Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'attente du jugement

Narrateur
Narrateur

L'attente du jugement Empty
Ven 5 Fév 2021 - 22:06
Dans une cellule privée de lumière et creusé dans les tréfonds de la terre, accessible seulement par un bâtiment à la surface et se trouvant dans l’enceinte principale du palais, se trouve l’homme pour l’instant encore inconscient et dont le corps est torse nu et parcouru de meurtrissures résultant du combat, les genoux éraflés après avoir été traîné comme un déchet jusqu’au cachot, mais surtout une impression de lourdeur parcourant le corps tout entier drainé de toute once de chakra. Peut-être pouvait-il espérer en récupérer afin de s’échapper de cet endroit, le dos au mur de pierre froid, chacun de ses bras écartés en croix étaient fixés par une menotte de bois qui le tenaient immobile, tandis que des chaînes au niveau des jambes le clouaient à genoux au sol comme dans une position de seiza. Naturellement, de simples menottes de bois seraient insuffisantes à garder le prisonnier dans cet état, c’est pourquoi même en tentant de s’assimiler, ne serait-ce que partiellement il se trouvait tout bonnement dans l’incapacité de le faire car il serait immédiatement vidé de son chakra. Un lourd anneau en bois spécial lui entourait le cou et lui pesait sur les épaules, rendant son corps complètement à la merci de ses geôliers.

Les barreaux de la prison dans laquelle il se trouvait étaient conçus grâce à un bois d’Hayashi, le même qui servait à fabriquer les rouleaux du fait de leur perméabilité au chakra, absorbant l’énergie de ce qui se trouvait à l’intérieur et annihilant les techniques du ninja. Un système reprenant le fonctionnement des cellules de la Prison inavouée, un projet avec lequel le seigneur était familiarisé pour y avoir directement contribué. Hormis ces menottes débilitantes, Comme si chacun de ses muscles avaient été totalement paralysés pendant qu’il était inconscient. Il s’agissait d’un sceau de paralysie de haut niveau placé dans son dos destiné à l’immobiliser complètement, quand bien même il tenterait de s’assimiler, il serait incapable de tout mouvement. Toutes les précautions étaient donc prises par le Capitaine afin que l’assimilateur soit inexorablement soumis à la sentence qui l’attendait, ni ses paroles ni ses pouvoirs lui conférant cette fameuse invulnérabilité n’aideraient l’assimilateur à s’extirper de cette situation.

Des bruits de pas s’approchèrent de sa cellule isolée du reste des prisonniers, avec le peu de forces qui lui permirent d’ouvrir les yeux et de rester encore conscient, le Borukan pouvait reconnaître la silhouette de l’homme qui l’avait combattu il y a quelques heures, le Capitaine le regardait avec cet air impassible et un brin dégoûté d’avoir permis à ce traître de commettre l’irréparable attentat sur sa majesté. Le peu de lumière dirigée à travers les barreaux de la cellule permettaient de voir la misérable condition du prisonnier et ancien Nidaime d’Iwa pour qui attendait un châtiment imminent. L’homme de cristal toisa du regard le prisonnier, encore amer d’avoir échoué dans sa mission de protection du seigneur, il pouvait au moins espérer que l’appel aux médecins ninja d’Iwa permette de le sauver d’une mort certaine.

II continuait de le regarder avec une certaine fascination, dans le silence le plus complet et dans une oppressante pénombre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

L'attente du jugement Empty
Dim 7 Fév 2021 - 18:02
Pénombre et obscurité.

L'ultime explosion avait retenti, et puis plus rien. Des ténèbres omniprésentes et envahissantes qui n'étaient que trop familières. Une obscurité qu'il avait habitée depuis sa prison d'obsidienne pendant une année éternelle.

Le péché du régicide avait été commis. Mais avait-il seulement réussi? Son esprit était trouble et apeuré, il ne savait pas. Sa dernière mémoire était celle de son corps lourd qui retombait des cieux qu'il venait d'illuminer pour s'écraser lourdement sur le sol rocailleux de la cour du palais seigneurial. Il se souvenait de la rocailles et des éclats de cristaux qui éraflaient sa peau alors que le Capitaine de la Garde trainait son corps inanimé.

Ses forces avaient été drainées, le Borukan avait tout donné pour accomplir son objectif, sans égard pour les conséquences sur sa propre personne. Il se sentait aux portes de la mort, son chakra complètement vidé et perpétuellement aspiré dans le néant de la pénombre. Ses bras et ses jambes étaient lourdes et prisonnièrent, Akimoto parvenait à peine à sentir ses extrémités. Son dos était froid, glacial, comme les ténèbres qui l'entouraient. Sa gorge était sèche et resserrée, comme si une grippe d'obsidienne l'étouffait.

Était-il vraiment de retour dans son cocon de roche ébène? Son esprit virevoltait entre la conscience et l'inconscience, provoquant une sorte de transe hallucinogène perpétuelle. Tantôt il percevait l'ours totémique roder autour de lui, grognant et rugissant. Tantôt il était hanté par des silhouettes meurtries et sans visage, envahit par leur souffrance et leur peur. Tantôt il percevait des flammes dansantes et vibrantes. Amiko? Non, impossible...

Une éternité passa dans les méandres de son esprit et des ténèbres. Soudainement, comme s'il venait de se réveiller d'un sommeil cauchemardesque et sans fin, il entendit l'écho de pas briser le silence omniprésent. Il était bel et bien prisonnier, mais pas d'un concon d'obsidienne cette fois-ci. Akimoto se trouvait dans un cachot obscure et humide, les flammes dansantes étaient celles des torches installés aux murs à l'extérieur de sa cellule et qui filtrait au travers des larges barreaux de bois. Il n'était pas mort, le souffle de la mort qu'il sentait sur son échine était la sensation de son chakra qui était drainé par un sceau interdit et canalisé par ses chaînes de bois et d'écorces.

¬ ...

Son corps était totalement immobile, il était plaqué contre les murs de pierre froide du donjon. Devant lui se tenait une silhouette muette et immuable dont les traits étaient invisibles à ses yeux aveuglés. Ses contours étaient brillants et droits. Nobles et divins.

¬ Masato...

Sa voix était rauque et fragile. Elle n'avait rien à voir avec celle qui avait tonné son mécontentement lors de l'affrontement dans la cour du palais. Était-ce vraiment le Seigneur qui se tenait devant lui? Avait-il réellement échoué? Le Byakuren venait-il se pavaner devant son prisonnier pour lui prouver sa toute puissance, son immortalité. Et si les légendes étaient vraies? Masato pouvait-il réellement être l'envoyé divin qu'il se prétendait être? Un ange immortel...

Peur et désespoir.

_________________
L'attente du jugement Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Narrateur
Narrateur

L'attente du jugement Empty
Sam 13 Fév 2021 - 20:30
Derrière les barreaux en bois qui le séparaient de l’homme meurtri et dont la flamme s’était considérablement affaiblie mais battait encore, le gardien du Divin qu’on pouvait considérer comme l’ange gardien, qui avait malgré tout failli à sa tâche face à l’exploit improbable d’un chien enragé et qui n’avait d’autre désir que de faire tomber le monarque, au mépris de sa propre vie. Pendant que le daimyô discutait encore avec sa fille, le geôlier vint rendre visite à cet ennemi pour lequel il ne nourrissait qu’hostilité et en même temps une certaine forme de respect d’avoir passé à travers sa garde alors que le combat semblait joué d’avance tant sa supériorité semblait manifeste. Son regard s’emplissait d’une lueur émeraude perçant au milieu du manteau de ténèbres qui envahissait l’intérieur des cellules, ne laissant pour seul refuge la flammèche des flambeaux ornant les murs.

Scrutant la façade éraflée du criminel enchaîné et vidé de toute son énergie, il le voyait gesticuler avec peine malgré le poids du collier en bois sur ses épaules, et les menottes qui le forçaient à se tenir à genoux, dans une posture humiliante aussi bien que fatiguante pour son corps. Il n’était désormais que l’ombre de la figure héroïque qu’il tentait de montrer lorsqu’il s’attaqua au palais en clamant haut et fort qu’il était temps de faire tomber la soi-disante tyrannie du daimyô de la Roche. Vaincu, impuissant, il contemplait probablement les dernières heures de sa vie dans cette misérable geôle, loin de ses soutiens, loin de son partenaire qui l’avait lâchement abandonné aussi pour n’être finalement que le pantin de sa destinée, attendant patiemment le verdict d’un crime pour lequel il allait être jugé.

« Inutile de gaspiller ton énergie. Je te conseille plutôt de prier tant que tu le peux encore, avant que la vie ne te soit ôtée. Si le Seigneur se montre clément, il t’accordera de dernières paroles, mais pour des pourritures telles que toi, traître à la nation, je crains fort que le gibet soit tout ce qui t’attend au bout du tunnel. »

En tant que Capitaine de la garde royale, il était courant pour lui de voir des prisonniers avant leurs derniers instants, bien que celui-ci était un cas spécial, un homme avec une histoire et un passé tumultueux, étroitement lié avec celui des Byakuren. Une famille qui avait grandement souffert des ses actions, et qui allait enfin payer pour tout le mal qu’il leur avait causé.

« Tu as néanmoins du cran pour oser affronter seul toute la garde du daimyô, je te l'accorde. Dommage que ce soit pour finalement être condamné à l’oubli et être à tout jamais remémoré comme un traître. Tu as perdu ton titre de Tsuchikage après le génocide de Hi, humilié et excommunié, tu es revenu pour te venger, salissant davantage ton nom alors qu’il était déjà souillé. »

Il ne s’attendait guère à une réponse sincère de sa part car, une fois privé de liberté, un condamné à mort ne possédait rien d’autre que sa dignité. Néanmoins, il serait regrettable de ne pas profiter de cette entrevue pour se plonger dans les méandres psychiques de cet individu, aussi dérangé soit-il.

« Tu ne l’avoueras probablement pas, mais je pense que tes raisons sont aussi simples que cela. Ta cause noble n’est qu’un refuge pour mieux satisfaire ta soif de vengeance, n’est-ce pas? »

Une bête sauvage, un monstre… c’est tout ce qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

L'attente du jugement Empty
Ven 19 Fév 2021 - 1:31
Alors que sa vision s'éclaircie et s'habitua peu à peu à la lumière ambiante, Akimoto comprit rapidement que l'homme qui se tenait devant lui, tout juste au-dela des barreaux de sa geôle, n'était pas Masato...mais plutôt l'homme qui l'avait vaincu, le Capitaine de sa garde. L'homme de Jade se tenait tout aussi immuable et inexpressif que le cristal qui composait son corps, son regard sur le Borukan était lourd et froid. Il n'avait aucune empathie pour son ennemi, et aucune pitié. Ses paroles étaient tranchantes...mais complètement vide de sens pour le Colosse enchaîné. Alors qu'il l'écoutait silencieusement, Akimoto affichait une expression de dégout. Il parlait comme s'il le connaissait, comme s'il connaissait sa souffrance et ses motivations. Qui était-il pour juger de la sorte? Lui qui servait le tyran d'ivoire....

Il lui prêtait une vilitude uniquement animée par la vengeance. Il croyait que l'ancien Tsuchikage agissait car Masato lui avait retiré son titre et forcé à l'exile. Mais il ne pouvait pas avoir moins raison. Son ignorance était criante, à un tel point que le prisonnier ne put s'empêcher un rictus.

- Votre idée semble déjà toute faite sur moi et mes motivations. Si vous croyez que j'ai agis par pur orgueil et soucis de vengeance, souhate. Je n'ai pas l'intention de gaspiller mes dernières oz d'énergie pour vous faire changer d'idée. Mes dernières paroles seront pour Masato s'ils désirent les écouter avant que l'on expire nos derniers souffles ensemble.

Un petit rictus s'afficha au coin des lèvres du Borukan, l'un des derniers endroits de son corps qu'il pouvait contrôler librement. Réduire ses actes à une simple histoire de vengeance était une indignité, une indignité qu'il aurait normalement combattu avec rage et détermination. Mais ses énergies étaient tellement faible, qu'il n'en avait pas la force. Il voulait garder ces dernières gouttes de fougue pour Masato et son bourreau. Car oui, ne nous cachons pas la face, Akimoto était pleinement conscient qu'il ne quitterait pas la capitale. Si par un miracle divin il ressortait de son jugement vivant, il ne verrait plus jamais les rayons du soleil, il en était pleinement conscient.

- Mais sachez que je ne suis pas seul à nourrir cette cause que vous semblez vouloir ignorer. Si j'ai été le premier et le seul à agir, mes gestes réveilleront les légions et si Masato ne tombe pas ce soir, d'autres prendront la relève.

Il n'en avait pas fallut beaucoup des paroles du Capitaine de la Garde pour que le Colosse comprenne que le seigneur était toujours en vie. Cette idée vint provoquer une amertume chez lui, un inconfort encore plus grand que sa situation physique actuelle. Néanmoins, Akimoto ne démordit pas et afficha un nouveau rictus, encore plus grand que le premier. Dans la mort il serait digne, comme il l'avait toujours été.

Il avait débuté sa marche sombre alors que le monde l'avait démonisé pour les évènements de Yugure. Aujourd'hui, il concluait cette marche. Dans la mort il deviendrait Démon. Un Démon qui aurait ébranlé les fondements du monde.

- Vous devez l'avoir reçu, cette missive annonciatrice de destruction, non? Vous croyez que c'est moi qui l'ai envoyée peut-être?

Alors qu'il lançait cette dernière question à son visiteur, Akimoto laissa échapper l'un de ses tonitruants rires qui résonna dans tout le cachot. S'il avait échoué dans sa mission, il comptait cependant avoir le dernier mot.

_________________
L'attente du jugement Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Narrateur
Narrateur

L'attente du jugement Empty
Lun 22 Fév 2021 - 1:15
L’homme emprisonné dans ses lourdes chaînes de bois avait vu son corps drainé de toute son énergie et pourtant, il persistait avec son discours révolutionnaire et séditieux. Un discours qui ne trouva pas d’oreille chez le Capitaine aux principes immuablement ancrées dans son esprit, il était conscient que d’échanger avec un tel énergumène n’aboutirait à rien et que leur dialogue était un dialogue de sourd et pourtant, c’était la simple curiosité qui l’amenait à poursuivre cette conversation à couteaux tirés entre le prisonnier et son geôlier. Du point de vue de ce dernier, son interlocuteur était tombé dans la décadence après avoir été déchu de son titre de chef de village, à jamais identifié par l’histoire comme le responsable du génocide à Hi. Il pouvait sentir que le traître bouillait d’un désir ardent de lui faire ravaler ses mots mais ne pouvait le faire à cause de ces chaînes qui le retenaient, trop fatigué aussi pour faire quoi que ce soit et qui n’avait d’autre choix que de l’écouter proférer ces insinuations à son égard.

« Tu souhaites parler à Masato après avoir tenté de le tuer? Tu ne mérites pas qu’il t’accorde une audience après ton acte de trahison. Tu as tué son épouse, de nombreux servants ainsi que tout un régiment de soldats. »

Fier de son acte sanguinaire et terroriste, le démon du volcan souriait avec cette expression sadique sur le visage, niant une nouvelle fois que ses actes soient justifiées par un pur désir de vengeance. Sa dernière volonté de rencontrer le daimyô était la manifestation de sa perte de raison, et de sa résignation à apparaître comme un monstre porteur de destruction et de désolation. Peut-être souhaitait-il se satisfaire d’un dernier échange de regard afin de contempler la terreur ou satisfaire la haine enfermée en son for intérieur à l’égard du souverain avec qui il était lié par l’histoire, un beau-père en même temps que son seigneur, la complexité de leur relation avait conduit à ce dramatique événement et de nouveau, la perte d’un être cher.

« Tu n’es pas le seul, c’est une évidence. Ton influence en tant qu’ancien Kage a dû jouer pour beaucoup. Nous verrons bien si les Iwajins te donnent raison, puisque ton destin repose entre leurs mains désormais. »

Un espoir, aussi infime soit-il semblait exister pour le condamné à mort. Le destin ne l’avait peut-être pas abandonné après tout.

« Une missive? Non, je ne pense pas que ce soit toi qui l’a envoyé, surtout si ton intention était de rester discret et d’infiltrer le Palais. »

Il se retourna, faisant quelques pas pour s’éloigner de la cellule et laisser le prisonnier dans sa solitude.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

L'attente du jugement Empty
Sam 3 Avr 2021 - 21:32
Attente du Jugement
Irou Gang x Akimoto

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Il n’y avait rien de meilleur pour un Shinobi que la mission rondement accomplie et le sentiment de devoir accompli. Cependant, il demeurait un léger arrière goût assez maussade dans les esprits, et surtout celui du corbeau de jais. En effet, perdre une pièce unique de sa garde-robe était déjà un fait impardonnable, mais le réel coup de massue était l’improbable révélation sur l’identité de celui qui avait cherché querelle au Tyran. Décidément, le Yuukan était sombre et empli de terreurs plus goguenardes les unes que les autres. Alors que le Capitaine leur avait dit d’attendre le réveil du vieux qui venait d’être sorti in extremis des griffes pointues et acérées du Shinigami, le nuage d’une visite en prison se proliférait à l’horizon. Cela était bien dommage que le Directeur n’ait pas pensé à prendre quelques oranges avec lui pour l’occasion, car il s’agissait là d’une tradition qui commençait à se répandre à travers toutes les terres Yuukanites. La Prison inavouée avait dû être à l’origine de ce mystérieux mouvement dont les origines étaient encore si sibyllines.

Alors que le médecin de l’impossible suivait le Capitaine blondinet à travers un couloir lugubre et bercé par une lumière diffuse, en affichant un visage sombre, il finit par sortir son encensoir brumeux en faisant montre de son impatience.

« Il est sacrément long ce couloir... » -dit-il à lui-même, sur un ton un peu exaspéré-

En effet, cela faisait un fort long moment que la sainte trinité de la Roche déambulait dans cet obscur endroit où personne ne leur avait proposé le moindre rafraîchissement. Même pas un thé, et encore moins de ces macarons tant réputés venant de terres lointaines, qui incarnaient le péché mignon de toute princesse. La situation était certes des plus graves, mais le protocole en ce genre de crise était toujours la référence à suivre.

Finalement, le magnifique médecin se tournait vers la rubiconde et l’amateur de la fonte en leur posant une question pour le moins inattendue.

« Vous en pensez quoi ? » -posant la question en se grattant la tempe, comme perplexe par ces tumultes rocheux-


Malgré tout, où était leur médaille ? Ils venaient de sauver le Masato sauvage d’une mort certaine, ce qui était digne de figurer au panthéon de la Roche. Comment le tyran allait les remercier ? Cela demeurait un épais mystère, mais il n’aurait pas été impensable que ce vieux renard soit aussi goguenard que la Princesse et leur fasse un coup de Trafalgar en les emprisonnant dans les cachots froids et humides du Palais Interdit.




Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

L'attente du jugement Empty
Ven 9 Avr 2021 - 18:03
Le jeune Kazejine suit le capitaine de la garde et le reste de son équipe tandis qu’ils se dirigent vers les cachots de ce qu’il reste du château. Il ne sait pas trop quoi penser de cette future confrontation. Un criminel ne devrait-il pas être jugé de la même manière qu’il soit un ninja ou non ? Mais, alors qu’il est plongé dans ses pensées, la voix de Muramasa le sort de sa réflexion. Sa tête se tourne vers son camarade de la planète des singes qui venait de briser le silence.

Yugure aurait bien voulu exposer son point de vue à ses camarades mais difficile avec, dans leur groupe, un membre qui ne vient de pas de leur village ninja. Et il est hors de question de chuchoter. En effet, la suspicion envers les shinobis ne semble être que grandissante en ce lieu.

- Je ne comprends pas en quoi son grade, ou ici ancien grade, a une importance. Ce Shinobi a mis, non seulement, la vie de notre seigneur en danger mais également de beaucoup de civils et de gardes.


Mais, plus encore, l’adolescent ne souhaite qu’une chose : comprendre les motivations de comment cette personne a pu être poussée à de telles extrémités. Il se tourne vers Aimi et Muramasa.

- Vous l’avez connu en Tsuchikage ? Vous avez une idée de comment il a pu finir ainsi ?

Demande-t-il curieusement à ses deux ainés. Cette affaire semble dépasser de loin leur portée.

- Et je n’ai aucune idée sous quelle juridiction il devrait être jugé. N’est-ce pas le seigneur Masato qui est censé rendre justice au sein du Pays de la Roche ?

« Même si Iwa s’occupe de leurs propres problèmes. Je me demande quelle est la nature exacte de la relation entre le Daimyo et les shinobis. Dans tous les cas, avant notre prochaine action, nous allons devoir réfléchir intelligemment. Ce serait dommage de détruire à jamais les relations entre le monde des shinobis et des civils ».

Suite à toutes ces interrogations, le jeune Kazejine, continue d’avancer dans le couloir son souffle s’accélère épuisé par tout le chakra médical qu’il a dû déployer pour sauver la vie de l’homme le plus important du pays. La gestion de sa réserve de Chakra a toujours été un problème et ce depuis qu’il était à l’Académie. Il a du mal à exécuter des techniques moins coûteuses en Chakra et a l’habitude d’utiliser sa superforce pour exécuter des grands coups sans grâce ni élégance juste une force titanesque pour vaincre ses adversaires. Il tend l’oreille pour écouter attentivement ce que sa sensei compte dire de cette situation. Elle a toujours été de bons conseils et il pense qu’elle le sera aussi dans cette situation. En effet, elle s’était présentée comme une femme préférant le dialogue à la violence lors de leur présentation d’équipe et jusqu’à présent tout ce qu’elle a toujours fais a été dans ce sens.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

L'attente du jugement Empty
Ven 16 Avr 2021 - 12:04


L’attente du Jugement



Sauver des vies était ce pourquoi la Chiwa se levait chaque jour. C’était en elle, dans son sang, dans sa peau. Alors réussir cette mission ne pouvait pas être plus satisfaisant que cela ne l’était. Ce fut difficile, mais tenir et persévérer avaient su porter ses fruits. Cependant, le soulagement et la joie ressentis furent très vite terrassés par cette nouvelle déstabilisante. Ancien Tsuchikage, ancien pilier de la Roche, lui qui avait fait allégeance au Seigneur de la Terre, avait commis le pire des crimes. Parce que oui, peu importe les motivations d’un tel acte, cela restait un crime terroriste.

Son regard s’était posé sur Muramasa qui avait arboré précédemment un visage plus que surpris, et pour cause… Incompréhension, stupeur, colère ? Tristesse… Aimi ne savait pas quoi penser de tout cela, elle ne comprenait pas et s’en était frustrant.


« Je l’ai soigné… Il est venu à Iwa et je l’ai soigné… Yugure… Il faut comprendre que lorsqu’on devient Tsuchikage, nous faisons allégeance à notre seigneur, nous promettons de protéger le village et le pays. Et… cet homme a un lien avec la famille Byakuren. Il faut voir cela comme une double trahison, un crime… horrible. Il va devoir répondre de ses actes, s'en est certain. On peut ne pas être toujours en accord avec les décisions prises... Mais il y a d’autres moyens que de commettre l’irréparable, ou alors, je me fourvoie depuis toujours... J’ai toujours cru en ce monde bercé de lumière, mais aujourd’hui, je le trouve si sombre... »

Expliqua-t-elle à Yugure à voix basse pour éviter que cela ne fasse écho autour d’eux. On n'agissait pas ainsi sans de solides raisons, c’était du moins ce que pensait Aimi alors qu’elle cherchait à comprendre la source de ses motivations. Faisait-il partie de ceux qui se soulèveraient contre le pouvoir ? Il était vrai qu’il n’était pas exempt de tout crime, peut-être était-ce dans sa nature de semer le chaos ? Ou peut-être pensait-il que mettre un terme à la souveraineté du Daimyo était une bonne chose ? Une chose était certaine, il avait échoué, car sa vie n’était plus en danger. Ses actions, auront-elles un impact sur le pays de la Terre ? Sûrement. Pour l’heure, il était temps de faire face à Borukan Akimoto.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Narrateur
Narrateur

L'attente du jugement Empty
Dim 25 Avr 2021 - 19:29
La révélation venait visiblement de secouer le groupe de médecins ninjas qui ne s’attendaient certainement pas à ce que le responsable du carnage après lequel ils avaient été chargés d’intervenir n’était autre que le Nidaime Tsuchikage, l’ancien chef de leur village. Le perpétrateur de cette effusion de sang dans le domaine seigneurial, causant la mort de plusieurs victimes dont serviteurs et loyaux gardes de sa majesté, celui qui avait tué la seconde épouse du daimyô en faisant s’effondrer la tour du palais, n’était autre que Borukan Akimoto lequel avait été exilé par le seigneur après sa participation au génocide de Hi. S’ils n’étaient pas étrangers à l’histoire qu’avait connu Iwa et l’implication de leur village dans la lutte contre le Soshikidan, la tournure tragique que celle-ci avait prise, ils découvrirent que cette fois le seigneur de leur pays avait été attaqué par celui qui lui avait jadis juré fidélité et qui maintenant avait cédé à la haine et la barbarie.

« Il avait un complice qui a réussi à s’échapper. Le Nidaime Tsuchikage est responsable de la mort de la plupart de mes hommes qui ont voulu l’empêcher d’atteindre à la vie du daimyô, malheureusement il a réussi à atteindre la tour du seigneur et la faire tomber malgré mes efforts pour le neutraliser. J’ai failli à ma tâche, je n’ai pas pu sauver l’épouse de Seigneur Masato qui a succombé à l’effondrement du bâtiment. Nous vous sommes infiniment reconnaissants d’avoir sauvé le daimyô. En faisant cela, vous avez également sauvé le pays du chaos. »

L’esprit encore troublé par l’imminente rencontre qu’ils allaient faire avec celui que certains Iwajins considéraient encore avec respect, il serait difficile maintenant de voir leur ancien chef de village sous le même jour étant donné la nouvelle tournure des événements. Comment se positionner suite à cette révélation? Était-il le même homme que d’aucuns considéraient comme un homme de respect, un chef qui était digne d’être écouté? Ou avait-il succombé à une sorte de vengeance ou à une passion révolutionnaire qui lui permettrait de changer de manière drastique la direction que prenait le pays? Bien des questions se posaient encore dans la tête des valeureux shinobis de la Roche alors que leur pas les amenèrent finalement devant une cellule isolée des autres, derrière une porte blindée ils virent une interstice juste assez grande leur permettant d’apercevoir une silhouette meurtrie et en guenilles, les vêtements déchirés des suite d’un affrontement terrible ayant causé la destruction qu’ils ont constaté dans l’enceinte du palais.

La flamme des torches accrochées aux murs permettait à peine de détailler le visage du prisonnier, et même ceux qui l’avaient côtoyé dans le passé. Semblable à une bête enfermée dans sa cage, l’homme à la carrure d’ours avait le corps complètement immobilisé par des menottes en bois qui l’attachaient au mur derrière lui, le forçant à rester dans une position agenouillée très inconfortable et qui plus est, dégradante pour le prisonnier. Son chakra siphonné au travers des chaînes de bois, il n’était plus capable d’utiliser ses jutsus ni d’user de sa force physique, ses muscles étant également immobilisés par un sceau de marquage posé à la nuque. Il demeurait néanmoins capable de parler, mais rien ne pouvait garantir que celui-ci accepterait de répondre ses anciens camarades de la Roche, ou de justifier son acte afin de les rallier à sa cause.

« Voilà plusieurs heures qu’il est enfermé ici. Le seigneur décidera de son sort une fois qu’il sera réveillé. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

L'attente du jugement Empty
Jeu 29 Avr 2021 - 14:22
Attente du Jugement
Irou Gang x Akimoto

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






L'atmosphère était lourde, pour ne pas dire insoutenable, et s'aggravait à mesure que les pas se suivaient sur le sentier de la prison du condamné. En effet, le jeune Yugure sauvage restait perplexe sur cette sombre affaire, se demandant en quoi le passé d'un homme pouvait influer sur son présent, mais surtout son futur. L’énigme était un des grands mystères de ce triste monde tragique, pour sûr !

Le Muramasa était un homme sage et avisé, mais même lui ne pouvait répondre à cette question si existentielle.

« Yugure-san, bonne question. Si vous voulez mon avis, dans ces sombres histoires de trahisons dans le jeu des trônes, ce n'est ni le pourquoi ou le comment qui importent, mais le quand. » -dit-il, en affichant un visage marmoréen-« Gardez cela à l'esprit, un allié d'aujourd'hui est bien souvent, malheureusement, l'ennemi de demain. »

En effet, le parangon avait été témoin de la félonie qui subsistait et subsisterait toujours et à jamais dans le cœur des hommes.

La rouquine était aussi assez troublée par la situation, mais qui ne l'aurait pas été ? Elle avait cru en cet ancien ours du volcan, comme de nombreux autres, mais la félonie était mise en exergue dans le capharnaüm de son crime qui ne resterait surement point impuni.

« En effet, Akahime-san, le Yuukan est sombre... » -ne terminant point la célèbre citation si bien connue-

Heureusement, il s'agissait encore là d'une mission rondement menée par l'unité d'élite de l'Irou Gang d'Iwagakure no Sato, plus communément appelé le IGIS.

Finalement, le convoi arrivait devant la porte du criminel, où un interstice rudimentaire laissait transparaître les traits meurtris du vil chenapan qui était emprisonné par les lourdes chaînes et l’effroyable carcan de ses propres crimes.

Le médecin des miracles restait silencieux, alors qu'il fixait le pauvre bougre, tandis que le Capitaine expliquait que le jugement serait rendu lorsque le vieux au bois dormant se réveillerait de sa torpeur.

Une chose était certaine, il y avait de grandes chances que ce crime soit étouffé dans l’œuf, afin que personne n'entende parler de la révolution entreprise par un ancien défenseur du Pays. Cela aurait fait grandement tache au niveau politique si le célébrissime journal à scandale, les Katons de la Roche - et non point un Kunai plus qu'émoussé , divulguait au monde ces horrifiques faits. Un ancien Tsuchikage nommé par le Daimyo lui-même qui tente de le renverser afin de devenir Daimyo à la place du Daimyo ? Cela aurait défrayé la chronique... Ou peut-être pas. Cependant, l'ancien dirigeant du village caché n'avait pas agi seul apparemment, et il y avait fort à parier que le pauvre Borukan avait été perverti et détourné du droit chemin par de vils mécréants.

« Une idée sur l'identité du complice ? » -s'adressant au capitaine-





Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

L'attente du jugement Empty
Sam 1 Mai 2021 - 16:09
Le jeune homme écoute attentivement les réponses de ces deux camarades au sujet de ce fameux prisonnier. Il comprend totalement les démons qui semblent ronger sa sensei : Faut-il soigner tout le monde ? Des gens ne méritent-ils pas d’être soigner et méritent d’être laissé pour mort ? Mais pour Yugure la perte de ses jambes et l’abandon de la vie ninja de ses amis l’avait endurci et, surtout, sa discussion avec Taishi à l’hôpital. En son cœur, il est sûr de comment il se sent à ce sujet. Mais est-ce vraiment de la détermination ou la peur d’un doute qui pourrait s’instiller en son cœur et réduire à néant son moral qui pourrait flancher d’un instant à l’autre ? Difficile à dire.

- Ce n’est pas votre faute, sensei. Les médecins ne sont ni des juges ni des bourreaux. C’est notre devoir de soigner des gens pour qu’ils affrontent la justice. Nous n’avons rien à nous reprocher : Ce n’est pas parce qu’on est capable de sauver la vie des gens qu’on a le droit de décider ce qu’ils vont faire ensuite. Tout ce que nous pouvons faire, en tant que ninja de la roche, c’est d’obtenir des informations sur pourquoi il a attaqué le manoir du Daimyo et savoir s’il a plus de complices que celui qu’il a réussi à s’échapper.

Réponds-t-il en chuchotant toujours à Aimi, tentant de la rendre fier en parlant comme le ferai un vrai ninja dans cette situation, selon lui. Son visage se tourne à présent vers l’autre Eisenin qu’il a rencontré sur la planète des singes. Il hoche de la tête à ses paroles. Muramasa semble être un homme plein de sagesse. Même, plus que ça, un homme des plus fiables et prêt à tout pour la réussite de la mission vue comment il s’était interposé entre Aimi et le soldat prêt à attaquer la chef de l’hôpital.

- Trahison … Mais peut-on vraiment encore parler de trahison alors que le Tsuchikage n’avait plus aucun pouvoir à Iwa.


Puis, le jeune Eisenin, tourne son visage droit devant lui, ses prochaines paroles concernent autant ses alliés que la capitaine de la garde.

- En toute franchise, je m’en fiche de ces histoires de trônes ou de trahison. Tout ce qui compte c’est que des hommes et des femmes innocentes sont morts. Que des chiens avides de pouvoir se bouffent entre eux, ça ne me concerne pas. De toute façon, pour avoir tué la femme du Daimyo, j’imagine qu’il va probablement être condamné à mort.


« Sauf s’il ne l’aimait pas et qu’il a plein de maitresses prêtes à prendre sa place ».

- Mais dès qu’on commence à s’en prendre à des personnes innocentes, en tant que ninja-médical, ça me regarde et ce n’est pas une injustice qui doit rester impunie qu’importe le pouvoir ou, même, le titre de cette personne. Personne ne devrait pouvoir se cacher si, un jour, on veut vraiment vivre dans un monde juste.

« Et éviter que les bandits qui ont tué Hana s’en sortent avec une peine bien trop légère. »

Est-ce que Yugure commence à hériter du mauvais caractère de Senken ? En tout cas, ce serait mentir de dire que ça commence à l'influencer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

L'attente du jugement Empty
Lun 3 Mai 2021 - 22:14


L’attente du Jugement



Durant tout le trajet sur ce long couloir sombre et interminable, Aimi s’était interrogée sur la raison de cet acte de barbarie. Pourquoi en était-il venu à ôter des vies ? Était-ce parce qu’il avait été mis en exil par le seigneur lui-même ? Était-ce une histoire de vengeance ? Une querelle de famille ? Ou était-ce plus profond ou même plus simple, voulait-il renverser le pouvoir comme beaucoup aurait pu le faire avec plus de détermination et de capacités ? Cela n’empêchait pas que pour ce crime, il allait devoir en répondre. Le capitaine de la garde expliqua qu’il n’avait pas agi seul, mais que l’acolyte avait réussi à fuir. Ce n’était pas une bonne nouvelle car cela signifiait que Masato n’était plus en sécurité ; plus personne ne l’était depuis bien longtemps de toute manière, se disait la Chiwa...

« La perte de l’épouse du Seigneur Masato, qui est aussi mère, est dramatique… Mais vu ce qu’il reste du bâtiment, nous ne savons pas si vous auriez pu faire plus. Il ne faut pas se laisser ronger par la culpabilité, il faut agir pour ceux qui ont besoin de nous et qui sont encore là. Croyez-moi que les criminelles répondront de leur acte, peu importe ce qu’ils sont. »

C’était presque de la colère qu’on pouvait lire dans les rubis de la Kunoichi. En effet, elle avait beaucoup porté en respect Akimoto à l’époque de son intronisation, mais toute cette admiration avait été entachée par ses actes, justifiés ou non. La jeune femme s’adressa enfin à son précieux élève qui tentait de la réconforter, lui arrachant une faible esquisse.

« Yugure… Oui, en effet, il a été banni et vivait en exil, mais il a tout de même été un pilier de la roche, une figure. Nous ne sommes à l’abri de rien, qui sait demain quel ami deviendra ton pire ennemi ? »

Ce fut bien tristement qu’elle termina ses paroles résonnant presque en une question qui ne nécessitait pas de réponse. Qui sait, peut-être que ses mots lui étaient adressés à elle-même. Son regard se posa longuement sur Muramasa. Elle connaissait sa relation avec le prisonnier et aurait aimé le questionner, mais elle se disait que ce n'était sûrement pas le moment pour cela. Chose certaine, elle en viendrait à lui demander comment il se sentait. Pour l'heure, ils arrivèrent devant l’ours volcanique enchaîné dans cette cellule des plus lugubre. L’Eiseinin accusa le coup en le voyant et prit sur elle pour ne pas lui hurler dessus, car elle ne comprenait pas et cela la frustrait et la rendait presque furieuse.

Le Borukan à la chevelure ténébreuse, reflétée par les torches chaudes sur les murs interrogea le capitaine posa une question importante, s'il y avait des complices, ils devaient vite être mis au courant. La Taisho du Shishiza se mordait presque la lèvre, même si comme Muramasa avait dit, le pourquoi du comment n'était pas important, elle avait besoin de savoir, elle voulait comprendre. Curiosité morbide ? Injustice ? Ou parce qu’elle avait cru en lui un jour et qu’il avait commis l’irréparable ? Avant qu’il perde le silence pour toujours, la douce lui demanda sans l’espoir d’avoir une réponse.


« Pourquoi ? »

Ce fut une voix claire, distincte et sans tremblement qui fut portée dans les abysses du palais du Daimyo. Elle réfreinait tout son ressentiment et gardait la tête haute, elle avait été reponsable de lui, lui avait tendu une main salie par le sang qu'il avait fait couler et pourtant, tout son regard exprimait ce qu'elle ressentait. Alors oui, elle avait le droit de savoir.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Byakuren Masato
Byakuren Masato

L'attente du jugement Empty
Mer 26 Mai 2021 - 23:28
Apathique et complètement sourd à vos questions, le martyr ne semble guère prompt à la conversation au moment de devoir expliquer la nature de ses actions face à des personnes qui jadis lui vouaient un respect et une loyauté dignes de son rang et de sa réputation. Un silence qui trahissait peut-être le conflit intérieur dans lequel il se trouvait, d'assumer complètement qu'il était tombé dans la décadence ou au contraire se cacher derrière un voile révolutionnaire et faire appel à la compassion de ses pairs. Mais ce n'est point cette voie qu'emprunta le Tsuchikage déchu de son titre et déclaré comme ennemi de la nation. Son ignominie exposée au visage de ses anciens confrères, les mots lui manquèrent pour dissiper les doutes des médecins ninja.

Ces derniers venaient de sauver la vie du daimyô, celle là même qu'il a tenté d'arracher de ses propres mains plus tôt. Si certains se questionnaient sur la portée morale de leur choix, d'autres avaient besoin de réponses à leurs questions avant de prononcer leur propre jugement. A la question de la Chiwa, le capitaine répondit presque aussitôt, sentant que les ninjas réfléchissaient à ce qu'ils devaient penser de cette situation.

« Est-ce que la raison de son acte a une quelconque importance, étant donné la gravité de son crime? Dans ce cas quelle raison pourrait l'en dédouaner et lui accorder une peine plus légère, je vous écoute. »

Visiblement partisan d'une solution plus punitive à l'égard du prisonnier, vous eûtes à peine le temps de prononcer la moindre bafouille que vous entendîtes une voix fendre les ténèbres derrière vous.

« Et ce n'est pas à toi d'en prendre la décision, Hayato. Bien que je te sois reconnaissant de m'avoir sauvé la vie, n'oublie pas que ces ninjas ont prouvé leur loyauté en soignant mes blessures. Qui plus est, en identifiant un traître dans mes propres rangs qui en a profité pour me poignarder dans le dos. En ce temps de trouble, ils sont les seuls sur qui je puis compter, et qui ont répondu à notre appel. »

Face à l'apparition inattendue du seigneur de la terre, marchant péniblement vers vous mais avec une ténacité qui attestait des séquelles de l'opération, il était improbable pour un homme de sa constitution d'être aussi rapidement sur ses deux jambes, mais le miraculé puisa dans sa volonté intérieure pour faire honneur à ces trois vaillants ninjas, surtout après ce qu'il s'était passé avec l'un des gardes qui blessa Muramasa. Le Capitaine se précipita aux côtés de sa Majesté pour lui offrir de s'appuyer sur son épaule et l'aider à rester debout malgré la fatigue de son corps fébrile et tremblant.

« Vous connaissez maintenant les faits, votre ancien Tsuchikage a attaqué le Palais, massacré la plupart de mes gardes et serviteurs, tué ma femme et manqué de me ôter la vie également. Pour m'avoir sauvé je vous laisse le privilège de décider ce qu'il convient de faire de Borukan Akimoto. Maintenant, faites votre choix. »

A ce moment-là le Capitaine afficha une immense difficulté à réprimer une objection face à cette situation des plus déraisonnables, comment un seigneur pouvait remettre sa décision à des ninjas? Il était évident pour lui qu'ils lui épargneront la peine capitale, pour le libérer de prison. Leur choix serait la meilleure profession de leur complicité avec le traître ou au contraire, la preuve de leur parfaite loyauté envers le daimyô. Malgré les mots du Byakuren, rien ne garantissait non plus qu'il soit fidèle à sa parole, et cette illusion de choix était peut-être un moyen pour lui de tester l'allégeance des ninjas à la couronne.

Libérer Akimoto Aucune sanction ne sera appliquée au prisonnier.

Exécuter Akimoto Vous décidez de la peine maximale pour son crime.

Le laisser en prison Il croupira dans les geôles pour le restant de ses jours.

Proposer une alternative Le daimyô acceptera peut-être.







Revenir en haut Aller en bas
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

L'attente du jugement Empty
Lun 31 Mai 2021 - 0:09
Les paroles de sa sensei le touche plus qu’il aurait voulu. Il est vrai que le temps est une chose cruelle pouvant transformer des alliés en belligérant, des amants en ennemis. Tout semble ne faire que se détériorer. Il ne peut empêcher de regarder, pendant un long, moment, celle en charge de son apprentissage depuis qu’il est sorti de l’académie avant de commencer à se demander si un jour, eux aussi, ils deviendront ennemis. Il secoue légèrement la tête, comme pour vouloir s’enlever cette idée de sa tête.

Ses yeux posent, à présent, un regard intéressé envers l’auteur des crimes. La personne qui a souhaité tuer le seigneur de la terre. Qui est-il ? Et de quelle organisation fait-il parti ? Malheureusement, il ne leur donne aucune réponse. Rien ne pouvant éclaircir ou l’aider à déduire une quelconque situation. Rien que le silence d’un homme brisé ne souhaitant plus se battre. Ou alors, qui attend son heure sachant déjà quel jugement il lui ai réservé. Mais un homme peut-il échapper à son destin ? En tout cas, le Daimyo Masato semble vouloir leur en donner le choix pour récompenser leurs services médicaux.

Ne voulant pas saper l’autorité de la chef d’équipe, n’est nulle autre que Chiwa Aimi bien évidemment, le plus jeune des Eisenin se met à l’écart invitant ses camarades à le suivre pour qu’ils aient une discussion sur la marche à suivre tout en pouvant parler comme ils veulent. Enfin, relativement. Yugure, toujours méfiant, parle à voix basse s’adressant autant à Aimi qu’a Muramasa.

- Je ne pense pas qu’on devrait l’assassiner ou le tuer et faire passer ça pour un accident enfin, qu’importe.


Commence-t-il par déclamer avant de faire attention aux regards, ainsi qu’aux attitudes, des membres de son escouade. Est-ce que cette idée semble les horrifier ? Néanmoins, il ne peut s’empêcher de dire ce qu’il a sur le cœur.

- Et il est hors de question qu’il croupisse dans une geôle avec peu de soldats maitrisant le chakra auquel le Daimyo ne pourrait pas survivre à une seconde attaque. Un simple choc pourrait l’ébranler au vu de son état médical et, je doute, que vous vouliez qu’on ait travaillé pour rien.


« Enfin ce serait cocasse en tout cas ».


- Le daimyo a jugé Akimoto a l’exil mais, à ce que je vois, ce n’est pas une vraie peine. Cela a servi juste à éloigner le problème et il lui est retombé sur la tête, enfin sur la demeure plutôt mais ce n’est pas vraiment la question. Au final ce sont des innocents qui ont péris.

C’est l’une des premières fois que Yugure ose parler franchement à Aimi, il déglutit ne sachant pas quelle réaction celle-ci pourrait avoir.

- Le but de L’Homme au Chapeau est de montrer au monde que les Shinobis sont irresponsables avec le chakra. Je ne pense pas que le tuer ici ou le laisser enfermer ici enverrait le bon message, au contraire. On devrait le ramener à Iwa et y faire un procès juste et équitable. Cela pourrait montrer au monde que les ninjas s’occupent eux-mêmes des problèmes qu’ils causent plutôt que les laisser se répandre sur la population qui n’a rien demandé. Nous devons montrer aux sujets du pays de la Terre qu’Iwa prends aussi bien soin de la population que ses traitres.


Yugure ne peut s’empêcher de penser que si un jour il devient ennemi avec Aimi ce serait le châtiment qu’il espérerait de la part du village de la Roche.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

L'attente du jugement Empty
Lun 31 Mai 2021 - 23:25
Attente du Jugement
Irou Gang x Akimoto

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Toute cette sombre affaire était étrange, et le médecin des miracles n'arrivait pas à mettre le doigt sur les ramages sibyllins qui constituait la toile vespérale. Ils étaient enfin arrivés devant l'antre de la bête emprisonnée, et cette dernière n'était plus que l'ombre d'elle-même. Par le passé, le si flamboyant Akimoto brillait d'une lave frénétique et déchaînée, et là le bougre avait les yeux vitreux et était totalement affable.

Bien sûr, après une déveine d'un tel acabit, il ne pouvait en être autrement. Même le plus hardi Shinobi serait en état de catatonie de ce coup si dur que d'avoir manqué son coup et fait comme un rat.

Le Muramasa sauvage était perplexe, mais allait-il aller du côté de son paternel en sachant ces noirs desseins ? En tant que parangon, il ne pouvait que constater que le destin était funeste et imprévisible. Triste monde tragique.

Tandis que le capitaine de la soldatesque casquée expliquait son point de vue déjà tranché, une voix démoniaque se fit écho dans le corridor de la folie. Il s'agissait du Masato en personne, qui malgré son état de santé plus que mauvais venait pointer le bout de sa barbe immaculée. Le tyran racontait des choses dont la logique était plus que louche, disant qu'il laissait le choix à ses sauveurs de trancher sur la question de sa mortelle némésis.

Le premier qui fit montre de ses intentions fut le compatriote de la planète des singes, expliquant à ses compatriotes qu'il voulait encore croire en de meilleurs lendemains, ce qui arriva presque à décontenancer le taciturne. Cependant, ce dernier savait pertinemment que les désillusions étaient l'apanage des genins joufflus.

S'adressant à ses nakama, le corbeau des tempêtes affichait un air grave, car la situation l'était déjà assez même en omettant les liens de parenté.

« Yugu-san, vous avez bon cœur. C'est ce qui vous perdra. » -dit-il, œil mordoré, éloquence assurée- « Mais pensez vous vraiment que la limite n'a pas été franchie ? Regardez les yeux de cet homme. » -désignant du regard l'ours du volcan- « Il est déjà mort, il le sait déjà. C'est pourquoi il ne prend même pas la peine d'essayer de défendre sa vie. Il est brisé... »

Evidemment, l'esprit d'analyse de Muramasa était aussi acérée que son scalpel divinicide. Il savait analyser les situations avec une précision chirurgicale. C'est pourquoi ce qui l'interpellait le plus était les paroles pernicieuses du vieux renard albinos délavé par les affres du temps.

« Son excellence reste étrangement calme malgré la perte de sa femme. Les seules réponses expliquant ce fait son aveuglantes. » -sortant péniblement l'encensoir de l'intérieur de sa veste et le portant aux lèvres sans l'allumer pour l'instant- « Il devrait être dans une colère noire, du moins, si j'étais à sa place... J'exécuterais le meurtrier séance tenante, qui que ce soit. » -tournant son regard vers la rubiconde- « Akahime-san, je pense que l’exécution est la seule option, néanmoins, le choix est votre. » -fixant la rouquine un instant avant de tourner son regard vers le prisonnier qui demeurait léthargique-

La directrice avait de lourdes responsabilités, mais Muramasa savait qu'elle saurait faire le bon choix, car après tout le village caché reposait sur ses fines et sensuelles épaules...




Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

L'attente du jugement Empty
Mar 1 Juin 2021 - 21:48


L’attente du Jugement



Personne ne remettait en question la gravité du crime d’Akimoto. Mais ce capitaine de garde ne comprenait rien, il restait campé sur le fait qu’il avait attaqué son seigneur sans vouloir comprendre. Et pour la rubiconde, c’était tout aussi important. Alors que la jeune femme voulait lui répondre -dans les règles de respect- mais le groupe fut interrompu par le “sauvetage” du Daimyo. La kunoichi, surprise de le voir ici alors qu’il sortait d’une mort certaine, elle eut le réflexe de se rapprocher pour agir en cas de besoin.

Sans grand étonnement, le seigneur de la Terre avait choisi de se dédouaner de la décision du sort du volcanique, la laissant aux iwajins. Stratégie pour les tester ? Ou simplement n’avait-il pas le cœur à décider de ce qu’il adviendrait ? Pour autant, l’Eiseinin y avait déjà réfléchi et c’était ce qui était le plus difficile pour elle. En effet, lorsqu’elle avait posé son regard sur le Borukan, celui qu’elle avait soutenu, soigné, et adulé : elle ne voyait plus rien, il n’était plus.

L’âme du Shimajima, douce et sage, prit la parole en premier. Il exposa son point de vue sur le sort de l’ancien Tsuchikage. La jeune femme sourit discrètement, se reconnaissant beaucoup dans les paroles de son élève. La kunoichi écouta sérieusement ce qu’avait à dire le genin, car il avait autant sa place que n’importe qui ici. Pourtant, on pouvait lire dans le regard de la kunoichi à quel point elle était triste, comme si elle avait déjà pris sa décision.

Contrairement à ce que pensait Muramasa, elle ne pensait pas qu’être doté de bonté était une mauvaise chose. Mais aujourd’hui, elle le savait, cela pourrait le détruire et elle ne le supporterait pas. Aimi avait grandi, et même si l’abnégation dont elle faisait preuve n’était plus à prouver, une fois de plus, elle allait sacrifier une partie de son humanité pour le bien commun.


« Yugure, je suis plus que fière de savoir à quel point tu as un cœur pur et bon, il y a quelques années, j’aurais sûrement dit la même chose que toi d’ailleurs. Mais aujourd’hui, cela ne suffira pas. Aujourd’hui, dans cette période si sombre, en pensant au futur, au village, je me rends compte qu’être bon ne suffit plus… En faisant preuve de cet acte, Akimoto a choisi la mort. Son âme en est devenue désincarnée. Ce serait moi, je le laisserai croupir dans sa prison jusqu’à la fin de ses jours.
Mais malheureusement, nous devons prendre en compte la possibilité que son allié revienne le récupérer. Nous ne savons pas pourquoi il a agi ainsi et pour moi, c’est très important de le savoir. Qui sait, l’Homme au Chapeau pourrait être lié à cela ? Nous ne savons pas et nous devrions pas prendre de risque, nous ne devrions pas parier au dépend des vies des habitants de Tsuchi car nous n'avons plus le temps. Je suis désolée Yugure, mais ce ne sera pas ton fardeau.
»

Termina-t-elle en souriant. Elle leva la tête et se tourna vers le Daimyo et le capitaine, prenant une position en respect.

« Le chakra a pris des vies, une fois de plus, il a souillé des âmes. Mais il a aussi sauvé des vies. Le chakra n’est pas bon ou mauvais, c’est ce qu’on en fait qui le défini, Masato-Dono et je suis persuadée qu’en ce monde, il y a de l’espoir.
S’il y acte qui prendra la vie de Borukan Akimoto, il devrait donc être dépourvu de chakra.
»

La voix de la kunoichi s'enraye, montrant la difficulté d’une telle décision. Elle serra les poings et retint ses larmes, car oui, décider d’ôter une vie était horrible et douloureux. La douce essayait de relativiser, se disant que c’était pour le bien de tous, car elle se devait de protéger son prochain, son village, Yugure qui avait le cœur pur. Non, ce n’était pas à lui de prendre cette décision, il avait encore le temps de grandir, il avait la chance de pouvoir être entouré pour qu’on lui apprenne à vivre dans un monde aussi sombre. C’était pour cela que la Chiwa était prête à en prendre la responsabilité pour le préserver, pour préserver un fils qui était prêt à abaisser la lame sur la nuque de son paternel, oui, pour tous les préserver.

« J’espère cependant que vous réfléchirez mûrement à ce qu’il s’est passé et que vous serez plus ouvert au fait de travailler avec nous sans nous considérer comme des monstres, car nous sommes humains, comme vous. Mais aujourd’hui, il y a une décision à prendre et je pense que nous serons tous d’accord pour dire que Tsuchi se doit d’être protégé des ombres qui y planent et pour cela, nous devons tous travailler ensemble.

Concernant Borukan Akimoto, il a décidé de son sort dès le moment où il a pénétré le palais pour commettre l’irréparable. De ce fait, je ne vois pas d’autres solutions que d’avoir recours à une exécution.
»

Il faudrait être un fin observateur pour déceler les tremblements de la rousse. Sortir ces mots de sa bouche était comme recracher l’acide qu’elle avait contenu durant toutes ces minutes. Le choix avait été annoncé et assumé, mais la souffrance lui rappelait à quel point son coeur criait à l’injustice d’un tel fardeau.

Pourquoi en arriver là ? Pourquoi avoir agi ainsi Akimoto ? Regarde ce que tu as fait...

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Byakuren Masato
Byakuren Masato

L'attente du jugement Empty
Lun 7 Juin 2021 - 2:08
Le Yuukan était sombre et empli de terreurs… Le danger ne se trouvait pas toujours là où on s’y attendait, et les choix les plus difficiles n’étaient pas toujours les plus faciles à identifier, jusqu’à ce qu’on finisse par en regretter les conséquences. Pouvait-on seulement parler de choix dans celui qu’offrait le daimyô de Tsuchi aux trois héros ninjas? Décider du destin de leur ancien chef de village et confrère de la Roche…malgré le fait qu’ils aient combattu sous la même bannière, défendu les mêmes valeurs, voire nourrissaient un lien de parenté… Il y avait quelque chose de vicieux et en même temps privilégié dans la demande de Masato, le respecté seigneur réputé comme divin et qui avait manqué de mourir ce jour-là de la main de son gendre et vassal qu’il avait exilé autrefois suite à l’épisode du massacre de Hi. Plusieurs années après, l’ancien Tsuchikage endossa un rôle dans lequel même ses anciens confrères ne le reconnurent pas, devenu maintenant l’ombre de la légende qu’il incarnait autrefois et que beaucoup de jeunes genins considéraient comme modèle, une abrupte désillusion frappa la conscience du trio ninja.

Si le genin Yugure défendit l’intérêt de placer le sort du prisonnier entre les mains du village d’Iwa de manière symbolique, ce qui aurait pour conséquence de montrer une certaine indépendance de la part du village par rapport au gouvernement du pays par l’administration de la justice à l’un de leurs ninjas, cet avis ne fut pas partagé par Borukan Muramasa qui ne préféra pas divulguer son appartenance au même clan que le prisonnier dont il ne partageait guère que le sang. Contrastant avec les propos pleines de raison du genin, les paroles définitives de Muramasa ne laissaient guère la place à la compassion mais à un esprit vindicatif régi par la loi du talion: la gravité du crime ne pouvait être répondue que par la peine capitale. Ce fut donc au tour de la rubiconde de se prononcer sur son choix, désirant protéger les siens et en particulier Yugure de la responsabilité d’exécuter un de leurs confrères, leur Tsuchikage, elle annonça sa volonté de mettre un terme à la vie d’Akimoto.

Une décision qui ne fut pas prise sans tremblement dans la voix, la Chiwa venait de prononcer la sentence de ce dernier tandis que le Daimyô observait la scène de son air auguste et impassible. Son visage grimaça un instant, un léger sourire en coin, ou bien un réflexe musculaire résultant de sa faible condition physique, difficile à dire. Le Capitaine Hayato redoubla d’effort pour aider le daimyô à rester debout, il déclara alors aux émissaires ninjas:

« Il en sera ainsi. Il sera exécuté dans quelques heures, le temps que les préparatifs soient terminés. Je crains que le Kunai Émoussé n’ait déjà eu vent de cet événement grâce aux locaux qui ont certainement pu entendre les explosions au Palais. Pour préserver Iwa de la haine que le pays pourrait nourrir envers les ninjas, nous leur expliquerons qu’il ne s’agissait que d’une tentative de putsch fomentée par l’homme qui a tenté de m’empoisonner. Maintenant, il me faut parler à votre Godaime Tsuchikage avant que vous ne retourniez tous à Iwa. »

Avant de quitter les lieux, il adressa un dernier regard à travers les barres de métal qui le séparaient du prisonnier dont l’âme avait visiblement déjà quitté le corps. L’ours s’était résolu à son destin et avait cessé de lutter contre l’inexorable dénouement qui allait s’ensuivre de ces événements. Le Seigneur ne montra guère la moindre peine ou colère à l’égard du monstre qui était à lui seul responsable de la mort de sa fille héritière et maintenant de son épouse, les mots n’étaient pas suffisants pour exprimer le poids de la tristesse qui lui pesait sur le cœur. Il retourna à la surface afin d’aller parler à Hyûga Toph au sujet de ce qui s’était passé, mais aussi de ce qu’il avait comme projet pour Iwa.


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas

L'attente du jugement

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: