Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa]

Mikazuki Naoko
Mikazuki Naoko

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Jeu 4 Mar 2021 - 11:02
PatrouilleDes activités suspectes se déroulant le long de la frontière Sud-Est du pays ont été rapportées par quelques paysans et marchands de la région. La frontière proche avec Tetsu no kuni implique des soupçons d’espionnage, d’infiltration ou de toutes autres activités par des agents étrangers. Des activités suspectes se déroulent le long de la frontière sud est du pays. Il y a un soupçon d’agents étrangers en activité.


  • Se rendre à la frontière
  • Enquêter sur place et découvrir ce qui se passe et qui sont les agents étrangers le cas échéant.
  • Découvrir pour qui ils travaillent et pourquoi (agent de Tetsu no Kuni)
  • Les raccompagner en vie à la frontière au vu de futures relations diplomatiques désirée par les hautes instances d’Iwa.


Patrouille

Crocs Rocheux,

Naoko a reçu une missive plutôt spéciale dans ses appartements, un ordre de mission qui semble être spéciale. Cela faisait un moment qu’elle n’est pas sortie d’Iwa pour faire une mission. La dernière fois, c’était à la demande de la Tsuchikage afin d’escorter les civils vers Torii. Il fallait les protéger des bandits et autres pendant que les meilleurs ninjas combattent Yonbi et d’autres menaces. Et à présent, elle devait sortir d’Iwa pour d’autres raisons. La kunoichi pouvait voir que c’est une recommandation de la Sazori, l’une des US du village. Or, la violâtre n’a pas beaucoup d'informations liées à cette unité. D’ailleurs en parlant d’eux, Nao pensait justement à s’informer pour en choisir une et l’intégrer. Il y en avait trois et pour l’instant, il n’y a que la Sazori qui semble l’avoir approché. Du coup, elle essayera de s’informer sur eux et voir leur objectif principal les concernant. Ensuite, elle essayera de voir pour la Shishiza et la Manazuru. Ainsi, dès qu’elle en saura un peu plus, la Mikazuki pourra choisir celle qu’elle voudra et généralement, celle qui lui correspondrait le mieux. Pour le moment, la Genin se doit de se concentrer sur la mission qu’elle doit faire avec la Sazori et ça ne doit pas être quelque chose de simple. En effet, en lisant l’ordre de mission, il va falloir enquêter sur des activités suspectes à la frontière de Tetsu no kuni. Un pays voisin avec lequel Tsuchi et Iwa ont eu des différents par le passé. Du coup, il ne va pas falloir faire n’importe quoi pour causer des problèmes diplomatiques entre les deux pays. D’ailleurs, elle n’a pas reçu l’identité de ses deux partenaires, mais juste une position pour se rejoindre. Il fallait être discret.

Sayuri ne semble pas là, à croire qu’elle fait plein de mission ou elle s’est trouvée quelqu’un à draguer. Difficile de le savoir, elle est parfois difficile à cerner. C’est une Hyûga, après tout, difficile de lire dans leur pensée. La jeune Mikazuki se prépare avant de sortir de son habitat et traversant le dojo des assimilateurs, ne croisant personne. Cela intrigue Naoko, elle regarde autour pour voir si elle voit quelqu’un. « Hum…Ils ont tous une mission. Étrange. » Se disait-elle avant de reprendre sa route. La kunoichi marche au sein d’Iwa, le village se reconstruit petit à petit, à son rythme et avec détermination. Certains quartiers semblent revivre, même si certaines cicatrices resteront graver pour toujours. Pour ce qui est du trou béant d’où est sorti Yonbi, la femme se demandait qui allait bien pouvoir s’en charger afin de le reboucher et de reconstruire juste dessus. Il y a bien des choses compliquées à faire, mais avec des experts en Doton, ça ne semble pas impossible. Enfin, reconstruire une partie d’un village, ça demandait tout de même, du temps et de l’effort. L’assimilatrice n’est pas douée en travaux et ne possède pas des capacités très utiles, mais bon, si elle peut aider, elle le fera. Or, elle a déjà une mission et la Genin ne doit pas arriver en retard sur le lieu du rendez-vous. Étant aspirante ninja, elle ne peut pas partir du village sans un supérieur hiérarchique. Une règle tout à fait logique, le manque d’expérience d’un Genin pourrait le mener à la mort si il s’aventure seul et loin d’Iwa, à cause de bandits ou de bêtes féroces.

Selon les informations qu’elle a sur le lieu de rendez-vous, elle entre dans les crocs rocheux et attend à la sortie, dans un coin où on n’ira pas l’embêter. La kunoichi allait devoir patienter pour le moment, elle est seule et ses partenaires sont peut-être en route. Se connaissant, elle doit être en avance, toujours peur d’être en retard et de se faire gronder à cause de cela. Une telle mission demande de la finesse et de la discrétion, ça sera une sacrée épreuve pour Naoko. Heureusement qu’avec son Kamiton, elle peut utiliser des techniques permettant d’espionner des gens et de se dissimuler. Or, elle verra ce que pensera son chef d’équipe et de la stratégie abordés durant le voyage pour réussir leur mission.




@Oterashi Yanosa @Jiki Masami
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11264-mikazuki-naoko#97069 https://www.ascentofshinobi.com/t11301-naoko-mikazuki-iwa-no-tenshi#97528 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Lun 8 Mar 2021 - 13:41
En s’écroulant presque dans un coin du QG troglodyte du Sazori, le guerrier tout de bandages recouvert soupira lourdement sous le poids de la fatigue. Dire qu’il ne se ménageait pas aurait été un doux euphémisme au vue des travaux titanesques qu’il poursuivait sur son temps libre dans la région de l’Aterasu. Mais que valait-il mieux, au fond : se retrouver à sec comme il l’était en cet instant précis, ou bien avec un surplus d’énergie inutilisées sur les bras qui lui aurait démangé les phalanges ? Lentement, il inspira et expira, accueillant les bienfaits de la récupération, mais tandis qu’il plongeait presque malgré lui dans un état méditatif, le contact soudain d’une forme circulaire sur son poitrail le fit sursauter, ses bras et ses mains adoptant derechef une position de contre-attaque.

« ...Nouvelle mission. Tes coéquipiers ont été prévenus. »

Un bref instant passa, les pupilles rougeâtres de l’Oterashi dévisageant l’homme face à lui. D’un geste vif, il attrapa alors le rouleau de parchemin qu’il lui tendait, sans piper un traître mot, et le laissa aller vaquer à ses occupations tout en descellant le document. Une chandelle dans son dos lui permit d’en lire le contenu dans la pénombre du QG, les caractères dévoilant leur sens sous ses yeux. Décidément, Tsuyoshi faisait un usage intensif des effectifs à sa disposition : une bonne chose en soit, qui se voyait malgré tout affectée dans l’esprit de Yanosa par le penchant affirmé du Hyûga pour l’aristocratie, la politique et le besoin de se faire bien voir. Peu importait, trancha-t-il mentalement : cette mission, il l’accomplirait avec le même soin que toutes les autres… mais pas avant qu’il ait pu bénéficier de sa dose de récupération minimale.

Une poignée d’heures plus tard et après avoir ingurgité quelques fruits et une ration protéinique, le Tellurique se rendit donc aux Crocs pour y retrouver celles qui allaient faire équipe avec lui. En approchant par les airs, il aperçut la silhouette de Naoko, ainsi que celle plus en retrait de la jeunette mais non moins létale Masami. Toutes deux pile à l’heure voire en avance, ce qui n’avait rien de surprenant. En douceur, l’Oterashi atterrit à leur côté en descendant depuis les cieux.

« Naoko, Masami, salua-t-il simplement avec un hochement de tête à chacune. Vous en savez autant que moi sur l’opération qu’on nous a confié : des activités et transits suspects ont été rapportés depuis la frontière sud-est. A nous d’aller enquêter… et de résoudre le problème. On ne peut pas se permettre de montrer le moindre signe de relâchement aux frontières alors que notre coeur est encore ébranlé. »

Il fit quelques pas pour dépasser les deux jeunes femmes, puis se retourna vers elles.

« On accordera nos violons dans le détail en chemin, mais qu’une chose soit bien claire d’emblée : on improvise avec la vie de personne… compris ? Asséna-t-il en regardant dans les yeux l’une et l’autre, deux fois plus longtemps dans le cas de la Jiki. Mettons-nous en route », acheva-t-il en donnant la première impulsion de leur voyage vers le sud-est.

_________________
[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Jiki Masami
Jiki Masami

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Lun 8 Mar 2021 - 17:57


Encore un matin, un matin pour rien si jamais Masami n'avait pas eu une mission du Sazori. Bien évidemment, elle avait toujours rempli toutes ses missions de bout en bout sans encombre, mais le Sazori, c'était particulier à ses yeux. Ce fut pourquoi la jeune adolescente arriva à l'heure au rendez-vous de départ, surtout que ce qu'elle avait vu, c'était une patrouille le long de la frontière. Rien de passionnant pour le coup, mais si on envoyait le Sazori sur place, c'était bien qu'il y avait anguille sous roche. L'ancienne prisonnière de Wasure no Kuni était arrivée comme d'habitude, habillé simplement comme le tout à chacun, mais on pouvait remarquer que son matériel que ce soit ses sacoches ninjas à la taille ou ses munitions diverses, c'était de l'excellente qualité.

Avec son visage de glace et ferme, la Jiki se rendit sur le lieu de rendez-vous. Elle était officiellement toujours une genin également, mais se moquant éperdument des titres ou des médailles, ce n'était pas cela qui signifiait grand chose à ses yeux. D'autant plus que le nouveau maître du Sazori lui avait dit qu'à partir de leur petite entrevue, elle en faisait partie quoi que l'on pouvait en dire. C'était son objectif, rentrer parois leurs rangs et enfin montrer de quoi elle était réellement capable. Cherchant à devenir indispensable, la châtaigne observait les gens qui allaient et venaient principalement. Il ne semblait avoir qu'une femme plus âgée qui semblait attendre dans une position discrète sur le côté. Cette femme ne respirait pas la puissance, cela se voyait du premier coup d'œil. Elle n'avait pas ce genre d'aura, une apparence d'assurance qui pouvait faire penser à de la force.

Jiki Masami • « Elle sort d'où celle là ? »

Marmonna Masami avant de s'approcher de cette femme, elle sur ses maigres quinzaine d'années. Elle avançait telle une conquérante, une dangereuse féline pleine d'assurance qu'elle était là la prédatrice. Plissant les yeux avec les bras croisés, elle se posta face à son aînée avec aucun respect dans le regard ou sur le ton de voix. Elle n'aimait pas les fainéants du monde extérieur, et si jamais elle était plus âgée, elle devrait au moins être aussi forte qu'elle, mais Masami n'avait pas cette impression. Elle se méfiait tout de même, ne jamais juger sur l'apparence et toujours se méfier. On ne savait jamais.

Jiki Masami • « Hmmm ... T'es qui toi ? Tu es là pour la patrouille ? »

Demanda alors la Jiki en regardant cette femme sans trop donner de détails. C'était pas la peine de parler à une inconnue d'une mission nécessitant la discrétion. Ce n'était pas marqué sur le papier, mais pour le Sazori, cela tombait sous le sens. C'était suffisamment vague pour que cela reste confidentiel. Les mains dans les poches, elle attendait une réponse, et alors une arrivée plutôt rare pour le tellurique.

Jiki Masami • « Ha te voilà toi, salut. »

Déclara alors Masami d'un ton plus doux ou du moins dans qu'il soit si froid et distant que précédemment.

Jiki Masami • « Tu l'as connais celle-là ? »

Désigna alors la femme d'un mouvement de doigt accusateur totalement négligeant. C'était un excellent moyen de tester la jolie brune qu'elle avait sous les yeux, même si ce n'était pas de la grande finesse. Il fallait un moment avant que la châtaigne ne traite plus une personne comme un ennemi potentiel. Le sombre ténébreux bandé avait gagné ce droit, mais pas cette fille. D'ailleurs, elle était étonnée qu'il n'avait pas déclamé qu'il était le chef, enfin peu importe. Elle se contenta de hocher la tête à l'analyse de Yanosa, elle en était arrivée aux mêmes conclusions.

Jiki Masami • « Ouais ouais ... Je n'achèverais mes cibles que dans un seconde temps si nécessaire. J'ai compris le message. Et tu sais faire quoi toi ? »

Finit par demander Masami en toisant froidement Naoko.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Mikazuki Naoko
Mikazuki Naoko

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Lun 15 Mar 2021 - 9:35
Mauvais départ

Une mission plutôt étonnante qu’avait reçue Naoko et ce n’était pas le genre de quête qu’elle recevait tous les quatre matins. Or, il était difficile pour elle de refuser et tant bien que même, la kunoichi ne peut pas refuser que ce soit par force ou de gré. Une telle mission ne pouvait que l’aider à s’améliorer et à choisir l’une des unités spéciales d’Iwa. La Sazori lui avait envoyé une telle missive, en tout cas, l’assimilatrice ne pouvait pas échouer ou décevoir. La violâtre allait faire son maximum pour réussir et se faire remarquer par les hautes instances du village. Elle ne perdit pas trop de temps pour se préparer ainsi qu’à se rendre au lieu de rendez-vous, indiquer sur l’avis de mission. Cela dit, la Genin ne connaît pas l’identité de ses partenaires et ça sera une surprise pour elle. Après quelques minutes de marche dans Iwa, sortant des crocs rocheux, elle se met dans un coin et patiente, étant un peu en avance, comme d’habitude. Être en retard, ce n’était pas quelque chose qu’elle aimait être, au contraire, la kunoichi aime être ponctuelle. Soudain, le regard se tourne vers une jeune fille, brune et avec un drôle d’air. Peut-être sa camarade de mission ? Elle n’en savait guère et de toute façon, elle ne pouvait pas le savoir tant que cette dernière ne se présentait pas et n’affirmait pas d’être de la partie. Le regard de Nao ne se portait plus sur la fille et patiente à nouveau. Or, des bruits de pas se dirigent dans sa direction et une voix se fait entendre. Ses yeux fixent à nouveau la jeune adolescente qui lui a posé une question un peu froidement et méfiante, son allure semblait ressembler à quelqu’un d’orgueilleux.

« D’abord, bonjour. Et tu es bien curieuse, jeune fille. Peut-être que oui, peut-être que non. Tout dépend de la raison de ta présence, ici-même. » Répondit-elle vaguement, tout en gardant un œil sur la jeune fille. Naoko n’appréciait pas trop le ton de la brune et surtout qu’elles ne se connaissaient pas du tout. La Mikazuki n’allait rien dire, à voir comment la discussion allait évoluer jusqu’à l’arrivée du dernier membre de l’unité pour la mission. Peu de personnes connaissaient l’emplacement de leur rendez-vous pour partir en mission. Il va peut-être sans dire qu’elle est aussi de la partie. Or, la mission demande de la discrétion et il faut éviter de crier sur tous les toits, la raison de sa présence en ces lieux. D’un coup, un homme débarque sur les lieux et c’était Yanosa. Alors, il sera de la partie pour la mission et cela rassure la kunoichi. Au moins quelqu’un avec elle et qui pourra se montrer un tant soit peu agréable avec elle. Alors comme ça, la gamine s’appelle Masami. Selon ce qu’elle sait, elle a été la finaliste du tournoi Chûnin, il y a quelques mois déjà. À croire qu’elle a pris la grosse tête. Nao écoute attentivement l’Oterashi. Il récapitule rapidement, en résumé, leur objectif durant cette mission et la kunoichi hoche la tête. « Bien, je ferai de mon mieux pour réussir la mission, Yanosa-sensei. » Répondit-elle, restant calme et humble. Et comme prévu, ils parleront stratégie à aborder pendant leur patrouille et enquête pendant le trajet. Autant partir le plus vite possible et stopper les suspects avant que ce soit trop tard. Apparemment, Masami semble être du genre à ne pas épargner ses ennemis, elle en prend note et la gardera à l’œil.

Avant de suivre Yanosa dans sa marche, Masami demande de manière froide à Naoko, de quoi elle était capable. Ce qu’elle savait faire, bref, Nao aurait aimé qu’elle lui parle autrement qu’avec un tel ton. « Hum… Être respectueuse envers mes camarades, quelque chose que tu ne sembles pas capable de faire, jeune fille. » Dit-elle en se positionnant à la gauche de Yanosa en soupirant. « Tu en sauras un peu plus sur mes capacités en temps et en heure. J’ai tendance à mieux me livrer à ceux se montrant correct à mon égard. » Dit-elle en marchant avec l’homme et cherchant à ne pas trop se prendre la tête avec sa coéquipière. La Mikazuki ne sait pas pourquoi elle est si froide à son égard. Pourtant, la Genin ne lui a rien fait du tout et elle ne la connaît ni même avoir fait de mal/avoir une mauvaise réputation pour attiser une telle froideur de sa part. « Dites Yanosa-sensei, pourquoi Masami est si froide envers moi ? Vous savez qu’un tel comportement peut nuire à la mission, s'il n’existe pas une bonne entente, au sein d’une équipe. » Dit-elle à l’homme de manière discrète pour pas que Masami ne les entende. Genre de messe basse que l’assimilatrice n’aime pas faire, cependant, elle préfère le faire pour ne pas mettre l’adolescente en colère, même si ça, ça peut en revenir au même résultat.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11264-mikazuki-naoko#97069 https://www.ascentofshinobi.com/t11301-naoko-mikazuki-iwa-no-tenshi#97528 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Mer 17 Mar 2021 - 16:38
Il n’avait pas fallu pour Yanosa déployer des montagnes d’observation et de réflexion pour rapidement constater la rugosité des rapports qui s’étaient instaurés entre Naoko et Masami. C’était peu étonnant, à vrai dire, tant l’une et l’autre se situaient à deux extrémités différentes du spectre de personnalité et de « morale ». Un spectre dans lequel se situait également le Tellurique quelque part entre les deux jeunes femmes. Une position, conjointement au fait qu’il était le chef de cette petite unité, qui allait nécessairement l’obliger à intervenir pour fluidifier un minimum les relations entre la Jiki et l’Assimilatrice. Leur opération allait requérir un certain doigté : inutile de laisser de telles inimitiés gâcher leurs chances de la mener parfaitement à bien.

« Naoko est assimilatrice, comme moi. Je l’ai recrutée en personne dans mon unité : quel que soit le niveau de confiance que tu as envers moi, tu peux lui accorder le même. »

Des mots assénés sobrement, sans variation de ton ou de volume, qui avaient une simple visée informative. Inutile d’en dire vraiment plus à Masami qui aurait de toute façon ignoré tout plaidoyer trop chargé en faveur d’une belle et joviale coopération. La châtaigne ne se fiait qu’aux actes, et l’acte le plus concret que l’Oterashi pouvait produire pour le moment, c’était établir clairement la position de la Mikazuki dans son estime. Tous les trois étaient différents, mais chacun partageait avec les autres le même goût pour le travail bien fait, et ce fut sans l’ombre d’une hésitation que le trio finit par se mettre en route, accélérant graduellement la cadence pour adopter le rythme de croisière classique pour ce genre de formation. Rapidement, Naoko en vint cependant à se rapprocher de Yanosa, sollicitant de sa part un aparté dont il se douta immédiatement de la teneur.

La Jiki elle-même, sans aucun doute, verrait clairement à travers la manœuvre, et n’était pas de ceux qu’on pouvait maintenir bien longtemps dans l’ignorance. Enfin, elle se fichait éperdument de l’opinion des autres à son sujet, ce qui poussa d’autant plus le chef d’équipe à répondre à Naoko de façon à ce qu’elle comme Masami puissent entendre.

« Ses talents se trouvent ailleurs que dans le relationnel cordial. Elle te racontera pourquoi elle s’est forgée ce tempérament si ça lui chante : retiens avant tout que sur le terrain, elle est incisive et efficace. Si elle comme moi n’avons pas connu beaucoup d’avancement, c’est même… que nous le sommes parfois un peu trop, aux yeux du Commandement », fit-il en se retournant pour accorder un regard incandescent à l’adolescente.

Dans une ambiance à la qualité toute relative, le voyage se poursuivit en direction de la frontière sud-est où les troubles avaient été rapportés. « Des activités suspectes », songea Yanosa. Pour mettre celles-ci au jour sans risquer de dégâts collatéraux inutiles, ils allaient devoir jouer finement et ne pas se jeter tête baissée dans les affaires locales. Plusieurs heures après leur départ d’Iwa, l’équipe arriva à flanc de montagne sur un promontoire qui leur offrait une vue plongeante sur la plaine qui suivait, ainsi que sur la grand route qui traversait la région. L’Oterashi fit marquer l’arrêt à leur petite troupe, s’accroupissant près du rebord pour observer l’horizon.

« Nous voilà sur zone. C’est de cette région que proviennent nos rapports préliminaires. Trois villes se partagent l’activité dans le secteur : Sôbutsu, le plus au nord, Oyohama droit devant au pied des monts frontaliers et Karingura, plus au sud. On va commencer par une reconnaissance : classique, officielle, directe. Masami, tu iras à Sôbutsu. Naoko, à Karingura. Utilisez le Henge si vous le jugez nécessaire, mais affichez-vous bien avec votre bandeau : tous ceux que vous croisez, y compris nos éventuels suspects, doivent pouvoir le voir. Interrogez l’autorité locale, réquisitionnez des documents si nécessaire, et revenez jusqu’ici au plus tard en début de soirée, fit-il en pointant un doigt vers le sol.

Des questions ? »

_________________
[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Jiki Masami
Jiki Masami

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Lun 22 Mar 2021 - 9:22



Visiblement peu communicative, la drôle de fille semblait l'ignorer et regarder ailleurs. Ce n'était sans doute pas la partenaire attendue, vu qu'elle ne semblait pas trop réagir au type de la mission qu'elle venait d'énumérer. Elle haussa les épaules en se décidant à repartir tandis qu'elle commença finalement à l'entendre parler. La châtaigne leva un sourcil perplexe en écoutant. Elle croisa ses bras derrière sa tête avant de répondre.

Jiki Masami • « Ouais ... Ben déjà le bonjour, il faut le mériter ... Jeune fille ? Hmmm ... Ouais ... C'est possible ... C'est un insulte ? Car si c'est ça, tu n'es vraiment pas douée ... »

Une petite moue au visage, la genin haussa les yeux au ciel en soupirant d'une manière assez ouverte. Elle se moquait de la différence d'âge, du respect aux aînées, seul comptait la puissance à ses yeux.

Jiki Masami • « Je me demande c'est qui la gamine des deux ... Sans intérêt ... »

Finit par dire Masami d'un geste de la main se désintéressant de cette femme. Elle commença à s'éloigner, décidément, les relations allaient être tendues avec sa consœur ninja. Cependant, lorsque cette femme appela Yanosa sensei, elle ne put se retenir d'éclater de rire.

Jiki Masami • « Hahaha ! Sensei lui ? Remarque ça te va bien ! Hihihi ! C'est ton élève alors ? »

Demanda alors toute amusée l'adolescente qui ne semblait pas avoir froid aux yeux. Elle ne semblait avoir la moindre éducation ou sense moral et social. Elle était froide et distante au possible, et visiblement en connaissance du tellurique, Masami lui parlait davantage normalement si on pouvait dire. Penchant la tête sur le côté, elle toisa avec un léger sourire en coin en direction de Naoko

Jiki Masami • « Je ne respecte que ceux qui le méritent. Les faibles, les lâches et ceux qui ne gardent pas leurs paroles ne méritent même pas mon mépris. Alors essai de ne pas rentrer dans ces catégories là. »

Masami commença à prendre un peu d'avance alors qu'elle lâcha à demi-mot peut-être audible un amatrice alors qu'ils devaient rapidement avancer pour la traque. Elle avait j'en remarqué que cette femme semblait courir vers les jupons de Yanosa. À faire des messes basses comme cela, peu importe. Ce qu'il comptait était la mission, le reste était optionnel. Elle ne montra rien à leur discussion en privé comme si elle n'avait rien remarqué.

Jiki Masami • « Encore une assimilatrice ? Vous auriez fait la paire dans la jungle de Wasure ... Je vois... Tu l'as recruté ... »

Regardant du coin de l'œil l'ancienne prisonnière de la prison légendaire avec ce genre de regard légèrement dédaigneux. Elle était quasiment assurée qu'elle était plus faible que son niveau, alors elle n'allait pas changer son comportement de si tôt sans manifestation d'intérêt de sa part. Yanosa semblait en tout cas l'avoir pris sous son aile, cependant, l'adolescente n'allait pas non plus l'attaquer. C'était une perte d'énergie alors qu'ils ne savaient pas ce qui pouvait attendre en tournant au prochain coin. Il était plus profitable de garder ses moyens pour la suite. Entendant les dires de Yanosa en réponse aux questions discrètes de Naoko, elle sourit légèrement.

Jiki Masami • « Je suis efficace au corps à corps comme à distance, dans la traque ou le camouflage, les illusions ou les sceaux. Enfin bref, je sais tout faire, et toi, je sais à quoi m'attendre, ne me gène pas. »

Finit par dire simplement comme un avertissement Masami alors qu'elle décrivit ses propres talents et elle n'était pas du genre à mentir. Quel intérêt de toute manière ? Elle verrait bien sur le terrain peut-être dans peu de temps. Elle n'avait pas besoin de chercher à défendre cette fille. De toutes façons, ce n'était pas comme si c'était son genre. N'ayant aucune difficulté à suivre le rythme de voyage, bien au contraire, la châtaigne se posta sur le flanc de la montagne à observer à yeux nus, alors qu'elle finit par tourner un oeil vers Yanosa.

Jiki Masami • « Tu veux que l'on se sépare ? Tu lui fais suffisamment confiance pour survivre seule ? Bon, soit, comme tu veux, mais ne manque pas d'objectif ... Rendez-vous ce soir alors. »

La survie de Naoko ne l'intéressait aucunement, mais raté une mission par manque de compétences, ça il n'en était pas question. Elle avait loupé une seule fois sa cible à cause de coéquipiers incompétents, et cela n'allait pas se reproduire. Elle pensa même à accompagner Naoko par un de ses clones, mais elle allait se trouver bien trop loin.

Jiki Masami • « Sobutsu ... Au nord ... Ok. »

Masami patienta un bref instant si quelqu'un avait quelque chose à dire d'intéressant avant de filer à toute allure en direction du nord. Elle était maintenant seule, et c'était parfait ainsi. Elle pourtait toujours en évidence sur sa cuisse le bandeau d'Iwa sans cacher son affiliation. La première chose qu'elle ferait serait une reconnaissance de la ville. Elle s'était entraînée à la traque et ce n'était pas pour rien. Le voyage n'allait pas être long, mais elle se repassait dans sa tête les différentes étapes qu'elle avait en tête.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Mikazuki Naoko
Mikazuki Naoko

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Jeu 25 Mar 2021 - 10:50
Karingura


L’interaction avec Masami n’est plus des plus joyeux ni des plus intéressantes qui soit. En effet, il semblerait que Naoko ait affaire à quelqu’un d’extrêmement arrogant et avec aucune éducation ni respect pour les autres. Cela allait être compliqué de faire la mission à ses côtés, sans devoir se prendre bêtement la tête avec cette dernière. Cela dit, la Mikazuki doit se montrer intelligente et mature, l’ignorer n’allait pas l’aider vu qu’elles sont partenaires pour cette mission. Or, il fallait juste lui répondre avec maturité, ce qui changeait des propos tenus par la brune. Rien qu’en l’écoutant au début, répondant à sa première prise de parole, Nao soupire. « Le bonjour ne se mérite pas et je ne cherchais pas à t’insulter. Tu n’es pas douée pour comprendre les propos des autres. » Dit-elle avant de se concentrer sur l’arrivée de son sensei. Il était un peu inutile d’éterniser le débat stérile avec la Jiki ayant trop d’ego pour admettre ses torts. Ce type de personne est généralement, un peu toxique dans la vie des autres. Elle est jeune et ça pouvait le voir à son physique ainsi que dans sa prise de parole quand elle rigole du fait que Yanosa est sensei. L’assimilatrice ne dit rien du tout et observe tout simplement. Une personne assez désespérante, enfin soit, elle ne devait pas être mauvaise pour être conviée à une telle mission. Masami voulait par la suite connaître les capacités de Naoko, mais la manipulatrice du Kamiton ne voulait rien lui dire là-dessus, elle n’aime pas sa façon de lui adresser la parole. D’ailleurs, elle lui rappelait que le respect était important envers les autres, chose que la gamine ne semble pas connaître. Et sa réponse est des plus prévisibles au monde. Rien que cela, cette fille ne doit pas avoir beaucoup de personnes qui doivent l’aimer et les autres doivent avoir pitié d’elle. « Mouais, ça ne risque pas. » Dit-elle en ne cherchant pas trop le débat.

Yanosa prend la parole à la place de Naoko, révélant à Masami que la femme est une assimilatrice tout comme lui. Avoir la même confiance qu’elle a en lui, en Nao. Masa n’en aura pas, cette jeune fille ne semble pas donner sa confiance si facile, même si c’est une personne de lui confiance qui le lui demande. Sur le chemin, Naoko en profite pour discuter avec Yanosa à propos de Masami, afin d’obtenir quelques informations. Et comme prévu, Masa ne semble pas douée pour les interactions sociales, mais sa force réside ailleurs selon lui. « J’avais déjà remarqué ce souci-là de sa part, m’enfin, à voir au fur et à mesure. J'aurais juste aimé qu'elle me laisse une chance. » Dit-elle en continuant sa marche et en écoutant le haut gradé. Cela dit, la Jiki se permet de parler de ses points forts, Naoko l’écoute attentivement et sourit légèrement. « Tu ne sais pas à quoi t’attendre, Masami. On a plusieurs points communs dans ce qu’on sait faire en tant que Shinobi sauf pour le corps-à-corps. Chacun sa spécialisation. » Dit-elle en reprenant sa marche. « Et si tu savais tout faire, tu serais Tsuchikage. » Finit-elle là-dessus. Après la traversée de Tsuchi, le trio arrive près de la zone de la mission. L’homme se met à expliquer les choses, parlant de trois villes, au centre des problèmes et dont, ils vont devoir se séparer pour trouver des informations. Se séparer, Naoko allait devoir se rendre à Karingura et seule. Cela ne la dérange pas du tout, au contraire, ça pouvait être intéressant, d’avoir personne pour la déranger. Dès qu’ils auront rassemblé des preuves dans les villes, ils devaient revenir à cette position pour rassembler tout ce qu’ils ont pu récolter avant de passer à l’acte.

D’ailleurs sur l’idée de se séparer, Masami ne semble pas trop ravie de laisser Naoko se débrouiller seule. La kunoichi soupire et regarde l’horizon, son objectif. « Contrairement à toi, je suis respectueuse envers les autres et je suis quelqu’un de sociable. Je ne risque pas de provoquer la foudre de telle ou telle personne. On devrait surtout s’inquiéter de te laisser seule vue ta manière de t’adresser aux gens, tu risques de faire des erreurs en agressant verbalement des civils, qui n’auront peut-être rien à affaire avec notre mission. Savoir tout faire, ce n’est pas être que doué en tant que Shinobi, mais également en tant qu’être humain afin de récolter des informations et créer un réseau d’informateurs, Masami. Mais, tu es tellement arrogante que je me demande pourquoi je te dis ça. » Dit-elle avant de se tourner vers Yanosa. « Je n’ai pas de question. Je me dirige vers Karingura comme tu me le demandes. On se revoit plus tard et fait attention à toi. » Demande-t-elle avant de quitter le groupe pour se diriger vers sa destination. Bandeau sur le front, la kunoichi met quelques minutes pour se rendre à Karingura. Cette ville se trouve au sud de la zone et elle allait pouvoir souffler un peu du mépris et de l’arrogance de Masami. Arrivant en ville, il semblait qu’il y avait du monde. Karingura, une ville touristique, mais cette période semblait marquer par un grand nombre de visiteurs et dont certains pouvaient être indésirable.

Il y avait tellement trop de monde, un afflux particulièrement élevé de touriste et peut-être qu’il y avait des Tetsujin parmi eux. Impossible d’en être sûr sans preuve et peut-être que la kunoichi se fait de fausses idées. En observant bien, l’administration semble avoir du mal à gérer ce flux d’individu et les gardes faisaient du mieux qu’ils pouvaient pour sécuriser la zone. La jeune kunoichi se dirige vers un garde qui semble reprendre son souffle. « Bonjour, jeune homme. Je suis une kunoichi d’Iwa et j’aimerai savoir comment ça se fait qu’il y a autant de personne à Karingura. » Demande-t-elle au garde. « Je ne sais pas, d’habitude le flux de touriste est moins élevé et ça nous ne donne pas autant de boulot. Pourquoi demandez-vous cela ? » Demande-t-il. « Je peux apporter un léger coup de main. Où se trouve votre responsable ? » Dit-elle à l’homme. « Il est au nord de la ville, vous seriez d’une grande aide, mademoiselle. » Naoko hoche la tête et se dirige vers le nord assez rapidement pour retrouver le chef de la sécurité de Karingura. Il y avait vraiment du monde et ce n’était que la journée, en espérant que le soir, ça se calmera pour que les autorités de la ville puissent souffler un peu. La jeune femme se trouve, en quelques minutes, au poste de sécurité de la ville. Pénétrant sans grand mal dans les locaux, elle voit que beaucoup travail dur, entre interroger des voleurs ou s’occuper de paperasse. La Mikazuki demande à voir le chef de la sécurité et on lui indique son bureau. Et elle avait de la chance, ce dernier avait terminé une réunion avec le chef de la ville afin de renforcer la sécurité. Naoko toque à la porte et entend l’ordre d’entrée provenant d’une voix peu imposante. Entrant dans la pièce, elle y trouve un homme, physiquement, il semblait avoir presque le même âge que Naoko, entre vingt-cinq et trente ans. « Que puis-je pour vous, jeune femme ? » Demande-t-il. Naoko est un peu perturbé en le voyant avant de reprendre ses esprits. « Mikazuki Naoko, Genin d’Iwa. Je suis venue visiter la ville de Karingura, profitant de mon temps libre et j’ai vu que vous êtes débordés. Du coup, je me demandais si vous avez besoin d’un coup de main. » Répondit-elle à l’homme.

Il soupire et la regarde dans les yeux. « Je ne me suis pas présenté, Hajime Eiji, chef de la sécurité de Karingura. Les présentations sont faites. Vous êtes en congés et ça serait dommage de gâcher ce moment libre pour nous aider. Cela dit, je ne crache pas sur le soutien d’une kunoichi d’Iwa. Êtes-vous sûre de vous, Dame Mikazuki ? » Demande-t-il. La kunoichi hoche la tête avec le sourire. « Sinon, je ne serais pas venu vous voir. Et appelez-moi par mon prénom, Naoko. Ce sera plus simple, Hajime-san. » L’homme toussote un peu et hoche la tête. « Bien, Naoko-san et ça vaut aussi pour vous. Cela dit, l’afflux de touristes se réduira le soir, c’est souvent calme vu qu’il n’y a pas d’événement particulier. J’accepte votre aide, mais vous terminerez avant la nuit tombée. Je ne veux pas que vous abusiez, non plus. Mes gardes seront mis au courant de votre aide et vous avez accès à notre administration pour faciliter le travail. Vous pouvez y aller. » Dit-il d’un air gentil. Naoko se dirige vers la sortie « Merci à vous, Eiji-san. » Et ouvre la porte. « Une dernière chose, Naoko. Si vous avez du temps, ce soir. Je serais à mon bureau, j’aimerais avoir la possibilité de vous remercier de votre aide. » Demande-t-il. Naoko surprise et se retourne un peu dans sa direction. « Oh, euh, je ne vous promets rien. Cependant, je viendrai vous voir dès que j’aurais le temps, promis. » Répondit-elle en sortant du bureau et avec le sourire. Sortant des locaux, la violâtre forme deux clones de papier. « Toi, tu vas chercher des documents au poste des gardiens à l’entrée. Toi, tu vas patrouiller et vérifier l’identité de certains que tu trouveras suspect. Je vais fouiller un peu partout et interroger des gardes. On se retrouve à la sortie avant de partir. » Dit-elle à ses clones avant de se disperser pour effectuer leur tâche.

résumé:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11264-mikazuki-naoko#97069 https://www.ascentofshinobi.com/t11301-naoko-mikazuki-iwa-no-tenshi#97528 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Ven 2 Avr 2021 - 12:37
« Personne ne profite de la moindre chance avec Masami, il faudra t’y faire », avait-il répondu sur le trajet à son apprentie.

Cela ne lui avait personnellement jamais posé de problème, étant lui-même d’une nature intransigeante avec ses coéquipiers et d’aucun dirait d’une tendance relativement extrémiste quand il s’agissait de son rapport au travail, mais il pouvait concevoir que tous ne pouvaient pas passer facilement l’éponge sur ce trait de caractère. Il fallait de tout pour faire un monde, et il était le premier à admettre que si celui-ci était peuplé uniquement de gens comme lui ou Masami, toute forme d’équilibre serait impossible. Ce qui bien sûr ne remettait aucunement en question les principes par lesquels il vivait sa vie, et comptait influer sur celles des autres.

Posté sur le rebord du piton rocheux, Yanosa avait pu suivre les houleuses discussions des deux demoiselles tout le long du voyage, et se trouvait au final plutôt contenté par la nécessité de séparer les membres de l’unité pour gagner en efficacité. Chacun et chacune pourrait ainsi user de ses points forts… sans risquer de courroucer le sens moral des autres.

« … Tu me poses vraiment cette question, Masami ? N’ait crainte Naoko, dans le rôle de kunoichi froide, directe et sans état d’âme qu’elle doit endosser aujourd’hui… elle s’en sortira parfaitement bien. Dispersion. »

De concert, les trois shinobi se mirent alors rapidement en route vers leur destination respective, arborant tous ostensiblement le bandeau en métal qui légitimait leur autorité légale pour mener tout les types d’investigations nécessaires. Ne se privant pas pour employer les arcanes du Mitsudo afin d’arriver d’autant plus vite sur les lieux, le guerrier sans visage quitta finalement la hauteur des cieux lorsqu’il atteignit la périphérie d’Oyohama et ses faubourgs relativement prospères. Tsuchi, de façon générale, était un pays à l’économie dynamique et florissante en dépit des troubles et des inégalités qui sévissaient un peu partout, et les villes frontalières comme celles-ci figuraient parmi les exemples les plus frappants de cette bonne santé économique. Les bâtisses les plus éloignées du centre, malgré tout, apparaissaient plutôt modestes, et abritaient même parfois plusieurs familles, une preuve que l’on échappait jamais vraiment à l’emprise de l’échelle sociale même en pouvant jouir de certains conforts sanitaires qui étaient encore loin d’être systématiques.

Sans s’arrêter, ignorant les regards qui passaient sur lui et ses sinistres bandages, l’Oterashi avança à travers les quartiers pour rejoindre l’hôtel de ville, observant l’activité tout autours de lui, s’imprégnant de l’activité qui agitait les lieux. De nombreuses personnes oeuvraient d’arrache-pied, que ce soit en boutique ou dans les différentes enclaves de services en tout genre, les marchandises transitant sans discontinuer à travers les avenues et allées au même rythme que les habitants coutumiers du spectacle et des voyageurs et autres touristes aux prunelles plus émerveillées. Son bandeau bien visible à son ceinturon, Yanosa franchit le cordon de sécurité standard déployé autours du bâtiment officiel et y pénétra sans semonce ni effet d’annonce, alpaguant le regard d’une secrétaire trop bien vêtue pour ne pas se trouver en bons rapports avec le gouverneur local.

Avant même qu’elle n’ouvre la bouche, le guerrier tellurique fit pivoter la plaque métallique de son bandeau dans sa direction pour le mettre davantage en évidence.

« Le gouverneur, je dois le voir.
- Oh- Oui, bien sûr maître shinobi, nous ne vous attendions pas, je crois…
- Oterashi Yanosa suffira. Et non, je ne suis pas attendu, mais ça ne posera pas de problème j’en suis sûr.
- Je… Je vais prévenir M. Fujimora que vous êtes ici pour le voir.
- Non, non. Dites-moi simplement où est son bureau. Ce n’est pas une visite de courtoisie, et je n’ai pas de temps à perdre.
- ...T- Très bien, M. Oterashi. A l’étage… deuxième porte à gauche. »

Il hocha simplement la tête, égrenant ensuite rapidement les marches pour se rendre dans le bureau du gouverneur. Le Tellurique reconnaissait fort bien la nécessité d’organes gouvernementaux telle que la position de gouverneur pour assurer le bon fonctionnement d’un pays, surtout aussi grand que Tsuchi. N’en restait pas moins qu’à son pas si humble avis, celles et ceux qui occupaient ces fonctions méritaient souvent de se confronter un peu plus à la réalité de leur utilité et reconsidérer le bien fondé des privilèges dont ils avaient la jouissance. Sans toquer, Yanosa entra dans le bureau.

« M. Fujimora, je suis Oterashi Yanosa, shinobi en mission de contrôle.
- M- Ma secrét-
- Elle a fait son boulot. Maintenant si on pouvait parler du mien, ça m’arrangerait : nous avons eu vent… de certains troubles, dans la région. Notamment de la part de, et concernant certains marchands. Qu’est-ce que vous pouvez me dire, là-dessus ?
- Eurhm… Et bien, vous me prenez de cours, je n’ai… Hum. Oui, oui, effectivement, ça me revient, c’est… J’ai reçu quelques plaintes… de la part de certains gérants de boutiques de souvenirs. J’avoue que je n’ai pas vraiment cherché à savoir exactement de quoi il retournait, ces… rivalités, sont monnaies courantes ici, surtout en périodes estivales.
- Des boutiques de souvenirs… ?
- Oui, il y en a de toutes sortes, mais je crois… Oui, attendez, que je retrouve ça, dit-il tout en fouillant dans des dossiers mal organisés. Voilà, c’est ça. Secteur Shina. Il y a surtout des magasins de babioles et de répliques là-bas… mais… je pourrais pas vraiment… vous en dire... »

Perdu dans ses papiers, le gouverneur Fujimora ne semblait pas apte à fournir davantage d’éléments concrets au guerrier sans visage. Ce dernier expira par le nez, passablement agacé, mais se contenta de conclure simplement cette brève conversation.

« Ce secteur Shina, où est-ce ?
- Au centre-est. Environ à trois avenues d’ici… Vous… ? »

Mais déjà, Yanosa avait tourné les talons.


Spoiler:
 

_________________
[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Jiki Masami
Jiki Masami

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Mer 7 Avr 2021 - 12:35
Masami tenta visiblement de réfléchir en penchant la tête sur le côté lors du reproche de Naoko à propos du respect. Puis, elle répondit après quelques secondes, toujours aussi franche.

Jiki Masami • « Ce n'est pas que je ne suis pas douée pour comprendre les autres, c'est que ça m'intéresse pas trop. Les autres doivent comprendre ce que moi je dis et l'appliquer. »

Très arrogante tandis que la Jiki se désintéressa quelque peu de ce sujet en particulier. Étant donné sa puissance, cela tombait sous le sens ce genre de considération. Du monde d'où elle venait, c'était bien évidemment normal. Habituellement, l'adolescente n'avait confiance en personne, cependant, elle pouvait s'attendre à quelque chose de certains comme Yanosa évidemment. Cette femme qui semblait débordée de bonnes attentions, sans doute trop, elle ne la connaissait pas et elle la traitait comme une étrangère bien qu'elle portait le même bandeau que votre servante. Ce genre d'atouts n'en était pas un pour la châtaigne.

Jiki Masami • « Si je peux bien admettre que l'on utilise des champs de capacités communs, cela s'arrête là. Je suis prête à toutes éventualités, car la seule et unique chose qui importe, c'est sa propre survie. Le reste est secondaire. Dans mon monde, vivre une journée de plus est un petit miracle en soi, dans le tiens, c'est normal. Votre putain de monde déborde tellement de tout que cela vous ramollie. »

Répliqua alors assez cinglante Masami avant d'éclater de rire à la suggestion de devenir le responsable du village caché d'Iwa.

Jiki Masami • « Hahaha ! Et porter une énorme cible dans le dos ? Hahaha ! Très peu pour moi. Je m'en fiche de titres ou de médailles, la seule fierté que je veux c'est de réussir à voir le prochain soleil se lever et si j'ai de la chance et suffisamment de talents, le suivant encore. Il faut être le meilleur pour choisir son destin, sinon les autres le feront à ta place et plus personne ne le fera pour moi. Jamais plus. »

Finit par indiquer la châtaigne alors qu'elle sourit doucement.

Jiki Masami • « essaie surtout de revenir en un seul morceau, quoi que ton sort m'est un peu égal ... Cela ne fait pas partie de la mission. »

La Jiki tourna son regard en direction de Yanosa qui semblait être plutôt rassurant sur le devenir de Naoko. Elle haussa les épaules et fila comme le vent. Il ne fallait pas lui dire deux fois. Sautant à l’aide de chakra pouvant enfin aller à son propre rythme maintenant qu’elle était seule, c’était tout autre chose.


Quelques temps plus tard, La ville commençait à pointer le bout de son nez, dans quelques sauts, elle allait commencer à errer en ville. Elle fit quelques mudras afin de se fondre dans le paysage et ne pas être visible. Ce n’était pas réellement de l’invisibilité, seulement un camouflage très avancé qui évoluait en permanence. Elle s’était entrainée pour être une traqueuse et une assassin. Il n’y avait que ce rôle que l’ancienne prisonnière de Wasure no Kuni connaissait, tuer ou être tuer. Dommage qu’aucune traque de déserteur n’avait eu lieu, mais c’était un autre sujet.



Masami sautait de toit en toit afin de se diriger au centre du petit village. Cependant, elle croisa un marché où se vendait toutes sortes de fruits, de légumes, et autres. Dans un pur esprit de survivaliste, elle n’allait pas utiliser ses propres rations qu’elle avait emporté, lorsqu’une telle occasion se révélait à ses yeux. Ne connaissant pas ou peu le système monétaire du monde extérieur, elle agissait comme à l’accoutumer. Arrivant juste à côté d’un des stands de fruit, elle posa sa main sur la cible de son larcin et en un instant, le fruit devint non visible pour le commun des mortels. Elle fila rapidement dans un autre saut afin de poursuivre son chemin. Du vol ? Oui surement, en tout cas selon les lois et règles du monde extérieur, mais pas les siennes.

Se positionnant au centre plus ou moins, Masami procéda à une autre technique, toujours habillement camouflée. Croquant dans le fruit afin de le libérer ses mains, elle procéda à quelques mudras afin de localiser les sources de chakra sortant de l’ordinaire. Les passant en revu une par une, ce n’était pas comme si elle avait tout son temps, elle en détecta trois qui semblaient être au-dessus du commun des mortels. Il y en avait une solitaire, et deux autres ensembles.



Par souci de simplicité, La châtaigne se dirigea vers la source solitaire, c’était une proie bien plus simpliste. Finissant de manger le fruit, elle jeta dans une direction aléatoire sans trop regarder où cela allait tomber. Elle finit par arriver devant un restaurant de quartier ouvert vers l’extérieur. Cela proposait de s’asseoir sur des tabourets et de déguster des plats frits et gras, et d’ailleurs, un ninja d’Iwa semblait s’en repaitre en agréable compagnie. Masami leva un sourcil perplexe, car déjà, elle ne comprenait guère le ton et les teneurs de la discussion où chacun semblait plus stupide et mièvre que l’autre, et dans un second temps, qu’est-ce qu’il pouvait bien faire là ? En tout cas, la question fut rapidement tranchée et cet homme rangé dans la case des éléments inutiles mais perturbateurs. Toujours camouflée, elle se dirigea vers les deux autres sources de chakra rapprochée, de toits en toits.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Mikazuki Naoko
Mikazuki Naoko

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Jeu 8 Avr 2021 - 12:01
Patrouille

Après avoir parlé avec le chef de la sécurité de Karingura, Naoko avait ordonné à ses clones de réaliser quelques tâches pour repérer certains cas. L’un de ses clones part chercher des documents à l’entrée du poste de sécurité à l’entrée du village. Pendant ce temps, le second clone part patrouiller dans le secteur sud et Est de la cité. La véritable Naoko va patrouiller dans la partie Nord et Ouest de la ville, en plus d’interroger les civils. Le trio se sépare rapidement, sans plus d’explication, de toute façon, elles connaissaient leur mission. Il y avait bien trop de touristes dans cette ville et la sécurité semblait bien déborder donc un coup de main serait la bienvenue de la part de la kunoichi. De plus, avec autant de monde et une difficulté à tout vérifier, il se peut que certains individus puissent en profiter pour s’infiltrer et préparer quelque chose ou des bandits pour y faire du bazar. Nao allait passer une bonne partie de la journée à patrouiller et à tenter de rassembler des informations. Le premier clone parvient au poste de sécurité que l’originale lui avait demandé d’aller et avec l’autorisation du commandant de la sécurité, elle parvient à mettre la main sur quelques documents. Il n’y avait pas que l’identité de certains qu’ils ont pu avoir, mais la direction d’où il venait. Évidemment, sans détecteur de mensonges sensoriels, il était facile de leur mentir et de passer sans problème. Et s'ils sont intelligents, profiter du grand nombre de visiteurs pour passer inaperçu ou de presser les gardes à aller le plus vite possible. Il y avait aussi le nom de certains chariots commerciaux, rien de bien dramatique, mais sait-on jamais.

Selon les informations trouvées, la plupart qui ont été interrogé provenait de Hi no Kuni, Hayashi no Kuni, Tsuchi no kuni ou encore, Kaze no kuni. Difficile de savoir s’ils disaient la vérité, mais la sécurité ayant pas mal de boulot, ils n’ont pas pris le temps de réellement tout vérifier. Et s’ils ne possèdent pas de ninja sensoriel capable de lire les mensonges, ça risque d’être compliqué de le faire. Le clone prend quelques documents et part en direction d’un autre poste, le principal pour faire quelques recherches. Pendant ce temps-là, le second clone a pu interroger quelques gardes, mais rien de bien concluant entre quelques petits larcins dont les voleurs ont été pris la main dans le sac ou quelques disputes autour d’un verre. Être ivre, il n’y a pas d’heure, malheureusement. Pour le moment, elle n’avait rien trouvé de bien concluant et elle continuait à patrouiller pour aider les gardes ainsi que certains civils qui avaient besoin d’aide. Du côté de l’originale, elle en avait fait autant que son second clone, mais à une exception près. Un homme avec un sabre prend la fuite, tandis que des papiers le poursuivent à travers une ruelle. Il s’arrête devant une impasse avant de se retourner et de dégainer son arme. Une ombre l’obscurcit, une présence au-dessus de lui, une femme avec des ailes de papiers, c’était Naoko. « Inutile de courir, un type avec un sabre et qui court comme un fou, ça ne passe pas inaperçu depuis les hauteurs. » Dit-elle avant d’envoyer du papier immobiliser une partie de son corps, l’empêchant d’utiliser son arme. « Tsss…lâche-moi, je n’ai rien à te dire. » Dit-il alors qu’elle se rapproche de lui, gardant un air sérieux et aucunement perturbé par quoi ce soit. Naoko se retrouve face à lui et croise les bras, faisant disparaître ses ailes de papier. « Tu sais que les gardes n’acceptent pas d’arme au sein de Karingura sauf pour eux et le soutien de ninja. Qui es-tu ? Et comment as-tu fait pour en obtenir ? » Demande-t-elle. « Je ne suis qu’un simple voyageur provenant d’un pays inconnu. Et pour ça, je l’ai juste trouvé par terre, je voulais tout simplement le revendre au plus offrant. » Dit-il. « Je ne te crois pas. » Répondit-elle d’un ton sec.

Des gardes arrivent à leur position et menacent l’homme de leur arme. Naoko retire ses papiers et le laisse aux mains des gardes. « Je m’occuperai de lui plus tard. » Dit-elle avant de repartir dans la rue principale. La violâtre avait pu remarquer quelques regards suspects, quelques mouvements étranges, mais impossible de les interpeller pour rien. Cela pourrait créer la discorde et le chaos surtout avec aucune preuve à l’appui. Les gardes ont assez à faire comme cela. La Mikazuki continue sa patrouille, interrogeant certains passants. Mais rien de bien concluant et à croire que l’avis de mission n’était pas trop destiné à Karingura. La jeune femme s’assoit sur un banc pour souffler un peu et observer les lieux. À première vue, la ville semble animée, remplit de gaité et difficile d’imaginer que quelque chose de suspect puisse se tramer dans cette partie de Tsuchi et dans cette ville. L’assimilatrice se demandait si Yanosa et Masami avaient pu trouver quelque chose de leur côté. Revenant vers le premier clone, elle était dans un bureau avec des documents et elle trouve un truc étrange. En effet, un document falsifié de la part d’un soldat, une charrette manque à l’appel depuis hier et selon un registre un peu plus ancien d’il y a trois jours, une copie, il devait être présent depuis hier soir. Étrange, il fallait mettre cela de côté et reprendre ses recherches. Habituellement, Karingura recevait à cette période de l’année, environ cent visiteurs pour une fête d’été et là, il y en a un peu plus que d’habitude, un nombre inhabituel et étrange comparer aux autres années.

Le second clone a pu remarquer quelques regards suspects à cause du fait qu’elle porte le bandeau du village d’Iwa. La fin de journée commençait à être riche en information, il semblerait que la présence de Naoko perturbe quelque chose et il fallait en parler avec Yanosa. Naoko, la vraie, quant à elle, semble avoir remarqué quelqu’un d’étrange, qui semble la suivre, mais elle ne dit rien et attend le bon moment pour attraper cette personne. Cependant, la nuit tombe et elle va devoir rejoindre ses clones pour savoir ce qu’elles ont obtenu entre-temps. Au lieu de rendez-vous, chacun de ses clones lui informe de leur trouvailles, informations et observation avant de disparaître. Nao était prête à partir, mais vu l’heure, elle avait encore un peu de temps et la présence qui la suit l’intrigue. Elle ne peut pas quitter la ville, au risque de se faire repérer avec Yanosa et Masami. Pour le moment, la kunoichi reprend sa route, dans la ville touristique. Les rues commencent à s’éclaircir grâce au bijou que certains commerçants et gardes allument. La nuit allait bientôt obscurcir la cité. Soudain, elle voit Hajime Eiji qui est sorti de son bureau pour patrouiller, lui aussi, dans Karingura. « Je vois que vous n’êtes pas toujours partie. Je pense vous avoir demandé de ne pas trop en faire, Naoko. » Dit-il avec un léger sourire. « Je comptais partir, mais je me suis souvenu que je devais vous voir et difficile de quitter Karingura, c’est une magnifique ville. » Répondit-elle à l’homme. « Je vois, je vais vous emmener manger quelque chose, je vous dois bien ça pour aujourd’hui. Avez-vous appris quelque chose sur votre patrouille et recherche. » Demande-t-il en marchant jusqu’à un restaurant. « En effet, mais je vous en dirai un peu plus autour d’un bon repas. »

Au sein du restaurant, à une table un peu éloignée et discrète, le duo était installé et ils avaient commandé le menu du jour. Naoko avait ses mains sur la table et observait l’homme. « Alors ? » Demande Eiji. « J’ai remarqué qu’il y avait beaucoup plus de visiteurs cette année-ci, inhabituel contrairement aux autres années, ça a grimpé en flèche. Et j’ai vu qu’un document a été falsifié, un chariot commercial qui semble porter disparu. Heureusement, il y a une copie qui a été protégé. Ensuite…hum…un type qui se balade avec un katana que j’ai stoppé, vos gardes l’ont emmené en garde à vue et quelques regards suspects envers moi alors qu’au début, il n’y en avait pas. Et je suis suivi aussi. » Finit-elle là-dessus, tandis que l’homme sert un verre d’eau à la femme. « Je vois. Pour le document falsifié, je m’en doutais un peu. La copie est de moi et ça fait quelques jours que j’ai remarqué qu’on a un peu de matériel, en plus qu’on ne devrait. Maintenant, je pense savoir pourquoi par rapport à ce touriste avec ce katana en sa possession. Cela dit, beaucoup viennent de pays étrangers pour visiter Karingura. Difficile de gérer cette crise sans soutien d’Iwa, mais ravit de votre présence qui a éclairci quelques points. » Dit-il en voyant la commande arrivée à leur table, ne disant rien et laissant le serveur faire son boulot avant de repartir.

« Et pour la personne qui vous suit, il va falloir le capturer, car je suppose que vous restez à Karingura à cause de lui. » Dit-il. « En effet, me faire attaquer sur le chemin de retour, ce n’est pas bon signe. Mais à ce que je vois, vous semblez avoir pu remarquer certains détails. Y a-t-il un traitre parmi vous ? » Demande-t-elle. « Il y a des chances et je suis le chef de la sécurité de Karingura, il est en mon devoir que de tout savoir sinon je fais mal mon boulot. Ça vous dit de régler ce souci à mes côtés ? Et permettre de demander à Iwa, un soutien ? Car je doute que cette nuit va bien se passer et il y a des innocents qui veulent vivre en paix. » Demande l’homme à Naoko. Il est vrai qu’elle pourrait l’aider et dans un sens, ça pourrait être en lien avec sa mission actuelle avec Yanosa et Masami. Et, elle ne peut pas quitter la cité à cause de la personne qui la suit dans l’ombre. Le mieux était de le piéger et de le neutraliser. À la fin du repas et après avoir parlé pour apprendre à se connaître, le duo sort du restaurant et emprunte une ruelle assez sombre, un moyen de piéger le poursuiveur. Tournant d’un autre carrefour, ils se cachent derrière des caisses et patientent. Une femme suit en empruntant le même passage et avance, mais son attitude est étrange, c’est comme si elle cherchait quelqu’un. Avançant, Naoko réagit rapidement en sautant face à elle, à une bonne distance de sécurité. « Bon maintenant, pourquoi me suis-tu ? » Demande l’Iwajin. « Tsss… Ce n’est pas personnel, mais ta présence gêne. » L’inconnue dégaine son sabre et envoie une lame de chakra en direction de Naoko. Cependant, Eiji sort de sa planque et dégaine son arbre en annulant l'attaque ennemie avec une tranche-chakra et d’un mouvement rapide, elle vint devant la criminelle et la frappe fort d’un coup d’estoc dans le ventre, la faisant tomber à genoux. La Genin est surprise et s’avance. « Vous êtes un samouraï, Eiji ? » Demande-t-elle. « Hum… On peut dire ça. Tous les samouraïs ne sont pas aussi mauvais que ceux à Tetsu et ne viennent pas forcément du pays du Fer. C’est mon grand-père qui m’a tout appris. Elle, elle est également un samouraï et je vais l’enfermer de manière discrète. » Dit l’homme. « Traitre… Ronin à la noix. » Grogne-t-elle avant d’être assommé par l’homme. « En tout cas, merci de votre aide. »

Le duo déplace la criminelle de manière discrète jusqu’aux locaux des gardes et la mettre en cellule, le temps qu’elle se réveille. Naoko est assise dans une pièce avec Eiji. « Hum… Il faut l’interroger et l’autre aussi, ils ont tous deux des sabres et deux fois qu’on en attrape qui use de la force. » Dit-elle. « En effet, ça fait beaucoup. Je ne peux pas vous laisser partir seule, même si vous êtes une kunoichi d’Iwa et que vous pouvez vous défendre seule, mais s’ils ne sont pas seuls et qu’il y en a d’autres, vous risquez d’être attaqué surtout que vous étiez sa cible. » Dit-il d’un air inquiet. « Oui, ce n’est pas très prudent de ma part. Mais pour le moment, ils ne savent pas si j’ai été chassé ou non par leur alliée. » Dit-elle avant que Hajime reprenne la parole. « Mais ça ne tardera pas, si elle met du temps à revenir. Il va falloir enquêter et viser certains lieux, heureusement, le soir, c’est calme et je peux déplacer certains gardes en restant discret. » Dit-il tandis que Naoko réfléchit. « Oui, mais il faut faire attention à être discret. Une simple surveillance suffira pour l’instant. » Dit-elle. Ils échangent quelques paroles avant que Naoko aille à l’extérieur pour prendre l’air pendant que Eiji s’occupe d’informations quelques hommes de confiance, peu seront déployés et mis dans la confidence à cause d’un probable traitre parmi eux. Dehors, il faisait nuit et normalement, elle aurait dû prendre le chemin pour rejoindre Yanosa et Masami. Créant ainsi une chauve-souris de papier avec un mot dedans, elle le fait partir en direction de la zone de rendez-vous des Iwajins pour les tenir au courant.

« Un souci à Karingura, je vous rejoindrai dès que possible. Voici les informations que j’ai recueilli : chariot manquant, contenu inconnu. Falsification de document par un garde. Brigand avec katana dont un me viser, car Iwajin. Probable danger pour moi sur le retour. Chef de la sécurité et moi-même en pleine enquête. À plus tard. »


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11264-mikazuki-naoko#97069 https://www.ascentofshinobi.com/t11301-naoko-mikazuki-iwa-no-tenshi#97528 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Empty
Dim 11 Avr 2021 - 14:15
Avalant promptement la distance en sautant par-delà les toits et en lévitant légèrement au-dessus des bâtiments les plus imposants, Yanosa ne mit pas longtemps à arriver dans le fameux secteur Shina, où le gouverneur Fujimora avait fait état de certaines inimitiés entre commerçants qui ne l’avaient apparemment pas ému outre mesure étant donné son absence de réaction forte et décisive. Si c’était là toute l’étendue des « troubles » qui agitaient cette ville, l’Oterashi allait commencer à sérieusement se demander en quoi leur intervention dans la région pouvait se justifier, mais avant d’avoir pu recueillir tous les renseignements possibles sur la situation, il se devait malgré tout de réserver son jugement.

Au coeur de cette après-midi, l’afflux de passants, d’artisans et de clients en tout genre battait son plein, et le guerrier sans visage resta un moment perché au sommet d’une bâtisse pour observer le trafic en contrebas sans se mêler à la foule, qu’il aurait de toute façon très certainement fait quelque peu se disperser étant donnée son apparence peu aguichante voire carrément repoussante et intimidante. Sous le soleil généreux, les étales se déclinaient, et leurs propriétaires avides de profits s’époumonaient pour attirer les bourses de tout horizon. Au loin sur la gauche, cependant, après un petit quart d’heure de pure observation, l’attention de Yanosa fut attirée par quelques mouvements de foule qui dérogeaient visiblement au rythme presque sacré imposé par le flux de personnes. Le ton montait, les voix se faisaient menaçantes et vindicatives : une scène à laquelle s’intéresser sans l’ombre d’un doute.

L’Oterashi se rendit donc toujours en hauteur sur les toits au niveau de l’incident en cours, et y observa toujours en retrait l’attroupement qui causait la perturbation du flux de touristes et clients en tout genre.

« C’est pas possiiiiiible de voir çaaaa !! Regardez-le, avec son sourire de mes deux !! Tu peux paaaaas vendre à ce prix là, tu m’entends enfoiré !? Tu peux pas, y a pas moyen !! hurla presque avec ses tripes un commerçant sorti de ses gonds qui fulminait au milieu de l’avenue, le poing tendu.
- Yare yare, voilà que vous remettez ça, Yamada-san… rétorqua alors calmement un homme visiblement vieux, ridé, assez maigre et petit, mais qui dégageait un calme olympien. Nous faisons tous la même chose ici vous savez. Le business… c’est le business ! Lâcha-t-il tranquillement en restant installé derrière son étale, l’entrée de sa boutique derrière lui.
- Arrête tes conneries Monzaemon… Je sais que tu t’fournis chez les mêmes gars que moi, y a pas moyen que tu puisses t’en tirer à ce prix, c’est juste pas possible…. J’vais te faire avaler tes dents putain, j’te-….
- Allons allons, d’autres clients arrivent, je suis sûr que certains vont aller faire un petit stop par chez toi si tu arrives à te calmer un peu, allez... »

La colère du commerçant était palpable, et était vraisemblablement partagée par plusieurs autres professionnels proches qui étaient eux aussi sortis de l’ombre de leur boutique. Devant la réalisation que leur esclandre risquait effectivement de leur coûter de précieux clients, tous se replièrent cependant, sous le regard tout juste perplexe de l’Oterashi. Si c’était là toute l’intensité des troubles dont il était question, il comprenait fort bien que Fujimora n’ait pas daigné s’y pencher de plus près, et Yanosa lui-même aurait été prompt à laisser filer une telle affaire dans d’autres circonstances. En l’occurrence, cependant, c’était dans toute la région que semblaient s’être cumulés plusieurs anomalies, et il allait lui falloir aller au fond des choses.

Discrètement, il descendit donc dans l’avenue, la capuche de son drapé sombre sur la tête, et rejoignit le commerçant indigné à l’intérieur de sa boutique. Tout autours de lui, fourrés dans des étagères ou suspendus à des tringles en métal, des articles que le Chûnin n’aurait eu aucun scrupule à qualifier d’inutiles voire de totalement ridicules, allant de peluches et figurines grotesques à des répliques d’armes diverses.

« Bien le bonjour.
- Hey ! Heum, bienvenu dans ma boutique ! Je peux peut-être vous-
- Non, non, ne vous donnez pas cette peine, le coupa-t-il en lui faisant voir le bandeau shinobi à son ceinturon. Dites-moi seulement pourquoi cette dispute avec votre confrère…
- Un confrère, ce bandit !? Il vend ses répliques moins de 100 Ryos… Cent Ryos, vous vous rendez compte !? C’est pas un commerçant, c’est un foutu brigand… Si j’avais pas diversifié mon activité, je serais mort à petit feu contre des prix pareils… !
- Je vous ai entendu dire qu’il se fournissait chez le même fabriquant… ?
- Oué… mais j’ai de plus en plus de mal à le croire. Impossible qu’il vende pas à perte. Impossible…
- Je vois. Merci. »

Il s’en retourna à l’extérieur sans un mot de plus, se dirigeant cette fois vers la boutique de l’autre côté de l’avenue tenue par ce soit-disant « brigand ». Ce dernier se tenait à l’extérieur, près de son étale, un mince sourire béat sur ses lèvres ridées.

« Bonjour. Shinobi en mission, fit-il en affichant ostensiblement son bandeau, j’ai à vous parler, allons à l’intérieur.
- Mais, assurément mon bon shinobi... »

L’un emboîtant le pas à l’autre, et les deux hommes se retrouvèrent bien vite en tête à tête dans la fraîcheur du magasin. Contrairement à la précédente boutique qu’il avait visité, Yanosa ne pouvait autours de lui observer que des répliques d’armes diverses, allant du tanto au katana en passant par des masses d’armes à la qualité douteuses même à un œil aussi profane en la matière que celui de l’Oterashi. Les stands en bois sur lesquels reposaient la plupart des répliques, intrinsèquement, semblaient de bien meilleure facture.

« Je gage que vous venez me parler de mes relations, disons… houleuses, avec mes confrères, je présume ?
- On peut dire ça, oui. Je n’ai pas vraiment le temps ou l’envie de m’appesantir sur vos querelles, alors allons droit au but : vous vendez à perte ?
- Ah, c’est que, mon bon monsieur… je ne révèle jamais les secrets de mon business ! C’est, pour ainsi dire, mauvais pour les affaires, vous comprenez…
- Écoutez, j’en ai rien à faire de vos marges et profits. Répondez juste à la question.
- … Si je vendais à perte… vous croyez vraiment que je pourrais continuer à me fournir, à entretenir aussi bien ma modeste boutique ?
- … Je ne sais pas, à vous de me le dire, j’imagine... »

Inspectant l’intérieur de la boutique en pivotant sur lui-même, Yanosa bouscula par inadvertance un stand en bois sur lequel trônait une réplique de katana. Par réflexe, il accéléra son mouvement pour se retourner, prêt à rattraper l’objet malmené avant qu’il n’achève sa chute : il eut grand peine à cacher sa surprise lorsqu’il constata, son demi-tour terminé, que la main de Monzaemon avait déjà empoigné le stand en bois tout en gardant le faux katana en équilibre dessus.

« Ce n’est rien, laissez. »

Le Tellurique ne pipa mot, mais il n’en pensa pas moins, dévisageant calmement le vieil homme en l’observant replacer le katana à la place qui lui était due.

« … Vos livres de compte. Je vais devoir y jeter un œil. A vos stocks, également, pour vérifier que tout concorde.
- … Je suis sûr que M. Fujimora ne verrait pas d’un très-
- Je me fiche de ce que le gouverneur peut penser. Maintenant aidez-moi à faire mon travail, ou je vous charge pour obstruction.
- Oh très bien, très bien, pas la peine de s’énerver.. »

Le plus méthodiquement du monde, à l’excès même, le Chûnin d’Iwa prit soin d’examiner le livre de compte et les factures que daigna lui apporter Monzaemon, oeillant scrupuleusement chaque donnée, retenant consciencieusement chaque série de chiffres. L’ouvrage prit un long moment, tout au long duquel le propriétaire de la boutique ne pipa mot et resta non loin de l’Oterashi, comme surveillant ce que son regard pourrait bien rencontrer de potentiellement suspect.

« … Menez-moi à vos stocks, je vous prie.
- Pas de soucis... »

Yanosa emboîta le pas à Monzaemon, s’enfonçant dans l’arrière boutique tout en gardant volontairement les yeux rivés sur une ribambelles de papiers qu’il avait gardé en main. De la même façon, il le suivit dans un large sous-sol, arpentant quasi maladroitement chaque marche, marquant presque un certain déséquilibre. Sans relever la tête des notes qu’il avait sous les yeux, il continua alors d’avancer, dépassant le gérant de la boutique en le laissant derrière lui et avançant vers des caisses empilées les unes sur les autres semblant contenir quantité d’articles encore conditionnés. Il s’arrêta finalement, à quelques mètres à peine des caisses, et leva les yeux pour balayer le sous-sol du regard. Aussitôt, il les repéra. Des stands, engoncés au fond de la pièce, cachés sans vraiment l’être, et sur lesquels reposaient de faux katanas dans leur fourreau. Du moins, ce qui aurait normalement dû être des répliques, au milieu de toutes les autres. Mais le guerrier tellurique, après avoir passé tant de temps à combattre des bretteurs de tout horizon, savait bien faire la différence entre un travail de copiste et l’oeuvre d’un véritable forgeron.

Il laissa son regard se fixer sur ces katanas, laissant comprendre à Monzaemon, resté dans son dos, qu’il savait, ou était en tout cas sur le point de savoir. Son hypothèse, ainsi, pourrait rapidement se vérifier et-

Un violent coup de bâton saisit l’Oterashi en plein sur la nuque, lui faisant voir des étoiles. Des étoiles qui, si il n’avait pas durcit préventivement tout l’arrière de son corps, sous ses bandages, l’aurait certainement envoyé dans les bras de Morphée. Malgré tout, il tituba en avant… et s’écroula.

Le soir venu, au point de rendez-vous.

La mine grave, le guerrier sans visage atterrit depuis les cieux sur le piton rocheux qu’il avait utilisé plus tôt dans la journée pour faire le point avec ses coéquipières. Visiblement contrarié, il n’en examina pas moins consciencieusement les alentours et repéra bien vite un volatile de papier qui se dirigeait vers lui. Il l’attrapa au vol et le déplia, recueillant ainsi le message que la Mikazuki y avait laissé à leur attention. Ses sens déployés aux alentours, Yanosa percevait l’énergie de Masami qui se rapprochait. Naoko allait tarder… mais les deux membres du Sazori, eux, allaient dors et déjà pouvoir se rapporter l’un l’autre leurs trouvailles.


Spoiler:
 

_________________
[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

[MLB] Patrouille [Masami & Yanosa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: