Soutenez le forum !
1234
Partagez

La tente de l'Apothicaire [fini]

Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Mer 13 Jan 2021 - 16:45
"Des machines à sous, et des barre à strip tease !"

Kisuke, assit sur une caisse en bois, écrivait dans un carnet de papier l'ensemble des éléments qui feraient de sa boutique un élément incontournable d'iwa. Il avait un grand sourire aux lèvres. Il réfléchit un moment, puis avec soin, souligna plusieurs fois ces deux éléments nouvellement inscrit. Il admira son résultat, puis rajouta dans la colonne le prix qu'il estimait ces améliorations.

Hmmm.

Les danseuses exotiques coutaient un peu plus chère que dans ses souvenirs fantasques de jeunesse. Il parcourut rapidement un autre chapitre de son carnet, celui qui décrivait ses finances. Les chiffres étaient dans le rouge, à la première destruction par Kiri de son établissament. Et puis encore plus dans le rouge, a la destruction par l'attaque de Mamushi. A un moment, il avait même fait un petit dessin de pierre tombale, tellement il avait eu mal à ce moment-là financièrement. Puis, c'était avec des insultes aux consonnances simiesques que les chiffres plongèrent encore. Yonbi, pour certain. Gros macaque poilu des enfers, pour d'autres.

Avec grand regret, il barra ses machines à sous. Ses danseuses. Et, en fait, beaucoup de chose de sa liste de souhait. Ses finances actuelles étaient juste trop catastrophiques et les intérêts qui courraient sur ses emprunts risquaient de dépasser le salaire qu'il avait pour le moment à des petits boulots dans la reconstruction d'iwa.

Il fallait l'avouer, avec son manque de chakra et sa vitalité défaillante, il n'était pas l'ouvrier le plus robuste ni le plus jeune du village.

La solution intermédiaire, il était assi dessus. Il sortit de la caisse la tente qu'Iwa lui avait gracieusement offert quand il avait été chassé avant le réveil du gros macaques poilu des enfers.  Il l'installa sur trois versants, et laissa l'avant complètement ouvert. Il déplaça la caisse à l'intérieur pour en faire un semblant de comptoir.

Dedans, quelques bouteilles d'alcool qu'il avait pu sauver. Deux trois fioles. Un décanteur. Des herbes qu'il avait récolté ce matin autours d'iwa. De quoi reprendre tout doucement ses activités. Lentement. Rembourser les intérêts, d'abord, puis essayer de tirer des bénéfiques, d'avoir un vrai magasin, puis d'investir. Des objectifs assez ambitieux alors que la ville n'était que ruines, cendres et pleurs. Mais il fallait bien commencer quelque part, non ?

Ah j'ai oublié quelque chose !

Il reparti de sa tente et fouilla dans les décombres l'objet de sa dernière requête. Un panneau. Celui de son ancienne boutique. Il l'installa au sommet de sa tente, visible depuis la rue. Le début d'une nouvelle aventure.

Hyûga Kisuke, Apothicaire & Distilleur.



Dernière édition par Hyûga Kisuke le Mar 2 Fév 2021 - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Ven 15 Jan 2021 - 21:26
Combien de temps cette gueule de bois allait-elle durer au juste ? Tandis qu’il emplissait ses poumons de l’air pur de la montagne qu’ils avaient la chance de respirer à Iwa, l’Oterashi laissait se spas le guider de cet endroit dont il était parti et dont il ne se souvenait pas, jusqu’au Dojo des Assimilateurs où il avait coutume de se reposer. Dans son état, trop risqué d’employer le Mitsudo pour simplifier le trajet. Quelle mouche l’avait piquée, pour qu’il se retrouve à boire autant ? Le voilà qui se retrouvait non seulement à devoir supporter ses douleurs habituelles, mais aussi à subir dans le même temps l’étau de ces planches qui semblaient vouloir lui broyer le crâne.

Une gourde d’eau à la main, le guerrier de pierre ponctuait sa marche lente et hasardeuse par quelques rasades éparses, mais il ne se faisait pas de faux espoir et savait qu’il ne se débarrasserait pas comme ça de la sécheresse qui avait envahi sa bouche. Il endurait les conséquences de ses actes, fussent-ils cette fois aussi anodins qu’une nuit passée à boire de l’alcool, mais aussi désagréable que cela puisse s’avérer, Yanosa ne regrettait rien. Cette parenthèse, ce moment volé qu’il avait pu passer sans souffrir le martyr, valait bien au final de devoir encaisser un lendemain difficile. Tandis qu’il avançait non sans peine à travers le coeur encore partiellement dévasté de la cité, où des bâtiments de première nécessité avaient été érigés, un élément de décor attira son attention.

Là, comme un îlot au milieu d’un océan de ruines, alors que cette partie des quartiers commerçants n’avait pas encore été vraiment réhabilité, une tente toute simple trônait, une caisse en guise d’étal dans son ouverture et une pancarte grossièrement accrochée à son sommet. Sur le point de la dépasser, ainsi que l’homme à qui elle semblait appartenir, l’Oterashi s’arrêta interloqué en lisant ce qu’il y avait écrit sur ladite pancarte. L’air absent mais passablement intrigué, il pivota légèrement pour se retrouver face à l’homme dont les cheveux sablés étaient surplombés d’un bob.

« ...Un Hyûga… Apothicaire… dans une tente… ? »

Il ne lui semblait pas se rappeler le faciès du bonhomme en particulier, mais la localisation des débris et gravas au-delà de la tente lui était étrangement familière. La décontraction apparente de l’individu tranchait également substantiellement avec le désarroi qui s’emparait en général des gens dont les possessions terrestres avaient été réduites à un tas de poussière.

« … C’est pas votre premier rodéo, vous… Dites…. Vous auriez pas un… un truc contre la gueule de bois ? Quelque chose d’efficace, pas une foutue tisane à la con. Si vous me trouvez ça… je vous retape votre boutique. Pour pas un rond. Là, tout de suite. »

_________________
La tente de l'Apothicaire [fini] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Sam 16 Jan 2021 - 23:23
Un premier client ! Ô joie ! Il n'avait pas l'air dans son assiette. L'esprit était embrûmé, et... c'était de la fumée qui sortait de son corps ? Et ces reflets rougeâtres qui coloraient son visage ? Ha, si Kisuke n'était pas un scientifique, il aurait cru que l'homme devant lui avait de la lave qui coulait à la place de ton liquide vitale. Il énuméra rapidement son problème.

Une affliction bien connue de tout adulte, et pourtant si redoutable : la gueule de bois ! Mais l'Homme était généreux. Si le remède marchait... Il se proposait de reconstruire son établissement. Une opportunité à ne pas manquer, pour sûr. Car les shinobis étaient rarement des gens altruistes au point de le faire gratuitement, ou presque.

Il sortit son éventail et le déploya devant son visage pour augmenter sa crédibilité.

Hyûga Kisuke ! Oui, bien entendu, qui proposes des tisanes ha ha ha !

Il cacha son rire derrière son éventail miteux. (En acheter un autre était sur sa liste de souhaits, en cinquième position. Tout était toujours plus classe avec un éventail). Il profita de la diversion tactique pour déplacer discrètement de son pied un grand vase de tisanes en dehors du champs de vision de son hôte. Cela n'avait jamais été son intention de les tester sur ce client, bien entendu que non ! La base de tout commercial prospère est une confiance absolue entre lui et sa clientèle.

Il posa ses pupilles argenté sur l'homme qui lui faisait face. Un guerrier, certainement. Il ignorait son nom, et il ne l'avait pas vu à des tournois de genins récemment. Un gradé, sans doute. Quelqu'un d'important ! Une bonne relation à développer.

Vous, monsieur, vous êtes un fin connaisseur. Je le vois. Et j'ai deux solutions pour vous.

Il ferma dans un bruit sec et caractéristique son éventail avant de se pencher dans une caisse. Il en sortit d'abord une bouteille de liquide transparent, puis... un sandwich. Il l'ouvrit et y ajouta des pincées d'herbes de divers flacons. C'était des fins de stocks, mais rien de trop précieux. Un anti vomitif à base de plantes du coin. De quoi l'aider à se purger le sang. Et de la poudre de saule blanc - un anti-douleur bien connu, bien que ses outils actuels diminuaient quelques peu sa concentration et donc son efficacité.

Un sandwich, et beaucoup d'eau ! Un peu lent, mais c'est véritablement ce qu'il faut en général pour se remettre d'aplomb. Bon, il y a quelques ingrédients en plus pour que tout se passe bien et améliorer le transit. L'autre solution, compatible avec la première, plus rapide mais innovante...

Il disparut dans un caisse avant de ressortir avec une bouteille au diamètre impressionnant, et au petit goulot. Il avait du mal à la soulever pour la mettre sur son comptoir. Dessus, il y avait un dessin d'une cerise et un pourcentage. 45%. Il montra d'abord la bouteille de sa main.

De l'alcool. Car les gueules de bois cela arrive quand le taux d'alcoolémie tombe à zéro. Remonter ce taux, cela permet de dissiper la gueule de bois précédente. Le goût est encore... en développement, donc ne vous attendez pas à la meilleur des liqueurs du monde, mais vous remonterez très vite. Votre esprit sera embrûmé garantie dans les cinq minutes. Et pour éviter une autre gueule de bois d'ici une heure...


Puis il sortit délicatement d'une besace une pillule grosse comme une phalange, d'aspect dorée. Il la déposa avec beaucoup de soin sur le comptoir, comme une précieuse et fragile commodité. Fruit de labeurs dans son ancien laboratoire (paix à son âme).



Ce remède que j'ai spécifiquement conçu pour mes alcools. J'en ai pas beaucoup mais je sens que vous êtes un client qui le vaux ! Et si vous êtes courageux, ma foi... vous pouvez tout prendre.

Il serait sans doute à l'agonie pendant deux minutes, mais on n'avait pas rien sans rien. Et véritablement, cela ne pourrait qu'aller mieux par la suite !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Lun 18 Jan 2021 - 13:31
« Innovante, hein... »

Le ton sur lequel cet homme loufoque avait mis le terme sur la table n’avait rien de vraiment rassurant. D’un œil circonspect, Yanosa avait observé son petit manège et ses manières mercantiles, notant d’abord le geste du pied discret qui avait servi à mettre hors de vue une sorte de bocal : face à un artiste martial tel que l’Oterashi, inutile d’espérer faire passer inaperçu ce genre de mouvement. Puis, il l’avait regardé préparer ce sandwich avec l’application d’un orfèvre, dubitatif devant les quelques herbes qu’il y avait ajouté. Au-delà de l’efficacité douteuse de ce « remède », une question brûlait les lèvres du Tellurique : d’où sortait ce sandwich ? Était-ce courant pour un apothicaire d’avoir en stock des préparations de ce style, ou bien… pouvait-il s’agir de sa collation personnelle, réemployée pour tenter de satisfaire son client à tout prix ?

Toujours était-il que cette solution au problème de la gueule de bois était tout sauf révolutionnaire et également très lente à agir, peu ou prou l’antithèse de ce qu’il avait demandé. Yanosa croisa les bras sur son buste, une hanche sur le côté signalant son impatience, mais écouta malgré tout avec attention les explications du Hyûga. L’entendant conclure, l’Oterashi regarda d’un œil méfiant la grosse bouteille de liqueur ainsi que la pilule dorée, pinçant les lèvres sur le côté en émettant un bruit d’inspiration pensive.

« Donc si je comprends bien, votre innovation… c’est de me bourrer à nouveau la gueule, et de tout traiter d’un coup avec votre pilule ensuite… ? Un genre de guérison du mal par le mal… ? Huh... »

Le guerrier brûlé avisa l’étalage des « solutions » proposées par Kisuke pendant quelques instants, puis décroisa les bras.

« ...Pourquoi pas. »

Il empoigna la grande bouteille du distillateur à deux mains en la débouchant, puis la porta haut au-dessus de sa tête pour coller le goulot à sa bouche et commencer à boire. Les premières gorgées s’égrenèrent… et la bouteille faillit lui échapper des mains, tandis qu’il se penchait soudainement en avant en laissant une lampée de liqueur couler au sol.

« Pfheurg… ! Putain mais… ce truc… C’est immonde ! « En développement » mon cul, revoyez complètement la recette ou vous en vendrez jamais un godet… Pfhoua…. ! J’aurais du m’en douter… Comment un Hyûga pourrait s’y connaître en liqueur, c’était couru d’avance... »

Virulent dans sa critique, l’Oterashi ne se laissa pas pour autant dissuader d’aller jusqu’au bou et reprit bien en main la bouteille pour y boire à nouveau, suffisamment pour donner une vraie chance à la méthode. Après quoi, il reposa le large contenant, les traits crispés et dégoûtés.

« C’est quand même incroyable… d’arriver à un goût pareil avec des ingrédients normaux... »

Il empoigna le sandwich, le croquant à pleines dents plus par appétit que par préoccupation thérapeutique. Finissant sa bouchée, il reprit.

« ...Un Hyûga apothicaire… Pourquoi ? Pourquoi ne pas vous battre comme tous vos semblables, hm ? »

_________________
La tente de l'Apothicaire [fini] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Lun 18 Jan 2021 - 14:16
Hum, le goût ne plaisait pas, mais le client avait suivit ses instructions a la lettre et avait même mangé son sandwich. Oui, Kisuke n'était en général pas à même d'en fournir, c'était bel et bien sa collation qu'il avait sacrifié sur l'autel du progrès et d'un nouveau magasin. Du moins, si ce guerrier tellurique ne prenait pas ses jambes à son cou. Après tout, à part sa description physique, il ne connaissait rien de lui, même pas son nom. Et s'il était sous henge, impossible de savoir si cette étrange apparence n'était pas du à l'utilisation d'une technique plutôt qu'une véritable condition.

Améliorer le goût de son alcool, donc. Il nota mentalement cela, et l'ajouta dans sa liste, à la huitième position.

Hélas, j'ai encore à apprendre sur l'art de la distillerie... mais c'est en pratiquant qu'on progresse ! Je ne perds pas espoir. Un jour je serais le meilleur distilleur. Je me battrais sans répit. Je ferais tout pour être le meilleur et gagner les défis. Je parcourais le Yuukan tout entier, cherchant avec espoir...

Il avait un peu chantonné la fin, sur un air étrange. Réminescences célestes. Puis le guerrier lui avait demandé une question existencielle. Pourquoi un Hyuga apothicaire ? Et bien, Pourquoi Pas ? Mais cela ne pouvait pas être une réponse à un client. Trop directe, il fallait les fidéliser davantage avant de se permettre ce genre de réponses. Non, il répondit simplement la vérité. Deux réponses. Deux vérités qu'il ne cachait pas spécialement.

J'aime bien les herbes, leurs interactions les unes avec les autres. On peut confectionner un remède ou un poison avec les mêmes ingrédients de base, et l'un pour un shinobi pourrait devenait l'autre sur une autre personne. L'affaire est complexe et intellectuellement stimulante. Un puzzle aux multiples dimensions.

Car là était une véritable facette du personnage de Kisuke. Au-delà de certains shinobis qui se prétendaient des génies et se contentaient de se taper les uns sur les autres, Kisuke avait une âme de chercheur et d'intellectuel. Peut-être aurait-il été plus à ses aises à Kumo, dans leurs instituts célèbres dans le monde entier. Mais sa place était à Iwa, auprès de son clan. Et sa spécialité était tournée autour de la chimie et de la pharmacie, même si la disparition de ses talents de senseurs l'empêchait parfois de comprendre avec détails l'aspect microscopique de ce qu'il se passait.

Ce n'était pas la seule raison, naturellement. La deuxième était plus personnelle, et plus difficile. Quelque part. Un aveux de faiblesse, d'être retraité et blessé. Un aveu de force, d'avoir survécut aussi longtemps dans la profession la plus dangereuse du monde. Entre les deux, un abysse de nuances et de sentiments dont il était difficile de se démêler.

Je me suis battu pendant trente ans, jeune hômme. J'ai supporté la branche principale des Hyûga depuis même avant notre migration du pays du feu. Maintenant, je marche avec une câne et je suis incapable de manipuler mon chakra. A chacun son rôle, et le mien n'est plus de me battre. Mais si je peux aider à empêcher des jeunes iwajins de mourir... je les supporterai sans répit avec mes remèdes ! Ou mon alcool, pour oublier. Et désinfecter. Parfois je fournis même...

Il n'allait pas plus loin. Oui, parfois il fournissait même des drogues et des poisons, dont l'utilité était flagrante mais la moralité nettement plus douteuse. Mais Kisuke limitait ce business comme il pouvait. Et il n'allait pas nécessairement le mentionner aussi rapidement à un inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Mar 19 Jan 2021 - 10:42
Tout en mâchant une nouvelle bouchée du sandwich que Kisuke avait agrémenté, un met simple mais en l’occurrence très savoureux surtout quand on le comparait à la purge abominable qu’avait été la liqueur un instant plus tôt, le guerrier tellurique oeilla d’un air perplexe le distillateur qui se lançait dans une logorrhée qu’on aurait dit tout droit sortie du répertoire d’une troupe de comédiens itinérants. Sa volonté de s’améliorer était certainement sincère, en dépit de la forme ubuesque que prenait sa tirade, mais en son for intérieur Yanosa se fit la réflexion qu’il lui faudrait garder espoir très longtemps si il espérait rendre sa décoction ne serait-ce que vaguement appréciable par quiconque.

« ...Hm hm…. » répondit-il simplement à la première partie de l’explication du Hyûga concernant sa profession.

Il en attendait plus, bien évidemment, car aucun guerrier digne de ce nom, doté d’un héritage biologique tel que le Byakugan, ne pouvait laisser derrière lui la vie martiale simplement pour s’adonner à une passion pour les herbages et les mixtures en tout genre. L’Oterashi en était même convaincu : il devait être possible de concilier une vie de soldat avec l’étude de l’herboristerie, de l’améliorer même considérant l’ampleur des applications que pouvaient avoir certaines substances en combat. Mâchant toujours allégrement le sandwich, Yanosa écouta donc la suite avec d’autant plus d’attention, percevant d’avance qu’il y trouverait une réponse plus satisfaisante que la première. Ce qui fut effectivement le cas.

« ...Hmm.. Trente ans à se battre, ce n’est pas rien en effet. Une belle carrière, dans une profession aussi mortelle… Je comprends mieux. »

Avalant une dernière bouchée du sandwich, le guerrier brûlé s’agita sur place, forçant son coeur à pulser plus fort et plus vite pour faire circuler l’alcool de façon plus efficace. La liqueur de Kisuke était affreuse, mais elle avait le mérite de faire le boulot : en quelques instants à peine, Yanosa sentit distinctement le picotement de l’ébriété se répandre dans tout son corps, anesthésiant ses douleurs chroniques du même coup. Toutefois, ce n’était pas pour oublier la souffrance qu’il absorbait de l’alcool, cette fois, et l’Oterashi dut vite se rappeler de son objectif actuel pour ne pas céder à la douceur de cet endormissement des nerfs. D’une main ample et souple, il attrapa la pilule confiée par Kisuke et l’avala sans préambule, espérant que cet apothicaire ne lui ait pas survendu l’efficacité de son protocole maison.

« Hm. Vous avez pas fini votre phrase. Vous fournissez même… ? Quoi ? »

Écoutant distraitement la réponse, le Tellurique sentit les effets de la pilule aussi clairement que si il venait d’ingérer un anti-poison destiné à lui sauver la vie. Les maux de tête s’en étaient allés, d’une part, mais toute trace d’ébriété également, ce qui lui sembla sur le coup presque invraisemblable. Cependant, remuant les épaule et dessinant des cercles avec sa nuque, Yanosa fut bien forcé de constater que la méthode de Kisuke… avait fonctionné.

« ...Whouw… J’avoue que j’avais peu d’espoir, mais… ça a vraiment l’air de marcher… Surprenant... et instructif. Merci. »

Il avisa ensuite rapidement les décombres à peu près organisés, au-delà de la tente, en faisant quelques pas sur le côté.

« Je déduis que votre boutique se trouvait là ? Avant que je me lance, il faudrait que je sache comment vous voulez que l’espace soit organisé. Je vous préviens, je fais que de la pierre, pour les travaux d’isolation, les aménagements en bois, les fenêtres,… il faudra voir avec les artisans concernés. Allez, dites-moi exactement ce qu’il vous faut, que j’honore ma part. »

_________________
La tente de l'Apothicaire [fini] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Ven 29 Jan 2021 - 14:30
Disons que j'ai des connaissances dans autre chose que des remèdes. Je préfère ne pas en vendre aux néophytes, au risque qu'ils s'empoisonnent seuls mais, je vends aussi des poisons et autres substances dangereuses.


Ce n'était pas ce dont il était le plus fier, forcément, mais il fallait bien rembourser ses dettes colossales, et les poisons vendaient bien. Après, souvent un remède pouvait être également un poison, ce n'était pas si sorcier que cela d'en fabriquer. Le savoir et l'expérience permettait d'en faire un dosage parfaitement approprié ou d'optimiser certains effets particuliers. Un somnifère puissant était tant une arme aux mains d'un empoisonneur qu'un outil d'anesthésie pour l'Eisenin opérant sur un patient.

Ce qui vendait encore mieux, c'étaient les drogues mais le pharmacien était particulièrement attentif à sa clientèle et veillait à une consommation raisonnable pour éviter tout problème d'accoutumance. Etait-ce légal ? Hmm... Il l'ignorait. Mais iwa était un village commerçant. On pouvait tout y trouver. Kisuke y participait, pour combler ses dettes, mais aussi pour le faire de manière raisonnable et un minimum contrôlé.

Mais cette discussion-là n'était jamais faite de manière gratuite, même si son client avait l'air réglo, il ne s'était toujours pas présenté et avait une posture assez intimidante. Une posture qui sembla changer rapidement. Ses yeux étaient moins plissés. Ses pupilles moins dilatées. L'Oterashi signala que sa gueule de bois était désormais passée. Success ! Kisuke avait de gros espoirs que cela fonctionne bien entendu, mais pas une certitude absolue. Alors c'était toujours une bonne nouvelle à prendre, et à noter dans son carnet de recette.

Mais c'était surtout une opportunité d'avancer !

Oui c'est ici, de cette pierre-là ... à ici... jusqu'à ce restant de carton et jusqu'à la petite pile de cendre.

Le tour du propriétaire était assez rapide, malgré la présence de décombre. Kisuke avait déjà passé dans les ruines pour essayer de récupérer un maximum d'affaires. Le Guerrier Inconnu se proposa donc pour reconstruire son magasin et c'était quelque chose qui lui plaisait énormément, il ne cacha pas sa joie ni son large sourire. Il fit rapidement l'inventaire de ce qu'il avait besoin. Un magasin. Une remise. Un laboratoire. Un espace de vie. Il pourrait aménager tout cela plus tard, mais si déjà il avait une infrastructure...

Une grande cave, avec une cheminée d'un mètre de largeur, pour l'aération. Un rez-de-chaussé avec un quart pour le comptoir et le côté rue, une moitié réserve à l'arrière. Le restant, un escalier pour le première étage. Une chambre, une salle de bain, un bureau et une petite piece pour s'habiller. C'est pas que j'aime pas vivre sous tente... mais voila. Une grande vitrine pour le présentoir, des petites fenêtres à l'étage. Si j'ai déjà ça... je serais très content. Je devrais quand même trouver de quoi acheter des moyens de productions, mais c'est déjà un énorme pas en avant pour moi, soyez-en remercié infiniment.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Sam 30 Jan 2021 - 15:53
Évidemment, songea pour lui-même le guerrier tellurique. S’engager sur la voie de l’herboristerie, c’était apprendre à distinguer le bon du mauvais, l’utile de l’inutile, et explorer la facette curative et bénéfique des différents éléments que recelait la nature revenait en creux à apprendre également quels effets néfastes et quelles combinaisons dangereuses il fallait éviter. Toutefois, dans un monde tel que le leur, si les onguents et décoctions de guérison avaient toujours un grand intérêt pour la vaste majorité des gens, il existait des utilisations particulièrement prisées des substances capables de porter atteinte à autrui, surtout si le procédé pouvait s’avérer inodore, incolore et, en somme, totalement insoupçonnable. Yanosa nota donc pour lui-même cette information, en dépit de son penchant plus que prononcé pour les combats chargés de violence et d’excès.

« ...Oué, oué… Rien que ça… Je vous le rappelle une dernière fois, je fais que dans la roche, pas dans l’isolation : vos fenêtre, vitrines et consort, faudra vous les payer. Ou trouver un autre gars bourré prêt à vous les faire gratis contre un petit remontant... »

L’Oterashi fit quelques pas sur le côté, prenant méticuleusement la mesure de l’ancienne bâtisse ainsi que des contraintes et exigences que venaient de lui formuler le Hyûga à la retraite. C’était un chantier ambitieux et techniquement assez complexe, mais rien que Yanosa n’ait jamais eu à faire auparavant au cours de ses nombreuses journées passées à reconstruire des quartiers entiers de la cité de la roche.

« ...Restez bien en arrière. On sait jamais. »

D’abord, faire de la place et s’assurer de bien réutiliser les décombre qui pouvaient valoir le coup. Le guerrier tellurique se transforma intégralement en pierre et étendit de grands et larges appendices en direction des débris, prenant le contrôle des plus gros tout en balayant les autres, inutilisables, hors de la zone de construction. Un flux de roche jaillit alors de son abdomen et fonça dans le sol presque entièrement dégagé : de sa main gauche, en parallèle, Yanosa exécuta quelques mudras, sans résultat apparent, mais alors que son petit ballet rocheux semblait ralentir, il prit tout à coup une autre ampleur. Le sol se souleva dans un craquement lourd et sec, des masses de roches énormes furent excavées sans le moindre effort apparent, simplement « portées », comme assimilées par les flux de roche qui dansaient et craquaient dans la zone.

Par le truchement de sa simple volonté, le guerrier sans visage créa ainsi l’espace nécessaire pour la création du sous-sol, des tonnes de roche désormais pleinement sous son contrôle et lévitant presque au-dessus du trou.

« ….Allez, c’est parti. »

Le ballet reprit de la vitesse, de l’ampleur aussi. Les flux de roche se multiplièrent, formant les murs, les parois, les contreforts et laissant déjà apparaître les ouvertures demandées en vue de la future installation de fenêtres. L’architecture. Un art sur lequel l’Oterashi n’avait jamais vraiment pris le temps de se pencher, un art dans lequel il excellait pourtant maintenant à tout point de vue, grâce à son pouvoir d’Assimilation et aux nécessités qu’avaient rencontré sa cité. Sous ses yeux ainsi que ceux de Kisuke, la bâtisse prit vie, les flux ajoutant avec une précision chirurgicale les dernières touches au murs extérieurs après avoir fini de consolider l’intérieur. Et lorsque finalement les appendices utilisés par Yanosa se décrochèrent de la structure, la laissant reprendre son poids normal auparavant allégé par le Mitsudo pour une manipulation facilitée, c’était en tout et pour tout cinq grosses minutes qui venaient de s’écouler.

« ….Haaa… Voilà. Je vous laisse la primeur, monsieur l’herboriste. » fit-il en tendant sa main droite ouverte en direction de l’entrée, pour l’instant dénuée de porte.

_________________
La tente de l'Apothicaire [fini] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Sam 30 Jan 2021 - 20:16
Mon laboratoire et mon magasin avant tout. Les fenêtres et autres luxes pourront attendre. Un canapé, par contre... Attendez, ça existe des shinobis qui maitrisent le verre ?

On pouvait être shinobi depuis trente ans et ne pas avoir une connaissance encyclopédique sur toutes les capacités du monde shinobi. Il y avait donc cette possibilité d'un shinobi pouvant maitriser le verre. Un bon coup de gnôle et il pourrait faire la même ristourne ! Un plan à murir et à réfléchir, mais qui fut bien rapidement oublié tandis que Kisuke eut le souffle coupé par la rapidité d'exécution de son visiteur. Il s'y mettait déjà. Les murs se dressaient avec célérité. Il faisait de l'espace avec aisance. Il excavait des montagnes entières (bon, peut-être pas des montagnes).
C'est... impressionnant. Je n'ai jamais été doué pour le ninjutsu. Mon dada c'était avant tout le taijutsu et la sensorialité. On a tous nos spécialités, bien entendu, mais quand je vois ce que vous êtes capables de faire... Je me dis que j'ai peut-être sous-estimés certaines branches des panoplies shinobiesques. Enfin, c'est du passé.

Il fit donc le tour du propriétaire. Kisuke ne pipa mot. Il s'était attendu à être déçu d'une construction rapide via un shinobi. Après tout, ils n'étaient pas vraiment des spécialistes du métier. Idéalement, il aurait pris un maçon pour se faire, mais vu ses problèmes financiers, comment pouvait-il faire fine bouche ? Fine bouche bien silencieuse. Le silence était suspendu à ses lèvres.
D'admiration. Il n'avait rien d'un architecte - contrairement à certains de ses cousins ou encore la très fameuse Godaime Tsuchikage. Non, il était humble devant la structure et la facilité avec laquelle ce shinobi lui avait fait cette fameuse faveur. Il semblait presque faire corps avec son élément. Il était précis. Il contrôlait tout. Et ces murs étaient solides. Tout était au-delà de ses attentes. Il eut une pointe d'émotion, car véritablement il venait en quelques instants d'avancer de beaucoup sur sa route et son chemin. Oui, il devrait trouver de quoi payer ses équipements... mais c'était une énorme étape de franchie et ses recherches pourraient très rapidement reprendre, ainsi que ses productions de médicaments pour l'Hopital.
Soyez-en très remercié, shinobi-san. Je vous en suis éternellement reconnaissant. Si vous repassez dans le coin, vous aurez droit à de belles réductions sur tous mes remèdes. Si vous avez des besoins spécifiques, n'hésitez pas. Et si vous comptez faire des matchs ou des duels d'ici peu, faites le moi savoir et je viendrai y assister !


Il ne pouvait rien de faire de plus pour le repayer de cette dette. Il s'inclina courtoisement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Lun 1 Fév 2021 - 13:52
Le guerrier sans visage avait du dépenser une quantité d’énergie non négligeable pour cette nouvelle réalisation qu’il venait de produire. Coupler l’utilisation continue du Mitsudo à haut niveau tout en exerçant ses talents d’assimilateur requérait concentration et doigté, deux facultés dont il avait récupéré le plein usage grâce à la « méthode Kisuke » : pour ce qui était du chakra, l’Oterashi savait qu’il allait très vite prendre la direction de sa couche de pierre sur mesure au Dojo et qu’il aurait alors tout loisir de recharger ses batteries. L’un dans l’autre, lui et l’apothicaire venaient tout deux de trouver leur compte dans cet échange de bons procédés, et Yanosa ne chercha même pas à réprimer ce vague sentiment de contentement qui naquit en lui en voyant le vétéran s’enthousiasmer de ses nouveaux quartiers.

« ...L’assimilation ouvre la voie à beaucoup de facultés que certaines jugeraient contraire à la nature… Mais c’est bien sûr tout le contraire, en vérité. »

Tôsen voulait les « débarrasser » du poids de ces facultés, mais le Tellurique doutait que celui-ci puisse entrevoir le futur qu’ils pourraient bâtir en usant des dérivés du chakra. Avec le temps, l’expertise et les intelligences nécessaires rassemblés, ils seraient en mesure de bâtir des cités et des civilisations tout droit sorties des rêves les plus fous des Hommes et de dompter tous les environnements possibles pour faire prospérer le genre humain. La violence et l’âpreté de l’existence, dépouillées des folies qui naissaient des conflits inutiles, pourraient alors prendre leur juste place dans ce monde, songea-t-il, mais ils étaient encore très loin de pouvoir approcher cette utopie. Son utopie.

« ...C’est bon à savoir. Si vous êtes capable de concocter une mixture capable d’anesthésier les nerfs sans pour autant nuire aux fonctions cérébrales ou aux retours de sensation… je serai preneur. »

Il fit quelques pas à l’intérieur en compagnie de Kisuke, s’assurant par la même occasion qu’aucun détail ne manquait, et ressortit en expirant longuement par le nez.

« On a du mal à raccrocher complètement, hein ? Je m’entraîne souvent, si j’ai l’occasion de vous prévenir, vous pourrez venir faire traîner votre Byakugan aux hauts plateaux. D’ici là… Installez-vous bien » finit-il avec un geste de la main en reprenant la direction de l’avenue en cours de reconstruction.

_________________
La tente de l'Apothicaire [fini] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

La tente de l'Apothicaire [fini] Empty
Mer 3 Fév 2021 - 0:00
Ainsi donc l'homme était assimilateur. Le mystère progressait petit à petit. C'était le premier que Kisuke connaissait, et il aurait adoré en savoir plus - par curiosité intellectuelle. Il ne partageait pas l'avis de certain qu'ils s'agissaient de monstres. Néanmoins, il savait également se montrer prudent. Une partie non négligeable de ces assimilateurs provenaient de l'île maudite. Wasure. S'ils n'étaient pas bandits en y arrivant, ils le devenaient par les abus subis et en ressortissaient traumatisés. Mais cela ne touchait qu'une partie des assimilateurs, bien entendu.

Le Maitre tellurique semblait être intéressé par un produit en particulier. Un anesthésiant... mais qui ne l'empêcherait pas d'avoir des sensations ni d'avoir l'esprit claire. En l'occurence, cela ressemblait plus à une drogue de combat pour ignorer la douleur.

Un anesthésiant. Je peux faire des recherches là-dessus. Ce n'est pas ma spécialité mais... Dès que j'installe mon laboratoire.

Ce n'était pas du tout impossible. Il avait même plusieurs idées en tête. Après tout il fournissait l'hopital en anesthésiant pour opération. Ce n'était pas ce que Yanosa recherchait directement. Non, ce qu'il cherchait était probablement déjà plus proche de ce que Kisuke utilisait pour lui-même. Dans sa flasque, mélangée avec de l'alcool, son tonique anti douleur pour oublier celle qui ne le quittait jamais. Etait-ce également une victime d'une douleur persistante et lancinante ? Son remède personnel n'était pas parfait. Il demandait de l'alcool de cerise, après tout. Mais il pouvait y travailler. Cela aurait une synergie.

Mais il se perdait déjà en conjecture. Il fit sa révérence avec grâce et bonhomie.

Encore merci, shinobi-san.

Shinobi dont le nom lui resterait encore inconnu, pour le moment. C'était étrange. D'habitude, les gens se présentaient ou étaient véritablement orduriers. Pour autant, ici ce n'était ni l'un ni l'autre, brisant une conception stéréotypée de Kisuke. Un guerrier qui ne manquait pas de respect, mais qui ne pensait pas pour autant se présenter. Quelqu'un de focalisé sur sa tâche, et pas sur sa propre personne.

Quelqu'un... d'intéressant.

Puis Kisuke reprit sa câne et se mit à siffloter en direction de l'ancien domaine Hyûga. Là, il pourrait trouver quelqu'un capable de l'aider pour sa prochaine tâche dans sa liste. Trouver des équipements pour son laboratoire.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880

La tente de l'Apothicaire [fini]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: