Soutenez le forum !
1234
Partagez

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko]

Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Lun 8 Fév 2021 - 13:22
Ce n'était qu'une autre après-midi parmi tant d'autres dans lesquelles mon père adoptif, Kabuto, se voulait toujours aussi impitoyable vis à vis de mes entraînements. Son emprise avait petit à petit porté ses fruits : si depuis mon plus jeune âge j'avais été assez traumatisé par les shinobis et leur cruauté, je m'étais petit à petit fait au goût de l'effort. Des entraînements qui n'incluaient pas le Ninjutsu mais qui étaient toutefois spécifiques à ceux des jeunes shinobis, c'était là la seule barrière qu'il me manquait à franchir pour me revendiquer ninja.

Apprendre le Ninjutsu.

Alors à mon âge encore de fragilité et d'influence, je m'étais petit à petit intéressé à la maîtrise de cet art curieux, sous l'influence d'une paternité rigoureuse mais qui peinait toutefois à me faire entendre raison. Les blocages psychologiques que j'avais maintenu depuis de nombreuses années se défaisaient petit à petit, fruit d'une nature évolutive, et voilà que je me retrouvais à alterner les entraînements. Du petit Ninjutsu faiblard à l'art du lancer de projectiles que je maîtrisais plutôt bien.

Mais une nouvelle fois, ce furent les projectiles qui, après un nombre incalculable d'entraînement, s'épuisèrent. Instantanément, je me rappelais d'il y avait quelques années, lorsque j'avais revu la jeune fille de mon enfance mais dont j'avais totalement oublié le nom. Comment s'appelait-elle déjà ? Son identité m'avait totalement échappé, de la même manière que tous les prénoms de ceux qui m'avaient fait du mal à l'époque. Et dans ma démarche pour aller en racheter au même stand, j'eu une certaine surprise.

-"Je t'accompagne cette fois. Ca t'évitera de traîner comme la dernière fois."

Sous son regard militaire, nous nous dirigeâmes vers la même boutique que celle d'il y avait quelques années. Cela faisait longtemps que nous ne nous y étions pas rendu, ce qui était bien le symbole de la qualité de leur produit. Mais d'où pouvaient-ils bien provenir ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Sam 13 Fév 2021 - 23:00

Ogi était situé sur les bords du lac, lui-même bordant l’est de la grande chaîne de montagne du pays de la foudre. Placé idéalement entre Kumo, Teitetsu et Matshu, il y régnait une ambiance agréable ; conséquence d’une économie florissante due à sa position géographique stratégique entre les principales routes commerciales.
Hideko et sa famille venaient tout juste de s’y installer. Le patriarche, Ken Metaru, avait décidé qu’en ce lieu leurs affaires seraient plus profitables qu’à Matshu. Cette hypothèse n’avait donné lieu à aucune discussion et avait été adoptée comme simple vérité, telle était la manière dont cela se passait avec Ken, la manière dont cela s’était toujours passé.
Un troisième déménagement n’était pas commun, encore moins pour des raisons aussi simples qu’une querelle de clan et un commerce en berne. Il était long, coûteux et risqué de déménager. Partir de son lieu de résidence, tout abandonner pour refaire sa vie ailleurs, était plutôt réservé à ceux qui étaient forcés de se déplacer. Les guerres, famines, conflits, telles étaient les bonnes raisons qui pouvaient pousser des familles à s’exiler.
Hideko le savait bien et souffrait de cette dure réalité. Par deux fois elle avait abandonné ses racines. Par deux fois elle avait laissé ses amis, ses habitudes, sa vie. Elle devait à nouveau tout recommencer, avec son père qui devenait à chaque fois un peu plus sévère et dirigiste. Bientôt, ce serait toute son existence qu’il contrôlerait, tout son être.
La jeune adulte ne se battait déjà plus contre cette vie qu’elle ne voulait pas vivre. Las d’escalader une montagne trop haute, trop raide, sans fin, elle préférait se laisser couler ; suivre le courant de ce petit ruisseau qui l’amenait sur cette vie toute tracée pour elle, quitte à s’y noyer. Qu’importait au fond qu’elle n’en veuille pas, son choix n’avait que peu d’importance. Seul important ce qui avait été décidé.


En cette journée d’hiver, Hideko était encore et toujours présente au stand pour vendre les produits familiaux : armes, outils et autres objets en métal. Vêtue d’une épaisse robe bleu marine à manches longues, dont l’intérieur était recouvert de fourrure afin de lui tenir chaud ; ses mains aussi étaient recouvertes de gants noir, amplifiant cet impression sombre qui se dégageait d’elle. Seul ses magnifiques cheveux blancs contrastaient avec cette tenue qui faisait tout pour la cacher de ce monde, comme si elle désirait en disparaître.
La journée passait et ressemblait à toutes les autres. Des clients venaient, regardaient, achetaient et repartaient. Des soldats, des paysans, des cuisinières et parfois, des shinobis. Ces derniers étaient les plus intéressants, car leurs histoires variaient des discussions sans intérêts habituelles. Les discours des trois premiers étaient se ressemblaient toujours, malgré les années qui passaient. Les shinobis par contre donnaient l’impression de vivre des histoires formidables, des histoires qui sortaient de l’ordinaire. Grâce à eux, Hideko pouvait s’imaginer dans un monde totalement différent du sien, loin de cette réalité si limitée qui la faisait tant souffrir. Grâce à ces histoires, Hideko ne perdait pas totalement espoir.
Malgré leur déménagement, certains clients étaient restés fidèles au petit commerce : uniquement les shinobis en questions. Eux seuls pouvaient se permettre de parcourir de grandes distance en peu de temps pour se fournir en matériel de qualité. Les shinobis plus que tous les autres aimaient entretenir les mêmes habitudes. Cela devait sûrement les rassurer, leur donner du contrôle sur l’un des rares points où ils pouvaient le faire dans la vie instable qu’était la leur.


Un vent frais parcourait les allées du marché, se faufilant dans les ruelles, sifflant entre les stands. Le soleil commençait déjà à descendre dans le ciel. La température baissait peu à peu et la luminosité diminuait. Bientôt, Hideko devrait allumer les lampes qui permettait aux artisans de restés ouverts malgré les nuits qui s’abattaient très vite en cette partie de l’année. Alors qu’elle se préparait à remplir les lampes à huiles, elle vit au loin apparaître une silhouette qui l’arracha de sa transe.
Un jeune homme, ou un adolescent, qu’elle avait déjà vu par le passé. Ces cheveux blancs, ces yeux et ce sourire. A ses côtés se tenait un homme au regard sévère, très différent de lui. Il ne fallut pas très longtemps à Hideko pour reconnaître le jeune homme.
Le passé lui revint, comme si elle venait de se prendre un mur. La douleur était encore bien présente, plus encore : la souffrance. A l’époque, elle avait placé en lui tant d’espoirs ; elle espérait tant qu’il serait celui qui lui aurait permis de s’échapper de cette dure réalité. Il était comme tous les autres, incapable de comprendre, incapable de faire preuve de bonté ; lui aussi l’avait abandonné.
Le visage d’Hideko se mua, faisant apparaître du dégoût. La tristesse s’était transformée en colère, la colère en haine et la haine en dégoût. Aussi, quand ils arrivèrent à son niveau, Hideko ne prit pas la peine de le saluer. L’ignorant totalement, elle observa directement l’homme qui l’accompagnait.

─ Bonjour monsieur, puis-je vous aider ?

Son comportement n’était d’aucune discrétion et ne passerait certainement pas inaperçu, mais Hideko n’en avait que faire. Elle ne voulait pas lui parler, elle ne voulait rien avoir à faire avec lui. Pourtant au fond d’elle brûlait une petite flamme. Une flamme qui ne désirait qu’une seule chose : se transformer en brasier et se déchaîner sur lui. Sortir toute cette colère qu’elle accumulait contre le monde sur la seule personne contre qui elle avait envie de le faire et elle pouvait le faire : Yahiko.



Dernière édition par Metaru Hideko le Mer 10 Mar 2021 - 12:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Dim 14 Fév 2021 - 14:57
Sans le savoir, le quotidien des deux adolescents était marqué par une routine déjà lassante et la nouvelle rencontre marquait la fin d'un cycle d'ennui. Lueur d'espoir dans un gouffre noirci par de la langueur, la blonde ne faisait pas que se présenter à moi comme une ancienne connaissance que je retrouvais. Elle avait son lot d'amertume, car alors que j'avais espéré la revoir lors de notre dernière entrevue, mon père adoptif en avait décidé autrement. Il n'y avait aucune raison pour laquelle j'avais à rentrer plus tard, il n'y avait aucun intérêt à nouer des liens avec qui que ce soit dans la mesure où les déménagements et les sentiments humains ne faisaient pas bon ménage. Quel intérêt y avait-il à entretenir une amitié quelconque avec une personne que je ne reverrai plus ?

Kabuto savait très bien ce qu'il faisait. M'entraîner du mieux qu'il le pouvait, véritable service qu'il rendait à ma mère afin qu'elle éprouve un intérêt pour lui plutôt qu'envers mon propre père, m'habituer au caractère nomade de notre clan en voyageant tantôt à Teitetsu, tantôt à Matshu, tantôt à Ogi. Il voulait faire de moi le parfait petit Sendai, un fils qui connaissait les us et coutumes de sa famille alors qu'il ne les a jamais rencontré, en plus d'être capable de maîtriser les arts shinobis on ne peut plus basiques. Devenir un symbole pour le clan afin de prospérer, mettre des espoirs en quelqu'un qui voyait le monde sous un autre angle que le sien. Peinaient-ils à faire de moi l'impeccable descendant ? Je peinais à faire de moi un simple humain heureux.

L'ambiance rafraichie de l'hiver me permettait d'apaiser quelques unes de mes pensées, alors que j'étais correctement emmitouflé dans une veste beige suffisamment épaisse pour empêcher le froid de pénétrer mes vêtements. La compagnie de Kabuto nuançait cette sensation agréable que j'avais. J'aimais rester seul dehors en hivers, j'aimais me balader dans quelques stands tranquillement en respirant un air vivifiant et qui donnait une impression de sérénité. La présence du Funami rappelait que rien ne pouvait être parfait, qu'il me serait impossible de respirer cette plénitude sans avoir ce sentiment désagréable d'intrusion dans ma vie. A côté d'un jeune adolescent qui respirait l'envie de rester en autonomie se tenait un homme grand, aux airs mesquins et sérieux, qui aspirait littéralement tout le confort que je voulais avoir.

Et étrangement, c'est lui qui allait tenter inévitablement de me sortir de cette situation inconfortable.

Alors que nous nous fûmes approchés d'un stand que je reconnu et que mon regard dévisageait avec insistance le faciès de la vendeuse qui me rappelait quelqu'un, malgré son aspect visuel aussi recouvert que le mien, j'eu la surprise et la tristesse de voir une expression de rejet. Quelque chose qui semblait m'ignorer alors qu'à l'époque ce même visage m'avait supplié de l'aider.

Dans sa grande posture ferme et en maintenant son regard presque accusateur, mon père adoptif dévisageait la tête de la vendeuse et se tournait vers moi brièvement. Voyant mon expression déconcertée, un lien se fit dans sa tête et il commençait doucement.

-"Elle ressemble à celle que tu me décrivais à l'époque."

Je ne comprenais pas comment il pouvait s'en rappeler. Je me souviens lui avoir raconté la situation, lui avoir rendu des comptes vis à vis de mon retard à l'entraînement et de mon comportement étrange qui s'en était suivi. Sans le savoir, il notait toujours quelque part les quelques rencontres que je faisais en inscrivant quelques précisions à leur sujet, une bonne manière pour lui de contrôler ma vie sociale et de m'empêcher du mieux qu'il le pouvait que je les consolide.

-"Aucune importance. Je vous prendrai trois sacs de kunais et deux de shurikens."

Sa réponse froide presque glaciale ne faisait pas que me donner honte : elle reflétait une telle insolence et une impolitesse telle qu'Hideko devait être dégoûtée à l'idée de servir un homme pareil. Une occasion en or pour couper dès le départ un lien qui pouvait encore se ressouder.

Et à côté de ça, ma mine désappointée, mon regard perdu sur le sol de culpabilité, et un sentiment profond de tristesse et d'injustice. J'étais impuissant face à la présence imposante de l'enfoiré qui me servait de beau-père.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Mar 16 Fév 2021 - 14:49

L’homme et l’adolescent marquèrent une courte pause, signe qu’ils avaient tous deux remarqués le comportement inapproprié de Hideko. Pour autant, ils ne la corrigèrent pas. L’homme dévisagea Hideko puis se tourna vers Yahiko et se contenta d’une remarque discrète. Cependant, cette dernière ne passa pas inaperçue ; Hideko entendit clairement les mots chuchotés.
Ainsi Yahiko avait parlé d’elle : peut-être s’était-il souvenue de l’époque où ils étaient tous deux à la petite école ; cette époque où elle se jouait de lui avec ses amies. Il aurait ainsi eu toutes les raisons de se venger, tant bien même qu’elle l’avait au final protégé.
Yahiko ne semblait pas comprendre : il avait toujours le même air ahurie que lors de leur dernière rencontre. Les braises qui nourrissaient la rage de Hideko n’en firent que plus échauffées. Son dégoût se mua en colère.
L’homme se retourna vers elle et d’un air totalement méprisant lui commanda deux lots d’armes. Hideko ne bougea point. La jeune femme ne désirait qu’une seule chose : les envoyer balader pour ne jamais les revoir ; mais cela signifierait également devoir s’expliquer à son père. Hideko ne pouvait ni lui dire la vérité, ni lui mentir : dans les deux cas elle serait corrigée. La punition pour la perte d’un client Shinobi était une vingtaine de coups de battons dans le dos. Cela n’était arrivée qu’une fois, jamais Hideko n’avait eut l’imprudence de commettre cette erreur une deuxième fois.
Elle se trouvait là face à son destin : servir ou se rester digne. Toutes ces années durant elle était resté docile, elle avait courbé l’échine. En ce jour, elle ne pouvait plus : Hideko n’en pouvait plus.
Elle fixa du regard l’homme qui avait passé la commande et lui répondit d’un ton sec.

─ Je pense monsieur que vous avez oublié les politesses nécessaires.

Un refus en demi teinte qui trahissaient l’inconfort qui s’était mêlée à la rage de Hideko.

« Aussi, vous m’excuserez mais je dois refuser. Je refuse de vous servir et je refuse que ces armes puissent lui revenir. »

Elle désigna du menton Yahiko.

« Il ne mérite pas les fruits d’un si bon travail que le mien. »

Les shurikens et les kunais étaient quasiment tous fabriqués de sa main, son père se concentrant sur des outils nécessitant une plus grande maîtrise.


L’altercation était restée calme, mais le patriarche, qui avait un regard sur tout et l’oreille attentive avait senti que quelque chose clochait : le ton de sa fille était méprisant ; un crime à l’égard d’un client.
Hideko l’entendit sortir de l’arrière de la baraque. Il passa entrebâillement de la porte qui était restée à moitié ouverte et observa la scène.


La baraque se composait de deux parties : une face au client et une en arrière, à l’abri des regards.
Les stands s’étaient sur les trois côtés, uniquement bordés par le mur les séparant de l’arrière. Le tout était protégé par le toit qui était légèrement allongé afin de couvrir les armes de métal et leur épargner les pluies qui pourraient les abîmer. Pour seul confort, Hideko avait un petit tabouret dissimulé sous l’un des stands, caché des clients par des lattes de bois.
Derrière, l’atelier s’étendait en une la longue pièce jusqu’à la rue opposée. Cette rue, ou plutôt ruelle, n’était pas emprunté par les clients : elle était petite, sombre, à l’abri des regards indiscrets. Les commerçants profitaient ainsi d’une relative tranquillité lorsqu’ils s’y retrouvaient.
L’atelier était composé d’une forge et de tous les autres éléments nécessaires pour la fabrications des armes et outils en métal. La forge, bien qu’efficace, ne pouvait travailler les métaux les plus résistants. Il fallait en effet atteindre une température qu’il n’était possible d’atteindre que dans les plus grands fours. Cela convenait cependant à l’utilisation qu’en faisait le patriarche et sa fille.


Le regard de Ken – le père de Hideko – s’attarda un instant sur les clients puis se redirigea vers sa fille. Le poids de son jugement pesait lourd sur les épaules de Hideko : elle comprit immédiatement ce qu’elle aurait à subir une fois rentré chez eux.

─ Je peux savoir ce qu’il se passe ici ?

Sa voix grave emplit l’espace. Son ton ne laissait jamais personne de marbre, tant il parvenait à imposer la crainte en l’espace de quelques secondes.

« Pourquoi refuses-tu de servir ce client ? »


Hideko ne savait plus où ce mettre. Les quelques forces qui lui avaient permis de se soulever s’étaient dérobées : ne lui restait plus que la crainte. Son visage s’était transformé et laissa transparaître toute l’étendue de la peur qu’elle ressentait.
Si elle accusait cet homme d’impolitesse, Ken aurait tôt fait de la punir pour avoir refusée de servir un client pour une raison aussi stupide. Si elle expliquait toute l’histoire concernant Yahiko, il la balayerait d’un simple revers de la main, tant il n’en aurait cure.
Perdue, elle ne répondit point, laissant s’installer un silence pesant.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Mar 16 Fév 2021 - 21:48
Le visage de Kabuto se figea un instant, d'un ton simplement sérieux à de l'agacement. La réponse de la jeune fille ne lui plaisait visiblement pas du tout, et s'il y avait bien une chose dont il se moquait éperdument, c'était bien de rester poli. Il ne la connaissait pas, il n'estimait absolument pas utile d'être agréable avec elle malgré son jeune âge et plutôt que de voir tout l'intérêt d'être sympathique et convivial même avec un vendeur, il ne voyait là que le profit et l'importance pour un ninja de se distancier vis à vis de ses sentiments. Et il n'y avait pas plus perfide qu'une rencontre pour corrompre un coeur solitaire.

Mais plutôt que de s'en prendre à elle, il attendit de voir la réaction de l'homme qui se tenait derrière et qui gardait un œil. Sans se dire qu'il devait s'agir de son père, il se disait tout simplement que l'inconnu dirigeait les ventes et qu'il devait normalement réagir au refus d'Hideko. Car il n'y avait probablement rien de plus terrible pour un vendeur que de refuser une vente : c'était là la base de leur marché et plus que ça... la base de leur survie. On pouvait même voir une certaine incompréhension dans les yeux de Kabuto, mais la vue de Ken le rassurait. Il allait obtenir ce qu'il voulait.

Alors à l'approche de la masse musculaire, mon père adoptif prit un air bien plus sympathique. Il n'y avait pas de sourire, mais on pouvait voir sur son faciès qu'il n'y avait plus aucune tension visible sur sa peau. Au contraire, il avait l'air simple et tout à fait agréable. De la pure manipulation. Car dans une voix cette fois plus douce et innocente, il s'adressa aux deux vendeurs comme si la faute revenait entièrement à la petite blonde.

-"Je ne comprends pas Monsieur. J'ai demandé poliment à votre vendeuse de me procurer trois sacs de kunai et deux de shuriken, et après nous avoir lancé un regard méchant, elle a refusé."

Les pièces sur l'échiquier se posaient petit à petit pour un homme qui avait prévu de jouer la carte de l'innocence. Pire que ça, il voulait montrer à Ken que sa fille n'était clairement pas compétente dans son domaine.

-"Refuse t'elle souvent les offres d'inconnus ? Je n'avais jamais vu une telle rébellion, même après un "s'il vous plaît"."

Ses mots me montaient à la tête comme une insulte. Entre les regards noirs de la jeune fille dont j'avais retrouvé le prénom et les insultes indirectes qu'il leur adressai, je ne pouvais me taire. Mes pupilles absorbées par le sol prirent leur en vol et visèrent avec haine et incompréhension la tête de mon beau père, puis du vendeur. J'allais rétablir la justice.

-"Tu mens ! C'est to-"

En un instant, mon corps fit un vol plané et atterrit avec difficulté sur le sol enneigé. Je n'avais pas vu le coup venir et la chute était lourde. Mais ce qui était encore plus pesant, c'était la voix de mon beau père qui, en remettant ses lunettes d'un doigt sur son nez, continuait ses sous-entendus dans un ton toujours aussi innocent.

-"Ne faites pas attention à lui, c'est l'âge de la rébellion. Alors, monsieur, contrairement à votre jeune, me permettez-vous d'avoir mes sacs de projectiles ?"

Préparant toujours aussi gentiment l'argent qu'il sortit de son petit porte-monnaie, il regardait les deux vendeurs d'un air qui, à mes yeux, me paraissait on ne peut plus arrogant et insupportable.

Et le pire dans tout ça, c'était qu'entre le refus d'Hideko et ses manipulations, je ne comprenais plus rien à ce qu'il m'arrivait.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Lun 22 Fév 2021 - 15:44

Hideko essayait désespérément de trouver une excuse qui puisse la sortir de cette situation inextricable. Jamais elle n’aurait dû agir ainsi, jamais elle n’aurait du se laisser envahir par sa colère et sa rancune contre Yahiko. Comment pouvait-elle avoir agi avec tant d’impulsivité ? Tout son courage et sa détermination avaient disparu aussi vite qu’ils étaient apparus, la laissant seule avec elle-même. Cette histoire, ce passé qui la hantait s’était transformé en un couperet qui menaçait de s’abattre sur elle.
Tandis qu’elle réfléchissait à ce qu’elle allait dire, l’homme à côté de Yahiko prit la parole et l’accusa d’avoir refusé de les servir sans aucune raison valable. Ses mots, son ton, son langage corporel, tout était différent de lorsqu’il s’était présenté à elle ; l’homme qui parlait à Ken donnait l’impression d’être aimable et en plein désarroi face à cette jeune fille agressive et incompétente.
Elle voulut à nouveau se rebeller et dire à son père que cet homme mentait, mais Hideko se ravisa : elle en avait déjà bien assez fait. Elle n’était plus qu’une coquille vide tentant de se cacher du regard des autres, toute ses forces l’avaient quittée. Son désarroi la plongeait dans une profonde solitude.
L’homme parla à nouveau comme pour finir de creuser sa tombe, mêlant mensonge et réalité. Soudain, Yahiko cria, le traitant de menteur mais il fut stoppé net et envoyé quelques mètres plus loin. La scène en dura qu’une seconde. Hideko n’en revenait pas : cet homme venait de frapper Yahiko devant tout le monde. Toujours avec la sérénité, il balaya les dires de l’adolescent de la même manière qu’il venait de le faire pour elle et demanda ensuite de recevoir ses armes.
La jeune femme, immobile, n’avait ni la force de bouger, ni la force de parler. Totalement paralysée, elle attendit que la scène ne se passe. Plusieurs secondes s’écoulèrent avant que Ken ne réponde.

— Bien-sûr, nous allons vous servir.

Il se tourna vers sa fille qui comprit aussitôt ce qu’il allait lui demander.

« Hideko, sers-le. »

Hideko s’affaira, s’en opposer aucune résistance. La tête baissée, les mains tremblantes, elle prépara les trois sacs de kunais et les deux de shurikens. Un silence de plomb régna, la solitude de Hideko n’en fut que plus grande.
Quand elle eut fini, elle plaça les cinq sacs sur le comptoir, toujours sous l’œil attentif de son père.

« Voilà monsieur, vous avez vos armes. Hideko, je te laisse gérer la boutique jusqu’à la fin de la journée, nous reparlerons de ça plus tard. »

Le ton de Ken était froid. Il jetta un regard à sa fille puis s’adressa au client.

« Je m’excuse pour son comportement, elle sait pourtant très bien comment agir avec les clients. Je parlerai de tout cela avec elle, soyez-en assurez. J’espère que la qualité vous satisfera, aussi pour l’excuser je vous offre une petite réduction. »

Ken pris l’argent et reposa un quart de son montant, offrant ainsi une ristourne de vingt-cinq pourcent.

« Je vous souhaite une bonne journée. »

Le patriarche sourit à l’homme puis posa à nouveau son regard glacé sur sa fille avant de retourner dans l’arrière-boutique. Ken savait pertinemment que Hideko n’oserait pas commettre à nouveau une telle erreur avant ce soir.
Hideko se retrouva seul face aux deux hommes. Yahiko qui s’était relevé était revenu près du comptoir. Le regard plein de rage de Hideko n’osait plus croiser celui de Yahiko. Ses yeux fuyant restaient plantés sur ses pieds.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Ven 26 Fév 2021 - 0:03
Derrière son masque de bonté, le serpent se délectait de sa position de force. On disait que le client était Roi ? Il s'en faisait véritable souverain, comme s'il ne craignait nulle répercussion. Peut-être avait-il raison, qu'avait-il à craindre d'un clan de marchands qui ne savaient que vendre pour survivre ? Ils n'avaient pas l'air de savoir se battre, contrairement à lui qui s'acharnait à maintenir un corps optimal pour le combat. Alors l'occasion était parfaite, cette petite entrevue était l'occasion parfaite pour montrer qu'il pouvait bien obtenir ce qu'il désirait... même si avec le regard de l'Empereur, cela ressemblait à une pathétique gesticulation d'un faible qui se pensait fort.

Remarquant parfaitement la position de faiblesse de la jeune fille, comprenant tout aussi bien qu'elle était dans une posture bien fragile tant sur le plan physique que psychologique, il ne se contenta que d'un regard arrogant envers elle. Un air suffisant qui avait comprit qu'elle risquait gros vis à vis de son supérieur, même s'il ne pouvait une seule seconde se douter du sort qui l'attendait, mais le peu qu'il s'imaginait lui suffisait largement. Quelques coups de bâtons, quelques coups de fouet, qu'existait-il de plus efficace qu'un peu de douleur pour dompter l'insolence ?

-"Ca ira. Je n'en attendais pas moins d'une marchande de bas-étage. La concurrence saura être plus aimable."

Un véritable coup de fusil qui devait à ses yeux sonner l'arrêt de mort de la pauvre Hideko qui se retrouvait victime d'une pression qui la dépassait largement. Mais mes yeux se remplirent de haine et d'une détermination sans faille à l'idée de rétablir la justice. Je n'avais pas compris pourquoi elle avait refusé de nous vendre quoi que ce soit, peut-être avait-elle ses propres problèmes, mais je ne pouvais pas la laisser tomber.

-"Toutefois, je vous remercie Messire. Vous relevez le niveau de l'enseigne. Passez une agréable journée, vous aussi."

La construction du plan était pourtant simple : faire regretter à la jeune fille son geste en montrant à son supérieur qu'il pouvait être tout à fait agréable envers quelqu'un exécutant correctement son travail. Mais là, il pointait clairement le problème des marchands : l'éducation de la Metaru était en deçà de ce qu'il devait être et elle n'était pas du tout au niveau pour oser se prétendre vendeuse de quoi que ce soit. Ses parents étaient incompétents et elle était une incapable.

-"Viens Yahiko. Ne restons pas plus longtemps ici."

M'attrapant le bras avec force, il me tira avec tout autant de puissance en traînant mon corps lourd. J'hallucinais de ce que je venais de voir et entendre. Comment avait-il pu ? Comment avait-il osé ? Nous marchâmes pendant de nombreux mètres, jusqu'à disparaître complètement de la vue des marchands. Et dans un élan de folie... je me rebellai pour la première fois.

Mon poing partit à toute vitesse vers son visage, qu'il arrêta d'un geste de bras. Il me colla une baffe à pleine force qui m'envoyait une nouvelle fois sur le sol et me regarda d'un air qui me fit comprendre que je n'étais pas en position de me battre. Il avait raison, il était actuellement plus fort et je lésinai tellement les efforts sur mes entraînements que je ne pouvais rivaliser. Toutefois, il me restait quelque chose sur lequel je pouvais jouer...

-"Tu l'as humiliée, tu as menti, tu as tout fait pour que son père la corrige violemment. Pour qui tu te prends ? On s'en fout si elle ne veut pas nous servir, elle avait peut-être ses problèmes ! Tu te rends compte de comment elle va payer ?"

J'en avais même oublié de lui en vouloir pour le fait qu'elle refuse de nous servir. Ma main plongea dans la neige blanche, attrapant sous celle-ci de la terre sablonneuse. D'un geste vif, je lui balançai ce que j'avais ramassé et je courrai à pleine vitesse en direction des quelques échoppes. J'allais retrouver les marchands et j'allais m'expliquer auprès d'eux. Il était hors de question qu'Hideko ne paie à cause de mon bon à rien de beau-père.

J'espérais simplement qu'après cette scène, ils n'aient pas fermé leur échoppe de honte.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Lun 1 Mar 2021 - 14:30

L’homme révéla enfin son vrai visage, accusant sur un ton particulièrement condescendant Hideko de marchande bas étage. Mais cela, Ken n’en aurait que faire, sa fille était l’unique responsable de son sort.
Quand il s’adressa à Ken, l’homme eut un ton bien plus poli et respectueux, le remerciant pour la ristourne et lui souhaitant également de passer une agréable journée. Que d’hypocrisie.


Seule avec Yahiko et son compagnon, Hideko avait toujours les yeux rivés sur le sol. Il intima à Yahiko de le suivre et tous deux partirent.
La jeune femme se retrouvait seule face à ses démons. Quel serait son châtiment pour une telle faute ? Un coup de ceinture ? Un coup de martinet ? Voire pire, un coup de barre de fer incandescente ; le plus sévèrement châtiment que son père lui infligeait. Son dos – seule partie du corps où il appliquait ses punitions – était déjà presque entièrement recouvert de cicatrices. Bientôt, il n’y aurait plus un seul morceau de chair qui soit resté intouché.
Les larmes lui montèrent aux yeux. Ses mains déjà froides étaient maintenant gelées. Son sang lui-même lui paraissait glacé, engourdissant ses membres, la figeant sur place.
Déjà elle ressentait la douleur envahir son corps, brisant sa volonté et avec toute velléité de combattre. Pourquoi avait-elle tenté de se rebeller ? De n’en faire qu’à sa tête ? Hideko savait pertinemment que chacune de ses précédentes tentatives s’était soldée par un échec cuisant. Chaque échec était plus difficile à encaisser que le suivant. Bientôt, elle n’aurait même plus le courage d’essayer. Bientôt, elle s’abandonnerait complètement à cette vie miséreuse qui était tracée pour elle.
Toutes ses pensées, tout son être n’étaient que honte et défaite, mais tandis qu’elle se morfondait sur son propre sort, elle entendit des bruits de pas dans la neige ; quelqu’un se dirigeait vers le stand en courant.
Hideko releva la tête et vit Yahiko courir vers elle. Pourquoi revenait-il ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Mar 2 Mar 2021 - 13:15

-"ATTEND !"

Le cri résonnait comme le gong de la justice, brisant un silence qui laissait place à des bruits de pas dans la neige. Grognant sous mes chaussures brunes, la coiffure volant au vent mais le regard empli de désir de rétablir la justice, je m'approchai de la jeune fille qui semblait abattue. C'était tout ce que je détestais voir. Ce regard triste, cet air accablé, cette posture qui criait au monde qu'elle n'arrivait pas à continuer d'agir comme à son habitude. Je devais agir pour sauver ça, pour sauver ce regard. Elle qui avait du m'en vouloir pour ne pas m'être présenté ce jour là, je pouvais peut-être rattraper la mise.

Je m'approchai à vive allure de son échoppe, voyant que son gérant n'était pas à côté d'elle. Essoufflé par l'effort, je remarquai toutefois que je n'avais pas été suivi par un homme qui aurait clairement pu m'empêcher d'agir comme je le voulais. Retournant la tête vivement pour faire face à la blonde, je posai mes mains sur mes hanches en respirant fortement.

-"Je... Je ne peux pas."

Mais à ses yeux, je ne pouvais pas quoi ? Qu'est-ce qui pouvait légitimer ma présence ? L'acte de mon père adoptif ? Et alors ? En quoi en était-je responsable, qu'est-ce que je pouvais bien y faire ?

Je me doutais simplement que dans ce monde cruel, l'erreur était intolérable. Dans une optique de survie, dans une optique de fidélisation de la clientèle, il était tout à fait inconcevable de dire non à des clients. Elle ne pouvait pas se tirer normalement de cette situation.

-"Appelle moi le monsieur. Je vais te tirer de là."

Mais pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Ven 5 Mar 2021 - 14:16

Une larme perla sur sa joue, glissant sur sa peau jusqu’à atteindre sa mâchoire, où elle s’accrocha. Yahiko courrait et criait vers elle, sa solitude se fissura : son trouble n’en fut que d’autant plus grand. Ses yeux s’élevèrent jusqu’à ce jeune homme qui venait vers elle, ses pas battant la neige.
Parvenu devant le stand, il s’arrêta. Sa respiration était rauque, sourde. Il tourna la tête, l’homme qui l’avait accompagné ne l’avait pas suivi. Il se retourna vers elle, et dit qu’il ne pouvait pas. Pouvait pas quoi ? Ses mains posées sur ses hanches, Yahiko prit un nouveau temps de pause pour essayer de reprendre son souffle avant de continuer.
Hideko ne pouvait pas en croire ses oreilles : il voulait qu’elle appelle son paternel pour la tirer de cette situation. Non. Jamais. Elle ne pouvait pas faire ça, ça ne ferait qu’empirer les choses. Son père n’aurait que faire des explications de cet adolescent, lui aussi désobéissant. Le déranger à nouveau c’était se risquer à une punition pire encore que ce qui l’attendait déjà.
Stupéfaite, elle recula par réflexe avant de se rapprocher vers lui, se collant contre le bois du comtpoir.

─ Non, arrête, s’il-te-plaît.

Sa voix était tremblante, faiblarde, suppliante. Hideko ne voulait pas que son père l’entende, ni qu’il puisse entendre Yahiko. Son paternel ne devait pas revenir, surtout pas.

« Tu ne pourras pas me tirer de là, personne ne le pourra. S’il t’entend ce sera encore pire. »

Une seconde, puis une troisième larme coulèrent.

« Il n’en aura rien à faire de tes explications et il va m’accuser d’avoir causer tout ce bazar. »

Hideko ne pouvait plus. Elle ne pouvait plus faire front à la fois contre son père et contre Yahiko.

« S’il-te-plaît. »

Ces derniers mots furent prononcés telle une prière.

« La meilleure façon de m’aider, c’est qu’un jour vous reveniez nous acheter des armes. »

Jamais son père n’oubliera ce qu’il s’était passé ce jour-là. Jamais il ne lui pardonnerait. Aussi, si un jour Yahiko et son accompagnateur revenaient, cela signifierait que Hideko n’avait pas fait perdre un client au commerce familial. Elle ne pouvait espérer mieux.
Ses mains s’élevèrent au-dessus du comptoir pour attraper celle de Yahiko. Hideko tremblait de tout son être, le froid avait définitivement terminé de la dévorer et elle ne pouvait que souffrir en silence, jusqu’à ce que cette journée soit enfin terminée.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Lun 8 Mar 2021 - 17:35
Mon regard se perdit dans son désespoir. Je pouvais trouver dans ses yeux tout le poids de son passé, toute la douleur de son présent et toute la crainte de son futur. Qu'est-ce qui l'attendait maintenant qu'elle avait gaffé devant des clients ? Je ne pouvais l'imaginer exactement, elle qui camouflait parfaitement aux yeux du public les marques de ses erreurs, mais je savais que quelque chose clochait. Je le devinais à son ton, à ses armes, à sa posture, à ses gestes. Je ne savais pas quoi, mais j'étais persuadé que ça avait tout de quelque chose de traumatisant.

Et elle insistait dans cette direction. S'il m'entendait, cela serait encore pire. C'était lui le problème ? Ce serait logique s'il organisait tout le magasin et toutes les ventes. Alors c'était lui qui s'en prenait à la jeune blonde ? Que pouvais-je faire ? Sauter dans le tas, espérer pouvoir le vaincre pour prendre Hideko avec moi et la sortir de là ? Non, je n'avais nul part où l'emmener. Kabuto n'accepterait aucune inconnue chez lui et encore plus si cet inconnu était une fille. Prendre le risque que je m'attache à quelqu'un du sexe opposé était encore plus interdit que de s'attacher amicalement. C'était à l'opposé même du shinobi qui devait être insensible, rigide... seul.

Je ne pouvais toutefois m'empêcher d'enrager. Hideko pouvait sûrement voir mes yeux s'écarquillant d'impuissance. Je voulais agir mais je ne le pouvais pas. La seule solution était-elle de revenir plus tard pour acheter des objets ?

-"Mais... d'ici là, qu'est-ce qu'il se passera ?"

Combien de temps devais-je attendre avant de revenir ? Ce n'était même pas moi qui décidait quand je revenais. Je devais la laisser se faire punir pendant que je continuais de m'entraîner ? Je devais trouver une solution, quelque chose qui pouvait limiter la donne.

-"Attends... je sais !"

Je plongeai ma main dans ma veste épaisse. Je ressortis de celle-ci un petit bout de papier et une petite plume qui allait me permettre d'écrire. Je comptais bien m'adresser à l'homme en me prenant pour Kabuto... en tentant de faire passer la mascarade pour un petit coup de théâtre.

Je posai le petit bout de papier sur le comptoir, écrivant vivement dessus les quelques mots suivants.

Mon bon monsieur, cette comédie fût fort amusante.
Votre marchande fut parfaite dans le rôle, qui pouvait penser qu'elle entrerait d'elle-même dans la farce ? Elle a là le talent d'une véritable interprète !
Nous reviendrons avec plaisir dans votre accueillante échoppe, veuillez féliciter la jeune fille comme il se doit !
Kabuto.


-"Tiens ! Oublie le à un endroit où le monsieur pourra le trouver. Je ne tarde pas, il ne faut pas qu'il me voit. Je te promets, je reviendrai te chercher pour te sortir de là... quand je serai plus fort !"

N'attendant pas plus longtemps, lâchant ses mains glacées qui étaient déjà prêtes à servir la suite de la clientèle, je détalais en courant pour rejoindre Kabuto... parce qu'une punition m'attendait, moi aussi.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko] Empty
Mer 10 Mar 2021 - 12:26

Que se passerait-il d’ici là ? Hideko ne pouvait pas répondre à cette question, elle ne voulait pas y répondre et elle ne voulait pas y penser. Cela n’avait que peu d’importance, ce serait juste un mauvais moment à passer, un mauvais moment comme les autres.
Yahiko sembla avoir une idée. Saisissant un bout de papier, il y gribouilla un mot d’excuse et le signa du nom de l’adulte qui l’accompagnait : Kabuto. Le jeune homme lui tendit le morceau de papier et l’invita à l’oublier sur le comptoir afin que son père puisse le retrouver, puis il lui fit une promesse : la promesse de revenir la voir, de revenir la sortir de sa situation. Un espoir, une lumière : voilà ce que représentait cette promesse pour Hideko. Mais cette lumière s’assombrit, disparaissant aussi vite qu’elle était apparue dans les ténèbres qui la submergeaient. Elle ne devait pas y croire : elle n’y parvenait pas.
Il extirpa ses mains de l’étreinte de celle de Hideko et s’en alla. Hideko observa le petit mot qui lui avait laissé entre ses mains glacées. Avec difficulté elle l’ouvrit et le lu


Mon bon monsieur, cette comédie fût fort amusante.

Votre marchande fut parfaite dans le rôle, qui pouvait penser qu'elle entrerait d'elle-même dans la farce ? Elle a là le talent d'une véritable interprète !

Nous reviendrons avec plaisir dans votre accueillante échoppe, veuillez féliciter la jeune fille comme il se doit !

Kabuto.



Une larme tomba sur le morceau de papier. Hideko ferma les yeux, puis elle le referma et le plaça dans sa poche.
Son père ne devait pas en avoir connaissance, cela n’arrangerait rien. Mais ce mot, ce morceau de papier abîmé représentait un espoir, trace de la première promesse qu’on lui avait faite : celle de la sauver.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Derrière l'inconscience des enfants se cache la cruauté des parents [PV : Hideko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: