Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sendai Yahiko
Sendai YahikoEn ligne

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mer 10 Mar 2021 - 16:58
Votre présence dans la salle du trône, quelques jours après l'arrivée de Nouma Izuki, le paysan traumatisé par le massacre de l'ours, vous rappelle la raison pour laquelle vous êtes venus. Il y a de ça quelques après-midi, l'Empereur a tâché de convoquer des ninjas afin de leur partager une mission n'ayant pas l'air dangereuse à premier abord, mais ayant toute son importance vis à vis de l'Empire. Car s'il y a plus dangereux que de faire la guerre à ses adversaires, il s'agit bien de faire la guerre à son propre peuple. Notamment lorsqu'il est de votre devoir de le défendre.

Pénétrant cette grande pièce aux moultes richesses et traces de souveraineté, vous avançâtes sur le long tapis rouge qui servait à arriver au pied des escaliers. L'escalier grimpait jusqu'au trône sur lequel reposait l'Empereur, un jeune garçon aux cheveux blancs dont la posture semblait montrer de la puissance, de l'assurance... et une étrange teinte de supériorité qui n'était pas adaptée à la situation.

A côté de lui se tenait face à vous un paysan que vous ne connaissiez ni d'Adam ni d'Eve. Il était l'homme qui était venu se plaindre auprès de Sendai Yahiko, il était la raison pour laquelle cette mission se lançait aujourd'hui et il était également la personne qui vous accompagnerait lors de votre périple. Mais ça, vous vous apprêtiez à l'apprendre...

-"Soldat Medyûsa, soldat Yenno, voici la tâche que vous aurez à effectuer."

Du haut de son trône, l'Empereur lança dans les mains de la recrue qu'il connaissait déjà l'avis de mission, située dans un rouleau vert bien ficelé. S'il était de mise de ne pas encore l'ouvrir et d'écouter d'abord l'intervention du gouvernant, vous tendiez normalement l'oreille auprès du Sendai afin de récolter autant d'informations que possible.

-"A l'endroit figuré sur l'avis de mission se situe une petite bourgade de paysans. Récemment, celle-ci a subit une attaque. De nombreuses habitations ont été détruites et de nombreuses vies ont été volées. Il est du devoir de l'Empire d'aller récolter autant d'informations que possible sur la situation et d'apporter l'aide nécessaire."

L'Empereur prit un temps de pause, et montra d'un doigt peu discret la personne qui était à ses côtés. Vous pouviez voir sur son visage de la détermination et de la colère, mais il ne pouvait cacher une certaine fragilité dans des pupilles tremblantes. Son apparence était aujourd'hui bien plus soignée qu'à son arrivée, ses vêtements étaient nouveaux, propres, signe que l'Empire avait correctement pris soin de lui depuis son arrivée. Et malgré ça, sa haine pour sa nation n'avait pas totalement disparue...

Mais c'est de ça que le souverain semblait bien se moquer.

-"Nouma Izuki vous accompagnera. Il fait parti des survivants de l'assaut, il saura vous aiguiller... pour éviter qu'une guerre civile n'éclate à Urahi."

Les derniers mots de votre supérieur hiérarchique pouvaient paraître forts : ils l'étaient. La mission n'était qu'une mission de rang C mais elle se présentait tout de même comme une étape incontournable vers la paix au sein même de l'Empire.

-"Votre missive démarre dès maintenant. Vous pouvez disposer."

Il s'agissait là des dernières paroles de l'Empereur. Vous indiquant la voix à suivre pour partir d'un geste de main, le paysan se joignit à vos côtés pour marcher avec vous en direction de la sortie.

Mais il était silencieux, comme si ce n'était pas à lui d'engager la conversation.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Medyūsa
Medyūsa

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mer 10 Mar 2021 - 17:49
Une confiance ébranlée


Sortant d’une opération, Medyûsa se décontamine en se lavant bien les mains et change de tenue. Une opération qui n’était pas difficile, mais tout de même important. La soldate retourne dans son bureau et tri un peu ses documents pour gagner du temps pour une prochaine opération. Le médecin retrouve une copie du dossier de Yamanaka Yuna, morte et assassiné par une bête féroce. Pauvre jeune fille, enfin selon le dossier, elle était un peu plus vieille que Med, mais physiquement, elle semble aussi jeune qu’Ayuu. La vie de soldat comme de Shinobi semble, difficile et impossible de savoir si à la fin d’une mission, on reviendra en vie. Cela dit, Hanae a été avec elle selon les informations qu’elle a pu avoir. En effet, c’est sa dulcinée qui a ramené le corps de cette soldate. Or, Med n’a pas voulu l’embêter avec des questions, ça ne doit pas être facile de perdre une camarade de mission. Pendant deux heures, la blonde se repose sous la paperasse et ce n’est pas ce qu’elle aime faire de ses journées. Soudain, on vient toquer à sa porte et on lui raconte qu’elle a été convoquée au palais impérial. L’empereur, deuxième du nom, souhaite la voir dans la salle du trône. Étrange, elle ne s’attendait pas à ce que ce dernier puisse la convoquer. Peut-être est-ce un rapport avec le décès de Yamanaka Yuna ? Ou son projet de barrière sensorielle et qui veut savoir où cela en est dans l’avancée du projet ? En tout cas, la kunoichi décide de s’y rendre, mais avant, elle fait un détour dans sa demeure pour récupérer des équipements, sait-on jamais.

Medyûsa arrive au palais impérial et décide d’y entrer, même si elle n’avait pas le choix. De plus, elle connaissait l’Empereur et ayant confiance en lui, la blonde sait qu’elle ne vient pas pour rien. Suivant le tapis rouge jusqu’à la salle du trône, la soldate remarque une autre soldate, aux cheveux noirs. Ce n’est pas anodin tout cela, que pouvait-il bien se passer ? Pénétrant dans la salle, la Yasei remarque Yahiko, sur son trône, elle le regarde d’un air calme et posé. Or, une autre présence attise sa curiosité, un homme qui semble avoir un regard identique que le sien, il y a plusieurs années. Après tout, elle en saura un peu plus lorsqu’il prendra la parole. Il les appelle par leur grade et prénom, pour leur adresser la parole de cette manière, ça devait être vraiment sérieux. Et être convoqué directement par l’immaculer pour une mission, il a dû se passer quelque chose de grave. La blonde reçoit l’ordre de mission, des propres mains de Yahiko. Med garde toute son attention, envers Sendai Yakiho qui se met à leur parler de leur mission. D’après sa prise de parole, une bourgade de pays a été attaqué et dévastée, il y a quelque temps. Il devait y avoir des blessés et des morts, alors. Elles devaient se rendre là-bas pour recueillir des informations ainsi d’apporter leur aide si nécessaire. « Hum… Bien, je vois. » Dit-elle tout simplement. L’Empereur montre le paysan du doigt. Un homme avec un regard colérique et dont la haine est facilement explicite dans son regard. Med connaissait bien, elle avait le même avant d’être à Kumo. Nouma Izuki, il est donc un survivant, cela explique sa colère. Il les aiguillera sur ce qui s’est passé et les aidera à empêcher une guerre civile. Ce mot est bien fort, mais Yahi n’utilise pas des mots aussi problématiques pour un rien.

Il leur ordonne alors de partir, à présent que tout semblait avoir été dit. « Bien, on fera notre mieux et on fera un rapport, à notre retour, Empereur. » Dit-elle en suivant le paysan et Yenno. La blonde ouvre la missive de l’ordre de la mission et se met à la lire. Un ours plutôt mystérieux a attaqué des habitations sur l’une des côtes du pays du feu et il y a eu beaucoup de dégâts que ce soit côtés humains et matériels. Rapporter les dégâts causés et rassurer le peuple pour éviter une guerre civile, difficile de croire qu’une mission est de tel rang. La blonde soupire et elle avait compris la mission. La Yasei donne l’avis de mission à Yenno. « Tiens et lit bien, ça peut te servir pour ce qu’on doit faire. On part directement sur les lieux de l’attaque.» Dit-elle en prenant les devants, quittant le palais impérial. « Nouma Izuki, j’aimerais connaître les détails que vous avez sur cet ours et les dégâts qu’il a pu commettre à votre encontre ainsi qu’à votre entourage. S’il vous plaît. » Demande-t-elle poliment à l’homme, en espérant qu’il sera un peu bavard. « Après tout, on a du chemin à faire avant d’arrivée à destination. Et ça me permettra de me préparer psychologiquement en cas d’urgence si je dois opérer ou soigner quelqu’un. »

Résumé:
 



_________________
[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u945
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Ven 12 Mar 2021 - 9:32
une confiance ébranlée


L'enveloppe cachetée se trouvait actuellement dans une poche intérieure de sa besace en cuir et c'est lorsqu'elle se souvint qu'elle devait remplir sa gourde, alors sa voisine au fond du sac, qu'elle tomba sur le morceau de papier. Elle l’attrapa alors en priorité afin d'en découvrir le contenu, curieuse de savoir ce que le courrier pouvait bien renfermer. Les yeux écarquillés en lisant alors les brèves lignes. Il s'agissait d'une convocation au palais impérial. La première réaction de la jeune femme s'apparenta à une peur panique de quelques secondes puis se transforma rapidement en inquiétude simple. Elle se demandait simplement de quoi pouvait bien ressortir cette convocation inexplicable. Elle songea à son père, lieutenant retraité du Teikoku, puis arriva rapidement à une conclusion négative, aucune possibilité qu'au sein de ce lieu d'un si grande importance, on l'invite à propos de son géniteur. Elle songea en second, à cette journée d'examen datant de l'année dernière, qui fût tristement suspendu suite à plusieurs problématiques. Un conflit familial pesant puis un accident assez grave. En effet, la belle Hijine lors d'un entrainement par delà la nature autour de son foyer, se vit dégringoler et essuyer une belle chute. Si cette pierre trop aiguisée ne s'était pas trouvée là, sans doute n'aurait-elle pas eu de longs mois de convalescence et de rééducation à gérer, au sein d'une ambiance conflictuelle constante... Qu'attendait alors l'empereur et/ou ses disciples de la demoiselle ? Elle le saurait de toute manière bien assez tôt, puisqu'elle se devait alors d'honorer une telle demande.

~

Lors du trajet jusqu’au palais, Yenno tentait de se concentrer au maximum pour soutenir un mental détendu ; afin de se monter sous son meilleur jour au milieu d'une assemblée de si grande réputation. De nombreuses personnes pourraient attester la simple réalité de cette idée : le stress n'arrange jamais rien, au contraire. Si elle ne connaissait pas vraiment le nouvel empereur fraîchement élu, elle savait d'ou il venait et quelle était plus ou moins son histoire pour en avoir entendu parlé dernièrement... En effet, son père l'ayant quelque-peu coupé du monde extérieur ces derniers-mois, elle n'en connaissait pas d'avantage et évidemment, pas assez selon ces critères. Une fois devant le palais, il était temps pour la brune de souffler un bon coup et d'entrer. Un endroit riche et finement décoré bien entendu, emprunt de traditions, se dévoilait à elle. Un tapis rougeoyant lui indiquait alors la route. Bien droite sur ses jambes, elle avançait fermement en direction de la salle du trône. D'autres personnes étaient présentes, accompagnant l'Empereur et puis de son côté, une femme.

Soldat, mission, attaque, destruction.

La brune changea de tempérament et de questionnement à mesure que l'Empereur prononçait ces mots. Les sourcils légèrement froncés de concentration, elle ne pouvait s’empêcher de prendre à cœur ce genre d'attaques au sein de son pays. Et c'est d'ailleurs ce qui l'avait toujours poussé à vouloir rejoindre officiellement le Teikoku. L'homme rescapé face aux deux soldates affichait une ébullition sous couvert d'inquiétude, l'aider était alors une évidence. Mais comment ? Yenno ne comprenait toujours pas ce qu'elle faisait là, convoquée en tant que civile. Si son fond déterminé et altruiste envers son peuple la poussait à suivre les instructions, elle n'en demeurait pas pour autant éclairée sur sa présence ici. Avant de quitter les lieux, elle acquiesça évidemment d'un geste de la tête.

« Très bien, Empereur. »

Elle suivait, la femme blonde qui semblait alors être sa partenaire dans cette mission. Yenno attrapa la lettre résumant les attentes, la lisait en silence, hâtant le pas. Après avoir écouté sans mot dire, la prise de parole de sa co-équipière, elle s'approcha du paysan. Malgré la confusion quant à sa présence au sein d'une telle mission, Yenno n'en oubliait pas son humanité et il lui semblait important d'instaurer alors une relation de confiance dans cette escapade.

« Soejima Yenno. » dit-elle, se penchant légèrement en adressant un franc sourire au paysan, qu'elle détourna par la suite en direction de sa collègue.

« Nous allons faire de notre mieux pour rétablir l'ordre au sein de votre village, soyez en sûr. »

Forte d'une éducation ultra respectueuse, la jeune femme se devait dans une situation telle, de se présenter convenablement et de réagir en fonction. Cet homme était certes, en colère, mais il affichait également une détresse que la jeune femme lisait très clairement.


Codage par Libella sur Graphiorum


résumé:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Sam 13 Mar 2021 - 11:37
Vous vous mires en route suite au coup d'envoi de l'Empereur. Vous découvrîtes par la même occasion le commanditaire de la mission qui était un paysan, âgé de la mi trentaine, à l'allure certes soignée mais au faciès toujours déconfit. Vous ne le saviez pas, mais la raison pour laquelle il était arrivé à Urahi était ignoble et si l'Empire avait tâché du mieux qu'il le pouvait de le suivre psychologiquement mais aussi au niveau de sa santé, cela n'effaçait pas le passé. Hanté par ses visions, soumis à des cauchemars toujours plus horribles les uns que les autres dans laquelle il se refigurait les mêmes scènes en boucle et en boucle, la mine de l'homme était assez pathétique.

Il souffrait, visiblement, et vous ne saviez ni pourquoi, ni comment faire pour le faire aller mieux. Après tout, existait-il une réelle solution à part l'oubli ? C'était à vous de le trouver, ou non, dans vos personnalités.

Quelque chose était en tout cas clair pour vous : l'Empereur n'avait pas désiré vous en dire plus -et vous pouviez d'ailleurs le lui reprocher, car vous agissiez actuellement avec le seul ordre de mission qui vous avait été confié en plus des quelques indications que le souverain avait pu vous dispenser.

Alors de la même manière, vous tentâtes de l'aborder chacune votre tour, Medyûsa en entrant directement dans le vif du sujet et Yenno en se présentant simplement. Les approches étaient distinctes et très intéressantes : si le soldat de l'Unité de Recherche avait opté pour quelque chose de très professionnel, ce qui était digne d'une scientifique, la jeune recrue préférait quant à elle l'aborder en mettant de l'importance au côté humain. On pouvait y voir une complémentarité dans votre petite équipe tout juste formée, car selon les préférences d'Izuki, il pouvait se retrouver dans l'un ou dans l'autre. Le réconfort de l'une s'il souhaitait se confier, l'action de l'autre s'il souhaitait de l'action.

Malheureusement, vos méconnaissances vis à vis de son passé et de son état psychologique pouvait vous porter préjudice. Il était évident que les paroles de Yenno pouvaient le rassurer, mais les questions de Medyûsa, bien que pertinentes voire incontournables, ravivèrent chez lui des souvenirs douloureux. Des souvenirs dont vous ne pouviez soupçonner l'existence, mais s'il y avait bien quelque chose qui pouvait vous mettre la puce à l'oreille sur le questionnement de la blonde, c'était un long silence et l'entente d'un léger reniflement.

Il pleurait.

Sans un mot, sans un bruit autre que celui de son nez qui vous criait que ses souvenirs étaient douloureux et qu'il était compliqué pour lui d'en parler, vous continuiez votre chemin pendant quelques minutes. Et heureusement pour vous, grâce au réconfort qu'il pouvait trouver dans les paroles de Yenno, il su prendre sur lui après un petit moment de silence pour vous donner quelques informations supplémentaires. L'homme qui avait été silencieux depuis votre départ s'était fait à l'idée : il arrivait enfin à aligner quelques mots qui allaient vous aiguiller.

-"Je... ses rugissements étaient terribles. Il était si imposant, si grand et fort qu'il n'eu aucune difficulté à détruire nos maisons. Nos hommes, nos femmes, nos enfants..."

Il s'arrêta, s'effondrant au sol sur ses genoux.

-"Ma femme... ma fille..."

Il se recroquevilla sur lui-même un instant, reniflant de plus belles. Vous sentiez sa voix trembloter légèrement, mais avec grande surprise, vous le voyiez se relever juste après... pour s'envoyer dans la joue une énorme claque qui fit rapidement rougir son visage. Un réflexe que vous pouviez comprendre : il luttait intérieurement contre son cauchemar pour vous apporter autant d'informations que nécessaires.

-"Je vous en supplie, je vous accompagne mais je ne suis pas encore prêt à retourner voir tout ça. Trouvez notre chef, il est fort lui... il saura vous aider."

Avec le temps, vous vous approchiez petit à petit de la bourgade qui avait été atteinte par l'assaut. Et de temps en temps, dans votre route, Izuki Nouma vous répétait la même chose.

-"Par pitié, je ne veux plus voir ça..."

Quel allait être votre choix ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Medyūsa
Medyūsa

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Dim 14 Mar 2021 - 10:11
Semblable

Sortant du palais impérial, Medyûsa avait reçu l’ordre de mission tout comme Yenno. La soldate avait pu lire le parchemin où on pouvait lire son contenu. Il y avait peu d’informations, hormis l’attaque d’un mystérieux ours dans l’Est du pays ainsi que de devoir aider les civils et comprendre ce qui s’est passé. De plus, il avait parlé de guerre civile à éviter. Là-dessus, la blonde n’avait pas trop compris où il voulait venir exactement. Quel rapport y avait-il entre l’ours et une possibilité de guerre civile au sein d'Hi ? La Yasei avait un peu de mal à suivre les propos de l’Empereur. De plus, ce dernier n’avait pas donné trop de détail, était-ce volontaire de sa part en cachant quelque chose ? Ou il ne savait vraiment pas tout ce qui s’était passé ? En tout cas, l’ancienne Kumojine n’avait pas le choix que de faire avec ce qu’elle avait sur les mains et peut-être que Nouma Izuki pourrait leur en parler, il savait peut-être quelque chose. Or, en voyant son visage, son regard, en disant long sur ce qu’il a vécu et exactement le même qu’elle avait lors de sa venue à Kumo. Il devait avoir tellement perdu des êtres chers et bien des choses pour être dans un tel état malgré sa tenue soignée. Cela dit, Med devait rester professionnelle, même si le côté humain était important pour elle. Or, en connaissant pas trop son vécu, elle devait essayer d’en savoir un peu plus pour ne pas nager dans l’inconnu lorsqu’elles arriveront à destination.

La Yasei se montrait plutôt professionnelle comme dans ses habitudes et un peu directe dans sa façon de poser les questions. Ce n’était pas son genre de faire dans le sentimentaliste durant une mission, mais bon, il pourrait y avoir des exceptions selon l’individu. Medyûsa avait que l’homme semble avoir été atteint par les événements liés à leur mission, mais à voir à quel point, il l’était vraiment. Pour ce qui était de Yenno, elle se montrait plutôt douce et attentionnée à son attention. Elle avait l’air d’être une bonne personne. Marchant, l’homme se met d’un coup, à pleurer. La blonde ne se sentait pas trop à l’aise sur le moment, mais cela dit, elle allait rester attentive à ses paroles. Malgré ses pleurs, ça ne les empêchait pas de se déplacer, même si ce dernier ne leur adressait pas la parole pendant quelques instants, préférant garder le silence. D’un coup, il se met à leur adresser la parole et se met à décrire l’ours, de ce qu’il a pu ressentir et voir à ce moment-là. Cela devait être un véritable Enfer pour lui que d’assister de manière impuissante à tout cela. Le voyant s’arrêter et s’effondrer à genoux, au sol. Il pleurait sa femme et sa fille. Med voulait se réconforter pour se montrer tout de même humain malgré son côté serpent. Or, l’homme se relève assez vite juste après et se mettre une claque, afin de reprendre ses esprits, qui sait. Ce dernier semble leur demander une faveur. Il veut bien les accompagner jusqu’à son village, mais il ne veut pas y entrer pour ne pas revoir les horreurs. Il allait falloir trouver le chef du village qui semble fort d’après ses propos.

« Je comprends ce que vous ressentez, Nouma Izuki. Je sais ce que ça fait de voir ses proches mourir devant soi, en étant incapable de les protéger. J’ai vécu cela à Mizu no Kuni, en voyant mes parents mourir devant mes yeux et incapable de savoir si ma sœur jumelle est toujours vivante ou non. Je n’étais qu’une enfant qui a subi un lourd traumatisme depuis ce jour. J’ai longtemps redouté mon retour à Mizu no kuni pour tourner la page et en finir avec mon deuil. Or, c’est un fardeau lourd à porter et qui nous fait souffrir. Je ne vous forcerai pas à rentrer dans votre village pour revivre ce cauchemar. Cependant, vous avez l’opportunité de vous occuper de la dépouille de votre femme et votre fille avec respect et amour qu’elles méritent. Ne laissez pas un inconnu le faire à votre place, vous devez leur dire adieu et être fort pour elles, malgré leur disparition. Mais comme je l’ai dit, c’est votre propre décision, votre propre choix, je ne vous y forcerai pas du tout. Pour ma part, j’aurais aimé avoir cette chance aussi difficile soit-elle. » Dit-elle avant de poursuivre le voyage jusqu’au village où elle devait se rendre avec Yenno et Izuki.

Sur le trajet, Izuki ne semblait pas vouloir prendre son courage en main, mais peut-être qu’il luttait intérieurement pour y aller ou ne pas y aller. De toute façon, Medyûsa n’allait pas le forcer à le faire, ce n’était pas à elle de prendre une telle décision pour lui. La Yasei s’était déjà exprimé sur le choix qu’elle aurait fait à sa place, en lui parlant de son passé et du fait qu’elle a aussi subi un tel traumatisme étant enfant. Proche de la bourgade, la soldate fait halte de s’arrêter et se tourne vers Nouma et Yenno, mais son regard se tourne vers le paysan. Il était inutile de s’approcher de l’entrée du village tout de suite, vu que l’homme ne semblait pas trop motivé. « Nouma-san. Avez-vous pris votre décision pour venir avec nous ou rester ici ? » Demande-t-elle avant de reprendre aussitôt la parole. « Si vous ne voulez pas nous suivre, donnez-nous le nom de votre chef et décrivez-le-nous s’il vous plaît. » Demande-t-elle poliment à Izuki. « Mais je maintiens qu’il serait respectable envers votre femme et votre fille que ce soyez-vous qui vous occupiez d’elles pour qu’elles reposent en paix. Or, ça reste votre décision.» Dit-elle avant de détourner le regard et d’observer la bourgade, au loin. Cela n’allait pas être une partie de plaisir et psychologiquement, il allait falloir se montrer fort. La Hebi espérait que sa coéquipière sera forte pour supporter certaines visions insupportables de la mort et de la destruction ainsi que du désespoir et de la souffrance humaine. Med est un médecin et scientifique, elle a déjà vu cela à l’hôpital ainsi qu’au complexe scientifique de Hirose.

Résumé:
 




_________________
[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u945
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Lun 15 Mar 2021 - 20:33
une confiance ébranlée


La marche sportive de Medyusa apportait une cadence non négligeable aux individus, la brune suivait d'un pas ferme mais le villageois se semblait pas si pressé... Il se livra rapidement aux deux femmes, ce pauvre homme était simplement atterré par la perte de sa famille et avait manifestement besoin d'évacuer, comme il pouvait. Des tirades tragiques nourrissaient d'avantage un désespoir terrible. Si la jeune Hijine n'avait jamais rien vécu de tel au court de son existence, elle n'avait pas pour autant de mal à comprendre Izuki. Cela semble l'un des pires destins, que l'on souhaiterai à quiconque, de perdre son attache la plus intime. Des mots, il lui fallait faire son maximum pour tenter de calmer la douleur de l'homme.

« Monsieur, rien ne pourra vous retirer votre violente tristesse, mais n'oubliez pas que nous sommes là pour vous aider. Que cela soit pour trouver des réponses et des solutions à la tragédie qui a balayé votre village, que pour vous, en tant que personne. Nous ne représentons rien de familier à vos yeux mais ne vous y trompez pas, nous sommes une grande équipe. Je suis née ici, sur notre beau territoire du feu et je ne laisserai pas l'un des miens, sombrer dans la dépression de l'au-delà. » Elle respira un grand coup, avant de poser une main sur son épaule.

« Vous n’êtes pas seul. »

Alors qu'ils commençaient à s'approcher de l'entrée du village, l'odeur environnante semblait mélancolique. Était-ce à cause de l'état du paysan qui laissait planer un parfum amer autour de son enveloppe abandonnée à la solitude ? Cela jouait probablement, et la jeune femme, peu habituée à se confronter à des scènes d'une telle violence, commençait à sentir son cœur s’accélérer quelque-peu au milieu de sa mince cage-thoracique. Il lui fallait malgré les ressentis personnels, garder une image professionnelle et sérieuse. Que cela soit face à cette personne chagrinée que face à une soldate aguerrie. Le hameau se dessinait par delà la végétation environnante et si l'homme leur faisait signe qu'il ne voulait plus voir le désastre, il fallait néanmoins avancer, Il n'y avait par de temps à perdre sur cette enquête. Medyusa avait trouvé des mots justes, l'idée de pouvoir rendre un dernier hommage à une famille est importante.

« Nous pourrons vous diriger pour rendre un bel hommage à vos proches et leurs dire au-revoir dignement comme ma collègue l'a suggéré, pour cela il va falloir nous aiguiller un peu. Je pense également qu'elles méritent d'être honorées à juste valeur et vous savez, votre femme aurait surement choisie de vous accompagner jusqu'à la fin si elle se trouvait dans cette malheureuse situation. »

La co-équipière était directe dans ces tournures et cela aiderait certainement à une action plus rapide, Nouma Izuki allait devoir coopérer un minimum afin de trouver ce chef. Premier pas sur le pavé, il les suivait toujours jusqu'à maintenant malgré sa réticence. Ne manquait plus qu'à trouver un brin de force chez le villageois pour aiguiller un peu les deux femmes, afin d'économiser de nombreuses minutes.

« Comment s'appelle le chef de votre village, monsieur Nouma ? »


Codage par Libella sur Graphiorum


résumé:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Ven 19 Mar 2021 - 17:02
Ses lèvres se crispaient au début du monologue de Medyusa. L'approche terre à terre était dangereuse car elle semblait ignorer les sentiments d'un homme brisé par le passé, mais les derniers mots du Soldat de la Recherche firent mouche : l'histoire de la jeune fille et ses regrets concernant sa propre famille le touchèrent en plein coeur et plutôt que de le voir s'affaler une nouvelle fois à l'approche de son village, chose qui aurait dû se passer en s'accompagnant de quelques cris et de quelques larmes, il prit une profonde inspiration. Quelque chose qui ressemblait à du courage, à du dépassement de soi, qu'il devait à la bonté et à la gentillesse des deux kunoichis qui l'accompagnait.

-"Je... j'vais le faire ! Pour ma femme et ma fille... Mais restez avec moi alors, dame Medyûsa. Vous aurez p'tètre moins de regrets en faisant ça avec moi."

Vous l'aviez alors échappé belle, parce que sans le savoir, vous veniez d'éviter une première émeute... enfin, peut-être n'était-ce qu'une bataille gagnée parmi de nombreuses à venir.

-"Il s'appelle Haise m'dame Yenno. Mais n'vous embêtez pas, j'vous amènerai jusqu'à son chez lui."

Parce que la petite bourgade dans laquelle vous pénétriez avait souffert. La défaite de Sendai Hanae, de Yamanaka Yuna et des quelques personnes qui avaient été avec elle n'avaient pas que laissé s'échapper une bête assoiffée de sang, elle avait également laissé s'exprimer un monstre enragé qui ne répondait plus de rien. Femmes, enfants, hommes, constructions... plus vous vous approchiez, plus vous vous baladiez dans les ruelles accompagné d'Izuki, plus vous vous rendiez compte du massacre.

Autour de vous, le vide. Les ruelles étaient désertes tant les habitants pleuraient encore leurs morts, en plus d'être traumatisé du mal qui les avait rongé et qui les rongeait encore. Parfois, vous pouviez voir des traces de sang séchés sur le sol qui appartenaient à moultes victimes de la bête que vous ne connaissiez pas. Tout avait été nettoyé mais la misère était présente : nombre de maisons étaient détruites de toute part, les habitants dormaient quand même à l'intérieur tant ils n'avaient aucun autre endroit ou dormir... et la présence d'Hijin ne les rassurait pas.

Parce qu'il y avait dans leur esprit une idée d'impuissance, d'injustice. Pourquoi les honnêtes hommes qui travaillaient pour Urahi étaient punis ? Pourquoi les soldats étaient tranquillement confinés dans leur richesse alors que les grands travailleurs risquaient leur vie... pour en plus ne pas être protégé efficacement ? Ils avaient raison et tort en même temps, la finesse de leur éducation ne leur permettait pas de voir plus loin que ça. Hélas, c'était vous qui alliez trinquer au travers de cette mission, et c'était une problématique que vous alliez devoir régler si vous vouliez éviter des répercussions sur Urahi.

Le paysan qui vous accompagnait s'arrêta alors d'un seul coup à un espèce de petit carrefour. Deux chemins s'offraient à vous, et vous pouviez alors faire un choix important qui aurait des répercussions sur la suite de votre mission.

-"L'chemin tout droit, c'est vers le chef. L'chemin à gauche c'est vers chez moi."

Il ne vous donna pas plus d'informations, mais la question était claire. Qu'alliez vous faire ? Vous séparer, le laisser partir seul pour s'occuper de sa famille, aller toutes les deux chez le chef de la bourgade ?

Les yeux d'Izuki vous imploraient de ne pas le laisser seul.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Medyūsa
Medyūsa

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Sam 20 Mar 2021 - 12:15
Une confiance ébranlée


Medyûsa avait dû se livrer à un étranger, parler de son passé ainsi, ce n’était pas évident pour la kunoichi. En effet, elle en parlait peu et même avec Hanae, la blonde ne se livrait pas trop là-dessus. Après tout, le passé reste le passé et il fallait apprendre à aller de l’avant. Mais l’explication de son passé à Nouma, ce n’était pas anodine. L’homme a vécu une expérience similaire à Med et en racontant tout cela, tout en lui expliquant la chance qu’il peut avoir en enterrant ses proches, ça pouvait peut-être fonctionner. Et dans un sens, la blonde faisait ça pour lui, pour qu’il n’ait pas de regret ni rien. De plus, Yenno semblait se montrer douce dans ses paroles et humaine, tout en soutenant la Yasei dans la façon d’honorer sa femme et sa fille. Personne n’avait le droit de le faire à part lui et il fallait qu’il le comprenne rapidement. D’ailleurs, la soldate voulait savoir qui était le chef du village et il en était de même pour Yenno. Ce qui n’était pas difficile à comprendre et en espérant avoir une réponse positive de sa part. En tout cas, il semble se reprendre et c’était bon signe. Les propos de l’homme faisaient sourire l’ancienne Kumojine et hoche la tête. « Bien, je viendrai avec vous. Je tiendrai parole, merci. » Dit-elle avec calme. Et ensuite, il se tourne vers Yenno en disant le prénom du chef du village. Il s’appelle Haise, mais Izuki allait l’accompagner jusqu’à la demeure de ce dernier. Elles allaient pouvoir avancer et gagner la bourgade afin de contempler les dégâts causés par ce mystérieux ours.

Observant les environs, en suivant Izuki, Medyûsa pouvait voir à quel point, ce fut un carnage. Ce monstre ne leur avait laissé aucune chance et elle pouvait voir à quel point, ils ont souffert. Il y a eu beaucoup de morts et de destruction, c’était un vrai chaos. Ils ont vécu l’Enfer et là-dessus, Med comprenait pourquoi l’homme qui les accompagnait, était si dévasté et ressentait une telle peur de revenir dans la bourgade. Dans un échange de rôles, la Yasei aurait réagi comme ce dernier et donc, il était difficile d’être sévère et froide avec lui ainsi que les habitants de ce village. Les yeux dorés pouvaient voir qu’ils avaient commencé à nettoyer les rues, mais des traces de sangs séchés étaient encore présentes. Au loin, la Hebi pouvait voir des corps inertes et c’est avec un visage triste qu’elle détourne les yeux pour se concentrer sur la marche dans les ruelles du village. Si seulement, oui, si seulement, l’Empire avait pu stopper un tel monstre. Il est clair que Yahiko devait en savoir plus qu’il en dit sur ce qui s’est passé et la cause de ce massacre. D’un coup, l’homme s’arrête face à un carrefour avec deux chemins différents. Deux routes différentes, l’un vers Izuki et l’autre vers Haise. La Yasei pose son regard sur l’homme et elle lui avait fait une promesse, difficile à oublier.

« Izuki-san. Je vous ai fait une promesse et j’ai qu’une parole. Je viens avec vous pour honorer la mémoire de votre famille et ne pas vous laisser seul dans cette épreuve que je sais que trop bien, à quel point, c’est dur et difficile à faire. » Dit-elle en posant sa main sur son épaule avant de regarder Yenno. « Quant à toi, je te laisse décider de venir avec nous ou d’aller voir le chef du village, même si je préfère qu’on y aille ensemble. Le choix t’appartient, mais pour ma part, je suivrai cet homme courageux à honorer la mémoire de sa fille et sa femme. » Dit-elle en lui faisant signe de lui montrer le chemin et souhaite dire une dernière chose à Yenno. « Si tu souhaites aller voir Haise, le chef du village, continue à te montrer douce comme tu l’as été avec monsieur Nouma. Ils ont tous traversé l’Enfer, ils méritent des réponses respectueuses et de l’aide. Si quelque chose ne va pas, retourne me voir et je viendrai dès que j’aurais fini d’aider Izuki-san. » Finit-elle là-dessus avant de regarder Izuki et lui sourit. « Si vous avez besoin de quoi ce soi, je suis là pour vous et votre village, sachez-le. »


Résumé:
 



_________________
[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u945
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Dim 21 Mar 2021 - 18:05
une confiance ébranlée


Si la jeune brune ignorait encore et toujours la raison de cette convocation, de sa présence ici ; elle était néanmoins sur d'une chose : Elle devait être à la hauteur de cette mission. Quel qu'en soit le but. Elle n'avait pas d'expérience sur le terrain, que cela soit en logistique, en gestion ou même en confrontation lors d'une telle crise. L'effroi se lisait sur le visage des quelques humains vivants que la troupe croisait en traversant les premières ruelles du village et, il coulait contre les murs froids, les traces violentes d'une tragédie inattendue. La respiration de la jeune femme était calme en apparence puisqu'elle se devait évidemment, de garder son sang-froid. A l’intérieur cependant, la peur régnait en tâche de fond silencieuse. A mesure que ses souliers tapaient contre le sol, l'aigreur s'emparait de son estomac. Un coup d’œil en direction du paysan qui avançait dans un silence parlant, elle commençait à pouvoir s'imaginer réellement dans sa peau. Heureusement pour elles, il avait néanmoins réussi à leurs accorder quelques informations utiles pour entreprendre la suite.

Tiraillée. Yenno en plein maniement interne de ses émotions, ne devait pas céder. Elle devrait alors se transformer en cette femme puissante qu'elle n'eût jamais été, mais qu'elle eût toujours rêver d'être. A mesure qu'elle marchait, elle se créait une carapace qui lui servirai assurément, pour le reste de sa vie. Armée de sa seule force mentale, elle ne perdait pas de vue les instructions données plus tôt par l'empereur en personne. Des informations, de l'aide. En écoutant sa co-équipière, elle fût heureuse de constater qu'ils étaient tous ici avant tout, des humains avec un cœur qui ne bat pas simplement pour la gloire. Si elle avait pensé jusque là, rester dans la facilité et apporter du soutien à cet homme dans le besoin, elle voyait à mesure que les paroles de Medyusa sortait, sa mission évoluer. La tête sur les épaules, elle n'oubliait avant tout pas, qu'elles avaient été convoqué pour trouver des réponses.

« Je crois que nous ne devrions pas perdre trop de temps. Mon acolyte est dévouée à vous venir en aide en tant que personne Mr.Nouma alors, je crois que je dois commencer à essayer de résoudre les mystères entourant cette attaque. » Dit-elle calmement, avant de prendre une grande inspiration.

« Je vais suivre l'autre chemin afin d'aller me présenter à votre chef. »

Une décision prise hâtivement, dans un élan de courage dont elle n’aurait jamais fait preuve le jour précédant. Les temps lui semblaient bons pour s'élancer vers un peu plus d'audace personnelle. A ce moment-là, Yenno fût éprise d'une énergie puissante, indescriptible, inexplicable. Elle allait alors devoir gérer seule une partie majeure de cette épopée, en quête de vérités et de réponses. Non sans garder, bien enfouit en elle, les palpitations d'une crainte certaine. Allait-elle réellement être à la hauteur ?


Codage par Libella sur Graphiorum


résumé:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Lun 22 Mar 2021 - 21:08
Fidèles à vous-même, tentant également de sortir des sentiers battus, vous prîtes chacune une direction différente. Medyûsa, fidèle également à ses promesses, ne pu faire autrement que d'honorer le pacte qu'elle avait scellé avec Izuki et annonça de vive voix son désir de l'accompagner. Elle trouva alors sûrement un chemin de rédemption propre à un regret qui la rongeait depuis longtemps : l'occasion parfaite de restaurer une fierté en effectuant une bonne action envers quelqu'un qui subissait le même sort qu'elle. Cela ressemblait toutefois à un objectif bien distinct de vos objectifs de base, car honorer l'esprit du paysan ne faisait pas parti de vos intérêts principaux.

Yenno, quant à elle, décida de garder le cap. Si Medyûsa s'était quelque peu écartée de la mission originelle, ce qu'on ne pouvait lui reprocher par rapport à la détresse dans laquelle se situait le Nouma, la jeune recrue partit rentabiliser le temps en allant voir le chef. Il était probablement une grosse clef de voûte de la suite de votre mission et il était inconcevable de progresser sans avoir une petite discussion avec ce dernier.

Vos chemins se séparèrent alors et vous vous éloigniez l'une de l'autre dans un territoire qui pouvait pourtant vous être hostile... car l'Empire n'était pas le bienvenue ici.

_______________


Du côté de Medyûsa, elle progressa en compagnie de l'homme qui ne pouvait que lui être reconnaissant. Le côté maternel et professionnel qu'elle dégageait le touchait sincèrement au fond de ses convictions et elle représentait en partie ce dont il avait besoin : la sensibilité d'une femme qui, maniée avec délicatesse, pouvait apaiser ses maux. Il ne voyait évidemment pas dans la kunoichi une femme de substitution, ne rejetant pas par tristesse son attention sur elle, mais s'accompagner de quelqu'un de rassurant et de sensibilisé avait quelque chose de prenant.

Vous vous baladiez alors l'un à côté de l'autre en direction de sa bâtisse. Marchant lentement sans un mot, Medyûsa pouvait se sentir observée et elle avait raison. Aux fenêtres, dans certains coins de rues, des regards se perdaient sur la présence d'une Soldate du Feu accompagnant le paysan. Vous pouviez alors les ignorer, tant il était de toutes façons impossible d'agir à leur sujet, mais elle pouvait alors ressentir une espèce d'aura malsaine qui se dégageait de la situation...

Vous continuiez alors à progresser sur la terre, longeant les ruelles, prenant quelques voies uniques. Mais alors que vous arriviez à une nouvelle grande rue, ou du moins ce qui pouvait le plus s'apparenter à une rue, vous fûmes arrêtés par un groupe d'individus s'approchant de vous deux. Un grand groupe même, comme s'il s'agissait d'une manifestation. Medyûsa, alors accompagnée d'Izuki, n'était pas confrontée qu'à de simples chiens qui aboyaient... ils mordaient également.

Une première pierre fusa en sa direction, manquant sa position et ricochant sur le sol. Une deuxième pierre vola et arriva derrière elle. Il ne fallut que peu de temps pour réaliser ce qu'il se passait : l'Empire était fautif de leur malheur et Medyûsa était le représentant qui allait payer.

-"Que sa tête enfourchée sur un piquet montre à l'Empereur qu'il est incompétent !"

Elle avait alors de nombreux choix mais une chose restait dans sa tête : ceux qui l'attaquaient n'étaient pas des malfrats qu'elle pouvait simplement punir. Ils étaient des Hijins, et ils étaient quand même armés de fourches et de lances.

_____________________

Yenno quant à elle s'avança calmement dans les ruelles. Sa progression était plus calme et le fait qu'elle soit novice y jouait sûrement pour quelque chose. Si le peuple avait seulement soupçonné qu'elle n'était qu'une recrue débutante, sans doute n'auraient-ils pas douté pour attaquer. Après tout, quoi de mieux qu'une débutante pour ne pas savoir se défendre efficacement ?

Si elle était nouvelle dans les rangs des recrues, elle était également nouvelle dans les environs. Personne ne l'avait vue mais personne ne pouvait se douter une seule seconde qu'elle était venue de l'Empire pour obtenir des informations nécessaires à leur rendre justice. Peut-être était-ce là le plan de l'Empereur dans son recrutement : utiliser une inconnue pour n'éveiller aucun soupçon et permettre d'infiltrer efficacement le petit bourg.

Sans encombre, elle arriva au pas de la porte du chef. Il était impossible de manquer sa grande maison : elle était bien plus belle que les autres, la peinture et les briques visibles étaient d'une qualité clairement notable et sa taille dépassait de loin celle des autres demeures. Elle y pénétra alors, grimpant les escaliers qui menaient vers lui et elle put découvrir la sagesse, l'intelligence... et la toute petite taille de celui qui dirigeait.

Souffrant sûrement de nanisme, l'homme n'était cela dit pas à sous-estimer. S'il s'était hissé au rang de chef, ce n'était pas par son physique peu avantageux... mais par une malice et une intelligence qui dépassait de loin celles de tous les paysans du petit village.

-"Vous êtes une envoyée de l'Empire... mh ? Je sais que vous êtes là pour récupérer des informations, comme d'habitude. Je veux bien vous les donner."

Cela semblait si simple que Yenno pouvait en tomber des nues. En un rien de temps, le tout premier objectif de la missive paraissait accessible malgré sa faible expérience. Enfin, il y avait une condition.

-"Mais prouvez moi d'abord que l'Empereur veut sincèrement nous aider. Un ancien Kumojin arrive au pouvoir et un ours vient nous attaquer ? Ne me faites pas croire qu'il n'y est pour rien. Je ne vous aiderai que si vous ne me prouvez qu'il ne veut pas notre mal."

Là était la plus grosse problématique de la Soejima. Elle était débutante, elle ne connaissait que très peu le souverain et son opinion pouvait changer la donne... ou non.
Important:
 


Dernière édition par Narrateur le Dim 28 Mar 2021 - 14:40, édité 1 fois (Raison : couleur dialogue)
Revenir en haut Aller en bas
Medyūsa
Medyūsa

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mar 23 Mar 2021 - 12:34
Une confiance ébranlée

La décision était prise, Medyûsa allait suivre Izuki afin de tenir sa promesse de l’accompagner dans un moment difficile pour lui. Et dans un sens, ça pouvait peut-être aider Med à également honorer l’esprit de ses parents. Cela dit, elle aurait bien aimé le faire à Mizu, mais au moins, une partie de cela se fera à Hi et au côté d’un homme ayant vécu la même chose qu’elle. Pour ce qui était de Yenno, la brune avait décidé de prendre un autre chemin. En effet, la jeune soldate a décidé d’aller voir le chef du village afin d’obtenir des informations et une possibilité d’aider le village. Medyûsa aidera les villageois dès qu’elle aura fini d’aider l’un d’eux à honorer sa famille. La blonde espérait que sa camarade allait pouvoir s’en sortir et ne pas hésiter à lui demander de l’aide, en cas de besoin. Pour la Yasei, elle était capable de gérer cela, sans trop d'aides, ce n’était rien de compliquer. Empruntant un chemin, en compagnie de Nouma, la soldate restait calme et suivit le paysan afin de se rendre jusque chez lui. Les rues ne sont pas belles à voir à cause de l’attaque de cet ours étrange. D’ailleurs, Med a du mal qu’un simple ours ait pu faire tant de dégâts et elle avait une petite idée en tête. Est-ce qu’un Yasei est derrière tout cela ? Et est-ce que Yahiko cache-t-il quelque chose que Med aurait dû savoir avant de partir pour cette mission ? Il y a des chances, peut-être. En tout cas, même si ce sont de simples civils, il suffit d’une fourche et autres armes tranchants pour vaincre un ours ou d’être plusieurs pour se défendre. Un Yasei, c’est différent, car il y a l’intelligence humaine et guerrière, ce qui rend difficile à vaincre pour un simple civil. Enfin, même un ours normal est compliqué à abattre sans les bonnes armes.

Au fond, Izuki n’est pas quelqu’un de mauvais, c’est un homme qui a tout perdu et qui cherche à sortir de ce deuil et de sa peine. Med ne pouvait pas l’ignorer et elle voulait se montrer douce ainsi que compréhensible avec lui. Généreuse, c’était l’occasion de sortir de ses habitudes et d’être empathique avec les autres. Marchant à ses côtés, cherchant à le rassurer, à le soutenir dans cette phase difficile. Elle l’aimait bien et espérait qu’il pourrait trouver la paix antérieure pour continuer de vivre tout simplement. Or durant leur balade jusqu’à la demeure de Nouma, la Yasei se sent observée et difficile de savoir pour l’instant, si c’est bon ou mauvais signe. Les regards venaient de partout, un peu alaisant pour elle d’être scruté de cette manière. Pour l’instant, il n’y a rien d’hostile, c’est-à-dire, aucunes mauvaises paroles ni gestes déplacés. Or, cela va durer combien de temps ? Et pourquoi tous ses regards envers elle ? Medyusa ne comprenait pas et elle les ignorait pour l’instant, restant près de l’homme, se rapprochant un peu plus de lui. Traversant des voies uniques pendant quelques instants, Med et Izu arrivent dans une grande rue. Le regard de Med se fronce légèrement en voyant un groupe d’individus, à croire qu’on les attendait. Il ne semblait pas ravi de la voir, ça se voyait dans leur regard. Pourquoi donc ? Une pierre tombe près d’elle, ricochant sur le sol. Cela dit, une seconde la percute contre sa tête, provenant de derrière. Med met sa main derrière la tête, en disant rien du tout. Cette scène, ça lui rappelait son enfance à Mizu no kuni où des civils voulaient les chasser d’un petit village à cause de ses origines bestiales. Un homme la menace de la tuer et de mettre sa tête sur un pic, là, elle aurait eu une envie de les tuer s'ils n’avaient pas vécu une horreur, il y a peu.

Elle les observe et tente de se calmer. « Planter ma tête sur un piquer pour la remettre à l’Empereur ? » Disait-elle avant de soupirer. « Quel est le rapport entre l’Empereur et ce qui vous est arrivée ? Un ours vous attaquait et beaucoup de vos proches sont morts, je peux comprendre votre douleur, vos souffrances et vos peines. Perdre ce qu’on aime devant ses yeux, je l’ai connu étant enfant et votre colère est légitime. Cependant, me menacer de me tuer ne vous rendra pas service et ça ne ramènera pas vos proches. L’Empereur est un homme compréhensif et qui cherchera à vous aider par tout les moyens, la preuve, je suis là. S’il se moquait de vous, il n’aurait pas pris la peine de me faire déplacer ici avec l’une de mes camarades. Vous le trouvez incompétent, car aucun soldat n’était là pour vous protéger, c’est compréhensible. Vous avez le droit de vous plaindre et de demander plus de soldat, voire un camp militaire près de vos habitations afin d’éviter un nouveau drame. Il dit être un homme cherchant la paix dans le monde alors si il l’est, il le fera pour protéger son peuple. Je m’occuperai personnellement avec l’un de vous, de discuter. » Dit-elle en les regardant avant de porter son regard vers Izuki. « Nouma Izuki est venu jusqu’à Urahi pour demander aide, même si vu votre mécontentement, il a dû se plaindre auprès de l’Empereur de son incompétence. Dites Izuki-san qu’a-t-il fait pour vous l’Empereur ? Et dois-je mourir avant ou après avoir honorer ma promesse avant vous ? » Demande-t-elle avec un air triste et prenant la main de l’homme. « Si je dois mourir pour calmer la colère de vos proches, pourriez-vous retourner à Urahi et dire à ma femme que j’ai été sacrifié pour le peuple et trouver une certaine Hirose Yui pour lui dire que ma fille ne pourra jamais connaître sa mère. Mais d’après vous, est-ce que je dois mourir pour calmer les habitants de ce village ? Ou, puis-je chercher à les aider comme je souhaite vous aider pour honorer la mémoire de votre famille ? Car après tout, je veux aider et trouver un moyen d’apaiser vos peines sans qu’il y ait de violences inutiles. On a tous assez souffert, vous ne trouvez pas ? » Demande-t-elle à l’homme.

Elle se tourne vers eux, prenant une profonde respiration avant de reprendre la parole. « N’y a-t-il pas eu assez de mort au sein de notre pays ? Est-il possible de créer une coexistence pour obtenir une meilleure surveillance et vous sentir en sécurité ? Si nous travaillons main dans la main, civils et soldats, alors on pourra éviter un nouveau drama. Et si vous voulez vous déchaînez sur moi, prenez un caillou et lancez-le sur moi, mais, je ne veux pas mourir alors que je veux tout simplement vous aider. Je suis médecin et s’il y a des blessés, j’userai de mon Iroujutsu pour vous jusqu’à me vider de mon chakra. » Elle remarque un caillou et l’envoie au pied d’un paysan. « Faites votre choix, je subirais votre colère à travers ses lancés de cailloux ou j’userai de mes talents et de mon humanité pour vous aider. » Elle regarde Izuki avec un léger sourire, afin de le rassurer. « S’il vous plaît…éloignez-vous, je ne veux pas que vous subissiez leur colère. Vous avez déjà souffert. Votre femme et votre fille attendent que vous les honoriez, Nouma-san. » Elle lui caresse le visage avant de faire un pas en avant et se confronter à la foule.

résumé:
 



_________________
[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u945
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Jeu 25 Mar 2021 - 14:41
une confiance ébranlée


Aucun signe de rattachement à une unité ou à l'empereur n'était visible sur la longue et fine silhouette de mademoiselle Soejima et pour cause, elle n'était actuellement attachée à rien de cela. Si les rues semblaient inpavides sous ses pas, un bruit de fond, lointain, gardait son attention en note de fond. La pluralité des signes de l'horreur restaient bien en vue mais une différence fût frappante. La grandeur de cette bâtisse ne la fît pas vraiment douter, il s'agissait enfin de son point d'arrivé. Habituée à la vision de monuments grandioses à Urahi, Yenno fût tout de même frappée par la dissemblance présente entre les habitations alentours et celle de Haise, démesurée de taille et semblait-il, de valeur. La jeune Hijine, après une longue expiration, chevaucha les marches rapidement.

Un mouvement de tête brutal, vers le bas pour découvrir alors cet homme. Elle reprit ses esprits aussitôt perturbés par la taille du chef pour esquisser un sourire franc.

« Soejima Yenno, enchantée. » Dit-elle en effectuant une révérence droite et polie, mains nouées dans le dos.

Si la situation semblait facile après avoir échangé quelques mots avec cet homme, une inquiétude brisait néanmoins faiblement la force qu'elle s'était construit jusque-là. Ses traits restaient détendus mais le mordillement de l’intérieur de sa lèvre pourrait donner des indications à un expert, de ses doutes actuels.

« Tout d'abord monsieur, sâchez que ma personne est ici en tant qu'Hijine avant tout, je suis proche de mon pays et des miens. Jamais je ne trahirai ma patrie, vous avez ma parole. » Lança t-elle d'un ton sincère, elle ne pouvait pas l'être plus à ce sujet.

« Vous devez également savoir que je me tiendrais personnellement responsable d'une quelconque faute de la part de l'empereur concernant le traitement de cette attaque. Car, j'en serais la première victime. Nous devons nous entraider entre natifs du pays du feu et il faut rester solide face à chaque chose que nous endurons, y compris l’accueil d'un étranger au pouvoir... J'en conviens également qu'il soit naturel que vous puissiez douter, pour être honnête cela m'arrive aussi. Je considère cependant chaque Hijin comme une vie précieuse et il me coûte d'en perdre et d'en avoir perdu lors de ce massacre. Nous devons avancer ensemble monsieur Haise, je souhaite sincèrement aider ce village à trouver des réponses à cette attaque. »

La soldate fit preuve d'intégrité dans ces paroles et le ton de sa voix, ce n'était pas un exercice difficile tant il était naturel pour elle de défendre son pays. Elle espérait en cet instant, qu'il puisse lire entre ses mots, toute l’honnêteté dont elle faisait preuve envers lui. La réelle difficulté que traversaient ces temps-ci, de nombreux soldats du feu quand à l’accueil de cet empereur n'épargnait pas l’enquêtrice du jour. Elle qui fût écarté de l'actualité lors de son élection, ne sut réellement comment réagir lorsque son partenaire lui apprit cette nouvelle. Désemparée d'abord, puis confiante quant à son pays. Elle refusait de croire qu'un étranger serait la cause du déclin de son territoire mais il était évident, que la confiance était alors à construire, et à prouver. Cela ne retirait pas la bienveillance de Yenno, face à toute personne inconnue, même Kumojin. L'amertume présente, tout de même, elle ne lâcherait pas sa confiance aussi facilement.

« Pourriez-vous me raconter comment cela s'est déroulé ? »


Codage par Libella sur Graphiorum


résumé:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Dim 28 Mar 2021 - 15:28
Côté Medyûsa

La jeune soldate faisait face avec Izuki à l'énorme foule qui se dressait face à eux. Le constat était assez effrayant et intimidant : le peuple détestait l'Empire du Feu après ce qu'il s'était passé et il était devenu légitime à leurs yeux de lever leurs armes contre les armés, malgré leur impuissance, simplement pour protester. Ils le savaient de toutes manières très bien : ils avaient beau tuer qui que ce soit, l'Empire pouvait faire le choix de raser entièrement toutes leurs cultures et toutes leurs vies pour faire cesser toute rébellion. Cela serait évidemment embêtant pour le Teikoku, mais tout était remplaçable...

Ils agissaient alors en pleine conscience : ils comptaient tuer Medyûsa pour le simple principe de vengeance. Montrer à l'Empereur leur mécontentement était une forme de justice, tout comme tuer un membre de son peuple pour lui montrer qu'ils ne lui étaient pas soumis.

Alors le long discours de Medyûsa, qui aurait pu être intéressant sur différents plans et dans certaines situations, ne fit malheureusement pas mouche sur tout le monde. Plutôt que de discuter sur les fondations même de leur haine, elle tentait de leur faire relativiser une colère qui était, à leurs yeux, tellement fondée. Véritable duel de sourd, surtout que la soldate avait misé sur un long discours qui pouvait être barbant et inintéressant pour de nombreuses personnes aveuglées par leur colère.

-"Ca y est, elle a fini de parler l'intrus ?!"
-"Pour parler y'a du monde mais pour nous sauver y'a plus personne."
-"Evidemment qu'elle est du côté de l'Empire, elle est juste là pour faire genre."
-"Elle propose de donner sa vie pour nous ? Parfait !"
-"QU'ON LUI COUPE LA TÊTE !"


Les mots n'étaient clairement pas ce qu'il leur fallait. Du moins, pas ceux-là. Ils étaient des traumatisés, des enragés qui avaient pour certains perdus leur famille, pour d'autres perdus leur récolte. D'autres encore avaient littéralement perdu leur habitation, leur toit, ils peinaient à se nourrir et ils ne vivaient plus que par habitude. Les discours de paix ressemblaient à de la démagogie. Venant de quelqu'un qui n'avait rien vécu de ce qu'eux avaient vécu, ils ne pesaient que très peu.

Alors ils prenaient leurs armes, se moquant éperdument de la présence même d'Izuki qui prendrait autant que Medyûsa. La rage les aveuglait, les fourches pointées vers vous vous menaçaient d'une mort atroce mais surtout méritée -à leurs yeux, et leur faciès vous rappelait qu'il leur fallait bien plus que des mots classiques pour les raisonner. Il fallait un message fort.

Izuki, comprenant alors qu'il ne serait pas épargné par la rage de ses compagnons, se tourna vers la kunoichi pour lui susurrer ce qui devait être ses derniers espoirs.

-"Au départ, j'voulais tuer l'Emp'reur. Maintenant, j'suis là à mourir avec vous. Elle est p'tètre là la réponse, m'dame Medyûsa."

Il visait peut-être juste. Peut-être que sa présence était l'indice parfait pour comprendre ce que vous deviez faire pour éviter votre mort...

Du concret.

_________________________

Côté Yenno

Accoudé sur son bureau, ses doigts tapotant sur sa joue pendant qu'il écoutait la novice, le chef du village tentait de percevoir dans les paroles de Yenno l'utile de l'inutile. Après tout, la Soejima avait choisi un paterne d'action relativement semblable à celui de sa camarade : celui de la parole proche de la démagogie, ne reposant que sur des paroles qui ne pouvaient être vérifiées. Car dans ce petit bourg, tous avaient développé une espèce de paranoïa logique : l'Empire était le fautif, et ceux qui s'étaient rendus ici en renfort ne servaient qu'à brouiller les pistes.

Une manipulation impulsée par un Empereur fourbe et pernicieux qui tentait de faire croire au peuple qu'il les protégeait alors qu'il était l'acteur même de ces horreurs. Et le pire, c'est que techniquement... vous ne pouviez même pas vous assurer qu'ils se trompaient. Là était toute la force des théories du complot.

Toutefois, il n'était pas fermé à la discussion. Il ne vous faisait qu'à moitié confiance, si ce n'était "pas vraiment confiance", mais il osait prendre quelques libertés pour vous tester. Au fond, avaient-ils encore quelque chose de plus à perdre à part leur vie ?

-"C'est assez rapide à expliquer. Une bête féroce et gigantesque est apparut sans raison ici. Elle s'est jetée sur tellement de bâtisses, d'hommes et de récoltes qu'elle pu tout détruire sur son passage. Elle ne faisait pas de distinction entre les gens, elle avait perdu complètement le contrôle d'elle-même. Une fois qu'elle eu tout détruit de son énorme corps, elle partit vers l'est en direction d'un port, c'est tout ce que nous savons..."

Il prit un instant de pause.

-"Le seul truc qui nous concerne, c'est nos vies et nos récoltes. Le reste, d'où il vient et où il va, ça ne nous regarde pas. Mes hommes et moi ne voulons savoir qu'une chose : pourquoi ?"

Et ça, même l'Empereur ne le savait complètement. Cependant, il offrit à Yenno une possibilité parfaite de se racheter. Ses mots étaient comme ceux de Medyûsa, creux et insignifiants tant ils ne faisait pas confiance à la recrue, mais il osait partager une solution pratique.

-"Vous êtes dans quelle Unité, dans l'Empire ? Parce que j'ai trois tâches à vous proposer qui m'aideront à vous faire confiance. La première, c'est de vous rendre chez mes hommes les plus déprimés pour rétablir un peu d'ordre chez eux et dans leur vie. La deuxième, c'est d'entamer des recherches concrètes sur ce que nous avons besoin pour nous reconstruire. La dernière, c'est de partir à la chasse ou à la cueillette dans nos alentours afin de nous aider à faire des stocks contre la pénurie alimentaire. Qu'est-ce que vous choisissez ?"

Loin d'être un choix ultime, la jeune recrue voyait alors le lien entre les différentes tâches et les différentes Unités. Elle pouvait alors se diriger vers ce qui l'intéressait le plus, ce qui devait être l'Unité qui l'attirait le plus. Tout conviendrait au chef Haise, et la bonne exécution de ces tâches vous aiderait alors à obtenir sa confiance. Après tout, la meilleure chose pour obtenir la confiance de quelqu'un, c'était...

Du concret.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Medyūsa
Medyūsa

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Lun 29 Mar 2021 - 10:28
Confiance ébranlée


Medyûsa se trouvait face à une foule de paysans et il était très clair que tout le monde avait le cœur envahi par la colère. Ce n’était pas bon signe du tout pour la Hebi, qui avait tout de même reçu un caillou de leur part. La soldate n’était pas venue pour les combattre ni pour les intimider ou user de la force pour quelques raisons qui soient. Il fallait tenter de les calmer avec une discussion, même si ça semblait très difficile dans leur cas. Il allait falloir pour Medyûsa, d’utiliser les bons mots pour les toucher et les calmer. Ces derniers voulaient sa mort pour montrer leur mécontentement auprès de l’Empereur. Et disons que la Yasei ne souhaite pas mourir, même pas pour calmer leurs ardeurs. La soldate devait tenter de résoudre ce problème, tout en évitant qu'Izuki ne se fasse blesser à cause de ses comparses. De longs discours, tentant de les comprendre, de les calmer, de les raisonner tout en cherchant un peu le soutien de Nouma. Après tout, il est aussi un villageois dans cette bourgade et il devait tous se connaître avec le temps. Cela dit, même en parlant de manière correcte, sans provocation ou colère envers eux pour leur propos, Med semble être en difficulté. La Hebi est loin d’être maître dans l’art d’utiliser les mots pour apaiser un cœur brisé. Or, il allait falloir se dépasser, faire attention aux moindres détails dans leur geste, parole et également dans ceux de son nouvel ami.

Malgré ses paroles et son action à ne pas les attaquer malgré leur menace, il semblerait que les paroles de la Yasei n’ont pas atteint le cœur de ses paysans. Ces derniers étaient encore plus en colère qu’autre chose. Ce n’était pas bon malgré ses deux choix qu’elle leur avait proposés juste avant, mais elle leur avait dit qu’elle ne voulait pas mourir. Donc, elle avait le droit de refuser son sort et de se défendre si nécessaire. Apparemment, ils voulaient du concret alors ils en auront, mais ce n’est pas en mourant qu’elle pourra les aider. De plus, sa mort ne fera qu’empirer les choses pour eux vu que Yahiko ne pardonnera jamais un tel acte de barbarie sur les terres du feu. De plus, Hanae risquerait de venir les tuer si Med y perdait la vie, peu importe les raisons. Il fallait éviter une guerre civile, surtout que ce n’était pas le moment avec la guerre contre le Ningen. Soudain, Izuki se permet de s’adresser à la Yasei et ses propos semblent faire mouche pour le médecin de l’unité de recherche. Comment est-elle passée à côté d’une telle information ? Et il aurait pu le dire plus tôt, elle se serait servie de cela dès le début. La blonde fixe le groupe d’individus, sans pour autant se montrer hostile, ne faisant aucun signe incantatoire ni préparant une attaque. Elle ne les menace pas. Elle va encore essayer de tenter la voie de la diplomatie comme l’aurait fait Hanae à sa place. Après tout, elle avait encore ce choix tant qu’ils n’ont encore rien fait de trop dangereux.

« Stop ! » Cri-t-elle. « Regardez-vous un peu ! Vous agissez comme des animaux sauvages, à vouloir tuer tout ce qui bouge sous l’effet de la colère et de la tristesse. Prenez du recul et réfléchissez à ce que vous allez déclencher. Au final, vous allez ressembler à cet ours qui est venue tout dévaster chez vous, en causant des morts dans chaque côté de votre guerre, car oui, en agissant ainsi vous allez provoquer une guerre civile, car l’Empereur et même des Hijins n’acceptera pas de telle barbarie dans le pays. Est-ce que vous voulez réellement que d’autres innocents perdent des proches comme vous ? Ils n’auront rien demandé, ils auraient plutôt préféré parlementer avec l’Empereur afin de réclamer des explications. Ah oui…parler avec l’Empereur. » Elle pointe Izuki avec sa main droite. « Ce dernier est comme vous, il vit également parmi vous et tout comme vous, il a perdu des êtres chers. Il a perdu sa femme et sa fille, cela l’a mis dans une colère noire et son cœur a été brisé par le chagrin. Il est allé jusqu’à Urahi pour tenter de tuer l’Empereur sous l’effet de la colère, avec les mêmes motifs que vous. Il a été courageux de parcourir une grande distance dans un sale état pour une action incertaine. L’Empereur l’a entendu, écouter, pris soin de lui avant d’envoyer deux soldats pour l’accompagner et voir ce qui s’est passé, vous aidez, faire un rapport de la situation afin de retrouver cet ours et de le neutraliser pour du bon. Pour ma part, je suis une soldate, mais également un médecin, je ne viens pas ici pour me tourner les pouces ou juste pour observer, ni même mourir. Je viens soigner vos blessés, vous aider par n’importe quel moyen.» Elle prend une légère pause pour reprendre son souffle. « De plus, j’ai promis à Nouma Izuki de l’accompagner pour qu’il y enterre sa famille, l’aider psychologiquement et qu’il puisse honorer sa famille. Je lui ai fait cette promesse, car il ne se sentait pas le courage de le faire, il avait peur, peur de cette souffrance, peur de ses adieux envers celles qu'il a aimé, sa femme et sa fille…je me suis reconnu en lui tout comme en vous. Vous pensez que vous êtes les seuls à avoir tout perdu et vécu un Enfer ? » Demande-t-elle.

Med les regarde attentivement. « Non, j’ai également vécu ce que vous venez de vivre. Je n’étais qu’une gamine faible et fragile, très pauvre qui volait pour survivre dans les terres de Mizu no Kuni. J’ai été traqué par des mercenaires avec ma famille et pourtant, mon père et ma mère savaient un peu se battre, mais un soir, j’ai vu des flammes partout, mon père et ma mère tuaient sauvagement sous mes yeux et ceux de ma jumelle. On a fui, on a été séparé…je ne sais même pas si ma jumelle a survécu à cette tragédie…je n’étais qu’une gosse ayant juste volé une pomme. Vous êtes des adultes, mais vous avez autant souffert que moi ayant été qu’une enfant face à cette barbarie. Ici, dans ce petit village, vous avez aussi des enfants qui ont peur, qui pleure…tout ce que vous trouvez de mieux à faire, c’est d’exprimer votre colère devant leurs yeux, les effrayer encore plus qu’avant, mais tout ce qu’il demande, c’est de la douceur et d’être rassuré, après avoir vécu un Enfer ayant perdu un père, une mère ou un frère et une soeur. Or, vous voulez encore plus de violence et plus de souffrance, ce n’est pas ça qu’ils souhaiteraient pour un avenir meilleur. Et prenez exemple sur Izuki qui a été dans le même cas que vous, il a finalement compris que tout cela ne réglerait pas vos peines ni rien, certes, vous avez le droit d’être en colère, mais est-ce que ça mérite de tuer des personnes qui ne vous ont rien fait ? Faites comme Izuki, honorer vos morts, faites votre deuil et envoyer si vous le souhaitez, une personne pour parlementer avec l’Empereur, car je vous promets sur ce qui m’est le plus cher au monde que je ferai tout pour vous aider. Si vous avez des blessés, amener les moi ou emmenez-moi les voir pour que je les soigne. Mais ne tombez pas dans le monde de la violence et du sang, de la vengeance… Vous valez mieux que ça, j’en suis sûre. » Dit-elle d’un air triste. « De plus, Izuki ne devait pas non plus nous aimer, nous soldats du feu et l’Empereur, puis là…il est à mes côtés, prêt à subir une violence qu’il ne mérite pas, car il a vécu la même chose que vous. Tout ce qu’il souhaite, c’est honorer la mémoire de sa famille en les enterrant lui-même et pour qu’elles reposent en paix afin de faire son deuil. Et vous ? Qu’allez-vous faire ? Honorer votre famille en les enterrant pour qu’ils reposent en paix ? Ou les ignorer en cherchant à me tuer et vous attaquer à un Empereur qui a pris le temps de prendre soin de l’un de vous et de chercher à vous sauver tout en cherchant à stopper cet ours pour que personne n’ait à subir le même Enfer que vous ? »



_________________
[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u945
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Sam 3 Avr 2021 - 21:26
une confiance ébranlée


Alors qu'elle acquiesçait de la tête à chaque phrase explicative du chef, Yenno tentait de retenir chaque détail qui pourrait alors être utile dans l'élucidation de cette attaque. Cette histoire, ces pertes massives, lui donnaient alors un peu plus de matière afin de trouver réellement l'aide nécessaire à la reconstruction du village. Que cela soit matérielle et morale.

« Nous allons faire le nécessaire pour trouver la réponse à votre interrogation principale, s'il le faut je reviendrai en personne vous voir monsieur Haise. » Dit-elle en baissant les yeux vers sa besace.

Elle réalisait à ce moment-là, toute l'ampleur que la simple utilisation d'un mot pouvait renvoyer à ses esprits et à ceux de son interlocuteur. Nous. Elle se comptabilisait alors dans un nous qui n'avait pas réellement de sens avant cette courte réflexion. Appartenait-elle alors au Teikoku dorénavant ? Était-elle entrée sous les ordres d'un empereur encore inconnu il y a si peu de temps ? Les questionnements tourbillonnaient au fin fond du regard qu'elle posait sur ce petit homme enrobé d'une puissance désespérée. Si bien qu'elle écarquilla les yeux en avalant sa salive lorsqu'il lui posa une question, fatidique. Elle n'en avait pas la réponse, elle décida alors, plutôt d'esquiver celle-ci. Quelle unité...

« Cela serait un honneur pour moi de rendre visite aux villageois les plus touchés par cette tempête et d'apporter mon aide. Cela me permettra également de relever de plus près les dégâts causés. »

Elle sentait très clairement des doutes dans la façon dont Haise avait de s'adresser à elle mais décidait de ne pas y porter attention plus longtemps et de rester le plus honnête possible avec lui, sans se justifier d'avantage. Après tout, il devait y avoir une raison à sa présence sur cette mission. Même si elle en ignorait la cause, elle devait rester sérieuse et se laisser guider par sa spontanéité. Les réactions humaines et l'importance de l'ouverture restait une priorité pour elle, quelque soit les circonstances.

« Je vais tâcher d'épauler au mieux vos hommes, monsieur. » Dit-elle en avançant sa main en direction du chef, espérant alors une poignée de main solennelle.

Elle devait prendre des risques pour être à la hauteur d'un soldat du Teikoku. Le risque de se voir essuyer le refus d'une telle salutation ou encore, le risque de faire face à un accueil d'avantage hostile que celui de cet homme, de la par des habitants meurtris...

Doucement, elle retrouvait cet intérêt profond pour l'armée de son pays, cette excitation à l'idée d'aider son prochain, de mettre de l'ordre dans les zones sombres du territoire et de se sentir utile à la vie, à la survie de Hi no Kuni. Yenno était prête à affronter ce qui l'attendait, elle quittait la pièce avec un sourire bercé par l'ébullition de sensations retrouvées et probablement, par un brin d'innocence.


Codage par Libella sur Graphiorum


résumé:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Lun 5 Avr 2021 - 21:15
Côté Medyûsa

La naïveté du Soldat de la Recherche allait transformer cette situation en un plus gros cauchemar. Alors qu'Izuki semblait avoir sous-entendu que ce qui l'avait aidé étaient les mises en œuvres concrètes de l'Empereur, en l'installant à l'hôpital ou encore en lui proposant un suivi psychologique professionnel, le peuple en face de la kunoichi ignorait totalement ses paroles toujours vides de sens. Des mises en œuvre pouvaient les aider et les rassurer, de réelles intentions faisables rapidement pouvaient les inciter à croire en l'Empire, de réelles observations concrètes pouvaient leur faire relativiser leur statut et leur position. Le statut de Soldat de la Recherche était alors exactement ce qui pouvait servir, imposant un regard critique et curieux, imposant de savoir étudier son environnement et d'en tirer des conclusions réalistes.

Mais le Soldat avait choisi de n'agir que par la parole, partageant un passé dont le peuple se moquait éperdument. L'heure n'était pas à la morale comme elle n'était pas à la logique, car s'ils éprouvaient encore un peu de bon sens, ils ne se seraient pas retrouvés là, prêts à tuer un des leurs, par simple désir de vengeance.

Ils n'écoutèrent rien de tout ce qu'elle avait pu annoncer, et pire que ça, ils ne s'étaient même pas arrêtés comme elle le leur avait demandé.

-"La ferme !"
-"A mort !"

Une première fourche fila dans les airs, ignorant le long discours de la jeune femme. Si elle était faible, elle mourrait. Si elle était forte, elle pourrait leur prouver que l'Empire pouvait les aider. Cette fourche se planta un peu devant le Nouma et la blonde, mais elle fut suivi par de nombreuses autres qui ne manquèrent cette fois pas leurs cibles.

Rapidement, c'était toute la grande foule qui s'approchait de vous, arme en main pour certains, d'autres les ayant lancé sur vous pour tenter de vous tuer. Sans protection, vous alliez payer de votre sang l'injustice qui s'était abattue sur leur bourgade.

Répéter le cycle de haine ? Ils s'en moquaient bien.

Côté Yenno

-"Vous n'en aurez pas besoin, Soejima Yenno. Les données, je les ai déjà toutes et elles n'attendent que vous. J'ai passé ma bourgade au peigne fin, rien ne m'a échappé."

Il prit un petit instant de pause et caressa du bout du doigt la feuille en question. Il s'agissait de ce bout de papier, qui contenait littéralement toutes les informations dont l'empire avait besoin. Là était l'objet même que recherchait la nouvelle recrue mais comme l'avait dit le petit chef, elle allait devoir le mériter.

-"Vous avez donc choisi l'épreuve de l'Unité Territoriale, mmh ? Très bien, tâchez de faire un tour dans les ruelles et utilisez ce laisser-passer pour pénétrer leur maison."

Tendant le morceau de papier à la jeune femme, elle avait quartier libre. Elle pouvait alors se balader où elle le désirait, s'occuper de qui elle voulait... mais sûrement lui faudrait-il quelques preuves à ramener au chef pour lui prouver que ce qu'elle avait fait avait été vraiment utile.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Medyūsa
Medyūsa

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mar 6 Avr 2021 - 10:53
Confiance ébranlée

Medyûsa avait beau chercher la diplomatie comme lui avait autrefois suggéré Hanae, ne pas tuer, ne pas blesser des civils ou des personnes incapables d’utiliser le chakra. Là, aujourd’hui, la Yasei commençait à regretter son choix de s’abstenir. Les Hijins étaient tous stupides et il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Enfin, Izuki Nouma est le seul qui est intelligent dans ce village pour ne pas l’attaquer et d’avoir pris le temps d’écouter l’Empereur ainsi qu’elle. Eux, ils sont assoiffés par la vengeance et la colère. La blonde voulait se montrer sympathique avec eux, chercher à les comprendre et à les aider, mais il semblerait que ce soit trop tard. Enfin, maintenant qu’elle y pense, Yahiko lui avait déjà parlé de la mentalité des habitants du pays du feu. Peut-être que pour les calmer, il fallait employer la force et leur faire comprendre qu’elle était apte à les protéger. Là-dessus, elle avait du mal avec cette mentalité, digne de barbares écervelés et après, on ira critiquer les Kumojin et les Iwajins de leur acte passé, mais eux, ils ne valent pas mieux. La blonde soupire, finalement, elle n’avait pas le choix que de réagir par la force et leur faire comprendre qu’ils n’ont aucune chance face à elle. Peut-être qu’après une démonstration, ils se calmeront et se mettront à lui présenter les blessés. Or là, Medyûsa est en colère et sur les nerfs de voir un tel comportement alors qu’il y a des blessés chez eux ainsi que des enfants traumatisés par les horreurs qu’ils ont vécues.

Une fourche arrive à leurs pieds, ses idiots tentent des attaques avec des armes si primitives. Serrant ses poings, la blonde les regarde sévèrement surtout que ses idiots s’en prennent aussi à Nouma, qui est un habitant de leur bourgade et ayant vécu le même Enfer qu’eux. Il fallait le protéger aussi et rien de difficile pour la soldate. Pas mal de fourches vole dans leur direction, la Yasei réalise des mudras et crache un jet de boue qui vient forme un mur solide devant elle et Nouma qui était juste à ses côtés. Cela devra être suffisant pour le protéger et ce n’est pas fourche ou des dégâts sans chakra ni force qui passeront à travers un tel mur. « Je m’occupe d’eux. Promis, je ne vais pas les tuer, même si j’ai envie de les gifler pour leur comportement stupide. » Dit-elle en sortant du mur en passant par la droite et chargeant son poing de chakra, elle est face à la foule et frappe violemment le sol, provoquant un tremblement de terre sur une légère zone, assez pour les toucher et les déstabiliser. La blonde se permet d’en attraper un, celui qui crie le plus fort de tous, généralement, le chef d’une meute de colérique est toujours en première ligne. Chakra dans ses mains, la main droite de Medyûsa sur la gorge de ce dernier tandis que sa main gauche serre le poignet gauche de l’homme, elle le soulève de terre en reculant de deux pas avec lui. « Bien, maintenant allez-vous arrêter d’être stupide et de vous calmer. Là, ce n’est qu’un petit avant-goût de ma force. J’aurais pu vous exterminer en une fois, si j’en avais envie, mais je ne suis pas un monstre et l’Empereur ne veut pas votre mort, mais vous aidez. Maintenant, si vous voulez que vos blessés succombent à leur blessure, ça sera votre faute. Sinon, baissez vos armes, calmez-vous et amenez-moi à vos blessés pour que je les soigne. Car le prochain qui m’attaque, je vous tue tous sans hésiter, compris ? Et croyez-moi, je n’en ai pas envie d’en arriver-là, je suis médecin avant tout. » Dit-elle d’un ton énervé tandis que ses yeux switchent entre l’homme qu’elle a attrapé et les autres.


Résumé du tour:
 



_________________
[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Azcp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u945
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mar 6 Avr 2021 - 12:34
une confiance ébranlée


La jeune femme venait de cocher une première case du travail qu'elle se construisait au sein de cette mission improvisée. Pour autant, elle savait pertinemment que cela ne serait pas si simple de gagner la confiance de toutes ces personnes, y compris du chef, qui, de part cet acte malgré tout chargé de sens, semblait rester perplexe. La tête sur les épaules, elle ne réalisait que faiblement pour le moment, qu'elle touchait du doigts le but le plus ancien de sa vie. Celui d'entrer dans les rangs de l'unité territoriale du Teikoku. Aider et protéger. Yenno de part son éducation eu toujours ce comportement d'une grande bienveillance envers ses pairs, les individus plus faibles et ceux dans le besoin au sein de son petit monde. Petite, il s'agissait de ses camarades et des animaux et autres insectes qu'elle trouvait au cours de ses expéditions dans la forêt avoisinante. En grandissant, sous l'éducation militaire de son géniteur lui même lieutenant au sein de l'armée, c'est en ces confrères du pays qu'elle sentait ce besoin d’œuvrer, sans jamais réellement passer à l'acte de rejoindre les rangs, pour diverses raisons elle rebroussait chemin à chaque tentative.

L'unité territoriale lui tendait alors les bras si elle réussissait à se montrer efficace. Concentrée maintenant sur le morceau de papier qui semblait contenir de l'or à ses yeux, elle le rangea immédiatement dans sa besace qu'elle serrait contre son flanc. Elle tournait dans ce qui devait être avant le massacre, de jolies ruelles authentiques d'un village de paysans. Une première porte entre-ouverte attira son attention alors qu'un énorme tas de sacs de jute trônait sur un parvis ébranlé. Aucun son distinct ne s'en échappait mais des mouvements rapides se dessinaient au travers de l’entrebâillement. Son petit sac maintenant coincé contre son poing, elle s'approcha et toqua fermement.

« Bonjour, puis-je entrer ? N'ayez crainte je suis ici pour aider. » S'exclama t'elle avant de faire un pas en avant, prête à dégainer son laisser-passer.

Elle fit face à une pièce retournée, pleine de poussière jaunâtre. Une femme portait sur son visage éteint une fatigue visible et la peur enfouit se laissait deviner aisément. Une famille de récoltants vivait ici et travaillait au fond de cette battisse, une odeur de foin se mélangeait à celle du tumulte passé par-là. La soldate montrait alors son papier à cette femme, rejoint rapidement par son conjoint. Elle fît alors le constat de leurs problèmes liés à la perte de leurs récoltes et d'un habitat saccagé par la bête. Elle tenta de les rassurer au mieux quant à l'avenir et la reconstruction de leurs vies, il leurs fallait une aide financière évidente pour ne pas sombrer dans la pauvreté. Avant de partir, elle serra la main des deux individus, qui ne semblaient pas hostile à sa présence.

Après plusieurs déambulations dans le village, son carnet de notes se remplissait vite, trop vite. L'évidence était telle, la plupart des habitants avaient perdus de nombreuses ressources et connaissances proches, voir de la famille tout comme Izuki. Face au désarroi de ces villageois, c'est la gorge nouée qu'elle s'avança devant une énième habitation, probablement la plus abîmée depuis le début de son enquête.

« Vous êtes qui, vous ? Vous voulez quoi ? »

Avant de répondre, elle se racla la gorge.

« Soejima Yenno, soldate de l'empire. Je souhaite reporter les dégâts afin de trouver des solutions pour aider votre village monsieur. » Dit-elle en précipitant son papier devant elle.

« Il veut notre perte cet abruti ! Cassez-vous ! »

La brune ne souhaitait pas insister et déranger d'avantage cet homme, manifestement trop énervé pour converser d'avantage avec une personne véhiculant l'image du jeune empereur, véritablement détesté par bons nombres de Hijins par ici. Heureusement, le soutiens de Haise lui avait faciliter la tâche auprès de la plupart de ses interlocuteurs. Elle se courba face à la colère pour marquer tout de même le respect qu'elle portait à cet homme, puis fît demi-tour. La maison avoisinante semblait celle-ci un peu plus épargnée visuellement par la bête, non sans dégâts. En marchant en sa direction, elle nota tout de même quelques mots concernant sa dernière visite fortuitement écourtée.

La porte devenue quasiment inutile de cette chaumière lui tendait les bras, elle entra alors sur le pas avant de s’annoncer à haute voix.


Codage par Libella sur Graphiorum


résumé/hrp:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mar 6 Avr 2021 - 22:08
Côté Medyûsa :

A la violence, Medyûsa avait choisi de répondre par la violence. Face à tous ces comportements enragés qui n'étaient pas capables d'entendre des anecdotes ou d'autres histoires de vie qui ne les concernait pas, la Soldate avait dû se protéger du mieux qu'elle le pouvait. Qu'il s'agisse d'elle ou d'Izuki, les deux étaient derrière un mur de boue qui avait servi de bouclier contre les fourches et les lances qui visaient les deux innocents. Et alors que la foule avançait avec des pulsions meurtrières, Medyûsa attrapa l'un des habitants par la gorge, menaçant tous les autres de subir un destin funeste.

Elle misait alors sur un pari spécifique au pays du Feu : utiliser l'idée reçue selon laquelle seule la force permettait de faire la différence, selon laquelle seule la servitude permettait d'obtenir ce que l'on voulait. En montrant à tous qu'elle était capable de leur faire du mal et en leur criant qu'elle n'hésiterait pas à le faire, elle tentait de calmer les foules... mais est-ce que cela allait suffire ?

-"J'en étais sûr, la voilà la démone !"
-"Elle se met à nous taper maintenant !"
-"A L'ATTAQUE !"

Ca ne marchait pas. Au fond de la scène, un petit enfant regardait la scène avec horreur. S'étant calmé en regardant la suite d'un théâtre sanglant, seul un petit message s'échappait de ses lèvres, accompagnée d'une larme qui coulait doucement sur sa pommette.

-"On voulait qu'un peu d'aide..."

Mais Izuki Nouma ne se dégonfla pas. Avec un élan de courage, connaissant bien ce qui l'avait sauvé des griffes de la vengeance, il avait tenté de s'exclamer. Réclamant à son tour le silence d'un grand cri, il se permit de hausser le ton face à ses semblables.

-"ARRÊTEZ ! ILS NE VEULENT QUE NO-"
-"LA FERME IZUKI ! ILS T'ONT CORROMPU !"

Sous les yeux de la Soldate, c'était un cauchemar. Izuki Nouma, qu'elle avait promis d'aider en honorant sa famille, venait de se faire transpercer d'une fourche plantée dans la gorge. Il s'effondra alors sous ses yeux, impuissant, soumis à la Faucheuse qui emportait son âme dans l'au delà...

Medyûsa comprenait alors la seule chose qui lui restait à faire, en voyant tous les paysans qui comptaient bien lui faire subir le même sort : fuir, pour sa vie, avec une mort sur la conscience et la culpabilité d'un échec... qui se répercuterait sur Urahi.

Côté Yenno :

De nombreuses notes se glissèrent dans le petit carnet que tu entretenais au fil de tes interventions. Tu avais choisis un type d'action assez particulière : plutôt que d'agir directement sur les problèmes comportementaux ou de vie, tu agissais sous forme de promesse. Le laisser passer que tu avais alors te servais énormément, car si les habitants détestaient les soldats de l'empire, le tact dont tu faisais preuve mais surtout l'accord du chef les aidait à croire en toi. Contrairement à Medyûsa qui avait été confrontée aux durs lois de la violence et de la rage, tu voyais d'autres soucis émerger chez les habitants qui n'étaient pas forcément de la violence... même s'il y en avait indubitablement.

Chez certains, il s'agissait principalement de pertes économiques et matérielles. Chez d'autres, c'était les pertes humaines qui les faisait souffrir. Tu pouvais donc agir de deux manières : soit en reconnaissant tes points forts et tes points faibles, assumant ainsi ton incompétence pour redresser moralement, physiquement ou matériellement les victimes, ce qui engendrait les notes que tu prenais et qui visaient à amener quelqu'un de plus qualifié que toi pour agir. Ou alors, face à la détresse... agir toi-même, directement, même sans compétence. Parce que parfois, la survie d'une personne ne dépendait que de quelques minutes.

Et pour toutes les situations que tu avais rencontrées, c'était principalement la première catégorie d'action que tu avais employé. Cela n'était pas discutable, mais tu t'apprêtais à entrer chez une personne bien particulière... qui t'obligerais à trouver cette fois la bonne solution, et dieu seul savait si elle serait différente ou non des précédentes.

La dernière maison dans laquelle tu étais entrée était marquée par l'âge et par la destruction. Comme tu avais pu le voir, la porte d'entrée était complètement défoncée et globalement, rien dans la pièce n'était vraiment en bon état. Tu trouvas rapidement une personne que tu ne connaissais pas mais qui avait son importance au sein de la bourgade. L'homme qui était alors le supposé chef de maison était affalé sur un fauteuil, et ton regard pouvait trouver non seulement le vide dans ses pupilles, mais aussi du sang qui coulait de ses bras...

Et pourtant, il était en vie.

Dans cette macabre découverte, alors que tu analysais encore les lieux bien que ton attention était principalement focalisée sur le corps de l'homme qui risquait très sûrement sa vie -et encore, c'était à toi d'agir pour découvrir au mieux tous les dommages qu'il subissait-, un cri féminin se fit entendre à l'étage.

-"AAAAAAAH MAIS C'EST PAS POSSIBLE !"

C'était un cri de haine, un cri de rage.

Le mystère était à élucider, avant de retourner voir Haise.
Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Medyūsa
Medyūsa

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mer 7 Avr 2021 - 9:17
Fight


Apparemment, cela ne suffisait pas à les calmer et pourtant, ça semblait être la politique des Hijins, la loi du plus fort pour se faire respecter. Tout ce que voulait Med, c’était de les aider, mais eux, ils faisaient que crier et vouloir de la violence. Ni plus ni moins, comment les aider s'ils ne dédaignent pas présentation le problème, lui indiquer où sont le souci et autres. En tout cas, même en usant de la force, la soldate ne parvient pas à leur faire dire quoi ce soit d’intelligent. Elle est entourée d’idiots et d’imbécile qui ne savent pas s’exprimer avec sagesse et intelligence. Comment faire évoluer les choses avec de tels comportements. En tout cas, le pire n’était pas encore là, car Nouma avait pris le risque de sortir du derrière le mur de pierre pour tenter de les raisonner. Sa récompense ? La mort, une mort idiote de la part d’assassin et si Yahiko ne souhaite pas la paix ni l’antiviolence contre les civils, Medyûsa les aurait tout tués pour ce geste. EN gros, elle balance comme si de rien n’était le civil qu’elle avait immobilisé dans le groupe pour les ralentir. C’était une perte de temps et d’énergie, elle avait tout fait pour leur proposer son aide et jusqu’à leur demander de la conduire vers les blessés. Il n’en est rien et bien que ça crève. La blonde concentre du chakra dans ses jambes et part à grande vitesse hors de la bourgade, sans dire un mot.

Spoiler:
 



_________________
[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Azcp


Dernière édition par Medyūsa le Mer 7 Avr 2021 - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u945
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mer 7 Avr 2021 - 14:06
une confiance ébranlée


Lorsque la brune pénétra les lieux, c'est une scène horrifique qui attira rapidement son attention, entourée de débris à peine lisibles. Les habitants de cette demeure semblaient ne pas avoir réellement avancé sur le nettoyage des lieux et c'est la vision embourbée que Yenno décrypta, non sans peine, la perte de contrôle de ce qui semblait être le patriarche de la maison. Manifestement désœuvré, de ses bras coulait inlassablement une quantité non négligeable de sang. Il n'était à présent plus question de faire un banal rapport, il fallait agir rapidement. A cet instant, la jeune femme regretta l'absence de sa co-équipière qui aurait probablement su gérer ce genre de situation, avec plus de professionnalisme. Elle en appelait alors à la nature humaine enfouit en chaque individu doté d'un brin de débrouillardise. Elle s'approcha alors de l'homme à petits pas afin de ne pas le brusquer dans ce moment de relâche complète, puis, lui attrapa les poignets sans pour autant activer en lui un relent d'auto-destruction supplémentaire.

« Je vais m'occuper de vous, je ne peux pas vous laisser dans cet état. » Dit-elle en sursautant sous les cris d'une femme, dans une autre pièce de la maison.

Elle scruta autour d'elle rapidement afin de trouver de quoi bander les plaies au plus vite pour éviter le flux sanguin de s'évacuer d'avantage de ces bras inertes. Il fallait agir vite mais elle ne pouvait faire l'impasse sur l'annonce de sa présence entre les murs, elle ne savait pas comment, ce qu'elle imaginait être l'épouse de cet individu, réagirait à la simple vision d'une étrangère dans son habitation. Elle se souvenait du kanji gravé sur le hyosatsu cloué devant l'entrée de la maison, qui par chance avait résisté aux assauts de la bête.
渡辺

« Madame ? Je suis ici avec l'autorisation de Haise pour vous venir en aide ! » Dit-elle d'une voix plus portante.

Des bourdonnements enrobés d'un long silence suivirent ses mots. Yenno ne pouvait pas laisser cet homme se vider de son sang, l'action semblait nécessaire. Elle cherchait d'un regard vif, de quoi panser un minimum les plaies pour stopper l’hémorragie. Le moindre morceau de tissu qui passait par là pourrait déjà être une ressource non négligeable.




Codage par Libella sur Graphiorum


résumé/hrp:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Sam 10 Avr 2021 - 17:48
Medyûsa n'avait alors plus qu'une seule chose à faire : la fuite. Le peuple était devenu bien trop fou et incontrôlable, si bien qu'ils n'eurent aucune gêne à l'idée de tuer l'un des leurs, se montant à la tête l'idée selon laquelle il avait été corrompu par l'Empire. On y retrouvait alors le principe même du complotisme : tout ce qui contredisait le complot faisait parti du complot. Et de cette même manière, tout ce qui pouvait défendre l'Empire faisait parti de ce qui était manipulé par l'Empire. Medyûsa, en ne prenant pas les devants pour rassurer la population, n'avait pas aidé l'image du peuple qu'elle représentait. Utiliser les mots ne servait à rien : ils voulaient des actes. Ils voulaient qu'elle outrepasse leur rage, qu'elle s'impose malgré le frein qu'ils représentaient, quitte à ce qu'elle mente. Que les actions qu'elle voulait faire s'impose au grand groupe, leur faisant réaliser de force que l'Empire était là pour eux.

Alors ils récupérèrent les armes, prêts à en découdre avec un Empire qui avait abusé d'eux... Pendant que Soejima Yenno continuait son petit bout de chemin.

Entrant dans la demeure, elle avait remarquée directement le corps de l'homme qui coulait sur le siège. Son sang ruisselait également légèrement, mais la réaction de la jeune femme fut rapide : elle trouva sans grand problème quelques tissus et autres bandages pour enrouler les bras de l'habitant fermement, empêchant de ce fait le sang de couler. Mais le cri de la femme à l'étage se fit ressentir, faisant trembler les murs. Un cri aiguë, perçant, semblant signifier l'agacement et la frustration.

A l'annonce de la Soldate, soutenant sa présence de par l'autorisation du chef bien reconnu, la femme se tut. Yenno pouvait entendre les bruits de pas qui faisaient grogner le plancher, s'approchant de l'escalier et descendant petit à petit les marches de celui-ci. Chaque marche en vieux bois retentissait de son bruit reconnaissable, audible dans la maison toute entière. Mais la marche était lente, comme si la brune se trouvait dans un film d'horreur, dans une situation où elle s'apprêtait à trouver le démon en personne.

Lorsqu'elle fut visible, Yenno put voir toute la déchéance de l'être humain, tout son désespoir. Sa longue chevelure était complètement ébouriffée, ses vêtements étaient presque arrachés de parts et d'autres -sans que ce ne soit une atteinte à la pudeur, comme si elle avait été victime de violence. Ses yeux noirs se plongèrent dans celle de la future territoriale, la perçant de sa colère et de sa haine.

-"Nous venir en aide !? Il n'y a plus d'aide...! Nous n'avons plus rien, alors nous n'avons plus de raisons de rester ici."

Par rester ici, elle entendait rester en vie.

Ressortant d'une de ses poches l'espèce de lame de rasoir encore ensanglantée de son précédent acte, elle sauta sur son mari, prête à lui couper le cou sur une veine qui ne permettrait un nouvel échec. La désolation était infinie, la souffrance était inexorable et la démarche ne verrait aucun retour en arrière.

Lorsqu'il n'y avait plus rien à perdre, il ne restait en réalité plus qu'une chose à perdre : la vie.

-"AAAAAAAAAH !"

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Lun 12 Avr 2021 - 21:45
une confiance ébranlée


Déjà en alerte devant cette situation peu banale, Yenno était à l’affût du moindre signe de détresse de cet homme dorénavant pansés par des bandages improvisés. Les battements dans sa cage thoracique s'étant quelque-peu accélérés, ce n'était pourtant que le début d'un spectacle désastreux. Une atmosphère fantomatique s'installait dans la maison à mesure des pas de la femme à l'étage, elle avançait manifestement en leur direction. L'arche décrépite qui séparait la pièce dans laquelle la brune se trouvait et le reste de la demeure, abrita rapidement une silhouette effrayante de prime abord. Il ne s'agissait pourtant que d'une dame. Malheureusement, elle semblait engloutie dans le tourbillon d'un violent chaos. Lorsque la soldate croisa alors enfin son regard, elle ne le quitta plus pendant de longues secondes, absorbée par le profond désespoir qu'il transpirait, son ventre se noua d'avantage sous une phrase assassine.

La villageoise dépitée commença alors à s'agiter et dégaina aussitôt une lame de sa poche, en s'approchant rapidement de son mari. Sous la panique, les mains de la probable future membre de la territoriale s'unirent à tire d'aile devant son bassin pour composer discrètement les mudras qu'elle s'était durement entraînée à travailler dernièrement.

« Stop ! » Dit-elle en lançant un flash occultant légèrement la vue de la dégénérée.

S'il ne suffisait pas à rendre sa cible aveugle, il avait néanmoins la possibilité de gêner assez sa vue pour laisser le temps à Yenno de s'approcher d'elle à toute vitesse. La jeune soldate attrapa alors le bras muni du morceau de métal puis fît un geste brusque en direction d'un angle mort de la pièce afin de tenter de lui faire lâcher son arme. Elle attrapa son deuxième bras tant bien que mal pour rassembler ses deux poignets entre ses propres omoplates. A ce moment-là, l'esprit de la jeune brune ne'avait qu'une seule ambition, protéger les deux individus.




Codage par Libella sur Graphiorum


résumé/hrp:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095
Narrateur
Narrateur

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Mer 14 Avr 2021 - 18:21
Le réflexe tout naturel de Yenno, qui était de sauver son prochain, avait fait naturellement mouche. L'homme, inconscient, tiré d'affaire et blanc comme un linge, avait les yeux fermé et était parfaitement inconscient sur la situation... contrairement à sa femme, qui armée de son couteau affûté, s'apprêtait à sauter sur celui qui partageait pourtant sa vie. La réaction de la Soejima fut alors importante -tant son inaction aurait causé une nouvelle mort dans cette funeste bourgade : en aveuglant la désespérée et en agissant pour non seulement la désarmer mais également pour l'immobiliser, elle y trouva son compte.

La jeune femme forçait d'abord énormément dans sa position inconfortable. Maintenue par la force de la Soldate mais surtout par une position qui, mécaniquement, ne permettait aucunement de pouvoir forcer, la brune avait réussi à prendre un avantage physique sur la citoyenne.

Elle dû alors tenir cette position pendant plusieurs minutes, face à une dame qui criait, qui gesticulait, qui donnait des coups de pied avec l'espoir de retrouver sa liberté. Mais après tout ce temps passé à être tout à fait soumis à l'Hijin, elle finit par abandonner. Son couteau, étant tombé à quelques mètres d'elle, ne pouvait plus être attrapé facilement. Mais son ton semblait montrer qu'elle se calmait, comme si son impuissance lui avait laissé le temps de réfléchir un tout petit peu.

-"Plus rien, nous n'avons plus rien. Notre maison est détruite, nous avons perdu nos enfants, nos économies sont mortes. Que nous reste t'il à faire ? HEIN ? IL EST OU NOTRE FUTUR ?"

Du calme renaissait la haine, et de la haine naquit le même besoin que tous ces hommes qu'avaient rencontré Medyûsa quelques instants plus tôt. Le besoin de trouver du concret, des idées réalistes, des mises en œuvre pratique. Le besoin de trouver comment se relancer dans la vie, en croyant en l'avenir.
Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Soejima Yenno
Soejima Yenno

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée Empty
Ven 16 Avr 2021 - 20:36
une confiance ébranlée


La jeune Hijine n'eut pas de mal à forcer un peu fort sur les bras pour maintenir la position assez longtemps pour que cette femme ne réussisse pas à s'en échapper. Si elle ne pouvait comprendre réellement le désespoir qui poussait cette personne à vouloir en terminer avec toute forme de vie, elle tentait avec tout le cœur qu'elle pouvait y mettre, d'imaginer à quel point il était difficile de rester debout après tant de tumultes. L'amertume dans l'aura de la villageoise était palpable, tant tout ce qui l'entourait le transpirait. Mais elle savait pertinemment que la vie ne se résumait pas en des projets annexes, certes prioritaires, tant que l'amour pouvait subsister en chaque personne sur ces terres. Des phrases dénuées d'aspirations et remplies de craintes, sifflaient des entrailles du chien enragé qui subsistait en cette dame. Mais ses mouvements se firent plus souples.

« Madame, si vous avez envie d'écourter la vie de votre mari en cet acte, c'est bel et bien pour lui épargner la douleur d'affronter la difficulté à reconstruire, à y croire ? Cela prouve une chose importante, vous l'aimez, cet homme. » Lança t-elle d'un ton affirmé.

Persuadée qu'avec un peu d'aide psychologique et matérielle, ces individus pourraient retrouver sens et force pour croire en l'avenir, la brune tenait ces propos avec aplomb.

« Vous devez vous serrer les coudes tous les deux et avoir conscience de la force que vous pourriez tirer de votre couple. »

Sans lâcher les poignets de l'habitante, Yenno laissait tout de même un peu plus de mou dans ces gestes.

« Il va vous falloir de l'aide c'est évident, mais nous sommes une nation unie et il y a des personnes pour cela. Reconstruire, rebâtir, sont des passages obligatoires pour repartir sur une base saine et il est de mon devoir de parler à ma hiérarchie de vos besoins. Vous ne devez pas laisser tomber, vous devez accepter de guérir de cette tragédie. »

Soudain, une idée lui traversa l'esprit.

« En quoi pourrais-je vous aider là, tout de suite ? Dîtes moi. »


Codage par Libella sur Graphiorum


résumé/hrp:
 

_________________


[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée 210307060546440087
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8486-soejima-yenno#72095

[Mission rang C] Une Confiance Ebranlée

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: