Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'aval du Lion [Aimi]

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

L'aval du Lion [Aimi] Empty
Lun 22 Mar 2021 - 13:50
Le guerrier enrubanné jeta un œil dans le bureau du Taishô aux pupilles de nacre pour confirmer son premier sentiment. Personne. Peu étonnant, quand on considérait la somme de travail et d’allers-retour requis par la fonction de tête du Sazori. Tant pis, se dit-il, il allait devoir s’acquitter du rapport papier réglementaire sans avoir tout de suite l’occasion d’exposer de vive voix son contenu à son Capitaine. Il s’installa donc prestement à une table de la salle commune attenante au sein du QG troglodyte avec un nécessaire d’écriture, puis coucha sur un parchemin le résumé de ses récentes activités et surtout leur résultante. Son document rapidement complété et scellé, il alla le déposer sur le bureau du Hyûga et sortit des profondeurs du QG, direction l’hôpital.

Si il n’avait pas été affilié à l’unité du Scorpion, sans doute aurait-il d’ailleurs cherché en premier lieu à rapporter ses dernières initiatives à la Taishô du Shishiza, qui était certainement la plus concernée, mais il devait bien la primeur de l’information à son supérieur direct. N’en restait pas moins que, pour assurer la sécurité du Pont de l’Aterasu qui venait de pousser de terre, la police d’Iwa était certainement l’unité la plus indiquée. Volant avec la maestria de l’oiseau dans le ciel du village de la Roche, le Tellurique ne mit pas même une minute pour rejoindre le centre médical, sur le toit duquel il se posa avec légèreté avant d’y entrer par l’accès supérieur.

Aimi… La jeune femme aux responsabilités presque sans fin avait accompli un petit miracle en opérant les greffes de ces jambes artificielles et composites sur les victimes de Yonbi, tout en gérant sa propre convalescence en parallèle. Sans parler des greffes de peau opérées sur le guerrier brûlé lui-même, et sans lesquelles celui-ci aurait certainement succombé à un choc sceptique depuis longtemps. Toph avait été contrainte de prendre du recul, et plus que jamais la Chiwa incarnait donc la face d’Iwa pour faire front aux adversités qu’ils allaient inévitablement devoir braver. Face à la mort, elle représentait la vie, flamboyante et vivace, une part irremplaçable de l’équation et garante de son équilibre.

Nonchalant comme à son habitude, l’Oterashi toqua par trois fois à la porte du bureau de la cheffe de l’hôpital et y pénétra sans attendre d’y être vraiment autorisé ou invité.

« Aimi-Hanshô », salua-t-il tout en refermant la porte derrière lui.

Il s’avança de quelques pas, se postant dès lors droit devant la tête du Lion.

« Je te sais très occupée, je tâcherai de faire bref. Je pense que tu es familière de la chaîne de montagne de l’Aterasu, au nord-est. Je suis venu t’informer… qu’un pont vient d’y être construit. Il traverse le massif du nord au sud en surplombant les vallées, et permettra donc à Tsuchi de simplifier et accélérer la circulation des Hommes et des biens dans cette région. Bien sûr, la responsabilité de sécuriser ce pont nous revient… Mais je gage qu’à terme, les routes qui contournent aujourd’hui l’Aterasu auront besoin de moins d’attention une fois leur trafic re-routé vers le pont. Et c’est sans parler de la simplicité pour nos troupes de contrôler et surveiller une voie comme celle-ci : des économies d’effectifs en perspective.

Avec ta permission, j’aimerais emmener deux membres de ton unité sur place, pour qu’ils puissent faire leurs propres observations et s’assurer que le pont peut être facilement sécurisé. L’affaire d’une journée, certainement. 
»

Rp de construction (résumé dans le spoiler du dernier post)


@Chiwa Aimi

_________________
L'aval du Lion [Aimi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

L'aval du Lion [Aimi] Empty
Sam 19 Juin 2021 - 19:14
___________________________________________

L’aval du Lion
___________________________________________

Si Aimi débordait de responsabilités depuis que Toph s’était absentée, elle n’en laissait pas pour autant de côté ses propres projets. Elle profita donc du calme dans l’hôpital pour se concentrer sur ses recherches concernant les greffes de membres. En effet, depuis l’opération des prothèses, la rubiconde s’était donné comme objectif de pousser ses connaissances et ses capacités à un niveau bien plus élevé. Pour cela, elle se devait de réétudier toutes l’anatomie nerveuse et musculaire de l’être humain ainsi que leur système sanguin, immunitaire et tout ce qui pourrait être impacté par une greffe pareille. C’était pour cela qu’elle analysait minutieusement chaque détail repris grâce aux différentes autopsies qu’elle avait réalisées.

Mais alors que son esprit créait des images similaires à des schémas en trois dimensions d’un bras, le bruit sourd et soudain de la porte qui s’ouvrit fit sursauter la jeune femme. Son attention se porta donc sur la silhouette momifiée de son ami qui ne s’était pas gêné pour s'introduire dans son bureau. La jeune femme laissa ses dessins et schéma sur le bureau et recula légèrement, toujours installée dans son fauteuil.


« Yanosa ! »

Déclara-t-elle à demi-surprise et contente de le voir ici. Son timbre de voix était plus que doux, il laissait paraître une certaine fatigue. Pour autant, les formalités prises par le pugiliste lui laissaient comprendre qu’il venait la voir pour un fait sérieux et qui la concernait. Il vint alors l’informer de la construction d’un pont assez grand pour être pris en considération, réalisation sûrement effectuée par ses soins. La Chiwa fronça des sourcils, s’étonnant de ne pas avoir été mise au courant d’un tel projet et comprenait petit à petit qu'il avait agi sans les prévenir. La rousse n’avait pas envie de jouer la carte du sermonneur et préférait se concentrer sur ce qui avait été acté. Pour autant, l’Oterashi se doutait bien qu’elle n’allait pas se mêler de cette histoire, car la sécurité du territoire ainsi que son fonctionnement avaient une grande place dans son rôle.

La jeune femme quitta donc son fauteuil et soupira longuement avant de se placer près de lui, adossée à son bureau, bras croisés.

« Je pourrais faire détruire ce pont, mais j’entends tous les effets bénéfiques que cela pourrait apporter et j’ai envie de voir s’il peut nous apporter du positif en termes d’infrastructure et de transport de marchandises entre les récifs, en sachant qu’il rejoint la mer au nord-est.

Pour cela, tu seras missionné avec deux membres du Shishiza afin de mettre en place un système de sécurité et de surveillance près de ce pont afin de s’assurer qu’il ne nous apportera pas de préjudice. En effet, il ne faudrait pas que l’ennemi s’en serve et me fasse regretter de l’avoir laissé en place. Il faudra ensuite réaliser un rapport sur le nombre d’effectifs nécessaire, sur le besoin en matériel et une cartographie du pont à une échelle large, afin de mieux comprendre son emplacement. À la fin, je me déplacerai moi-même pour voir ce qu’il en est.

La prochaine fois, j’espère que tu prendras la peine de venir me consulter avant de prendre ce genre d’initiative... Tes actes récents n’ont pas été approuvés par les autorités, il ne faudrait pas que ça aille en empirant, j’espère que tu le comprends bien.
»

La kunoichi termina tout de même de le prévenir qu’il ne devait pas agir de nouveau sans son consentement, elle n'avait pas besoin de devoir gérer les actes irréfléchis ou non prévus de ses camarades. Pour autant, elle comprenait bien la motivation et ne voulait pas balayer d’un coup de main tous les efforts utilisés pour ce pont. C’était pour cela qu’elle lui proposait de prendre la responsabilité de tout ce qui se suivrait et c’était un bon moyen de le tester.

« Bien, si c’est bon à ce sujet, j’aimerais savoir comment tu te sens, Yanosa. Depuis l’opération et tes blessures. Ce que tu penses de tout ce qu’il se passe à Iwa, cela fait bien longtemps que nous n’avons pas eu l’occasion de discuter dans un moment aussi calme... »


Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 21 Juin 2021 - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

L'aval du Lion [Aimi] Empty
Sam 19 Juin 2021 - 22:00
Lorsque dans le discours de la Chiwa apparut comme une éventualité tangible de faire détruire le fruit de son travail, le guerrier de pierre ne put s’empêcher de hausser lentement et légèrement l’emplacement de feu ses sourcils, laissant à voir un certain degré de perplexité. Détruire son pont, et pourquoi donc ? Le degré de méfiance frontal de la Taishô du Shishiza semblait hors de propos et tout bonnement excessif, mais alors que la réponse à sa proposition s’étoffait, il finit rapidement par comprendre le pourquoi du comment. Son visage de referma alors pour regagner son état neutre et impassible habituel, tel le roc qu’il était, toujours prêt à laisser s’abattre sur lui les vagues de la suspicion et de la méfiance. Mais à l’inverse d’autres situations où il aurait pu totalement ignorer l’impact d’une telle dépréciation de sa personne ou de ses agissements, il sentit cette fois malgré tout ce nœud se former dans son estomac, presque imperceptible mais définitivement pesant.

* Même Aimi… *

Il se ressaisit intérieurement, déposant un regard plein de bienveillante malice dans les prunelles de la toute jeune femme à la tête de l’hôpital.

« ...Ai-je jamais dit que ce pont était de mon fait… ? »

Il laissa planer sa question, désormais devenue totalement rhétorique, une poignée de secondes avant de reprendre en expirant par le nez pour marquer son ironie.

« ….Heh, j’imagine que tu me connais assez bien pour pouvoir simplement lire entre les lignes… Rassure-toi, j’ai veillé au moindre détail : géré correctement, cette infrastructure nous sera bénéfique à tout point de vue. Tout le travail nécessaire sera fait en bonne et due forme... »

Quittant sa posture droite et monolithique, Yanosa porta son dévolu sur un fauteuil aux allures assez confortables sur le côté et alla s’y installer nonchalamment.

« Oh, oui, je comprends bien. Je TE comprends, surtout. Tu as tellement de devoirs, à présent, que la moindre problématique potentielle devient une urgence à régler, et tu crains que ce pont n’en soit une. Je conçois… »

Il était vrai que lui-même n’avait pas tant à gérer d’un point de vue administratif que la Chiwa, et que le nombre de vies pour lesquelles elle pouvait être tenue pour référente devenait de plus en plus important de jour en jour. A vrai dire, il aurait certainement détesté avoir ce genre de responsabilités, et préférait en rester à la logistique de terrain pure et dure et garder la masse de paperasse à gérer à un minimum.

« ..Hm, c’est bien vrai. Mais c’est toujours le calme avant la tempête, par chez nous… Mes blessures… ? Elles… vont bien. Je te dois la vie, tu le sais, mais même avant Yonbi, c’était… compliqué. »

Sa langue se tourna dans sa bouche, comme pour ruminer ses vieilles blessures et leurs conséquences durables sur son état nerveux. Son esprit avait déjà peine à trouver le vrai repos par avant, et ce n’était pas avec ce physique ravagé au centuple que cela avait pu s’arranger.

« Toutes ces responsabilités… Tu t’en sors bien, Aimi. De ce que je vois, en tout cas. Et avec les deux autres… vous arrivez à vous organiser ? »

_________________
L'aval du Lion [Aimi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

L'aval du Lion [Aimi] Empty
Sam 14 Aoû 2021 - 17:04
___________________________________________

L’aval du Lion
___________________________________________

Yanosa n’était pas le type d’individu à s’offusquer de paroles de quiconque, bien qu’il possédait ses propres valeurs et qu’il était un être à respecter comme les autres. Alors il ne devrait pas être surpris par les propos tranchants de la rubiconde concernant la potentielle destruction du pont. Bien sûr, elle ne le ferait pas ou du moins, pas sans une raison légitime et il le savait. Aimi respectait le travail de chacun. Mais elle ne pouvait pas non plus laisser passer cela, ce genre de projet pouvait être important pour le futur de la Terre, mais il aurait dû lui en parler à elle ou aux autres Taisho. La douce avait pu voir cette flamme s’allumer dans ses pupilles écarlate qu’elle connaissait bien maintenant. S’il semblait faire preuve d’un remarquable contrôle de lui-même, restant presque impassible, la jeune femme préféra préciser certaines choses.

« Tu sais que ce n’est pas contre toi Yanosa. Chaque acte qui concerne le pays ou le village peut avoir des conséquences que je ne peux ignorer. Je crois suffisamment en toi pour savoir que tu as fait cela pour le bien de la Terre. »

Et en dehors de cette question dont elle avait déjà la réponse, le pugiliste le lui confirma aussitôt, expliquant qu’il avait tout géré pour que la construction et ce qui en découlerait se passe bien. La douce sourit et se rapprocha de lui alors qu’il semblait s’installer confortablement sur l’un des fauteuils de la pièce.

« Je n’en doute pas et je compte sur toi pour gérer ce projet et t’assurer que nous ne risquerons rien de sa construction. J’ai confiance en toi, tu es après tout celui qui m’a ramené mon père…
Mais tu comprends dans la position dans laquelle je me trouve et des agissements sans concertation ou autorisation ne feront qu’intensifier la méfiance et la crainte de chacun sur tes prochaines actions. Je ne te demande pas grand-chose, simplement de prendre cela en compte.
»


Fait qu’il semblait comprendre à entendre ses paroles. La jeune femme était rassurée et n’avait pas vraiment envie qu’il le prenne mal. Yanosa était ce qu’on appelait un électron libre, il vivait et agissait par instinct et par conviction et il était difficile de l’arrêter. Et même s’il comprenait la Chiwa et la respectait, elle savait que ça ne l’arrêterait pas. Les responsabilités de la rousse étaient hautes et il le savait, c’était sûrement pour ça qu’il ne se mêlait pas à toutes ces paperasses.

« Compliqué ? Est-ce que tu veux m’en dire plus ? Il n’y a pas si longtemps que cela, tu me portais sur tes épaules pour me ramener et m’épargner d'aggraver mes blessures.
Te sauver la vie ne me suffit pas si au fond, il y a quelque chose qui ne va pas.
D’ailleurs… tu sais que les soins apportés n’ont pas été optimisés, je sais que tu ne voulais pas que je m’occupe de tes cicatrices, mais te cacher ainsi derrière tes brûlures… Pourquoi… Pour te rappeler, toi aussi ?
»


Demanda-t-elle alors avant de poser un regard sur ses propres jambes couvertes de cicatrices et de brûlures. Un moyen de se souvenir et de se punir de toutes les vies qui avaient péri au pays du Fer, de ne pas avoir pu protéger ses camarades face au Dieu singe. Un bon moyen de se souvenir de ses erreurs et de ne pas les reproduire. En était-il de même pour le Pugiliste ? La Chiwa avait toujours été curieuse quant à ce qu’il se passait dans la tête de son précieux ami.

Si la rubiconde semblait aller bien, au fond d’elle, une flamme bouillonnait et dansait très ardemment et c’était très difficile à contenir. En effet, plus que jamais, la douce voulait se battre pour protéger les siens, mais ne savait pas comment y parvenir et son travail au sein de la Roche n’aidait pas, ne lui laissant que peu de temps pour méditer sur le sujet. Cependant, sa place dans le Triumvirat lui permettrait peut-être de prendre des décisions plus impactantes.


« La création du Triumvirat s’est faite dans l’urgence, avec l’absence de Toph rien n’est facile. Je ne sais pas comment les choses se dérouleront dans un futur proche, mais crois-moi que je compte bien faire avancer les choses au sein de la Roche. Que ce soit concernant mes propres projets, ceux du village ou concernant le Chapelier… Qu’il y ait du chakra ou qu’il n’y en ait pas, ce n’est pas vraiment ma préoccupation. Mais qu’il puisse s’en prendre à nous impunément, me rend folle de rage. Pendant un moment, j’ai cherché à comprendre pourquoi il faisait ça, mais... c’est terminé. »

Durant sa tirade, la jeune femme s’était dirigée vers la seule fenêtre de son bureau. Dans son reflet, elle pouvait voir la dureté de son regard et sa voix avait pris un timbre bien plus sérieux. Cependant les récents événements justifiaient de sa colère. C’était après de sa faute si Yonbi s’était réveillé et avait une fois de plus détruit le village. Son visage se porta sur Yanosa, avec une certaine détermination.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

L'aval du Lion [Aimi] Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 0:59
« Ce serait mentir de dire que c’était exclusivement pour ça, cela dit. Passées les épreuves qu’on a connu, toutes ces… remises sur pied successives, j’ai réussi à tirer quelque chose de positif de tout ça. Grâce au don que j’ai développé, l’architecture… est pour ainsi dire devenu un hobby intéressant. »

A la mention des souvenirs plus amers que le Tellurique partageait avec Aimi, le guerrier sans visage arbora des traits plus sérieux et se pencha en avant dans l’assise qu’il s’était choisi. La confiance… La lionne et lui pouvaient se targuer d’avoir tissé des liens de confiance depuis longtemps déjà et, chacun à sa façon, ils tâchaient de les faire prospérer en dépit des obstacles. Cependant, Yanosa lisait clairement, trop peut-être, au travers des mots employés par la Chiwa, car si cette dernière avait effectivement toujours confiance en lui en dépit des « remous » qu’il était coutumier de provoquer, il n’était devenu que trop clair même à ses yeux que le plus gros de la hiérarchie d’Iwa, surtout depuis la mort de Tenzin, voyait l’Oterashi comme une sourde menace. Méfiance, crainte,… Le guerrier de pierre avait beau tout faire pour assister sa cité, la pousser à s’améliorer, pour amener Tsuchi tout entière à devenir cette nation pilote qu’il en-visionnait pour elle, la force qu’il avait développé précisément dans ce but, à présent, se retournait contre lui.

« … Je prendrai ça en compte, n’aie crainte. Je prendrai tout, en compte », lança-t-il d’un air qui tirait vers le maussade.

Mais le tempérament d’Aimi, celui-là même qu’il lui avait connu depuis ces années écoulées, se chargeait de lui-même d’équilibrer la balance. Attentionnée, tournée vers son prochain comme le Tellurique n’en serait certainement jamais capable autant physiquement que socialement, la Chiwa n’avait semblait-il aucun effort à faire pour toujours se soucier d’autrui. Les lèvres à peine visibles et craquelées de Yanosa se pincèrent, résolu devant l’inexorable que semblait remettre en question l’eiseinin renommée.

« … Tu as déjà bien assez à te soucier sans avoir à te torturer de savoir si tu pourrais faire quelque chose pour moi ou pas, Aimi. Mes douleurs… elles n’ont jamais cessé depuis mon réveil, quand Etsuko dirigeait encore la clinique. Le seul mérite que peut s’attribuer Yonbi, c’est d’avoir rendu ces souffrances plus… visibles. Je te sais capable de choses incroyables… mais je refuse que l’image que je vois dans le miroir soit celle d’un lâche qui n’assume pas ses choix. Jamais je n’oublierai ce que le Singe nous a fait subir. Mais je n’oublierai jamais non plus son cri… » dit-il la mâchoire serrée en formant un poing avec sa main droite, qu’il fixa d’un regard incandescent.

Dire que se remémorer ces instants était intense pour l’Oterashi aurait été un doux euphémisme, mais celui-ci aurait préféré souffrir encore davantage plutôt que d’essayer de gommer les stigmates qui s’étaient accumulés sur son corps ravagé. Ce dernier n’était plus qu’une seule grande plaie béante aux reliefs horrifiants, et même si il l’avait souhaité et avec le concours d’Aimi et de tous les meilleurs médecins du village, Yanosa doutait qu’il soit même possible de lui faire regagner une apparence « normale ».

« Toph… la mort de Tenzin aura été celle de trop pour elle. Je l’ai vu venir en un sens, même si… je ne peux pas vraiment la blâmer. Je ne te cacherai pas… que j’ai mes réserves, sur ce mode d’administration, mais ce n’est pas en en débattant sans fin qu’il aura une chance de réussir quoi que ce soit. Quant à Tôsen… n’oublie pas pour quelle cause il se bat. Si il venait à réussir, plus jamais… tu ne pourrais sauver des vies comme tu le fais aujourd’hui. Il prétend nous affronter pour préserver le futur, du haut de sa soit-disant omniscience, mais la vérité qu’il se cache à lui-même, c’est qu’il nous hait… et qu’il fera tout pour nous faire disparaître. »

Le Tellurique capta le regard déterminé de la rubiconde, prenant toute la mesure du parallélisme de leurs combats respectifs et des épreuves qu’ils avaient à surmonter ensembles. Ensembles… mais à des échelles désormais bien différentes.

« … Je devrais te laisser, maintenant, fit-il tout en se relevant soudainement du fauteuil pour se diriger vers la porte. Ne lâche rien, Aimi. Et… ne tarde pas trop à m’envoyer tes deux agents pour le Pont de l’Aterasu. »

_________________
L'aval du Lion [Aimi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

L'aval du Lion [Aimi] Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 10:28
___________________________________________

L’aval du Lion
___________________________________________
La rousse esquissa un sourire en comprenant que cette construction était aussi due à une satisfaction personnelle. Elle le comprenait, mais osait espérer que pour l’assouvir il n’allait pas se mettre à construire des choses improbables, mais si cela lui permettait de garder un lien avec la réalité… Parler de méfiance et de crainte toucherait sûrement l’Oterashi. Lui qui se battait pour faire d’Iwa une cité digne, savoir que ses actes pouvaient ne pas être acceptés de tous n’allait pas rentrer dans l’oreille d’un sourd. Aimi en était désolée, car elle aussi, ferait tout pour le village de la Roche et un jour, quelqu’un lui en demandera des comptes. Le ton qu’il utilisa pour lui répondre d’ailleurs transparaissait de sa déception. La douce l’observait avec compassion, car elle savait que ce n’était pas agréable d’être vu d’une manière aussi péjorative quand on mettait tous efforts pour les biens du village.

« Ce n’est certainement pas quelque chose que tu aurais voulu entendre. J’essaierai de convaincre chacun que tu n’es pas quelqu’un dont il faut se méfier, mais au contraire, que ta détermination est si forte qu’elle te permet de ne pas t’arrêter au moindre obstacle. Simplement, aide-moi à ce qu’ils le voient aussi. »

Indirectement, la kunoichi lui demandait de se ranger dans ses rangs. Elle savait qu’il était un électron libre et que suivre les ordres à la lettre n’était pas sa tasse de thé, mais s’il faisait simplement un effort pour mieux paraître auprès des autres, alors il gagnerait la confiance et la place qui lui reviendrait. Être responsable était important, si on voulait gagner en échelon et cela permettait d’avoir plus d’impacts sur les décisions de la Roche.

Et cela signifiait aussi faire un travail sur soi-même. En parlant de Yanosa, celui-ci semblait avoir beaucoup sur les épaules et le cœur. Son corps entier devait le faire souffrir et la Chiwa n’aimait clairement pas cela. La rousse ne pu s’empêcher de sourire devant ses mots. Il savait très bien qu’elle ne cesserait de s’en faire pour lui, il était peut-être temps qu’il se rende compte que quelqu’un sur cette terre pensait à son bien et à sa propre santé. Cependant, il assumait clairement vouloir assumer ses choix et cela passait par cet état cadavérique qu’il présentait chaque jour à la Roche. Yonbi avait impacté le village de bien des manières, mais le pugiliste en avait été touché encore plus. Elle n’imaginait pas ce qu’il ressentait, seulement être là pour lui. La jeune femme s’approcha et s’accroupit devant lui avant de faire apparaître une aura verdoyante autour de sa fine main. Elle la posa alors sur le poing serré de son camarade, qui allait faire apparaître du sang s’il continuait ainsi. Elle savait que le chakra médical était chaud et agréable, elle espérait pouvoir lui montrer qu’il n’était pas seul et qu’il ne devait pas vivre dans la souffrance simplement pour se rappeler.


« S’il y a bien une chose que je sais, Oterashi Yanosa, c’est que tu es bien la dernière personne lâche sur cette terre que je connaisse. Tu ne peux oublier Yonbi, mais tu ne dois pas le laisser te faire souffrir constamment. Je n’aime pas te voir dans cet état et tu le sais, laisse-moi essayer de réparer ce qu’il t’a fait... »

Son regard s’était adouci, se mélangeant à une certaine inquiétude et un désir très fort de l’aider. Est-ce qu’il se rendait compte que la rubiconde lui devait beaucoup ? Est-ce qu’il oubliait que c’était de lui qu’elle avait gagné ce tempérament de feu, cette volonté à se battre contre la souffrance ? Alors oui, elle était déterminée à lui rendre ce qu’il lui avait offert. Aimi recula alors un peu. Un sujet bien sensible sonna à son oreille : celui de Toph et du Triumvirat. Voir son ancien sensei aussi dévasté par la mort de Tenzin, par toutes les disparitions, au point de ne plus pouvoir garder un pied ici, était très difficile. L’Hyûga était un pilier et la perdre impactait chaque vie à Iwa. Alors reprendre le flambeau était d’autant plus difficile que la création de ce Triumvirat ne faisait pas l’unanimité.

« Si tu ne crois pas en ce Triumvirat, alors crois seulement en moi et au désir de chacun de redresser Iwa. Tu as raison, les soins ne seraient plus aussi efficaces et je perdrais sûrement la possibilité de réaliser certaines prouesses que je ne pourrais faire sans le chakra. Mais je ne peux me permettre de baisser les bras, peu importe ce qu’il se passe, les gens auront besoin de moi, de soutien et de personnes déterminées à les sauver. C’est pour cela que je travaille en parallèle sur les soins médicaux et les interventions sans utiliser de chakra. Même si j’espère que nous réussirons à l’arrêter, il faut nous préparer à toute éventualité.
Enfin, tu sais comment je suis, tu sais que jamais rien à part la mort ne m’arrêtera.
»


Termina-t-elle par un sourire bien triste. Et cela, Aimi osait espérer qu’il le comprendrait, sa vie ne s’arrêterait pas si le chakra cessait d’exister et les gens auront besoin qu’on leur donne cet espoir ou cette lumière qu’ils pourraient perdre. Un sens à la vie de beaucoup de shinobis, qui se verraient démuni de tout : mais ce n’était pas une fin, il ne fallait pas le voir ainsi. Le positivisme de la Chiwa était légendaire et même après avoir essuyé beaucoup de peine et de blessures, elle continuait de garder cette lumière en elle : c’était ce qui la caractérisait.

Le chunin se redressa alors, la jeune femme se tenant prête à l’aider s’il en avait besoin. Il était donc tant pour eux de se séparer. Elle hocha de la tête, hésita, puis finalement s’approcha de lui avant qu’il ne s’en aille. N'étant pas à l'aise avec ce genre de mots et de gestes, la rousse détourna le regard mais semblait tout de même déterminée.


« Tu sais… Peu importe les blessures qui te poursuivent, physiques, mentales. Ne les laisse pas te consumer. Alors... Tu n’as qu’à m’appeler et je serai là pour t'aider à les atténuer, je serai toujours là pour toi, Yanosa. »



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

L'aval du Lion [Aimi] Empty
Lun 16 Aoû 2021 - 19:53
Aimi était son alliée. Taishi était son allié. Masami était… « d’alignement similaire ». Bien d’autres shinobis encore, à travers le village de la Roche, le supportaient et étaient prêts à l’aider à un niveau ou à un autre, et ce sans que son caractère, son tempérament ou la portée de ses pouvoirs ne fassent obstacles le moins du monde. La question était de savoir… serait-ce suffisant ? Ces affinités, ces esprits aux motivations et expériences partagées, seraient-ils assez forts pour lui permettre de faire prendre à Iwa l’inflexion qu’il souhaitait ? Son poing serré, Yanosa aimait croire que cela était possible, à la seule condition sine qua non qu’il conserve intacte sa propre détermination, mais alors qu’il avait contemplé cette idée, une aura apaisante s’était approchée. Sans qu’il ne s’en rende compte, Aimi était entrée dans son champ de vision, avant de poser une main douce et auréolée d’une énergie salvatrice sur son poing.

Sur le moment, l’Oterashi avait bien failli rejeter instinctivement cette main tendue, cette démonstration de douceur de la part de l’eiseinin invétérée, de peur qu’elle ne vienne affaiblir sa résolution. D’un regard tendu, profond, qu’il avait plongé dans celui de la Chiwa, le guerrier sans visage avait véhiculé l’idée que ce geste, cette attention, ces mots… lui étaient chers. Mais cette vie qu’Aimi lui faisait en quelque sorte miroiter, cette énergie positive qui semblait irradier de tous ses pores, Yanosa ne pouvait pas s’en imprégner. Pas encore.

« ...Je te remercie, Aimi. Mais… il est trop tôt. Trop tôt pour que j’essaie de laisser cette rage derrière moi. »

La douleur faisait partie de la vie du Tellurique, lui dictait son tempo, mais nourrissait également sa colère. Cette même colère qui animait chacun de ses coups, et qui lui donnait cette résilience à toute épreuve. Ce système qui régissait son corps et son esprit était fondamentalement imparfait et difficile à encaisser, mais le Chûnin, pour l’heure.. en avait encore besoin. Fermement, avec un poids certain mais aussi une douceur induite, l’Oterashi posa son autre main sur celle que la Juunin avait utilisé pour apaiser ses maux, la faisant glisser légèrement pour s’en soustraire tout en la fixant toujours dans les yeux pour appuyer ses dernières paroles. Yanosa était capable de se contrôler, de ne pas rejeter en bloc l’affection qu’on pouvait vouloir lui donner, et en cela il avait ces dernières années beaucoup progressé. Mais de là à accepter ces attentions, il y avait un pas qu’il n’avait pas encore franchi.

« Oh, je sais, tu te battras comme une lionne. L’échec… peut nous guetter. Mais je ferai tout… Tout ce qui est en mon pouvoir, pour que le Chakra et ses merveilles puissent triompher. »

Il s’était relevé, peu désireux de s’épancher davantage alors qu’il savait pertinemment le temps de la Chiwa compté. Cette dernière, toutefois, n’avait pas dans l’idée de le laisser s’en aller sans un dernier mot, et ce fut bien malgré lui qu’un mince sourire en coin égaya brièvement son visage sombre et enrubanné.

« … Hm ! J’y compte bien. C’est grâce à toi si ce corps est encore en un seul morceau, et j’ai bien l’intention de le faire entretenir par la meilleure… A très bientôt, Taishô. »

Et enfin il se détourna, tournant la poignée et se glissant à l’extérieur du bureau de la cheffe du Shishiza.

_________________
L'aval du Lion [Aimi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

L'aval du Lion [Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: