Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita)

Ten no Ikari
Ten no Ikari

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Dim 10 Jan 2021 - 19:44




Excursion Prémonitoire



Aujourd'hui une lettre m'était parvenue provenant visiblement du bureau du Raikage, cet homme que j'avais appris à admirer et respecter. Cette lettre, je savais les reconnaître parmi bien d'autres, car cette dernière était fermée par un sceau assez distinctif : un ordre de mission. En voyant ce petit bout de papier, je ne pus que sentir l'excitation monter en moi, et je me dépêchai de l'ouvrir pour en découvrir le contenu. Une mission de rang B, qui concernait visiblement une sorte de...sauvetage ? Du moins c'est ce qui paraissait au travers de la missive même si la formulation laissait penser que les ennuis ne viendraient pas que de l'extérieur. Une mission qui avait en effet plusieurs parties, et pas toujours très claires, mais j'espérais que ce dénommé Suzuri Kyou serait à même de nous apporter plus d'informations sur le sujet. Après tout, c'était lui qui avait commandité la mission et il devait très certainement posséder des informations qui nous aiderait à localiser notre cible.

Autre information que je n'avais pas manqué de noter était le fait que, parmi les trois shinobis qui étaient mandatés pour cette mission, j'étais le seul à posséder le grade de chunin. Ce qui faisait de moi de facto le chef de cette équipe. Un petit sourire perplexe naquit sur mes lèvres alors que je me remémorais ma discussion avec l'Ombre de la Foudre lors de ma promotion au rang de chunin. J'avais évoqué le fait que je désirais forger un peu mon expérience avant de prendre une équipe sous mon aile, mais cela avait été clair que malgré cela, en ma qualité de ninja de moyenne classe, je serais amené à diriger des équipes en mission. J'avais accepté, et voilà que je devais donc faire avec lors de cette mission. Eh bien...cela allait être amusant ! Regardant les deux autres noms qui étaient censés m'accompagner, je reconnus aisément celui de l'incandescente Hita. J'avais déjà eu affaire à elle, une assimilatrice katon, lors d'une mission à l'académie et lors d'un entraînement un peu plus tard. L'avoir dans notre équipe serait une grande force niveau dissuasion. Quant au second nom, Jiongu Atorasu, je ne le connaissais pas du tout. Ce serait l'occasion de faire connaissance avec un nouveau camarade, et éventuellement de nouvelles capacités.

Prenant tout de suite les devants, j'écrivis une lettre à mes deux coéquipiers pour leur donner l'heure et le lieu de rendez-vous. C'est à dire devant la grande Bibliothèque de Kumo dans quelques heures, ce qui laissait à mes camarades le temps de se préparer après avoir reçu ma lettre. De mon côté, je me préparai rapidement en prenant mes affaires pour la mission, et sortis de chez moi. Mon katana bien accrochée à ma ceinture, mes objets ninjas rangées dans des petites pochettes attachées à ma ceinture ou à ma jambe, je sortis de chez moi et allai me poster sur le toit d'un bâtiment en face de la Bibliothèque. J'étais largement en avance, mais ce n'était pas un soucis. Les jambes pendant dans le vide, j'attendis patiemment que les deux protagonistes soient là avant de sauter de là où j'étais pour pouvoir atterrir à leurs côtés.

-Yo ! Hita-san, Atorasu-san ! J'suis Ikari. Hita me connaît déjà, mais j'me présente comme étant le chunin assigné à cette mission. J'espère que z'êtes prêts les gars ! Faut qu'on assure !

Je ne savais pas quelle image je dégageais en tant que chef d'équipe, et j'étais assez certain que ce n'était pas exactement celle qu'on attendait habituellement, mais ils apprendraient rapidement à me connaître. Même si la jeune Saako avait déjà eu un aperçu de mon caractère. Peu importait en tout cas. Il était l'heure de passer à la mission, et c'est avec un grand sourire que je pris la direction de l'entrée pour converser avec ce cher Kyouu.

-On va d'abord parler au Suzuri, on va p'tet en apprendre d'avantage sur notre cible comme ça ! Si jamais vous avez des questions, n'hésitez surtout pas, que ce soit à mon encontre ou à celle de Kyouu-dono.

Et sur ce, attendant les réactions, je faisais face à mes coéquipiers avant de pouvoir rentrer dans la Bibliothèque.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Saako Hita
Saako Hita

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Dim 10 Jan 2021 - 22:25

Poc poc poc … Poc poc poc.

*Décidément les piafs sont particulièrement matinaux à kumo … * La petite fenêtre s’ouvrit subitement sur le petit animal ailé. Les yeux encore vitreux, la main de la jeune fille tenta de saisir l’animal qui en réponse se contenta d’un simple saut de côté et d’un violent coup de bec.

-Aie ! Bordel, je ne vous supporte pas vous les piafs.

La main de la jeune fille attrapa le petit morceau papier d’un geste leste et chassa ensuite celui qui s’était désigné comme étant son ennemie du matin. *Eh bien eh bien, qu’est ce qui se passe encore ici ? *

Son regard surfa brièvement sur le contenue de la missive avant de la refermer. Le message venait d’Ikari, l’un de ses camarades ninjas. Cela faisait longtemps que la jeune fille n’avait pas eu de nouvel du blondinet. Visiblement, depuis leur dernière rencontre le jeune homme avait vécu beaucoup de chose et c’était maintenant en chef d’équipe qu’il s’était présenté dans sa lettre. Si la flammèche était contente pour lui, elle ne put s’empêcher de ressentir un soupçon de colère tandis que le pauvre parchemin se consumait doucement dans sa main. Avait-elle le droit d’être jalouse ? Au final, elle n’avait pas fait grand-chose au cours des derniers moi et sa stagnation n’était au final que le reflet de sa maigre activité. * Je dois le rattraper.*

-Lieu du rendez-vous : Bibliothèque de Kumo.

Le temps était particulièrement clément et les chauds rayons du soleil avaient terminé apaiser la jeune fille. Vêtu d’une tenue ninja des plus classiques, Hita portait au front son bandeau de kumo et au dos son fameux bâton de combat. En vrai guerrière elle avait aussi à sa hanche une petite sacoche dans laquelle, elle avait rangé le matériel de base et surtout, un casse-croute pour la route qui s’annonçait particulièrement longue.

Elle était légèrement en retard et observant autour d’elle pour trouver ses coéquipiers, ce fut visiblement un Ikari survolté qui la trouva en premier. Il avait atterri non loin d’elle et se retournant non sans surprise sur elle-même. Elle put faire face à ceux qui constitueraient ses partenaires pour le reste de leur mission.

-Salut Ik, contente de voir que tu as été promu. La voix de la jeune fille pouvait sembler distante mais, c’était le mieux qu’elle pouvait lui offrir pour l’instant. Crois pas que tu vas me distancer comme ça …

Elle jeta un coup d’œil à son partenaire et s’inclina brièvement en signe de respect

-Je vous suis allons-y.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9465-presentation-de-l-incandescente-hita-termine https://www.ascentofshinobi.com/t9641-dossier-de-la-petite-hita#81715 https://www.ascentofshinobi.com/u888
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu Atorasu

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Lun 11 Jan 2021 - 15:36
C'était le jour j, une journée où Atorasu allait devoir assister à une mission supervisée par un dénommer : Ten no Ikari, de par son grade élevé par rapport au Jiongu et à son équipière : Saako Hita. Cela allait faire quelques jours qu'il était au courant du déroulement de la mission, ce qu'ils allaient devoir faire. Pourtant, ce n'était que le jour de la mission qu'Atorasu reçut une lettre, venant du chunin, donnant l'heure et l'emplacement du rendez-vous.

Il enfila, comme à son habitude, son éternel manteau noir lui allant des épaules jusqu'aux chevilles, sous lequel se trouvait une belle tenue, il mit ses gants noirs et un masque filaire se forma sur son visage laissant deux trous pour qu'il y voie quelque chose.

Une foit préparer comme à son habitude, il se précipita vers le lieu de rendez-vous : La Bibliothèque de Kumo. Il détestait être en retard et le message qui lui a été parvenu que ce matin l'avait mit dans une situation qui était, à son goût, désagréable. Il essaya de faire vite, évitant des gens, en n'en bousculant d'autre suivit d'un : "Excusez-moi" et quelques cris voir insulte qui lui était dû pour certaines personnes.

Il arriva rapidement au lieu de rencontre avec quelques minutes de retard, puis il regarda à droite à gauche, et vit une éblouissante jeune fille aux cheveux écarlate, le regard perdu, comme si elle cherchait quelqu'un. Il n'était visiblement pas le seul à être en retard. Elle ne vit pas Atorasu, il se dirigea vers elle calmement et en profita pour reprendre son souffle. Et alors qu'il allait l'interpeller, une voix débordante d'énergie salua Hita et le Ji-ongu. Ca devait être le fameux Ikari, petit et frêle. Atorasu ne s'attendait pas à un personnage de ce genre mais s'il était là c'était forcément qu'il avait déjà fait ses preuves. Car il apprit de sa maifre carrière en tant que genin que le physique ne faisait pas tout.

Il fit un simple coup de tête, en tant que salue, pour saluer Hita et répondre à son supérieur qui avait l'air de connaître Saako et que d'après ses dires, ils entretenaient une certaine rivalité. Durant l'espace d'un instant, de sa taille bien plus imposante que ses deux coéquipiers, il se vit avec deux enfants ce qui le fit rire intérieurement et où sous son masque morbide, un petit sourire fit lâcher.

Rapidement, le chunin prit les devants, ne se dissipa pas et dit à ses deux bras droits où il fallait aller. Et de sa voix particulièrement agréable à entendre, Atorasu confirma Ten no Ikari. Il suivit la meute sans dire un mot. Son caractère taciturne ne faisait pas bon contraste avec ses deux coéquipiers qui se connaissaient et qui avaient l'air particulièrement loquaces....



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 https://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Suzuri Kyouu
Suzuri Kyouu

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Dim 17 Jan 2021 - 21:57
Des corps décharnés gisaient sur la terre. Leurs squelettes désarticulés transpiraient d’un liquide qui puait la mort, et la terre s’abreuvait de leur hémoglobine. Au milieu des cadavres, deux hommes affrontaient une ombre géante, un colosse empêchait le soleil d’arriver sur terre pour éclairer les dépouilles des trépassés ; ce faisant, il jetait les ténèbres sur les espoirs de ces deux guerriers, et aspirait sans fin leurs craintes les plus primaires.

Défiant le diable, le plus mal en point des deux hommes s’avança, arma d’un bras un lourd marteau de guerre, et tira de l’autre une dague empoisonnée.

« Non ! Nooooon ! Kazamane ! Renonce ! Renonce à cette voie ! Kazamane, je t’en conjure !
- Ne me dis plus ce que je dois faire. »


Et, d’un trait, il fonça vers la mort.

* * *


Vous arrivâtes à la Grande Bibliothèque, fameuse pour sa grandeur et sa structure comme attachée aux majestueuses falaises de la Cité des Nuages. Sitôt que vous entrâtes, vous sentîtes l’odeur du papier neuf et des vieilles reliures ; un mélange d’ancienneté et de nouveauté qui plaisait à certains, et pouvait en rebuter d’autres. Vous ne tardâtes pas à comprendre que ce domaine respirait d’une histoire profonde, se nimbait tant de ce qui faisait le progrès que de ce qui maintenait la tradition.

Passée cette dichotomique impression, vous vîtes devant vous se dessiner des groupes d’aspirants shinobis ainsi que des étudiants chevronnés, les yeux rivés sur les pages défilant devant leurs yeux. Bastion du savoir, la Grande Bibliothèque vous obligea à parcourir son allée centrale pour pouvoir virer de bord et parcourir ses rayons dantesques.

Mais à peine fûtes-vous arrivés au niveau de l’accueil qu’un homme vous interpella.

« Bienvenue. Ainsi le Yondaime a-t-il prophétisé sur le talent de ses plus jeunes érudits pour cette requête… »

L’homme qui se présentât à vous avait un timbre chaleureux et une voix patinée. Ses fins de phrases se lézardaient et terminaient en soupir, tant et tant qu’il lui fallait avec une sorte d’effort pulmonaire reprendre son souffle à chaque phrase. L’âge l’avait outrageusement entamé. Et pourtant, il se tenait encore debout, comme pétrifié tel un monument millénaire.

Vous rencontrâtes votre premier allié.

« Je suis Suzuri Kyouu, et je devine à votre accoutrement et votre formation que vous êtes les shinobis que j’attendais. Avant de vous expliquer ce qu’il tient de notre affaire, je suis d’avis de vous faire une confidence, si du moins vous permettez que j’aille droit au but. »

Il ne vous laissa guère le temps de répondre ; son visage se pencha en avant et se fendît d’un sourire, tandis que ses mains se rejoignaient sous son nombril, la paume posée sur la paume comme pouvait le faire n’importe quel érudit transpirant de sainteté.

« Je dois vous alerter que le danger qui vous attend n’est pas des moindres. Il vous faut consentir à mettre vos vies en jeu pour espérer pouvoir réaliser ce qui va vous être demandé… j’espère que vous en avez tous conscience. La voie que vous vous apprêtez à emprunter peut vous conduire vers le chagrin, la folie et l’esprit de vengeance ; le sang-froid sera à ce titre votre meilleure arme, n’hésitez pas à en abuser. C’est le genre de mission où l’on doit accepter le triste sort que le destin nous réserve parfois : d’ores et déjà devez-vous vous préparer à l’idée de pouvoir perdre l’un des membres de votre trinôme. Il est regrettable que de si jeunes gens aient été choisi, quand on sait les périls qui vous attendent. Mais soit. La mort n’effraie pas le ninja : tout guerrier de ce village doit accepter de l’embrasser lorsqu’elle pose son baiser sur lui. Si le Yondaime vous octroie sa confiance, alors vous avez la mienne. »

Vous comprîtes que vous n’aviez pas affaire à n’importe quel olibrius de n’importe quelle souche ; l’homme qui se tenait devant vous avait traversé les décennies en résistant à la folie des vents, au chaos de la mort qui s’était éparpillé autour de lui, aux vagues qui avaient tour à tour érodé ce qu’il avait bâti ; malgré toutes ces épreuves, le vieux tenait encore bon.

Le voir vivant relevait presque, pour ainsi dire, du miracle. Sans un traître mot, il se retourna et vous montra son dos, puis commença à avancer sans vous sommer de le suivre. Ce faisant, il continua sa longue logorrhée.

« L’homme que vous devez trouver est un individu rempli de mystères mais quelque chose me pousse à croire qu’il n’est pas celui que nous croyons qu’il est. Commençons par le contexte, si vous le voulez bien. Il vous faut comprendre ce qui nous amène à vouloir cet homme, pour savoir ce que vous vous préparez à affronter ; peut-être alors trouverez-vous de quoi apaiser vos troubles, et de quoi motiver votre bras à tirer le katana de son fourreau. Notre histoire débute il y a presque un an de cela. Un de nos shinobi, un pèlerin qui a toujours eu le vent dans le dos, tenta une énième aventure grandiose sur des terres inconnues, en quête d’un mystère interdit : une aventure qui le conduisit à la recherche des Dieux. »

Alors qu’il prononçait ces paroles, il se mit à parler en murmure, vous obligeant presque à vous coller à lui pour pouvoir entendre ce qu’il avait à vous dire. Nul ne savait dire si cela était volontaire ou non, mais en parcourant les allées vous aperçûtes de nombreux regards posés sur vous : bien que l’homme murmurait, il dérangeait.

« Inuzuka Shoda était quelqu’un de téméraire et intelligent, mais il a fait preuve d’inconscience au moment où il aurait dû revoir ses attentes à la baisse. Shoda faisait partie de ces oiseaux trop présomptueux qui tentent toujours de voler plus haut ; ceux qui une fois le bout du ciel passé, flambent en plein vol. Son périple s’arrêta avec sa mort et celle de son Ninken, sur une île où ils furent découpés en deux par la pince d’une écrevisse géante. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’enquête des précédents kumojins ainsi que l’autopsie des corps du Ninken et du cadavre de Shoda nous prouvent que cette hypothèse est plausible. Vous saisissez bien l’enjeu. C’est sur cette île sauvage que nous avons retrouvé l’individu que vous devez reconduire jusqu’à moi. »

Soudain, il se figea et roula des yeux pour poser ses orbes ridés sur vous.

« A moi, et personne d’autre. »

La sensation qu’il vous fit à cet instant eut un quelque chose de glaçant, d’insidieusement menaçant. A la façon dont il vous observa, vous devinâtes que Suzuri Kyouu n’était pas qu’un savant ; qu’il avait été, en son temps, un grand combattant lui aussi. Néanmoins, l’enjeu qui transpirait à travers l’intensité de ce regard fixé sur vos encéphales se déshabilla devant vous de façon assez obscène : vous n’aviez pas le droit à l’erreur.

« Il a été vu pour la dernière fois dans les campagnes au Nord de Matsu. On raconte qu’il se serait établi dans un bosquet, et qu’il y séjournerait en préparant son départ. Vous le reconnaîtrez à son accoutrement : cet individu est un autochtone. Il sera peu vêtu, aura des allures de sauvage, et ne connaîtra guère votre langage. Si vous cherchez à le retenir ou à le capturer, il emploiera la force. C’est là que vous risquerez votre vie. Naguère, d’autres ont su déjouer ses pièges ; mais il m’est avis que cette fois, il sera moins tendre avec nos troupes. Ne vous y trompez pas : vous risquez votre vie. Cet homme utilise des poisons, et son comportement est véritablement étrange… une sorte de sorcier, si vous voulez mon avis. Un… »

Derrière, un groupe passa. Le bruit de leur pas fit vacarme dans la Grande Bibliothèque, mais ils disparurent aussitôt derrière les larges rayons.

« … Biscornu. »
Revenir en haut Aller en bas
Ten no Ikari
Ten no Ikari

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Lun 18 Jan 2021 - 23:27




Excursion prémonitoire



Nous étions tous arrivés au point de rendez-vous, et à la remarque de la jeune Hita (qui devait par ailleurs avoir mon âge), je ne pus m'empêcher de sourire et de lui répondre joyeusement.

-J'te laisserai pas me rattraper si facilement !

D'un autre côté, notre troisième intervenant ne semblait pas très loquace, qui plus est ne semblait pas très amène non plus. Son visage caché derrière un masque noir à l'aspect étrange, comme composé de fils, il ne répondit que par un hochement de tête succin avant de me suivre à l'intérieur de la bibliothèque. Je supposais qu'il devait avoir ses raisons, et celles-ci ne me regardaient pas pour l'instant. Mais en mission, ne pas connaître le visage de ses camarades pouvait s'avérer être problématique, mais le moment venu je m'en inquiéterais. En attendant, je donnai dos à mes deux camarades et pénétrai dans la Bibliothèque réputée pour l'énorme savoir qu'elle renfermait. Comme la première fois que j'étais venu, l'odeur de papier ancien et celle des ouvrages plus récents se mélangeaient en une effluve complexe de nostalgie et de nouveauté. Pour autant, ce n'était pas la raison de notre présence ici. Rapidement, une voix en hauteur nous interpella, nous forçant à lever les yeux pour pouvoir reconnaître la carrure d'apparence fragile de notre commanditaire : Suzuri Kyouu.

Sa voix, bien que teintée par les années, était bien plus chaleureuse que ce à quoi je m'attendais. Je restai bouche bée un instant, ne sachant quoi répondre à ces paroles, partagé entre l'offense et la reconnaissance. Bien souvent, mon jeune âge avait inquiété, rebuté, voir suscité moqueries et dérision. Cette fois-ci, j'étais incapable de dire dans quelle catégorie se trouvait notre interlocuteur, mais le reste de son discours vint nous conforter. Bien que je n'avais besoin de l'approbation de personne, cela restait tout de même agréable de ne pas être considéré que par mon âge -ou ma taille. Toutefois, je ne savais pas bien s'il cherchait à nous faire peur ou à tester notre détermination, mais nous étions des shinobis. Une fois qu'il eut fini de nous exposer les dangers de notre mission, je lui souris à mon tour avec légèreté.

-En effet, Suzuri-dono, chaque shinobi est prêt à trouver la Mort sur son chemin, en faisant le plus possible pour rester hors de son champ aussi longtemps que nécessaire.

Ces mots avaient été prononcés en rattrapant le vieil homme à la respiration difficile, m'assurant que mon équipe suive le mouvement. Les informations que nous allions recevoir étaient précieuses, et il nous fallait y être attentif. Commença donc le récit intriqué de cet homme pour lequel nous partions à la "chasse", et une fois de plus, le récit de l'Ancien ne manqua pas de mettre en avant les dangers qui nous attendaient. Il allait falloir que nous soyons prudents, c'en était certain, surtout sur une île sauvage où le bestiaire était si peu accueillant. Ecoutant attentivement, allant jusqu'à me rapprocher du bibliothéquaire lorsque ce dernier se mit à murmurer, je m'imprégnai de l'histoire. Et contrairement à ce qu'on aurait pu penser d'un être frêle que les années avaient dépossédé, il fixa sur nous un regard intense, nous sommant de ramener notre cible à lui et à lui seul. Un sourire joyeux étira mes lèvres alors que la curiosité titillait mes entrailles, me demandant ce qu'avait pu être cet homme dans sa jeunesse. Un frisson parcourut mon échine.

-Vous z'inquiétez pas, Suzuri-dono ! Message bien reçu !

Bien reçu, oui, mais notre Chef restait le Yondaime Raikage. Inutile cependant d'amener cette information sur le tapis, après tout notre hôte était peut-être le seul à pouvoir décrypter le langage de notre si étrange cible. Le seul...l'était-il vraiment ? Je fronçai les sourcils, laissant notre interlocuteur terminer de parler tout en notant dans ma tête les différentes informations utiles. Un homme biscornu, peu vêtu, aux capacités plus que mystiques. Il risquait de ne pas se laisser faire, et surtout, il fallait tenter de le rapatrier en gagnant sa confiance. Sans pouvoir communiquer. Le nord de l'île de Matsu. Franchement, cette mission s'annonçait de plus en plus galère. Mais chaque chose en son temps. Hochant la tête aux avertissements de l'homme, je finis par demander.

-Ok donc on doit retrouver et ramener un autochtone biscornu aux capacités mystérieuses sur une île sauvage et dangereuse... et il ne parle pas notre langue. Je vois. Et on sait au moins si on est les seuls à le rechercher ?

Ma voix avait rejoint le murmure de celui de notre interlocuteur, espérant que l'audition de celui-ci n'ait pas baissé au point de me faire répéter plus fort. Je ne pensais pas qu'il puisse nous apporter beaucoup plus d'informations au sujet de notre mission, il nous en avait déjà fourni une sacré dose. Mais si jamais il savait si d'autres protagonistes pouvaient être sur le coup...cela pouvait être intéressant. Puis, haussant un sourcil, pris d'une curiosité, je me surpris à demander.

-Hmmm...et vous n'auriez pas à tout hasard quelque chose qui pourrait nous aider gagner sa confiance ?

Je ne savais pas s'il le connaissais...la manière dont il parlait de lui ne laissait transparaître que peu de choses, autant émotionnellement que par le paraverbal. Mais je pouvais me tromper. Et même s'il ne le connaissais en effet pas, s'il avait entendu parler de ce Biscornu, peut-être...peut-être en savait-il suffisamment pour nous aider. Autrement, nous pourrions certainement y aller après avoir remercier le vieil homme.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Saako Hita
Saako Hita

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Mar 19 Jan 2021 - 19:08


La voix du vieillard fit sursauter la jeune fille. “Jeune …“ s’il voulait des gens d’expérience il n’avait qu’à y aller lui-même non ? La kumojin refoula cette pensée tout en observant d’un regard à la fois distant et curieux le vieillard. Au-delà de son apparence décrépit, le début de son discours ne rassura pas la jeune fille sur l’état mental de leur “commanditaire“. Sa façon de parler en énigme, sa voix, ses positions, l’homme qui se tenait face à elle n’était décidément pas claire et son instinct ne la trompait généralement pas … Les avertissements passés, elle emboitât la route du fameux SUZURI Kyouu, suivant ce dernier à pas feutrés presque comme si elle s’apprêtait à lui bondir dessus au moindre mouvement brusque.

Décidément, pour un vieillard mourant il avait du souffle. Ses explications durèrent une plombe et à plusieurs reprise la jeune fille dû se retenir de laisser échapper un bâillement. INUZUKA Shoda … Les dieux …. Elle n’avait entendu toutes ces histoires que de façon vague. Un homme armé d’un chapeau avait quelques temps auparavant fait intrusion dans son esprit tout comme dans celui de tout le Yukan mais, tout cela restait particulièrement flou, particulièrement lointain.

L’objectif était simple, retrouvr le mec qu’ils avaient découvert sur l’île et le ramener en vie jusqu’à Kumo. Pourquoi tant d’emphase ? Était-il si dangereux ? Dur de se fier à ce vieil homme qui semblait lui-même ne plus disposer de toute sa tête et ce, bien qu’il semblât toujours posséder d’une certaine présence. Son coup de pression fonctionna d’ailleurs plutôt bien sur la jeune fille qui eut un léger mouvement de recul tandis que ses poings se resserraient instinctivement, la boule de feu n’était pas loin de partir et visiblement le vieillard jouait avec cette dernière.

L’intervention d’IKARI parvint tout de même à calmer la jeune fille qui écouta donc l’intervention du blondinet.

-Je crois qu’il n’est plus sur l’île Ikari … ils l’ont rapatrié si on en croit l’ordre et visiblement ils l’ont perdu de vue depuis…


Le ton de la jeune fille était plutôt nonchalant tandis qu’elle critiquait ouvertement la situation décrite par leur commanditaire. Décidément quelque chose clochait ! Le vieux bizarre … Le biscornu encore plus bizarre … Le fait que ce dernier n’ait pas directement été ramené au village … Le flou régnait en maître sur cette mission mais, en tant que shinobi de Kumo, elle n’avait pas son mot à dire.

-Oui et j’aimerais aussi savoir si vous avez des informations sur Matsu, sa topographie, s’il y a d’autre habitant là-bas ? Et si oui, si on a des informations sur la “Cohabitation“ entre le biscornu et eux ?

Elle posait beaucoup de question et certain aurait pu trouver qu’elle prenait un peu trop ses aises pour une simple genin. Son caractère était ainsi et l’impulsive flammèche ne comptait pas laisser ses questionnements sans réponses …
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9465-presentation-de-l-incandescente-hita-termine https://www.ascentofshinobi.com/t9641-dossier-de-la-petite-hita#81715 https://www.ascentofshinobi.com/u888
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu Atorasu

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Mer 20 Jan 2021 - 11:32
Atorasu suivit le duo qui composait le groupe, légèrement espacé d'eux montrant qu'il n'avait pas d'affinité spéciale avec l'électrique ou l'feu. Après être rentré dans l'immense bibliothèque qu'était celle Kumo, à l'intérieur, un vieil homme interpella le trinôme. C'était sûrement lui qui allait donner toutes les consignes concernant la mission. Une fois proche de lui, le vieil homme commença son long monologue et commença par mettre en gardes le trio concernant la mission qui les attendait; "chagrin, la folie et l’esprit de vengeance " ces mots amena directement à un unique : Yamanaka. Pourquoi allaient-ils faire face à de telle émotions étant donné qu'il n'y avait rien de personnel dans cette mission ? Faudrait d'abord que les émotions surgissent d'une certaine manière avant d'y faire face. Il y avait une seule solution : qu'une personne puisse les faire naître manuellement. L'homme avait à peine commençait que pleins d'idées et questions envahissaient déjà la petite tête d'Atorasu. Sûrement que la plus part n'était qu'imagination et inutile à poser.

La tentative de faire ""peur"" le trinôme ne fonctionna pas spécialement sur le Jiongu. Hita, Ikari et Atorasu connaissaient la mort, du moins normalement. Ils étaient dans un métier où la mort était omniprésente. Ils s'entrainent pour la Justice de leurs peuples. Ils mangeaient pour la Justice de leurs peuples. Ils vivaient pour la Justice de leurs peuples.
Et Atorasu avait compris quelque chose depuis ces quelques années dans le milieu, la Justice et la Paix ne s'octroient que par la domination, voire par la mort; chercher à toujours avoir un coup d'avance par rapport à son ennemi... Malheureusement. Atorasu connaissait la Guerre et il supposait que ses deux compagnons aussi, donc ça n'allait pas être une mission comme celle-ci qui allait le terrifier. Ils étaient dans une position, Atorasu et ses deux compères, où l'abnégation et le trépas étaient les choses les plus sollicitées.

Donc ce qui le suprit le plus n'était pas les paroles du vieux bougre mais la peur qu'eue Saako Hita. De derrière il avait vu le petit recule qu'elle eue. Et suite aux paroles de Ten no Hikari, avec lesquelles il était totalement en accord, il ajouta de sa voix monotone :

- Nous sommes peut-être jeunes et c'est peut-être regrettable. Mais comme vous l'avez dit, Grand Suzuri, nous avons été choisis par le Yondaime en personne. Tout comme vous, il n'est pas n'importe qui, et si nous somme ici, c'est qu'il y a des raisons à cela. C'est que nous avons les capacités de réussir cette mission et de revenir vivant tous les trois. Il s'arrêta un instant et reprit, assuré, avec un ton qui prouvait la confiance qu'il avait envers Hita, Ikari et surtout... Le choix du Yondaime... Et c'est ce qu'il va se passer, Suzuri-io.

Les premières paroles qu'il prononça depuis sa rencontre avec son équipe n'avaient pas pour but de contredire le vieil homme mais bel et bien pour essayer tacitement de rassurer, de donner un petit coup de jus à son équipe et d'éviter une quelconque ambiance anxiogène par la suite. Atorasu pensait que ces quelques phrases allaient pouvoir aussi rassurer le vieux Suzuri.

Par la suite, l'homme masquait buver les mots de l'érudit; Ato et son équipe allaient donc devoir retrouver un homme sauvage et agressif perdu dans un bosquet, qui ne parlait pas la même langue qu'eux. Cette mission ressemblait à une mission de rang D où il fallait réussir à attraper un chien sauvage qui ravageait la ville... Mais à l'échelle humaine.

Atorasu fit ce qu'il ne devait pas faire. Il se demanda pourquoi une telle personne était si importante aux yeux d'une personne comme le vieux Suzuri ? Avait-il un rapport de prés ou de loin avec des événements passés ou futur ? Quoi qu'il en soit l'équipe n'allait pas être au courant d'aussi tôt ce qu'est cet homme.

Une fois finit et les questions d'Ikari et Hita parfaitement posées. Deux dernières questions tournaient dans la tête du Jiongu.

- Cette personne ne pourra ne pas communiquer. Néanmoins, il pourra peut-être reconnaître son nom. Ce qui m'amène à ma question : A-t-on-le nom de cet homme ? Et est ce que quelqu'un le connaissait auparavant ?

Car si quelqu'un le connaissait cela pourrait aider l'enquête et forcément nous donner son prénom.

Une dernière chose le tracassait, en effet, Matsu était une ville inconnu à Atorasu. Il connaissait Datsu mais aussi Matshu mais pas Matsu. La prononciation n'était pas du tout la même, il en profita que ses coéquipiers finissent leurs dernières questions pour ajouter sans manquer de respect à l'érudit.

- Excusez-moi mais Matsu n'est pas une ville que je connaisse. Peut-être que je suis le seul à ne pas connaître cette ville ? Dit-il en interrogeant Ikari et Hita des yeux. En revanche je connais Matshu au sud de Kaminari et Datsu qui est à l'opposé. N'y aurait il pas une erreur dans le nom de la ville ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 https://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Suzuri Kyouu
Suzuri Kyouu

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Ven 22 Jan 2021 - 23:23
Entre vous et Suzuri Kyouu, quelque chose de l’ordre du mystère s’instaura comme un consensus partagé. L’adoption d’une attitude féroce ne manqua de vous faire tressaillir un bref instant, mais vous vous rendîtes bien vite compte qu’au-delà de la force que pouvait dégager cet homme, c’était davantage la surprise qui avait peut-être provoqué l’apparition d’une vague de frisson sur la coquille fragile de votre échine. Quand bien même vous fûtes pris de stupeur cependant, vous n’ignorâtes pas que quelque chose était resté secret. Atorasu, en particulier, fit chanceler les certitudes du bibliothécaire.

Kyouu se mît soudain à ravaler sa salive, et vous vîtes, lente, sa pomme d’adam faire un mouvement d’ascenseur alors que les yeux du millénaire se figeaient en déshabillant le Genin. Le doigt avait été enfoncé à travers la plaie, et sans doute avec perspicacité le bonhomme tricota avec une vieille douleur ; mais derrière la lourde porte d’un passé, cette histoire était-elle la sienne, ou reflétait-elle seulement en miroir ce qu’il avait vécu ?

Le vieillard vous quitta des yeux sans vous répondre, tourna d’un quart de tour ses appuis vers son flanc gauche et se précipita en marche rapide vers les étages de livres qui remplissaient le rayon dans lequel vous étiez. Ce faisant, il vous cacha son visage. Une larme serait-elle venue humecter ses pâles joues ?

Sa main, avec tendresse, vola en enfleurant les couvertures de ces ouvrages.

« Toutes les histoires se ressemblent un peu. Il se pourrait que j’aie déjà rencontré cet homme, par le passé. Mais rien ne m’assure que ce soit celui que je suppose. Au bénéfice du doute, choisissez l’inconnu. Vous saurez, en le ramenant devant mes yeux, si vous avez fait mouche, ou pas. De toute façon, cet homme a semble-t-il perdu toute trace de son humanité… même si je le retrouvais, je ne suis pas assuré de le reconnaître. »

Une histoire sur laquelle il resta évasif, volontairement. Vous comprîtes qu’il ne voulait pas en dire plus.

« Et puisqu’il a été écarté des normes de la civilité, rien ne lui ferait plus plaisir à mon humble avis que de retourner sur son île, je présume. Si vrai que son monde pourrait nous inquiéter car il nous est inconnu, à sens contraire, ce constat est aussi vrai pour lui. Notre monde lui fait sans doute peur. C’est la raison pour laquelle Le Biscornu, puisque c’est le pantonyme que nous lui avons octroyé, ne se mélange pas au peuple. Il vous redoutera. Et un animal qui a peur, c’est un animal qui attaque. »

Il s’arrêta sur un traité titré « Apologie des instincts », laissant son index appuyé sur les ornements de la reliure, puis continua de laisser rouler ses yeux sur d’autres ouvrages. Puis ses doigts lentement quittèrent les reliures et il vous fit face, le dos voûté, ses mains se rejoignant aussitôt l’une et l’autre dans un enlacement réciproque qu’il laissa choir sous son nombril.

« Notre chance, c’est de connaître la situation. Nul autre que nous sait ce qu’il tient de la problématique qui nous incombe. Alors il vous faudra faire attention, mes braves. Galopez vers Matshu – vous excusez ma prononciation parfois bancale, jeune homme – et débusquez-le. Les villageois ne vous aideront pas beaucoup, malheureusement, car ce n’est pas à Matshu que se cachera Le Biscornu. Plutôt dans les alentours : dans les collines, dans les bois, sur les rives ou même, peut-être, déjà sur les eaux qui pourraient le reconduire vers sa terre natale. Pour les Matshujins, sachez que la mer abrite de graves dangers ; ceux qui, selon eux, ont emporté Shoda et son ninken. Ne soyez pas dupes en imaginant que vous n’avez rien à craindre, car ces habitants disent la vérité : les mers recèlent de terribles pouvoirs. »

Il inclina sa tête, et sourît. Il ne pouvait que croire les légendes.

« Tout est dit. Partez. »

L’ordre fut donné. Vous n’aviez plus votre place à la Grand Bibliothèque : l’heure était venue pour vous de vous envoler vers votre aventure.

Information:
 

Revenir en haut Aller en bas
Ten no Ikari
Ten no Ikari

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Sam 23 Jan 2021 - 20:22




Excursion Prémonitoire



Mes camarades qui semblaient de prime à bord assez passifs, finirent par prendre la parole à leur tour. Hita me rappela à l'ordre, me faisant remarqué que l'ordre de mission disait que notre cher Biscornu était maintenant à Kaminari no Kuni, à Matshu. Je m'étais laissé embarqué par le récit de notre doyen, et c'était l'île qui avait attiré mon attention, mais au final notre cible était bien à Matshu au pays de la Foudre. Les autres questions de mes coéquipiers toutefois ne manquèrent pas de faire réagir notre interlocuteur. Plus spécialement la question d'Atorasu. Une vive émotion traversa le visage du papy alors qu'il se détournait pour justement cacher sa réaction. Je fronçai les sourcils, affrontant le silence de notre cher informateur avec patience. Et la réponse qu'il nous donna était au mieux énigmatique, au pire plein de trous qui laissaient planer un doute évident. Mais au vu du regard qu'il posa sur nous et de l'émotion évidente qu'il cherchait à dissimuler, les chances pour qu'il connaisse ce Biscornu se rapprochaient plus de la certitude que du doute. Du moins, espérait-il certainement que ce fut sa connaissance d'antan. Etait-ce la raison pour laquelle il avait tant insisté pour qu'on le ramène à lui spécifiquement ?

Toutefois, je n'allais pas recevoir plus de réponses que cela, même si plusieurs questions me brûlaient la langue. Au vu du langage corporel de notre interlocuteur, il était assez clair que nous n'allions plus rien tirer de ce dernier. Et même si je savais que c'était frustrant, et que mes coéquipiers risquaient de prendre la mouche, il m'apparaissait essentiel de ne pas insister. Plus insister risquait de mener à plus de mal que de bien dans ce genre de situation. Prenant alors les devants avant que la Saako ou le Ji-ongu ne réagissent, je m'inclinai face au Suzuri et me relevai avec un grand sourire en déclamant.

-Merci pour toutes ces infos, Suzuri-dono ! On fera d'notre mieux pour ramener notre homme et revenir tous en vie. Allons-y, Hita, Atorasu !

Sur ce, je tournai les talons et pris la sortie de la bibliothèque, m'attendant à ce que mes coéquipiers me suivent. Maintenant, il fallait qu'on se dirige vers Matshu, la ville portuaire au sud-est de Kumogakure. Si nous prenions trop de temps, il y avait des chances pour que le "Biscornu" tente de retourner à son île. Et même si cela paraissait fort intéressant d'un point de vue combat -après tout, ce serait trop cool d'affronter des écrevisses géantes et compagnie !-, j'y voyais plusieurs inconvénients. Premièrement, l'île par définition se situait au milieu d'une étendue d'eau. Il fallait traverser les mers pour ça, et dans ce cas là, notre assimilatrice flamboyante risquait d'avoir quelques soucis. Ensuite...nous ne savions pas où se trouvait cette île. Si notre cible venait à prendre un peu trop d'avance, il serait presque impossible de la retrouver. Et ce n'était pas le but. Au final, y aller au plus vite semblait la meilleure solution possible. En repensant au possible désavantage d'Hita en mer, je me fis à la réflexion que je ne connaissais rien du personnage masqué qui nous accompagnait en retrait, ni de ses capacités. Une chose qu'il allait falloir résoudre. Tournant mon visage avec un grand sourire vers mes deux "subordonnés" lorsque nous fûmes sortis de la bibliothèque, je levai mon katana vers l'avant et pris à nouveau la parole.

-C'est parti pour Matshu ! Allons-y au plus vite avant qu'il nous file entre les doigts !

Et puis alors que nous nous mettions en route, je pris à nouveau la parole.

-On va se représenter de manière un peu plus complète : je suis Ikari, chunin de Kumo, et je suis un assimilateur de foudre qui manie aussi le katana. Et je ne compte surtout pas vous laisser mourir lors de cette mission. A vous soldats !

Bien évidemment, j'en connaissais déjà l'essentiel sur Hita, et j'aurais pu la présenter de la même manière. Mais je souhaitais aussi que chacun prenne la parole et se présente. Ce serait bien plus cordial ainsi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Saako Hita
Saako Hita

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Lun 25 Jan 2021 - 22:04



*Ba il parle lui ? *

Les pensées d’Hita pouvaient se lire sur son visage tandis qu’elle tournait un regard surpris en direction de son camarade. Atorasu s’était contenté du strict minimum et finalement, les quelques mots qu’ils avaient prononcés s’étaient avérés plutôt pertinent. L’étonnement passé, la jeune fille redirigea son attention sur l’antiquité qui avait visiblement été mis mal à l’aise face à la curiosité des jeunes shinobi. Voir le vioc dans cette situation lui arracha un sourire difficile à dissimuler et lors que ce dernier les chassa elle préféra ne pas lui rendre ses aurevoirs s’en allant sans se retourner.

-Direction Matshu ?

La question posée était plutôt rhétorique. Emboitant le pas de ses camarades d’une démarche relativement enjoué, la jeune genin ne cachait pas sa joie à l’idée d’enfin quitter l’enceinte du village. Partir à l’aventure, l’air frais, tout ce qui s’annonçait semblait plutôt intéressant et très vite les pensées de la jeune fille oculaire les avertissements de celui qui les avait accueillis quelques minutes plutôt.

-Je ne sais pas vous mais le vieux ne m’inspire pas confiance … Après il faut admettre que ce n’est pas n’autre problème. On doit juste ramener l’autre, ligoté ou non …

La jeune fille pouvait paraître dure cependant, bien au contraire elle éprouvait une certaine forme d’affection pour cet homme. Il était un expatrié comme elle, tiré de force par un monde qui l’avait relâché dans l’inconnu. Elle avait eu la chance de trouvé son refuge à Kumo et malheureusement, le bonheur c’était avéré n’être qu’un court intervalle entre deux moments de peine. Il lui arrivait de repenser aux terres du feu … A sa famille … La vie était dure à cette époque mais au final, être accompagnée lui manquait parfois …




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9465-presentation-de-l-incandescente-hita-termine https://www.ascentofshinobi.com/t9641-dossier-de-la-petite-hita#81715 https://www.ascentofshinobi.com/u888
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu Atorasu

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Mar 26 Jan 2021 - 15:18
Une véritable tension s'était installée suite aux paroles du Génin et ça serait mentir que de dire qu'il ne ressentit pas un frisson . Le vieux sage ne disait plus un mot et fixait, dévisageait le Ji-Ongu, comme si celui-ci venait tout juste de découvrir la présence d'Atorasu. Bien que se faire remarquer n'a jamais été l'une de ses principales ambitions secrètes, ses dernières paroles firent tourner les regards vers lui, et même versèrent quelques larmes du vieux Suzuri. Dès lors où il les vit, une boule se forma dans le torse d'Atorasu. Cette boule qu'il ressentait n'était rien d'autre que l'once d'une culpabilité qu'il ne pouvait pas exprimer... Qu'il ne savait pas comment exprimer. Aucun geste ou même mots trahirent cette culpabilité, mis à part un léger grincement de dent et une grimace se cachant derrière son masque.

Il s'élança vers le Suzuri et le pris dans ses bras, peut-être bien une larme à l'oeil, mais ça, personne le savait... Il voulait lui dire qu'il savait ce qu'il ressentait, qu'il savait ce que c'était que de perdre quelqu'un de cher. Car sa culpabilité a donné naissance à de la compassion, qui venait souvent parasiter ses combats, ses discussions, ses paroles, sa vie. Il aurait tellement voulu faire tout ça ... mais en réalité Atorasu écouta, (sans rien faire, laissant sa partie morose envahir son propre être) les dernières réponses du vieux Suzuri, probablement ému de perdre quelqu'un, nostalgique des moments passées et dans l'espoir d'un re-contact avec ce dernier. Il ne se contenta pas d'un enlacement, mais d'un simple acquiescement... Pour lui dire au revoir.

Il suivit le chunin et sa coéquipière, toujours légèrement en retrait, pour laisser les deux "vieilles connaissance" parler de ce qu'ils voulaient. Atorasu n'allait sûrement pas interagir avec eux. Du moins c'est ce qu'il croyait jusqu'à qu'Ikari dit indirectement : Présentez-vous. Demande tacite qu'Hita snoba totalement, soit car elle n'en avait pas envie ou soit parce qu'elle n'avait pas entendue. Dans tous les cas, le chunin restait comme idiot en attendant une réponse. Hita en donna une, mais une qui n'avait rien à avoir à une présentation; le vieil homme n'était pas n'importe qui, Atorasu avait confiance envers le Suzuri mais il n'avait pas confiance au fait qu'il leur avait "tout dit".

Alors qu'il réfléchissait aux informations reçus. Atorasu avait presque oublié le chunin, qui n'avait toujours pas eu de réponse. Pour éviter qu'il se prennent une tornade, Atorasu répondit simplement :

-Atorasu. Ji-ongu Atorasu. Il ne dit pas ses capacités car tout résidé dans son nom. Après quelques secondes, il rétorqua, d'une manière toujours aussi assurée, aux dernières paroles de chunin. Personne ne mourra lors de cette mission, ni toi, ni moi, ni Hita. Évitons de parler de ce qui n'arrivera pas.

S'il en avait la possibilité, il aurait voulu accompagner ces paroles d'une tape sur l'épaule avec un ton héroïque qui regorgeait de joie de vivre et d'entrain... Comme Ikari finalement. Mais le ton sombre que donnait le masque d'Atorasu, additionné à sa lugubre prestance, rendait la situation tout autre. Néanmoins, on pouvait clairement ressentir une certaine bienveillance et un calme inébranlable derrière ce personnage.

- Suivons tes conseils, allons-y... Dit-il en en commençant la marche sans attendre ses coéquipiers. Chef, ajouta-t-il.

_________________
[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Xakk

By Celle qu'on Aime Tousssi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 https://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Narrateur
Narrateur

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Dim 14 Fév 2021 - 0:34
La ville ressemblait paradoxalement à un gigantesque hameau à peine habité. Lorsque vous arrivâtes, vous fûtes assiégés par les vents venus tout droit de la mer : pires que la tramontane, ces rafales fonçaient à la surface des eaux froides pour venir balayer les rives du continent avec un fougue déconcertante. Pour celui qui n’était guère habitué à ces courants venteux, le climat pouvait être dérangeant. Mais pour un village de pêcheurs, c’était souvent une aubaine : le vent battait les voiles et ramenait parfois les embarcations au village plus vite.

Alors que vous progressâtes, vous aperçûtes à quoi ressemblait la vie des Matshujins. Les maisons consistaient en quatre façades composées de planches de bois noirâtres clouées les unes aux autres, et hissées sur des piloris afin de ne pas craindre les assauts de la marée : lors de la pleine Lune, le courant pouvait en effet venir répandre ses écumes jusqu’au pied des habitations et pour ne pas voir tous leurs biens avalés par la gourmandise de l’océan, les Mathujins avaient optés pour des maisons bâtis sur une bonne dizaine de pieds d’au moins deux mètres, enfoncée bien plus profondément dans le sable. Les habitants, vêtus de fourrures, foulaient le sable avec de lourdes bottes serties de guêtres de cuir, assurément pour empêcher la marée de remplir leur botte d’humidité. Leurs combinaisons étanches les faisaient ressembler à un peuple autochtone, de ceux qu’on pouvait rencontrer sur les plaines enneigées de Yuki no Kuni.

Partout, vous pûtes constater des barques, des bateaux en construction, des filets et des poissons suspendus à des piquets lézardant sous le soleil, des tentes provisoires, des caisses et des tonneaux. Sur votre droite, des pontons enfoncés dans le sable s’étiraient à l’horizontale sur une mer qui, elle, descendait : en cela, la géométrie faisait que les pontons finissaient par se superposer à la surface de l’eau. Là, on accrochait diverses embarcations, et déjà vous vîtes même de loin que certains pêcheurs enroulaient leurs cordes pour se préparer au labeur. Il y avait là cinq pontons, tous alignés dans la même direction, et vous reconnûtes cette zone sans difficulté : c’était là le Port de Matshu. Ce dernier se caractérisait par la présence de navigateurs qui préparaient leurs voyages, et de pêcheurs qui avaient directement jeté leurs lignes dans les eaux les moins profondes : on pouvait y cueillir d’autres espèces aquatiques, sans risque de prendre la mer. Au loin, quelques dizaines de mètres après le port, vous vîtes des citoyens marchant directement dans l’eau, des filets entre leurs mains qu’ils relevaient à titre régulier. En secouant le sable résiduel au fond de leurs cordages au bout de leurs hampes, ils faisaient apparaître crevettes et palourdes, qu’ils rangeaient aussitôt dans un large sac qu’ils portaient sur le dos, ou dans un seau tenu par les enfants qui avaient consentis à les accompagner. Plus en évidence, vous vîtes à l’entrée du port sur le premier ponton un groupe de cinq hommes, tous armés. L’un d’entre eux tenait une lunette qu’il braquait en direction de l’horizon, comme s’il surveillait les eaux. Deux d’entre eux montaient la garde en surveillant les activités du Port, tandis que les deux derniers, assis autour d’un petit tonneau, jetaient des dés en pariant certaines mises.

Il n’y avait qu’une bâtisse près du Port, sur laquelle vous vîtes les symboles de la police matshujine. Sans doute que le bâtiment devait être le Quartier Général des forces de sécurité de la ville ; mais de combien de combattants ce village disposait-il ? Sans doute peu.

A une centaine de mètres du Port, vous aperçûtes les débuts du centre névralgique de Matshu. Vous vîtes une large palissade de pieux biseautés serrés et noués entre eux, comme une rangée de larges pieux défiant toute intrusion possible. C’eut été le cas si cette palissade n’avait pas qu’un simple rôle figuratif. Devant elle, sur une large table longue d’au moins dix mètres, des poignées de mains et des billets s’échangeaient. Assis du côté de la Palissade, les administratifs de Matshu vérifiaient les documents des pêcheurs et étudiaient la composition de chaque convoi. Les charrettes s’alignaient les unes derrière les autres en l’attente de leur inspection, et certains ne cachaient guère leur lassitude en se vautrant sur leurs marchandises le temps que la queue se désemplisse. Les pêcheurs devaient révéler aux inspecteurs quel type de poisson s’était pendu à leurs hameçons, et combien ils en avaient ressorti des eaux. Ils recevaient un bon tarifaire, ce qui leur permettait aussitôt d’envisager la vente et de monter leur échoppe, souvent dans des villages voisins. Il valait mieux posséder ces fameux bons édités et signés par l’administration, au risque d’être considérés comme des contrebandiers. Les règles s’étaient endurcies récemment, surtout depuis qu’on avait appris le décès de plusieurs navigateurs. On déplorait trop de disparitions, trop de personnes qui avaient eu les yeux plus gros que le ventre : certains étaient arrivés avec des cargaisons énormes, et de telles quantités avaient suscité l’animosité de concurrents ; quand certains pêcheurs n’avaient tout simplement pas succombé aux périls de la mer en voulant trop cueillir ce que la mer avait à donner. On racontait, depuis peu, que certains pêcheurs avec des stockages immodérés disparaissaient dans les eaux ; que peut-être les océans, furieux d’être ainsi volés, avaient décidé de prendre la vie des trop-ambitieux. Mais on savait qu’en réalité, ces disparitions étaient bien souvent des règlements de compte : un climat de compétitivité s’était installé naturellement à Matshu, et le vice avait souillé le village, surtout du côté du Port.

La Palissade avait été la solution. En procédant à une tarification adaptée, le nouveau Maire était parvenu à réduire les quantités de pêche et à équilibrer la concurrence. Plus la quantité était grande, plus la valeur d’une unité diminuait : le bon de vente différait d’un pêcheur à l’autre en fonction du taux qu’il possédait. Naturellement, toute une panoplie de magouilles s’était invitée autour de ces bons de vente ; et certaines négociateurs avertis avaient réussi à tirer leur épingle du jeu, même face à ces nouvelles contraintes. En définitive, le cercle du vice continuait de tourner dans le même sens, malgré toute la bonne volonté du Maire de régler l’affaire.

Plus on s’approchait du centre, et plus les maisons grossissaient alors que les filets disparaissaient. Matshu avait réussi à établir un petit quartier de plaisante où les maisons n’étaient plus qu’à quelques mètres les unes des autres ; là où le sable commençait, en grimpant sur les dunes, à devenir terre. Ainsi, sur les petites collines de Matshu, on assistait à quelques structures plus riches et des échoppes plus traditionnelles, moins ancrées dans la culture de la pêche. L’hôtel du Maire trônait au milieu de la petite cité avec ses façades rouges et ses tuiles noires, sur au moins quatre étage. Devant elle, trois gardes se figeaient à chaque entrée ; neuf combattants, au total, surveillaient les trois accès de l’hôtel du Maire. Autour, les petits commerçants invitaient à prendre le thé et à découvrir les petits plaisirs de la vie. Le Centre-Ville s’étendait dans un faible rayon, et les principaux commerces flirtaient ainsi avec les maisons les plus riches et l’hôtel du Maire.

Lorsqu’on pénétrait un peu plus sur les terres du Kaminari, en s’éloignant un peu plus encore du Port, on voyait s’étendre des champs cultivés et des fermes isolées. Ces hameaux dispersaient des champs de céréales ça et là de façon hétérogène et désordonnée, mais on disait des fermiers de Matshu qu’ils faisaient maigre recette : tout naturellement, les pêcheurs étaient ceux qui tiraient le plus gros lot. Plus loin encore, de sombres bois s’étalaient en petits tas jusqu’à atteindre, plus au Nord, une dense canopée dans laquelle on puisait le bois pour construire les embarcations. Les bûcherons qui s’aventuraient là-bas étaient souvent de rudes gaillards, des hommes bâtis sur une corpulence importante capables de défier les dangers légendaires des forêts Matshujins.

Il vous appartenait de choisir votre voie.
Revenir en haut Aller en bas
Ten no Ikari
Ten no Ikari

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Mar 16 Fév 2021 - 20:48




Excursion Prémonitoire



Nous étions tous partis sans prendre plus de temps pour regarder en arrière, car le temps n'était pas forcément à notre avantage. Il ne semblait d'ailleurs jamais l'être à vrai dire. Que ce soit d'un point de vue général, dans cette histoire où nous devions retrouvé un "Biscornu" ou si l'on parlait de l'Homme au Chapeau qui en avait fait son pouvoir. A savoir comment, c'était une toute autre histoire. Mais ce n'était pas une histoire pour aujourd'hui. Ce jour, nous avions un autre impératif de temps à gérer et pour se faire nous nous mîmes en route sans plus tarder. Toutefois, soit je m'exprimais mal, soit mes partenaires étaient loin dans leurs pensées, car aucun des deux ne répondis réellement à mes questions. Certes, l'Atorasu se présenta, ce qui était déjà plus que la jeune Hita, mais lui non plus ne fit pas réellement attention à mes paroles. Je finis par pousser un soupir embêté, ce n'était pas dans mon genre de répéter mes questions, mais je ne pouvais pas me permettre d'attaquer mes coéquipiers pour qu'ils me montrent leur capacité. Je me résignai donc à me répéter après avoir répondu à ces derniers.

-J'préférerais qu'on tente une voie diplomatique avec l'monsieur bizarre avant de songer à...tout ça. Haha. Si ça s'trouve c'est un citoyen de Kumo, ou alors il pourrait nous aider. Le traiter bien pourrait p'têtre nous servir. Par ailleurs, au cas où vous ne l'auriez pas compris un peu plus tôt, je me suis présenté à vous en vous révélant mes capacités. On doit déjà faire face à l'inconnu durant c'te mission, ce serait cool que les capacités de mes coéquipiers ne fassent pas partie de l'équation à résoudre haha !

Et sur ce, je continuai à avancer dans la direction de Matshu. Après de longues heures de courses, nous finîmes par arriver en vue de l'endroit désigné comme cible, et il allait sans dire qu'ils se démarquaient du reste des villages de la Foudre que j'avais pu visiter. Autant dans leur accoutrement que dans leur manière d'être, et de fonctionner. Mais pouvions nous réellement attendre quelque chose d'autre d'un peuple portuaire ? Toutefois, derrière la façade paisible qui peignait les environs, une atmosphère tendue se laissait percevoir. L'origine de cette électricité dans l'air ? Même moi, un assimilateur de foudre, ne pouvait le dire. Mais je me doutais que nous n'allions pas tarder à en avoir le coeur net. En nous avançant dans la ville, nous ne tardâmes pas à repérer rapidement les différents points névralgiques de la zone. Le port, avec les bateaux et les pêcheurs. Le centre de Police, qui semblait petit mais fonctionnel. Les quartiers un peu plus huppés, avec la mairie et d'autres bâtiments de fonctions. Et plus loin encore, des champs et des fermes s'étendaient vers l'intérieur du Pays de la Foudre.

Si d'un premier coup d'oeil cela semblait relativement en accord avec ce qu'on attendait d'un village portuaire modernisé par endroit, ce qui était moins intuitif était la présence d'autant de gardes dans les rues. Quand je parlais de tension...Le port et la mairie semblaient particulièrement bien gardés, et il devait certainement il y avoir des raisons pour cela. Je fronçai les sourcils et donnai rapidement mes directives à mes deux coéquipiers. Je doutais que les gardes nous attaquent, le symbole de Kumo bien en évidence devait certainement refroidir les ardeurs de certains. Toutefois, il fallait rester prudent. M'adressant donc aux deux genins avec moi de manière à ce qu'ils soient les seuls à pouvoir m'entendre, je leur dis sur le ton de la confidence.

-Héhé ça a l'air bien tendu ici hein. Faites attention à ne pas causer d'grabuges. J'vais aller au centre de police, j'vous laisse voir avec les pêcheurs du ports pour récolter des informations ! Au moindre soucis, n'insistez pas. Ça vous va ?

Si je m'étais dirigé vers la police et les avait encouragé à aller voir le port, il y avait plusieurs raisons à cela. J'étais moi-même officier de la police de Kumo, et je comptais sur ce petit détail pour attiser leur sympathie et obtenir des infos. Le port par contre semblait bien surveiller, et si notre cible tentait de repartir vers une île, il aurait surement besoin d'un bateau. Et qui de mieux que des pêcheurs pour être au courant des bateaux circulants ? Cela constituerait déjà un point de départ. On aviserait ensuite de ce qu'on allait faire. Sur ce, je me dirigeai vers le poste police pour m'y présenter.

-Bonjour ! J'suis Ikari, un shinobi et officier de police de Kumogakure no Sato ! Je viens à la pêche aux infos, on m'aurait dit qu'un individu suspect serait dans les alentours...? Un "Biscornu"...?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Saako Hita
Saako Hita

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita) Empty
Ven 19 Fév 2021 - 22:04

EXCURSION PREMONITOIRE




*Sniff Sniff*

Cela faisait un moment que le nez de la jeune démangeait et à mesure que le petit groupe se rapprochait de son objectif, elle put aisément comprendre les raisons d’une t-elle « Gêne ». Le poisson, la flotte et la moisissure … Ce fut les trois premiers mots qui lui vinrent à l’esprit alors que les palissades de Matchu se dessinaient tranquillement à l’horizon. L’autre vieillard avait brièvement briefé le groupe sur leur destination et il fallait admettre que la jeune fille avait visiblement sous-estimé les informations fournies par ce dernier. Cette mission s’annonçait longue, très longue et au final, elle qui était si pressé de voir de nouvelle terre commençait maintenant à regretter la chaleur de sa petite chambre. Son lit, ses draps, les stupides oiseaux messagers … Kumo .

La voix d’Ikari ôta brusquement la jeune fille de ses réflexions. Elle connaissait le côté bagarreur de son camarade et de voir se dernier parler de diplomatie avait quelque chose de presque ironique. Lorsqu’il revint sur la présentation de leur capacité respective, la jeune fille tourna un regard intrigué en direction du troisième membre de leur escouade. Elle connaissait déjà l’assimilateur Raiton et elle en déduisait donc que la question du blondinet bien que générale d’apparence, n’était destiné qu’au mystérieux genin qui les accompagnaient. Il ne parlait pas beaucoup et faisait de la rétention d’information … Décidément, travailler avec lui risquait d’être compliqué bien qu’elle dut admettre que les quelques phrases prononcées par ce dernier avaient été particulièrement efficace face à leur ”commanditaire”.

- Assimilatrice de feu pour vous servir, Mr le chunin !


La voix de la jeune fille s’était voulue relativement taquine tandis qu’elle levait un doigt moqueur en direction de leur dernier camarade. La petite flamme qui apparut au bout de ce dernier confirma sans un mot les dires de la kunoichi qui la rapprocha de sa bouche avant de l’éteindre d’un simple souffle. Détournant son attention du groupe, son regard se posa sur ceux qui faisait visiblement office de douanier à l’entrée du village et hocha lascivement la tête tandis que leur chef d’équipe confirmait l’étrange malaise qu’elle avait pu sentir émaner de ce bien terne tableau.

- Ca pue et en plus l’ambiance n’est pas bonne … Décidément je comprends pourquoi notre ami ne souhaite pas trainer ici.


Elle était relativement d’accords avec l’approche pédagogique du chunin et si une personne ici pouvait entre voir la sensation d’être arraché à sa terre natale, c’était bien elle et ce, même si elle la détestait.

********************************

- Pourquoi le Port …. ?

La jeune fille avait appuyé sa plainte d’un mouvement théâtrale de bras tandis qu’elle s’éloignait de son chef d’équipe. Il était rusé le chunin, il allait tranquillement interroger la police tandis qu’elle et son camarade devait se coltiner, les pêcheurs aigris et leurs poissons pourri. Sans plus prêté attention à son coéquipier, elle se laissa guider en direction d’une étale qui semblait rencontrer un succès des plus « modeste », n’étant actuellement visité par aucun client. Les produits proposés étaient relativement peu nombreux et les quelques poissons présents semblaient visiblement bien moins frais que ce que prétendait leur détenteur.

- Les affaires sont dûres à ce que je vois …

Ses yeux dorés se posèrent tour à tour sur l’étale et le vendeur, lui donnant l’air d’analyser la marchandise sans qu’elle n’y connaisse quoi que ce soit en réalité.

- On vient d’arriver ici et un ami à nous, nous a dit qu’ici on pouvait rencontrer bien des choses ici … Des choses et des gens ”particulier” …

Elle faisait trainer ses phrases afin d’analyser le visage de l’homme.

- Rien de trop Biscornu dans les environs Mr ?

Le mot était lançé et la jeune fille observait la moindre réaction du vendeur. S’il était au courant de quelque chose elle n’avait pas le droit de le louper.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9465-presentation-de-l-incandescente-hita-termine https://www.ascentofshinobi.com/t9641-dossier-de-la-petite-hita#81715 https://www.ascentofshinobi.com/u888

[Mission B officielle] Excursion Prémonitoire (ft Atorasu & Hita)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: