaient autours d’eux, témoins muets de la scène. La voix légère, aérienne de la jeune femme tranchait avec le poids de ses mots et lorsqu’elle déposa finalement pour la première fois son regard dans celui du guerrier de pierre, ce dernier put y lire la détermination retrouvée de la Byakuren. Que ce soit pour les bonnes ou les mauvaises raisons, se dit-il alors, Yume avait pris sa décision, et elle serait à fortiori irrévocable.

« ...Garante de la morale retrouvée du Pays de la Terre. Je vois. C’est donc finalement cette plaie là que tu as décidé de panser... »

Le contenu des rapports lui revint en mémoire, celui de Tsuyoshi notamment. La description qui y était faite de ce pays ravagé, usé jusqu’à la moelle par les autres grandes nations et laissé à pourrir dans son propre sang laissait peu de plance à l’imagination, et cela faisait sens que les réflexions de la Byakuren, à la recherche d’un point d’ancrage, l’aient mené jusque là.

« C’est une évidence difficilement discutable : les wasurejins sont dans l’ensemble bien plus à plaindre que nos propres concitoyens. Je ne te cache pas pour autant… que j’aurais souhaité que tes pensées te portent plus près de chez nous, mais la détermination d’un coeur ne se commande pas après tout. Fusse-t-il de pierre… ou de cristal. »

L’Oterashi inspira longuement, gorgeant ses poumons de cet air de montagne si pur qu’il affectionnait tant et qui lui manquait sitôt qu’il quittait le pays.

« … Mais dis-moi princesse… comment comptes-tu t’y prendre pour aller au secours de Wasure, hm ? Je ne te crois pas assez naïve pour croire que débarquer seule là-bas avec ton lot de bonnes intentions pourrait suffire… Tu as donc nécessairement un plan en tête, une estimation des ressources nécessaires,… et une idée de ce que tu comptes faire de ce « Seigneur des Cendres »… je me trompe ? »

Il n’allait pas tenter de la dissuader, bien au contraire : Son absence de Tsuchi, à défaut de sa présence pour militer activement pour l’avènement d’une nouvelle forme de gouvernement comme il l’avait espéré, pouvait également très bien lui convenir. Ce qui ne voulait pas pour autant dire que ses plans n’éveillaient pas chez lui une réelle forme d’intérêt.

_________________
La mesure du futur [ Yanosa ] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Byakuren Yume
Byakuren Yume

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Dim 17 Jan 2021 - 16:13

La mesure du futur


Tu sentais que tes aveux étaient entendus à demi-mesure. Ils étaient lourds de sens, car tu portais ton cœur vers d'autres horizons que ceux qu'Iwa voulait protéger. Se mêler d'un passé sur lequel votre pays avait déjà bien trop pesé pouvait être une ambition discutable, mais tu restais persuadée que ton destin ne se résumait pas à un unique chemin, jadis tout tracé par ton nom, ton sang, et ta position hiérarchique.

Yanosa ne cachait pas sa déception, mais il ne réfutait pas pour autant tes idées. Tu avais compris dès votre première rencontre qu'il était dévoué au pays, prêt à se battre en son nom pour en changer les mœurs. Tu avais redouté un instant que vos allocutions ne tournent qu'autour de penchants idéologiques ; d'être forcée à repenser une politique qui ne te concernait plus que de loin. Mais en replaçant Wasure au cœur du sujet, tu avais aussi posé tes propres limites : La politique Tsuchijine n'était plus à ta portée, et tes actions se résumeraient à une identité simple et sans autres ambitions.

Sa dernière intervention était lucide, curieuse de la faisabilité de tes mots. Un questionnement légitime, tant l'île était damnée et dangereuse. Mais sur ce point, l'inquiétude ne te criblait plus... Parce que tu savais. Parce que tu avais vu.

- Évidemment, ce n'est pas un but sans risque... Mais je sais d'ores et déjà que je ne suis pas la seule à y songer. Il n'y a pas de mots pour décrire ce qui a été fait de ces terres ; alors ceux qui l'ont vu de leurs propres yeux ne peuvent que comprendre cet appel de cause.

Tu pensais à ceux qui avaient confronté pour la première fois les maux de Wasure, puis aux membres désignés par la coalition pour retrouver ton cristal. Tous avaient une vision très nette de ce à quoi ressemblait l'horreur personnifiée. Tous... seraient probablement touchés par ces blessures. Tous seraient alors libre de joindre leurs forces dans cette ultime tentative de rattraper les choses.

- Je compte sur ceux qui savent déjà, qui connaissent toute l'atrocité d'un pays laissé à des horreurs d'état. Car ce n'est pas que l'affaire de Tsuchi, mais bien l'histoire de notre monde, de ceux qui ont fait, et ceux qui ont laissé faire.

Une ambition internationale, qui transgresserait les frontières.. A la manière d'une Coallition réinventée ; axée sur le passé plus que vers le futur. Cette marche à reculons pouvait sonner hérétique, elle t'étais pourtant si précieuse qu'elle avait éradiqué jusqu'à la paralysie liée aux vices de ton passé. Si tu ne pouvais plus avancer par peur de faire pire ; alors te retourner et rattraper un temps inverse serait la meilleure option pour égaliser les forces face à l'inconnu.



_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc https://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Lun 18 Jan 2021 - 13:43
« Loin de moi l’idée de te décourager, mais… la mode est plutôt à penser à l’avenir, pas à remuer le passé. »

Aussi légitime que pouvait être la cause choisie par la Byakuren, elle ne pouvait effectivement pas avoir le vent en poupe d’après l’Oterashi. Wasure était autant un bourbier politique que militaire et dans la conjoncture actuelle, l’attention de la Coalition se portait de fait davantage vers Tsume et vers les Lieutenants de Tôsen, futurs adversaires décisifs des prochaines batailles.

« Et je dois dire… que je me retrouve plutôt à suivre les tendances en ce moment. Les alliés de l’Homme au Chapeau sont là, quelque part, à attendre l’occasion de nous faire échouer, à l’affût de la moindre opportunité pour épauler leur maître dans sa quête absurde. Si on ne veut pas encore subir et subir sans arrêt, il va falloir agir, pour de bon. » asséna-t-il tout en se relevant du bord du toit.

Il inspira longuement, laissant les lucioles danser devant ses yeux, avant de finalement porter son regard sur la Byakuren en la toisant de toute sa hauteur.

« … Mais qui sait. Peut-être certains groupes sur l’île seraient prêts à joindre leurs forces à celles de la Coalition, dans le but de préserver le Chakra… Seulement… il y a de grandes chances que ce genre de communautés soient précisément celles que tu voudrais évincer pour apporter un semblant de paix là-bas. Un dilemme en perspective... »

Il demeura là, droit sur le bord du toit, à contempler l’étendue balafrée de la cité en se demandant l’espace d’un instant comment ils arriveraient à combler ce gouffre ou à lui donner une quelconque utilité.

« ...Un dilemme que tous ne percevront pas nécessairement de la même façon, d’ailleurs. Toi et d’autres membres de la Coalition aurez beau partager la même ambition pour Wasure… vous ne vous retrouverez pas forcément sur les moyens à employer, les limites à ne pas franchir… J’en sais quelque chose, princesse : j’ai beau vouloir la même chose que mes supérieurs… mes méthodes ne sont pas pour autant toujours à leur goût. Et réciproquement.

Réfléchis bien à tes limites, Yume, ou bien le temps que tu t’aperçoives que tu les as atteintes… il sera trop tard. 
»

Le guerrier tellurique s’arracha à sa contemplation, pivotant sur place pour faire demi-tour et tourner le dos à la jeune femme.

« ...Hypothèse de travail, si tu permets. En admettant que tu réussisses à accomplir ce que tu veux là bas… que ferais-tu ensuite ? Après tout, Wasure n’est qu’un symptôme, pas une cause, et sans traiter ces dernières… peu de chance de pouvoir changer quoi que ce soit sur le long terme. »

_________________
La mesure du futur [ Yanosa ] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Byakuren Yume
Byakuren Yume

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Dim 7 Fév 2021 - 21:12

La mesure du futur


Pour la première fois, un sourire redessine tes traits d'ordinaire éteints. Yanosa peinait à suivre ta logique, car elle allait à contre courant sur ce que la raison pouvait suggérer. Mais la raison, jusque là, n'avait fait que se jouer de toi, et t'avais amenée dans le jeu dangereux d'une personne dont la symbolique transcendait toute forme d'allégation.

- Justement, s'il y a bien une chose que Sakaze Tosen ne peut plus contrôler ; c'est le passé.

Et à cet instant, tu assumais toute l'hérésie de tes propos. Un contre-sens qui prenait le parti de la rédemption, plus que de la conquête.

- Surprendre quelqu'un qui connaît tout vos faits et geste à l'avance ; c'est aussi savoir tenter d'entreprendre différemment. Hi, Tetsu, Wasure, Tsume. Tôsen nous y attendait toujours préparé parce qu'il savait ce qu'il s'y passerait. Pire, c'est comme s'il nous invitait en ces lieux pour nous détourner de ce qui pourrait être son véritable talon d’Achille.

Ton regard continue de se perdre dans le sien, dont les lueurs semblaient le brûler de l'intérieur.

- Wasure est en proie à une dualité de règne que je ne saurais pas encore expliquer. Un seigneur autoproclamé dont les origines sont inconnues, et les méthodes discutables... Mais un seigneur dont le règne n'a pas le respect de tous. Des êtres vivent en monstres sur une autre partie de l'île ; des assimilateurs, probablement enfermés pour leurs particularités. Devenus les horreurs qu'on leur a faire croire qu'ils étaient.

Un soupir vient avouer la culpabilité qui était liée à cet aveu. Ton père était un des responsable à cette crise mondiale ; il t'en incombait donc toujours une forme de redevance personnelle, invisible, immuable.

- J'ignore tout des méthodes à employer, des mots à choisir, des mœurs à combattre. Que mon équipe soit soudée ou non ; la finalité est la même pour tous. Yanosa... Que pensez-vous qu'il adviendra si l'on prive un assimilateur de son chakra.

Ton esprit osait à peine l'imaginer. Une Résonance bien plus puissante ; bien plus extrême aussi. Certains scientifiques pouvaient bien assumer que le risque serait nul, qu'il s'agirait d'un simple retour à la norme : mais ton cœur lui, ne pouvait s'empêcher de croire à une vision bien plus néfaste de cette potentielle seconde vague.

- .. Si nous réussissons à trouver une entente sur place, à mutualiser nos forces ; alors j'aimerai que cet endroit redevienne ce qu'il fut jadis. Une terre d’accueil, et non pas une prison cachée....

Rebâtir la prison en une immense ville : lui rendre son autonomie ; sa vie.

- Je sais bien que cela sonne fou. Mais croyez moi... il me paraît encore plus fou de vouloir encore une fois courir dans les pas déjà tracés par Tosen.



_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc https://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La mesure du futur [ Yanosa ] Empty
Mar 9 Fév 2021 - 9:54
« Conceptuellement… ça peut faire sens, en effet. »

Il s’était arrêté à mi-chemin sur le toit, ramenant une main vers son menton comme pour mûrir les propos tenus par Yume. Le futur qu’avait déjà vécu Tôsen ne devait déjà plus être qu’un vague souvenir, effacé, déchiqueté dans les courants intangibles du temps, mais cela n’enlevait rien à sa capacité de perpétuellement contempler cet avenir sans cesse en mouvement qu’il voulait façonner. Yanosa avait peine à croire que l’hôte de Gobi pouvait être en capacité d’étudier de près tous les flux, tous les croisements et toutes les interactions possibles pour atteindre le statut d’omniscience absolue, aussi leurs actes à toutes et tous pouvaient-ils encore jouer un véritable rôle dans le conflit qui les opposait à lui.

Ce que le guerrier tellurique avait aussi peine à croire, toutefois, c’était qu’une intervention nécessairement massive à Wasure pourrait influer sur le cours de cette guerre silencieuse. Mais après tout, se dit-il, disposait-il de dons de voyance qui auraient pu valider son assomption ? Même pour son esprit logique et rationnel, trop de paramètres et d’inconnues étaient à prendre en considération, et si ses tripes lui soufflaient que la quête de la Byakuren semblait bien vaine, il ne pouvait pas non plus affirmer qu’elle le serait assurément et absolument. Malgré tout…

« ...Mais quand bien même, l’esprit des gens restés coincés sur cette île… Ce n’est pas vraiment se montrer pessimiste de dire que beaucoup seront irrécupérables, quoi qu’on fasse. Il y aura des morts, Yume, du sang sera versé, d’une façon ou d’une autre, en dépit de toute la bonne volonté de paix que tu voudras apporter là bas… J’espère que tu en es bien consciente. »

Ses doutes, d’aucun dirait son scepticisme très poussé concernant les aspirations de la Byakuren, il lest lui avait à présent exposé en long en large et en travers, mais l’Oterashi ne pouvait se départir de ce sentiment persistant, celui qui lui dictait effectivement que oui, de grands chantiers tant humains que matériels devraient tôt ou tard être entrepris à Wasure. Le Yuukan ne pouvait pas accepter, le genre humain ne pouvait pas tolérer qu’un écosystème demeure ainsi isolé dans son propre enfer, et étant données les lubies de constructions à grande échelle qui pouvaient habiter le Tellurique ces temps-ci, celui-ci pouvait aisément s’imaginer sortir de terre des cités entières pour apporter ce fameux renouveau à l’île prison.

Toutefois, ce qu’il voulait avait peu d’importance, face à ce qu’il devait.

« Les Assimilateurs… J’imagine que tout dépend de leur état au moment où cela arriverait… Mais pour être honnête, je n’ai pas envie de considérer ce scénario. Même si en ce qui concerne ta nouvelle cause… la fin du chakra paraît au final être un début de solution très solide, n’est-ce pas ? C’est pour ça, que tu me poses la question… Tu voudrais savoir, au fond, si laisser faire Tôsen ne pourrait pas apporter un début de paix sur cette île sans mettre fin à la vie de tous ces gens… Quelle douce attention.

Je vais être honnête avec toi, Yume : ton ambition, ton projet… il est pertinent, et juste. Si il pourrait aider à faire pencher la balance pour sauver le Chakra ? Peut-être, ou peut-être pas… Et si j’avais la conviction qu’il le ferait, je t’aiderais à mettre tout ça en place sans hésiter. Seulement voilà… Éliminer ce nécromancien que Tôsen s’est dégoté…. Ça…. Ça sauvera nombre d’entre nous sur les champs de bataille à venir, et fera indubitablement pencher cette balance de notre côté.
 »

Une paire d’équations qui ne souffrait pour l’heure aucun débat dans l’esprit du Tellurique, qui se devait de s’investir uniquement quand il avait atteint un certain degré de certitude dans un projet.

« Cela étant dit, tu n’as pas répondu à ma question… Wasure, tu t’y installerais ? Tu tournerais le dos à ton pays à tout jamais ? »

_________________
La mesure du futur [ Yanosa ] Giphy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

La mesure du futur [ Yanosa ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: