Soutenez le forum !
1234
Partagez

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C)

Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mer 3 Mar 2021 - 14:54
La veille au soir:

LA BAAAAABE….

Ken lança le parchemin, il était fâché. Il aurait dû être ravi d’avoir une mission, sa toute première qui plus est ! Toutefois, c'était une mission de rang C, comment pouvait t’on donner directement une mission rang C comme première mission? N'aurait-on pas dû lui faire chasser les chats errants comme n’importe quel ninja débutant? Le stress lui prenait l’estomac car en plus sur le parchemin il a été indiqué qu’il ferait équipe avec @Metaru Hideko. Si il en juge sur ses connaissances, c’est une femme. C'était bien sa vaine. Lui qui a une légère phobie des femmes, on lui en met une dans les pieds, une de rang B qui plus est. Étrangement, il avait plus peur d’elle que de la mission en elle-même. Au contraire, d’un certain point de vue, il semblerait qu’ils auront à faire à un utilisateur de l’ Onkyoton, tout comme lui. Un rival, qui avec de la chance, lui permettra d’améliorer ses compétences dans ce domaine. Un large sourire sur le visage, il pense à la façon dont, avec son taïko, il a réussi à apaiser mamie Grisou.
Hummm Hideko, qui que tu sois, il semblerait que ce sera toi la chef d’équipe, rang B oblige… j'espère que tu seras pas une excentrique encore. Ho se matin j’ai fait les soldes j’ai acheté une robe à mon petit chien et tu sais que ça lui allait très bien? ! Oh ce matin j’ai croisée Michel, tu sais le fils du poissonnier et HOLALALA comme il a grandi il est devenu tellement mignon… Je ne te connais pas, j'espère juste qu’on ne parlera pas chiffon…
Allons Ken, donne lui sa chance… avec de la chance, se sera un garçon manqué elle ne fera pas peur… allons ça sert à rien de stresser pour ça! Il reste un détail toutefois, cet utilisateur de l’Onkyoton, je n’ai jamais réfléchi sur comment le stopper… J’ai toujours voulu au contraire, que l’on m'entende de mieux en mieux… Bref je verrais ça demain, pour le moment, quelques exercices d’assouplissements.

Ken décide pour évacuer son stress, d’effectuer un entraînement HIIT très précis.
[NOTE DE LA DIRECTION] Je décide de mettre la séance de sport en HIDE au cas où ce passage ne t'intéresse pas, tu pourras skip. Il y est mentionné la séance de sport EXACTE de Ken... ![/NOTE DE LA DIRECTION]
l'entrainement:
 
Il en oublie pendant une petite minute là où il se trouve. Il ne ressent plus rien, un vide absolu. Un état de zen profond. Cela dit, son corps finit par lui envoyer des signaux pour que Ken expulse l’air vicié. Se dernier alors souffle l’air et reprend une respiration normale en méditant profondément sur sa séance. Sans s'en rendre compte, le ninja s'endort.

Le matin même après sa douche:

Mamie Grisou accueille son petit-fils avec une joie non dissimulée.

- Ma chouquette va faire sa première mission de rang C !
-Mamie je t’en prie…
-Ça se fête non? J’ai fais ton plat préféré et des cookies pour toi et tes petits copains…
-Merci mamie mais tu sais j’ai dix huit ans….
-Ca veux dire que ta mamie n’a plus le droit de te couvrir de cadeau?
-Non mais….
-Chhhht, tu ne veux pas rendre une vieille dame triste quand même…. Tu n’as pas l’air bien, tout va bien?
-C’est que tu vois dans ma mission il est question de…
-CHHHHT qu’est ce que ce que tu fais idiot !!!! Mamie Grisou tappe sur la tete de Ken d’un leger coup de canne.
-MAIS MAMIE !!!! AIE !!!!
[color=#726e21]-Une mission de ninja est supposée resté secrete idiot ! Imagine que je suis un ennemi? Que je suis prise dans un ninjutsu ou pire, qu’on me torture…. Si je ne sais rien de ta mission je ne peux pas trahir…
-Oui je sais….
-Alors pourquoi tu m’en parles? Ça va pour cette fois, on va dire l'excitation d’une première mission de rang C mais ne recommence pas !

Toute la nuit, une question avait torturé Ken.
Comment faire taire un musicien? Il y a bien sûr, il y a les sourdines… mais le soucis c’est que les sourdines ne marchent que pour les instruments à cuivre… Il existe les pinces cordes, pour les instruments à cordes… mais si notre cible utilise sa voix? Nan car bon, je doute qu’il suffise de lui demander de se taire pour qu’il se taise…. Un peu de sérieux… non… Il doit bien y avoir un moyen… Je vais réfléchir à ça encore un petit moment et peut etre que cette Hideko aura une idée…. en attendant, je me demande comment m’habiller. Oui car bon, je ne peu pas me présenter sous…..

-Ken mon petit tu va etre en retard!!!! aller dépèche toi !!!
-Oui mamie !

quelques minutes avant:

Ken est présent, assis sur ses talons dans une position semi méditative. Dans une salle exposée au soleil où règne une forte chaleur, il patiente. Ne pouvant attendre, il a quinze minutes d’avance. Concentré, sa mission défile sous ses yeux. Hideko ne va pas tarder et avec elle, il y aurait surement un briefing plus détaillé. Il a bien envie de sortir son taïko, mais il n’est pas seul, d’autres personnes sont avec lui. Surement les commanditaires de cette mission. Aucune information ne lui a étéencore transmise, il patientait.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Ven 5 Mar 2021 - 12:09

Les semaines s’enchaînaient et les missions avec : à peine arrivé à l’académie, en cette matinée estivale, que la personne à l’accueil lui indiqua que Hideko était conviée en salle de réunion. Elle partie aussitôt vers la salle indiquée. Un air lourd et chaud emplissait déjà les couloirs de l’imposant bâtiment : l’été battait son plein et ses désagrément avec.
Arrivé à la salle, elle fut accueillie par deux chuunins. Les souvenirs de ses deux premières missions lui revinrent à l’esprit : lorsqu’elle était entrée dans la salle de briefing pour les recevoir, elle avait ressentie une profonde anxiété. Bien qu’attendus, elle ne pouvait s’empêcher d’appréhender ces nouveaux défis et ces inconnues ; ceux-là même qui étaient des étapes obligatoires dans le chemin qu’elle empruntait. Aussi, la jeune femme redouta moins cette troisième expérience, forte de ses deux premières.
La salle se composait d’une table et de deux trois chaises : le strict minimum pour pouvoir expliquer confortablement de quoi il en ressortait. Sur la table était disposé le dossier de la mission. Hideko s’assit et l’ouvrit. Elle commença sa lecture, tout en restant attentive aux explications de ses deux supérieurs. Cette fois-ci elle dirigerait la mission : une première pour elle qui n’était encore que genin. Surprise, elle fut satisfaite, bien qu’aussi troublée par ces nouvelles responsabilités. Le village souhaitait-il mettre ses capacités de chef d’équipe à l’épreuve ? Cela en avait tout l’air.
La mission consistait à la traque et à l’arrestation d’un musicien criminel. L’homme sévissait depuis quelques temps dans les bars, se joignant aux groupes de musicien afin de les accompagner. Il parvenait ensuite à endormir la clientèle pour leur dérober leur bien avant de disparaître, tout en veillant à changer d’apparence à chaque nouvelle tentative afin de ne pas se faire arrêter. L’homme -ou la femme – devait certainement user de son instrument pour endormir ses victimes. Une combinaison de Genjutsu et d’Onkyoton était la plus vraisemblable.
Pour l’accompagner dans cette enquête, un jeune homme du nom de Ken Daishi serait à sa charge. Lui aussi possédait la maîtrise de l’Onkyoton et du Genjutsu : il était le soldat le plus à même de pouvoir contre-carrer les plans de ce criminel.
La réunion terminée, Hideko s’en alla remplir ses responsabilités quotidiennes, le rendez-vous était donné pour le lendemain.


Hideko se dirigeait vers le lieu de rendez-vous indiqué par ses supérieurs. Comme à son habitude elle était vêtue d’un short court, laissant apparaître ses jambes marquées par les cicatrices et un haut à épaulettes et à manche courtes ; des chaussures fermées et sa sacoche de shinobi. Son bandeau était lui accroché à son bras droit.
L’air était lourd, la chaleur étouffante, mais pour une jeune femme qui avait l’habitude de travailler dans une forge, cela ne lui était pas insurmontable.
La veille, toute la soirée durant, elle avait réfléchi à la mission. Aussi, avant de partir, elle avait ajouté à son arsenal habituel deux paires protections auditives. Bien que sommaires, ces protections pourraient leur permettre de se prémunir d’une partie des effets du Genjutsu. Hideko possédait un kaï, ce qui lui permettrait de se défaire des effets d’une illusion, mais elle ne savait aucunement si c’était le cas de son collègue.


Arrivée dans la petite bâtisse, elle entra dans la pièce centrale et vit plusieurs hommes qui attendaient, dont un en particulier qui attira son attention. Ce dernier, plutôt jeune, était assit sur le sol, en position méditative, yeux fermés. Il correspondait à la description physique qui lui avait été faite de Ken Daishi et supposa donc que ce devait être lui.
Tous les regards se tournèrent vers elle. Confiante, elle se plaça au milieu et fit un hochement de tête. Bien que petite, Hideko savait user d’un certain charisme pour imposer le respect.

─ Bonjour messieurs, Hideko Metaru. Je suis enchanté de faire votre connaissance.

Elle parlait distinctement, d’une voix lente et assurée, afin que chacun des hommes présent dans la salle l’entende clairement. Dans une ambiance si masculine, elle ne pouvait faire preuve d’aucune faiblesse, au risque de perdre toute crédibilité.

« On m’a donné la responsabilité de la bonne conduite de cette enquête et de l’arrestation de ce criminel, aussi soyez assurés que je ferai en sorte de le mettre sous les barreaux une bonne fois pour toute. »

Elle sourit pour détendre l’atmosphère, puis se tourna vers le jeune homme.

« Je suppose que vous êtes Ken Daishi ? Si vous pouviez venir à mes côtés. »

Hideko ne cherchait pas à corriger un quelconque mauvais comportement de son collègue, mais pensait qu’il serait plus simple qu’ils soient tous les deux côte à côte pour représenter le village. Elle se retourna vers ses autres interlocuteurs, puis continua.

« J’ai évidemment reçu le briefing de mission, mais j’aimerai que vous me décriviez l’homme qui vous a causé tous ces torts. Surtout, j’aimerai savoir de quel instrument il jouait dans chacun de vos bars, ou s’il chantait. Cela pourrait nous être fort utile pour l’identifier et l’arrêter. »



Ordre de mission:
 


Dernière édition par Metaru Hideko le Jeu 6 Mai 2021 - 12:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Sam 6 Mar 2021 - 16:34
Ken faillit s’endormir, la chaleur intense du lieu, le manque d’air. Il se voyait mal se lever pour prendre un bon bol d’oxygène. Maintenant qu’il etait là… Que penserait ses commanditaires s' il s’endormait ou ne pouvait pas supporter une chaleur caniculaire? Non, il devait lutter pour ne pas dormir. C’est pourquoi il tape sur son taïko réfléchissant à une mélodie. Il était sur le point de trouver un début de genjutsu, selon lui, très intéressant. Le briefing là fortement inspiré. Un homme capable d’endormir au son de son instrument ou de sa voix. Ken voulait absolument percer ce secret.
Il lutte de plus en plus pour ne pas dormir, l’appel se fait de plus en plus fort, de plus en plus présent. Il décide alors d’étudier le sommeil sur son propre corps.
C’est drôle, avant ça ne m'a jamais dérangé, maintenant je veux savoir, comment mon corps s’endort t’il?Je ne sens plus mes pieds, ni mes mains... Suis-je déjà en train de dormir? Bon sang mes yeux sont lourds, je n’arrive plus à les ouvrir, sa pique… Comment la musique peut produire ça? Je trouve ça hallucinant. J’avoue que je le jalouse déja. Je suis un détenteur de l’Onkyoton moi aussi et pourtant… Je ne peu qu’au mieux agacer les gens. Comment peut t’il endormir ses victimes? Je dois absolument le rencontrer, il doit absolument tout m’apprendre sur cette technique !
Je ne dois pas faiblir, je dois comprendre, comment peut t’on endormir quelqu’un par le son? Je sais que les enfants aiment les berceuses mais si c'était si simple… Non c’est forcément autre chose ! J’ai hâte d’y être ! Je….


Ken fini par s’endormir malgré lui. Il ne fit pas attention, une femme entre apportant avec elle une trés fine touche de fraicheur.

─ Bonjour messieurs, Hideko Metaru. Je suis enchanté de faire votre connaissance.

Il eu un sursaut, une sorte d’alerte. Les yeux toujours clos, il simula une intense méditation. Ouvrant les yeux, il fixe l’interlocutrice. Vêtue d’un short court, laissant apparaître ses jambes marquées par les cicatrices lui donnait l’impression qu’elle etait limite un homme imberbe. Des jambes solides et souillées par la guerre.


un haut à épaulettes, à manches courtes. Ces épaulettes lui donnaient un air plus masculine, pour Ken. Cette femme ne savait pas, à première vue, ce qu’etais la féminité pourtant un jolie visage et surtout des cheveux de soie blanc délicatement tréssées hornait ses épaules lui laissant apparaitre comme des tas de petits cocons arachnide. Il remarque son bandeau accroché à son bras droit. Il se touche le haut du kimono caressant son propre bandeau qui lui faisait comme un gorgerin. Elle était petite mais pourtant, accroupie, elle avait l’air grande. Ken lui lança un sourire un peu gêné.
et voila c’est partis, une femme, ENCORE…. et qui plus est, ma supérieur… bon sang c’est vraiment fais exprès j’ai beau dire d’arrêter avec les femmes, on me colle toujours avec. Minako, Mitsai et maintenant Hideko…. Bon au moins elle, elle fait homme…. mais c’est effrayant, dois je lui dire monsieur? Non car si je lui dit madame et que ca lui déplais? HO BON SANG ! Si jamais je lui faisais mauvaise impression?

Le visage de Ken devint un peu rouge, son coeur s’emballe, la panique le gagne a coté de cette femme.

BON SANG et si elle fait un rapport sur moi me traitant de goujat ou pire…. si elle remet en questions mes qualités de ninja? Je serais coincé a Kumo pour toujours…. Si ça se trouve elle va me haïr et refusera la mission…. ma mission ne peu pas etre un echec d’entrée….

CALME TOI KEN…. Elle ne peu pas refuser la mission, c’est un ordre qu’elle a reçus. Calme Ken, calme toi…. bon sang elle me fait peur !

La gorge de Ken, séché par l’air et la crainte reste close. Il essaye de garder une bonne contenance mais elle s’approche un peu de lui pour ce mettre au millieu de tous. Ca l’angoisse.

« On m’a donné la responsabilité de la bonne conduite de cette enquête et de l’arrestation de ce criminel, aussi soyez assurés que je ferai en sorte de le mettre sous les barreaux une bonne fois pour toute. »

Le sourire de Hideko le décrispe légèrement, il essaye de sourire en s'humectant les lèvres. Elle faisait un peu moins peur. Son nez le demange,
Je suis sur que j’ai de l’hexemas… rhaaa foutue nez qui gratte !!!!
Ken ne pu s’empêcher alors de se frotter les narines pour calmer les démangeaisons.

« Je suppose que vous êtes Ken Daishi ? Si vous pouviez venir à mes côtés. »

La gorge de Ken se comprime, il secoue la tête de haut en bas confirmant que c’est lui. Il déploya ses jambes qui lui firent légèrement mal, toute ankylosé par la posture statique. Il se dépêcha néanmoins d’obéir à sa supérieur histoire de lui donner un semblant de bonne impression. L’homme d’ordinaire si bavard et plein de vie, était presque mourrant, il essaya de donner bonne figure mais son stress était palpable.

« J’ai évidemment reçu le briefing de mission, mais j’aimerai que vous me décriviez l’homme qui vous a causé tous ces torts. Surtout, j’aimerai savoir de quel instrument il jouait dans chacun de vos bars, ou s’il chantait. Cela pourrait nous être fort utile pour l’identifier et l’arrêter. »


Un homme chauve d’un certain age, remet ses lunettes.

Oui…. biensur…. tout de suite ninja de Kumo. Que dire sur son aspect? comme vous devez le savoir, l’homme ou la femme d’ailleurs… change d’apparence. Nous n’avons donc pas grand chose a se sujet. Nous pouvons juste dire qu’il ou elle est maître en déguisement. Nous l'appelons le musicien illusoire.

Il fixe ses collègues, si l’un a une chose a ajouter.

Pour ma part, j’ai noté que le musicien illusoire porte toujours des déguisements folklorique lié a la mythologie vous savez? un masque de Tanuki, de kitsune, de Tengu, de Pannaggolan. Oui je vous assure de Pannaggolan !!! Sinon des masques issus du Kabuki. Bref il semble être nostalgique… Il laisse également ses masques en temps que signature. Nous en avons quelques uns si vous êtes intéressés…


L’homme chauve reprend la parole.

Selon les témoignages, l’homme se sert d’instrument à corde, le Shamisen, le Erhu et il chantait parfois Le plus étrange, c’est qu’il avait comme deux voix c’est étrange. Je….

Ken coupe la parole.

Double voix? est ce que ça faisait comme ça? OOOO UUUU. Ken tentait de faire entendre un chant Diphonique, cela consiste à faire sortir deux sons de sa bouche à la fois, deux voyelles la plus part du temps et de faire sortir le son non pas de la gorge mais par les fosses nasale.

Presque ça, vous le faites assez mal mais c'est approchant oui, vous êtes sûr que vous êtes un utilisateur de l’Onkyoton confirmé?….. Sinon, C’est quoi au juste se son étrange, coment vous appelez ça….?


Chant diphonique…. Continuez s’il vous plaît. Ken serrait un peu les dents. Décidément sa première impression devait être mauvaise. désolé que d'être de rang C…. Non mais je te jure est ce que je te critique sur ta coupe de cheveux tête d'œuf !

Nous n’avons pas grand chose à ajouter à dire vrai….

HO SI ! le musicien illusoire s’habille comme vous ninja. En désignant Ken. Un large Kimono suffisamment large pour, surement, cacher tout et n’importe quoi en dessous. D’ailleurs c’est pour ça que Ken a toujours son kimono, il peut comme ça dissimuler des parchemins explosifs à la vue et à la barbe de tous, sans parler du déploiement de fil de fer.
N’avez vous rien remarqué de plus? est ce qu’il boitait, est ce que il….

Nous dormions donc non !

Mais si !!!

ha? quoi donc….

L’heure !!! le musicien illusoire semble toujours faire ses forfaits vers vingt-deux heures environs. Pourquoi à cette heure là ? MYSTÈRE… mais ça fait partie de son mode opératoire
Mouais “vers” autant dire que ça peu etre dix-neuf ou vingt -trois….

Perso je suis sure que c’est une femme…. Son odeur… Je ne sais pas…

qu’est ce qui vous fais dire ca?

Une odeur agréable…. des fleurs je ne sais pas quoi. Une odeur sucrée…. Je suis Kujiro. Je fais le videur… Je décide qui entre et qui sort… et bien sûr les artistes entrent par la porte de service. J’ai remarqué que certains artistes sentaient bon la fleur.

Ken est perplexe. Que penser de cette information? aussi utile que l'horraire? est ce qu'il se sert aussi d'un moyen olfactif? sont t'il a plusieurs? Je me demande ce qu' Hideko pense de tout ça.... je pense qu'on devrait confronter nos idées une fois l'entretien fini....

Ken regarde Hideko, c'était tout pour lui. Étant la chef du groupe, ce n'était pas à lui de dire s' ils avaient terminé ou non. leurs témoignages semblait sois trop superflus, sois étrange.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Lun 8 Mar 2021 - 11:29

Le jeune homme se dépêcha de la rejoindre, se relevant péniblement de sa méditation. Il avait l’air gêné, comme mal à l’aise à ses côtés. Était-ce parce qu’il sortait de sa transe précipitamment ? En tout cas il ne montra aucun signe d’agacement quand à l’invitation de Hideko. Bien qu’elle soit la responsable de la mission, tous deux avaient le même grade et elle ne profitait donc d’aucune position hiérarchique supérieure. La jeune femme ne se sentait pas légitime de lui intimer un quelconque ordre, sauf si la situation le nécessitait réellement : si le combat s’engageait.
Un homme chauve portant des lunettes prit la parole en premier. Il n’apporta aucune information utile, outre le nom que lui donnaient les gens : le musicien illusoire.
Un second renchérit. Celui-ci avait noté que ce criminel portait toujours des déguisements folkloriques, plus particulièrement des masques de divinités ; il était donc facilement reconnaissable, bien que ce ne soit pas le seul à se déguiser ainsi. Il laissait ses masques en guise de signature, comme s’il s’agissait d’un jeu pour lui ; un signe qui pouvait être interprété de bien des manières.
Le premier homme reprit la parole, ajoutant cette fois-ci des informations primordiales : le criminel jouait d’instruments à cordes et chantait. Ainsi sa voix ou son instrument devaient servir de médium pour son Genjutsu. Sa voix en particulier semblait étrange, comme si elle était doublée. Ken lui coupa la parole, chantant en utilisant le même procédé que venait de décrire le premier homme afin de contextualiser ses dires.
Son interlocuteur confirma l’essai du genin et Ken lui expliqua qu’il s’agissait d’un chant diphonique. Ni lui ni Hideko ne connaissaient ce procédé, mais elle comprit qu’il s’agissait d’une technique de chant permettant de prononcer deux sons en même temps. Était-ce cela le médium de ses techniques illusoires ?
Un troisième homme compara la tenue du criminel à celle de Ken. Lorsqu’il perpétrait ses crimes, en plus de porter un masque de divinité, il était vêtu d’un large kimono.
Ken essaya de gratter plus d’informations, les questionnant d’avantage sur la démarche et les gestes du malfrat.
Hideko elle restait en arrière de la discussion, observant attentivement chaque personne, écoutant avec attention chaque parole prononcée. Tout le monde pouvait être suspect, tout le monde à part elle et Ken. La description du criminel commençait peu à peu à prendre forme : ses vêtements, son masque, ses instruments et son chant. Les remarques de son camarade étaient pertinentes et elle ne ressentait donc pas la nécessité d’intervenir.
Un quatrième homme les interpella, ajoutant qu’il se produisait toujours à la même heure : vingt-deux heures.
Enfin, un cinquième homme conclut en formulant une hypothèse intéressante : pour lui il s’agissait d’une femme. Étant videur, il avait l’habitude de voir passer toute sorte de personne : des artistes aux poivrots empestant l’alcool. Or ce criminel semblait porter le même parfum que les musiciennes.
Tous avaient terminé d’intervenir. Il était temps pour Hideko de disposer d’eux afin d’analyser toutes ces informations et décider d’un plan d’action.

─ Messieurs, je vous remercie pour toutes ces informations.

Elle s’inclina légèrement pour les saluer puis continua.

« Avec mon collègue nous allons réfléchir à notre plan d’action en prenant bien en compte tout ce que vous venez de nous dire. »

Elle fit signe à Ken de la suivre et tous deux sortirent du bâtiment, s’engageant dans les rues du village.

─ Il nous reste pas mal de temps avant la soirée, donc je vous propose qu’on aille se poser dans un coin tranquille et isolé pour réfléchir et discuter de tout cela.

Hideko les mena vers le nord. Pendant la marche, elle réfléchit avec attention à tout ce qui venait d’être dit.
Le criminel était un ou une musicienne, avec une plus forte probabilité que ce soit une femme, reconnaissable grâce à son parfum. Il portait une tenue similaire à celle de Ken : un large kimono lui permettant de se fondre dans la masse, de se donner un style et potentiellement de cacher des armes sur de lui. Il usait de genjutsu, soit grâce à ses instruments à cordes soit grâce à sa voix, pour endormir ses victimes, cachant son visage derrière des masques de divinités. Après chaque méfait, il le laissait en guise de signature et en changeait. L’heure à laquelle il se produisait était toujours la même et était surnommé le musicien illusoire.
Toutes ces informations étaient à prendre avec les précautions nécessaires, mais elle lui permettait de mieux visualiser sa cible. Cette personne devait être fière de ces actes et de ses talents de musiciens, comme en témoignait le masque laissé en guise de signature, comme pour narguer les autorités, incapable de l’arrêter.
Le dossier de mission stipulait qu’un grand événement aurait lieu le soir même sur la place centrale du village, pour fêter l’ouverture d’un nouveau bar. Ce serait une scène parfaite pour ce criminel, comme un chef d’œuvre qu’il n’aurait plus qu’à signer. Le rendez-vous donné, les deux shinobis devaient préparer un plan pour l’attraper durant cet événement.
Plusieurs idées lui vinrent à l’esprit, mais avant de prendre une décision Hideko désirait en savoir plus sur son camarade.


Tous deux arrivèrent au niveau des terrains d’entraînements, qu’ils dépassèrent arriver jusqu’au lac. Hideko connaissait bien cet endroit, puisque c’était là qu’elle avait beaucoup parlé avec Kamui ; elle s’y sentait bien et cela lui permettait de réfléchir plus distinctement. Longeant le bord de l’eau, la jeune femme les amenèrent jusqu’à une formation rocheuse où tous deux purent s’installer. Elle prit alors la parole :

─ Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vous propose que l’on se présente afin de faire plus ample connaissance. Si l’on doit combattre cet homme ou femme, il faudrait que l’on soit au fait des capacités de chacun.

Elle accompagne cette introduction d’un sourire chaleureux afin d’instaurer une bonne ambiance, puis continua.

« Du coup je vais commencer. Comme vous le savez déjà je suis Metaru Hideko, genin de Kumo. Ce n’est pas ma première mission donc je commence à avoir un peu d’expérience en la matière. »

Hideko occulta le fait qu’il s’agissait de sa première mission en tant que chef d’équipe, craignant que cette information ne puisse la dévaloriser inutilement.

« Si jamais vous avez des questions ou des remarques pertinentes n’hésite pas à intervenir, comme vous l'avez fait lors de notre entrevu avec ces hommes. C’est ensemble que nous parviendrons à arrêter ce criminel. »

Elle posa la parole un instant puis continua.

« Pour ce qui est de mes capacités de shinobis : je maîtrise le ninjutsu et le taijutsu. Je me bats avec le métal et le feu. Notre adversaire semble de toute évidence être un utilisateur de genjutsu. Aussi, j’ai un kaï afin de briser ses illusions si besoin, donc je suis armé contre ces tours. »

Elle sourit à nouveau, afin de rassurer Ken.

« Je vous laisse vous présenter et me dire ce que vous avez pensé de l’entrevu. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Lun 8 Mar 2021 - 15:33
Ken suite à ce qu’a dit Hideko, s’incline longuement et un peu plus bas qu’Hideko.

- Merci à vous pour vos renseignements et aussi pour votre confiance, nous ne vous décevrons pas. Nous menerons à bien l’enquête. Nous le traquerons sans relache, nous mettrons un terme à ses agissements. Je vous en fait le serment. Je suis on ne peut plus sérieux. Je me donnerais corps et âme dans cette mission, vous pouvez largement compter sur moi ! Je…
-Mais oui, mais oui…. Nous vous faisons entièrement d'accord jeune homme. L’homme à lunette roule des yeux agacé par Ken.
-Haaaa la fougue de la jeunesse, c’est vôtre premiere mission a vous non?
Ken allait répondre mais Hideko fut plus rapide.
« Avec mon collègue nous allons réfléchir à notre plan d’action en prenant bien en compte tout ce que vous venez de nous dire. »
Elle fit signe à Ken de la suivre et tous deux sortirent du bâtiment, s’engageant dans les rues du village.

Ken souffle. J’espere ne pas encore avoir fait d’impaire. Deja être avec une femme…. mais en plus ma supérieur… Je n’ai rien contre elle, mais elle est intimidante quand même. J’espere que je ne lui ai pas donné une image faussé de ma personne…

Ken est coupé dans sa méditation.
─ Il nous reste pas mal de temps avant la soirée, donc je vous propose qu’on aille se poser dans un coin tranquille et isolé pour réfléchir et discuter de tout cela.
-Comme tu le souhaites, pour ma part, j’adore marcher sur les toits, mais si tu préfères aller ailleurs ma fois… Tu as déjà été sur les toits? Pas très causante…. bon…..
C’est moi ou elle a toujours un air fâchée? Elle ne parle pas, elle est froide, presque glaciale? HA CA Y EST… elle m'a jugé… NOOOOOOOON !!!! Elle me voit comme un gros naze, j’en suis certain NOOOOOON !!! C’est quoi ce délire? Comment rattraper ça maintenant? Rhaaaa c’est tellement compliqué les femmes, sa juge vite… Un jour elles domineront le monde c’est certain… qu’elle effroi. En ce qui me concerne, je ne pense pas avoir fait de mauvaises actions…. Aurait t-elle réussi à s'apercevoir que je dormais?
RHAAAA KEEEEN arrête sérieux tu es chiant…. pensons dabord a ce qui a été dit…
pour résumé nous avons…. RHAAAAA CA M’ENNUIIIIE…. que des indices qui ne sont qu’a base de peut être ou de probable….
HO NON…… elle m’enmène où la…. HO NON….. PAS CA….


Le pas de Ken se fait de moins en moins pressant, la distance entre lui et Hideko grandit de plus en plus. Il voit l'étendue d’eau s’approcher de lui. Ken ne connaissait pas trop bien cet endroit. Il y a été quand il était enfant mais depuis cet incident, il n’y est plus jamais retourné. L’angoisse le submerge de plus en plus. Il observe Hideko se dirigeant toujours plus vers l’eau. Il comprit qu’elle se dirigeait vers la formation rocheuse.

Ken alors bifurque pour ne pas à avoir à s’approcher de l’eau. Il la retrouve quasiment sur les lieux. Il frissonne d’angoisse en entendant des bruits d’eau. Il tourne le dos au lac. Ils étaient après tout assez loin pour qu’il puisse se rassurer. Il essaye de garder une bonne figure. Ses yeux se fixent sur le toit d’un bâtiment, il se concentre alors en fermant les yeux et s’imagine sur le haut de la bâtisse, surplombant tout Kumo. Peu à peu, son cœur reprend un rythme normal. Sa méditation fut brisé par Hideko.

─ Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vous propose que l’on se présente afin de faire plus ample connaissance. Si l’on doit combattre cet homme ou femme, il faudrait que l’on soit au fait des capacités de chacun.
Ken admire son sourire, elle semble vouloir faire des efforts pour être moins froide. Il apprécie ce geste en lui rendant son sourire.
« Du coup je vais commencer. Comme vous le savez déjà je suis Metaru Hideko, genin de Kumo. Ce n’est pas ma première mission donc je commence à avoir un peu d’expérience en la matière. »
Ken observe la femme, il apprécit la sonorité de sa voix. Elle ne semble pas trop féminine, ni masculine, un timbre doux. En s'entraînant un peu, elle aurait pu envouter des cœurs. Il garde le silence.
« Si jamais vous avez des questions ou des remarques pertinentes n’hésite pas à intervenir, comme vous l'avez fait lors de notre entrevu avec ces hommes. C’est ensemble que nous parviendrons à arrêter ce criminel. »
Ken se demande si elle avait fini, au moment où il allait se présenter, elle lui prend de vitesse.
« Pour ce qui est de mes capacités de shinobis : je maîtrise le ninjutsu et le taijutsu. Je me bats avec le métal et le feu. Notre adversaire semble de toute évidence être un utilisateur de genjutsu. Aussi, j’ai un kaï afin de briser ses illusions si besoin, donc je suis armé contre ces tours. »
Elle sourit à nouveau, afin de rassurer Ken.
« Je vous laisse vous présenter et me dire ce que vous avez pensé de l’entrevu. »
et bennn…. elle sait ce qu’elle veux celle là….

-heuuuuuu…. Jeeeeee….heuuuuuuu hummmmm heeeeuuuuu….Par où commencerrrrr? heuuuuuu….. bennnnnnnnn…. heuuuu...J...jeeee…. j, Je suis Ken Daishi Genin de rang C. J’ai 18 ans. J’adore les Moshis, le thé à la cerise, le saké, mais le saké au litchi. Tu y as déjà goûté? Du lehmin chew. J’en suis mais vraiment fan, je sais ne t’en fais pas, pas d’alcool en mission. Je deteste les produits de la mer, tu sais les sushis là. Quoique, après réflexion le saumon c’est pas trop mauvais mais qu’est ce que ça pue !!! Tu me diras, il suffit de ne pas le garder longtemps mais quand même ! Il tourne vite et bon… enfin bref voila pour mes passions gustatives. Pour mes autres passions, liées à l’art ninja, il y a comme tu t’en doutes. L’Onkyoton. Au début je n’avais que mon taïko et je me suis dis que ce serait bien que je maîtrise aussi la voix au cas où je ne pourrais pas jouer.

J’ai fait la rencontre d’autres artistes et j’ai eu moi aussi l’idée de me lancer dans la diphonie. D’ailleurs je trouve ça assez effroyable ce type là… le musicien illusoire. En plus d’avoir un nom à coucher dehors, il souille le noble art qu’est l’Onkyoton Tu y crois ca? moi franchement ça me dégoute… Au moins, je sais que je suis sur le bon chemin si j’en juge sur son moyen d’action. Que dire de plus sur l’Onkyoton? bennn , Rien je débute… j’essaye de mettre au point un language sans parole qui pourrait se faire entendre à des kilomètres. Tu sais un peu comme le “un coup pour oui, un coup pour non”... HA SI mon nindo serait que l’art de l’Onkyoton sois mieux reconnus partout dans tout le monde ninja et au dela. Un peu ce que fond les ninja cuisinier, si tu vois ce que je veux dire…


Ken prend une pause pour réfléchir, avant même que Hideko ne puisse parler, il enchaîne.

-Mon autre passion concernant l’art ninja, le dessin, Je me dis que si l’Onkyoton est de mettre des images mentale dans la tête et le coeur des gens, alors, en reprenant se principe. Je me suis pris de passion pour le fuinjutsu mais je t’avoue que je suis très mauvais HAHAHAHA. Je ne maitrise absolument aucun sceau a pars le sceau d’eau HAHAHAHA !
-Pardon… sinon j’ai ma mamie qui m'a appris une technique bien à elle, je maîtrise la technique du clonage affinitaire d’air…. Je ne connais toutefois aucune autres technique d’air…. Tu dois me trouver nul hein….

Ken prend une forte inspiration

- Vous battre avec le métal et le feu? vous… enfin tu…. enfin heuuuu jeee…. Pourrais- je avoir des précisions? Vous êtes forgeron? sinon pour ce qui est de cette entrevue… que des suppositions, rien de certain. L’homme est peut être une femme? notre videur à parler de plusieurs parfums fleuris portés par les musiciens. Ils agissent peut- être en groupe? Peut être est ce pour ça qu’il change souvent d’aspect? soit une technique, soit un musicien illusoire est un groupe… Si cette hypothèse est la bonne, nous aurions surement besoin de renfort. Je suis plus un ninja de soutien, en cas de conflit direct, si ils sont entraînés ils auront l’avantage. Si il est seul, plus nous serons nombreux, plus nous maximisons nos chances, vu que à part endormir notre voleur ne semble posséder aucun autre Jutsu. Je suis surpris d’ailleurs que nous ne soyons que deux pour cette mission.

Plus cette histoire avance, plus j’ai de questions… et mes réponses sont de plus en plus évasives… tiens comme cette horaire… 22h. Ça veut dire quoi? que notre musicien est un oiseau de nuit…bon d’accord. Il pourrait toutefois agir à 19h comme à 4h du matin en “After” comme on dit.


Ken ferme les yeux comme pour méditer et enfin reprend la parole.

Je pense que nous devrions obtenir la liste des festivités de prévus, autrement dit, la liste des musiciens inscrits officiellement à la représentation et filtrer quand ça commence l’entrée des artistes, essayer de repérer les personnes louche ou trop peu louche... je….HO. Pardon, je parle énormément je sais… Quand je stresse je parle énormément. Cette endroit…. je….. heuuuu…. brrr excuse-moi… si vous me dites ce que vous en pensez de tout ça vous?

Ken finalement se force à se taire en rougissant énormément. Il tutoie Hideko depuis longtemps sans s’en rendre compte, la force de l’habitude.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mar 9 Mar 2021 - 12:02

Hideko observa son interlocuteur. Celui-ci commença par une longue hésitation qui en disait long sur sa personne. Où était passé le jeune homme qui avait paru si assuré face à tous ces hommes ? Celui qu’elle avait devant elle était hésitant et mal assuré. Après de longues secondes, il parvint enfin à trouver ses mots, donna son identité, son âge, son grade avant de totalement s’égarer. Mais cette courte présentation n’était qu’un avant goût du monologue à venir.
Outre ses préférences culinaires, qui n’avaient que peu d’intérêts, il confirma être un passionné de musique et pouvant donc utiliser l’Onkyoton, comme son dossier le mentionnait. Il s’agissait donc d’un atout dans une telle mission, un atout dont Hideko devrait user avec soin, mais elle comprit rapidement que pour se faire, elle devrait réussir à le canaliser.
L’homme la tutoya naturellement, ce qui ne gênait pas Hideko. Il était plus jeune qu’elle et tous deux avait le même grade. En ce qui la concernait, elle n’était pas fondamentalement attachée au protocole.
Il continua de parler pendant plusieurs minutes, changeant de sujet au rythme de là où le menait ses paroles.
Sa maîtrise du Fuinjutsu, bien que mauvaise, pouvait elle aussi se révéler utile. Restait à savoir quelles étaient ses réelles capacités en la matière. Enfin il avait une affinité avec le Futon, et pouvait en ce sens faire une technique de clonage affinitaire d’air : un autre atout qui lui aussi pourrait se révéler utile.
A travers toutes ces déblatérations, Hideko essayer d’en extirper les informations utiles et le portrait qu’elle dessinait de Ken était celui d’un jeune shinobi avec un fort potentiel, bien que trop, bien trop bavard. Cela n’était pas un problème forcément un problème, pouvant même se révéler être un atout dans certains cas de figures, à condition de faire preuve d’une plus grande maîtrise de soi. En l’occurrence tous deux n’étaient pas pressés par le temps. Hideko ne l’interrompit pas et ne montra aucun signe d’agacement. Elle l’écouta avec attention.
Ken désirait en savoir plus sur ses capacités de shinobis, ainsi que son ancienne profession. Les explications de la jeune femme avaient effectivement été succinctes. Bien qu’elle les pensait suffisante, elle comprit qu’il en fallait plus pour qu’il puisse se faire une idée sur elle.
Ensuite, il détourna la conversation sur la mission, émettant des hypothèses intéressantes comme la possibilité que le criminel soit en fait des criminels agissant en groupe. En effet, rien ne laissait penser qu’il ne s’agissait que d’une seule et même personne. Personne ne pouvant attester de son identité, il pouvait s’agir de personnes différentes. La multitude d’instruments utilisés pouvait aussi faire pencher la balance en ce sens. La mission stipulait cependant qu’il devait s’agir d’une seule personne. Bien que l’idée soit intéressante, il ne fallait pas non plus lui apporter un crédit trop important.
Le jeune homme craignait de devoir les affronter, s’ils se révélaient être plus nombreux qu’initialement prévu et parla de renfort. Si la situation le nécessitait, cela pourrait se révéler nécessaire, mais en l’occurrence rien encore ne le laissait croire. Si Ken était le parfait shinobi pour contre les illusions de ce musicien, Hideko elle était toute trouvé pour se battre contre de potentiels ennemis et protéger Ken et les habitants.
Enfin, il termina son long monologue par un autre suggestion intéressante : obtenir la liste des festivités prévues. En obtenant cette liste ils auraient accès à celle des musiciens invités et pouvoir faire une premier repérage avant qu’ils ne se produisent ; une excellente idée que Hideko garda en tête.


Comme il le disait si bien, il parlait énormément quand il stressait. Aussi, loin de vouloir le corriger et lui causer encore plus de stress, Hideko tenta une approche plus conciliante afin de le calmer et de le mettre dans de bonnes dispositions. Son visage esquissa un sourire réconfortant, ses traits se voulant apaisant. D’une voix douce mais assurée, elle commença.

─ Eh bien, on peut dire en effet que vous parlez beaucoup ! Mais ne vous inquiétez pas, ça ne me dérange pas. D’ailleurs je me permets de vous tutoyer, d’accord ?

Plutôt que de nier les faits, elle préférait en rire afin d’alléger sa gêne.

─ Alors. Je vais essayer de réorganiser tout cela. Pour commencer je vais répondre à tes questions sur mes capacités. »

Cela lui permettrait de clôturer ce sujet avant d’aborder plus en profondeur la mission. Tout du moins elle l’espérait.

« Je suis une descendante du clan Metaru. Je suis donc capable de créer du métal et de lui donner forme pour combattre avec. Je peux par exemple former un mur pour nous protéger, ou des projectiles pour attaquer mes adversaires. Une de mes techniques me permet d’entraver mon adversaire, en bloquant ses bras ou ses jambes par exemple. Cela pourrait nous être très utile pour le capturer. »

Ses explications étaient construits de manière à le rassurer sur sa capacité à combattre, le protéger et attraper le ou les criminels.

«  En ce qui concerne le feu, j’ai quelques attaques puissantes qui peuvent me permettre de donner des coups décisifs, mais en zone urbaine c’est dangereux, je risquerai de causer un incendie donc je préférerai éviter de m’en servir. »

Ses techniques de Katon étaient un atout non négligeable, mais elle les avait surtout développées dans l’optique de contrer les nombreux assimilateurs qu’elle avait pu combattre et contre lesquels ses projectiles s’étaient montrés inefficaces.

« Enfin je suis capable de me battre au corps à corps. Je peux esquiver ou charger un adversaire et lui asséner de puissants coups afin de le mettre hors combat. »

Hideko était donc tout autant capable d’effectuer une technique de ninjutsu pour protéger Ken et esquiver pour se protéger elle-même.

« Voilà en ce qui concerne mes capacités. Tu as des questions ou est-ce que c’est assez clair pour toi ? »

Elle espérait avoir été assez clair. Les propos de Ken qui s’en suivirent la rassurèrent et elle décida de continuer sur la mission. Son ancienne de profession de forgeron étant sans intérêt pour la mission, elle occulta cette question afin de ne pas s’éparpiller et ainsi jouer le jeu de son interlocuteur.

─ En ce qui concerne la mission, tes remarques sont pertinentes. On pourrait effectivement avoir à faire à un groupe, mais d’après les informations du village on peut quand même plus penser à une personne isolée, sans pour autant totalement mettre de côté cette possibilité.

Mieux valait se préparer à tout, sans pour autant s’éparpiller en supposition.

« Il serait intéressant d’avoir la liste comme tu l’as suggéré, cela pourrait nous permettre de faire nos recherches jusqu’à l’ouverture de ce soir et déjà partir avec une idée de qui nous aurons à faire. En veillant à prendre les précautions nécessaires pour ne pas se faire remarquer. »

Enquêter pouvait leur permettre de cibler le criminel et de déterminer son identité avant qu’il n’ait pu agir, mais cela ajoutait aussi une part de risque.

« Voilà ce que nous savons donc. Il s’agit d’un homme ou d’une femme, vraisemblablement d’une femme, qui est capable de jouer des instruments à cordes et de chanter comme tu l’as fait. Il ou elle, on va dire elle pour simplifier les choses, elle est habillée comme toi et porte un masque représentant une divinité. Ce masque est toujours différent puisqu’elle le laisse après avoir fait son petit tour. »

Elle marqua un temps de pause afin de permettre à Ken de digérer toutes ces informations avant de continuer.

« Elle utilise soit ses instruments, soit sa voix comme médium pour ses techniques de Genjutsu. Aux alentours des vingt-deux heures elle se produit sur scène, endort ses victimes pour leur dérober leurs bijoux et autres biens, avant de s’en aller. »

Ayant résumé tout ce qu’ils savaient sur leur cible, elle marqua une nouvelle pause avant de donner le plan qu’elle avait en tête.

« Je pense que nous devrions faire comme tu l’as suggéré, c’est-à-dire essayer de trouver la listes des musiciens afin d’enquêter sur eux avant ce soir. Cela ne nous permettra peut-être pas de trouver notre cible, mais à contrario on pourrait éliminer des suspects. Ensuite nous croisons nos informations et nous nous préparerons pour l’ouverture du bar. »

Devait-elle l’informer de son plan dès maintenant ou lui laisser le temps de digérer toutes les informations qu’elle venait de lui transmettre ? Hideko opta pour la seconde option. Avant de lui proposer son façon de procéder pour l’enquête, elle voulait s’assurer que Ken avait saisit tout ce qu’elle avait dit.

« Est-ce que c’est clair, ou tu as des questions ? »

Pendant tout ce temps, Hideko n’avait pas une seule fois prononcé son nom. Le jeune homme ne devait certainement pas l’avoir remarqué, puisqu’elle l’avait appelé lors des présentations, mais cela n’était pas anodin. Ken portait le même nom que le père de Hideko, celui-là même qui l’avait tant fait souffrir, celui-là même dont la mort l’avait libéré. A chaque fois qu’elle pensait son nom ou le prononçait, elle ressentait une gêne, une pensée qui la ramenait dans son passé de souffrance et à laquelle elle tentait de résister.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Jeu 11 Mar 2021 - 11:26
─ Eh bien, on peut dire en effet que vous parlez beaucoup ! Mais ne vous inquiétez pas, ça ne me dérange pas. D’ailleurs je me permets de vous tutoyer, d’accord ?

Ken rougit un peu. Mince… heuuuu jeee…. en même temps, elle le sait…

Heuuuu bennnnn heuuuuu HAHAHAHA…. Ca me va…. oui…. oui tutoyons nous même si j’ai pris de l’avance HAHAHAHA !

─ Alors. Je vais essayer de réorganiser tout cela. Pour commencer je vais répondre à tes questions sur mes capacités. »
Ken acquiesce avec joie, et s'efforce de rester silencieux.
« Je suis une descendante du clan Metaru. Je suis donc capable de créer du métal et de lui donner forme pour combattre avec. Je peux par exemple former un mur pour nous protéger, ou des projectiles pour attaquer mes adversaires. Une de mes techniques me permet d’entraver mon adversaire, en bloquant ses bras ou ses jambes par exemple. Cela pourrait nous être très utile pour le capturer. »
Ken lève un sourcil et voulu poser une question mais elle enchaîne trop vite.
« En ce qui concerne le feu, j’ai quelques attaques puissantes qui peuvent me permettre de donner des coups décisifs, mais en zone urbaine c’est dangereux, je risquerai de causer un incendie donc je préférerai éviter de m’en servir. »
Ca me semble logique…. autant le métal je ne comprend pas comment ça marche que le feu oui. Le métal est ce qu’elle crée réellement du métal à partir du rien? A telle essayé de le teindre en doré? Peut t’elle forger des Ryo? Des clés? c’est sur mesure? A t’il la même élasticité que le métal ordinaire? J’aimerais beaucoup en avoir un échantillon… D’ailleurs, en forge telle en forme de boucle d’oreille? de collier? de bijoux? Comment nos mineurs peuvent encore avoir de l’emplois avec ces gens-là? La courbe de croissance financière de Kumo ne devrait t’elle pas devenir décroissante? S' ils peuvent faire du métal comme ça, pourquoi nos maisons sont encore en bois, torchis, paille? Ne devrait t’on pas créer des maisons en métal? Qu’elle est la limite? Peut t’elle genre remplir tout le lac avec son métal? Le metal et le feu…. Serait t’elle forgeron? et si….
« Enfin je suis capable de me battre au corps à corps. Je peux esquiver ou charger un adversaire et lui asséner de puissants coups afin de le mettre hors combat. »
Un peu comme la plupart des ninjas je suppose… humm d’ailleurs moi même qui ne me bas pas au corps à corps, j’ai bien appris a donner un coup de poing…
« Voilà en ce qui concerne mes capacités. Tu as des questions ou est-ce que c’est assez clair pour toi ? »
Bennnnn heuuuu…. disons queeee…. heuuuu… si ca me semble clair mais heuuu…. hummmm bennnnn….

L’homme est tracassé, il adorerait voir à l’oeuvre se Jutsu de métal mais pour le moment, il préféra se taire.
-Non ca ira… Je crois que c’est bon… En gros tu bottes des culs, tu modles le métal et met le feu… Je pense que tu as été on ne peu plus clair et je te remercie. Ca me touche que tu me confies comme ça tes capacités. Tu me diras j’ai fait la même chose. Tout de même quoi…. Tu aurais pu garder tes secrets. J’apprécie énormement le fait qui en est aucun, je comprend mieux qu’on t’ai proposée de diriger ta propre équipe. D’ailleurs à se propos, je suis ravis que tu ne sois pas du genre “TAIT TOI FAIS CE QUE JE TE DIS AU TROT” Non mais vraiment, j’avais un…. heuuu oui?... Ha heuuuu je parle trop encore une fois…. HAHAHAHA PARDON….
Ken garde le silence, il voit peu à peu Hideko arrêter de faire les gros yeux, il rougit un peu et attend qu’elle veuille bien parler. Ken se sentait comme un coq quand elle le félicita pour ses remarques pertinentes. Pour son idée de se procurer une liste. Elle récapitula leurs informations une dérnière fois pour etre certain qu’aucun détails ne leurs à échappés. Ken s’ennuie un peu à dire vrai et n’écoute que d’une oreille ce qu’Hideko raconte. Il écoute juste la mélodie qu’elle fait en parlant.
Elle à vraiment un timbre intéressant. Je devrais lui donner un cours de chant, enfin, si elle veux. Elle ne fera pas de l’Onkyoton c’est sure… mais elle pourrait séduire des partenaires. Enfin si c’est son truc… C’est du gachi d’avoir un timbre comme elle et ne rien en faire.
« Voilà ce que nous savons donc. Il s’agit d’un homme ou d’une femme, vraisemblablement d’une femme, qui est capable de jouer des instruments à cordes et de chanter comme tu l’as fait. Il ou elle, on va dire elle pour simplifier les choses, elle est habillée comme toi et porte un masque représentant une divinité. Ce masque est toujours différent puisqu’elle le laisse après avoir fait son petit tour. »

Ken a les yeux qui papillonne, il était dans ses rêveries et de la poussière lui gifle le visage. Alors qu’il allait parler.

« Est-ce que c’est clair, ou tu as des questions ? »

Hummm à dire vrai, non je n’ai pas de question… mais j’ai toutefois quelques idées a te soumettre. Si tu le souhaites bien sûr. Tu me dis d'être une utilisatrice du métal? Serait tu capable de me faire une démonstration? Je pensais à quelques gadgets qui pourraient nous aider pour cette mission. Pourrais tu me faire un tube fin bouché presque complètement d’un coté et d’une longueur d'environ un mètre vingt et des trous içi, la, la hummm La, ici, ici à cet endroit... ? Trois ou six clochettes et des billes en métal? J'ai des parchemins explosif, ça pourrait aider.

Il nous reste combien de temps? Je peux faire un truc pour toi? un cours de chant, je sais pas? Ou souhaites tu après que l'on va déja sur place réfléchir au plan de surveillance?

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Sam 13 Mar 2021 - 13:02

Hideko balaya ces pensées aussi vite qu’elles étaient apparues, enfouissant ces souvenirs avant qu’ils ne puissent reprendre racine.
Son interlocuteur n’avait pas de question, bien qu’il semblât encore hésitant par rapport à toute ces explications. Il émit l’idée que Hideko fasse démonstration de sa maîtrise en fabricant trois objets : une flûte, des billes et des clochettes. Quelles étaient les idées sous-jacentes à ces demandes ?

─ Explique m’en un peu plus. Pourquoi as-tu besoin de tout ça ?

Le jeune homme lui raconta qu’il désirait une flûte traversière ou Dizi afin de s’en servir comme un instrument de musique lui servant de médium pour ses illusions. Elle pourrait aussi lui servir de bâton, même si cela l’abimerait très certainement, ternissant la mélodie qu’elle produirait.
Ken voulait recouvrir les billes de parchemins explosifs afin de pouvoir les lancer sur leur cible. La tête de Hideko recula légèrement en signe de surprise. Se servir d’explosifs en pleine soirée pour l’ouverture d’un bar ? Avec tous les spectateurs et les musiciens sur la scène ? C’était tout sauf une bonne idée.
Enfin il désirait des clochettes juste pour se faire plaisir. Hideko n’était pas là pour faire office de machine à créer des objets en métaux. Elle fronça les sourcils, puis se repris avant de répondre, l’air plus détendue.

─ Je vais te faire la flûte et les billes, mais pas les clochettes. Pour les billes par contre, ce serait une très mauvaise idée de s’en servir avec tous ces gens à côté. Entre les musiciens et les spectateurs, les explosions pourraient causer des victimes collatérales. En plus nous serons en zone urbaine donc cela endommagerai les bâtiments et pourrait créer encore plus de risques.

Son ton ne se voulait pas moralisateur, mais c’était son rôle, en tant que chef d’équipe, d’agir avec responsabilité en prenant en considération tous les paramètres.

« Je vais te les faire à condition que tu ne t’en serves qu’en cas d’extrême nécessité : si tu es en danger de mort, ou si quelqu’un d’autre l’est et que tu ne peux pas le protéger autrement. »

Elle marqua une pause avant de terminer son discours.

« Par contre je ne te forge pas tes clochettes. Nous sommes en mission et ce n’est pas le moment. »

Encore une fois son ton ne se voulait pas moralisateur, Hideko désirant simplement remettre son collègue en situation. Elle lui sourit pour le rassurer.

« Mais une fois que nous aurons terminé la mission, un prochain jour, viens me retrouver et je te les forgerai. »

Hideko se concentra puis effectua une série de signe. Mains tendues devant elle, paume vers le ciel, elle forma en premier lieu le Dizi. Elle donna l’instrument à son partenaire puis forma dans sa main gauche cinq billes en métal qu’elle lui tendit.

Tous deux pouvaient passer à la suite de la mission.

─ Il nous reste plusieurs heures. Donc nous avons encore du temps. Nous allons aller chercher le propriétaire du nouveau bar afin de lui demander la liste des artistes. Ensuite nous effectuerons une petite enquête sur chacun d’entre eux afin de voir si nous pouvons trouver un peu plus d’éléments sur notre cible. Enfin, nous nous présenterons à l’ouverture de la soirée, nous essayerons de le trouver avant qu’il n’est le temps de commettre son crime et si nous n’y arrivons pas, nous serons prêt à intervenir quand il entrera en action.

Soudain, Hideko eut une idée, qu’elle soumit aussitôt à son camarade.

« Mais j’y pense, est-ce que tu pourrais jouer durant cette soirée ? Je veux dire, est-ce que tu as le niveau pour te faire passer pour un musicien et est-ce que tu pourrais jouer un morceau improvisé en suivant la mélodie ? »

Si c’était le cas, alors peut-être que le genin pourrait directement intégrer la liste des musiciens et se trouver aux côtés de l’objet de leur traque.

« Tu pourrais peut-être jouer avec les autres musiciens, tu serais ainsi le plus proche de notre cible quand elle entrera en action. »

La jeune femme ne voulait pas imposer son idée : celle-ci ne pourrait marcher que si Ken se sentait capable d’endosser un tel rôle.

« Mais c’est toi qui dois décider si tu t’en sens capable. Je suppose que tu auras beaucoup de pression, entre la mélodie et les spectateurs… Tu dois te sentir capable de pleinement jouer le rôle. »


_________________
C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Dim 14 Mar 2021 - 14:05
─ Je vais te faire la flûte et les billes, mais pas les clochettes. Pour les billes par contre, ce serait une très mauvaise idée de s’en servir avec tous ces gens à côté. Entre les musiciens et les spectateurs, les explosions pourraient causer des victimes collatérales. En plus nous serons en zone urbaine donc cela endommagerai les bâtiments et pourrait créer encore plus de risques.
Ken ouvre grand les yeux, n’ayant jamais vu de Metaru à l'œuvre. Il observe subjugué les mains de Hideko se couvrir d’une substance blanche, devenir de plus en plus argenté. Elle façonne ça avec une si grande facilité. Une partie de lui voulait toucher la matière, mais la prudence l’en dissuade. Le bâton prend de plus en plus forme. Une embouchure, un trou. Deux. Puis six. Elle la lui tend. L’homme est sur excité. Avec le reste de matière étrange, elle les fait rouler entre ses mains et les verse dans les siennes. Les billes ne sont pas chaudes du tout. Au contraire. Glaciale. Il en oublia de promettre a Hideko d’agir avec prudence. C’etait évident qu’il n’allait pas les lancer au hasard dans une salle bourrée de monde et surtout avec des explosifs. Toutefois il ne dit rien, elle a raison d’ajouter une pointe de prudence.

-Ses billes, surtout entouré de parchemin explosif est une idée que j’ai, en effet, ces clones, que je peu invoqué ont quelque chose de spécial, qui je pense, devrait faire son petit effet… Je…. Heuuu…. Oui excuse moi j’arrête de parler. Je tenais juste a te dire que c’est formidable se que tu fais, je suis vraiment ébaubi de voir ça ! Je te promet d’agir avec prudence. Même mes clones risque d'occasionner pas mal de catastrophes pour tout te dire…

Ken est pris d’une vive emotion de joie.

-Même si tu ne me fais pas les clochettes… Je te comprend et tu as raison… Cette flute restera dans mon coeur, je me sens tellement reconnaissant, je ne sais pas quoi dire Hideko. Je suis sous le charme. Oh mais attend !

Avec un bout de son kimono, Ken prend la main d’Hideko avec un air de dégoût, sa phobie des femmes le prend. Il a failli lui jeter sa main avec violence. Il se ressaisit toutefois, et lui essuie les mains.

- Bien que ce n'était pas nécessaire, ça me tenait à coeur…. Ça me touche beaucoup mais vraiment, je pensais pas que tu aurais accepté comme ça, sans conditions. Je me sens redevable envers toi.
Ken, qui avait peu l’habitude d’avoir des cadeaux et si émotif, pleurait presque. Il se contient toutefois in extremis. Hideko sans doute par habitude de le connaitre, le laisse reprendre ses esprits.
─ Il nous reste plusieurs heures. Donc nous avons encore du temps. Nous allons aller chercher le propriétaire du nouveau bar afin de lui demander la liste des artistes. Ensuite nous effectuerons une petite enquête sur chacun d’entre eux afin de voir si nous pouvons trouver un peu plus d’éléments sur notre cible. Enfin, nous nous présenterons à l’ouverture de la soirée, nous essayerons de le trouver avant qu’il n’est le temps de commettre son crime et si nous n’y arrivons pas, nous serons prêt à intervenir quand il entrera en action.
-Humhum oui en effet nous pourrions peut etre même…. Hideko le coupe
« Mais j’y pense, est-ce que tu pourrais jouer durant cette soirée ? Je veux dire, est-ce que tu as le niveau pour te faire passer pour un musicien et est-ce que tu pourrais jouer un morceau improvisé en suivant la mélodie ? »
Si c’était le cas, alors peut-être que le genin pourrait directement intégrer la liste des musiciens et se trouver aux côtés de l’objet de leur traque.
« Tu pourrais peut-être jouer avec les autres musiciens, tu serais ainsi le plus proche de notre cible quand elle entrera en action. »
La jeune femme ne voulait pas imposer son idée : celle-ci ne pourrait marcher que si Ken se sentait capable d’endosser un tel rôle.
« Mais c’est toi qui dois décider si tu t’en sens capable. Je suppose que tu auras beaucoup de pression, entre la mélodie et les spectateurs… Tu dois te sentir capable de pleinement jouer le rôle. »


-J’ignore si tu te promènes le matin du côté de l’Inazuma no Kumo. C’est la boulangerie de mon oncle, Yuan, enfin… ça le redeviendra sûrement bientôt…. J’ignore si tu as fait attention si c’est le cas. J’adore jouer sur les toits de Kumo. C’est grisant. Accompagné du réveil des Kumojin avec une musique douce ou endiablée. Je ne me suis jamais demandé si je pouvais m’ajouter à cette liste mais c’est vraiment….. NON ÉCOUTE.. Je te laisse seule juge. C’est le moins que je puis faire pour m’avoir créer mon Dizi… Je vais te chanter un chant traditionnel que j’ai repris à ma sauce. Tu me diras si tu me juge suffisamment digne ou non. Je pense que si tu me juge digne, je me présenterais avec cette même musique.

Spoiler:
 

Ken reste les yeux clos, ému par sa propre voix. Il est aussi ému car Hideko est la seconde femme pour qui il joue. Il a essayé, comme à chaque fois, d’y ajouter du genjutsu, essayant de rendre réel les images du conte. Son but est que Hideko soit bouleversée au plus profond d’elle, qu’elle ressente la joie de vivre de Katana qui tourne de plus en plus dans un sentiment mêlé de désespoir, de rage puis de vengeance. Il espère aussi que Hideko a ressenti le danger que représente Togashi, puis l’homme se calmant de plus en plus pour devenir à la fin, le plus doux et le plus amoureux des amants.

Il ne dit rien et n’ose même pas fixer Hideko de peur de voir un visage dégoûté ou déçu. Lui d’ordinaire plus bavard que les corbeaux est figé dans une attente qui semble interminable. Appréciant la critique bonne ou mauvaise de Hideko, il prend le dizi qu’elle avait confectionné pour lui et prolonge l’instant et test l’instrument.

- How… le FA n’est pas correct. Hideko voudrais tu…. enfin…. si tu veux…. je….jeee…. enfinnn…. heuuu…. il faut remettre un peu de matière mais vraiment un peu et le trou le faire un peu plus bas. Donc décaler le fa, le mi et le ré. excuse moi….

Spoiler:
 

-Juste excellent… Je pensais bien que le metal améliorerait la sonorité de l’instrument, merci Hideko, il est parfait ! Tu pourrais pas me rajouter une gravure? Des détails genre un dragon, un lion, un puma…. J’adorerais … HO JE SAIS !!! un aigle qui fend les cieux à cet endroit pré…. heuuuu….

Voyant le regard de Hideko

- Moui nan, je pense qu’il est parfait comme ca…. jeeeee…. heuuu bennnn…. HAHAHAHAHA… Se grattant la tête.

Finalement il se lève, tend la main à Hideko pour l’aider à se lever.

il prend le chemin vers le lieu de la mission, abandonnant non pas sans une joie immense cette étendue d’eau lui donnant la nausée. La peur gagne à nouveau son cœur, il presse le pas pour s’éloigner le plus tôt possible de l’eau.

-Avant de voir le directeur, nous devrions réfléchir à différents spots pour toi, en hauteur par exemple. Je pense que tu risques d’éveiller des soupçons. Ou as-tu un vêtement plus…? cérémonieux pour passer incognito? L’homme sait qu’il sera surveillé, peut être, mais l’effet de surprise sera notre meilleur atout. Le concert se fera surtout à l'intérieur… nous devrions donc inspecter aussi l'intérieur. Choisir le plan d’attaque exact pour ce soir. Tiens essaye de voir le directeur, je vais faire le tour, faire un premier repérage du côté des artistes.
Ni une, ni deux, d’un geste assuré, Ken fonce vers le grillage, l’escalade sans soucis et atterrit de l’autre coté.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mar 16 Mar 2021 - 18:38

Le jeune homme lui demanda si elle s’était déjà promenée près du boulangerie dénommée Inazuma no Kumo. Ce nom ne lui dit rien, mais ce n’était pas si étonnant compte tenue que Hideko n’était revenue à Kumo que depuis moins d’un an. De plus, elle avait passé plus de six mois à l’hôpital, n’ayant pu se permettre que quelques courtes sorties devant le bâtiment. De fait, elle n’avait jamais pu l’entendre chanter, lui qui avait l’habitude de se chanter, confortablement installé sur le toit de ladite boulangerie.
Cela importait peu puisqu’il décida de lui faire une démonstration de ses capacités en lui chantant une chant traditionnel qu’il avait adapté : il la laissait donc seule juge de sa prestation. Hideko n’aima guère cela : la jeune femme était loin d’être une professionnelle en la matière et elle aurait préféré que son collègue ait pris la responsabilité de décider plutôt que de s’en décharger. Toutefois, ce comportement était digne d’un artiste comme lui.
Toujours installée sur son rocher, elle écouta avec attention le chant de son camarade. Il raconta une histoire d’amour impossible entre une geisha et un ninja d’un clan ennemi au sien. La femme fit tomber amoureux l’homme afin de protéger le village de son oppression, puis elle se suicida et le ninja en mourut de chagrin. Elle ne sut pas que son noble acte avait réussi, ne gardant que pour elle sa rage et sa soif de vengeance à l’égard du ninja.
Cette histoire eut un effet particulier sur Hideko, qui en fut émue : presque la larme à l’œil. Surprise, elle ne comprit qu’après coup qu’il devait s’agir d’une illusion de son camarade et se ressaisit ; ce n’était pas dans ses habitudes de se montrer aussi fragile émotionnellement. Depuis son accident, les seules personnes à qui elle avait montré ses faiblesses étaient le personnel médical de l’hôpital et Mairu.
En dehors de toute considération émotionnelle, Hideko fut stupéfaite du talent de chanteur du jeune homme. Bien que profane en la matière, elle aurait été incapable de trouver quoi que ce soit à redire.

─ Eh bien, je dois dire que c’était particulièrement touchant. Tu chantes très bien ! Mais dis moi, tu as ajouté un petit Genjutsu n’est-ce pas ? Je dois dire que c’était très habilement réalisé, je ne l’ai compris qu’après que tu ais terminé ! lui dit-elle en souriant.

Le jeune homme prit le Dizi et commença à souffler dedans. Immédiatement, il remarqua qu’une des notes était incorrecte et lui demanda de rectifier le trou correspondant.
Hideko prit le Dizi et décala les trous en suivant ses indications afin d’en rectifier le son émit.

─ Tiens, ce devrait être mieux ainsi.

Elle lui tendit l’instrument et il joua un morceau pour la remercier. La mélodie le convainquit et il lui demanda d’y graver un animal en signature, mais hésita après coup, pensant en demander trop. Sa gène était palpable, mais Hideko se voulut rassurante.
Son idée d’un aigle était poétique, mais Hideko, elle, eut une toute autre idée.

─ Redonne le moi, je te fais ça.

Elle reprit l’instrument qu’il lui tendit et y grava une tête de caracal, la gueule ouverte laissant apparaître ses crocs aiguisés. Une signature toute trouvée pour la détentrice du pacte des caracals.

«  Voilà. Maintenant, retournons dans le vif du sujet. »

Le genin se releva puis tendit la main à sa camarade pour l’aider à son tour. Tous deux se dirigèrent ensuite vers le centre ville afin de chercher à obtenir la liste des invités.


Engagé entre les ruelles, Ken demanda à Hideko si elle possédait d’autres tenues afin de ne pas attirer l’attention. Il était vrai qu’habillée ainsi, elle ne se fondrait aucunement pour l’ouverture du bar : des vêtements plus cérémonieux seraient plus adaptés.
Comme à son habitude, ses idées s’enchaînèrent sans prendre le temps de se poser comme il le fallait. Il sauta au-dessus d’un grillage, Hideko intervint.

─ Attend, chaque chose en son temps. Dit-elle autoritairement. 
Tu as raison, il me faut des vêtements plus adaptés. Je vais passer chez moi pour prendre un change pour pouvoir me changer avant le début de la soirée. Ensuite nous irons interroger le direction du bar ensemble pour avoir la liste et t’y rajouter. Je pense que notre interlocuteur sera plus convaincu s’il te voit et qu’il peut t’entendre chanter. Pendant ce temps, tu peux continuer sur ton idée de faire du repérage du côté des artistes, mais reste discret. tu ne dois surtout pas éveiller l’attention, c’est compris ?

Son ton ne laissait pas place à la discussion, mais elle se voulait aussi rassurante, encourageant le genin à poursuivre dans son idée.

« On se rejoint devant le bar. Tu me feras un petit débriefing et nous parlerons au directeur. A tout de suite ! »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Ven 19 Mar 2021 - 19:39
L’homme est admiratif, il n’a jamais initié Hideko a l’art de l’Onkyoton pourtant elle a su déceler quelques ficelles. Savoir que Ken avait ajouté du genjutsu pour rendre sa musique plus douce encore était une belle analyse. C'était aussi la preuve que son Genjutsu est trop brutal, trop sauvage. Il a encore énormément de travail pour rendre ses genjutsu indétectables, plus diffus. Il ne sait pas ce qu’elle aime: sa musique? son genjutsu? le mélange des deux? Qu’importe ! Le plus important est qu’il ait fait mouche. Il avait conquis le cœur de Hideko et c’est tout ce qui était important.

Instinctivement, il caresse son Dizi, Hideko lui ayant gravé un caracal en tenant simplement l’instrument dans les mains. Qu’elle dommage que Ken ne saura jamais faire ça. Ils sont de la même trempe. Des artistes, lui la musique elle, le fer.

Ken se reveil quand Hideko lui dit
─ Attend, chaque chose en son temps. Dit-elle autoritairement.
Tu as raison, il me faut des vêtements plus adaptés. Je vais passer chez moi pour prendre un change pour pouvoir me changer avant le début de la soirée. Ensuite nous irons interroger le direction du bar ensemble pour avoir la liste et t’y rajouter. Je pense que notre interlocuteur sera plus convaincu s’il te voit et qu’il peut t’entendre chanter. Pendant ce temps, tu peux continuer sur ton idée de faire du repérage du côté des artistes, mais reste discret. tu ne dois surtout pas éveiller l’attention, c’est compris ?


- heuuuuuuu bennnnnn heuuuuuuu oui….. oui ca me semble évidemment la meilleure chose à faire, imagine que le patron nous surprend… enfin me… Je dis quoi? Je fais quoi? non parce que voila ça risque d'être une catastrophe si je perd déja la confiance qu’on ne ma pas donné. Se serait assez dramatique en effet HAHAHAHA. Je veillerais donc à être aussi discret que possible. CHEF.

De l’autre coté de la palissade, Ken patiente, ses yeux d’ordinaire, il halète, une odeur d’urine non loin de lui. Il avance. Tout sens aux aguets.

-Donne ton sac poufiasse !

Ken surpris, se plaque contre le mur, s’assurant de toujours être dans l’ombre. Il observe la scène, une femme ce fait agréssée par trois types. Celui qui qui vient de parler se saisit de son collier de perles. La femme hurle.

-TA GUEULE !

L’homme lui tire violemment sur le collier arrachant les perles. Pendant que la femme gémis

-Hoooo mais c’est qu’on est riche….
-Ne me faites pas de mal…
- On t'a dit de te taire !!! Se mit à dire un Rouquin avant de lui enfoncer son poing dans l’estomac. La femme, par la douleur fixe sans le savoir dans la direction de Ken. Ce dernier se plaque fortement contre le mur essayant de ne plus entendre.
-Ca dépend de toi, tu as été si généreuse… si tu l’es encore un peu, tu auras aucun mal je te le promet, et avec de la chance dans neuf mois tu auras un cadeau…

Chercher Hideko….. non… je dois intervenir… ils sont trois…. la femme ne peu pas attendre… Bon sang Hideko… On aurait jamais du se séparer.

Un nouveau cris retenti, c’est la femme. Ken entend des bruits de ferrailles, il l’entend crier mais étouffé. En effectuant quelques Mudra il fait appelle a deux clones pour l'assisté prenant des positions clé, profitant ainsi pour explorer un peu plus les environs. Il s’est qu’il doit faire vite, ses clones lui prenant presque l’intégralité de son chakra.

- HEY VOUS LA !

Se mit à crier Ken, prenant son dizi dans les mains. N’écoutant que son courage. Il fixe l’homme, qui par chance, n'a pas eu le temps de commencer son œuvre. Il espère juste crier assez fort pour que Hideko entend. Comme il n’en est pas certain. Il fait siffler son Dizi le plus fortement possible, tant pis si le patron du bar les surprend, il y avait urgence. L’instrument siffle d’un son strident, extrêmement aigu.

- PUTAIN UN NINJAAAA !!! FUYEZ !!!!!

Le petit de la bande, sans doute le plus malin, se met alors à fuir a toute jambe. Le rouquin et le futur violeur s’avance d’un air menaçant vers Ken.

-Nan mais tu fou quoi ?

-Je vais t’aider pourquoi?

-Abruti, occupe toi de la fille ! Elle risque d'appeler de l’aide…
Le rouquin alors sors un canife et s’aprète a découper la femme. Le futur violeur eut une idée.

-Ne la tue pas tout de suite… on va s’amuser. Hein mec… si on te vois faire un mudra, une note, quoi que se soit de plus…. on la plante vue ?
-Oui, oui je vais coopéré, regarder, je coopère, ne lui faites aucun mal….

Soudain les mots de Hideko lui revient à l’esprit “ Je vais passer chez moi pour prendre un change pour pouvoir me changer avant le début de la soirée. “ Il va devoir agir seul.

-Approche !

Ken sort de l’ombre et s’avance, les mains au ciel, concentré sur son chakra qu’il s’en partir à grande vitesse. Il a énormément de mal à le retenir mais c'était nécessaire, il faudra frapper vite et fort.

-Baisse ton pantalon…

-Hein..?

-Baisse ton pantalon !
Ken ne sait pas bien où veut en venir son ennemi. Un fort bruit métallique se fait entendre, le rouquin se fait assommer un couvercle de poubelle dans la figure. Ken profite alors de la diversion, il court sur le futur violeur mais il est trop lent. Ken se prend un coup de coude dans le nez et disparaît dans un nuage d’air. Surpris, l’homme perd ses moyens. Ken et son dernier clone cours vers lui. Bien que Ken se prend un poing dans la tampe manquant de peu de l’assomer, son clone, réalise un superbe Hebiken dans le visage du dernier.

Ken va voir Ken. Il est inquiet, il s’agenouille devant son original lui touchant les genoux de façon tendancieuse.

-Ca va ken?

-Merci Ken, j’ai adoré ton coup de poing !

-Merci Ken, ton plan etait sensationnel


-Tu es un amour Ken. Non vraiment, ca me touche tu es trop beau !

-Toi par contre Ken, tu devrais faire soigner ça… Le clone crache sur son kimono et essuie le front de Ken original. Hoooo mon pauvre cheri, dans qu’elle etat il ta mis se salop….


-Je sais Ken, n’empêche que sans toi Ken, je n’aurais jamais réussi !

-Aller mon poussin, COURAGE !!!!
Le clone lance un sourrire a Ken avec le pouce lever.

- WHAAAA TROP CLASSE LA POSE !!!!
-Je te remercie Ken, tu as eu beaucoup de courage, je suis fier de toi


- dommage que Hideko n’ai rien vue….

-Elle à tout vue ELLE… Le clone fixe la femme et lui sourit.

-Au fait, oublis pas le lascar dans la rue à côté dans une poubelle, il t’attend, allez tchao beau gosse. Je te laisse la suite des évènements !
Le clone disparaît dans un nuage de fumée lançant à Ken, son plus beau sourire le pouce en l’air. Ken dans son esprit jura voir la fumée former un cœur. La femme qui a failli être violée reste interdite. Fixant Ken avec un regard ahuri. Elle n’avait sûrement jamais vu un homme se parler à lui-même sous forme de clone.

-Vous allez bien…. Ken ?
-Ca va, juste ésoufflé… les clones c’est bien mais ca fatigue…
Soudain la porte s’ouvre, quelqu'un approche.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mer 24 Mar 2021 - 11:20

Sur ces derniers mots, Hideko partit en direction de son appartement qui se trouvait en plein milieu du village.
Contrairement à tous les autres Metaru, la jeune femme ne vivait pas au sein de l’enceinte du clan, logé dans une des magnifiques maisons qui en composait le domaine. N’ayant jamais eu de lien avec eu, elle ne désirait aucunement s’y mêler par simple confort.
Zigzaguant entre les ruelles étroites du village, elle parvint enfin devant l’immeuble où se trouvait son chez elle. Sans perdre de temps, elle grimpa les escaliers extérieurs et arriva devant sa porte. Aussitôt sa tenue choisie, une robe magnifique robe d’un bleu turquoise échancrée au niveau du haut de son torse et sur le côté de sa cuisse droite, elle repartit vers le point de rendez-vous : le nouveau bar.


Arrivée devant le bar, elle entendit plusieurs voix crier et se battre non loin de là. Au bout de quelques secondes, elle parvint à déterminer leur origine : les voix provenaient de derrière le bâtiment, probablement d’une ruelle cachée en arrière par laquelle devaient passés le staff et les artistes. Ses battements se mirent à s’accélérer, ses muscles à s’éveiller : son corps tout entier se préparait au combat. Sans perdre de temps, elle escalada en plusieurs bons la battisse jusqu’à parvenir jusqu’au toit, puis elle s’y pencha discrètement afin d’observer en toute discrétion. Les voix s’étaient tues. Que c’était-il passé ?
Quand ses yeux parvinrent enfin à entrevoir la scène, elle vit deux hommes, dont le propriétaire du bar et son camarade et une femme qui se trouvait dans un salle état, les vêtements salis et déchirés. Enfin, un autre homme se trouvait à terre, comme assommé. Le propriétaire du bar et Ken semblaient en pleine discussion, le premier remerciant le second. Rassurée, Hideko décida d’intervenir, sautant du haut de son toit pour les rejoindre sur la terre ferme. Tous trois se tournèrent vers elle, l’air surpris. Hideko salua le propriétaire et observa plus attentivement la scène : il y avait eu une bagarre, ça ne faisait plus aucun doute et Ken y avait participé.

─ Que s’est-il passé Ken ? Tout va bien ?

Le propriétaire ne laissa pas au jeune homme le temps de répondre, prenant la parole à sa place.

─ Vous êtes sa supérieure ? Je suis Masaaki Kahei, le propriétaire du nouveau bar. Vous pouvez être fier de votre collègue, il a mis hors d’état de nuire ces deux là qui avaient attaqués ma fille ! Il se tourna alors vers Ken. Jeune homme, je t’en suis redevable !

Kahei alla directement vers sa fille afin de l’aider à se relever et à se dépoussiérer, bien que cela n’enlèverait pas la boue sur ses vêtements.

─ Eh bien Ken, on dirait que tu as géré la situation tout seul ! Ils sont deux c’est ça ? J’imagine que l’autre doit être un peu plus loin, il faut les amener au commissariat. Elle se tourna vers la fille de Kahei. Vous mademoiselle vous devrez nous accompagner pour faire une déposition, mais vous pouvez vous changer si vous voulez.

Enfin, son attention se porta sur Kahei. Elle voulut se présenter, eux ainsi que l’objet de leur mission, mais se retint au dernier moment. Hideko ne devait écarter aucune piste et bien que peu de doutes pesaient sur le propriétaire, il n’en était pas de même pour sa fille.

« Nous allons accompagner votre fille jusqu’au commissariat le plus proche pour qu’elle puisse témoigner contre ses deux agresseurs, mais ne vous inquiétez pas, nous vous la rendrons très vite. »

Dit-elle en souriant afin de rassurer Kahei. Ken lui aussi devrait témoigner, afin de décrire tout ce qu’il avait vu, mais cela il devait déjà le savoir.
Bien que quelques heures encore les séparaient de l’ouverture officielle, les deux comparses devaient se dépêcher pour arriver en avance et pouvoir demander à Kahei la liste des musiciens. Ils devaient aussi leur demander si Ken pouvait se joindre au groupe, afin de suivre le plan qu’ils avaient défini. Combien de temps allait prendre le témoignage de Ken au commissariat ? Mission oblige, il devrait faire vite.


_________________
C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mar 30 Mar 2021 - 13:48
Ken sourit le visage un peu endoloris.

-Non ils sont trois, le troisième est dans la ruelle à côté. Jeeeee Ken vois Hideko habillé ainsi

- heuuuuuuu…. jeeee….heuuuu…. bennnnn…. hummm….. heuuuu hummm…

Ken en perd ses mots mais ne fait aucun commentaire. Après tout, il est en mission. Ils ne doivent, de plus, perdre aucun instant. Il faut absolument venir au plus vite au commissariat pour pouvoir revenir finir la mission. Sans perdre un instant, Ken propose à la femme de ce mettre en route. Sur le chemin, il fait un bref toppo à Hideko. Les cris, les menaces de viole puis des menaces de brutalités. Il n’oublis aucun détails.

Ils ne leur faut qu' une demi-heure pour rejoindre le bâtiment, l’ambiance était glaciale, pourtant il faisait tellement chaud à l’intérieur. Les membres des forces de l’ordre cours partout sans aucun repos. Ken est étonné de voir des policiers courir autant, alors que dehors, ils prennent leur temps et mangent beaucoup de pâtisseries. L’envers du décors. De gros fainéants, une fois dans la fourmilière, semblaient tout autre. Ils se présentent à l'accueil et sont reçus par le lieutenant Kaito. Un homme avec une carrure imposante, cheveux long poivre et sel.

- Oui ! Sa voix claque comme un fouet. Ken recule, il se sent aussitôt coupable alors qu’il n'a rien fait. La femme prend le relais et explique l’affaire au lieutenant et comment Ken à résolue le soucis. Comme Hideko a su la réconforter et mène à bien les évènements à suivre.

- J’ai entendu parler de cette affaire de chanteur voleur. Ils nous posent de gros soucis. Je comprend pourquoi on vous a mis sur cette affaire. Vous savez quoi? Je m’occupe de la déposition de madame, et je viens cette nuit avec des renforts, Nous attendrons dehors !

- Nous vous disons a tout à l’heure lieutenant Kaito alors et merci.

- Ouais à ce soir.

Sans perdre de temps, Ken accompagné de Hideko rejoignent à nouveau le bar et demande la liste des artistes. Ken est autorisé à faire partie de l'événement.

Ken est légèrement stressé, la soirée avance de plus en plus. Il va donner son premier concert officiel. Il passe ses registres dans son esprit tout en suivant les noms des autres participants. Certains artistes connus, d'autres ne lui parlent absolument pas. Il se dit que interpréter foudre noir serait une bonne idée. Mettre de l’ambiance, réveiller l'assistance au cas où. Rendre plus difficile le travail du voleur. Certains artistes pourraient bien être le voleur, Ken reconnaît certaines musiques. Une surtout l'interpelle, c’est un classique dans le Kabuki. Il en tient informé Hideko. Il regrette de ne pas avoir eu le temps de lui apprendre son code secret qui lui aurait servi à discuter avec elle sans dire un seul mot.

Peu à peu, la rue s’assombrit, les gens attendent avec impatience le concert gratuit pour célébrer le Kumo Bingo club. Le bar restaurant semble être un genre de bar pour personnes riches acceptant apparement la prostitution mesurée, au vue des serveuses peut vétus.

A la demande de Ken, le patron le fera passer en début de soirée, lorsque les gens se seront installés, avant qu’ils ne mangent. Cela lui permettrait en second lieu de rester en coulisse pour observer les autres artistes. Il ne passera bien sûr pas en premier mais en troisième position. Ken lui demanda en dernier lieu s' il pouvait à l’occasion emprunter un Erhu juste pour la soirée. L’homme accepta avec comme unique condition, que Ken le lui rembourse si il casse l’instrument.

- Dit moi Hideko… tu seras où? Pourrait on définir un signal? Je ne sais pas, par exemple, lever les deux mains? Ça pourrait vouloir dire que nous avons trouver notre ennemi par exemple? J’ai vu avec le patron, je passe parmi les premiers. Je pourrais ainsi observer les coulisses, ça me semble être une excellente idée non? Que ferais tu en attendant ? Bon sang, je sens le stress monter dans quelques instants ça va être à nous…. J’ai le traque… Ben oui forcément tu imagines? passé devant tellement de personnes comme ça? Je me sens encore prêt, là n’est pas la question ! Mais imagine si ma musique rythmé déplais. Tu crois que je devrais mettre du genjutsu dans la musique? D’un autre côté si j’en mets, peut être que le voleur se méfiera de moi… Je ne sais pas, que ferais tu à ma place? Peu être au contraire, ça lui fera commettre une erreur si il me sens usé des même stratégies que lui? J’avoue qu’une partie de moi souhaite renoncer au concert mais je doute que se sois la chose à faire. Aprés tout c’est juste 4 minutes dans ma vie… Tu crois que j’y arriverais ?

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mer 31 Mar 2021 - 18:08

Tous les six – Ken, Hideko, la victime et les trois criminels – se dirigèrent vers le commissariat qu’il atteignirent au bout de après trente minutes de marche. Pendant ce temps Ken en profita pour faire un compte rendu de ses péripéties. Pour sûr, le jeune homme était parvenu à faire preuve de ruse afin de mettre hors d’état de nuire ces trois imbéciles. Ces derniers tentèrent de protester contre ses dires, mais Hideko les ignora ouvertement. Comme elle l’avait pensé, derrière ce jeune homme doutant de soi se cachait un bon ninja en devenir.
Arrivé sur les lieux, ils allèrent directement se présenter à l’accueil. Ce n’était pas la première fois qu’elle y mettait les pieds : elle avait déjà eu l’occasion de s’y présenter pour faire ses rapports lors de précédentes missions. L’ambiance y était toujours aussi agitée que d’habitude, ce à quoi elle trouvait un certain charme ; c’était dans ce genre de lieu que l’on pouvait réellement comprendre les malheurs des gens du peuple.
Un officier du nom de Kaito les accueillit. D’un aspect un peu rude de prime abord, il se montra agacé d’être ainsi interrompu dans ses affaires par le jeune homme. Hideko voulu reprendre l’initiative, mais la victime prit la parole et expliqua à l’officier ce qu’il venait de se passer et comment le jeune genin était parvenu à la sauver. Le policier changea complètement d’attitude à l’écoute de son histoire et surtout lorsqu’il apprit que ces deux shinobis à qui il avait à faire étaient ceux missionnés pour arrêter le musicien criminel. Il leur confia s’occuper de tout et leur émit l’idée de venir avec des renforts pour l’ouverture du bar de ce soir. Hideko prit la parole.

─ Plus on sera, mieux c’est, votre aide nous sera précieuse et vous pourrez boucler le secteur pendant qu’on s’occupera de lui à l’intérieur du bar. Par contre éviter au maximum de vous faire remarquer, mais ce n’est pas moi qui vais vous apprendre à faire votre travail. Dit-elle d’un ton malicieux, ce que le policier sembla apprécier.

Son idée était double : faire encadrer les alentours du bar afin de compliquer la tâche du renégat s’il tentait de fuir et confier une tâche définie aux policiers pour qu’ils n’interviennent pas dans le bar. Les ajouter ainsi à l’opération quelques heures avant qu’elle n’ait lieu ne ferait que la compliqué d’avantage et y ajouter des risques inconsidérés. Tout devait se dérouler selon le plan afin de n’éveiller aucun soupçon.
Les deux genins saluèrent une dernière fois la victime et repartirent en direction du bar.

Hideko prit un peu de temps pour aller se préparer dans les toilettes du bar, alors que personne n’y était encore entré. L’endroit était flambant neuf, dénué de toutes les fragrances d’urines, de vomi et de sueur qui auraient tôt fait de s’y installer.
Vêtue de sa belle robe de soirée, elle retourna au près de son camarade à l’extérieur. Il avait reçu l’autorisation du gérant de participer au concert. A sa demande il avait même été convenu qu’il se produise avec d’autres artistes en début de soirée, afin que par la suite il puisse rester dans les coulisses pour observer les autres artistes.
L’ambiance devenait de plus en plus chaude : nombreuses étaient les personnes venues spécialement pour cette inauguration. De plus, les précédents vols étaient encore bien présents dans tous les esprits.
Elle fixa sur son camarade : son stressa redoublait à chaque minute qui passait, un stress qui était communiquant, puis, sans prévenir, il craqua.
Il commença par lui demander de définir un signal avant de passer directement sur le sujet qui fâchait. Ses inquiétudes étaient parfaitement justifiées et Hideko ne pouvait qu’y compatir : certes c’était lui qui avait pris cette responsabilité de plein gré, mais ladite responsabilité pesait lourde sur ses épaules. Aussi, quand il eut fini, elle tenta de le rassurer d’un ton apaisant mais déterminé.

─ Oui, je pense que tu vas parfaitement réussir, je n’ai pas doute quand à tes capacités. Quand bien même tu ferais une erreur, ce qui peut arriver, tu dois juste rester concentrée sur la suite de la musique, ok ? Le fait d’être stressé attirera l’attention sur toi, mais cela peut aussi te faire passer pour un jeune musicien inexpérimenté et notre cible peut croire que tu ne représentes aucun danger.

Elle prit une courte pause et saisit l’une des mains du jeune homme avec les siennes ; elle était moite et froide.

« Tu vas y arriver, j’ai toute confiance en toi. Ne cherche pas à tout changer au dernier moment, ok ? Tiens toi en à ce qu’on a convenu. Pas de genjutsu dans la musique, pas de tour, tu joues comme tu me l’as montré puis tu retournes dans les coulisses. »

Hideko aussi doutait que tout se passe comme prévu : elle ne le connaissait que depuis le début de la journée et bien qu’il ait montré ses capacités, elle doutait qu’il ne parvienne à coller à son rôle à la perfection, mais ça elle ne pouvait le montrer. Ce que son camarade avait besoin c’était d’être rassurée et c’était son rôle à elle de l’aider.

« En ce qui concerne le signal, on agira quand le musicien commencera à activer son genjutsu. Ce sera lui le signal, compris ? »

L’appel de l’ouverture se fit entendre, la soirée pouvait commencer.


Hideko était installé au premier rang, la place parfaite pour pouvoir réagir au plus vite. Elle avait choisi une robe qui n’attirait pas trop l’attention, afin de justement ne pas trop se faire remarquer. L’inverse aurait aussi pu fonctionner, mais la jeune femme avait préféré la première idée.
Les deux premiers groupes se produisirent avec succès, comme en témoignait la salve d’applaudissement qui les suivirent, puis se fut au tour de Ken et de son groupe. Hideko le fixa comme pour attirer son regard et lui sourit chaleureusement, tentant de lui transmettre tout le courage qu’elle pouvait.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Jeu 22 Avr 2021 - 19:29
Ken acquiesça, Hideko avait raison, agir sur un coup de tête etait idiot. Trop tôt et l’ennemi prendrait la fuite, trop tard et pareil, l’ennemi prendrait la fuite. Il n’avait pas le choix, le plan d’ Hideko était le meilleur, il fallait agir avec intelligence. En premier lieu, il faut voir dans les vestiaires, un premier regard sur les groupes masculins, en second lieu, faire connaissance avec son propre groupe créé à l’instant pour l’occasion. Jouer avec des inconnus… C’est pas simple de se dire que quoi qu’il arrive, notre représentation est au mains d’étrangers. Il faudra donner le meilleur de soi et essayer de pallier leurs erreurs.

Sur les personnes qu’il croise dans les vestiaires, il en connaît que quelques-uns, il peu donc les éliminés de sa liste. Leurs noms sont Manaba et Kotetsu. Des camarades Onkyoton croisés au hasard d’un toit, ou d’une ruelle. Directement il alla les voir pour proposer un bœuf à trois, être une sorte de ninja en mission, chose qu’ils acceptent avec joie. Ce n'est pas tous les jours que Ken pouvait monter un groupe et encore moins avec des personnages croisés par le passé. La chance était inespérée, l’idée de jouer avec Kotetsu est un vrai plaisir ! Reste plus qu'à définir le choix de la musique. Chant traditionnel? quelque chose de bourrin? Qui serait le chanteur? Il aurait préféré jouer avec ses clones, mais malheureusement, il pense à la mission, il doit rester frais au cas où le chanteur intervenait.

Il se dit que ce n'était pas une mauvaise idée, un simple clone, observation du coin féminin, juste un coup d'œil rapide… un aperçu. Après tout c'était pour la mission ! Rassemblant son courage, Ken prétexte d’avoir envie d’aller aux toilettes pour appeler un clone. Tandis que son clone rejoint son groupe, Ken use de son Fujo pour marcher au plafond et observer les filles. Certaine ce bande la poitrine pour entrée dans leurs kimono si sexy, d’autres au contraire, retire leurs vêtements et prétexte avoir trop chaud dans leurs costume de scène.

- Junta tu veux pas m’aider? je suis complètement en transe, tu veux bien m’aider à retirer mes plumes et mon bustier, je meurs…. tu me le remettrai au moment de monter sur scène, tu veux bien?

- Avec joie Mishiko, je suis aussi toute trempée, ils le font exprés de mettre le chauffage aussi fort?
- HOOOO MAMA……

Aussitôt Ken disparait, la peur de se faire attrapper est la plus forte, et il se dit qu’il n’y avait rien à voir de plus intéressant, il n’y a vu ni arme, ni trace d’une quelconque menace.

- HOOOO !

-Il se passe quoi?

-Rien j’ai cru voir un mateur…. nan c’est rien les filles.


A première vue, le coupable pouvait être du côté des hommes comme des femmes. instinctivement, il mettrait une femme comme coupable mais c’est juste par ce que les femmes lui font peur. La preuve, n’importe qu’elle homme se serait rincé l'œil mais lui non. La peur est la plus forte. Il fait disparaître son clone quand celui ci est à l’abris. Son clone n’avait rien appris de plus sauf qu’il se méfie d’un certain Paizen, chant diphonique, effet somnolent, chant religieux ennuyeux… peut être est ce notre homme… Étrangement, il refuse de se lier aux autres chanteurs. Il se secoua la tête tentant d’oublier ses courbes grossières, ses corps de lait en sueur, comment les hommes pouvaient se laisser dominer par ce genre de chose? qu’elle effroi...
Soudain, une femme passe devant lui, un éventail elle lui fait un sourrire complice. Ken eu un recule comme si elle l’avait gifflé. Elle s’arrête devant lui surprise, s’approche de lui et lui tend son cou de geisha peint en blanc. Ken ferme les yeux et malgrè lui eu une errection. La femme s’en va rassurée, en lui souriant. Elle etait la première à chanter.

LE CHANT KABUKI:



Ken écarquilla des yeux devant cette musique, la voix si clair, si intense. Il trouve trop choux les coeurs “HI HI” Cela raconte, une ancienne légende retranscrit dans le théatre Kabuki.


LE CHANT DE GUERRE:




Le groupe suivant impressionna Ken, également, venu avec de gros Taïko pour offrir un chant militaire à l'assistance. Le stress de Ken est énorme, comment faire mieux que ça? Cetait lui le prochain, comment faire mieux que ca? toute la foule c’etait levé pour suivre le rythmique. Ken devait faire aussi bien sinon, il voulait gardé son joker pour la fin, mais si il voulait impressionné, il devait le faire maintenant !

Il choisit alors d'interpréter également un chant guerrier mais remanier, modernisé et surtout chanter de façon diphonique, il savait que ça attirerait forcément l’ennemi, du moins, il l’espère. Le tout sera de faire comme si de rien n'était, il espérait juste que Hideko comprendrait sa démarche.


LE CHANT DE KEN:



La foule reste bouche bé. Ken a t’il réussi? il n’en savait rien, certains applaudissaient modérément, certaines femmes se levaient pour lui exiger une autre musique. Les personnes âgées eux étaient limite prêt à se lever et partir. Sans doute on-t-ils reconnu le chant que Ken a repris et adapté et apparemment ils n’ont pas aimé. Aucun moyen de savoir s' il a été apprécié ou non. Suivant les conseils de Hideko, il a chanté sans mettre le moindre Genjutsu. Beaucoup d'artistes le scrutaient dont un personnage masqué. Ken fixe le masque intrigué et fit mine de ne pas s’y intéréssé. Est ce l’homme qu’ils recherchent?

Finalement le dîner commence, les invités sont conviés au repas tandis que les groupes continuent à défiler.


DOUBLE SHAMISEN:




L’assemblée semble adoré ses deux joueuses de Shimazen. Ken les trouvent aussi magnifique, se duo de shimazen est trés agréable à l’écoute, et coté performance. Juste incroyable, les entendres tour à tour de faire un solo. Leurs petit cris pour s’annoncer, tellement sexy.

En guise de plat principal, l’assemblé a pu écouter une virtuose, elle etait seule mais a elle seule, elle réussi a conquérir tout le monde.


GAMES OF THRONES:



Tout le monde apprécies l’ambiance, tout est parfait ! Si bien que tout le monde criaient “KEMPEI!!!!” à l’arrivé du groupe suivant



PREMIERE ATTAQUE:




L’assemblé étrangement, se calme. Ken est sur le qui vive, se plaçant près de la sorti, le groupe actuel a tout ce qu’il faut, le masque, incapable de dire femme ou homme, masque de renard. Il se sent tellement bien, il voulait en savoir plus sur ce chant étrange, si beau. Quand la musique prend fin, il est surpris, le groupe ne bouge pas d’un pouce et enchaîne avec une autre musique, certains convives tombent du nez alors que d’autres les plus vif, ou ceux pas encore touchés, reprennent de l’alcool. Ken se dépêche de se mettre à l'abri en prenant soin de se cloner. l’artiste regarde convive après convive, ils sont très proche de trouver Hideko des yeux.

L’ennemi passe à nouveau à l’action sans attendre.


CHANT DU SOMMEIL:









_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mar 27 Avr 2021 - 0:09

Ken se plaça au milieu de la scène. Son stress était palpable, mais une certaine détermination se lisait sur son visage : il était prêt. Ne lui manquait plus qu’à montrer le même talent que celui qu’il avait partagé à Hideko et le tour était joué.
Tous se turent, la foule, déjà galvanisées par les précédent artistes, attendait avec impatience que Ken ne commence. Plusieurs secondes s’écoulèrent, puis, sa main vint frotter les cordes de son instrument. Les cordes se mirent à vibrer, la mélodie prit place dans la salle.
Il se mit alors à chanter d’une voix très grave et rauque, une voix qu’elle n’aurait pas pensé possible de sa part. La foule resta muette. Hideko tapa du pied au rythme de la musique, suivant la mélodie qui se voulait entraînante, telle un chant de guerre. Était-ce le cas ? Elle n’en savait rien, profane qu’elle était, mais cela importait peu.
Enfin, après plus de 6 minutes, Ken termina. Enfin, la foule commença à réagir : des réactions mitigées. Hideko observa les visages des spectateurs ; les plus jeunes semblaient avoir appréciés tandis que le plus vieux, eux, semblaient comme agacés de l’interprétation de Ken. Était-ce un chant connu ? Hideko elle, avait aimé la musique. Pour autant, elle resta concentré sur la scène, bien qu’elle se permît, l’espace de quelques minutes, un peu de détente.
L’heure du dîner fut sonnée, les convives se regroupèrent autour de grandes tables et furent servis tour à tour. Hideko, elle aussi, reçut sa commande et commença à manger tranquillement, discutant avec les gens présents autour d’elle.
La soirée s’enchaîna avec deux femmes qui jouèrent un morceau plus classique, reçut positivement à l’unanimité. Un groupe composé de 4 artistes prit leur place et vint sur scène. Leurs visages étaient cachés derrière des masques de renard. Hideko, piquée au vif, se concentra sur ces personne qui semblaient à s’y méprendre à la description qu’on leur avait fait du criminel : déguisement folklorique et masque d’animal, mais pourquoi étaient-ils si nombreux ? Tous les témoignages n'avaient mentionné qu'un seul ravisseur sans préciser son sexe. Or, ils étaient 4 à correspondre à cette description.
Leur composition terminée, les artistes restèrent sur scène et enchaînèrent sans attendre sur un second morceau. Immédiatement, Hideko commença à se sentir fatiguée, les paupières lourdes. Le sommeil l’appelait si fort qu’elle ne pourrait y résister bien longtemps.
Hideko resta sur place et se laissa tomber sur le convive à côté, comme endormie, puis elle fit une série de signes et brisa le genjutsu avec son kaï.



Ken était-il parvenu à s’en sortir et ne pas tomber dans le Genjutsu de l’agresseur ? Hideko n’avait aucun moyen de s’en assurer. En quelques secondes seulement, la salle tout entière s’était endormie. Convives, personnel, artistes, tous dormaient à points fermés. Les agresseurs étaient parvenus à refermer leur piège, à nouveau, mais cette fois-ci, leur crime ne resterait pas impuni.
Un premier artiste descendit de la scène et commença à marcher entre les rangées. Hideko resta immobile, yeux fermés, concentrée sur son ouïe afin de suivre sa cible. Elle pouvait entendre le bruit de ses pas sur le sol, lent, assurés. Puis, un second se fit entendre, allant dans une autre direction que le premier. Ainsi ils étaient deux dans le coup ? Ce nouveau fait, ne correspondant pas aux témoignages, était très étrange.
Le premier criminel sembla s’arrêter, puis, un bruit de bijou se fit entendre et un second. Dans la salle régnait un silence digne d’un cimetière. Chaque mouvement, chaque pas, chaque tissu bougé : Hideko pouvait tout entendre ; il ne lui manquait qu’un peu d’entraînement pour parvenir à entendre le souffle de ses cibles.
Ces dernières continuèrent ainsi à se promener entre les tables, se saisissant ci et là des objets de valeurs, jusqu’à ce qu’enfin, l'un des ravisseur n’arrive au niveau de Hideko. La jeune femme attendit avec patience que sa cible ne commence à se pencher sur la table, puis, soudain, elle se redressa, poussa sa chaise en arrière, se releva et décocha un puissant coup de pied.



Allait-elle toucher ? Elle espérait la surprise totale et si c’était réellement le cas, alors peut-être parviendrait-elle à assommer le premier criminel et il ne lui resterait plus qu'à se concentrer sur le second. Aussi, elle espérait que Ken ne comprenne que c'était là le signal d'attaque et que lui aussi entrerait en jeu.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Mer 5 Mai 2021 - 19:55
L’assemblé étrangement, se calme. Ken est sur le qui vive, se plaçant près de la sorti, le groupe actuel a tout ce qu’il faut, le masque de renard, incapable de dire femme ou homme, les kimonos, toutes les déscriptions cohincident. Il se sent tellement bien, il voulait en savoir plus sur ce chant étrange, si beau. Quand la musique prend fin, il est surpris et cligne des yeux, le groupe ne bouge pas d’un pouce contrairement à ce qui etait convenue avec monsieur Masaaki. Sans rien dire, ils enchaînent avec une autre musique, certains convives tombent du nez alors que d’autres les plus vif, ou ceux pas encore touchés, reprennent de l’alcool, se n’etait pas normal, c'était eux. Ken en mettrait sa tête à couper. Ken se dépêche de se mettre à l'abri en prenant soin de se cloner. l’artiste regarde le couloir mais n’a pas vue Ken, alors satisfait, il regarde convive après convive, ils sont très proche de trouver Hideko des yeux.

Les clones se tournent vers Ken original et l'accompagnent. Dans les coulisses, les personnes, tout comme Ken, se sont rendu compte qu’une chose cloche. Ils regardent Ken qui était au devant de la scène, un visage interrogateur.

“ Suivez moi et en toute discrétion…..il y a un soucis pas un mot"

“Il se passe quoi” parle un type avec une grosse voix

“SHHHHHHT nous sommes en plein cambriolage, on va sortir” dit Ken en secouant les mains pour intimé le silence

“quoi….” dit une femme.

[color:bd45=#704B0B]“N’y aller pas non, revenez !” Les clones la repousse avec une violence modéré.

‘’On vous a demandé de sortir…., suivez le !” Dit les deux clones en susurant le moins possible en simultané la mettant mal à l’aise. La voix claqua aussi fort que possible.

A coté, les clones entendent encore l’attaque se produire, ils esperaient que Hideko s’en sorte ! Ken original, passe devant les personnes et essaye avec la plus grande discrétion d’ouvrir la porte. Il court aussi vite que possible pour trouver le lieutenant Tsukaima.

Un clone aide les personnes à sortir une par une, surtout dans le plus grand des silences. Le dernier clone patiente afin qu' aucun petit malin n’ai l’idée de rejoindre la grande salle par curiosité où le pire arrivera surement. Les Ken essayent d’agir le plus rapidement possible afin de pouvoir aider Hideko en cas de soucis. Priorité au civile cela dit comme on lui à appris à l’académie de Ninja. “Analyser, Protéger, Neutraliser”, dans la mesure du possible, Ken le savait que trop bien. Lorsque les dernières personnes s’en sont aller, le clone qui attendait près de la grande salle part dans les vestiaires des messieurs, dans les toilettes des messieurs. Aucune personne ne s’y trouve.

Le soucis est que maintenant, il devait aller dans le vestiaire et les toilettes des dames. Il se sent, sale, comme condamné à devenir un sale pervers, lui pourtant adepte des plus profonds respect. Lui qui a la phobie des femmes. Il se retrouve toujours à investir les lieux des dames. S’en est effrayant. Il toque au vestiaire, par chance il n’y avait personne. Il toussote alors, devant la gène, il allait maintenant devoir affronter le toilette des filles ! Péniblement alors il s’avance dans le couloir Il toc a chaques toilettes en espérant aucune réponse. Dix minutes plus tard, le voilà rassuré, il semblerait que tous les civils soient sortis.

Ken, l’original, finalement trouvé le lieutenant Tsukaima.

- Lieutenant?


-Oui monsieur Daishi?


-Il y a un problème, il y a un braquage, je...jeeee….je...je pense qu’il faut que vous interveniez, ma collègue est seule contre deux, j’ai un clone qui va lui prêter main forte mais bon, je pense que votre aide ne sera pas de trop. On a besoin de vous !


-----------------------------------------------------------------------------------------------



AU MÊME MOMENT



-----------------------------------------------------------------------------------------------


- HAAAAA Trop facile….. comme toujours Jinn, hummmm aucune résistance que du bonheur !

-C’est clair Zeng, le moment que je préfère, il reste qu’a se baisser pour ce faire plaisir !

Zeng, s’arrête et regarde toutes les victimes avec un rictuse de plaisir. Arrachant le collier a une dame agée, lui arrachant presque les doigts pour lui prendre sa chevalière.

- Va par là toi, je m’occupe de ce coin tu vois bien ! sois pas bête !

- Oui…. oui… faisons ça.

Ils se séparent, tandit que l’un va vers le bar et ensuite la cuisine pour s’assurer qu’il y a pas de petit malin qui ont échappés au Genjutsu, son collègue s’approche de Hideko. Volant les bijoux, Hideko aurait pu voir l’ennemi voler quelques baisers aux serveuses habillées de façon sexy. Il va jusqu’a lécher le visage d’une jeune adolescente qui s’est endormie dans sa crême glacée. Allant même un peu plus loin. Soudain, il se rappelle du pourquoi ils sont içi. Il abandonne avec regret sa proie, lui mangeant son dessert tandis qu’elle dort sur la table.

Arrivé à la table de Hideko, il ne put s'empêcher de passer une main dans son décolleté. Il voulait aller plus loin.

Le profit avant tout…. Je suis sûre que tu as un joli trésor là…. mais je n’ai plus beaucoup de temps, c’est dommage.

Il s’en va et continue son larcin lorsque soudain, Hideko se lève. L’homme surpris se retourne en attrapant son instrument pour la faire dormir. Mais trop tard. La femme lui décolle les pieds du sol dans un magnifique coup de pied. L’homme K.O vient frapper à la fois un homme âgé et une table, la table vient se renversé sur le bras d’une serveuse qui était tombé le lui fracturant.
Son collègue alertée par le vacarme accours a lui toujours avec son masque de renard.

- Hey Zeng, tu…. QUOI ?! la femme fixe Hideko d’un air mauvais

- NAN MAIS T’ES QUI TOI ? Une rage dans la vois, Jinn fait une clé de bras au chef cuistot qui s’etait caché dans la reserve.

- ARRRRRG LAISSEZ MOI, S'IL VOUS PLAÎT !

-FERME LA ou tu seras mon sushi !!!! La femme fait un Mudra lancant des piques de glaces vers Hideko. Elle sort un Kunai et le place sous la gorge du chef cuistot. Elle retourne en cuisine avec sa victime. Une porte de derrière s'y trouve, c'est parfait, si elle arrive a gagner du temps, elle pourrait peu être fuir.

- FAIS PAS CHIER TOI ! FAIS PAS CHIER OU JE LE BUT !!!! DEGAGE !

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Jeu 6 Mai 2021 - 12:41

L’attaque de Hideko fit mouche : elle parvint à assommer l’assaillant, ne restait maintenant plus qu’à s’occuper de sa partenaire. Le malfrat s’écroula sur la table, la faisant, par la même occasion, basculer sur le côté en écrasant les personnes qui s’y trouvaient. Le bras d’une femme attira particulièrement son attention, mais elle ne pouvait se payer le luxe de l’aider pour l’instant.
Jinn, la brigande, interpella Hideko et revint dans la salle, de par les cuisines, se servant d’un cuisiner comme d’un bouclier humain. L’homme gémissa et tenta de résister, en vain. Comment avait-il résisté au Genjutsu ? Peut-être était-il hors de portée ? Il était déjà trop tard pour que Hideko puisse intervenir. Plusieurs tables et le bar les séparait. Elle ne disposait pas de charge assez puissante et rapide pour les atteindre avant que Jinn ne puisse mettre en action sa menace.
Jinn effectua une série de mudras et projeta contre Hideko plusieurs pics de glace, qu’elle para sans difficulté, recouvrant ses bras de métal, puis elle plaça un kunaï sous la gorge du pauvre homme et retourna en cuisine.



Elle menaça Hideko de tuer son otage si elle ne partait pas, ce qu’elle n’avait aucune intention de faire. Hideko bondit discrètement vers les cuisines, s’en approchant sans pour autant passer la porte qui la séparait de la ravisseuse et de son otage. Elle laissa une légère tension s’installer, ne répondant point, restant parfaitement immobile, jusqu’à ce qu’enfin, elle n’ouvre le dialogue.

─ Je ne vais pas sortir de là. De toute façon, tout le bâtiment est bouclé par les forces de polices et quand bien même vous parviendrai à passer et survivre, nous vous retrouverons. Dit-elle d’une voix calme et forte afin de se faire entendre.
Mais ce que je peux vous proposer, c’est de coopérer. Si vous libérez cet homme, alors je peux vous promettre qu’il ne vous sera fait aucun mal. Vous devrez payer pour vos crimes, mais il ne vous sera fait aucun mal.

Son ton était autoritaire, mais il se voulait aussi coopératif, Hideko désirant réellement terminer toute cette histoire de la meilleure manière possible.
Elle hésita un instant à menacer son agresseur, mais s’y résigna. La vie de ce cuisiner passant avant tout, mais une chose était certaine : si jamais Jinn le tuait, alors Hideko s’occuperait de son cas avant même que les policiers n’aient eu le temps d’intervenir et de la manière la plus douloureuse possible. Jinn ne répondit rien, restant toujours silencieuse, se terrant dans un mutisme dérangeant. Cherchait-elle une sortie ? Une échappatoire ?

« Je m’appelle Hideko, Hideko Metaru. Vous savez ce que cela veut dire n’est-ce pas ? Que si vous avez affaire à moi, alors vous avez affaire avec le clan Metaru. »

C’était là un mensonge, puisqu’elle même n’entretenait aucun lien avec le clan, mais Hideko comptait bien se servir de son nom à son avantage.

« Quand je m’engage à ce qu’aucun mal vous soit fait, alors c’est tout le clan Metaru qui le fait. »

Elle essaya ainsi de renforcer la valeur de sa parole, afin de mettre en confiance son assaillante.

« Ne laissons pas une série de vol déraper vers un meurtre. Ce que vous avez fait est un crime, mais ce n’est pas un crime grave. Vous devrez purger votre peine, mais il vous reste encore toute la vie devant vous. C’est à vous de choisir ce que vous souhaitez en faire, de cette vie. Vous avez fait une erreur, n’en faite pas une autre sur laquelle vous ne pourriez jamais revenir. »

Jinn, encore une fois, ne répondit point. Avait-elle échoué ? Tout cette histoire allait-elle déraper comme elle le craignait ? Hideko doutait et chaque seconde qui passait les renforçait.
Soudain, Jinn répondit.

─ Ok ! Je me rends !

Hideko entendit l’homme gémir. Était-ce un bluff ? Elle fit un mudra et du métal commença à recouvrir son corps, prenant la forme d’une magnifique armure d’un noir profond.



─ Faîtes sortir l’otage, puis sortez ensuite, calmement, les mains en l’air.

Le cuisiner sortit en premier de la pièce. Il n’avait pas l’air blessé, mais il devrait être ausculté plus tard par mesure de précaution. Hideko l’interpella.

─ Vous, mettez vous là, sur le côté. Dit-elle avec autorité.

Il pouvait toujours s’agir d’un subterfuge tel qu’une métamorphose. Aussi, quand Jinn sortie enfin de la pièce, elle fut soulagée. Ce fut à cet instant que plusieurs policiers et Ken intervinrent, entrant dans le bar. Jinn, hésita à réagir, surprise de cette soudaine entrée en scène. L’armure que portait son interlocutrice n’était pas non plus de meilleure augure. Hideko réagit immédiatement afin que la situation ne dérape pas, à nouveau.

─ La situation est sous contrôle, cette femme s’est rendue.

Elle s’approche de Jinn et lui saisit les mains, puis elle les plaça dans son dos et forgea des chaînes en métal afin de les lui bloquer.
La mission était terminée, ils avaient réussi. Hideko laissa s’échapper un profond soupir de soulagement. Toute cette histoire s’était révélée bien plus tendue et compliquée qu’au départ, mais s’était bien terminé.


Le soir-même

Hideko, confortablement installé sur son bureau, armé de sa plume, s’attaqua à la rédaction du rapport.



Sujet :
Alors que les bars de Kumo commençaient à recevoir un important flux de clientèle, ceux-ci sont de plus en plus victimes d'un phénomène incontrôlable. En effet, si les festivités et la musique sont constamment au rendez-vous, un homme s'étant mérité le pseudonyme du musicien illusoire fait de plus en plus de ravages. Ayant pour mode opératoire de constamment changer d'apparences au regard des derniers témoignages, celui-ci se présente à de nombreux bars afin de supporter leurs différents musiciens dans le but de contribuer à l'ambiance. Toutefois, en plus d'être suffisamment rusé pour utiliser des subterfuges visuels, celui-ci se permet de jouer des symphonies subtiles qui viennent graduellement endormir la clientèle du bar ciblé afin qu'il puisse procéder en récupérant de nombreux objets de valeurs.

Si la police est au courant de sa présence due aux témoignages de certaines personnes qui révèlent l'avoir brièvement vu avant d'être victime d'un profond sommeil, ceux-ci pensent qu'il serait plus efficace d'y envoyer des shinobis afin de ne pas révéler les suspicions sur leur enquête.

D'ailleurs, un grand événement pour souligner l'ouverture d'un nouveau bar est prévu au sein de la place centrale du village. Représentant une occasion en or pour lui d'utiliser son art de la musique, du déguisement et du vol à bon escient, vous êtes mandaté à mettre en arrêt ce dangereux voleur.

Après tout, plus il récidive et plus il y a de chances que le niveau de ses crimes augmente. Saurez-vous découvrir un homme invisible avant qu'il ne soit trop tard ? Vos indices sont limités à son amour de la musique et son mode opératoire.


Objectifs :
- Discuter avec des propriétaires victimes pour collecter des informations
- Vous présenter à l'ouverture du nouveau bar
- Trouver le criminel
- Le mettre en arrêt
- Faire un rapport à l’institut scientifique & la police


Rapport de mission :
Daishi Ken et moi-même avons mené l’enquête conformément à l’ordre de mission. Pour commencer, nous avons commencé par discuter et interroger les propriétaires victimes pour collecter des informations sur notre malfaiteur. Les informations que nous avions en notre possession étaient les suivantes :
- Le criminel est un ou une musicienne,
- Porte une parfum pouvant faire croire qu’il s’agit d’une femme,
- Vêtue d’une tenue folklorique, porte un masque différent à chaque fois, représentant des animaux,
- Endort ses victimes avec du Genjutsu, soit avec sa voix, soit avec des instruments,
- Laisse toujours une signature après avoir commis son méfait : le masque.
Ces informations nous ont donc permis de dresser un portrait robot de notre cible. Puisqu’elle était vraisemblablement capable d’utiliser du Genjutsu, nous sommes donc partis du principe qu’il devait s’agir d’un shinobi. Nos actions devaient donc prendre en compte ce fait et le risque que cela représentait.
Après une présentations de nos capacités respectives, nous avons décidé de demander la liste des musiciens invités pour la soirée afin de faire un premier repérage de nos potentielles cibles. Nous avons ensuite décidé que Ken participerait à la soirée en l’ajoutant sur la liste, si le gérant l’acceptait. Cela lui permettrait d’être au cœur de la soirée et de pouvoir observer nos cibles au plus près, sans se faire remarquer. Quant à moi, je me suis simplement fait passé pour une invité, en m’habillant de manière très classique, sans aucun signe particulier.
Lorsque nous devions nous retrouver, pour faire notre enquête sur les artistes, Ken a du s’occuper de trois malfrats qui agressaient une femme. Cette femme n’était autre que la fille du propriétaire du nouveau dénommé Kahei. Pour nous remercié il a accepté d’ajouter Ken à la liste des artistes. Nous avons amené les criminels et la victime au commissariat le plus proche et nous avons demandé l’aide de la police pour boucler le bar, sans intervenir, à l’extérieur afin de s’assurer que notre cible ne puisse pas s’échapper. La soirée débutant peu après, nous n’avons pas pu mener l’enquête sur les artistes mais nous avons pu nous assurer du soutien des forces de police.
Ensuite, nous nous sommes rendus à la soirée, chacun avec sa propre couverture et nous avons attendu que l’agresseur n’entre en jeu. J’étais assise dans la salle pendant que Ken restait dans les coulisses. Je fus assez surpris de découvrir qu’il n’y avait non pas un, mais deux ravisseurs : une femme prénommée Jinn et un homme prénommé Zeng. Ken s’est occupé de faire sortir tous les artistes qui n’avaient pas été affectés par le Genjutsu, dans les coulisses. Pendant ce temps je suis resté dormant jusqu’à qu’une opportunité se présente. J’ai pu assommer le premier malfrat, mais la seconde, qui se trouvait dans les cuisines, a pris un otage et a menacé de la tuer si j’intervenais. J’ai négocié avec elle, lui assurant qu’aucun mal ne lui serait fait, bien qu’elle devrait purger sa peine. Après un peu de discussion pour apaiser la situation, Jinn a accepté de se rendre et a libéré l’otage. En échange, je me suis engagé à ce qu’aucun mal ne lui soit fait. Aussi, je me suis engagé au nom du clan Metaru. Je vous demande donc à ce que son interrogatoire ne soit pas musclé. Cet engagement ne concerne pas le deuxième criminel : Zeng. Veillant à ce que ça ne soit pas une supercherie, j’ai menotté Jinn. La police, dont le lieutenant Kaitama Kaito, est intervenu à un moment critique, mais n’a heureusement pas mené à un chamboulement.
Ken est donc parvenu à mettre à l’abri toutes les victimes qui se trouvaient dans les coulisses pendant que j’ai mis hors d’état de nuire Zeng et négocié avec Jinn pour qu’elle se rende. Quelques blessés légers sont à dénombrés : une femme au bras cassé par une table qui lui est tombée dessus et d’autres coupures légères ou bleus. Aucun mort n’est à déploré.

Les preuves trouvés sur le corps inanimé tendent à prouver que ces deux malfrats n’ont pas agit seul et qu’ils font partis d’un groupe criminel plus important, une sorte de bande organisée spécialisée dans le vol.


Metaru Hideko



Cette mission s’était au final révélée bien plus complexe et dangereuse que supposé. Le fait qu’ils ne soient deux avait complètement changé la donne et mit à mal le plan de Hideko. S’était-elle trop basée sur les témoignages des victimes ? Faire preuve de prudence sans pour autant tout préparer, voilà une discussion qu’elle avait déjà eu avec Aizen et Iroha, lors de leur mission à Teitetsu. Ce qui s’était déroulé durant cette mission renforçait ses convictions : on était jamais trop prudent. La prochaine fois, elle porterait moins de crédit aux témoignages et se prépareraient mieux à tout imprévu. S’il n’y avait pas eu de victime, s’était aussi grandement par chance : la prochaine fois, le bilan pourrait être bien moins positif.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C) Empty
Jeu 6 Mai 2021 - 14:12
Tandit que le clone de Ken arrive pour préter main forte a Hideko accompagné du lieutenant, ils constatent que Hideko avait réglé la situation d’une main de maitre. Le lieutenant Teikama va voir Hideko pour la féliciter. Ken de son coté, désireux de connaitre les secrets de cette musique étrange, fouille l’homme a terre, il lui fait les poches en trouvant deux carnets. L’un semble etre des partitions, tandis que l’autre, il en avait aucune idée.

Alors qu’il allait regarder, l’original arrive et fait partir son clone récupérant ses affaires. Au même moment, un officier qui la accompagné l’arrête.

- Hep, vous là monsieur Daishi, que faites vous? c’est quoi se carnet?

Ken le lui donne en criant
Lieutenant, regardez ce que j’ai trouver ! Aussitôt avec discretion, il range le carnet de musique de l’homme dans sa poche arrière.
Il sait très bien que c’est une pièce à conviction, qu’il n’a pas le droit de l’emporter mais qu’importe, il en subirait la conséquence si on le voyait faire. L’officier lui, regarde le carnet, trop intrigué pour voir voir Ken. Par contre, il aurait juré voir Hideko le voir, peut être a t’il révé? Peut être à t’il juste eu peur et a imaginé qu’elle la repérer? Mais qu’importe, un carnet de note d’un utilisateur Onkyoton est comme le fourreau d’un samouraï, ou les étuis d’armes de jet d’un utilisateur du bukijutsu. Ken sait donc pertinemment qu’il vient de priver cet utilisateur non pas de son art, il exercera sûrement encore l’Onkyoton, mais lui faudra sûrement recommencer ses recherches de zéro. Il jubilait intérieurement, il avait envie de courir pour lire et décoder toutes ses musiques.

Il veillerait aussi à ce que jamais cet incident ne sois couché sur le rapport. Que son vol de pièce a conviction reste caché. Au pire, si quelqu’un le dénonçait, il aurait qu'à le sortir de sa poche, et le remettre au lieutenant, l’incident en resterait sûrement là.

Quand Kaito arrive pour voir la pièce à conviction que Ken à trouver, il fit une moue de colère. Il y avait des choses dans ce carnet, apparemment une bande organisée de voleurs. Des casses qui ont eu lieu y figurent mais aussi des casses qui auraient dû avoir lieu dans une semaine. Une partie semble codé. Il essayera et sinon, le donnera sûrement au secteur scientifique pour y être décodé.

Une fois que la plupart de la police soit entré sur les lieux, Hideko et Ken ont été chaudement félicité par l’équipe et un hochement de tête d’approbation de Kaito avec un

- Bravo les genins, maintenant on prend le relais, vous pouvez partir.

Il fixe Ken de facon étrange, comme si il avait vue que Ken avait comis le larcin mais il n’en est rien. Il allait sûrement avoir beaucoup de travail, une longue nuit attend la police de Kumo, qui appelle déjà le corps médical.


-----------------------------------------------------------------------------------------------

Journal de Shinobi fin de mission "Hymne du sommeil"

Foutu mission, elle a été bien plus dur que supposé ! Quand j'y réfléchi, je me demande comment aurais je pu m'en sortir sans Hideko?, et comment aurait t'elle pus s'en sortir sans moi...? Le raikage est vraiment un homme prévoyant. En sélectionnant deux personnes dramatiquement opposé, il a su prévoir notre éventail possible de possibilité et ainsi garantir au mieux notre sucées. J'ignore par contre si il a prit en compte mon aversion pour la gente féminine. Enfin aversion, non pas que je suis gay mais enfin bef hors propos.

Pour en revenir à la mission, je ne sais pas ce qu'il s'est passé, alors que je hais la bagarre, j'ai pu a moi seul neutraliser trois malfrat qui allaient commettre sans nul doute des attouchement sexuelles.Apportant de la difficulté à la mission, surtout que Hideko n’était pas présente, par chance, je n'ai rien eu, bien au contraire.

Le témoignage des victimes, j'en ai parlé avec Hideko, n'ont servit a rien, ou plutôt à trop peu de choses. Limite c'est le contraire, nous étions supposer traquer un musicien il n'a jamais été question de deux personnes et encore moins deux shinobis. Je viens d'apprendre énormément de choses. La préparation est la clé.

Je me félicite en tout cas d'avoir pu mettre en pratique ce que nous avons appris a l'académie le fameux "A.P.N" Analyser, Protéger. Neutraliser meme si certain ajoute un E, Évacuer. J'ai pu faire sortir de potentiel victime. Mon seul regret est d'avoir du commettre cet acte qui certes souille un peu mon honneur mais je mettrais à profit ce que je viens d'apprendre.

Je veillerais à laver mon honneur en usant de mon crime et le mettre à profit pour rendre la justice et faire de l'Onkyoton un art noble et indispensable. Je ne peu m’empêcher d'avoir une pensé pour la serveuse qui a perdu son bras, Hideko qui dit "aucune victime". Parfois j'ai du mal a la comprendre mais j'ai hâte de retourner en mission avec elle.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken

C'EST L'HYMNE DU SOMMEIL (avec Hideko: mission rang C)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: