Soutenez le forum !
1234
Partagez

Au rythme des pas

Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Au rythme des pas Empty
Lun 1 Fév 2021 - 18:45
Retour au pays suite à la mission : Soigner les blessés
@Metaru Mairu

D'un pas silencieux les deux protagonistes quittaient le pays de la terre avec l'intime satisfaction d'avoir œuvré pour le bien Devant eux s'étendaient de larges monticules de rocs qui s'enclavaient les uns aux autres, dessinant dans les quelques espaces qu'ils n'occupaient pas un maigre et sinueux chemin que les longues années de marche avaient fini par tracer naturellement. C'était là l'artère principale du pays qu'empruntaient les deux étrangers en quête de leur pays natal. Et si l'Hijin était hâtif de revoir du pays, il lui tardait déjà de s'en retourner au village de la roche.

Amusé, il lorgnait avec attention sur la petite statuette miroitante que lui avait fait don la forgeronne. D'un doigt circonspect, il l'inspectait dans les moindres détails dénotant à chaque moment les fins détails qui rendaient compte du savoir-faire de l'artisane. Mais à tout égard, ce qui l'enchantait le plus restait l'expression de la petite éffigie, fidèle simulacre de la mine éculé qu'Hanzo avait affiché ses derniers jours sous le poids du labeur.
"Si j'avais su que ma face aurait terminé sur une statuette, je me serais montré sous un meilleur jour !"
Il ricanait de bonne humeur tandis qu'il partageait un franc sourire à sa compagne de route.
"… mais dis-moi Mairu, comment en es-tu arrivée à avoir un tel don pour la matière ? Conte moi donc ton histoire, je suis soucieux de connaître le périple qui a pu te mener à devenir "la Dame de fer"."
Le damoiseau se montrait polisson, un peu filou sur les bords et espiègle d'apparence. Il n'y avait là aucun hostile dessein dans ses intentions, simplement la volonté d'en savoir plus sur la damoiselle et l'envie de se délecter d'une épopée croustillante le temps de quelques lieux.

_________________
Au rythme des pas Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Metaru Mairu
Metaru Mairu

Au rythme des pas Empty
Ven 5 Fév 2021 - 23:48
Au Rythme des Pas

feat. @Shinrin Hanzo

La kumojin était partie après le hijin. Une dizaine de mètres les séparaient et pourtant, sans se hâter, peu à peu la Metaru réduisait la distance qui la séparait du Shinrin pour finir par s'aligner complètement avec ce dernier alors qu'ils empruntaient un chemin plus large. La jeune femme à la peau hâlée s'apprêtait à demander au jeune hijin s'il était encore fatigué pour avancer si lentement mais celui-ci la devança en parlant de la statuette que la Metaru lui avait offerte. Cette dernière comprit alors qu'Hanzo avait fait exprès de marcher avec lenteur pour qu'elle puisse le rejoindre.

« - Je peux arranger ça si tu veux. »

Par un simple toucher, la Metaru pourrait remodeler la statuette mais celle-ci perdrait alors sa valeur initiale. Celle de la spontanéité, du sentiment authentique qui avait alimenté Mairu au moment de la création de ce présent qu'il avait offert au jeune Shinrin. Mais, en voyant l'expression qui voilait le faciès d'Hanzo à cet instant, Mairu avait la conviction, qu'au fond, la statuette plaisait à son propriétaire. L'objet ne le représentait pas sous son meilleur jour et pourtant celui-ci semblait le ravir. Sans doute était-il amusé par son propre expression figée à tout jamais par la statuette. Une expression qui résultait des nuits blanches pour la bonne cause.

« - Je manipule le métal dès mon plus jeune âge et les enseignements prodigués par les ainés de mon clan m'ont permis de perfectionner la maitrise de notre élément. Puis, avec la volonté d'évoluer, j'ai pu parfaire mon art moi-même. Mairu marqua un bref silence avant de poursuivre, le regard perdu devant elle cette fois. Quant à ce titre de Dame de Fer. Je ne l'ai pas choisi. On me l'a attribué … sans doute parce qu'on a jugé que j'en étais digne. C'est un titre qui appartenait autrefois à Metaru Reiko qui avait été la cheffe de notre clan et Raïkage alors devrais-je sans doute considéré cela comme un véritable honneur. »

Un honneur qui ne réjouissait pas cependant Mairu car ce titre lui rappelait toujours la triste fin de sa cousine Reiko. Pour cette raison, elle ne s'était jamais présentée en tant que la Dame de Fer. Elle aurait pu très bien refuser cette dénomination honorifique qui lui suscitait de l'amertume mais elle avait espoir de pouvoir oublier le passé et être capable de la porter dignement un jour. Ca serait alors comme un hommage fait à sa feue cousine.

La jeune femme à la chevelure violacée reporta de nouveau son regard doré sur Hanzo.

« - Si tu avais hérité du pouvoir de ton clan, je suis certaine que tu serais très doué toi aussi. Un des plus talentueux de ton clan et ... pourquoi pas le plus talentueux. Un léger sourire s'esquissa sur les lèvres de la Metaru avant de s'estomper alors qu'elle ajouta : même sans la maitrise de bois des Shinrin, tu arrives à faire des merveilles Hanzo-san. Grâce à ton talent, des nombreux shinobi ont retrouvé l'espoir d'aller de l'avant. Alors, soit fier de ce que tu as et de ce que tu es aujourd'hui. »

Paroles dont la sincérité s'entendait au son de la voix et se lisait dans le regard que Mairu portait sur son compagnon de route.

Ce temps passé à travailler en collaboration avec le hijin avait permit à la kumojin de constater que celui-ci lui enviait sa capacité à manipuler le métal. La Metaru avait alors compris que le Shinrin souffrait, sans doute, de ne pas avoir hérité du pouvoir de son clan. Souffrance que Mairu n'avait jamais expérimenté mais qu'elle comprenait parfaitement car elle connaissait des personnes dans le même cas que le jeune Shinrin au sein de son propre clan.

« - A mon tour de poser une question : pourrais-je savoir ce qui t'attriste autant Hanzo-san ? »

Sous son air taquin, la kumojin percevait chez le hijin une tristesse telle qu'elle doutait que l'incapacité à maitriser le pouvoir clanique en était réellement la cause. La jeune femme était consciente de poser une question plutôt indiscrète mais la réponse à celle-ci la hantait depuis un moment. Elle qui était épanouie parmi les siens ne parvenait pas à comprendre cette solitude qu'elle ressentait chez Hanzo alors que lui-même était issu d'un clan. Peut-être que les Shinrin étaient bien moins soudés entre eux, bien moins bienveillants les uns envers les autres que les Metaru ? …

_________________
Au rythme des pas E9AA4D59F0CEBCA273945A0FE77E778170585673
~ La fin justifie les moyens ~
Team Kumo:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Au rythme des pas Empty
Dim 7 Fév 2021 - 9:33
Plaisante à l'œil, elle avait le teint bruni par le soleil. C'était une ravissante demoiselle pour qui bien des hommes auraient pu abandonner mère et patrie pour se faire les héros de la belle dans l'espoir de lui ravir quelques faveurs. Elle était en cela une délicate gemme aussi raffinée que robuste, égayant sans prévenance hommes et femmes qui auraient de bonne fortune la chance de la côtoyer. Dans le cas du damoiseau Shinrin, cette aubaine s'était présenté sous la forme d'une mission à Iwa, et si lui-même n'était accablé par ses propres démons, certainement que son attention se serait vu happée par une telle beauté ; car après tout, il restait et demeurait ce jeune homme amateur de bel artisanat et de belle chair.

Mais dans son attitude il se gardait bien de toute impolitesse, son honneur ayant déjà été entaché par une maladresse qui, bien que d'une agréable surprise, lui persiste dans la gorge telle une honte embarrassante qu'il ne peut ravaler. Alors il se montrait sous son meilleur jour, déférant, agréable et curieux, ne manquant pas de sourire à toute intervention de la dame de fer comme pour lui exprimer toute la grâce qu'elle méritait.

Quand elle lui contait son histoire, il ne mouftait guère et se montrait attentif et circonspect, dénotant de quelques signes de la tête son intérêt particulier en l'art de la kumojine.

Quand elle lui partageait la sujétion engendrée par son titre, il se gardait de tout commentaire, dépeignant une mine affligée comme pour se faire le miroir de sa peine. Certainement aurait-il pu creuser sur le sujet pour découvrir la chose et tenter, par une exploration de sa psyché, d'alléger quelque peu la cruauté du sort qui l'accablait, mais ce n'était guère sagace.

Puis quand vint le moment de parler de lui, là, le Shinrin se montrait moins distingué, ne pouvant guère conserver son attitude bien peignée tant le sujet de sa propre personne ne figurait guère pour lui dans un registre agréable. Une certaine noirceur l'habitait alors, bien qu'il n'était pas ici question d'une quelconque ire mais juste d'une certaine mélancolie. Bien qu'entamant sa troisième décennie, il n'avait, à ce jour, toujours pas fait le deuil de sa tare. En lui hibernait cette jalousie infame et infinie qui relevait le museau à chaque opportunité, à chaque raison de se montrer envieux des autres.

Décélérant son pas, ne quittant guère des yeux la dame de fer même face à ses pénibles mots, il marquait un temps d'arrêt avant de lui partager sa voix :
"Ce monde, c'est ce monde qui m'attriste Mairu-chan."
Là était venue une heure qu'il regretterait certainement, là était venue l'heure où le masque tombe et où il se montrait à la demoiselle sous son jour le plus cru, sous sa face la moins retenue : celle de son irascibilité.
"Ma déficience dans l'art du Mokuton n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan d'acrimonie que je contiens. J'ambitionne de conquérir ce monde, de m'accaparer tous les trésors, d'occire chacun de mes belligérants, de me faire le maître de tous les arts, de me faire le héros de tous les innocents, de devenir le despote des cieux, le prépotent des mers, le tout-puissant des terres. Toutes ces choses sont à ma portée, je le sais, tout n'est qu'une question de temps. Toutes ces choses… à l'exception du Mokuton."
S'approchant dangereusement de la nymphe, lui agrippant la taille, la pénétrant du regard, il chuchotait alors, lui murmurant son désarroi à la manière de messes basses, et ce, dans le silence bruyant que lui accordait la brise des montagnes.
"En ce monde, je suis un mal, un démon de l'envie pour qui tout en ce monde est à sa portée, sauf l'héritage que son nom aurait dû lui apporter."
Conscient et crétin, il n'avait trouvé comme réaction face à l'attention que lui portait la belle que de se montrer sous son jour le plus connard, que sous sa face la plus acerbe et mauvaise. Ainsi était la pie en proie à sa pulsion de mort, se refusant à la tendresse et l'effroi qui l'accompagnait. Amateur d'art, il omettait parfois de révéler qu'il était également maître dans l'art de tout gâcher.

_________________
Au rythme des pas Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Metaru Mairu
Metaru Mairu

Au rythme des pas Empty
Jeu 18 Fév 2021 - 19:16
Au Rythme des Pas

feat. @Shinrin Hanzo

L’atmosphère plutôt bon enfant changea brutalement alors que son compagnon de route s’était arrêté. Bien que le brusque changement du jeune Shinrin invitait à la méfiance, la Metaru ne chercha pas cependant à prendre ses distances. Restant face à Hanzo, Mairu essayait de comprendre ce qui arrivait à l’éphèbe devenu presque diabolique. Il était comme possédé.

Par les dires du jeune Shirin, la jeune femme au teint hâlé comprit alors que ce qu’elle pensait n’être qu’un vide pouvant être comblé par l’acceptation de ce qu’il était se révélait être, en réalité, un gouffre si profond que rien ne pourrait certainement combler. La Metaru avait enregistré au fond de son crâne la moindre phrase que la bouche de son compagnon de route avait formulée. Des propos qui le faisaient passer pour un être ambitieux, imbu de lui-même et très dangereux qui poussèrent la kumojin dans une nouvelle méfiance à l'égard de l'hijin qu'elle découvrait sous un autre visage. Un profil qui l'intéressait bien moins.

Méfiante mais animée par le désir de faire revenir le Hanzo qu’elle avait su apprécier, Mairu se laissa agripper par la taille. Loin de faire confiance au jeune Shinrin, la Metaru comptait sur sa capacité de passer à l’offensive même en étant immobilisée pour s’extirper de l’emprise du hijin si jamais celui-ci décidait de lui faire du mal. Pour l’heure, la kumojin préférait interpréter la brutalité soudaine du Marionnettiste comme un signal de détresse et non un début d’hostilité à son égard.

« - Tu pourrais tout avoir sauf la seule chose que tu convoites véritablement !? ... Voilà qui est bien dramatique ! »

La kumojin fixait l’affligé hijin dans les yeux sans se dérober.

« - Moi qui suis très fière de l’héritage de mon clan, je comprends tout à fait ce que tu ressens mais au lieu de t’infliger autant de souffrance, pourquoi donc ne pas accepter ce que tu as aujourd’hui sans pour autant renoncer définitivement à ton héritage ? Jouir de ce que tu as aujourd’hui, tout en faisant des efforts pour obtenir ce que tu convoites si ardemment est le seul moyen pour toi d’accéder au bonheur. Te supplicier est bien futile, Hanzo-san ! Tu te prives puérilement de la joie de vivre au présent pour un futur que tu n’obtiendras peut-être jamais … Est-ce que tu tiens à finir tes jours dans cette morosité affligeante, sans avoir goûter au bonheur qu’il te suffirait pourtant de saisir de tes mains ? »

Mairu marqua un bref silence tout en continuant d’ancrer son regard dans celui du hijin dont elle guettait la moindre réaction.

« - Tu dois certainement me trouver chanceuse d’avoir hérité du don de mon clan. Que c’est facile pour moi d’accéder au bonheur parce que j’ai obtenu cet héritage clanique mais, bien que je sois effectivement heureuse et fière de pouvoir maîtriser le métal, je pense que je ne serais pas moins épanouie si je n’étais pas née avec cette capacité. Pour moi, le plus important ici-bas c’est de profiter de la vie et non de s’obstiner à obtenir quelque chose au détriment de mon bien-être. Se détruite n’est pas une solution ! »

Hanzo ne parviendrait certainement pas à la comprendre ; elle qui ne convoitait ni puissance, ni pouvoir, pas même la gloire mais seulement le bonheur. Son vœu le plus cher était de pouvoir continuer de vivre heureuse avec les siens. Son héritage clanique, la Metaru au regard doré le consacrait à la protection de cette félicité qui était son plus précieux trésor ici-bas. Si la jeune femme aux cheveux violacés faisait partie de l’organisation shinobi du Village Caché des Nuages, c’était uniquement pour pouvoir protéger ceux qu’elle aimait, ceux qui contribuaient à son bonheur et qui se trouvaient tous à Kumo, le foyer qu’elle chérissait. Ce qui ne semblait malheureusement pas être le cas du jeune Shinrin. Ce dernier ne semblait attacher de l’importance qu’à cette quête de son héritage clanique qui était en train de le détruire complètement. A cette pensée, une idée vint soudain traverser l’esprit la kumojin.

« - Si personne ne t’attend à Hi, pourquoi ne viendrais-tu pas avec moi à Kumo, Hanzo-san ? J’aimerais te connaître d’avantage et surtout je voudrais que tu m’accordes une chance d’égayer un peu ce visage. Tu es nettement plus mignon avec un facies plus jovial. »

La jeune femme se permit de tirer sur les joues du jeune Shinrin comme s'il n'était qu'un enfant.

Emportée par son désir de consoler Hanzo, Mairu n’avait pas réfléchi aux conséquences de sa proposition si jamais l’hijin venait à l’accepter …

_________________
Au rythme des pas E9AA4D59F0CEBCA273945A0FE77E778170585673
~ La fin justifie les moyens ~
Team Kumo:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Au rythme des pas Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 17:12
Possédé. C'était là un bien triste mot qui reflétait pourtant de manière assez pertinente la situation, car s'il était en effet bel et bien envahi par un démon qui nichait en ses entrailles, c'était bel et bien les esprits malins de sa psyché qui le dépeignaient de la plus accablantes des manières devant la dame de fer.

Si dès les premiers regards il avait bien conçu que la kumojine était d'une rare beauté, il lui fallut atteindre ce moment décisif pour intégrer que de tout son être, c'était bel et bien sa langue qui se voulait sa plus belle arme. Car lui, elle avait le don de la sérénade, il avait le bon goût du mot juste, de la palabre sagace. Alors, à chacune de ses interventions, il refouler son dégoût à grand coup d'exhalation nasale, à grand coup de clic dental et de grognements de mâle. C'était comme des coups de dagues qui, bien que légers, représentaient un réel supplice pour qui en subissait une salve qui ne connaissait ni répit, ni décrue. Car plus que les simples maux verbaux, le plus triste dans cette joute était que la dame disait vrai.

Alors quand venu sa proposition, il amorçait une radicale chute de tempérament. Bouche bée, il l'écoutait. Quiet, il concevait la portée de sa suggestion, prenait un long et pénible moment à incorporer qu'il n'était pas le fait d'une mauvaise blague mais bien d'un désir bienveillant. Alors béat il ne mouftait point, se contentant d'élargir sa poigne raccordée à la kumojine, comme pour se saisir de plus de chair, comme s'il pensait que ça lui permettrait de mieux la comprendre.
"..."
Silencieux, il se laissait traire les joues, rougissant quelque peu, cédant à la timidité et se débinant du regard ne pouvant guère résister plus à cette sensation de pusillanimité qui lui prenait les entrailles et s'infiltrait dans ses poumons tel une effluve nocive pour sa raison.

Là ses démons s'étaient tirés des flûtes, prenant leurs jambes à leur cou, esseulant le Shinrin et l'abandonnant à sa nature la plus pure et profonde : celle d'un enfant candide, sauvage mais poltron.
"Je ne peux pas..."
Le plus difficile dans cette déclaration n'était guère le fait de se refuser à la damoiselle, mais bel et bien que le doute l'avait pris. Il s'était réellement vu tout abandonner pour s'abandonner à elle et sa bénévolence. Dans sa réflexion, ni les conflits, ni ses responsabilités ne s'étaient interposés, il s'était laissé allé aussi simplement que bénéfiquement à des rêveries où seule la mansuétude avait cours.

Sa dextre encore entichée dans la taille de la dame de fer, c'était comme s'il se refusait à rompre avec cette rose perspective...

_________________
Au rythme des pas Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo

Au rythme des pas

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: