Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Dim 7 Fév 2021 - 22:28
Le Destin de la Terre
Irou Gang

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






La douce et placide oronymie qu'offrait les paysages de Tsuchi no Kuni aurait pu charmer même le plus rustre badaud du Yuukan. En effet, les joyaux de la Terre n'avaient nul égal en ce triste monde tragique, où les guerres ne cessaient de faire rage depuis la nuit des temps, avant même que le chakra ne vienne s'enraciner dans la querelle éternelle qui animait chaque chose avec hardiesse et goguenarderie.

Alors que les fines nitescences solaires commençaient à peine à venir irradier la rosée matinale qui mourrait dans le lac éphémère d'une poésie que tout barde aurait vanté aux quatre vents et par delà les mers céruléennes, La journée se levait de son nid dans un calme aussi limpide que le cristal.

Sur les chemins de traverses, une silhouette arpentait un chemin mystérieux et sibyllin. Non pas une quête d'une arrivée, mais plutôt d'une substance le conduisant à emprunter le chemin qui se déroulait sous ses pas majestueux et spectraux. Le taciturne parangon, la seule et unique lame démoniaque, le pourfendeur de la non-vie en personne, le Borukan Muramasa était bel et bien là en chair et en os, sous le tissu vespéral d'une tenue d'un genre assez particulier pour ne pas passer inaperçu.

Le manteau de jais ne faisait que mettre en valeur cette teinte d'ocre d'un regard aussi mordoré que le métal le plus précieux à travers les âges et les contrées, tandis que les volumes de brume empoisonnées donnait à sa démarche fantomatique la touche de fantasmagorique qui convenait à la noblesse de ses traits. Tandis que le globe enflammait luttait de toutes ses forces afin de tenter désespérément de disperser le voile brumeux qui planait de manière ineffable autour du médecin des miracles, un panneau de bois vieillis par la caresse inexorable du temps se présentait sur la route qu'arpentait le renard aux apparats dignes des régalia les plus pures et merveilleuses. Le jeune retraité s'arrêta une seconde devant la signalisation qui était présentée face à ses mirettes divinicides, ce qui indiquait qu'il n'était pas réellement un habitué des lieux.

« ... » -perplexe, les yeux encore à moitié endoloris par le sommeil qui lui faisait défaut-« L'auberge des damnés... Source thermale, une étoile au guide Yukanite... Décidément, le travail m'entraîne toujours dans des endroits louches... »

En effet, le fier Borukan n'était point là par hasard. Une missive secrète lui avait été adressée de manière fort suspecte, pour ne pas dire louche. La lettre portait le sceau sacré des chevaliers de la Roche, lui donnant toute la légitimité à le convoquer pour une requête sombre et emplit de terreurs. Si cela aurait pu glacer l'échine de tout Genin joufflu, le corbeau des tempêtes était habitué à ce genre de goguenarderies. Le pire dans toute cette affaire était que cela avait chamboulé son programme de la journée, l'obligeant à se rendre à la planète des singes aux aurores afin de parfaire sa musculature saillante et virile. Cependant, la patrie passait avant tout. Décaler son entraînement n'était pas si offusquant pour un gentilhomme qui s'évertuait à défendre la veuve et l'orphelin. Néanmoins, le maître du scalpel n'était pas encore complètement réveillé malgré cette séance pour le moins atypique. Heureusement que la lettre l'amenait dans une auberge, où moult boissons aussi abyssales que les ténèbres l'attendraient sûrement afin de l'éveiller complètement et le tirer de sa torpeur matinale.

Après quelques pas de plus, la bâtisse se dressait à travers les montagnes crépusculaires se situant à l'orée du village caché de la Roche elle-même. L’armorie stellaire qui lui avait été attribuée par le reconnu guide messager ne semblait pas avoir été volée, car l'endroit était d'un bucolique digne du Shangri-la. Bien que l'endroit était apparemment un lieu de villégiature célèbre, la foule faisait défaut tant un silence pesant et lourd emplissait l'atmosphère embrumée qui fulminait des oasis naturelles de chaleur.

Le médecin ne se fit pas prier, entrant dans la bâtisse avec panache afin de constater les tenants et aboutissant l'ayant invoqué dans ce sanctuaire démoniaque, mais aussi et certainement afin de contenter sa soif de caféine.

C'est alors qu'avec surprise il découvrit un lieu pour le moins animé. Une immense file de clients aux allures loufoques était en train de faire la queue de manière solennelle devant un comptoir où des employés préparaient avec hardiesse des rafraîchissements. Tout cela était étrange, pour ne pas dire irréel. Affichant des yeux ronds comme des soucoupes, avant de prendre part à l'attente, le Muramasa sauvage regardait à droite et à gauche de manière discrète s' il repérait des apôtres telluriques. Après une très longue et impassible expectation, le tour du manieur d'arcanes interdites arriva. L'employé était en train de le fixer de son regard terne et morne, digne d'un pupille pâle, attendant sûrement la commande du loup vespéral.

« Votre plus gouleyante boisson à la caféine. » -regard mordoré, diction assurée-

Le vil faquin acquiesçait, mentionnant le nom du breuvage pour s'assurer de la volonté du Jonin. Un Iwakano, tout simplement. Pas de sucre, encore moins de lait. La boisson préférée des véritables Irou, du sang de la veine. Enfin, selon les dires plus que déjantés de l'employé qui se plastronnait avec ferveur dans son accoutrement ridicule, révélant son aliénation dans le travail et dans la franchise à laquelle il appartenait dorénavant corps et âme.

Prenant sa commande après avoir payé de freluquet, le Muramasa s'assit à la table la plus reculée des hurluberlus qui se pavanaient avec liesse dans ce lieu de perdition, arborant des tenues hors de prix et autres fanfreluches cotées. Comme le nom de l’établissement le mentionnait si bien, les damnés étaient légion dans cette antre de la jeunesse dévergondée de la Roche. Il allait surement être rejoint par les mandataires d'une telle expédition, si ce n'est une équipe de joyeux lurons prêt à tout pour sauver le monde de l'apathie du Yuukan.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Dim 7 Fév 2021 - 23:35
L’Eisenin s’entraine à la corde à sauter. Cet exercice, en apparence des plus anodins, a pour but de se familiariser avec ses prothèses qui sont à présent ses nouvelles jambes. Il ne sait pas encore comment Aimi, sa senseï, a réussi ce véritable tour de force mais elle y est arrivée. En plus, elles sont parfaitement à sa taille. Même pas une prothèse plus grande que l’autre. D’ailleurs, il a même l’impression qu’elles sont un peu plus grandes que ses anciennes vraies jambes. Ce qui fait sourire l’adolescent aux cheveux bruns : Il a toujours été un peu complexé par sa taille mais ce souci semble également avoir été réglé et lui fait reprendre confiance en lui. Ce dont il a plus besoin après avoir été un estropié pendant plusieurs longs mois.

Mais, autant il s’était entrainé à des jutsu médicaux lorsqu’il était en chaise roulante autant il a laissé de côté le Doton et la Superforce. En effet, l’hôpital n’était pas vraiment un lieu approprié où faire pousser des murs au milieu de nulle part au risque de perturber le trajet de tous les infirmiers et de toutes les infirmières face au nombre étonnement élevé de blessés. C’est donc sur les techniques de terres et de corps à corps qu’il se décide à s’entrainer et c’est plutôt … concluant pour ainsi dire. Réussissant même à exécuter sa technique favorite de manière bien plus rapide de ce qu’il aurait pu imaginer. Mais sa routine habituelle va prendre une tournure très inhabituelle : l’Irounin reçois une lettre des plus étrange et fronce les sourcils en les lisant puis la brûle en guise de double sécurité.

« Cela m’a tout l’air d’un piège et ne ressemble pas aux méthodes habituelles d’ordre de mission » pense-t-il alors qu’il rentre à l’hôpital pour préparer quelques affaires. En effet, sa bicoque ayant disparu lors de l’attaque le peu d’effets personnel qu’il se trouve encore dans un casier. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle il retourne à l’hôpital : il devait dire au revoir à quelqu’un.

- Hé … Salut Senken …

Son interlocuteur, toujours dans son lit d’hôpital, répond par un bref « Salut » gronchon comme à son habitude.

-Je dois te prévenir … Ne t’inquiète pas mais je vais partir quelques temps. Je ne peux pas te dire pourquoi mais je te promets de tout te dire dès que je reviens.

Le garçon aux cheveux amarantes semble laisser entrapercevoir un regard d’inquiétude envers son ami de longue date ou était-ce dans l’esprit du jeune SHIMAJIMA ? Difficile à dire. En tout cas, le manipulateur de limailles de fer semble marmonner quelque chose ressemblant à « Je m’en fous, fais ce que tu veux » l’oreille de Yugure avant de remonter de se retourner, se mettant dos à l’Irounin, et remonter sa couverture. Suite à cela, l’adolescent aux cheveux bruns finit de prendre quelques affaires, qui ne sont que purement médicales comme une trousse de premier secours, des bandages et de quoi désinfecter avant de se mettre en retour pour se diriger à l’extérieur du village de la roche.

Après avoir marché une bonne centaine de mètres, l’Eisenin ne peut s’empêcher de se retourner et marcher quelques mètres à reculons. En effet, pour un jeune homme qui a toujours rêvé de voyager, il est bon de voir la distance entre lui et le village ninja s’éloigner. Durant les mois précédents il a vraiment cru qu’il serait obligé de vivre toute sa vie à Iwa au sein des murs de l’hôpital. Mais, heureusement, son inquiétude s’est révélée être plus que fausse.

Mais nous ne sommes pas ici pour nous promener. La vie d’un ninja est faite de responsabilités et de devoirs. De devoirs à remplir même s’ils sont, pour le moment, inconnus. Le lieu de rendez-vous se trouve dans auberge dans un petit village que Yugure a toujours eu l’occasion de visiter. En effet, une de ses premières missions avec l’équipe 1, composé à l’époque de Seika, Senken et lui, était de récolter des vivres pour les rapporter au village d’Iwa. Après plusieurs mésaventures, le trio avait fini par remplir leur mission même si cela avait donné une étrange boule au ventre du plus jeune des deux Kazejine : l’impression de voler de la nourriture aux plus démunis n’est jamais une sensation agréable.

Perdu dans ses pensées, il semble arriver à destination plus vite que prévu. Sa tête se lève pour lire l’enseignement du bâtiment « -« L'auberge des damnés, Source thermale, une étoile au guide Yukanite». Face à cette description, l’adolescent aux cheveux bruns ne peut qu’hausser un sourcil et pénétrer dans l’établissement à la recherche de la personne qui lui a donné rendez-vous. Au premier coup d’œil il ne semble, en tout cas, pas la voir.

La première chose que voit le Kazejine est le comptoir où on peut commander à boire. La première idée qui lui vient en tête est de commander du saké mais secoue la tête légérement comme pour se débarrasser de ces mauvaises idées. « Je suis en mission et en plus je ne sais même pas si cet endroit est un piège bien que ce soit un lieu étrange pour tenter une embuscade. J’aurais plus vu une forêt au milieu de nulle part qu'un lieu public ».

Yugure s’approche du comptoir pour commander un simple thé à la menthe avant de le boire debout sur le comptoir même. Ses yeux sont rivés sur la porte d’entrée espérant voir la personne qui l’a convoqué en cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 8 Fév 2021 - 1:23


Le destin de la Terre



Se cacher derrière son devoir et son rôle au sein de la Roche suffisait pleinement à Aimi. Se battre aux côtés des siens, soigner les blessés, c’était là une vie qui lui convenait totalement. Elle n’ignorait pas l’immensité qui entourait Tsuchi no Kuni et savait à quel point elle était novice là-dessus. La rubiconde était restée loin de ces histoires de politique aussi, s’étant forgée un avis très spécifique sur ce qui avait été annoncé par le Seigneur de la Terre lui-même, il y avait plus d’un an de cela. Même si elle trouvait très courageux d’admettre ses fautes, de faire face à ses erreurs, faire preuve d’honnêteté ne blanchissait pas les crimes commis. Elle pensa à Masami qui avait subi tant d’horreurs dans cette prison et qui n’avait rien demandé… Mais qui était-elle pour juger ? Non, son seul pouvoir aurait été d’être aux côtés de ses camarades et de voter tout comme eux. C’était là d’ailleurs la solution la plus logique qu’il présenta au peuple ce jour-là : laisser la décision aux tsuchijins. Peut-être, car il était trop faible et attaché à son pouvoir pour lâcher prise, peut-être pour montrer qu’il croyait en son pays, elle ne savait pas.

Même s’il était peut-être tant de laisser le flambeau, même si le pays avait besoin d’un dirigeant qui agissait, la directrice de l’hôpital, devenue membre du triumvirat récemment savait une chose : elle était eiseinin et le but le plus précieux de sa vie était de sauver des vies. Alors elle n’avait pas hésité une seconde à se lancer dans cette quête cornélienne qu’était de sauver celle du Daimyo Byakuren Masato. La tâche se fit plus compliquée lorsqu’elle comprit que son état était dû à l’attaque d’un acte terroriste visant le palais et qu’il fallait se montrer très discret sur l’incident qui pourrait faire soulever le pays très rapidement. Il y aurait d’un côté, ceux soutenant le seigneur et qui hurleraient à la justice, au scandale. Ceux qui seraient possédés par la peur de devenir la cible de ces agresseurs. Puis ceux qui profiteraient de l’occasion pour frapper d’un puissant coup de massue le pouvoir de la seigneurie. Peu importe l’avis de la Chiwa sur le sujet, elle ne pouvait pas le laisser mourir, ce n’était pas le moment pour Tsuchi de subir une nouvelle tempête.

La rousse devait se préparer. Toph était déjà en route pour le palais et avait laissé le soin de la jeune femme de faire venir une équipe d’Eiseinins le plus rapidement possible. D’après l’ordre de mission, l’état de Masato était très critique et elle ne savait pas à quel niveau. Pour autant, elle ne pouvait pas s’absenter comme cela sans éveiller les soupçons. Lorsqu’elle se trouva seule avec Harumi, elle comptait sur toute la confiance qu’elle lui accordait pour diriger les lieux le temps de son absence. « Je ne peux pas t’en dire plus. Personne ne doit savoir où je suis ni où je me rends. Je te confie l’hôpital, prends soin de tout le monde s’il te plaît... » termina-t-elle avant de déposer brièvement ses lèvres sur les siennes. Ce n’était pas dans ses habitudes d’agir ainsi et cela surprendrait sûrement la Kobane, mais elle n’avait pas le temps.

La doucereuse mit en place des parchemins marqués d’un sceau avec un message bien précis qui, une fois ouverts, disparaîtraient comme s’ils n’avaient jamais existé. Une fois les deux détenteurs du don de la guérison convoqués, la kunoichi usa d’un henge qui modifia totalement son apparence, avant de quitter le village de la Roche. Il était temps d’aller sauver le Daimyo de la Terre.

La rousse se dirigea vers le lieu du rendez-vous, arpentant les montagnes et les chemins rocheux sous un soleil bien pesant. La taisho du Shishiza avait choisi un endroit très… spécial qui n’attirait pas forcément l'œil des habitués. Son nom ne donnait pas envie de s’y arrêter et l’ambiance mystérieuse qui en émanait, aussi. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle imaginait déjà la réaction de Muramasa en déposant les yeux ici, notamment depuis qu’elle l’avait rencontré dans les sombres rues d’Iwajuku. Mais elle savait aussi que c’était l’endroit parfait pour se réunir et parler en toute confidentialité. Lorsque la doucereuse se rapprocha, elle annula sa technique et se dirigea vers « L'auberge des damnés, Source thermale, une étoile au guide Yukanite» qui se présenta sous les rayons de soleil envahissants.

La doucereuse avait pris un chemin plus long pour venir, son côté paranoïaque la força à agir ainsi pour éviter qu’on la suive. Ce ne fut pas surprenant de constater la présence de ses deux camarades au sein de l’auberge lorsqu’elle passa la porte de bois. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres avant de croiser le regard de son élève et de lui faire signe de tête. Ses pupilles rubis croisèrent le ténébreux installé tranquillement et ignorant les tracas de la vie dans le verre qui était entre ses mains.

Elle se rapprocha de ce coin éloigné et fit un petit signe de main au Borukan. Tout comme pour le genin, elle l’invita à quitter sa confortable chaise pour le suivre. Avant tout, elle se rapprocha du tavernier qui ne tarderait pas à reconnaître cette belle femme rougeoyante qu’il avait déjà rencontrée. Elle sortit de sa sacoche une liasse généreuse et le lui tendit. Celui-ci lui fit signe de tête de monter à l’étage et elle le remercia du regard. Aimi se retourna et observa ses deux camarades.


« Je suis contente de vous voir ici, veuillez me suivre s’il vous plaît. »

La rousse monta à l’étage avec ses coéquipiers et entra dans une pièce qui ressemblait à une chambre. Elle referma la porte aussitôt puis réalisa des mudras bien précis et se concentra sur l’environnement. Elle soupira alors longuement puis leur envoya un regard désolé.

« Je vous demande pardon, c’est la première fois que je me retrouve dans une telle position et connaissant les enjeux, je ne peux rien laisser au hasard. Yugure, Muramasa, je vous ai fait venir ici, car nous avons été missionnés pour nous rendre au palais du Daimyo, Byakuren Masato.
En effet, il s’avère que les lieux ont été pris pour cible par des terroristes. L'un d'entre eux a réussi à détruire la tour du donjon, tuant Byakuren Yoru la femme du seigneur, et blessant grièvement notre seigneur. Notre mission, comme vous pouvez maintenant le comprendre et de nous rendre sur les lieux et de sauver cette vie qui ne tient qu’à un fil.
Voici la mission en question. Vu l’ampleur de l’incident et les conséquences qui pourraient en découler, il fallait que je me montre très prudente. Qui sait ce qui aurait pu se passer si cette information était tombée entre de mauvaises mains ?
»

Elle leur tendit le parchemin qu’elle avait scellé dans un sceau et qu’elle libéra grâce à des mudras. Sa détection faisait toujours effet.

« Je suis désolée, mais nous n’allons pas pouvoir rester ici pour profiter des bains, une tâche bien difficile nous attend et si vous êtes prêts et conscients des informations que vous venez d’obtenir, nous pouvons y aller. »

Spoiler:
 

_________________
 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 8 Fév 2021 - 22:23
Le Destin de la Terre
Irou Gang

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






En y réfléchissant bien, ce lieu était particulièrement sinistre. Les employés le savaient, tout comme les clients, et bien sûr le Muramasa. Singulièrement, il n'était pas surprenant que le commerce de la Roche présente des aspérités particulières, surtout dans le climat de fin des temps qui se rependait dans l'air.
Alors que la fumée de la boisson se mélangeait à l’encens du tisonnier crépitant son poison avec allégresse, le médecin fixait les hurluberlus qui déambulaient dans le repère sans même avoir conscience des enjeux qui faisaient rage à travers le Yuukan. Triste monde tragique. Au bout d'un moment, un visage connu apparaissait dans l'antre de la folie. Il s'agissait d'un des membres de la planète des singes, où le Borukan s’entraînait afin de parfaire une musculature sans fioritures. Était un hasard ou bien un signe du destin ? Ne sachant pas vraiment la réponse à ce profond mystère, le scientifique examinait la situation en restant à l'écart, tout en prenant de temps en temps une gorgée du lac de jais. Ce goût prononcé et puissant, à l'amertume digne des flots déchaînés des mers du sud, inspirait les sentiers d'une voie menant à l'illumination elle-même. Si seulement le vieux sage du canyon avait connu pareille ambroisie, peut-être ne se serait-il pas égaré dans la voie perfide de la nécromancie. Quelques minutes plus tard, débarquait une rubiconde à la chevelure de feu et au regard volcanique. Au moins, le taciturne commençait à avoir la réponse à l'énigme. Il était un peu étrange que la directrice de l'institution soit dans les parages. Cela ne pouvait que signifier une seule chose.Les âmes se réunissaient à l'orée de la croisée des chemins pour une seule et unique raison.

La rouquine invitait les deux adeptes de la salle d'Iwajuku à la suivre, ce qui signifiait que la mission demandait une certaine discrétion, comme toutes à vrai dire.

« Akahime-san ? Vous ici ? Yugu-san, comme on se retrouve. » -dit-il, avant de se lever en laissant le lac noir à moitié entamé et encore fulminant- « ... »

Apparemment, la Chiwa été une habituée du lieu, laissant discrètement une liasse épaisse de délicieux ryôs au vieux renard gérant l'établissement. Après s'être éclipsé dans un lieu isolé et emplit de terreurs, la rousse expliquait la choquante situation aux deux hommes.

Les révélations s'avéraient sombres, pour ne pas dire terribles. Le pire étant que le Muramasa sauvage était dans une situation rocambolesque une fois de plus. Bien qu'un peu choqué, le médecin de l'impossible savait intérioriser et ne rien laisser transparaître sur ses traits marmoréens. La bouche grande ouverte et les yeux ronds comme des coupelles de saké, le plus ou moins imperturbable parangon fit montre d'un intérêt particulier à la situation. On aurait presque pu soupçonner que tout cela lui tenait à cœur, mais pour le comprendre il aurait fallu que les astres se révèlent à travers les nébuleuses les nimbant d'un vespéral aussi ténébreux que le plumage d'un corbeau d’ébène. Bien que Masato était un tyran cruel et impitoyable, et qu'il incarnait sans nul doute une malédiction, surtout auprès des femmes à en croire le tragique destin de la mère de la peste déchue, ou encore de la maman de notre fier héros, il était impensable que les griffes funestes du destin viennent balayer la stabilité de la Roche. Le Byakuren était un mal nécessaire en ces périodes de trouble, car sinon le chaos aurait ravagé les vertes et prospères contrées de la Terre. Heureusement, le village caché avait de grands médecins prêt à secourir le vieux renard ensanglanté. Cependant, l'identité des responsables de ce drame digne des plus grandes pièces de théâtres du Yuukan était une importante question, mais le Muramasa sauvage était davantage préoccupé par le sauvetage du seigneur du pays.

« Hâtons nous. » -dit-il, un peu songeur-




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 8 Fév 2021 - 23:58
Mais Yugure ne doit pas longtemps attendre avant de voir l’expéditrice de sa lettre. Sa senseï passant très vite le pas de la porte l’Irounin pousse un léger soupir de soulagement avant de finir son thé d’un coup sec. C’est une mission qui semble être des plus confidentielles et le plus jeune Irounin de l’équipe tente d’être le plus sérieux possible pour éviter que la chef d’équipe regrette son choix dans sa sélection. Mais autant il s’attendait à la venue de la plus grande Irounin du village autant la venue de Muramasa semble être une des plus grandes surprises.

- En effet, cela fait quelques temps.

La dernière fois qu’ils s’étaient croisés était dans une salle de sport les plus lugubres d’Iwajuku, surnommée par beaucoup comme étant la planète des singes. Suite à une histoire compliquée mélangeant autant orgueil que devoir le SHIMAJIMA s’était retrouvé dans un duel de pompes face à un Akimichi mais, lorsque ce premier avait gagné ce combat, Muramasa était introuvable ainsi que la jeune femme dont l’honneur avait été rétabli. Jusqu’à présent Yugure avait toujours penser à une coïncidence mais aujourd’hui il n’est plus si sûr.

- Faisons de notre mieux.

Se contente-t-il de dire avant de lui emboiter le pas, bien curieux de savoir de la raison pour laquelle la CHIWA les as contactés dans une petite auberge, proposant également un service de sources thermales. L’adolescent aux cheveux bruns s’engouffre dans la pièce que la femme aux cheveux rouges vient d’ouvrir avant d’écouter attentivement ses dires. Une fois qu’elle a terminé de parler le Kazejine regarde tour à tour Aimi puis Muramasa comprenant à présent la raison pour laquelle ils ont été choisis pour cette mission : Ils maîtrisent tous les arts médicinaux ninjas.

- Vous n’avez pas à vous excuser, Aimi-sama, vous avez très bien fait et vous avez raison … C’est toujours une mauvaise idée de dévoiler sa faiblesse à quelqu’un.


D’ailleurs, en y repensant, il se demande si Iwa avait dissimulé l’information que la plupart des ninjas avaient été estropiés par l’attaque du Dieu Singe.

- Mais, si je peux me permettre une question, savons-nous si les terroristes ont été attrapés ? Enfin, qu’ils aient été mis sous les barreaux, ou non, peut-être qu’une fois que notre seigneur ait été soigné nous devrions peut-être l’évacuer de sa demeure, ou ce qu’il en reste, le temps qu’il s’en remette ?


« Enfin, même si de manière général il est toujours délicat de déplacer un blessé, au vu de nos informations, je pense qu’ici la situation s’impose ».


Yugure resserre son sac en bandoulière contre lui, bien heureux d’avoir prix du matériel médical de premier soin mais une tour qui s’effondre … Ce ne sont pas des blessures qu’on soigne avec simples bandages.

Le jeune homme est anxieux face long devoir qu’il l’attend. C’est une mission bien plus urgente et grave qu’aller chercher un artefact à Kaze. Aujourd’hui c’est à son savoir médical qu’on a fait appel. Ses yeux se dirigent vers sa main, dont la paume fait face au ciel, avant de la resserrer. C’était son baptême de feu, son épreuve pour prouver à Iwa que les espoirs placés en un estropié n’ont pas été vains.

Ses pensées se dirigent en premier lieu envers l’homme emprisonné du tombeau de Kaze qu’il n’a pas pu sauver dû à la fois à un ordre et une mauvaise gestion de son chakra. Tout devrait bien se passer cette fois-ci. Ce n’est plus du tout pareil : il s’est entrainé a mieux géré son chakra et l’objectif est clair : sauver le seigneur a tout prix. Il chasse ses pensées intrusives décourageantes avant d’hocher la tête en direction de sa senseï pour signifier qu’il est prêt à partir.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Mar 9 Fév 2021 - 13:34


Le destin de la Terre



Un air grave se dessina sur le visage de porcelaine de la jeune femme. Elle n’avait jamais été aussi sérieuse de sa vie. Bien sûr, elle était quelqu’un de rigoureux dans tout ce qu’elle entreprenait, mais ça… Peu importait, si cet homme était un menteur, quelqu’un qui avait soif de pouvoir, il n’en restait pas moins un seigneur et le pays avait besoin de lui malgré tout. Du moins, Tsuchi n’avait pas besoin d’un tel drame maintenant. Elle pensa aussi à Yume qui venait déjà de perdre un parent, alors deux… La doucereuse savait ce que c’était, lorsqu’on arrachait un être cher, lié de sang, et peu importe le passé sombre qui entourait le daimyo, on perdait une partie de soi et ça restait à jamais ancré. Le surnom que lui donnait le corbeau lui arracha un petit sourire : cela faisait bien longtemps… L’un de ses précieux élèves était là aussi, tout était prêt, il ne restait qu’à leur annoncer la triste nouvelle.

Lorsque les révélations résonnèrent dans la chambre de fortune, Aimi observa attentivement la réaction de chacun. Pour avoir parcouru longuement les dossiers de chacun ainsi que les rapports, maintenant qu’elle faisait partie du cercle restreint des décideurs de la Roche, elle connaissait le lien de Muramasa avec la famille Byakuren. La surprise qui érigea son faciès n’était pas si étonnante que cela, hélas. La Taisho l’observa avec un air désolé. Quant à Yugure, elle ne pouvait que lui sourire, il était toujours là pour savoir exprimer son réconfort avec les bons mots.


« Eh bien, il fait mention dans le parchemin d’un terroriste dont ils gardent l’identité et l’autre s’est enfui. Il est fortement possible qu’ils en aient arrêté un. C’est pour cela que nous devrons nous montrer très prudents. Quant à l’évacuation du Daimyo, j’y ai pensé, mais tant que nous ne savons pas dans quel état précis il est, ce n’est pas envisageable. C’est pour cela que dès que nous serons sur place, il faudra commencer par analyser l’étendue des dégâts sur notre seigneur. Bien. Nous ne sommes pas très loin du palais, allons y. »

La rousse inclina légèrement la tête, signe de respect et de reconnaissance, avant que le trio quitte l’Auberge des Damnés. Il n’y avait plus de temps à perdre et chaque instant était précieux. Ce fut pour cela qu’ils utilisaient leur capacité de shinobi pour se rendre sur les lieux, plus vite ils seraient rendus et plus vite, ils pourront se mettre au travail. La réflexion dans laquelle s'était plongée Aimi faisait froncer les traits de son minois. Elle cherchait à comprendre, même si cela n’était pas surprenant si on était contre la place de la noblesse à la tête du pays. Une chose était certaine, le Yuukan était sombre et empli de terreur. Le groupe d'Eiseinin finit par arriver sur les lieux et on pouvait déjà voir les dégâts sur la tour qui avait perdu de sa fierté. Elle n'imaginait pas à quel point la panique devait être à son comble.

« Faisons attention, la situation doit être très périlleuse au sein du palais. N'oublions pas notre objectif. »

Avisa la combattante du vent, elle n'aimait pas ce genre de mission compte à rebours, savoir qu'on avait la vie d'un Daimyo entre ses mains n'arrangeait en rien. Mais aux côtés de Muramasa et de Yugure, elle se sentait en sécurité, elle pouvait compter sur eux. Les trois iwajins s'avancèrent alors jusqu'à croiser deux gardes. La doucereuse s'inclina respectueusement et tendit le parchemin où était inscrite la mission.

« Bonjour. Nous sommes les eiseinins, Chiwa Aimi, Borukan Muramasa et Shimajima Yugure, envoyés sous la tutelle de la Tsuchikage Hyûga Toph afin de prendre en charge notre Seigneur. Si vous voulez bien nous accompagner pour que nous puissions nous mettre au travail. »

À la fois respectueuse et professionnelle, la kunoichi s'inclina de nouveau. Elle faisait tout de même savoir qu'ils n'étaient pas là pour bavarder, mais bien pour agir. De plus, sa récente promotion au rang du Triumvirat lui permettrait peut-être de passer des formalités qui leur feraient perdre du temps précieux.


_________________
 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Narrateur
Narrateur

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Sam 13 Fév 2021 - 22:58
En prenant connaissance de la mission qui vous avait été confiée, vous reçûtes pour ordre de vous dépêcher au palais afin d’évaluer la condition du blessé, qui n’était autre que l’homme le plus puissant du pays, Byakuren Masato le seigneur de Tsuchi. Il allait donc sans dire que votre mission était d’un enjeu supérieur à tout ce qui vous aviez pu faire jusqu’à présent — mis à part de défendre le village d’un Dieu, vous aviez entre vos mains la vie du seigneur de votre pays et d’après les informations récoltées jusqu’ici, il était dans une condition plutôt critique. Ainsi, c’est sans perdre de temps que vous arrivez devant les murs d’un palais qui avait perdu de sa superbe, puisque si l’entrée semblait encore intacte, une odeur de brûlé vous parvenait et vous laissait à croire que l’intérieur du domaine n’avait pas eu cette chance. Les gardes en voyant le sceau et vos bandeaux d’Iwa comprirent la raison pour laquelle vous étiez envoyés et vous emboîtèrent immédiatement le pas afin de vous emmener jusqu’au bâtiment où le Seigneur avait été allongé afin de stabiliser sa condition.

Une fois la porte traversée, vous constatiez l’étendue des dégâts, un immense cratère et un amas de ruines avaient remplacé le lieu sur lequel se trouvait autrefois le donjon, la tour dans laquelle habitait le daimyô et sa famille. Des fragments de cristal vert et des traces de lave durcie laissaient deviner l’intensité de l’affrontement qui avait eu lieu à cet endroit, où la vie de nombreux soldats avaient été ôtées, ainsi que celle de la bien-aimée femme du seigneur, écrasée par les gravats. Vos pas vous amenèrent jusqu’à un bâtiment isolé dans l’une des enceintes intermédiaires, où se trouvait un groupe de courtiers et de nobles soucieux de l’état du chef du pays, en apparence du moins. Certains se trouvaient plus à l’écart, tandis que d’autres attendaient juste devant la porte surveillée de près par un groupe de soldats qui n’avaient pas la même allure que ceux que vous aviez croisé plus tôt.

Vous remarquiez en effet que ces gardes avaient une ceinture remplie d’armes ninja ainsi qu’une armure légère, laissant penser que ceux-ci étaient entraînés dans les arts shinobi. Ceux-ci étaient au nombre d’une dizaine, une escouade entière formée personnellement par le Capitaine de la garde. Les murmures se turent à votre approche, vous sentiez sur vous le regard curieux de gens de la cour qui se doutaient de la raison de votre présence. L’un d’entre eux vint même à votre rencontre alors que vous marchiez jusqu’à votre destination:

« Oh vous êtes là! S’il vous plaît sauvez le Seigneur Masato, vous êtes notre seul espoir. Je vous en prie, donnez-lui ce breuvage afin de le soulager de sa douleur. Les gardes n’acceptent plus de visiteurs à part vous. Cela permettra au Seigneur d’endurer l’opération. Après tout ce qu’il a fait pour notre famille, c’est la moindre des choses. Nous prierons pour son rétablissement. »

L’un des gardes s’impatienta et écarta l’homme de votre chemin qui vous tendait la bouteille contenant l’anti-douleur. Vos pas vous amenèrent enfin à l’entrée de l’hôpital de fortune qui avait été préparé pour le seigneur, les hommes gardant la porte vous cédèrent le passage d’un air menaçant, leur main ne quittant pas le pommeau de leur épée. La défiance qui se lisait sur leur visage ne laissait aucun doute, ils nourrissaient une certaine hostilité envers les shinobis.

« Deux d’entre nous vous accompagneront à l’intérieur. Par mesure de sécurité afin de s’assurer du bon déroulement de l’opération. »

Une condition qui ne pouvait pas être négociée, à moins de compliquer une situation déjà tendue. C’est donc avec une escorte que vous traversez le vestibule, avant de finalement pénétrer la salle du patient déjà endormi et allongé: une pièce relativement spacieuse et richement décorée — une chambre à la base destinée aux serviteurs du palais, elle avait été spécialement aménagée pour procéder aux soins. Une modeste fenêtre éclairait l’intérieur, baignant le seigneur dans un halo de lumière, presque divin. Une pièce voisine avait été vidée de ses meubles — initialement une salle à manger, et pouvait être employée si besoin pour des soins plus intensifs, avec une table d'opération. Un équipement médical plutôt bien fourni s’y trouvait et mis à disposition des médecins ninja.


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 15 Fév 2021 - 18:48
Le Destin de la Terre
Irou Gang

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Un voyage funèbre se profilait dans les ombres qui arpentaient le chemin sinueux conduisant vers la tragédie. En effet, le pays de la Terre avait beau être a quintessence du Shangri-la, les chimères perfides du destin s’esclaffaient toujours là où on s'y attendait le moins. Le Yuukan était sombre et emplit de terreurs, et malheureusement Tsuchi no Kuni ne faisait pas exception. Regard mordoré, pas assuré. Le parangon avait beau être marmoréen, la situation n'était pas immaculée. Après une traversée semblant aussi longue qu'interminable, le petit groupe de médecins arrivait enfin près du domaine seigneurial, croisant enfin une soldatesque casquée. La directrice à la crinière de feu s'empressait alors d'établir un premier contact avec les autochtones, afin de se rendre sans plus attendre au chevet du malheureux Masato ensanglanté. Pas le temps de niaiser, l'urgence était avérée. Bien que manquant à la plus élémentaire étiquette, la demande fut acceptée aux vues de la situation actuelle. Une odeur désagréable planait dans l'atmosphère, tandis que les murs du palais semblaient être ancrées dans la Roche depuis les temps immémoriaux. Cette détestable senteur rappelait les barbecues d'une guerre qui opposait les hommes depuis toujours, où la chair calcinée trouvait le repos au milieu d'un lac de sang et de larmes. Aucun doute possible, malgré les apparences majestueuses des pierres, les ténèbres rodaient au dessus de cette lande de l'effroi. Tandis que les gardes aux faciès dramatiques se dépêchaient d'escorter les vaillants défenseurs des opprimés à l'intérieur de la cour des horreurs spectrales, en direction d'un bâtiment en particulier, la découverte du sacrilège pouvait glacer l'échine d'une morsure aussi froide que la mort. Un cratère béant prouvait l'infamie, à l'image d'une vindicte dont seul les hommes avaient secret. A travers les gravats, les grains cristallins s'éparpillaient, tout comme les larmes séchées d'un volcan, prouvant qu'une bien sibylline querelle avait fait rage. Étrange, mais ne passant point inaperçu, les indices donnaient une saveur à l'énigme qui ne manquait pas de piquant. Cependant, bien que les turpitudes se juxtaposaient dans un alignement qui méritait incontestablement réflexion, le temps n'était pas à la méditation. Il fallait se presser, car il s'agissait d'une situation de vie ou de mort pour le souverain à la poigne de fer. Poursuivant sans relâche le chemin, les preux chevaliers de la Roche arrivaient finalement là où tous confluaient avec hardiesse. Moult freluquets aux fanfreluches ne manquant point de faste se présentaient devant les portes, qui étaient gardées par les sentinelles armées jusqu'aux dents et se plastronnant dans des tenues soulignant leur appartenance à la garde royale d'élite dont ils étaient fier de faire partie. Le plus surprenant était l'équipement qui nimbaient leur uniforme, révélant une érudition certaine dans les arcanes de l'ombre. Il fallait croire que malgré les apparences, les arts Shinobis n'étaient pas uniquement peaufinés au cœur des villages cachés. Cela était certainement un fait des nombreux écueils de la mondialisation Yuukanite. Alors que le cortège des miracles s’avançait dans un silence assourdissant, un des nobliaux se ruait comme un forcené sur le passage des érudits de la médecine, déblatérant des mots qui faisaient sens, mais aux éclats ne manquant pas d'éveiller le scepticisme des âmes les plus pragmatiques. Tentant désespérément une potion aux médecins, le regard terne et morne de l’hurluberlu suscitait une inexorable envie de lui claquer le beignet en lui expliquant que son flacon n'allait surement pas aider le fleuron de la médecine à sauver le vieux renard. Surtout qu'il y avait de grandes chances qu'il s'agisse d'un piège odieux afin de s'assurer que le vieux grisonnant casse sa pipe malgré les efforts visant à l'extirper des griffes mortifères d'un éternel repos.

Affichant un air assez perplexe, le Borukan prit la mixture, ou plutôt le bougre la lui refila avant de se faire éjecter de la route par la soldatesque casquée qui s'impatientait. Le présumé bon samaritain manqua de peu de s'affaler lourdement sur le sol comme un vulgaire sac à patate jeté avec véhémence aux ordures. Décidément, même les plus hauts placés à la cour du Daimyo de la Terre ne pouvaient faire montre d'opportunisme sans être châtiés pour leur impudence par les fidèles dévots aux armes chatoyantes et rutilantes. Le médecin taciturne fixait la scène avec un sourcil anguleux, répondant avec autant de délicatesse que les gardes.

« On verra. » -dit-il, fixant une seconde la potion magique avant de repartir en direction de l'antre du souffrant-

Alors que les missionnaires passaient les gargouilles, une certaine hostilité planait dans les regards menaçants des sentinelles aux aguets. Nul doute, la haine était si présente qu'elle en était palpable malgré le lourd silence qui régnait. Bien sûr, les vils faquins expliquaient à la trinité qu'elle serait tout de même surveillée de près. Cela n'étonnait pas le Muramasa sauvage, car le contraire aurait été bien surprenant.

« Certes, certes. Ne perdons pas de temps. » -faisant montre d'impatience, car il ne fallait pas perdre un temps précieux-

La trinité venait s'enorgueillir de deux invités aux allures de cerbères, poursuivant alors l'exploration dans le manoir des horreurs pour arriver enfin en plein cœur du théâtre carmin. Dans une salle aux régalia incandescentes, le tyran était en sang dans son lit, alors que la nitescence le berçait dans un sommeil digne des plus sacrales odyssées. Tout l'équipement nécessaire aux soins était préparé non loin, dans un coin de l'immense salle. Le dernier cri, prouvant la valeur de leur hôte. Ce n'était pas n'importe quelle table d'opération, mais bel et bien une Irounus 2000 flambant neuve qui s'érigeait telle une obélisque sacrée parmi les innombrables et coûteux dispositifs médicaux.

Toujours un peu vespéral, le corbeau des tempêtes regardait l'agencement avec une inquiétude bel et bien réelle, tandis que ses pupilles irradiantes se posaient sur le vieil homme à l'article de la mort. Une véritable boucherie. Il ne fallait pas être sorti de l'académie Hashira pour le comprendre.

La première étape était d'ausculter le patient. Cependant, sans même s'en être rendu compte, le Borukan avait toujours dans sa main la décoction alchimique que l'inconnu avait tenté d'offrir en offrandes à son souverain bien aimé. Prenant quelques secondes de réflexion, le divinicide s'adressait alors à un des gardes qui les avaient accompagnés.

« Dites moi, mon brave, qui est ce singulier personnage qui insistait avec son désir de transmettre ce cadeau à sa majesté ? » -exhibant la fiole en question- « Si vous pouviez convoquer le goûteur royal afin de nous assurer qu'il ne s'agisse point d'une renardise. Non pas que nous sommes certains d'en faire usage, mais simple mesure de précaution. On ne sait jamais qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. »

Bien sûr, le taciturne tentait d'en apprendre un peu plus à travers ces sentiers de traverses, examinant de manière visuelle le mystérieux mélange. Bien que le rentanjutsu était un art des plus saisissants, il était véridique qu'une potion pouvait regorger de moult secrets plus terrifiants les uns que les autres. Utiliser un goûteur était la meilleure façon de s'assurer des effets du mélange. Dans le pire des cas, il y aurait surement un des gardes prêt à se sacrifier en tant que cobaye pour la bonne cause. Néanmoins, cela nécessitait du temps et il y avait plus urgent à faire. Après avoir déposé l'objet sur un des meubles et s'être tourné vers ses compères afin de s'assurer de leurs intentions en ce qui concerné le cadeau, le Muramasa sauvage s'approchait du corps en charpie afin d'ausculter ce qui pouvait l'être.

C'est tout naturellement que l'attention du Borukan se portait sur les jambes du blessé, qui semblaient ne pas être en grande forme. Un certain sentiment de déjà-vu exultait de ce problème, rappelant les invalides qui avaient été fauchés par le courroux du singe volcanique. Posant ses mains au-dessus de la zone, le médecin utilisait alors la célèbre et incontournable technique secrète qui visait à analyser en profondeur l'état de santé d'un patient. Se focalisant sur les cannes du vieux Masato, Muramasa laissait le soin à ses collègues d'analyser une autre zone.




Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Mar 16 Fév 2021 - 19:24
Yugure hoche une nouvelle fois aux paroles de sa sensei. Le mot qu’il retient particulièrement est « prudence » cela tombe bien parce qu’il n’est pas du genre à foncer tête baissé sans réfléchir. Peut-être est-ce pour cela qu’il a été choisi pour cette mission ? Qui sait.

Ils finissent par arriver bien vite sur les lieux du dit « crime » parce qu’oui on peut facilement qualifier un attentat terroriste de crime. L’Eisenin le plus jeune du groupe ne peut s’empêcher de poser son regard sur l’immense cratère où se trouvait la résidence du seigneur de la terre.

« Je ne m’attendais pas à des dégâts aussi élevés. De la lave et de cristal …. Cela ne ressemble pas à des assaillants normaux. Ils doivent surement manier le chakra. J’imagine que c’est pour cette raison qu’Iwa a envoyé autant de ninjas. Je sens que le danger n’est pas loin ». Sa gorge déglutit face à cette pensée. Le Genin se demandant s’il est bien qualifié pour cette mission mais après tout il a étudié presque toute son adolescence les arts médicinaux ninja mais, pour la première fois, il a l’impression qu’il va devoir effectuer ses preuves. Mais, plus que devoir prouver sa valeur, il a l’impression que repose sur lui ses capacités en tant que Ninja d’Iwa. Autant la mission dans le Pays du Vent était dangereuse et loin du pays il ne s’est jamais vraiment senti menacer en revenant dans le pays où il était né. Il était même plutôt heureux et confiant d’aller dans un décor et un climat qu’il ne reconnaissait que trop bien. En plus, il n’était pas seul, mais avec son meilleur ami Senken. A y réfléchir c’est l’une des premières missions où il part sans lui ce qui est … assez étrange de ne plus entendre quelqu’un de grognon ou quelqu’un qui souhaitait rapidement finir la mission pour gagner plein d’argent, que la mission soit d’une importance capitale ou non d’ailleurs.

Les pensées du SHIMAJIMA sont interrompues lorsque leur petite escouade rencontre des gardes semblant utiliser des outils semblables aux ninjas du village de la roche. « Est-ce que le Seigneur Masato recrute des utilisateurs de Chakra pour l’aider à le protéger ? Cela ne semble pas l’avoir réussi ». Voyant que son camarade Marasuma semble aussi maussade que son ami aux cheveux d’amarantes il se sent obligé de prendre la parole.

- Nous ferons le nécessaire. Merci à vous, pour votre aide.

L’adolescent aux cheveux bruns voit la potion changer de main et la fixe d’un œil suspect. Autant l’habit des personnes que leur manière de les aborder est étrange mais il répond avec une politesse. Dans tous les cas c’est bénéfique : soit ils la potion est empoisonnée et ils penseront qu’ils vont l’utiliser soit ce sont réellement des habitants de la région et il n’y a rien de mal à se faire bien voir par eux. Après un bref sourire suivit d’un hochement de tête il suit le garde les emmenant vers l’hôpital de fortune, rien avoir avec la grande structure que pouvait posséder Iwa. Mais, au moins, ils ont tenté de leur fournir un matériel médical adéquat au vu ce qu’il aperçoit d’un coup d’œil dans la pièce voisine. Le garçon ne se sent pas très à l’aise avec ces gardes portant leur main à leur fourreau. Serait-il capable d’attaquer les médecins-ninjas s’ils relâchent leur vigilance ? Très probablement. Si Senken était là il les aurait déjà insultés ou envoyés balader mais, malheureusement, son absence ne peut se faire que trop ressentir.
Après que Muramasa ait convoqué le goûteur royal le visage du Genin se tourne vers ses deux camarades.

- Je vais tenter d’analyser sa tête. Nous devrions dire à voix haute tout ce que nous trouvons si nous voulons un diagnostic fiable et …

« Et si nous utilisons quelque chose ici n’oubliez pas de le désinfecter. Je ne pense pas que ce soient des médecins qui ait transporté le matériel » pense-t-il très fort avant de se souvenir de la présence des gardes. Mieux vaut ne rien dire et garder ses forces, ainsi que son chakra, pour soigner la cible de la mission. Il y a une seconde raison pour laquelle il s’interrompt : Aimi est plus expérimentée que lui et est la chef de mission c’est à elle de donner les indications pas à lui.

Yugure se positionne non loin de la tête du Daimyo et, enrobant ses mains d’un chakra médical, commence à analyser la tête, le cou et les épaules du seigneur Masato pour y détecter une quelconque blessure ou dérèglement.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Jeu 18 Fév 2021 - 11:45


Le destin de la Terre



La situation semblait vraiment catastrophique, dès le moment où les gardes posèrent leur regard sur le trio venant d’Iwa, ils ne prirent pas la peine de saluer ou se présenter et les invitèrent à les suivre au sein du palais. Comme on pouvait le voir à l’extérieur et en levant les yeux, la fumée qui en sortait et ce vide n’était autre que ce trou noir entouré des restes du bâtiment. On pouvait constater qu’il restait des dépôts de cristal verdoyant ainsi que de la lave qui avait durcie. La rousse se remémora l’épisode de la résonance et le moment où elle avait vu un Borukan se transformer en lave et simplement disparaître du sombre Yuukan, en ne laissant qu’une masse solide. Cela y ressemblait beaucoup et Aimi se posait alors beaucoup de questions.

Les trois membre de l’escouade médicale arrivèrent rapidement sur les lieux où se reposaient Masato. Le regard rubis de la Chiwa analysa chaque visage déjà présent sur la scène. La zone semblait sécurisée, prouvant que le Seigneur se trouvait derrière les portes encore closes. Voir les trois iwajins ici semblaient attiser l’attention des nobles de la cour. L’un d’eux s’arrêta près d’eux, faisant froncer les sourcils de la kunoichi. Elle écouta attentivement sa requête bordée de désespoir et de bonne volonté. Muramasa attrapa la fiole mystérieuse et la directrice de l’hôpital se contenta de hocher de la tête et d’adresser un sourire discret en soutenant les propos de Yugure. Elle se montra moins froide que le brun mystérieux, mais n’en était pas moins méfiante : pour étudier l’art de la concoction depuis plus d’un an, elle savait que cela pouvait être aussi néfaste que bénéfique. Le bon samaritain fut repoussé très rapidement, faisant comprendre que ce n’était pas le moment aux jacasseries. Aimi ignora les éclairs envoyés à leur rencontre, ils pouvaient se montrer méfiants, elle n’en avait guère à faire : après tout, leur présence ici était nécessaire pour sauver la vie de leur seigneur et elle ne comptait pas se laisser distraire par eux. Pour autant, en connaissant l'état de la situation sur les lieux de ruine, elle savait qu'elle ne pouvait pas ignorer les risques d'attaque, de rébellion ou que l'un des gardes soit mal luné : il fallait rester prudent.

La pièce était à la fois petite et pourtant riche d’ornements en tout genre. Il ne faisait aucun doute qu’elle avait été ajustée pour être à la hauteur de l’individu qui y était alité. La doucereuse trouva alors le corps recouvert de bandage et y adressa un sombre regard : elle en avait vu des patients blessés et au bord de la mort, mais en cet instant, la douleur qu’il devait ressentir traversa l’échine de la rubiconde, la faisant légèrement frissonner. Le groupe de médecin présent pour les soutenir avait déjà tout préparé et on pouvait constater qu’ils étaient bien équipés pour la situation alarmante. Son œil de médecin ne pouvait s’empêcher d’observer chaque objet. Comme l’avait mentionné plus tôt Aimi, en premier lieu, il fallait ausculter le patient dans ses moindres parcelles, c’était même nécessaire pour ne pas agir hâtivement et faire une erreur.

Avant de commencer les hostilités, Muramasa prit l’initiative de faire examiner le cadeau offert par l’un des hommes de la cour.


« Bonne idée Muramasa, c’est bien vous qui m’avez appris à me méfier de tout ce qu’on a entre nos mains et il est hors de question de mettre la vie du Seigneur davantage en danger. »

Le trio se sépara autour de Masato dans le but d’analyser l’étendue des dégâts. L’ancien directeur de l’hôpital commença à analyser ses jambes. Quant à Yugure, son précieux élève, elle pouvait constater qu’il n’était pas des plus à l’aise. Lorsque leurs regards se croisèrent, elle tenta de lui faire un sourire réconfortant.

« Quant à moi, je vais m’occuper de la partie centrale de notre Seigneur. Il est important dans cette situation d’éviter un maximum de déplacer le corps, tant que nous ne connaissons pas l’étendue des blessures. Utilise ton chakra médical pour stériliser tout objet que tu prendras sur ta main. Il fait mention de paralysie dans l’ordre de mission. Essaie de te concentrer sur ses cervicales, à la base de son cou, il y a de fortes chances que les vertèbres soient endommagées. »

Expliqua-t-elle au Shimajima qui agissait déjà avec beaucoup de professionnalisme et de calme. Elle pouvait être fière. Pour sa part, une fois que le chakra verdâtre émana de ses paumes, elle commença à ausculter le torse du Byakuren et chercha des anomalies dans les organes qui se cachaient sous cette couche de bandage. Elle descendit jusqu’à l’estomac et les intestins, les reins et s’y attarda, car derrière, se trouvait la base de son dos et cette partie devait être très abîmée. De ses fins doigts, la doucereuse pressa légèrement le poignet tourné vers elle afin d’analyser les battements de son corps durant de longues secondes. Si elle utilisait cette technique pour interroger quelqu’un et y déceler des failles, cela restait une analyse de rythme cardiaque et en cet instant, chaque information était nécessaire. Enfin, la kunoichi réalisa de nouveau mudra et apposa un sceau sur le front de Masato.

« Ce sceau me permettra de faire la passerelle avec une technique de soin de ma réalisation. Si jamais nous devons agir, je pourrais l’activer, mais elle me coûtera en chakra. Je compterai sur vous pour couvrir mes arrières. »

Même si elle ne savait pas si elle aurait besoin de dépenser autant de chakra, la doucereuse n'oubliait pas où ils se trouvaient et que le palais avait été le théâtre d’une attaque bien sordide. Si elle devait maintenir sa technique dans le même temps, sa vie se retrouverait entre les mains de ses deux camarades.


Spoiler:
 


_________________
 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Narrateur
Narrateur

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Sam 20 Fév 2021 - 10:03
« L’homme qui l’a donné est un courtier relativement influent à Tsuchi, un des plus fervents alliés de Seigneur Masato tout le long de son règne. Malheureusement, le goûteur royal est mort lorsque le palais s’est effondré, avec le reste des serviteurs. Néanmoins, je peux me porter volontaire pour tester la fiabilité de la potion. »

Le brave garde s’avança et prit la fiole dans sa main. Après quelques secondes d’hésitation où il fixa la mystérieuse mixture des yeux, il prit son courage à deux mains et décida d’en prendre une gorgée… bien qu’il faisait de son mieux pour rester stoïque et professionnel, on pouvait ressentir une certaine nervosité dans son regard alors que celui de toutes les personnes présentes dans la pièce semblaient braqués sur lui dans l’attente du verdict. Après avoir attendu près d’une minute, aucun symptôme n’apparut chez lui, or un poison aurait probablement déjà commencé à agir sur l’organisme, même légèrement. L’homme haussa des épaules, signalant aux autres que la potion n’avait apparemment eu aucun effet sur lui, elle avait même plutôt bon goût contrairement à la plupart des médicaments. Il rendit ensuite la potion à Muramasa, qui serait libre de décider avec le reste de ses collègues s’ils l’administreraient à leur patient afin de calmer la douleur et potentiellement améliorer ses chances de survivre à l’opération. Celui-ci grimaçait d’ailleurs de douleur, tiraillé par les blessures parcourant son corps martyrisé.

Vous passiez enfin à l’examen du patient, analysant chacun une région différente de son corps. Muramasa s’attarde sur la partie la plus évidente du blessé, à savoir ses jambes qui ont été visiblement broyées par les débris lors de l’effondrement du palais. Usant de son chakra pour avoir une imagerie médicale plus précise de l’état des membres inférieurs, il découvre de multiples fractures ouvertes du tibia et du péroné, sur les deux jambes, aggravées par une infection ostéo-articulaire et des lésions vasculaires limitant de manière considérable l’apport du sang jusqu’aux membres inférieurs et risquant de s’aggraver si les blessures ne sont pas traitées rapidement, autrement celles-ci nécessiteront une amputation afin d’arrêter l’infection dans le reste du corps.

Quant à l’analyse de Yugure portant sur la partie supérieure du corps du seigneur, elle permet de détecter une lésion médullaire au niveau du cou, c’est-à-dire une lésion à la moelle épinière, coupant la communication nerveuse entre le cerveau et les membres inférieurs, il est aussi possible qu’en plus d’une paralysie des membres inférieurs (paraplégie), cette lésion basse ait entraîné d’autres dysfonctionnements dans le reste du corps. Et enfin, l’examen d’Aimi permet de découvrir des fractures au niveau de la cage thoracique entraînant une respiration difficile chez le client qu’on appelle une respiration “paradoxale”: les fragments de côté cassée (le volet costal) ont pour conséquence de s’enfoncer dans le thorax à chaque inspiration et font obstacle à l’expansion des poumons. En analysant l’abdomen de Masato, elle remarque des dysfonctionnements d’organes tels que la vessie et l’intestin, mais qui ne sont probablement pas liés à la fracture des côtes.

Grâce à sa technique, Aimi observe un rythme cardiaque plutôt stable pour le moment.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Dim 21 Fév 2021 - 21:15
Le Destin de la Terre
Irou Gang

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Le Yuukan était sombre et emplit de terreurs. Il s'agissait là d'un état de fait, dont nul ne pouvait nier l'existence. Alors que les dorures s'illuminaient de milles et un reflets, l'effroi pouvait se lire dans les pupilles dilatées du petit comité qui était réunis dans le théâtre de la folie des hommes. Aussi marmoréen que mordoré, le regard fantabuleux du parangon présentait lui aussi une ombre teintée d'inquiétude. De part ses nombreuses années dans le milieu médical, il lui était simple d'évaluer les chances de survie d'un patient. Force était de constater que le Masato sauvage ne semblait pas bon pied bon œil, et ceci était un euphémisme.

Le garde au faciès de renard se portait volontaire pour tester la décoction alchimique, ce qui était tout à son honneur. De plus, il semblait être convaincu de la dévotion du nobliau qui leur avait refourgué la mystérieuse potion. Enfin, jusqu'au moment où ses yeux vitreux étaient emplis d'effroi en ingurgitant une petite quantité de la mixture. Le médecin des miracles le fixait en restant silencieux, acceptant avec joie le sacrifice du sacripant qui vantait la gouleyante boisson comme s'il s'agissait d'une divine ambroisie. Cela était un peu étrange, mais il s'agissait sans doute d'un mélange d’opiacés aux propriétés égalant les plus terribles Genjutsu que le Yuukan n'ait jamais connu.

« Un fidèle partisan ? Vraiment ? » -dit-il, en arquant un sourcil de manière dangereusement triangulaire- « ...Bah, j'imagine que je suis trop méfiant... » -haussant les épaules en soupirant avec une élégance dont lui seul avait le secret-

Muramasa se doutait que s'il s'agissait d'une renarderie, il s'agirait d'un poison à effet lent afin que l'hurluberlu ait le temps de s'échapper. Triste monde tragique. Il gardait cela dans son esprit, du moins le temps d'analyser les blessures de son pauvre grand-père qui était complètement amoché et ressemblait davantage à un pantin désarticulé qu'à un majestueux lotus immaculé. Heureusement, la rubiconde et l'intrépide se chargeraient aussi d'évaluer les dégâts à d'autres endroits. Le taciturne se chargeait des guibolles, qui ressemblaient plus vraiment à quelque chose.
En usant de sa technique médicale, le corbeau des tempêtes découvre des fractures ouvertes multiples du tibia et du péroné, une infection Ostéo-articulaire et des lésions vasculaires empêchant une bonne circulation sanguine aux membres inférieurs. La situation n'était pas bonne, mais dans le pire des cas une amputation pouvait écarter le problème. Néanmoins, cette solution paraissait un peu trop extrême pour l'instant.

« Multiples fractures ouvertes aux niveaux des tibias et des péronés, infection ostéo-articulaire et lésion vasculaires. Si on ne soigne pas rapidement les jambes, l'infection risque de nous obliger à l'amputer. » -expliquant ce qu'il avait découvert à ses collègues-


Le Muramasa annonçait la couleur découlant de son analyse, prenant la peine d'écouter attentivement ce que ses nakama avaient examiné de leur côté. Mettre au point une stratégie était fondamental, car la médecine ne pouvait naviguer en eaux troubles. Là, c'était une sacrée panade, pour sûr. En plus de l'état extrêmement grave du patient, venait s'ajouter le poids de tous les espoirs des habitants du Pays qui adoraient leur tyran de Daimyo. Sans compter l'immense responsabilité de ne pas décevoir la bébou princière qui mourrait surement de chagrin de la perte de son papounet adoré, même si ce vil renard l'avait excommunié sans une once de regret, du moins en apparence. Décidément, Muramasa était un homme qui se retrouvait toujours dans les pires situations.

Alors que les analyses étaient faites, le divinicide se tournait vers le garde aux yeux ternes et mornes qui avait pris une lampée de la potion interdite.

« Comment vous sentez-vous ? » -posant la question avec intérêt- « Permettez ? »

L'ancien directeur de l'Académie Hashira utilisait alors son arcane médicale d'analyse sur le cobaye, tentant de voir les effets que cette décoction alchimique produisait. Du moins, si le bougre acceptait de se prêter au jeu, afin de s'assurer une dernière fois que le généreux donateur n'était point filou. L'aide d'un antidouleur était nécessaire aux traitements du souffrant, qui devait avoir un mal de chien atroce et insoutenable.

« Je vais m'occuper des membres inférieurs. Dans le pire des cas, si la situation l'exige, je pratiquerais une amputation. » -Essayant d'élaborer une stratégie-

Pendant que ses compagnons donnaient leur point de vue, le taciturne se préparait en vue de l'opération en effectuant un clonage de l'ombre, lui permettant d'avoir davantage de bras afin d'assurer de meilleurs lendemains à la Roche. Déjà qu'un seul Muramasa était un phénomène de panache et d'élégance, imaginez donc trois en même temps... Magnifique, tout simplement !




Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Jeu 25 Fév 2021 - 4:11
Le plus jeune des Eisenin ne fais pas vraiment attention à l’altercation entre son ainé et le garde. L’adolescent est plus que concentré sur son analyse, ne souhaitant pas échouer et montrer au monde que malgré ses blessures il est toujours utile. A y repenser, il n’avait jamais vu Aimi déçu d’aucun de ses élèves mais ce n’est pas quelque chose qu’il souhaite découvrir, au contraire, loin de là. Son regard se porte attentivement sur le cou du Daimyo pour y retirer le plus d’informations possible. Après tout, c’est une question de vie ou de mort. Et au vu des soldats peu commodes, le sort du peut-être futur macchabée est intimement lié au leur. Qui sait ce qu’ils prévoient de faire s’ils échouent ? Rien de très réjouissant, en tout cas, c’est sûr. Mais alors qu’il semble perdu dans ses pensées il sent, à l’aide de son chakra médical, une anomalie. Plus qu’une anomalie même. Il semblerait que même s’ils sont capables de soigner l’homme cela ne servirait pas à grand-chose.

Yugure lève la tête en direction de Muramasa en entendant son pronostic des jambes. Il se retient, au maximum, l’humour dont il fait habituellement tant preuve. Hors de question de vouer la mission à l’échec.

- J’ai ici, au niveau du cou, une lésion à la moelle épinière. Même si nous parvenons à le sauver il risque d’être paralysé et je ne sais pas … Si cela a causé d’autres soucis dans le corps du seigneur.


« En tout cas, au vu du diagnostic de Muramasa le dysfonctionnement ne semble pas avoir affecté sa partie du corps ». L’adolescent aux cheveux bruns déglutit à l’entente de la solution proposée par son ainé Eisenin. Il ne peut s’empêcher de regarder ses jambes se souvenant de la douleur de sa propre amputation des membres inférieurs jusqu’à ce qu’Aimi et d’autres trouvent une solution à leur problème. C’est dans cet état que Yugure est hébété pendant plusieurs secondes avant de déglutir une seconde fois en aussi peu de temps. Tout à coup, il tend sa main en direction du BORUKAN, comme pour tenter de le dissuader de cet acte, avant de très vite reprendre ses esprits et baisse son bras. Néanmoins les personnes les plus attentives peuvent aisément voir de la sueur perler sur son front. Il semblerait que pour réussir cette mission le SHIMAJIMA doive également surmonter ses propres traumatismes de la douleur. Il secoue la tête avant de regarder sa senseï.

- Je ne pense pas que cela ait provoqué des dysfonctionnements particuliers dans les membres inférieurs hormis une paralysie mais au vue de l’état des jambes … Peut-être pourrions-nous trouver une autre solution.


Le plus jeune des Eisenin reste volontairement évasive ne savant pas si les prothèses créées par le village de la Roche est un secret d’état ou non.

- En tout cas, je me sens capable de soigner la lésion. Mais… Je ne sais pas si on doit commencer par là.


« Pour tout dire, je n’ai aucune idée par où commencer. J’espère que Senseï en saura plus que moi sur son diagnostic et sur la manière de procéder. Je n’ai jamais été entrainé à soigner autant de blessures d’une aussi grande ampleur. Mais il est hors de question d’abandonner et de trahir la confiance d'Aimi-Sama ».

Le Kazejine dirige sa main vers son menton, d’habitude il se le gratte pour réfléchir, mais arrête son geste à mi-chemin ce ne serait pas très stérile après tout et, même sans être médecin, il est facile de voir que la vie du seigneur Masato ne tient qu’à un fil.

- Peut-être que nous devrions le déplacer dans la pièce voisine mais j’ai peur que … le déplacement du corps du Seigneur Masato soit plus que risqué.

« Voir complétement létale mais avons-nous vraiment le choix ? »


Son regard se porte vers la femme aux cheveux rouges dont il a toujours pu faire confiance jusqu’à présent. Peut-être a-t-elle les réponses à toutes ses interrogations.



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Jeu 25 Fév 2021 - 21:14


Le destin de la Terre



La tentation de lancer des regards sur ce qu’il se passait avec le garde était forte. Elle tentait de se concentrer sur sa tâche, mais en apprendre plus sur le corps de la cour du palais de Tsuchi semblait être important. Aimi eut une sueur froide lorsque l’homme se porta volontaire pour goûter au breuvage donné généreusement. La Chiwa n’aimerait pas être à sa place, se dire que sa vie pouvait dépendre d’une petite fiole ne devait pas être évidente. Pourtant, il n’hésita pas à prouver son courage et sa loyauté en laissant le liquide se faufiler entre ses lèvres pincées. Il resta impassible, la potion ne semblait pas avoir un quelconque effet sur lui. Peut-être s’étaient-ils montrés trop méfiants ? Cependant, pour avoir côtoyé le monde obscur du Rentanjutsu et étant en plein apprentissage, elle savait que ces poisons pouvaient être vicieux. À voir si dans les prochaines minutes, le garde irait toujours aussi bien.

Chacun s’occupa alors de la zone à analyser. Pour sa part, comme elle le craignait, il y avait des dommages internes qu’il fallait prendre en charge dès que possible. En effet, les côtes du précieux patient étaient très endommagées et compressaient la partie pulmonaire, menaçant de la percer à tout moment. Bien que son cœur battait calmement, ce qui était une bonne nouvelle, sa respiration n’était pas rythmée et on pouvait voir qu’il y avait une anomalie. Cela serait sûrement sa première mission que de lui permettre de mieux respirer. Ses organes digestifs étaient aussi endommagés, il faudra qu’elle s’en occupe aussi.

Le Borukan fit un récapitulatif des dégâts sur ses jambes et cela ne présageait rien de bon. Masato avait de similaires blessures aux siennes après l’attaque de Yonbi. Mais il avait aussi une infection qu’elle n’avait pas eue, rendant la tâche bien plus difficile. Quant à Yugure, il mentionna une lésion à la moelle épinière, ce qui n’était pas surprenant.


« Plusieurs fractures aux côtes, comprimant la partie pulmonaire du patient. Les organes digestifs sont atteints aussi. Si le cœur a un bon rythme, sa respiration est trop instable, il faut que je remette les côtes en place. Cependant, il se pourrait qu’en remettant en place cette partie, d’autres anomalies fassent leur apparition et étant donné que je ne peux être sur tous les tableaux en même temps. J’ai eu une petite idée. »

Après avoir lâché ses mains du patient, elle réalisa des mudras et fit apparaître deux clones d’elle.

« L’un de mes clones s’occupera d’analyser les battements de cœur pendant que je répare les côtes. Quant au second… Etant donné que nous ne sommes pas sûrs que le poison est vraiment sans danger, il va falloir immobiliser le patient pour ne pas qu’il réagisse lors de nos soins. Mon clone s’occuperait du sceau d’immobilisation. Pour les jambes du Seigneur Byakuren… »

La rousse avait remarqué que le Shimajima n’était pas des plus à l’aise avec ce qu’il se passait.

« Ne t’inquiète pas Yugure, je sais que ce n’est pas évident pour toi, mais Muramasa saura agir avec précaution.
Je me suis trouvée dans la même situation que lui, nous pouvons encore sauver ses jambes, mais il va falloir agir efficacement en faisant partir l’infection dans un premier temps. Les tissus, les muscles, les nerfs, les os pourront être ressoudés avec beaucoup de travail. Mais l’infection… Si elle se répand, oui, il faudra agir en conséquence.
»

Aimi n’aimait pas l’idée que le Byakuren souffre pendant les soins et qu’il ne puisse même pas réagir physiquement à cela. Mais pour lui sauver la vie, il ne fallait rien laisser au hasard et elle ne supporterait pas que la moindre erreur fasse échouer leur mission. L’ancien directeur de l’Académie porta son attention sur le courageux qui avait ingurgité la potion et analysa son état : sage idée. L’amputation était envisageable en effet et s’il fallait en venir jusque-là pour le sauver, ils le feraient. Mais à trois, ils réussiront bien à venir à bout de tous ces maux… Enfin, il réalisa lui aussi des clones afin de se préparer aux soins.

« Une fois le patient immobilisé, je vais pour ma part commencer par reformer la cage thoracique. Mon clone analysera qu’il n’y a pas de nouvelle anomalie à ce moment-là. Muramasa doit s’occuper de l’infection dans un premier lieu. Quant à toi Yugure, il va falloir que tu fasses parcourir ton chakra de ses cervicales jusqu’au long de sa colonne et éliminer les anomalies liées à la moelle épinière. À ce moment-là, la transmission d’information reprendra son cours jusqu’au cerveau et alors, le Seigneur ressentira davantage la douleur. Il faudra te préparer, Yugure, même si son corps sera immobilisé, il se peut qu’il hurle de douleur. Si Muramasa est certain que nous pouvons administrer la cure, nous le ferons, mais en attendant, il va falloir être plus courageux que jamais et je sais que tu peux le faire. Et comme tu te doutes, nous ne pouvons pas le déplacer pour le moment.
Peu importe ce qui arrive, donnons tout ce que nous avons.
»

La jeune femme posa une main réconfortante sur son épaule et lui sourit. Elle avait totalement confiance en lui, et même s’il n’avait jamais agi dans une situation pareille, il était épaulé par deux des meilleurs Eiseinin d’Iwa. La rousse ne pouvait pas lui promettre qu’ils allaient réussir à lui sauver la vie, mais elle pouvait le rassurer et le pousser à se comporter avec beaucoup de professionnalisme. Il ne fallait pas laisser ses démons entacher la mission, même si ce n’était pas facile.

La Taisho du Shishiza laissa alors son clone réaliser son sceau d'immobilisation sur le corps du Byakuren. Lorsque le maintien fut en place, elle savait alors qu’il était complètement immobilisé et que ça allait percer dans ses réserves chakratiques.



Spoiler:
 



_________________
 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura H2t6


Dernière édition par Chiwa Aimi le Mer 3 Mar 2021 - 11:03, édité 1 fois (Raison : (j'avais pas le bon entête))
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Narrateur
Narrateur

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 1 Mar 2021 - 0:17
Il n’y avait guère besoin d’un diagnostic médical pour se rendre compte de la gravité de l’état du patient, et pourtant vos techniques permirent d’analyser en profondeur les différents facteurs qui semblaient le réduire dans cet état végétatif et déliquescent. Grâce à vos examens respectifs des différentes parties de son corps, vous parvenez non seulement à identifier les blessures et les dysfonctionnements, mais aussi à mettre en lien les causes de certaines anomalies avec son état de santé qui ne fait qu’empirer à chaque minute. Et pourtant cette phase de réflexion stratégique fut nécessaire afin de vous répartir correctement les tâches et comprendre que vous n’aviez pas affaire à des blessures bénignes, loin de là. On pouvait voir à l’état de ses jambes que les fractures et lésions vasculaires avaient donné lieu à une infection qui avait commencé à ronger la partie inférieure de son corps. Les os étaient pour certains tellement broyés qu’il fut difficile même avec une technique curative de restaurer complètement les parties touchées.

Le garde volontaire se plie à l’examen de Muramasa, lequel peut alors constater qu’aucun poison ne s’est logé dans son organisme, pas la moindre trace. Pourtant une telle analyse aurait dû révéler la présence de poison, même invisible, sous la forme de résidu chakratique. Ce ne fut pas le cas. Poussant un soupir de soulagement, le garde sembla reprendre des couleurs. Les préparatifs terminés, les clones et eisei-nin en position, il était temps de s’attaquer à la partie la plus stressante et difficile certainement de la mission. Maintenant que vous aviez identifié les causes de son mal, il fallait user de vos jutsus de soin dans l’espoir de réparer les parties endommagées de son corps meurtri de toutes parts. Maintenant qu’il était paralysé, son torse cessa de se gonfler difficilement à chaque respiration, ses membres ne gesticulaient plus à chaque décharge de douleur. L’un des clones d’Aimi pouvait sentir un rythme cardiaque stable.

Soudainement, alors que vous étiez sur le point de commencer l’opération, vous voyiez un filet de sang couler d’un coin de la bouche de Masato, laquelle se mit à se remplir d’un flot de sang et finirait par le noyer dans sa propre hémoglobine. Il libéra alors une toux dite “grasse”, qui aspergea alors Yugure au visage du fait de sa proximité avec la partie supérieure du patient. Quelque chose semblait l’empêcher d’expulser l’excès de sang qui remontait au niveau de sa trachée, plusieurs facteurs pouvaient expliquer cette troublante condition où il finirait vraisemblablement par s’étouffer. Une irritation dans le canal respiratoire, des difficultés à contracter ses muscles intercostaux ou son diaphragme. Il en fallut peu pour que la situation ne s’aggrave, et ne mette l’équipe médecine face à des choix qui mettraient à l’épreuve leur discernement et leur capacité à travailler en équipe.

Pendant ce temps, les deux gardes qui supervisaient le bon déroulement de l’opération médicale jetaient un regard préoccupé et méfiant en direction des ninjas, leur main s’approchant du pommeau de leur sabre et ne faisant qu’ajouter au climat tendu qui régnait dans la salle d’opération. Se remettant à peine de l’attaque du Nidaime sur le palais, ils soupçonnaient naturellement que l’un de ces médecins nourrisse également un esprit révolutionnaire et tâche d’achever le daimyô, même si ceux-ci étaient censés ignorer l’auteur de ce crime sur le seigneur, il se pouvait qu’un de ceux-là soit complice du traître. Malgré les risques, ils n’avaient d’autre choix que de s’en remettre aux médecins ninja d’Iwa.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Mar 2 Mar 2021 - 23:59
Le Destin de la Terre
Irou Gang

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Après mûre réflexion, la potion alchimique était sans doute l'offrande qu'elle semblait être, à savoir, une tentative désespérée afin de témoigner de son adoration à son Daimyô bien aimé. Bien que le taciturne était encore un peu réticent à l'idée de l'existence d'une telle touche de lumière parmi les ténèbres froides et moroses du Yuukan, il ne pouvait pas omettre cette évidence. Le garde qui s’était sacrifié afin de tester la décoction était toujours bon pied, bon œil, et l’analyse n’avait rien révélé de fâcheux.

Alors que le compte rendu des deux collègues médecins n’étaient pas non plus de très bonne augure, le Masato sauvage se mit à déglutir du sang, maculant le pauvre Yugure qui était au mauvais endroit, au mauvais moment. Il s’agissait là d'une bien troublante surprise, qui n’aurait pas manqué de provoquer un arrêt cardiaque à tout non-initié des arts obscurs, surtout aux vues de l’importance primordiale du patient. Fort heureusement, les goguenards Iryo-nin présents étaient aussi vespéraux que le manteau de la nuit. Cependant, le Muramasa était tout de même un peu troublé par la situation, malgré son cœur de glace qui le rendait aussi marmoréen que la Roche. Après que Yugure et Aimi aient exposé leurs points de vue, le Borukan acquiesçait de manière silencieuse. Son compagnon d’entrainement de la planète des singes paraissait un peu perturbé par l’histoire d’amputation, ce qui était normal avec sa traumatisante rencontre avec le singe des volcans qui lui avait pulvérisé les guibolles. On ne pouvait pas vraiment lui reprocher de se montrer réticent quant à ces extrêmes d’amputation sonnante et trébuchante.

« Je vais tenter d'arrêter l’infection, et dans le pire des cas, j’amputerais si cela est inévitable » -dit-il, d’une voix abyssale et froide- « Pour ce qui concerne la potion, je suis du même avis que vous, Akahime-san. Mais utilisons la sans plus tarder, car la douleur du traitement sera pas piquée des hannetons et je crains que le patient ne puisse la supporter. » -retroussant ses manches avec panache, comme pour signifier que les choses sérieuses n’allaient plus tarder à faire rage-

En effet, il ne fallait plus tarder pour ce qui concernait les soins. Après s’être désinfecté, lui et ses ombres doppelgangesques, en suivant les procédures d’usage, le parangon prit les ustensiles médicaux mis à disposition afin de pratiquer l’ablation des celles infectées., tandis que chacun des clones démoniaques se disposaient près d’une jambe en posant au dessus la paume de leur main chargée d’un chakra d’émeraude. C’était une vraie boucherie et remettre un peu d’ordre dans la charpie de chair, de sang, d’os et autres moult bidoches n’allait pas être une partie de plaisir.

Les Muramasa spectraux se concentraient pour guérir les lésions, en partant de haut en bas, s’occupant chacun d’une des cannes. Plus ils descendaient et plus les blessures étaient graves et mettaient du temps à être traitées. Alors que les fantômes aux allures de corbeaux utilisaient la puissance des soins, l’original se penchait sur l’infection qui était problématique au plus haut point. Retirant les tissus infectés à l’aide du délicieux scalpel en train de charcuter la chair avec précision, les gardes semblaient aux aguets, faisant montre d’une certaine hésitation alors que leurs grosses patounes pleines de doigts se rapprochaient de leurs armes. Était-ce étonnant ? Pas vraiment aux vues de la situation. Ces vils gredins étaient surtout la pour les surveiller, les soupçonnant peut être d'une vile perfidie.


Muramasa poursuivait l’opération de manière assez manuelle, retirant les cellules gênantes, ce qui devait sûrement provoquer des souffrances atroces au pauvre Masato. Utiliser l’anti-douleur semblait inéluctable, mais les soins combinés des deux Kage Bunshin devait un peu atténuer ce tourment insoutenable, car ils régénéraient progressivement les cellules et les tissus endommagés, que ce soit par les blessures ou l’ablation. Alors que les secondes, puis minutes commençaient à défiler, le corbeau des tempêtes prit le temps de faire le point sur la situation de l’infection, en utilisant une analyse médicale.




Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Sam 6 Mar 2021 - 23:35
Le Kazejine écoute attentivement l’analyse de sa senseÏ. Le patient, comme si c’était possible, semble encore plus mal en point qu’à priori. Mais, le fait qu’Aimi s’occupe de vérifier en permanence sur le cœur du patient bat toujours semble un peu rassurer le jeune élève. Il hoche légèrement de la tête avant de répondre à son maître.

- Vous avez raison, sensei. Cette fiole n’est … Jamais sans risque. C’est mieux d’utiliser tout ce que nous avons apporté pour le soigner.


L’adolescent aux cheveux bruns voudrait bien montrer son inquiétude en voyant Aimi voulant utiliser autant de techniques à la fois mais évite de le prononcer à voix haute. En effet, ils ne sont toujours pas seuls dans la pièce et il vaudrait mieux éviter de montrer une once de doute quant au futur du seigneur de la terre. Mais le garçon sort bien rapidement de sa rêverie. En effet, il est bien obligé pour entendre les indications données par sa chef. Au vu de ce qu’elle formule on dirait qu’il hérite, par chance, d’une des tâches les plus faciles et Muramasa, quant à lui, une des plus fastidieuses. Il pousse un léger soupir de soulagement tandis qu’il commence, une nouvelle fois, à se désinfecter les mains avec des produits qu’il a apporté de sa sacoche. Sacoche, qui d’ailleurs, il dépose un peu plus loin pour pouvoir se concentrer davantage sur le patient. Puis se tourne vers la femme aux cheveux rouges et hochant de la tête pour signifier qu’il est prêt.

-Votre confiance ne sera pas vaine, senseï. En tout cas, je vais faire tout ce qui est possible pour y arriver. Je n’ai pas cessé de m’entraîner même lors de mon séjour à l’hôpital. J’avais toujours mes mains après tout.

.
Qui elles se sont bien exercés. D’ailleurs c’était, pour le plus jeune Eisenin, l’une des façons pour garder le moral sans savoir s’il aurait pu remarcher un jour. Au moins, il aurait pu toujours être médecin sans jamais sortir de l’hôpital. Bien sûr, jusqu’à présent, il n’avait encore jamais soigné de blessures aussi conséquentes mais, après tout, c’est l’un des hommes le plus puissant de tout le Yuukan qu’il fallait sauver. Une tâche qui semble autant être une bénédiction qu’une malédiction. Il n’ose même pas imaginer ce qu’il risque d’arriver s’ils échouent.

Alors qu’il se met en place il se ramasse une grosse gerbe de sang au visage. Yugure reste un immobile un instant, ne s’attendant pas à cet « assaut » plus que soudain. Aimi l’avait prévenu que ça risquerait d’arriver mais uniquement lorsqu’il aurait remis la lésion en place, pas avant. Il se frotte le visage sur son vêtement, retrousse ses manches, se désinfecte une nouvelle fois les mains avant de se mettre en place.

Le garçon venant du pays du Vent ferme les yeux comme pour comparer son analyse précédente avec l’anatomie qu’il avait pu voir en cours pour identifier exactement l’endroit où est blessé le Daimyo. Après tout, ce serait dommage de gaspiller du chakra sur une blessure qui n’en est pas une. Enfin, face au corps du seigneur Masato, on dirait plus un corps dans une blessure que l’inverse. Il lève une nouvelle fois la tête en direction des gardes. Avant d’abaisser sa tête en direction du cou du patient. Ses mains se placent non loin de l’endroit où son analyse avait repéré la lésion au niveau de la moelle épinière et commence, à l’aide de ses mains, à y infuser du chakra médical grâce à la meilleure technique de son répertoire. Pendant qu’il tente de soigner le Daimyo, il entend d’une oreille distraite l’inquiétude de son confrère par rapport à cette fameuse potion anti-douleur. Il préfère laisser Aimi répondre et se concentrer sur ce qu’il doit faire. Après un moment, ce qu’il semble lui être bon, il n’enlève pas les mains de sa position et exécute une nouvelle technique permettant d’analyser la moelle épinière et si la lésion a été correctement soignée.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 8 Mar 2021 - 11:22


Le destin de la Terre



La tension était à son comble dans la petite pièce raccommodée pour mettre “à l’aise” le Daimyo de la Terre. La rousse se concentrait comme jamais, la pression était à son comble et pourtant, il fallait se faire volonté pour ne pas céder. D’après les dires de Muramasa, la fiole ne contenait pas de poison. S’il le décidait alors, on pourrait lui donner de ce liquide concocté pour diminuer la douleur que ressentait le Seigneur. Tout comme elle, il émettait des réserves, mais les preuves étaient là… Étant donné qu’il était immobilisé, il ne pourrait pas aggraver son cas, mais peut-être fallait-il accepter que cette potion soit saine. La douce préférait attendre que ses poumons soient de nouveau pleinement opérationnels et elle pourrait tenter de lui donner le filtre anti-douleur. Maintenant que son corps ne pouvait pas bouger, les médecins pouvaient se concentrer plus calmement et mieux faire face à chaque anomalie qui se présentait à eux. Le clone de la kunoichi maintenait donc le sceau tant qu’il le faudrait tandis que l’autre s’occupait de surveiller les anomalies cardiaques.

« Bien. Concernant la potion, je préfère dans un premier temps lui permettre de respirer convenablement et de pouvoir expulser le sang qui s'emmagasine. Je ne voudrais pas qu’il s’étouffe en prenant le breuvage. A ce moment-là, on pourra utiliser la potion et si tout se passe bien, je pourrai stopper l’immobilisation. »

Cependant, alors que le trio était prêt à se mettre au travail. L’état gravissime de Masato leur rappela qu’ils n’avaient pas le temps à la discussion et qu’ils devaient agir. Elle observa Yugure qui allait être baptisé de la manière la moins agréable possible. Pour autant, la directrice de l’hôpital garda son sérieux et commença à réaliser des mudras : il était temps de sauver la vie du Byakuren. Ses deux mains se posèrent délicatement sur le torse du précieux patient. Le chakra verdoyant qui émanait de ses paumes chercha à s'immiscer dans la poitrine du Daimyo pour rencontrer sa structure costale. La fracture était telle qu’elle compressait ses poumons et à chaque respiration, il y avait des risques de perforation mais pas que. Ce crachat de sang témoignait d’une mauvaise circulation jusqu’à sa bouche à cause de la compression. Après s’être désinfecté les mains et les avant-bras tout comme ses confrères, la jeune femme se mit au travail à son tour. Elle se concentra alors sur la cage thoracique afin de la redresser dans un premier temps pour laisser la partie pulmonaire respirer convenablement. L’autre étape fut de ressouder les os entre eux pour reformer cette protection qui l’avait pourtant presque tué. Elle en profita par la même occasion pour soigner tout tissu des poumons abîmés par les côtes brisées. Maintenant, il fallait surveiller que la respiration reprenait une danse normale.

Le clone continuait de veiller si tout se passait bien au niveau du cœur et la douce se laissa regarder à gauche et à droite pour vérifier que tout se passait bien pour eux. Beaucoup de travail qui allait demander beaucoup de temps, mais encore une fois, ils donneraient tout.


Spoiler:
 



_________________
 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura H2t6


Dernière édition par Chiwa Aimi le Mar 9 Mar 2021 - 22:38, édité 1 fois (Raison : (j'avais pas le bon entête))
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Narrateur
Narrateur

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Mar 9 Mar 2021 - 19:17
L’état du patient avait l’air plus critique que vous ne le pensiez. A peine vous apprêtez-vous à le soigner que du sang est expulsé depuis sa bouche, si bien que Yugure s’en retrouve aspergé au visage. Vos brefs échanges vous permettent de vous mettre d’accord sur la procédure, où chacun traitera une région différente chez le patient, correspondant d’ailleurs à celle que vous avez examinée au préalable. Une fois que chacun s’est positionné, Muramasa prépare son scalpel et commence à retirer les tissus infectés au niveau des lésions ouvertes. Grâce à sa concentration et à sa coordination avec ses clones, les jambes sont traitées sans répercussion physique conséquente, puisque les soins prodigués par les clones permettent de restaurer les cellules manquantes à mesure que celles corrompues sont retranchées, de même pour les plaies et les fractures multiples localisées aux jambes. Malgré le sang coagulant dans sa bouche, on pouvait entendre un râle d’agonie qui se mettait à faire écho dans la salle, et qui se répétait à une intensité croissante au point que ceux à l’extérieur purent l’entendre aussi. La salle d’opération était devenue une véritable salle de torture où le patient alternait entre période d’évanouissement et d’éveil, mettant à l’épreuve sa résistance à la douleur.

Bien que la procédure manuelle se révéla très délicate et que le scalpel de chakra aurait permis une opération bien plus précise, le savoir-faire d’un irounin aussi expérimenté que le retraité Directeur de l’Académie Hashirama et le matériel fourni par le palais surent compenser une dépense de chakra supplémentaire. Toutefois, cela signifiait aussi que le traitement exigerait davantage de temps afin d’être complété. Grâce à son analyse, il put constater de très visibles progrès et un ralentissement notable de l’infection même si elle reste encore une menace. Dans un même temps, Yugure s'attela à une partie bien plus délicate du patient, même si elle ne présentait a priori par un réel danger vital pour celui-ci, il savait que négliger la lésion médullaire pouvait à terme provoquer des complications au niveau de certains organes. Si le daimyô espérait retrouver l’usage complet de ses jambes, il était essentiel que la lésion de la moelle épinière soit traitée au plus vite.

Après s’être nettoyé le visage, l’apprenti médecin libéra à son tour une aura salvatrice depuis ses paumes, appliquée au niveau du cou du patient immobile et qu’il fallut relever légèrement de son lit. Complètement paralysé grâce au sceau d’immobilisation d’Aimi, il ne réagit guère au redressement de sa tête, si ce n’est quelques gémissements de douleur et de la sueur qui s’écoulait de son front, le regard paniqué de l’homme frisait presque l’effroi mêlée à de la confusion, si bien qu’une certaine inquiétude put se lire sur le visage des gardes.

« Dites, vous savez au moins ce que vous faites? »

Le vieil homme s’évanouit de nouveau, le pic de douleur aurait provoqué chez lui un “court-circuit” cérébral, aussi appelé malaise vagal. Bien que ces syncopes ne sont pas mortelles dans la plupart des cas, elles peuvent présenter de graves conséquences si elles se répètent, surtout chez des personnes âgées qui sont plus vulnérables. Ainsi, le patient alternait entre éveil et évanouissement à mesure que les trois médecins ninjas opéraient sur son corps déjà meurtri, et le sang coulant de sa bouche. Au milieu de son examen de la moelle épinière et alors qu’il avait bien progressé au point que certains organes finirent par se “ré-activer” sans pour autant rétablir complètement la paralysie des jambes, Yugure ne put s’empêcher de cracher à son tour du sang et à ressentir une légère fièvre.

Quant à Aimi, elle se trouva confrontée à l’appareil respiratoire du seigneur, à savoir ses poumons dont le rythme était mis en difficulté à cause d’une fracture de la cage thoracique. Son intervention permit de ressouder les quelques côtes qui manquaient et qui provoquaient ce déséquilibre respiratoire. La respiration sembla alors s’améliorer, et comme elle s’en doutait, des fragments d’os s’étaient logés à l’intérieur des poumons et provoqué quelques lésions qui auraient pu expliquer les crachats de sang. Toutefois son analyse permit de déceler une autre cause qui était en réalité directement liée au symptôme: une bactérie appelée pneumocoque avait commencé à infecter ses poumons, résultant en une pneumonie qui pouvait devenir très grave chez les personnes âgées. Cette bactérie était d’ailleurs connue pour infecter tous ceux qui entreraient directement en contact avec elle, en général par la salive ou le sang.

Face à l’apparition de ces nouveaux symptômes qui sont autant de signaux de détresse, il était nécessaire pour le trio de médecins de ne pas paniquer et de se concentrer sur les facteurs pouvant mettre en jeu le pronostic vital du patient.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Mar 9 Mar 2021 - 22:36


Le destin de la Terre



Tandis que chaque membre du trio de l’escouade médicale d’Iwa faisait son travail avec le plus grand sérieux. D’autres anomalies commencèrent à se présenter, notamment à cause de la douleur infligée par les traitements des médecins. Aimi grimaça et n’aimait pas le voir s’évanouir à répétitions, ce n’était pas bon pour son état cérébral et elle devait faire quelque chose. Elle lança un regard à son clone lui mimant de se retirer du patient. Comme l’avait conseillé précédemment Muramasa, il fallait donner cette potion qui semblait saine pour apaiser Masato. Sa respiration semblait s’améliorer et les côtes étaient remises en ordre, seulement, elle avait remarqué une anomalie au niveau de ses poumons qui ne lui plaisait pas. Après avoir fait l’ordre dans sa tête, elle relia l’anomalie au niveau des alvéoles pulmonaires à une infection bactérienne, sûrement due aux plaies provoquées par les os brisés. Ce n’était vraiment pas le moment d’avoir une nouvelle infection, surtout à son âge. Il fallait donc agir vite. Alors que son clone attrapait la fiole, elle invita Yugure à l’aider à relever sa tête pour que le seigneur de la terre puisse s’abreuver de l'élixir qui le soulagera.

Dans un même temps, les gardes se faisaient plus méfiants, toujours la main au sabre et se questionnaient sur l’efficacité de leur intervention. La Chiwa tiqua, mais resta très concentrée. Pour autant, elle décida de leur adresser quelques mots pour leur faire comprendre à quel point la situation était difficile et qu’ils avaient besoin d’eux pour sauver le Byakuren.


« Son état s’améliore petit à petit, mais nous devons réagir à chaque nouvelle anomalie qui nous apparaît. Je vous demanderai de ne pas nous distraire et de simplement nous épauler si nous en avons besoin. Il s’agit de la vie de notre Daimyo dont nous parlons. »

Au même moment, ce fut au tour de son cher élève de se retrouver pris d’une quinte de toux à la teinte bien rougeâtre. Elle écarquilla les yeux et se remémora le transfert qui avait été fait après l’expulsion sanguine de Masato. Il ne manquait plus que ça.. .

« Yugure… Le Daimyo a une infection pulmonaire, elle se transfert par la salive, les écoulements nasaux ou le sang… Ton corps est en train de réagir, il va falloir que tu restes en retrait et que tu t’occupes de chasser la bactérie de ton corps.
Écoutez tous, interdiction formelle de s’approcher du visage de notre seigneur tant que l’infection est présente, seuls les clones peuvent s’approcher, car ils ne risquent rien.
»

Beaucoup trop d’informations à prendre en compte pour un cerveau humain et pourtant, c’était la vie d’un médecin que de vivre dans l’imprévisible, dans la réflexion et le calme. C’était presque inhumain de pouvoir garder la situation sous contrôle sans un mental d’acier et des années de pratique. Pourtant, les trois Eiseinins pouvaient le faire et allaient le faire, il le fallait. La rubiconde devait s’en remettre au Shimajima, elle ne pouvait pas s’occuper de sa contamination et devait lui faire confiance. Il fallait continuer à chasser les infections du corps du Daimyo qui menaçaient sa vie.

« Masato-Dono… Je suis Chiwa Aimi l'un des médecins qui vous prend en charge. Je suis désolée pour la douleur que vous avez dû subir, cette potion va vous soulager, elle va ralentir votre système et l’apaiser, mais vos organes continueront de fonctionner. Nous allons tout faire pour vous sortir de cette prison de souffrance. Je vous demande simplement de tenir bon et de rester à l’écoute de ma voix, elle saura vous tenir conscient. Tenez bon, Masato-Dono, pour votre fille, pour tous ceux qui croient en vous. »

C’était assez ironique quand on savait qu'elle n’acceptait pas ce qu’il s’était passé à Wasure et qu'elle avait douté de lui longuement. Même si elle pouvait comprendre le fond, la douce n’aimait pas les mensonges et elle savait que les conditions dans lesquelles ils avaient été emprisonnés étaient horribles. Cependant, il était inimaginable pour la kunoichi de la Roche de ne pas le traiter comme ses autres patients. Oui il devait vivre, et elle espérait qu’il ouvrirait les yeux sur le monde qui l’entourait.

« Muramasa, comment se présente l’infection de ses jambes ? Nous devons prioriser tout type d’infection, à son âge, c’est ce qui est le plus dangereux. Apporte-moi un scalpel et un écarteur. » Demanda-t-elle au clone qui avait stoppé l’immobilisation. « Bien, Masato, si vous m’entendez, cela ne va pas être agréable, mais le filtre va vous aider à supporter l’intervention.Tenez bon. »

En effet, sans traitement antibiotique et sans avancée plus poussée, le seul moyen de retirer une infection était de retirer la partie touchée.

Son autre clone s’était positionné au niveau de sa tête, il utilisa un soin pour s’assurer que son cerveau n’était pas compressé par tous les évanouissements et les chocs dus à la douleur. Si c’était le cas, l’essence verdoyante saurait apaiser ce trouble, il valait mieux prévenir que guérir.

Quant à la vraie Aimi, elle se lança dans une opération sérieuse et peu agréable, notamment lorsqu’on était encore conscient. Mais la potion antidouleur serait là pour pallier une anesthésie générale. Le scalpel vint caresser la peau du seigneur de la terre verticalement avant que les tissus soient séparés par l’écarteur. La kunoichi se désinfecta une nouvelle fois les mains avant de réaliser des mudras et de se retrouver avec un intense chakra vert autour de celles-ci. Sa main droite se glissa alors dans l’entrée réalisée à cet effet et vint à la rencontre du poumon droit, elle chercha la partie infectée et qui serait certaine bien plus rouge que le reste et utilisa sa main gauche pour retirer les parties touchées. De son autre main, elle devait agir rapidement pour ne pas laisser le daimyo sans les alvéoles pulmonaires infectées. C’était un moment très important pour la réussite de la mission. Une fois que les cellules étaient remplacées, la jeune femme pouvait se concentrer sur le second poumon. Elle réitéra l’opération en s’occupant dans un premier temps de la partie touchée puis dans un second temps de la reformation.

Enfin, elle usa de son chakra pour s’assurer que les lésions laissées par les côtes cassées n’étaient plus. Et pour s’assurer que l’infection était chassée ou atténuée, que ses organes fonctionnaient correctement, elle usa d’une technique d’analyse. L’énergie tant chakratique, physique que mentale utilisée pour cette opération n’était pas à négliger, elle devait faire attention à sa propre réserve de chakra et devait aussi s’assurer que l’ensemble de son équipe médicale se porte bien.


Spoiler:
 



_________________
 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura H2t6


Dernière édition par Chiwa Aimi le Ven 12 Mar 2021 - 0:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Shimajima Yugure
Shimajima Yugure

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Jeu 11 Mar 2021 - 22:03
Alors que le plus jeune des Eisenin est en train d’effectuer son analyse pour vérifier qu’il a bien soigné correctement sa lésion il commence, tout à coup, à avoir un peu du mal à réfléchir. Est-ce dû à l’effort ? Non cela parait étrange. Il s’est entrainé à soigner des blessures internes récemment et à réduire l’effort en Chakra, qui a toujours était son plus gros point faible. Tout à coup, il a l’impression d’entendre parler un des gardes mais cela lui parait tellement lointain qu’il ne fait pas plus attention que ça. Est-ce dû à sa concentration, à la fièvre ou à un peu des deux ? Difficile à dire.

Tout à coup, il sent comme quelque chose de coincer dans ses poumons. L’adolescent aux cheveux bruns lève sa main pour mettre devant sa bouche avant de tousser légèrement et y voir … du sang. Avant même qu’il puisse commencer à paniquer ou même à réfléchir quoi faire de cette information sa senseï lui donne directement l’ordre de s’éloigner, ce qui est sûrement la meilleure chose à faire. Il commence à enlever ses mains pour laisser un clone prendre le relais et éviter d’invoquer un clone. En effet, il ne sait pas si ses clones seront aussi infectés et ce n’est pas vraiment quelque chose qu’il souhaite tester surtout face à un patient qui est déjà dans un sacré mauvais état.

Alors qu’il se dirige vers la pièce à côté, pour éviter de compromettre les soins, il dit de vive voix à ses camarades ninja-médecins.

- Je n’ai pu soigner la moelle épinière qu’en partie.


Puis continue sa trajectoire. Sa phrase est volontairement courte pour éviter de tousser voir cracher du sang sur son équipe. Une fois qu’il a atteint l’autre pièce le Kazejine ne peut s’empêcher de penser. « Je suis vraiment un raté. Je n’arrive même pas à rendre fier Aimi. Comment je n’ai pas pu penser que le sang puisse être infecté ? Je suis vraiment un abruti. Sensei me fait confiance pour une mission secrète de la plus haute importance et c’est comme ça qu’elle se termine ? ». L’adolescent du pays du Vent semble ruminer ce qui vient de se passer comme un terrible échec. Après un instant il inspire et commence à effectuer des mudras pour effectuer, sur lui-même, un sceau de sa confection. Une fois qu’il est posé il l’active immédiatement à l’aide d’un mudras et ensuite se lance sur lui-même une analyse pour essayer de déceler s’il est toujours atteint de cette fameuse bactérie des plus étranges. « Tu es vraiment le roi des abrutis. Tu n’es même pas capable de réussir pour ce dont tu as été formé toute ta vie » pense-t-il en baissant la tête avant de subitement la reveler. « Attends, il y a peut-être une autre solution … ». Yugure tourne la tête en direction du matériel médical apporté par les précédents médecins du Daimyo et regarde si parmi les fournitures il y a un masque ou quelque chose pouvant être utilisé comme un masque.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Dim 14 Mar 2021 - 20:17
Le Destin de la Terre
Irou Gang

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Était-ce un rêve ou était-ce la réalité ?

Il s'agissait d'une question qui turlupinait l'esprit du corbeau des tempêtes, alors qu'il était toujours en train de soigner les cannes royales du blanc lotus. Enfin, son analyse lui permettait de constater que l'état de l'infection était en réminiscence, mais il subsistait pas mal de soin à prodiguer pour la neutraliser totalement.

Alors que les ombres se jumelaient dans l'émeraude étincelante, les Muramasa sauvages voyaient que leurs efforts portaient leurs fruits. Cependant, bien que ces efforts soient concluants, le patient souffrait le martyr, entraînant des complications pas piquées des hannetons. C'est tout naturellement que la rubiconde se décidait à administrer la décoction alchimique au Masato en souffrance, ayant assuré que l'ingurgitation se fasse de la meilleure des manières possibles aux vues de la situation.

Alors que les gardes aux yeux ternes et mornes se montraient particulièrement virulents, et que le Yugure était frappé d'un revers de fortune, Muramasa se concentrait toujours sur les jambes, sachant parfaitement que l'infection était loin d'être oblitérée pour l'instant. De plus, le compatriote de la planète des singes venait d'être infecté par une bactérie démoniaque et malicieuse, prouvant toute la complexité à exercer les arcanes de la médecine sans en devenir fou soi-même. Il s'agissait plus d'un combat mental que d'une réelle querelle à coup de techniques interdites pouvant déchirer les cieux et faire trembler les montagnes oniriques. Heureusement que l'ancien dirigeant de la prestigieuse et pittoresque Académie Hashira était un homme qui savait se contrôler, car nombreux auraient été ceux qui auraient perdu leur concentration sous les échos effroyables des cris de souffrances du vieux grisonnant qui ne manquait point de coffre, surtout à l'article de la mort. La Directrice de l'hôpital fit un rapide point, tandis que son clone donnait l'antidouleur au vieil homme aux yeux hagards qui alternait entre phases de conscience et d'inconscience à cause de la douleur extrême dont il était victime. Profitant de cet instant avant de poursuivre le traitement, le Muramasa ténébreux affichait un air sérieux, pour ne pas dire cérémonieux.

« L'infection commence à être endiguée, mais il reste du travail. » -dit-il, répondant de manière solennelle à la rouquine- « Vu la gravité, je vais poursuivre le traitement des jambes en espérant qu'il n'y ait pas de complications à ce niveau . » -concluant son résumé-

L'état de santé du patient commençait à être un chouilla plus favorable à sa survie, mais il était loin d'être tiré d'affaires pour le moment. Alors que le tyran se délectait de la gouleyante potion comme si sa vie en dépendait, les doubles Muramièsques se remirent à utiliser la puissance médicinale de la paume mystique, tandis que l'originel rejouait de son scalpel sur les tissus infectés les plus réticents à s'avouer vaincus. Le problème de la moelle épinière passait en second plan pour le taciturne, qui aurait pu aider pendant que Yugure essayait de résoudre son problème d'infection, mais le Kunai de damoclesu de l'infection pesait toujours sur la tête de l'albinos. Croiser les doigts était la seule solution, en espérant que de meilleurs lendemains se montreraient pour le destin de la roche.

Les clones utilisaient le soin avec une précision chirurgicale, afin de ressouder les os qui étaient un puzzle digne des temps anciens. Décidément, les Daimyo ne buvaient pas assez de lait, malgré leur train de vie outrageant et leur succès auprès de la gente féminine aux attraits aussi opulents que la rubiconde. Triste monde tragique. Néanmoins, heureusement que les arts de la médecine shinobi étaient sombres et emplis de terreurs. Remettre en ordre tous ces fragments d'os n'étaient pas une promenade de santé, mais le dextre aiguisé et la minutie farouche du Borukan n'étaient point à omettre. Rétablir la circulation sanguine et régénérer la chair à son état d'origine était tout aussi laborieux, mais les ombres disposaient de toute l'expertise d'un fin parangon. Malgré la prestance ineffable et la sagesse cyclopéenne, l'opération mettait du temps et de l'énergie, ne manquant pas de mettre à mal l'érudition d'un médecin hors pair. Le Borukan poursuivait sans relâche sa méthode en visant à rétablir complètement l'état des jambes, sans pour autant miser sur la motricité même, en raison du problème de l'infection qui devait être éradiquée coûte que coûte.

Une fois les guibolles rafistolées, le Muramasa des ténèbres refit une analyse afin de constater si tout était en ordre à ce niveau et si l’infection était une fois pour toutes traitée, ce qui lui permettrait d’aider ses compatriotes à poursuivre les soins aux autres niveaux problématiques. La médecine ne céderait jamais face à la barbarie, car elle était au service de l’humanité.




Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Narrateur
Narrateur

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 22 Mar 2021 - 3:46
Tout se passait selon les plans de l’équipe irounin d’Iwa. L’accent mis sur la guérison de l’infection des jambes du patient portait ses fruits, le sang-froid et l’expérience de l’ancien Directeur de l’Académie se révélaient avec brillance dans cette performance qui avait de quoi impressionner les plus grands gourous de la médecine ninja. De même pour le chef de l’unité spéciale des médecins ninjas, sa perspicacité lui permit de s’adapter aux rebondissements de l’état du patient qui paraissait tantôt sérieux tantôt plus grave encore qu’il n’y paraissait. Au milieu de cette mission dont l’enjeu n’était autre que l’avenir du pays, le protégé de la rousse avait certes le sentiment d’avoir beaucoup à lui prouver, mais avait jusque-là su mettre en application ses connaissances sur le terrain et ce avec une redoutable efficacité. Bien sûr, qui ne pouvait ressentir de l’humilité face à deux grandes figures de la médecine iwajine à ses côtés? Le danger était constant, et ils savaient que le moindre faux pas pouvait leur coûter la vie du patient. Toutes leurs expériences, toutes leurs lectures et apprentissages les avaient amené aujourd’hui à ce moment précis, où leur iroujutsu serait mis au défi par la condition critique du Seigneur du pays en personne.

Trop préoccupés par les nombreuses questions et raisonnements face aux symptômes en perpétuel mouvement du patient, ils semblaient avoir complété isolé de leur esprit la responsabilité qui leur était imputée lorsque leur fut confiée l’opération de Byakuren Masato, un état d’esprit qui leur permit probablement de garder leur calme par rapport à l’immensité de l’enjeu. Les cris déchirants de douleur et les chocs nerveux que recevait son cerveau avaient fini par préoccuper les deux ninjas qui entouraient encore le daimyô: ils prirent enfin la décision de lui administrer le breuvage qui ne révélait aucune trace de poison. Le liquide brillant coula dans la bouche du vieil homme dont la peau blafarde révélait un état de semi-inconscience, son âme était en quelque sorte à mi-chemin de quitter son corps, mais vos efforts l’empêcher encore de succomber à ses blessures. Ses yeux mi-clos, mirant d’un air égaré l’origine de cette voix qui le guidait à la surface, il ne semblait pas comprendre ses paroles, ou du moins des bribes de mots qui eurent pour effet de lui rappeler à quel point il était important qu’il reste en vie, “pour sa fille et pour tous ceux qui croyaient en lui”.

En levant davantage ses yeux, ceux-ci se déposèrent sur le visage de la Chiwa. Son expression se détendit, et l’ensemble de son corps retrouvait une certaine sérénité et en même temps, son regard était teinté d’une profonde tristesse. Il crut voir sa première épouse, entendre sa voix réconfortante lui donnait presque envie de la rejoindre, mais ses mots lui sommaient pourtant au contraire, de rester encore quelques temps dans le monde des vivants. Pourquoi?

« Kaeri… Ma chérie. Je suis désolé… »

Une épiphanie qui éclairait cette allée sombre qu’il explorait seul désormais, après avoir perdu sa seconde épouse. Si son corps ballotait encore dans les tréfonds de cette mer d’affliction qui contrairement à ses blessures ne guériraient probablement jamais, l’évocation de sa fille lui donnait encore cet infime espoir que tout n’était peut-être pas vain. Soudain, un voile ténébreux tomba sur ses yeux emplis d’amertume pendant que les médecins finissaient d’opérer les parties infectées de son corps et qu’il ne ressentait plus la douleur, ou en tous cas beaucoup moins relativement à ce qu’il avait dû subir plus tôt. C’est donc avec succès que Muramasa avait terminé enfin de traiter les jambes du daimyô, son analyse révélant que l’infection avait été complètement endiguée et les fractures refermées, les lésions aussi. Quant à Aimi, elle parvint à stabiliser son cerveau en le soulageant grâce au jutsu de soin, tout en travaillant à extraire l’infection pulmonaire: un franc succès également.

La condition avait été stabilisée et l’état plus qu’encourageant, puisque vous estimiez désormais ses chances de survie à 70%. Pourtant, un événement inattendu vous extirpa de votre moment de félicité: le corps du seigneur se mit à subir de violents spasmes musculaires et certaines parties de son visage avaient considérablement gonflé, ses paupières avaient pris des proportions inédites au point qu’on ne voyait plus ses yeux, de même pour ses lèvres. Son rythme cardiaque s’accéléra brutalement pendant quelques secondes avant que son corps devienne parfaitement inerte. Plus un battement de coeur ne résonnait dans sa poitrine, et sa respiration s’était également stoppée. Ce fut un choc pour les gardes qui vous surveillaient et dont la méfiance ne cessait de grandir à mesure qu’évoluait la situation, et qui ne faisait que s’ajouter à leur mépris des ninjas.

« Qu… Qu’avez-vous fait? »

Tandis que le garde qui s’était porté volontaire pour boire la potion était surpris et ne savait que faire face à ce rebondissement, son collègue moins tempéré n’était déjà plus à son poste puisqu’il s’était rapidement approché d’Aimi alors encore concentrée sur la table d’opération, afin de la transpercer au flanc gauche d'une lame électrique qui la paralyserait totalement.

« ÉLOIGNEZ-VOUS DU DAIMYÔ! Traîtres, tous autant que vous êtes. Ces ninjas sont donc de mèche avec les terroristes. Il se tourne vers son confrère. Appelle tout de suite les renforts, et l’équipe médicale du palais pour tenter de réanimer le seigneur. »

Après quelques pas hésitants vers l’entrée, son collègue semblait paniqué et hésitait sur ce qu’il devait faire, mais il avait déjà la main sur la poignée de son arme prêt à réagir si la situation l’exigeait. Pendant ce temps, Yugure avait fini de guérir son infection dans la pièce d’à côté et avait maintenant tout le loisir d’intervenir s’il le fallait pendant que le garde agressif avait le dos tourné dans sa direction. La situation était assez alarmante comme cela, il fallait maintenant que l’un des gardes perde son sang-froid et menace de tuer la directrice de l’hôpital d’Iwa. Le climat étant particulièrement électrique, le combat semblait inévitable, et pourtant il existait plusieurs possibilités ou du moins d'approches qui pouvaient déterminer l’issue de cette mission.

Le destin de la terre était plus que jamais entre les mains des trois shinobis.

Poursuivre les soins Les gardes vous attaqueront au milieu de l’opération

Vous arrêter comme ils le demandent Le daimyô mourra d’arrêt cardiaque




Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 22 Mar 2021 - 20:42
Le Destin de la Terre
Irou Gang

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






L’heure était grave, l'atmosphère pesante et les augures mauvais. Néanmoins, à mesure que l’opération avançait, les résultats de la trinité de l’Iroujutsu de la Roche commençaient à se faire montre avec panache. En effet, l’expertise et le talent des médecins du village caché n’étaient plus à prouver, si bien que le vieux renard agonisant pouvait presque entrevoir - légèrement, certes - la lumière au bout du tunnel. Il s’agissait sûrement des paroles chaleureuses de la rubiconde, qui avait mentionné la vilaine princesse qui mourait de chagrin si son grand papounet adoré cassait sa pipe. Décidément, le Yuukan était sombre, empli de terreurs, mais la famille comptait avant tout en ces temps de troubles. Même ces paroles motivaient le parangon, indirectement, à tenter le tout pour le tout afin de sauver le vil et infâme tyran d’une triste fin. Après avoir charcuté consciencieusement les gigots du Daimyo, le Muramasa sauvage constatait grâce à son analyse médicale que l’infection avait été repoussée dans le néant, d’où elle appartenait et jamais elle n’aurait dû s’échapper.

Alors que tout allait pour le mieux -ou presque - dans le meilleur des mondes, la situation s’aggravait d’un coup sans avoir la plus élémentaire correction que d’en laisser le moindre indice. Le vieux Masato commençait à convulser de manière dérangeante, pour ne pas dire angoissante, alors que ses yeux et sa bouche commençaient à dangereusement gonfler comme un Akimichi se déchaînant sur un paquet de patates fris dans la graisse et hyper-calorique. Décidément, le patriarche avait le don pour aggraver toute situation dans laquelle il se trouvait. Entre le scandale de la prison interdite à laquelle il participait , puis cet attentat le menant aux portes des enfers, voilà qu’il venait compliquer la tâche des vaillants défenseurs de la veuve et de l’orphelin. En tout cas, les jambes du canasson étaient totalement rafistolées, ce qui permit au taciturne de porter son attention vers le malade, mais surtout ses vaillants nakama afin de les soutenir dans cette bataille semblant sans fin. Enfin, l’un était déjà occupé avec un léger souci, mais l'opulente rubiconde était toujours bel et bien là, affairée sur le malade. Vu que le taciturne était positionné vers les pieds, il avait une bonne vue sur la directrice qui était complètement obnubilée par les soins qu'elle prodiguait. Les deux ombres étaient chacune d’un côté du patient, au niveau des jambes, terminant de régénérer les cellules jusqu’à la fin. Bien sûr, l’originel avait un parfait angle de vue sur l’impressionnant décolleté qui manquait de déborder de la tenue de la rouquine qui menaçait d’exploser à tout instant. Alors que le regard se perdait une seconde dans le vide hypnotique qui aidait tout homme à méditer sur les questions les plus nébuleuses et sibyllines que ce monde puisse se targuer de déceler; l’esprit chevaleresque du corbeau des tempêtes venait brûler d’une incandescence qui en ce monde paraissait irréelle. Il s’agissait là sans nul doute de ces nombreux mois passés à parfaire l’apprentissage des arcanes interdites de la force de la nature elle-même. Un long séjour sur la planète des singes, peuplés de monstres simiesques et sans merci, où la seule loi qui existait était celle du plus fort (ou peut-être du plus musclé, qui sait)...

Un faquin garde, l'œil lubrique et vicié, présentait toute sa félonie en se ruant sur la rouquine, le braquemart d'acier au clair afin de frapper avec perfidie. Il s’agissait sans nul doute d’un des tournants du destin qui venait se mettre en exergue devant le ténébreux médecin des miracles. Tout se déroulait si vite qu’utiliser les mudras de naguère ne parviendraient à déjouer la course de la lame acérée du vil freluquet qui désespérait de suriner la pauvre et candide directrice de l’institution médicale. Une seule solution s'offrait pour défaire le plan machiavélique du bougre assaillant qui se léchait les babines tant son impudence était délicieusement maléfique et surtout imprévue. L'ultime sacrifice, ni plus ni moins...

Canalisant la puissance primordiale de son corps aux muscles saillants, bien qu’aussi insondables que les ténèbres de l’abysse, le Muramasa réagit presque instinctivement, guidé par l’essence même de sa quintessence, se déplaçant en un instant afin de barrer la route au sacripant qui tentait d’embrocher la chair de l’ingénue aux cheveux enflammés. Protéger les jeunes femmes plantureuses était après tout dans la nature viscérale de tout homme, bien qu’il aurait fallu mieux réfléchir quant à son propre intérêt. En effet, l’aiguille vint se planter dans le lard du Borukan qui faisait bloc entre le démoniaque garde et la nakama des arts obscurs de l’Iroujutsu. Muramasa était un saint homme, et il mourrait sûrement pour les péchés d’autres Shinobi tant il avait le cœur sur la main dès lors qu’il s’agissait de se dresser face à la barbarie.

Alors que le méchant vaurien présentait un ultimatum à la fière équipe venue sauver le tyran, le Muramasa qui était paralysé par l'électricité affichait un regard aussi mordoré et impérial que l’astre de la déesse des flammes solaires. Ses traits marmoréens prenaient une austérité qui en disait long sur son désarroi et ce qu’il aurait fait si la technique ne l’en avait pas empêché sur le coup. Malgré la douleur perçante et l’odeur de chair humaine brûlée qui se dégageait de la plaie où une odieuse lame demeurait encore figée, le chasseur de nécromants ne paraissait pas être en proie à la peur ou à la douleur. En effet, l’adrénaline aidait pour beaucoup, mais le mental aussi. Et là, qu’un grossier personnage venait tout mettre en péril de la sorte, amenait le si sage et si calme Muramasa à en devenir presque aliéné de haine et de colère. Cependant, bien que le rustre ait osé dépasser les limites des bornes, il allait lui accorder une dernière chance de rédemption.

« Tu oses interférer ? Je te conseille de ployer le genou, avant que je ne sois contraint de t’y forcer. Si on avait voulu porter atteinte à la vie du Daimyo, cela aurait été fait depuis longtemps. » -dit-il, d’une voix aussi sombre et obscure que la nuit des temps- « Cependant, ton acte ne restera pas impuni, quelle que soit la conclusion finale. » -fixant les yeux injectés de sang et de vice de son interlocuteur-

Les Muramasa ombragés se levèrent de manière cathartique, se tournant vers les sbires du mal, tout en commençant à avancer vers eux comme s’ils étaient possédaient par les Yokai de l’antiquité. Cela permettrait de donner un temps précieux, aussi minime soit-il, à ses nakama afin qu’ils puissent sauver la vie du Seigneur de la terre.

« Si le Daimyo meurt à cause de vos simagrées, je ne vous le pardonnerais jamais. » -mettant en garde les vilains trouble-fêtes avec une conviction inébranlable dans la voix-

Le Borukan dégageait une aura qui aurait impressionné n’importe qui, car après tout il était emplit de conviction dans chacun de ses mots qui s’illustraient avec fougue comme impérial décret. Une telle noblesse était aveuglante, tant et si bien qu’il faisait presque de l’ombre aux nobles les plus pittoresques. Le Byakuren en lui parlait, bien qu’anonyme et à jamais dans les ténèbres.




Résumé:
 

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura Empty
Lun 22 Mar 2021 - 21:47


Le destin de la Terre



Cette mission était bien plus difficile qu’il paraissait. Il s’agissait là de faire cohabiter leur don de médecine, mais aussi leur mental, leur résistance à ne pas céder au stress et à la méfiance des gardes, à ne pas perdre pied. Tout en faisant attention à tous ces facteurs, il fallait aussi faire preuve de concentration et ne pas se tromper sur le dosage de chakra, sur les parties à soigner et aussi vérifier que d’autres anomalies n’apparaissaient pas. C’était un travail extrêmement difficile et peu de personnes pouvaient supporter tout cela. Mais les Eiseinins d’Iwa étaient persévérants et la volonté de la Roche coulait dans leurs veines. Yugure avait été touché, mais il ne s'avouait pas vaincu, Aimi le savait. Par ailleurs, avant qu’il ne quitte la pièce, elle lui adressa quelques mots.

« Je ne pouvais pas être plus fière de toi aujourd’hui. Tu as fait du très bon travail dans cette difficile situation, reviens vite et sauvons notre Seigneur ! »

Elle ne pouvait pas le regarder, car elle était concentrée sur son travail, mais un sourire lui était adressé et il pouvait le remarquer. La potion semblait le calmer ainsi que les mots de la Chiwa qui pouvaient être considérés comme une douce cure. Tout semblait s’améliorer petit à petit, augmentant l’espoir qu’avait la cheffe du Shishiza. La jeune femme ne savait pas s’il se rendait compte de ce qui l’entourait, il semblait s’adresser à quelqu’un qui n’était clairement pas elle. Pour le réconforter, elle tenta de lui sourire et parla doucement.

« Tenez bon Masato-Dono, Yume a besoin de vous, ne la laissez pas tomber maintenant. »

Un enfant, n’était-il pas le fruit d’un amour, la chose la plus chère dans la vie d’un parent ? Elle l’avait appris avec les siens, et même de Teruyo en le voyant avec son adorable Saya. S’il y avait bien quelque chose qui pouvait encourager le Byakuren à tenir, c’était ça. Muramasa continuait de soigner ses jambes grandement endommagées tandis que le clone d’Aimi s’occupait de son cerveau. Cela semblait faire effet, car son chakra ressentait moins de pression. Quant à elle, elle tentait avec ferveur de retirer l’infection pulmonaire avec toutes les cartes dans ses manches. Après vérification, cela semblait être un succès.

Cependant, alors que la sérénité semblait entourer le Seigneur de Tsuchi, celle-ci fut balayée par une réaction surprenante et incompréhensible. Le corps du Daimyo se retrouva pris de spasmes violents et les clones tentèrent de le maintenir pour éviter une quelconque blessure supplémentaire dont il n’aurait pas besoin. Son visage s’était mis alors à gonfler anormalement, faisant écarquiller les yeux de la rubiconde. Elle comprenait qu’il se passait quelque chose de grave. Mais alors qu’elle avait les mains dans son thorax, elle put constater que son cœur subissait trop de choc, il était en fibrillation ventriculaire : c’est-à-dire que son rythme allait bien trop vite et d’autant plus pour quelqu’un de son âge. Puis plus rien.


« Le Daimyo fait un arrêt cardiaque ! Je vais tenter de le relancer ! »

La rousse ne perdit pas une seule seconde et réalisa de nouveau des mudras pour entourer ses mains d’un halo de chakra. Elle se décala dans la poitrine de Masato et chercha son cœur avant de le prendre délicatement dans sa main droite. C’était une opération à risque qu’elle n’avait effectuée qu’une seule fois dans sa vie. Elle n’avait pas été seule à ce moment-là, mais elle se rappelait ce qu’il fallait faire. Le cas n’était pas le même, mais un cœur restait un cœur, il avait besoin de stimulation. Dans un même temps, une partie de ses réflexions se posa sur l’origine de ce qu’il venait de se passer. Ces œdèmes et cette réaction convulsive et cardiaque n'avaient aucune raison de se manifester, sauf si… Elle lança une œillade avisée sur son double.

« Essaie de retirer toute toxine de son corps, y compris la potion. Je crois qu’il fait une réaction allergique ou… »

Elle n’eut le temps de dire la suite que le garde hurla dans son dos. Elle fronça des sourcils alors que sa main continuait de soigner son cœur, le pressant doucement à intervalle de deux secondes, pour le refaire partir. Quant au clone, il commença alors à rechercher tout signe de toxine ou de potion pour l’enlever. Il ne fallait rien laisser au hasard. Cependant, la kunoichi ne vit pas la tentative d’attaque vicieuse de la part du garde, concentrée sur son sauvetage d’urgence. Mais son clone si, le corbeau aussi. Tout se passa très vite, elle pouvait sentir les mouvements derrière elle, elle avait aperçu l’ancien directeur de l’académie quitter son champ de vision. Aimi lança un regard à son clone.

« Muramasa vient de s’interposer... »

Le regard écarlate de la rousse s’agrandit et durant un instant, elle entendit les battements de son cœur danser fortement. Puis le garde hurla au terrorisme et à pleins de bêtises aussi grosses que ses fesses. Elle reprit alors ses esprits et tout cela se déroula durant quelques secondes. Il était alors difficile de se concentrer. Mais la combattante tenta de garder son calme, sa résistance mentale n’était plus à prouver, elle avait déjà fait face à tellement d'adversités et d’épreuves. C’était entre ses mains que la vie du Daimyo était laissée. En effet, elle continua alors ses soins, étant tiraillée par le désir de se retourner pour voir comment se portait le Borukan, ne supportant pas l’idée qu’il lui arrive quelque chose. Son clone, libre, s’approcha de la scène d’intervention héroïque et se contenta d’observer, prête à agir à tout moment. Elle n’aimait vraiment pas cette situation.

En outre, elle ne pouvait pas laisser passer cette réaction, cet homme venait de mettre en péril tout ce qu’ils avaient fait, tous les efforts pour sauver le Byakuren. Bien que la douce faisait preuve d’un calme monstrueux, elle usa d’un ton ferme pour lui parler, pour leur parler, pour leur faire comprendre qu’il fallait absolument reprendre leur esprit, comprendre qu’ils se trompaient lourdement..


« Nous consacrons nos vies à sauver les vôtres. Nous n’avons rien à voir avec ces terroristes, il serait temps d’ouvrir les yeux et se rendre compte que nous ne sommes pas comme ces traîtres et ces assassins, il y a du bon en ce monde, des personnes bonnes qui font des bonnes choses et nous en faisons partie ! En m’attaquant et en blessant un médecin de la Roche, vous mettez en péril l’opération et la vie du Daimyo et c’est nous que vous accusez de terroristes ? Nous faisons tout depuis le début pour sauver la vie de notre Seigneur : nous avons soigné toutes ses infections, nous essayons même de sauver ses jambes qui sont en lambeaux et maintenant, j’essaie de faire battre son cœur ! Si vous tenez à trouver un coupable et à rendre justice au Daimyo, vous devriez retrouver cet homme qui nous a donné cette potion, car il y réagit très négativement, le Daimyo est-il allergique à quelque chose que l’on nous aurait pas dit ? Alors essayez de vous calmer et reprenez vos esprits, aidez-nous à comprendre ce qu'il se passe ! Allez Masato-Dono, ne flanchez pas, ce cœur doit battre ! »

Lâcha-t-elle calmement. La douce ne pouvait se permettre de faire preuve de colère, car elle tenait le cœur du daimyo entre ses mains. Il était hors de question de s’arrêter maintenant, non, pas après tout ce qu’ils avaient fait pour lui sauver la vie alors qu’il était dans un grave état. Hors de question de donner raison à ces gardes, hors de question d’échouer.

« Il me faut un support, il faut s’occuper des œdèmes du Daimyo ! »

Demanda-t-elle, en espérant que son élève arriverait à se soigner et qu’il serait là pour la soutenir. En attendant, elle restait méfiante vis-à-vis du garde et espérait sincèrement qu’ils allaient se reprendre.
Spoiler:
 

_________________
 [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037

[MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: