Soutenez le forum !
1234
Partagez

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken)

Aller à la page : Précédent  1, 2
Daishi Ken
Daishi Ken

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Dim 21 Mar 2021 - 19:05
Ken, seul dans le noir ne trouve pas le sommeil tout de suite, il repense dans son esprit à ce que lui a dit Minako.

Mon ami et rival…. Comment peut t’on être ami ET rival? Ça n'a aucun sens, comment est-ce possible? C’est comme si je disais que je suis riche et pauvre… Je ne suis pas certain de comprendre. Je veux dire, est-ce une bonne chose d’avoir pour rival un ami? Si je me dispute toujours avec Minako, ça finira forcément mal non? Nous, nous opposerons pour quoi? le fuinjutsu? le taijutsu? … Tiens d’ailleurs… Maintenant que j’y pense, elle se dit être un enfant de l’Onkyoton tout comme moi, pourtant, je ne l’ai jamais entendu sauf à notre rencontre mais depuis? Absolument rien… Serait- ce une bonne idée que je la provoque en duel de musique? En parlant de ça, devrais-je lui proposer d’apprendre le Dengan Angouka? Ce serait une bonne idée… Peut-être le ferais-je plus tard… Non c’est impossible d’avoir un ami pour rival…

Son père est Jonin, tiens, comme mamie…. Après tout, il a été son meilleur élève, je me demande comment il est se Kaito, vais je le connaître un jour? Comment peut- on abandonner sa fille? J’aurais deux mots à te dire Kaito…. Kaito rime comme salop. Abandonner sa fille, ça me fout en rage ! Bonnnnn il travaille tout le temps, j’entend bien… Ce fameux “et”. Elle n’a jamais fini sa phrase… J’aimerais en savoir plus. Au pire, si j’ai l’occasion, j’irais faire un tour au commissariat lui dire ma façon de penser. Elle ne le voit jamais forcément, elle l’idéalise. Elle dit que son père n'est pas ainsi, mais elle ne le voit jamais. Dois-je prendre l’avis de Minako en compte? c’est comme de dire que mon père était un homme merveilleux, alors que je n’ai aucun souvenir de mon père. Yuan m'a promis de me dire la vérité un jour. Le fera t’il? J’ai hate d’etre à demain, avec un peu de chance, on va pouvoir rendre visite à cette femme.


Ken allait s’endormir lorsqu’une envie d'uriner pressante s'est fait sentir. Une phrase lui revient en mémoire, il n’y avait pas fait attention sur le moment.

” Mais ça n'a jamais été plus loin car je n'ai jamais eu de tels sentiments amoureux… “ DE TELS SENTIMENTS AMOUREUX….” Que voulait-elle dire par-là? Elle a un homme dans sa vie? C’est evident, une femme comme ça à forcement quelqu’un… Sa peau de meringue comme dit oncle Yuan, son timbre de voix, sa force… OH MERDE !!!!

Ken troublé par ses pensées, se met à bailler extrêmement fort, mais surtout, en a oublié de viser, aspergeant le sol de son urine sans oublier la cuvette. Il ne remarque le massacre que lorsqu’il remarque la flaque.

HA MEEEEERDE !!!! qu’elle con c’est pas vrai !!! Bon, je suis bon pour éponger maintenant, heureusement que mamie ne verra rien, au lieu de dormir, je vais faire un super ménage.

Quelques minutes dans le passé...

Grisou dormait depuis un bon moment déjà dans la position de l’ étoile empiétant légèrement sur le futon de son défunt mari, tout en ronflant comme seul savent faire les bon vivants. Minako a pris soin de ne pas allumer la lumière pour se blottir de son côté de Futon. Grisou, imperturbable ronfla avec plus de force, un filet de bave lui coule dans le cou. La mamie rêve alors que c’est son chéri qui est là, à côté d’elle. Il est revenu du travail, l’homme s’allonge à côté d’elle. Elle le reconnaît, il sent tellement bon les agrumes. Son Byakuya chéri, l’homme de sa vie. Comment pouvait t’il être là? Lui supposé être mort depuis des années. Grisou ne voulait pas en croire son nez, si son cerveau lui rappelle que l’homme est passé de vie à trépas, son cœur lui intime l’ordre de se retourner. Bakuya est là, tu ne le sens pas? Réveille toi Grisou, ton homme est là, il est de retour. N’osant se retourner, Grisou sert fort la couverture contre son visage. Elle rêve qu’elle sert la main de son époux. Les larmes lui montent aux yeux, elle n’ose pas se retourner de peur que son Byakuya disparaît de nouveau, lui assassiné par Ichigo, se fumier. Elle ne s’est pas rendu compte, qu’en réalité, elle avait piqué une bonne moitié de couverture à Minako.

Byakuya chéri, mon coeur, tu m'a tellement manquée. Où étais tu? Je t’ai attendu t….

Grisou dort toujours, un combat de couverture à lieu. Dans son rêve, Byakuya glisse une main sous la nuque de Grisou

Regarde moi, Impa, s’il te plait, comptes-tu me bouder toute la nuit? Je sais que je suis rentrée tard alors que c'était notre anniversaire, s’il te plait. Grisounette, regarde moi.


Grisou, trop ému de sentir le parfum de Byakuya, finit par se retourner pour serrer l’homme de sa vie revenu d’entre les morts. Sans le savoir, sa main vient se claquer dans le visage de Minako de toute sa force. Elle ramène sa main sur son cœur, elle sert le fantôme de son cher Byakuya revenu d’entre les morts. En effet, demain, c’est l’anniversaire de sa disparition. Comme toujours, elle espère qu’en ouvrant les yeux, Byakuya sera près d’elle.

D’un coup, un air frais se fait sentir.

Ou va tu Byakuya?

Je te souhaite joyeux anniversaire mon amour….

Je voudrais tellement… Elle reçoit un doigt sur les lèvres, Byakuya la regarde

Je sais, mon amour, je sais… ton heure est plus proche que tu ne le pense. Pas ce soir, pas demain. Mais bientôt, ce sera à ton tour de laisser les gens que tu aimes derrière toi. Dépêche- toi de boucler tes affaires, il ne te reste plus beaucoup de temps. Ken est un bon garçon, arrête d’être violent avec lui. Cette Minako est une bonne petite…. apprends lui tes secrets! Veille sur ses trésors. Je ne te dis pas adieu, mais à bientôt chérie.

Byakuya lui caresse le cœur, grisou soudain se réveille.

BYAKUYA ATTEND ! hooo Byakuya….

Grisou, sens son cœur lui faire un mal de chien.

Une attaque? HAAA J’AI MAL !!!!! Kennnn mon petit, Minako, au secours les enfants…

Elle se tient la poitrine, haletante et en sueur. Elle a du mal à reprendre son air. Sa tête tourne, elle est frigorifiée malgré les couvertures. Elle s’allonge et récite un poême, le préféré de Byakuya. Elle ferme les yeux, appant tel un poisson hors de l’eau espérant avoir un peu d’oxygène. Elle tente de se calmer, d’oublier sa douleur. Finalement, elle se calme, respire profondément. A côté d’elle. Minako dort, elle semble agitée.

Prends un peu de couverture ma chérie, tu vas mourir frigorifiée sinon. Pardon si je t’ai fais peur, grand mère est toujours là !

Grisou donne presque l’intégralité des couvertures a Minako, ayant fait cette promesse à Byakuya. Elle embrasse Minako en la serrant contre elle ravit d’avoir une petite fille. Donnant de l’amour à la jeune femme, Grisou espère l’aider a se calmer.

LAAA, Minako, calme toi ma cherie…. LAAA…
Je prendrais soin de nos petits, rassure toi mon chéri…


C’est avec un mélange de joie d’avoir revu Byakuya et la tristesse de l’avoir encore laissé partir que mamie se rendort. Elle ne se douta pas une seconde qu’elle venait de réveiller Minako malgré elle.


Quelques instant aprés

J’ai enfin fini piouuuu ! Je peu retourner au lit, qu’elle idiot je…. HO du bruit…. Une porte qui s’ouvre…. Mamie? Minako? mince j’espère pas les avoir reveiller.

Ken regagnant le couloir se confondant déjà d’excuse hurle de frayeur en levant une jambe en l’air prenant une posture un peu grotesque. Devant lui, une ombre tombe par terre.

KAIIIII…..

Le silence revient alors. Ken a tâton, effrayé se dirige vers la masse. Est-ce sa grand-mère? Minako? Quelqu’un d’autre? S’approchant un peu, il reconnait le parfum de Minako et sa silouhaite svelte, a moitié dévétu dévoilant le haut de ses seins, ainsi qu’une cuisse.

YAAAAAAAAAAAANOOO!

FERME LES YEUX KEN….. BON SANG !!!! et on se demande pourquoi j’aime pas les femmes sois disant….
Dans un premier reflexe, sans regarder, Ken essaye de l'habiller en touchant une partie moelleuse et chaude.

HAAAA MINAKOOOOOOO !!!!!

L’homme fuit de honte dans sa chambre tremblant de honte. Emitoufflé, assis, dans sa couverture. Il se balance d’avant en arrière en panique.

SES SEINS OH MON DIEU J’AI TOUCHER SES SEINS RHA!!! NOOON !!!! Je suis un obsédé comme Yuan, NON, HO MON DIEU !! Les seins de Minako

HO NON HO NON HO NON HO NON HO NON HO NON HO NON HO NON HO NON …… rhaaaaa qu’est ce que j’ai faiiiiiis ! Je suis un misérable ! Minako? pardon …. je….. Minak...MINA? Tu… tuuu…. tu m’entends? heuuu MITSAI? c’est toi Mitsai? Si j’ouvre tu me frappes? Je suis désoléééé….. Je….

N’ayant aucune réponse, Ken tente d’entre ouvrir la porte. L’ombre est toujours assise sauf que le kimono à présent avait glissé un peu plus, dévoilant une épaule et un peu plus de sein. Ken, dégluti avec difficulté. Il a une idée. Fermant les yeux, il prend sa couverture pour deux et la positionne entre le cou et les pieds de Minako. Prenant Minako du bout des doigts il essaye de la faire tomber par terre et la pousse du pied afin qu’elle s’enroule dans la couverture. Péniblement, il tire sur la couverture pour enmener le Sushi vivant dans sa chambre et lui donne un oreiller. Il se dirige alors dans le salon et dort sur le canapé, sans couverture, il attrape froid.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.

.

Crédit - KEN DAISHI
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Lun 22 Mar 2021 - 10:20
Le réveil est difficile pour la jeune Minako. Celle-ci a une bouffée de chaleur et se sent serrée dans sa couverture. Elle se demande où elle est, étant avec Grisou la veille. Supposant qu'elle est dans un rêve, la jeune fille garde son calme et essaye de se défaire du tissu qui la saucissonne. Elle a vraiment du mal à s'en défaire, se sentant bien faible. D'ailleurs, elle ne peut pas bouger du tout, ses yeux seulement sont en mouvement. Une paralysie du sommeil. Minako est donc réveillée mais pas totalement. Du coin de l'œil, elle voit un homme, la regardant, à l'aspect fantomatique. La jeune fille ne le connaît pas le moins du monde. Elle ne panique pas, pensant à une hallucination due à ce qui lui arrive actuellement. L'apparition s'approche de Minako et lui souffle “Protège Ken.” avant de disparaître.

La jeune fille sent une douleur dans son estomac, qu'elle reconnaît bien. Elle a envie de vomir mais elle n'arrive pas à bouger d'un pouce. Elle ferme les yeux et essaye de s'apaiser. Ne pouvant pas parler, elle ne peut pas demander de l'aide. Elle se demande pourquoi elle est emprisonnée dans ce tissu. Sa paralysie du sommeil l'embête déjà assez. Cet instant lui semble durer des heures, avant qu'elle réussisse à se mouvoir un peu. Elle comprend de quelle manière elle est saucissonnée et arrive à se défaire de cela, tant bien que mal. Elle s'est perdue dans la couverture. Au bout d'un moment, elle arrive à en sortir, réellement. Elle regarde autour d'elle et se rend compte qu'elle est toute seule dans une chambre assez masculine. Minako ne comprend rien à ce qu'il se passe, se demandant où est passée Grisou. Elle sent une vilaine douleur sur son nez. En se le touchant, elle s'aperçoit qu'elle a saigné pendant la nuit. Elle avance, tout doucement, essayant de sortir de la chambre en toute discrétion, afin de rejoindre la salle de bain et trouver de quoi se nettoyer. Elle ne s'est pas rendu compte qu'elle est dénudée, venant de se réveiller. Elle voit Ken dormir sur le canapé, sans couverture. Cela lui fait de la peine, donc la jeune fille récupère la couverture et le borde.

Minako rejoint la salle de bain et se nettoie le visage, se débarrassant du sang séché sous son nez. L'odeur de sang séché s'en va, laissant place à celle du savon présent dans la pièce. Elle se demande si elle n'a pas fait une crise de somnambulisme ayant causé cette blessure sur le nez, mais se rassure en se disant que ça ira mieux par la suite. La demoiselle ne sait pas comment elle en est arrivée là. Elle a la vue brouillée, elle n'entend que le silence, elle a mal à la tête et au ventre.

Je tiens si mal que ça l'alcool ?

Seule la lumière artificielle de la salle de bain éclaire la pièce dans laquelle elle se trouve. La fraîcheur du matin effleure sa peau, et elle comprend qu'elle est quasiment dénudée. Elle panique un peu, en remettant son yukata correctement.

Et si Koyama m'avait… non je ne pense pas, mais… et si j'étais tombée enceinte ? Mais, je ne peux pas… Hors mariage, je ne peux pas avoir d'enfant, surtout d'un inconnu… calme. Il ne s'est rien passé, je panique pour rien.

Elle s'accroche au lavabo glacial, devant le miroir, dégoûtée par son reflet. La demoiselle est décoiffée et elle est blanche comme un linge.

Je suis moche, comment je pourrais me sentir bien moi. Je suis trop maigre, ça doit être pour ça que l'alcool me rend si faible. Comment en suis-je arrivée là ? Attends. Réfléchissons. Junko m'a renvoyé de la maison il y a moins d'une semaine. Hier matin, j'ai rencontré Daishi. Je l'ai suivi jusqu'à la boulangerie car j'avais envie de discuter musique avec lui. J'ai eu des vertiges sur place parce que je me sentais malade. L'oncle de Daishi m'a emmené chez lui et m'a préparé un repas. J'ai mangé, Daishi étant à mes côtés, et nous sommes descendus pour voir Yuan se faire arrêter car il aurait blessé Junko, pour une raison encore inconnue. Nous avons été emmené chez la grand-mère de Daishi, qui m'a accueillie. Elle m'a testé et m'a dit que je manquais cruellement de cœur. Un concept qui m'est encore flou à ce jour. J'ai appris qu'elle a été la professeur de mon père et m'a raconté un peu sa vie, et après, je ne m'en souviens pas trop. Je crois que j'ai parlé avec Daishi, il m'a expliqué en quoi il a peur des femmes. Je… en fait, je le trouve attachant. Je ne saurai pas dire quoi, mais il possède quelque chose qui m'attire, réellement. Est-ce qu'il a le cœur que je n'ai pas et c'est pour ça qu'il m'intrigue et me fascine ? Il me faut le savoir. J'ai envie d'être une amie pour lui. Enfin.. amie… je ne sais pas. Je ne comprends pas. Il a vraiment quelque chose en plus, qui fait que l'amitié est peut-être trop faible. Je ne sais pas.

La jeune fille finit par sortir de la salle de bain et s'assoit par terre, pas loin du canapé, veillant sur son ami qui dort, pensive. Elle le trouve charmant, ne sachant pas trop pourquoi. Elle s'imagine pouvoir veiller sur lui, pas en temps que ninja, mais en temps que femme. Minako va chercher un coussin et le pose sous la tête du garçon pour qu'il se réveille de manière confortable.

Il est beau.

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Zaiki Minako le Sam 27 Mar 2021 - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako
Daishi Ken
Daishi Ken

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Mer 24 Mar 2021 - 11:00
L’homme est K.O, complètement recroquevillé sur lui-même. Il a étrangement froid. Il s’est levé pour fermer une fenêtre restée ouverte. Un froid intensifié par son sommeil. Peut lui importe, le temps que Minako soit bien. Il n’a jamais vue de sa vie de femme autant dans la souffrance, dela à se créer un double pour extérioriser son mal. Il a sans se rendre compte décidé de prendre une femme sous son aile. C'était étrange de constater que Minako lui faisait peur, mais pas autant que d’ordinaire. Il aurait pu à peine lui dire bonjour et tracer son chemin, d’ailleurs c’est ce qu’il s’est passé, elle l'a retenue avec sa voix de sirène. L’homme était conquis dès ses premier mots. Il se sent attiré par elle, comme une fourmis par du sucre. Pourquoi lui faisait t’elle cet effet? Tout le souci est là. Il a eu beau se retourner le problème dans tous les sens, il n’a jamais eu la réponse. Il avait envie d’être proche d’elle. C’est tout ce qu’il sait. Il la fait entrer dans sa famille en moins de six heures. Pourquoi elle? Le destin a vraiment un aspect amusant par moment.

Ken à de plus des soucis gastrique, l’alcool même si il la supporté, lui a laissé quand même les intestins en feu. Il ferme les yeux essayant de penser à autre chose mais il n’a réussi qu'à sentir le suc gastrique sucré et acide dans sa gorge. Il s’assoit. Le suc descend dans l’estomac. Sachant qu’il ne pourra pas dormir tout de suite, il en profite pour réviser son Onkyoton. Il va en cuisine, cherche un verre, de l’eau et une paille. Il gonfle ses joues et s'entraîne dans le souffle continu. Le souffle continue est un procédé musical consistant à souffler tout en avalant de l’air en prenant dans ses joues une réserve d’air. Le bruit des bulles le fait rire mais le détend en même temps. Il continue alors durant un long moment, la tête commençant petit à petit à tourner. Par surprise, le gaz sort dans un rot immonde. Il s'excusait, se rappelant que tout le monde était endormi. Il regrette de ne pas avoir de couverture. Il saute à terre et fait une dizaine de pompes pour se réchauffer. Finalement, l'esprit apaisé et le corps réchauffé. Ken s’allonge et se sert de son kimono comme d’une couverture.

A peine endormi, Ken sent une forte chaleur l’envahir, ça fait tellement de bien. Il se sent partir. Cette odeur sur la couverture, il ne reconnaît pas son odeur. Une douce et merveilleuse odeur. Ken se retourne, offrant son visage au canapé. Il finit par succomber au sommeil. Un sommeil bien mérité après avoir lutté presque toute la nuit. Il sourit dans son rêve en entendant des sons agréables, un chant peut-être? Non une musique, une belle musique un peu mélancolique. De l’ocarina sans doute?

Quelques instants après.



La porte de Grisou coulisse. Elle est étonnée de voir le jour tellement avancée, elle se frotte les yeux péniblement. Un léger mal de crâne lui vrille le cerveau mais elle sourit, se souvenant pourquoi elle avait festoyé. Mettant ses chaussons, elle voit la lumière de la salle de bain s'éteindre. Péniblement, elle referme la porte de sa chambre et se dirige vers la salle de bain, ayant une forte envie de se vidanger, un goût atroce en bouche. Elle repense à hier. Elle se rappelle avoir eu mal au cœur et Byakuya. Elle pensait qu’il était venu la chercher. Elle se souvient de sa promesse. Prendre soin de Ken, arrêter d'être violente et considérer Minako non pas que comme sa petite fille, mais comme son ultime élève. Se sachant condamné, sa mort serait pour bientôt. Elle n'affolera pas son entourage avec l’avertissement de Byakuya, ni avec son mal au cœur. Ce n'était pas sa première crise cardiaque, même si celle-ci était puissante. Elle a encore du pain sur la planche, elle le sait que trop bien.

Se dirigeant vers la salle de bain, elle faillit hurler d’effroi devant son visage blanc comme un cadavre parcheminée en plus par des rides que l’alcool et le manque de sommeil à rendu plus présent. Grisou allume la douche et se verse de l’eau glaciale sur son corps frêle pour se donner un coup de fouet. Essayant comme elle peut refermer les pores de sa peau. Se vaporisant de parfum, se recoiffant, la vieille Jonin était fin prête. Se fixant dans la glace, elle a récupéré quelques couleurs toutefois le parchemin sur son visage n’a quasiment pas bouger d’un pouce.

Ma Grisou, c’est fini l’amusement on dirait. Ma petite vieille, vivement la fin… c’est dur de vieillir, c’est tellement dur. Byakuya, j’ai hâte mon chéri. Ne t’en fais pas, je ne partirais pas avant que Minako soit une bien meilleure ninja et que Ken soit un meilleur homme, qu’il ai réussi à surpasser sa peur des femmes. Je pourrais peut-être revoir mon petit Kaito, si longtemps que je ne l’ai pas vue… Peut-être même Junko? Je partirais dans la joie la paix dans l'âme. Quoi que non…. Elle a mis Yuan en de salle drap après m’avoir volé mon cher Kaito. Je voudrais revoir la famille complète une dernière fois avant de partir. Ce serait tellement beau ! D’ailleurs j’y pense c’est aujourd'hui que mes petits vont voir Junko il me semble? Je vais le leur demander tiens ! Junko, comment peut t’on faire autant de mal autour de soi? Je n’ai jamais compris… Enfin, allons préparer le thé pour nos enfants.

Grisou saute de son support qui lui permet de se voir dans la glace, le range et sort de la salle de bain. Elle observe de loin la magie qui opère. Minako a glissé un coussin sous la nuque de Ken. Se dernier, visage vers Minako, ils sont si proches. Tellement proche, un petit effort, un simple petit effort pour qu’ils aient leur premier baiser. C’est si beau. Grisou regrette de ne pas avoir d’affinité avec le vent, elle aurait volontiers poussé Minako avec suffisamment de force pour qu’elle embrasse sa chouquette sur la bouche.

Regarde Byakuya, nos chers petits, ils sont tellement beaux ! Ils me rappellent notre couple, Je me rappelle que nous aussi ça a été aussi rapide. Haaaa le coup de foudre ! Lui affinité de l’air, elle du feu. Ils sont faits pour se compléter, la faisant brûler avec plus de force, la sublimant et elle le consumer dans une passion sans fin et le protéger.

Minako est tellement jolie et attachante. Grisou est si fière de l’avoir pris pour petite fille. Elle ne sait pas si Minako a pris sa décision et voit en elle sa grand-mère, mais peu importe. Elle veille sur cette fille et ça lui va amplement. Le plus discrètement possible, elle fait le tour en espérant ne pas réveiller les amoureux. Minako semblait presque endormie à quelques millimètres du visage de Ken. Elle fait bouillir de l’eau et prépare le thé. Quand la pipette siffle, elle remarque alors que Ken était réveillé depuis un petit moment, les yeux fermé faisant semblant de dormir. Apeuré par le visage de la belle ninja si proche de son visage, il était raide comme une statue osant à peine respirer, la gorge trop sèche pour parler. En plus, ayant mis son kimono comme une couverture et nue en dessous. Il ne pouvait pas sortir de la couverture sans montrer son cul aux dames. Mamie Grisou ne put s’empêcher de mettre sa promesse à exécution, elle fit un baiser sur le front de Minako et de Ken en posant les tasses sur la table.

Bonjour les enfants, bien dormi? Vous venez? Minako, ma chérie, c’est aujourd'hui que vous allez voir Junko ou Yuan?

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.

.

Crédit - KEN DAISHI
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Sam 27 Mar 2021 - 12:54
Ses yeux de saphir regardent le jeune homme qui semble réveillé. La jeune demoiselle ne comprend pas comment elle peut rêver ainsi, elle doit être malaisante pour lui. La voix de Grisou fait sortir la jeune kunoichi de son rêve éveillé. “ Bonjour Grisou. Je vais bien, et oui on va aller… Enfin pour ma part je vais voir maman. ” Minako se lève et s'éloigne de son ami, afin de rejoindre Grisou pour prendre une tasse de thé. “ Je voudrais juste la comprendre, et lui parler réellement, au moins une fois. Juste une fois. Peut-être se montrera-t-elle clémente sur un lit d'hôpital...” dit-elle, d'une voix douce et chaleureuse. Une chaleur un peu faible, mais présente. La manière dont elle a prononcé cette dernière phrase est assez cynique, la jeune femme n'éprouve cependant aucune pitié envers les personnes qui ont fait du mal à autrui. L'odeur du thé lui fait du bien, elle qui adore cette boisson. “Je vais me préparer, dis, Daishi, on va voir Junko avant de voir Yuan, ça te dit ?” La jeune fille part s'habiller de son Uwagi blanc à manches courte et de sa jupe plissée noire mi-longue, puis elle rejoint son ami dans la salle à vivre.

***

“Qui est-il pour oser me blesser de la sorte ? Pourquoi défend-il cette peste ?” pense Junko, sur son lit d'hôpital. “Petite peste, je ne sais pas où tu es mais j'espère que tu es morte.” La dame s'endort, faisant un cauchemar. Elle se voit mise à la porte, errant dans un vieux kimono déchiré, courant dans les ruelles, se faisant attraper par des racailles qui la frappe à mort, la laissant perdre la vie dans une grosse benne à ordure. Elle se réveille en sueur. Et si c'est ce que vivait la petite peste actuellement ? Un homme mystérieux toque à la porte de sa chambre puis entre dans la pièce.

“Oh, Junko, j'espère ne pas t'avoir réveillé.
_ Que fais-tu là ? Tu étais parti depuis si longtemps !
_ Je suis juste venu prendre de tes nouvelles, mes collègues m'ont parlé de l'incident dont tu as été victime.
_ Kaito… Et… Et ce divorce, du coup ?
_ C'est officialisé. Nous pouvons définitivement tourner la page. Avant ça, est-ce que tu as des nouvelles de Mina ? J'aimerais savoir si elle veut garder ton nom ou si elle veut prendre le mien.
_ Elle n'est plus là ! J'ai chassé cette vilaine fille !”

L'homme serre ses poings, la colère lui monte au nez. “Ma fille… Putain ! Tu devais en prendre soin, c'est ton rôle de mère. T'es vraiment une connasse !” L'homme garde un certain self control, ne voulant pas frapper ni crier, surtout sur une femme. “Je te le ferai payer si je ne retrouve pas ma fille.” Kaito sort de la pièce et claque la porte, puis s'en va retourner à son travail, pensif, se demandant si Minako a trouvé de quoi se loger.

***

Minako est arrivée à l'hôpital, en compagnie de Ken, et, après s'être présentée à l'accueil, se dirige vers la chambre de sa mère. Elle toque à la porte puis entre prudemment. Junko, pensive, serre les dents en voyant que son enfant est dans la pièce.

“Vas-t'en, monstre ! Tu portes malheur ! Ouste !
_ Mais…
_ Il n'y a pas de mais ! Regarde dans quel état tu m'as mise ! C'est à cause de ton "alter", c'est sûr ! CASSE TOI !
_ Maman…”
Les larmes montent aux yeux de la jeune fille. “Maman, écoute moi…
_ NON.
_ Je veux juste savoir… Pourquoi t'es comme ça avec moi… S'il te plaît…
_ Tsss. Un monstre tel que toi n'a pas à le savoir.”

Minako se met à pleurer. Sa mère lui fait mal, peu importe ce que la demoiselle fait. “ Tu as fait souffrir le boulanger à cause de ton comportement, et indirectement tu fais du mal à mon ami et à sa mamie, c'est toi le monstre ici !” Junko serre ses poings. Celle-ci a horreur que sa fille lui réponde, mais la présence de Ken la calme. Maman, je voudrai qu'on parle, réellement... Ton ennemi, c'est toi.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako
Daishi Ken
Daishi Ken

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Dim 28 Mar 2021 - 21:33
Le jeune homme a un sursaut en entendant la voix de Minako.

est gêné au moment du réveil. En effet, ayant mis son Kimono en guise de couverture, il est nue en dessous. Les femmes le regardent émerger petit à petit.

- Heuuu …. o….b….bon...bonjour. RAAA RAA… Ken à la gorge en feu. Soit il a ronflé fortement ou alors il a un début d’angine. Cela dit, sa voix est brisée. Il sourit, un peu intimidé, un peu honteux. Il se dépêche de s’enrouler la couverture comme un sushi et sans attendre, courir vers sa chambre, sautillant comme une saucisse géante. Seulement deux choix s'offrent à lui. Retirer sa couverture et montrer son cul à tout le monde ou être un sushi vivant.

Ken a quasiment atteint la chambre quand il entend Minako “Je vais me préparer, dis, Daishi, on va voir Junko avant de voir Yuan, ça te dit ?” Étant occupé, il ne lui répond pas mais se prépare toutefois. Dans sa chambre, il souffle pour enfin sortir de ses couvertures. Se choisit un kimono et va dans la salle de bain se préparer. Il se choisit un Kimono violet à fleur blanche. Enfin, à son tour, il attend Minako en prenant une tasse de thé.

Hopital de jour

Ken la main moite accompagne Minako, étrangement il est silencieux. Il entre dans le monde de Minako, un monde qu’il ne connaît pas. Revoir le monstre qui a causé tellement d'ennuis a Yuan, son oncle. Tout cela ne l’enchante pas, il déglutis péniblement.

Il voulait soutenir son amie, mais elle semble être comme une toute autre personne. Il la suit de prêt, se préparant au pire, il racle sa gorge. Surpris, il constate qu’elle va mieux, par chance ce n'était qu’un mal de gorge causé par des ronflements. La dame de l'accueil a été très gentille mais Ken aurait aimé qu’elle ne donne pas l’information. A peine entre til dans la pièce que l’air semble devenir électrique. Junko ne lui laisse même pas le temps d’en placer une et exige d’elle qu’elle s’en aille. Ken est sans voix, la méchanceté de la dame ne connaît aucune limite. Il ne connaît pas les raisons d’une telle haine. Que fait le père de Minako? Ne sait t’il pas qu’elle est en souffrance? Il sent la moutarde lui monter au nez. Il commence à s'avancer vers Juko, lorsqu’il constate que Minako pleure.

Malgré ses tentatives, la mère reste réticente à ses supplications. Ken tremble de colère quand sa mère le traite de monstre. Cette femme n’en avait rien a faire d’avoir fait mal a Yuan, a sa fille, a qui que se soit. Ken, sans se rendre compte, explose, une chose en lui se fracasse, le regard changeant.

-Minako, viens avec moi dans le couloir, juste cinq minutes, ta mère semble ne pas vouloir être coopérative. J’ignore votre passé mais viens souffler quelques instants. Tu en a besoin, je t’offre un truc à boire.

Sans laisser le choix a Minako, Ken la prend par la main et quitte la chambre quand soudain il dit.

-Excuse moi j’ai oublié mon porte monnaie.

Il retourne dans la chambre. Il effectue un clone d’air aprés s’être assuré qu’il soit bien caché des regards indiscret. Il retourne auprès de Minako.

- Voila on peu y aller ! Pourquoi est t’elle comme ça? Elle a toujours été comme ca? Ken tend une boisson au thé a Minako.

pendant ce temps

Le clone se dirige vers le rideau, l’ouvre et surprend Junko un sourire malsain, disparaissant à sa vue.

- Qu'est ce que vous voulez vous !

- Juste vous dire, ceci: Minako est sous ma protection, je …

- Qu’est ce que ca peut me faire? HA…. Lance t'elle avec dedain

-Vous êtes une garce !

- Comment ?

- Considérez ça comme un avertissement… vous, vous en prenez a mon oncle, a mon amie...

Ken sans lui laisser le temps lui dit.

- Vous avez intérêt à être plus coopérative quand votre fille reviendra vous demander pourquoi… sinon… Ken furieux, lui lance son Ebiken. Il pense soudainement a Yuan, il allait faire la même erreur que lui. Toutefois, tout juste, il s'arrête à quelques millimètres de son visage. Il lui pince le nez comme si c'etait un klaxon

- POUET POUET

Le clone, avant la venu d'un potentiel témoin, disparaît dans une bourrasque suffisamment forte pour faire tomber Junko dans son lit lui claquant légèrement la tête dans le mur. La femme hurle. Elle est de nouveau seule dans sa chambre.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.

.

Crédit - KEN DAISHI
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Mar 30 Mar 2021 - 15:05
Minako sort de la chambre de force, larmoyante. Sa mère lui fait encore du mal. Une petite voix agaçante dans sa tête lui dit d'abandonner vu que Junko ne sera jamais coopérative. La demoiselle sèche ses larmes avant de prendre la boisson au thé et de remercier son précieux ami, puis parle dans sa tête à cette voix familière.

Mais pourquoi ? Mitsai ? Je veux savoir, elle t'a insulté ! Je suis sûre que c'est toi qu'elle surnomme monstre, je veux savoir.
_ Euh… Enfin, je crois que je sais, mais, je ne pense pas qu'elle te le dira elle-même. Tu n'es toujours pas prête à connaître la vérité, tête de mule que tu es. Ksksks.
_ Gné ? Je ne te comprends pas.
_ Oh ne t'inquiètes pas. Regarde plutôt ce gentil garçon qui te soutient. Il n'est pas trop mignon ? C'est le moment de lui voler un baiser non ? Ksksks.
_ Non mais, je ne suis pas Takeboules moi !
_ Ksksks.


La jeune fille soupire. Mitsai l'agace toujours autant, mais au moins, elle ne gêne personne d'autre que son hôte.

“Euh… En fait elle a toujours été plus ou moins comme ça, mais ça s'est empiré quand mon papi est mort, et surtout depuis le départ de mon papa, comme s'ils étaient les freins à son comportement, et je n'ai jamais su pourquoi. D'après Mitsai, j'aurai peut-être des réponses auprès de ma grand-mère, mais elle me dit de réessayer de parler à maman pour lui dire ce que je pense d'elle en toute honnêteté.”

***

Dans sa chambre, Junko est furieuse. Le garçon l'énerve. Cela dit, elle se pose des questions. Pourquoi a-t- elle le droit à de l'amour, et pas moi ? C'est injuste… À moi, on m'a forcé à me marier à Kaito, alors que je ne l'aimais pas… Ce divorce prouve que lui aussi ne voulait pas… Pourquoi personne… Ah… Et… Déjà que je ne voulais pas de mon enfant, la mère de Kaito a placé cette chose en elle, qu'il appelle "ancêtre"... Pourquoi Kaito avait une Meikyû en guise de mère ?Je déteste ces Meikyû, ils font peur… Dire que notre Raikage en est un… et pire… que ma fille… que ma fille en est une… Junko, dans ses pensées, se souvient qu'elle a perdu ses frères et sœurs, car ceux-ci étaient soit vendus contre de l'argent, soit mariés à des riches quand il s'agissait de filles. La patiente ne voulait pas d'enfant, de peur qu'il souffre autant qu'elle. C'est pourquoi elle était dégoûtée d'avoir une fille, et, au lieu de l'aimer et la chérir, elle l'a rejeté. Ce garçon qui dit que ma fille est sous sa protection… Ils n'ont pas l'air marié, ni rien… alors, pourquoi ? Ils sont capables de protéger, réellement ? Je sais que j'ai eu de la chance d'avoir été avec Kaito, il a toujours été gentil, mais mes sœurs ont eu moins de chance. J'espère que ma fille fera les bons choix, maintenant qu'elle est libre…

***

“Je ne sais pas, depuis que Mitsai est présente et me suis partout, maman me voit comme un monstre. Je me pose des questions, peut-être qu'elle a peur de l'inconnu et donc des troubles psy… Elle n'a pas compris que c'est mon mental qui se protège, je suppose…”

Ksksks. T'es trop choupichou toi. Minako s'est calmée, grâce à Ken et grâce à ce qu'elle a bu. La boisson au thé blanc lui plaît. Elle aurait vraiment aimé avoir une véritable conversation avec sa mère et découvrir ce que les autres nomment l'amour maternel. Le duo de musiciens retourne dans la chambre de Junko, doucement.

“Encore vous !”

Minako reste silencieuse. Non mais tu ne vois pas comment elle est ? Tu penses vraiment pouvoir parler avec elle ? Ksksks.
_ Qui ne tente rien à rien. De toute façon, dans son état il n'y a rien à faire.


“Ma fille. Fais attention aux décisions que tu prends, et… écoute toi, ne fais pas comme moi. Et toi, jeune homme, protège la bien…” Après une pause, Junko reprend. “Minako, j'ai des choses à te dire, mais je suis fatiguée. S'il y a une personne qui pourra tout te raconter, c'est ta grand-mère. Elle sait tout. Ah, au fait, tu diras que je ne porterai pas plainte contre le boulanger. Reviens à la maison, quand tu auras le temps...”

Hein ? C'est la fatigue qui la rend toute molle hein ? Nan mais regarde ça. Elle n'a plus la force d'être en mode vilaine.

“Ne laisse personne te marier de force, et donne toi le choix d'avoir un enfant ou non… Ma fille. Bon… laissez-moi dormir… s'il vous plaît.”

Mais quoi ? C'était ça le truc ? Ce n'était pas par rapport à moi ?
_ On ne dirait pas, Mitsai. J'en suis… étonnée. Mais bon, si mamie peut me donner des informations ultérieurement…


“Euh… Bah… Prends soin de toi…” prononce Minako, avant de sortir de la pièce. Déambulant dans les couloirs, la jeune donzelle réfléchit.

“Je ne sais pas où aller pour qu'on rende visite à Yuan. Mais en tout cas, elle ne lui fera rien après, donc c'est bien. Euh… Où ça… Dans un bâtiment de la police je suppose ? On y verra l'homme qui nous a raccompagné chez Grisou hier, sûrement.”

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Zaiki Minako le Jeu 22 Avr 2021 - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako
Daishi Ken
Daishi Ken

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Mer 21 Avr 2021 - 22:28
Ken, gêné, se demande comment Junko allait le recevoir. Il l’avait menacée après tout. Allait t’elle tout dire a Minako? Elle serait dans son droit après tout. Qui pourrait la croire après tout? Personne n’a jamais su que Ken avait dérobé,étant jeune, un rouleau de technique, le temps d’apprendre une technique de haut niveau, le remplaçant ensuite dans son coin. Il se sens quand même mal, c’est plus fort que lui. Son coeur fait comme huit tour quand il attrape la clanche pour que Minako entre la première. Il voulait la laisser seule.

C'est son problème après tout, pas le mien, c’est vrai quoi? Je ne la connais pas moi cette Junko… Si je perds mon sang froid devant Minako cette fois? Que j’en colle une à sa mère, malade qui plus est ! qu’elle se débrouille..

Puis reprenant courage.

Non, c’est ton amie, elle a besoin de toi…. Imagine que Junko lui raconte tout et qui en plus elle ne te vois pas? Ken…. Tu n’as pas le droit de l’abandonner, ce serait salop. Reprends toi, Minako à besoin de toi, courage. Pour elle.

Ken se ressaisit et entre à la suite de Minako. Lançant un sourire gêné, il tire les rideaux pour Junko, qui profite du soleil. En réalité, c'était pour lui, pour ne pas avoir à la regarder. Il n’a rien à faire ici, ce sentiment d'être un étranger ne le quitte pas. Sans Minako, il aurait fui.
Croisant les doigts dans son dos, il patiente et essaye de ne pas écouter leurs conversations. Au début, des banalités sans intérêt mais très vite, ça devenait intéressant. Junko à compris que Ken se faisait une sorte de bodyguard pour Minako. Il la protégerait quoi qu’il arrive. et elle en ferait pareil pour lui, le doute n'était pas permis.

Ken tente de ne pas écouter mais impossible, il acquiesça quand elle lui demande de prendre soin de Minako et parle d’une grand-mère. Minako ne lui a jamais parlé de sa grand-mère, une raison particulière? Quelle importance? Elle a bien droit à son jardin secret?
c’est quoi cette histoire de mariage forcé? Tellement de mystère intriguent.


***

Ken garde le silence sur tout ce qui a été dit, laissant à Minako le soin d’en débriefer ou pas, c'était sa vie après tout. Ken est rempli de questions mais il respecte trop Minako pour l 'inonder de questions. L’instant trop solennel qui ne doit etre en aucun cas souillé par une pensée maladroite. Sa mère lui a fais des compliments et des souhaits pour son avenir.


Il est surpris qu’elle ne lui parle pas de sa mère. Il accepte son choix, cette idée de mariage forcée….

Dit c’est qui ta gr….

il ce coupe lui même la parole, la laissant parler.

“Je ne sais pas où aller pour qu'on rende visite à Yuan. Mais en tout cas, elle ne lui fera rien après, donc c'est bien. Euh… Où ça… Dans un bâtiment de la police je suppose ? On y verra l'homme qui nous a raccompagné chez Grisou hier, sûrement.”

Excuse moi Mina…. Oui je pense que nous devrions aller au poste de police avec de la chance on trouveras se type cet Hanzo de l’équipe 12 c’est ca il me semble….. et si il est sur le terrain? et si on le retrouve pas? tu crois que Yuan est en prison? Tu penses que ca iras? Tu crois qu’on va lui laisser tranquille ?

***

Arrivé au poste de police, Ken sens qui à quelque chose qui ne va pas, les mangeur de donuts n'étaient pas présent à leurs endroits habituel. Pire, des policiers-ninja sortent en trombe et se mettent à courir partout dans les rues ou même, sur les toits, c'ést ahurissant.

[color=#704B0B]- Qu’est ce qui se passe Minako ? c’est quoi se délire ?

Sans réfléchir, Ken cherche le chef de la police, ou cet Hanzo. Ni l’un ni l’autre ne semble présent. A l’interieur, c’est la follie. Les policier semble tous occupé à passé des coup de fils, l’un d’entre eux bouscule même Ken

- Hey vous là, restez pas sur le chemin.

[color=#704B0B]-Il se passe quoi? heuuuu sergent?

-Caporal… et je n’ai pas le temps ! allez a l’acceuil, on s’occupera de vous, enfin j’espère.


[color=#704B0B]-Mince Minako, ca crains ! On fait quoi? Tu crois qu’on devrait revenir plus tard? attendre a l’acceuil? Je suis un peu perplexe, on fait quoi ? d’un coté ca coute rien de demander, mais si on dérange on aura l’air de quoi ?

Ken est perdu, il n’a pas envie de déranger, mais savoir qu’il peut sortir son oncle de prison lui donne le courage de poursuivre son enquête. Il respire à plein poumon, et s’approche du comptoire.

- OUIIIII. lui parle une dame qui semble fatigué. puant la cigarette et la sueur.
-Je suis Ken Daishi, heuuuuuu voila…. heuuuu… Voila Zaiki Minako…. Heuuuuu….

HEUUUUU ? Se moque t’elle de lui….

-Hummm on voulaient savoir, il se passe quoi ici ?
-c’est pas vos oignon….. autre chose ?

- Oui heuuuu nous aimerions voir, le capitaine Kaito, ou Hanzo de la division 12.

-C’est pour quoi ?

-Personnel… heuuuuu oui c’est heuuuu c’est personnel….

- Personnel ?


-Personnel….

-Personnel ?

-Oui personnel, il y a un eccho ici hein? HAHAHAHA.

-Allez les comiques j’ai pas que ça à faire !

-Mais non, c’est pour retrouvé mon oncle Yuan…. vous savez le boulanger…

- Fallait le dire ….

-Alors…. madame? on peu voir monsieur Kaito ou Hanzo de la division 12?

-Pas possible….. La femme le coupe un air amusée

-HA???? et heuuuuuuu pour qu’elle raison ? Enfin si vous voulez bien me le dire….

-Vous les avez loupé il y a cinq minutes…. sois vous attendez, sois, heuuuu, il faudra courrir …. bonne chance pour savoir où ils sont partis…. c’est con hein? hahahaha.

-HA MERDE ! Minako, on a loupé ton père…

-QUOI le Capitaine, c’est votre père? Le visage de la femme blémit un peu.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.

.

Crédit - KEN DAISHI
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Jeu 22 Avr 2021 - 18:12
« Je suis la fille du lieutenant Kaito, madame. » dit-elle, foudroyant du regard la femme à l'accueil. L'expression faciale similaire à celle du lieutenant fait bégayer son interlocutrice.

« Je… Euh… Excusez-moi mademoiselle.. Si vous voulez le voir il faut attendre… »

La jeune femme ne sait pas quoi faire, elle a très envie de le retrouver, fuir ce commissariat et le rejoindre, mais elle ne le peut pas car cela peut être dangereux. De plus, elle est là pour Ken et son oncle, pas pour elle. Elle emmène son ami pour s'asseoir dans la salle d'attente. Les minutes sont longues. Minako explique à Ken que sa grand-mère Rukina est la maman de Junko. Elle ne sait pas du tout ce qu'elle voulait dire par mariage forcé, mais elle dit à son homologue musicien que dès qu'elle a l'information, elle lui en parlera.

Finalement, ils entendent une voix grave et imposante à l'accueil. « Que personne ne me dérange, tant que je n'ai pas fini ce foutu rapport. » prononce le grand gaillard qu'est le lieutenant Kaito. «Mais… Une jeune…» Kaito coupe la parole à la secrétaire. « Certains de mes soldats sont gravement blessés à cause de ces malfrats, nous avons réussi à mettre hors de danger les habitants du quartier, laissez moi faire mon rapport. » Une porte claque assez violemment. Minako se sent rassurée, reconnaissant la voix de son modèle de toujours. Même si, de ce qu'elle a entendu, une once d'inquiétude s'installe en elle.

« Bon baaah, tant pis. On va voir quelqu'un d'autre pour Yuan du coup. » dit-elle à son cher camarade, un peu déçue. Lorsqu'une femme, un peu plus propre, et professionnelle, vient à leur rencontre.

« Venez avec moi, nous allons discuter de ce que vous vouliez de la part du lieutenant Tsukaiba. »

Les deux ninjas des bacs à sable suivent la ninja policière jusqu'à son propre bureau. Minako explique la situation.

« C'est au sujet de Yuan, boulanger de l'Inazuma no Kumo. Je voudrais faire part de notre témoignage à son sujet. Hé bien… »

« Hé bien continuez, je vous prie. »

« Au fait, ma mère, la victime, n'a pas été fort sympathique avec lui. Il ne s'agit donc là qu'une défense de la part de Yuan. Soyez clément avec lui s'il vous plaît. Junko ne compte pas porter plainte contre lui, je l'ai vu à l'hôpital, et elle se rétablit, et ne lui en veut pas pour l'incident. »

La jeune genin fixe leur interlocutrice, d'un regard neutre. La policière jauge la jeune fille, puis le jeune homme. Il est probable que celle-ci aie des techniques de sensorialité qui font guise de détecteur de mensonge. Elle prend note du témoignage de Minako.

« J'aimerai le votre, de témoignage, jeune homme. Si vous en avez un bien sûr. »

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako
Daishi Ken
Daishi Ken

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Jeu 29 Avr 2021 - 18:37
Ken sourit, la femme à totalement changée de ton quand elle a su que Minako est la fille de Kaito. C’est drôle parfois comme il faut parfois un argument clé pour que tout le monde vous mange dans la main. Minako est incroyable, Ken l’admire de plus en plus, elle manie les mots comme elle manie l’Onkyoton. Il aurait sûrement abandonné mais pas elle. Minako était magique.

Minako lui explique un peu l’histoire familliale, Rukina, sa grand mère. Si pour elle c’etait pas clair, pour lui ça semblait évident.

- Est ce que ton père et ta mère sont heureux ensemble? Tu les as déjà vues ensemble? s'embrasser, se donner de l’amour ?, se dire des mots doux?

Ken avait des soupçons car il remarque qu’il n’a jamais vu Kaito avec Junko, il se demandait donc si elle ne parlait pas d'elle-même.

- Il faudrait en effet confirmer ça par Rukina, je ne connais pas bien ta famille pour prétendre détenir la vérité. C’est bizzare, se prénom là me dit quelque chose…. Elle fait quoi dans la vie? Elle connait peut etre Grisou je sais pas….. Je me demande vraiment qui elle est….Si tu va la voir, je veux bien aller avec toi enfin si ta envie !

Ken est surpris, Minako prenait les devant une fois de plus, il n’avait rien à dire, elle maitrisa la situation d’une main de maitresse. Ken resta alors silencieux en serrant les cuisses, l’espoir que Yuan soit sortie. Finalement, la dame demande à Ken son témoignage.

- Pour ma part, Yuan est mon oncle, tout le village l’aime, moi le premier. Je sais que cette femme, Junko, je l’ai parfois entendu parlée. Elle adorait critiquer sa fille combien c'était une bonne à rien, combien elle la haïssait. Qu’elle voulait limite sa mort. Se qui me semble bizzare c’est que, on a été la voir pour savoir si elle voulait porter plainte ou non contre mon oncle. On a essayé de la raisonner. Mais on en a pas eu besoin, elle à changée de tout au tout. Sachant que il n’y a pas de plainte contre mon oncle, où se trouve t’il ? On peu le voir?

Ken sens comme une main sur la sienne, est ce qu’il reve? il n’ose regarder, il s'apaise tout d’un coup.

“Yuan….. Yuan….. ça me dit quelque chose, je reviens….”

L’instant semblait interminable mais la femme reviens.

“En effet, il n'y a eu aucune plainte à l'encontre de monsieur. Il a été gardé 24h, nous sommes en droit de le garder 24h de plus pour nous assurer que tout va bien. Je ne sais pas si il a été relaxé, au pire, revenez içi demain vers 14h et vous ne pourrez pas le rater ! Si il a été relaxé, rien nous est parvenue parce que tout simplement, c’est trop récent ! Donc si il a été relaxé, nous n’avons pas encore eu l’information. Malheureusement le lieutenant Tsukaiba n’est pas disponible ni le lieutenant Tarami. Je crains que vous devez attendre, en espérant que l’un des lieutenant soit disponible, mais vous risquez d’attendre longtemps. Non je vous conseille de venir chez Yuan au cas où il serait rentrée. Ou son endroit préféré, le plus simple sinon est de venir vers 14h si il est encore en garde à vue, il sera relaché vers 14h. ”
Ken fait une grimace, montrant à qu’elle point il est dépité. Son oncle le manque. Au moins, il n’a aucune plainte, il s’en sortirait sans doute avec une forte amande et un avertissement. Ken regarde Minako complètement dégouté.

“Alors on fait quoi maintenant ?”

"Je suis désolé monsieur Daishi, je ne peu pas faire mieux. Au mieux, je peu vous offrir un café ou un chocolat chaud."

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.

.

Crédit - KEN DAISHI
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken) - Page 2 Empty
Mar 4 Mai 2021 - 15:19
« Nous allons y aller. Dites, madame, pouvez-vous dire à monsieur Tsukaima que moi, sa fille, le cherchait ? Je voulais lui dire que je vais bien, et… et que je voulais lui parler en privé de sujet familial ? »

«Oh… Hé bien, oui bien sûr. »

«Merci, bonne journée. »

Minako et Ken quittent ce bureau, ainsi que le poste du kyuubu en lui-même. Notre protagoniste compte retrouver sa mamie, afin de lui rapporter l'incident.

« Ma grand-mère était ninja il me semble. Elle a été à Shitaderu, tu sais l'ancien nom de Kumo. Elle est devenue si fragile, maintenant. Elle était guérisseuse et pouvait concocter des médicaments à base de plantes médicinales, alors je pense que ta grand-mère, Grisou, a dû la connaître. »

C'est ainsi que le duo de musiciens se pointe devant cette demeure familiale en face du cimetière. Une petite maison vétuste, en bois, dans un style typique de Shidateru.

« Hé hé… nous étions si pauvres que seule cette maison pas chère nous convenait, la vue est assez malaisante mais bon, on s'y habitue. »

Minako toque et ouvre la vieille porte qui grince. Elle fait signe à Ken d'entrer. Ensemble, ils marchent doucement vers la salle à vivre, là où devrait être cette vieille dame au nez crochu, petite, assez portante, aux dents jaunes et distantes. D'une voix grave, grasse, dont on peut imaginer abîmée par ces cigarettes fumées, on peut l'entendre parler.

« Ah ma petite fille… Mon p'tit monstre qui fait peur à sa maman… ah ah ah… t'es revenue.. J'ai reconnu ton chakra de loin… J'ai pris de l'âge, je ne saurai me battre, mais je peux au moins détecter ta présence… je suis contente de te voir. »

« Grand-mère, que vous ai-je dit sur vos cigarettes… Bref. Je voulais te donner des nouvelles de maman. Elle est à l'hôpital. Apparemment, elle a énervé le boulanger de l'Inazuma no Kumo, au point où il n'a pu contenir sa colère. »

« QUOI ? Oh là là ma p'tite Junko, toujours à mettre son grain de sel partout. Oh ? Qui est ce jeune homme d'ailleurs ? »

« Je vous présente Ken, mon ami, ninja musicien lui aussi. »

Minako prend la boîte de cigarettes et emmène sa grand-mère sur la terrasse.

« Vous m'excuserez, grand-mère. Mais vous ne devez fumer qu'en extérieur. S'il y a une chose sur laquelle maman et moi sommes d'accord c'est sur le fait de ne pas fumer à l'intérieur ! Ça pue du coup ! »

« Oh le rabat-joie ! Ça ne suffit pas que tu m'humilie devant ce beau chuunin du village maintenant tu joues à ça devant ton ami ? »

« C'est pour votre bien grand-mère ! Bref, je voulais qu'on discute un peu.. J'aimerai en apprendre davantage sur maman. Elle m'a parlé de mariage arrangé, j'aimerai savoir… elle et papa, est-ce qu'ils ont été forcés ? C'est vrai, je les ai rarement vu heureux, enfin, au point où ils se montrent leur amour en s'embrassant et se câlinant comme le font d'autres parents... »

« Oh ? Voilà une question inattendue.. Hé bien, je vais tout te raconter. Junko, ma fille, et moi, habitions dans un petit village dans la forêt de Hi. Ton père, un Kazejin, était en voyage, avec Yoichi, à la recherche de partitions uniques. Ils ont traversé Hi et nous nous sommes rencontrés. Ils ont trouvé refuge chez nous pendant un moment. C'était le coup de foudre entre Kaito et Junko. Junko a insisté pour continuer le voyage avec son bien-aimé, et nous sommes partis, sans un sous en poche, jusqu'à Kaminari. Yoichi et Kaito ont finalement intégré les forces de l'ordre de Kaminari après de nombreux tests, afin de réussir à nous mettre à l'aise. J'étais bien fragile à cette époque là, tout ce que je pouvais faire était de soigner leurs blessures avec de l'iroujutsu et de créer des remèdes pour panser les plaies. Junko était incapable de manipuler le chakra, elle s'en est rendue malade, dépressive. Un jour, elle est tombée enceinte, et comme le veut la coutume, ils se sont mariés. Elle était traumatisée car à l'époque où mon mari était en vie, il avait cette habitude de marier ses sœurs et vendre des frères, afin d'avoir de l'argent, qu'on n'a pas retrouvé… Et tu es née. Ça a été les premières années de ta vie tu sais, ils étaient heureux. Tu aurais vu le visage de ton père, tellement fier d'avoir une telle enfant, si belle, dans ses bras. Un grand gaillard tout doux. Après, avec son travail, il avait de moins en moins de temps pour vous. Junko était frustrée, et s'imaginait tout et l'inimaginable. Elle ne le laissait jamais respirer. »

Rukina tousse à cause de sa salive. Minako la soutient et espère que ça va. Finalement, la grand-mère reprend son souffle.

« Tu te souviens quand tu es allée à l'hôpital il y a 3 ans ? »

« Ah… oui je m'en souviens. »

Minako pose sa main sur sa poitrine, sur son sein gauche plus précisément. Comme s'il y a un souvenir, enfoui en elle. Elle s'en souvient bien. C'est à ce moment-là que Junko a commencé à la considérer comme un monstre. À ce moment-là que Mitsai est apparue.

« Tu as été le premier cas recensé de personne ayant porté un jumeau parasite. Cet embryon qui s'est logé dans ton sein. C'est depuis ça que ta mère a réellement commencé à te détester, car elle a pensé que tu lui a potentiellement volé le second enfant qu'elle aurait voulu. Elle voulait un second enfant, du nom de Namiko, mais elle n'a jamais réussi à l'avoir. Et ce qui t'est arrivé l'a enragé. Te souviens-tu de Kaneko ? Ta grand-mère paternelle ? »

« Je m'en souviens, oui. Cette gentille grand-mère. Pourquoi ? »

« Hé bien, ta mère soupçonne que Kaneko t'a maudite après ton incident. Je ne connais que peu, voire pas du tout son pouvoir, mais il semblerait que ton alter, Mitsai, soit en réalité l'âme de ta sœur. Oh ne t'inquiètes pas Minako, ce n'est qu'une supposition, il faudrait qu'une personne connaissant ce pouvoir puisse le confirmer. Si tu veux mon avis… Lorsqu'il aura du temps, tu devrais en parler au Raikage. »

« Mais quel est le rapport ? Ce ne serait pas de l'ordre du complexe scientifique d'étudier cela ? »

« Que tu es sotte voyons. Kaneko faisait partie du clan Meikyû, le même que celui de ce beau Raikage. Il est le seul, de ce que je sache, qui pourrait un jour t'aider. Enfin… quand tu sera forte bien sûr. Bon alors… voulez vous un thé mes tourtereaux ? Alors mon garçon ? Tu es donc un ninja toi aussi, hein, vous faites équipe ensemble n'est-ce pas ? N'oublie pas, tout seul tu ne pourras jamais déployer toute ta force. De ce que j'ai vu, vous les ninja, devez travailler ensemble, sinon, c'est perdu d'avance. Je suis sûre que vous pourrez faire des ravages, beaux que vous êtes tous les deux. »

Rukina a fini sa cigarette, elle entre et prépare un thé qu'elle affectionne particulièrement. Du thé vert à la menthe.

« J'espère que je ne vous ennuie pas, jeune homme. Vous pouvez venir boire un peu, voulez-vous quelque chose avec ? Des moshis par exemple ? »

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako

Rencontre fortuite entre musiciens. (with Daïshi Ken)

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: