Soutenez le forum !
1234
Partagez

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki]

Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Dim 7 Mar 2021 - 5:36


La Belle et le Médecin





La première chose que vit la belle aux prunelles églantines fut un rayon lumineux, d’abord doux, comme recouvert d’un opaque voile, dansant majestueusement en avant-plan. Puis, un éclat vif, agressif, manquant de lui faire rebrousser chemin, surgissant d’elle-ne-savait-où, tel un prédateur bondissant sur sa proie. Instinctivement, les paupières de la Sendai se refermèrent en catastrophe, désireuses de protéger les trésors rosés qu’elles gardaient jalousement. La seconde tentative fut plus fructueuse, dévoilant enfin les courbes d’un monde que la genin parut de prime abord ne pas reconnaître tant il lui apparaissait flou, dénué du moindre sens. Où pouvait-elle bien se trouver ? Avait-elle dormi d’un sommeil si abyssal que le réveil l’avait rendue confuse, désorientée, ankylosée ? Ç’aurait été une première et, à vrai dire, elle n’en croyait pas un mot. Quelque chose clochait.

Pivotant rapidement la tête afin d’observer minutieusement les alentours, elle dut aussitôt stopper son élan de curiosité, gagnée par de vilaines douleurs et courbatures aux muscles du cou. En vérité, son être entier la faisait terriblement souffrir, comme si les flammes de l’enfer elles-mêmes dévoraient chaque parcelle de son corps, de sa musculature et, surtout, de ses poumons. Elle toussota un bon coup... Drôle de lendemain de veille, pensa-t-elle intérieurement, avec une pointe d’humour amer, mais quelque chose vint bien vite capter son attention: de lointains bruits de pas, suivie d’une impression d’activité humaine non loin de ce qui lui sembla être son lit. Or, de toute évidence, elle n’était pas à son logement, et ce lit n’était pas le sien. Elle n’aurait d’ailleurs pas su se positionner dans le temps, non plus.

Une nouvelle quinte de toux, violente cette fois-ci, la fit se redresser d’un bond et expectorer un épais liquide carmin, tout juste contenu par le déplacement vif, mais douloureux, de sa dextre, qui vit sa paume se plaquer de justesse contre ses lèvres desséchées par la déshydratation. Le sang chaud ruissela abondamment entre ses doigts tremblants et amaigris. Elle comprit enfin : son état pitoyable l’avait sans l’ombre d’un doute conduite tout droit à l’hôpital du village de la Brume. Ses sens ne pouvaient la tromper plus longtemps et, à bien y regarder, la pièce dans laquelle elle reposait avait tout d’une chambre adaptée aux soins. La kirijine réfléchit alors...

Ses derniers souvenirs la situaient au printemps, sur un terrain adjacent au Grand dojo, en plein apprentissage auprès d’un autre genin manipulant un sabre plus qu’étrange, un certain Asagao Jirô. La Sendai s’était pratiquement tuée à la tâche, en tentant de maîtriser la technique particulièrement gourmande en chakra du garçon. L’ancienne yukijine avait, au final, subi une énième crise hémoptysique, conséquence du surmenage, bien sûr, mais surtout de la maladie atypique - et inconnue - qui la rongeait à petit feu depuis quelques années déjà. À cette pensée, un profond sentiment de honte s'empara de Mayumi, qui subissait de plein fouet les contrecoups de sa témérité. De la honte, oui, et une colère sourde, dont elle peinait à saisir les tenants. Sa mâchoire se contracta fermement. Comment une ninja dans la fleur de l’âge pouvait espérer progresser et protéger quiconque avec une telle épée de Damoclès suspendue au-dessus du crâne? Comment espérer s’en défaire ? Elle ne savait pas. Elle ne savait plus. Et, comme rarement au cours de sa vie, elle se sentit submergée par la solitude et l’impuissance.

À cet instant où un gouffre sans fond semblait l’engloutir, des bruits de pas, qui paraissaient de plus en plus audibles aux oreilles de la Sendai, arrachèrent l’immaculée de ses sombres élucubrations, faisant naître au passage, peut-être, l’espoir d’un possible changement. Oui, quelqu'un approchait d'elle.


Spoiler:
 

_________________
La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Lun 8 Mar 2021 - 17:03
Miyuki soupira. Elle était à l'hopital depuis qu'il était dix heures environ. Arrivée juste après son entraînement matinal, elle faisait sa ronde désormais habituelle des patients longue durée, ceux qui avaient des traumatismes graves qui nécessitaient un long temps de rééducation ou de repos, ou encore ceux qui ne se réveillaient tout simplement pas, plongés dans un coma depuis des jours voire des semaines. Un des cas les plus anciens était cette fille, Sendai Mayumi.

Alors qu'elle arrivait enfin à la chambre de cette kunoichi qui symbolisait la fin de sa ronde et donc sa possibilité de passer à autre chose pour le reste de la journée, elle rencontra deux docteurs qui parlaient de son cas. C'était assez récurrent. Depuis le temps qu'elle était endormie... Ils se demandaient si elle allait se réveiller un jour, si c'était bien la peine de continuer à dépenser de l'énergie et du temps pour une personne qui était peut-être morte intérieurement. Que faire si ce n'était plus qu'un corps sans âme, qui bougeait plus par la force chakratique qui lui était infusée en permanence pour qu'il survive ?.. Comment en avoir la certitude d'ailleurs ?

La jeune femme se racla un peu la gorge en passant devant eux, leur demandant ainsi de s'écarter pour qu'elle puisse entrer et s'occuper de la patiente comme elle le faisait régulièrement. La laver, vérifier que tout allait bien dans ses signaux vitaux, lui remettre des vêtements propres. Tout faire pour qu'elle ait un repos dans un état décent qui ne favorise pas l'arrivée de nouvelles maladies en somme. Certes sa maladie était inconnue et rien ne disait qu'elle se réveillerait un jour. Mais ce n'était pas une raison pour l'abandonner.

Alors qu'elle entrait dans la chambre, elle eut la dernière vision qu'elle s'attendait à voir. La fille était redressée, assise. Elle venait de cracher un peu de sang, mais elle était consciente. Elle semblait regarder dans sa direction mais ne pas la voir pour autant. Perplexe pendant quelques secondes, la Mawehara se rapprocha rapidement d'elle avec un sourire amical.

« Ohayo gozaimasu, Sendai-san. Je suis Mawehara Miyuki, je m'occupe de vous. Comment allez-vous ? Dites moi tout ce que vous ressentez, n'hésitez pas. Oh, et prenez votre temps, rien n'est pressé. »

S'asseyant à côté du lit de la patiente, elle lui prit la main avec une certaine tendresse, lui offrant un contact humain conscient qu'elle n'avait sans doute pas eu depuis longtemps.

« Vous sentez correctement ma main ? Pas de fourmis dans les doigts ? »

Préférant ne pas être trop brusque dans son approche par rapport à sa situation exacte, l'apprentie doctoresse préféra aborder la situation en discutant tranquillement. Les nouvelles arriveraient petit à petit. Elles avaient le temps.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Ven 12 Mar 2021 - 21:34




Il fallut un bon moment à l’églantine pour distinguer avec exactitude les contours de l’apprentie doctoresse à ses côtés. Floue, distordue, la silhouette de la jeune femme lui apparaissait encore illusoire, si peu de temps après son retour dans le monde réel. Chaque couleur, chaque forme, chaque courbe, s’agençaient chaotiquement entre elles pour former un semblant d’individu, à l’image d’un tableau abstrait peint de main d’enfant. Un tableau malgré tout magnifique aux yeux de la belle au bois dormant. Le regard vitreux de Mayumi s’y promena d'ailleurs longuement, détaillant un à un les traits de la soignante d'un mouvement oculaire lasse, alourdi par l'épuisement, tandis que la chûnin lui offrait son plus beau sourire, ou, du moins, son plus chaleureux.

« Miyu… ki? »

Répéta faiblement l'immaculée au souffle court alors que son interlocutrice complétait les présentations. Une manière de graver à jamais le nom de sa bienfaitrice dans sa mémoire.

« Vous… Vous êtes occupée de moi ? »

Rauque, brisée, la voix de la genin, autrefois si mélodieuse, lui écorchait à présent autant l'orgueil que l'oreille. Pour autant, l'ancienne yukijin ne se laissa pas complètement abattre. Entre la tendresse de la doctoresse et la bienveillance qui se dégageait de son ton rassurant, un certain sentiment de sécurité naquit chez l'enfant de chakra. La shinobi aux mèches argentées osa même un pâle sourire à l'endroit de la sabreuse, avant de se risquer à nouveau à l'exercice éreintant et douloureux qu'était actuellement l'usage de la parole.

« Je… Je me sens... À la fois épuisée et… irréelle. Je ne sais pas, je… J'ai l'impression d'être prise dans un genjutsu. Mon corps entier... brûle : les muscles, les articulations, mais surtout ma gorge, et ici... Comme si je… Comme si j'aspirais des flammes.»

Chuchotta péniblement la kirijin alitée en délimitant avec maladresse l'espace où figurait sa cage thoracique, tandis qu’elle caressait, nerveuse, les bordures d’une soyeuse couverture bleue ciel, délicatement déposée sur ses jambes.

« Je… J'ai de la difficulté à retrouver mon… mon souffle, par moments. Et puis, il y a le sang et la toux… Les crises... Je… »

Mayumi soupira, visiblement découragée. Tant de choses n'allaient pas, au final. Tant la faisait souffrir. Tant de maux, et si peu d'énergie pour lutter. Tant de maux, et si peu d'espoir sur lequel se raccrocher. Comment s'en sortirait-elle, déjà à bout de souffle? Lui était-il seulement permis d'espérer un retour à sa vie d'antan, sa vie de shinobi? Le mal avait peut-être déjà gagné la partie, après tout. Tout cela, par sa faute...

À ce moment précis, un contact initié par la soignante fit légèrement sursauter la belle églantine. Le premier depuis son réveil. Doux, baigné par la tendresse et l’empathie, le geste calma aussitôt les angoisses de la manipulatrice de chakra pur, qui s'empressa de répondre à la sabreuse, la fébrilité berçant ses paroles.

« Oui, je la sens… C'est… Chaud. Je… Oui, je la sens bien. La texture de la peau, sa température, son… son humidité, son poids. Je... »

Un soulagement vite remplacé par une prise de conscience brutale et des larmes ruisselant librement sur ses joues. Un choc visible, palpable, mais compréhensible: La vie lui avait presque glissée entre les doigts. Et, cela, par sa faute.

_________________
La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Sam 13 Mar 2021 - 1:24
Penchée sur la patiente, la Sabreuse aux cheveux blonds lui laissa le temps de s'acclimater doucement à son réveil qui faisait suite à un long coma. Ce n'était pas quelque chose de courant. À vrai dire, on s'approchait même du miracle. La maladie qui la rongeait s'entendait jusque dans sa voix rongée, abimée, détruite en partie. Lui laissant le temps nécessaire pour qu'elle se réveille, la Mawehara lui sourit sereinement alors qu'elle semblait retrouver des repères avec une lenteur certaine.

« Miyuki, c'est ça. Oui, je me suis occupée de vous. »

Attentive et patiente, elle laissa à la malade le temps de lui répondre sans précipitations. Elle ne se sentait apparemment pas très bien, décrivant ses symptômes. Les gardant en tête pour l'instant, la jeune femme aux cheveux attachés en queue de cheval hocha doucement la tête en l'écoutant.

« D'accord. Ne vous précipitez pas, on a le temps, ne vous en faites pas. Je suis là pour vous. »

Lui donnant sa main, elle la questionna un peu sur son ressenti. Au moins, ses nerfs et son sens du touché semblaient intacts. Elle semblait voir correctement aussi malgré son air en partie absent. Sans doute à cause de sa faiblesse généralisée. Elle avait peur, Miyuki le sentait. Elle était effrayée. Sans doute par l'état dans lequel elle était. Par les circonstances de sa perte de conscience aussi peut-être. Alors qu'elle essayait de lui répondre, elle se coupa, des larmes venant à ses yeux. Posant sa main libre sur le front de la jeune fille, elle la caressa doucement, essayant de lui apporter un peu de réconfort, d'assurance.

« Ça va aller. C'est dûr, mais ça va aller. Vous êtes à l'hôpital et on s'occupe de vous, vous n'avez plus à vous en faire. »

Fermant les yeux et se concentrant au maximum, l'apprentie irounin s'appliqua à diffuser doucement son chakra curatif par ses mains directement dans le corps de la patiente pour la soulager un peu. Elle voulait ainsi l'aider à surmonter les douleurs qui l'habitaient et, peut-être, l'aider à combattre cette maladie qui l'atteignait et qui l'avait laissé inconsciente plusieurs semaines. Ce n'était pas quelque chose de banal. Elle savait que découvrir combien de temps elle était restée dans cet état ne lui ferait pas de bien. Pas pour l'instant en tous cas. Ça pouvait attendre de toute façon.

« Je vais vous chercher un peu d'eau et un linge pour vous aider contre la fièvre, je vous sens un peu chaude. D'accord ? Je reviens vite. »

Sortant de la chambre après lui avoir fait une caresse du pouce sur le dos de la main pour la rassurer, elle se dépécha de signaler son réveil à l'un des médecins de garde. Elle lui expliqua très brièvement ce qu'elle avait dit à la patiente et ce qu'elle avait fait aussi, puis repartit chercher un seau d'eau et un linge. Trempant vivement le tissus épais, elle l'essora en partie puis le plia pour le déposer sur le front de Mayumi une fois de retour avec elle.

« Un autre médecin va bientôt arriver. De quoi vous souvenez-vous avant d'avoir perdu connaissance ? »

Si la Sabreuse savait qu'elle était tombée dans ce long sommeil suite à un entraînement avec son défunt camarade Jiro grâce à son dossier médical, elle avait cependant besoin de savoir ce dont elle se souvenait.

« Est-ce que vous avez faim ? Soif ? N'hésitez pas si vous en avez besoin. »

Lui laissant ainsi un peu de temps pour respirer et rassembler ses pensées, la blonde aux yeux bleu-gris attendait ses réponses patiemment. Le docteur ne devrait plus tarder d'ailleurs. Lui pourrait peut-être les aider à avancer un peu plus avec une analyse plus poussée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Lun 15 Mar 2021 - 23:47




Épuisée, Mayumi laissa lourdement tomber ses paupières, s'abandonnant à la douceur de la caresse que lui offrit la Mawehara, prise d'un élan d'empathie envers sa patiente désemparée par les événements, tandis que ses joues rougies s'imbibaient de larmes allègrement déversées depuis ses prunelles cristallines et fatiguées. Si la prise de conscience de l'immaculée avait su donner naissance à de pareils sanglots, l'état particulièrement vulnérable dans lequel avait été plongée la manipulatrice de chakra pur agissait tel un catalyseur à l'endroit d'émotions et de sentiments enfouis depuis maintenant des années. Des années à vaquer courageusement aux tâches qui lui incombaient en tant que kunoichi tout en faisant fi de ses propres craintes, de ses propres démons et ce, dans l'intérêt du plus grand nombre, dans l'intérêt du village. Des années à s'afficher sous un beau jour, à braver les interdits et les avertissements, les signaux mêmes que son corps lui envoyait, crise après crise, depuis le décès de son paternel. Des années à arborer le masque de l'indifférence ou de la sagesse face à ses confrères et ses consoeurs. Un masque désormais défraîchi, craquelé, désuet tant il s'était effrité au fil des dernières semaines, à même les traits pâles de son visage à l'allure angélique. Ce masque venait à présent de céder, laissant place à la vérité. Une vérité faite de honte, d'impuissance et de colère. Une vérité dégénérative, cruelle. Déstabilisée par l'épuisement, rongée par les affres de la maladie, mise à nue face à sa propre mortalité : de cette vérité, la vulnérabilité avait surgi, dans ce lit d'hôpital, et, avec elle, l'humide tiédeur de larmes abondamment déversées que l’apprentie doctoresse s’attardait maintenant à soulager.

« Merci, Miyu… ki. »

Murmura doucement la Sendai en ouvrant progressivement les yeux, alors qu'une ultime gouttelette saline suivait la courbe de sa mâchoire jusqu'à disparaître sous les ombres de son menton. Tel un nouveau-né rapidement enveloppé par la chaleur réconfortante des bras de sa mère, les mots et les gestes de la sabreuse avaient aussitôt rassuré la genin, apportant un peu de baume sur cette traumatisante renaissance qu'était la sortie de coma, ainsi qu'une bonne dose de chakra destinée à éloigner les pénibles conséquences physiques du long sommeil.

« Cet art est… magnifique. »

Osa complimenter la Sendai, la voix parasitée de soubresauts.

Puis, silencieuse, Mayumi observa avec un certain intérêt la blonde s’atteler à déverser un flot chakratique curatif en chacun de ses membres endoloris. Si la pratique de l’iroujutsu ne lui était plus complètement inconnue, du fait de ses nombreuses lectures et visites en milieu hospitalier, la belle églantine nourrissait toujours une véritable fascination pour cette maîtrise du chakra si précise, si poussée qu’elle-même parvenait à peine à en appréhender les bases, malgré le don que lui avait offert la nature pour la manipulation et la modélisation de sa propre puissance. L’immaculée resta ainsi admirative devant l’immense talent dont fit preuve sa bienfaitrice à son endroit et ne put s’empêcher de la remercier d’un doux grognement satisfait lorsque celle-ci s’interrompit et quitta brièvement la chambre en quête de matériel pour atténuer les premiers balbutiements d’un épisode fiévreux.

Seule, la genin prit le temps nécessaire afin de mieux apprivoiser son nouvel environnement, balayant de ses prunelles à la teinte rosée la petitesse de l’espace qui s’offrait à elle, alors que sa vue semblait peu à peu s’habituer au retour à la lumière. Outre l’équipement nécessaire aux soins de base, le lit contre lequel la Sendai reposait et l’absence flagrante de décoration, de larges paravents repliés figuraient de chaque côté du matelas, attendant de protéger l’intimité de la patiente face aux assauts d’éventuels regards indiscrets. À la droite de la jeune femme, à la hauteur de sa tête, s’élevait une petite structure d’un bois finement travaillé, faisant office de table de chevet, sur lequel était déposé, entre autres, ce qui s’avérait être son bandeau frontal, symbole de son appartenance aux forces kirijins. À ses côtés, un mignonnet vase peint à la main permettait à la malade d’apprécier la caresse des effluves printanières – selon elle – qui se dégageait d’un agencement de fleurs colorées fraîchement coupées. Enfin, un peu plus bas, à mi-chemin entre les extrémités du lit, une banale chaise complétait le tableau de sa présence solitaire. Du même matériau que l’ensemble des éléments composant le décor, c’était à cet endroit précis que s’était initialement posée la sabreuse, à proximité de l’ancienne yukijin.

Comblée par sa brève aventure visuelle, Mayumi replongea momentanément dans les vapes… Mais fut bien rapidement extirpée du néant par le contact brutal du tissu humidifié et le voyage de quelques gouttes d’eau froide qui dégoulinaient de part et d’autre de son visage amaigri. Son regard, évoquant les pétales de l’églantier, vint aussitôt se réfugier dans l’éclat rassurant, empreint de force, de sa vis-à-vis, qui la questionna de plus belle sur son état, les souvenirs de la jeune femme étant cette fois-ci pris pour cible.

« Euh, je… C’était, il y a… Euh... »

Incertaine, la descendante des Anciens fronça les sourcils, plissant les paupières juste ce qu’il fallait comme pour mieux distinguer ce qui se dissimulait dans les recoins de sa mémoire embrouillée. Elle inspira longuement, puis reprit, avec une relative aisance.

« Je… Je cherchais à améliorer mon arsenal de… techniques, à proximité du... Dojo. Pratiquer la modélisation d’une... grande quantité de chakra pur. J’y ai rencontré un… un membre du clan des sabreurs, euh… Un certain euh… A… Asa… Asagao? Asagao Jirô..? »

Interrompant son récit, la genin toussota légèrement avant de poursuivre.

« Il a bien voulu m’aider dans… mon apprentissage, mais j’ai rapidement fait une première… crise. Bénigne. On a poursuivi le lendemain, au… au même endroit. Je… Je devais calquer les actions d’une… main fantomatique… issue de son arme. Les symptômes de… la maladie… m’ont accompagnée tout au long de… de la séance. Finalement, je… J’ai pu reproduire le membre du guerrier… J’y suis arrivée, je… je crois. Je… la suite est floue. Je me souviens d’avoir pénétré le dojo, soutenue par Jirô, je pense, puis du… réveil, ici. »

L’équivalent d’une grosse nuit de sommeil, en somme, pour l’immaculée, qui avait connu maintes et maintes crises et pertes de conscience de courte durée par le passé. Celle-ci, dans la forme, ne se différenciait nullement des précédentes. Pourtant, le séjour de la kunoichi entre les murs de l’hôpital, tout comme la gravité de son état, ne laissait place à aucun doute quant aux conséquences de cette ultime et violente attaque. Tant de questions lui brûlaient les lèvres, désormais, mais si peu d’énergie pour les verbaliser. Depuis combien de temps reposait-elle ici ? Qu’allait-il lui arriver, à présent? Pourrait-elle poursuivre sa vie en tant que shinobi? Qu’était-il advenu du village et de ceux qu’elle avait rencontrés, depuis son absence ? Asagao Jirô était-il passé la voir? Yasei Zeref, peut-être, ou alors cette énergique jônin prénommée Arukisa, qu’elle avait rencontrée au détour d’une séance de bénévolat? Quand sortirait-elle enfin, et dans quel état ?...

Lorsque la Sendai, rassemblant ses forces, tenta une première approche à ce sujet, de nouvelles questions surgirent de la bouche de la soignante, la coupant dans son élan. Résignée, elle y répondit péniblement, mettant ses propres interrogations de côté pour l’instant.

« Je… pourrais avoir de l’eau..? Je ne veux pas… manger. L’idée-même me… donne la nausée. » affirma-t-elle, en mimant maladroitement une grimace.

Mayumi n’appréciait pas être plongée dans l’obscurité de la sorte. Cela exacerbait son impression d’impuissance, l'empêchant de devenir pleinement maîtresse de son destin et de ses choix. Autrefois assoiffée de connaissances, il n’en allait pas autrement aujourd’hui, clouée à ce lit, en proie à la faiblesse et aux maux les plus vils. Aussi prit-elle enfin son courage à deux mains et, d’une voix à peine audible, mais tremblotante, tint ces quelques paroles :

« Miyuki… Depuis quand… suis-je ici? Est-ce que… je pourrai continuer… Je veux dire, comme ninja? »

Le ton sombre dans lequel baignaient les mots de Mayumi laissèrent présager une bien funeste réaction. Nerveuse, la genin s’empressa de balayer le sujet d’un revers – fictif – de la main. L’irruption soudaine du docteur, dans la pièce, lui offrit l’occasion rêvée de poursuivre sur un tout autre sujet.

« Qu’est-ce qui… m’attend, à présent, aujourd’hui? »

Un changement plus que bienvenu. Et porteur d’espoir...



_________________
La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Dim 21 Mar 2021 - 9:55
S'appliquant à sa tâche, la Danseuse sourit légèrement au compliment de la patiente qui semblait malgré tout souffrir. Heureusement, la tentative d'apaisement par le biais de son chakra fut plutôt une réussite et la Mawehara remarqua que la tension diminuait, la douleur était moins visible sur le visage de la jeune femme. Il lui semblait avoir réussi son objectif.

Rassurée d'y être parvenu, elle avait un bon bagage théorique derrière elle désormais mais la pratique chakratique lui faisait encore en partie défaut là où elle commençait à avoir la pratique physique plus en main, d'autant plus qu'elle était habituée à l'art de kenjutsu qui nécessitait une grande concentration et une extrême rigueur du mouvement, ce qui était aussi nécessaire en chirurgie, domaine qui faisait partie de ces études de l'iroujutsu.

S'éclipsant pour trouver un médecin, la Sabreuse était revenue après avoir trouvé celui qui s'occupait de cette patiente pour les soins avancés que la blonde ne connaissait pas encore mais qu'elle s'efforçait de suivre au maximum pour en apprendre toujours plus dans cette nouvelle branche de capacités qu'elle se développait ces temps-ci.

En attendant qu'ils les rejoigne, elle questionna un peu Mayumi sur ses souvenirs, tâchant de déterminer au mieux à quel point ils étaient entiers ou lacunaires. Mais il apparut rapidement qu'elle n'avait pas de trouble anormal de la mémoire, pas de moments d'absence. Elle avait juste poussé son corps trop loin avant de s'effondrer et, par chance, avait survécu au contrecoup du surplus d'énergie qu'elle avait tenté de puiser là où il était absent, provoquant la rage de ce mal qui la rongeait de l'intérieur.

« D'accord. Très bien pour vos souvenirs. Pour l'eau, je vais vous chercher un verre, je reviens tout de suite. »

Sortant de la petite pièce, elle alla directement récupérer de l'eau au plus proche, remplissant un verre avant de le ramener à la Sendai.

« Voilà. Prenez votre temps. »

À l'écoute des inquiétudes de la kunoichi, Miyuki prit un instant pour réfléchir avant de lui prendre la main la plus proche d'elle entre les siennes tout en lui offrant un sourire rassurant, confiant.

« Je n'ai pas tous les détails, je suis encore en apprentissage pour ce qui est des questions plus poussées. Je ne pourrais pas répondre pour vous répondre avec exactitude. Mais le docteur qui arrive, lui, saura vous dire combien de temps durera votre rémission, si elle sera dure ou simple, longue ou courte. »

Relâchant sa main pour ne pas non plus lui donner une impression d'écrasement, de sursollicitation, la guerrière blonde reprit.

« Vous avez tenu bon à cette crise de votre maladie, donc je pense que vous êtes forte. Vous tiendrez bon et vous pourrez continuer en tant que shinobi, j'en suis certaine, même si je ne peux pas vous l'assurer. Continuez de vous battre et nous ferons tout notre possible pour que vos efforts soient récompensés au maximum. »

Lorsqu'enfin le docteur arriva, Mayumi le questionna immédiatement, ce qui fit rire légèrement le médecin qui lui fit un sourire lui aussi plutôt chaleureux et confiant.

« Allons mademoiselle. Laissez moi le temps de vous osculter et de parler un peu avec vous. Je vous promets de vous tenir au courant dès que j'aurais tous les détails dont j'ai besoin pour faire votre diagnostique actuel précis et seulement alors je pourrais tout vous dire. On fait ça ? »

Atttendant l'accord de la demoiselle allitée, l'homme d'une quarantaine d'années aux cheveux longs attachés en chignon à l'arrière de sa tête en samouraï avait un dossier et un crayon en main, prêt à se lancer dans cette étude d'un cas miraculeux. Il savait que ce n'était que le début du combat et comptait bien le remporter.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Dim 28 Mar 2021 - 21:48




Lorsque la sabreuse quitta de nouveau la chambre en quête d'eau fraîche, la dextre de l'immaculée vint aussitôt rencontrer les traits frêles et délicats de son visage, tâtant lentement la chaleur de la peau tapissant l'étendue de ses joues. Satisfaite de l'expérience, la pulpe de ses doigts glissa alors jusqu'à la frontière de sa mâchoire, y dénichant, quelques centimètres en amont, les courbes d'une oreille et la douceur de mèches argentées tombant de chaque côté de sa tête, qu'elle caressa d'ailleurs allègrement, savourant l'étrangeté de cette rencontre avec sa propre chevelure. Si la jeune malade appréciait beaucoup le contact humain que lui offrait la Mawehara depuis son réveil, ressentir son existence de manière concrète, par le toucher, la rassurait tout autant, lui permettant un meilleur retour dans l'ici et maintenant. Une action, en quelque sorte, thérapeutique; comme une preuve irréfutable qu'elle était toujours vivante. Et une preuve ô combien jouissive.

« Merci, Miyuki... »

Tout sourire, Mayumi prit machinalement le verre que lui tendit la blonde à son retour dans la pièce… Mais fut rapidement surprise par le poids inhabituel de l'objet. Maladroite, mais surtout déstabilisée, la genin déversa une partie de son contenu, répandant un peu de la substance aqueuse sur la couverture et les vêtements qui la recouvraient. Navrée, l'ancienne yukijine se crispa, plongeant son regard cristallin paniqué dans les prunelles de la soignante :

« Je… Pardon ! Je ne voulais pas… C'était… Étrangement lourd… Je... »

Si la honte prit bientôt le dessus sur le visage de la Sendai, celle-ci tâcha tant bien que mal de fuir la situation humiliante dans laquelle elle baignait désormais en humectant doucement l'intérieur de sa bouche avec le peu d'eau toujours présent dans le verre. Une manière maladroite de porter son attention ailleurs et d'éviter de croiser le regard de la soignante. Puis, une petite gorgée suivant l'autre, la jeune femme savoura pleinement la fraîcheur de l'eau qui s'écoulait agréablement jusqu'à son estomac : une première, consciemment du moins, en plusieurs semaines, qui lui faisait le plus grand bien. Le contenant à présent vidé, elle le déposa avec lenteur sur le meuble de bois qui bordait la tête du lit, puis observa, muette, la Mawehara à ses côtés parler.

Les mots de Miyuki, peu avant l'arrivée du médecin, vinrent quelque peu apaiser les questionnements successifs et les craintes de la belle églantine, qui afficha dès lors une moue doucereuse. Elle nota tout de même que la sabreuse avait soigneusement évité la question concernant le temps qu'elle avait jusque-là passé dans les vapes, à l'hôpital, ce qui éveilla certains soupçons chez la malade. En effet, tout portait à croire qu'elle avait été clouée à ce lit, plongée dans le néant de l'inconscience, bien plus que pour une simple nuitée. À cette pensée, sa poigne tremblotante se referma lourdement sur la couverture.

« D'accord… Merci, Miyuki... » soupira-t-elle finalement, résignée.

Lorsque le docteur au chignon de samouraï pénétra la pièce sous les assauts verbaux de la genin, celui-ci entreprit aussitôt, avec l'accord tacite de la patiente, d'ausculter ses voies respiratoires. S'assurant du confort de la jeune femme, celui-ci demanda ensuite poliment l'aide de la sabreuse afin de soutenir le poids de l'immaculée amaigrie tandis que son instrument se déposait sur la peau dénudée du dos de l'enfant de chakra. Au contact froid de celui-ci, Mayumi tressauta légèrement.

« Prenez de grandes respirations, mademoiselle. Je sais que ce n'est pas facile, et peut-être même douloureux, alors ne vous forcez pas plus que nécessaire. Miyuki est aussi présente pour vous, alors ne vous en faites pas. Si la douleur est trop importante, faites nous signe. Ça vous va? »

Hochant la tête, Mayumi s'effectua docilement, non sans toussoter à plusieurs reprises. L'examen ne dura que quelques minutes, tout au plus, mais mis de temps à autre mal à l'aise la genin, de par les contacts physiques plus ou moins intimes de l'objet avec la peau nue de son dos, puis de son buste. L'auscultation terminée, le quadragénaire palpa doucement l'abdomen de la kunoichi, puis nota le résultat de ses observations sur le dossier de la patiente. Souriant chaleureusement, l'homme vint s'asseoir en bordure du lit et croisa les mains.

« Vous me semblez en bien meilleure forme qu'à votre arrivée ici, mademoiselle Sendai. Je sais que vous avez sans doute mille-et-une questions, mais patience. Nous y répondrons, une à la fois. Rien ne presse... »

Mettant ses idées en ordre, son regard cendré se posa l'espace d'une seconde sur la sabreuse, puis revint s'engouffrer dans les prunelles églantines de l'ancienne yukijine, à nouveau alitée.

« Je ne passerai pas par quatre chemins : votre survie, et surtout votre réveil, aujourd'hui, tient véritablement du miracle. Mais n'ayez crainte, vous êtes temporairement hors de danger, grâce à nos soins. »

Déclara-t-il, se voulant avant tout rassurant. Mayumi, pour sa part, resta silencieuse, impatiente d'avoir le fin mot de cette histoire. La tension demeurait bien présente chez la kunoichi.

« Pour ce qui est de la maladie qui vous habite, je dois vous annoncer posséder quelques pistes, quelques hypothèses. »

Celui-ci passa outre les différents tests et prélèvements effectués tout au long de son coma. Après tout, l'important n'y était pas, et il ne désirait pas embêter davantage la patiente avec ce genre de banalités. Mieux valait aller droit au but. Passant brièvement ses doigts contre sa barbiche fraîchement taillée, le médecin poursuivit :

« Le peu de connaissances que nous possédons sur le pouvoir des Sendai et votre utilisation du chakra nous portent à croire que… Vous vous auto-détruisez, en quelque sorte. »

Il leva aussitôt les mains, comme pour contenir une quelconque réaction de la kirijine.

« C'est une première hypothèse, bien sûr. L'absence de chakra pourrait jouer un rôle, bien que nous en doutions un peu. Une sorte… d'allergie, même si cela est peu probable, voire farfelue, est une autre possibilité. Enfin, et je crois que cette dernière possibilité est la plus… envisageable, il se pourrait que votre capacité à matérialiser et modéliser le chakra se retourne contre vous, en infligeant, d'une manière ou d'une autre, des dommages à vos organes, vos muscles. Comme si des minuscules parcelles de cette énergie se cristallisaient, par inadvertance, en vous, et abîmaient vos tissus. Vous me suivez? »

Mayumi en resta bouche-bée. Celle qui avait passé des années le nez plongé dans les bouquins afin de dénicher un remède aux maux qui la rongeaient se voyait offrir, ici et maintenant, de réelles hypothèses en lien avec potentiel diagnostic. L'espoir, enfin, renaissait, et avec lui, de possibles moyens de se soustraire aux affres de la soi-disante maladie.

« C'est… vraiment possible? »

Le médecin sourit. Visiblement, la confiance l'habitait.

« Cela reste une hypothèse, mais je crois que cette piste est d'un grand intérêt. Qu'en pensez-vous, Miyuki ? »

Dit-il en se tournant vers l'apprentie irou-nin.

« Dans tous les cas, votre rémission sera longue et ardue, et c'est sur celle-ci que nous travaillerons d'abord. Bien sûr, nous serons là pour vous supporter. Avec un peu de jus de bras et de repos, vous pourrez quitter ce lit d'ici quelques semaines, tout au plus. La rémission se poursuivra ensuite sur plusieurs mois, et vous devrez alterner entre votre chez-vous et l'hôpital pour un bon moment, mais il est tout à fait permis d'espérer un retour à la vie normale, comme shinobi, dans les plus brefs délais. »

_________________
La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Lun 29 Mar 2021 - 20:04
Aidant rapidement la patiente à rattraper son verre, Miyuki se sentit embarrassée d'avoir machinalement donné le récipient empli d'eau à la Sendai affaiblie par son long séjour à l'hôpital. Tout ce temps en coma avait forcément atteint ses muscles et donc sa force, et le moindre geste en devenait fondamentalement plus complexe. Elle était en ce moment tout l'opposé total de la Mawehara qui s'entraînait physiquement pendant des heures strictement tous les jours.

« Désolée, c'est de ma faute ne vous en faites pas. »

Attrapant une petite serviette sur le côté, elle la lui donna, la laissant éponger un peu de l'eau qui s'écoulait sur sa peau et dans les draps du lit d'hôpital. Comment avait-elle pu être inattentive à ce point ? Souriant de son mieux, tâchant de camoufler cette gêne pour ne pas mettre plus mal à l'aise la jeune femme, la Sabreuse lui laissa le temps de se reprendre et lui proposa à nouveau un verre d'eau qu'elle ne remplit qu'à moitié et où elle l'aida à le soutenir si la Sendai en avait besoin.

Laissant place au docteur expérimenté lorsque ce dernier pénétra dans la pièce, la Danseuse l'écouta avec soin, se remémorant ses cours théoriques pour tout visualiser avec exactitude et ainsi ne pas se tromper dans sa compréhension du diagnostique qu'en faisant le soignant. Lorsque ce dernier eut fini et présenta ses hypothèses avant de demander son avis à l'étudiante qu'elle était, la Mawehara qui avait eut le temps d'examiner longuement et de voir l'évolution de l'état de Mayumi hocha légèrement la tête.

« Pour ne rien vous cacher, vous êtes ici depuis un petit moment. Quelques semaines. Votre corps a eu le temps de commencer à se remettre du traumatisme, mais ce qui est sûr, c'est qu'à aucun moment pendant votre repos il n'y a eu le moindre signe de rechûte ou de problème sur votre santé qui s'ajouterait à votre condition. »

Hésitante sur la manière de formuler ses propos, Miyuki décida d'essayer de les présenter dans l'angle qui lui semblait le plus encourageant.

« Pour moi, cette condition doit être liée au fait que vous ne maîtrisez pas encore totalement vos pouvoirs. Donc je serais plutôt d'avis que la dernière hypothèse est la vraie. Et c'est positif parce que c'est assez facile à soigner là où on ne peut que chercher à amoindrir les symptômes d'une allergie par exemple. Donc ne vous en faites pas, et tenez bon le temps de la rémission. Je m'occuperais de vous pour les exercices purement physiques d'ailleurs. »

Laissant le temps à la Sendai d'assimiler l'information et lui offrant un sourire qu'elle voulait rassurant, elle laissa au docteur le temps de terminer ce qu'il avait à dire.

« Pour le travail sur votre chakra, je pense que le plus sage serait de le faire avec un senseur qui a une bonne expérience. Il sera capable de suivre vos exercices et de voir précisément votre chakra et son comportement pour vous indiquer quoi modifier dans votre façon de faire. L'idéal serait d'avoir l'expertise d'un Hyûga, mais cela signifierait un long voyage jusqu'à Iwa. Ou que l'un d'entre eux vienne à Kiri. Quoi qu'il en soit, il est conseillé dans un premier temps de se concentrer sur les activités courantes de la vie et donc sur le physique pur et simple. »

Encore une fois, la Mawehara fit une petite pause pour obtenir tant les réactions du médecin que celles de la patiente. Elle espérait ne pas avoir dit trop de bêtises mais c'était ce qui lui avait semblé le plus juste. Elle avait cet avantage d'avoir énormément de connaissances pour ce qui était de l'anatomie et de comment travailler le physique depuis des années sur d'autres médecins qui ne pratiquaient pas l'art du kenjutsu ou du moins pas avec la même ferveur qu'elle. L'importance de son corps était beaucoup plus grande que celle de son chakra dans ses entraînements et la Sabreuse ne négligeait rien dans son rythme et son mode de vie pour parvenir au meilleur d'elle-même. Aussi, elle avait facilement appris les quelques détails qu'il lui manquait pour pouvoir s'occuper des périodes de rééducation des patients longue durée.

« Est-ce que vous avez la moindre question, la moindre inquiétude dont vous voudriez nous parler ? N'hésitez pas, nous sommes là pour vous. »

Essayant de se montrer très avenante pour Mayumi qui s'était réveillé il y a moins d'une heure, la guerrière blonde aux cheveux attachés d'un fin ruban bleuté était prête à recevoir les requêtes de la blanche aux yeux pourpres.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] Empty
Lun 5 Avr 2021 - 7:12





Attentive, Mayumi écouta sans broncher le quadragénaire au flot de paroles presque ininterrompu, qui décrivit avec une évidente aisance et une bonne dose de tact l'état de la situation de la jeune patiente, exposant chacune de ses hypothèses quant à la possible nature de la soi-disante maladie d'une manière concise, bercée par l'expérience. Si la Sendai ne semblait pas avoir tout saisie de prime abord, submergée sous ce torrent d'informations alors qu'elle venait à peine de s'extirper des griffes de l'inconscience, l'essentiel ne lui avait néanmoins pas échappé. Ainsi, l'espoir d'être enfin libérée de cette insidieuse épée de Damoclès, qui avait jusque-là pourrie son existence, teintait, pour la première fois son horizon d'une lueur radieuse, couverte d'espérance.

Si les bonnes nouvelles fusaient de partout depuis quelques minutes déjà, l’intervention initiale de la sabreuse, lorsque le médecin demanda son avis sur ses hypothèses, déstabilisa fortement la belle églantine, de par l’énormité des révélations qui y figuraient. Des semaines. Elle avait donc passé des semaines clouée à ce lit d’hôpital, sans pouvoir ni parler, ni bouger, et dans un néant presque absolu, rarement ponctué, par moments, de songes distordues, floues, d’images oniriques. À cette pensée, la réaction fut immédiate, violente. Bousculée psychiquement, et par une telle intensité, la Sendai paniqua malgré elle. Sa respiration se fit tout de suite plus saccadée; chaque inspiration plus importante, chaque expiration, trop courte, et accompagnée de quintes de toux. Instinctivement, la voix rauque de la genin se fit entendre, bien que brièvement, comme pour tenter d’apaiser ses tourments. Elle balbutia :

« Je… c’est… »

La réalité frappait, laissant sur son passage une jeune femme en proie à une crise, quoi que différente de celle qui l’avait conduite en ces lieux. D’un type qui n’était pas méconnu de celle-ci. Aussi, lorsque des larmes perlèrent aux extrémités de ses paupières endoloris, les paumes de l’immaculée se refermèrent faiblement par-dessus le visage au teint pâle de la kunoichi, créant, de par leur disposition, une cavité hermétiquement fermée vis-à-vis de ses orifices. Imitant les gestes que lui avaient autrefois enseignés sa chère mère, elle y respira de grandes bouffées, non sans peine et misère. La manœuvre dura ainsi quelques minutes, tout au plus, sous le regard impuissant des deux soignants. Quand, enfin, elle fut calmée, la Sendai, éprouvée par l’expérience, tenta de s’excuser platement.

« Pardon, je… C’est que... »

Lorsque la discussion reprit, Mayumi demeura muette, parsemant les propos de ses bienfaiteurs de brefs hochements de tête de sa part pour indiquer qu’elle suivait toujours le fil. Passablement fatiguée, elle s’égara cependant de temps à autre, prise d’assaut par un esprit parfois embrumé par toutes les informations qui défilaient à un rythme accablant, ce qui n’échappa pas à l'œil avisé du docteur, qui prit la peine de résumer, en bout de course, leurs innombrables propos, en un ensemble plus digeste pour une belle au bois dormant à peine sortie de son sommeil.

« Ainsi, mademoiselle Sendai, je crois, tout comme ma collègue, à cette dernière hypothèse... »

Tout en la désignant du menton, celui-ci, tout sourire, poursuivit sur sa lancée.

« Nous la mettrons prochainement à l’épreuve, cette hypothèse... lorsque vous aurez récupéré davantage, cela dit. D’un autre côté, votre rémission se fera en deux phases: tout d’abord, vous serez amenée à retrouver votre pleine autonomie, physiquement, avec Miyuki, et ce, dès que j’en donnerai l’autorisation, dans les prochains jours si tout se déroule bien. Enfin, lorsque vous aurez quitté cet hôpital, il vous faudra vous entraîner à maîtriser d’une manière plus juste vos capacités innées. Je souligne d’ailleurs les excellentes suggestions de ma collègue, bien que je déconseille fortement un éventuel voyage jusqu’à Iwa, pour l’instant, tant et aussi longtemps que votre état ne le permettra pas. Je crois que vous faire guider par un expert en sensorialité vous serait plus que bénéfique, en contrepartie. J’en ferai la demande par écrit, aux autorités, avant de vous donner votre congé, si cela vous va. »

L’heure des questions avait sonnée, à présent, mais rien ne semblait néanmoins surgir à l’esprit de l’ancienne yukijine qui, exténuée, bégaya quelque peu, sans prononcer quoique ce soit de véritablement cohérent. D’un geste baigné par l’empathie, le quadragénaire déposa une main chaleureuse sur l’épaule de sa patiente.

« Ne vous en faites pas si aucune question ne vous vient tout de suite. Vous pouvez les poser à mesure qu’elles arriveront, rien ne presse. Nous sommes là pour vous. Maintenant, je crois que vous devriez vous reposer un peu… Je repasserai vous voir demain. »

Rompant la douce étreinte, il se leva, puis offrit un dernier sourire à la malade et à l’apprentie doctoresse, avant de tourner les talons et de quitter la petite chambre, le dossier de Mayumi sous le bras. Les prunelles cristallines de l’enfant de chakra dévièrent alors sur la blonde tandis qu’elle s’apprêtait à fermer l'œil à nouveau. Inquiète, la Sendai avait une demande à formuler à sa soignante. Une demande qui la fit s’empourprer.

« Miyuki, je… Pourrais-tu rester… avec moi, le temps que… C’est que… J’ai peur de ne plus me réveiller, une fois endormie. »

_________________
La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki] M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine

La Belle et le Médecin [PV Mawehara Miyuki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: