Soutenez le forum !
1234
Partagez

Fouler la plaine des asphodèles

Aditya
Aditya

Fouler la plaine des asphodèles Empty
Dim 14 Mar 2021 - 20:23
Fouler la plaine des asphodèles

ft. Yasei Reikan, équipe 04 & Hokazuka Minoru


Été 204, frontière avec le Feu, Hayashi no Kuni.

Bercés dans l'ombre de ses yeux forgés d'éther, les dédales de la Forêt Millénaire se glissaient dans son dos dans toute la familiarité d'un départ, dont le souvenir trouvait bien des reflets dans ses souvenirs. L'air lourd, les prunelles de l'ascèse vinrent trouver celle de la Tigresse Blanche, dans le maigre espoir d'y trouver l'écho d'un réconfort, tandis que leurs pas se dénouaient graduellement de ce berceau de sylve qui avait accueilli leur présence au cours de ces derniers jours. L'égide d'une paume vint frôler le dos de sa main lorsque la gladiatrice se fraya un chemin à ses côtés, dans un geste aussi discret que le soupir qui avait fendu ses lèvres, les ambres dissimulées sous ses paupières dardant une dernière fois l'immensité du bois qu'ils s'apprêtaient à quitter.

Aditya ne put retenir un rictus amusé de siéger sur son visage lorsqu'il entendit les paroles de Junko à l'adresse du Yamanaka qui, semblait-t-il, lésinait par habitude sur la cadence de sa marche ; et sans attendre que la sabreuse ne fasse éprouver au troisième membre de leur équipe le fond de la pensée, le blond releva son attention sur l'horizon que Reikan désignait par son seul regard. Plus par attention que véritable besoin, tous laissèrent la silhouette de ce shinobi mêlé à celle de son compagnon ursidé aviser de la direction qu'il leur demeurait à prendre, avant que, finalement, ce groupuscule ne s'enfonce à son tour dans le sillage de chemins qui les mèneraient, d'ici quelques jours, au sein d'un Empire se voulant tout aussi impérial que ses origines.

À l'aube de quelques aurores précédant ces instants, le blond avait encré leur venue au creux de pages qui, adjointes à l'envol d'un oiseau, saurait parvenir aux deux âmes qui trônaient à la tête de cette nation ; et s'il savait que par ce biais, leur venue se trouvait attendue par leurs autorités, un voile de prudence demeurait ancré au plus profond de lui.

Sa peau frissonna lorsqu'il sentit le passage fébrile d'un gecko remonter le long de sa chair, et presser ses petits membres refroidis par le sang qui coulait dans ses veines le long de sa clavicule, comme pour y trouver le repos le temps de ce voyage. Un frêle sourire évoqua sa place sur ses lèvres à cela, tandis qu'il rejoignit à nouveau les flancs de la gladiatrice.

Telles les asphodèles proliférant sous des langues de feu, leurs âmes se trouveraient bien assez tôt aux portes de l'Empire, dont la nature de leur visite dépendrait tout entière de l'accueil qui leur serait réservé.

_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Fouler la plaine des asphodèles Empty
Sam 20 Mar 2021 - 18:11
[invisible_edit]Été de l'An 204, Frontière du Pays du Bois[invisible_edit]

Des mois auparavant, le Pays de l'Eau accueillait en son sein la venue de l'Empire à son bras, à laquelle Yasei Reikan avait participé. Si cela avait pu lui permettre d'en apprendre sur les antécédents de ces terres enflammées, elle avait aussi été l'une des premiers témoins de la volonté expansionniste – peut-être trop intrusive à son goût – de cette partie jade du Continent. Car malgré son esprit vagabond et son attention tournée sur les enfants des Bêtes, les intérêts de la Cité Brumeuse étaient loin de se trouver au bas de la liste de toutes ses préoccupations ; bien au contraire. Puisque celle-ci incarnait le berceau même du clan Yasei depuis peu, la Tigresse blanche savait se rendre aussi autoritaire qu'intransigeante à l'égard de ceux qui osaient défier les guerriers de l'Archipel de l'Eau. Qui plus est, lorsque les précieux indices d'une paix durable qui y siégeaient se révélaient menacer par les dangers qui s'amusaient bien à rôder au-delà des vagues. Mais qu'ils soient enfantés par les Hommes ou les Démons, la métamorphe n'avait jamais envisagé de baisser l'échine devant ceux qui, comme le Dieu du Taïjutsu, voulaient s'étendre au point de semer chaos, au nom d'une liberté des peuples certainement illusoire et factice. De telsdoutes, la changeforme n'avait jamais osé les écarter du firmament de son esprit en raison de cette rencontre avec Shinrin Shinpachi, qui avait été le premier visage du Feu laissé en proie à ses pupilles, depuis qu'elle avait entendu rejoindre le Brouillard.

Mais ils étaient à mille lieues de pouvoir la faire redouter d'un obstacle, loin de sa terre adoptive.

La crinière de jais abandonnée à la merci de ces brises et ses parures exotiques en pleine danse virevoltante, Shiroitora* profita de la dernière caresse d'un vent porteur de ces effluves de la Forêt Millénaire. Et lorsque ses pupilles éthérées s'accrochèrent à un tel horizon bien plus plat et moins brillant de formes, elles n'osèrent s'en décrocher que pour adresser un regard bercé de confiance à son compagnon de voyage. Leur soleil encore naissant s'échouait sur ses éphélides, ses boucles, ses épaulières dorées ; si bien qu'au bout d'un moment, la féline accepta de lui délivrer un sourire radieux pour frapper de son marteau l'ultime clou de son assurance dans le sillon d'âme du Gardien Sylvestre. À lui qui, à l'aube même d'estomper les nébulosités pesant sur ses origines, manquait de douter quant à sa décision d'aller trouver ses pairs nés de l'Empire d'émeraude. À lui qui, au plus profond de son cœur, ne pouvait plus craindre un seul instant de finir sa vie sans proche ni attache. Et qu'importe ce que l'avenir pouvait bien lui réserver sur un tel territoire détesté par les flammes, qu'importe les personnes qui entendaient bien dresser toute leurs viles maux envers eux, l'enfant du Tigre blanc comptait bel et bien lutter à ses côtés afin d'apporter des réponses à ses questions et une satisfaction à sa quête. Car comme elle avait su trouver une forme d'apaisement à l'intérieur de la prison des dunes, en récupérant la tête de son propre clan, Aditya saurait lui aussi soulager ses appréhensions et les craintes auxquelles elles avaient pu donner une naissance au creux du silence de son cœur.

« Nous devrions y aller, tu ne penses pas? »

Sagement, elle déposa une caresse de ses doigts sur le haut du crâne du gecko posté sur l'épaule du blond. Puis, à l'instant où le glas de la tendresse eut laissé place à la complainte du départ, son minois se détourna vers l'avant pour mieux laisser ses pas la guider hors du Pays du Bois.

*Shiroitora (白い虎, litt: Tigresse blanche)

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 22 Juin 2021 - 0:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yamanaka Tokage
Yamanaka Tokage

Fouler la plaine des asphodèles Empty
Jeu 25 Mar 2021 - 17:32

« Si tu te bouges pas je t’assomme et je te traîne moi-même. »

La pique de Junko lancée à son égard laissa Tokage de marbre. Il se contenta de lui répondre d’un regard noir. La jeune femme le lui rendit au centuple en froideur, mais n’insista pas. Elle lui tourna le dos, et reprit sa marche, attendant qu’Aditya la rejoigne.

Tokage fermait la marche. Ses mains serraient nerveusement les lanières du sac qu’il portait sur le dos. Il avançait d’un pas lent, le regard baissé. Il n’avait pas très bien dormi, la nuit précédente. Oh, rien à voir avec ses fantômes endormis, cette fois ! Même si Daiki continuait toujours de hanter ses pensées, dans un recoin de son esprit, c’était un autre tracas qui l’avait privé de son repos. Un tracas qu’aucun de ses camarades de voyage, à vrai dire, n’avait pris la peine de remarquer, et encore moins de soulager.

Sans doute leur importait-il peu de savoir quelles étaient les origines de Tokage. Ils l’auraient facilement pu deviner, pourtant … N’était-il pas de notoriété commune que les Yamanaka faisaient partie de ces clans dont les membres étaient le sang originel de Hi no Kuni ? Et ce sang avait été consumé par les guerres et les massacres. Oh ! De ses terres natales, Tokage n’avait d’autre souvenirs que ceux qu’il s’était forgés lui-même, d’après les récits que ses parents lui avaient faits de leur pays de naguère. Kiri était sa patrie, et avant tout son foyer. Mais tout de même … Il se rapprochait de la frontière qui l’avait vu naître. Lui, et tant de ses ancêtres qu’il n’avait jamais connus.

Un étrange sentiment s’était emparé de lui, aux confins de la morosité. Il y avait une pointe de nervosité, aussi. Qu’apprendrait-il au sujet des siens ? Quelles informations terribles à propos des Yamanaka l’attendaient, là, dans cet autre pays ? Et s’il en rencontrait d’autres ? Comment leur mentir à eux, ses cousins ? Comment leur faire croire à la même duperie qui avait fonctionné – qui fonctionnait toujours – sur ses compatriotes ? Réitérer ce mensonge à l’égard de son sang avait quelque chose de malhonnête. Pas envers les autres – il aurait pu s’en tirer, si ça n’avait été que ça – mais surtout envers lui-même. C’eut été comme revenir chez soi sous les traits d’un autre. Et cette idée lui déplaisait profondément.

Il aviserait en temps et en heure. Rien ne lui disait, de toute façon, qu’il rencontrerait bel et bien d’autres Yamanaka. Pour ce qu’il en savait, son clan pouvait tout aussi bien être décimé. Il n’en connaissait qu’un représentant hors de Kiri, notable pour son illustre trahison de son propre Empire. Peut être Yamanaka Rei avait-il laissé un souvenir de son nom bien amer à ses anciens sujets … Les manipulateurs d’esprits pouvaient-ils être devenus des parias par sa faute ? Ou n’était-ce qu’une manifestation de plus de la terrible angoisse que ressentait le nourrisson retrouvant son premier foyer ?

Il ne lâcha pas un mot à l’adresse de ses compagnons. Et cela aurait dû leur mettre la puce à l’oreille … Car, bien plus que quand il parlait, c’était lorsqu’il se taisait que la présence de Tokage était pesante.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10470-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t10600-yamanaka-tokage https://www.ascentofshinobi.com/u1468
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Fouler la plaine des asphodèles Empty
Sam 3 Avr 2021 - 1:18
Accompagnant son équipe, la Sabreuse était plongée dans son Manuel à chaque pause, relisant les détails avec lesquels elle avait encore du mal. La partie sur l'hyperforce commençait à être plutôt bien acquise pour elle et les exercices qu'elle pratiquait régulièrement pour parvenir à reproduire les techniques que lui avait montré Aditya lorsqu'ils étaient à Hayashi. S'acharnant ainsi à concentrer son chakra dans ses muscles pour acquérir une force formidable, la Danseuse parvenait ainsi à alier sa vitesse et sa précision naturelle due à un entraînement très complet permanent à une puissance toute nouvelle. Chacune de ses frappes avait un impact outrement plus impressionnant lorsqu'elle utilisait ce développement de force chakratique. Et elle comptait bien exploiter au maximum cet ajout qu'elle allait faire à son arsenal au maximum pour développer une domination certaine des autres combattants au corps-à-corps. Ainsi, elle se montrerait digne du Shiden qu'elle souhaitait rejoindre, cette unité d'élite puissante et protectrice.

Acharnée dans son entreprise, la guerrière blonde n'en démordait pas et passait presque tout son temps de pause lors du voyage à travailler sa manipulation du chakra médical pour parvenir à atteindre le résultat le plus proche possible de l'exemple qu'elle avait reçu quelques jours plus tôt. Simplement projeter de l'énergie pour augmenter sa force était déjà à sa portée, mais une expression plus contrôlée sans surplus dépensé dans le vide de cette capacité était encore complexe pour Miyuki.

Cheveux attachés derrière la nuque, transpirante sous le soleil chaud de Hi no Kuni, elle continuait sans relâche ses exercices, continuant bien évidemment les travaux plus physiques pour que son corps soit également totalement prêt à canaliser une telle énergie. Elle ne voulait pas se retrouver à s'autodétruire.

La Danseuse accompagna ainsi ses camarades, plongée dans son apprentissage. Le voyage était somme toute assez calme et dépourvu de véritables problèmes, ils n'avaient pas rencontré de souci majeur, pas d'attaque quelconque, pas de gêne diplomatique entre leur petit groupe et les pays qu'ils avaient traversé. Et après un échange épistolaire entre Aditya-sensei et celui qui semblait être le nouvel Empereur du Teikoku, ils avaient eu l'autorisation de venir à Urahi. C'était donc vers la cité qu'ils se dirigeaient, dernière étape avant leur retour à Kiri.

Miyuki avait une certaine déception dans ce voyage qu'elle aurait rêvé... Différent. À vrai dire, même elle ne savait pas vraiment ce qu'elle avait pu souhaité, ce qu'elle avait pu s'imaginer. Elle savait juste qu'elle était en quelques sortes déçue. Comme si elle attendait mieux que ça du reste du monde, mieux que ce qu'elle avait pu observer là.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine

Fouler la plaine des asphodèles

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: