Soutenez le forum !
1234
Partagez

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa]

Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa] Empty
Sam 27 Fév 2021 - 11:47
A droite, la sueur avait coulé. Un groupe de soldats s'entraînait d'arrache-pied dans ce qui devait être un combat de groupe. Tentant de limiter le plus possible les dégâts, ils surent où s'arrêter dans leur affrontement et tournèrent afin de faire participer tout le monde. Les plus affaiblis rampèrent pour s'écarter de la lutte tandis que d'autres rentraient avec rage, souvent avec une arme en bois en main pour éviter de découper les camarades, mais toutefois déterminés à l'idée de prendre le dessus sur les autres combattants.

A gauche, c'était le sang. Les ninjas les plus acharnés se retrouvaient seuls face à un épouvantail d'entraînement bien résistants aux coups. La passion et l'énergie avec laquelle ils enchaînaient les frappes écorchèrent petit à petit la peau de leurs doigts et l'on pouvait voir apparaître quelques bleus, quelques plaies fermées, quelques entailles ouvertes qui laissaient perler quelques gouttes du liquide rougeâtre.

Dans ma marche usuelle et dans une démarche digne d'un souverain, la posture droite et l'allure inébranlable, j'observais avec mes yeux grisâtres la passion qui animait mes troupes. Je ne pouvais qu'honorer leur déchaînement, leur envie de se dépasser en vue de la guerre qui les attendait. Voir du sang et de la sueur était le minimum syndical de chaque entraînement pour chaque soldat qui espérait pouvoir être utile dans le futur.

Mais dans cette admiration pourtant habituelle, qui ressemblait plutôt à de la fierté de voir que nous étions tous motivés à l'idée de nous surpasser, mes yeux se posèrent temporairement sur une silhouette. De loin, on pouvait croire qu'elle dormait. Le faisait-elle vraiment ? Sa posture ne présageait rien de bien rassurant. Dans cet océan d'efforts résidait une pacifique rébellion, une kunoichi qui, malgré tout ce qui l'entourait, ne semblait pas plus encline que ça à l'idée de donner de son énergie.

Ma marche s'était alors directement tournée vers sa direction. La jeune femme affalée devait bientôt voir une silhouette d'ombre recouvrir ses yeux du soleil qui les illuminaient et devait entendre une voix qui n'avait rien d'agressif. Pourtant, le message qu'elle dispensait n'avait rien de rassurant.

-"J'espère que vous plaisantez ? Ne vous levez pas, et soyez assurée que je vous ferai enfermer dans les geôles d'Urahi."

Pas une trace d'effort, pas une trace de sueur. Ses vêtements ne semblaient salis que par sa posture à même du sol et le seul liquide qui coulait sur son corps était un léger filet de bave qui perlait le long de sa bouche. La définition même de la paresse... le deuxième ennemi de la guerre pour le Chakra.



@Warui Kusa
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Warui Kusa
Warui Kusa

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa] Empty
Sam 27 Fév 2021 - 12:26

Il y a tellement de vacarme ici, que la kunoichi ne peut dormir que sur une oreille. Heureusement, son sommeil est lourd d'ordinaire. Un bruit de ravalement de salive succède aux paroles qui ont rompus le lambinage de la madame. Pas un de ceux qui exprime l’angoisse, non, elle a juste manqué de s'étouffer par sa propre bave en voulant râler, étant dérangé dans sa paresse. Même pas elle ne prendra la peine de se redresser ou d'ouvrir un œil. Son horriblement bâillement n'est caché que parce qu'elle a tiré un livre de médecine ouvert pour faire joli, vers son visage afin de dissuader son interlocuteur de poursuivre la conversation.

__ Une mascarade ici ? Qui oserait. Je recharge mon chakra chef.

Une excuse peu crédible, mais un ton très assuré pour le dire. Peut-être même qu'elle y croit elle-même. Pas besoin de voir à qui elle a affaire, de toute façon il n'y a que les supérieurs pour faire preuve de tant d'indélicatesse pendant ses siestes. Les soldats savent que l'irou se vengera sur leurs soins. Et ici, tous, un jour ou l'autre passe entre les mains d'un soignant. Suffit d'observer l'entrainement du jour pour le comprendre. Comme quoi, avoir une mauvaise réputation peut être rentable parfois. Les secondes passent, les mots arrivent enfin jusqu'à son cerveau. Il a parlé de mise à l'ombre, ça sonnait comme une punition. La femme soupire en s'activant enfin, d'un geste brusque, sa silhouette prend une position assise. Elle pense avoir affaire à un nouveau, quelle malchance, la baratineuse va devoir décourager celui-ci aussi. Ainsi, la face enfarinée, elle scrute le jeune homme après avoir jeté son bouquin sur un côté. Le morveux a l'âge d'être son fils (un fils qui est plus gradé que sa mère également). Il lui rappelle vaguement quelque chose, mais sans son café, Kusa refuse de réfléchir, c'est mauvais pour sa santé qu'elle croit dur comme fer.

__ Les geôles ? Une sentence sans procès, c'est du joli. Me faire me relever et gaspiller une énergie qui serait plus utile pour soigner nos vaillants soldats abîmés dans l'élan de leur dévotion. C'est arbitraire un peu non ? Mon... Capitaine ? Lieutenant ? Sergent ?

Elle ne le situe définitivement pas celui-là, pourtant elle a déjà vu, mais avec au moins cinq grammes d'alcool dans le sang, donc forcément son visage n'a pas marqué son esprit... De nos jours, même un gamin peut devenir empereur. Il lui dirait qu'il est son nouveau général que ça ne l'étonnerait pas plus que ça. D'ailleurs, il est sapé pour et elle remarque en s'étirant vers le goujat qu'il a les traits déjà marqués, fatigue ou soucis. Ça sent mauvais pour ses fesses, alors elle obéit, se redresse, même si ça aurait été mieux de le faire avant de parler pour ne rien dire...

__ Les apparences sont trompeuses, je réfléchissais calmement avant d'agir, à la meilleure façon dont je pourrais être utile aujourd'hui pour notre empire.

Heureusement que son fils n'est pas là pour voir ça.

Revenir en haut Aller en bas
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa] Empty
Dim 28 Fév 2021 - 11:12
Un faux regard médisant tentait de percer le vrai du faux dans une situation cocasse. Un tir au flanc était prit en flagrant délit, de nombreux détails criant au monde que cela faisait sûrement un petit moment qu'elle se suffisait d'un peu d'ombre et d'un soleil éclatant, et j'attendais presque avec excitation de savoir quelles allaient être ses excuses. Après tout, j'avais l'habitude de voir le regard changeant de ceux qui réalisaient que l'Empereur en personne s'adressait à eux, ceux qui changeaient de visage en passant de rebelle "assumé" lorsque j'étais absent à "fan respectueux". Je ne m'attendais ainsi pas à avoir une telle réaction...

Qui me surpris bien plus que ce qu'elle n'aurait dû.

La jeune femme était étrange. Son accoutrement et sa posture ne faisaient pas que démontrer l'apparence de quelqu'un de nonchalant et de paresseux : elle semblait réellement déconnectée de la réalité. Cela faisait de nombreux jours que j'avais pris la place de gouvernant et il était impensable de voir que quelqu'un ignorait mon visage et mon identité. Ainsi, elle ne fit pas que montrer de l'inconscience à mon sujet, elle se permis de prendre ses aises en arborant un caractère presque arrogant. Il fallait avoir de la fierté lorsque l'on était au Teikoku et que l'on voulait tirer son épingle du jeu... hélas, il fallait également de la sagesse et de la perspicacité. Ses démons lui faisaient de l'ombre.

-"Impensable que vous ne réalisez pas vous adresser à l'Empereur en personne."

Ma posture droite et ferme nuançait un regard perçant qui se plongeait dans les rétines de la jeune femme. Que répondre à tout cela ? Lui botter les fesses pour qu'elle se mette en action ? L'enfermer pour lui faire comprendre qu'elle ne servait à rien dans la guerre qui l'attendait ?

Il y avait un chemin que je préférai prendre. Parce que la meilleure chose à faire lorsque l'on attrapait un ennemi, c'était de le faire se sentir mieux que dans son propre camp. Je devais trouver les mots pour la forcer à s'entraîner, pour qu'elle se force elle-même à se mettre en action. Une motivation qui partait d'elle.

-"Je pense que vous vous moquez de moi. Cela se voit que vous êtes une adepte de l'inaction, vous ne me tromperez pas avec ce genre de mensonge. Pas lorsque vos vêtements ne sont salis que par la terre sur laquelle vous vous endormiez. Pas lorsque vous ne montrez le moindre signe d'effort."

Etrangement, elle pouvait sûrement voir mon air s'apaiser plutôt que de s'aggraver. Elle était prise sur le fait et pourtant... il ne semblait pas y avoir une quelconque haine dans mon regard. Une incompréhension certaine, cela dit.

-"Répondez moi plutôt. Pourquoi perdre votre temps ? Auriez-vous baissé les bras à l'idée de gagner cette guerre ? Ou peut-être requestionneriez-vous l'utilité du chakra pour la paix ?"

Ma main vint se glisser ouvertement sur le pommeau de mon sabre situé dans mon dos. La réponse était claire : même si cela ne me plaisait pas, si elle assumait ouvertement vouloir rejoindre le camp de l'Homme au Chapeau, la mise à mort serait immédiate. Je détestais tuer, mais la victoire semblait si lointaine qu'il fallait éliminer le moindre possible traître.

Enfin, c'est ce qu'elle devait comprendre de ma réaction.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Warui Kusa
Warui Kusa

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa] Empty
Dim 28 Fév 2021 - 13:41

Les situations impossibles, Kusa les collectionne depuis le début de sa vie. Elle ne les cherche même pas, elles viennent à elle, comme si une force invisible voulait enrailler ce bug quelle représente dans la matrice. Et celui-là qui vient avec un casse-tête de rang SSS au réveil sauvage de sa sieste. La femme a deux de tension, avec Kusa, c'est souvent, tout en excès ou rien. Face à la présentation, elle reste stoïque, son regard se fond dans celui de son interlocuteur, mais son brun ne reflète que du néant, elle ne l'observe pas vraiment, se concentre juste sur le bleu de ses iris pour s'aider à penser. Ainsi ça serait le morveux ? En personne ?

Encore heureux, elle ne le nomme pas de son petit nom à haute voix, mais le sobriquet secret suffit à réanimer un éclat de vie dans ses yeux. Voilà qu'elle le reluque de la tête aux pieds, comme vérifiant que l'information est correcte. Mince alors, de loin (et avec cinq grammes dans le sang), elle le voyait plus petit et jeune que ça. Voilà qui est cocasse et la laisse sans expression. Sa machine cérébrale a un fonctionnement bien particuliers, à croire que son bon sens et ses instincts de survis ont pour habitude d'arriver avec un train de retard. Maintenant qu'il est offensé, cela ne sert plus à rien de prétendre quoi que ce soit. Avec une patience relative, Kusa attend de voir la suite avant de réagir. Quand il l'invite à s'exprimer, une main sur son arme offrant l'évidence de la menace, sa sujette commence par prendre le temps de tirer de l'arrière de son oreille une des sources de ses nombreuses addictions. Si elle doit mourir, autant le faire après une bonne bouffée de tabac. Et alors que la fumée s'échappe d'entres ses lèvres, elle répond avec sincérité et simplicité. De toute façon, Kusa n'a rien des créatures sophistiquées de la capitale, elle est un pur produit des terres populace de Hi.

__ Je n'ai pas menti. Mon rôle s'applique à la fin de leur labeur et leur permet de la reprendre sans délai demain après une nuit de repos apaisée grâce à mes soins. Mon utilité n'est donc pas moindre et c'est plus épuisant qu'il n'y parait vu la quantité de soldats.

Sa silhouette se redresse aussi, c'est trop tard pour faire semblant, celui-là, elle ne la baratinera pas et la femme le sait, alors autant être soi-même, quoi qu'il en coûte.

__ Je n'ai pas rejoins l'armée de l'empire pour me battre, et je n'ai trompé personne en postulant. Je suis ici pour protéger des vies, mais à ma manière. Je suis un médecin probablement depuis même avant la naissance de son altesse, pas une guerrière qui mutile les corps et arrache la vie. Apprendre à le faire ne m'intéressera jamais, ce n'est pas pour être semblables aux destructeurs de mon feu pays que je suis devenue une shinobi. Je ne souhaite la vie de rudesse et de solitude que mon offert gracieusement les conflits ninjas à personne. Pas même mes pires ennemis malgré la rancœur.

L'origine de l'empereur est clairement visée ici et assumée. Peut-être qu'elle en a trop dit. Sa rudesse de condition modeste lui jouera toujours des tours par ici, mais si Kusa en a conscience, son envie de changer ce qu'elle est inexistante.

__ On peut penser que je perds mon temps, mais je préfère attendre mon moment. Ne pas gaspiller celui d'un instructeur qui n'a rien à transmettre à celle qui ne veut rien recevoir.


La fumée danse sur son bâton toxique, ce dernier se consume comme un sablier donnant le temps restant avant l'heure fatidique. La Warui n'avait jamais eu l'intention de s'exprimer sur le sujet avec qui que ce soit, mais maintenant qu'il lui a posé la question, elle se sent obliger de lui répondre. Pourtant, une alerte de conservation sonne dans sa tête, elle devrait juste ramper au sol et attendre que cela passe, mais c'est au-dessus de ses forces.

__ Quand au chakra, tous ne méritent pas sa bénédiction j'approuve cette vérité. Cependant, d'autres l'usent à bon escient, mais est-ce que ça suffit à renverser la balance ? Je ne sais pas. C'est pourquoi cette guerre est déjà perdue, les opportunistes émergent toujours du chaos pour l'étendre. Un cycle éternel.

S'il juge que cela fait d'elle une traître, ce qui semble se promener dans sa petite tête, alors se sera mieux pour tous deux de mettre fin à cette mascarade qu'était l'existence de la Warui. Mais sa volonté de vivre était plus féroce qu'il ne paraisait de prime abord.

__ Mais je suis là, loin de mon ancienne vie rurale parce que mon fils donnerait son corps et son âme pour l'honneur de notre emblème. Dans votre armée, je soigne vos hommes amplis d'espoir fou, comme lui. Je tais mes convictions pour ne pas semer de troubles. Pas exemplaire, ni aussi acharnée, mais pas inutile à ne rien faire tout le long de ma présence pour autant. Je me repose pendant qu'ils suent, ils font de même pendant que je sue à ma propre tâche. C'est honnête non ?

Son débit de paroles s'éteint ici. Son regard vif montre qu'il l'a éveillé plus que nécessaire avec cette rencontre, il est rare que la kunoichi fasse preuve d'autant de sérieux, elle préfère vivre avec légèreté d'ordinaire. Mais faire face de façon aussi fortuite que catastrophique à l'empereur n'a rien d'ordinaire non plus. Maintenant les dès sont jetés, la femme sait d'office qu'elle ne peut pas s'en sortir à moindre frais cette fois. Au moins elle a dit ce qu'elle avait sur le cœur et cela semble lui suffire à accepter la tournure actuelle des choses.

Revenir en haut Aller en bas
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa] Empty
Lun 1 Mar 2021 - 20:56
La posture professionnelle ne mouftait pas. Mon regard étonnamment calme analysait le corps de celle qui s'était non pas redressée pour se mettre à la tâche, effrayée à l'idée de subir des répercussions qui lui pendaient sur la tête, mais plutôt pour répondre avec franchise et courage. Défendant son bout de pain du mieux qu'elle le pouvait, ses mots résonants à ma tête comme un discours intelligemment construit pour vanter une feignantise visible. Il tenait la route, là était toute l'agilité de la manœuvre. Une logique imparable, celle dans laquelle chacun devait rester à sa place et où sa place à elle était sur le banc de touche, attendant une blessure pour agir.

Ce qui était le plus déroutant était probablement la hargne avec laquelle elle défendait son bout de pain. Plus qu'un plaidoyer visant à protéger sa propre image, elle s'organisait même pour titiller la mienne dans quelques petites provocations qui étaient certes avérées, mais qui ne se disaient tout de même pas à un Empereur. Amusant était de constaté que ce genre de comportement n'aurai pas eu lieu une seule seconde avec Yamanaka Rei. Ou vivait-il cela lui aussi ? Passer après un homme d'une telle puissance et d'une telle envergure, ça avait obligatoirement ses limites. Ou peut-être me manquait-il quelque chose ?

Je ne fis toutefois pas fi de ces provocations. Après tout, peut-être que cela était vrai. Peut-être avait-elle effectivement commencé la médecine alors que je n'étais pas né, même si cela était plutôt simple dans un monde shinobi où les premiers entraînements démarraient très tôt... Ce qui me fit rapidement penser que cela ne valait rien. Après tout, de nous deux, c'était moi qui avait réussi à atteindre le rôle d'Empereur en le prouvant par la force.

-"C'est à croire que vous avez passé plus de temps à préparer votre défense qu'à vous entraîner. Votre activité se résume à faire ce que vous savez faire, vous ne vous améliorez même pas. Actuellement, vous pensez vous capable de tenir tête aux hommes de Sakaze Tôsen ?"

Sans broncher, l'allure était toujours aussi stable. Elle pouvait même regarder que mes yeux ne s'étaient plus arrêtés sur elle non... ils regardaient au loin.

-"Si votre réponse est oui, je vais vous révéler un secret : vous êtes une sotte. Enfin, vous vous en doutiez sûrement déjà : vous attendez que des soldats se blessent gravement alors que toute bonne recrue normalement constituée cesse son entraînement dès qu'il sent qu'il est à bout. Vous aviez quelques indices."

Peut-être devenais-je trop cru ? Non, ce n'était jamais assez. Le peuple du Feu était stupide, je devais m'accorder avec cette idée. C'était la raison pour laquelle c'était moi qui gouvernait : parce qu'ils étaient bien trop bêtes pour le faire eux même. Un peuple dirigé seulement par la soif de se battre ne pouvait être suffisamment compétent pour diriger sagement une faction... surtout lorsqu'il était suffisamment insolent pour répondre à l'autorité par de l'insolence.

-"Dites-moi, que se passe t'il si aucun soldat ne se blesse pendant la journée ? Que se passe t'il si, en se blessant, ils ne viennent pas vous voir ? Ne me répondez pas qu'ils vous connaissent, je passe ici plusieurs fois par mois, je ne vous ai jamais vue, je n'ai jamais entendu parler de vous."

Je ne la regardai toujours pas, mais plutôt que d'interpréter ça comme une volonté de regarder vers l'avenir, c'était presque par dégoût et par ressenti que j'éviter de croiser les yeux de la paresseuse.

-"Je peux vous redonner la réponse. S'ils ne viennent pas : vous ne faites rien, vous perdez une journée. Peut-être n'avais-je pas été clair lors de mon discours, lorsque je disais que la guerre contre l'Homme au Chapeau était une course contre le temps. Enfin, lorsque la menace n'est pas clairement visible et lorsqu'elle ne menace pas notre quotidien, il est facile de ne pas y croire, n'est-ce pas ?"

Elle pouvait me voir lâcher le pommeau de mon épée. Elle rentrait au moins dans mes clous : elle ne comptait pas visiblement rejoindre l'Homme au Chapeau, même si son raisonnement tenait bien la route... C'était dans les pires moments que les traîtres les plus compétents montraient les crocs. Je ne pouvais lui retirer cette sagesse, même si sa paresse était sa plus grande bêtise.

-"Tout le monde le sait, les ninjas médecins s'entraînent à l'hôpital lorsqu'ils veulent améliorer leurs compétences dans le domaine. S'ils viennent ici, c'est pour échanger des coups. Alors maintenant, plutôt que de vous moquer de moi, levez-vous et allez vous battre. Je n'ai que faire de vos beaux discours, ils ne valent rien."

Ne bougeant pas, m'attendant à ce qu'elle se lève et qu'elle parte s'entraîner, je comptais bien attendre autant de temps qu'il le fallait pour lui botter les fesses.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Warui Kusa
Warui Kusa

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa] Empty
Lun 1 Mar 2021 - 22:09

Un toc lui fit se mouvoir un sourcil face à la première réplique. Kusa n'a jamais été du genre à préparer quoi que ce soit. Elle parle comme elle pense. Une créature simple qui peut paraître aussi simplette par ce possédé. C'est probablement son éternelle improvisation qui l'empêche de progresser efficacement. Mais en a-t-elle seulement envie de ce progrès ?

Aussi, elle ne répondit pas immédiatement à la question, se doutant bien, par habitude certaine, qu'une suite n'allait pas tarder à s'en suivre. Elle aurait pu lui souffler un non et lui expliquer qu'elle n'avait nulle intention de le faire aussi, les confronter, mais cela n'aurait fait qu'aggraver la situation déjà catastrophique. Et tandis qu'il ne veut même plus la regarder en face, ses iris à elles se font perçantes, tente de sonder quelles émotions se succèdent et s'enlacent dans l'esprit du jeune empereur qui choisit les mots se voulant instructeurs et tranchants aux actes punitifs physiques. Un bon point pour lui, au moins, il ne fait pas partie de toutes ses bêtes sauvages aux traits d'humains qu'elle a côtoyé toute sa vie. En effet, le terme de diplomatie ne lui évoque pas grand-chose, alors qu'elle est à l'instar de ses compatriotes; une pacifiste invétérée. Mais, c'est une qualité de valeur à ses yeux. Est-il ici question de diplomatie ou de patience en revanche ?

La contenue du jeune-homme la trouble un peu, sa colère évidente semble parfaitement contenu, elle n'a pas besoin de plus pour savoir qu'elle a affaire à quelqu'un qui joue plus habilement qu'elle des paroles et leurs sens. Décidément, rien ne jouera en son avantage et pourtant, son intention de prosterner n'est pas rompu. La femme n'en démordra pas.

__ Il n'y a rien de faux dans tout ce que vous venez de dire votre altesse, mais il n'y a rien non plus d'exactement vrai.

Sur cette note bien mystérieuse, elle l'imitait en préférant regarder ceux qui s'entraînaient à quelques mètres.

__ Aucun hijin de ceux dont on parle ici, n'est assez sage pour s'arrêter avant de se faire mal. Surtout pas à des niveaux et des rangs aussi bas que celui des jeunes recrues de ce camp.

Et ça, elle le dit avec son expérience pour appui.

__ Ils sont pressés et effrayés pour toutes les raisons que vous venez d'évoquer, aucun de nous dans le Yuukan n'est près à faire face à cet homme ou ses subordonnés. Et la panique a bien des formes altesse. Si vous me croyez ici par hasard à ne rien faire aux yeux de tous au lieu de me cacher... peut-être me voyez-vous plus bête que je ne le suis.

C'est arrogant, mais le but n'est pas de l'être. Non, elle n'aime pas suer, frapper sur un mannequin ou un camarade, c'est vrai. Tout comme un hôpital serait un endroit plus adapté pour perfectionner sa médecine. Mais elle déteste rester enfermée, des vieux démons de son passé en cause.

__ Je n'aime pas l'hôpital pour être franche. Si j'y étais, ils perdraient de leur temps si précieux à s'y rendre et à revenir ici. Aucun d'eux n'a pu ignoré ma présence outrageante à ne rien faire. Dans ce lot, il y en a forcément un que j'ai déjà soigné qui peut faire passer le mot. Et combien même si ce n'était pas le cas, sur la touche, je suis la mieux placée pour voir ceux qui la rejoignent. S'ils ne viennent pas à moi, j'irais à eux leur faire gagner ce temps qui leur manque.

C'est un dialogue de sourd, elle sait pertinemment que se justifier ne sert à rien. La discussion a des allures de négociations douteuses, alors pourquoi ne pas lui en donnait clairement la nature en posant noir sur blanc un marché.

__ Je comprends votre scepticisme et votre désapprobation. Aussi, faisons ainsi : si aucun ne se blesse d'ici la fin de leur entrainement et me donne ainsi tort. J'exécuterais le triple de l'entrainement du jour que j'ai esquivé avec vigueur et sans broncher. Et à l'avenir, je ferais mon temps à l’hôpital plutôt qu'ici, combien même mon affection pour le terrain.

Bâtiment déstable à ses yeux. Mais avantageux pour flemmardiser bien plus "tranquillement" et à l'abri qu'ici. Négocier au lieu de filer au pas de course était aussi fou qu'irraisonné, mais dans son audace, la kunoichi était confiante, il n'y avait pas eu depuis son arrivée, un seul jour d'entraînement où elle n'avait pas eu son lot de labeur pour remettre sur pieds ces fous furieux de quête de puissance. Sur cette note, enfin, la femme se décide à faire preuve de respect, ou plutôt se souvient que maintenant, qu'il est de coutume d'offrir une révérence à l'empereur quand on le croise. Ce qu'elle fait en attendant sa réaction. Il ne faudrait pas que la main du dirigeant se languisse à nouveau de son épée.
Revenir en haut Aller en bas
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa] Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 12:03
J'appréciais à demi-teinte la manière qu'elle avait de me répondre. Tout ce qu'elle disait n'était pas stupide mais il me paraissait tout à fait inconscient de répondre à un supérieur hiérarchique en assumant complètement sa position. Pire que ça, en remettant presque son autorité en question. Cela ne me paraissait pas seulement inconcevable même en me mettant quelques secondes à sa place. Craignait-elle si peu la mort que cela ? Se moquait-elle vivement de l'emprisonnement ou de l'autorité ? Quel avantage y avait-il à agir comme cela ? Comment se positionnait-elle vis à vis de tout ça ?

Si elle se moquait de l'autorité, cela pouvait devenir compliqué. Elle était la base de la structure du monde, les rapports hiérarchiques étaient à la base du fonctionnement des shinobis et il était essentiel d'appliquer les ordres des supérieurs. N'en avait-elle rien à faire ? Alors qu'attendre d'elle lors de la lutte contre l'Homme au Chapeau ? Qu'elle discute les décisions, qu'elle discute les ordres ? Qu'elle n'en fasse qu'à sa tête ? Cela m'était impossible à accepter.

-"Je ne vous crois pas seulement bête, Soldat. Je vous crois irresponsable également."

Après tout, la qualité primordiale de tout ninja n'était-il pas la soumission ? La nature même du shinobi n'était-elle pas d'être un véritable outil pour les têtes pensantes, ou au moins pour les têtes dirigeantes ? Elle requestionnait cet aspect même du métier que tout le monde appliquait avec attention et conscience, dénaturant alors la fonction du shinobi pour le faire passer du soldat appliquant au soldat réfléchi. Rien de plus dangereux pour un monde qui avait besoin d'ordre pour fonctionner convenablement.

-"Je me hâte de l'après-guerre, lorsque nous expliquerons au monde que notre défaite dépendait d'un hôpital qui n'était pas au goût d'une jeune kunoichi. Peut-être devrions-nous également demander au peuple comment l'Empire devrait aménager ses terrains d'entraînement, peut-être que l'architecture de ces derniers ne conviennent pas à certains Soldats qui ne viennent plus s'entraîner ?"

Plus que de l'absurdité, je ne me gardais pas de me moquer ouvertement d'une position risible. Elle n'aimait pas l'hôpital ? La pauvre, peut-être devrais-je rajouter quelques couleurs, quelques événements digne des plus grands cirques pour que cela paraisse moins triste à ses yeux ?

Adressant un regard et un geste à quelques gardes qui m'accompagnaient, je leur faisais clairement comprendre ma position.

-"Je me fous de vos opinions. Qu'il s'agisse de votre vie, de celle de votre fils, de celle de vos parents. Elles ne valent toutes rien. Savez-vous ce qui vaut véritablement ? La survie de centaines de milliers d'innocents lorsque le chakra sera sauvé. Vos caprices n'ont pas leur place et par extension, vous non plus."

Cette fois, un regard bien plus perçant vient défier le sien. Elle voulait se confronter à l'autorité ? Elle allait être servie.

-"Vous n'êtes pas en position de négocier quoi que ce soit. Dans le monde des shinobis, il est important de savoir réfléchir, mais il est également important de connaître sa place. Pour l'instant, la votre est derrière des barreaux. Je n'ai pas de temps à perdre avec des clowns dans votre genre."

Alors que les gardes s'approchaient vivement, je commençai ma marche pour reprendre ma route vers d'autres terrains, vers d'autres profils de ninjas.

Il n'y avait besoin que de peu pour tenter de la transformer.

-"Gardes, mettez là quelques jours derrière les barreaux en lui faisant comprendre l'importance de coopérer. Je vais m'occuper de son fils, peut-être qu'il est le levier parfait sur lequel jouer pour obtenir ce que je veux."

Une provocation clairement assumée qui n'avait rien à voir avec l'être de paix que j'incarnais il y avait de ça quelques semaines. Et alors que je m'éloignai vers un futur qui était inconnu aux yeux du Soldat, les gardes l'empoignèrent tous pour l'emmener quelques jours dans les geôles de l'Empire, d'autres restant proches de moi au cas où.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363

Les pénombres de la motivation [Pv : Warui Kusa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu :: Camps d'entraînement
Sauter vers: