Soutenez le forum !
1234
Partagez

[LIBRE] Prouver sa valeur

Ryûken
Ryûken

[LIBRE] Prouver sa valeur Empty
Mer 31 Mar 2021 - 0:25
La garde du sabre vint s’écraser violemment contre la joue du jeune genin, l’envoyant valser dans une terre transformée en boue par la pluie incessante qui s’abattait autour du Grand Dojo. L’immense colosse rabattit son arme puis la scella dans son fourreau. Il hésitait. Ryûken, de son côté, était encore sonné par le coup tout juste encaissé et peinait à se relever malgré sa fougue. Cet état lui rappelait les entraînements échangés avec son paternel, qui le poussaient souvent dans ses derniers retranchements physiques et mentaux. C’était ainsi qu’il avait appris à prendre des coups, et pour cette raison, il put finalement se redresser sur ses jambes tremblotantes de fatigue. Les yeux mi-clos, le gamin entrouvrit tout de même sa bouche pleine de sang qu’il prit la peine de soulager d’un crachat cramoisi en direction du sol.

- Laisse-moi entrer… LAISSE-MOI ENTRER ENFOIRÉ !

Ses jambes se chargèrent en énergie et sa main se resserra sur son sabre de mauvaise facture, et sans qu’il ne s’attende à la potentielle riposte de son implacable opposant, le bâtard fusa sur son adversaire du jour dans un ultime espoir de victoire. Mais le Gardien, armé de son Kenjutsu à des années lumières de celui de l’impudent, brandit sa lame d’un geste d’une puissance hors-norme et fit éclater celle de son adversaire en morceaux. L’impact expédia Ryûken, qui retrouvait sa boue chérie mêlée à un peu de sa propre salive. Superbe.

- Tu en as les compétences, mais pas l’étoffe. Les portes te resteront fermées pour aujourd'hui.

Fou de rage mais définitivement vaincu, l’indiscipliné ravala sa fierté et s’éclipsa sans échapper au regard étonné de quelques spectateurs venus assister à la joute. En effet, il n’était pas rare que des shinobi viennent affronter le Gardien en espérant accéder à la prestigieuse formation des Sabreurs de Kiri. Mais la plupart du temps, ceux-ci se voyaient refusés pour une incompétence martiale, non pas pour avoir insulté la personne chargée de la sélection.

Le lendemain.


Les cheveux soignés, sa tenue lavée et un nouveau sabre à la ceinture, Ryûken se présenta de nouveau face au puissant Titan qui s’occupait de garder l’entrée. Celui-ci s’avança directement, jaugeant l’enfant de haut en bas avant de déposer sa main sur le pommeau de son sabre. Le regard du genin avait définitivement changé, et pour cause, son mentor avait su lui remonter les bretelles à la suite de l’échec cuisant de la veille. Les choses étaient simples : soit il réussissait à intégrer le Dojo aujourd’hui, soit il pouvait oublier l’existence d’Honryu, qui ne perdrait pas plus de temps avec lui. Bluffait-il ? Peut-être, mais l’apprenti-Sabreur ne comptait pas prendre de risques.

Ainsi, l’échange martial eût lieu dans la même enceinte que la journée précédente, résultant de la même manière après quelques minutes à peine. Mais la différence se fit au niveau du mutisme dans lequel se plongea le garçon, qui malgré les coups et les chutes, se contenta de répondre par le fil de l’épée. Sa détermination et le respect qu’il éprouvait envers son adversaire et sa puissance dévoraient sa colère, et ainsi, sa concentration lors de cet épisode d’escrime fut finalement récompensée.


- Tu peux rentrer. Mais ne pense pas avoir accompli quelque chose aujourd’hui, la plupart échouent après. Sur les dizaines de camarades que tu trouveras à l’intérieur de cette bâtisse, seul un ou deux finiront par rejoindre l’élite tant convoitée. Profite de l’enseignement, et ne te presse pas. Te voilà apprenti.

Ces mots, décidément sages, accompagnèrent l’entrée du shinobi à l’intérieur du Grand Dojo. Ryûken s’arrêta un instant pour observer les alentours, tandis qu’un immense sourire déchira son visage fermé jusque-là. Ne pas se presser ? Comme s’il avait le temps d’attendre que l’on vienne le chercher ! Cette élite, il comptait bien la rejoindre aussi vite que possible. Il ne lui manquait plus qu’à trouver un moyen d’épater la galerie…

Tranquillement, il s’immisça dans le premier couloir qui s’offrait à lui bien décidé à visiter les lieux.


_________________
"Venge."

[LIBRE] Prouver sa valeur Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Ryûken
Ryûken

[LIBRE] Prouver sa valeur Empty
Dim 4 Avr 2021 - 13:23
Quelques jours plus tard.

Les tintements des sabres résonnaient du Grand Hall jusqu’aux différentes salles d’entraînement du gigantesque Dojo, s’harmonisant dans une mélodie qui berçait les apprentis épéiste dans leur apprentissage du Kenjutsu. La plupart des élèves transpiraient le sérieux et la rigueur. Chacun se donnait en réalité les moyens d’atteindre un rêve partagé par la plupart des aspirants présents dans la pièce : rejoindre l’élite, le Conseil. Pour Ryûken, ce n’était pas plus qu’un objectif à court terme. Il ne doutait ni de ses capacités à l’atteindre, ni de son talent indéniablement supérieur à celui de ses camarades actuels.

L’impatience rongeait l’adolescent de l’intérieur et le poussait à tenter d’accélérer le processus nécessaire à son élévation chez les Sabreurs. L’initié avait vite compris qu’il allait devoir se démarquer de la masse s’il souhaitait taper dans l’œil des Sages, membres qui s’occupaient de les observer à longueur de journée pour évaluer leur potentiel. Armé de son katana d’entraînement, le bâtard décida alors d’enchaîner les combats contre ses compères pour prouver sa supériorité dans le maniement de la lame. Sans aucune humilité dans la victoire, le gamin écrasa la concurrence et se construisit rapidement un début de réputation au sein du Dojo.

C’est au détour d’un nouvel échange martial qu’il entendit parler des six salles piégées de Kobayoshi. Réservé aux plus audacieux, ce véritable parcours du combattant allait lui permettre d’assouvir sa dominance sur ses confrères. Il lui suffisait de battre le record, d’être le plus rapide de sa génération à conclure la course d’obstacles. Un défi qui, étant donné son audace, ne lui semblait pas difficile à accomplir.

Les pas du jeune homme le menèrent devant la bâtisse truffée d’artifices dès le lendemain matin. Un examinateur, présent sur les lieux et chargé de le surveiller, lui expliqua le fonctionnement général et lui donna brièvement quelques consignes nécessaires avant de se lancer. Acquiesçant de la tête pour valider le discours de son interlocuteur, Ryûken put ainsi accéder aux salles les plus retranchées du camp d’entraînement. Tranquillement, il vint serrer l’attache de ses cheveux puis celle de son sabre, avant de revérifier l’étendu de son arsenal shinobi présent à sa ceinture. Prêt, le Genin s’immisça dans la zone 1.

Des rondins de bois posés à la verticale, des pieux chargés d’amortir une potentielle chute, des cibles au mur couvertes par différentes trappes à projectiles. L’analyse du jeune homme précéda sa charge, s’élançant de troncs en troncs tout en enchaînant les shurikens dans diverses directions. Bien trop agile pour les vulgaires jets de flammes chargés de le déstabiliser, l’épreuve à peine commencée fut conclue en quelques secondes à peine à l’aide d’un dernier kunai lancé sur la onzième cible. Il récupéra la clé et enchaîna directement sur la zone suivante.


_________________
"Venge."

[LIBRE] Prouver sa valeur Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Ryûken
Ryûken

[LIBRE] Prouver sa valeur Empty
Mer 7 Avr 2021 - 20:25
A peine essoufflé par la précédente épreuve, le Bâtard déverrouilla la porte de la seconde pièce sans qu’aucun trait d’hésitation ne vienne déformer son visage. Sa main droite vint l’ouvrir, puis dévoila aux yeux du shinobi une pièce plongée dans une obscurité totale. Instinctivement, Ryûken déposa une main sur le fourreau de sa lame, tandis que ses pupilles pas encore habituées à la visibilité fortement réduite peinaient à discerner quoi que ce soit.

Après quelques secondes, plusieurs cliquetis résonnèrent dans l’espace et trahirent le déclenchement de mécanismes assurément dangereux. Les roulements des pantins désarticulés, toujours invisibles à l’œil du jeune homme, se mirent à se mouvoir en suivant le circuit de rail installé par le maître marionnettiste qui avait conçu la pièce. Leur déplacement, seulement signalé par le son qu’émettaient le roulement des mannequins, perdit l’adolescent qui ne savait plus comment agir. Un premier coup vint le frapper dans une côte, l’alertant et le poussant à sortir son arme dans la foulée. Heureusement, ses prunelles azures s’acclimataient rapidement et lui permettaient d’au moins discerner des silhouettes au milieu des ténèbres ambiants. Un sabre esquivé de justesse vint érafler son Kimono, puis il se mit enfin à l’action. Armé de sa lame, le kirijin resta à sa place et découpa en deux chaque danger qui vint à lui. Le danger de cette pièce résidait dans la surprise, une fois l’exercice compris et l’œil habitué au noir, le danger s’en voyait lourdement amputé.

Une main vint tout de même masser ses côtes tandis qu’il se baissait pour attraper la clé brillante d’un or pur. Il ne pensait pas peiner à passer une étape, mais cette potentielle blessure dès la deuxième épreuve venait de lui remettre les idées en place. Il ne fallait pas sous-estimer les prochaines. Grimaçant à la vue de son Kimono déchiré sur l’un des flancs, l’ouverture de cette troisième pièce s’accompagna de son habituelle phase d’analyse. Un énorme pantin, visiblement surarmé, gardait la clé qu’il venait chercher et plusieurs murs de couverture étaient disséminés ici et là pour se couvrir de potentielles attaques. Voilà le type d’exercice qu’il aimait affronter. Armé d’un sourire confiant, le Genin s’élança après avoir récupéré un deuxième sabre à l’entrée de la salle, et au lieu de respecter la stratégie imaginée par les concepteurs, fusa directement sur la machine infernale sans se mettre à couvert. Lorsque l’ennemi se mit à fusiller de projectiles, Ryûken se contenta d’une cabriole agile sur le côté pour esquiver les tentatives inespérées du pantin articulé, avant de le découper sur place à l’aide de ses deux sabres chargés de Fûton.





Cette pièce venait d’être annihilée par l’apprenti, bien trop pressé pour perdre du temps inutilement. Ses compétences physiques dépassaient largement le niveau attendu et lui avaient permis de ne faire qu’une bouchée de cette épreuve. Nouvelle clé en main, Ryûken se dirigea directement vers la suite. L’idée de battre le record pour impressionner ses pairs n’avait pas quitté son esprit.

_________________
"Venge."

[LIBRE] Prouver sa valeur Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Ryûken
Ryûken

[LIBRE] Prouver sa valeur Empty
Lun 12 Avr 2021 - 22:41
Cela faisait à peine cinq minutes que le jeune genin de Kiri s’était lancé à la conquête des six salles piégées de Kobayoshi. Construites et pensées pour permettre aux apprentis d’entraîner différents domaines de leur arsenal shinobi, Ryûken enchaînait pour l’instant les succès. Il fallait dire que l’adolescent avait reçu un entraînement des plus particuliers auprès de son père, et ce depuis sa plus tendre enfance. Le disciple d’Honryū ne comptait laisser personne lui voler sa place au sein de l’élite des Sabreurs, il fallait donc qu’il sécurise sa place au plus vite et qu’il se fasse reconnaître par les Sages.

C’est avec une détermination à toute épreuve qu’il pénétra dans la Zone 4. Sa rétine analysa les signaux transmis par ses différents muscles oculaires, qui lui présentaient étrangement une salle des plus classiques. Du moins à première vue, car son regard affuté ne manquait pas les différentes trappes qui recelaient sûrement de cadeaux préparés pour sa venue. Il soupira un bon coup, détendit sa nuque avec deux longs étirements, puis s’élança définitivement à l’assaut de son nouvel exercice. Une belle cabriole agile lui permit de sauter par-dessus la disqueuse mobile, puis il enchaîna d’une glissade maîtrise pour ignorer le tronc d’arbre lâché à son égard. Ses sens alertes et concentrés sur la suite des évènements le prévinrent de l’arrivée des piques qu’il esquiva en accélérant simplement sa course, déviant la multitude de kunaï l’assaillant à l’aide de son katana dégainé dans la foulée. Enfin, Ryûken sauta de troncs en troncs pour esquiver l’acide et arriver au long couloir menant jusqu’à la clé gentiment déposée au fond. Bizarre. Un léger sourire en coin apparut, suivi d’une charge à grande vitesse pour venir décrocher la clé de son piédestal. Derrière lui, des balles de bois s’échouaient sur le mur… en vain.




Sans même attendre, l’épéiste en herbe passa donc à la cinquième zone. Ryûken ne put réprimer un léger rire, pensant que l’on se moquait de lui en osant présenter un simple mur d’esclade en avant dernière épreuve. Sans même prendre le temps de réfléchir, il infusa ses pieds de chakra et s’élança dans son ascension. Cependant, une importante quantité d’huile se mit à dévaler la pente abrupte et força l’adolescent à se reprendre de manière périlleuse. Sa main attrapa une prise de justesse, actionnant par la même occasion une rotation complète de la plateforme. Menacé par une chute qui lui tendait les bras, le Bâtard ne prit pas longtemps pour réagir et changea ses appuis en trouvant un nouvel itinéraire pour atteindre la clé. Après quelques péripéties et un haori ruiné par l’huile, il l’atteignit et fuit sans attendre ce lieu maudit.

Place à la sixième et ultime zone du parcours d’entraînement. Une large pièce séparée en deux par la présence de larges cylindres marqués par les lettres P, S et N. Aux côtés de notre protagoniste du jour se trouvaient trois flacons liés à ces initiales, décrivant ainsi la nature des futurs pièges de la salle : Paralysie, nécrose et sommeil. Le but de l’exercice n’était pas des plus compliqués, il suffisait de récupérer les trois clés protégées en actionnant les différents cylindres, puis récupérer les contenus des flacons qui devaient sûrement contenir un antidote chacun. Le genin s’étira rapidement, retrouvant son sérieux avant de fuser à la conquête de ces fameuses clés. Ses muscles souffrirent pendant cette dernière épreuve. Que ce soit la paralysie ou la nécrose, le remède sonnait à chaque fois comme une délivrance et le sauvait de l’échec. Ainsi, après seulement une dizaine de minutes au total, Ryûken sortit par l’arrière du complexe et prouva aux membres du Dojo présents qu’il venait de compléter ce parcours que certains n’arrivaient toujours pas à finir malgré leurs mois d’ancienneté au sein des apprentis sabreurs.


- Alors ?! Où est mon sabre maintenant ? gloussa-t-il devant la masse présente.

L’humilité ne définissait pas notre cher « Chien de chasse ». Sourire vainqueur aux lèvres et l’impatience rongeant ses tripes, Ryûken attendait son dû comme un enfant le jour de son anniversaire. Mais peut-être était-il encore trop tôt ?...

_________________
"Venge."

[LIBRE] Prouver sa valeur Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Ryûken
Ryûken

[LIBRE] Prouver sa valeur Empty
Lun 12 Avr 2021 - 23:38
Deux jours plus tard.

L’apprenti n’avait pas vraiment l’impression d’avoir gagné en statut malgré ses performances quotidiennes au Grand Dojo. Que ce soient ses victoires en duel ou bien sa course record au sein des salles piégées de Kobayoshi, l’accès au conseil ne lui semblait pas encore destiné. Mais l’adolescent n’en pouvait plus d’attendre et refusait de croire qu’il n’avait pas le niveau pour hériter d’un des prestigieux sabres de Kiri la Grande. Après tout, Ryûken humiliait n’importe quel initié en Kenjutsu et se demandait même s’il ne devait pas directement défier les membres de l’élite.

Malgré ses quinze ans, l’adolescent ne doutait ni de son potentiel ni de l’entrainement prodigué par ses différents mentors. Il connaissait l’art de lame, et ses déplacements héritaient d’une même qualité que son maniement du sabre. Le Bâtard ne souhaitait plus perdre de temps. Il fallait faire avancer les choses, d’une manière ou d’une autre… Honryū n’allait pas l’attendre éternellement. C’était ainsi, par ce raisonnement et cet enchaînement de pensées, que le jeune homme avait fini par s’attarder sur l’une des rumeurs qui s’amusait à parcourir les couloirs du Dojo.

Retranchée aux côtés du bâtiment principal, une simple bâtisse conservait l’armement du domaine ainsi qu’une réserve d’équipements d’entraînement. Ce lieu, logiquement surnommé « L’armurerie », abritait secrètement autre chose… Selon « certaines personnes » qui avaient entendu « d’autres personnes », cette annexe cachait un parchemin contenant le pouvoir des épées non utilisées par le clan des Sabreurs. Un document dont l’existence seule suffisait à donner de mauvaises idées au jeune shinobi de la Brume.

S’il parvenait à mettre la main sur ce potentiel rouleau… Cela forcerait les hautes instances à se concentrer sur son cas ! En plus d’assouvir une grosse dose de curiosité, évidemment. Bon, peut-être qu’il risquait quelques sermons de la part de son mentor s’il venait à l’apprendre, mais tant pis ! Ryûken n’avait plus rien à apprendre aux côtés de ses pairs et comptait bien passer à la vitesse supérieure. Les aléas de la jeunesse, que voulez-vous ?

Ainsi, l’adolescent décida de passer sa journée à surveiller le membre chargé d’entretenir l’armurerie en faisant mine de s’entraîner en extérieur. Le chûnin, toujours chaleureux, n’hésitait pas à dépanner les apprentis en leur offrant le matériel dont ils manquaient pour certains de leurs exercices. A l’orée de la soirée, synonyme de fin de journée pour le corps militaire du complexe, Ryûken le prit en filature au sein même du Dojo. Le suivant de loin, et se camouflant parfois à certains carrefours pour éviter d’être repéré, l’adolescent réussit à mettre le doigt sur la salle dans laquelle sa cible déposa son trousseau de clés.

Parfait… tout se déroulait comme prévu…

Grand Dojo, 22h.

La nuit s’était écroulée sur le domaine, faisant fuir les plus téméraires pour ne laisser la place qu’aux plus passionnés. Quelques shinobi continuaient donc de réviser leurs katas à l’abri des regards, tandis qu’un autre se lançait dans une des bêtises les plus alléchantes de sa vie.

Tout de noir vêtu, les cheveux durement attachés en un haut chignon et le visage à moitié masqué derrière un cache-cou remonté jusqu’au bout du nez, le Chien Errant avait décidé d’attaquer son infiltration par l’extérieur. Arrivé par le toit, il avait rejoint la fenêtre de la salle voulue grâce au mur adjacent, repérant ainsi le fameux trousseau de clé à travers la vitre, pendu au bout d’un simple crochet. Ses yeux brillaient d’une excitation rare. Parfois employé par son père pour des missions similaire, ce n’était pas la première fois qu’il agissait de la sorte, mais le faire pour son propre intérêt – qui plus est non criminel - démultipliait l’adrénaline du moment.

Un sourire dissimulé par son écharpe accompagna le coup de poing du gamin, protégé par une couche de tissus pour éviter les coupures idiotes. Brisée avec précaution pour que le bruit puisse être couvert par le tintement des lames résonnant dans le complexe, le fin interstice maintenant créé lui permit de se glisser à l’intérieur de la pièce pour récupérer son trésor tant convoité. Un succès supplémentaire qui venait s’ajouter à sa précieuse liste de hauts-faits ! Enfin, à ses yeux d’adolescent inconscient des répercussions que pouvaient avoir ses actes.

Sans attendre, Ryûken fit machine arrière et prit la direction de l’armurerie. La surveillant du haut de son toit pendant deux dizaines de minutes, afin de s’assurer que personne ne traînait encore dans les parages, l’adolescent enchaîna plusieurs cabrioles pour rejoindre le sol poussiéreux. L’impatience grondait, guidant ses pas et son instinct jusqu’à cette fameuse porte toujours scellée devant lui. Le genin glissa doucement la clé dans l’interstice, plein d’espoir. Il espérait trouver ce fameux document à l’intérieur de la bâtisse.


_________________
"Venge."

[LIBRE] Prouver sa valeur Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

[LIBRE] Prouver sa valeur Empty
Mar 20 Avr 2021 - 19:51
A cette heure tardive de la journée, le Grand Dojo fermait bientôt ses portes et seuls quelques disciples de l’épée restaient encore s’entraîner dans les salles de l’enceinte principale, bien trop concentrés sur leur session d’entraînement pour prêter attention à ce qui se déroulait non loin de leur position. L’armurerie des Sabreurs était située à l’écart du reste des bâtiments, généralement très surveillée — même de nuit, il n’était pas rare que des curieux tentent de pénétrer le tant convoité entrepôt des lames légendaires qui n’avaient pas encore trouvé de maître ou qui étaient retombé dans le sommeil après que leur propriétaire ait renoncé à son épée. Leur valeur restait pourtant toute relative dans la mesure où ces lames n’étaient rien d’autre que des épées de meilleure qualité, rien de plus, tant que leur esprit demeurait au repos. En effet, pour que les armes éveillent leur pouvoir, il était nécessaire de passer par un rituel que l’on appelait l’épreuve des lames, une étape où le disciple doit soumettre son endurance mentale au défi que lui soumettrait l’esprit.

Tandis qu’aucune âme qui vive ne semblait rôder dans les parages, le chef des Sabreurs qui avait comme de coutume passé l’essentiel de sa journée dans le Palais de la Brume s’était rendu en cette soirée dans le domaine clanique afin de récupérer des dossiers. Alors que ses pas foulèrent le chemin vers le bâtiment principal où son bureau se trouvait, il s’arrêta un moment sans rien dire, tournant légèrement sa tête dans la direction de l’armurerie où un bruit singulier l’avait interpellé malgré les sifflements du vent et l’entrechoquement des lames. Il fit donc volte-face, marchant vers l’armurerie où la personne qui assurait la sécurité de l’entrée le salua et le rassura sur le fait qu’il n’avait rien remarqué de différent. Néanmoins, les talents sensoriels du Kanchi Taipu étaient d’un tout autre niveau et lui avaient permis d’isoler le son d’un objet se fracassant.

C’est donc à pas feutrés que l’ombre du Septième longea le mur du bâtiment jusqu’à marcher sur des débris de verre qui confirmèrent sa suspicion. Après tout ce n’était pas la première fois que quelqu’un tentait de dévaliser les épées sacrées de leur clan, même si une fois n’est pas coutume, ce voleur avait l’air d’être bien plus expérimenté que ses prédécesseurs, ayant choisi le moment parfait pour infiltrer les lieux sans se faire remarquer. Un plan qui se serait peut-être soldé sans accroc, si le Nobuatsu n’était pas présent à ce moment-là. Il se glissa à travers la fenêtre par laquelle le voleur était entré, dissimulant sa présence chakratique aussi bien que ses bruits de pas, le cliquetis métallique du trousseau de clés lui annonçait qu’il s’approchait du responsable de cette intrusion.

Approchant dans le dos du fautif jusqu’à ce que celui-ci puisse finalement l’entendre chuchoter dans son oreille, c’est sur un ton feignant l’indolence que le Sabreur reconnaissable à sa combinaison de cuir lui demanda:

Tu t’es perdu?

Plutôt que de demander au voyou pris sur le fait de s’expliquer ou de révéler son identité, aucune agressivité ne semblait se dénoter de sa voix ou de sa main qui était encore le long de son corps plutôt que sur la poignée de son épée, pourtant ce flegme légendaire le rendait d’autant plus menaçant, laissant imaginer le pire à son interlocuteur qui aurait l’initiative de l’attaquer si tant est qu’il osait lever la main sur le chef de clan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Ryûken
Ryûken

[LIBRE] Prouver sa valeur Empty
Hier à 13:48
Sans même qu’il ne soit au courant, la porte qu’il tentait d’ouvrir cachait les sabres les plus convoités du village. Ryûken ne pensait trouver qu’un rouleau détaillant leurs pouvoirs, peut-être leur localisation ou bien la manière de procéder pour les éveiller, mais n’imaginait pas que la serrure qu’il tentait de déverrouiller gardait précieusement les artéfacts légendaires. Une goutte de sueur dégoulina d’un de ses sourcils et s’écrasa sur l’écharpe qui remontait jusqu’à son nez. Il crevait de chaud, mais aussi d’excitation, brûlant intérieurement d’un brasier inépuisable qui ne faisait que de s’embraser à l’approche de son succès. Ses yeux étincelants pétillaient d’impatience tandis qu’un premier Clic résonna dans l’espace. Il touchait au but, le trésor palpable du bout des doigts, mais le silence ambiant fut brusquement rompu d’une voix beaucoup trop proche pour être ignorée.

- AAAAAH ! fit Ryûken dans un sursaut, se retournant dans l’instant en s’adossant à la porte dont il venait de déverrouiller la serrure.

La silhouette du monstre se dessina difficilement sous le regard du shinobi, épousant parfaitement l’obscurité des lieux d’une peau noire mat et uniforme, mais vint finalement lui révéler l’identité du perturbateur. Toutefois, malgré le fait qu’il faisait face au Mizukage doublé du Chef de Clan, ce ne sont pas des excuses qui émergèrent en réaction à son apparition. L’adolescent semblait perturbé. Ses sourcils, valsant étrangement sous l’hésitation, accompagnaient sa bouche entrouverte pour former une moue à la limite de l’incompréhension. Le Sabreur Muet, étant donné sa tenue, lui rappelait inévitablement quelqu’un. Mais le garçon préféré secouer la tête pour chasser ses vieux démons et retrouver sa contenance.

Il se redressa prudemment, ne sachant pas réellement quelle sanction il pouvait craindre de la part de son interlocuteur, puis se rappela sa condition juste au moment où il s’apprêtait à mentir. Son accoutrement ainsi que sa localisation ne pouvaient résulter du hasard. Ryûken, pris la main dans le sac, déglutina lentement sous la pression. Il ne savait pas sur quel pied danser, ni comment amorcer cette conversation.


- Je…

Essayant de gagner du temps, ses yeux se détournèrent lentement du Nobuatsu pour mesurer l’angle qu’il avait s’il souhaitait s’enfuir. Impossible. Cloué sur place, le Chien Errant cherchait une solution à un problème insolvable.

- Je suis venu ici pour récupérer mon sabre par moi-même. Cela fait bientôt deux semaines que je suis ici et que personne ne m’arrive à la cheville. J’veux rejoindre le conseil, et j’sais qu’il y a une place de disponible. Alors voilà.

Son air avait changé du tout au tout, et sa peur venait d’être consumée par son courage, le poussant à s’exprimer honnêtement sur le fait accompli. Il n’avait de toute manière plus le choix. Sa main droite vint baisser son écharpe puis remonter sa capuche, dévoilant ainsi son identité au Cavalier de Feu. Ryûken ne perdait pas la face et assumait complètement sa position, plongeant son regard bouffé par l’impatience à travers la visière du Nanadaime.

_________________
"Venge."

[LIBRE] Prouver sa valeur Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier

[LIBRE] Prouver sa valeur

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: