Soutenez le forum !
1234
Partagez

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo]

Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Lun 25 Jan 2021 - 13:07
Les jambes croisées sur mon siège, contemplant le vide de mon palais, la situation était telle que l'ennui était total. Devenir Empereur avait son lot de défauts : si les traitres et les rebellions étaient affaire commune, cela alternait entre ces moments de conflits et les quelques moments d'ennuis qui, bien qu'ils me faisaient profiter d'un peu de calme, étaient véritablement source de paresse.

Il n'y avait pas plus de dossier à prévoir, pas d'autres entraînement à aller vérifier. J'étais seul dans ma sombre pièce dans laquelle même les gardes étaient posés aux portes. Ils attendaient généralement un ordre, une demande de la part de leur supérieur en qui ils devaient soumission et respect. Et jusque là ils avaient été parfaitement compétents, ils répondaient toujours présents à mes appels... même si malheureusement, ils n'étaient pas là du tout pour le caractère social.

Mais dans cette sombre atmosphère d'ennui, l'on frappa à ma porte. La garde entrait dans mon Palais sans prévenir, avec une compagnie un peu particulière. Suivant les deux gardiens de ma sécurité, une trentaine de jeunes femmes les suivait ainsi qu'un homme aux allures étranges. Ils pénétrèrent la pièce un à un, s'approchant de moi pour m'annoncer une nouvelle qui aurait plu à n'importe quel Empereur.

L'homme mystérieux s'avança, se présentant à moi comme étant le libérateur d'un ennui que je ne devais subir.

-"Mon Empereur, voici une trentaine de femmes pour tromper votre ennui. Elles sont à votre disposition jusqu'à ce que vous ne leur imposiez d'arrêter."

J'observais avec attention celles qui étaient venues à moi par obligation. Mon regard tentait de scruter leurs yeux, faisant fi de leur tenue plus qu'élégante. On ne voulait pas faire d'elle des femmes heureuses non, elles étaient les parfaites esclaves de ceux qui avaient eu l'audace de les payer, de les déloger de leur vie pour faire d'elles de parfaites servantes sur tout plan.

Un plan inhumain.

-"Très bien. Si vous voulez bien venir à moi, mesdames. Gardes, vous pouvez sortir, je vous remercie."

J'allais commettre l'irréparable, quelque chose qui allait attester d'une volonté de fer. Pour préserver la paix, il fallait indubitablement créer la guerre.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Lun 25 Jan 2021 - 15:53
On pouvait remarquer la tentation du mensonge et de la manipulation. Il devait être dangereux pour ces dames que je prenne le risque d'insulter ouvertement ces pratiques immondes. Elles devaient participer à une espèce d'économie souterraine qui prônait la richesse des uns contre la pauvreté et la débauche des autres. Pire que ça, je voyais un rapport bien plus déséquilibré. Sous mes yeux impassibles, secrètement choqués par ce que je pouvais constater, je ne voyais qu'un vainqueur pour une trentaine de perdantes.

En réalité, le marché aux femmes faisait parti des scandales du pays du feu, mais je pouvais mettre ma main à couper que cela était comme tel dans tout le Yuukan. Produit de la cupidité et de la sournoiserie de l'humain plutôt que du shinobi, dans ses pulsions les plus sombres et ancestrales, la situation représentait parfaitement à mes yeux l'intérêt et l'importance de préserver le chakra. Si celles-ci avaient pu se défendre de ces brigands, le marché aurait prit une allure bien différente.

Et dans tout cela, l'Empereur devait non seulement être aux yeux du peuple une marque de puissance, mais aussi un espèce de représentant d'une virilité. De la même manière que tout homme normalement constitué devait objectivement être capable d'accumuler les rencontres et les compagnes, ce qui était impossible, l'Empereur avait cet avantage qui lui permettait de s'amuser avec qui il voulait, lorsqu'il le voulait, que la personne soit consentante ou non.

Une idée stupide, qui me paraissait totalement irrespectueuse et qui ne me ressemblait de toutes manières pas du tout. Et alors que les gardes avaient quitté la pièce, laissant le grand groupe de femme ainsi que leur marchand en face de moi, je m'étais mis en tête d'en apprendre un peu plus sur ce sombre marché.

-"Dites m'en plus. Je veux savoir qui sont ces femmes, d'où elles viennent, pourquoi elles sont là."

En se frottant les mains, l'homme aux allures malsaines me toisait de son regard tout aussi vil. Comme s'il m'expliquait quelque chose que tout le monde savait déjà, il prit l'air de quelqu'un qui savait très bien de quoi il parlait. Je pouvais même avoir l'impression qu'il me jugeait.

-"Le marché fonctionne à merveille ces temps ci, mon Empereur. Je vais vous dresser une liste de tous leurs détails, des prénoms aux mensurations, si vous le désirez. La plupart proviennent de pauvres villages des pays de la Roche, du Feu, de la Brume et du Bois. Il nous a fallu du temps pour toutes les rassembler, héhé..."

Cette simple affirmation relevaient déjà différentes étapes du commerce et différentes souffrances. Pour de l'argent, elles avaient quitté leur domicile, probablement leur famille, devant endurer un trajet misérable dans des conditions affreuses. Bref, il n'avait pas complètement répondu à ma question.

-"Qui sont elles ? Des paysannes ? Des mères au foyer ? De quel milieu les récupérez vous ? Mes attentes sont précises."

Craignant comme prévu le courroux de l'homme supposé être le plus puissant d'Hi no Kuni, son teint devint légèrement blanchâtre par peur des représailles. Je ne savais pas pour qui il avait travaillé, mais je supposais bien que c'était un milieu où ceux qui achetaient étaient des habitués et je pouvais parier qu'ils ne plaisantaient pas avec un tel sujet. Se frottant cette fois les mains avec une mine un peu plus mal en point, il répondit presque avec un début de crainte dans sa voix.

-"Je... non mon Empereur, il ne s'agit là que de jeunes femmes d'expériences. La plupart ont été élevé à l'idée de devenir ce qu'elles sont, elles proviennent majoritairement de milieu peu aisés. Nous les avons sélectionné pour une clientèle précise. Il s'agit là tout de même de haute qualité pour une personne telle que vous."

Ma mine devint un peu plus grave, un peu plus mal à l'aise. C'était on ne peut plus triste et l'affreux personnage qui était sous mes yeux était de ces monstres qui faisaient regretter d'être en vie. Malheureusement, il n'était qu'une brindille parmi un champ d'enfoirés.

La vie ou la mort...? La justice.

-"GARDES ! Enfermez le moi dans les prisons d'Urahi. L'Empire ne saurait s'abreuver de ce genre de pratiques infâmes."

Sous un regard ahuri, complètement hébétée d'un homme qui hallucinait devant de telles paroles, les deux gardiens du Palais Impériale arrivèrent et prirent les bras d'un homme que je ne souhaitais plus voir. L'affaire était ignoble, et les acteurs devaient être punis.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Mer 27 Jan 2021 - 0:16
Dans la surprise générale, marquée par le regard choqué du concerné mais surtout par les yeux légèrement écarquillées de toutes les dames qui étaient habituées à être prises pour du bétail, l'homme prit par les bras fut emmené hors de la pièce par mes deux gardes. Mon air souverain dominait la pièce, accompagné par un sourire qui se voulait amusé en même temps qu'il était fier. D'un ordre pourtant simple, j'avais rendu trente vies libres. Je tâchai toutefois de les regarder une par une dans les yeux, réflexe tout à fait masculin pour chercher s'il n'y avait pas une ambiguïté dans un regard, puis je me secouai l'esprit pour me rappeler une règle pourtant importante pour respecter mes valeurs.

Il n'y avait aucune place pour de l'égoïsme, aucune place pour un quelconque sentiment personnel. L'amour se vivait à deux et le respect devait être mutuel. Il n'était pas question de profiter d'une quelconque manière du statut d'Empereur, ce n'était de toutes façons pas ce que je recherchais pour me combler dans ma vie privée. Alors en me levant pour marquer l'instant, démarrant en même temps une discussion qui se voulait solennelle, je m'adressais à chacune d'entre elle dans une question ouverte.

-"Mesdames... vous êtes libres. Allez où vous le désirez, devenez ce que vous voulez. Vous pouvez partir de l'Empire si cela vous chante, aller retrouver vos familles et vos maris si vous en avez."

Il n'y eu aucune réponse. Au contraire, certaines se mirent à trembler en croisant les bras comme si cela leur rappelait un sentiment douloureux. Leur regard en disait long : elles n'osaient pas partir, ou du moins pas comme cela. Et après plusieurs secondes qui parurent une éternité de gêne, je repris la parole.

-"Je n'ai pas été clair ? Vous être libres, vous pouvez partir et mener la vie que vous voulez. Ca devrait être une bonne nouvelle !"

Toujours un silence. Ca n'arrangeait pas les regards de gêne ni les regards de panique. Fronçant les sourcils, je continuai de les regarder dans les yeux, cherchant quelqu'un pour tenir une discussion avec moi. Et dans cette foule de yeux plissés, un regard paraissait un peu moins effrayé... un peu plus confiant. Le courant passait un peu plus qu'avec les autres. Je sentais même un petit scintillant dans sa pupille, un espèce d'air de malice.

-"Vous, approchez vous. Quel est votre nom ?"

La jeune femme devait être un peu plus jeune que moi. Sa taille assez moyenne pour la gente féminine lui allait bien, tout comme ses cheveux bruns mi-long qui lui tombaient droit sur les épaules. Elle avait une allure simple, provenant surement d'un milieu qui l'était tout aussi, mais je pouvais desceller chez elle un caractère bien particulier... celui de la personne qui avait confiance en elle et qui avait sûrement dû user de son intelligence pour s'en sortir. En attendant, elle était tout de même là, mais avait l'air bien moins traumatisée que la plupart.

-"Sendai Yui, m'sieur l'Empereur."
-"... Sendai ? D'où venez vous ?"
-"D'un p'tit village au sein d'Hayashi m'sieur l'Empereur. Je vivais avec d'aut' Sendai, mais quand le Teikoku nous a attaqué, ils nous ont prit en otage et nous ont emmené ici en attendant l'élection d'un nouvel Empereur."

Son accent ressemblait bien à celui d'un paysan. Mais ce qui était le plus marquant ce n'était pas vraiment son accent, bien qu'il lui donnait un côté simple qui me plaisait tout particulièrement. C'était surtout qu'elle avait vécu dans la même "tribu" que mon propre père et ma propre mère... qui pour l'un avait été tué par l'Empire, tandis que ma mère vivait quelque part dans les geôles d'Urahi. Mon regard se plongea plus intensément dans celui de Yui.

-"Vous viviez avec deux adultes qui me ressemblaient, non ? L'un était plutôt grand, avait des cheveux blancs et une belle carrure. Donnez moi son nom je vous prie, ainsi que celui de sa femme."

La jeune femme sourit tandis qu'elle réalisait petit à petit ce qu'il se passait. Elle s'apprêtait à me révéler l'identité de mes deux parents.

-"Le m'sieur s'appelait Sendai Hei, et sa femme s'appelle Sendai Himiko."

Je venais de me rappeler de quelque chose que mes obligations m'avaient fait honteusement oublier. Je devais sauver ma mère des griffes de mon propre peuple.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Mer 27 Jan 2021 - 0:57
La jeune Sendai venait de me révéler le nom de mes deux parents. Devant l'ensemble des jeunes femmes qui attendaient encore hébétée qu'un sort leur soit attribué, elle et moi avions une discussion presque privée qui éclatait au grand jour. Comme un enfant, j'étais excité à l'idée de retrouver ma mère et de découvrir avec la jeune femme le visage de celle que je n'avais encore jamais rencontré.

-"Mesdames, je vous laisse attendre ici tranquillement. Mes gardes s'occuperont de vous et vous accompagneront dans une suite spécifique."

En un élan on ne peut plus rapide, presque enfantin, je dépassai avec vitesse et surprise l'ensemble du petit groupe. J'attrapai au passage la main de celle qui m'avait indiqué le nom de mes parents, courant avec elle au niveau de la porte pour la lâcher alors que nous fûmes arrivés au niveau de l'entrée du Palais Impérial. Il aurait évidemment été étrange que l'Empereur lui-même se tienne avec une femme qui ressemblait fortement à une pauvre dame de bas quartier, alors je devais faire en sorte de camoufler un peu mon excitation enfantine.

-"Vous m'faites mal, m'sieur l'Empereur."
-"Oh, pardon. Gardes ! Accompagnez les dames à l'intérieur dans ma suite personnelle et gardez les sous surveillance. Ne les maltraitez pas je vous prie, faites leur même la discussion."

Reprenant une stature normale pour ne pas éveiller les soupçons chez mes deux gardes, j'avançais en marchant à côté d'eux en prenant une posture droite habituelle, presque trop sérieuse.

-"Continuons notre route, Sendai Yui."

Nous avançâmes ensemble jusqu'aux geôles de l'Empire. En tournant parfois la tête, j'eu la surprise de voir un espèce de sourire innocent se former sur son visage. Elle était étrangement heureuse, ce qui était étonnant tant je m'étais fait à l'idée que chaque femme regroupée dans cette meute avait sûrement été abusée par des soldats de l'Empire. Mais elle ne montrait pas ces traces, elle ne montrait pas un quelconque traumatisme. En avait-elle eu un seul ? Je ne voyais qu'une espèce de plénitude accompagnée d'un regard intelligent et confiant.

Lorsque nous arrivâmes, il ne me fut que peu de temps pour accéder aux endroits qui m'intéressaient.

-"Messieurs, emmenez moi à la geôle où vous enfermez Sendai Himiko."

Les gardes m'envoyèrent un regard coquin : ils n'avaient clairement pas compris le but de la manœuvre. Mais cela étant, cette interprétation leur aida à m'obéir d'autant plus au doigt et à l'œil. S'ils avaient su que je m'apprêtais à rencontrer ma propre mère, je m'attendais presque à voir une posture défensive voire quelques mensonges qui leur éviterait que je leur tombe dessus à mon retour. De plus, mon regard était devenu on ne peut plus sérieux et sévère. Je ne montrai plus aucune amicalité, plus aucune sympathie. Je priais pour voir ma mère en bonne santé.

-"Ca va aller, m'sieur l'Empereur. Je suis sûr qu'elle va bien !"

Les mots qu'elle venait de me susurrer innocemment à l'oreille me firent du bien. J'aurai aimé la croire sur parole, et c'est ce que je fis. Gonflant mes poumons d'un air frais et vivifiant qui visait à me faire reprendre confiance, je continuai ma course vers la geôle de celle que je voulais voir.

Et à mon arrivée, une vision d'horreur. Enchaînée comme l'on pouvait attacher un chien à un réverbère, la tête tombante et le corps avachi sur le sol, le constat était d'une tristesse infinie.

-"... Maman ?"


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Ven 29 Jan 2021 - 21:29
La vision m'était horrifique, mélangeant un sentiment de léger dégoût, de pitié, accompagné d'un amour inconditionnel que j'éprouvai pour celle qui m'avait mis au monde. Je dégainai machinalement mon épée de son fourreau, tranchant avec haine les liens qui la tenaient au sol dans une position peu confortable. Je pouvais enfin contempler le corps de celle qui n'avait été à l'origine de strictement aucune fondation dans mon caractère mais qui représentait pour autant tout pour moi. Un sentiment étrange que de retrouver la femme qui m'était la plus importante sur terre après vingt quatre ans d'absence.

Maintenant qu'elle était libérée, j'attrapai avec attention son bras pour l'inciter à se relever. Je pouvais voir au niveau de ses poignets et de ses chevilles des marques rouges bien ancrées dans sa peau, véritable marque de nombreux liens qui avaient dû l'attacher bien fermement. Je n'osais imaginer ce qu'elle avait dû subir dans l'Empire même si je pouvais craindre de la voir soumise à des tendances ignobles provenant des plus grands fêlés du Feu. Et le pire dans tout cela, c'était que je ne voulais même pas la venger. Plus que ça, je ne devais pas la venger.

Car le rôle d'Empereur n'était pas aussi permissif que ce qu'il paraissait. J'avais droit de vie ou de mort, d'inclusion comme d'exclusion, mais si j'osais ne serait-ce qu'à un seul moment mener un mouvement de révolte, c'était ma tête qui tomberait. Pas celles de mes détracteurs. Le Feu était encore bien trop craintif vis à vis de moi et ma position n'était pas celle d'un homme de confiance. Si j'estimais que quelqu'un devait mourir, nul doute que je serais le seul à suivre cette opinion.

De toutes façons, je n'avais pas le nom du ou des coupables.

-"Qui... qui êtes-vous ? Laissez moi tranquille... je vous en supplie ! Je suis fidèle à mon mari ! Ne me faites pas de mal !"

Elle se mit à pleurer à chaudes larmes, son corps encore tremblant des moultes traumatismes qu'elle avait dû subir reposait petit à petit dans mes bras, retournant son corps doucement afin qu'elle puisse plonger son regard dans le mien. Soudainement, ses yeux s'apaisèrent petit à petit comme si elle avait revu quelque chose de rassurant.

-"Chéri ! Tu es enfin là ! Je suis si contente de te voir !"

Chéri ? Non, elle ne pouvait pas savoir qu'il s'agissait de moi, son fils. Rapidement, je réalisais le fonctionnement de son cerveau. Sa fatigue mentale, son sentiment de panique, la ressemblance physique que j'avais avec mon père... elle devait être persuadée qu'il s'agissait là de l'homme avec qui elle m'avait conçu. Je la serrai toutefois fortement dans mes bras, cherchant à réunir tous les morceaux brisés de son coeur et de son âme qui avaient perdu une grande partie de leur humanité.

-"Je suis désolé, je ne suis pas Hei. Je suis Yahiko Maman... ton fils. Je suis venu te chercher."

Un moment d'une tristesse et d'une beauté inexplicable, à l'image de l'image du monde que je me construisais depuis mon élection. Magnifique, s'ouvrant à la prospérité comme il ouvrait les portes d'une funeste injustice.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Ven 29 Jan 2021 - 21:53
Un étrange silence s'instaura dans la pièce. L'atmosphère ne laissait plus place aux mots, délaissant les paroles au profit d'actes bien plus démonstratifs. Après un instant dans lequel le temps semblait s'être arrêté, sa tête s'abaissa pour se coller à mon torse, ses bras entourant mon poitrail pour me serrer on ne peut plus fort. La faiblesse de ses bras était triste mais son intention était on ne peut plus touchante. De la même manière qu'elle me montrait à quel point elle était heureuse d'accomplir un des objectifs de sa vie, je lui montrai que je vivais moi aussi un moment unique, inoubliable.

Le moment était long sous le regard de la jeune Sendai Yui. J'étais accompagné de deux malheureuses femmes qui étaient victimes d'un monde sans pitié, mais je sentais pouvoir être le pilier sur lequel elles pouvaient se reposer. Attrapant ma mère dans mes bras en la soulevant du sol, le pli de ses jambes sur un de mes bras et son dos sur l'autre, je me décidai à sortir de cette pièce le plus tôt possible. Car malgré la beauté du moment, nous étions tout de même dans une prison miteuse et je ne sentais pas qu'il était possible de discuter bien tranquillement ici. Je voulais en savoir plus, mais quid des gardes qui ne devaient pas être tout blanc dans cette histoire ?

Nous nous dirigeâmes ainsi à trois vers la sortie de la prison. Arrivé au portes, ma main libre effectua des mudras, faisant apparaître un clone qui dégaina son sabre pour le pointer sous la gorge d'un des deux geôliers.

-"Vous allez m'expliquer ce que vous avez fait à Sendai Himiko. Et vite."

Il n'y avait dans nos regards, à mon clone et moi, aucune marque de sympathie. Au contraire, je me sentais prêt à faire le pas en avant qui signait l'arrêt de mort des deux soldats.

En plusieurs minutes, c'était tout un monde que j'apprenais. Celui d'ordres supérieurs, celui d'influences externes et de tout un système économique qui avait engendré esclavage sous toutes ses formes les plus diaboliques. Ma mère était de ces victimes, abusées par une volonté de conquête trop prégnante dans l'esprit de soldats qui entretenaient plus de valeurs animales qu'humaines.

Inutile de tuer ces deux gardiens. Ils étaient dans le système, les tuer ne servait strictement à rien. Les éliminer, c'était engendrer l'emploi d'autres soldats qui feraient exactement la même chose. Il fallait remonter le système, remonter les engrenages pour retrouver ceux qui étaient à l'origine de toutes ces exploitations.

Je n'avais qu'une chose en tête : tant que j'étais Empereur, il n'y aurait la place pour aucun système d'esclavagisme. Il fallait restaurer cette image de paix qu'entretenait avec mensonge l'Empire depuis plusieurs mois.

-"Je reviendrai."

Portant le corps de ma mère qui semblait être tombé dans un sommeil, rassuré à l'idée qu'elle souriait enfin dans les bras de quelqu'un qu'elle devait estimer de confiance, nous nous dirigeâmes avec Yui vers le Palais Impérial. Là bas, nous pourrions régler un ensemble de soucis pour aller de l'avant.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Ven 29 Jan 2021 - 22:39
Derrière mon corps qui avançait lentement vers le Palais, transportant ma mère avec moi dans mes bras, Sendai Yui avançait tête baissée. Me suivant silencieusement, je pouvais deviner que son silence ressemblait à de la culpabilité. Là n'était pas ma préoccupation première. J'avais retrouvé ma mère et je la ramenai enfin avec moi, et je me lançai déjà dans différents projets qui permettaient d'au moins lui assurer une suite de vie plutôt tranquille. Elle allait pouvoir vivre avec Kabuto, comme s'ils étaient mes véritables parents, je comptais bien transformer sa vie pour la faire passer d'une existence maudite à une existence croulant sous la richesse et la prospérité.

Je ne voulais plus voir de misère dans ses yeux. Je voulais la voir accompagnée de tant d'or qu'elle ne penserait plus à ses malheurs. Je voulais la recouvrir de tellement de bonheur qu'elle en oublierait son passé marqué par l'humiliation, le déshonneur et l'abus. Je comptais la faire manger à sa faim, lui faire prendre soin d'elle pour qu'elle se sente aussi belle que jamais, je comptais la faire s'entraîner afin de renforcer son physique et son mental. Préparer ma disparition comme elle préparait sa simple survie. Elle devait être capable de vivre même sans moi, que je sois mort ou vivant.

Parce que le rôle d'Empereur n'assurait aucune véritable protection. Les responsabilités qui m'incombaient m'obligeaient à donner ma vie pour un peuple, malgré l'horreur que cela pouvait représenter pour le peu de proches que j'avais.

Après être entré dans le Palais, j'entrai dans ma chambre personnelle, déposant le corps de ma mère sur le lit on ne peut plus douillet. Plutôt que de mettre un clone à ses côtés pour lui faire la discussion lorsqu'elle se réveillerait, j'allais plutôt voir Kabuto afin de lui demander de rester proche d'elle. Je pouvais voir également une émotion certaine dans ses yeux, lui qui revoyait une femme qu'il estimait et qui l'estimait. Ils avaient après tout discuté pendant de longs moments, suffisamment pour qu'ils en vienne à confier ma propre vie à mon actuel père adoptif.

-"Je te laisse t'en occuper Kabuto. Je vais aller régler un autre problème important, je reviens après."

Le laissant s'asseoir sur une chaise à proximité du lit, ce qui rappelait fortement la position d'un patient à côté d'un lit d'hôpital, je partais suivi par Yui qui était toujours aussi silencieuse. Me suivant la tête légèrement baissée, elle daignait prendre enfin la parole.

-"Je... je suis désolée. Je voulais être réconfortante, je voulais être certaine que votre mère allait bien. C'est horrible..."

Je restais en silence face à ce ton triste. J'avançais en portant sur mes épaules le poids de la couleur comme si je voulais l'endurer seul. J'avais été habitué à l'être tout au long de ma vie et si son soutien visait à m'apaiser l'esprit, ce n'était pas exactement ce qu'il se passait. Ce vieux réflexe qui m'amenait à rester seul plutôt qu'à accepter de l'aide extérieure comme si je ne pouvais faire confiance en personne d'autre que moi.

-"Ca va aller, je m'en occupe."

Nous arrivâmes finalement devant la porte dans laquelle toutes les autres femmes devaient se trouver. Je pénétrai dans la pièce, m'apprêtant à sauver la destinée de nombreux oiseaux encore en cage.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Dim 31 Jan 2021 - 18:23
J'ouvris la porte et fit face à la trentaine de femmes qui attendaient sagement dans la pièce. Les gardes m'avaient fait l'honneur de ne pas les approcher et mieux que ça, je pouvais voir un léger sourire sur certaines bouches marquant la bonne ambiance qui se dégageait de la situation.

-"Monsieur l'Empereur, tout s'est bien passé en vous attendant. Que faisons-nous ?"

Avec un air toujours livide, toujours marqué par ce que j'avais découvert sur ma mère, je regardai l'ensemble de la pièce. Mon regard alternait entre chacune des pupilles des femmes présentes, tentant de trouver chez elle la réponse. C'était bien là le début de mon répondant : ce n'était pas à moi de leur dire où est-ce qu'elles voulaient que je les emmène.

-"Mesdames, c'est à vous de nous donner la réponse. Vous êtes libres, je vous l'ai dis tout à l'heure. Qu'est-ce que vous voulez faire ?"

La situation avait changé. Tout à l'heure, elles n'avaient pas l'air enclines à répondre à la question, mais là l'atmosphère qu'avaient réussi à créer mes deux gardes semblait avoir décoincé les jeunes dames. Alors après un moment de silence dans lequel personne n'osait trop parler, une d'entre elle commençait à prendre la parole, suivi rapidement par d'autres.

En peu de temps, le silence se transforma en un brouhaha dans laquelle chacune d'entre elles, naturellement excitées à l'idée de retrouver leur vie d'avant, voulait crier son véritable besoin : celui de retourner auprès des siens. Si elles en avaient. Parce que dans la trentaine, si une bonne vingtaine voulaient tout simplement repartir chez elles, le reste n'avaient probablement aucune maison, personne qui ne les attendait nul part. Là était un des problèmes : que ce soit le premier groupe de fille ou le deuxième, je ne pouvais simplement les inviter à partir en se baladant librement dans Hi no Kuni. Il y avait fort à parier qu'une jeune femme seule n'ai que très peu de chances d'arriver à destination si elle ne savait pas se défendre. Déjà qu'en tant qu'homme la tâche était ardue à cause des criminels.

-"Mmh, laissez tomber. Je ne vais pas vous laisser partir seules pour risquer vos vies. Restez un moment dans l'Empire et entraînez-vous au Ninjutsu. Vous enverrez des lettres à vos proches qui viendront vous chercher et que je ferai tamponner, peu importe le temps que cela prendra. Vous partirez seulement lorsque vous serez accompagnées. Et pour celles qui n'ont nul part où aller... je vous donnerai un peu d'argent pour vous installer. A partir de ça, il va vous falloir travailler pour vous créer une place dans l'Empire."

Je pouvais comprendre la difficulté qu'avaient certaines à accepter la nouvelle. Après tout, la faction qui était à l'origine même du trafic et de leur malheur leur proposait maintenant de les héberger. Ca avait toutes les chances d'en enrager certaines, mais devant la bienveillance que je tâchais de dégager elles n'avaient pas l'air si inquiètes. Au contraire même, je pouvais en voir certaines s'approcher de mes gardes comme si elles les considéraient maintenant comme leur garde du corps. Un de mes sourcils se haussa à cette idée, me demandant bien ce qu'ils avaient pu faire pendant mon absence pour gagner autant de confiance de leur part.

Mais là n'était plus le sujet.

-"Le Palais est vaste et vous saurez y trouver une chambre où dormir en attendant. Je prends la responsabilité de vos vies, alors ne me décevez pas en tentant quoique ce soit ici."

Elles m'écoutaient toutes comme elles auraient écouté le jugement divin. Elles avaient comprit l'importance de ce que je leur avais proposé : il était là question de faire confiance à toutes les filles présentes ici pour s'assurer qu'elles ne volent pas ou qu'elles ne nuisent pas à qui que ce soit. Quant à mes gardes, je pouvais les voir étrangement rougir à cette décision comme si elle les arrangeait...

Ce qui me faisait vraiment me poser des questions sur ce qu'ils avaient fait pendant mon absence.

Me tournant ainsi vers eux, il était temps pour moi de clôturer cette page pour me recentrer sur ce qui m'intéressait.

-"Gardes, je vous laisse vous occuper d'installer ces dames. Toi aussi, Sendai Yui."

La tête droite et l'allure naturelle, elle s'avançait vers le groupe pour le suivre. J'étais surpris de voir une telle indifférence dans ses yeux à l'idée qu'on ne puisse rester ensemble, ce qui me fit bloquer quelques secondes, puis je repris mes esprits avant de quitter la pièce.

Une étrange gêne au coeur.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Lun 1 Fév 2021 - 18:21
Je fermais la porte de la chambre en laissant la trentaine de jeunes femmes avec mes deux gardes. Mon regard se baissait pour loucher sur le sol tandis que mon corps arrêta toute translation. Quelque chose me traînait en tête étrangement : l'image de la jeune Yui et du fait qu'elle m'ai tourné le dos pour rejoindre mes gardes. Je restai penaud un instant, légèrement frustré à l'idée qu'elle ne se soit pas rebellé contre mes ordres en me demandant de rester à côté de moi. Pourquoi ne s'était-elle pas retournée, pourquoi n'avait-elle pas levé la voix pour faire entendre sa propre frustration ?

Imbécile, tu es l'Empereur. Evidemment qu'elle va faire ce que tu lui demandes. Mais tu peux aussi lui imposer de rester avec toi, de partager ce que tu veux avec toi, sauf que c'est prendre le risque de lui faire faire des choses qu'elle ne désire pas. Alors, qu'est-ce que tu veux ? Faire ce qui te plais, ou lui faire faire ce qui lui plaît ?

La réponse était claire : il n'y avait aucun doute, elle allait normalement faire ce qui lui plaisait. Je n'imaginais pas un seul instant que lui imposer de suivre mes gardes était peut-être même ce qu'elle ne souhaitait pas faire, mais c'était une belle manière de prendre de la distance.

Je secouai ma tête vivement, me claquant une fois la joue pour me remettre les idées en place. Comment pouvais-je oser me préoccuper d'une fille alors que j'avais ma mère qui était toujours inconsciente à côté de moi ? Mes idées se mélangeaient comme mes sentiments... je devais me recentrer sur ce qu'il y avait de plus important. La santé de ma mère, remonter ce maudit trafic de femmes et régler un véritable problème qui régnait dans l'Empire et plus encore. Je repris ainsi ma marche ne direction de ma chambre, là où dormais ma maternelle accompagné de mon père adoptif qui prenait soin d'elle.

J'ouvris la porte doucement, la tête toujours pensive. Mes yeux se dirigèrent droit sur celle qui dormait encore, située à côté d'un homme qui la regardait sans la quitter des yeux, un petit sourire en coin.

-"Elle va bien ?", demandais-je.
-"Oui, elle n'a que besoin de repos."

Mes yeux se posèrent sur ceux de Kabuto qui ne lâchait pas un seul instant le contact avec ma mère. Une autre nouvelle qui me déplaisait me vint à l'esprit, et je me décidai à préparer un petit piège pour tester de la fidélité de mon paternel.

-"Tu peux me laisser seul avec, je vais m'en occuper à partir de maintenant."

Son regard se fronça un peu et un petit air de pitié se traça sur son visage. Je le regardai impassible mais je voyais bien qu'il tombait dans le panneau.

-"Ah non, ne t'embête pas Yahiko. Je peux m'en occuper ! Cela fait longtemps que je ne l'ai pas vue, ça me fait plaisir de prendre soin d'elle."

J'ignorais tout de la réalité derrière la situation de base. Il y avait de ça quelques années, alors que je n'étais encore qu'un bébé, Hei et Himiko Sendai remettaient à un ami de la famille leur propre fils qu'ils n'étaient plus capables d'éduquer. La pauvreté était impitoyable : entre abandonner leur propre enfant pour retrouver une liberté et un accès à une économie et le garder par amour quitte à peiner, ils avaient fait le premier choix. Une raison qui pouvait se comprendre tant on ne pouvait savoir tous les malheurs qui auraient pu s'abattre sur eux.

Mais dans l'ombre de la situation, un homme avait su tirer son épingle du jeu. Afin de conquérir la femme de ses rêves, celle sur qui il avait jeté son dévolu, il avait tout manipulé.

Ruiner les ressources des parents Sendai, leur évoquer la possibilité d'abandonner leur fils et de s'en occuper, élever Yahiko, faire de lui un homme dont la mère pouvait être fière, contacter les troupes de l'Empire afin qu'ils assassinent le père et qu'ils ramènent la mère dans l'Empire. Tout faisait parti d'un même pari : lui laisser la voix libre, quitte à passer par des extrêmes, pour obtenir le fruit de tous ses désirs les plus mesquins.

Yamaguchi Kabuto.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Lun 1 Fév 2021 - 23:26
Le plan du vrai maître Renard était rondement ficelé, il reposait sur des bases hasardeuses mais il était arrivé jusqu'au bout. Sur le chevet de ma mère, deux hommes désiraient d'une manière bien différente la personne allongée sur le lit. Moi parce qu'il s'agissait de ma mère, ne rêvait que de vivre une vie normale en famille, avec en tout cas celle qu'il me restait. Je rêvais d'être accompagné de Kabuto et d'elle, reconstituant une famille presque normale qui faisait de son mieux pour oublier le passé et accueillir un avenir plus doux.

Mais le futur ne s'écrirait pas comme cela. Pas aussi facilement. A côté de moi, l'homme qui avait enfin obtenu ce qu'il voulait avait un visage plus vil. Il ne pouvait réfréner une émotion qu'il avait attendu depuis tant d'années : la joie... non, l'extase d'être parvenu à atteindre un projet qu'il avait projeté depuis tant de temps. Mon propre père adoptif avait un léger sourire malsain qui se dessinait petit à petit. Je pouvais voir ses yeux s'écarquiller, comme ceux d'un psychopathe qui s'affirmait au grand jour, tandis que ses mains caressèrent lentement la jambe de celle qui m'avait mise au monde.

-"... Kabuto, qu'est-ce que tu fais ?"

Tandis que ses mains continuèrent un mouvement de caresse sur la cuisse d'Himiko, son regard qui n'arrivait maintenant plus à garder son calme se tournait vers moi. J'eu un mouvement de recul, légèrement effrayé et surpris par ce que je voyais. Je ne reconnaissais plus celui qui avait passé tant de temps à m'entraîner et à me tirer vers le haut. Qu'est-ce qu'il lui arrivait ? J'attrapai son bras et le retirai de là, mais il se leva brusquement pour me pousser au sol. Il prit le temps pour humer l'air emprunt de la nouvelle odeur de ma mère, et me parlai tout en riant de manière diabolique.

-"Enfin... ENFIN ! HAHA ! Toutes ces années à attendre pour enfin obtenir ce que j'ai toujours désiré !"

Ne comprenant absolument pas ce qu'il se passait, je continuai de regarder et d'écouter avec crainte la voix portante d'un inconnu. Je le vis sortir une arme de sa poche, grimpant à califourchon sur ma mère toujours endormie alors qu'il glissait son arme ninja sous son cou.

-"NE BOUGE PLUS ! Elle est enfin à moi, après tout ce temps, j'ai enfin réussi à la récupérer à ce maudit Hei..."

Le kunai proche de son cou était si proche qu'il pouvait presque commencer à l'entailler. Mais il n'en fit rien, le fou amoureux n'était pas au point de vouloir tuer celle qu'il aimait et qu'il désirait depuis tout ce temps. Après tout... cela faisait bien vingt-quatre ans au moins qu'il désirait ce moment même.

-"De quoi tu parles ? Qu'est-ce que tu fais ?! Laisse la !"

A la manière d'une bête féroce, son regard me fusilla. Il n'était plus question que je le prive d'atteindre son trésor. La bête était réveillée et elle s'apprêtait à assouvir son désir le plus fort, sa raison de vivre.

-"Oh non mon garçon. Maintenant que je l'ai, après tout ce que j'ai fait pour ça, tu vas me la laisser. De toutes manières, tu n'as plus le choix..."

Il s'amusait à faire glisser son kunai sous la gorge de ma mère tandis qu'il continuait quelques mouvements sur sa peau avec des doigts dégueulasses.

Je ne savais pas qui était ce type... mais il allait payer.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Mar 2 Fév 2021 - 0:29
Je ne reconnaissais pas l'homme en face de moi. Si physiquement il ressemblait évidemment toujours au Kabuto que je connaissais, ses yeux criaient comme si le Diable lui-même s'était emparé de son corps. Il y avait un espèce de mélange entre de la rage, de l'excitation et de l'euphorie qui se dégageait de lui comme s'il retombait à l'état animal. Rien ne correspondait plus à l'homme qui avait partagé ma vie depuis tant d'années : ses gestes se voulaient brusques voire violent, son ton se voulait bien plus menaçant et l'atmosphère qu'il dégageait était globalement malsaine.

Mais de le voir s'en prendre à ma mère, c'était hors de question. Impuissant face à la situation qui se déroulait sous mes yeux, j'avais deux choix : prendre le risque de m'imposer et de la voir mourir sous mes yeux, ou le regarder faire ce qu'il souhaitait de son corps en tentant de trouver le moment le plus opportun pour agir... Et la deuxième option me paraissait plus intéressante. Il était une nouvelle fois question de perdre son honneur, de perdre sa fierté pour en ressortir victorieux. Je craignais simplement qu'à force de me résigner sur mon honneur, la mort ne devienne pas plus intéressante que de rester en vie.

Une feinte verbale simple, une manipulation par le ton de voix qui devaient engendrer un sentiment de confiance. Je devais laisser planer le doute pendant un moment, je voulais qu'il relâche son attention et ses muscles même le temps d'une petite seconde afin que je charge à pleine vitesse sur lui, le clouant au mur.

-"... D'accord, mais ne la tue pas s'il te plait."

La phrase était honteuse, elle était horrible mais elle n'était surtout que tromperie. La gestuelle de Kabuto semblait s'accentuer comme un vieillard lubrique qui retrouvait enfin les joies de la chaire... mais l'instinct animal qui ressortait de lui ne permettait pas de se concentrer sur deux choses en même temps. Il ne pouvait garder son instinct de mort comme il laissait échapper sa pulsion de désir. A peine celui-ci fut il concentré sur ses premiers mouvements que je pu voir son attention se relâcher... laissant l'éclair de la justice frapper pour réclamer son dû.

En un rien de temps, je profitai de ce moment de répit pour effectuer un mouvement on ne peut plus rapide. Je ne pris pas le risque de dégainer mon épée, je ne fis que foncer en attrapant le bras qui tenait le kunai, amenant Kabuto avec moi pour le plaquer fortement contre le mur. Ma main sur son poignet lui empêchait toute action dangereuse, et les quelques coups de pieds qu'il tentait de m'envoyer furent esquiver sans trop de problème avec mes mouvements de corps.

-"Quel paradoxe amusant. Tu auras toujours tout fait pour exploiter mon potentiel... et maintenant que j'ai dépassé tes espérances, maintenant que je suis monté bien trop haut... tu ne peux plus m'arrêter."

Son visage auparavant bestial et exalté se transforma en un faciès enragé. Telle une bête féroce, il me rugit au visage ses plus grandes insultes, m'imposant presque de le laisser en paix.

-"TU NE PEUX PAS M'ARRÊTER ! PAS MAINTENANT ! JE VAIS OBTENIR CE QUE JE VEUX !"

La main qui tenait son kunai se mobilisa pour tourner le projectile entre ses doigts. Il comptait sur son mouvement simple de poignet pour envoyer le kunai sur celle qu'il chérissait tant.

Et dans un mouvement funeste, le projectile partit en tournant dans les airs en direction de ma propre mère... le dernier cri de haine d'un homme qui, malgré des années de machiavélismes, ne pouvait obtenir ce qu'il désirait au plus profond de lui.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Mar 2 Fév 2021 - 1:08
Le projectile tournait dans les airs et tout fut comme ralenti sous mes yeux. M'apprêtais-je à perdre ma propre mère alors que je venais simplement de la trouver ? La rotation était rapide et le jet était précis, je pouvais voir de mes yeux écarquillés par la peur le projectile filer vers le milieu de son front, s'apprêtant à se planter fortement dans celui-ci.

-"NOOOOON !"

Mais la main de Dieu lui-même vint sauver les meubles. La rotation était rapide mais il fallait une certaine chance pour que le pic du kunai se plante dans son front. Et aussi pathétique que cela puisse paraître, la pointe de l'arme ninja ne put s'enfoncer au milieu du front de ma mère... c'était le cercle de lancé qui le tapa d'un mouvement sec, formant un léger bleu sur la surface.

En voyant qu'elle fut hors de danger, il était temps pour moi de contre-attaquer. Dégainant mon sabre de ma main disponible, j'envoyais un coup de sabre vif au niveau des doigts de Kabuto, lui tranchant quatre d'entre eux en ne laissant que le pouce. Il cria naturellement de douleur, se recroquevillant sur lui-même par ce qu'il était en train de subir, et cria toute sa rage une nouvelle fois avant de se calmer, réalisant son impuissance. Il me fallut même quelques autres coups de sabre pour lui faire réaliser sa posture de soumission.

-"Tu me dois des explications. Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Pourquoi ma mère ? Tu es qui au juste ?"

C'était maintenant une voix bien plus belliqueuse qui me répondit, mêlée à une teinte d'insolence. Le gentil Kabuto était comme mort par celui que je voyais depuis quelques minutes.

-"J'ai tout fait pour elle. J'ai ruiné tes parents pour éviter qu'elle ne vieillisse avec ton père. Je leur ai proposé de t'éduquer pour que tu ai enfin une éducation digne de ce nom, hors de ce salaud de Hei. Je t'ai tiré vers le haut, je t'ai entraîné pour qu'elle soit fière de moi, j'ai même contacté l'Empire pour le tuer et m'assurer qu'elle ne vieillisse pas avec lui."

Quelle émotion devais-je ressentir à ce moment là ? De la haine ? De la reconnaissance ? M'étais-je trompé sur mon père depuis le début ? Lorsque je l'avais rencontré, il n'avait pourtant pas l'air si mauvais. C'était quoi son problème ?

-"...C'est à cause de toi qu'il est mort et que ma mère a terminé dans les geôles d'Urahi ?"

-"Oua-"

La lame trancha sans perdre une seule seconde sa gorge, laissant tomber au sol sa tête marquée par la surprise, son corps ensanglanté la recouvrant.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Mer 3 Fév 2021 - 22:17
La tête tomba séparée de son corps dans un bruit sourd, annonçant un silence de mort. Je gardais ma posture en place, subissant moralement l'horreur que je venais de produire. A côté de moi gisait un corps encore gesticulant nerveusement, ensanglanté, que je ne connaissais que trop bien. Le nouveau cadavre de Kabuto, celui qui avait été mon père adoptif pendant une vingtaine d'année, adoptait un air qui montrait bien le pathétique de son vivant. Du peu que je le connaissais véritablement, je me doutais qu'il n'avait pas du réussir sa mort autant qu'il avait du réussir sa vie.

Malgré ça, je ne pouvais m'empêcher de m'effondrer. Mes jambes me lâchèrent sur le point de l'émotion, me faisant retomber sur mes genoux. Mes bras m'en tombaient littéralement, mon regard s'affaissant comme s'il voulait aller plus loin que sous les paupières. Des larmes s'échappèrent, coulant lentement sur mes joues tandis que mon coeur se serrait fort. Kabuto n'était pas le seul perdant dans cette situation, je l'étais aussi. Choisir entre l'homme qui avait toujours été là pour moi et celle qui, malgré le lien de sang, m'était complètement inconnue... même si elle était ma mère. Je l'avais fait, ce choix. J'avais choisi le sang qui avait manqué d'être entaché.

Je pouvais toujours me rassurer en me rappelant qu'il avait été un manipulateur, un meurtrier qui était prêt à tout pour atteindre son but. Cela en avait-il valu la peine ? N'aurait-il pas gagné du temps en faisant confiance à l'avenir, en croyant sincèrement qu'il pouvait être capable un jour d'en rencontrer une autre ? Je n'avais pas la solution, mais je pouvais imaginer que la sienne était forcément mauvaise. Je ne pouvais croire que sans consentement il était possible d'aller aussi loin. Je devais demander à ma mère ce qu'il en était. Aimait-elle vraiment mon père ?

Les minutes à ses côtés paraissaient être des heures. J'attendais silencieusement le réveil d'Himiko, accompagné du cadavre de Kabuto dont le sang avait commencé à sécher. Le meurtre avait été propre : si la scène en soit était immonde et tout à fait gore, il n'y avait aucun détail supplémentaire. Les organes avaient été correctement tranché, la chute du corps n'avait pas entraîné une quelconque descente des poumons ou du cervelet.

-"Je peux pas laisser ça comme ça...", me dis-je.

Mais que faire du macchabé ? Le jeter comme un malpropre ? L'honorer pour ce qu'il avait fait pour moi ? Je n'arrivais pas à me faire à l'idée d'honorer le corps d'un infâme personnage, mais je revoyais étrangement une certaine complicité entre lui et moi. Après tout, sans lui, je n'en serai même pas là. Peut-être valait-il mieux ne pas avoir de regrets, ne pas rester dans la haine. Malgré l'insulte envers mon père, malgré l'insulte envers ma mère, malgré le fait qu'il ai littéralement gâché ma vie de famille... je pouvais encore tout pardonner. J'avais ce pouvoir là.

Je fis un clone qui partit s'occuper de cela. Je n'avais pas l'énergie suffisante pour le faire moi-même, mais lui pouvait le faire. Au final, honorer un corps qui avait commis un certain nombre de crimes, ça valait bien un enterrement effectué par une duplication. Une fausse vie commémorée par une fausse vie.

Et alors qu'il partit avec Kabuto et sa tête entre ses mains, qu'il rangea dans un espèce de sac noir, je continuai à attendre au chevet de ma mère.

Il ne me restait plus qu'elle.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Mer 3 Fév 2021 - 22:53
Le moment était long, à moitié couché sur le lit sur lequel dormait encore ma mère. Je caressais de mes mains le drap vert, la recouvrant des jambes jusqu'au menton. Mon esprit repensait alors encore à tout ça, perdu dans de vastes rêveries dans lesquelles j'imaginais encore que la vie pouvait être belle. Ma mère devait le savoir, elle, depuis qu'elle eu mis bas. L'avait-elle senti ? S'en était-elle doutée ? Avait-elle pu à un seul moment s'imaginer que l'homme qui était venu à elle comme le Messi était en réalité un véritable pourri ?

Je n'arrivais pas à m'imaginer un seul instant qu'elle avait pu renier mon père. Je n'arrivais à me faire à l'idée que Sendai Hei était si vil qu'il était essentiel de m'écarter de son éducation. Pourquoi avait-il dû le faire taire ? Quelle était la véritable raison ? J'avais encore en tête son visage simple, joyeux et digne d'une figure paternelle, la tête de quelqu'un qui voulait faire le bien. Le visage d'un traumatisé de ses parents qui n'avait voulu effectuer les mêmes erreurs. Je me rappelais du regard qui était le sien, qui avait le don de chasser dans ma tête tout doute et toute peur.

Après tout, il était mon père. Je ne voulais croire qu'il était de ceux qui échafaudaient des plans par derrière.

Dans ces multiples pensées, après de nombreuses minutes de songes intenses, quelqu'un tapa à la porte. Ce ne pouvait être mon clone qui, une fois qu'il eu fini sa tâche, s'était attelé à disparaître en me faisant revenir en mémoire ses actes. Je reconnu toutefois quelques faibles coups qui tentaient timidement de faire parvenir un certain tact, provenant de quelqu'un qui, de manière autonome, s'était abstenue de toute escorte.

-"Entrez !", criais-je en forçant un peu sur ma voix.

La jeune femme que je reconnu en habits de soie dépassa la porte en traînant légèrement les pieds. Je pouvais voir à son visage une certaine gêne, une certaine timidité qu'elle peina à cacher. Elle avait dû croiser le clone qui transportait le corps et s'était doutée que malgré mes fonctions, l'humain que j'étais avait besoin de soutien.

-"Mon Empereur, vous n'avez besoin de jouer au comédien. Je vous prie, laissez moi vous parler."

Mes yeux attristés sondèrent les siens comme s'ils cherchaient à savoir si elle comprenait véritablement ma douleur. Elle s'approcha doucement, s'asseyant à côté de moi en se tenant tout de même à une certaine distance, puis elle croisa ses mains autour de sa jambe en baissant légèrement la tête.

-"Vous ne pouvez remédier seul à ce problème de coeur."

Je savais qu'elle avait raison... penser pouvoir tout porter sur ses épaules était on ne peut plus bête.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Jeu 4 Fév 2021 - 0:28
Sa posture était celle d'une sœur alors que nous ne nous connaissions tout juste. Pourquoi était-elle venue alors que nous ne nous devions rien ? Estimant qu'il était là l'occasion parfaite de resserrer des liens, je me tournai légèrement vers elle en inclinant le buste. Mon regard toujours peiné cherchait du réconfort dans des prunelles neutres et innocentes. Et il le trouva. La compassion était clairement visible sur son minois et je trouvais en son air la parfaite définition d'une amante. Présente, à l'écoute, elle transmettait l'absence total de doute par une mine adoucissante.

-"Je... ai-je fait le bon choix ? Tuer mon père adoptif, qui a manipulé tout le monde depuis ma plus tendre enfance, tout ça par amour pour ma mère. Cela valait-il la mort ?"

L'Empereur qui se devait d'être droit et inflexible se voyait flancher. Cela ne faisait pas parti des moments dans lesquels je pouvais normalement discerner le bien du mal. L'horreur par l'amour était un véritable levier dont le bras était sale : si la mort était là le symbole de la protection et de la justice, sa saveur était plus proche de la déjection et du supplice. Alors avais-je fait le bon choix ? Était-il véritablement nécessaire d'occire le mal pour faire régner le bien ? Avait-il été vraiment incontournable de raccourcir un homme et d'en faire un vaurien ?

Je n'en savais rien. Il avait tout de même ruiné des vies pour sa propre pomme.

-"Je ne crois pas que la mise à mort soit toujours la solution", engagea t'elle dans la discussion. "Mais je crois également que la complexité de la vie ne saurait s'arrêter à la notion du bien et du mal."

Jusque là, ça ne me paraissait pas anormal. Cela faisait maintenant plusieurs semaines que j'avais réalisé une telle évidence, de l'élection de l'Empereur à la "révolte de Nanabi", de la première à la dernière danse. Là était bien l'intérêt pour moi de gouverner un tel Empire, il n'y avait probablement pas meilleur enseignant qu'un peuple qui se voulait difficile, strict et dur à cuire. Alors maintenant, était-il normal d'accepter sa mise à mort ? Certainement pas. Par contre, il semblait de prime abord essentiel de ne laisser s'exprimer un monstre ici bas.

Là était mon travail, qu'il s'agisse du mien ou de celui d'un ami : supprimer si nécessaire, en s'assurant que les intentions n'étaient pas mauvaises. Cela n'excusait rien, mais ça permettait de relativiser aussi.

Même s'il s'agissait de mon père adoptif...

-"..."

Je ne savais trouver les mots décisifs, tout comme il m'était impossible de stabiliser une pensée claire et limpide. C'était bien trop tôt. Mais une main telle une égide vint entourer délicatement ma peau.

-"Merci, mon fils. Tu auras su nous rendre justice. Je t'en suis éternellement reconnaissante, malgré ce que cela implique."


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Empty
Ven 5 Fév 2021 - 0:40
Ma mère se réveillait de son court sommeil qu'elle avait bien mérité. Me sortant également de mon trouble, elle était ce que je voulais voir en priorité en ce moment. Elle était après tout tout ce qu'il me restait pour ce qui était de la famille, et à aucun moment de ma vie je m'étais imaginé que ce qui venait de se dérouler allait se dérouler. Après tout, telle était la définition de la vie. Si nous nous attendions à tout ce qui pouvait nous arriver, elle perdrait de son charme. Le constat était tout de même assez triste : je venais de perdre l'homme le plus important de ma vie après mon père.

Je pouvais tout de même discerner un sourire se dessiner sur son visage. Quelque chose de faible mais qui était toutefois rempli de satisfaction. Elle avait dû sentir que sa propre vie prenait un tournant en rencontrant son fils, en apprenant qu'il était Empereur et en réalisant que son cadre de vie allait changer drastiquement. Après tout, elle passait d'un mode de vie nomade à un mode de vie sédentaire, d'une pauvreté assumée à une richesse qui ne lui appartenait pas. Et je sentais d'ailleurs qu'elle ne m'appartenait pas plus non plus. Après tout, d'un jour à l'autre, tout pouvait basculer.

Ma mère et moi nous serrâmes forts dans nos bras. Tentant de reconstruire par cette chaleur tout ce que la vie avait pu briser en nous, nous tînmes plusieurs dizaines de secondes avant de nous lâcher. Les larmes avaient pu s'empêcher de couler une nouvelle fois, comme les siennes qui avaient légèrement humidifié mon haut, mais nous pouvions nous rendre à l'essentiel : nous étions ensemble, en plus de Yui qui restait derrière moi silencieuse. Elle avait réalisé que la situation s'était calmée, mais je sentais qu'elle gardait en tête qu'elle avait sa place dans ce moment là. Comme si elle avait deviné qu'elle était un espèce de support psychologique important pour moi à ce moment là, fortement guidé par mon coeur.

-"Je n'arrive pas à le réaliser. Je t'ai retrouvée, j'ai perdu Kabuto à tout jamais... ce changement est trop rapide pour moi."

Elle haussa les épaules et je ne pu m'empêcher de ressentir une certaine culpabilité à l'idée de lui dévoiler mes sentiments. Elle avait du vivre des choses bien plus terribles que moi à ce moment là, comme tous ses traumatismes post-enlèvements, et je me permettais encore de me plaindre sur ses épaules. Quel égoïste faisais-je.

-"Excuse-moi, je ne devrais pas te raconter ça, pas maintenant. Parle moi de toi plutôt, raconte moi tout ce que tu as vécu !"

D'habitude, il était du rôle d'une mère d'écouter attentivement son enfant et de régler ses problèmes avec ses propres amies. Je me doutais hélas qu'à ce moment même, le meilleur ami de ma mère devait être moi. Il n'y avait personne qu'elle connaissait, personne à qui se confier, et il ne restait que nous deux pour nous parler de nos vies et pour nous soutenir. Je pouvais faire ça pour elle, je sentais que j'en avais la maturité. Et je sentais qu'elle en avait besoin.

-"Ca va être long mon fils, met toi à l'aise. Je vais te dire tout ce que ton père et moi avons fait depuis le début."

A la manière d'un bébé qui écoutait attentivement l'histoire qu'on lui contait pour s'endormir, je me posais sagement en tailleur à côté d'elle, l'ouïe fine. Yui assistait également à la conversation avec curiosité et ouverture, mais cela ne nous dérangea pas vraiment. Nous étions ensemble, et c'était tout ce qui comptait à ce moment là.


_________________
Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo] Wvup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363

Derrière chaque grand homme se cache une femme [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: